Vous êtes sur la page 1sur 44

Fiche 5.

1 Assemblage et fixation
Visserie, Boulonnerie, Ecrous et Rondelles (p1 à 29)
Goupilles, Rivets, Circlips (p30 à 44)

Fonction
Réaliser la liaison de différentes pièces d'un ensemble ou d’un produit.

La liaison est conçue de manière à être démontée sans détérioration importante des pièces qui
peuvent être généralement réutilisées pour recréer un assemblage.

L'élément assurant la liaison peut ne pas être réutilisable.

« Visserie, Boulonnerie, Ecrous et Rondelles »

Principe de base

Rappel : la Liaison
hélicoïdale

On distingue deux types de mécanismes à vis :

 Les vis de mouvement qui transforment un mouvement rotatif en une translation linéaire ou
vice et versa
 Les vis de serrage ou de fixation dont les formes les plus courantes sont normalisées

Un filetage est engendré par le déplacement hélicoïdal


d'une surface triangulaire, carrée, trapézoïdale, ... sur un
cylindre.

Si d2 est le diamètre moyen, la pente de l’hélice vaut :

Fiche 5 : Assemblage et fixation 1


Nous allons nous concentrer dans ce cours sur les vis de serrage.

Un boulon (constitué d’une vis et d’un écrou) crée une liaison complète, rigide et démontable,
entre les pièces qu'il traverse et presse l'une contre l'autre.

En fait, les boulons (et les vis à métaux) agissent comme des ressorts très raides dont l'élasticité
permet de maintenir le serrage des pièces malgré l'influence de facteurs extérieurs tels que
des actions mécaniques, des vibrations ou encore des élévations de température.

VSM2010 page 186 Fig. 1


VSM2014 page 192 / Fig. 1

Un peu de sémantique :

Une vis est :

FILETÉE

FILETAGE Filet

Un écrou est :

TARAUDÉ
TARAUDAGE
Filet

Avantage / Inconvénient

Les mécanismes à vis représentent les éléments d'assemblage les plus fréquents en construction de
machines.

Les vis constituent des éléments relativement simples à mettre en œuvre et peu coûteux.

Cependant, il faut être attentif au :


 Risque de desserrage (par exemple lors de vibrations)
 Jeu rendant le centrage impossible

Fiche 5 : Assemblage et fixation 2


Les contraintes mécaniques en œuvre

Classes de qualité des vis et des écrous, éléments de calcul

15. Efforts exercés sur les vis et les boulons.

Cas des vis

Il existe des classes de qualité pour certaines vis (H, CHC) et écrous. Plus le matériau est résistant,
plus la classe est élevée.

14. Principales propriétés des vis et des goujons (NF EN 28839, ISO 8839).

La classe est symbolisée par deux nombres :

 Le premier est le centième de la résistance


minimale à la rupture par traction (Rr) du
matériau en N/mm2.
 Le second représente 10 fois le rapport entre
la limite élastique (Re) minimale et la
résistance à la rupture (Rr).
Fiche 5 : Assemblage et fixation 3
Exemple :
Vis de classe 8-8
Rr (mini) = 100 x 8 = 800 N/mm2
Re (mini) = Rr x Y/10 = 800 x 8/10 = 640 N/mm2

Remarque : le produit des deux nombres est égal à Re en daN/mm2.

Cas des écrous (hauteurs ≥ 0,8d)

La classe est symbolisée par un nombre indiquant le centième de la contrainte d'épreuve en


N/mm2, c'est-à-dire de la limite obtenue par essai, réalisée par exemple avec une vis de classe
supérieure, et n'entraînant pas de déformation notable.

Cas des boulons

Leur symbolisation est identique à celle des vis. Un boulon de classe 10-9 doit être constitué d'une
vis de classe 10-9 et d'un écrou de classe 10. De plus, en boulonnerie haute résistance, il faut utiliser
des rondelles de la même classe que les vis.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 4


Calcul des charges supportées par les vis et boulons

Charge de traction (F) supportée par la partie filetée de la tige (formule approchée).

