Vous êtes sur la page 1sur 314

Département fédéral de l’environnement, des transports, de l'énergie et de la communication

Office fédéral des routes

RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE DES


CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES
DES SOLS
Literaturrecherche und Synthese der Korrelationen zwischen den
Bodenkennziffern

Rapport final

M. Dysli
Laboratoire de mécanique des sols de l’EPFL

Mandat de recherche 10/96 sur la proposition de


l’Union des professionnels suisses de la route (VSS)

Juillet 2001
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE i
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

TABLE DES MATIÈRES

RÉSUMÉ ...................................................................................................................................... vii

ZUSAMMENFASSUNG ............................................................................................................ viii

SUMMARY....................................................................................................................................ix

1. Mandat et objectifs ............................................................................................................. 1-1


1.1 Mandat .................................................................................................................... 1-3
1.2 Raisons de la recherche .......................................................................................... 1-3
1.3 Objectifs de la recherche ........................................................................................ 1-6
1.4 Plan du rapport........................................................................................................ 1-6

2. Rappel de statistique et de calcul probabiliste élémentaire avec application à


l’Eurocode 7 ....................................................................................................................... 2-1
2.1 Introduction............................................................................................................. 2-3
2.2 Définitions .............................................................................................................. 2-3
2.2.1 Population........................................................................................................ 2-3
2.2.2 Echantillon statistique ..................................................................................... 2-3
2.2.3 Distribution...................................................................................................... 2-3
2.2.4 Histogramme ................................................................................................... 2-4
2.2.5 Distribution cumulative................................................................................... 2-5
2.2.6 Autres représentations graphiques................................................................... 2-5
2.2.7 Densité de probabilité...................................................................................... 2-6
2.2.8 Moyenne.......................................................................................................... 2-6
2.2.9 Variance, écart type et coefficient de variation............................................... 2-6
2.2.10 Médiane........................................................................................................... 2-7
2.2.11 Quantiles.......................................................................................................... 2-8
2.2.12 Distributions de probabilité............................................................................. 2-8
2.2.13 Distribution normale ou de Gauss................................................................... 2-8
2.2.14 Distribution uniforme.................................................................................... 2-10
2.2.15 Distribution Bêta ........................................................................................... 2-11
2.2.16 Probabilité d’occurrence................................................................................ 2-13
2.2.17 Population et échantillons ............................................................................. 2-13
2.2.18 Intervalle de confiance .................................................................................. 2-14
2.2.19 Illusion de l’analyse statistique en géotechnique .......................................... 2-17
2.2.20 Régression et corrélation............................................................................... 2-18
2.2.21 Arbres de décision et règle de Baye .............................................................. 2-19
ii TABLE DES MATIÈRES

2.3 Approche statistiquo-probabiliste et Eurocode..................................................... 2-21


2.3.1 La méthode proposée par l’ENV 1997-1 ...................................................... 2-21
2.3.2 Le problème................................................................................................... 2-21
2.3.3 Une solution possible .................................................................................... 2-22
2.3.4 Exemple......................................................................................................... 2-24

3. Actualisation de la banque des caractéristiques des sols suisses........................................ 3-1


3.1 Introduction............................................................................................................. 3-3
3.2 Statistique sur les sols suisses................................................................................. 3-3
3.3 Composition des sols suisses.................................................................................. 3-3
3.4 Nouvelle classification USCS suisse...................................................................... 3-4
3.5 Nouvelle présentation standard............................................................................... 3-4
3.6 Résultats de l’actualisation ..................................................................................... 3-4
3.7 Degré de confiance dans les valeurs des tableaux.................................................. 3-5

4. Corrélations tirées de la statistique sur les sols suisses...................................................... 4-1


4.1 Introduction............................................................................................................. 4-3
4.2 Paramètres nécessaires au projeteur ....................................................................... 4-3
4.3 Paramètres corrélateurs et auxiliaires ..................................................................... 4-4
4.4 Statistique sur les sols suisses................................................................................. 4-5
4.5 Présentation............................................................................................................. 4-5
4.6 Déformations .......................................................................................................... 4-6
4.6.1 Relations entre les déformations ..................................................................... 4-6
4.6.2 Corrélation entre l’indice de compression Cc et la limite de liquidité wL ....... 4-7
4.6.3 Corrélation entre l’indice de gonflement Cs et la limite de liquidité wL ......... 4-7
4.6.4 Corrélation entre l’indice de compression Cc et l’indice de
gonflement Cs .................................................................................................. 4-7
4.6.5 Corrélation entre (1 + e0) / Cc et la masse volumique sèche ρ d ,..................... 4-7
4.6.6 Corrélations entre (1 + e0) / Cs et la masse volumique sèche ρ d .................... 4-7
4.6.7 Corrélations entre Cc et l’indice de vide e0 ..................................................... 4-7
4.6.8 Corrélations entre Cc et la teneur en eau w...................................................... 4-7
4.6.9 Corrélations entre (1 + e0) / Cc et la limite de liquidité wL ............................. 4-8
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE iii
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

4.7 Résistance ............................................................................................................. 4-15


4.7.1 Corrélation entre l’angle de frottement effectif Φ’ et l’indice de
plasticité IP..................................................................................................... 4-15
4.7.2 Corrélation entre l’angle de frottement effectif Φ’ et le pourcentage des
grains plus petit que 0,002 mm (limite argile) .............................................. 4-15
4.7.3 Corrélations entre la cohésion effective c’ et d’autres paramètres................ 4-15
4.7.4 Corrélation entre la cohésion apparente obtenue par l’essai de
compression simple cu et l’indice de liquidité IL .......................................... 4-15
4.7.5 Corrélation entre la cohésion apparente obtenue par l’essai de
compression simple cu et la contrainte effective verticale σ’v0..................... 4-15
4.7.6 Corrélation entre la cohésion apparente obtenue par l’essai de
compression simple cu et celle obtenue par le pénétromètre
de poche cup ................................................................................................... 4-16
4.7.7 Corrélation entre la cohésion apparente obtenue par l’essai de
compression simple cu et celle obtenue par le scissomètre de poche cus ..... 4-16
4.7.8 Remarques sur les cohésions apparentes cu, cup et cus .................................. 4-16
4.8 Perméabilités......................................................................................................... 4-24
4.8.1 Corrélation entre le coefficient de perméabilité k et le diamètre des
grains à 10% .................................................................................................. 4-24
4.8.2 Corrélation entre le coefficient de perméabilité k et le l’indice de vide........ 4-24

5. Corrélations tirées de la littérature, essais en laboratoire................................................... 5-1


5.1 Introduction............................................................................................................. 5-3
5.2 Méthode de la recherche bibliographique............................................................... 5-3
5.3 Fiches de corrélation............................................................................................... 5-4
5.4 Portée de la recherche bibliographique................................................................... 5-4
5.5 Présentation des corrélations .................................................................................. 5-5
5.6 Déformation............................................................................................................ 5-5
5.6.1 Corrélations entre l’indice de compression Cc et l’indice de vide .................. 5-5
5.6.2 Corrélations entre l’indice de compression Cc , l’indice de vide et
d’autres paramètres.......................................................................................... 5-5
5.6.3 Corrélations entre l’indice de compression Cc et la teneur en eau.................. 5-6
5.6.4 Corrélations entre l’indice de compression Cc et la limite de liquidité........... 5-6
5.6.5 Corrélations entre l’indice de compression Cc et la masse ou le poids
volumique........................................................................................................ 5-6
5.6.6 Corrélations entre l’indice de compression Cc et l’indice de plasticité........... 5-6
5.6.7 Corrélations entre Cc / (1 + e0) et l’indice de vide ou la teneur en eau........... 5-7
5.6.8 Valeurs de Cc en fonction du type de sol ........................................................ 5-7
5.6.9 Corrélation entre l’indice de gonflement Cs et l’indice de plasticité .............. 5-7
5.6.10 Corrélation entre l’indice de gonflement secondaire Cα et l’indice de
gonflement....................................................................................................... 5-7
iv TABLE DES MATIÈRES

5.6.11 Corrélations entre le coefficient de consolidation cv et d’autres


paramètres ....................................................................................................... 5-7
5.6.12 Corrélation entre le coefficient de compressibilité mv et l’indice de vide....... 5-7
5.6.13 Corrélations entre la contrainte de préconsolidation p’c et divers
paramètres ....................................................................................................... 5-8
5.6.14 Corrélation entre l’indice d’expansion IS , l’indice de liquidité et la
pression de gonflement.................................................................................... 5-8
5.6.15 Corrélations entre le module de réaction ks et divers paramètres ................... 5-8
5.7 Résistance ............................................................................................................... 5-8
5.7.1 Corrélation entre Φ’ et l’indice de vide e0 ou la porosité n............................. 5-8
5.7.2 Corrélation entre Φ’ et l’indice de plasticité IP ............................................... 5-8
5.7.3 Corrélation entre Φ’ et IP / wL........................................................................ 5-8
5.7.4 Corrélation entre Φ’, c’ et la limite de liquidité wL......................................... 5-8
5.7.5 Corrélation entre Φ’ et la densité relative ID .................................................. 5-8
5.7.6 Corrélation entre Φ’ et divers paramètres ....................................................... 5-9
5.7.7 Corrélation entre la cohésion effective c’ et, la teneur en eau et l’indice
de consistance IC ............................................................................................ 5-9
5.7.8 Corrélation entre c’ et le degré de saturation Sr .............................................. 5-9
5.7.9 Corrélation entre la cohésion apparente cu et (w – wopt ) / IP) ......................... 5-9
5.7.10 Corrélation entre la cohésion apparente cu ou cus et l’indice de
liquidité IL........................................................................................................ 5-9
5.7.11 Corrélation entre cu / p’c, la contrainte de préconsolidation, et la limite
de liquidité wL.................................................................................................. 5-9
5.7.12 Corrélation entre (cu ou cus) / (σ’v0 ou p’c) et IP ou IL ..................................... 5-9
5.7.13 Corrélation entre cu ou cus et σ’v0 ou p’c ....................................................... 5-10
5.8 Perméabilité .......................................................................................................... 5-10
5.8.1 Corrélation entre k et l’indice de vide ........................................................... 5-10
5.8.2 Corrélation entre k et la granulométrie.......................................................... 5-10
5.8.3 Corrélation entre k, le type de sol, le mode de drainage et le type de
l’essai............................................................................................................. 5-10
5.8.4 Perméabilité verticale et horizontale ............................................................. 5-10
5.9 Autres corrélations................................................................................................ 5-11
5.9.1 Corrélations donnant wL et IP en fonction de la fraction argileuse ............... 5-11
5.9.2 Corrélations donnant wopn et ρ d opn en fonction de différents paramètres .... 5-11
5.9.3 Corrélation donnant l’OCR en fonction de cus / σ’v0 .................................... 5-11
5.9.4 Corrélations donnant la densité relative ID ................................................... 5-11
5.9.5 Corrélations permettant d’évaluer le coefficient de poussée des terres au
repos K0 ........................................................................................................ 5-12
5.9.6 Corrélation donnant la sensibilité en fonction de l’indice de liquidité ......... 5-12
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE v
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

5.9.7 Corrélation donnant emin et emax (densité relative) en fonction de la


granulométrie................................................................................................. 5-12
5.9.8 Diverses corrélations très approximatives entre quelques paramètres
importants...................................................................................................... 5-12

6. Corrélations tirées de la littérature, essais in situ ............................................................... 6-1


6.1 Introduction............................................................................................................. 6-3
6.2 Méthode de la recherche bibliographique............................................................... 6-3
6.3 Présentation............................................................................................................. 6-4
6.4 Paramètres utilisés .................................................................................................. 6-4
6.5 Déformation............................................................................................................ 6-5
6.5.1 Corrélation Eoed = α qc par CPT ..................................................................... 6-5
6.5.2 Corrélation Em = f(qc) par CPT ....................................................................... 6-6
6.5.3 Corrélation module de déformation = f( N ) par DP ou SPT........................... 6-6
6.5.4 Modules de déformation tirés de l’essai pressiométrique ............................... 6-6
6.6 Résistance ............................................................................................................... 6-6
6.6.1 Corrélation Φ ’ = f(qc ) par CPT ..................................................................... 6-6
6.6.2 Corrélation Φ ’ = f( N, ID) par DP et SPT....................................................... 6-7
6.6.3 Corrélation cu = f(qc ) par CPT ....................................................................... 6-8
6.6.4 Corrélation cu = f(qd ) par pénétromètre dynamique ...................................... 6-8
6.6.5 Corrélation évaluant Φ ’ et ψ sur la base de l’essai pressiométrique.............. 6-8
6.6.6 Corrélation évaluant cu sur la base de l’essai pressiométrique..................... 6-10
6.7 Autres corrélations................................................................................................ 6-10
6.7.1 Relation entre les résistances de pointe des pénétromètres statiques et
dynamiques.................................................................................................... 6-10
6.7.2 Relation entre la résistance de pointe dynamique et le NSPT......................... 6-11
6.7.3 Corrélation entre la résistance de pointe dynamique et le pressiomètre ....... 6-11

7. Synthèse des corrélations ................................................................................................... 7-1


7.1 Introduction............................................................................................................. 7-3
7.2 Présentation graphique des corrélations ................................................................. 7-3
7.3 Déformations .......................................................................................................... 7-3
7.3.1 Paramètres nécessaires .................................................................................... 7-3
7.3.2 Estimation de l’indice de compression............................................................ 7-4
7.3.3 Estimation de l’indice de gonflement.............................................................. 7-8
7.3.4 Estimation de l’indice de compression secondaire.......................................... 7-8
7.3.5 Estimation de la contrainte de préconsolidation............................................ 7-10
7.3.6 Estimation du coefficient de consolidation ................................................... 7-10
7.3.7 Estimation du module de déformation à la plaque ( ME ou Ev ).................... 7-11
7.3.8 Estimation d’un module de déformation par l’essai pressiométrique ........... 7-11
vi TABLE DES MATIÈRES

7.3.9 Estimation d’un module de déformation par l’essai au pénétromètre


statique........................................................................................................... 7-11
7.3.10 Estimation du module de réaction ks ............................................................. 7-11
7.3.11 Estimation du coefficient de Poisson ............................................................ 7-11
7.4 Résistance ............................................................................................................. 7-13
7.4.1 Paramètres nécessaires .................................................................................. 7-13
7.4.2 Estimation de l’angle de frottement effectif.................................................. 7-13
7.4.3 Estimation de la cohésion effective............................................................... 7-16
7.4.4 Estimation de la cohésion apparente ............................................................. 7-16
7.5 Perméabilité .......................................................................................................... 7-20
7.5.1 Remarque préliminaire.................................................................................. 7-20
7.5.2 Estimation du coefficient de perméabilité..................................................... 7-20
7.6 Autres paramètres ................................................................................................. 7-22
7.6.1 Remarque préliminaire.................................................................................. 7-22
7.6.2 Estimation de l’OCR ..................................................................................... 7-22
7.6.3 Estimation du coefficient de poussée des terres au repos............................. 7-22
7.7 Recherche des corrélations ................................................................................... 7-23

8. Exemples d’utilisation des corrélations et statistiques....................................................... 8-1


8.1 Exemple no 1 .......................................................................................................... 8-3
8.2 Exemple no 2 .......................................................................................................... 8-5
8.3 Exemple no 3 .......................................................................................................... 8-8
8.4 Exemple no 4 .......................................................................................................... 8-9

9. Conclusions ........................................................................................................................ 9-1


9.1 Usage des méthodes statistiques prônées par l’Eurocode 7.................................... 9-3
9.2 Usage de statistiques pour évaluer les valeurs caratéristiques................................ 9-3
9.3 Usage de corrélations pour évaluer les valeurs caratéristiques .............................. 9-4
9.4 Suite à donner à la recherche.................................................................................. 9-4

10. Bibliographie.................................................................................................................... 10-1

11. Symboles utilisés.............................................................................................................. 11-1


11.1 Statistique ............................................................................................................. 11-1
11.2 Mécanique des sols............................................................................................... 11-1

Fiches de corrélation et leurs annexes ........................................................................................ A-1


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE vii
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

RÉSUMÉ

L'Eurocode 7: calcul géotechnique (EN 1997 - partie 1) demande, entre autres, que les valeurs
caractéristiques des propriétés des sols soient établies par des méthodes statistiques introduisant
un intervalle de confiance et qu’elles soient contrôlées au moyen de corrélations publiées entre
les paramètres. Le but principal de cette recherche est de fournir aux géotechniciens des moyens
pour déterminer ces valeurs caractéristiques lorsque le nombre des essais réalisés in situ ou en
laboratoire n’est pas très important.
Elle est en fait divisée en trois parties :
• Chapitre 2 : Il est consacré à une analyse des méthodes statistiques pouvant être utilisées avec
l’Eurocode 7. Cette analyse démontre notamment que la méthode statistique prônée dans ce
code est le plus souvent irréaliste car elle exige au minimum 10 résultats d’un même essai
pour une couche de sol que l’on peut considérer comme homogène. Un nombre aussi élevé
d’essais n’est en pratique effectué que pour des projets de très grande envergure.
• Chapitres 3 et 4 : En 1992, une statistique sur les sols suisses avait été réalisée sur quelque
6'000 échantillons, à savoir sur quelque 150'000 résultats d’essais. Cette statistique se basait
sur une ancienne classification des sols et les corrélations entre les différents paramètres
traités n’avaient pas été réalisées. A l’occasion de cette recherche, cette statistique a été
actualisée en utilisant la nouvelle classification suisse – qui est très proche de la classification
USCS définie par la norme ASTM D2487 – et de nombreuses corrélations ont été établies en
utilisant les valeurs contenues dans la banque de données. Cette statistique et les corrélations
correspondantes ont été réalisées pour les sols suisses ; elles sont cependant très certainement
valables pour la plupart des sols de l'Arc alpin. Cette actualisation de la statistique sur les sols
suisses a déjà servi à la révision de la norme SN 670 010 « Caractéristiques des sols ».
• Chapitres 5, 6 et 7 : Comme il n'existe pour ainsi dire pas d'ouvrage faisant la synthèse de
toutes les corrélations publiées à ce jour, leur recherche dans la littérature technique est lon-
gue et fastidieuse et les corrélations trouvées sont souvent trompeuses. Pour cette raison, nous
avons réalisé une recherche bibliographique poussée et contrôlée du plus grand nombre pos-
sible de corrélations entre les principales caractéristiques des sols. Cette recherche concerne
surtout les essais en laboratoire et a conduit à la rédaction de quelque 140 fiches décrivant une
ou plusieurs corrélations. Le chapitre 6 est consacré aux essais in situ ; son contenu est mal-
heureusement beaucoup moins important que celui consacré aux essais en laboratoire. Enfin,
le chapitre 7 fait la synthèse de toutes les corrélations, à savoir celles provenant de la statisti-
que sur les sols suisses et celles provenant de la recherche bibliographique.
Cette recherche devrait servir à la rédaction d’un livre, bi- ou trilingue, dans lequel toute la ma-
tière présentée dans ce rapport serait condensée et confortée. Son financement n’est cependant
pas encore assuré. Nous espérons néanmoins que ce rapport sera utile à l’ensemble des géotech-
niciens suisses.
viii RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

ZUSAMMENFASSUNG

Der Eurocode 7: "geotechnische Berechnungen" (EN 1997 – Teil 1) fordert unter anderem, dass
die charakteristischen Werte der Bodenparameter nach statistischen Methoden und unter Einfüh-
rung eines Vertrauensintervalls festgelegt werden, und mit Hilfe von veröffentlichten Korrela-
tionen zwischen den Parametern überprüft werden sollen. Das Hauptziel dieser Forschungsarbeit
ist es, den Geotechnikern Hilfsmittel zur Bestimmung der charakteristischen Werte zur Verfü-
gung zu stellen, für den Fall, dass nur wenige in situ- oder Laborversuche vorliegen.
Die vorliegende Forschungsarbeit gliedert sich in drei Teile :
Das Kapitel 2 widmet sich der Analyse der statistischen Methoden, die für den Eurocode 7
genutzt werden könnten. Wie diese Analyse besonders zeigt, ist die im Eurocode empfohlene
Methode für die meisten Fälle irrealistisch, da sie mindestens 10 Ergebnisse des selben Versuchs
für eine einzige, als homogen angenommene Bodenschicht erfordert. Eine so grosse Anzahl von
Versuchen wird in der Praxis jedoch nur für sehr grosse Projekte ausgeführt.
Kapitel 3 und 4: Im Jahre 1992 wurde anhand von ca. 6'000 Proben eine statistische Untersu-
chung der schweizer Böden durchgeführt, die an die 150'000 Versuchsergebnisse lieferte. Diese
Statistik basierte auf einer alten Bodenklassifikation, die Korrelationen zwischen den verschiede-
nen untersuchten Parametern wurde nicht gemacht. Im Rahmen dieser Forschungsarbeit wurde
diese Statistik im Hinblick auf die neue schweizer Klassifikation (welche der USCS-Klassifika-
tion gemäss de Norm ASTM D2487 sehr nahe kommt) aktualisiert, des weiteren wurden zahlrei-
che Korrelationen unter Verwendung der in der Datenbank enthaltenen Werte erstellt. Obgleich
diese Statistik sowie die entsprechenden Korrelationen für schweizer Böden erstellt wurden,
gelten sie mit sehr grosser Wahrscheinlichkeit für die meisten Böden im gesamten Alpenraum.
Die aktualisierte Version der schweizer Bodenstatistik hat bereits für die Revision der Norm
SN 670 010 " Bodenkennziffern" gedient.
Kapitel 5, 6 und 7: Da es kein Werk gibt, das die bis heute publizierten Korrelationen zusam-
menfasst, ist die Literaturrecherche äusserst mühselig, und die gefundenen Korrelationen sind oft
trügerisch. Aus diesem Grund haben wir mit Hilfe einer gezielten und sehr umfassenden
Literaturrecherche die grösstmögliche Anzahl von Korrelationen zwischen den Hauptcharakteri-
stiken der Böden zusammengetragen. Diese Recherche, die hauptsächlich Laborversuche
betrifft, hat zur Redaktion von ca. 140 Datensätze geführt, auf denen je eine oder mehrere
Korrelationen beschrieben werden. Das Kapitel 6 ist den in situ-Versuchen gewidmet, es ist
jedoch leider weniger umfassend als das die Laborversuche betreffende Kapitel. Im Kapitel 7
werden schliesslich alle Korrelationen zusammengefasst, sowohl die, die aus der schweizer
Bodenstatistik stammen als auch die aus der Literaturrecherche.
Die vorliegende Forschungsarbeit sollte der Redaktion eines zwei- oder sogar dreisprachigen
Buches dienen, in dem das gesamte hier vorgestellte Thema zusammengefasst und konsolidiert
dargestellt werden soll. Seine Finanzierung ist jedoch noch nicht gesichert. Wir hoffen dennoch,
dass dieser Bericht der Gemeinschaft der Schweizer Geotechniker von Nutzen sein wird.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE ix
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

SUMMARY

Eurocode 7: geotechnical design (EN 1997 - Part 1) requires, among other things, that
characteristic soil property values be established by statistical methods using a confidence inter-
val and that they be checked by published correlations among the parameters. The main aim of
this research is to furnish geotechnical engineers with methods to determine these characteristic
values when the number of tests carried out in situ or in the laboratory is not very high.
This research is, in fact, divided into three parts :
• Chapter 2: This chapter is devoted to an analysis of the statistical methods, which may be
used with Eurocode 7. This analysis mainly shows that the statistical method advocated in the
code is the one most often unrealistic, as it requires a minimum of 10 results for the same
tests for a soil layer, which may be considered homogeneous. Such a high number of tests is
only carried out in practice for extremely large projects.
• Chapters 3 and 4: In 1992, a statistical analysis on Swiss soils was carried out on some 6000
samples, yielding some 150'000 test results. This analysis was based on a former soil classifi-
cation method and correlations among the various parameters treated were not carried out. In
the framework of this research, this analysis was updated using the new Swiss classification
method - which is very similar to the USCS classification method defined by the ASTM stan-
dard D2487 - and numerous correlations which were established by using the values con-
tained in the databank. This analysis and the corresponding correlations were carried out for
Swiss soils; however, they are certainly valid for the majority of soils found in Alpine re-
gions. This update of the statistical analysis of Swiss soils was already used in the revision of
the code SN 670 010 “Soil characteristics”.
• Chapters 5, 6 and 7: Since no real work exists which summarises all of the correlations pub-
lished at the present time, researching them in the technical literature is long and tedious and
the correlations found are often misleading. For this reason, we have carried out an advanced
bibliographic research and checked the largest possible number of correlations among main
soil characteristics. This research especially concerns laboratory tests and has led to the writ-
ing of some 140 records describing one or several correlations. Chapter 6 is dedicated to in
situ tests; its content is unfortunately more limited than that of the chapter dealing with labo-
ratory tests. Finally, Chapter 7 summarises all of the correlations, both those resulting from
the statistical analysis of Swiss soils and those resulting from the bibliographic research.
This research should serve for the writing of a book, in either two or three languages, in which
all of the material presented in this report would be condensed and consolidated. Its funding is,
however, not yet certain. We hope, nevertheless, that this report will be useful to all Swiss
geotechnical engineers.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 1-1
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

1. Mandat et objectifs
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 1-3
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

1.1 Mandat
Par sa lettre du 13 novembre 1996 et après examen de la requête de la Commission 272 de la
VSS (aujourd’hui remplacée par la Commission technique 5), l’Office fédéral des routes
(OFROU) a attribué au Laboratoire de mécanique des sols de l’EPFL un mandat de recherche
dénommé: « Recherche bibliographique, tests et synthèse de la plupart des corrélations entre les
caractéristiques des sols ».
Ces travaux de recherche sont évalués à 90’000 francs, montant pour lequel une subvention de
100 % est assurée. 2 % de cette somme sont réservés pour la VSS (administration du mandat).

1.2 Raisons de la recherche


Récemment, la première partie de l’Eurocode 7 : Calcul géotechnique, est entrée en application
sous forme expérimentale (ENV 1997 - partie 1: ENV 1997–1)). La deuxième partie
(ENV 1997–2: calcul sur la base d’essais en laboratoire) et la troisième partie (ENV 1997–3:
calcul sur la base d’essais in situ) vont l’être très prochainement. Leur usage n’est pas encore
obligatoire mais il le deviendra dans quelques années. Dans la première partie de cette norme, les
valeurs de calcul des caractéristiques des sols doivent être évaluées au moyen de la relation :
xd = xk / γm (1.1)

avec : xd = valeur de calcul des propriétés du terrain


xk = valeur caractéristique des propriétés du terrain
γm = coefficient de sécurité partiel relatif à la propriété du sol considérée.
Cette philosophie du calcul des ouvrages, qu’ils soient du domaine de la géotechnique ou d’un
autre, a déjà été introduite en Suisse lors de la parution de l’édition 1989 de la norme SIA 160 :
Action sur les structures porteuses.
L’ENV 1997-1 définit la valeur caractéristique xk de la manière suivante (la numérotation est
celle de l’ENV 1997-1, P signifie « Principe », à savoir une indication générale ou une définition
qui ne présente aucune alternative; en outre, toutes les clauses relatives à cette définition sont
reproduites ci-dessous même si elles ne concernent pas directement la recherche):
« ...
2.4.3 Propriétés du terrain
...
(2)P Le choix des valeurs caractéristiques des propriétés des sols et des roches doit être effectué
à partir des résultats d’essais en laboratoire et in situ. On doit tenir compte des éventuelles dif-
férences entre les propriétés mesurées au cours des essais et les propriétés des sols ou des
roches qui gouvernent le comportement de l’ouvrage géotechnique, sous l’influence de facteurs
tels que :
- la présence de fissures, qui peuvent jouer un rôle différent dans l’essai et dans l’ouvrage
géotechnique;
- les effets du temps;
- la fragilité ou la ductilité du sol et de la roche testés.
1-4 MANDAT ET OBJECTIFS

(3) Un facteur de conversion sera appliqué si nécessaire pour convertir les résultats des essais
en laboratoire et sur le terrain en valeurs qui peuvent être supposées représenter le compor-
tement des sols et des roches.

(4)P Le choix des valeurs caractéristiques des propriétés des sols et des roches doit tenir compte
des éléments suivants:
- les documents géologiques et autres informations telles que les données des projets antérieurs;
- la variabilité des valeurs des propriétés considérées;
- l’importance de la zone de terrain qui gouverne le comportement de l’ouvrage géotechnique
vis-à-vis de l’état limite considéré;
- l’influence de la qualité de la réalisation des travaux sur les sols rapportés ou traités;
- les effets des activités de construction sur les propriétés du terrain en place.

(5)P La valeur caractéristique d’un paramètre de sol ou de roche doit être choisie comme une
estimation prudente de la valeur qui contrôle l’occurrence de l’état limite.

(6) L'étendue de la zone du terrain qui gouverne le comportement d'un ouvrage géotechnique
vis-à-vis d'un état limite considéré est généralement beaucoup plus grande que celle qui inter-
vient dans un essai sur le sol ou sur la roche et, par conséquent, le paramètre qui contrôle le
comportement de l'ouvrage est souvent une valeur moyenne sur une certaine surface ou un
certain volume de sol. La valeur caractéristique est une estimation prudente de cette valeur
moyenne.
La zone qui gouverne le comportement du terrain peut aussi dépendre du comportement de
l'ouvrage qu'il porte. Lorsque l'on considère par exemple l'état limite de portance d'un bâtiment
reposant sur plusieurs semelles, le paramètre qui gouverne le comportement est la résistance
moyenne des zones de terrain relatives à chaque semelle, dans le cas où le bâtiment ne peut
résister à une rupture locale. Si au contraire le bâtiment est rigide et assez résistant, le
paramètre qui gouverne le comportement peut être la moyenne de ces valeurs moyennes dans la
totalité ou une partie de la zone de terrain chargée par le bâtiment.
Des méthodes statistiques peuvent être utilisées pour déterminer les valeurs caractéristiques des
propriétés du terrain. Ces méthodes devraient permettre de tenir compte de la connaissance à
priori d'expériences comparables sur les propriétés du terrain, par exemple en utilisant les
méthodes statistiques bayésiennes.
Lorsque des méthodes statistiques sont utilisées, il convient d'établir la valeur caractéristique de
telle sorte que la probabilité calculée d'une valeur plus défavorable contrôlant l'occurrence de
l'état limite ne dépasse pas 5 %.

(7)P Les valeurs caractéristiques peuvent être plus faibles ou plus fortes que les valeurs les plus
probables. Pour chaque calcul, on doit utiliser la combinaison la plus défavorable des valeurs
inférieures et supérieures des paramètres indépendants.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 1-5
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

(8)P Le choix des valeurs caractéristiques doit tenir compte des incertitudes relatives aux don-
nées géométriques et au modèle de calcul, si elles ne sont pas prises directement en compte dans
le modèle de calcul.
... »
Pour d’aucun, le dernier paragraphe de la clause 6: « Lorsque des méthodes statistiques sont
utilisées, il convient d'établir la valeur caractéristique de telle sorte que la probabilité calculée
d'une valeur plus défavorable contrôlant l'occurrence de l'état limite ne dépasse pas 5 % », n’est
pas très clair.
En fait, ce paragraphe signifie que la valeur caractéristique peut être choisie en adoptant une
valeur moyenne correspondant à un seuil de confiance de 95 %, c.à.d. que la probabilité d’une
valeur moyenne plus défavorable ne doit pas dépasser 5%.
xk = x5% = x – q95% (1.2)

avec: x = moyenne des résultats des essais


q95% intervalle de confiance pour une probabilité de 95%

Les différents termes statistiques utilisés ci-dessus sont définis et discutés au chapitre 2.

L’ENV 1997-2: calcul sur la base d’essais en laboratoire, et l’ENV 1997-3: calcul sur la base
d’essais in situ, compliquent encore un peu la détermination de cette valeur caractéristique car ils
introduisent un paramètre supplémentaire: la valeur dérivée d’un paramètre géotechnique, à
savoir une valeur obtenue par la théorie, des corrélations ou des résultats d’essais en laboratoire
ou in situ. Cette valeur dérivée est égale à la valeur caractéristique de la clause 2.4.3 de l’ENV
1997–1. Cela signifie que la valeur caractéristique xk n’est pas seulement tirée de résultats
d’essais mais peut provenir d’autres sources, en particulier si les essais ne sont pas assez nom-
breux pour des raisons économiques.
L’ENV 1997-1 prévoit cependant déjà dans ce cas (paragraphe 3.3.1 : Généralités de la section
3.3 : Évaluation des paramètres géotechniques) que:
« ...
(3)P ...
- la valeur de chaque paramètre doit être comparée aux données ainsi qu’aux expériences loca-
les et pertinentes. Les corrélation publiées entre les paramètres doivent également être prises
en compte, si elles sont applicables;
- ...
... »
Cette clause et l’introduction de la valeur dérivée sont importantes car dans la plupart des projets
géotechniques de faible à moyenne importance, pour des raisons économiques, les essais réalisés
en laboratoire ou in situ ne sont pas suffisants voire même inexistants.
En Suisse, un effort a déjà été fait dans l’utilisation d’expériences locales et de corrélations lors
de la recherche sur les caractéristiques des sols suisses, dont les résultats ont fait l’objet du rap-
1-6 MANDAT ET OBJECTIFS

port No 244 du l’Office fédéral des routes, et lors des révisions (a) et (b) de la norme
SN670010 : Coefficients caractéristiques des sols. Cet effort reste cependant inachevé.
Dans le domaine des corrélations entre divers caractéristiques des sols, le Laboratoire de méca-
nique des sols de l’EPFL (LMS) s’était rendu compte, après la parution du rapport No 244, qu’il
restait un gros travail à accomplir, notamment car la recherche de corrélations dans les très nom-
breuses publications techniques est en effet un travail fastidieux qui prend beaucoup de temps et
les ouvrages de synthèse sont très peu nombreux ou trop sommaires comme celui de Carter et
Bentley (1991).
En outre, des corrélations, à première vue intéressantes, sont souvent de mauvaises qualités et
cela ne peut être découvert qu'après une longue recherche bibliographique. Enfin, le matériel
statistique rassemblé lors de la recherche sur les caractéristiques des sols suisses n'a été que
partiellement exploité sur le plan de ces corrélations.

1.3 Objectifs de la recherche


Cette recherche a pour but principal de donner aux ingénieurs de la pratique un moyen simple et
éprouvé pour évaluer, lorsque les essais en laboratoire sont inexistants ou trop peu nombreux, ou
contrôler les caractéristiques xk au moyen de corrélations.
Ces corrélations proviendront :
• d’une recherche bibliographique qui devrait s’étendre à l’ensemble de la littérature technique
du domaine de la géotechnique,
• de la statistique sur les sols suisses réalisée sur quelque 6000 échantillons et impliquant quel-
que 150’000 valeurs (Rapport 244 de l’OFR).
En outre, les résultats de la recherche no 244 seront un peu développés et adaptés à la nouvelle
classification des sols décrite par la norme SN 670 008 « Identification des sols, méthode de
laboratoire avec classification USCS ». Ces développements et adaptations ont déjà été utilisés
pour la norme revue SN 670 010b « Caractéristiques des sols ».
La recherche d’un mode de représentation pratique et multilingue est aussi un des buts de cette
recherche.

1.4 Plan du rapport


Quoique cela n’apparaisse pas clairement dans la table des matières, ce rapport est divisé en trois
parties.
La première comprend uniquement le chapitre 2 et est consacrée surtout à la démonstration de la
quasi-impossibilité d’utiliser les méthodes statistiques, prônées par la partie 1 de l’Eurocode 7,
pour déterminer les valeurs caractéristiques des propriétés du terrain. Elle rappelle aussi quel-
ques notions fondamentales de statistique.
La deuxième, qui comprend le chapitre 3, est une mise en conformité avec la nouvelle classifica-
tion des sols suisses (SN 670 008a) et une meilleure présentation de la statistique qui avait fait
l’objet du rapport de recherche OFROU no 244.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 1-7
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Enfin, la troisième et la plus importante, qui comprend les chapitres 4, 5, 6, 7 et 8, fait


l’inventaire et exploite pour leur utilisation pratique, le plus grand nombre possible de corré-
lations entre les caractéristiques des sols.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 2-1
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

2. Rappel de statistique et de calcul probabiliste


élémentaire avec application à l’Eurocode 7
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 2-3
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

2.1 Introduction
Ce rapport de recherche fait un usage constant de la statistique. Pour cette raison ce chapitre est
consacré à un bref rappel des définitions des termes statistiques les plus fréquement utilisés.
Certains sont connu de tous, d’autres le sont un peu moins et feront l’objet d’une présentation un
peu plus complète.
Ce chapitre va aussi montrer que l’application des méthodes statistiques prônées par la partie 1
de l’Eurocode 7 est illusoire car, dans la plupart des campagnes de reconnaissance géotechnique,
le nombre d’essais est beaucoup trop faible.
Dans les lignes qui suivent x1, x2,....., xn désignera toujours une série d’observations (résultats
d’essais par exemple = échantillon statistique) et n le nombre d’observations ou de valeurs.
Toutes les définitions des symboles utilisés sont, en outre, consignées au chapitre 7.
Enfin, les brèves définitions et commentaires qui suivent ne peuvent en aucun cas remplacer un
traité de statistique.

2.2 Définitions
2.2.1 Population
Une population est une collection d’objets, nombres, mesures ou observations. Une population
peut avoir un nombre fini ou infini d’éléments. Une population est décrite par une distribution de
ses valeurs et on se réfère, en général, à une population en terme de sa distribution.
Si une population est infinie, il est impossible d’observer toutes ses valeurs et, si elle est finie,
l’observation de ses N valeurs est le plus souvent impraticable car peu économique.

2.2.2 Echantillon statistique


Comme une population ne peut que rarement être analysée dans son ensemble, on étudie
seulement un échantillon statistique représentatif dont la taille est n. Le terme « échantillon » est
commun en statistique mais comme il peut être confondu avec l’échantillon de laboratoire, on
utilisera, dans ce rapport le terme, « échantillon statistique ».

2.2.3 Distribution
La distribution d’un échantillon statistique est la représentation de la fréquence d’occurrence de
chacune de ses valeurs. On divise ces valeurs en classes et on donne à chaque classe de valeurs
une fréquence, à savoir le nombre de valeurs comprises dans une classe.
Un exemple de 50 observations fait l’objet de la figure 2.1 et sa distribution celui de la figure
2.2.
RAPPEL DE STATISTIQUE ET DE CALCUL PROBABILISTE ÉLÉMENTAIRE
2-4 AVEC APPLICATION A L’EURODODE 7

13 5 13 28 10 16 2 11 6 12
8 21 12 11 7 7 9 16 29 18
3 11 19 6 15 10 14 10 7 24
11 3 6 10 4 6 28 9 12 7
29 12 9 19 8 20 15 5 17 10

Fig. 2.1 Exemple d’un échantillon statistique

Classes Fréquence = nombre Fréquence donnée Fréquence Densité


de valeur de valeurs par classe en pourcent relative
0-4 4 8 0,08 0,020
5-9 15 30 0,30 0,075
10 - 14 16 32 0,32 0,080
15 - 19 8 16 0,16 0,040
20 - 24 3 6 0,06 0,015
25 - 29 4 8 0,08 0,020
Totaux 50 100 1,00 0,250

Fig. 2.2 Distribution de l’exemple de la figure 2.1

La fréquence relative est la fréquence divisée par le nombre total de valeurs, à savoir la
fréquence donnée en pourcent divisée par cent. Quant à la densité, elle est définie au § 2.2.7.
Cette exemple sera utilisé tout au long de ce chapitre.

2.2.4 Histogramme
Un histogramme est la représentation graphique la plus utilisée d’une distribution. Dans cette
représentation, les classes de valeurs sont représentées par des rectangles adjacents. L’histo-
gramme de l’exemple fait l’objet de la figure 2.3. La courbe continue de cette figure est définie
au § 2.2.7.

16 0,07
14
=1

0,06
Fréquence = nbre de
valeurs par classe

12
0,05
Densité, surface de

10
0,04
8
0,03
6
4 0,02

2 0,01

AAAAAAAAAAA
0
2 7 12
Classes des valeurs
17 22 27
0

Fig. 2.3 Histogramme de l’exemple de la figure 2.1


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 2-5
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

2.2.5 Distribution cumulative


Une distribution cumulative montre le nombre total de valeurs qui sont plus petites ou égales (ou
plus grandes ou égales) à des valeurs données. En adoptant cette distribution, l’exemple de la
figure 2.1 devient :

Valeurs Fréqence Fréquence cumulative


cumulativee en pourcent
≤2 0 0
≤4 4 8
≤9 19 38
≤ 14 35 70
≤ 19 43 86
≤ 24 46 92
≤ 29 50 100

Fig. 2.4 Distribution cumulative de l’exemple de la figure 2.1

La figure 2.5 représente une telle distribution.

100
Fréquence cumulative [%]

80

60

40

20

0
4 9 14 19 24 29
Valeurs des observations

Fig. 2.5 Distribution cumulative de l’exemple de la figure 2.1

2.2.6 Autres représentations graphiques


Deux autres représentations graphiques, un peu semblables, d’une distribution sont quelquefois
utilisées. Ce sont la boîte des quantiles et la boîte des centiles (« box plot » et « percentile box »
en anglais). Elles sont définies par la figure 2.6.
Ces « boîtes » sont surtout utilisées pour comparer des distributions, ce que la figure 2.6 suggère.
RAPPEL DE STATISTIQUE ET DE CALCUL PROBABILISTE ÉLÉMENTAIRE
2-6 AVEC APPLICATION A L’EURODODE 7

Boîtes des quantiles Boîtes des centiles


35 valeur max. 35
médiane acceptable médiane
30 30
quartiles valeur min. / max.
Indice de plasticité

25 25
5%
20 20

15 15
25% 25%
10 10
75% 75%
5 5
valeur min.
acceptable 95%
0 0
ML SC GC CL ML SC GC CL

Fig. 2.6 Boîtes des quantiles et des centiles

2.2.7 Densité de probabilité


Si l’on divise les fréquences relatives par la largeur constante de chaque classe de valeurs on
obtient un histogramme dont la surface de tous les rectangles est égale à un. On appellera densité
de probabilité ces fréquences relatives divisées par la largeur des rectangles. La figure 2.3
comporte une échelle de ces densités.
Sur cette figure nous avons aussi tracé une courbe continue qui est une approximation de l’histo-
gramme et qui a une même surface égale à un. Elle suggère qu’un tel histogramme, pour un très
grand nombre d’observations, peut être remplacé par une courbe lissée.

2.2.8 Moyenne
La moyenne x d’un échantillon statistique x1, x2,....., xn de taille n d’une population de N
valeurs dont la moyenne réelle est µ est donnée par :
1 n
x = ∑ xi (2.1)
n i=1
1 N
et celle de la population par : µ= ∑ xi (2.2)
N i=1

Dans ce cas, les xi sont les valeurs de toute la population.


La moyenne de l’échantillon statistique de l’exemple de la figure 2.1 est de 12,46

2.2.9 Variance, écart type et coefficient de variation


Dans une population ou un échantillon statistique, leurs valeurs ne sont pas semblables. La
mesure de leur dissemblance est un des éléments les plus importants de la statistique.
Si une liste de valeurs x1, x2,....., xn a une moyenne de x , les différences: x1 - x , x2 - x , ... ,
xn – x sont les déviations par rapport à la moyenne. On pourrait utiliser la moyenne de ces
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 2-7
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

déviations pour mesurer la variabilité de la liste de valeurs x1, x2 ,....., xn . Comme on peut
facilement le montrer, cela n’est malheureusement pas possible car cette moyenne est nulle!
Pour remédier à ce problème, on remplace la déviation xi - x par son carré (x i - x )2 et l’on
définit ainsi la variance s2 d’un échantillon statistique :
1 n
s2 = ∑ (x i − x ) 2 (2.3)
n − 1 i=1

ou d’une population de taille N , dénommée S2 :


1 N
S2 = ∑ (x i − µ)2 (2.4)
N i=1

Pour un échantillon statistique, on divise par n-1 plutôt que par n car il n’y que n-1 déviations
xi – x indépendantes. Comme leur somme est nulle, la valeur de n’importe quelles déviations est
égale à la valeur négative de la somme des n-1 autres déviations.
Les variances ont des unités qui ne sont pas celles des valeurs de l’échantillon statistique ou de la
population. Pour cette raison, on utilise plus volontiers les écart-types s ou S qui sont simplement
la racine carrée de la variance. Pour un échantillon statistique de n observations, cet écart type se
détermine par la relation :
n
∑ (x i − x )
2

i=1
s= (2.5)
n −1
Le coefficient de variation V est l’écart type donné en pourcentage de la moyenne :
s
V= ⋅100 (2.6)
x
L’écart-type de l’exemple de la figure 2.1 est de 6,91 et le coefficient de variation de 56 %.

2.2.10 Médiane
Parfois il est préférable d’utiliser une autre mesure du centre d’un échantillon que la moyenne,
par exemple pour éliminer l’effet des valeurs extrêmes. La médiane de n observations x1, x2,.....,
xn est définie comme la valeur du milieu des observations ordonnées par leur grandeur. Si n est
un nombre impair, la médiane est la valeur de l’observation numéro (n + 1) / 2 et si n est pair elle
sera définie comme la moyenne des observations n/2 et (n + 2)/2.
Dans la série d’observations : 15, 14, 2, 50 et 13, dont le tri donne: 2, 13, 14, 15, 50, la médiane
est 14, alors que la moyenne est 18,8 (effet de la valeur extrême de 50). Dans l’exemple de la
figure 2.1 elle est de 11.
RAPPEL DE STATISTIQUE ET DE CALCUL PROBABILISTE ÉLÉMENTAIRE
2-8 AVEC APPLICATION A L’EURODODE 7

2.2.11 Quantiles
Soit x1, x2 ,....., xn des valeurs données d’une variable. Le quantile Q(p) avec 0 < p < 1
(ou 0 < p < 100%) est défini comme le nombre réel tel que la proportion des indices avec
xi ≤ Q(p) est égale à p.
Donc en plus de la médiane, laquelle divise la liste des données en deux moitiés, nous pouvons
considérer d’autres limites. Quand une liste de données ordonnées est divisée en quarts, les
points qui définissent ces quarts sont appelés quartiles.

Exemple : Trouver Q(25%), Q(50%) et Q(75%) de la liste ordonnée suivante de 18 valeurs :

i 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
valeurs 524 528 583 619 688 730 756 777 850 875 884 890 901 926 939 958 969 1258

Résultats:
Médiane = 862,5
Q(50%) = ( 850 + 875 ) / 2 = 862,5 = médiane
Q(25%) = 688
Q(75%) = 926

Si p prend une valeur quelconque comprise entre 0 et 1, on déterminera alors des centiles (ou
fractiles) à savoir chacune des cent valeurs de la variable au-dessous de laquelle se classent 1 %,
2 %,..., 99 % des éléments d'une distribution statistique.
La figure 2.7 est un résumé graphique des éléments statistiques définis ci-dessus, ou ci-dessous
pour certains. C’est un exemple tiré de la géotechnique, il concerne un vaste échantillon
statistique (n = 176) de l’angle de frottement effectif des sols classés sous CL (limon argileux)
selon l’USCS.

2.2.12 Distributions de probabilité


Comme le suggère la figure 2.3, un histogramme, pour un très grand nombre d’observations,
peut être remplacé par une courbe lissée continue qui peut être décrite par une fonction
analytique. Il en existe de très nombreuses. Les plus utilisées sont la loi (la distribution)
normale, la distribution uniforme et la distribution Beta.

2.2.13 Distribution normale ou de Gauss


L’équation de la loi normale ou de Gauss est la suivante et est décrite graphiquement sur la
figure 2.8 :
1 2 2
f (x; µ, s) = ⋅ e− (x−µ ) 2s -∞ < x < ∞ (2.7)
2π s
avec: µ = moyenne des résultats des essais
s = écart type.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 2-9
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Cette loi ne peut être intégrée et on utilise, pour permettre une intégration, une représentation de
cette loi dite centrée - réduite ou standard où la moyenne est égale à zéro et où l’écart type est
égal à 1. La table de la figure 2.9 permet cette intégration.

