Vous êtes sur la page 1sur 34

EHESS

« Temporalisation » et modernité politique : penser avec Koselleck


Author(s): Alexandre Escudier
Source: Annales. Histoire, Sciences Sociales, 64e Année, No. 6 (novembre-décembre 2009),
pp. 1269-1301
Published by: EHESS
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/40929925
Accessed: 11-12-2016 16:36 UTC

JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide range of content in a trusted
digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and facilitate new forms of scholarship. For more information about
JSTOR, please contact support@jstor.org.

Your use of the JSTOR archive indicates your acceptance of the Terms & Conditions of Use, available at
http://about.jstor.org/terms

EHESS is collaborating with JSTOR to digitize, preserve and extend access to Annales. Histoire, Sciences
Sociales

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
« Temporalisation »
et modernité politique:
penser avec Koselleck
Alexandre Escudier

Parmi les innombrables tentatives de refondation épistémologique de l'histo


depuis le XVIIIe siècle, plusieurs questions demeurent omniprésentes, bien qu'el
n'aient été que rarement envisagées de front : qu est-ce que 1 experience de 1 h
toire, comment fonder une théorie générale de l'expérience historique et qu
enjeux méthodologiques concrets pourraient en découler pour la pratique histor
graphique ? Certes, de Vico et Chladenius jusqu'à nous, en passant par Heg
Droysen, Dilthey, Rickert ou Weber, les auteurs mobilisables pour répondre à c
interrogations sont légion. Mais les thèses de Reinhart Koselleck, plus récentes
se distinguent tout particulièrement, autant par leur degré de formalisation philo
phique que par leur portée empirique heuristique. Ce caractère bifrons faisant to
le prix de ses analyses, il me paraît nécessaire d'en proposer ici un réexam
approfondi.
Les réponses de Koselleck ne sont certes pas les seules possibles l, et tel ou
tel point (au niveau anthropologique notamment) peut faire et fera sans nul doute

1 - Complémentaires quant à leur visée et leurs résultats respectifs, deux œuvres


majeures contemporaines ont posé, parallèlement, les fondations d'une théorie générale
de l'expérience historique : celle de Jean-Marc Ferry, Les puissances de l'expérience. Essai
sur r identité contemporaine, 2 tomes, Paris, Le Cerf, 1991 ; Id., La question de F Histoire:
nature, liberté, esprit. Les paradigmes métaphysiques de l'histoire chez Kant, Fichte, Hegel entre
1784 et 1806, Bruxelles, Éd. de l'université de Bruxelles, 2002; Id., Les grammaires de
r intelligence, Paris, Le Cerf, 2004, et celle de Jean Baechler, Nature et histoire, Paris,
PUF, 2000 ; Id., Esquisse d'une histoire universelle, Paris, Fayard, 2002 ; Id., Les morphologies
sociales, Paris, PUF, 2005; Id., Les fins dernières. Eléments d'éthique et d'éthologie humaines,
1269
Paris, Hermann, 2006 ; Id., Les matrices culturelles. Au foyer des cultures et des civilisations, Paris,

Annales H SS, novembre-décembre 2009, n°6,p. 1269-1301.

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
l'objet de
il s'agit ic
d'en prop
historiqu
conviendr
kosellecki
lités histo
Parmi les
« tempora
modernes
dans ce p
toute l'his
à l'intérie
d'autres p
que la rec
classiques
ricités » o
Il n'est s
notions. L
ment ces
(une typo
pourrait,
générale d
les science
et religieu
des séman
être caus
part d'une
La questio
dans l'œu
Vergangen
zur Histor
le cadre d
lesquelles
logie fon
(Methodik
trouve au
pour un d
comparée

Hermann, 2
sances de l
peuvent êtr
2 - Reinhart
1270
Suhrkamp,

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
Au-delà d
plus fond
ensemble,
de l'histo
delà de Ko
pris le tem
être aujou
de l'histoi
la sémant

Tempor

Afin de sa
de reparti
fondame
absentes
intitulée
Gadamer5
me sembl
son argum
transcend
Deux part
s'emploie
par l'auteu
voudrais i
pourraien
mettre à m
(vorher) /
deux coup
me sembl
des catégo

3 - La meill
publié par
Geschichte
sémantique
et X. Landrin
XXIe siècles,
le même vo
fondements
4 - Reinhar
[1972], Zeits
5 - Reinhart Koselleck, « Historik und Hermeneutik », in R. Koselleck et H. -G.
GADAMER, Hermeneutik und Historik, Heidelberg, C. Winter, 1987, p. 9-28, repris in
1271
Reinhart KOSELLECK, L'expérience de V histoire, Paris, Le Seuil/Gallimard, 1997, p. 181-199.

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
primaire f
médiaires.
son argum
bien mêm
n'ont pas

L'opposit

Que signif
pour la mo
personnell
des expéri
en effet p
1995 à pro
d'Auschwi
comme d
indélogeab
II serait d
toire au s
logie fond
situé. Ce q
tenté, sa v
sous la sur
a ainsi en
« être pou
« pouvoir
anticipatio
plume de
paraît être
cable de la
Implicite
Heidegger

Parcela, il e
commune n

6 - Reinhar
et R. von Th
in Europa z
ajoute plus l
(mieux vau
de loin, apr
la critique i
Reinhart K
vom Krieg:
1272 6 mai 1995.

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
la guerre: e
GUERRE n
dans cet e
suffisamm
la nature d
Car, de mê
mais en un
qui concern
en la dispo
du contrai

L'état soci
simplemen
serait l'ép
limites -
mort phy
à mort »,
ainsi chez
temps exis
mort; c'e
temps vé
aucune in
n'avait de
(le droit n
D'un poin
plusieurs
mettre à
(das Konfl
tialisée dè
mon sens,
là, déjà, d
voir de m

7 - Thomas H
Gallimard,
8 - Reinhart
let 2005. À
« dedans/de
d'une « Ant
socle indépa
9 -C'est l'an
qui me sert
cation » et d
primaire fo
médiaires - l
inférieur, d
1273
Paris, Flamm

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
Le combat
d'une soum
socialemen

Structur

Niveau primaire Niveau secondaire Niveau ternaire


(fondationnel) (spécification I) (spécification II)