Re : limite élastique du matériau


Seq : section résistante de la tige filetée (tableau « Filetage métrique » page 7)
0,9 : taux de charge de 90 % (marge de sécurité de 10 %)

Exemple : Boulon qualité 10-9, diamètre d = 16, pas (gros) de 2 mm


Seq = 157 mm2 et Re = 900 N/mm2
Fmaxi= 0,9.900.157 = 127 170 N (proche de «13 tonnes »)

(F) s'obtient par serrage au montage ; le couple de serrage C est exercé sur la tête du boulon par une
clé dynamométrique ou une visseuse rotative étalonnée.

Couple de serrage (C) (formule approchée)

p : pas (mm) ft : frottement entre tête (vis) et support


d2: diamètre sur flanc. (pièce)
ff : frottement au niveau du filetage Dm : diamètre moyen au niveau de la tête
F : tension de la vis

Fiche 5 : Assemblage et fixation 5


Remarque : Le calcul des assemblages boulonnés conduit parfois à des études plus poussées
prenant en compte les sollicitations composées (traction + torsion, etc.), les phénomènes de fatigue,
les phénomènes statistiques, les critères de limite élastique (Von Mises...) ; voir ouvrages spécialisés.

Normes et variantes

Filetages
Filetage métrique ISO à filet triangulaire

Ce filetage est le plus utilisé en visserie-boulonnerie. Son profil est défini à partir d'un triangle
équilatéral. Dimensions de base : NF ISO 724.

1. Filetage métrique ISO à filet triangulaire.

Recommandations :

Pour un diamètre donné, choisir de préférence le pas gros correspondant ou, à défaut, le plus fort
pas fin.

Plus le pas est fin, plus les tolérances sont réduites, plus la fabrication est onéreuse.

Les pas fins sont recommandés dans le cas :

 de filetage sur tube mince


 d'écrou de faible hauteur
 de chocs
 de vibrations
 lorsque les constructions sont coûteuses

Fiche 5 : Assemblage et fixation 6


 La lettre M : symbolise le filetage ISO
Exemple de désignation :
 Suivie par les valeurs du diamètre
nominal d en mm
M 20 (pour vis M 20 à pas gros)
 Suivie du pas en mm (facultatif pour
M 20 x 1,5 (pour taraudage M 20 à pas fin de 1,5)
un pas gros / impératif pour pas fin)

Le pas et d sont séparés par le signe x

Fiche 5 : Assemblage et fixation 7


Profils spéciaux

Plus coûteux que le profil triangulaire ISO, ils répondent à des usages particuliers.

Filet gaz ou filetage pas du gaz

II est utilisé dans les installations utilisant des fluides.

Deux cas peuvent se présenter :


 Assemblages sans étanchéité : vis et écrou ont un profil cylindrique. NF EN ISO 228-1.
 Assemblages étanches : vis à profil conique et écrou à profil cylindrique ; l'étanchéité dans
le filet est assurée par le serrage métal sur métal et, au besoin, par interposition d'une pâte à
joint insensible à la nature du gaz. Norme NF EN 10226-1.

2. Profil gaz cylindrique : NF EN ISO 228-1.

3. Profil gaz conique : NF EN 10226-1.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 8


4. Vis à profil conique pour
filetages étanches.

Filet trapézoïdal

II permet de réaliser des vis de manœuvre ou de


transmission d'efforts. Il existe une variante à hauteur de filet
réduite.
Les vis à un filet sont généralement irréversibles.

Tolérances NF ISO 2903.


5. Profil trapézoïdal.
Dimensions NF ISO 2904.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 9


Profil rond

C'est le plus résistant aux chocs. Il peut supporter des efforts importants et sa forme arrondie
limite le phénomène de concentrations de contraintes.
Les diamètres nominaux (de 12 à 110 mm) sont les mêmes que ceux du filet triangulaire ISO. Le pas
est un nombre entier (préférer les pas de 2 - 3 - 4 et 6 mm).