Φ'
50°
20 Histogramme
A
A
A
15
Fréquence

A
10

A
40 5

010 15 20 25 30 35 40
Φ' [°] des CL en Suisse
30
médiane = 27.0°
Q(25%) =24.2°
médiane

Valeur minimale 12
26.4° 28.0°
20 Valeur maximale 44.6
centile à 5% = 18° Nombre de valeurs 176
Moyenne 27.2
5% Médiane 27
10 Ecart type 5.46
Variance 29.86
Coeff. de dissymétrie 0.0358
Intervalle de confiance à 95% Acuité 0.1771
0
0 5 10 20 25 30 40 50 60 70 80 90 100%
Fréquence cumulative

Fig. 2.7 Analyse statistique d’un échantillon statistique des CL en Suisse


RAPPEL DE STATISTIQUE ET DE CALCUL PROBABILISTE ÉLÉMENTAIRE
2-10 AVEC APPLICATION A L’EURODODE 7

Distribution normale avec Distribution normale standard


valeurs réelles ou centrée - réduite

x-µ
z=
Densité de probabilité

s = 3.3 s = 3.3 s=1 s=1

a = 7.5 µ = 11.6 b = 17.0 µ=0


Valeurs x Valeurs z

Fig. 2.8 Loi de distribution normale

µ=0 z F(z) z F(z) z F(z) z F(z) z F(z)


0.00 0.500 0.40 0.655 0.80 0.788 1.20 0.885 1.60 0.945
0.02 0.508 0.42 0.663 0.82 0.794 1.22 0.889 1.62 0.947
0.04 0.516 0.44 0.670 0.84 0.800 1.24 0.893 1.64 0.949
0.06 0.524 0.46 0.677 0.86 0.805 1.26 0.896 1.66 0.952
F(z) 0.08 0.532 0.48 0.684 0.88 0.811 1.28 0.900 1.68 0.954
= 0.10 0.540 0.50 0.691 0.90 0.816 1.30 0.903 1.70 0.955
0.500 z 0.12 0.548 0.52 0.698 0.92 0.821 1.32 0.907 1.72 0.957
z = (x-µ)/s = 0 0.14 0.556 0.54 0.705 0.94 0.826 1.34 0.910 1.74 0.959
0.16 0.564 0.56 0.712 0.96 0.831 1.36 0.913 1.76 0.961
0.18 0.571 0.58 0.719 0.98 0.836 1.38 0.916 1.78 0.962
0.20 0.579 0.60 0.726 1.00 0.841 1.40 0.919 1.80 0.964
0.22 0.587 0.62 0.732 1.02 0.846 1.42 0.922 1.82 0.966
0.24 0.595 0.64 0.739 1.04 0.851 1.44 0.925 1.84 0.967
0.26 0.603 0.66 0.745 1.06 0.855 1.46 0.928 1.86 0.969
0.28 0.610 0.68 0.752 1.08 0.860 1.48 0.931 1.88 0.970
F(z) 0.30 0.618 0.70 0.758 1.10 0.864 1.50 0.933 1.90 0.971
= 0.32 0.626 0.72 0.764 1.12 0.869 1.52 0.936 1.92 0.973
0.881
z 0.34 0.633 0.74 0.770 1.14 0.873 1.54 0.938 1.94 0.974
z = (x-µ)/s = 1.18 0.36 0.641 0.76 0.776 1.16 0.877 1.56 0.941 1.96 0.975
0.38 0.648 0.78 0.782 1.18 0.881 1.58 0.943 1.98 0.976
x = valeurs réelles ∞ 1.000

Fig. 2.9 Probabilité qu’une valeur soit plus petite que z


pour une distribution normale centrée - réduite

2.2.14 Distribution uniforme


La distribution uniforme, avec les paramètres α et β, a la densité de probabilité suivante :
 1
 α < x <β
f ( x) =  β − α (2.8)
0 autrement

Elle est décrite par la figure 2.10.


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 2-11
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Densité de probabilité f(x)


1
β-α

0 α β
Valeurs x

Fig. 2.10 Distribution uniforme

Sa moyenne est :
α +β
µ= (2.9)
2
et sa variance vaut :
1
s2 = ( β − α )2 (2.10)
12

2.2.15 Distribution Bêta


La distribution Bêta est intéressante car elle permet d’obtenir un peu toutes les formes de
distribution. Sa densité de probabilité f(x) est la suivante et la figure 2.11 décrit quelques-unes de
ses possibilités.
1 α
 ⋅ x − a ⋅ (b − x)
f ( x ) = C
β
( ) a <x<b, α >0, β>0
(2.11)
0 autrement

avec C =
(
α!β! b − a )α +β+1
(α + β + 1)!
Sa moyenne est :
α +β
µ= (2.12)
2
et sa variance vaut :
1
s2 = ( β − α )2 (2.13)
12
RAPPEL DE STATISTIQUE ET DE CALCUL PROBABILISTE ÉLÉMENTAIRE
2-12 AVEC APPLICATION A L’EURODODE 7

Densité de probabilité f(x) α = -1/2, β = -1/2


α = 0, β = 6 α = 6, β = 0
α = 0, β = 1
α = 1, β = 5
α = 1, β = 0
α = 5, β = 1
α = 0, β = 0
α = 3, β = 3

a b a b
Valeurs x Valeurs x

Fig. 2.11 Quelques distributions Bêta

La distribution Bêta nous permet d’introduire la notion de moments par rapport à la moyenne et,
par ce moyen, deux nouveaux paramètres qui mesurent la forme de la distribution.
Le kième moment m par rapport à la moyenne µ de la variable aléatoire x se définit ainsi :
N
∑ ( xi − µ )
k

mk = i=1 (2.14)
N
On voit facilement que le moment d’ordre deux est la variance s2.
Les deux nouveaux paramètres qui permettent de mesurer la forme de la distribution sont :
m3
• le coefficient de dissymétrie (skewness en anglais) β1 = (2.15)
m23 / 2

m4
• l’acuité (kurtosis en anglais) β2 = (2.16)
m22

La figure 2.12 montre comment la dissymétrie et l’acuité agissent sur une distribution.

Dissymétrie Acuité

β1 > 1 β1 < 1 β2 > 3


Densité de probabilité

β2 < 3 β2 = 3
(loi normale)

Valeurs x Valeurs x

Fig. 2.12 Dissymétrie et acuité


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 2-13
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

2.2.16 Probabilité d’occurrence


Une distribution de probabilité, comme une loi normale, permet de calculer la probabilité
d’occurrence d’un intervalle de valeurs, à savoir la probabilité d’occurrence des valeurs
comprises entre les bornes a et b (b > a). La probabilité d’occurrence P(a ≤ x ≤ b) sera égale à la
surface comprise entre la loi et les bornes (surface grisée sur la figure 2.8 par exemple).
a
P ( a ≤ x ≤ b ) = ∫ f ( x ) dx (2.17)
b

avec: x = valeurs de la distribution


a, b = bornes de la distribution
f(x) = loi de la distribution (par ex. loi normale).

Dans le cas de la distribution normale, comme la relation (2.7) n’est pas intégrable, on utilise la
distribution standard (ou centrée - réduite) où µ = 0 et σ = 1. Son intégration fait l’objet de la
table de la figure 2.9. Dans cette dernière, les F(z) sont la probabilité qu’une valeur soit plus
petite que z, à savoir la surface comprise entre -∞ et z.
Cette table demande la transformation des bornes a et b à l’aide des formule suivantes :
a−µ b−µ
a* = b* = (2.18)
s s
Le calcul de la probabilité d’occurrence dépend de la position des bornes par rapport à l’origine :
a) a* et b* sont négatifs : P(a ≤ x ≤ b) = F(-a*) - F(-b*)
b) a* est négatif et b* positif : P(a ≤ x ≤ b) = F(b*) - (1 - F(-a*))
c) a* et b* sont positifs : P(a ≤ x ≤ b) = F(b*) - F(a*)

Exemple 1: Distribution normale. Prenons les valeurs données sur la figure 2.7. a* = (7,5 - 11,6) / 3,3 = -1,24,
b* = (17,0 -11,6) / 3,3 = +1,64; a* est négatif et b* positif.
Alors P(7,5 - 17,0) = F(b*) - (1 - F(-a*)) = 0,949 -(1 - 0,893) = 0,949 - 0,107 = 0,842.
Avec cet exemple, il y aura donc 84,2 chances sur cent pour que la valeur soit comprise entre 7,5
et 17,0.

Exemple 2: Distribution normale. Même distribution que l’exemple 1. On veut maintenant connaître quelle est
la probabilité de rencontrer des valeurs plus grandes que 7,5.
Comme dans l’exemple 1, a* = (7,5 - 11,6) / 3,3 = -1,24. Cette fois b* = (∞ - 11,6) / 3,3 = ∞.
Alors P(7,5 - ∞) = F(b*) - (1 - F(-a*)) = 1,000 -(1 - 0,893) = 1,000 - 0,107 = 0,893.

2.2.17 Population et échantillons


Le nombre des éléments des échantillons statistiques est beaucoup plus faible que celui de la
population dont ils ont été extraits. Les moyennes et les variances de ces échantillons diffèrent
donc de celles de la population. Pour faire face à ce problème, des procédés statistiques ont été
mis au point. Ils sont basés sur l’étude statistique des échantillons qui permet d’évaluer les
paramètres de la population et de donner des indications sur la précision des résultats obtenus.
Les moyennes x des échantillons statistiques étant des variables aléatoires, il existe une
moyenne (valeur espérée) et une variance de la distribution de x désignées par µ x et S x2 .
RAPPEL DE STATISTIQUE ET DE CALCUL PROBABILISTE ÉLÉMENTAIRE
2-14 AVEC APPLICATION A L’EURODODE 7

µx = µ (2.19)

S2  N − n  S2
S x2 =   si N → ∞ alors S x2 = (2.20)
n  N −1 n

avec: n = nombre d’éléments de l’échantillon statistique


N = nombre d’éléments de la population.

Selon l’équation µx = µ , l’espérance de toutes les moyennes d’échantillons de taille n d’une


population est égale à la moyenne de la population. Cela ne signifie pas que x permette d’éva-
luer de manière parfaite µ la moyenne réelle de la population. Il signifie simplement que l’erreur
d’estimation x − µ est elle-même une variable aléatoire dont la moyenne est nulle.
Il faut souligner que µx et S x sont des paramètres inconnus de la population de tous les
échantillons de taille n.

2.2.18 Intervalle de confiance


Il est donc possible de trouver la probabilité que la moyenne d’une population µ soit dans un
intervalle [I,H] en connaissant la moyenne d’un échantillon ( x ). I est la limite inférieure de cet
intervalle et H la limite supérieure. Cet intervalle est dénommé intervalle de confiance pour une
probabilité donnée q et les valeurs I et H, limites de confiance. La probabilité trouvée (95% par
exemple) est donc la confiance que µ se trouve dans l’intervalle [I, H].
Il faut bien comprendre que cela ne signifie pas que la probabilité que µ soit compris dans
l’intervalle [I, H] est égale à q (95%). Cela signifie que si un grand nombre d’échantillons sont
prélevés dans la population et que l’intervalle de confiance (entre I et H) de µ est détérminé pour
chaque échantillon, alors le 95% des intervalles [I, H] contiendront µ.
Le seuil de confiance (unilatéral) q qu’un paramètre param (moyenne d’un échantillon,
param = x ) se trouve bien dans un intervalle [I, H] est :
q = P[I ≤ param ≤ H] = 1 - α (2.21)
avec: α = seuil de signification (voir figure 2.13)
Il existe plusieurs méthodes statistiques pour déterminer l’intervalle de confiance. Nous n’allons
cependant pas toutes les décrire et allons seulement rapidement (et peu rigoureusement) définir
au moyen d’un exemple celle qui est la plus utilisée, à savoir celle basée sur le test de Student.
Elle implique que la variance n’est pas connue.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 2-15
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

=8/42:&,>,E,;,α,>,,>,FGH,≤,,≤,I %)(*/)18*)0','0/923&

%&'()*+,-&,./0121)3)*+,,4567
>,)'*&/J233&,-&,:0'4)2':& (*2'-2/-
>,?@KB 08,:&'*/+&,;,/+-8)*&

α α
=8/42:&,>,,,,,>,?@?AB =8/42:&,>,,,,,>,?@?AB
A A

H I

6?@?AB,>,CA@B ? 6?@?AB,>,DA@B
<23&8/(,

Fig. 2.13 Seuil de signification α pour une distribution centrée réduite

Six essais de compression triaxiale ont été réalisés sur des limons sableux (c’ admis = 0) et leurs
résultats font l’objet de la figure 2.14. Pour que l’ouvrage soit stable, on devrait avoir un angle
de frottement interne Φ’ de 31° et on souhaite que l’intervalle de confiance q soit de 95%. Cet
exemple est voulu très simple ; le nombre des essais est cependant trop faible pour que l’analyse
statistique soit réaliste.

Essais 1 2 3 4 5 6 moyenne écart-type


x s
Φ’ 35,0 33,0 34,5 38,0 36,5 28,5 34,25 3,30

Fig. 2.14 Résultas d’essais de compression triaxiale

Il faut donc déterminer le seuil de confiance q pour une probabilité de 95%. Ce qui signifie que
la moyenne de la population µ (dans ce cas l’angle de frottement effectif moyen du volume de
sol sollicité par l’ouvrage) doit être plus grande que ( x - q95%) ou, d’une façon plus générale,
qu’elle se trouve dans l’intervalle [( x - q95%), ( x + q95%)].
Le seuil de confiance q95% se calcule au moyen d’un coefficient t provenant d’une distribution
statistique standard et fonction du nombre d’essais et du niveau de confiance choisi. Celle de
Student, qui est tabulée sur la figure 2.15, est souvent utilisée. On peut aussi utiliser la distri-
bution normale de Gauss lorsque le nombre des essais est élevé, car, dans ce cas, elle est proche
de celle de Student. Avec la distribution normale, tp = cte = 1,64.
tp
qp = ⋅s (2.22)
n
avec: p = probabilité de x %
s= écart type de l’échantillon statistique (les résultats des essais triaxiaux)
n = nombre d’essais
tp = coefficient fonction d’une distribution statistique, du nombre d’essais et du
niveau de confiance choisi = coefficient de la distribution de Student
RAPPEL DE STATISTIQUE ET DE CALCUL PROBABILISTE ÉLÉMENTAIRE
2-16 AVEC APPLICATION A L’EURODODE 7

t / Niveau de confiance [%]


Nbre Degrés de t90% t95% t98% t99% t99,9%
d’essais liberté
2 1 6.314 12.706 31.821 63.657 636.619
3 2 2.920 4.303 6.965 9.925 31.598
4 3 2.353 3.182 4.541 5.841 12.941
5 4 2.132 2.776 3.747 4.604 8.610
6 5 2.015 2.571 3.365 4.032 6.859
7 6 1.943 2.447 3.143 3.707 5.959
8 7 1.895 2.365 2.998 3.499 5.405
9 8 1.860 2.306 2.896 3.355 5.041
10 9 1.833 2.262 2.821 3.250 4.781
11 10 1.812 2.228 2.764 3.169 4.587
12 11 1.796 2.201 2.718 3.106 4.437
13 12 1.782 2.179 2.681 3.055 4.318
14 13 1.771 2.160 2.650 3.012 4.221
15 14 1.761 2.145 2.624 2.977 4.140
16 15 1.753 2.131 2.602 2.947 4.073
17 16 1.746 2.120 2.583 2.921 4.015
18 17 1.740 2.110 2.567 2.898 3.965
19 18 1.734 2.101 2.552 2.878 3.922
20 19 1.729 2.093 2.539 2.861 3.883
21 20 1.725 2.086 2.528 2.845 3.850
22 21 1.721 2.080 2.518 2.831 3.819
23 22 1.717 2.074 2.508 2.819 3.792
24 23 1.714 2.069 2.500 2.807 3.767
25 24 1.711 2.064 2.492 2.797 3.745
26 25 1.708 2.060 2.485 2.787 3.725
27 26 1.706 2.056 2.479 2.779 3.707
28 27 1.703 2.052 2.473 2.771 3.690
29 28 1.701 2.048 2.467 2.763 3.674
30 29 1.699 2.045 2.462 2.756 3.659
31 30 1.697 2.042 2.457 2.750 3.646
41 40 1.684 2.021 2.423 2.704 3.551
61 60 1.671 2.000 2.390 2.660 3.460
121 120 1.658 1.980 2.358 2.617 3.373
∞ ∞ 1.645 1.960 2.326 2.576 3.291

Fig. 2.15 Distribution t de Student

Pour 6 essais et un niveau de confiance de 95%, le tableau de la figure 2.15 donne t = 2,571. Le
2, 571
seuil de confiance q95% est alors égal à ⋅ 3, 30 = 3,46
6
La valeur devrait alors être plus grande que ( x - q95%) = (34,25 - 3,46) = 30,79°; ce qui est le
cas.
En utilisant le coefficient de variation V [%]; qui est souvent propre à un type de propriété, la
relation (2.22) devient pour une probabilité de 95%:
t V
q95%= p ⋅ ⋅x (2.23)
n 100
Pour les sols, le coefficient de variation est fortement dépendant du type de la caractéristique et
peut être évalué par le tableau de la figure 2.16.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 2-17
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Un coefficient de variation unique peut ainsi, et dans une certaine mesure, être appliqué à chaque
type de caractéristique d’un sol.

Caractéristiques du sol Limites du Valeur plausible du


coefficient de coefficient de variation
variation [%] [%]
Masse volumique ρ, 1 - 10 5
poids volumique γ
Angle de frottement 5 - 15 10
effectif Φ’
Cohésion c’ 30 - 50 40
Modules de 20 - 70 40
compressibilité

Fig. 2.16 Coefficients de variation des caractéristiques des sols

2.2.19 Illusion de l’analyse statistique en géotechnique


L’examen du domaine de variation du facteur t95% / n de l’équation (2.23) illustré par la
figure 2.17 est très important.




O'23P(&,(*2*)(*)Q8&,3&,
M@??
.38(,(08J&'*,.0(()13&

L@??
O'23P(&,(*2*)(*)Q8&,3&
.38(,(08J&'*,)9.0(()13&
A@??

E@??

?@??
? B E? EB A? AB L?
'091/&,-N&((2)(

Fig. 2.17 Domaine de variation de t / n

On remarque sur la figure 2.17 que la relation peut être divisée en deux zones dont la limite se
trouve approximativement entre 10 et 15 essais. En deçà de cette limite approximative, et comme
on peut le constater sur la figure 2.17, l’analyse statistique est le plus souvent pratiquement
impossible. Ce nombre d’essais (10 à 15 essais triaxiaux par exemple), qu’il faudrait réaliser sur
une même couche de sol est le plus souvent irréaliste. Cela signifie qu’une analyse statistique
basée sur des intervalles de confiance n’est que très rarement possible en géotechnique.
RAPPEL DE STATISTIQUE ET DE CALCUL PROBABILISTE ÉLÉMENTAIRE
2-18 AVEC APPLICATION A L’EURODODE 7

2.2.20 Régression et corrélation


Une population à deux dimensions est une population dont chaque élément est caractérisé par
deux valeurs. L’étude de la relation fonctionnelle entre ces deux variables est appelée analyse de
régression.
Nous avons n paires de valeurs de deux caractéristiques d’échantillons (x1, y1 ) ;... ; (xn, yn ) et
nous faisons l’hypothèse qu’elles puissent être représentées par une relation Y = f(x).
Y est appelé la variable aléatoire dépendante (de x) et x la variable aléatoire indépendante.
Avec la méthode des moindres carrés on minimise la somme des carrés des distance verticales
entre les points expérimentaux et les points correspondants sur la relation Y = f(x).

∑ ( y − f ( x )) 2 = min (2.24)
L’erreur commise pour chaque point expérimental i est : ei = yi - Yi.
Si cette fonction est linéaire : y = a x + b, on minimise alors ∑ ( y − a ⋅ x − b ) 2 .
La figure 2.18 décrit, par deux exemples, les différents paramètres utilisés dans les analyses de
régression.
Bonne corrélation Corrélation médiocre
14 25
y = 21.365 – 0.40427 x y = 23.628 – 0.4199 x
12
r = 0.953 20 r = 0.551
10
valeurs y

8 15
ei
6 10
a + bxi
4 yi
5
2
0 0
20 25 30 35 40 45 20 25 30 35 40 45
valeurs x valeurs x

Fig. 2.18 Analyse de régression

Introduisons (ou rappelons) les définitions suivantes pour simplifier la suite de l’exposé,
définitions valables pour un échantillon.
1 n
s2x = (2
)
∑ xi − x = variance des xi
n − 1 i=1
(2.25a)

1 n
s2y = (2
)
∑ yi − y = variance des yi
n − 1 i=1
(2.25b)

1 n
s2xy = ( )( )
∑ xi − x yi − y = covariance des xi et yi = cov(x,y)
n − 1 i=1
(2.25c)

avec: x = moyenne des xi


y = moyenne des yi
n = nombre de valeurs expérimentales.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 2-19
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Ainsi, dans le cas de la régression linéaire, les valeurs de a et b s’expriment alors par :
2
sxy
a = y −b⋅x b= (2.26)
2
sxx

La mesure quantitative de l’écart des résultats (erreur e) par rapport à la fonction Y = f(x) est
possible grace au coefficient de corrélation r qui est défini par:

r=
( )
cov x, y
(2.27)
sx s y

Il exprime la qualité de la corrélation; si elle est parfaite r = 1.

2.2.21 Arbres de décision et règle de Baye


Au long du processus de la conception et de l'exécution d'un ouvrage l'ingénieur doit prendre
toute une série de décisions. Si souvent une décision peut se prendre sur la base de critères
objectifs comme la contrainte admissible dans un matériau, en géotechnique, il arrive
fréquemment que les critères de choix soient incertains : quelle est la profondeur du bedrock à un
endroit donné alors que l'hectare sur lequel viendra se construire un ensemble de fondations n'a
été reconnu que par deux ou trois sondages ?
Qui plus est, une décision est rarement unique et l'ingénieur doit plutôt prendre des séquences de
décisions non indépendantes les unes des autres. L'ingénieur possède une puissante aide en la
méthode des arbres de décision et la théorie bayesienne (du nom du mathématicien anglais du
18é siècle, Thomas Bayes). Cette méthode et cette théorie sont très proches de la démarche
d'esprit de l'ingénieur car elle lie notamment les éléments objectifs et les éléments subjectifs qui
interviennent dans un processus de décision.
Le théorème de Baye permet de combiner les résultats d’essais ou de sondages d’une
reconnaissance géotechnique avec d’autres sources de connaissance comme l’expérience, des
corrélations ou des résultats d’essais entrepris par la suite.
Nous allons essayer de donner un aperçu de cette méthode par un exemple très simple tiré de
l'ouvrage de Benjamin et Cornell (1970). Cet exemple est illustré par la figure 2.19. Quelle
longueur de pieux préfabriqués battus faut-il choisir lorsque deux forages ont reconnu le bedrock
à 10 et 15 mètres. Les éléments subjectifs de l'arbre de décision de la figure 2.19 sont les
probabilités d’occurrence données à chaque branche de cet arbre : P'(θ0) = 0,6 et P'(θ1) = 0,4. Le
poids du défaut, par exemple le coût des quatre résultats peut lui être en général calculé
exactement. Dans cet arbre de décision les ronds sont des événements et les carrés des décisions.
Il n'y a qu'une décision à prendre dans cet exemple très simple. Les valeurs espérées du défaut ou
du coût s'obtiennent facilement en multipliant les poids ou coûts par la probabilité de chaque
branche θ. Dans cet exemple ce serait la solution des pieux de 15 mètres qui devrait être choisie
car son défaut (–100) est le moins important.
RAPPEL DE STATISTIQUE ET DE CALCUL PROBABILISTE ÉLÉMENTAIRE
2-20 AVEC APPLICATION A L’EURODODE 7

à 10 m 0
bedrock
θ 0 = 0,6
0m θ1 = 0.4
u x de 1
pie a0 bedrock à -400
15 m

à 10 m -200
a bedrock
x de 1
pieu
15 m θ 0 = 0,6
θ1 = 0.4
bedrock à +50
15 m

θi = probabilité; θ0 = 0,6; θ1 = 0,4 par exemple

Valeur espérée de a0 = 0,6 . 0 + 0,4 . (-400) = -160


Poids du
Valeur espérée de a1 = 0,6 . (-200) + 0,4 . 50 = -100 défaut

Fig. 2.19 Exemple très simple d’un arbre de décision

Supposons maintenant que l'on puisse compléter la reconnaissance par forages par une mesure
en sismique réflexion. La règle de Bayes permettra alors d'affiner la première prévision : si cette
deuxième mesure de la profondeur du bedrock donne une valeur de 13 mètres et que la
probabilité d'avoir une profondeur réelle de 10 m avec cette deuxième mesure est de 0,2 et de 0,4
pour une profondeur réelle de 15 m, les probabilités revues de θ0 et de θ1 seront de :

P"(θ0) = 0,2 . 0,6 = 0,12 et P"(θ1) = 0,4 . 0,4 = 0,16

Avant d'introduire ces nouvelles valeurs dans l'arbre de décision il faudra encore les normaliser à
1:
P"(θ0) = 0,12 / (0,16 + 0,12) = 0,43 et P(θ1) = 0,16 / (0,16 + 0,12) = 0,57

Ces probabilités revues augmentent la différence entre les deux valeurs espérées du défaut et la
solution des pieux de 15 m devient maintenant nettement préférable.
Cette méthode est particulièrement efficace pour l'estimation des coûts et/ou des méthodes de
construction d'ouvrages à fort degré d'incertitude.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 2-21
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

2.3 Approche statistiquo-probabiliste et Eurocode


2.3.1 La méthode proposée par l’ENV 1997-1
Comme nous l’avons montré dans la section 1.2, l’ENV 1997-1: calcul géotechnique, demande
que les valeurs de calcul des propriétés des sols soient déterminées au moyen des relations (1.1)
et (1.2) qui sont rappelées ci-dessous :
(1.1) : xd = xk / γm

avec : xd = valeur de calcul des propriétés du terrain


xk = valeur caractéristique des propriétés du terrain
γm = coefficient de sécurité partiel relatif à la propriété du sol considérée.
(1.2) : xk = x5% = x – q95%

avec: x = moyenne des résultats des essais


q95% intervalle de confiance pour une probabilité de 95%.

En utilisant les résultats des six essais de compression triaxiale tabulés sur la figure 2.14, la
valeur caractéristique xk de l’angle de frottement effectif serait de :
s 3, 30
xk = ( x – q95%) = ( x – t p ⋅ ) = (34,25 – 2, 571 ⋅ ) = 30,8°
n 6

2.3.2 Le problème
Cependant, comme indiqué au paragraphe 2.2.18, cela ne signifie pas que la moyenne µ de la
population – de très nombreux résultats d’essais réalisés dans le volume d’une couche du terrain
sollicité par un ouvrage – se trouve dans les limites de confiance. Cela ne signifie seulement que
si un grand nombre d’échantillons statistiques (un groupe de résultats des essais) est prélevé dans
la population et que l’intervalle de confiance de µ est déterminé pour chacun de ces échantillons
statistiques, alors le 95% des intervalles contiendra µ.
Quelles sont donc les valeurs du nombre d’essais n qui permettent de répondre à cette condition?
La figure 2.17 montre qu’en dessous de approximativement 10 essais toute analyse statistique
n’est guère possible. R. J. Johnson (1994) donne un chiffre de 30 et H. R. Schneider (1999) un
chiffre de 13.
Ces nombres d’essais sont irréalistes pour la plupart des reconnaissances géotechniques!
Réaliser, par exemple, 13 essais de compression triaxiale sur des éprouvettes prélevées dans une
certaine couche du sol n’est économiquement réalisable que pour des projets exceptionnels.
Que faire alors?
C’est là qu’interviennent les valeurs dérivées définies par l’ENV 1997-2 : calcul sur la base
d’essais en laboratoire et par l’ENV 1997-3 : calcul sur la base d’essais in situ, et déjà introduites
dans la section 1.2 de ce rapport. Ces valeurs sont le résultat final d’une reconnaissance
géotechnique. Elles sont transmises par l’organisme responsable de cette reconnaissance, par
RAPPEL DE STATISTIQUE ET DE CALCUL PROBABILISTE ÉLÉMENTAIRE
2-22 AVEC APPLICATION A L’EURODODE 7

exemple un bureau de géotechnique, au responsable du projet de l’ouvrage. Elles remplacent, en


quelque sorte, les simples moyennes des résultats d’essais.
Les valeurs dérivées sont obtenues par les résultats des essais, des corrélations et par la théorie;
ces trois classes de source de renseignements pouvant être combinées ou non. Comme le nombre
des essais en laboratoire et in situ ne pouvant, en général, être assez nombreux pour une analyse
statistique correcte, les corrélations existantes entre diverses caractéristiques des sols sont très
importantes pour le choix, en toute confiance, d’une valeur de calcul des propriétés du terrain xd.

2.3.3 Une solution possible


Trois cas peuvent se présenter dans la connaissance des propriétés des sols :
a) Le nombres des essais permet de réaliser une approche probabiliste correcte selon la section
2.2 et les relations (1.1) et (1.2).
Il faut alors disposer de plus de 10 à 15 résultats d’un même essai réalisé sur une couche de
terrain. Comme déjà dit plus haut, ce cas est exceptionnel.

b) Aucun essai n’a été réalisé.


Ce cas est, malheureusement, fréquent. Il faut alors estimer les propriétés des sols sur la base
d’études statistiques et de corrélations publiées, ou d’estimations grossières.
En Suisse, nous possédons en la norme SN 670 010b : caractéristiques des sols, une très
importante étude statistique réalisée sur quelque 6’000 échantillons (de laboratoire) provenant
de toute la Suisse (Dysli et Rybisar, 1992). Les sols y sont classés selon l’USCS et pour
chacune de ces classes et pour chaque propriété, la moyenne et l’écart-type sont donnés. Le
chapitre 3 de ce rapport va encore perfectionner cette statistique en complétant notamment les
moyennes et écart-types par les histogrammes correspondants.
La figure 2.20 donne un exemple des tableaux de cette norme.
Les corrélations du chapitre 4 du présent rapport sont aussi un puissant et fiable outil
d’évaluation des caractéristiques des sols.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 2-23
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Ton Silt Sand Kies USCS (SN 670 008a, 1998) :


Argile Limon Sable Gravier
100 SM
90

Siebdurchgang [Masse-%]
Tamisat [% de la masse]
80
70 siltiger Sand mit oder ohne Kies
60 sable limoneux avec ou sans gravier
50
40
30
20
10 350
0 Korndurchmesser
0,002 0,006 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 [mm] Diamètre des grains

wL IP ρ w eo Φ' c' cu Cc Cs k wopt ρd opt


[%] [%] [t.m-3] [%] [-] [°] [kN.m-2] [kN.m-2] [-] [-] [m.s-1] [%] [t.m-3]
24,1 5,1 2,07 18,8 0,61 33,6 22,0 76 0,108 0,011 1.10-8 9 2,05
bis / à
σ=9,5 σ=4,0 σ=0,17 σ=10,8 σ=0,35 σ=1,5 σ=33,5 σ=73 σ=0,100 σ=0,007 5.10-6 σ=3 σ=0,25

Fig. 2.20 Exemple d’un tableau de la norme SN 670 010b (σ = s)

Enfin, on peut aussi tenter une estimation grossière au moyen des relations simplistes
suivantes :
a + 4b + c
x= (2.28)
6

c−a
V= ⋅100 (2.29)
x
avec: x = moyenne d’une caractéristique
V= coefficient de variation de cette caractéristique [%]
A= valeur minimale estimée
B= valeur la plus probable
C= valeur maximale estimée.

Pour le coefficient de variation, les valeurs de la figure 2.16 peuvent aussi être utilisées,
directement ou comme moyen de contrôle.
Les valeurs a, b et c sont des estimations basées, par exemple, sur l’expérience des carac-
téristiques locales d’un sol.

c) Des essais ont été réalisés mais leur nombre ne permet pas une analyse probabiliste correcte
et, en plus, il est possible d’estimer les propriétés des sols sur la base d’autres sources de
connaissance : études statistiques et corrélations publiées, ou estimations grossières basées
sur une expérience locale.
C’est le cas le plus fréquent. Pour démontrer comment procéder définissons les paramètres
suivants :
RAPPEL DE STATISTIQUE ET DE CALCUL PROBABILISTE ÉLÉMENTAIRE
2-24 AVEC APPLICATION A L’EURODODE 7

Résultats des essais :


xe = moyenne
Ve = coefficient de variation [%]
n= nombre d’essais.
Valeurs provenant d’une autre source :
x as = moyenne (provenant par exemple de la norme SN 670 010b)
Vas = coefficient de variation [%] (provenant par exemple de la norme SN 670 010b)
Valeurs finales combinées :
xc = moyenne
Vc = coefficient de variation [%].
Les valeurs combinées peuvent s’établir au moyen des relations suivantes (règle de Baye,
Tang, 1971, H.R. Schneider 1999) :
2
x  V ⋅x 
xe + as ⋅  e e 
n  Vas ⋅ xas 
xc = (2.30)
2
1  Ve ⋅ xe 
1+ ⋅ 
n  Vas ⋅ xas 

V ⋅x 1
Vc = e e ⋅ (2.31)
xc 2
 V ⋅x 
n+ e e 
 Vas ⋅ xas 

Enfin, la valeur caractéristique des propriétés du terrain x k selon l’ENV 1997-1 peut se
déterminer approximativement par la relation :

x k = xc ⋅  1 −
Vc 
(2.32)
 2 ⋅ 100 

Dans la relation 2.32, le facteur 2 multipliant 100 provient d’une hypothèse simplificatrice de
la loi de Student.

2.3.4 Exemple
Pour cet exemple, nous allons reprendre les résultats des essais de compression triaxiale exécutés
sur des sables limoneux (SM selon l’USCS) et donnés sur la figure 2.14.
Le nombre des essais est égal à 6 (ce qui est déjà beaucoup pour une couche!). Cela conduit à
utiliser la solution c du paragraphe 2.3.3 car une analyste probabiliste n’est raisonnablement pas
possible.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE 2-25
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Résultats des essais :


xe = 34,25°
Ve = 9,6 %
n = 6
Valeurs provenant d’une autre source :
Nous allons utiliser la norme SN 670 010b: caractéristique des sols et, en particulier, le
tableau correspondant aux SM (fig. 2.20).
x as = 33,6°
Vas = (1,5 / 33,6) 100 = 4,5 %
Valeurs finales combinées :
2
33,6  9,6 ⋅ 34,25
34,25 + ⋅ 
6  4,5 ⋅ 33,6 
xc = = 33.94°
2
1  9,6 ⋅ 34,25
1+ ⋅  
6  4,5 ⋅ 33,6 

9, 6 ⋅ 34, 25 1
Vc = ⋅ = 3,0 %
33, 94  9, 6 ⋅ 34, 25
2
6+ 
 4, 5 ⋅ 33, 6 

 V   3, 0 
xk = xc ⋅ 1 − c  = xk = 33, 94 ⋅ 1 −  = 33,43 = 33,4°
 200  200

C’est cette dernière valeur qui sera utilisée par le projeteur.


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 3-1

3. Actualisation de la banque des caractéristiques des sols


suisses
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 3-3

3.1 Introduction
Lors de la parution, en 1992, du rapport OFROU no 244 « Statistique sur les caractéristiques des
sols suisse » (Dysli, Rybisar, 1992) rédigé par le Laboratoire de mécanique des sols de l’EPFL,
la classification suisse des sols, décrite par la norme SN 670 008, était une curieuse adaptation
de l’ «Unified Soil Classification System » (USCS) décrite par la norme ASTM D2487. Elle fut
cependant utilisée pour la présentation de la statistique.
En 1997 l’Union des professionnels suisses de la route (VSS) a décidé de revoir les normes
SN 670 005 et 670 008, consacrées à la classification des sols, et d’utiliser pour cela la classifi-
cation USCS standard décrite par la norme ASTM D2487. En parallèle, la norme SN 670 010a
« Caractéristiques des sols » fut, sur la base de la présente recherche, adaptée à cette nouvelle
classification.

3.2 Statistique sur les sols suisses


Rappelons que la statistique sur les sols suisses (Dysli, Rybisar, 1992) avait été réalisée sur
quelque 6000 échantillons provenant de toute la Suisse et, comme environ 25 caractéristiques
étaient liées à chaque échantillon, c’est environ 150'000 valeurs qui ont été traitées.
Ces valeurs proviennent de plusieurs laboratoires et leur homogénéité parfaite n’est pas garantie.
La valeur de cette statistique provient surtout du nombre exceptionnel de résultats d’essais
qu’elle englobe.
Les échantillons provenaient essentiellement de forages, cela explique la faible quantité des va-
leurs relatives aux sols grossiers qui sont difficiles à carotter.

3.3 Composition des sols suisses


Les sols traités dans cette statistique ont tous, ou presque, la même origine géologique, à savoir
l’érosion de la chaîne des Alpes. Cette statistique peut donc s’appliquer à toutes les régions pro-
ches de l’Arc alpin (nord de l’Italie, Autriche, sud de l’Allemagne et est de la France).
Sur le plan génétique, ces sols, sont surtout constitués de :
• moraines, latérales ou de fond, provenant pour la plupart de la glaciation würmienne et très
peu des glaciations précédentes,
• alluvions fluviatiles, torrentielles et fluvio-glaciaires,
• sédiments lacustres et glacio-lacustres,
• colluvions.
On y trouve aussi, mais plus rarement, des sols organiques comme des tourbes et des craies
lacustres et quelques éluvions.
Sur le plan minéralogique, et pour leur partie fine, ils sont surtout constitués de minéraux argi-
leux « jeunes », en particulier d’illite et de kaolinite mais très peu d’interstratifiés.
Remarquons enfin que l’on retrouve, dans ces sols suisses, un peu les mêmes types de sols et de
minéraux qu’au long du bouclier scandinave. La sensibilité des sols scandinaves peut cependant
3-4 ACTUALISATION DE LA BANQUE DES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS SUISSES

être très élevée en bordure de la mer (quick clays), ce qui n’est pas le cas pour les sols suisses
dont la sensibilité est presque toujours faible.

3.4 Nouvelle classification USCS suisse


Le système de classification USCS a été proposé aux Etats Unis par A. Casagrande au début des
années quarante pour la conception de pistes d’aéroports. Il a ensuite été modifié en 1952 par lui-
même, le «US Bureau of Reclamation» et le «US Corps of Engineers» pour le rendre applicable
aux autres types de constructions.
L’USCS est basé sur la granulométrie, la présence ou non de matière organique et, pour les sols
fins, sur le diagramme de plasticité. Il désigne un sol par un symbole de groupe de 1 ou 2 couples
de lettres selon la teneur en particules fines et la position du sol fin dans le diagramme de
plasticité. Il est complété par un nom de groupe qui, en plus, tient compte des proportions des
composantes de la granulométrie.
La correspondance de la nouvelle norme SN 670 008a « Identification des sols, méthode de
laboratoire avec classification selon USCS », avec l’ancienne version SN 670 008 n'est pas
exacte. Par exemple, la classe CL de l’ancienne version de la norme est divisée maintenant en
CL (low) et CM (medium) par la limite de liquidité de 30%. La figure 3.1 décrit comment a été
réalisée la correspondance entre ces deux versions de la norme SN 670 008. Elle indique
notamment que seules les statistiques des nouvelles classes GC et SC ont été refaites dans le
cadre de la présente recherche et que les autres sont celles de la recherche OFROU no 244
(Dysli, Rybisar, 1992). Ces adaptations ne sont pas toujours parfaitement rigoureuses mais elles
conduisent à de nouvelles valeurs de la même incertitude que celles de la version précédente de
cette norme.

3.5 Nouvelle présentation standard


La présentation des tableaux de la norme SN 670 010a « Caractéristiques des sols », a été
modifiée et complétée pour la présente recherche. En plus des valeurs moyennes, de leurs
variabilité et du fuseau granulométrique, ces tableaux comprennent maintenant un dessin de la
distribution de chaque paramètre (histogramme). L’échelle de la fréquence (axe vertical) n’est
pas représentée car elle dépend du nombre de classes qui est variable ; elle n’a donc pas de
signification pratique et seule la forme de la distribution est intéressante.
Enfin, ces tableaux sont maintenant trilingues : français, anglais et allemand. La figure 3.2
définit chaque élément de ces tableaux.

3.6 Résultats de l’actualisation


Les nouveaux tableaux font l’objet des pages suivantes. Ils ne sont pas numérotés mais
seulement classés selon l’ordre des figures 3.3a, b et c qui définissent aussi les noms de groupes
associés aux symboles de l’USCS.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 3-5

SN 670 010a SN 670 010b


GW GC GC-CL GW GW-GM, GC-GM
GP-GM

GP GM-ML GC-CH GP GC

GM GM-GC GM GW-GC,
GP-GC

SW SC SC-CL SW SW-SM, SC-SM


SP-SM

SP SM-ML SC-CH SP SC

SM SM-SC SM SW-SC,
SP-SC

ML CL-ML ML CL-ML CH

ML1 ML CL OL
wL ≤ 30%

ML2 ML CM OH
wL > 30%

CL OL CH MH

CL1 OL1 OH

CL2 OL2 MH statistique


non statistique
modifiée modifiée

Fig. 3.1 Passage de la classification USCS de l’ancienne norme SN 670 008


à la nouvelle classification de la norme SN 670 008a

Quoique cela ne soit pas directement lié à l’actualisation, il est important de signaler que certains
paramètres donnés dans les tableaux dépendent plus ou moins fortement de la profondeur. Ce
sont, en particulier, l’indice de vide et les cohésions apparentes. Pour ces paramètres, les moyen-
nes et coefficients de variations correspondent à l’ensemble des échantillons prélevés à diverses
profondeurs. Dans la banque de données, ces profondeurs sont connues, mais un fractionnement
des valeurs données dans les tableaux en fonction de la profondeur était très difficile et n’a pas
été réalisé.

3.7 Degré de confiance dans les valeurs des tableaux


Le degré de confiance que l’on peut avoir dans les valeurs contenues dans les tableaux dépend :
• du nombre des essais n réalisés
• de la variance (coefficient de variation)
• de la forme de la distribution, ceci dans une moindre mesure.
Lorsque, pour un paramètre, le nombre des essais est inférieur à 5, nous avons introduit une es-
timation tirée de l’expérience. Pour un nombre d’essais compris approximativement entre 5 et
20, nous aurions pu faire une sorte de moyenne entre une valeur tirée de l’expérience et les
valeurs provenant des résultats d’essais. Nous avons cependant renoncé à cet expédient. Dans ce
cas, et si cela est possible, un contrôle des valeurs données sur les tableaux au moyen de corré-
lations est vivement recommandé.
3-6 ACTUALISATION DE LA BANQUE DES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS SUISSES

Toutes les valeurs All values Alle Werte


gras : tirées de la statistique bold : from the statistics fett : aus der Statistik
italique : valeur estimée italic : estimated value kursiv : Erfahrungswerte
(nbre d’essais < 5) (number of tests < 5) (Testanzahl < 5)

Valeur moyenne Coefficient de variation Distribution Distribution Verteilung


Mean value Coefficient of variation Donnée que si le nbre Given only if the Gegeben nur wenn der
Mittelwert Variationskoeffizient d’essais est > 9 number of tests is > 9 Testanzahl > 9 ist

Nombre d’essais réalisés Fréquence


Number of performed tests Frequency
Anzahl der ausgeführten Tests Frequenz

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


39.3 12.9 1.74 46.3 1.22 6.7E-8
V = 17% V = 42% V = 6% V = 21% V = 24% V = 111%
n = 20 n = 20 n = 20 n = 22 n = 18 n = 11

20 30 40 50 60 0 10 20 30 40 0 1 2 3 4 0 100 200 250 0 2.5 5 7.5 10 0 2E-7 4E-7

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
27 5 30 15 0.295 0.025
V = 72%
V = 20% V = 200% V = 200% V = 200% V = 70%
n = 12

0 0.5 1 1.5 2
V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80
V = standard deviation
60 Ø < 60 mm n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : OL
n = 18 n = Anzahl der Versuche
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung

Courbe granulométrique moyenne Fuseau granulométrique Symbole USCS


Mean grain size distribution curve Grain size distribution range USCS symbol
Mittlere Kornverteilungskurve Streubereich der Kornverteilung USCS Symbol

Nombre de granulométries Toutes les valeurs des paramètres correspondent au


Un astérisque indique que la courbe et son fuseau sont estimés. fuseau granulométrique donné.
Number of grain size analysis All the values of the parameters agree to the given
An asterisk means that the curve and its range are estimated. grain size range.
Anzahl der Kornverteilungen Alle Werte der Kennziffern entsprechen dem
Ein Sternchen bedeutet dass die Kurve und ihr Streubereich
aufgrund der Erfahrung festgelegt wurden. gegebenen Streubereich der Kornverteilung.

Fig. 3.2 Définition de tous les éléments des tableaux

En outre, il faut tenir compte du fait que les valeurs données dans chaque tableau correspondent
au fuseau granulométrique donné en bas à gauche des tableaux.
Les histogrammes de la perméabilité k sont donnés par rigueur. Ils sont cependant sans grande
signification car le domaine de variation de ce paramètre est très grand : une ou plusieurs puis-
sances de 10 !
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 3-7

USCS Nom de groupe Group name Gruppennamen Page


selon SN 670 008a (SN 670 008a) (ASTM D2487) (SN 670 008a)
GW gravier bien gradué, well-graded gravel, gut abgestufter Kies, 3-10
gravier sableux bien well-graded gravel with gut abgestufter sandiger
gradué. sand. Kies.
GP gravier mal gradué, poorly-graded gravel, schlecht abgestufter Kies, 3-10
gravier sableux mal poorly-graded gravel with schlecht abgestufter
gradué. sand. sandiger Kies.
GM gravier limoneux, silty gravel, siltiger Kies, 3-11
gravier limoneux avec silty gravel with sand. siltiger Kies mit Sand.
sable.
GW-GM, GP-GM gravier avec limon, gravel with silt, Kies mit Silt, 3-11
gravier avec limon et gravel with silt and sand. Kies mit Silt und Sand.
sable.
GC gravier argileux, clayey gravel, toniger Kies, 3-12
gravier argileux avec clayey gravel with sand. toniger Kies mit Sand.
sable.
GW-GC, GP-GC gravier avec argile (ou gravel with clay (or silty Kies mit Ton (oder 3-12
argile limoneuse), clay), siltigem Ton),
gravier avec argile (ou gravel with clay (or silty Kies mit Ton (oder
argile limoneuse) et sable. clay) and sand. siltigem Ton) und Sand.
GC-GM gravier limono-argileux, silty, clayey gravel, siltiger bis toniger Kies, 3-13
gravier limono-argileux silty, clayey gravel with siltiger bis toniger Kies
avec sable. sand. mit Sand.
SW sable bien gradué, well-graded sand, gut abgestufter Sand, 3-14
sable graveleux bien well-graded sand with gut abgestufter kiesiger
gradué. gravel. Sand.
SP sable mal gradué, poorly-graded sand, schlecht abgestufter Sand, 3-14
sable graveleux mal poorly-graded sand with schlecht abgestufter
gradué. gravel. kiesiger Sand.
SM sable limoneux, silty sand, siltiger Sand, 3-15
sable limoneux avec silty sand with gravel. siltiger Sand mit Kies.
gravier.
SW-SM, SP-SM sable avec limon, sand with silt, Sand mit Silt, 3-15
sable avec limon et sand with silt and gravel. Sand mit Silt und Kies.
gravier.
SC sable argileux, clayey sand, toniger Sand, 3-16
sable argileux avec clayey sand with gravel. toniger Sand mit Kies.
gravier.
SW-SC, SP-SC sable avec argile (ou sand with clay (or silty Sand mit Ton (oder 3-16
argile limoneuse), clay), siltigem Ton),
sable avec argile (ou sand with clay (or silty Sand mit Ton (oder
argile limoneuse) et clay) and gravel. siltigem Ton) und Kies.
gravier.
SC-M sable limono-argileux, silty, clayey sand, siltiger bis toniger Sand, 3-17
sable limono-argileux silty, clayey sand with siltiger bis toniger Sand
avec gravier. gravel. mit Kies.

