Vous êtes sur la page 1sur 18

Fiche 4.

2 Etanchéité
Joints pour étanchéité statique
Joints pour étanchéité dynamique

Fonction

La fonction de l’étanchéité est d’interdire le passage physique d'un solide, d'un fluide ou d'un gaz d’un
milieu vers un autre.

Joint plat : Joint liquide :

Fiche 4.2 : Etanchéité 1


Utilisations et limites d’utilisations

Il existe une grande variété de joints, qui peuvent cependant être classés en deux familles

Les joints pour étanchéité statique :


Les surfaces à étancher restent immobiles l'une par rapport à l'autre.

Les joints pour étanchéité dynamique :

Les surfaces à étancher sont mobiles ou en mouvement l'une par rapport à l'autre.

Exemples : arbre/moyeu ou piston

Fiche 4.2 : Etanchéité 2


Remarque : les principales sources de fuite sont les défauts de formes, les états (rugosités) de surface à
étancher, les dilatations, la porosité des matériaux et leur non-compatibilité avec le milieu environnant.

Voir VSM2010 Page 230 à 233 / VSM 2014 pages 242 à 244

 Joints à contact pour surfaces immobiles


 Joints à contact pour surfaces coulissantes
 Joints sans contact pour mouvements tournants

Matériaux pour joints


De nombreux matériaux sont possibles : papiers, fibres diverses, composites (base : métallique, verre,
carbone, céramique...), métaux (pour pressions et températures élevées), caoutchoucs et plastiques...

Joint papier :

Cas des caoutchoucs et de certains plastiques : ils occupent une place de choix. La température et la
compatibilité chimique avec le milieu sont les principaux paramètres pour les choisir.

Le nitrile, pour usages courants, et les élastomères fluorés, pour milieux plus agressifs et températures
plus élevées (exemple : FPM), sont de loin les caoutchoucs les plus utilisés. Ils sont compatibles avec la
plupart des huiles. Beaucoup de joints sont prévus pour des systèmes hydrauliques et doivent donc
résister aux huiles et aux graisses. La plupart des élastomères changent de volume ou « gonflent « en
présence d'huiles à base de pétrole. La résistance à la traction et la dureté sont de bons indicateurs sur la
résistance à l'abrasion et à l'extrusion, qualités essentielles pour les joints dynamiques.

Exemple ci-dessus : JOINT V-RING PROFIL S POUR ARBRE TOURNANT À EFFET AXIAL NITRILE NBR

Fiche 4.2 : Etanchéité 3


Dimensionnement et normes

VSM 2010 pages 233 à 237

VSM 2014 pages 245 à 249

 Joints plats
Principaux joints normalisés  Joints toriques
 Joints pour arbres
Joint torique
Très utilisé, il convient particulièrement aux applications statiques et à certaines applications dynamiques
(vitesse réduite et faible course). Il est économique, léger, peu encombrant, facile à monter, fiable en
service et nécessite peu d'entretien. Il est disponible dans des milliers de dimensions et dans de
nombreuses nuances d'élastomères (nitrile, viton...).

Phénomène d'extrusion : l'action de la pression comprime le joint et l'applique avec force contre les
surfaces de contact. Plus la pression est forte et plus l'élastomère doit être dur pour éviter l'extrusion ou
l'expulsion du joint. L'extrusion dépend du jeu diamétral au montage, de l'intensité de la pression et de la
dureté du joint. Un mouvement relatif augmente les risques. Les bagues anti-extrusion (PTFE...)
permettent une correction.

Fiche 4.2 : Etanchéité 4


1. Dimensions et caractéristiques de montage des joints toriques

Attention : les gorges trapézoïdales sont couteuses à produire : A réserver lorsque les
conditions de montage et démontage nécessitent une tenue du joint (exemple tête en bas)

Fiche 4.2 : Etanchéité 5


Autre configuration de montage des joints torique envisageable dans gorge triangulaire. (A éviter
toutefois car moins bonne maîtrise dimensionnelle et donc de la compression finale) :

Fiche 4.2 : Etanchéité 6


Joint à quatre lobes

Les applications et les usages sont les mêmes que pour les joints toriques, ils sont un peu plus coûteux
mais se comportent bien mieux en dynamique : moins de frottement (-50%) et moins de risque de
vrillage. De nombreux matériaux sont proposés : le nitrile (NBR), le viton (FPM), les silicones (SI)...