6. Profil rond.

Vis à un ou plusieurs filets

7. Vis à un et deux filets : pas

Fiche 5 : Assemblage et fixation 10


Filetage à droite- Filetage à gauche

Si on observe une vis avec filetage à droite, le filet monte en allant de la gauche vers la droite et
inversement pour un filetage à gauche.
Le serrage d'une vis à droite est réalisé en tournant la tête dans le sens des aiguilles d'une montre
(sens inverse trigo) et inversement pour une vis à gauche.

8. Propriétés des filets à droite et à gauche.

Visserie, Boulonnerie et écrous VSM2010 page 192 à 194


VSM2014 page 198 à 203

Vis d'assemblage à métaux

1. Les vis têtes hexagonales H :

 serrage énergique
 on ne peut pas noyer la tête

2. les vis CHC :

 peuvent être logées ou noyées dans un lamage

Les vis H et CHC existent en boulonnerie haute résistance.

3. Les têtes coniques ou fraisées permettent :


VSM2010 page 198
 des centrages éventuels VSM2014 page 207
 le dégagement de la tête pour des pièces
minces

Fiche 5 : Assemblage et fixation 11


4. Les vis à fente :

 économiques
 assez utilisées dans les petites dimensions
 simplicité (serrage par tournevis)
 les têtes peuvent être facilement noyées

Suivant les dimensions, la tige peut être complètement ou partiellement filetée et le diamètre de
tige réduit ou non.

Remarque :

Il existe d'autres formes de têtes : cylindrique bombée à empreinte cruciforme, cylindrique à 6 lobes
ou à empreinte torx, poêlier fendu....

Fiche 5 : Assemblage et fixation 12


13. Dimensions des vis à métaux. Cas avec empreintes cruciformes H ou Z et mêmes dimensions.

Nota : les grades A et B indiquent des tolérances précises, C des tolérances larges.

Exemples de désignation :

 Vis ISO 4014–H M12x80-4.6 (vis à tête hexagonale partiellement filetée, d = 12, L = 80, classe
4.6)
 Vis QM12-60, 4.8 (vis à tête carrée, d = 12 , L = 60, classe 4.8).

Fiche 5 : Assemblage et fixation 13


Fiche 5 : Assemblage et fixation 14
Principaux écrous

Écrous manœuvres par clés VSM2010 page 195


VSM2014 page 204

16. Dimensions des écrous pour vis à métaux (* sans chanfrein et d «s 10). Le style 2 existe avec
collerette.

Exemples de désignation :
Ecrou hexagonal ISO 4032-M12-8 (écrou H, d = M12, classe 8).
Ecrou hexagonal à embase cylindro-tronconique EN 14218-M12 x 1,25 x-10, d= M12, classe 10).

Fiche 5 : Assemblage et fixation 15


Principaux écrous auto-freinés

L'écrou à bague frein non filetée incorporée HFR, en nylon ou inox, genre Nylstop, existe en plusieurs
variantes : écrou borgne, écrou à embase...

Les écrous « MHT » pour hautes températures (T < 550 °C) et « Tristop » ont leur diamètre d
légèrement déformé au niveau des parties coniques ; il en résulte un pincement avec la vis au
montage.

L'écrou type « Serpress », monobloc, présente une grande élasticité ; il est sept fois plus élastique
qu'un écrou H.

La rondelle conique élastique, qui se déforme et s'aplatit sous charge, sertie de l'écrou twolok peut
être remplacée par une rondelle dentée.

L'écrou « PAL » peut être utilisé comme contre-écrou. Supportant de faibles efforts axiaux, il est
intéressant avec les plastiques, les élastomères...

Fiche 5 : Assemblage et fixation 16


17. Dimensions des principaux écrous autofreines pour vis à métaux.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 17


Exemple d'écrous standard manœuvrables à la main

Les écrous à croisillons existent en acier avec trou de goupille ou en plastique


avec insert taraudé. Voir Emile
Maurin
Les écrous « moletés » peuvent également être goupillés.

Les écrous à oreilles existent en plusieurs matériaux.

Les poignées lisses avec insert ou non sont le plus souvent en phénoplaste, « bakélite » noir ou rouge.
La matière est la même pour les poignées en T et les leviers de manœuvre qui existent avec tige
filetée et écrou.