Fig. 3.3a Liste des tableaux: graviers et sables


3-8 ACTUALISATION DE LA BANQUE DES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS SUISSES

USCS Nom de groupe Group name Gruppennamen Page


selon SN 670 008a (SN 670 008a) (ASTM D2487) (SN 670 008a)
ML limon, limon avec gravier silt, silt with gravel or Silt, Silt mit Kies oder 3-18
ou sable, limon graveleux sand, gravelly or sandy Sand, kiesiger oder
ou sableux, limon silt, gravelly silt with sandiger Silt, kiesiger Silt
graveleux avec sable, sand, sandy silt with mit Sand, sandiger Silt
limon sableux avec gravel. mit Kies.
gravier.
CL-ML argile limoneuse, argile silty clay, silty clay with siltiger Ton, siltiger Ton 3-18
limoneuse avec gravier, gravel, silty clay with mit Kies, siltiger Ton mit
argile limoneuse avec sand, gravelly silty clay, Sand, kiesiger bis siltiger
sable, argile gravelo- sandy silty clay, gravelly Ton, sandiger bis siltiger
limoneuse, argile sablo- silty clay with sand, sandy Ton, kiesiger bis siltiger
limoneuse, argile gravelo- silty clay with gravel. Ton mit Sand, sandiger
limoneuse avec sable, bis siltiger Ton mit Kies.
argile sablo-limoneuse
avec gravier.
CL limon argileux, limon clayey silt, clayey silt toniger Silt, toniger Silt 3-19
argileux avec sable, limon with sand, clayey silt with mit Sand, toniger Silt mit
argileux avec gravier, gravel, sandy clayey silt, Kies, sandiger toniger
limon argileux sableux, sandy clayey silt with Silt, sandiger toniger Silt
limon argileux sableux gravel, gravelly clayey mit Kies, toniger kiesiger
avec gravier, limon silt, gravelly clayey silt Silt, toniger kiesiger Silt
argileux graveleux, limon with sand. mit Sand.
argileux graveleux avec
sable.
CM argile maigre, argile lean clay, lean clay with magerer Ton, magerer 3-19
maigre avec sable, argile sand, lean clay with Ton mit Sand, magerer
maigre avec gravier, gravel, sandy lean clay, Ton mit Kies, sandiger
argile maigre sableuse, sandy lean clay with magerer Ton, sandiger
argile maigre sableuse gravel, gravelly lean clay, magerer Ton mit Kies,
avec gravier, argile gravelly lean clay with kiesiger magerer Ton,
maigre graveleuse, argile sand. kiesiger magerer Ton mit
maigre graveleuse avec Sand.
sable.
CH argile grasse, argile grasse fat clay, fat clay with fetter Ton, fetter Ton mit 3-20
avec sable, argile grasse sand, fat clay with gravel, Sand, fetter Ton mit Kies,
avec gravier, argile grasse sandy fat clay, sandy fat sandiger fetter Ton,
sableuse, argile grasse clay with gravel, gravelly sandiger fetter Ton mit
sableuse avec gravier, fat clay, gravelly fat clay Kies, kiesiger fetter Ton,
argile grasse graveleuse, with sand. kiesiger fetter Ton mit
argile grasse graveleuse Sand.
avec sable.
MH limon élastique, limon elastic silt, elastic silt with elastischer Silt,, 3-20
élastique avec gravier, gravel, elastic silt with elastischer Silt mit Kies,
limon élastique avec sand, gravelly elastic silt, elastischer Silt mit Sand,
sable, limon élastique sandy elastic silt, gravelly kiesiger elastischer Silt,
graveleux, limon élastique elastic silt with sand, sandiger elastischer Silt,
sableux, limon élastique sandy elastic silt with kiesiger elastischer Silt
graveleux avec sable, gravel. mit Sand, sandiger
limon élastique sableux elastischer Silt mit Kies.
avec gravier.

Fig. 3.3b Liste des tableaux: sols fins inorganiques


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 3-9

USCS Nom de groupe Group name Gruppennamen Page


selon SN 670 008a (SN 670 008a) (ASTM D2487) (SN 670 008a)
OL IP < 4 IP < 4 IP < 4 3-21
limon organique, limon organic silt, organic silt organischer Silt,
organique avec sable, with sand, organic silt organischer Silt mit Sand,
limon organique avec with gravel, sandy organic organischer Silt mit Kies,
gravier, limon organique silt, sandy organic silt sandiger organischer Silt,
sableux, limon organique with gravel, gravelly sandiger organischer Silt
sableux avec gravier, organic silt, gravelly mit Kies, kiesiger
limon organique organic silt with sand organischer Silt, kiesiger
graveleux, limon organischer Silt mit Sand
organique graveleux avec
sable
IP ≥ 4 IP ≥ 4 IP ≥ 4
argile organique, argile organic clay, organic clay organischer Ton,
organique avec sable, with sand, organic clay organischer Ton mit Sand,
argile organique avec with gravel, sandy organic organischer Ton mit Kies,
gravier, argile organique clay, sandy organic clay sandiger organischer Ton,
sableuse, argile organique with gravel, gravelly sandiger organischer Ton
sableuse avec gravier, organic clay, gravelly mit Kies, kiesiger
argile organique organic clay with sand organischer Ton, kiesiger
graveleuse, argile organi- organischer Ton mit Sand
que graveleuse avec sable.
OH dito (wL > 50%) dito (wL > 50%) Dito (w L > 50%) 3-21

Fig. 3.3c Liste des tableaux: sols fins organiques


3-10 ACTUALISATION DE LA BANQUE DES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS SUISSES

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


2.10 5.4 0.36 5.10-4 – 5.10-2

V = 7% V = 48% V = 30%
n = 35

0 5 10 15 20

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
40 0

V = 12%

V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Ø < 60 mm Granulométrie, n= * => estimation
80
V = standard deviation
60 n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : GW
n = 40 n = Anzahl der Versuche
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


2.10 6.0 0.36 5e-4 – 5e-2
V = 48%
V = 7% V = 30%
n = 84

0 5 10 15 20

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
38

V = 16%

V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Ø < 60 mm Granulométrie, n= * => estimation
80
V = standard deviation
60 n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20
n = 102
V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : GP
n = Anzahl der Versuche
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 3-11

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


15 3 2.33 8.9 0.24 5e-8 – 5e-6
V = 4% V = 46% V = 40%
V = 10% V = 50% n = 168 n = 23
n = 25

2 2.5 3 0 10 20 30 40 50 0 0.25 0.5 0.75 1

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
35 0 193
V = 15% V = 41%
n = 35

0 100 200 300 400


V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Ø < 60 mm Granulométrie, n= * => estimation
80
V = standard deviation
60 n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient
n = Anzahl der Versuche
USCS SN 670 008a : GM
n = 176
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


16.3 4.2 2.36 6.9 0.19 5.10-7 – 5.10-5
V = 7% V = 29% V = 4% V = 44% V = 24%
n=5 n=5 n = 30 n = 692 n = 29

1.5 2.0 2.5 3.0 3.5 0 10 20 30 40 0 0.25 0.5 0.75 1

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
36 0 166
V = 63%
V = 11% n = 11

0 100 200 300


V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80 Ø < 60 mm
V = standard deviation
60 n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : GW-GM
n = 708 n = Anzahl der Versuche
0
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6
kursiver Wert => Abschätzung
20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung
GP-GM
3-12 ACTUALISATION DE LA BANQUE DES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS SUISSES

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


24.9 11.0 2.30 11.4 0.29 2.1e-7
V = 20% V = 28% V = 4% V = 51% V = 27% V = 200%
n = 318 n = 318 n = 196 n = 315 n = 190 n = 10

10 20 30 40 50 0 10 20 30 40 1.6 1.8 2.0 2.2 2.4 0 5 10 15 20 0 0.2 0.4 0.6 0.8 5e-11 5e-9 5e-7

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
31.4 20.0 73.6 178.5
V = 11% V = 265% V = 60% V = 42%
n=8 n=7 n=9 n = 173

0 50 100 150 200 0 60 120 180 240


V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Ø < 60 mm Granulométrie, n= * => estimation
80
V = standard deviation
60 n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : GC
n = 336 n = Anzahl der Versuche
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


21.6 7.9 2.39 6.5 0.18 5e-7 – 5e-5
V = 26% V = 43% V = 1% V = 55% V = 23%
n = 72 n = 72 n = 10 n = 143 n=9

0 10 20 30 40 0 10 20 30 40 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 0 10 20 30 40

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
34 0
V = 12%

V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Ø < 60 mm Granulométrie, n= * => estimation
80
V = standard deviation
60 n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : GW-GC
n = 183 n = Anzahl der Versuche
0
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6
kursiver Wert => Abschätzung
20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung GP-GC
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 3-13

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


17.7 5.9 2.37 8.4 0.21 1e-8 – 1e-6
V = 11% V = 15% V = 3% V = 33% V = 19%
n = 73 n = 73 n = 33 n = 66 n = 33

0 10 20 30 40 0 5 10 15 2.0 2.25 2.5 0 10 20 30 40 0 0.25 0.5

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
33 5 232
V = 10% V = 18%
n = 24

0 100 200 300 400


V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80 Ø < 60 mm
V = standard deviation
60 n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient
n = Anzahl der Versuche
USCS SN 670 008a : GC-GM
n = 73
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung
3-14 ACTUALISATION DE LA BANQUE DES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS SUISSES

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


1.95 13 0.57 5e-5 – 5e-4

V = 5% V = 75% V = 35%

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
38 0

V = 12%

V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80 Ø < 60 mm
V = standard deviation
60 n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient
n = Anzahl der Versuche
USCS SN 670 008a : SW
n= *
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


1.94 13.2 0.60 5e-5 – 1e-3
V = 4% V = 63%
n=5 n = 19 V = 30%

0 10 20 30 40

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
36 0

V = 17%

V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Ø < 60 mm Granulométrie, n= * => estimation
80
V = standard deviation
60 n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient
n = Anzahl der Versuche
USCS SN 670 008a : SP
n = 22
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 3-15

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


23.9 5.0 2.06 18.9 0.62 8.2e-7
V = 41% V = 81% V = 9% V = 57% V = 58% V = 206%
n = 47 n = 47 n = 174 n = 344 n = 163 n = 45

0 10 20 30 40 0 10 20 30 40 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 0 20 40 60 80 0 0.5 1.0 1.5 2.0 0 2e-6 4e-6 6e-6 8e-6

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
30 20 15.5 88.2 0.108 0.011

V = 10% V = 200% V = 135% V = 85% V = 94% V = 70%


n = 31 n = 144 n =58 n = 34

0 25 50 75 100 0 100 200 300 400 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0 0.01 0.02 0.03 0.04
V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80
Ø < 60 mm V = standard deviation
60 n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : SM
n = 351 n = Anzahl der Versuche
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


26.6 5.3 2.03 10.8 0.60 1e-7 – 1e-4
 52%  89%  9%  86%  42%
n = 10 n = 10 n = 31 n = 143 n = 25

0 20 40 60 80 0 5 10 15 20 1 1.5 2 2.5 3 0 20 40 60 80 0 0.50 1.0 1.5 2

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
35 3 30 55 0.096 0.007
 14%  250%  100%  56%  46%
n=7 n=6 n=8  70%
n = 12

0 0.05 0.10 0.15 0.20


V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80 Ø < 60 mm
V = standard deviation
60 n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20
n = 144
V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : SW-SM
n = Anzahl der Versuche
0
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6
kursiver Wert => Abschätzung
20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung SP-SM
3-16 ACTUALISATION DE LA BANQUE DES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS SUISSES

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


26.0 11.5 2.21 14.8 0.38 3.0e-7
 18%  47%  8%  55%  55%  163%
n = 264 n = 264 n = 228 n = 295 n = 208 n = 23

0 10 20 30 40 0 10 20 30 40 1.6 1.8 2.0 2.2 2.4 0 8 16 24 32 0 0.2 0.4 0.6 0.8 5e-11 5e-9 5e-7

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
34.8 5.3 53.7 166.9 0.173 0.022
 14%  219%  74%  45%  60%  109%
n = 14 n = 12 n = 30 n = 176 n = 21 n = 10

20 30 40 50 60 0 10 20 30 40 0 50 100 150 200 0 60 120 180 240 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0 0.02 0.04 0.06 0.08
V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80 Ø < 60 mm
V = standard deviation
60 n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20
n = 310
V = Variationskoeffizient
n = Anzahl der Versuche
USCS SN 670 008a : SC
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


25 8 2.01 12.6 0.7 1e-7 – 1e-5
V = 20% V = 40% V = 10% V = 58% V = 50%
n = 22

0 10 20 30 40

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
32 0

V = 15%

V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80 Ø < 60 mm
V = standard deviation
60 n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : SW-SC
n = 32 n = Anzahl der Versuche
0
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6
kursiver Wert => Abschätzung
20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung SP-SC
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 3-17

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


18.6 5.5 2.23 13.7 0.35 3.8e-7
V = 16% V = 16% V = 8% V = 68% V = 63% V = 130%
n = 94 n = 94 n = 67 n = 86 n = 62 n = 21

0 10 20 30 40 0 5 10 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 0 20 40 60 80 0 0.5 1.0 1.5 2.0 0 2e-6 4e-6

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
35.3 5.8 43.2 190.9 0.177 0.026
V = 14% V = 117% V = 95% V = 40% V = 182% V = 173%
n=6 n=6 n = 14 n = 35 n = 16 n = 13

0 50 100 150 200 0 100 200 300 400 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0 0.02 0.04 0.06 0.08
V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Ø < 60 mm Granulométrie, n= * => estimation
80
V = standard deviation
60 n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : SC-SM
n = 94 n = Anzahl der Versuche
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung
3-18 ACTUALISATION DE LA BANQUE DES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS SUISSES

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


30.2 7.6 1.99 28.9 0.77 1.6e-7
V = 38% V = 72% V = 11% V = 72% V = 75% V = 598%
n = 127 n = 127 n = 265 n = 335 n = 241 n = 67

0 20 40 60 80 0 20 40 60 80 1.0 1.5 2.0 2.5 0 50 100 0 1.0 2.0 3.0 4.0 0 2e-7 4e-7 6e-7 8e-7

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
33.9 6.5 19.0 80.6 0.199 0.013
V = 22% V = 165% V = 94% V = 81% V = 135% V = 83%
n = 23 n = 22 n = 84 n = 163 n = 98 n = 42

20 30 40 50 60 0 10 20 30 40 0 20 40 60 80 0 100 200 300 400 0 0.2 0.4 0.6 0.8 0 0.02 0.04 0.06 0.08
V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80
Ø < 60 mm V = standard deviation
60 n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : ML
n = 319 n = Anzahl der Versuche
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


21.0 5.8 2.11 19.6 0.55 8.8e-8
V = 11% V = 15% V = 5% V = 27% V = 26% V = 356%
n = 245 n = 245 n = 224 n = 243 n = 206 n = 38

0 10 20 30 40 0 5 10 1.5 2.0 2.5 0 25 50 0 0.5 1.0 0 1e-7 2e-7

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
32.7 9.3 24.4 113.0 0.094 0.011
V = 15% V = 266% V = 78% V = 74% V = 66% V = 70%
n=8 n=8 n = 91 n = 144 n = 72 n = 26

20 30 40 50 0 30 60 90 120 0 100 200 300 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0 0.02 0.04
V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80
V = standard deviation
60 n = number of tests
Ø < 60 mm italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : CL-ML
n = 193 n = Anzahl der Versuche
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 3-19

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


25.8 10.7 2.12 19.6 0.55 2.8e-8
V = 10% V = 20% V = 5% V = 28% V = 26% V = 771%
n = 1175 n = 1175 n = 1073 n = 1151 n = 1003 n = 110

0 5 15 20 25 30 0 5 10 15 20 1.5 2.0 2.5 0 10 20 30 40 0 0.5 1.0 0 2e-7 4e-7

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
30.7 4.2 47.5 103.2 0.112 0.013
V = 14% V = 187% V = 132% V = 74% V = 55% V = 61%
n = 67 n = 67 n = 587 n = 684 n = 274 n = 93

0 20 40 60 0 10 20 30 40 0 50 100 150 200 0 100 200 300 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0 0.04 0.08
V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80
V = standard deviation
60 n = number of tests
Ø < 60 mm italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : CL
n = 828 n = Anzahl der Versuche
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


36.7 18.0 2.02 25.9 0.73 2.9e-8
V = 13% V = 22% V = 5% V = 28% V = 27% V = 417%
n = 1540 n = 1540 n = 1451 n = 1523 n = 1281 n = 189

30 35 40 45 50 0 10 20 30 40 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 0 15 30 45 60 0 0.5 1.0 1.5 2.0 0 2e-7 4e-7

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
24.8 8.3 37.7 86.9 0.180 0.032
V = 20% V = 162% V = 117% V = 92% V = 56% V = 49%
n = 106 n = 104 n = 910 n = 850 n = 422 n = 136

0 10 20 30 40 0 10 20 30 40 0 50 100 150 200 0 100 200 300 400 0 0.1 0.2 0.3 0.4 0 0.02 0.04 0.06 0.08
V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80
V = standard deviation
60 Ø < 60 mm n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20
n = 1022
V = Variationskoeffizient
n = Anzahl der Versuche
USCS SN 670 008a : CM
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung
3-20 ACTUALISATION DE LA BANQUE DES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS SUISSES

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


62.6 39.9 1.91 36.4 1.03 5.1e-7
V = 41% V = 49% V = 12% V = 89% V = 41% V = 611%
n = 91 n = 91 n = 116 n = 115 n = 68 n = 42

20 40 60 80 100 0 20 40 60 80 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 0 25 50 75 100 0 1.0 2.0 3.0 4.0 0 2e-7 4e-7 6e-7 8e-7

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
32.1 3.1 63.0 131.3 0.343 0.050
V = 13% V = 195% V = 78% V = 61% V = 62% V = 61%
n = 14 n = 14 n = 68 n=8 n = 47 n = 43

10 20 30 40 0 10 20 0 50 100 150 200 0 0.2 0.4 0.6 0.8 0 0.02 0.04 0.06 0.08
V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80
V = standard deviation
60 n = number of tests
Ø < 60 mm italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : CH
n = 108 n = Anzahl der Versuche
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


62.6 23.3 1.62 65.6 1.62 1.8e-8
V = 19% V = 33% V = 8% V = 38% V = 31% V = 232%
n = 61 n = 61 n = 47 n = 60 n = 30 n = 23

20 40 60 80 100 0 10 20 30 40 1.0 1.5 2.0 0 50 100 150 200 0 1.0 2.0 3.0 4.0 0 2e-7 4e-7

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
34.3 7.7 24.2 18.1 0.558 0.047
V = 13%
n = 11 V = 154% V = 103% V = 139% V = 46% V = 99%
n = 12 n = 33 n = 13 n = 29 n = 16

20 30 40 0 10 20 30 40 0 30 60 90 120 0 20 40 60 80 0 0.2 0.4 0.6 0.8 0 0.02 0.04 0.06 0.08


V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80
V = standard deviation
60 n = number of tests
Ø < 60 mm italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : MH
n = 62 n = Anzahl der Versuche
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 3-21

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


39.3 12.9 1.74 46.3 1.22 6.7E-8
V = 17% V = 42% V = 6% V = 21% V = 24% V = 111%
n = 20 n = 20 n = 20 n = 22 n = 18 n = 11

20 30 40 50 60 0 10 20 30 40 1 1.5 2 0 50 100 150 0 1.0 2.0 0 1E-7 2E-7

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
27 5 30 15 0.295 0.025
V = 72%
V = 20% V = 200% V = 200% V = 200% V = 70%
n = 12

0 0.5 1
V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80
V = standard deviation
60 Ø < 60 mm n = number of tests
italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient
n = Anzahl der Versuche
USCS SN 670 008a : OL
n = 18
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung

wL [%] IP [%] ρ [t.m-3] w [%] e0 [-] k [m.s-1]


67.8 27.4 1.51 74.8 1.87 1.6E-8
V = 40%
V = 22% n = 22 V = 7% V = 33% V = 25% V = 170%
n = 22 n = 22 n = 22 n = 15 n = 20

50 60 70 80 90 0 10 20 30 40 1.0 1.5 2.0 0 100 200 0 1.0 2.0 3.0 0 1E-7 2E-7

Φ ' [°] c' [kN.m-2] cu & cus [kN.m-2] cup [kN.m-2] Cc [-] Cs [-]
26 10 16.2 40 0.756 0.075
V = 107% V = 84% V = 84%
V = 35% V = 100% n = 13 V = 100% n = 21 n = 13

0 20 40 60 0 1.0 2.0 0 0.1 0.2


V = Coefficient de variation
n = nombre d’essais Notes / Anmerkungen :
Siebdurchgang [Masse %]

C M S G
Tamisat [% de la masse]
Passing [% of the mass]

100 valeur en italique => estimation


Granulométrie, n= * => estimation
80
V = standard deviation
60 n = number of tests
Ø < 60 mm italic value => estimation
40 Grain size, n= * => estimation
20 V = Variationskoeffizient USCS SN 670 008a : OH
n = 26 n = Anzahl der Versuche
0 kursiver Wert => Abschätzung
[mm] 0,002 0,02 0,06 0,2 0,6 2 6 20 60 Siebkurve, n= * => Abschätzung
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 4-1

4. Corrélations tirées de la statistique sur les sols suisses


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 4-3

4.1 Introduction
Il existe deux types de corrélation :
• Des corrélations établies sur un nombre restreint de résultats d’essais réalisés avec des procédu-
res très précises, dans un même laboratoire avec, si possible, un même opérateur ; de telles
corrélations sont le plus souvent réalisées dans le cadre de thèses ou de recherches fondamen-
tales.
• des corrélations établies sur un grand nombre de résultats d’essais provenant d’échantillons
traités par différents laboratoires avec des procédures d’essais pas trop bien connues et proba-
blement un peu différentes d’un laboratoire à l’autre.
Les corrélations que nous allons présenter dans ce chapitre sont du deuxième type. Elles sont
surtout intéressantes de par le très grand nombre de résultats qu’elles englobent.
Le but de la compilation de corrélations entre diverses caractéristiques des sols est avant tout
pratique. Il s’agit de mettre à disposition des projeteurs, des corrélations qui leur permettent de
contrôler ou d’évaluer les paramètres géotechniques qu’ils devront utiliser dans leurs projets. En
particulier, si les résultats d’une reconnaissance géotechnique sont à disposition et que des essais
en laboratoire ou in situ ont permis de déterminer ces paramètres sur un nombre réduit
d’échantillons (ce qui est très souvent le cas), ces corrélations permettront de valider les valeurs
provenant de la reconnaissance.
Si les sols dont les paramètres sont à évaluer ont fait l’objet d’une reconnaissance géotechnique
sommaire permettant de déterminer leurs classes USCS, les valeurs tirées des tableaux du chapi-
tre 3 sont à utiliser avant les corrélations. Ces dernières seront à utiliser pour un contrôle de ces
premières valeurs, notamment si le nombre des essais ayant permis d’obtenir les valeurs des ta-
bleaux du chapitre 3 n’est pas très élevé.

4.2 Paramètres nécessaires au projeteur


Le projeteur a besoin essentiellement des paramètres suivants :
• La masse volumique ρ ou le poids volumique γ. La variabilité de ces derniers n’étant pas très
grande (voir fig. 4.1), si aucun essai en laboratoire ou in situ n’a été réalisé, les valeurs tirées
des tableaux du chapitre 3 sont suffisantes dans la plupart des cas. Rappelons cependant que
l’entrée dans ces tableaux est la classification USCS et, qu’ainsi, au moins une petite recon-
naissance géotechnique préalable est obligatoire.
Dans la démarche de calcul préconisé par les Eurocodes (semi-probabiliste, coefficients de
sécurité partiels), la masse volumique est en général une action qui est connue à priori et sur
laquelle sont appliqués différents coefficients de sécurité partiels fonctions de la permanence
ou de la variabilité de la charge correspondante, de son action favorable ou défavorable et des
cas du calcul (A, B, C, voir Eurocodes EN 1991 et 1997-1).
• Les paramètres permettant d’évaluer les déformations des sols et en particulier les tassements.
Ces paramètres sont, avant tout pour les sols compressibles, les indices de compression et de
gonflement Cc, Cα et Cs et la contrainte de préconsolidation p’c, et, pour les sols moins com-
pressibles, un module de déformation comme celui déterminé par l’essai de plaque ou le pres-
4-4 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA STATISTIQUE SUR LES SOLS SUISSES

siomètre. Les indices de compression ou de gonflement permettent de calculer tous les mo-
dules de déformation. La figure 4.2 donne la plupart des relations entre les modules et indices
de compressibilité. Le § 4.6 est consacré aux corrélations sur la compressibilité des sols.
Dans la démarche de calcul préconisée par les Eurocodes, les déformations du sol permettent
de déterminer l’aptitude au service de la construction ou de l’ouvrage en terre.
• Les paramètres permettant d’évaluer la résistance du sol, à savoir et essentiellement son angle
de frottement interne effectif Φ ’, la cohésion effective c’ et la cohésion apparente (non
drainée) cu. Le § 4.7 est consacré aux corrélations sur la résistance des sols.
Dans la démarche de calcul préconisée par les Eurocodes, les paramètres tan(Φ’), c’ et cu sont
des résistances qui sont connues à priori et sur lesquelles sont appliqués différents coefficients
de sécurité partiels fonctions des cas du calcul (A, B, C, voir Eurocodes EN 1991 et 1997-1).
Ces paramètres permettent de déterminer les états limites ultimes qui déterminent eux-mêmes
la sécurité structurale de la construction.
• Les paramètres permettant d’évaluer la perméabilité à savoir le coefficient k (§ 4.8).

0.5
Densité de probabilité

CL CL
0.4
0.3
0.2
γ
c'
0.1 Φ'
10 15 20 25 30 35 0 5 10 15 kPa
[kN.m-3] ou [°]

Fig. 4.1 Variabilité approximative des principaux paramètres géotechniques

4.3 Paramètres corrélateurs et auxiliaires


Les paramètres de calculs énumérés ci-dessus doivent être corrélés avec des paramètres stan-
dards que l’on obtient par les essais classiques de la mécanique des sols. Des corrélations avec
d’autres paramètres sont certes intéressantes sur le plan scientifique mais, en général, pas sur le
plan pratique. Pour cette raison, de telles corrélations ne seront pas traitées dans ce chapitre.
En outre, pour obtenir un paramètre corrélateur, il est parfois nécessaire de passer par un ou des
autres paramètres que l’on peut dénommer « auxiliaire ».
Ces paramètres corrélateurs voire auxiliaires sont surtout :
• La granulométrie.
• Les limites et indice de consistance : wL, IP, IL , IC.
• L’indice de vide e et, en particulier, l’indice de vide initiale (avant les déformations dues à
l’ouvrage) e0.
• La contrainte effective verticale initiale σ´v0.
• La masse volumique du sol sec ρ d.
• La teneur en eau w.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 4-5

4.4 Statistique sur les sols suisses


Les corrélations que nous allons présenter dans ce chapitre sont reprises du rapport OFROU no
244 « Statistique sur les caractéristiques des sols suisses » avec adaptation à la nouvelle classifi-
cation USCS selon la norme SN 670 008a (de nombreuses corrélations ont dû être refaites) et
présentation plus élaborée. Elles sont valables pour l’ensemble des sols suisses normalement
consolidés et peuvent être aussi appliquées à tous les sols fins de l’Arc alpin. Elles n’impliquent,
en outre, que des résultats d’essais en laboratoire.
Dans l’interprétation des corrélations, il faut prêter attention au nombre d’essais relatifs à chaque
classe USCS des sols. Certaines classes comme les CL et les CM ont plus d’essais que les autres
classes et ainsi pondèrent la corrélation de l’ensemble des sols.
La section 3.3 décrit brièvement l’origine génétique et la composition minéralogique des sols
suisses.

4.5 Présentation
Les corrélations seront présentées, si cela est possible, de deux manières différentes :
• Par un graphique où toutes les valeurs ayant servi à la corrélation sont représentées ainsi que
les droites ou courbes de corrélation. La légende à droite indique les sols qui sont pris en
considération dans la corrélation. Parfois, dans cette légende, une classe USCS d'un sol est in-
diquée alors que l’on ne trouve pas de corrélation correspondante à gauche ; cela signifie
qu’elle est trop mauvaise pour être utilisée. Les valeurs correspondant à ces classes sont
cependant intégrées dans la corrélation de l’ensemble des sols examinés.
• Par un graphique simplifié où seule la ou les corrélations sont dessinées. Pour chaque corré-
lation et dans la mesure du possible, l’équation, le coefficient de corrélation r et le nombre
des essais n sont donnés. Ces deux paramètres permettent d’apprécier le degré de confiance
que l’on peut attribuer à la corrélation.
C’est ce dernier graphique qui est à utiliser dans la pratique.

La qualification des coefficients de corrélation : bon, mauvais, etc., tient compte du fait que les
corrélations présentées sont du deuxième type, à savoir des corrélations établies avec un très
grand nombre de résultats d’essais réalisés par des laboratoires différents avec des procédures
pas toujours connues et souvent différentes.
4-6 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA STATISTIQUE SUR LES SOLS SUISSES

4.6 Déformations
4.6.1 Relations entre les déformations
Comme différents modules de déformation sont utilisés dans les modèles numériques permettant
l’étude des projets de mécaniques des sols, en guise de préambule, la figure 4.2 donne les
principales relations qui existent entre ces modules. On y trouve notamment les relations entre
les indices de compression et de gonflement et les modules classiques de la mécanique du
continu (passage par Eoed).

σ σ σ σ ε
ε τ s
ε1 σ 2 ε0
γ
Input

E=
σ ε0 -∆σ '
ε2 ε1 ε +∆σ '
2 σ ø
σ0' σ0'
ε 1 - sinΦ ' σ τ σ ∆σ
ν ≈ 1-sinΦ ' K= G= ME = ø Eœd =
ν= 1≈ K0 =
3ε γ s ∆ε Log10 σ '
ε2 2 - sinΦ ' 1-ν
Output

E Eœd = 1 / mv

ν K G ME =
1+e0

∆σ '
= ~ EM Cc ou Cs Log 10 σ0' ± ∆σ '
si ν = 0.33 σ0'
E - 2G G E 1 6 G2 G ( 4G- E )
G, E E G
2G 3( 3 G- E ) π ( 4 G- E ) 3 G- E
3G (1 + ν) 8G 2 G (1 - ν )
G, ν 2G (1 + ν) ν G
3 (1 - 2 ν ) π (1 - ν ) 1 -2ν

9 KG 3K - 2G 8 G (6 K + 2 G ) 3K + 4G
G, K K G
3K+ G 6K + 2G π ( 3K + 4 G ) 3

E E 4E (1- ν)E
E, ν E ν 3 (1 - 2 ν ) 2 ( 1 + ν) π (1 - ν 2 ) (1+ ν) (1 - 2 ν)

144 K 2
3K- E 3KE 3K ( 3K+ E )
E, K E K 27 K 2
6K 9K- E
π E
-E+ 6 K 9 K- E

3K (1 - 2 ν) 12K (1 - 2 ν) 3K ( 1 -ν )
ν, K 3K (1 - 2 ν ) ν K
2 ( 1+ ν ) π ( 1 -ν
2) 1 +ν
2
π ( 1 - ν2) ME π (1 - ν 2 ) ME π (1 - ν) ME π (1 - ν) ME
ME , ν 4 ν 12 (1 - 2 ν) 8
ME
4 (1 - 2 ν)

(1+ ν) (1 - 2 ν) Eœd (1 + ν) Eœd (1 - 2 ν) Eœd 4 (1 - 2 ν) Eœd


Eœd, ν (1- ν)
ν 3 (1 - ν ) 2 (1 - ν )
Eœd
π (1 -ν)2
E = module de Young E = Young’s modulus E= Young Modul
ν = coefficient de Poisson ν = Poisson’s ratio ν = Poissonzahl
ME = Ev / 0,75= module de déformation ME = Ev / 0,75= modulus of deformation ME = Ev / 0,75= Verformungsmodul
à la plaque with a plate test
Eœd = module œdométrique Eœd = oedometric modulus Eœd = Steifemodul
K = module de déformation volumétr. K = bulk modulus K = Kompressionsmodul
G = module de glissement ou de G = shear modulus G = Schermodul
cisaillement
EM = module pressiométrique EM = pressuremeter modulus EM = Pressiometersmodul
Cc = indice de compression Cc = compression index Cc = Zusammendrückungsindex
Cs = indice de gonflement Cs = swelling index Cs = Quellindex
ε0 = indice de vide correspondant à la ε0 = void ratio at initial effective ε0 = Porenziffer bei effektive vertikale
contrainte effective verticale overburden pressure Anfangsspannung
initiale en place
mv = coefficient de compressibilité mv = coefficient of volume change mv = Verdichtungskoeffizient

Fig. 4.2 Relations entre les modules de déformation


Attention, les schémas du haut du tableau sont des représentations à deux dimensions, alors que la théorie
de l'élasticité est basée sur des corps à trois dimensions. Les relations données sont, par contre, générales
et valables dans tous les cas.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 4-7

4.6.2 Corrélation entre l’indice de compression Cc et la limite de liquidité wL (fig. 4.3)


La limite de liquidité est très probablement le meilleur moyen pour évaluer l’indice de com-
pression.

4.6.3 Corrélation entre l’indice de gonflement Cs et la limite de liquidité wL (fig. 4.4)


La limite de liquidité est aussi un très bon moyen pour évaluer l’indice de gonflement, proba-
blement le meilleur.

4.6.4 Corrélation entre l’indice de compression Cc et l’indice de gonflement Cs (fig. 4.5)


C’est le meilleur moyen pour évaluer le très important indice de gonflement. A l’exception du
ML, les coefficients de corrélation sont acceptables. Ce dernier sol a, en plus, une corrélation qui
diffère fortement des autres. Pour cette raison, nous avons aussi établi une corrélation pour
l’ensemble des sols sans les ML. Cette dernière corrélation donne une relation qui n’est pas trop
éloignée de la classique et très approximative relation : Cs ≈ Cc / 10.
Le nombre des essais œdométriques donnant un indice de gonflement en plus de l’indice de
compression est beaucoup plus faible que ceux qui donnent les deux indices. Cela est malheu-
reux car l’indice de gonflement est très important et sa détermination ne nécessite pas un travail
important.

4.6.5 Corrélation entre (1 + e0) / Cc et la masse volumique sèche ρ d (fig. 4.6)


Pourquoi une corrélation entre (1 + e0) / Cc ou s et la masse volumique ? Tout d’abord parce que
la corrélation directe entre les indices de compression et de gonflement et la masse volumique
n’est pas bonne. Ensuite, parce que (1 + e0) / Cc ou s est directement lié au module oedométrique
Eœd (voir fig. 4.2).
Les coefficients de corrélation sont un peu moins bons que ceux correspondant aux corrélations
entre les indices de compression et de gonflement et la limite de liquidité.

4.6.6 Corrélations entre (1 + e0) / Cs et la masse volumique sèche ρ d


Les corrélations entre (1 + e0) / Cs et la masse volumique sèche ρ d ne sont pas assez bonnes pour
être utilisées ; elles ne sont donc pas représentées. Pour obtenir le paramètre (1 + e0) / Cs il faut
passer par la corrélation entre l’indice de compression Cc et l’indice de gonflement Cs (fig. 4.5).

4.6.7 Corrélations entre Cc et l’indice de vide e0 (fig. 4.7)


Cette corrélation est un peu « contre-nature » car l’indice de gonflement Cc contient e0 dans sa
définition. Cette corrélation est cependant très souvent utilisée dans la littérature, et c’est pour
cette raison que nous la présentons. En outre, ses coefficients de corrélation sont en général
bons.

4.6.8 Corrélations entre Cc et la teneur en eau w (fig. 4.8)


Comme la précédente, cette corrélation est souvent utilisée dans la littérature. Ces coefficients de
corrélation sont, en outre, aussi bons.
4-8 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA STATISTIQUE SUR LES SOLS SUISSES

4.6.9 Corrélations entre (1 + e0) / Cc et la limite de liquidité wL


Nous avons tenté une telle corrélation, mais les coefficients de corrélation correspondants sont
tous très mauvais.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 4-9

1.0
Sols suisses
Cc [-] Swiss soils OH
Schweizerische Böden

0.8 SM
MH
SC-SM
CH SC

0.6
SM ML

ML CL-ML
CL-ML
CL
0.4
CM
SC-SM
CH
Toutes classes USCS
MH
0.2 All USCS classes
Alle USCS Klassen OH
SC

CM
CL
0.0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
wL [%]

1.0
Sols suisses
Swiss soils MH OH
Cc [-] Cc = 0.011 wL [%] -0.123 Cc = 0.029 wL [%] -1.210
Schweizerische Böden | r | = 0.50 n = 28 | r | = 0.68 n = 21
0.8
SM
Cc = 0.010 wL [%] -0.118 CH
| r | = 0.94 n = 20 Cc = 0.014 wL [%] -0.510
| r | = 0.76 n = 40
0.6
CL-ML
Cc = 0.012 wL [%] -0.165 ML
| r | = 0.47 n = 71 Cc = 0.011 wL [%] -0.141
Toutes classes USCS
| r | = 0.68 n = 45
All USCS classes
0.4 Alle USCS Klassen
SC-SM Cc = 0.0367 e 0.0389wL
Cc = 0.014 wL [%] -0.187 | r | = 0.68 n = 965
| r | = 0.61 n = 15
SC
0.2 Cc = 0.008 wL [%] -0.051
| r | = 0.43 n = 21

CL CM
Cc = 0.009 wL [%] -0.114 Cc = 0.007 wL [%] -0.072
| r | = 0.33 n = 272 | r | = 0.36 n = 422
0.0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
wL [%]

Fig. 4.3 Corrélations entre l’indice de compression Cc et la limite de liquidité wL


4-10 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA STATISTIQUE SUR LES SOLS SUISSES

0.10
Sols suisses
Swiss soils OH
Cs [-] Schweizerische Böden

0.08 SM
SC-SM
CH
CM
ML
0.06
MH CL-ML
CL
SC-SM CM
0.04
CL CH
CL-ML MH
Toutes classes USCS OH
0.02 All USCS classes
Alle USCS Klassen
SM
ML
0.00
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
wL [%]

0.10
Sols suisses OH
Swiss soils Cs = 0.0025 wL [%] -0.0899
Cs [-] Schweizerische Böden | r | = 0.62 n = 13

0.08
CM
SC-SM Cs = 0.0008 wL [%] +0.0023 CH
Cs = 0.0021 wL [%] -0.0264 | r | = 0.31 n = 136 Cs = 0.0011 wL [%] -0.0198
| r | = 0.49 n = 12 | r | = 0.64 n = 37

0.06
MH
CL Cs = 0.0011 wL [%] -0.025
Cs = 0.0013 wL [%] -0.0145 | r | = 0.30 n = 16
| r | = 0.29 n = 93
0.04

CL-ML
Cs = 0.0015 wL [%] -0.0203
| r | = 0.55 n = 26
SM Toutes classes USCS
0.02 Cs = 0.0005 wL [%] +0.0003 All USCS classes
| r | = 0.83 n = 8 Alle USCS Klassen
ML Cs = 0.0072 e 0.0296wL
Cs = 0.0007 wL [%] -0.0084 | r | = 0.59 n = 351
| r | = 0.56 n = 10
0.00
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
wL [%]

Fig. 4.4 Corrélations entre l’indice de gonflement Cs et la limite de liquidité wL


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 4-11

0.10
Sols suisses OH
Cs [-] Swiss soils
SC-SM
Schweizerische Böden
0.08 SM
SC-SM
CM SC

0.06
SC ML
CL-ML
MH
0.04 CL Toutes classes USCS CL
All USCS classes CM
CH Alle USCS Klassen
CH
SM
MH
0.02
ML
OH

CL ML
0.00
0 0.20 0.40 0.60 0.80 1.00
Cc [–]

0.10
Sols suisses OH
Swiss soils Cs = 0.1346 Cc - 0.0179
Cs [-] Schweizerische Böden | r | = 0.94 n = 13

Toutes classes USCS sauf ML SC-SM


0.08 Cs = 0.1242 Cc + 0.001
All USCS classes without ML | r | = 0.98 n = 13
Alle USCS Klassen ohne ML
SC
Cs = 0.0994(Cc +0.077) Cs = 0.1807 Cc - 0.0111
| r | = 0.77 n = 381 | r | = 0.96 n = 10

0.06 CH
Cs = 0.0711 Cc + 0.0259
Toutes classes USCS
| r | = 0.51 n = 43 All USCS classes
Alle USCS Klassen
CL
Cs = 0.1273 Cc + 0.0029 CM Cs = 0.076(Cc +0.141)
| r | = 0.63 n = 90 Cs = 0.0566 Cc + 0.0203 | r | = 0.66 n = 423
0.04 | r | = 0.38 n = 136

MH
Cs = 0.1135 Cc - 0.0179
| r | = 0.71 n = 16
SM
Cs = 0.0449 Cc + 0.0049
0.02 | r | = 0.73 n = 34
ML
Cs = 0.011 Cc + 0.0104
| r | = 0.37 n = 42
CL-ML
Cs = 0.1209 Cc + 0.0017
| r | = 0.82 n = 26
0.00
0 0.20 0.40 0.60 0.80 1.00
Cc [–]

Fig. 4.5 Corrélations entre l’indice de compression Cc et l’indice de gonflement Cs


4-12 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA STATISTIQUE SUR LES SOLS SUISSES

60
1 + e0 Sols suisses
Swiss soils
Cc Schweizerische Böden
[-] 50 SM
SM-SC
SM-SC SC
40

Toutes classes USCS ML


All USCS classes
30 CL-ML
Alle USCS Klassen
CL CL
CL-ML
CM
20 SM SC
CH
ML
CM MH

10 OL

CH OH

0
0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6 1.8 2.0 2.2
ρd [t.m-3]

60
Sols suisses
1 + e0
Swiss soils
Cc Schweizerische Böden
[-] 50 CL-ML
(1+e0)/Cc = 37.693ρd - 41.854
SM-SC
Toutes classes USCS (1+e0)/Cc = 33.347ρd - 34.359
| r | = 0.27 n = 71
All USCS classes | r | = 0.71 n = 14
Alle USCS Klassen
SM
40 (1+e0)/Cc = 23.9(ρ d – 0.87) (1+e0)/Cc = 33.478ρd - 25.769
| r | = 0.53 n = 1022 | r | = 0.55 n = 56

30 ML
(1+e0)/Cc = 23.717ρd - 15.50
| r | = 0.60 n = 95

CM
20 (1+e0)/Cc = 16.757ρd - 13.767
| r | = 0.38 n = 418

CL
10 (1+e0)/Cc = 27.137ρd - 26.969
| r | = 0.22 n = 273

CH SC
(1+e0)/Cc = 10.976ρd - 7.667 (1+e0)/Cc = 15.207ρd - 11.361
| r | = 0.62 n = 47 | r | = 0.57 n = 20
0
0.6 0.8 1.0 1.2 1.4 1.6 1.8 2.0 2.2
ρd [t.m-3]

Fig. 4.6 Corrélations entre (1 + e0) / Cc et la masse volumique sèche ρd


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 4-13

1.0
Cc Sols suisses
Swiss soils
[-]
Schweizerische Böden OH
SM
0.8
MH
CM CH SM-SC
ML Toutes classes USCS
All USCS classes SC
Alle USCS Klassen
0.6
ML
CL-ML
OL
CL
0.4
CM
SM
CH
CL-ML
MH
0.2
OL
OH
SC
CL
0
0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 3.5 4.0
e0 [–]

1.0
Sols suisses
Cc Swiss soils OH
[-] Schweizerische Böden Cc = 0.399e0 - 0.075
ML
| r | = 0.41 n = 15
CH Cc = 0.295e0 - 0.103
Cc = 0.361e0 - 0.067 | r | = 0.86 n = 80
0.8 | r | = 0.92 n = 32

CM
Cc = 0.261e0 - 0.045
| r | = 0.67 n = 349

0.6
MH
OL Cc = 0.253e0 - 0.121
Cc = 0.509e0 - 0.368 | r | = 0.64 n = 23
| r | = 0.61 n = 11

0.4 SM
Cc = 0.180e0 - 0.035
CL-ML | r | = 0.87 n = 51
Cc = 0.319e0 - 0.099
| r | = 0.68 n = 57 Toutes classes USCS
0.2 SC All USCS classes
Cc = 0.279e0 - 0.052 Alle USCS Klassen
| r | = 0.86 n = 15 Cc = 0.333e0 – 0.104
| r | = 0.80 n = 879
CL
Cc = 0.277e0 - 0.070
| r | = 0.61 n = 237

0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 3.5 4.0


e0 [–]

Fig. 4.7 Corrélations entre Cc et l’indice de vide e0


4-14 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA STATISTIQUE SUR LES SOLS SUISSES

1.0
Cc Sols suisses
Swiss soils
[-]
Schweizerische Böden
OH
SM
0.8
SM-SC
SC
CH MH
0.6
ML
ML CL-ML
CL CM
CL
0.4
CM
CH
CL-ML SC SM-SC SM
MH
0.2
OL
Toutes classes USCS
All USCS classes OH
Alle USCS Klassen
0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
w [%]

1.0
Sols suisses
Cc Swiss soils
[-] Schweizerische Böden CH
Cc = 0.0103w - 0.066
OH | r | = 0.86 n = 47
0.8 Cc = 0.0194w - 0.625
| r | = 0.59 n = 21

MH
Cc = 0.0056w + 0.191
| r | = 0.52 n = 27 CM
Cc = 0.0077w - 0.051
0.6 | r | = 0.71 n = 420

CL ML
Cc = 0.0075w - 0.061 Cc = 0.0066w - 0.053
| r | = 0.60 n = 274 | r | = 0.80 n = 94
0.4
SM
Cc = 0.0050w - 0.032
| r | = 0.86 n = 58
CL-ML
Cc = 0.0065w - 0.046
| r | = 0.56 n = 72 Toutes classes USCS
0.2 All USCS classes
Alle USCS Klassen
SM-SC Cc = 0.0085w – 0.079
SC Cc = 0.0058w - 0.027
Cc = 0.0055w - 0.020 | r | = 0.77 n = 1031
| r | = 0.88 n = 14
| r | = 0.59 n = 21

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
w [%]

Fig. 4.8 Corrélations entre Cc et la teneur en eau w


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 4-15

4.7 Résistance
4.7.1 Corrélation entre l’angle de frottement effectif Φ’ et l’indice de plasticité IP
(fig, 4.9)
C’est une corrélation très classique. Pour les sols suisses, son coefficient de corrélation n’est
cependant pas excellent.

4.7.2 Corrélation entre l’angle de frottement effectif Φ ’ et le pourcentage des grains plus
petit que 0,002 mm (limite argile) (fig. 4.10)
C’est aussi une corrélation classique. Pour les sols suisses, son coefficient de corrélation est
meilleur que celui de la corrélation donnant l’angle de frottement effectif en fonction de l’indice
de plasticité. Si le résultat d’une sédimentométrie est disponible, elle devrait ainsi être préférée à
la première.

4.7.3 Corrélations entre la cohésion effective c’ et d’autres paramètres


Les corrélations permettant d’évaluer c’ sur la base d’autres paramètres conduisent presque
toujours à des coefficients de corrélation très faibles et ne peuvent ainsi être utilisées.

4.7.4 Corrélation entre la cohésion apparente obtenue par l’essai de compression simple
cu et l’indice de liquidité IL (fig. 4.11)
Pourquoi une corrélation par rapport à l’indice de liquidité (IL = (wn – wP) / IP avec wn = teneur
en eau naturelle) ? Tout simplement parce que c’est la corrélation qui donne la meilleure régres-
sion. En outre, nous avons préféré établir une corrélation donnant la cohésion apparente cu, obte-
nue par l’essai de compression simple, car cet essai a une procédure et des conditions aux limites
mieux définies que, par exemple, celles du pénétromètre de poche qui donne la cohésion
apparente c up . La corrélation entre c up et c u (fig. 4.13) permet de passer d’une cohésion
apparente à l’autre.
Les coefficients de corrélation sont acceptables et cette corrélation peut ainsi être
avantageusement utilisée pour évaluer le cu lorsque l’on ne dispose que de résultats de limites de
consistance et de teneurs en eau.