« Être pour la mort » / haut/bas vainqueurs/vaincus


« Pouvoir de mettre (obenlunten) (Sieger/ Besiegte)
à mort » maître/serviteur, esclave
(Sein zum Tode / (Herr/ Knecht)
Totschlagenkönnen) _> processus empirique sous-jacent: combat à m
• couple décidé par la guerre de tous contre tous; « pou-
d existentiaux vojr y> institutionalise dans une relation agonale
• analytique du Dasein non ouverte «vainqueurs/vaincus», «dominants/
dominés »

dedans/dehors ami/ennemi
(innen/außen) (Freund/ Feind)
-* Processus empirique sous-jacent: combat à mort
latent, matérialisé par des frontières, entre au
moins deux unités d'action territorialement élar-
gies au sein desquelles les groupes s'affrontant
jadis dans la guerre civile reconnaissent désormais
(temporairement ou non) une instance centrale
coordinatrice

secret/public
(geheim/öffentlich)
-* Processus empirique sous-jacent ' maintien néces-
saire d'une limite imperméable, afin de rendre
l'action possible, entre les cercles de pouvoir déci-
deurs et le reste des gouvernés au sein d'un groupe
de population et d'un territoire donné

Avant/Après générativité pères/fils


(vorher/ nachher) (Generativität) (Väter/Söhne) ; « générations » (biologique, sociale,
• analyse du « sens politique)
interne » chez Kant

puis Husserl répétabilité structures itératives


• esthétique (Wiederholbarkeit) (Wiederholungstrukturen) ; exposition « descriptive »
transcendantale "*" continuité (Beschreibung)
irréversibilité événements
(Irreversibilität) (Ereignisse) ; exposition « narrative » (Er
-* discontinuité

non-contemporanéité histoires/Histoire ; comparaison diachronique/


du contemporain comparaison synchronique ; individualités historiques/
( Ungleichzeitigkeit évolution globale
des Gleichzeitigen)
1274

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
champ d
horizon
( Erfahru
Erwartun
« distent
(i.e. le
Droyse
Structure de 1'« attente » :
• « structure clivée » de l'attente : un mixte d'élé-
ments « prévisionnels cognitifs » et d'éléments
« normatifs expectatifs » (i.e. espérances et/ou
craintes religieusement ou axiologiquement
fondées)
• « régimes d'attente » découlant de l'équilibre
historiquement variable entre ces deux élé-
ments hétérogènes
« Régimes d'historicité »
• résultante de la chaîne phénoménologique sui-
vante :

a) Expériences primaires (l'être-affecté par les


histoires/l'Histoire)
b) Sémantisation des expériences primaires via
les anticipations hétérogènes (prévisionnelles
cognitives et normatives expectatives), histori-
quement variables, des « régimes d'attente »
c) Synthèses de second degré transformant les affec-
tions pures primaires en jugement d'expérience
sur l'état historique du monde environnant
• il n'est d'expérience de l'Histoire au sens strict
qu'au niveau c) des synthèses de second degré
après rétroaction des anticipations de l'attente
• la structure de tout régime d'historicité est dyna-
misée par les anticipations de l'attente
• typologie historique des principaux « régimes
d'historicité » européens :
1. régime «ancien itératif»
2. régime « chrétien eschatologique »
3. régime « téléologique temporalisé »
4. régime « atéléologique détemporalisé »

La spécification graduelle du « pouvroir de mettre à mort » conduit a


la dialectique du pouvoir 10. Les deux couples d'opposition « vainqueurs » (
« vaincus » (Besiegte) et « maître » (Herr) / « serviteur, esclave » (Knecht) s'inscr
logiquement et empiriquement dans ce cadre en ce sens qu'ils ne représen
fine que des actualisations dérivées (niveau ternaire) - dans des configuration
sives de pouvoir historiquement variables et datables - de la structure conf
« haut/bas » (niveau secondaire) générée par le dépassement de la guer
originaire et du temps existentiel prépolitique (niveau fondationnel primaire).

10 - Les différents niveaux de fondation puis de spécification des concepts ci-après évoqués
sont récapitulés dans le tableau. Précisons simplement ici que : le niveau dit « primaire
est fondationnel (existential et/ou transcendantal) alors que les niveaux dits « secondaire
1275
puis « ternaire » correspondent respectivement aux niveaux de « spécification I » et « II

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
L'opposit
potentiali
(le combat
l'espace d
sein desqu
reconnais
trice. Si a
de mettre
non encor
à lui deux
tières con
moins deu
ment de l
2) le néce
méable en
d'un grou
Le premi
« ennemi
sous l'ang
qu'elle im
ma propo
à Kosellec
acteurs, /
sociales co
« ami/enn
simpleme
empirique
tées par K
sémantiq
historique
ment cett
sur l'histo
(voir le ta
Le second
pond quant
pour tout
vations, s
interveni
d'autres e
cette cont
démocrati
de mal à s'accommoder.

1276
11 -Carl Schmitt, Der Begriff des Politischen, Tübingen, Mohr, 1927.

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
Une rema
propositio
doute pas
hobbésien
être hum
définition
Heidegger
tion de sa
de mettre
que c'est l
la mort »
historique
d'expérien
alors P« at
miques sém

L'opposit

Le temps p
analysé au
Il convien
plusieurs
ici précisé
Premier n
« répétabili

12 - R. Kos
L'expérience
libre pour l
il n'est pas
elles ne son
pées autour
sont tout d'a
de la simult
finitude, laq
13 -Cette d
tienne du «
Critique (cf
14- Voir es
bedürftigk
Zeitstruktur
passé. Contri
131; Id., «D
Le futur pa
zwei histor
op. cit., p. 3
anthropologi
1277
de l'histoire,

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
séquences
continuite
tement c
plutôt un
économiq
(décisions
induits p
nomothét
deux niveaux d'historicité :
a) celui des « structures de répétition » (Wiederholungsstrukturen) - thème
omniprésent chez le dernier Koselleck. C'est sur ce point que notre auteur reste
le plus fidèle au programme d'« histoire structurelle » formulé par Werner Conze 16
et V Arbeitskreis für moderne Sozialgeschichte de Heidelberg dès la fin des années
1950 17. Soit une histoire des structures sociales, économiques et politico-juridiques
qui ne ferait pas (ou plus) l'impasse sur les structures et inerties culturelles, langa-
gières, sémantiques à travers lequelles la question des représentations et du sens
subjectif se joue pour les acteurs individuels comme collectifs. Koselleck a claire-
ment réaffirmé ce point dans le discours de remerciement qu'il a prononcé à
Heidelberg le 23 novembre 2004 à l'occasion du cinquantième anniversaire de sa
thèse de doctorat18;
b) celui de F« événement », introduisant une différence qualitative - et donc
une dose d'irréversibilité - entre un avant et un après. C'est sans doute dans le texte
de 1973 intitulé « Darstellung, Ereignis und Struktur» que Koselleck a le mieux