18. Dimensions de quelques écrous manœuvrables à la main.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 18


Vis de pression, de guidage ou d'arrêt

Usage : guidage, pression ou arrêt.

Têtes usuelles : hexagonale réduite (symbole HZ), carrée réduite (symbole QZ), sans tête à pans
creux (HC) et sans tête fendue.

Bouts normalisés (NF EN ISO 4753 : caractéristiques mécaniques, NF EN ISO 898-5 : matériaux :
acier, acier inoxydable, non ferreux)

19. Dimensions des vis de pression (d1 : h 14 ; d2 : hl6 et d3 tolérance h 14).

Fiche 5 : Assemblage et fixation 19


Vis à tôle (extrait)

20. Dimensions des vis à tôle (norme NF EN ISO ....).* Cas des vis autoperceuses (ISO...). Aciers et
Aciers inox.

Il existe plusieurs têtes et extrémités possibles pour ces vis qui ne nécessitent pas de taraudage
avant montage (principe des vis à bois) et qui sont filetées sur toute la longueur.

Elles sont auto-taraudeuses (extrémité avec entaille tranchante qui fonctionne sur le principe du
taraud) et exigent un couple de serrage plus élevé.

Le bout pointu (symbole C) est plutôt utilisé avec des tôles minces (e ≤ 1,5), le bout plat (symbole F)
avec des tôles plus épaisses et des trous borgnes. Elles existent en aciers inoxydables.

Utilisation : tôles d'acier, métaux tendres, plastiques, fibres végétales...

Fiche 5 : Assemblage et fixation 20


Vis à bois

Les tirefonds H et Q permettent les serrages les plus énergiques.


Plusieurs matériaux sont possibles : acier, laiton, aluminium, inox... sans finition ou revêtus (zinc.)

21. Dimensions des vis à bois.

A noter : un produit simple et pourtant, pour en facilité l’usage, on réalise 7 innovations

Fiche 5 : Assemblage et fixation 21


Goujons

Il se compose d'une tige filetée à ses deux extrémités


séparées par un tronçon lisse et d'un écrou (H, Q...) de
même diamètre d.

La longueur z peut être une gorge, le diamètre de la


partie lisse peut être réduit, b peut avoir plusieurs
valeurs, le bout être plat ou non...

A noter : Goujons d’encrage pour béton

Lamages et chambrages
Ils doivent permettre le passage des outils de serrage. À cette fin, les VSM2010 page 197
diamètres indiqués peuvent être augmentés, ou diminués pour d'autres VSM2014 page 206
raisons : optimisation, assemblage, outillage....

Le diamètre C1 est à utiliser avec des vis CHC (hauteur H 1) et CZX (empreinte torx ou 6 lobes :
hauteur H2) ; il permet le passage d'une rondelle grower.

Le diamètre C2 est à utiliser avec des vis ou des écrous hexagonaux.

23. Dimensions des lamages et des chambrages. Norme E 25-017 (extrait)

Fiche 5 : Assemblage et fixation 22


Rondelles
Rondelles d'appui :
 augmentent la surface d'appui
 réduisent la pression de serrage
 le marquage des pièces plus tendres
 ne tournent pas pendant le serrage.
 elles n'assurent pas un freinage efficace de la vis ou de l'écrou

Rondelles plates : d'emploi usuel, elles existent en quatre séries de dimensions : étroite, normale,
large et très large. Deux qualités : grade A (duretés 200 HV et 300 HV ; Ra 1,6 à 6,3 ; acier et acier
inox) et grade C (duretés 100 HV ; acier). Elles peuvent être chanfreinées et recevoir de multiples
traitements : brunies, zinguées, cadmiées, phosphatées, bichromatées...

Rondelles cuvettes : elles sont utilisées avec des vis à têtes fraisées (F...). Emboutie ou usinée.

Rondelles à portée sphérique : utilisées avec un écrou à portée sphérique, elles compensent une
inclinaison de la vis par rapport à la face d'appui.

24. Dimensions des rondelles d'appui.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 23


Rondelles freins élastiques

Le freinage de l'écrou est amélioré par l'élasticité de la rondelle.