4.7.5 Corrélation entre la cohésion apparente obtenue par l’essai de compression simple
cu et la contrainte effective verticale σ ’v0 (fig. 4.12)
C’est une corrélation classique. Le nombre des couples de valeurs disponibles dans la banque de
données n’est malheureusement pas très important et les coefficients de corrélation sont en
général mauvais.
4-16 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA STATISTIQUE SUR LES SOLS SUISSES

4.7.6 Corrélation entre la cohésion apparente obtenue par l’essai de compression simple
cu et celle obtenue par le pénétromètre de poche cup (fig. 4.13)
Remarquons tout d’abord que la corrélation des sols argileux (GC, SC, CL et CM) est excellente
alors que celle des sols plutôt limoneux : SM, ML, CL-ML, est moins bonne et différente.
Ces corrélations sont étonnantes, car on s’attendrait à trouver des facteurs de corrélation proches
de l’unité, alors qu’ils n’atteignent pas 0,5 ! Les essais de compression simple réalisés en labo-
ratoire peuvent être considérés comme donnant des valeurs correctes de cu (cu = qu /2, qu étant la
résistance à la compression simple). Le pénétromètre de poche utilisé en Suisse est en général
celui décrit par la norme SN 670 350 et la valeur de la résistance à la compression simple qup est
lue sur l’échelle gravée sur le pénétromètre. Les valeurs introduites dans la banque de données
sont ces qup divisés par deux.

4.7.7 Corrélation entre la cohésion apparente obtenue par l’essai de compression simple
cu et celle obtenue par le scissomètre de poche cus (fig. 4.14)
Le nombre de couples de valeurs de cette corrélation est malheureusement très faible. Malheu-
reusement, car le scissomètre de poche (comme celui de forage) est un excellent moyen
d’investigation des sols, bien meilleur que le pénétromètre de poche. Nous avons introduit cette
corrélation pour la comparer avec celle entre c u et c up . Qui plus est, nous avons ajouté des
valeurs provenant d’essais réalisés aux USA sur des CH (Winters, 2000).
Cette corrélation est bonne et les valeurs des cus sont beaucoup plus proches de celles des cu. que
dans la corrélation entre les cu et les cup.

4.7.8 Remarques sur les cohésions apparentes cu, cup et cus


Ces paramètres sont tirés d’essais qui tous ont des inconvénients importants. Pour cette raison,
ils devraient être considérés comme des indices et non pas comme des paramètres pouvant être
introduits sans autre dans un calcul de résistance.
L’essai de compression simple est, comme tout géotechnicien devrait le savoir, un essai de com-
pression triaxiale avec une contrainte σ3 inconnue, contrainte engendrée par la succion capillaire
à la surface de l’éprouvette en contact avec l’air (plus le sol est fin et plus cette contrainte est
importante).
L’essai au pénétromètre de poche (comme tous les essais de pénétration statique) produit un
poinçonnement du sol semblable à celui de la pointe d’un pieu. Quand on connaît la difficulté de
l’évaluation de cette résistance de pointe, il n’est pas étonnant qu’il y ait une si grande différence
entre la valeur du cu ou cus et celle du cup.
Quant à l’essai au scissomètre de poche, effectué sur des carottes prélevées dans des forages,
c’est peut-être celui qui donne une valeur la plus proche d’une vraie résistance au cisaillement
d’un sol. Cependant, dans les sols pas trop argileux, cette valeur est probablement une valeur (un
peu) drainée et certainement pas une valeur correspondant à une analyse c, Φ = 0. L’essai au
scissomètre exécuté dans le forage, avec une vitesse de rotation fonction du type de résistance au
cisaillement que l’on veut déterminer, est certainement le meilleur essai pour évaluer une
résistance au cisaillement apparente (non drainée).
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 4-17

Il existe une corrélation classique qui permet d’évaluer la résistance au cisaillement non drainée.
C’est la corrélation entre (cu / σ ’v0) et l’indice de plasticité IP. La statistique sur les sols suisses
conduit à de très mauvaises régressions (0,11 < r < 0.37) et cette corrélation ne peut être
exploitée. La recherche bibliographique (chapitre 5) a cependant permis de trouver de telles
corrélations avec des coefficients de corrélation tout à fait corrects, et ceci pour des sols
similaires aux sols limono-argileux de la Suisse.
Peux-t-on utiliser les cohésions apparentes cu et cup pour corréler les paramètres de résistance Φ’
et c’ ? Malheureusement non, car de telles corrélations donnent des coefficients de corrélation
misérables ! Par exemple, pour les CL et les CM, ils varient de 0,03 à 0,30.
4-18 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA STATISTIQUE SUR LES SOLS SUISSES

50
Sols suisses Sols suisses
Φ ' [°] Swiss soils Swiss soils
Schweizerische Böden Schweizerische Böden

40
GC
Toutes classes USCS
All USCS classes
Alle USCS Klassen SC-SM
30
GC SC

CM
ML
20
CL ML CL-ML
CL
CM
10 CH
MH

0
0 10 20 30 40 50 60 70
IP [%]

50
Sols suisses
Φ ' [°] Swiss soils
Schweizerische Böden

40

GC Toutes classes USCS


Ø’ = 37.2 - 0.4205IP All USCS classes
| r | = 0.55 n = 8 Alle USCS Klassen
30 Φ ' = 34.5 - 0.40 IP
| r | = 0.47 n = 232
pour 0 < IP < 40
CL
Ø’ = 36.7 - 0.5623IP
20 | r | = 0.28 n = 67

CM
Ø’ = 31.7 - 0.3503IP
| r | = 0.36 n = 106 ML
10 Ø’ = 37.8 - 0.7504IP
| r | = 0.65 n = 11

0
0 10 20 30 40 50 60 70
IP [%]

Fig. 4.9 Corrélations entre l’angle de frottement effectif Φ’ et l’indice de plasticité IP


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 4-19

50
Sols suisses
Swiss soils
Φ’ [°]
Schweizerische Böden
GC
40 SC

SM
CL-ML
SC-SM
30 SC
CH CL

ML
CM
20 CL-ML
CL
CM
GC ML
10 Toutes classes USCS CH
All USCS classes MH
Alle USCS Klassen

0
0 10 20 30 40 50 60
Ø < 0.002 mm [%] (argile / clay / Ton)

50
Sols suisses
SC Swiss soils
Φ’ [°] Ø’ = 39.4 - 0.5158 % argile Schweizerische Böden
| r | = 0.60 n = 12

40
CL-ML CL
Ø’ = 39.7 - 0.5218 % argile Ø’ = 35.4 - 0.2229 % argile
| r | = 0.53 n = 8 | r | = 0.46 n = 63

30

CH
Ø’ = 38.3 - 0.5748 % argile
| r | = 0.46 n = 14

20
ML
GC Ø’ = 36.6 - 0.3157 % argile
Ø’ = 36.8 - 0.445 % argile CM | r | = 0.55 n = 22
| r | = 0.88 n = 8 Ø’ = 28.8 - 0.1172 % argile
| r | = 0.31 n = 101
10 Toutes classes USCS
All USCS classes
Alle USCS Klassen
Φ ’ = 35.3 – 0.27.(%<0.002mm)
| r | = 0.64 n = 246
0
0 10 20 30 40 50 60
Ø < 0.002 mm [%] (argile / clay / Ton)

Fig. 4.10 Corrélations entre l’angle de frottement effectif Φ’ et le pourcentage des grains
plus petit que 0,002 mm (limite argile)
4-20 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA STATISTIQUE SUR LES SOLS SUISSES

300
cu Sols suisses wn = wP wn = wL
Swiss soils
[kPa] Schweizerische Böden
250 GC

SM
200
SC-SM
CL
SC

150 CH
CM
ML
Toutes classes USCS
SC CL-ML
GC All USCS classes
100 CL
Alle USCS Klassen
CM
ML SC-SM
CL-ML CH
50
MH
MH

-1.0 -0.5 0.0 +0.5 +1.0 +1.5 +2.0


IL [–]

300
cu Sols suisses wn = wP wn = wL
Swiss soils
[kPa] Schweizerische Böden
250 Toutes classes USCS
CM CL All USCS classes
cu [kPa] = 60 e -1.80 IL cu [kPa] = 74 e -1.62 IL
| r | = 0.57 n = 876 | r | = 0.68 n = 578 Alle USCS Klassen
cu [kPa] = 52 e -1.2 IL
| r | = 0.58 n = 1685
200 GC
cu [kPa] = 48 - 169 IL
| r | = 0.87 n = 8 CH
cu [kPa] = 129 e -2.39 IL
| r | = 0.79 n = 53

150
SC MH
cu [kPa] = 66 - 59 IL cu [kPa] = 50 - 16 IL
| r | = 0.71 n = 27 | r | = 0.53 n = 11

100 SC-SM
cu [kPa] = 76 - 27.5 IL
| r | = 0.53 n = 11

50

ML CL-ML
cu [kPa] = 58.5 - 16.5 IL cu [kPa] = 48 - 22 IL
| r | = 0.53 n = 11 | r | = 0.64 n = 87

-1.0 -0.5 0.0 +0.5 +1.0 +1.5 +2.0


IL [–]

Fig. 4.11 Corrélations entre la cohésion apparente obtenue par l’essai de compression simple c u
et l’indice de liquidité IL
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 4-21

200
Sols suisses
cu Swiss soils
[kPa] Schweizerische Böden
Toutes classes USCS
All USCS classes SC-SM
Alle USCS Klassen
150
CL
CM
CH
100
CH CM

CL

50
SC-SM

0
0 100 200 300 400 500
σv0’ [kPa]

200
Sols suisses
cu Swiss soils
Schweizerische Böden
[kPa]
Toutes classes USCS
All USCS classes
Alle USCS Klassen
150 cu [kPa] = 0.127σv0’ + 40
| r | = 0.32 n = 129

CM
cu [kPa] = 0.146σ v0’ + 39
| r | = 0.41 n = 71
100
CH
cu [kPa] = 1.185σ v0’ - 60
| r | = 0.93 n = 7

50

SC-SM CL
cu [kPa] = 0.092σ v0’ + 31 cu [kPa] = 0.073σ v0’ + 48
| r | = 0.51 n = 7 | r | = 0.13 n = 44

0
0 100 200 300 400 500
σv0’ [kPa]

Fig. 4.12 Corrélations entre la cohésion apparente obtenue par l’essai de compression simple c u
et la contrainte effective verticale σ ’ v0
4-22 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA STATISTIQUE SUR LES SOLS SUISSES

200
Sols suisses
cu Swiss soils
Schweizerische Böden
[kPa]
GC, SC, CL, CM
GC
150

SM
SC SC
CM
GC
100
ML
CL
CL-ML
CL
50 CM
CL-ML
Toutes classes USCS
All USCS classes
ML
SM Alle USCS Klassen
0
0 50 100 150 200 250 300
cup [kPa]

200
Sols suisses
cu Swiss soils GC, SC, CL, CM
Schweizerische Böden cu [kPa] = 0.488 cup
[kPa] | r | = 0.81 n =864

SC GC
150 cu [kPa] = 0.481 cup + 9 cu [kPa] = 0.389 cup + 14
| r | = 0.87 n = 17 | r | = 0.99 n = 5

CM
cu [kPa] = 0.488 cup
| r | = 0.86 n = 504
100 CL
cu [kPa] = 0.498 cup - 4 CL-ML
| r | = 0.74 n = 338 cu [kPa] = 0.196 cup + 4
| r | = 0.64 n = 64

SM
cu [kPa] = 0.067 cup + 3
50 | r | = 0.63 n = 19

Toutes classes USCS


All USCS classes
Alle USCS Klassen
ML
cu [kPa] = 0.020 cup + 10 cu [kPa] = 0.426 cup
| r | = 0.15 n = 41 | r | = 0.74 n =988
0
0 50 100 150 200 250 300
cup [kPa]

Fig. 4.13 Corrélations entre la cohésion apparente obtenue par l’essai de compression simple c u
et celle obtenue par le pénétromètre de poche cup
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 4-23

120
100
Sols suisses & USA
cu Swiss soils & USA SM
Schweizerische Böden & USA
[kPa] SC-SM

75
ML
CL-ML
CL
50 CM
CH
Toutes classes USCS
All USCS classes CH (USA)
Alle USCS Klassen OH
25 cu [kPa] = 0.71 cus + 14
| r | = 0.78 n = 22 MH

0
0 25 50 75 100 125 150
cus [kPa]

Fig. 4.14 Corrélation entre la cohésion apparente obtenue par l’essai de compression simple c u
et celle obtenue par le scissomètre de poche cus
4-24 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA STATISTIQUE SUR LES SOLS SUISSES

4.8 Perméabilités
4.8.1 Corrélation entre le coefficient de perméabilité k et le diamètre des grains à 10%
(fig. 4.15)
Cette corrélation – très classique – lie le coefficient de perméabilité k au diamètre à 10% des
grains d10 .
Les corrélations ne sont pas très bonnes mais, cependant, meilleures que ce que l’on pouvait
attendre d’un paramètre connu pour sa grande variabilité.

4.8.2 Corrélation entre le coefficient de perméabilité k et l’indice de vide (fig. 4.16)


C’est aussi une corrélation très classique que l’on rencontre souvent dans la littérature. Pour les
sols suisses, on constatera, sur la figure 4.16, qu’elle ne donne rien de bon ! Seuls les CM
présentent une régression qui n’est pas trop mauvaise.
Il faut cependant noter que les corrélations de la littérature sont seulement acceptables pour un
sol avec une dimension des pores et une minéralogie donnée (voir Chap. 5). En outre, en Suisse,
l’essai de détermination de la perméabilité n’est pas normalisé et il se fait avec des procédures
différentes qui peuvent avoir un effet non négligeable sur la valeur de k.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 4-25

1.10-4
k
[m.s-1] GC
1.10-5

SM

1.10-6 SC-SM
SC SC
ML
1.10-7
ML
SC-SM
CL-ML
1.10-8
OL CM CL
CM
1.10-9 CH
CL
Toutes classes USCS MH
1.10-10 All USCS classes
OL
Alle USCS Klassen
OH

1.10-11
0.0004 0.0006 0.001 0.002 0.004 0.006 0.008 0.01 0.02 0.04
d10 [mm]

1.10-4
k Sols suisses
[m.s-1] Swiss soils
Schweizerische Böden
1.10-5 SC
k = 8.10-3 d10 2.196
| r | = 0.64 n = 19

ML
1.10-6 SC-SM k = 9.10-4 d10 1.896
k = 4.10-4 d10 1.479 | r | = 0.54 n = 57
| r | = 0.37 n = 21

1.10-7

CL
1.10-8 k = 3.10-5 d10 1.494
| r | = 0.32 n = 109

1.10-9
OL
k = 2.10-2 d10 2.404
| r | = 0.75 n = 11 Toutes classes USCS
All USCS classes
1.10-10 CM Alle USCS Klassen
k = 6.10-6 d10 1.270
| r | = 0.48 n = 187 k = 2.10-4 d10 1.778
| r | = 0.57 n = 241
1.10-11
0.0004 0.0006 0.001 0.002 0.004 0.006 0.008 0.01 0.02 0.04

d10 [mm]

Fig. 4.15 Corrélations entre le coefficient de perméabilité k et le diamètre à 10% des grains d 10
4-26 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA STATISTIQUE SUR LES SOLS SUISSES

1.10-4
k
[m.s-1]
1.10-5 SM
SC-SM
1.10-6 SC

1.10-7 ML
CL-ML
CL
1.10-8
CM CM
log10 k = 1.56e - 10.3
| r | = 0.42 n = 113 CH
1.10-9
MH
OL
1.10-10 OH

x
1.10-11
0.0 1.0 2.0 3.0 4.0 5.0
e [–]

Fig. 4.16 Corrélation entre le coefficient de perméabilité k et l’indice de vide


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 5-1

5. Corrélations tirées de la littérature, essais en laboratoire


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 5-3

5.1 Introduction
Les remarques et commentaires sur les corrélations contenues dans les paragraphes 4.1, 4.2 et
4.3 sont en partie valables pour ce chapitre.

5.2 Méthode de la recherche bibliographique


La recherche bibliographique a surtout été menée dans les revues importantes de la mécanique
des sols, ayant notamment un comité de lecture. Ces revues furent surtout :
• Geotechnique
• Canadian Geotechnical Journal / Revue canadienne de géotechnique
• Journal of the geotechnical division of the American Society of Civil Engineers
• Revue française de géotechnique
• Soil and Foundation (Japon).

En outre, des livres classiques furent examinés, parmi lesquels on peut citer :
TERZAGHI K. & PECK R. 1967. Soil mechanics in engineering pratice. John Wyley, London.
LEONARDS G.A. ED. 1962. Foundation Engineering. McGraw-Hill Book Company.
HOLTZ R OBERT D., KOVACS W ILLIAM D. 1991. Introduction à la géotechnique. Editions de
l'Ecole Polytechnique de Montréal.
BIAREZ J., HICHER P.Y. 1994. Elementary mechanism of soil behaviour. Balkema.
HANSBO S. 1994. Foundation engineering. Elsevier
LAMBE T.W., WHITMAN R.V. 1969. Soil Mechanics. John Wiley and Sons, Inc., New York,
N.Y.
MITCHELL J.K. 1976. Fundamentals of soil behaviour. John Wiley and Sons, Inc., New York,
N.Y.
US N AVY. Design Manual, soil mechanics, foundations and earth structures. NAVDOC DM-7,
Dep. of the Navy, Navy facilities Engineering Command. Washington, DC.
– . 1992. Canadian foundation engineering manual. Canadian Geotechnical Society.

Si l’on consulte la bibliographie (Chap. 10), on constatera que de nombreux articles sont anciens.
La détermination des paramètres de la mécanique des sols se fait depuis de nombreuses décen-
nies avec des méthodes qui n’ont que très peu évolué, si ce n’est dans le mode d’acquisition et de
traitement des données. La qualité des résultats des essais dépend , avant tout, de l’opérateur (au
sens général du terme, cet opérateur est souvent un éminent professeur !) et, en mécanique des
sols, il en a existé et en existe encore de très bons qui sont bien connus.
5-4 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA LITTÉRATURE, ESSAIS EN LABORATOIRE

5.3 Fiches de corrélation


Chaque corrélation trouvée dans la littérature a fait l’objet d’une fiche descriptive de format A4,
localisant et résumant l’article examiné lors de la recherche bibliographique. Chacune de ces
fiches, qui sont placées en annexe, comprend :
• Le numéro de la fiche.
• Le type de la corrélation.
• Le ou les auteurs de l’article.
• L’année de la publication.
• Le titre de la publication.
• Le nom de la revue où se trouve l’article ou le nom de l’éditeur du livre.
• Pour les articles, le numéro du volume et les numéros des pages.
• Un résumé de la corrélation avec, dans presque tous les cas, le graphique la caractérisant.
• Un renvoi éventuel à d’autres fiches ou aux annexes à ces fiches. En effet, dans certains cas,
la place manquait sur la fiche pour y introduire toutes les données intéressantes. Pour cette
raison, ces données supplémentaires sont placées après la dernière fiche.

En outre, dans la plupart des cas, l’article trouvé était photocopié.


Ces fiches ont été établies au moyen de l’application FileMaker Pro. Tous les graphiques ont été
numérisés de façon à les intégrer à chaque fiche. Pour que les fichiers ne soient pas trop volumi-
neux, la résolution de la numérisation n’est pas très grande : 300 points par pouce (bitmap).
Toutes les figures et textes numérisés sont cependant facilement lisibles.

Pendant la recherche bibliographique environ 230 fiches de corrélation ont été établies par M.
J. Rybisar puis par M. A. Moreni. Elles ont été examinées en détail et plusieurs fiches ont été
supprimées car les corrélations qu’elles contenaient ne présentaient pas un grand intérêt pour la
présente recherche, et d’autres ont été groupées. En fin de compte, le nombre des fiches de
corrélation retenues, classé par domaine, est le suivant :

• Déformation 57 fiches
• Résistance 33 fiches
• Perméabilité 17 fiches
• Autres 21 fiches
• Annexes aux fiches 8 annexes
• Total 136 fiches

5.4 Portée de la recherche bibliographique


Rappelons tout d’abord que ce chapitre ne concerne, pour ainsi dire, que des corrélations établies
sur la base d’essais en laboratoire.
Le travail effectué semble, à première vue, très important. Cependant, il laisse à l’auteur de ce
rapport un goût d’inachevé. Il y aurait en effet encore beaucoup à faire dans ce domaine.
Notamment, la recherche bibliographique devrait être poursuivie dans les comptes rendus des
grands congrès internationaux et parmi toutes les thèses traitant des propriétés des sols, ce qui
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 5-5

n’a été fait que très superficiellement. Le financement de cette recherche était limité et il n’a pas
été possible d’aller plus loin.
Nous espérons, nonobstant, que ce travail sera d’une bonne utilité pour les gens de la pratique
qui n’ont pas le temps de faire de telles recherches, même dans un domaine très limité.

5.5 Présentation des corrélations


Dans ce chapitre, nous allons énumérer et commenter les corrélations trouvées dans la littérature.
Leur synthèse sera faite dans le chapitre 7 : Synthèse des corrélations.

5.6 Déformation
5.6.1 Corrélations entre l’indice de compression Cc et l’indice de vide (fiches 01 à 13)
Nous en avons trouvé de nombreuses relatives à divers types de sols argileux et tourbes. Nous
pourrons les comparer, dans la synthèse (Chap. 7) avec celles établies pour les sols suisses
(Chap. 4).
Le tableau de la fiche 13 propose diverses relations pour estimer le Cc en fonction de l’indice de
vide et du type de sol.

5.6.2 Corrélations entre l’indice de compression Cc , l’indice de vide et d’autres paramè-


tres (fiches 14 à 17)
Ces quatre corrélations sont intéressantes car elles vont un peu plus loin que celles énumérées
dans 5.5.1. Le deuxième paramètre corrélateur est la sensibilité St = cu / cur et la limite de liqui-
dité.
Le graphique de la fiche 17 semble intéressant, notamment parce qu’il est basé sur un nombre
assez important d’essais. Sa représentation graphique est cependant trompeuse. Son auteur a uti-
lisé une méthode d’interpolation qui conduit à un lissage très important. D’une manière générale,
dans les représentations à 3 dimensions, les méthodes de lissage sont très importantes et l’on
peut obtenir un peu tout ce que l’on veut selon la méthode que l’on utilise. Nous avons entrepris
le même exercice que l’auteur de la représentation graphique de la fiche 17 avec les données de
la banque des sols suisses (tous les sols : 784 points). Nous avons ensuite réalisé un lissage avec
une méthode beaucoup plus élaborée. La comparaison qui fait l’objet de la figure 5.1 laisse son-
geur !
Le tableau de la fiche 15 propose diverses relations pour estimer le Cc en fonction de l’indice de
vide, de la limite de liquidité et de la teneur en eau naturelle, ceci en fonction du type de sol. La
fiche 16 propose, quant à elle, une relation donnant le Cc en fonction de l’indice de vide et de la
limite de liquidité.
5-6 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA LITTÉRATURE, ESSAIS EN LABORATOIRE

Méthode de lissage : pour chaque valeur manquante sur la Méthode de lissage : krigeage sur une grille de 30•30. Méthode
grille (30•30), usage de la moyenne des 8 points les plus la plus précise préservant en partie les valeurs originales des
proches (Kernel smoothing). Méthode ne préservant pas les points. Cependant, le nombre de points est un peu élevé pour
valeurs originales des points. du krigeage.
Le zone des points manquants a été supprimée. Le zone des points manquants a été supprimée.

0.500
0.400 C
c
0.300
0.200
0.100
Zone des 3.0 Zone des
784 points 784 points
2.5 0.5 2.5
0.4
2.0 0.3 2.0
Cc 0.2
e0 e
1.5 0.1 1.5 0
90 90
80 80
70 1.0 70
60 60 1.0
50
wL 40 wL 50 40
30 0.5 30 0.5
20 20
10 Cc
0.0 0.1 0.2 0.3 0.4 0.5

Fig. 5.1 Effets de la méthode de lissage

5.6.3 Corrélations entre l’indice de compression Cc et la teneur en eau (fiches 18 à 27)


Elles sont nombreuses et concernent divers types de sols argileux. Le graphique de la fiche 21
est une synthèse de ce type de corrélation et la fiche 26 donne quelques relations pour différents
types de sols.

5.6.4 Corrélations entre l’indice de compression Cc et la limite de liquidité (fiches 28 à 31)


C’est une corrélation classique et il est un peu étonnant que l’on n’ait pas trouvé plus d’exemples
dans la recherche bibliographique. La fiche 21 donne une relation qui intègre aussi la teneur en
eau. Le tableau de la fiche 31 propose diverses relations pour différents types de sol.

5.6.5 Corrélations entre l’indice de compression Cc et la masse ou le poids volumique


(fiches 32 à 36)
Elles concernent différents types de sols argileux et des tourbes.

5.6.6 Corrélations entre l’indice de compression Cc et l’indice de plasticité (fiches


37 et 38)
Ces deux corrélations, relatives à différents types de sols argileux, ont, toutes les deux, de bons
coefficients de corrélation.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 5-7

5.6.7 Corrélations entre Cc / (1 + e0) et l’indice de vide ou la teneur en eau (fiches 39 et 41)
Cc / (1 + e0) est un bon paramètre que nous avons utilisé avec succès dans les corrélations des
sols suisses (Chap. 4). Dans la littérature, ce type de corrélation n’est cependant pas très
fréquent. En outre, sur les fiches 39 et 40, le nombre de résultats d’essais n’est pas très élevé.

5.6.8 Valeurs de Cc en fonction du type de sol (fiche 42)


Le tableau de cette fiche est classique et très utile pour contrôler d’autres corrélations.

5.6.9 Corrélation entre l’indice de gonflement Cs et l’indice de plasticité (fiche 43)


C’est la seule corrélation que nous ayons trouvée pour évaluer l’indice de gonflement autrement
que par la relation Cs = Cc / 10. Elle a été établie avec 12 sols différents.

5.6.10 Corrélation entre l’indice de gonflement secondaire Cα et l’indice de gonflement


(fiche 44)
Cette unique corrélation concerne des tourbes – ce qui est compréhensible – et quelques argiles
varvées.

5.6.11 Corrélations entre le coefficient de consolidation cv et d’autres paramètres (fiches


45 à 47)
Le coefficient de consolidation est indispensable pour calculer une évolution des tassements
dans le temps. La première de ces trois fiches donne le cv en fonction de l’indice de vide pour un
granite décomposé (kaolinite et quartz). La seconde, intéressante mais approximative, donne ce
cv en fonction de la limite de liquidité. Enfin, la dernière présente un tableau avec des valeurs ap-
proximatives de cv en fonction du type de sol.

5.6.12 Corrélation entre le coefficient de compressibilité mv et l’indice de vide (fiche 48)


Cette corrélation n’implique qu’un nombre peu important de résultats d’essais. En outre, elle
concerne un sol un peu particulier, à savoir un granite décomposé (kaolinite et quartz). Qui plus
est, le niveau de contraintes est inconnu.
Rappelons que m v = 1 / Eoed. Ce coefficient peut ainsi paraître important. Cependant Eoed se
détermine normalement avec l’indice de compression ou de gonflement, l’indice de vide et
l’accroissement de la contrainte verticale (voir fig. 4.2).
Cette fiche aurait pu être supprimée, mais elle est un bon exemple d’une mauvaise corrélation !
5-8 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA LITTÉRATURE, ESSAIS EN LABORATOIRE

5.6.13 Corrélations entre la contrainte de préconsolidation p’c et divers paramètres (fiches


49 à 53)
La détermination de la contrainte de préconsolidation lors d’un essai oedométrique n’est pas
chose facile et cette contrainte est importante à connaître pour un calcul correct des tassements.
De telles corrélations sont ainsi très utiles.
Les deux premières permettent d’évaluer cette contrainte en fonction de l’indice de liquidité IL ;
elles sont établies sur la base d’un grand nombre d’essais. Les deux suivantes font cette évalua-
tion sur la base de l’indice de vide et la dernière sur la base de la teneur en eau.

5.6.14 Corrélation entre l’indice d’expansion IS , l’indice de liquidité et la pression de gon-


flement (fiche 54)
Cette dernière corrélation, très approximative, est intéressante car elle permet d’évaluer le po-
tentiel de gonflement d’une argile naturelle en fonction de sa limite de liquidité. IS = w / wL .

5.6.15 Corrélations entre le module de réaction ks et divers paramètres (fiches 55 à 57)


La première de ces corrélations (fiche 55) est très médiocre, ceci de par sa nature et du nombre
peu élevé de points. Nous l’avons cependant conservé.
Les deux autres (fiches 56 et 57) sont beaucoup plus intéressantes et peuvent être utilisées dans
la pratique. Elles seront adaptées aux unités SI dans le chapitre 7 : Synthèse des corrélations.

5.7 Résistance
5.7.1 Corrélation entre Φ’ et l’indice de vide e0 ou la porosité n (fiches 01 à 03)
Trois fiches donnent des exemples de cette corrélation pour de la kaolinite, et des sables. Leurs
résultats concernent surtout des cas particuliers.

5.7.2 Corrélation entre Φ’ et l’indice de plasticité IP (fiches 04 à 07)


C’est la corrélation qui semble convenir le mieux à l’évaluation de l’angle de frottement. Elle est
donnée pour des sols fins. La fiche 06 est particulièrement intéressante, car elle compile les
corrélations obtenues par plusieurs auteurs.

5.7.3 Corrélation entre Φ’ et IP / wL (fiche 08)


Mayne (1980) propose ce type de corrélation pour divers limons argileux et argiles. Son résultat
n’est guère concluant.

5.7.4 Corrélation entre Φ’, c’ et la limite de liquidité wL (fiches 09 et 10)


Deux fiches sont consacrées à cette corrélation appliquée à des argiles. Elle semble donner de
bons résultats. Les corrélations concernant la cohésion sont intéressantes car il est toujours diffi-
cile d’estimer ce paramètre.

5.7.5 Corrélation entre Φ’ et la densité relative ID (fiche 11)


Intéressante compilation de nombreuses corrélations relatives aux sables. Le problème est que
l’indice de densité est rarement connu (surtout en Suisse).
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 5-9

5.7.6 Corrélation entre Φ’ et divers paramètres (fiche 12)


Très intéressante représentation graphique de Holtz et Kovacs (1991), certes très approximative,
relative à tous les sols compris entre les ML et les GW.

5.7.7 Corrélation entre la cohésion effective c’ et, la teneur en eau et l’indice de consis-
tance IC (fiche 13)
Corrélation classique de Bjerrum (1951). Elle montre notamment que la cohésion effective est
très dépendante du type de sol.

5.7.8 Corrélation entre c’ et le degré de saturation Sr (fiche 14)


Elle concerne un sol particulier : mélange de kaolinite et de quartz. Elle est plus didactique que
pratique.

5.7.9 Corrélation entre la cohésion apparente cu et (w – wopt) / IP) (fiche 15)


Cette corrélation est intéressante car elle permet d’estimer le cu, qui est souvent mal connu et
qui est utilisé dans les analyses non drainées c, Φ = 0, sur la base de paramètres en général
connus. Elle concerne des argiles et propose deux régressions assez proches l’une de l’autre.

5.7.10 Corrélation entre la cohésion apparente cu ou cus et l’indice de liquidité IL


(fiches 16 à 22)
Comme l’indice de plasticité, l’indice de liquidité est un bon paramètre corrélateur. Toutes les
corrélations présentées sont ainsi d’un bon intérêt pratique. La dispersion des résultats peut,
cependant, être importante (fiche 21).
La fiche 19 montre, approximativement, l’effet de la sensibilité du sol St sur ce type de corré-
lation.

5.7.11 Corrélation entre cu / p’c , la contrainte de préconsolidation, et la limite de liquidité


wL (fiche 23)
La contrainte de préconsolidation p’c est un paramètre très important qui est souvent et malheu-
reusement mal connu. La corrélation présentée (Larsson, 1980) montre une très bonne régression
entre le rapport cu / p’c et la limite de liquidité.

5.7.12 Corrélation entre (cu ou cus) / (σ’v0 ou p’c) et IP ou IL (fiches 24 à 30)


Sept fiches traitent de ces corrélations. Leurs résultats sont fortement dépendants de l’essai qui a
permis de déterminer cu. Celles des fiches numéro 24, 26 et 28 sont très mauvaises. Certains au-
teurs ont donné des équations ou des courbes de corrélation (Bjerrum, 1972 ; Ostermann, 1960 ;
Kenney, 1976 ; Leonards, 1962 ; Dascal et Tournier, 1975 ; Leroueil et Tavenas, 1983 ; Larsson,
1980) mais leurs essais portent sur un nombre limité d’essais réalisés sur des sols particuliers.
Nous avons tenté de telles corrélations avec la banque des sols suisses : les résultats sont catas-
trophiques !
5-10 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA LITTÉRATURE, ESSAIS EN LABORATOIRE

5.7.13 Corrélation entre cu ou cus et σ’v0 ou p’c (fiches 31 à 33)


C’est une corrélation très classique car, pour des sols normalement consolidés, cu est fortement
dépendant de la profondeur donc de σ ’v0 . Dans des sols surconsolidés, c’est de p’c qu’elle
dépend. Les trois corrélations présentées pour des sols fins, montrent qu’elles sont utilisables en
pratique.

5.8 Perméabilité

5.8.1 Corrélation entre k et l’indice de vide (fiches 01 à 12)


De par le nombre de fiches relatives à cette corrélation, il semble qu’elle intéresse de nombreux
auteurs. Malheureusement, les corrélations présentées, qui donnent de bons coefficients de corré-
lation, ont été établies pour des sols particuliers avec des dimensions et des formes de pores et
une minéralogie bien déterminée. Si ces paramètres ne sont pas bien connus, ces corrélations ne
sont guère applicables dans la pratique. Les fiches 11 et 12 montrent bien ce dilemme. La figure
4.16 est aussi une excellente démonstration de la non-applicabilité pratique de ces corrélations.

5.8.2 Corrélation entre k et la granulométrie (fiches 13 à 16)


C’est la corrélation la plus ancienne, puisque Slichter la proposait déjà en 1899. Elle reste la plus
utilisée pour les cas pratiques. Il faut cependant avoir toujours à l’esprit que ces corrélations sont
toutes très approximatives et que le coefficient de perméabilité sera toujours, en mécanique des
sols, un paramètre dont la variabilité est très forte (voir par exemple fiche 14).
Les fiches 15 et 16 sont les plus intéressantes car elles réunissent un nombre élevé de résultats
d’essais ou des corrélations bien éprouvées.

5.8.3 Corrélation entre k, le type de sol, le mode de drainage et le type de l’essai (fiche 17)
Le tableau présenté sur cette fiche (Holtz et Kovacs, 1991) est un excellent moyen pour évaluer
et étudier comment estimer un coefficient de perméabilité.

5.8.4 Perméabilité verticale et horizontale


Nous n’avons trouvé, dans la littérature, aucune étude sur la relation entre la perméabilité ver-
ticale et la perméabilité horizontale. Toutes les corrélations présentées concernent en fait la
perméabilité verticale. Cela est normal car, dans ce domaine, tous les sols sont des cas particu-
liers.
De par leur mode de formation, les sols sont très souvent microscopiquement ou macroscopi-
quement stratifiés et le coefficient de perméabilité horizontale et souvent beaucoup plus élevé
que le coefficient de perméabilité verticale. En outre, dans un calcul d’un écoulement souterrain,
c’est le coefficient de perméabilité horizontale qui est, le plus souvent, déterminant.
C’est un des gros problèmes de la mécanique des sols. Nous ne pouvons conseiller que de réali-
ser le plus souvent possible, et surtout dans les cas douteux, des essais de perméabilité horizon-
tale par une découpe appropriée de l’éprouvette.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 5-11

5.9 Autres corrélations


Ces dernières corrélations sont, premièrement, des corrélations qui devraient permettre
d’estimer, si nécessaire, les paramètres corrélateurs utilisés dans les corrélations présentées ci
avant. Certaines d’entre elles permettent aussi d’évaluer des paramètres utiles dans la pratique,
mais qui n’ont pas été traités précédemment comme les masses volumiques et teneurs en eau
optimales (essai Proctor), l’OCR (Overconsolidation ratio), les coefficients de poussée et le mo-
dule de réaction.

5.9.1 Corrélations donnant wL et IP en fonction de la fraction argileuse (fiches 01 à 03)


Si une granulométrie a été réalisée mais pas de limites de consistance, ces trois fiches peuvent
être utiles.

5.9.2 Corrélations donnant wopn et ρd opn en fonction de différents paramètres


(fiches 04 à 08)
Ces fiches peuvent être utiles dans la pratique. Signalons cependant qu’elles semblent toutes
concerner l’essai de compaction standard avec une énergie de compactage de quelque
0,6 MJ·m–3. En Suisse, on devrait absolument abandonner la notation « opt » pour la remplacer
par « opn » pour l’essai de compactage standard exécuté dans le moule standard de 102 mm de
diamètre avec une énergie de compactage de 0,6 MJ·m–3 et « opm » pour l’essai de compactage
« modifié » avec une énergie de quelque 2,7 MJ·m –3 exécuté dans le moule standard ou le moule
CBR.

5.9.3 Corrélation donnant l’OCR en fonction de cus / σ’v0 (fiche 09)


Comme la contrainte de préconsolidation p’c , l’OCR est un paramètre important de la mécanique
des sols qui est souvent mal connu. Rappelons que l’OCR se définit de la manière suivante :
OCR = σ’m / σ’0 (5.1)
avec : σ’m = contrainte, en général verticale, maximale effective sous laquelle l’élément du sol
considéré s’est consolidé
σ’0 = contrainte effective actuelle de l’élément du sol considéré.
Il permet d’apprécier le degré de surconsolidation des sols fins.
La corrélation présentée, concernant des argiles de consistance moyenne à molle, englobe un
nombre important d’essais et est ainsi intéressante et utilisable en pratique.

5.9.4 Corrélations donnant la densité relative ID (fiches 10 et 11)


Ces deux corrélations concernent des sols grossiers et permettent d’évaluer la densité relative
qui, en Suisse, n’est pas souvent déterminée en laboratoire. Les paramètres corrélateurs sont la
masse volumique et la résistance à la pénétration dynamique.
5-12 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA LITTÉRATURE, ESSAIS EN LABORATOIRE

5.9.5 Corrélations permettant d’évaluer le coefficient de poussée des terres au repos K0


(fiches 12 à 18)
Les fiches 12 et 13 donnent des corrélations pour les argiles en fonction de l’indice de plasticité
et de l’angle de frottement effectif. La fiche 14, qui concerne des sables, montre que la bonne
vieille relation du Hongrois Jåky : K0 = 1 – sinΦ’, est toujours valable, ceci, surtout pour des sols
grossiers.
La fiche 15 compile toute une série de relation donnant K0 en fonction de l’angle de frottement
effectif et l’OCR. On y voit que, dans les sols fins, K0 est fortement dépendant de l’OCR et le
géotechnicien de la pratique doit tenir compte de ce fait. Cette relation entre K 0 et l’OCR fait
aussi l’objet des fiches 16 à 18 qui compilent diverses corrélations permettant d’estimer K0 en
fonction de l’OCR. Ces trois dernières fiches sont d’un grand intérêt pour le praticien.

5.9.6 Corrélation donnant la sensibilité en fonction de l’indice de liquidité (fiche 19)


Les sols suisses sont en général peu sensibles ; cette corrélation de Skempton (1952) est cepen-
dant intéressante. Elle repose cependant sur un nombre réduit d’essais.

5.9.7 Corrélation donnant emin et emax (densité relative) en fonction de la granulométrie


(fiche 20)
L’évaluation de emin et de emax permet de calculer la densité relative si l’on connaît l’indice de
vide du sol en place. Cette corrélation est donc très utile.

5.9.8 Diverses corrélations très approximatives entre quelques paramètres importants


(fiche 21)
Ces corrélations, données il y a déjà assez longtemps par Biarez et ses collaborateurs, sont inté-
ressantes mais, en même temps, dangereuses. Elles avaient été en effet établies sur la base
d’essais en laboratoire exécutés sur des argiles « normales » remaniées. Elles sont donc très ap-
proximatives et ne devraient être utilisées que pour certains contrôles grossiers.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 6-1

6. Corrélations tirées de la littérature, essais in situ


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 6-3

6.1 Introduction
Les valeurs tirées d’essais in situ, qui sont souvent utilisées dans les corrélations permettant
d’évaluer les paramètres classiques utilisés dans les projets, proviennent essentiellement des
essais suivants :
• Pénétration dynamique (DP, SPT). Les DP, dont fait partie le pénétromètre von Moos, se
divisent en : DPL (léger), DPM (moyen), DPH (lourd) et DPSH (très lourd).
• Pénétration statique (CPT : pénétration au cône, CPTU : pénétration au piézocône).
• Pressiométrie (PMT) : Ménard (MPM), les autres pressiomètres pré-forés (PBP, Marchetti,
etc.), le pressiomètre auto-foré (SBP), et le pressiomètre constitué d’un cône enfoncé dans le
sol comme un CPT (FDP). Ces différents types de pressiomètres sont caractérisés par des
courbes « pression appliquée – déformation » différentes (fig. 6.1).
Pression appliquée

PBP & MPM

SBP FDP

Déformation Déformation Déformation

Fig. 6.1 Formes des courbes pression - déformation des pressiomètres

Les valeurs obtenues par les différents types de pénétromètres ne peuvent être utilisées directe-
ment dans les calculs et doivent donc être obligatoirement corrélées.
Pour la pressiométrie, les valeurs corrélées concernent seulement la résistance des sols. Les
modules de déformation sont obtenus directement par l’essai.

6.2 Méthode de la recherche bibliographique


Nous n’avons réalisé qu’une recherche rapide des corrélations dans les traités classiques de la
mécanique des sols et dans les livres dédiés à ces essais. En ce qui concerne ces derniers, les
livres examinés ont été :
B AGUELIN F., JÉZÉQUEL J.F., SCHIELDS D.H. 1978. The pressuremeter and foundation
engineering. TransTechPublications.
C ASSAN M. 1978. Les essais in situ en mécanique des sols – Tome 1: Réalisation et
interprétation. Eyrolles, Paris.
CASSAN M. 1978. Les essais in situ en mécanique des sols – Tome 2: Applications et méthodes
de calcul. Eyrolles, Paris.
CLARKE B.G. 1992. Pressuremeters in geotechnical design. Blackie Academic & Professional.
SANGLERAT G. 1972. The penetrometer and soil exploration. Elsevier, Amsterdam.
6-4 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA LITTÉRATURE, ESSAIS IN SITU

6.3 Présentation
Toutes les relations corrélatives trouvées sont classées dans les domaines suivants :
• Déformation
• Résistance
• Autres corrélations
Les corrélations seront présentées sous la forme d’équations, de tableaux et de graphiques.

6.4 Paramètres utilisés


Les paramètres qui définissent les résultats des essais in situ traités dans ce chapitre sont moins
connus que ceux qui sont utilisés pour les essais en laboratoire. Pour cette raison, nous allons les
définir ci-dessous. On pourra aussi les retrouver dans le chapitre « Symboles ».

Pénétromètres statiques et dynamiques :


qc résistance de pointe statique (CPT) [MPa]
qd résistance dynamique (DP, SPT) [MPa]
qd = rd · m / (m + m’) avec :
m = masse du mouton
m’ = masse des tiges, de la tige guide et de l’enclume
rd résistance de pointe (DP, SPT) [MPa]
rd = (m g h) / (A e) avec :
m = masse du mouton
g = accélération de la pesanteur
h = hauteur de chute
A = surface de la section de la pointe
e = pénétration moyenne par coup
fs résistance latérale unitaire (CPT) [MPa]
If Indice de résistance latérale (CPT) = qc / fs [–]
NSPT nombre de coups pour l’enfoncement du carottier SPT de 300 mm
(mouton de 63.5 kg) [nbre coups]
NSPT60 valeur NSPT corrigée pour rapport énergétique ERr de 60% [nbre coups]
N1 SPT60 valeur NSPT corrigée pour rapport énergétique ERr de 60% et une
contrainte verticale de 100 kPa [nbre coups]
ERr rapport énergétique, à savoir le rapport entre l’énergie réelle délivrée
sous le carottier SPT et l’énergie calculée par la hauteur de chute et la
masse du mouton [%]
NM20 nombre de coups pour l’enfoncement du cône du pénétromètre
von Moos (SN 670 417) de 200 mm (mouton de 30 kg) [nbre coups]
N10 nombre de coups pour l’enfoncement du cône des pénétromètres
DP de 100 mm [nbre coups]
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 6-5

Pressiomètre :
Em module de Ménard (voir fig. 4.2) [Mpa]
p1 pression limite [kPa]
pf pression de fluage [kPa]
p1m pression limite modifiée [kPa]
σh contrainte horizontale totale [kPa]
G module de cisaillement [Mpa]
εc déformation volumétrique de la cavité [%]
s pente de la relation : déformation = f(pression appliquée) (fig. 6.1)
dans un diagramme doublement logarithmique [–]
Φ’cv angle de frottement effectif à volume constant [°]
ψ angle de dilatance [°]

6.5 Déformation
6.5.1 Corrélation Eoed = α qc par CPT
Cette corrélation provient de résistances à la pénétration obtenues par l’essai CPT. Les valeurs
de α données sur la figure 6.2 (tableau) sont tirées de l’annexe B.3 de l’Eurocode 1997-3 et de
Sanglerat (1972).

Sols, classés selon l’USCS Valeurs de qc Valeurs du coeff. α


SW, SP qc < 5 Mpa α=2
qc > 10 Mpa α = 1.5
CL, CM qc < 0.7 Mpa 3<α<8
0.7 < qc < 2 Mpa 2<α<5
qc > 2 Mpa 1 < α < 2.5
ML qc < 2 Mpa 3<α<6
qc > 2 Mpa 1<α<2
CH, MH qc < 2 Mpa 2<α<6
qc > 2 Mpa 1<α<2
OL qc < 1.2 Mpa 2<α<8
Pt, OH qc < 0.7 Mpa
50 < w < 100 1.5 < α < 4
100 < w < 200 1 < α < 1.5
w > 300 α < 0.4
Craie 2 < qc < 3 Mpa 2<α<4
qc > 3 Mpa 1.5 < α < 3

Fig. 6.2 Valeurs approximatives du coefficient α


6-6 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA LITTÉRATURE, ESSAIS IN SITU

6.5.2 Corrélation Em = f( qc ) par CPT


Cette corrélation provient de résistances à la pénétration obtenues par l’essai CPT. Les valeurs
de Em données sur la figure 6.3 (tableau) sont tirées de l’annexe B.1 de l’Eurocode 1997-3 et de
Bergdahl, Ottosson, Malmborg (1993).

Densité relative qc de l’essai CPT Module Em (drainé)


ID MPa
Très faible 0.0 – 2.5 < 10
Faible 2.5 – 5.0 10 – 20
Moyenne 5.0 – 10.0 20 – 30
Grande 10.0 – 20.0 30 – 60
Très grande > 20.0 60 – 90

Fig. 6.3 Valeurs de Em en fonction de q c

6.5.3 Corrélation : module de déformation = f( N ) par DP ou SPT


Il est déconseillé de chercher à évaluer un module de déformation sur la base des résultats d’un
essai de pénétration dynamique.
Il existe cependant des méthodes de détermination d’un module de déformation ou de calcul
direct des tassements basées sur le résultat d’une pénétration DP ou SPT.
DIN 4094 (aussi dans EN 1997-3) donne des relations pour estimer Eoed sur la base des résultats
des essais de pénétration dynamique (DP) et, pour les sols grossiers et par exemple, Burland &
Burbidge, (1985) proposent une méthode pour calculer directement les tassements sur la base
des résultats d’essai SPT.

6.5.4 Modules de déformation tirés de l’essai pressiométrique


Ces modules (horizontaux), par exemple le module de cisaillement G, sont obtenus directement
par l’interprétation des résultats de l’essai. On peut aussi calculer les tassements directement
avec les résultats de l’essai pressiométrique (Voir Baguelin, Jézéquel, Schields, 1978, dès page
228).