15 -Je m'appuie ici sur le passage important suivant du texte de 1973: Reinhart
Koselleck, « Geschichte, Geschichten und formale Zeitstrukturen », Vergangene
Zukunft..., op. cit., p. 132-133, repris dans Le futur passé..., op. cit., p. 121 : « Avant de mettre
en discussion, dans leur dimension temporelle, quelques exemples d'une expérience
'pré-historique', je rappellerai, en les formalisant très rigoureusement, trois modes
d'expérience temporels: (1) l'irréversibilité des événements, présence d'un avant et
d'un après dans leurs divers contextes de déroulement; (2) la répétitivité des événe-
ments, qu'il s'agisse d'une identité présumée de ceux-ci, du retour de constellations
ou d'une coordination figurée ou typologique des événements ; (3) la simultanéité du
non-simultané ».
16 - Le texte programmatique séminal est celui de Werner Conze, Die Strukturgeschichte
des technisch-industriellen Zeitalters als Aufgabe für Forschung und Unterricht, Opladen,
Westdeutscher Verlag, 1957.
17 -Voir notamment les 67 volumes de la collection «Industrielle Welt» publiée par
Y Arbeitskreis für Moderne Sozialgeschichte fondé par Conze à Heidelberg en 1957, à
Stuttgart chez Klett-Cotta entre 1962-1999, puis à Cologne chez Böhlau, à partir de
2000. Il est fondamental de percevoir que la « sémantique historique » koselleckienne
est demeurée fortement rattachée à ce terreau premier d'histoire structurelle (écono-
mique, sociale, juridico-politique) tout en en reproblématisant les confins en prenant
au sérieux les médiations praxéologiques de la langue.
18 -Reinhart Koselleck, « Dankrede am 23. November 2004», in S.Weinfurter
(dir.), Reinhart Koselleck (1923-2006). Reden zum 50. Jahrestagseiner Promotion in Heidelberg,
Heidelberg, Winter, 2006, p. 33-60, ici p. 59-60. Voir également la notice nécrologique
sur Conze : Reinhart KOSELLECK, « Werner Conze. Tradition und Innovation », Historische
1278
Zeitschrift, 245, 1988, p. 529-543.

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
précisé sa
les problèm
des événem
historique
moyen de
transparai
de croisem
Le point e
Skinner e
d'objectiva
instituant
de mots et
la tempor
chronie et
situation 22
Second ni
entre diac
encore la c
fils. Cette
Dilthey, W
du concept

19 - R. Kose
repris dans L
appréhend
travers lesq
20 - Entre
et la Begrif
Hartmut Leh
New studies
que l'interv
« Intellectua
Contribution
laquelle il s'
de le lire, on
insisté sur l
faits, en sit
dimension pr
et ce qu'ils f
point, voir e
Lexikon Gesc
21 -Dévelop
social », l'a
points hom
politique ? »
22 - Urs Stä
und Semanti
23 - Qu'on
« La tempor
1279
l'histoire »,

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
a) la géné
b) la géné
d'un côté,
c) la gén
viennent
tions géné
Troisième
plus génér
partir de
affinera d
du temps
Le couple
Koselleck
alors à pen
une théor
tronquée
côté et de
affectés p
seul niveau
induites p
raît, à y b
ment de s
linéament
suivre la tâ
de l'histoi
Vico, VÉt
Wilhelm
Droysen,
la « logiq
réflexion
problème
d'attente
d'analyse
Une parti
relles, ne
vention des êtres humains sur leur milieu. Ce sont les fameuses structures de
répétition, qui opèrent avant toute sémantisation pour certaines (le prédonné cli-
matique, géographique, la différence sexuelle, la succession et le chevauchement
des générations biologiques, etc.) ou bien suivant des sémantiques à inertie forte

24 -Paul RlGŒUR, Temps et récit, Paris, Éd. du Seuil, 1983.


25 - Une étude systématique comparative est en cours de préparation, dans laquelle je
chercherai à montrer continuités et discontinuités, points communs et différences entre
1280
ces rares grandes tentatives de fondation théorique de l'histoire.

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
dans la dia
viennent s
langagièr
miques, l'é
Ces struct
toire socia
l'histoire c
ensemble,
voque, don
d'expérien
génération
le sujet ne
rience est
différents
La cohére
stable et c
s'en dégag
ensuite -
degré de l
réservoirs
deux ordr
et l'idéal e
sémantiqu
régime d'a
l'accélérati
de l'Histo
sociale - san
On ne sau
reformulé
l'expérien
comme co
rique doit i
(structure
des séman
et du souh
connexion
sémantisan
Ce point
pourquoi l
assimilée à

26 -Suivant
2000] 1281
2007.

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
En effet,
lité ou acc
un mélang
L'« horizo
dynamiqu
Sous l'heu
sur le mé
blème 28,
« champ d
(empirique
des sociét
mieux les
de « régim
dessein, «
permis d
d'attentes
reste des
usages po
d'expérien
régimes d
dommage
questionn
détermina
Prolonge
Koselleck
dynamique
d'expérien

27 - Encore
se répétant
veautés inéd
de l'Histoir
191.