Rondelles grower : pour vis de classe de qualité ≤ 10.9 : elles existent avec des becs qui s'incrustent
dans la matière de la pièce ou sans bec. Trois séries sont possibles : courante W, réduite WZ et forte
WL). On les trouvent en acier à ressort (44 à 50 HRc) ou en inox.

25. Dimensions des rondelles freins élastiques.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 24


Rondelles ondulées Rondelles coniques, pour vis de classe de qualité ≥ 8.8 : elles peuvent être
lisses (symbole CL) ou striées (CS). Après serrage, la rondelle est plane et agit comme un ressort.
Elles sont en acier à ressort (42 à 50 HRc).

, pour vis de classe de qualité ≤ 8.8 : elles sont souvent utilisées avec des pièces en matériaux tendres
(alliages légers, plastiques) et existent avec 1 et 4 ondes. Elles existent en acier à ressort, bronze,
inox...

Encombrement réduit :

Fiche 5 : Assemblage et fixation 25


Rondelles freins à dents (« éventail »)

Le freinage (40 % supérieur dans le cas d'une denture chevauchante) est


obtenu par incrustation des dents dans les pièces assemblées et par
l'élasticité générale. La forme concave (à 90°) s'utilise avec les vis à tête
fraisée (90°).

L'incrustation est favorable à l'établissement d'un contact électrique.

Elles existent en acier à ressort (bruni, zingué, cadmié, bichromate), en inox,


en bronze...

26. Dimensions des rondelles à dents chevauchantes et des freins à bord relevés.

Principaux freins à sécurité absolue

Écrous à encoches avec rondelles à créneaux (Cf roulement), écrous à


créneaux et plaquettes arrêtoirs (freinage obtenu en rabattant un bord sur
la pièce et un autre sur l'écrou).

Fiche 5 : Assemblage et fixation 26


Écrous et inserts spéciaux: exemples typiques

Écrou à sertir : en acier zingué bichromate, son immobilisation est obtenue par refoulement du
métal (sertissage à la presse) sous la partie conique de l'écrou.

Douille autotaraudeuse : fonctionne comme un taraud, pour plastiques et alliages légers.

Filet rapporté : il ressemble à un ressort à spires jointives (section de forme losange en acier à
ressort). La pièce doit être taraudée avec un taraud spécial.
Longueurs possibles H3 = 1,5 d (2d - 2,5d et 3d), pas fin ou pas gros.

Insert à expansion : il fonctionne comme une cheville usuelle. Au moment du serrage, les demi
parties inférieures s'écartent et s'incrustent dans le matériau de la pièce, pour les plastiques et les
métaux tendres.

Insert de surmoulage : pour les matières plastiques, l'insert est mis dans le moule juste avant
moulage. L'ensemble se solidarise au refroidissement.

Goujons-inserts : pose par ultrasons ou thermique. Il existe des variantes pour surmoulage
(matières plastiques).

27. Dimensions de quelques écrous


H3 = l,5d - 2d - 2,5d et 3d
rapportés et inserts.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 27


Sources

http://www.bossard.com/fr

http://www.emile-maurin.fr

http://www.norelem.fr

Mode d'obtention

Un filetage peut être obtenu de plusieurs manières.


On retiendra :
 Avec outil à utilisation manuelle : Taraud
(taraudage) ou Filière (filetage)

Extérieur : filetage
 avec outil de coupe sur Machine Outil : Outil à fileter
Intérieur : taraudage

Fiche 5 : Assemblage et fixation 28


Utilisation

Fiche 5 : Assemblage et fixation 29


Fiche 5.2 Assemblage et fixation
Visserie, Boulonnerie, Ecrous et Rondelles
Goupilles, Rivets, Circlips
« Goupilles »

Principe de base

Utilisées soit pour immobiliser (goupilles d'arrêt) soit pour positionner VSM2010 page 209
ou centrer (goupilles de positionnement) un composant par rapport à VSM2014 page 220
un autre.

Avantage / Inconvénient

Les goupilles sont des organes de liaison simples et peu coûteux.