6.6 Résistance
6.6.1 Corrélation Φ ’ = f( qc ) par CPT
Cette corrélation provient de résistances à la pénétration statique obtenues par l’essai CPT. Les
valeurs de Φ ’ données sur la figure 6.4 (tableau) sont tirées de l’annexe B.1 de l’Eurocode
1997-3 et de Bergdahl, Ottosson, Malmborg (1993).
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 6-7

Densité relative qc de l’essai CPT Φ’


ID [°]
Très faible 0.0 – 2.5 29 – 32
Faible 2.5 – 5.0 32 – 35
Moyenne 5.0 – 10.0 35 – 37
Grande 10.0 – 20.0 37 – 40
Très grande > 20.0 40 – 42

Fig. 6.4 Valeurs de Φ ´ en fonction de q c

6.6.2 Corrélation Φ ´ = f( N, ID) par DP et SPT


En passant par la densité relative ID, il est possible d’estimer l’angle de frottement effectif sur la
base d’essais avec les pénétromètres dynamiques DP et SPT.
En ce qui concerne l’évaluation de ID sur la base d’un essai SPT, ENV 1997-3 (1997) donne le
tableau de la figure 6.5.

N1 SPT60 = 0 3 8 25 42 58
très moyennement très
Compacité lâche compact
lâche compact compact
ID = 0 15 35 65 85 100

Fig. 6.5 Densité relative en fonction du SPT

Et, si l’on possède des résultats provenant d’un pénétromètre dynamique à cône (DP), cette
densité relative peut être évaluée par les relations suivantes données par DIN 4094, ceci dans le
domaine suivant : 3 ≤ N 10 ≤ 50. Dans les formules ci-dessous, DPL désigne un pénétromètre
léger (mouton de 10 kg, hauteur de chute de 500 mm) et DPH un pénétromètre lourd (mouton de
50 kg, hauteur de chute de 500 mm).

a) Sables mal gradués (Cud ≤ 3), au-dessus de la nappe phréatique


pour un DPL : ID = 0.15 + 0.260 log N10 (6.1)
pour un DPH : ID = 0.10 + 0.435 log N10 (6.2)

b) Sables mal gradués (Cud ≤ 3), sous la nappe phréatique


pour un DPL : ID = 0.21 + 0.230 log N10 (6.3)
pour un DPH : ID = 0.23 + 0.380 log N10 (6.4)

c) Sables bien gradués (Cud ≤ 6), au-dessus de la nappe phréatique


pour un DPH : ID = –0.14 + 0.550 log N10 (6.5)

Enfin, la figure 6.6 (tableau) donne l’angle de frottement effectif en fonction de la densité
relative obtenue par un pénétromètre dynamique.
6-8 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA LITTÉRATURE, ESSAIS IN SITU

Type du sol Granulométrie Domaine de ID Φ’ [°]


sables fins, sables, mal gradué 15 – 35 ( lâche) 30
sables graveleux Cud < 6 35 – 65 (moyennement compact) 32.5
> 65 (compact) 35
sables, sables bien gradué 15 – 35 ( lâche) 30
graveleux, graviers 6 ≤ Cud ≤ 15 35 – 65 (moyennement compact) 34
> 65 (compact) 38

Fig. 6.6 Angle de frottement effectif en fonction de la densité relative obtenue par un essai de
pénétration dynamique

6.6.3 Corrélation cu = f( qc ) par CPT


Pour des sols limoneux à argileux la relation générale est :
cu = (qc – σv0) / Nk (6.6)
Nk est un facteur qui devrait être estimé d’après les expériences locales. En fait, il ne varie que
peu. Divers auteurs ont donné les valeurs suivantes (dans Cassan, 1978) :
L’Herminier Nk = 11
Skempton Nk = 10
Meyerhof Nk = 9
Caquot et Kérisel Nk = 7
Une valeur de 10 est une bonne approximation.

6.6.4 Corrélation cu = f( qd ) par pénétromètre dynamique


Zhou (1997), pour des argiles molles ( ρ = 1,42, w = 90%, wL = 74% et IP = 20%) et en
déterminant le c u au moyen d’une scissomètre, donne la relation suivante établie avec un
pénétromètre PANDA :
cu = qd / 11.4 (6.7)

Gourvès et Barjot (1995) proposent la corrélation approximative suivante pour des sols fins de
compacité moyenne, aussi établie avec un pénétromètre PANDA :
cu = qd / (15 à 20) (6.8)

Sur la base d’essais de compression simple en laboratoire, Zhou (1997) propose la régression
suivante pour des limons sablo-argileux (5 à 25% de sable, 25 à 40% de limon, 32 à 50%
d’argile, ρmoyen = 1,7, IP > 30% et Sr = 85%) :
cu = qd / 3.5 (6.9)

6.6.5 Corrélation évaluant Φ’ et ψ sur la base de l’essai pressiométrique


ψ est l’angle de dilatance. Cette corrélation, valable surtout pour des sables, s’établit en dessi-
nant le diagramme de la figure 6.1 dans un espace dont l’axe x est : ln(εc / (1 + εc) et l’axe y :
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 6-9

ln(pression appliquée). Dans cet espace, les courbes de la figure 6.1 deviennent des droites de
pente s. La figure 6.7 est un exemple d’un tel diagramme.

ln (pression appliquée)

s = 0.28 /0.6 = 0.46

εc
ln εc en %
100 + εc

Fig. 6.7 Essai pressiométrique, détermination de la pente s

Pour déterminer les angles Φ’ et ψ , il faut encore connaître l’angle de frottement effectif à
volume constant Φ’cv. Son importance n’est pas critique et il peut être estimé sur la base du
tableau de la figure 6.8 (Robertson et Hughes, 1986).

Type du sol Φ’cv


Gravier limono-sableux 40
Sable grossier uniforme 37
Sable moyen bien gradué 37
Sable moyen uniforme 34
Sable fin bien gradué 34
Sable fin uniforme 30

Fig. 6.8 Estimation de l’angle de frottement effectif à volume constant Φ’cv

Les angles de frottement et de dilation sont enfin donnés par les relations suivantes :
s
sin Φ' = (6.10)
1 + ( s − 1)sin Φ' cv

sin ψ ' = s + ( s − 1)sin Φ' cv (6.11)


6-10 CORRÉLATIONS TIRÉES DE LA LITTÉRATURE, ESSAIS IN SITU

Ménard propose une relation plus simple pour estimer Φ’ pour des sables :

Φ' = 24 + 13.3 log10  1m


p [kPa]
(6.12)
 100 ⋅ b 
avec : b = 1.8 pour des sables humides
b = 3.5 pour des sables secs
b = 2.5 en moyenne.

Dans les argiles, l’essai pressiométrique est trop rapide pour pouvoir corréler ses résultats avec
un angle de frottement effectif.

6.6.6 Corrélation évaluant cu sur la base de l’essai pressiométrique


Des relations, surtout du type cu = (p1m – σh) / k, ont été proposées par différents auteurs. La
figure 6.9 (tableau) tirée de Clarke (1992) les récapitule.

Relation cu = Type de sols Référence


(p1m – σh) / k k=2à5 Ménard (1957)
(p1m – σh) / 5.5 Argiles molles à fermes Cassan (1972), Amar & Jézéquel (1972)
(p1m – σh) / 8 Argiles fermes à dures dito
(p1m – σh) / 15 Argiles dures à très dures dito
(p1m – σh) / 6.8 Argiles dures Marsland & Randolf (1977)
(p1m – σh) / 5.1 Toutes les argiles Lukas & LeClerc de Bussy (1976)
((p1m – σh) / 10) + 25 dito Amar & Jézéquel (1972)
(p1m – σh) / 10 Argiles dures Martin & Drahos (1986)
(p1m / 10) + 25 Argiles molles à dures Johnson (1986)

Fig. 6.9 Relations évaluant cu par l’essai pressiométrique

6.7 Autres corrélations

6.7.1 Relation entre les résistances de pointe des pénétromètres statiques et dynamiques
Les résistances de pointes statiques qc et dynamiques qd ne sont pas équivalentes. Il existe de
nombreuses relations liant ces deux résistances dont quelques-unes sont présentées ci-dessous.

Selon Buisson, l’Herminier et Tcheng (dans Sanglerat 1965) :


qc
0.3 ≤ ≤1 (6.13)
qd
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 6-11

D’après Cassan (1988) on a (qd obtenu avec un pénétromètre dynamique quelconque) :


• pour les argiles : qd ≠ q c (6.14)
• pour les limons argileux : qd = 0.79 qc (6.15)
• pour les sables argileux : qd = 0.93 qc + 1.88 [MPa] (6.16)
• pour les sables limoneux et les limons argilo-sableux : qd = 0.3 qc (6.17)
• pour les sables et graviers non saturés : qd ≠ q c (6.18)
• pour les sables et graviers saturés : qd = 0.4 qc (6.19)

Selon Laréal, Sanglerat & Gielly (1974) (q d obtenu avec un pénétromètre dynamique quel-
conque) :
• pour les sables et les graviers tout-venants : qd ≠ q c (6.20)
• pour les graviers très propres ou les sables lâches : qd < qc (6.21)
• pour les sols cohérents non saturés : qd ≠ qc (6.22)
• pour les sols cohérents saturés : qd = qc . (10 à 100) (6.23)

6.7.2 Relation entre la résistance de pointe dynamique et le NSPT


Waschkowski (dans Cassan 1988) propose les corrélations suivantes :
• pour les argiles et limons surconsolidés : qd [MPa] = 0.2 NSPT (6.24)
• pour les argiles sableuses et limons sableux : qd [MPa] = 0.3 NSPT (6.25)
• pour les sables : qd [MPa] = 0.4 NSPT (6.26)
• pour les sables plus ou moins graveleux : qd [MPa] = 0.8 NSPT (6.27)

6.7.3 Corrélation entre la résistance de pointe dynamique et le pressiomètre


Zhou (1997) propose les deux relations suivantes :
qd
• pour les argiles : = 4.6 (6.28)
p1m − σ h
qd
• pour les limons : =6 (6.29)
p1m − σ h
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 7-1

7. Synthèse des corrélations


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 7-3

7.1 Introduction
Ce chapitre s’adresse à des praticiens et non pas à des spécialistes des essais sur les sols. Certai-
nes méthodes d’évaluation des paramètres nécessaires au géotechnicien pourront ainsi paraître,
pour certains, un peu grossières. De par leur mode de formation, les sols sont des milieux dont
les paramètres qui les caractérisent ont une grande variabilité. Il vaut donc bien mieux donner
une valeur approximative et l’utiliser correctement que d’utiliser une valeur semblant précise
mais qui a été déterminée pour un cas particulier qui ne correspond pas à celui que l’on veut étu-
dier.

7.2 Présentation graphique des corrélations


En général, les graphiques présentant les corrélations sont divisés en deux parties :
Une partie supérieure avec toutes les droites ou courbes de régressions. Ces droites ou courbes
sont numérotées ; le symbole de numérotation des corrélations obtenues pour les sols suisses est
différent de celui des autres. En outre et sauf quelques exceptions pour permettre une meilleure
différentiation, toutes les corrélations relatives aux sols suisses sont en noir, alors que les autres
sont en traits grisés.
Une partie inférieure avec la liste de toutes les corrélations présentées graphiquement dans la
partie supérieure, avec leur équation et dans la mesure du possible, leur coefficient de régression
et le nombre des essais.
Les références aux annexes sont notées dans ce chapitre D-xx, R-xx, P-xx et A-xx. D signifie
« Déformation », R « Résistance », P « Perméabilité » et A « Autres ».

7.3 Déformations
7.3.1 Paramètres nécessaires
Les paramètres dont le géotechnicien a besoin pour le calcul des déformations (surtout les tasse-
ments) des ouvrages qu’il projette sont :

Pour les sols fins compressibles :


• l’indice de compression Cc
• l’indice de gonflement Cs
• dans des sols particuliers comme les tourbes, l’indice de compression secondaire Cα
• la contrainte de préconsolidation p’c
• le coefficient de consolidation cv.
Les modules de déformation, que ce soit le module Eoed , ou un couple de modules élastiques, se
déterminent avec ces paramètres et le coefficient de Poisson.

Pour les sols grossiers, qui ne subissent qu’un tassement instantané :


• un couple de modules de déformation, par exemple E et ν, ou
• le module de réaction ks.
7-4 SYNTHÈSE DES CORRÉLATIONS

Rappelons que dans les sols, qu’ils soient fins, grossiers ou mixtes, un module de déformation
est toujours associé à une contrainte initiale et à une variation de la contrainte par rapport à cette
contrainte initiale. Pour les sols fins, si l’on utilise les indices de compression ou de gonflement
pour calculer un module (voir fig. 4.2), la contraintes initiale et son domaine de variation doivent
être introduits et il n’y a ainsi pas de risque de négliger ce domaine. Pour un domaine de varia-
tion des contraintes important, il est nécessaire de le diviser en plusieurs parties avec des modu-
les différents.
Pour les sols grossiers, ce n’est pas le cas et il faut toujours tenter d’estimer les modules en
fonction du domaine de contraintes pour lequel le projeteur devra calculer une déformation.
Le module de réaction est un cas particulier dont la valeur varie surtout en fonction de la dimen-
sion de la fondation et, un peu, du type de sol.

7.3.2 Estimation de l’indice de compression


Pour estimer cet indice, nous allons nous baser sur trois corrélations dont les paramètres corré-
lateurs sont :
• la limite de liquidité wL (fig. 7.1),
• l’indice de vide e0 (fig. 7.2),
• la teneur en eau w (fig. 7.3).

7.3.2.1 Corrélation Cc = f (wL ) (fig. 7.1)


A notre avis, la corrélation Cc = f (wL ) est la meilleure pour estimer l’indice de compression.
Elle utilise en effet un paramètre qui dépend surtout du type du sol fin (minéralogie, granulomé-
trie de la partie argileuse, etc.) et non pas de son état (e0, w). Pour les sols suisses, et sans les OH
et MH, son équation est la suivante :
Cc = 0.0073 wL [%] – 0.079 (7.1)
La comparaison avec les corrélations trouvées dans la littérature montre que l’équation de la
régression des sols suisses (éq. 7.1) peut être appliquée sans restriction aux sols non organiques
de l’arc Alpin. Pour ces derniers (OH et MH), on peut utiliser, avec prudence, les droites de
régression correspondantes de la figure 7.1 ou la corrélation fonction de l’indice de vide (éq. 7.2)
qui semble moins dépendante de la matière organique ou de la craie lacustre.

7.3.2.2 Corrélation Cc = f (e0 ) (fig. 7.2)


La corrélation fonction de l’indice de vide est un peu contre-nature. Dans un diagramme semi-
logarithmique oedométrique, l’indice de vide se trouve en effet sur la droite de pente C c. Les
coefficients de corrélation de la plupart des régressions présentées pour les sols suisses sur la
figure 7.2 sont cependant en général bons.
Quant aux corrélations tirées de la littérature, on voit que les argiles canadiennes (CND) se com-
portent en général différemment des autres. Leur minéralogie un peu différente de celle des sols
alpins, pourrait expliquer cette différence.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 7-5

1.0

Cc [-]

0.8
10 9
13

0.6 15
11
5 8
14
4 16
0.4

2
12

0.2 3
7

6
0.0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
wL [%]

Rivard, Goodwin (1978) D-29 Argiles alluviales et


1 SM Cc = 0.010 wL - 0.118 | r | = 0.94 n = 20 12 glaciaires Cc = 0.0047 wL - 0.003

2 SC-SM Cc = 0.014 wL - 0.187 | r | = 0.61 n = 15 Mayne (1980) D-30 CL, CM, CH


13 C = 0.0092 w - 0.119
c L
3 SC Cc = 0.008 wL - 0.051 | r | = 0.43 n = 21
Skempton (1944) D-31 Argiles remaniées
14 C = 0.007 w - 0.049
c L
4 ML Cc = 0.011 wL - 0.141 | r | = 0.68 n = 45
Terzaghi, Peck (1967) D-31 Argiles normalement consol.
5 CL-ML Cc = 0.012 wL - 0.165 | r | = 0.47 n = 71 15 C = 0.009 w - 0.090
c L

6 CL Cc = 0.009 wL [%] -0.114 | r | = 0.33 n = 272 Azzouz (1976) D-31 Toutes les argiles wL < 100 %
16 C = 0.006 w - 0.054
c L

7 CM Cc = 0.007 wL - 0.072 | r | = 0.36 n = 422

8 CH Cc = 0.014 wL - 0.510 | r | = 0.76 n = 40

9 MH Cc = 0.011 wL - 0.123 | r | = 0.50 n = 28

10 OH Cc = 0.029 wL - 1.210 | r | = 0.68 n = 21


Sols suisses / Swiss soils / Schweizerische Böden
Tous les USCS / All USCS / Alle USCS
11 sans / ohne / without OH, MH D-xx No annexe “Déformation”
Cc = 0.0073 wL – 0.079 | r | = 0.65 n = 904 Toutes les limites de liquidité en %

Fig. 7.1 Corrélations Cc = f( wL )


7-6 SYNTHÈSE DES CORRÉLATIONS

1.0
Cc 14 17 12 4
13 19 15
[-]
18 11
21
0.8 23
20 8
7 22

0.6
9

10

0.4
1

5
0.2
3

16 6

0.0 0.5 1.0 1.5 2.0 2.5 3.0 3.5 4.0


e0 [–]

Dascal & Laroque (1973) D-01 Argile CH de très grande


1 SM Cc = 0.180 e0 - 0.035 | r | = 0.87 n = 51 13 plasticité (CND) Cc = 1.43 e0 - 1.11 | r | = 0.86 n = 24

3 SC Cc = 0.279 e0 - 0.052 | r | = 0.86 n = 15 Dascal & Laroque (1973) D-02 Argile marine de grande
14 plasticité (CND) Cc = 0.92 e0 - 0.56 | r | = 0.84 n = 44
4 ML Cc = 0.295 e0 - 0.103 | r | = 0.86 n = 80
Dzwilewski & Richards (1974) D-03 Argile limoneuse
15 C = 0.34 e + 0.02
5 CL-ML Cc = 0.319 e0 - 0.099 | r | = 0.68 n = 57 c 0

Krizek, Corotis, El-Moursi (1977) D-04 CL à CH


6 CL Cc = 0.277 e0 - 0.070 | r | = 0.61 n = 237 16 C = 0.35 e – 0.059 | r | = 0.66
c 0

7 CM Cc = 0.261 e0 - 0.045 | r | = 0.67 n = 349 Kogure, Ohira (1977) D-06 Tourbe et argile varvée
17 C = 0.370 e 1.17 | r | = 0.97
c 0
8 CH Cc = 0.361 e0 - 0.067 | r | = 0.92 n = 32
Leroueil, Tavenas (1983) D-10 Argiles marines (CND)
18 C = 0.65 e 2 + 0.15 e – 0.5
MH Cc = 0.253 e0 - 0.121 | r | = 0.64 n = 23 c 0 0
9
Moulin (1989) D-12 Argiles surconsolidée (Pornic F)
10 OL Cc = 0.509 e0 - 0.368 | r | = 0.61 n = 11 19 C = 0.15 e 2 + 0.125 e – 0.025
c 0 0

11 OH Cc = 0.399 e0 - 0.075 | r | = 0.41 n = 15 Nishida (1956) D-13 Toutes les argiles


20 C = 0.54 e – 0.19
c 0

12 Tous les USCS / All USCS / Alle USCS Hough (1957) D-13 Limons à argiles inorganiques
21 C = 0.29 e – 0.08
Cc = 0.333 e0 – 0.104 | r | = 0.80 n = 879 c 0

Hough (1957) D-13 Sols fins organiques


22 C = 0.35 e – 0.18
c 0
Sols suisses / Swiss soils / Schweizerische Böden
Sowers (1970) D-13 Sols peu plastiques
23 C = 0.75 e – 0.38
D-xx No annexe “Déformation” c 0

Fig. 7.2 Corrélations Cc = f( e0 )


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 7-7

1.0
21
Cc 12 13
[-] 20 8
10

0.8
14 15
19

17
0.6 18

7
23 4
6 11
0.4 9 22
2 1
5

0.2

3
16

0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
w [%]

Dascal, Laroque (1973) D-18 Argiles lacustres très plastiques


1 SM Cc = 0.0050 w - 0.032 | r | = 0.86 n = 58 12 (CND) Cc = 0.042 w - 1.314 | r | = 0.85 n = 23

2 SC-SM Cc = 0.0058 w - 0.027 | r | = 0.88 n = 14 Dascal, Laroque (1973) D-19 Argiles marines varvées silteuses
13 (CND) Cc = 0.022 w - 0.452 | r | = 0.89 n = 37
3 SC Cc = 0.0055 w - 0.020 | r | = 0.59 n = 21 Nishida (1956) D-20
14 C = 0.014 w - 0.189
c
4 ML Cc = 0.0066 w - 0.053 | r | = 0.80 n = 94
Terzaghi, Peck (1967) D-20 Argiles normalement consol.
15 si w = w : C = 0.009 w - 0.090
CL-ML Cc = 0.0065 w - 0.046 | r | = 0.56 n = 72 L c
5
Rivard, Goodwin (1978) D-24 Argiles alluvionaires et
6 CL Cc = 0.0075 w - 0.061 | r | = 0.60 n = 274 16 glaciaires (CND) Cc = 0.0102 w - 0.004

Peters, Lamb (1979) D-25 Argiles non remaniées alluviales


7 CM Cc = 0.0077 w - 0.051 | r | = 0.71 n = 420 17 et glaciaires (CND)

8 CH Cc = 0.0103 w - 0.066 | r | = 0.86 n = 47 Helenelund (1951) D-26 Argiles finlandaises


18 C = 0.085 (w / 100) 3/2
c
9 MH Cc = 0.0056 w + 0.191 | r | = 0.52 n = 27 Moran et al. (1958) D-26 Limons et argiles organiques,
19 tourbes Cc = 0.0115 w
10 OH Cc = 0.0194 w - 0.625 | r | = 0.59 n = 21
Azzouz et al. (1976) D-26 Toutes les argiles
20 C = 0.01 w - 0.05
Tous les USCS / All USCS / Alle USCS c
11 sans / ohne / without CH, OH, MH Koppula (1981) D-26 Toutes les argiles
Cc = 0.0066 w – 0.036 | r | = 0.74 n = 964 21 C = 0.01 w
c

Herrero (1983) D-26 Toutes les argiles


22 C = 0.01 w - 0.075
Sols suisses / Swiss soils / Schweizerische Böden c

Peck, Reed (1954) D-27 Argiles glaciaires


D-xx No annexe “Déformation” 23 C = 1.766 (w / 100) 2 + 0.593 (w / 100) – 0.0135
c
Toutes les teneurs en eau en %

Fig. 7.3 Corrélations Cc = f( w )


7-8 SYNTHÈSE DES CORRÉLATIONS

La corrélation de Dzwilewski et Richards (1974) (no 15), relative à des argiles marines très plas-
tiques CH américaines, celle de Krizek, Corotis et El-Moursi (1977) relative à des argiles gla-
ciaires américaines et celles de Hough (1957) relatives à des limons et argiles non organiques et
à des sols fins organiques, correspondent bien à la corrélation de tous les sols suisses.
L’équation de tous ces sols suisses est la suivante :
Cc = 0.333 e0 – 0.104 (7.2)

7.3.2.3 Corrélation Cc = f (w ) (fig. 7.3)


Avec les corrélations fonctions de la teneur en eau, le problème est que l’on ne connaît pas sa
valeur par rapport à la limite de liquidité. Dans les sols très organiques ou très plastiques, leur
teneur en eau s’écarte grandement de cette limite, ce qui explique leurs régressions très dif-
férentes des autres sols (régressions no 8, 10, 12, 13 par exemple).
On voit aussi, comme pour les corrélations en fonction de l’indice de vide, que les argiles cana-
diennes (CND) se comportent en général différemment des autres.
Quant aux sols fins suisses, si on élimine les sols très plastiques (CH – no 8), organiques
(OH – no 10) et qui contiennent de la craie lacustre (MH – no 9), la corrélation est bonne mais
différente de celles trouvées dans la littérature, ceci à l’exception des argiles finlandaises (no
18).
Nous avons présenté ce type de corrélations car il est souvent utilisé dans la littérature. Nous
déconseillons cependant son usage pour estimer un indice de compression.
Enfin, signalons une bonne et utile corrélation trouvée dans la littérature. C’est celle de l’annexe
D-14 qui donne l’indice de compression en fonction de l’indice de vide et de la sensibilité du
sol.

7.3.3 Estimation de l’indice de gonflement


Toutes les corrélations donnant l’indice de gonflement en fonction de différentes caractéristiques
du sol sont mauvaises. La seule qui donne de bons résultats est celle l’évaluant par rapport à
l’indice de compression.
La relation approximative la plus connue est Cs = Cc / 10
Pour les sols suisses, la relation donnée par la figure 4.5 est la suivante :
Cs = 0.076 (Cc + 0.141) (7.3)
Elle convient à tous les sols de l’arc alpin à l’exception des ML, voire des sables limoneux ou
argileux.

7.3.4 Estimation de l’indice de compression secondaire


La compression secondaire n’affecte pratiquement que les sols très plastiques (CH avec
w L > 100%) ou très organiques (tourbe). En Suisse, son évaluation n’est donc guère souvent
nécessaire. Si cela est cependant le cas, en absence d’essais de fluage, on évalue l’indice de
compression secondaire Cα par rapport à l’indice de compression Cc :
Cα / Cc = b (7.4)
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 7-9

La valeur de b est souvent estimée à 0.05. Pour des tourbes, Lefebvre et al. (1984) donnent une
valeur de 0.06.
Mesri et Godlewski (1977), pour des argiles plastiques, donne la relation suivante :
Cα = 0.04· Cc / (1 + e0) (7.5)
Enfin, le tableau de la figure 7.4, tiré de Holtz et Kovacs (1981 proposent quelques valeurs de b
pour différents sols.

Sol Cα / Cc = b
Limon organique 0.035 - 0.06
Tourbe fibreuse amorphe 0.035 - 0.085
Tourbière canadienne 0.09 - 0.10
Argile de Leda (Canada) 0.03 - 0.06
Argile suédois post-glaciaire 0.05 - 0.07
Argile molle bleue (Victoria, B.C.) 0.026
Argiles et limons organiques 0.04 - 0.06
Argile sensible, Portland, ME 0.025 - 0.055
Vase de la Baie de San Francisco 0.04 - 0.06
Argile varvée de New Liskeard (Canada) 0.03-0.06
Argile de Mexico City 0.03 - 0.035
Limon organique de la rivière Hudson 0.03 - 0.06
Limon argileux organique de New Haven 0.04 - 0.075

Fig. 7.4 Estimation de Cα / Cc

On utilise aussi parfois l’indice de compression secondaire modifié Cαε . Il se définit par la rela-
tion suivante :
Cαε . = Cα / ( 1 + ep ) (7.6)
Dans le diagramme e = log t (oedomètre), ep est l’indice de vide correspondant au début de la
partie linéaire de la courbe.
Mesri (1973) donne une corrélation permettant d’évaluer Cαε. en fonction de la teneur en eau :
Cαε . = 0.01 w [%] (7.7)
7-10 SYNTHÈSE DES CORRÉLATIONS

7.3.5 Estimation de la contrainte de préconsolidation


La contrainte de préconsolidation p’c est un paramètre très important qui est souvent difficile à
estimer par un essai oedométrique. Une mauvaise estimation de p’c peut conduire à de grossières
erreurs dans l’estimation des tassements. Des corrélations permettant d’évaluer cette contrainte
sont donc les bienvenues.
Rivard et Goodwin (1978) (annexe D–49) et Peters et Lamb (1979) (annexe D–50) proposent
des corrélations fonctions de l’indice de liquidité IL. Kogure et Ohira (1977) (annexes D–52 et
D–53) utilisent eux l’indice de vide ou la teneur en eau comme agent corrélateur.
Ces quatre corrélations font l’objet du tableau de la figure 7.5.

Sol Corrélation Référence


Argiles alluvionnaires et p’c [kPa]= 107·10–((IL –0.35) / 0.46) Rivard et Goodwin (1978)
glaciaires

Argiles non remaniées p’c [kPa] = 107·10–((IL – 0.68) / 0.88) Peters et Lamb (1979)
–0.988
Tourbe et argiles varvées p’c [kPa] = 165 e0 Kogure et Ohira (1977)

Tourbe et argiles varvées p’c [kPa] = 4390 w–0.913 Kogure et Ohira (1977)
w en %

Fig. 7.5 Evaluation de la contrainte de préconsolidation

Ces corrélations sont à utiliser avec précaution. Pour les caractéristiques moyennes du CM
(USCS) de la banque de données, en ne conservant que les 158 échantillons dont on connaît IL,
w, e0 et σ’v 0 (moyennes : IL = 0.72, w = 31.2%, e0 = 0.89 et σ’v0 = 302 kPa), la formule de
Rivard et Goodwin donne un p’c de 17 kPa, celle de Peters et Lamb un p’c de 96 kPa, celle de
Kogure et Ohira par e0 un p’c de 185 kPa et, enfin, celle de Kogure et Ohira par w un p’c de
189 kPa. La première donne un résultat très différent ; pour cette raison, elle est en grisé sur la
figure 7.5. En appliquant ces formules à ces CM, ils seraient tous sous-consolidés !
A défaut d’une méthode sûre pour évaluer la contrainte de préconsolidation autrement qu’avec
un essai oedométrique traditionnel, ou mieux, un essai CRS, il faut toujours tenter de l’estimer
par l’histoire du sol, par exemple par la préconsolidation induite par la surcharge d’un glacier
würmien.

7.3.6 Estimation du coefficient de consolidation


Le coefficient de consolidation cv est nécessaire à l’évaluation de la vitesse d’un tassement dans
des sols fins. Les annexes D-46 et D-47, tirées de Holtz et Kovacs (1991) permettent une esti-
mation de bonne qualité de ce paramètre.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 7-11

7.3.7 Estimation du module de déformation à la plaque ( ME ou Ev )


L’essai de plaque est avant tout un essai du contrôle du compactage. Pour que le module corres-
pondant puisse être utilisé et corrélé avantageusement, il faut que la plaque soit de grand diamè-
tre. La plaque de l’essai Westergaard ( Ø 762 mm ) est un minimum.
L’essai pressiométrique remplace aujourd’hui les essais de plaque réalisés en vue du dimension-
nement d’ouvrages autres que les routes.

7.3.8 Estimation d’un module de déformation par l’essai pressiométrique


Un module de déformation est obtenu directement par l’essai pressiométrique. Des corrélations
ne sont donc pas nécessaires.

7.3.9 Estimation d’un module de déformation par l’essai au pénétromètre statique


Les corrélations permettant d’évaluer un module de déformation comme Eoed ou Em sur la base
d’essais de pénétration statique (CPT) sont nombreuses. Deux d’entre elles sont présentées dans
les paragraphes 6.5.1 et 6.5.2 (fig. 6.2 et 6.3) et ne seront pas répétées ici.

7.3.10 Estimation du module de réaction ks


Dans les annexes, les fiches D-56 et D-57 présentent deux moyens intéressants et complets pour
estimer ks. Comme elles sont en anciennes unités anglo-saxonnes, nous les avons redessinées sur
les figures 7.6 et 7.7. Les corrélations de la figure 7.6 sont très approximatives et très anciennes ;
elles sont néanmoins intéressantes. Celles de la figure 7.7 sont plus précises et comprennent plu-
sieurs paramètres corrélateurs : compacité (sols plutôt grossiers), consistance (sols fins), densité
relative, résistance à la compression simple, valeurs SPT.

Il est important de rappeler qu’un module de réaction est toujours fonction de la dimension de la
plaque qui a servi à le déterminer.

7.3.11 Estimation du coefficient de Poisson


Lors du calcul d’un module de déformation avec les indices de compression ou de gonflement, la
connaissance du module de Poisson ν est souvent nécessaire. La corrélation la plus connue est
tirée de la corrélation du hongrois Jåky (1944) donnant la poussée des terres au repos en fonction
de l’angle de frottement effectif. En sachant que K 0 = ν / ( 1 - ν ), elle conduit à la relation
donnée ci-dessous dans sa forme simplifiée mais suffisante :
ν = ( 1 – sin Φ’ ) / (2 – sin Φ’ ) (7.8)
7-12 SYNTHÈSE DES CORRÉLATIONS

Corps of Engineers, USA


GC
ML SW
CL + CM SP GW
CH OL SM GP
OH MH SC GM
10 20 50 100 150 MN / m3
Coefficient de réaction ks pour plaque de env. Ø 350 mm [MN/m3]

GW
Classification USCS GC
GP
SW
SC
SP
ML
CL + CM
OL
MH selon A. Casagrande (1942)
CH
OH
30 40 50 60 70 100 150 200
Coefficient de réaction ks pour plaque de env. Ø 350 mm [MN/m3]

Fig. 7.6 Evaluation du module de réaction sur la base de l’USCS

très
Consistance
molle molle moyenne ferme dure
110
100 200 qu [kPa] 300

100
ks en MN / m3 par plaque Ø 350 mm environ

90

80

70

60

50
ks pour sols grossiers
40

30
ks pour sols fins
20

10
Densité relative ID [%]
10 20 30 40 50 60 70 80 90 100
très
Compacité très lâche lâche moyenne compacte compacte

NSPT <4 4 à 10 10 à 30 30 à 50 > 50

Fig. 7.7 Evaluation du module de réaction par différents paramètres


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 7-13

7.4 Résistance
7.4.1 Paramètres nécessaires
Les paramètres dont le géotechnicien a besoin pour le calcul à la rupture des ouvrages qu’il
projette sont :

Pour une analyse drainée c’, Φ’ :


• l’angle de frottement effectif, Φ’
• la cohésion effective c’.

Pour une analyse non drainée c, Φ = 0 :


• la cohésion apparente (non drainée) cu.

7.4.2 Estimation de l’angle de frottement effectif


7.4.2.1 Corrélation Φ’ = f (IP ) (fig. 7.8)
Pour les sols fins, c’est la corrélation la plus classique. Pour les sols suisses, les coefficients de
corrélations ne sont pas très bons ; les corrélations les concernant peuvent cependant être utili-
sées avec un peu de prudence.
La corrélation linéaire des sols suisses est proche des corrélations données par Gibson (1953),
Skempton, Gibson et Bjerrum reprise par Bjerrum et Simons (1960), Brooker et Ireland (1965),
Mitchell (1965) et Voight (1973). Celles de Terzaghi et Peck (1967), Kenney (1959) et Holt
(1962) donnent des angles de frottement plus élevés.
7.4.2.2 Corrélation Φ’ = f (teneur en argile) (fig. 7.9)
Ce type de corrélation, qui concerne les sols fins, n’a pas été trouvé dans la littérature. Pour les
sols suisses, ses coefficients de corrélation sont cependant meilleurs que ceux des corrélations
avec l’indice de plasticité. Les corrélations de la figure 7.9 peuvent donc être utilisées pour esti-
mer l’angle de frottement effectif.
7.4.2.3 Corrélation Φ’ = f (e) (fig. 7.10)
Nous avons redessiné sur la figure 7.10, l’excellente synthèse de Holtz et Kovacs (1991) relati-
ves à des sols grossiers. Elle permet une bonne estimation des angles de frottement effectifs des
sols grossiers, à condition cependant que l’on connaisse, en plus de l’indice de vide, leur densité
relative.
La banque de données des sols suisses n’a, malheureusement, pas assez de valeurs relatives aux
angles de frottement effectifs des sols grossiers et aucune comparaison n’est ainsi possible.
7-14 SYNTHÈSE DES CORRÉLATIONS

50
Sols suisses
Φ ' [°] Swiss soils Sols fins ou mixtes
Schweizerische Böden

40
1

30

12 6
5
8
3 10
20 2 7

4
11
9
10
13

0
0 10 20 30 40 50 60 70
IP [%]

Terzaghi, Peck = env. NAVDOCK DM-7


1 GC Φ’ = 37.2 – 0.42 IP | r | = 0.55 n = 8 6 Tous les sols fins

2 ML Φ’ = 37.8 – 0.75 IP | r | = 0.65 n = 11 7 Gibson (1953) Sols fins normalement consolidés

8 Kenney (1959) R-06


3 CL Φ’ = 36.7 – 0.56 IP | r | = 0.28 n = 67
Skempton, Gibson, Bjerrum dans Bjerrum, Simons (1960)
9 R-06
4 CM Φ’ = 31.7 – 0.35 IP | r | = 0.36 n = 106
10 Holt (1962) R-06
Tous les USCS / All USCS / Alle USCS
5
Φ’ = 34.5 – 0.40 IP | r | = 0.47 n = 232 0 < IP < 40 % 11 Brooker, Ireland (1965) R-06

12 Mitchell (1965) R-06


Sols suisses / Swiss soils / Schweizerische Böden 13 Voight (1973) R-06
R-xx No annexe “Résistance”

Fig. 7.8 Corrélation Φ’ = f (IP )


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 7-15

40
2
Φ ' [°] 4
Sols fins ou mixtes
5
30 7

6
1

20 8
Sols suisses / Swiss soils / Schweizerische Böden 3

15
0 10 20 30 40 50 60
Ø < 0.002 mm [%] (argile / clay / Ton)

1 GC Φ’ = 36.8 – 0.45 % argile | r | = 0.88 n = 8 5 CL Φ’ = 35.4 – 0.22 % argile | r | = 0.46 n = 63

2 SC Φ’ = 39.4 – 0.52 % argile | r | = 0.60 n = 12 6 CM Φ’ = 28.8 – 0.11 % argile | r | = 0.31 n = 101

3 ML Φ’ = 36.6 – 0.32 % argile | r | = 0.55 n = 22 7 CH Φ’ = 38.3 – 0.57 % argile | r | = 0.46 n = 14

CL-ML Φ’ = 39.7 – 0.52 % argile | r | = 0.53 n = 8


Tous les USCS / All USCS / Alle USCS
4 8
Φ’ = 35.3 – 0.27 % argile | r | = 0.64 n = 246

Fig. 7.9 Corrélation Φ’ = f (teneur en argile)

45
Adapté de Holtz et Kovacs (1991)
Φ ' [°]

40
ID

100%

35
75%
ML GW USCS
GP
50% SW
SP
SM Φ’ obtenu à partir des enveloppes de
30
rupture en contraintes effectives. La
25% corrélation approximative s’applique
aux matériaux non cohérents sans
0% particules fines plastiques.
25
1.2 1.1 1.0 0.9 0.8 0.7 0.6 0.5 0.4 0.3 0.2 0.15
e [-] (ρs = 2.68 t·m-3)

Fig. 7.10 Corrélation Φ’ = f (e et ID) pour les sols grossiers


7-16 SYNTHÈSE DES CORRÉLATIONS

7.4.2.4 Corrélation Φ’ = f ( résistance au pénétromètre statique - CPT )


Les essais au pénétromètre statique, comme au pénétromètre dynamique, sont un bon moyen
pour évaluer la résistance au cisaillement des sols. Pour des sols grossiers ou mixtes, le tableau
de la figure 6.4 donne des ordres de grandeur de l’angle de frottement effectif en fonction de la
résistance à la pénétration qc et de la densité relative.
7.4.2.5 Corrélation Φ’ = f ( résistance au pénétromètre dynamique – SPT ou DP )
Les essais de pénétration dynamique permettent, tout d’abord, d’évaluer la densité relative des
sols plutôt grossiers. En la connaissant, l’angle de frottement effectif peut être estimé, par exem-
ple, au moyen du tableau de la figure 6.6 relatif à des sables fins à graveleux et à des graviers.

7.4.3 Estimation de la cohésion effective

7.4.3.1 Corrélation c’ = f ( IC ) (fig. 7.11)


Les corrélations qui devraient permettre d’évaluer la cohésion effective sur la base d’autres pa-
ramètres conduisent presque toujours à des coefficients de corrélation très faibles. C’est notam-
ment le cas pour les sols suisses.
Dans la littérature, les seules corrélations intéressantes que nous avons trouvées sont celles
présentées par Bjerrum en 1951 (fiche R-13 et fig. 7.11). Elles peuvent être utilisées, dans une
certaine mesure, pour estimer la cohésion effective, ceci d’autant plus que la synthèse de
Bjerrum comprend plusieurs sols suisses qu’il avait étudiés lors de sa thèse défendue à l’ETHZ.

7.4.4 Estimation de la cohésion apparente

7.4.4.1 Remarque préliminaire


La cohésion apparente cu est nécessaire pour les analyses non drainées (c, Φ = 0). Les corré-
lations présentées au chapitre 4 ont montré que les valeurs de cu dépendaient fortement de la
méthode d’essai utilisée.
Les valeurs obtenues par l’essai de compression simple (cu) ou par un scissomètre du type de
celui décrit par la norme SN 670 350 (cus) sont les seules qui peuvent être utilisées – cependant
avec prudence – dans un calcul géotechnique. Ainsi, si ces deux types d’essais n’ont pas été ef-
fectués, les corrélations correspondantes peuvent être utilisées pour une estimation du cu.
Des corrélations avec le cu obtenu par un pénétromètre de poche (cup) n’ont que peu d’intérêt, à
moins qu’il existe une bonne corrélation entre le cup et le cu ou le cu . C’est le cas pour les sols
suisses et cette corrélation fait l’objet de la figure 4.13. Pour les GC, SC, CL et CM, cette corré-
lation est bonne et son équation est la suivante :
cu = 0.49 cup (r = 0.81, n = 864) (7.9)
Pour les ML cette corrélation est très mauvaise. Pour les SM et CL-ML elle est acceptable et les
corrélations correspondantes peuvent être utilisées (voir fig. 4.13).
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 7-17

200
c'
[kPa] Bjerrum (1951) 3
100
6

10

50
40
5
30 1

20 8
2
4

10 9

5
50 60 70 80 90 100 110 120
IC [%] = (wL – w) / IP

1 Bentonite, Φ’ = 0°, wL = 620%, IP = 524% 6 Argile de Vienne CM, Φ’ = 17.5°, wL = 47%, IP = 26%

2 Argile CH, Φ’ = 10°, wL = 126%. IP = 96% 7 Argile glaciaire Zürich CM, Φ’ = 20°, wL = 44%, IP = 27%

3 Uetliberg Lehm MH, Φ’ = 6°, wL = 63%, IP = 42% 8 Argile CM, Φ’ = 19°, wL = 41%, IP = 18%
Argile organique de Bannalp OH, Φ’ = 19°, Limon argileux CL, Φ’ = 25.5°, wL = 29%, IP = 14%
4 9
wL = 63%, IP = 31%
5 Argile CH, Φ’ = 12°, wL = 54%, IP = 28% 10 Limon argileux CL, Φ’ = 20°, wL = 27%, IP = 10%

Fig. 7.11 Corrélation c’ = f( IC )

7.4.4.2 Corrélation cu = f ( IL ) (fig. 7.12)


Ce type de corrélations est bon pour les sols suisses et ces corrélations peuvent être utilisées pour
estimer les cu des sols de l’Arc alpin. Ce type de corrélation est de loin le meilleur moyen pour
estimer cette résistance au cisaillement.
L’ensemble des corrélations cu = f ( IL ) pour les sols suisses est présenté à la figure 4.11 avec
des échelles arithmétiques pour les deux variables. Pour cette synthèse, nous avons choisi une
échelle semi-logarithmique (cu en logarithmes) car c’est celle qui est la plus utilisée dans la litté-
rature.
Comparées aux corrélations trouvées dans la littérature, les corrélations établies pour les sols
suisses sont différentes, ceci à l’exception, peut-être, de celles données par Carter et Bentley
(1991) et Peters et Lamb (1979). Comment expliquer cette différence ? Il faut tout d’abord
constater que la dispersion des résultats présentés dans la littérature consultée est grande (voir en
7-18 SYNTHÈSE DES CORRÉLATIONS

particulier l’annexe R-21). En outre, l’indice de liquidité est en général plus grand que 0 ce qui a
permis aux auteurs d’utiliser une équation de régression de type « puissance » qui tend vers
l’infini pour IL = 0. Cela n’explique cependant pas tout, et il faudrait examiner très en détail les
résultats trouvés dans la littérature, ce que nous n’avons pas eu le temps de faire.

1000
w = wP w = wL

cu
[kPa]
6
13
100
3
2

1 4
5 8

10 7

12 9
11

14
10
15
1
–1.0 –0.5 0.0 +0.5 +1.0 +1.5 +2.0
IL [%]
Argile remaniées Est du Canada,
1 GC cu = 48 – 169 IL | r | = 0.87 n = 8 10 Leroueil & Tavenas (1983), c par cône, R-22
u

2 SC-SM cu = 76 – 28 IL | r | = 0.53 n = 11 11 Argiles hors Canada, Wroth & Wood (1978), R-22
Limites probables argile non remaniée,
3 SC cu = 66 – 59 IL | r | = 0.71 n = 27 12 Carter & Bentley (1991), R-20

4 ML cu = 59 – 17 IL | r | = 0.53 n = 11 13 Argiles non remaniées, Peters & Lamb (1979), R-21


Moyennes : w = 37, w L = 55, IP = 35, p’c = 172 kPa

5 CL-ML cu = 48 – 22 IL | r | = 0.64 n = 87 14 Argiles anglaises remaniées, Wroth & Wood (1978), R-16

6 CL cu = 74 e-1.62 IL | r | = 0.68 n = 578 15 Argiles européennes, Skempton & Northey (1952), R-18

7 CM cu = 60 e-1.80 IL | r | = 0.57 n = 876

8 CH cu = 129 e-2.39 IL | r | = 0.79 n = 53


Sols suisses / Swiss soils / Schweizerische Böden
8 MH cu = 50 – 16 IL | r | = 0.53 n = 11
R-xx No annexe “Résistance”
Tous les USCS / All USCS / Alle USCS
9
cu = 52 e-1.2 IL | r | = 0.58 n = 1685

Fig. 7.12 Corrélation cu = f( IL )


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 7-19

Signalons enfin, pour les sols sensibles non remaniés, l’intéressante corrélation de Leroueil et
Tavenas (1983) de l’annexe R-19.
7.4.4.3 Corrélation cu = f ( σ’v0 et d’autres paramètres ) (fig. 7.13)
Dans un sol normalement consolidé, la résistance au cisaillement non drainé cu est fonction de la
profondeur. Des corrélations faisant intervenir la contrainte verticale initiale effective σ’v0 sont
donc intéressantes.
De telles corrélations ont été tentées pour les sols suisses (voir fig. 4.12), mais elles sont très
mauvaises. Celles trouvées dans la littérature sont intéressantes et peuvent être utilisées, avec
prudence, pour estimer cu (annexes R-23 à R-30). La figure 7.13 donne une synthèse des corré-
lations du type cu / σ’v0 ou p’c = f (IP).

0.6
cu
p'c ou σ 'v0 2
[-] 3
0.4
5
6 1
9
11 10
0.2 4
7

8
0
0 20 40 60 80 100
IP [%]

1 Argiles normalement consolidées, Bjerrum (1972) R-25 6 Larsson (1980), R-26

Argiles avec surconsolidation diagénétique, Bjerrum


2 7 Lambe & Whitman (1969), R-26
(1972) R-25

3 Leonards (1962) R-25 8 Skempton (1954), R-26

4 Kenney (1976) R-25 Argiles sensibles canadiennes,


9 Windisch & Yong (1990), R-26
5 Larsson (1977), R-26
10 Bjerrum (1973), R-27
Argiles sensibles canadiennes,
R-xx No annexe “Résistance” 11 Leroueil & Tavenas (1983), R-27

Fig 7.13 Corrélations cu / σ ’ v0 ou p’c = f (IP)


7-20 SYNTHÈSE DES CORRÉLATIONS

7.4.4.4 Corrélation cu = f ( résistance au pénétromètre statique - CPT )


Comme pour l’angle de frottement effectif, les essais aux pénétromètres statiques ou dynamiques
sont un bon moyen pour estimer la résistance au cisaillement non drainée. Avec le pénétromètre
statique CPT, on peut utiliser l’équation 6.6 avec un facteur Nk adéquat.

7.4.4.5 Corrélation cu = f ( résistance au pénétromètre dynamique – DP ou SPT )


Les trois équations 6.7, 6.8 et 6.9 permettent une estimation de cu si l’on connait qd , la résistance
à la pénétration dynamique.