28 - Françoi
38-6, 1 983, p
Le Seuil, 200
cité. Entre
Historicités
sur la genè
années 1980
en passant p
Koselleck s
« Traversée
29- F. Harto
30-Iòid, p.
31 - K. KOS
1282
op. cit., p. 3

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
possibilisa
heidegger
l'empiriqu
craintes (a
qu'une mo
tient prag
institutionnelles du moment.
Écrire l'histoire des « régimes d'attente » consistera donc à analyser la propor-
tion et l'équilibre variable de ce qu'on pourrait appeler les éléments prévisionnels
cognitifs d'un côté et, de l'autre, les éléments normatifs expectatifs présents dans tout
rapport aux choses futures (futura). Cette distinction me paraît historiographique-
ment capitale et toujours devoir recevoir une détermination empirique concrète
dès lors que l'on mobilise les catégories formelles de « champ d'expérience » et
d'« horizon d'attente » 32. En effet, détailler ainsi la structure clivée de toute attente,
c'est se mettre en position de mieux montrer :
1) que le réfèrent empirique « futur » (dans l'imaginaire des acteurs) n'opère
pas historiquement en tant qu'instance globale de détermination des attentes,
mais doit être appréhendé plus finement suivant ses deux aspects principaux (/. e.
empiriquement probable/normativement souhaitable et/ou redouté) et en fonction
des sémantiques historiquement disponibles pour les signifier (prophétismes puis
sciences d'un côté, dogmatiques puis axiologies sécularisées sous forme politique
de l'autre). Toutes choses qui ont historiquement donné lieu à des combinaisons
infinies de registres sémantiques hétérogènes (mixtes de prophétisme et de science,
de dogmatique et d'axiologie sécularisée, etc.);
2) que les éléments prévisionnels cognitifs d'un côté et normatifs expectatifs de
l'autre permettent de penser la transition complexe entre âge théologique et âge
sécularisé (rationalisé) de la politique. Et ceci sans pour autant gommer la part
d'espérance des âges sécularisés : car si - dans tout rapport aux choses futures,
et à côté des éléments prévisionnels cognitifs - des éléments passionnels (mélange
d'espérances et de craintes) sont à l'œuvre, la question est alors de savoir, suivant
les contextes pragmatiques et les sémantiques disponibles, en quelles proportions,
sous quelles formes, en direction de quels groupes sociaux à instituer et à faire
agir comme collectifs ;
3) que la force de persuasion des idéologies politiques futuro-centrées
modernes provient de leur faculté de rendre rhétoriquement plausibles, et en
situation, les éléments cognitifs positifs (/. e. prévision du probable via de nouvelles
rationalités) de sorte à accréditer des espérances/craintes dogmatiquement moti-
vées. C'est précisément ici - dans ce changement de l'équilibre interne de la
structure formelle clivée de tout horizon d'attente - que se joue le processus

32 - Une telle distinction pourrait être aisément réinscrite dans la continuité de la théorie
des « idola » ou anticipations baconiennes telle qu'en fait abondamment usage Johann
Gustav Droysen, Historik. Rekonstruktion der ersten vollständigen Fassung der Vorlesungen,
textes établis et présentés par P. Leyh, Stuttgart/Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog,
1283
[1857] 1977, voir tableau, § 5.1.

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
englobant
c'est tout
qui pourr
celle de 1'
4) que ce
et dogmat
bien, du «
d'attente
des religio
dynamiqu
salut, á' or
centre de
langages p
Pour le di
rait que d
historique
riquement
de montr
sont index
régimes d
Cela étan
à la réflex
tion de la
les mécan
Les êtres
les XVIIe
sur les ré
actions. C
signe le p
être-affec
les élémen
fiés - ces
l'espéranc
«sciences
décrypter
plus la vo

33 -Richard
Twayne/Ma
senschaftlic
im Zeitalter
34 - II convi
d'attente av
par Jean Del
1284
1978, et Id.,

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
Les équilib
ture du «
d'historici
calement
(e. g. bloc
pation dan
(espérance
volontari
futur pro
On l'aura
d'attente »
secondaire
peuvent ê
quel type
1) de dist
synthèse)
dégager l
maires » e
de l'attent
fondamen
tatifs, con
au début d

« Temp
essai d'inventaire

Au-delà d'une possible théorie générale de l'expérience historique, la thématique


de la « temporalisation » renvoie à divers phénomènes concrets que j'aimerais
maintenant m'employer à sérier.

Penser et agir en fonction « des » historicités systémiques

Cette catégorie désigne tout d'abord un phénomène proprement moderne, dans


la lignée des travaux d'Ernst Troeltsch et de Friedrich Meinecke 36 sur l'historisme
moderne, à savoir: la découverte, depuis le second XVIIIe siècle, de l'historicité
fondamentale des sociétés humaines. Deux aspects principaux dissemblables en

35 - François Hartog, « Régimes d'historicité », in S. Mesure et P. Savidan (dir.), Le


dictionnaire des sciences humaines, Paris, PUF, 2006, p. 980-982.
36 -Ernst Troeltsch, «Die Krisis des Historismus», Die neue Rundschau, 1, 1922,
p. 572-590 ; Id., Der Historismus und seine Probleme, 1. 1 [le seul paru] : Das logische Problem
der Geschichtsphilosophie, Tübingen, J. C. B. Mohr, 1922 ; Friedrich Meinecke, Die Entste-
1285
hung des Historismus, Munich/Berlin, R. Oldenbourg, 1936.

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
découlent
comme ra
culturelle
et/ou un
instant /
en se côtoy
contre 1'«
pas « le te
temporali
séries em
des arts,
rielles, et
européenn
sciences d
Présente
contempor
empirique
Au plan h
moment (f
de séries -
lui sont p
d'autres s
historiqu
interactio
rielles plu
écossaises
fins », et
induits40. La thèse d'habilitation de Koselleck sur la Prusse41 constitue à la fois
la mise en œuvre empirique de ce type de pensée et l'enquête séminale qui
conduira son auteur à dégager les premiers linéaments d'une théorie générale « des

37 -Johann Gottfried VON Herder, Verstand und Erfahrung. Eine Metakritik zur Kritik
der reinen Vernunft, Leipzig, J. F. Hartknoch, 1799, vol. 1, p. 120-121 : « En fait, chaque
chose finie porte en elle la mesure de sa propre temporalité [...]. Existe donc, dans
l'univers, en même temps une infinité de temporalités. »
38- R. Koselleck, « Geschichte, Geschichten... », art. cit., p. 130-143, ici p. 132, repris
dans Le futur passé..., op. cit., p. 121. Voir également Id., « Fortschritt », in R. Koselleck,
O. Brunner et W. Gonze (dir.), Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur
politisch-sozialen Sprache in Deutschland, Stuttgart, Klett-Cotta, 1975, vol. 2, p. 390-393,
sections I. III-VI.
39 -Jacob Daniel Wegelin, «Sur la philosophie de l'histoire», Nouveaux Mémoires de
r Académie Royale des Sciences et Belles-Lettres, Berlin, Decker, 1770, p. 361-414, en parti-
culier p. 365.
40- R. Koselleck, « Geschichte, Geschichten... », art. cit., p. 141, repris dans Le futur
passé..., op. cit., p. 128.
41 - Reinhart Koselleck, Preußen zwischen Reform und Revolution. Allgemeines Landrecht,
1286
Verwaltung und soziale Bewegung von 1791 bis 1848, Stuttgart, Klett, [1967] 1975.

