Vous êtes sur la page 1sur 7
See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.net/publication/302089176

See discussions, stats, and author profiles for this publication at: https://www.researchgate.net/publication/302089176

Conference Paper · November 2011

CITATION

1

2 authors, including:

274 PUBLICATIONS 1,051 CITATIONS SEE PROFILE
274 PUBLICATIONS
1,051 CITATIONS
SEE PROFILE

Some of the authors of this publication are also working on these related projects:

READS

77

Bridges Repair, Rehabilitation and Retrofitting - In Frensh : Expertises, Inspections, Diagnostics et Réhabilitation d'Ouvrages d’Art View project View project

Techniques de télédétection, méthodes de traitement d’images et applications à l’étude des mouvements de terrain "SOUK AHRAS, ALGERIE". View project View project

All content following this page was uploaded by Mounir Bouassida on 17 October 2018.

The user has requested enhancement of the downloaded file.

Journées Franco Maghrébines de géotechnique Rabat, 22 au 26 novembre 2011

Etude pathologique d’un réservoir fondé sur sol mou renforcé par pieux de sable

Mounir Bouassida & Abir Mejri Simpro, bureau de consultant en géotechnique. Tunis

Résumé. Il s’agit d’un réservoir cylindrique en coque métallique de diamètre 33 m construit au début des années 90 dans la zone de stockage de produits pétroliers de la société nationale des pétroles (SNDP) sise à Radès dans la banlieue nord de Tunis. L’exécution de la fondation du réservoir a fait l’objet d’une amélioration par pieux de sable de diamètre 0,6m descendus jusqu’à 6m de profondeur et surmontés d’une galette de répartition. Quelques années après le commencement de l’exploitation du réservoir, sans qu’il y ait un système de suivi de comportement, des tassements ont été observés et se sont prolongés continuellement jusqu’à l’obligation de démontage du réservoir dont la coque cylindrique a subi une déformation par flambement très visible. Le tassement dû à la consolidation primaire de couches compressibles a été estimé à 20 cm après quinze ans d’exploitation du réservoir. On expose l’origine des tassements inadmissibles observés et une solution de reprise en sous œuvre par micropieux pour stabiliser le tassement de consolidation dans les couches sous jacentes à celle améliorée par pieux de sable. L’étude de ce cas pathologique permet de tirer quelques enseignements concernant la conception et le dimensionnement des fondations sur sol renforcé par colonnes en matériau granulaire.

1. Description : Géométrie et fondation de l’ouvrage

L’ouvrage étudié est un réservoir circulaire de diamètre 33m et de hauteur 10m qui transmet au sol une contrainte verticale q = 100 kPa. Le réservoir est constitué par une coque métallique qui repose sur une galette d’épaisseur 1,45m, composée par un tout venant. La galette repose sur une succession de couches de sables vaseux compressibles à fortement compressibles et dont le principal rôle est d’uniformiser le tassement du réservoir et par suite, de minimiser le risque des tassements différentiels. La réalisation de la galette est précédée par un renforcement du sol, sur les six premiers mètres, par des colonnes (ou pieux) de sable surmontées par un matelas drainant d’épaisseur 15cm. D’après les données issues de trois sondages carottés menés jusqu’à 40m environ, et les résultats d’essais réalisés au laboratoire sur plusieurs échantillons intacts prélevés entre 6m et 40m de profondeur, le sol peut être subdivisé en six couches surmontées par la galette en matériau sélectionné (Figure 1). Les résultats de la reconnaissance géotechnique ont été déterminés pour un autre projet de réservoirs limitrophes à celui ici étudié. Les investigations géotechniques ont révélé que la couche située entre 2m et 30m de profondeur, présente de faibles caractéristiques mécaniques, d’où il a été jugé nécessaire de procéder à un renforcement du sol. La solution proposée, pour l’exécution du réservoir est un renforcement par pieux de sable (technique de pointe récupérable, Magnan 1983). Le renforcement exécuté est composé de 481 pieux de sable, de longueur 6m, de diamètre 0,6m, répartis selon un maillage irrégulier et le taux de substitution correspondant est voisin de 11%. Cette solution avait pour buts l’accélération et la réduction du tassement de consolidation primaire dans la couche superficielle.

Figure 1 : Coupe géotechnique du sol de la fondation Le tableau 1 illustre la

Figure 1 : Coupe géotechnique du sol de la fondation

Le tableau 1 illustre la prédiction du tassement de consolidation des couches compressibles, par la méthode oedométrique, sur une profondeur allant jusqu’à 28m.

