Vous êtes sur la page 1sur 7

Module : ELT1 Dr : A.

Kansab

4.4 La représentation de Fresnel (Augustin Fresnel 1788- 1827)


4.4.1 Principe de la méthode de Fresnel.

La méthode de Fresnel permet d’effectuer la somme de deux ou plusieurs grandeurs sinusoïdales de


même pulsation .Son principe est le suivant :
Considérons un vecteur ⃗ , de module A, qui tourne autour d’un

point fixe O à la vitesse constante  .


A l’instant t = 0, il fait un angle  avec l’axe ⃗ ( voir figure ci-contre).

A l’instant t, le vecteur ⃗ , fait un angle (t +  ) avec l’axe ⃗.

La projection OA de ce vecteur sur est : = (  + )

La projection OB de ce vecteur sur ⃗ est : = (  + )

 somme de deux vibrations sinusoïdales.


Considérons deux vecteurs ⃗ et ⃗,
de même vitesse angulaire  (voir figure ci-contre)

= ( +  )
= ( +  )
A un instant t, ces deux vecteurs peuvent être représentés
respectivement, par les vecteurs ⃗ et ⃗

. Ces derniers représentent les projections sur ⃗ . des vecteurs

⃗ et ⃗ tournant à la même vitesse 

Donc, la somme algébrique des projections des vecteurs sur l’axe des x est :

= + = ( +  ) + ( +  ) 4.1

où, x est la projection du vecteur :

⃗= ⃗+ ⃗ 4.2

OM montre une représentation de ces vecteurs (voir figure ci-dessus) à un instant t et qui tourne aussi à
la vitesse .

Ainsi, la construction de Fresnel permet de remplacer le calcul de la somme de plusieurs fonctions


trigonométriques (équation 4.1) de même pulsation  par une construction géométrique (équation 4.2)
plus simple.
 Règle de Fresnel.
Le vecteur de Fresnel associé à la somme de plusieurs vecteurs, s’obtient en faisant la somme
vectorielle des vecteurs de Fresnel associés à chacune des vecteurs.

1
Module : ELT1 Dr : A.Kansab

 Exemple
Trouver la somme des grandeurs sinusoïdales par la méthode de Fresnel

= ( ) et = ( − )

 ⃗= ⃗ = 2cm ,  ( ⃗, ⃗)=0

 ⃗= ⃗ = 5 cm ,  ( ⃗, ⃗) = - 

= +  ⃗= ⃗ = + =√ + = 5,38 cm

( ) = = = ,    68,2 soit (  0,38 )

D’où, = + = 5,38 ( + ; ) = 5,38 2 + ,

4.4.2 Impédance et déphasage.

Dans la construction de Fresnel, le choix de l’origine des phases est arbitraire. on choisit donc la phase de
l’intensité du courant comme origine et on écrit:
( )= ( ) 4.3
La d.d.p aux bornes d’un circuit parcouru par un tel courant devient alors :
( )= ( +  ) 4.4
: Représente le déphasage entre l’intensité du courant et la tension ; il peut être positif ou négatif.
 Circuit formé d’une résistance pure

Considérons le circuit de la (figure ci contre)La résistance R

du circuitest traversée par un courant sinusoïdal d’intensité :

( )= ( )

La d.d.p à ses bornes s’écrit d’après la loi d’Ohm est :

( )= ()

Soit :

( +  ) = . ( ) 4.4

D’pres la relation (4.4) on a : = . = . et  =

dans le circuit contenant une impédance Z=R , le courant est en phase avec la tension

 Dans la représentation de Fresnel (Figure ci contre), le courant et la tension sont en phase

2
Module : ELT1 Dr : A.Kansab

 Circuit formé d’une self pure (Bobine)

La bobine d’inductance L du circuit représenté

sur la (figure ci-contre), est parcourue par un courant

( )= ( )

La d.d.p aux bornes de la self (bobine) :

( )= .

Donc :

(  +  ) = . . (  ) = . . ( + )


Avec: = . . = . et =

En considérant les valeurs efficaces, on obtient : = . . = . soit = .

: impédance de la bobine

Dans la représentation de Fresnel (figure ci-contre), le courant dans la self est en retard de ( ) par

rapport à la d.d.p à ses bornes ; ou la d.d.p aux bornes de la self est en avance de ( )sur le courant qui la
parcourt).

 Circuit formé d’un condensateur pur

Le circuit, de la (figure ci-contre), est parcouru

par un courant sinusoïdal d’intensité :

( )= ( )

La d.d.p aux bornes du condensateur de capacité C est


donnée par la loi d’Ohm :

( )= ∫ ( )
Soit :


( + ) = − ( ) =  −
. .


Avec: = ..
. = . et  =−

En considérant les valeurs efficaces, on obtient : = . = . soit =


. .

: Impédance du condensateur

3
Module : ELT1 Dr : A.Kansab

Dans la représentation de Fresnel (figure ci-contre), le courant dans le condensateur est en avance

de ( ) par rapport à la d.d.p à ses bornes ; ou la d.d.p aux bornes du condensateur est en retard de

(− )sur le courant qui la parcourt).

 N.B : quelque soit le choix de l’origine des phases, le courant est toujours:

- en phase avec la tension dans le cas d’une résistance R,



- en retard de ( ) sur la tension dans le cas d’une self (bobine


- et en avance de ( ) dans le cas d’une capacité (condensateur).