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
temporali
ce travail
en lui fina
Mais la t
décline à u
logique : p
historicise
historique
sent supp
d'interve
modernes
rationalism
raliste, se
bientôt ill
rence la s
gnantes co
Historie na

La « tem

La catégor
comme un
traduire
subsume
historique
a) l'expér
lutions am
etc.). Soit
moderne ;
b) l'expérience d'une accélération matérielle sans précédent (fin de l'âge
hippomobile, rétrécissement de l'espace, organisation industrielle du travail versus

42 - R. Koselleck, « Über die Theoriebedürftigkeit... », art. cit., p. 302 sq.


43 - Niklas Luhmann, « Temporalisierung von Komplexität. Zur Semantik neuzeitli-
cher Zeitbegriffe », Gesellschaftsstruktur und Semantik. Studien zur Wissenssoziologie der
modernen Gesellschaft, Francfort, Suhrkamp, 1980, vol. 1, p. 235-300.
44 -R. Koselleck a parfaitement vu ce point: « Darstellung, Ereignis und Struktur»,
art. cit., p. 148 sq., repris dans Le futur passé..., op. cit., p. 137.
45 - Car c'est via cette seconde dénomination que Koselleck s'est défendu de la critique
formulée par Pocock contre l'hypothèse de la Sattelzeit poux l'ensemble de la modernité
politique, voir Reinhart Koselleck, «A response to comments on the Geschichtliche
Grundbegriffe», in H. Lehmann et M. Richter (dir.), The meaning of historical terms and
concepts..., op. cit., p. 59-70, ici p. 69. Ce concept d'époque a été depuis mis en œuvre
par Stefan Jordan, Geschichtstheorie in der ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts. Die Schwellenzeit
zwischen Pragmatismus und Klassischem Historismus, Francfort, Campus, 1999, et Stefan
Jordan (dir.), Schwellenzeittexte. Quellen zur deutschsprachigen Geschichtstheorie in der ersten
1287
Hälfte des 19. Jahrhunderts, Waltrop, Spenner, 1999.

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
corporatio
mation, e
transport
avec les p
découlent ;
c) l'expérience d'une différence toujours plus accrue entre les structures
des mondes vécus passés et celles des mondes vécus présents. Du point de vue des
acteurs, la conscience de cette différence induit des espérances et des craintes
inédites quant au futur : la politique moderne en devient par là même plus abs-
traite, plus radicalement idéologisée, et - comme jamais auparavant - le genre des
« philosophies de l'histoire » projette dans la pure immanence du vivre ensemble
politique la plupart des attentes normatives. Concomitamment cependant, cette
même conscience de la différence accélérée des temps oblige lesdits acteurs poli-
tiques à penser les conditions pragmatiques de réalisation de leurs idéaux. Expé-
rience de la nouveauté radicale et conscience d'historicité peuvent ainsi produire
simultanément, au sein d'un même espace politique, utopisme radical (ou son symé-
trique exact: la nostalgie radicale) et prudence pragmatique auto-historicisante.
Autant de potentialités conflictuelles qui - engendrées par une accélération sociale
continue - fourniront l'arrière-plan durable de toute la politique moderne ;
d) l'apparition et la diffusion massive de « concepts politiques de mouve-
ment » comme le Progrès, la Révolution, etc., autant donc de « collectifs singuliers »
(la République, le Peuple, la Nation, etc.) qui nourrissent l'idée suivant laquelle
F« Histoire en général » {Geschichte überhaupt', au singulier majuscule) serait désor-
mais porteuse de « temps nouveaux » et ferait entrer l'humanité dans une « nou-
velle époque » (Neuzeit) ;
e) la sémantique sociale et politique du «moment 1800» devient de plus
en plus incertaine; des néologismes en tous genres apparaissent46. Surtout, des
concepts de crise, des concepts téléologiques et des concepts d'attente envahissent
la scène politique et condensent - souvent à un niveau plus émotionnel (expressif)
que cogniti/ (descriptif) - le sentiment d'une incertitude radicale face à l'avenir.
Autant de notions donc qui - dans la langue des acteurs - fonctionnent moins comme
des instruments d'analyse que comme des symboles attrape-tout permettant de
signifier vaguement le malaise ou (au contraire) l'espérance: soit donc ce que
Ferdinand Fellmann a utilement dénommé « concepts vécus » (gelebte Begriffe), qui
sont - pour l'historien - autant de sources/symptômes permettant de reconstruire
le changement de régime d'historicité de toute une époque47.

46 - Dans la lignée, critique mais fidèle, de Koselleck, voir les matériaux rassemblés par
Rolf Reichardt, Handbuch politisch-sozialer Grundbegriffe in Frankreich (1680-1820), 1. 1,
Allgemeine Bibliographie. Einleitung, Munich, Oldenbourg, 1985.
47 - Ferdinand Fellmann, Gelebte Philosophie in Deutschland. Denkformen der Lebenswelt-
1288
phänomenologie und der kritischen Theorie, Fribourg/Munich, Alber, 1983, p. 20 sq.

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
Du persp

Quatre pro
général de
Le passag
d'abord. K
à Johann
passé d'un
relativité
une pensée
sur les fai
fois pour
de l'expér
qui tourne
sance du
les questi
présents e
vement co
-cette tota
niment ré
On assiste
relles trad
de la pays
matérielle
par tout u
tions tech
afférentes
encore jus
sion rapid
cycle des
- créatrice
concept d
astre à un
à 360 °C, d
un phéno
« Révolut
veaux prin

48 -Johann
Christoph
schreibers o
49 - R. Kose
cit., p. 63-80
1989. 1289

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
En troisiè
rapportés
l'Histoire
fameux -
« Die Welt
monde)50.
de juger (p
doivent dé
elles sont
l'Histoire
moral et j
Quatrièm
de Yhistor
structure de l'action s'en trouve radicalement modifiée. L'action individuelle ou
collective n'est alors plus pensée en fonction d'un catalogue moral et suivant un
simple rapport d' 'applicano mimétique d'exemples vertueux passés. Toute volonté
politique se trouve désormais doublement indexée sur l'analyse historique des
structures contraignantes du possible (auto-réflexivité versus facticité) et sur les
impératifs axiologico-dogmatiques d'une espérance intramondaine (normativité).

