Vous êtes sur la page 1sur 2

Cours de : M.

Morsli Mahieddine
Département de français
Université de laghouat.
Plurilinguisme, bilinguisme, diglossie.

La diglossie chez Ferguson :


 Ferguson définit la diglossie comme ‘’le rapport stable entre deux variétés linguistiques, l’une dite « haute »
(high) et l’autre « basse » (low), génétiquement apparentées (arabe classique et arabe dialectale, grec démotique
et grec « épuré », etc.) et qui se situent dans une distribution fonctionnelle des usages » p 44.». La définition de la
diglossie par Ferguson met en présence deux variétés d’une langue dont l’une et valorisée, «normée », véhicule
d’une littérature reconnue, mais parlée par une minorité, et dont l’autre est péjorée mais parlée par le plus grand
nombre » p43.
 La variété haute est utilisée dans des situations précises, comme par exemple, les offices religieux, les lettres
formelles, les discours, les cours, les bulletins de nouvelle, les éditoriaux, la poésie ... alors que l'autre variété,
dite basse (B ou L), est utilisée dans les conversations entre amis, les séries radiophoniques, les discussions
académiques et politiques, la littérature populaire...
 C’est en général la variété B qui est acquise en langue maternelle, alors que la variété H est acquise à l’école et
n’est jamais maîtrisée au même degré que la variété B.
 Il y a des différences structurales majeures entre les variétés H et B: dans la phonologie, l'ordre des mots, les
inflexions, le système de cas, les lexèmes grammaticaux (ex: prépositions conjonctions...).

La conception de Fishman :
 Fishman modifie la conception de Ferguson sur deux points importants (p44) :
- Il insiste beaucoup moins sur la présence de deux codes (il peut en exister plus)…
- La relation génétique entre les deux variétés n’est pas obligatoire, pourvu qu’il y ait une distribution
fonctionnelle des deux variétés présentes.
En distinguant diglossie et bilinguisme1, Fishman propose quatre possibilités théoriques : (p45).
Les quatre possibilités de diglossie selon Fishman :
1- diglossie et bilinguisme ; le cas du Paraguay où tout le monde parle espagnol et guarani, l’espagnol étant
la variété fonctionnellement haute et le guarani la variété basse.
2- bilinguisme sans diglossie ; comme dans certaines situations instables dans lesquelles il y a beaucoup
d’individus bilingues mais pas de bilinguisme social
3- diglossie sans bilinguisme ; le cas de la Russie tsariste dans lequel le peuple ne parle que le russe et les
nobles le français.
4- ni diglossie ni bilinguisme : petite communauté très rare avec une seule variété linguistique.

La conception de Calvet :

 Calvet reproche à la conception de Ferguson le fait qu’elle ignore le rapport au pouvoir et accorde de
l’importance à la fonction et au prestige. Il ignore que la distribution fonctionnelle et le prestige sont dus à des
raisons historiques et sociologiques qui tiennent à la forme et à l’organisation du pouvoir……
 Calvet distingue entre bilinguisme individuel et bilinguisme social qu’il appelle diglossie, et met ainsi l’accent sur
les implications sociologiques de la différence linguistique…. p47.
 Calvet pense que ces textes (Ferguson et Fishman) ne permettent pas de rendre compte de toutes les situations.
 1- La diglossie peut mettre en présence plus de deux langues. Calvet signale la possibilité d’une diglossie
enchâssée, c'est-à-dire des diglossies imbriquées les unes dans les autres que l’on rencontre fréquemment dans les
pays récemment décolonisée : en Tanzanie, diglossie entre la langue héritée du colonialisme, l’anglais, et la

1- Pour Fishman, le concept de diglossie se spécialise dans le sens « d’attribution de certaines fonctions à diverses langues ou
variétés », tandis que le bilinguisme désignerait « l’habilité linguistique individuelle ». Moreau, 1997, p127.
langue nationale swahili et une diglossie entre cette dernière et les langues africaines…au Mali
(français/bambara/autres langues africaines).
 2- il faut partir de la situation sociale et des rapports de forces sociaux, car c’est l’utilisation sociale de la
différence entre les langues qui compte, il ne faut donc pas prendre en considération la parenté génétique entre les
deux variétés….
 3- pour Calvet la diglossie décrit des situations dynamique et non pas des situations stables…

Le cas du français :
Le révélateur français : De façon générale pour Calvet la notion de diglossie renvoie à un sens large (relations
fonctionnelles et sociales entre langues ou variétés différentes) p49. A partir du cas du français, Calvet tente
d’élaborer une typologie de diglossie définie dans le cadre du plurilinguisme.

1- Une situation de plurilinguisme à langue dominante unique : le cas de la France où il n’y a aucune langue
qui peut prétendre à être la langue officielle…..le français est dominant parce qu’il est parlé par la majorité
des français et il est la langue maternelle de presque tous les français…
2- Une situation de plurilinguisme à langues dominantes minoritaires, dans laquelle les langues
statistiquement dominantes sont en fait des langues politiquement et culturellement dominées…dans ce cas il
y a plusieurs langues statistiquement dominantes…
3- Un plurilinguisme à langue dominante minorée : le cas de certains pays d’Afrique où la langue dominante
culturellement est le français (langue officielle) mais statistiquement dominée…dans ce cas il y a une seule
langue dominante culturellement….
4- Plurilinguisme à langue dominante alternative : dans lequel il est tout à fait possible que la langue
dominante le français soit remplacé dans ses fonctions officielles par une autre langue comme cela est
possible dans le cas des doms toms où l’on parle le créole et le français…
5- Un plurilinguisme à langues dominantes régionales : (le cas de la Suisse, de la Belgique…)…