Vous êtes sur la page 1sur 29

Anglicismes : n’empruntons que le strict nécessaire!

 Théorie
 Exercices
 Corrigés
 Bibliographie

Depuis au moins deux siècles (Bouchard, 2002, p. 91), chroniqueurs, professeurs, journalistes, membres de
l’élite intellectuelle, etc., évoquent les anglicismes qui émaillent le français d’ici. Beaucoup de choses ont été
écrites sur le sujet, de très nombreux recueils de formes fautives ont été publiés, des campagnes du « bon
parler » ont été organisées. Tout cela a porté des fruits, certes, mais certaines fautes sont tenaces ou refont
surface après quelques années passées dans l’oubli, et de nouveaux emprunts à l’anglais sont faits. C’est
pourquoi il est essentiel de se pencher sur les anglicismes quand on parle de qualité de la langue.

Des emprunts parfois inutiles

L’anglicisme est un mot, une expression, un sens, une construction propre à la langue anglaise qui est
emprunté par une autre langue, dont le français (Multi, p. 81). Le phénomène des emprunts linguistiques
n’est pas nouveau et il s’est produit à de nombreuses reprises dans l’histoire. Ces emprunts, qui peuvent être
motivés ou non, se produisent dès que deux langues sont en présence l’une de l’autre, une langue, la langue
prêteuse, ayant souvent un plus grand rayonnement que l’autre, la langue emprunteuse.

La langue prêteuse doit fréquemment son pouvoir linguistique au fait qu’elle est la langue d’un État ou d’une
communauté linguistique exerçant une suprématie économique sur d’autres États ou communautés
linguistiques. La langue prêteuse prêtera plus de mots à la langue emprunteuse que l’inverse. Bien souvent,
c’est le vocabulaire technique des domaines d’excellence de la culture prêteuse qui s’impose. Par exemple, le
français a beaucoup emprunté à l’italien en matière de vocabulaire de la musique, le vocabulaire français de
la gastronomie s’est répandu dans le monde, et la langue des nouvelles technologies de l’information est
actuellement l’anglais américain. Les locuteurs empruntent non seulement des mots à d’autres langues, mais,
le plus souvent, les réalités que ces mots désignent.

Rien de plus normal, donc, que les francophones empruntent des mots (et les réalités qu’ils désignent) à la
culture anglaise qui les entoure? Oui. Cependant, si certains emprunts sont utiles parce que le français ne
dispose pas d’équivalents pour eux (par exemple : baseball, blazer, rail, short, steak, etc.), d’autres viennent
interférer avec les expressions et les mots français qui existent déjà. Ces emprunts sont inutiles et nuisent
même à la clarté de l’expression. Nous traiterons de ces emprunts dans les exercices de cette section.

Des distinctions s’imposent

Il est bien sûr permis de faire des emprunts, utiles et inutiles, lors de conversations entre amis, en famille,
dans toute situation de communication de niveau familier, souvent orale. Les recommandations qui suivent
valent surtout pour les situations de communication officielles, que ce soit un exposé oral fait en classe, un
travail trimestriel, un article destiné au journal étudiant, une entrevue accordée à un média, etc. C’est dans de
tels cas qu’il faut soigner sa façon de s’exprimer. Dans son « Énoncé d’une politique relative à l’emprunt de
formes linguistiques étrangères », l’Office québécois de la langue française (OQLF) rappelle qu’il faut
distinguer « entre l’usage officiel et l’usage personnel de la langue. L’usage officiel doit nécessairement se
soumettre à des contraintes normatives; ces contraintes deviennent facultatives dans les communications
privées » (OQLF, 1980, p. 234).
L’OQLF, dans son « Énoncé », établit une autre distinction qui touche tout particulièrement les étudiants de
l’enseignement supérieur. Il attire l’attention sur la différence entre la langue commune, ou générale, et la
langue de spécialité, cette dernière étant très répandue dans nos murs. La langue de spécialité est
« l’ensemble des mots ou expressions propres à une science, une technique, un art, une activité » (OQLF,
1980, p. 234). Sans admettre d’emblée tout emprunt à l’anglais dans les langues de spécialité dont on se sert
très souvent dans les domaines de pointe propres à la recherche universitaire, l’OQLF dit que les « modalités
d’application d’une politique de l’emprunt linguistique peuvent différer selon qu’il s’agit de la langue
commune ou de la langue de spécialité » (OQLF, 1980, p. 235).