La « sécularisation » comme variante de la « temporalisation »

Plus fondamentalement encore, Koselleck assimile à maintes reprises la théma-


tique de la « temporalisation » à celle de la « sécularisation ». Il reste en cela fidèle
à des auteurs comme Carl Schmitt ou Karl Lowith51 diagnostiquant massivement,
pour l'époque moderne et contemporaine, une sécularisation de l'espérance reli-
gieuse dans le medium des philosophies de l'histoire. Indépendamment du fait que
Koselleck n'a pas intégré les critiques émises par Hans Blumenberg sur cette
lecture-là de la modernité52, il me semble qu'il convient de lire ces thèses sur la
sécularisation à travers le prisme des régimes d'historicité et que, ce faisant, on
peut en conclure moins à une rupture radicale qu'à une longue transition du régime
moderne d'attente et de ses rationalités politiques.

50 -On oublie du reste souvent de préciser que - contre toute dialectisation téléo-
logique - Friedrich von Schiller s'était empressé d'affirmer l'absence de toute justice
compensatrice extra-mondaine : « Was man von der Minute ausgeschlagen / Gibt keine Ewig-
keit zurück » (Ce qu'à cette minute on a refusé /aucune éternité ne le restitue).
51 -À Heidelberg, prêtant main-forte à son ami Hanno Resting, Koselleck a lui-même
traduit, sans que cela soit mentionné lors de la publication, les quatre derniers chapitres
ainsi que les notes du livre de Karl LOWITH, Meaning in history: The theological implications
of the philosophy of history, Chicago, The University of Chicago Press, 1949. Voir le témoi-
gnage de R. Koselleck, « Dankrede am 23. November 2004», art. cit., p. 45.
52 -Hans BLUMENBERG, La légitimité des temps modernes, Pans, Gallimard, [1988J 1999.
Sur ces différents débats interprétatifs et idéologiques, voir Jean-Claude Monod, La
querelle de la sécularisation. Théologie politique et philosophies de l'histoire de Hegel à Blumen-
1290
berg, Paris, Vrin, 2002.

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
Dans le ca
des temps
faisant at
ment cett
intramond
l'Église (o
idéologique
(celui qui r
Si les prop
les catastr
pratique c
tisme reli
dilatoire d
Avec le r
l'espérance
sur un age
collectifs.
prévisionne
ment mod
de penser
Autremen
interne d
La thémat
apparaît53
à force d
idéologiqu
dogmatiqu
la confort
l'empiriqu
on assiste
des espéra
rationalité

53 - Reinha
Zukunft..., o
54 -On peut
Elefanten: An
1999, et Id.,
bis 1960, 1
Pa

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
Au-delà
vers un
des con

Par-delà c
thèse inte
permettan
cadre d'an
Begriffsge
ment et d
pour mieu
Sous le ch
politique »
la longue
des entité
concurrem
subsumer
horizon pr
pays mais
des mutat
tique (for
tion), d'or
variables
Il s'agira
globaux ay
tique. Il n
métathéor
processuel
politiques
ment esqu
utile d'inf
historiogr
deront en

55 - Le rése
de Henrik
Oxford. La
couvrant l
1 1 octobre
principles o
1292
tory? » par

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
« Vernacularisation »

Dès la phase initiale de conception des Geschichtliche Grundbegriffe, Koselleck a attiré


l'attention sur le passage (massif à partir du XVIe siècle et au-delà, mais important
déjà dès le XIVe siècle) des langues anciennes aux vernaculaires européens dans
l'évolution de la sémantique politique moderne. C'est précisément pour cette
raison que les articles du Lexikon commencent tous par une histoire longue, depuis
les langues anciennes en passant par le Moyen Âge et la Renaissance, des notions
ou groupes de notions considérés. Ce processus de « vernacularisation » (selon
Steinmetz) à partir du corpus antique et médiéval n'a nullement été synchrone ; il
s'est étalé dans le temps, avec des différences importantes entre tel ou tel territoire
européen. Il doit constituer le socle de départ de toute enquête comparative
d'ensemble de la modernité politique européenne. Il devra parfois être couplé à
un autre grand processus moderne, celui de la « nationalisation » des discours poli-
tiques à partir du moment 1800.

« Temporalisation » et « détemporal isation »

Au sens strict, les utopies modernes sont moins des « non lieux » (et les « uchronies »
des « hors temps » 56) que des « topies » à venir. Elles ne figurent plus un ailleurs
idéal soustrait à l'emprise des méfaits de la civilisation, mais un autre temps de la
société, qu'il serait possible de faire advenir, dans l'immanence, via une autre
politique. Avec ce que Koselleck et Lucian Hölscher ont appelé la « temporalisa-
tion de l'utopie » 57, les Modernes sont ainsi passés d'un « régime d'attente eschato-
logique » (l'accélération intramondaine comme symbole de l'avènement accéléré
de la fin des temps avant la résurrection des corps) à un « régime d'attente téléo-
logique ». Les « figures » 58 ou cibles de l'espérance religieuse ont pris forme concrète

56-Eric-B. Henriet, Uuchronie, Paris, Klincksieck, 2009.