7.5 Perméabilité
7.5.1 Remarque préliminaire
Il s’agit d’évaluer le coefficient de perméabilité k et si possible dans le sens d’un écoulement
horizontal car c’est, en général, le coefficient de perméabilité le plus important.
Toutes les corrélations examinées concernent en fait la perméabilité verticale. En outre, la dis-
persion des valeurs pouvant conduire à des corrélations est toujours grande. Par exemple, pour
les sols suisses, la corrélation avec l’indice de vide ne donne aucune tendance alors que cette
corrélation est souvent utilisée dans la littérature. Cette grande dispersion est aussi probablement
causée par des techniques d’essais différentes et peu normalisées.

7.5.2 Estimation du coefficient de perméabilité

7.5.2.1 Corrélations k = f ( granulométrie ) (fig. 7.14)


C’est le seul type de corrélation qui donne des résultats utilisables aussi bien pour les sols suisses
que pour les sols « étrangers » dont des corrélations ont été trouvées dans la littérature. En outre,
le meilleur marqueur de la granulométrie est le diamètre d 10 à savoir le diamètre à 10% de la
courbe granulométrique. Sur la figure 7.14, nous avons présenté les corrélations obtenues avec
les sols suisses ainsi que diverses autres trouvées dans la littérature, parmi lesquels de très
classiques comme les corrélations de Slichter qui date de 1899 pour les sols fins et celles de
Hazen (1911) et du NAVDOCK pour les sols grossiers. Les corrélations de Slichter et du
NAVDOCK sont les plus intéressantes car elles sont fonctions, en plus du d10, de l’indice de
vide e.
Les trois corrélations tirées de la littérature suivent toutes un loi « puissance » de la forme :
k = C· d102 avec C = constante. Les corrélations des sols suisses suivent une loi similaire mais la
puissance n’est pas fixée à 2, mais déterminée pour donner le coefficient de corrélation
maximal ; elle varie de 1.27 à 2.40.

7.5.2.2 Autres moyens pour évaluer k


Le tableau de l’annexe P-17 (Holtz et Kovacs, 1991) est un excellent moyen pour estimer
grossièrement mais sûrement un coefficient de perméabilité, ainsi que pour choisir un mode
d’estimation plus précis.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 7-21

Enfin, le tableau de la figure 7.15 donne quelques exemples de coefficients de perméabilité. Pour
les sols suisses, les tableaux du chapitre 3 contiennent aussi des coefficients de perméablité pour
la plupart des sols classés selon l’USCS.

1.10-2
9
k
1.10-3 [m.s-1]
0.7
e = 0.6
1.10-4 e = 0.5
e = 0.4
e = 0.3
e= 10
1.10-5
2

1.10-6 3 1
e = .7
0
e = .5
0
e=
1.10-7 1 0.3
e=

1.10-8 4
7 8
1.10-9 6

1.10-10 5

1.10-11
0.0004 0.001 0.01 0.1 1.0
d10 [mm]

1 SC-SM k = 4·10-4 d101.48 | r | = 0.37 n = 21 8 Schlichter (1891)

2 SC k = 8·10-3 d102.20 | r | = 0.64 n = 19 Sables uniformes et peu compacts 0.1 - 3 mm env., cud < 5
9 Hazen (1911), P-16

3 ML k = 9·10-4 d101.90 | r | = 0.54 n = 57 Sables, sables et graviers, cud = 2 - 12, d10 / d5 < 1.4
10 NAVDOCK DM-7, P-16
4 CL k = 3·10-5 d101.49 | r | = 0.32 n = 109

5 CM k = 6·10-6 d101.27 | r | = 0.48 n = 187

6 OL k = 2·10-2 d102.40 | r | = 0.75 n = 11 Sols suisses / Swiss soils / Schweizerische Böden


Tous les USCS / All USCS / Alle USCS
7 P-xx No annexe “Perméabilité”
k = 2·10-4 d101.78 | r | = 0.57 n = 241

Fig 7.14 Corrélations k = f( d 10 )


7-22 SYNTHÈSE DES CORRÉLATIONS

Sol k [m·s-1]
Sables et graviers alluvionnaires : 4·10-3 – 4·10-4
Sables de Hollande 4·10-4 – 1·10-4
Argile glaciaire à blocaux < 1·10-6
Sable de dune 3·10-3 – 1·10-3
Sables fins très uniformes 7·10-5 – 1·10-6
Sables et graviers uniformes 4·10-1 – 4·10-3
Sables et graviers bien gradués, sans fin 4·10-3 – 4·10-5
Sables limoneux et argileux 1·10-7 – 1·10-9
Limon compacté 7·10-8 – 7·10-10
Argile compactée < 1·10-9

Fig 7.15 Exemples de valeurs de k tirés de Leonards (1962) et Carter & Bentley (1991)

7.6 Autres paramètres


7.6.1 Remarque préliminaire
Les annexes dénommées « Autres » contiennent diverses corrélations qui peuvent être utiles
dans certains cas. Celles relatives à l’estimation de l’O C R et du K 0 sont traitées dans les
paragraphes qui suivent.
A part ces dernières, les plus intéressantes sont :
• A-04 : ρ d opn = f(wL).
• A-05 : γd opn = f(% < 0.08 mm).
• A-19 : St = f(IL), St étant la sensibilité.
• A-20 : emin et emax = f(d60 / d10) ; cette relation permet de déterminer la densité relative en ne
connaissant que l’indice de vide.
• A-21 : Les très approximatives corrélations de Biarez et ses collaborateurs.

7.6.2 Estimation de l’OCR


L’OCR permet d’apprécier le degré de surconsolidation des sols et est ainsi un paramètre très
important, cependant souvent mal connu. Des corrélations permettant de l’évaluer sont donc les
bienvenues. Nous n’en avons trouvé, malheureusement, qu’une dans la littérature. C’est celle de
l’annexe A-09. La régression que ses auteurs (Mayne et Mitchell, 1988) proposent pour des ar-
giles (probablement aussi des limons argileux) de consistance molle à moyenne est la suivante :
OCR = 4.31(cus / σ’v0) (7.10)

7.6.3 Estimation du coefficient de poussée des terres au repos


Comme l’OCR, K0 est un paramètre important qu’il est souvent difficile à estimer. Pour les sols
grossiers, la vieille relation du hongrois Jåky : K0 = 1 – sinΦ’ est toujours valable.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 7-23

C’est pour les sols fins que cela se complique. Dans ces sols, K0 est en effet fortement dépendant
de l’OCR et, par conséquent difficile à déterminer. La forme la plus courante de la relation
K0 = f(Φ’, OCR) est la suivante :
K0 = (1 – sinΦ’)·OCRα (7.11)
Le coefficient α peut prendre différentes valeurs ; la plus simple est α = sinΦ’. Pour un angle de
frottement interne de 30°, (α = 0.5) et pour un OCR de 10 (sol fortement surconsolidé), K0 = 1.6.
L’annexe A-18 donne, pour des sols fins, quelques corrélations K0 = f(OCR) et peut être utilisée
dans la pratique. Pour un OCR de 10, les corrélations de Brooker et Ireland (1965) conduisent à
un K0 d’environ 1.4.

7.7 Recherche des corrélations


Le tableau de la figure 7.16 permet de trouver facilement les corrélations recherchées.
7-24

Connu Déformations Résistance Permé- Autres


(param. Sols fins Sols grossiers abilité
corrélateur) Cc Cs Cα p’c cv E ν ks Φ’ c’ cu k K0 OCR
▼ (1)
w 7.3.2.3 7.3.4 7.3.5
wL 7.3.2.1 D-46
IP 7.4.2.1
IL 7.3.5 7.4.4.2
IC 7.4.3.1
ID 7.3.10
%<2µ 7.4.2.2
e0 7.3.2.2 7.3.4 7.3.5 7.4.2.3
σ’v0 7.4.4.3 7.6.2
Cc 7.3.3 7.3.4
Compacité 7.3.10
Consistance 7.3.10
OCR 7.6.3
d10 7.5.2.1
USCS D-47 7.3.10
Φ’ 7.3.11 7.6.3
SYNTHÈSE DES CORRÉLATIONS

cus 7.6.2
qc 7.3.9 7.4.2.4 7.4.4.4
qd 7.4.4.5
Autres 7.3.7 7.5.2.2
(1) Ou tout autre module de déformation
7.x.x.x Paragraphes D -xx Fiches de corrélation
Définition des symboles : voir chap. 11

Fig. 7.16 Recherche des corrélations


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 8-1

8. Exemples d’utilisation des corrélations et statistiques


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 8-3

8.1 Exemple no 1
Il s’agit d’établir le projet des fondations d’un petit bâtiment industriel à deux étages sur rez avec
cave, de 12 m de largeur et 25 m de longueur, fondé, dans des sols à première vue
compressibles, à 1.5 m sous le niveau du sol. Le maître de l’ouvrage n’a autorisé la réalisation
que d’un seul essai au pénétromètre statique (CPT) au centre du bâtiment. En Suisse, le
pénétromètre statique n’est pas souvent utilisé ; cependant, dans un sol semblant passablement
argileux, il est largement préférable au pénétromètre dynamique.
Aucun sondage n’a été réalisé dans les environs. Une carte géotechnique de la région au
1 :25'000 existe cependant. Aucune information sur la nappe phréatique n’est disponible.
Enfin, lors de l’essai pénétrométrique, l’ingénieur a pu faire une petite fouille de 1.5 m de pro-
fondeur et reconnaître les sols à ce niveau en se servant de la norme SN 670 005 « Identification
des sols, méthodes de chantier ».

La carte géotechnique montre que l’on se trouve dans une zone de dépôts lacustres ou glacio-
lacustres, c’est-à-dire des sols très compressibles. Il s’agira donc surtout de mener une vérifica-
tion du type « état limite de service », à savoir, de vérifier que les tassements de ce bâtiment
assez lourd soient compatibles avec son exploitation.

Le pénétromètre statique, foncé au centre du futur bâtiment, a donné les résultats suivants :
Prof. [m] qc moyen [MPa]
0.5 – 2.5 m 1.2
2.5 – 7.0 m 1.8
7.0 – 10.0 m 2.0
Cet essai montre l’homogénéité de la couche jusqu’à 10 m de profondeur et sa faible résistance
et donc, au vu de son caractère argileux, sa grande compressibilité.

Une mesure du niveau de l’eau dans le trou du pénétromètre a montré qu’elle se trouvait à 2.5 m
de profondeur. Cela ne signifie pas que le niveau moyen de la nappe phréatique se trouve à cette
profondeur !

La norme SN 670 005 montre que le sol, à 1.5 m de profondeur, est une argile limoneuse de
plasticité moyenne et de consistance moyenne à molle. Selon l’USCS, il peut être classé dans les
CM ou, éventuellement dans les CH. Son type de formation géologique ainsi que son apparence
tendent à définir ce sol comme normalement consolidé.

Selon la partie 1 de l’Eurocode 7, c’est un ouvrage de la catégorie 2 « qui nécessite des données
et des calculs géotechniques quantitatifs permettant de justifier que les exigences fondamentales
soient satisfaites, mais des procédures de routine peuvent être utilisées pour les essais en place et
en laboratoire ainsi que pour le calcul et l’exécution des travaux ».
Comme il s’agit de vérifier, en premier lieu, que les tassements sont compatibles avec le type de
construction, une évaluation des indices de compression et de gonflement ainsi que de l’indice
de vide est nécessaire.
8-4 EXEMPLES D’UTILISATION DES CORRéLATIONS ET STATISTIQUES

Les tableaux du chapitre 3 donnent les valeurs de la figure 8.1 pour un CM et un CH :

ρ [t·m-3] w [%] e0 [-] Cc [-] Cs [-]


CM 2.02 ± 0.10 26 ± 7 0.73 ± 0.20 0.180 ± 0.100 0.032 ±
CH 1.91 ± 0.23 36 ± 32 ? 1.03 ± 0.42 0.343 ± 0.212 0.050 ±

Fig. 8.1 Exemple 1. Valeurs moyennes des CM et CH.

Remarquons à propos de l’indice de vide, que les valeurs des tableaux du chapitre 3 sont des
moyennes d’échantillons prélevés à des profondeurs différentes. Si le sol est normalement
consolidé – ce qui semble être le cas – l’indice de vide est fonction de la profondeur.
En outre, on peut utiliser les corrélations de la figure 6.2 pour évaluer Eoed. Connaissant Eoed à
différentes profondeurs, il est alors possible de calculer les tassements sans passer par les indices
de compression et de gonflement.
Pour déterminer les valeurs des paramètres nécessaires et calculer les tassements nous allons :
(1) Admettre que le sol est un CM proche des CH et utiliser les valeurs correspondantes des
tableaux du chapitre 3 pour évaluer les valeurs caractéristiques xk en se mettant du côté de la
sécurité. Comme la vérification est du type « état limite de service », le coefficient de sécu-
rité partiel γm est égal à l’unité et ainsi, les valeurs de calcul xd sont égales à xk .
(2) Déterminer Eoed par l’essai de pénétration et la figure 6.2 (α admis = 3).
(3) Estimer Cs par la relation Cs = Cc / 10.
(4) Calculer les tassements par Eoed puis par Cc et Cs .
(5) Choisir le tassement maximal.
La figure 8.2 résume et quantifie cette démarche.

No de la
(1) (1) (1) (1) (2) (3)
démarche
ρ w e0 calculé Cc [-] Eoed [MPa] Cs [-]
[t·m-3] [%] [-] par fig. 8.2 par pénétromètre
Valeurs 1.95 32 0.83 0.250 0.5 – 2.5 m : 3.6 0.025
admises 2.5 – 7 m : 5.4
7 – 10 m : 6.0

Fig. 8.2 Exemple 1. Valeurs caractéristiques xk admises.


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 8-5

8.2 Exemple no 2
Il s’agit d’un bâtiment important de cinq étages sur rez avec 4 niveaux de sous-sols construit en
milieu urbain. Les vérifications que le géotechnicien devra réaliser sont du type « état limite ul-
time » et du type « état limite de service ». En plus des paramètres d’identification, les paramè-
tres géotechniques nécessaires à ce projet seront donc :
• État limite ultime : Φ’, c’, cu.
• État limite de service : Cc, Cs ou des modules de déformation comme Eoed ou Ev pour les sols
grossiers.
La reconnaissance géotechnique comprenait :
• L’étude des reconnaissances géotechniques réalisées à proximité de l’ouvrage à réaliser. Il y en
avait deux d’importance mineure.
• La réalisation de trois forages de 15 m de profondeur avec prélèvement d’échantillons non re-
maniés.
• La réalisation de 5 pénétromètres dynamiques pour repérer le toit de la formation graveleuse.
• L’exécution d’essais en laboratoire.
Les sondages ont permis de déterminer deux couches homogènes sub-horizontales de caractéris-
tiques très différentes, à savoir :
• Une couche supérieure constituée par une moraine limono-argileuse à blocaux (CL, parfois
GC–GM). Son épaisseur est d’environ 11 m.
• Une couche inférieure constituée de graviers, parfois limoneux, de grande résistance. Cette
couche contient une nappe phréatique en pression par rapport au niveau inférieur de la
moraine. Les trois forages n’ont pas atteint le niveau inférieur de cette couche.

La principale préoccupation du maître de l’ouvrage et de son géotechnicien est de maîtriser les


tassements autour de la fouille car les terrains avoisinants sont tous occupés par des immeubles
de construction ancienne très sensibles aux tassements différentiels. En outre, ce sont des im-
meubles de bureaux occupés en grande partie par des avocats ...
En outre, la nappe en pression dans la couche de gravier va probablement être la cause de diffi-
cultés lors de la réalisation de la fouille.

Selon la partie 1 de l’Eurocode 1997, c’est un ouvrage de la catégorie 2, voire de catégorie 3 car
le calcul des déformations autour de la fouille ne peut se faire qu’avec un modèle d’éléments
finis et des lois de matériaux non linéaires.
Le nombre des essais en laboratoire n’est pas suffisant pour appliquer la méthode statistique re-
commandée par la partie 1 de l’Eurocode 7.
Seules les résultats des essais relatifs au comportement de la moraine (déformations et résis-
tance) seront examinés dans cet exemple. La figure 8.3 présente un résumé des résultats obtenus
par les essais en laboratoire et in situ.
8-6 EXEMPLES D’UTILISATION DES CORRéLATIONS ET STATISTIQUES

Essai Nbre Prof. Moyenne Ecart type


[m]
Oedomètre 6 0 – 11 Cc = 0.195 0.040
incrémental Cs = 0.028 0.008
e0 = 0.75 0.08
p’c plus faible que σ’v0
(sol normalement voire sous-consolidé)
Compression 7 0 - 11 Φ’ = 32 ° 2°
triaxial c’ = 10 kPa 5 kPa
Scissomètre 32 0 - 11 cus = 75 kPa 33 kPa

Fig. 8.3 Exemple 2. Récapitulation des résultats des essais en laboratoire réalisés sur les
échantillons prélevés dans la moraine.

Comme la méthode statistique de l’Eurocode 7 ne peut être appliquée de par un nombre d’essais
trop faible, il faut, tout d’abord, contrôler les valeurs obtenues par les essais en laboratoire avec
celles qui sont données dans les tableaux du chapitre 3 ou de la norme SN 670 010b. Ce contrôle
montre que la compressibilité de la moraine, donnée par la reconnaissance géotechnique, est
particulièrement élevée par rapport aux valeurs moyennes données, pour l’indice de compres-
sion, dans le tableau du chapitre 3 correspondant au CL. C’est une anomalie qu’il faut éclaircir.
Quant aux paramètres de résistance, ils sont conformes à ceux du tableau du chapitre 3.
Un sondage supplémentaire, avec l’exécution d’essais pressiométriques, est alors réalisé pour
tenter d’expliquer cette anomalie. Un résumé de ses résultats avec les valeurs correspondant à
l’indice de compression mesuré fait l’objet de la figure 8.4.
Les essais au pressiomètre sont tout à fait compatibles avec les valeurs de Cc mesurées en labo-
ratoire. La moraine est donc peu consolidée et, relativement à sa classe USCS, de grande com-
pressibilité.
On peut maintenant introduire la moyenne et l’écart type des Cc calculés avec les résultats du
pressiomètre dans les valeurs correspondantes des essais en laboratoire, ceci en utilisant la règle
de Baye donnée par les équations 2.30 et 2.31.
La nouvelle moyenne et le nouvel écart type sont les suivants : 0.198 ± 0.014. La nouvelle
moyenne n’est pas très différente de l’ancienne ; l’écart type a été cependant fortement réduit.
Ce sont ces valeurs qui seront utilisées pour déterminer les modules nécessaires au calcul, par
éléments finis, des déformations autour de la fouille.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 8-7

Essais en labo Pressiomètre


Prof. σ’v0 e0 Eoed [MPa] Pression Module Eoed [MPa] Cc
[m] [kPa] pour limite pressio- par Em par Eoed
approx. Cc = 0.195 et plm mètrique pour ν = 0.33 pressio-
∆σ’ = 300 kPa [kPa] Em [MPa] = env. 1.5· E mètre
m
(1)
4 80 0.70 3.86 410 2.93 4.40 0.171
6 120 0.75 4.94 405 2.79 4.19 0.230
8 160 0.80 6.03 450 3.78 5.67 0.207
10 200 0.83 7.07 490 4.15 6.23 0.221
Moyenne 0.207
Ecart type 0.026
(1) correspondant au ∆p du calcul de Em

Fig. 8.4 Exemple 2. Résumé des résultats des essais pressiométriques.

Enfin, les essais pressiométriques nous permettent de contrôler les valeurs de la cohésion non
drainée obtenues dans les forages, ceci par la corrélation décrite dans le tableau de la figure 6.9.
Pour des argiles molles à fermes, ce tableau donne : cu = (p 1 m – K0 ·σ’v0 ) / 5.5 = environ
(440 – 0.47·140) / 5.5 = 68 kPa. Cette valeur moyenne approximative confirme la validité des
valeurs de cu obtenues par le scissomètre.
8-8 EXEMPLES D’UTILISATION DES CORRéLATIONS ET STATISTIQUES

8.3 Exemple no 3
Fouille en tranchée d’environ 5 m de profondeur et de 2 m de largeur, réalisée sur 2 km de lon-
gueur pour la pose d’une conduite de grand diamètre.
Aucune reconnaissance géotechnique n’a été effectuée dans les environs. Une carte
géotechnique existe et indique que les sols traversés par la tranchée sont des sédiments glacio-
lacustres. Il y a probablement une nappe phréatique dont la surface est au-dessus du fond de la
fouille projetée mais aucune indication précise sur cette nappe n’est disponible.
Même si la fouille est provisoire, c’est un ouvrage de catégorie 2 selon la partie 1 de l’Euro-
code 7.
Après discussion avec le géotechnicien, le maître de l’ouvrage consent à réaliser un essai au
pénétromètre dynamique léger tous les 200 m jusqu’à une profondeur de 8 m et de battre des
tubes piézométriques dans les trous des pénétromètres.
La vérification que le géotechnicien devra réaliser est du type « état limite ultime ». Autrement
dit, il s’agit avant tout de s’assurer de la stabilité du fond de la fouille par une analyse non
drainée. Le principal paramètre à connaître est ainsi la cohésion apparente cu.
La campagne de reconnaissance au pénétromètre dynamique montre que les sols traversés par la
tranchée sont assez homogènes tout au long du tracé. Il est cependant probable que les limons
argileux de ces sédiments contiennent des lentilles de sables fins. Ils sont de faible résistance.
Les résultats des essais pénétrométriques sont très homogènes et permettent d’établir la corré-
lation en fonction de la profondeur z suivante : qd [kPa] = 10 + 25·z [m].
Pour estimer cu nous allons utiliser l’équation 6.8 : cu = qd / (15 à 20), valable pour des sols fins
de compacité moyenne et prendre par prudence 20 comme diviseur. Ainsi la valeur caractéristi-
que de cu est de : cuk [kPa] = 0.5 + 1.25·z [m].
Un contrôle avec les tableaux du chapitre 3, en admettant que ces sédiments glacio-lacustres
puissent être classés dans les ML, montre que la relation donnant cuk en fonction de la profon-
deur est compatible avec la valeur moyenne des cu et cus qui est de 19 kPa. Si ces sédiments sont
des CL ou des CM, la relation donnerait des valeurs de cuk un peu faibles.
Comme la vérification à réaliser est du type « état limite ultime », le cuk doit encore être divisé
par le coefficient de sécurité partiel γm pour donner la valeur de calcul xd.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 8-9

8.4 Exemple no 4
Quoique ce cas soit exceptionnel, nous allons pour terminer présenter un exemple où le nombre
des essais réalisés permet d’appliquer la méthode statistique prônée par l’Eurocode 7. Il s’agit de
la réalisation d’un nouveau tronçon d’une voie ferrée de plusieurs kilomètres construit en rem-
blai sur des sols de faible résistance et très compressibles mais homogènes sur tout le tronçon
(faible variabilité spatiale). Le niveau moyen de la nappe phréatique se trouve à 2.5 m de profon-
deur.
C’est un ouvrage de catégorie 2 selon la partie 1 de l’Eurocode 7.
Les vérifications à réaliser sont du type « état limite ultime » : stabilité du remblai à court terme
(analyse non drainée, avec comme paramètre la cohésion apparente c u) et à long terme avec
comme paramètres l’angle de frottement effectif Φ’ et la cohésion effective c’, et du type « état
limite de service » : tassement du remblai avec comme paramètres l’indice de compression Cc et
de gonflement Cs , voire un module de déformation comme Eoed.
La figure 8.5 est un résumé des résultats des essais réalisés ainsi qu’un tableau de calcul des
valeurs caractéristiques par la méthode statistique basé sur un intervalle de confiance de 95%.
Pour plus de détail sur ces calculs, il faut se reporter au chapitre 2. Ce résumé ne comprend que
ce qui va être utilisé pour cet exemple ; des paramètres importants comme l’indice de vide, qui
est fonction de la profondeur, ne sont pas donnés. Le sol est un CM (une moraine de fond) avec
les paramètres d’identification moyens suivants (± = écart type) :
ρ d = 1.98 ± 0.04 t·m-3 w = 27 ± 4 % wL = 39 ± 2 % IP = 20 ± 2 %

Essai Nbre Prof. Moyenne Ecart t95% q95% xk =


[m] x type Student x - q95%
Oedomètre 18 0 – 30 Cc = 0.220 0.050 2.110 0.025 0.195
incrémental Cs = 0.035 0.010 2.110 0.005 0.030
p’c = env. σ’v0
(sol normalement
consolidé)
Compression 19 0 - 30 Φ’ = 22.5 ° 1.5 ° 2.101 0.7 21.8
triaxial c’ = 5 kPa 5 kPa 2.101 2.4 2.6
Scissomètre, 25 0–5 15 kPa 10 2.064 4 11
cus 31 5 – 10 22 kPa 15 2.042 6 16
41 10 – 15 23 kPa 15 2.021 5 18
29 15 – 20 28 kPa 12 2.048 5 23
47 20 - 30 32 kPa 16 2.008 5 27

Fig. 8.5 Exemple 4. Récapitulation des résultats des essais et calcul des valeurs caractéristiques
par la méthode statistique
8-10 EXEMPLES D’UTILISATION DES CORRéLATIONS ET STATISTIQUES

Enfin, il n’est pas interdit de vérifier les valeurs caractéristiques obtenues avec la méthode sta-
tistique au moyen des tableaux du chapitre 3 ou de corrélations. Cette vérification est même re-
commandée car elle permet de mettre en évidence des anomalies.
En utilisant le tableau du chapitre 3 relatif aux CM, on constate que les valeurs obtenues sont
parfaitement compatibles avec celles du tableau.
La corrélation C c = f(w L) de la figure 7.1 donne, pour w L = 39 % un Cc d’environ 0.20 pour le
CM des sols suisses et d’environ 0.27 avec la corrélation proposée par Terzaghi et Peck, valeurs
à comparer au 0.220 de la figure 8.5.
La corrélation Φ’ = f(IP) de la figure 7.8 donne, pour IP = 20 %, un Φ’ d’environ 24° pour le CM
des sols suisses et, par exemple, d’environ 23° avec la corrélation de Gibson, valeurs à comparer
au 22.5° de la figure 8.5.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 9-1

9. Conclusions
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 9-3

9.1 Usage des méthodes statistiques prônées par l’Eurocode 7


L’Eurocode 7 propose d’utiliser des méthodes statistiques pour évaluer les valeurs caractéristi-
ques à utiliser, dans les projets, avec différents coefficients de sécurité partiels. Ces méthodes
impliquent notamment l’utilisation d’un intervalle de confiance de 95%.
Ce rapport a montré que l’utilisation de ces méthodes était pratiquement illusoire car elles ne
sont valables que si le nombre de résultats d’un même essai pour une couche de sol que l’on peut
considérer comme homogène doit être au stricte minimum de 10. Actuellement, en Suisse et
dans la plupart des autres pays, un tel nombre d’essais n’est réalisé que pour des projets
d’envergure exceptionnelle.
La volonté d’économiser de l’argent sur la campagne de reconnaissance géotechnique est cepen-
dant une erreur qui peut se payer très cher par la suite. Pour de nombreux maîtres de l’ouvrage,
dont certains sont de grandes administrations, un investissement dans une campagne de recon-
naissance géotechnique, dont les résultats seront consignés dans des rapports géotechniques qui
finiront dans des archives, ne semble pas intéressant. Un coûteux et tape-à-l’œil revêtement de
façade leur apparaît, par exemple, comme un meilleur investissement.
Il faut lutter contre cette malheureuse habitude. La deuxième et la troisième partie de l’Euro-
code 7, consacrées aux essais en laboratoire et aux essais in situ, vont dans ce sens et lorsqu’elles
seront appliquées – ce qui va devenir prochainement obligatoire –, le nombre des essais géotech-
niques va augmenter considérablement, car il est fixé par ces deux codes. A ce moment, les
méthodes statistiques deviendront applicables et devront être utilisées.

9.2 Usage de statistiques pour évaluer les valeurs caratéristiques


La Suisse possède depuis longtemps une « norme » donnant les moyennes, les écarts types et les
fuseaux granulométriques des sols classés selon l’USCS. Les valeurs contenues dans cette norme
proviennent d’une très importante statistique réalisée en 1992 sur les sols suisses (environ
150'000 valeurs traitées). Dans le cadre de la recherche qui fait l’objet de ce rapport, cette norme
a été revue pour tenir compte de la nouvelle classification USCS adoptée par la Suisse
(SN 670 008a « Identification des sols, méthode de laboratoire avec classification selon
l’USCS »). Dans le chapitre 3, les tableaux de cette norme ont été complétés, lorsque cela était
possible, par l’histogramme de chaque caractéristique.
Comme cela est demandé dans la norme SN 670 008a, l’usage des valeurs contenues dans les
tableaux du chapitre 3 ou dans la norme SN 670 008a devrait être limité aux ouvrages de la caté-
gorie 1 définie par la première partie de l’Eurocode 7, à avoir « des ouvrages à la fois petits et
relativement simples pour lesquels il est possible d’admettre que les exigences fondamentales
seront satisfaites en utilisant l’expérience acquise et des connaissances géotechniques qualitati-
ves, avec des risques négligeables pour les biens et les vies ».
Cependant, à défaut d’une campagne de reconnaissance géotechnique digne de ce nom, ces va-
leurs doivent souvent être utilisées pour des ouvrages de catégorie 2 ou les risques pour les biens
et les vies sont plus importants. Dans ce cas, une grande prudence est requise.
9-4 CONCLUSIONS

Comme l’entrée dans les tableaux est la classification des sols selon l’USCS, une connaissance
approximative des caractéristiques d’identification est nécessaire. Cela garantit une certaine fia-
bilité dans l’utilisation de ces valeurs et permet l’usage de certaines corrélations.

9.3 Usage de corrélations pour évaluer les valeurs caratéristiques


La recherche dans la littérature de corrélations entre les caractéristiques des sols était le but prin-
cipal de la recherche qui fait l’objet de ce rapport. Les résultats de cette recherche bibliographi-
que sont importants mais incomplets. Malgré un large effort financier de la part des auteurs de
cette recherche – le montant investi est beaucoup plus élevé que le crédit accordé –, de nombreu-
ses publications n’ont pu être examinées.
Les corrélations contenues dans ce rapport sont néanmoins d’une grande utilité pour la pratique
et devraient être utilisées, comme le demande l’Eurocode 7, systématiquement dans les projets
géotechniques.

9.4 Suite à donner à la recherche


Il a été prévu, dès la demande du crédit nécessaire à cette recherche, qu’elle devait servir à la
rédaction d’un livre dans lequel la matière contenue dans le présent rapport serait condensée et
consolidée. Qui plus est, ce livre devait être bi- (français et anglais), voire trilingue (français, an-
glais et allemand). Le financement du travail nécessaire à la rédaction de ce livre, dont notam-
ment celui des traductions, n’est cependant pas encore assuré.
La rédaction d’un tel livre serait très appréciée par tous les géotechniciens suisses et, si une de
ses langues est l’anglais, il aurait très probablement une large diffusion dans le monde entier. Ce
livre devrait être structuré pour un usage plus facile que celui du présent rapport.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 10-1

10. Bibliographie
ABDELHAMID M.S., KRIZEK R.J. 1976. At rest lateral earth pressure of a consolidated clay. J. of
Geotechnical Engineering Div., ASCE, Vol, 102, GT7, pp. 721-738.
ALBERRO J., MARSAL R.J., MENDOZA M.J. 1985. Comportamiento de suelos cohesivos
compactos. Series del instituto de ingéniera, No 493, Universidad Nacional Autónoma de
Mexico.
AL-HUSSAINI M.M., T OWNSEND F.C. 1975. Investigation of K0 testing in cohesionless soils.
Techn. Report S75-11, US Army Eng. Waterway Exp. Station.
AL-KHAFAJI A.W.N., ANDERSLAND O . B. 1992. Equations for Compression Index
Approximation. Journal of Geotechnical Engeneering Division, ASCE, SM5. pp. 148-153.
AMAR S., JÉZÉQUEL J.F. 1972. Essais en place et en laboratoire sur sols cohérents, comparaison
des résultats. Bull. liaison du LCPC, Paris, No 58, pp. 97-108.
AZZOUZ A.S., KRIZEK R.J., COROTIS R.B. 1976. Regression analysis of soil compressibility.
Soil and Foundations, Japanese Society of Soil Mechanics and Foundation engineering,
Tokyo, Japan, 16(2), pp. 19-29.
B AGUELIN F., JÉZÉQUEL J.F., SCHIELDS D.H. 1978. The pressuremeter and foundation
engineering. TransTechPublications.
BENJAMIN J.R., C ORNELL C.A. 1970. Probability, Statistics and Decision for civil Emgineers.
Mc Graw Hill.
B ERGDAHL U., OTTOSSON E., MALMBORG B.S. 1993. Plattgrundläggning. AB Svensk
Byggtjänst, Stockholm.
BIAREZ J., FAVRE J.L. 1976. Corrélations de paramètres en mécanique des sols. Ecole Centrale
des Arts et Manufactures, Paris.
BIAREZ J., HICHER P.Y. 1994. Elementary mechanism of soil behaviour. Balkema.
B IEGANOUSKY W.A., MARCUSON W.F. 1976. Liquefaction of dams and foundations –
Report 1 : Laboratory standard penetration test on Reid Bedford model and Ottawa sands.
Waterway Experiment Station, Vicksburg, MS. Report S-76-2.
BISHOP A.W. 1958. Test requirement for measuring K0. Proc. Brussels Conf. on Earth Pressure
Problems, Vol. 1, pp. 2-14.
B JERRUM L. 1951. Fundamental considerations on the shear strength of soil. Géotechnique,
Vol. II, no 3, p. 209.
BJERRUM L. 1954. Geotechnical properties of Norwegian marine clays. Geotechnique, Vol. IV,
pp. 49-69.
BJERRUM L. 1972. Embankment on soft ground. Proc. of Specialty Conf. on Performance of
Earth and Earth-supported Strutures, Purdue University, Vol. 2, pp. 1-54.
BJERRUM L. 1973. Problems of soil mechanics and construction on soft clays and structurally
unstable soils (collapsible, expansive and others). Proc. 8th Int. Conf. Soil Mech. and
Foundation Eng., Moscow, Vol. 3, pp. 111-160.
BILIOGRAPHIE
10-2

B JERRUM L., SIMONS N.E. 1960. Comparison of shear strength characteristics of normally
consolidated clays. Research Conf. on Shear Strenght of Cohesive Soils, Boulder, Colorado,
ASCE Soil Mechanics and Foundation Division.
BOUTWELL G.P., H EDGES C.. 1989. Evaluation of waste retention liners of multivariate
statistic. Proc. 12th Int. Conf. on Soil Mech. and Foundation Eng., Rio de Janeiro, Vol. 2, pp.
815-818.
B OVIS M. J. 1985. Earthflows in the interior Plateau, southwest Britsh Columbia. Canadian
Geotechnical Journal, Vol. 22, p. 313.
BOWLES J.E. 1984. Physical and geotechnical properties of soils. McGraw-Hill Book Company.
BROCK R.W. 1943. Weathering of igneous rock near Hong Kong. Bull. Geol. Soc. Am., Vol. 54,
pp. 717-738.
BROOKER E.W., IRELAND H.O. 1965. Earth pressure at rest related to stress history. Canadian
Geotechnical Journal, Vol. 2, pp. 1-15.
B URLAND J.B., BURBIDGE M.C. 1985. Settlements of foundations on sand and gravel. Proc.
Inst. Civil Engineers, U.K., Part 1, 78, pp. 1325-1381.
CAMPANELLA R., V AID Y. 1972. A simple K0 triaxial cell. Canadian Geotechnical Journal,
Vol. 9, pp. 249-260.
CARTER X., BENTLEY X. 1991. Correlations of soil properties. Pentech Press, London.
CASAGRANDE, A. 1942. Fifth progress report to U.S. Waterways Experiment Station on
cooperative research on stress-deformation and strength characteristics of soils. Harvard
University, Cambridge, Mass.
CASAGRANDE, A. 1948. Classification and Identification of Soils, Transactions, ASCE, p. 901.
CASSAN M. 1978 et 1988. Les essais in situ en mécanique des sols – Tome 1: Réalisation et
interprétation. Eyrolles, Paris.
CASSAN M. 1978 et 1988. Les essais in situ en mécanique des sols – Tome 2: Applications et
méthodes de calcul. Eyrolles, Paris.
CASTRO G. 1969. Liquefaction of sand. Phd thesis, Harward University.
CHAPUIS R.P. ET AL. 1989. Laboratory permeability tests on sand : influence of the compaction
method on anisotropy. Canadian Geotechnical Journal, Vol. 26, p. 614.
CLARKE B.G. 1992. Pressuremeters in geotechnical design. Blackie Academic & Professional.
CORNFORTH D.H. 1964. Some experiments on the influence of strain conditions on the strength
of sand. Geotechnique, Vol. XIV, no 2, p. 143.
COZZOLINO V.M. 1961. Statistical forecasting of compression index. Proc. 5th Int. Conf. on Soils
Mech. and Found. Engrg., Paris. Vol. 1, pp. 51-53.
DASCAL O., LAROQUE G.S. 1973. Caractéristiques de compressibilité des argiles du complexe
Nottaway - Broadback - Rupert (Baie James). Canadian Geotechnical Journal. pp. 41-63.
DASCAL O., TOURNIER J.P. 1975. Embankment on soft and sensitive clay foundation. ASCE
Journal of Geotechnical Engineering Division, 101 (GT3), pp. 297-314.
DE BEER E.E. 1963. The scale effect in the transposition of the results of deep-sounding tests on
the ultimate bearing capacity of piles and caisson foundations. Géotechnique, Vol. XIII, no 1,
p. 39.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 10-3

DUSSEAULT M.B., SCAFE D. 1979. Mineralogical and engineering index properties of the basal
McMurray Formation clay shales. Canadian Geotechnical Journal, Vol. 16, p. 285.
DZWILEWSKI P.T., RICHARDS A.F. 1974. Consolidation Properties of Wilkinson Basin Soils.
Journal of Geotechnical Engeneering Division, ASCE, SM5, pp. 1175-1179.
DYSLI M., R YBISAR J. 1992. Statistique sur les caractéristiques des sols suisses. Rapport de
recherche no 244 de l’Office fédéral des routes, Berne.
DYSLI M. 1995. Statistical analysis of glacial soils. Proc. of the XI European Conf. on Soil
Mech. and Foundation Engineering, Copenhagen.
FINNO R.J., CHUNG C. 1992. Stress-Strain-Strength Responses of Compressible Chicago Glacial
Clays. Journal of Geotechnical Engineering Division, ASCE, SM5, pp. 1607-1625.
FLEREAU J.M. ET AL. 1988. Effect of surfactants on the mechanical properties of kaolinite in
relation to the solid-liquid contact angles. Canadian Geotechnical Journal, Vol. 25, p. 675.
GARNEAU R., LEBIHAN J.P. 1977. Estimation of some properties of Champlain clays with the
Swedish fall cone. Canadian Geotechnical Journal, Vol. 14, pp. 571-581.
GIBSON R.E. 1953. Experimental determination of the true cohesion and true angle of friction in
clays. Proc. Int. Conf. On Soil Mech. And Foundation Eng., Zürich.
GOURVÈS R., BARJOT R. 1995. The Panda ultralight dynamic penetrometer. Proceeding of the
XI European Conf. on Soil Mech. and Found. Eng. Vol. 3 pp. 83-88, Copenhagen, May.
HAMOUCHE K.K., LEROUEIL S., R OY M., LUTENEGGER A.J. 1995. In situ evaluation of K0 in
eastern Canada clays. Canadian Geotechnical Journal. pp. 677-688.
HANNA A.W. ET AL. 1986. Investigation of a coarse alluvial foundation for a embankment dam.
Canadian Geotechnical Journal, Vol. 23, p. 203.
HANNA A., GHALY A. 1992. Effect of K0 and overconsolidation on upflit capacity. Journal of
Geotechnical Engineering Division, ASCE, SM5 pp. 1449-1469.
HANSBO S. 1957. A new approach to the determination of the shear strength of clay by the fall
cone test. Swedish Geotechnical Institute, Proc. No 14, pp. 5-47.
HAZEN A. 1911. Discussion of Dams on sand foundation. Trans. American Soc. of Civil eng.
Institute of Canada, vol 73.
HENDRON A.J. JR. 1963. The behaviour of sand one-dimensional compression. Tesis Univ. of
Illinois, Urnana, Champaign.
HELENELUND K.V. 1951. On consolidation and settlement of loaded soil layers. Thesis Finland
Technical Institute, Helsinki.
HERRERO O.R. 1983. Universal compression index equation; Closure. J. Geotech. Engrg.,
ASCE, 109(5), pp. 755-761.
HILF J.W. 1975. Foundation Engineering Handbook. Winterkorn & Fang (Ed).
HIN F.C., SUBRAHMANYAM R.V. 1981. Statistical Analysis of Marine Clay Deposits. Journal of
Geotechnical Engineering Division. pp. 221-228.
HOLT J.K. 1962. The soils of Honk Kong’s coastal waters. Symp. on Hong Kong soils, pp. 33-51.
HOLTZ R.D. , KOVACS W.D. 1991. Introduction à la géotechnique. Editions de l'Ecole Polytech-
nique de Montréal.
BILIOGRAPHIE
10-4

HOLTZ R.D., BROMS B.B. 1972. Long-term loading tests at Skå-Edeby, Sweden. Proc. of the
ASCE Specialty Conf. on Performance of Earth and Earth-Supported Structures, Purdue
University, Vol I, Part I, pp. 435-464.
HOLTZ R.D., HOLM G. 1973. Belastningsförsök på svartmocka. Swedish Geotechnical Institute,
Internal report, 64 p.
HOUGH B.K. 1957. Basic soils engineering. 1st Ed., The Ronald Press Company, New York,
N.Y.
HOUSTON W.N. 1967. Formation mechanisms and property interrelationships in sensitive clays.
Thesis Univ. of California, Berkeley.
HOUSTON W.N., MITCHELL J.K. 1969. Property Interrelationships in Sensitive Clays. Journal of
Soil Mechanics and Foundations Division, ASCE, SM5, pp. 1037-1061.
HVORSLEV M.J. 1937. Über die Festigkeitseigenschaften gestörter bindiger Böden. Thesis
published by Danmarks Naturvidenskabelige Samfund, Ingeniörvidenskabelige Skrifter,
Copenhagen, Series A, No 45.
JÅKY C. 1944. The coefficient of earth pressure at rest. Journal of the Society of Hungarian
Architects and Engineers, Vol. 78 (22), pp. 355-358.
JEAN P. 1983. Caractéristiques de la perméabilité des argiles. M.Sc. thesis. Dep. of Civil
Engineering, Université Laval, Québec.
JOHNSON L.D. 1984. Correlations of soil parameters from in situ and laboratory tests for
building. Proc. In situ ’86: Use of In Situ Tests in Geot. Engng, Blacksburg VA, pp. 635-648.
JOHNSON R.J. 1994. Miller & Freund’s probability & statistics for engineers. Prentice Hall,
Englewood Cliffs, New Jersey 07632.
JOSLIN J.G. 1958. Ohio’s typical moisture-density curves. Symp. on Appl. of Soil Testing in
Highway Design and Construction, ASTM Special Techn. Publ. No 239.
JURGENSON L. 1934. The shearing resistance of soils. J. Boston Soc. Civ. Eng., Vol. 21, pp.
242–275.
KANJI M.A. 1970. Shear strength of soil-rock interface. MS thesis, Univ. of Illinois.
KANJI M.A. 1972. Resistência ao cisalhamento de contactos solo-rocha. Doctoral dissertation,
Univ. of São Paulo.
KANJI M.A. 1974. The relationship between drained friction angles and Attenberg limits of
natural soils. Géotechnique, pp. 671-674.
KARLSSON R., VIBERT L. 1967. Ratio c/p’ in relation to liquid limit and plasticity index, with
special reference to Swedish clays. Proc. Geotechnical Conf., Oslo, Vol. 1, pp. 43-47.
KENNEY T.C. 1959. Discussion of “Geotechnical properties of glacial lake clays by T.H. Wu”.
J. of Soil Mech. and Foundation Div., ASCE, Vol. 85, SM3, pp. 67-79.
KENNEY T.C. 1967. Slide behaviour and shear resistance of a quick clay determined from a
study of the landslide at Selnes, Norway. Proc. of the Geotechnical Conf., Vol. 1, pp. 57-64.
KENNEY T.C. 1976. Formation and geotechnical properties of glacial-lake varved soils. Laurits
Bjerrum Memorial Volume – Contribution to Soil Mechanics, Norwegian Geotechnical
Institure, Oslo, pp. 15-39.
KENNEY T.C., LAU D., OFOEGBU G.I. 1984. Permeability of compacted granular materials.
Canadian Geotechnical Journal, pp. 726-729.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 10-5

KOGURE K., OHIRA Y . 1977. Statistical forecasting of compressibility of peaty ground.