Comme précédemment, les pressions élevées sont possibles avec des bagues anti-extrusion. Ils sont
disponibles dans les mêmes dimensions que les joints toriques (voir paragraphe précédent).

2. Dimensions et caractéristiques de montage des joints à quatre lobes.

Fiche 4.2 : Etanchéité 7


Joint à lèvres à contact radial

Ce sont des joints pour étanchéité dynamique, mouvement de rotation uniquement. Ils sont
essentiellement utilisés avec les huiles et les graisses. Compacts, ils se composent d'une lèvre (nitrile,
viton...) en forme de couteau, frottant radialement sur l'arbre. Un ressort jarretière, à spires jointives de
forme torique, assure le maintien de contact lèvre/arbre.

Principales variantes : joint à une lèvre ; joint à deux lèvres, la lèvre supplémentaire est dite pare-
poussière ; joints en tandem ; armature apparente ou non.

Conditions d'utilisation : ils doivent être utilisés sous de faibles pressions, moins de 1 bar,
éventuellement 5 à 10 bars en ajoutant un support rigide.

La vitesse circonférentielle V au contact est limitée, à 8 à 14 m/s (NBR), 30 m/s (PTFE, FPM).

Fiche 4.2 : Etanchéité 8


3. Dimensions et caractéristiques des joints
NBR = nitrile ; FPM = caout. fluoré ; ACM = polyacrylate ; SIL = silicone...

Défauts de coaxialité : pour éviter les faux ronds, sources de fuites, l'axe de l'arbre doit être coaxial à
celui du logement recevant le joint. De même battement < 0,3.

Fiche 4.2 : Etanchéité 9


Joint V-ring
Ce joint est entièrement en élastomère (nitrile, viton...), à frottement axial, pour étanchéité dynamique.
Sa lèvre, de forme conique, s'appuie sur une surface perpendiculaire à l'arbre et agit comme un
déflecteur centrifuge qui éjecte boues, poussières, huiles, eau... Il n’est pas prévu pour assurer une
étanchéité aux fluides sous pression mais résiste toutefois à 0.5 bar max.

Disponible en grands diamètres, jusque 4 m, il est moins couteux que le joint à lèvre radiale mais il est
moins efficace (tenue physique). Il supporte un léger rotulage (1 à 4°) et de grandes excentrations (ex :
0.6mm pour un Ø10 et plus de 1mm pour un Ø40)

Recommandations :

- Prévoir un appui ou blocage axial (utiliser le profil A) à partir de 8 m/s pour le nitrile (NBR) et 6,5 m/s
pour le viton (FPM).

- Prévoir un appui ou blocage radial supplémentaire à partir de 12 m/s (nitrile) et 10 m/s (viton). À 18 m/s
la lèvre ne frotte plus. .

Rugosité surface d'appui : 1,6 ≤ Ra ≤ 3,2 sans lubrification ; Ra ≤ 10 avec lubrification.

Température d’utilisation : NITRILE : - 20 °C à + 80 °C

VITON : montage dynamique - 28 °C à + 150 °C

montage statique - 45 °C à + 230 °C

Fiche 4.2 : Etanchéité 10


4. Dimensions et caractéristiques de montage des joints V-ring.

Fiche 4.2 : Etanchéité 11


Déflecteurs ou rondelles Z
Utilisés avec les roulements, ce sont des joints à chicanes, emboutis en tôle d'acier, pour étanchéité
dynamique. La rondelle tournante agit comme un déflecteur centrifuge. Il est possible de mettre plusieurs
jeux de rondelles côte à côte ou encore de les combiner avec d'autres joints standards.
Variante : l'exécution F, floquée, est intéressante pour les protections contre polluants secs : sable, terres,
ciment...
Flocage : application par projection de matériaux fibreux ou pâteux sur une structure (exemple : velours).
Les portées de rondelles sont légèrement coniques, ce qui permet d'assurer un ajustement serré quel que
soit l'ajustement normalisé choisi pour le roulement associé.