Facile à mettre œuvre.

Les contraintes mécaniques en œuvre

Elles travaillent le plus souvent au cisaillement (voir Fiche 1)

Normes et variantes

Goupilles élastiques NF EN ISO 8752 et 13337

En acier à ressort (ou inoxydable), elles sont faciles à


utiliser.

La goupille, dont le diamètre est plus grand que celui du


trou, est comprimée dans son logement après montage,
ce qui assure son maintien en position.

Exemple de désignation :
Goupille élastique ISO 8752-6 x 30-St

La série épaisse E est celle utilisée normalement.

A noter : si les efforts de cisaillement sont importants, on peut mettre deux goupilles l'une dans
l'autre.

La série M est réservée aux montages " délicats ".

Goupilles de positionnement cylindriques NF EN ISO 8734 et 8735

Elles sont utilisées pour des positionnements précis.


En acier « St » trempé (type A, ≈ 650 HV30) ou cémenté (type B, ≈ 700
HV1)
En acier inoxydable martensitique « C1 » trempé et revenu (≈ 560
HV30) ; Ra ≤ 0,8 μm

Fiche 5 : Assemblage et fixation 30


Variante avec trou taraudé pour extraction ; méplat, petite cannelure et
extrémités optionnelles

Exemple de désignation : goupille cylindrique 8734-6x30-A-St.

28. Dimensions des goupilles élastiques et des goupilles de positionnement.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 31


Goupilles coniques d'arrêt

La forme conique simplifie le maintien de la goupille dans son logement (« coincement »).
Les trous coniques sont obtenus en finition par un alésoir.

Deux qualités : type A (rectifiées, Ra 0,8) ; type B (tournées, Ra 3,2).

Exemple désignation : goupille conique ISO 2339-A-6x50-St.

Existent avec trou taraudé (ISO 8736) ou avec tige filetée (ISO 8737).

Goupilles cannelées NF EN ISO 8739...

Elles permettent des goupillages économiques.


Il existe de nombreuses variantes : Gl, G2...

Le plus souvent, trois cannelures, suivant trois génératrices à 120°,


débordent du diamètre nominal (d) et assurent par déformation
élastique et coincement le maintien en position de la goupille dans son
logement.

Exemple de désignation : goupille cannelée ISO 8745-6x50-St.

Le diamètre de perçage est égal au diamètre nominal


(tolérance H11 ; δocisaillement — 450 MPa).

29. Dimensions des goupilles cylindriques, coniques (d petit diamètre) et cannelées.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 32


Goupilles fendues cylindriques V - NF EN ISO 1234

Ces goupilles d'arrêt ne doivent pas travailler au cisaillement.


Dessin figure 30.

Utilisation : arrêts d'axes lisses ; écrous HK à créneaux ; tige filetée derrière des écrous ordinaires...

Épingles d'axe

Elles sont logées dans une gorge comme un circlips et ne doivent pas
travailler au cisaillement.
La déformation élastique assure le maintien en position.

Goupilles cavaliers

Variante du cas précédent, leur mise en place exige un trou de perçage à la place d'une gorge.

30. Dimensions des goupilles en V, épingles et cavaliers.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 33


Sources

http://www.bossard.com/

Utilisation

Exemple de mise en position


Fiche 5 : Assemblage et fixation 34
« Rivets »

Principe de base

Il se présente sous la forme d'une tige cylindrique, généralement métallique,


pleine ou creuse qui est munie : VSM 2010
 à l'une de ses extrémités d'une « tête », c'est-à-dire une partie de pages 211 et 215
section plus grande VSM2014 pages
 L'autre extrémité sera aplatie et élargie par écrasement, pour 222-226
solidariser les éléments qu'on veut riveter ensemble

Les rivets sont utilisés par toutes les industries pour l'assemblage indémontable de petits ou de
grands composants.
L'assemblage d'une structure d'avion exige près de 2 500 000 rivets, dont la pose représente 30 %
du temps total de montage.