La France et le Québec

Les anglicismes critiqués du Québec ont peu de choses à voir avec les anglicismes que l’on peut trouver en
France. Les spécialistes vous diraient peut-être que les anglicismes du Québec avaient peu de choses à voir
avec ceux qui ont cours en France, car la situation française change, mais nous nous en tiendrons ici à la
première affirmation. En France, le sentiment de sécurité linguistique des gens qui parlent français est
différent du nôtre, et on semble y pratiquer beaucoup plus l’emprunt direct à l’anglais qu’au Québec.

En France, on utilise couramment les termes shopping, parking, week-end, e-mail, etc., et ce, tant dans les
conversations familières que dans les communications officielles. Au Québec, en revanche, tout emprunt
direct à l’anglais est suspect. Dans les communications soignées, on tente d’éliminer tout mot à consonance
anglaise, quitte à faire parfois des... fautes de français ou à se priver d’un mot dont on a besoin pour parler
clairement. Ainsi, pour désigner l’ensemble des marchandises d’un magasin et éviter l’emploi d’un mot
anglais, on parlera fautivement d’*inventaire alors qu’il faudrait utiliser le nom stocks, l’inventaire ne
désignant que « le dénombrement (d’articles, de marchandises, etc.) et le document qui en résulte » (Multi,
p. 808).

Au Québec, on emprunte peu directement à l’anglais, mais davantage de façon inconsciente. On commet
plutôt des anglicismes sémantiques et des anglicismes syntaxiques (voir le paragraphe sur les « Types
d’anglicismes »), car la réalité linguistique québécoise est différente de la réalité linguistique française. Ainsi,
tel dirigeant sera content de *nous introduire son épouse (au lieu de nous la présenter), telle chanteuse *sera
sous l’impression qu’elle avait la faveur du public (alors qu’elle devrait en avoir
l’impression), tel journaliste nous dira que les médecins sont *sur appel (alors qu’ils sont de garde). Ces
personnes croient, en toute bonne foi, parler un français correct, mais leur usage de cette langue subit, bien
contre leur gré, la pression des structures anglaises sur les structures françaises.

Vigilance ou laisser-aller?

Faut-il se préoccuper de cette situation? Selon Maurice Pergnier (1989), il faut réagir, car, à moins d’un
« bouleversement violent de l’équilibre mondial » (p. 11), la suprématie de l’anglais sur les autres langues est
un phénomène qui va s’amplifier et qui aura pour conséquence une « forte imprégnation des lexiques et de
l’ensemble des structures de ces langues par des apports anglais » (p. 11). Cette imprégnation des structures
constitue « le stade ultime de déstabilisation au-delà duquel c’est l’existence même de cette langue qui est en
péril » (p. 93). Sans tomber dans un alarmisme paralysant et sans aller contre une certaine évolution de la
langue, il faut chercher, chaque fois qu’on s’exprime, à penser directement en français, et non à traduire de
l’anglais. Pergnier déplore avec raison qu’« on ne rédige plus le message en fonction de son contenu, mais en
fonction de l’étalon linguistique anglais » (p. 102).

Anglicismes en transition

Que ce soit en France ou au Québec, la langue évolue. Les anglicismes traités dans les exercices de cette
section constituent des impropriétés. Cependant, quelques-unes de ces impropriétés se situent actuellement
dans des zones dites de transition, en ce sens qu’elles sont maintenant consignées dans Le petit Larousse
illustré, et à l’occasion dans Le Petit Robert, accompagnées de la remarque « emploi critiqué ».

Comme d’autres mots ou d’autres sens de certains mots, certains de ces anglicismes pourraient un jour être
pleinement acceptés dans le bon usage, et les lexicographes, c’est-à-dire les auteurs de dictionnaire,
laisseraient alors tomber le commentaire « emploi critiqué ».

C’est le cas, par exemple, du verbe réaliser, passé maintenant dans l’usage au sens de « se rendre compte,
comprendre », sens qu’il n’avait pas avant. L’adjectif drastique, au sens de « draconien, radical », a aussi été
récemment accepté par Larousse et par Robert. Il est décrit sans aucune mention, après avoir longtemps été
précédé de l’expression « emploi critiqué ». L’usage a donc retenu ce nouveau sens.