57 - Reinhart KOSELLECK, « Die Verzeitlichung der Utopie », in W. VoßKAMP (dir.),
Utopieforschung. Interdisziplinäre Studien zur neuzeitlichen Utopie, Stuttgart, Metzler, 1982,
vol. 3, p. 1-14, repris in Zeitschichten..., op. cit., p. 131-149, et Lucian HÖLSCHER, « Utopie »,
in R. Koselleck, O. Brunner et W. Conze (dir.), Geschichtliche Grundbegriffe..., op. cit.,
Stuttgart, Klett-Cotta, 1997, vol. 6, p. 733-788, en particulier p. 768 sq.
58 - II est sans doute possible d'aller quelque peu au-delà de Koselleck en affirmant
que, d'une certaine manière, tout le « régime d'attente chrétien » pourrait être interprété
via le scheme « figuriste » mis en évidence par Erich Auerbach dans ses recherches sur
Dante et son étude séminale de 1938: Erich Auerbach, Figura, Paris, Macula, [1938]
2003. La différence entre exégèse « typologique » (à partir de saint Paul, qui pointe
dans le texte évangélique la récurrence de « types » vétéro-testamentaires) et exégèse
« figuriste » de la Bible s'avère ici essentielle quant au régime d'attente induit. Comme
l'indique Marc de Launay dans sa postface, « tandis que la conception du temps et de
l'histoire sous-jacente à la typologie est d'ordre cyclique, celle que présuppose l'idée
d'accomplissement (la figura) est d'ordre linéaire » (E. Auerbach, Figura, op. cit., p. 124).
La figura est ainsi au type ce que le temps linéaire de l'accomplissement de la promesse
est au temps cyclique de la répétition. 1293

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
dans l'imm
ont alors f
tion dogm
éthiques -
À compte
régime d'
des sociét
à une tout
« post-tél
des utopie
rée du mo
lération d
une accélé
ou redout
plus du t
réjouisse o
tions et le
changeme
la « moder
Envisagée
dès lors p
gestionna

« Scientif

II ne suff
/ogique tem
ser en quo
cognitifs
diagnostiq
revient à
motivée) à
fondée) du
suivant le

59 - Armin
Gehalte aus
logie der M
que mon ess
60- Heinz D
Philo, 2006;
r espérance
61 - Serge L
mique à la c
1294 traité de la

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
Juridicisation. On a tout d'abord assisté à un mouvement de rationalisation
juridique des ordres politiques, de la sortie des guerres civiles confessionnelles du
XVIe siècle (via la construction d'États souverains et leurs maillages administratifs)
à la constitutionnalisation des régimes pluralistes démocratiques (en trois grandes
étapes: 1776/1798, 1815-1848/1918 et après 1945) 62. À cela est venu s'ajouter -au
cours des dernières décennies - un second mouvement de juridicisation, lui-même
bifrons et de nature sensiblement différente : d'un côté, une inflation des « droits
subjectifs » opposables à l'État et, de l'autre, une montée des revendications collec-
tives en termes de « droits culturels », incompatibles pour partie avec les dispositifs
contractualistes fondateurs des démocraties constitutionalisées modernes.
Historicisationlsociologisation. En second lieu, on peut dégager une tendance
lourde (depuis le XVIIIe siècle) à la scientificisation des discours politiques via les
ressources épistémiques de l'histoire et de la sociologie. Depuis lors, il n'est pas de
programme ou attente politique qui n'intègre des éléments prévisionnels cognitifs
empruntés aux sciences humaines et sociales. En d'autres termes, la politique
moderne et les idéologies sous-jacentes se rationalisent à un double niveau : celui,
tout d'abord, des technologies de gouvernement (les appareils bureaucratiques
d'État devenant des futurologues planificateurs), et celui ensuite du régime
d'attente des acteurs informé par des éléments de futurologie (plus ou moins bien
fondés épistémologiquement). Top down (États) ou bottom up (les individus et/ou
les groupes sociaux), les agendas et conflits politiques se trouvent tous argumentes
à partir d'une analyse des structures économiques et sociales, ainsi qu'à partir
des arbitrages qui en découlent en matière de justice distributive, d'intégration
sociopolitique interne et de pression géopolitique externe. Les « crises » qui scandent
néanmoins la politique moderne sont vécues avec d'autant plus de désarroi que
ce sont tous ces dispositifs prévisionnels cognitifs (comme par exemple le keynésia-
nisme) qui semblent pris à revers par le dérèglement d'un ou plusieurs sous-
systèmes - à l'instar d'un secteur aussi crucial, pour les économies locales, que le
système financier globalisé contemporain.
Biologisation. Troisièmement, la raison scientifique classificatoire de la fin du
XVIIIe siècle entre pour partie en phase avec les deux processus précédents. L'idée
de Bildungstrieb (pulsion formatrice) ou nisus formativus de Johann Friedrich
Blumenbach63 est transposée au plan des généalogies nationales64. Si Johann

62 - Wolfgang Reinhard, « Was ist europäische politische Kultur? Versuch zur Begrün-
dung einer politischen historischen Anthropologie », Geschichte und Gesellschaft, 27, 2001,
p. 593-616 (trad. fr. : « Qu'est-ce que la culture politique européenne ? Fondement d'une
anthropologie historique politique », in « Culture politique et communication symbolique »,
Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales, 2, 2008: http://trivium.
revues.org/index902.html), ainsi que Id., Geschichte der Staatsgewalt. Eine vergleichende
Verfassungsgeschichte Europas von den Anfängen bis zur Gegenwart, Munich, Beck, 1999.
63 -Johann Friedrich BLUMENBACH, Über den Bildungstrieb und das Zeugungsgeschäft,
Göttingen, Dieterich, 1781.
64 - On se rappelle en outre le rôle crucial que joue la pensée de Blumenbach pour
Kant lorsque ce dernier discute la possibilité de conjoindre l'approche mécaniste et
1295
l'approche téléologique du vivant. Dans un passage fameux de la troisième Critique (fin

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
Gottfried
nizienne,
Meiners q
racialiste 6
effets ép
tionnisme
économiqu
inspirées
des discou
large mouv
entre les
possible dé
des Moder
nisme, de
En somm
prophétiq
itératives
au moins
les horizon
(1918/192
liser le lie
n'a ainsi n
niveau « m
extrémist
critique, d

du § 81), le
en matière
65 - Christo
Untersuchun
in den ostind
gegenwärtig
66 -À la ra
dans son ha
germanique
sant le com
von Gentz,
ralisme fra
67 - Dominiq
XIXe siècle,
68 - Cette i
lyse d'Ernst
69 - Ce nive
« pratiques
(lesquelles n
propremen
1296
publicisée »).