Tableau 1 : Tassement de consolidation dans l’axe du réservoir

Couche

Epaisseur

Cc

 

σ0 (kPa)

Δσ(kPa)

Tassement

(m)

e

0

(cm)

1

6

0,725

2,358

22,5

99,4

95,1

2

3

0,6

1

55,5

89,4

37,5

3

6

0,572

1,883

93

77

31,2

4

3

0,365

1,332

132,75

61

7,7

5

5

0,145

0,677

168

19,3

2,0

6

5

0,145

0,7

215,5

16

1,3

 

Tassement Total (cm)

 

175

Le tableau 1 indique que sur les six premiers mètres de profondeur le tassement à long terme du sol en surface est de 95,1 cm qui correspond environ à 50% du tassement total. Il convient de souligner que le tassement à long terme des couches n° 2, 3 et 4 est d’environ 75cm, sur une épaisseur de 12 m. Ainsi l’amélioration par pieux de sable de 6m de longueur permettra de réduire et d’accélérer environ 44% du tassement prévisible, qui est proche de celui de la couche supérieure. Le tassement total du sol non renforcé, à court terme, a été également estimé par un calcul en élasticité linéaire programmé dans le logiciel Columns 1.0 [1]. Le tableau 2 résume les caractéristiques géotechniques et les valeurs du tassement des couches du sol.

Tableau 2 : Caractéristiques géotechniques des couches du sol

N° couche

H (m)

C u (kPa)

E (kPa)

ν

φ (°)

γ (kN/m 3 )

Tassement (cm)

1

6

10

2500

0,33

21

17,5

23,9

2

12

15

2000

0,4

0

17

47,8

3

5

30

7000

0,33

10

19

3,8

4

5

0

15000

0,25

37

18,5

1,4

5

7

 

4000

0,33

35

19

5,3

6

10

1

7000

0,33

17

20

3,0

   

Tassement total (cm)

 

85,2

A partir du tableau 2, on remarque que le tassement à court terme, qui se produit sur les six

premiers mètres de profondeur est de l’ordre de 30% du tassement total. En supposant que le

tassement à court terme se produit à la fin de la construction du réservoir, le tassement résiduel à long terme est environ de 35 cm ce qui est inadmissible avec la stabilité du réservoir.

2. Etude du sol renforcé par colonnes de sable

La vérification du renforcement par colonnes de sable a été menée à l’aide du logiciel « Columns 1.01 » (www.simpro-tn.com). Pour un taux d’incorporation égal à 11% on vérifie que la capacité portante admissible est vérifiée pour le renforcement exécuté. Egalement, un calcul du tassement du sol renforcé a été effectué en élasticité linéaire par le logiciel « Columns 1.01 » et dont les résultats sont présentés dans le tableau 3.

Tableau 3 : Estimation du tassement du sol (logiciel Columns 1.01)

 

Tassement du sol non renforcé (cm)

Tassement du sol renforcé

N° couche

(cm)

1

23,9

3,0

2

47,8

47,8

3

3,8

3,8

4

1,4

1,4

5

5,3

5,3

6

3,0

3,0

Tassement total (cm)

85,2

64,3

L’amélioration du sol par colonnes de sable sur les six premiers mètres de profondeur, a permis la réduction du tassement, dans un rapport de huit fois, et son accélération juste en quelques semaines. En revanche, Ce tassement en surface ne représente qu’environ le tiers du tassement total, dont 50% environ se produit dans la couche de vase très compressible située entre 6m et 18 m de profondeur. Ainsi, du point de vue réduction du tassement la solution (pieux de sable de 6m de longueur), proposée est largement sous estimée.

En effet, sur les quinze ans de mise en service, le tassement observé à l’œil nu (sans la mise en place d’un système de mesure) est de l’ordre de 15 à 20 cm. Ce tassement est celui de la couche de vase très compressible située entre 6 m et 18 m de profondeur dont le degré de consolidation atteint au bout de quinze ans est estimé environ à 46%, qui correspond environ

à un tassement estimé de 23 cm. Alors que le tassement de consolidation de la couche améliorée s’achève suite à l’épreuve d’eau avant la mise en service du réservoir.

3.

Solutions proposées pour mise en service du réservoir

La solution adéquate consiste à réduire au maximum voire à éliminer le tassement résiduel de consolidation primaire estimé dans les couches de vase très compressibles d’épaisseur 12m, sous jacente à la première couche renforcée par les pieux de sable. Deux solutions sont proposées pour atteindre cet objectif :

Un renforcement par micropieux (MP) de longueur atteignant la couche de sable d’épaisseur 5m (Figure 1).

Un renforcement par inclusions rigides inclinées (IR).