5. Déflecteurs ou rondelles Z.

Fiche 4.2 : Etanchéité 12


Joints dynamiques sans contact

Exemples de joint à labyrinthe :

Fiche 4.2 : Etanchéité 13


Joints plats pour étanchéité statique

Joints plats
II en existe une très grande variété. Toutes les dimensions et toutes les formes sont possibles mêmes les
plus complexes. Les matériaux disponibles sont aussi très divers : papiers, liège, fibres, élastomères,
plastiques, métalliques, semi-métallique ou métalloplastique, composites, joints imprimés...

Exemples : joints de carter, pompes, culasses, moteur...

Rondelles BS (U-Seal)
Elles se composent d'une rondelle métallique, en acier anti-corrosion, à l'intérieur de laquelle est collé
(vulcanisé) un anneau de forme trapézoïdale en élastomère.

Elles permettent d'assurer l'étanchéité statique des têtes de vis, boulons et raccords à vis ou à brides.

Variantes : anneau élastomère à l'extérieur, éléments en acier revêtu, acier inox, NBR, FPM... Ra ≤ 3 ; p <
1 000 MPa avec lamage.

6. Rondelles BS.

Fiche 4.2 : Etanchéité 14


Rondelles plates circulaires
Toutes les matières du paragraphe « joints plats » sont possibles. La rondelle cuivre est aussi proposée en
aluminium, inox, fibres....

La rondelle métalloplastique peut avoir une enveloppe extérieure en acier, cuivre, inox, plomb, argent,
nickel, l'intérieur être en amiante, PTFE...

L'enveloppe métallique des joints métalloplastiques est


destinée à renforcer et à protéger l'âme en matériaux tendre
des destructions mécaniques et chimiques. Ces joints sont
couramment utilisés dans la pétrochimie, la chimie, la
sidérurgie, la production d'énergie et l'automobile.
Pression maxi : 160 bar (enveloppe en inox)
Température maxi : 625 °C (garniture en graphite).
Normes NF EN 1514-4 et NF EN 12560-4.

7. Joints plats.

8. Autres joints usuels

Fiche 4.2 : Etanchéité 15


Source : Fabricants, Distributeurs, Cataloguiste

Fabricants :

http://www.hutchinson.ch/

http://www.francejoint.fr/

Exemples d’utilisation

Robinetterie : Connectique circulaire :

Etanchéité de palier : Etanchéité d’une tige de piston hydraulique :

Méthodes de fabrication
Fabrication d’un joint :
http://www.youtube.com/watch?v=DH1RhJUOKHg

Vulcanisation ? Voir fabrication des pneus :


http://www.youtube.com/watch?v=PxuT2SDXh9g

Fiche 4.2 : Etanchéité 16


Etapes de fabrication d’un joint à lèvres :
http://www.youtube.com/watch?v=6KU2cVOS1dQ

Exercice :

Déterminer pour chaque repère du vérin hydraulique ci-dessous, s’il s’agit d’étanchéité statique ou
dynamique.

A: Etanchéité dynamique : Joint de tige en feutre


imbibé d’huile pour retenir les impuretés
extérieures résiduelles.

B: Etanchéité dynamique : Association de deux


joints dynamiques en translation et d’une bague
de guidage. Trois fonctions distinctes (2
étanchéités + 1 guidage en translation).

C: Etanchéité statique : Joints toriques (avec


d’éventuelles bagues anti-extrusion).

D: Etanchéité statique : Joint composite.

E: Etanchéité dynamique : Joint racleur pour


nettoyer la tige des impuretés extérieures.

F : Etanchéité statique obtenue par soudage du

Fiche 4.2 : Etanchéité 17


corps du vérin.

Fiche 4.2 : Etanchéité 18