Avantage / Inconvénient

Avantages :

 sécurité de fixation
 économique
 cadences de production élevées
 assemblage de matières différentes et d'épaisseurs différentes
 assemblages résistants au phénomène de fatigue contrairement au soudage
 nombreuses variantes : usuelles, aérospatiale...

Inconvénients :

 non démontable
 têtes protubérantes

Normes et variantes

Rivets usuels

Leur pose exige que l'on puisse intervenir des deux côtés de l'assemblage : côté tête et côté rivure.
Les têtes peuvent être rondes (symbole R), cylindriques plates (C et CF) ou fraisées (90°, 60° ou
120°) si l'on veut noyer les têtes (F/90,FB/90...).

Exemple de désignation :
F/90 10.40, NF E 27-154 (rivet à tête fraisée d = 10, L = 40 mm et norme de référence).

Fiche 5 : Assemblage et fixation 35


34. Écartements indicatifs des rivets.

35. Dimensions des rivets usuels.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 36


37. Dispositions usuelles des rivets.

Rivets creux ou tubulaires

En acier (C22, X2CrNil8-10...) ou en métaux non ferreux (2017A,


5356, CuZn36...), ils sont légers et faciles à sertir.

Ils sont les seuls utilisables lorsque les pièces à riveter ne sont
accessibles que d'un côté ; par exemple, lorsque l'une des pièces
est creuse : réservoir, profilé creux. Nombreuses variantes.

Utilisations : aéronautique ; électromécanique...

38. Dimensions des rivets creux et des rivets aveugles


ou POP (corps aluminium A1A ; tige acier St).

Fiche 5 : Assemblage et fixation 37


La rivure s'obtient en tirant sur la
tige avec une pince spéciale prenant
appui sur la tête. Une fois la rivure
formée la tige casse net. Matériaux
possibles : aluminium ; inox ;
cuivreux... Variantes : corps encoche,
corps fendu, tige retenue ou éjectée,
têtes...

Rivets aveugles à corps fermé

Variante étanche du précédent sans fuites au niveau de la


tige.

Exemple de désignation : rivet aveugle ISO 15973 - 4 x


12,5 - AlA/st.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 38


Points clinchés (Tox...)

Les points clinchés sont à la frontière entre le sertissage et le rivetage.

En grande série ils permettent l'assemblage à froid de tôles sans rivet.

Diamètres usuels des points (en mm) : 3-4-5-6-8-10...

Matériaux divers (Traités et revêtus) : aciers, aluminium, cuivreux...

39. Principe des points TOX.

Sources

http://www.rivet-fore.fr
http://www.degometal.com

Utilisation

Fiche 5 : Assemblage et fixation 39


« Circlips »
(Autres noms : anneau élastique / anneau d’arrêt)

Principe de base

Ils permettent la fixation axiale ou l'épaulement d'éléments de machines (roulements, bagues,


entretoises...) sur des arbres ou dans des alésages.

Ils ont la forme d'anneaux fendus dont l'élasticité permet le montage et le VSM 2010
maintien en position après assemblage. page 219 et 221
VSM 2014
page 230 et 232

Avantage / Inconvénient

Avantages :

 faible coût
 économie de matière
 usinages standard
 faible encombrement axial

Inconvénient :

 tenue axiale limitée

Normes et variantes

Anneaux d’arrêt extérieurs et intérieurs

Très utilisés, de diamètres de 3 à 1 000 mm, ils peuvent supporter des efforts axiaux assez
importants et sont bien adaptés aux grandes vitesses de rotation.

Leur montage exige une pince spéciale à becs avec ergots.

Normes : NF E 22-163, NF E 22-165.

Recommandation : avec les roulements ou toute pièce chanfreinée


et si les efforts axiaux sont importants, il est recommandé
d'interposer une rondelle d'appui (fig. 32).

Fiche 5 : Assemblage et fixation 40


31. Dimensions des circlips extérieurs et intérieurs.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 41


32. Forces axiales admissibles par les anneaux élastiques.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 42


33. Autres anneaux d'arrêt pour axes et alésages.

Fiche 5 : Assemblage et fixation 43


Utilisation

Fiche 5 : Assemblage et fixation 44

Vous aimerez peut-être aussi