Canadian Geotechnical Journal, Vol. 14, p. 562.
KOPPULA S.D 1981. Statistical estimation of compression index. Geotech. Testing J., 4(2),
pp. 68-73.
KOPPULA S.D., MORGENSTERN N.R. 1982. On the consolidation of sedimenting clays.
Canadian Geotechnical Journal, pp. 260-268.
KRIZEK R.J., COROTIS R.B., EL-MOURSI H.H. 1977. Probabilistic analysis of predicted and
measured settlements. Canadian Geotechnical Journal, p. 17.
LAAD C.C., LUSCHER U. 1965. Engineering properties of the soils underlying the MIT campus.
Research Report R65-68, Soil Publication 185, Dep. of Civil Engineering, Massachusetts
Institute of Technology.
LAAD C.C., FOOTT R., ISHIHARA K., SCHLOSSER F., POULOS H. 1977. Stress deformation and
strength characteristics. Proc. 9th Int. Conf. on Soil Mechanics, Tokyo, Vol. 2, pp. 421-494.
LAMBE T.W. 1990. Strength of compacted clay. Proc. H.B. Memorial Symposium, Berkeley,
Calif., Vol. 2, pp. 219-235.
LAMBE T.W., WHITMAN R.V. 1969. Soil Mechanics. John Wiley and Sons, Inc., New York,
N.Y.
LAPIERRE C. 1987. Evolution de la texture et de la perméabilité de l’argile de Louisville durant
la consolidation. PhD thesis, Univ. Laval, Québec.
LARÉAL P., SANGLERAT G., GIELLY J. 1974. Comparaison des essais de pénétration effectués
avec différents pénétromètres statiques et dynamiques. Symp. Européen sur les essais de
pénétration. Stockholm.
LARSSON R. 1977. Basic behaviour of Scandinavian soft clays. Swedish Geotechnical Institute,
Report no 4.
L ARSSON R. 1980. Undrained shear strength in stability calculation of embankements and
foundations on soft clays. Canadian Geotechnical Journal. pp. 591-602.
LEFEBVRE G. ET AL. 1984. Laboratory testing and in situ behaviour of peat as embankment
foundation. Canadian Geotechnical Journal, Vol. 21, p. 322.
LEFEBVRE G., BOZOZUK M., PHILIBERT A., HORNYCH P. 1991. Evaluating K0 in Champlain
clays with hydraulic fracture tests. Canadian Geotechnical Journal, Vol. 28 (3), pp. 365-377.
LEONARDS G.A. ED. 1962. Foundation Engineering. McGraw-Hill Book Company.
L EONARDS G.A. 1976. Estimating consolidation settlements of shallow foundations on
overconsolidated clays. Special Report 163, Transportation Research Board, pp. 13-16.
LEONARDS G.A., GIRAULT P. 1961. A study of the one-dimensional consolidation test. Proc. of
the Fifth Int. Conf. on Soil Mechanics and Foundation Eng., Paris, Vol. I, pp. 116-130.
LEROUEIL S., LE BIHAN J.P., BOUCHARD R. 1992. Remarks on the design of clay liners used in
lagoons as hydraulic barriers. Canadian Geotechnical Journal, Vol. 29, no 3, p 512.
L EROUEIL S., TAVENAS F. 1983. Propriétés caractéristiques des argiles de l’est du Canada..
Canadian Geotechnical Journal, Vol. 20, pp. 681-705.
L OWE J., ZACCHEO P.F., FELDMAN H.S. 1964. Consolidation testing with back pressure.
Journal of the Soil Mechanics and Foundation Division, ASCE, Vol. 90, No SM5, pp. 69-86.
BILIOGRAPHIE
10-6

LUKAS G.L., LEC LERC DE B USSY B. 1976. Pressuremeter and laboratory test correlations for
clays. J. Geotech. Engng Div., ASCE, 102(GT9), pp. 954-963.
LUMB P. 1962. The properties of decomposed granite. Géotechnique, Vol. XII, no 3, p. 226.
LUNDGREN H. 1957. Dimensional analysis in soil mechanics. Acta Polytechnica, Vol. 4 (10),
p. 237.
MARSLAND A., RANDOLPH M.F. 1977. Comparisons on the results from pressuremeter tests and
large in-situ plate tests in London clay. Geotechnique, 27(2), pp. 217-243.
MARTIN R.E., DRAHOS E.G. 1986. Pressuremeter correlations for preconsolidated clay. Proc. In
situ ’86: Use of In Situ Tests in Geot. Engng, Blacksburg VA, pp. 206-220.
MASSARSCH K.R. 1979. Lateral earth pressure in normally consolidated clay. Proc. 7th Euro-
pean Conf. on Soil Mech. and Foundation Engineering, Brighton, Vol. 2, pp. 245-250.
MAYNE P.W. 1980. Cam-Clay Predictions of Undrained Strength. Journal of Geotechnical
Engineering Division, ASCE, SM5 pp. 1219-1242.
MAYNE P.W., KULLHAWY F.H. 1982. K0 - OCR Relationships in Soil. Journal of Geotechnical
Engineering Division, ASCE, SM5 pp. 851-872.
MAYNE P.W., MITCHELL J.K. 1988. Profiling of overconsolidation ratio in clays by field vane.
Canadian Geotechnical Journal. pp. 150-157.
MÉNARD L. 1957. Mesure in situ des propriétés physiques des sols. Annales des Ponts et
Chaussées, Paris, No 14, pp. 357-377.
MESRI G. 1973. Coefficient of secondary compression. Journal of Geotechnical Engineering
Division, ASCE, 99, SM1, pp. 123-137.
MESRI G., ROKSHAR A. 1974. Theory of Consolidation for Clays. Journal of Geotechnical
Engineering Division, ASCE, pp. 889-903.
MESRI G., GOLDLEWSKI P.M. 1977. Time et stress compressibility interrelationship. ASCE
Journal of the geotechnical engineering division, 103, pp. 105-116.
MESRI G., HAYAT T.M. 1993. The coefficient of earth pressure a rest. Canadian Geotechnical
Journal, Vol. 30 (4), pp. 647-666.
MESRI G., FENG T.W., ALI S., HAYAT T.M. 1994. Permeability characteristics of soft clays.
Proc. XIII ICSMFE, 1994, New Dehli, Vol. 1, pp. 187-192.
MEYERHOF G.G. 1950. The bearing capacity of sand. PhD Thesis, University of London.
MITCHELL N.W.R. 1965. Direct shear test on thin samples of remolded shales from the Bighorn
mountains, Wyoming. MS thesis, University of Illinois.
MITCHELL J.K., HOOPER D., CAMPANELLA R. 1965. Permeability of compacted clay. J. Soil
Mec. and Found. Div., ASCE, Vol. 91 (4), pp. 41-65.
MITCHELL J.K. 1976. Fundamentals of soil behaviour. John Wiley and Sons, Inc., New York,
N.Y.
MITCHELL R.J., MARKEL A.R. 1974. Flowsliding in Sensitive Soils. Canadian Geotechnical
Journal. pp. 11-31.
MORAN, P ROCTOR , MUESER, R UTLEDGE 1958. Study of deep soil stabilization by vertical sand
drains. Contract No NOY-88812, Bureau of Yards and Docks, Dep. of the Navy, Washington
D.C.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 10-7

MOULIN G. 1989. Caractérisation de l’état limite de l’argile de Pornic. Canadian Geotechnical


Journal, Vol. 26, p. 705.
MOUM J., ROSENQVIST I.TH. 1961. The mechanical properties of Montmorillonitic and Illitic
clays related to the electrolytes of the pore water. Proc. 5th Int. Conf. on Soil Mech. and
Found. Eng., Vol 1, pp. 263-267.
NAKASE A., KAMEI T., KUSAKABE O. 1988. Constitutive Parameters Estimated by Plasticity
Index. Journal of Geotechnical Engineering Division, ASCE, SM5 pp. 844-857.
NISHIDA Y. 1956. A brief note on compression index of soil. J. Soil Mech. and Found. Engrg
Div., ASCE, 82(3), pp. 1-14.
OSTERMAN J. 1960. Notes on the shearing resistance of soft clays. Acta Polytechnica
Scandinavia, serie Ci-2, pp. 1-22.
PETERS N., LAMB K.N. 1979. Experiences with alluvial foundations for earth dams in the Praire
provinces. Canadian Geotechnical Journal, pp. 255-271.
PECK R.B., REED W.C. 1954. Engineering properties of Chicago subsoils. Bull. no 423, Eng.
Exp. Station, Univ. of Illinois, Urbana, Ill.
RENDON-HERRERO O. 1980. Universal Compression Index Equation. Journal of Geotechnical
Engineering Division, ASCE, GT11, pp. 1179-1200.
R IVARD P.J., GOODWIN T.E. 1978. Geotechnical characteristics of compacted clays for earth
embankments in the Prairie provinces. Canadian Geotechnical Journal, p. 391.
ROBERTSON P.K., HUGHES J.M.O. 1986. Determination of properties of sand from self-boring
pressuremeter tests. Proc. 2nd Int. Symp. Pressuremeter Marine Appl., Texam, USA, ASTM
STP 835, pp. 283-302.
SANGLERAT G. 1965. Le pénétromètre et la reconnaissance des sols. Dunod.
SANGLERAT G. 1972. The penetrometer and soil exploration. Elsevier, Amsterdam.
SCHNEIDER H.R. 1999. Determination of characteristic soil properties. Proc. of the XII European
Conf. on Soil Mech. and Geotechnical Engineering. Amsterdam.
SEED H.B., I DRISS I.M. 1970. Soil moduli and damping factors for dynamic response analysis.
Earhquake Engineering Research Center, Univ. of California, Berkeley, CA, Report No
EERC 70-10.
SEED H.B., CHAN C.K. 1959. Structure of strength characteristics of compacted clays. J. of Soil
Mech. and Foundation Div., ASCE, Vol. 85, SM5, pp. 87-128.
SIMONS N.E. 1958. Discussion of “Test requirements for measuring the coefficient of earth
pressure at rest”. Proc. of the Conf. on Earth Pressure Problems, Brussels, Vol. III, pp. 50-53.
SIMONS N.E. 1960. The effect of overconsolidation on the shear strength characteristics of an
undisturbed Oslo clay. Shear Strength of Cohesive Soils, ASCE, Univ. of Colorado.
SHANNON AND WILSON INC. 1964. Report of Anchorage area soil studies, Alaska, to US Army
Engineers District, Anchorage, Alaska, Seattle, Washington.
SKEMPTON A.W. 1944. Notes on the compressibility of clays. Quarterly J. Geological Society of
London, 100(part 2), pp. 119-135.
SKEMPTON A.W. 1948. A study of the geotechnical properties of some post-glacial clays.
Geotechnique, Vol. I, no 1, p. 7.
BILIOGRAPHIE
10-8

SKEMPTON A.W. 1953. The colloidal activity of clay. Proc. 3th Int. Conf. on Soil Mech. and
Found. Eng., London, Vol. 1, pp. 57-61.
SKEMPTON A.W. 1954. The pore pressure coefficients A and B. Geotechnique, Vol. IV, pp. 143-
147.
SKEMPTON A.W., N ORTHEY R.D. 1952. The sensitivity of clays. Geotechnique, Vol. III, pp. 30-
53.
SKEMPTON A.W., H ENKEL D. 1953. The post glacial clays of the Thames estuary. Proc. 3rd Int.
Conf. on Soil Mechanics and Foundation Engineering, Zürich, Vol. 1, pp. 302-308.
SKEMPTON A.W., SOWA V.A. 1963. The behaviour of saturated clays during sampling and
testing. Geotechnique, Vol. XII, no 4, p. 269.
SLICHTER C.S. 1899. Theorical investigation of the motion of ground water. Annual report of the
US geological survey, part 2.
SOWERS G.B. 1970. Introductory soil mechanics and foundation. 3 rd Ed., The Macmillan
Company, Collier-Macmillan Limited, London.
TANG W.H. 1971. A bayesian evaluation of information for foundation engineering design. Int.
Conf. on Applications of Statistics and Probability to Soil and Structural Engineering, Hong
Kong.
TAVENAS F., BLANCHETTE G., L EROUEIL S., ROY M., LA ROCHELLE P. 1975. Difficulties in the
in situ determination of K 0 in soft sensitive clays. Proc. of the Specialty Conf. on In Situ
Measurements of Soil Properties, ASCE, Raleigh N.C., Vol. 1, pp. 450-476.
T AVENAS F., LEROUEIL S. 1977. Effects of stress and time on yielding of clays. Proc. 9th
ICSMFE, Vol. 1, pp. 319-326.
TAVENAS F. ET AL. 1983. The permeability of natural soft clays, Part I : Methods of laboratory
measurement. Canadian Geotechnical Journal, Vol. 20, pp. 629-644
T AVENAS F. ET AL. 1983. The permeability of natural soft clays, Part II : Permeability
characteristics. Canadian Geotechnical Journal, Vol. 20, pp. 645-660.
TERZAGHI K., PECK R. 1967. Soil mechanics in engineering pratice. John Wyley, London.
TREMBLAY M. 1983. Etude comparative des paramètres de résistance des argiles de l’est du
Canada. Thèse de maîtrise, Dép. Génie Civil, Univ. Laval, Québec.
VANDINE D.F. 1985. Debris flows and debris torrents in the Southern Canadian Cordillera.
Canadian Geotechnical Journal, Vol. 22, pp. 44-62.
VOIGHT B. 1973. Correlation between Attenberg plasticity limits and residual shear strength of
natural soils. Geotechnique, pp. 265-267.
WASTI Y., BEZIRCI M.H. 1986. Determination of consistency limits of soils by the fall cone test.
Canadian Geotechnical Journal, pp. 241-246.
WALLACE G.B., OTTO W.C. 1964. Differential settlement at Selfridge Air Force Base. Journal
of the Soil Mechanics and Foundation Division, ASCE, Vol. 90, SM5, pp. 197-220.
W EISSMANN G.F., W HITE S . R. 1961. Small angular deflexions of rigid foundations.
Geotechnique, Vol. XI, no 3, p. 186.
W INDISCH E.J., YONG R.N. 1990. A statistical evaluation of some engineering properties of
eastern Canadian clays. Canadian Geotechnical Journal. pp. Vol. 27, p. 373.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 10-9

WINTERS W.J. 2000. Stress history and geotechnical properties of sediment from the cape Fear
Diapir, Blake Ridge Diapir, and Blake Ridge. Proc. of Ocean Drilling Program, Scientific
Results, vol. 164.
WROTH C.P. 1972. General theories of earth pressure and deformation. Proc. 5th European Conf.
on Soil Mech. and Found. Eng., Spain, Vol. 2, pp. 33-52.
W ROTH C.P., WOOD D.M. 1978. The correlation of index properties with some basic
engineering properties of soil. Canadian Geotechnical Journal, p. 137.
W HYTE I.L. 1982. Soil plasticity and strength – a new approach using extrusion. Ground
Engineering, Vol 15 (1), pp. 16-24.
YAN L., BYRNE P.M. 1989. Application of hydraulic gradient similitude method to small-scale
footing test sand. Canadian Geotechnical Journal, Vol. 26, p. 246.
ZHOU S. 1997. Caractérisation des sols de surface à l’aide du pénétromètre dynamique léger à
énergie variable type « Panda ». Thèse doctorat de l’Université Blaise Pascal, France.
– Earth Manual. United States Department of the Interior, Bureau of Reclamation, Water
Ressource Technical Publication, Denver, Colorado.
– 1992. Canadian foundation engineering manual. Canadian Geotechnical Society.
– Design Manual – Soil mechanics, foundation, and earth structures. NAVDOCKS DM-7,
Dep. of the navy, Bureau of Yards and Docks, Washington D.C., USA.
– ASTM Standards D 2487 : Classification of Soils for Engineering Purposes (Unified Soil
Classification System)
– DIN 4094 1990. Beiblatt1. Baugrund-Erkundung durch Sondierungen, Anwendungshilfen,
Erklärungen.
– EN 1997-1 1997. Geotechnical design – Part 1: Genreal rules
– EN 1997-2 1997. Geotechnical design – Part 2: Design assisted by laboratory testing.
– EN 1997-3 1997. Geotechnical design – Part 3: Design assisted by field testing.
– Unified Soil Classification System, Technical Memorandum 3-357, US Waterways
Experiment Station, 1953, Vicksburg, Miss.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 11-1

11. Symboles utilisés

11.1 Statistique
x moyenne des valeurs d’un échantillon statistique
µ moyenne des valeurs d’une population statistique
N nombre d’objets d’une population
n nombre de valeurs d’un échantillon statistique
s écart type d’un échantillon statistique
S écart type d’une population
s2 variance d’un échantillon statistique
S2 variance d’une population
txx% valeur t de Student pour un niveau de confiance de xx%
V coefficient de variation
xd valeur de calcul des propriétés des sols et des roches
xi valeur d’une observation (résultat essai)
xk valeur caractéristique des propriétés des sols et des roches
γm coefficient de sécurité partiel relatif à la propriété du sol considéré

11.2 Mécanique des sols


c' cohésion effective [kPa]
Cc indice de compression [-]
Cs indice de gonflement [-]
Cα indice de compression secondaire [-]
Cud uniformité de la courbe granulométrique [-]
Ccd courbure de la courbe granulométrique [-]
cu cohésion apparente (non drainée), en général par compression simple [kPa]
cup cohésion apparente par pénétomètre de poche [kPa]
cur cohésion remaniée [kPa]
cus cohésion apparente par scissomètre [kPa]
cv coefficient de consolidation [m2·s-1]
e indice de vide [-]
E module de déformation linéaire [kPa], [MPa]
e0 indice de vide initial [-]
en indice de vide naturel [-]
Eœd module œdométrique [kPa], [MPa]
Em module de Ménard (pressiomètre) [kPa], [Mpa]
11-2 SYMBOLES UTILISÉS

ERr rapport énergétique, à savoir le rapport entre l’énergie réelle délivrée


sous le carottier SPT et l’énergie calculée par la hauteur de chute et la
masse du mouton [%]
Ev module de l’essai de plaque [kPa], [MPa]
fs résistance latérale unitaire (CPT) [kPa], [MPa]
G module de cisaillement [kPa], [Mpa]
IC indice de consistance = (wL – w) / (wL – wP) [–]
ID densité relative = 100·((emax – e) / (emax – emin)) [%]
If indice de résistance latérale (CPT) = qc / fs [–]
IL indice de liquidité = (w –wP) / IP [–]
IP indice de platicité [%]
k conductivité hydraulique (Darcy) = perméabilité [m.s-1]
ks module de réaction [kN·m-3]
ME module de l'essai de plaque [kPa], [MPa]
mv coefficient de compressibilité [kPa-1], [MPa-1]
NSPT nombre de coups pour l’enfoncement du carottier SPT de 300 mm
(mouton de 63.5 kg) [nbre coups]
NSPT60 valeur NSPT corrigée pour rapport énergétique ERr de 60% [nbre coups]
N1 SPT60 valeur NSPT corrigée pour rapport énergétique ERr de 60% et une
contrainte verticale de 100 kPa [nbre coups]
NM20 nombre de coups pour l’enfoncement du cône du pénétromètre
von Moos (SN 670 417) de 200 mm (mouton de 30 kg) [nbre coups]
N10 nombre de coups pour l’enfoncement du cône des pénétromètres
DP de 100 mm [nbre coups]
pf pression de fluage (pressiomètre) [kPa]
p1 pression limite (pressiomètre) [kPa]
p1m pression limite modifiée (pressiomètre) [kPa]
qc résistance de pointe statique (CPT) [kPa]
qd résistance de pointe dynamique (DP, SPT) [kPa]
qu résistance à la compression simple [kPa]
rd résistance dynamique (DP, SPT) [kPa]
s pente de la relation : déformation = f(pression appliquée) dans un diagramme
doublement logarithmique (pressiomètre) [–]
Sr degré de saturation [% ou -]
St sensibilité = cu / cur [–]
w teneur en eau massique [% de la masse]
wL limite de liquidité [%]
wP limite de plasticité [%]
wopt teneur en eau optimale (essai Proctor) [%]
wopn -3
teneur en eau optimale pour essai Proctor standard, énergie = env. 0.6 MJ·m [%]
wopm -3
teneur en eau optimale pour essai Proctor modifié, énergie = env. 2.6 MJ·m [%]
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS 11-3

εc déformation volumétrique de la cavité (pressiomètre) [%]


Φ' angle de frottement effectif [°]
Φu angle de frottement apparent (non drainé) [°]
Φ’cv angle de frottement effectif à volume constant (pressiomètre) [°]
γ poids volumique (apparent) du sol [kN.m-3]
γd poids volumique du sol sec [kN.m-3]
γs poids volumique des particules solides [kN.m-3]
γsat poids volumique du sol saturé [kN.m-3]
γd opt poids volumique optimal du sol sec (essai Proctor) [kN.m-3]
γd opn poids volumique optimal du sol sec pour essai Proctor standard ,
énergie = env. 0.6 MJ·m-3 [kN.m-3]
γd opm poids volumique optimal du sol sec pour essai Proctor modifié ,
énergie = env. 2.6 MJ·m-3 [kN.m-3]
ν coefficient de Poisson [-]
ρ masse volumique (apparente) du sol [t.m-3]
ρd masse volumique du sol sec [t.m-3]
ρs masse volumique des particules solides [t.m-3]
ρ sat masse volumique du sol saturé [t.m-3]
ρw masse volumique de l'eau [t.m-3]
ρ d opt masse volumique optimale du sol sec (essai Proctor) [t.m-3]
ρ d opn masse volumique optimale du sol sec pour essai Proctor standard ,
énergie = env. 0.6 MJ·m-3 [t.m-3]
ρ d opm masse volumique optimale du sol sec pour essai Proctor modifié ,
énergie = env. 2.6 MJ·m-3 [t.m-3]
σ' contrainte effective [kPa]
σ contrainte totale [kPa]
σh contrainte horizontale totale (pressiomètre) [kPa]
σ1,2,3 contraintes principales [kPa]
σ’v0 contraintes verticale initiale effective [kPa]
τ contrainte de cisaillement [kPa]
ψ angle de dilatance [°]
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

ANNEXES

Fiches de corrélation et leurs annexes

Les fiches sont numérotées par le nom d’un domaine et par un numéro. Les domaines sont les
suivants :
• Déformation,
• Résistance,
• P erméabilité
• Autres.

Les symboles utilisés sur les fiches sont définis au chapitre 11.

A-1
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-3
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 01 Cc = f(e0)

Auteur(s) Dascal O., Laroque G. S. Année publication 1973


Titre Caractéristiques de compressibilité des argiles du complexe Nottaway - Broadback - Rupert (Baies James)

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 41-63

Sol(s) : Argile lacustre CH


Résumé
Des investigations géologiques et géotechniques, effectuées dans la région sud-est de la Baie James, ont mis en évidence la
présence de deux types d’argile, une argile pro-glaciaire d’origine lacustre sous-jacente à une argile marine post-glaciaire. Les
deux argiles sont caractérisées par une grande sensibilité, une faible résistance au cisaillement et une grande compressibilité.
Elles sont des argiles normalement consolidées au point de vue géologique, mais elles exhibent une ‘quasi préconsolidation’
importante. Les corrélations entre les caractéristiques physiques et de compressiblité sont déterminées grâce à 70 essais de
consolidation. Bonne qualité des échantillons (non-remaniés).
Examen visuel: succession de couches de silt argileux gris clair et d’argile très plastique foncée. Impossible d’établir les
caractéristiques individuelles de chaque couche (foncée et claire), Hyp. : sol homogène. Il s’agit d’une argile inorganique de
grande plasticité, CH. Similitude avec les argiles molles (Champlain, argile marine norvégienne).
La ligne de régression a les caractéristiques suivantes :

CC=1.43e0-1.11
r=0.86 (Coefficient de corrélation),
n=24 (Nombre d’échantillons)

Voir aussi les tableaux de l’annexe aux fiches D-01, 02, 18, 19, 20, 39, 40 avec toutes les valeurs.
A-4 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 02 Cc = f(e0)

Auteur(s) Dascal O., Laroque G. S. Année publication 1973


Titre Caractéristiques de compressibilité des argiles du complexe Nottaway - Broadback - Rupert (Baie James)

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 41-63

Sol(s) : Argile marine (Rivière Rupert)


Résumé
Des investigations géologiques et géotechniques, effectuées dans la région sud-est de la Baie James, ont mis en évidence la
présence de deux types d’argile, une argile pro-glaciaire d’origine lacustre sous-jacente à une argile marine post-glaciaire. Les
deux argiles sont caractérisées par une grande sensibilité, une faible résistance au cisaillement et une grande compressibilité.
Elles sont des argiles normalement consolidées au point de vue géologique, mais elles exhibent une ‘quasi préconsolidation’
importante. Les corrélations entre les caractéristiques physiques et de compressiblité sont déterminées grâce à 70 essais de
consolidation. Bonne qualité des échantillons (non-remaniés).
Origine marine assez silteux, alternance de couches d’argile silteuse et de bandes plus minces de silt et sable fin.
La ligne de régression a les caractéristiques suivantes :

CC=0.92e0-0.557
r=0.84 (Coefficient de corrélation), n=44 (Nombre d’échantillons)

voir aussi les tableaux de l’annexe aux fiches D-01, 02, 18, 19, 20, 39, 40 avec toutes les valeurs.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-5
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 03 Cc = f(e0)

Auteur(s) Dzwilewski P. T., Richards A. F. Année publication 1974


Titre Consolidation Properties of Wilkinson Basin Soils

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Volume, pages 1175-1179

Sol(s) : Argiles marines très plastiques CH


Résumé
Le sol est une argile limoneuse avec les caractéristiques suivantes :
w = 160 %
wL = 123 %
wP = 47 %
3
ρsat = 1.325 t/m

Le résultat d’une régression linéaire nous donne l’équation suivante :

CC = 0.34 ( e0 + 0.05)
A-6 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 04 Cc = f(e0)

Auteur(s) Krizek R. J., Corotis R. B., El-Moursi H. H. Année publication 1977


Titre Probabilistic analysis of predicted and measured settlements

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 17ss

Sol(s) : argile glaciaires (CL / CH)


Résumé
Les méthodes de la théorie des probabilités sont utilisées pour développer des modèles probabilistes de prédiction du
tassement total. Les résultats obtenus avec l’approche probabiliste sont comparés avec les tassements mesurés sur un cas type
bien documenté et complété par de bonnes données d’essais de laboratoire.

CC=0.3498(e0-0.168)
r=0.662 (Coefficient de corrélation)

Voir aussi dessin sur l’annexe aux fiches D-04 et D-05


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-7
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 05 Cc / (1+e0) = f(e0)

Auteur(s) Krizek Raymond J., Corotis Ross B., El-Moursi Houssan H. Année publication 1977
Titre Probabilistic analysis of predicted and measured settlements

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 17ss

Sol(s) : Argiles glaciaires (CL / CH)


Résumé
Les méthodes de la théorie des probabilités sont utilisées pour développer des modèles probabilistes de prédiction du
tassement total. Les résultats obtenus avec l’approche probabiliste sont comparés avec les tassements mesurés sur un cas type
bien documenté et complété par de bonnes données d’essais de laboratoire.

CC / (1+e0) = 0.1843(e0-0.087)
r=0.680 (Coefficient de corrélation)

voir dessin sur l’annexe aux fiches D-04 et D-05


A-8 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 06 Cc = f(e0)

Auteur(s) Kogure Keiji, Ohira Yoshinori Année publication 1977


Titre Statistical forecasting of compressibility of peaty ground

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 562ss

Sol(s) : tourbe et argile varvée


Résumé
Des méthodes statistiques sont utilisées pour prédire la compressibilité d’un sol tourbeux. A partir des résultats de plus de
100 essais de consolidation sur des échantillons intacts de tourbe et d’argile varvée, diverses équations de régression sont
établies pour l’estimation de l’indice de compression en fonction de propriétés physiques du sol faciles à déterminer. Ces
équations de regression sont ensuite comparées à celles rapportées dans d’autres études. Les relations statistiques obtenues
sont valables pour les sols tourbeux et argiles varvées de la région de Ishikari, Hokkaido, Japon. Il faut tenir compte de leur
caractère approximatif et donc être prudent dans leur utilisation.

Corrélation entre l’indice de vide et l’indice de compression. (échelle logarithmique)


1.17
CC=0.370 e0 r=0.917 (Coefficient de corrélation)

Voir aussi fiche no. Déformation-07


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-9
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 07 Cc = f(e0)

Auteur(s) Kogure Keiji, Ohira Yoshinori Année publication 1977


Titre Statistical forecasting of compressibility of peaty ground

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 562ss

Sol(s) : Tourbe et argile varvée


Résumé
Des méthodes statistiques sont utilisées pour prédire la compressibilité d’un sol tourbeux. A partir des résultats de plus de
100 essais de consolidation sur des échantillons intacts de tourbe et d’argile. Diverses équations de régression sont établies
pour l’estimation de l’indice de compression en fonction de propriétés physiques du sol faciles à déterminer. Ces équations de
regression sont ensuite comparées à celles rapportées dans autres études. Les relations statistiques obtenues sont valables pour
les sols tourbeux et les argiles varvées de la région de Ishikari, Hokkaido, Japon. Il faut tenir compte de leur caractère
approximatif et donc être prudent dans leur utilisation.

Corrélation entre l’indice de vide et l’indice de compression :

CC = 0.62(e0-0.56) r=0.918 (Coefficient de corrélation)

Voir aussi fiche no. Déformation 06


A-10 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 08 Cc = f(e0)

Auteur(s) Kogure K. and Ohira Y. Année publication 1977


Titre Statistical forecasting of compressibility of peaty ground

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 14, p. 562

Sol(s) : Tourbe et argile varvée


Résumé

Voir aussi fiches Déformation 32 et 52


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-11
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 09 Cc = f(e0)

Auteur(s) Kogure K. and Ohira Y. Année publication 1977


Titre Statistical forecasting of compressibility of peaty ground

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 14, p. 562

Sol(s) : Tourbe et argile varvée


Résumé

Voir aussi fiche Déformation 52


A-12 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 10 Cc = f(e0)

Auteur(s) Leroueil Serge, Tavenas François Année publication 1983


Titre Propriétés caractéristiques des argiles de l’est du Canada.

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 681-705

Sol(s) : argiles marines


Résumé
La compilation de nombreuses données géotechniques a permis de définir les principales caractéristiques physiques,
mécaniques et hydrauliques des argiles marines et lacustres de l’est du Canada, et d’établir des corrélations entre certaines de
leurs propriétés. Les argiles de l’est du Canada présentent un comportement semblable à celui des autres argiles, mais sont
caractérisées par un degré de structuration plus élevé.

Pour les argiles de la mer de Champlain (Canada), le graphique nous montre une grande dispersion.

Relation proposée :
2
CC = 0.65 e0 + 0.15 e0 - 0.5
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-13
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 11 Cc = f(e0)

Auteur(s) Lefebvre G. et al. Année publication 1984


Titre Laboratory testing and in situ behaviour of peat as embankment foundation

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 21, p. 322

Sol(s) : Tourbe
Résumé

Cc / (1 + e0) = 0.40 à 0.45


avec :
σ’v0 / p’c = 20

Voir aussi fiche Déformation 44


A-14 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 12 Cc = f( e0 )

Auteur(s) Moulin G. Année publication 1989


Titre Caractérisation de l’état limite de l’argile de Pornic

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 26, p. 705

Sol(s) : Argile surconsolidée


Résumé
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-15
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 13 Cc = f(e0)

Auteur(s) Al-Khafaji A. W. N., Andersland O. B. Année publication 1992


Titre Equations for Compression Index Approximation

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Volume, pages 148-153

Sol(s) : Divers sols fins


Résumé
Tableau récapitulatif de diverses expressions trouvées dans la littérature.
A-16 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 14 Cc = f(e0, St)

Auteur(s) Leroueil S. et Tavenas F. Année publication 1983


Titre Propriétés caractéristiques de l’argile de l’Est du Canada

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 20, p. 681

Sol(s) : Argile
Résumé

Voir aussi fiche Déformation 10


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-17
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 15 Cc = f(e0, wL)

Auteur(s) Rendon-Herrero Oswald Année publication 1980


Titre Universal Compression Index Equation

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Volume, pages 1179-1200

Sol(s) : Limons à argiles


Résumé
Des corrélations entre l’indice de compression CC des sols saturés sedimentaires à grains fins et les propriétés de ces sols (e0,
wL, ...) sont données ci-dessous :
A-18 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 16 Cc = f(e0, wL)

Auteur(s) Al-Khafaji A. W. N., Andersland O. B. Année publication 1992


Titre Equations for Compression Index Approximation

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Volume, pages 148-153

Sol(s) : Argiles
Résumé
Azzouz (1976) propose l’équation suivante, pour des argiles :

CC = 0.37 ( e0 + 0.003 wL -0.34 )


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-19
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 17 Cc = f(e0, wL)

Auteur(s) Al-Khafaji A. W. N., Andersland O. B. Année publication 1992


Titre Equations for Compression Index Approximation

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Volume, pages 148-153

Sol(s) : Tous les sols fins


Résumé
Les auteurs proposent la relation suivante, basée sur 72 essais réalisés par Herrero (1980) :

CC = -0.156 + 0.411 e0 + 0.00058 wL r = 95.7%

La représentation graphique ci-dessous est celle d’Herrero. Elle est totalement différente de celle que l’on pourrait obtenir avec
la formule ci-dessus !
A-20 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 18 Cc = f(w)

Auteur(s) Dascal O., Laroque G. S. Année publication 1973


Titre Caractéristiques de compressibilité des argiles du complexe Nottaway - Broadback - Rupert (Baie James)

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 41-63

Sol(s) : Argile lacustre


Résumé
Des investigations géologiques et géotechniques, effectuées dans la région sud-est de la Baie James, ont mis en évidence la
présence de deux types d’argile, une argile pro-glaciaire d’origine lacustre sous-jacente à une argile marine post-glaciaire. Les
deux argiles sont caractérisées par une grande sensibilité, une faible résistance au cisaillement et une grande compressibilité.
Ce sont des argiles normalement consolidées au point de vue géologique, mais elles exhibent une ‘quasi préconsolidation’
importante. Les corrélations entre les caractéristiques physiques et de compressiblité sont trouvées grâce à 70 essais de
consolidation. Bonne qualité des échantillons (non-remaniés).
Examen visuel: succession de couches de silt argileux gris clair et d’argile très plastique foncée. Impossible d’établir les
caractéristiques individuelles de chaque couche (foncée et claire), Hyp. : sol homogène. Il s’agit d’une argile inorganique de
grande plasticité, CH. Similitude avec les argiles molle (Champlain, argile marine norvégienne).
La ligne de régression à les caractéristiques suivantes :
CC=0.042w-1.314
r=0.85 (Coefficient de corrélation), n=23 (Nombre d’échantillons)

voir aussi les tableaux de l’annexe aux fiches D-01, 02, 18, 19, 20, 39, 40 avec toutes les valeurs.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-21
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 19 Cc = f(w)

Auteur(s) Dascal O., Laroque G. S. Année publication 1973


Titre Caractéristiques de compressibilité des argiles du complexe Nottaway - Broadback - Rupert (Baie James)

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 41-63

Sol(s) : Argile varvée


Résumé
Des investigations géologiques et géotechniques, effectuées dans la région sud-est de la Baie James, ont mis en évidence la
présence de deux types d’argile, une argile pro-glaciaire d’origine lacustre sous-jacente à une argile marine post-glaciaire. Les
deux argiles sont caractérisées par une grande sensibilité, une faible résistance au cisaillement et une grande compressibilité.
Ce sont des argiles normalement consolidées au point de vue géologique, mais elles exhibent une ‘quasi préconsolidation’
importante. Les corrélations entre les caractéristiques physiques et de compressiblité sont trouvées grâce à 70 essais de
consolidation. Bonne qualité des échantillons (non-remaniés).
Argile d’origine marine assez silteuse, alternance de couches d’argile silteuse et de bandes plus minces de limon et sable fin.
La ligne de régression a les caractéristiques suivantes :
CC=0.022w-0.452
r=0.89 (Coefficient de corrélation)
n=37 (Nombre d’échantillons)

voir aussi les tableaux de l’annexe aux fiches D-01, 02, 18, 19, 20, 39, 40 avec toutes les valeurs.
A-22 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 20 Cc = f(w)

Auteur(s) Dascal O., Laroque G. S. Année publication 1973


Titre Caractéristiques de compressibilité des argiles du complexe Nottaway - Broadback - Rupert (Baie James)

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 41-63

Sol(s) : Argiles lacustres et marines


Résumé
Des investigations géologiques et géotechniques, effectuées dans la région sud-est de la Baie James, ont mis en évidence la
présence de deux types d’argile, une argile pro-glaciaire d’origine lacustre sous-jacente à une argile marine post-glaciaire. Les
deux argiles sont caractérisées par une grande sensibilité, une faible résistance au cisaillement et une grande compressibilité.
Ce sont des argiles normalement consolidées au point de vue géologique, mais elles exhibent une ‘quasi préconsolidation’
importante. Les corrélations entre les caractéristiques physiques et de compressiblité sont trouvées grâce à 70 essais de
consolidation. Bonne qualité des échantillons (non-remaniés).

Comparaison avec les corrélations de Nishida (1962) et Terzaghi & Peck (1948).

voir aussi les tableaux de l’annexe aux fiches D-01, 02, 18, 19, 20, 39, 40 avec toutes les valeurs.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-23
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 21 Cc = f(w)

Auteur(s) Mesri Gholamreza, Rokshar Anoushiravan Année publication 1974


Titre Theory of Consolidation for Clays

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Volume, pages 889-903

Sol(s) : Divers
Résumé
Un résumé de la corrélation entre la teneur en eau et l’indice de compression est présenté dans le graphique ci-dessous, pour
des dépôts naturels.
A-24 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 22 Cc = f(w)

Auteur(s) Kogure Keiji, Ohira Yoshinori Année publication 1977


Titre Statistical forecasting of compressibility of peaty ground

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 562ss

Sol(s) : tourbe et argile varvée


Résumé
Des méthodes statistiques sont utilisées pour prédire la compressibilité d’un sol tourbeux. A partir des résultats de plus de
100 essais de consolidation sur des échantillons intacts de tourbe et d’argile varvée, diverses équations de régression sont
établies pour l’estimation de l’indice de compression en fonction de propriétés physiques du sol faciles à déterminer. Ces
équations de régression sont ensuite comparées à celles rapportées dans autres études. Les relations statistiques obtenues sont
valables pour les sols tourbeux et les argiles varvées de la région de Ishikari, Hokkaido, Japon.

Corrélation entre la teneur en eau et l’indice de compression. (Echelle logarithmique) :

CC=0.00782 w1.07 r=0.916 (Coefficient de corrélation)

Voir aussi fiche Déformation 23


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-25
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 23 Cc = f(w)

Auteur(s) Kogure Keiji, Ohira Yoshinori Année publication 1977


Titre Statistical forecasting of compressibility of peaty ground

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 562ss

Sol(s) : Tourbe et argile varvée


Résumé
Des méthodes statistiques sont utilisées pour prédire la compressibilité d’un sol tourbeux. A partir des résultats de plus de
100 essais de consolidation sur des échantillons intacts de tourbe et d’argile varvée, diverses équations de régression sont
établies pour l’estimation de l’indice de compression en fonction de propriétés physiques du sol faciles à déterminer. Ces
équations de régression sont ensuite comparées à celles rapportées dans autres études. Les relations statistiques obtenues sont
valables pour les sols tourbeux et les argiles varvées de la région de Ishikari, Hokkaido, Japon.

Corrélation entre la teneur en eau et l’indice de compression :

CC = 0.013( w-7 ) r=0.918 (Coefficient de corrélation)

Voir aussi fiche Déformation 22


A-26 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 24 Cc = f(w)

Auteur(s) Rivard P. J., Goodwin T. E. Année publication 1978


Titre Geotechnical characteristics of compacted clays for earth embankments in the Prairie provinces.

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 391ss

Sol(s) : Argile alluvionaire et glaciaire


Résumé
Les caractéristiques géotechniques des sols compactés utilisés par le Praire Farm Rehabilitation Administration (Canada) dans
les remblais en terre ont été mises en relation avec les propriétés des sols qui peuvent être facilement déterminées.
Les données suggèrent que des caractéristiques similaires vont être obtenues pour des sols alluvionaires et glaciaires compactés
en laboratoire ou sur chantier lorqu’ils sont mis en place avec l’énergie de compactage du Proctor standard à des teneurs en
eau, densités et limites de liquidité similaires. L’argile alluvionaire est utilisée pour qualifier des argiles déposées dans des
conditions lacustres ou fluviales alors que l’argile glaciaire est déposée par un glacier.

Les essais de consolidation ont été faits sur des échantillons de sols compactés (Proctor Standard).

Corrélation entre l’indice de compression et la teneur en eau :

Cc = 0.0102 · w– 0,004

Remarque: pas de différence significative entre les sols compactés en laboratoire et sur place.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-27
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 25 Cc = f(w)

Auteur(s) Peters N., Lamb K. N. Année publication 1979


Titre Experiences with alluvial foundations for earth dams in the Praire provinces.

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 255-271

Sol(s) : Argile non remaniée


Résumé
Les fondations de nombreux barrages dans les vallées pro-glaciaires et inter-glaciaires des provinces des Praires (Canada) sont
constituées de sols alluvionaires mous. Les dépôts ont jusqu’à 60 m d’épaisseur et contiennent d’épaisses couches d’argile
interstratifiée de couches et lentilles de limon, sable et gravier.

On présente également des relations empiriques entre les propriétés physiques et les essais d’identifications des sols, qui
constituent un guide utile lors des études préliminaires.
A-28 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 26 Cc = f(w)

Auteur(s) Al-Khafaji A. W. N., Andersland O. B. Année publication 1992


Titre Equations for Compression Index Approximation

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Volume, pages 148-153

Sol(s) : Argiles, tourbes, limons organiques


Résumé

Tableau récapitulatif de diverses expressions trouvées dans la littérature :


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-29
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 27 Cc = f(w)

Auteur(s) Finno Richard J., Chung Choong-Ki Année publication 1992


Titre Stress-Strain-Strength Responses of Compressible Chicago Glacial Clays

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Volume, pages 1607-1625

Sol(s) : Argiles glaciaires


Résumé

Les auteurs montrent que la relation de Peck et Reed (1954) :

CC = 1.766 (w/100)2 + 0.593 w/100 - 0.0135

convient aux sols examinés.


A-30 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 28 Cc = f(w, wL)

Auteur(s) Al-Khafaji A. W. N., Andersland O. B. Année publication 1992


Titre Equations for Compression Index Approximation

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Volume, pages 148-153

Sol(s) : Argiles
Résumé
Azzouz (1976) propose l’équation suivante, pour des argiles :

CC = 0.009 w + 0.002 wL - 0.10


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-31
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 29 Cc = f(wL)

Auteur(s) Rivard P. J., Goodwin T. E. Année publication 1978


Titre Geotechnical characteristics of compacted clays for earth embankments in the Prairie provinces.

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 391ss

Sol(s) : Argile alluvionaire et glaciaire


Résumé
Les caractéristiques géotechniques des sols compactés utilisés par le Praire Farm Rehabilitation Administration (Canada) dans
les remblais en terre ont été mises en relation avec les propriétés des sols qui peuvent être facilement déterminées.
Les données suggèrent que des caractéristiques similaires vont être obtenues pour des sols alluvionaires et glaciaires compactés
en laboratoire ou sur chantier lorqu’ils sont mis en place avec l’énergie de compactage du Proctor standard à des teneurs en
eau, densités et limites de liquidité similaires. L’argile alluvionaire est utilisée pour qualifier des argiles déposées dans des
conditions lacustres ou fluviales alors que l’argile glaciaire est déposée par un glacier.

Les essais de consolidation ont été faits sur des échantillons de sols compactés (Proctor Standard).

Corrélation entre l’indice de compression et la limite de liquidité :

Cc = 0.0047 · wL– 0.003

Remarques: pas de différence significative entre les sols compactés en laboratoire et sur place.
A-32 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 30 Cc = f(wL)

Auteur(s) Mayne Paul W., A. M. ASCE Année publication 1980


Titre Cam-Clay Predictions of Undrained Strength

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Volume, pages 1219-1242

Sol(s) : Argiles CL, CM, CH


Résumé
Dans cet article on a à disposition les résultats de 96 sols différents.

CC = (wL - 13) / 109 r=0.813 (Coefficient de corrélation)

Voir Annexe fiches D-30, D37 et R-08


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-33
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 31 Cc = f(wL, wn et e0)

Auteur(s) Al-Khafaji A. W. N., Andersland O. B. Année publication 1992


Titre Equations for Compression Index Approximation

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Volume, pages 148-153

Sol(s) : Argiles
Résumé
Tableau récapitulatif de diverses expressions trouvées dans la littérature.
Ce tableau a été traduit en français et complété avec d’autres relations trouvées dans l’article.
A-34 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 32 Cc = f( γ d )

Auteur(s) Kogure K. and Ohira Y. Année publication 1977


Titre Statistical forecasting of compressibility of peaty ground

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 14, p. 562

Sol(s) : Tourbe et argile varvée


Résumé

Voir aussi fiches Déformation 08, 09 et 52


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-35
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 33 Cc = f(ρd)

Auteur(s) Kogure Keiji, Ohira Yoshinori Année publication 1977


Titre Statistical forecasting of compressibility of peaty ground

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 562ss

Sol(s) : tourbe et argile varvée


Résumé
Des méthodes statistiques sont utilisées pour prédire la compressibilité d’un sol tourbeux. A partir des résultats de plus de 100
essais de consolidation sur des échantillons intacts de tourbe et d’argile varvée, diverses équations de régression sont établies
pour l’estimation de l’indice de compression en fonction de propriétés physiques du sol faciles à déterminer. Ces équations de
régression sont ensuite comparées à celles rapportées dans autres études. Les relations statistiques obtenues sont valables pour
les sols tourbeux et les argiles varvées de la région de Ishikari, Hokkaido, Japon.

Corrélation entre l’indice de vide et la masse volumique sèche (échelle logarithmique) :


Cc=0.621 γ d-1.37 r=-0.907 (Coefficient de corrélation)
A-36 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 34 Cc = f(ρd)

Auteur(s) Rivard P. J., Goodwin T. E. Année publication 1978


Titre Geotechnical characteristics of compacted clays for earth embankments in the Prairie provinces.

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 391ss

Sol(s) : Argile alluvionaire et glaciaire


Résumé
Les caractéristiques géotechniques des sols compactés utilisés par le Praire Farm Rehabilitation Administration (Canada) dans
les remblais en terre ont été mises en relation avec les propriétés des sols qui peuvent être facilement déterminées.
Les données suggèrent que des caractéristiques similaires vont être obtenues pour des sols alluvionaires et glaciaires compactés
en laboratoire ou sur chantier lorqu’ils sont mis en place avec l’énergie de compactage du Proctor standard à des teneurs en
eau, densités et limites de liquidité similaires. L’argile alluvionaire est utilisée pour qualifier des argiles déposées dans des
conditions lacustres ou fluviales alors que l’argile glaciaire est déposée par un glacier.

Les essais de consolidation ont été faits sur des échantillons de sols compactés (Proctor Standard).

Corrélation entre l’indice de compression et la masse volumique séche :


-3
Cc = -0.390 · ρ d + 0.856 ρ d en t·m

Remarques: pas de différence significative entre les sols compactés en laboratoire et sur place.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-37
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 35 Cc = f(ρd)

Auteur(s) Peters N., Lamb K. N. Année publication 1979


Titre Experiences with alluvial foundations for earth dams in the Praire provinces.

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 255-271

Sol(s) : Argile non remaniée


Résumé
Les fondations de nombreux barrages dans les vallées pro-glaciaires et inter-glaciaires des provinces des Praires (Canada) sont
constituées de sols alluvionaires mous. Les dépôts ont jusqu’à 60 m d’épaisseur et contiennent d’épaisses couches d’argile
interstratifiée de couches et lentilles de limon, sable et gravier.
A-38 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 36 Cc = f(ρd)

Auteur(s) Rendon-Herrero Oswald Année publication 1980


Titre Universal Compression Index Equation

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Volume, pages 1179-1200

Sol(s) : SM, CL, CM, CH, OH


Résumé
Sur la base des essais résumés dans l’annexe à la fiche D-36, l’auteur a réussi à établir une corrélation entre l’indice de
compression et la masse volumique sèche (ρd) :

CC = 0.5 ( γ w / γ d ) 1.2

Voir aussi Annexe fiche D-36


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-39
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 37 Cc = f(IP)

Auteur(s) Mayne Paul W., A. M. ASCE Année publication 1980


Titre Cam-Clay Predictions of Undrained Strength

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Volume, pages 1219-1242

Sol(s) : Argiles CM, CL, CH


Résumé
Dans cet article on a à disposition les résultats d’essais effectués sur 96 sols différents.

CC = (IP + 26) / 138 r=0.745 (Coefficient de corrélation)

Voir Annexe fiches D-30, D-37 et R-08


A-40 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 38 Cc = f(IP)

Auteur(s) Nakase Akio, Kamei Takeshi, Kusakabe Osamu Année publication 1988
Titre Constitutive Parameters Estimated by Plasticity Index

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Volume, pages 844-857

Sol(s) : Divers
Résumé
12 sols de diffèrentes parties du Japon ont été utilisés pour une série de tests (voir Annexe fiches D-38 et D-43)
Une relation entre l’indice de compression et l’indice de plasticité a été trouvée :

C C = 0.02 + 0.0045 IP r = 0.98

Voir Annexe fiches D-38 et D-43


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-41
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 39 Cc / (1+e0) = f(e0)

Auteur(s) Dascal O., Laroque G. S. Année publication 1973


Titre Caractéristiques de compressibilité des argiles du complexe Nottaway - Broadback - Rupert (Baie James)

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 41-63

Sol(s) : Argiles glaciaires et marines


Résumé
Des investigations géologiques et géotechniques, effectuées dans la région sud-est de la Baie James, ont mis en évidence la
présence de deux types d’argile, une argile pro-glaciaire d’origine lacustre sous-jacente à une argile marine post-glaciaire. Les
deux argiles sont caractérisées par une grande sensibilité, une faible résistance au cisaillement et une grande compressibilité.
Ce sont des argiles normalement consolidées au point de vue géologique, mais elles exhibent une ‘quasi préconsolidation’
importante. Les corrélations entre les caractéristiques physiques et de compressiblité sont trouvées grâce à 70 essais de
consolidation. Bonne qualité des échantillons (non-remaniés).

Pour ces argiles lacustres et marines, la ligne de régression a les caractéristiques suivantes :
CC / (1+e0)=0.339e0-0.160
r=0.90 (Coefficient de corrélation)
n=63 (Nombre d’échantillons)

Remarque : une analyse d’ensemble a été faite pour les deux types d’argile

voir aussi les tableaux de l’annexe aux fiches D-01, 02, 18, 19, 20, 39, 40 avec toutes les valeurs.
A-42 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 40 Cc / (1+e0) = f(w)

Auteur(s) Dascal O., Laroque G. S. Année publication 1973


Titre Caractéristiques de compressibilité des argiles du complexe Nottaway - Broadback - Rupert (Baie James)

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 41-63

Sol(s) : Argiles glaciaires et marines


Résumé
Des investigations géologiques et géotechniques, effectuées dans la région sud-est de la Baie James, ont mis en évidence la
présence de deux types d’argile, une argile pro-glaciaire d’origine lacustre sous-jacente à une argile marine post-glaciaire. Les
deux argiles sont caractérisées par une grande sensibilité, une faible résistance au cisaillement et une grande compressibilité.
Ce sont des argiles normalement consolidées au point de vue géologique, mais elles exhibent une ‘quasi préconsolidation’
importante. Les corrélations entre les caractéristiques physiques et de compressiblité sont trouvées grâce à 70 essais de
consolidation. Bonne qualité des échantillons (non-remaniés).