3.1. Le renforcement par micro pieux

Cette solution nécessite le démontage entier de la coque du réservoir (y compris son fond métallique) pour la mise en place des micropieux selon un maillage où l’espacement augmente du centre vers le bord du réservoir. Des poutres de couronnement reliant les têtes

des micropieux serviront pour une répartition des charges sur toute l’emprise du réservoir. Les micropieux de type III, de diamètre 0,3m reprennent les charges transmis par frottement latéral. Un total de 64 micropieux a été estimé correspondant à 1600 ml (Figure 2). Ce calcul

a été réalisé en se basant sur les données pressiométriques du projet Pont Rades La Goulette [3], faute de données pressiométriques . Le renforcement par micropieux, bien qu’il

représente une solution onéreuse, il garantira la stabilité du réservoir sans risque de tassement

à long terme.

du réservoir sans risque de tassement à long terme. Figure 2. Réseau de micro pieux reliés

Figure 2. Réseau de micro pieux reliés par des semelles de liaison en béton armé

3.2. Le renforcement par inclusions rigides inclinées

Elle présente l’alternative de ne pas démonter la coque du réservoir qui sera rénovée sur les aires affectées par le flambement. Les inclusions sont mises en place par forage et doivent être ancrées dans la couche de sable située à partir de 23 m de profondeur (Figure 3). Le principe de fonctionnement de ces inclusions est comme suit : reprendre essentiellement (par le frottement latéral) une proportion du poids total transmis par l’ouvrage. Il faudra donc, estimer l’effort de frottement latéral total admissible à reprendre par une inclusion et déterminer le nombre d’inclusions nécessaire en fonction de la proportion de la charge à leur allouer. Si cette dernière est estimée à 67%, les 33% restants de la charge seront transmis au

sol initial, dont le degré de consolidation a augmenté de l’ordre de 50% durant les quinze ans de service. Etant donné que les IRI sont recouvertes en tête par une couverture en BA, une meilleure concentration des charges a lieu, de ce fait leur nombre est inférieur à celui des micropieux, il serait environ de 25 inclusions rigides. De point de vue économique, la solution de renforcement par IR inclinées est alors moins onéreuse que celle des micropieux reliés par des poutres de couronnement en béton armé.

reliés par des poutres de couronnement en béton armé. Figure 3. Renforcement par incl usions rigides

Figure 3. Renforcement par inclusions rigides inclinées

4. Synthèse et recommandations

Le réservoir de la SNDP dans la zone de stockage des hydrocarbures a été le siège de tassements inadmissibles après quinze ans d’exploitation. Il en a résulté une mise hors service dans l’attente d’une solution de reprise en sous œuvre, pour maîtriser les tassements résiduels

à long terme dans les couches sous jacentes à une couche superficielle améliorée par pieux de

sable de 6 m de longueur. Il s’est avérée que cette technique est bien adéquate mais elle était exécutée avec un dimensionnement largement sous estimé. En effet l’amélioration de la

couche compressible superficielle n’a été efficace que pour la réduction et l’accélération de 30% environ du tassement total de l’ouvrage. Alors que la couche de vase très compressible, située entre 6 m et 18 m de profondeur n’a été consolidée qu’environ de 50% ce qui a engendré une proportion significative du tassement de consolidation primaire observé entre 1995 et 2009. En vue de remettre ce réservoir en service d’exploitation une solution de renforcement par micropieux ou par inclusions rigides est nécessaire. Ce genre de renforcement aura pour objectif principal la neutralisation du tassement de consolidation de l’horizon compressible situé entre 6 m et 18 m de profondeur.

En raison de l’absence de données pressiométriques lors de la réalisation du projet, et pour se conformer à des règles de calcul selon les normes disponibles, il est recommandé de procéder

à un sondage pressiométrique jusqu’à 30 m de profondeur sous l’emprise de la galette. Ce qui

permettra de déterminer correctement les paramètres géotechniques actuels qui ont été notamment affectés par la consolidation partielle due à la mise en service durant quinze ans. Sur la base de ces données un dimensionnement adéquat de la solution de renforcement permettra de déterminer le nombre des inclusions verticales à pourvoir et dont la longueur totale est de 27 m à 30 avec un ancrage de 2 m dans la couche de sable dense située environ à la profondeur 23 à 28 m. Finalement, il est à rappeler qu’une reconnaissance géotechnique spécifique à l’ouvrage aurait été nécessaire pour éviter le recours à des données géotechniques non représentatives même si elles concernent des ouvrages limitrophes à celui faisant l’objet de l’étude

Références

[1] Bouassida M. et Hazzar L. (2011). Novel tool for optimised design of reinforced soils by

columns. Ground Improvement journal. In press.

[2] Magan J.P. (1983). Théorie et pratique des drains verticaux. Eyrolles. Paris.

[3] Rapport géotechnique (2010). Cas pathologique du réservoir n°16 de la SNDP (AGIL) de la zone d’hydrocarbures à Radés. Simpro. www.simpro-tn.com

6