 Etude du circuit R, L, C série.


Le circuit, de la (figure ci-contre), est parcouru
par un courant sinusoïdal d’intensité :
( )= ( )

( )= ( )+ ( )+ ()

1
( )= ( )+ . + ( )

 
( )= . (  ) + . . (  + )+  −
.

En utilisant les résultats trouvés ci-dessus, on trace le diagramme de Fresnel (figure ci-contre).

La d.d.p u(t) aux bornes du circuit est représentée par le vecteur ⃗. Son module, qui représente

la valeur maximale UM de cette d.d.p, et le déphasage  peuvent être calculés à partir du triangle

MPN rectangle en P .

. .
= + . − et tan() =
.

Si on pose U M =Z. I M

L’impédance Z du circuit s’écrit alors :

Z= + . − .

4
Module : ELT1 Dr : A.Kansab

 Ecriture complexe de l’impédance

Dans le circuit R,L,C , on peut écrire l’impédance totale du circuit sous forme complexe :

Z = ZR + ZL = Zc

Avec : ZR = R , ZL = j.L.  et Zc = . .

Alors l’impédance Z peut s’écrire sous forme complexe :

= + . . − soit = + . −
. .

ou sous forme polaire :

2 .
 2 .
=‖ ‖ avec, ‖ ‖ = + . − et tan() =
.

Où  représente le déphasage entre la tension et le courant

 Résonnance

Il est intéressant d’étudier les variations de l’impédance Z ou celles de l’intensité efficace I = U/Z

en fonction de la pulsation.

A partir du module de l’impédance ‖ ‖ ona :

 Lorsque . − =0  L.C.  =1 c’est la résonnance


.

L’impédance Z est minimale et vaut R ; l’intensité I est maximale et vaut U/R.

A la résonnance, la pulsation a pour valeur:  = 0 =


√ .

0 ne dépend que des caractéristiques L et C du circuit électrique qui constitue un oscillateur électrique.
C’est la raison pour laquelle 0 est appelée pulsation propre de l’oscillateur et fo sa fréquence propre.
Lorsque la fréquence de l’excitation u(t) se rapproche de la fréquence propre de l’oscillateur,
ce dernier entre en résonance.
A la résonance, plusieurs phénomènes sont observés, à savoir :
- Les tensions VLet VC aux bornes de la bobine et du condensateur sont algébriquement opposées et la
d.d.p aux bornes du circuit résulte uniquement de la présence de la résistance R.
4.5 PUISSANCE ELECTRIQUE EN COURANT ALTERNATIF.
4.5.1 Valeur instantanée de la puissance électrique.

Considérons une impédance Z (figure ci-contre),

soumise à une tension électrique sinusoïdale: ( ) = √2 ( )

5
Module : ELT1 Dr : A.Kansab

et parcourue par un courant électrique d’intensité :

( ) = √2 ( +  )

La puissance électrique instantanée fournie à Z s’écrit alors:

( )= ( ). ( ) = √ ( ) . √ ( +  ) 

( )= 2 . . ( ) . ( + ) Tapez une équation ici.

( )= . . ( ) − . . (  + )

La relation ci-dessus montre que p(t) est la somme d’un terme constant et d’un terme variable à

fréquence double de la fréquence de la tension d’excitation.

Donc, La puissance varie au cours du temps.


4.5.2 Valeur moyenne de la puissance électrique.

La valeur moyenne, sur une période, de la puissance :

= ∫ ( )

Donc : = . ( ) ∫ - . ∫ (  + )

La valeur moyenne du second terme étant nulle, on a :

= . ()

P correspond à la puissance électrique consommée par Z.

4.5.3 Puissance active.

Elle désigne la puissance qui peut être convertie par le récepteur sous une autre forme d’énergie
(mécanique, calorifique etc..). Elle est mesurée en watt (W) et son expression en courant sinusoïdal

est donnée par l’équation :

= . ( )

Le terme () est appelé "facteur de puissance" du récepteur. Il mesurel’efficacité d’un système à
produire de la puissance active.

Dans le cas :

 D’une self (bobine) ou condensateur on a :  =   P =0
 d’une résistance (R)  =0  = .

6
Module : ELT1 Dr : A.Kansab

4.5.4. Puissance réactive.

Elle est liée, à l’énergie emmagasinée dans les selfs et les condensateurs du récepteur, puis entièrement
restituée.

C’est une énergie qui n’est donc pas consommée par la charge, elle est définie par :

= . ( )

Elle est mesurée en Var (volt-ampère-réactif).

Cette puissance est qualifiée ainsi parce que l’absorption et la restitution de l’énergie sont dues à la
réaction d’une self ou d’un condensateur aux variations du courant.

4. 5.5. Puissance apparente.

La puissance apparente S est définie par le produit de la tension par le courant.

= .

C’est la puissance maximale que peut atteindre la puissance active.Le rapport de la puissance

active P sur la puissance apparente notée S définit le facteur de puissance ( ()). Définit par :

() =

S est mesurée en " volt-ampère " (VA)

Les puissances active, réactive et apparente (voir figure ci-contre)

sont reliées entre elles par les expressions suivantes:

= . ( ) = ( ) = +

= . ( ) = ( ) ( ) =