Pour ces argiles lacustres et marines, la ligne de régression a les caractéristiques suivantes :
CC/(1+e0)=0.0096w-0.167
r=0.91 (Coefficient de corrélation)
n=61 (Nombre d’échantillons)

Remarques: une analyse d’ensemble a été faite pour les deux types d’argile.

voir aussi les tableaux de l’annexe aux fiches D-01, 02, 18, 19, 20, 39, 40 avec toutes les valeurs.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-43
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 41 Cc / (1+e0) = f(w)

Auteur(s) Leroueil Serge, Tavenas François Année publication 1983


Titre Propriétés caractéristiques des argiles de l’est du Canada.

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 681-705

Sol(s) : Argiles marines


Résumé
La compilation de nombreuses données géotechniques a permis de définir les principales caractéristiques physiques,
mécaniques et hydrauliques des argiles marines et lacustres de l’est du Canada, et d’établir des corrélations entre certaines de
ces propriétés. Les argiles de l’est du Canada présentent un comportement semblable à celui des autres argiles, mais sont
caractérisées par un degré de structuration plus élevé.

Relation proposée pour les argiles de la mer de Champlain :

CC / (1+e0) = 0.018w - 0.5

Voir aussi fiches Déformation 40 et 10


A-44 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 42 Cc = f(type de sol)

Auteur(s) Holtz Robert D. , Kovacs William D. Année publication 1991


Titre Introduction à la géotechnique

Revue, éditeur Editions de l'Ecole Polytechnique de Montréal Volume, pages 374-375

Sol(s) : Divers
Résumé
Il est courant de supposer que CS est égal à 5 à 10 % de CC . De façon générale CS est compris entre 0.015 et 0.035 (Leonards,
1976). La limite inférieure s’applique aux argiles présentant de faibles valeurs de plasticité et un rapport de surconsolidation
peu élevé. Les valeurs inférieures à 0.005 ou supérieures à 0.05 doivent être considérées comme douteuses.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-45
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 43 Cs = f(IP)

Auteur(s) Nakase Akio, Kamei Takeshi, Kusakabe Osamu Année publication 1988
Titre Constitutive Parameters Estimated by Plasticity Index

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Volume, pages 844-857

Sol(s) : Divers
Résumé
12 sols de différentes parties du Japon ont été utilisés pour une série de tests (voir Annexe fiches D-38 et D-43)
Une relation entre l’indice de gonflement et l’indice de plasticité a été trouvée :

C S = 0.00084 ( IP - 4.6 ) r = 0.94

Voir Annexe fiches D-38 et D-43


A-46 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 44 Cα = f(Cc)

Auteur(s) Lefebvre G. et al. Année publication 1984


Titre Laboratory testing and in situ behaviour of peat as embankment foundation

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 21, p. 322

Sol(s) : Tourbe et argile


Résumé

Cα / Cc = env. 0.06
Mesri et Godlewski (1977) avaient donné pour l’argile un rapport de 0.04.

Voir aussi fiche Déformation 11


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-47
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 45 cv = f( e )

Auteur(s) Lumb Peter Année publication 1962


Titre The properties of decomposed granite

Revue, éditeur Géotechnique Volume, pages Vol. XII, no 3, p. 226

Sol(s) : Granite décomposé (kaolinite et quartz)


Résumé
A-48 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 46 cv = f(wL)

Auteur(s) Holtz Robert D. , Kovacs William D. Année publication 1991


Titre Introduction à la géotechnique

Revue, éditeur Editions de l'Ecole Polytechnique de Montréal Volume, pages 443

Sol(s) : Divers sols fins


Résumé
La figure ci-dessous montre la corrélation approximative de cv en fonction de la limite de liquidité.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-49
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 47 cv = f(type de sol)

Auteur(s) Holtz Robert D. , Kovacs William D. Année publication 1991


Titre Introduction à la géotechnique

Revue, éditeur Editions de l'Ecole Polytechnique de Montréal Volume, pages 443

Sol(s) : Divers
Résumé
Le tableau ci-dessous donne des valeurs caractéristiques du coefficient de consolidation cv .
A-50 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 48 mv = f( e0 )

Auteur(s) Lumb Peter Année publication 1962


Titre The properties of decomposed granite

Revue, éditeur Géotechnique Volume, pages Vol. XII, no 3, p. 226

Sol(s) : Granite décomposé (kaolinite et quartz)


Résumé
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-51
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 49 p'c = f(IL)

Auteur(s) Rivard P. J., Goodwin T. E. Année publication 1978


Titre Geotechnical characteristics of compacted clays for earth embankments in the Prairie provinces.

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 391ss

Sol(s) : Argile alluvionaire et glaciaire


Résumé
Les caractéristiques géotechniques des sols compactés utilisés par le Praire Farm Rehabilitation Administration (Canada) dans
les remblais en terre ont été mises en relation avec les propriétés des sols qui peuvent être facilement déterminées.
Les données suggèrent que des caractéristiques similaires vont être obtenues pour des sols alluvionaires et glaciaires compactés
en laboratoire ou sur chantier lorqu’ils sont mis en place avec l’énergie de compactage du Proctor standard à des teneurs en
eau, densités et limites de liquidité similaires. L’argile alluvionnaire est utilisée pour qualifier des argiles déposées dans des
conditions lacustres ou fluviales alors que l’argile glaciaire est déposée par un glacier.

Les essais de consolidation ont été faits sur des échantillons de sols compactés (Proctor Standard).

Corrélation entre l’indice de liquidité et la contrainte de préconsolidation :


IL = -0.4427 · log10( pc ‘)– 1.2238 ou p’c = 107·10–((IL – 0.35) / 0.46) p’c en kPa

Remarques: difficulté de trouver la contrainte de préconsolidation,


pas de différence significative entre les sols alluviaires et glaciaires.
A-52 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 50 p'c = f(IL)

Auteur(s) Peters N., Lamb K. N. Année publication 1979


Titre Experiences with alluvial foundations for earth dams in the Praire provinces.

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 255-271

Sol(s) : Argile non remaniée


Résumé
Les fondations de nombreux barrages dans les vallées pro-glaciaires et inter-glaciaires des provinces des Praires (Canada) sont
constituées de sols alluvionnaires mous. Les dépôts ont jusqu’à 60 m d’épaisseur et contiennent d’épaisses couches d’argile
interstratifiées de couches et lentilles de limon, sable et gravier.
On présente des relations empiriques entre les propriétés physiques et les essais d’identifications des sols.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-53
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 51 p’c = f( en )

Auteur(s) Kogure K. and Ohira Y. Année publication 1977


Titre Statistical forecasting of compressibility of peaty ground

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 14, p. 562

Sol(s) :
Résumé
A-54 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 52 p'c = f(e0)

Auteur(s) Kogure Keiji, Ohira Yoshinori Année publication 1977


Titre Statistical forecasting of compressibility of peaty ground

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 562ss

Sol(s) : tourbe et argile varvée


Résumé
Des méthodes statistiques sont utilisées pour prédire la compressibilité d’un sol tourbeux. A partir des résultats de plus de 100
essais de consolidation sur des échantillons intacts de tourbe et d’argile varvée, diverses équations de régression sont établies
pour l’estimation de l’indice de compression en fonction de propriétés physiques du sol faciles à déterminer. Ces équations de
régression sont ensuite comparées à celles rapportées dans autres études. Les relations statistiques obtenues sont valables pour
les sols tourbeux et les argiles varvées de la région de Ishikari, Hokkaido, Japon.

Corrélation entre l’indice de vide et la contrainte de préconsolidation. (échelle logarithmique) :

-0.988
p’ c =1.65 e0 r=-0.810 (Coefficient de corrélation)
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-55
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 53 p'c = f(w)

Auteur(s) Kogure Keiji, Ohira Yoshinori Année publication 1977


Titre Statistical forecasting of compressibility of peaty ground

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 562ss

Sol(s) : tourbe et argile varvée


Résumé
Des méthodes statistiques sont utilisées pour prédire la compressibilité d’un sol tourbeux. A partir des résultats de plus de 100
essais de consolidation sur des échantillons intacts de tourbe et d’argile varvée, diverses équations de régression sont établies
pour l’estimation de l’indice de compression en fonction de propriétés physiques du sol faciles à déterminer. Ces équations de
régression sont ensuite comparées à celles rapportées dans autres études. Les relations statistiques obtenues sont valables pour
les sols tourbeux et les argiles varvées de la région de Ishikari, Hokkaido, Japon.

Corrélation entre la teneur en eau naturelle et la contrainte de préconsolidation. (échelle logarithmique) :

-0.913
p’ c = 43.9 w r=-0.821 (Coefficient de corrélation)
A-56 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 54 IS = f(IL, pression de gonflement)


IS = Indice d’expansion = w / wL

Auteur(s) Vijayvergiya V.N., Ghazzaley O.I. Année publication 1973


Titre Prediction of swelling potential for natural clays

Revue, éditeur Proc. 3rd Int. Conf. on expansive soils, Haifi Volume, pages Vol. 1, pp. 227-236

Sol(s) : Argiles naturelles


Résumé
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-57
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 55 ks = f(σ’v0)

Auteur(s) Weissmann G.F. and White S.R. Année publication 1961


Titre Small angular deflexions of rigid foundations

Revue, éditeur Géotechnique Volume, pages Vol. XI, no 3, p. 186

Sol(s) : Divers
Résumé
A-58 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Déformation 56 ks = f(ID , consistance)


ID = densité relative

Auteur(s) – Année publication


Titre Design Manual - Soil Mechanics, foundations, and earth structures - NAVDOCKS DM-7

Revue, éditeur Dep. of the Navy, Bureau of Yards and Docks, USA Volume, pages DM7-11-12

Sol(s) : Tous
Résumé
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-59
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Déformation 57 ks = f(USCS)

Auteur(s) Giudicetti F. Année publication 1973


Titre Vier Versuche der strassenbaulichen Bodenmechanik

Revue, éditeur Strasse und Verkehr Volume, pages 7/ 73, p. 405

Sol(s) : Tous
Résumé

2
Les modules de réaction sont donnés pour une plaque de 1 ft (env. Ø 350 mm)
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-61
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 01 Φ ’ = f(e0)

Auteur(s) Lumb P. Année publication 1962


Titre The properties of decomposed granite

Revue, éditeur Géotechnique Volume, pages Vol. XII, no 3, p. 226

Sol(s) : Granite décomposé (kaolinite et quartz)


Résumé
A-62 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 02 Φ ’ = f(n)

Auteur(s) de Beer E.E. Année publication 1963


Titre The scale effect in the transposition of the results of deep-sounding tests on the ultimate bearing capacity of
piles and caisson foundations
Revue, éditeur Géotechnique Volume, pages Vol. XIII, no 1, p. 39

Sol(s) : Sable fin limoneux


Résumé
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-63
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 03 Φ ’ = f(n)

Auteur(s) Cornforth D.H. Année publication 1964


Titre Some experiments on the influence of strain conditions on the strength of sand

Revue, éditeur Géotechnique Volume, pages Vol. XIV, no 2, p. 143

Sol(s) : Sable
Résumé
A-64 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 04 Φ’ = f(IP)

Auteur(s) Leroueil S., Tavenas F. Année publication 1983


Titre Propriétés caractéristiques des argiles de l’est du Canada

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 20, p. 681

Sol(s) : Argiles marines et lacustres


Résumé

Voir aussi fiche no 22


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-65
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 05 Φ' = f(IP)

Auteur(s) Holtz Robert D. , Kovacs William D. Année publication 1991


Titre Introduction à la géotechnique

Revue, éditeur Editions de l'Ecole Polytechnique de Montréal Volume, pages 599-600

Sol(s) : Argile non remaniée et normalement consolidée


Résumé
Les valeurs moyennes de φ’ pour les argiles non remaniées se situent autour de 20° pour les argiles normalement consolidées
très plastiques et atteignent 30° et plus pour les argiles limoneuses et sableuses.
Dans le cas des argiles compactées, la valeur de φ’ est généralement de 25 ou 30° et peut parfois atteindre 35°.
La valeur de c’ pour les argiles normalement consolidées est très faible et il n’est pas nécessaire d’en tenir compte dans les
applications pratiques.
Dans les cas où le sol est surconsolidé, φ’ sera plus faible et c’ plus élevé que dans la portion normalement consolidée de
l’enveloppe de rupture.
D’après Ladd (1971), c’ se situera entre 5 et 10 kPa sous un faible niveau de contraintes, pour des argiles surconsolidées dont
la contrainte de préconsolidation est inférieure à 500 à 1000 kPa.
Pour les argiles compactées, c’ sera plus élevé sous un faible niveau de contraintes à cause de la précontrainte induite par le
compactage.
La figure ci-dessous donne une corrélation empirique entre φ’ et l’indice de plasticité pour des argiles normalement
consolidées. Cette corrélation a été établie à partir des travaux de Kennedy (1959), Bjerrunm et Simons (1960), de la U.S.
Navy (1971) et de Ladd et al. (1977). Compte tenu de la dispersion considérable autour de la courbe moyenne, on
recommande d’utiliser cette corrélation avec une grande prudence. Elle est néanmoins très utile pour procéder à des estimations
préliminaires ou pour vérifier des résultats d’essais de laboratoire.
A-66 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 06 Φ'r = f(IP)

Auteur(s) Kanji M. A. Année publication 1974


Titre The relationship between drained friction angles and Attenberg limits of natural soils

Revue, éditeur Géotechnique Volume, pages 671-674

Sol(s) : Divers sols fins


Résumé
Le but de cet article est de faire comprendre la corrélation qu’il y a entre l’angle de frottement résiduel et l’indice de plasticité.
Dans la littérature on ne comprend souvent pas très bien si certains résultats correspondent à la résistance de pic ou à la
résistance résiduelle.
L’auteur a fait beaucoup d’essais de cisaillement direct, avec un vaste intervalle d’indice de plasticité (IP)
Les sols sont complètement remaniés.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-67
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 07 Φ’r = f(IP)

Auteur(s) Bovis M. J. Année publication 1985


Titre Earthflows in the interior Plateau, southwest Britsh Columbia

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 22, p. 313

Sol(s) : Argiles, schistes


Résumé
A-68 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 08 Φ ' = f(IP / wL)

Auteur(s) Mayne Paul W., A. M. ASCE Année publication 1980


Titre Cam-Clay Predictions of Undrained Strength

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division, ASCE Volume, pages 1219-1242

Sol(s) : Argiles CL, CM, CH


Résumé
Dans cet article on a à disposition les résultats sur 96 sols différents. Les sols sont des argiles à petite, moyenne et haute
plasticité.

φ ’)= 0.656 - 0.409 (IP/wL)


sin(φ r=0.538 (Coefficient de corrélation)

Voir Annexe fiches nos. D-30, D-37 et R-08


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-69
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 09 Φ ’ et c’ = f(wL)

Auteur(s) Peters N., Lamb K.N. Année publication 1979


Titre Experiences with alluvial foundations for earth dams in the Prairie provinces

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 16, p. 255

Sol(s) : Argile non remaniée


Résumé

Voir aussi fiche no 21


A-70 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 10 Φ ’ et c’ = f(wL)

Auteur(s) Rivard P.J., Goodwin T.E. Année publication 1978


Titre Geotechnical characteristics of compacted clays for earth embankments in Prairie provinces

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 15, p. 391

Sol(s) : Argiles compactées


Résumé

Voir aussi fiche no 10


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-71
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 11 Φ ’ = f( ID )
ID = densité relative

Auteur(s) Hilf J.W. Année publication 1975


Titre Foundation Engineering Handbook

Revue, éditeur Winterkorn & Fang (Ed) Volume, pages

Sol(s) : Sables
Résumé
A-72 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 12 Φ ’ = f(n, e, ρ d , ID)


ID = indice de densité relative = 100·((emax - e) / (emax - emin))

Auteur(s) Holtz R.D., Kovacs W.D. Année publication 1991


Titre Introduction à la géotechnique

Revue, éditeur Editions de l'Ecole Polytechnique de Montréal Volume, pages 568-571

Sol(s) : GW, GP, SW, SP, SM, ML


Résumé
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-73
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 13 c’ = f(w) et f(IC)

Auteur(s) Bjerrum L. Année publication 1951


Titre Fundamental considerations on the shear strength of soil

Revue, éditeur Géotechnique Volume, pages Vol. II, no 3, p. 209

Sol(s) : Argiles non remaniées


Résumé
A-74 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 14 c’ = f(Sr)

Auteur(s) Lumb P. Année publication 1962


Titre The properties of decomposed granite

Revue, éditeur Géotechnique Volume, pages Vol. XII, no 3, p. 226

Sol(s) : Granite décomposé (kaolinite et quartz)


Résumé

Voir aussi fiche no 01


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-75
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 15 cu = f( (w - wopt) / IP)

Auteur(s) Leroueil S., Le Bihan J.P. and Bouchard R. Année publication 1992
Titre Remarks on the design of clay liners used in lagoons as hydraulic barriers

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 29, no 3, p 512

Sol(s) : Argile
Résumé

Corrélation :

[-5.8(w-wopt) / IP]
cu = e
A-76 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 16 cu = f(IL)

Auteur(s) Wroth C. P., Wood D.M. Année publication 1978


Titre The correlation of index properties with some basic engineering properties of soil.

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 137ss

Sol(s) : Argiles remaniées


Résumé
Le but de cet article est de trouver une relation entre la résistance au cisaillement cu et l’indice de liquidité.
IL = (w-wP) / IP.
Les résultats expérimentaux présentés démontrent qu’il est raisonnable d’attribuer une valeur unique de résistance à tous les
sols lorsqu’ils sont à leur limite de liquidité, et de redéfinir la limite plastique comme étant la teneur en eau à laquelle la
résistance est cent fois supérieure à celle correspondant à la limite de liquidité.
Les résistances au cisaillement sont les meilleures dans le cas des argiles surconsolidées dont la teneur en eau naturelle se
rapproche de la limite plastique.

Les résultats obtenus par Skempton et Northey (1953) montrent un intervalle de 0.7 à 1.75 kN/m2 (0.1-0.25 lbf/in2) pour la
résistance au cisaillement si l’on se trouve à la limite de liquidité.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-77
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 17 cus = f(IL)

Auteur(s) Wasti Y., Bezirci M. H. Année publication 1986


Titre Determination of consistency limits of soils by the fall cone test

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 241-246

Sol(s) : Divers sols fins : naturels et mélange de bentonite


Résumé
La résistance au cisaillement a été déterminée au moyen d’un scissomètre de laboratoire.
La limite de liquidité est trouvée par la méthode de Casagrande.

Les 15 sols utilisés pour les essais proviennent de certains endroits de Turquie.
A-78 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 18 cu = f(IL )

Auteur(s) Houston William N., Mitchell James K. Année publication 1969


Titre Property Interrelationships in Sensitive Clays

Revue, éditeur Soil Mechanics and Foundations Division, ASCE Volume, pages 1037-1061

Sol(s) : Diverses argiles remaniées


Résumé
Le but de cet article est de trouver une relation entre la résistance au cisaillement cu et l’indice de liquidité.
IL = (w-wP) / IP.

Le graphique montre la corrélation entre la résistance au cisaillement et l’indice de liquidité.


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-79
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 19 cu = f( IL et St)
IL par essai au cône, St = sensibilité

Auteur(s) Leroueil S., Tavenas F. Année publication 1983


Titre Propriétés caractéristiques des argiles de l’est du Canada

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 20, p. 681

Sol(s) : Argiles marines et lacustres


Résumé

Voir aussi fiches nos 04 et 22


A-80 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 20 cu = f( IL )

Auteur(s) Carter M., Bentley S.P. Année publication 1991


Titre Correlations of soil properties

Revue, éditeur Pentech Press Volume, pages p. 84

Sol(s) : Argiles non remaniées


Résumé
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-81
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 21 qu = f( IL )
c u = qu / 2

Auteur(s) Peters N., Lamb K.N. Année publication 1979


Titre Experiences with alluvial foundations for earth dams in Prairie provinces

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 16, p. 255

Sol(s) : Argiles non remaniées


Résumé

Voir aussi fiche no 09


A-82 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 22 cur = f( IL )
IL par essai au cône

Auteur(s) Leroueil S., Tavenas F. Année publication 1983


Titre Propriétés caractéristiques des argiles de l’est du Canada

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 20, p. 681

Sol(s) : Argiles marines et lacustres


Résumé

Voir aussi fiche no 04


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-83
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 23 cus / p'c = f(wL)

Auteur(s) Larsson Rolf Année publication 1980


Titre Undrained shear strength in stability calculation of embankements and foundations on soft clays.

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 591-602

Sol(s) : Argiles marines et lacustres


Résumé
La résistance au cisaillement non drainé des argiles molles est généralement mesurée par des essais au scissomètre de chantier
ou par essais de laboratoire.
Les relations empiriques de la résistance au cisaillement non drainé applicables pour les argiles scandinaves (argiles molles)
sont comparées à des cas types de ruptures.

Argiles scandinaves: argiles du Quaternaire (glacial et postglacial). Argile marine et lacustre.

Corrélation entre la résistance au cisaillement au scissomètre et la limite de liquidité.

c us / p’ c = 0.45 (wL / 100)

Remarques: Données tirées de plusieurs auteurs.


Résultats valables seulement pour les argiles scandinaves.
A-84 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 24 cu / σ ’v0 = f( IP )

Auteur(s) Windisch E.J., Yong R.N. Année publication 1990


Titre A statistical evaluation of some engineering properties of eastern Canadian clays

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 27, p. 373

Sol(s) : Argiles marines et lacustres


Résumé

Voir aussi fiches nos 26 et 30


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-85
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 25 cu / σ 'v0 = f(IP)

Auteur(s) Holtz Robert D. , Kovacs William D. Année publication 1991


Titre Introduction à la géotechnique

Revue, éditeur Editions de l'Ecole Polytechnique de Montréal Volume, pages 647-649

Sol(s) : Argiles normalement consolidées


Résumé
La façon la plus pratique d’exprimer la résistance au cisaillement non drainé consiste à se servir du rapport cu / σ’v0 pour les
argiles normalement consolidées. Dans les dépôts naturels d’argile sédimentaire, on a constaté que la résistance au cisaillement
non drainé augmentait avec la profondeur et qu’elle variait, par conséquent, avec la contrainte effective verticale due au poids
des terres.
Skempton et Henkel (1953) ont observé et Bjerrum (1954) a confirmé que le rapport cu / σ’v0 semblait s’accroître avec l’indice
de plasticité. La figure ci-dessous montre les résultats de Bjerrum (1954) et de quelques autres chercheurs ainsi que quelques
corrélations. La dispersion des résultats est très importante.
A-86 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 26 cu / p’c = f( IP )

Auteur(s) Windisch E.J., Yong R.N. Année publication 1990


Titre A statistical evaluation of some engineering properties of eastern Canadian clays

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 27, p. 373

Sol(s) : Argiles marines et lacustres


Résumé

Voir aussi fiches nos 24 et 32


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-87
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 27 cus / p'c = f(IP)

Auteur(s) Leroueil Serge, Tavenas François Année publication 1983


Titre Propriétés caractéristiques des argiles de l’est du Canada.

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 681-705

Sol(s) : Argiles marines et lacustres non remaniées


Résumé
La compilation de nombreuses données géotechniques a permis de définir les principales caractéristiques physiques, mécaniques
et hydrauliques des argiles marines et lacustres de l’est du Canada, et d’établir des corrélations entre certaines de ces propriétés.
Les argiles de l’est du Canada présentent un comportement semblable à celui des autres argiles, mais sont caractérisées par un
degré de structuration plus élevé.

Le graphique montre des essais sur les argiles du Canada avec le scissomètre.
Dans le même graphique on a une courbe proposée par Bjerrum 1973, cette courbe est une limite inférieure de la tendance des
argiles du Canada.

On propose la relation suivante :

c us / p ’ c = 0.20 + 0.0024 IP

Remarques: il y a donc une légère différence entre cette rélation et celle proposée par Bjerrum (nature des sols ou techniques
de mesure)
A-88 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 28 cus / p'c = f(IP)

Auteur(s) Mayne Paul W., Mitchell James K. Année publication 1988


Titre Profiling of overconsolidation ratio in clays by field vane

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 150-157

Sol(s) : Argiles molles à moyennes


Résumé
La résistance au scissomètre a traditionnellement été utilisée pour déterminer les profils de la résistance au cisaillement non
drainé dans les argiles moyennes à molles.

p’ c / cus = 22 Ip -0.48 r =- 0.75 (Coefficient de corrélation)

Remarque: les corrélations sont trouvées grâce à des essais sur plus de 96 argiles.

Voir Annexe fiches R-27 et R-32


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-89
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 29 cus / p'c = f(IP)

Auteur(s) Larsson Rolf Année publication 1980


Titre Undrained shear strength in stability calculation of embankments and foundations on soft clays.

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 591-602

Sol(s) : Argiles molles, marines et lacustres


Résumé
La résistance au cisaillement non drainé des argiles molles est généralement mesurée par des essais au scissomètre de chantier
ou par essais de laboratoire.
Les relations empiriques de la résistance au cisaillement non drainé applicables pour les argiles scandinaves (argiles molles)
sont comparées à des cas types de ruptures.

Argile scandinaves: argiles du Quaternaire (glacial et postglacial). Argile marine et lacustre.

Remarques : Données tirées de plusieurs auteurs.


Résultats valables seulement pour les argiles scandinaves.
A-90 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 30 cu / σ 'v0 = f(IL)

Auteur(s) Holtz Robert D. , Kovacs William D. Année publication 1991


Titre Introduction à la géotechnique

Revue, éditeur Editions de l'Ecole Polytechnique de Montréal Volume, pages 647-649

Sol(s) : Argiles de Norvège (= env. Suisse)


Résumé
Bjerrum et Simons (1960) ont présenté des relations entre cu / σ’v0 et l’indice de liquidité pour quelques argiles de Norvège.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-91
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 31 cu = f( σ ’v0 )

Auteur(s) Skempton A.W., Sowa V.A. Année publication 1963


Titre The behaviour of saturated clays during sampling and testing

Revue, éditeur Géotechnique Volume, pages Vol. XII, no 4, p. 269

Sol(s) : Argiles CM
Résumé
A-92 ANNEXES

Domaine Fiche no.

R ésistance 32 cu = f( p’c )

Auteur(s) Windisch E.J., Yong R.N. Année publication 1990


Titre A statistical evaluation of some engineering properties of eastern Canadian clays

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 27, p. 373

Sol(s) : Argiles marines et lacustres


Résumé

Voir aussi fiches nos 24 et 26


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-93
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

R ésistance 33 cus = f(p’c)

Auteur(s) Mayne Paul W., Mitchell James K. Année publication 1988


Titre Profiling of overconsolidation ratio in clays by field vane

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 150-157

Sol(s) :
Résumé
La résistance au scissomètre a traditionnellement été utilisée pour déterminer les profils de la résistance au cisaillement non
drainé dans les argiles moyennes à molles.

p’c = 7.04 cus0.83 r=0.89 (Coefficient de corrélation)

p’c = 3.45 cus (exposant fixé à 1) r=0.88 (Coefficient de corrélation)

Remarque: les corrélations sont trouvées grâce à des tests sur plus de 96 argiles.

Voir annexe aux fiches R-27 et R-32


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-95
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Perméabilité 01 k = f(e)

Auteur(s) Flereau J.M. et al. Année publication 1988


Titre Effect of surfactants on the mechanical properties of kaolinite in relation to the solid-liquid contact angles

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 25, p. 675

Sol(s) : Kaolinite
Résumé
A-96 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Perméabilité 02 k = f(e)

Auteur(s) Yan L., Byrne P.M. Année publication 1989


Titre Application of hydraulic gradient similitude method to small-scale footing test sand

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 26, p. 246

Sol(s) : Sable
Résumé
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-97
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Perméabilité 03 k = f(e)

Auteur(s) Chapuis R.P. et al. Année publication 1989


Titre Laboratory permeability tests on sand : influence of the compaction method on anisotropy

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 26, p. 614

Sol(s) : Sables compactés par pression


Résumé
A-98 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Perméabilité 04 k = f(e)

Auteur(s) Tavenas F. et al. Année publication 1983


Titre The permeability of natural soft clays, Part II : Permeability characteristics

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 20, p. 645

Sol(s) : Argiles normalement consolidées


Résumé

Voir aussi fiches nos P-05, P-06 et P-07


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-99
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Perméabilité 05 k = f(e)

Auteur(s) Tavenas F. et al. Année publication 1983


Titre The permeability of natural soft clays, Part II : Permeability characteristics

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 20, p. 645

Sol(s) : Argiles normalement consolidées


Résumé

Voir aussi fiches nos P-04, P-06 et P-07


A-100 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Perméabilité 06 k = f(e)

Auteur(s) Tavenas F. et al. Année publication 1983


Titre The permeability of natural soft clays, Part II : Permeability characteristics

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 20, p. 645

Sol(s) : Argiles normalement consolidées


Résumé

Voir aussi fiches nos P-04, P-05 et P-07


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-101
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Perméabilité 07 kv = f(e0)
kv = perméabilité verticale

Auteur(s) Tavenas F. et al. Année publication 1983


Titre The permeability of natural soft clays, Part II : Permeability characteristics

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 20, p. 645

Sol(s) : Argiles normalement consolidées


Résumé

Voir aussi fiches nos P-04, P-05 et P-06


A-102 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Perméabilité 08 k = f(e)

Auteur(s) Lefebvre G. et al. Année publication 1984


Titre Laboratory testing and in situ behaviour of peat as embankment foundation

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 21, p. 322

Sol(s) : Tourbe
Résumé
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-103
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Perméabilité 09 k = f(e)

Auteur(s) Leroueil S. et al. Année publication 1990


Titre Permeability anisotropy of natural clay as a function of strain

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 27, p. 568

Sol(s) : Argiles naturelles


Résumé
A-104 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Perméabilité 10 k = f(e)

Auteur(s) Lumb P. Année publication 1962


Titre The properties of decomposed granite

Revue, éditeur Géotechnique Volume, pages Vol. XII, no 3, p. 226

Sol(s) : Granite décomposé (kaolinite et quartz)


Résumé
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-105
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Perméabilité 11 kv = f(e)
kv = perméabilité verticale

Auteur(s) Leroueil Serge, Tavenas François Année publication 1983


Titre Propriétés caractéristiques des argiles de l’est du Canada.

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 681-705

Sol(s) : Argiles marines et lacustres


Résumé
La compilation de nombreuses données géotechniques a permis de définir les principales caractéristiques physiques,
mécaniques et hydrauliques des argiles marines et lacustres de l’est du Canada, et d’établir des corrélations entre certaines de
ces propriétés. Les argiles de l’est du Canada présentent un comportement semblable à celui des autres argiles, mais sont
caractérisées par un degré de structuration plus élevé.

Le graphique montre quelques relations typiques kv-e, obtenues en cours de compression à l’oedomètre sur différentes argiles.
La relation perméabilité - indice des vides est caractérisée par l’équation :

log10k = log10k0 - (e0 - e) / Ck

Ck = indice de variation de la perméabilité. Ck = 0.5 e0


A-106 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Perméabilité 12 kv = f(e)
kv = perméabilité verticale

Auteur(s) Mesri G., Feng T.W., Ali S., Hayat T.M. Année publication 1994
Titre Permeability characteristics of soft clays

Revue, éditeur Proc. XIII ICSMFE, New Dehli Volume, pages Vol. 1, pp. 187-192

Sol(s) : Argiles non remaniées et normalement consolidées


Résumé

Relation kv = f(e) très dépendante du type de l’argile : dimension des pores, minéralogie.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-107
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Perméabilité 13 µ)
k = f( IL / %<2µ
%<2µ = fraction argileuse

Auteur(s) Tavenas F. et al. Année publication 1983


Titre The permeability of natural soft clays, Part II : Permeability characteristics

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 20, p. 645

Sol(s) : Argiles normalement consolidées


Résumé

Voir aussi fiches nos P-04, P-05, P-06 et P-07


A-108 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Perméabilité 14 k = f(granulo)

Auteur(s) Peters N., Lamb K. N. Année publication 1979


Titre Experiences with alluvial foundations for earth dams in the Praire provinces.

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 255-271

Sol(s) : Argiles non remaniées


Résumé
Les fondations de nombreux barrages dans les vallées pro-glaciaires et inter-glaciaires des provinces des Praires (Canada) sont
constituées de sols alluvionaires mous. Les dépôts ont jusqu’à 60 m d’épaisseur et contiennent d’épaisses couches d’argile
interstratifiées de couches et lentilles de silt, sable et gravier.

La figure présente des relations empiriques entre les propriétés physiques et la granulométrie des sols.
Tamis 200 = 0.074 mm
Effective size = environ diamètre moyen
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-109
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Perméabilité 15 k = f(d5)

Auteur(s) Kenney T. C., Lau D., Ofoegbu G. I. Année publication 1984


Titre Permeability of compacted granular materials

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 726-729

Sol(s) : Graviers et sables


Résumé
Des essais de perméabilité ont été réalisés sur des matériaux présentant des dimensions de grains et des formes de courbe
2
granulométrique différentes. On a constaté que la perméabilité dépend essentiellement du d5 et est pratiquement indépendante
de la forme de la courbe granulomètrique.

Remarques : Cu coefficient d’uniformité = D60 / D10


A-110 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Perméabilité 16 k = f( d10 )

Auteur(s) Carter M., Bentley S.P. Année publication 1991


Titre Correlation of soil properties

Revue, éditeur Pentech Press Volume, pages p. 54

Sol(s) : Sables et graviers


Résumé
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-111
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Perméabilité 17 k = f(type de sol)

Auteur(s) Holtz R. D. , Kovacs W. D. Année publication 1991


Titre Introduction à la géotechnique

Revue, éditeur Editions de l'Ecole Polytechnique de Montréal Volume, pages 234

Sol(s) : Tous
Résumé
Relation entre l’ordre de grandeur du coefficient de perméabilité, les caractéristiques de drainage, le type de sol et les méthodes
à utiliser pour déterminer le coefficient de perméabilité. D’après Casagrande, 1938.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-113
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Autres 01 µ)
wL = f(%<2µ
%<2µ = fraction argileuse

Auteur(s) Dusseault M.B., Scafe D. Année publication 1979


Titre Mineralogical and engineering index properties of the basal McMurray Formation clay shales

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 16, p. 285

Sol(s) : Schistes argileux


Résumé
A-114 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Autres 02 µ)
wL = f(%<2µ
%<2µ = fraction argileuse

Auteur(s) Skempton A.W. Année publication 1948


Titre A study of the geotechnical properties of some post-glacial clays

Revue, éditeur Géotechnique Volume, pages Vol. I, no 1, p. 7

Sol(s) : Argiles post-glaciaires


Résumé
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-115
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Autres 03 µ)
IP = f(%<2µ
%<2µ = fraction argileuse

Auteur(s) Lumb P. Année publication 1962


Titre The properties of decomposed granite

Revue, éditeur Géotechnique Volume, pages Vol. XII, no 3, p. 226

Sol(s) : Granite décomposé (kaolinite et quartz)


Résumé

Rappel : A = activité = IP / %<2µ = pente des droites de régression de la figure


A-116 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Autres 04 ρd opn = f(wL)

Auteur(s) Rivard P.J., Goodwin T.E. Année publication 1978


Titre Geotechnical characteristics of compacted clays for earth embankments in the Prairie province

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 15, p. 391

Sol(s) : Argiles glaciaires et lacustres


Résumé

Voir aussi fiches A-05, A-06, A-07


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-117
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Autres 05 γ d opn = f( %<0.08 mm )

Auteur(s) Biarez J., Hicher P.Y. Année publication 1994


Titre Elementary mechanics of soil behaviour

Revue, éditeur Balkema, Rotterdam Volume, pages

Sol(s) : non plastiques


Résumé

F = % des grains < 0.08 mm


A-118 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Autres 06 wopn = f(wL)

Auteur(s) Rivard P.J., Goodwin T.E. Année publication 1978


Titre Geotechnical characteristics of compacted clays for earth embankments in the Prairie province

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 15, p. 391

Sol(s) : Argiles glaciaires et lacustres


Résumé

Voir aussi fiches A-04, A-06, A-07


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-119
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Autres 07 wopn = f(ρd opn)

Auteur(s) Rivard P.J., Goodwin T.E. Année publication 1978


Titre Geotechnical characteristics of compacted clays for earth embankments in the Prairie province

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 15, p. 391

Sol(s) : Argiles glaciaires et lacustres


Résumé

Voir aussi fiches A-04, A-05, A-07


A-120 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Autres 08 wopn = f(ρd opn)

Auteur(s) Rivard P.J., Goodwin T.E. Année publication 1978


Titre Geotechnical characteristics of compacted clays for earth embankments in the Prairie province

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vo. 15, p. 391

Sol(s) : Argiles, sables et limons


Résumé

Voir aussi fiches A-04, A-05, A-06


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-121
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Autres 09 OCR = f(cus / σ'v0)

Auteur(s) Mayne Paul W., Mitchell James K. Année publication 1988


Titre Profiling of overconsolidation ratio in clays by field vane

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 150-157

Sol(s) : Argiles moyennes à molles


Résumé
La résistance au scissomètre a traditionnellement été utilisée pour déterminer les profils de la résistance au cisaillement non
drainée dans les argiles moyennes à molles. Tests sur plus de 96 argiles.

OCR = 3.55 (cus / σ ’ v0 ) 0.66 r=0.80 (Coefficient de corrélation)

OCR = 4.31 (cus / σ ’v0) (exposant fixé à 1) r=0.81 (Coefficient de corrélation)


A-122 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Autres 10 ID = f(ρ )
ID = densité relative

Auteur(s) Hanna A.W. et al. Année publication 1986


Titre Investigation of a coarse alluvial foundation for an embankment dam

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 23, p. 203

Sol(s) : grossiers d’origine alluvionnaire


Résumé

Voir aussi fiche A-10


RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-123
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Autres 11 ID = f(N1)
N1 = résistance à la pénétration statique normalisée

Auteur(s) Hanna A.W. et al. Année publication


Titre Investigation of a coarse alluvial foundation for an embankment dam

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages Vol. 23, p. 203

Sol(s) : grossiers d’origine alluvionnaire


Résumé

Voir aussi fiche A-09


A-124 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Autres 12 K0 = f(IP)

Auteur(s) Holtz Robert D. , Kovacs William D. Année publication 1991


Titre Introduction à la géotechnique

Revue, éditeur Editions de l'Ecole Polytechnique de Montréal Volume, pages 665-669

Sol(s) : Surtout argiles


Résumé
La figure ci-dessous donne les conclusions de Massarsch (1979) qui a réalisé une synthèse des résultats de 12 programmes de
recherche dont celui de Ladd et al. (1977).

Corrélation :
K 0 = 0.44 + 0.42 (IP / 100)
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-125
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Autres 13 K0 = f(Φ ')

Auteur(s) Holtz Robert D. , Kovacs William D. Année publication 1991


Titre Introduction à la géotechnique

Revue, éditeur Editions de l'Ecole Polytechnique de Montréal Volume, pages 665-669

Sol(s) : Argiles normalement consolidées


Résumé
Des corrélations entre K0 et Φ’ pour les argiles ont été établies par quelques chercheurs. La figure ci-dessous donne leurs
résultats pour des argiles normalement consolidées.
A-126 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Autres 14 K0 = f(Φ ')

Auteur(s) Al-Hussaini M.M., Townsend F.C. Année publication 1975


Titre Investigation of K0 testing in cohesionless soils

Revue, éditeur Techn. Report S75-11, US Army Eng. Waterway Exp. St. Volume, pages

Sol(s) : Sables
Résumé
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-127
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Autres 15 K0 = f(Φ ')

Auteur(s) Mayne Paul W., Kullhawy Fred H. Année publication 1982


Titre K0 - OCR Relationships in Soil

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division, ASCE Volume, pages 851-872

Sol(s) : Tous
Résumé

Jaky (1944) a fait une étude théorique sur K0 et a introduit l’expression suivante :
K 0 = ( 1 + 2/3 sin φ ’ ) ( (1 - sin φ ’) / (1 + sin φ ’) ) qui se se simplifie en : K 0 = 1 - sin φ ’

Les auteurs donnent les relations suivantes :


K0 = 1 - 0.987 sin φ ’ sols cohésifs (étude particulière)
K0 = 1 - 0.998 sin φ ’ sols non cohésifs (étude particulière)
La surconsolidation conduit à une augmentation du K0. Schmidt (1966) propose la relation suivante :
α
K 0surconsolidé / K0normal. consolidé = OCR avec α = sin φ ’

Une étude sur 82 essais propose : α = 0.018 + 0.974 sin φ ’


Une étude sur 107 essais propose α = 0.929 - 0.852 K0 normal. consolidé
sin φ ’
On arrive alors à la relation suivante : K0 = (1 - sin φ ’) OCR

Poussée passive: Le coefficient de poussée passive KP peut être pris comme la limite supérieure de la valeur de K0 surconsolidé
(voir plus haut. On peut ainsi définir une limite de l’OCR où la poussée passive est mobilisée.
Selon Rankine on a K P = (1 + sin φ ’) / (1 - sin φ ’)
En posant K0 surconsolidé = KP on trouve :
2 1 / sin φ ’
OCRlimite = ( (1 + sin φ ’) / (1 - sin φ ’) )
A-128 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Autres 16 K0 = f(OCR)

Auteur(s) Finno Richard J., Chung Choong-Ki Année publication 1992


Titre Stress-Strain-Strength Responses of Compressible Chicago Glacial Clays

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engeneering Division Volume, pages 1607-1625

Sol(s) : Argiles glaciaires


Résumé
Les auteurs proposent la relation suivante :

K0 = 0.57 OCR0.46
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-129
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Autres 17 K0 = f(OCR)

Auteur(s) Hamouche K. K., Leroueil S., Roy M. and Lutenegger A. J. Année publication 1995
Titre In situ evaluation of K0 in eastern Canada clays

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Volume, pages 677-688

Sol(s) : Toutes les argiles


Résumé
K0 a été l’objet de beaucoup d’investigations et beaucoup de méthodes pour évaluer la contrainte horizontale ont été
développées.
(in situ, au labo, corrélations)
L’angle de frottement Φ’ des argiles normalement consolidées et l’overconsolidation ratio (OCR) sont les deux facteurs
principaux qui contrôlent K0.
Les auteurs proposent, en se basant sur des données d’argiles du monde entier, la formule suivante :

sin Φ ’
K0 = (1 - sin Φ ’) OCR

Les résultats de cette étude sont montrés dans la figure du bas.


On peut voir sur la figure du bas que K0 augmente avec l’OCR selon la relation suivante :
0.98
K0 = K0 normalement consolidé OCR K0 normalement consolidé correspondant à Φ’ = 30° (voir formule en haut).
A-130 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Autres 18 K0 = f(OCR)

Auteur(s) Carter M., Bentley S.P. Année publication 1991


Titre Correlation of soil properties

Revue, éditeur Pentech Press Volume, pages p. 96

Sol(s) : Argiles
Résumé
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-131
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Autres 19 St = f( IL )

Auteur(s) Skempton A.W., Northey R.D. Année publication 1952


Titre The sensitivity of clays

Revue, éditeur Géotechnique Volume, pages Vol. III, pp. 30-53

Sol(s) : Argiles
Résumé
A-132 ANNEXES

Domaine Fiche no.

Autres 20 emin & emax = f(d60 / d10)

Auteur(s) Biarez J., Hicher P.Y. Année publication 1994


Titre Elementary mechanics of soil behaviour

Revue, éditeur Balkema, Rotterdam Volume, pages

Sol(s) : graveleux et sableux


Résumé
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-133
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Domaine Fiche no.

Autres 21

Auteur(s) Biarez J., Simon J.M., Favre J.L. Année publication ?


Titre ?

Revue, éditeur Volume, pages

Sol(s) : Argiles remaniées, normalement consolidées et saturées


Résumé
Redessiné et contraintes en kPa plutôt qu’en bars.

w = wL pour σ’v = 0.065 bars Cc = 0.009 (wL -13)


w = wP pour σ’v = 10 bars IP = 0.73 (wL -13)
e
cu = (0.11 + 0.0037 IP) σ’v
ρs = 2.7 t/m3 ρ d [t/m3] wsat [%]
0.5
160
4
60

wL
=1

140
=
16
L

0.6
w

0
14
0
14

120 12
0 3 0
12 0.7
100 10
Cc 1

0 0
1.1

10
=1

0.8
.32

2 80 80
0.

80 0.9
90

0.7
1.0 3 wP =
60 60
60 1.1 0.5
6 53
1.2 0.39 47
40 1 40 40 42
1.4 0.23 36.5
31
20 1.6 20 26
1.8 20 0.06
20
2.0 15
2.4 0
10’000 1’000 100 1 10 100 1’000
E oed [kPa] σ’v0 [kPa]
1
w
L=
20
20
L =
w

10
60
40

40
0
16
80 0

0
6

12

100
16
0
cu [kPa] 80
120
500
Corrélations entre la courbe oedométrique et la cohésion non drainée cu pour des
argiles ordinaires, remaniées et saturées. Les droites permettent de lier la teneur en eau,
la contrainte de consolidation, le module oedométrique et la cohésion c u. Elles sont
paramétrées en wL.
Ces corrélations ne donnent qu’un ordre de grandeur à titre indicatif seulement.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Annexes aux fiches de corrélation

A - 135
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-137
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Annexe fiche(s) no D-01, 02, 18, 19, 20, 39, 40


Auteur(s) Dascal O., Laroque G. S. Année public. 1973
Titre publication Caractéristiques de compressibilité des argiles du complexe Nottaway - Broadback -
Rupert (Baie James)
Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Pages 41-63
Obs.
A-138 ANNEXES

Annexe fiche(s) no D-04 et D-05


Auteur(s) Krizek Raymond J., Corotis Ross B., El-Moursi Année public. 1977
Titre publication Probabilistic analysis of predicted and measured settlements

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Pages 17ss


Obs. wL, wn, e0, Cc, Cs
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-139
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Annexe fiche(s) no D-36 première partie


Auteur(s) Rendon-Herrero Oswald Année public. 1980
Titre publication Universal Compression Index Equation

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Pages 1179-1200


Obs.
A-140 ANNEXES

Annexe fiche(s) no D-36 deuxième partie


Auteur(s) Rendon-Herrero Oswald Année public. 1980
Titre publication Universal Compression Index Equation

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Pages 1179-1200


Obs.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-141
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Annexe fiche(s) no D-38 et D-43


Auteur(s) Nakase Akio, Kamei Takeshi, Kusakabe Osamu Année public. 1988
Titre publication Constitutive Parameters Estimated by Plasticity Index

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Pages 844-857


Obs.
A-142 ANNEXES

Annexe fiche(s) no D-30, D-37 et R-08 première partie


Auteur(s) Mayne Paul W., A. M. ASCE Année public. 1980
Titre publication Cam-Clay Predictions of Undrained Strength

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Pages 1219-1242


Obs.
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE ET SYNTHÈSE A-143
DES CORRÉLATIONS ENTRE LES CARACTÉRISTIQUES DES SOLS

Annexe fiche(s) no D-30, D-37 et R-08 deuxième partie


Auteur(s) Mayne Paul W., A. M. ASCE Année public. 1980
Titre publication Cam-Clay Predictions of Undrained Strength

Revue, éditeur Journal of Geotechnical Engineering Division Pages 1219-1242


Obs.
A-144 ANNEXES

Annexe fiche(s) no R-27 et R-32


Auteur(s) Mayne Paul W., Mitchell James K. Année public. 1988
Titre publication Profiling of overconsolidation ratio in clays by field vane

Revue, éditeur Canadian Geotechnical Journal Pages 150-157


Obs.