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
Les âges

Indépenda
lité histor
grandes m
ses suppor
pour elles
possibilité
Emile Ben
dire quelq
groupes, a
spécifique
tique, imm
du cui bo
de toute é
P« oralité
plus près
hybrides s
nous invit
de la typo
l'agora pui
mentaire),
édifiante
historique
sur ce poi
histoire lo
sion politi

« Nation

Si l'appari
dans le si
processus
font désor
tés politiq

70 -Voir en
Politischen?
l'époque pré
tique et com
ainsi que Wil
der Neuzeit,
71 -Colette
POMIAN, L'
1297
d'une nation

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
référence à la souveraineté de la nation. Détruisant les cadres de vie communau-
taires et matériels traditionnels, la révolution industrielle ne manque pas de renfor-
cer cette nouvelle sémantique politique et de donner - en période de crise ou
de rivalité interethnique - un tour réactif, voire franchement nationaliste et agonal,
à ce premier processus (revendication stato-juridique) de nationalisation des entités
politiques européennes. Dans certains cas, le passage des discours politiques aux
vernaculaires modernes s'est effectué en même temps que ce double processus
de nationalisation (pour créer les États-nations d'abord, afin d'exacerber leurs
rivalités ensuite), moyennant par conséquent un certain nombre de décalages
sémantiques entre les vieilles nations et les nations plus récentes, issues d'empires
multiethniques 72. Formulée jadis par Friedrich Meinecke à travers l'opposition
Staatsnation/ Kulturnation 73, l'hypothèse d'antériorité (ou non) de l'État par rapport
à la nation peut conserver une bonne part de sa pertinence heuristique à condition
que la sémantique historique de la nation soit articulée aux apports récents de la
sociologie historique comparée de l'État74.

« Démocratisation »r « politisation » et « idéologisation »

La thèse générale de la « temporalisation » 75 ne doit pas conduire à occulter le


fait que, dès 1972, Koselleck pointait plusieurs autres processus sous-jacents à la
politique moderne, à savoir un triple mouvement :
- de « démocratisation » (appropriation par toutes les couches sociales des
lexiques politiques, inclusion d'expériences sociales nouvelles dans la langue poli-
tique héritée de l'Ancien Régime et apparition/densification de l'espace public via
de nouvelles pratiques de lecture, d'expression, de mobilisation, de contestation,
etc.);

72 - Le réseau de recherche Europaeum va particulièrement s'attacher à dégager sur ce


point similitudes et différences, et le cas de la Roumanie est à cet égard éloquent : le
projet d'histoire des concepts politiques roumains mis en chantier, en 2009, par Victor
Neumann (Université Ouest de Timisoara) et Armin Heinen (Université d'Aix-la-
Chapelle), et financé par la Fondation Volkswagen, s'attache ainsi à la mise en évidence
de ces interférences linguistiques multiethniques aux confins de plusieurs empires.
73 - Friedrich Meinecke, Weltbürgertum und Nationalstaat, Munich, R. Oldenbourg,
1907.
74 -Voir la synthèse de Wolfgang Reinhard, Geschichte der Staatsgewalt, op. cit., ainsi que
Bertrand Badie et Pierre Birnbaum, Sociologie de l'État, Paris, Hachette, [1979] 1990;
Gil Delannoi et Pierre-André Taguieff (dir.), Théories du nationalisme, Paris, Kimé,
1991 ; Gil Delannoi, Sociologie de la nation. Fondements théoriques et expériences historiques,
Paris, Armand Colin, 1999; Antoine Roger, Les grandes théories du nationalisme, Paris,
Armand Colin, 2001.
75 - Le concept d'« Histoire » (Geschichte) fonctionne dans le Lexikon, à mon sens, comme
le Grundbegriff de tous les « concepts fondamentaux » de la langue sociopolitique
moderne des territoires germaniques (et le genre de la « philosophie de l'histoire » est
implicitement posé comme sous-jacent à l'ensemble des idéologies politiques modernes
- comme s'il constituait la matrice dynamique du régime d'attente - téléologique tem-
1298
poralisé - de toute la politique moderne).

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
- d'« idéo
tion de no
fonction d
- de « po
dans des f
langages p
sous-jacen
aux extrêm
Développ
entre 1750
gressive d
des droits
aujourd'h
comparais

« Occiden

Un dernie
tionnerai
historique
croissant :
- d'« occi
du globe d
européens
continent
occidental
- de « glo
nomies, d
via le tour
à l'échelle
fantasmée
gnés (à l'in
- de « dét
tiques, la
via enfin l
de « mon
des identi
et re-com

76 - Jean-Lou
[2003] 2006.
77 - Voir pa
désordre int
sans souverai
1299
de la puissan

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
Plusieurs
la fondat
compatibl
effet, com
des sujets
devenaien
et causal s
historiqu
ckienne à
détermina
limite » (G
fahrungen
viduel et/
en foncti
tableau). E
ralisme h
argument
visiblemen
Ensuite, i
des langag
politique m
facettes,
tions - co
optique, l
parmi d'au
rique en
transcend
nomique,
théorie po
à partir d
théorie vé
tive des r
mise en œ
les différ
praticable.
Pour finir, on remarquera que la sémantique historique proposée par Koselleck
(surtout sous sa première formulation dans les notes infrapaginales de Kritik und
Krise, 1954-1959) constitue elle-même une stratégie de détemporalisation et de
désidéologisation de la politique moderne née à la fin du XVIIIe siècle sur les ruines

Paris, Fayard, 2004, ainsi que Catherine Golliot-Thélène, « La fin du monopole


de la violence légitime ? », Revue d'études comparatives Est-Ouest/ 'East-West Comparative
Studies, 34-1, 2003, p. 5-31, et Jean-François Bayart, Le gouvernement du monde. Une
1300
critique politique de la globalisation, Paris, Fayard, 2004.

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms
de l'État a
guerres civ
apparaît c
de la prati
rateur du
toire des c
que les mo
tout autre arme79».

Alexandre Escudier
Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), FNSP

78 - Rappelons que si le titre n'avait déjà été pris par Max Horkheimer et Theodor
Adorno pour leur célèbre étude, l'ouvrage de Koselleck aurait dû s'intituler : Die Dialektik
der Aufklärung.
79 -R. Koselleck, «Historische Kriterien...», art. cit., p. 67-86, ici p. 86, repris in Le
futur passé..., op. cit., p. 77 '.
1301

This content downloaded from 151.100.101.44 on Sun, 11 Dec 2016 16:36:58 UTC
All use subject to http://about.jstor.org/terms

Vous aimerez peut-être aussi