Vous pouvez ainsi vous amuser à suivre le sort de certains mots au fil des rééditions des dictionnaires. À
surveiller : alternative (au sens de solution de rechange), initier (au sens de lancer, instaurer, entreprendre),
etc.

Types d’anglicismes

Les emprunts à l’anglais sont multiples et peuvent se classer selon la typologie suivante inspirée de
l’« Énoncé d’une politique relative à l’emprunt de formes linguistiques étrangères » (OQLF, 1980), de Gilles
Colpron (1982) et de Marie-Éva de Villers (2003).

L’anglicisme lexical est l’« emploi d’une unité lexicale originaire de l’anglais avec ou sans adaptation
phonétique, graphique ou morphologique » (de Villers, 2003).

Cet emprunt à l’anglais peut être nécessaire, comme nous l’avons vu précédemment (design, marketing,
coroner, bermuda, t-shirt, bobsleigh, etc.), parce que le français n’a pas d’autre mot pour désigner la réalité
en question.

L’emprunt peut aussi être inutile (*waitress au lieu de serveuse, *brake au lieu de frein, *break au lieu
de pause, *tip au lieu de pourboire, *switcher au lieu de remplacer ou d’échanger, *canceller au lieu
d’annuler, etc.).

L’anglicisme sémantique est un mot français auquel on donne l’un des sens d’un mot anglais qui est
identique ou qui lui ressemble (*application au sens de candidature, *argument au sens de discussion,
*compléter au sens de remplir, *questionner au sens de mettre en doute, etc.). On appelle également ce type
d’anglicisme « faux ami ».

L’anglicisme syntaxique constitue une traduction littérale d’une expression anglaise (*pour aucune
considération au lieu de à aucun prix, *jusqu’à date au lieu de jusqu’à maintenant, *demander une question
au lieu de poser une question, etc.). L’anglicisme syntaxique est très fréquemment désigné sous le nom de
« calque ».

Contamination orthographique

Bon nombre de termes français qui subissent une contamination orthographique sous l’influence de mots
anglais qui leur ressemblent peuvent se corriger à l’aide de cette liste, car ils sont peu nombreux.
Orthographe anglaise Orthographe française
address adresse
alcohol alcool
apt. (abréviation du nom anglais apartment) app. (abréviation du nom français appartement)
connection connexion
dance danse
Dr. (abréviation de l’anglais doctor) Dr (abréviation du terme français docteur)
example exemple
exercise exercice
future futur
hr. (abréviation de l’anglais hour) h (symbole représentant le terme français heure)
language langage
license licence
no. (abréviation anglaise du latin numero) no (abréviation du terme français numéro)
professional professionnel
recommendation recommandation
traffic trafic

Exercices sur les anglicismes


 Théorie
 Exercices
 Corrigés
 Bibliographie

Pour faire les exercices sur les anglicismes, consultez les sites Web ou les ouvrages de référence qui suivent.

Sites Web

 Langue au chat
 Grand dictionnaire terminologique
 Chroniques « Au plaisir des mots »
 Téléinformations linguistiques
 Les mots, j’en fais mon affaire

Ouvrages de référence

 DAGENAIS, Gérard (1984). Dictionnaire des difficultés de la langue française au Canada, 2e éd.,
Boucherville, Éditions françaises, 538 p.
 DELISLE, Yvon (2000). Mieux dire, mieux écrire, 2e éd., Sainte-Foy, Éditions Septembre,
coll. « Réussir », 72 p.
 DUBUC, Robert (2000). En français dans le texte, 2e éd., préf. de Nada Kerpan, Brossard,
Linguatech, 257 p.
 FOREST, Constance et Denise BOUDREAU (1999). Dictionnaire des anglicismes. Le Colpron,
Laval, Beauchemin, 381 p.
 GUILLOTON, Noëlle et Hélène CAJOLET-LAGANIÈRE (2005). Le français au bureau, 6e éd.,
Québec, Publications du Québec, 754 p.
 LECLERC, Jacques (1989). Qu’est-ce que la langue?, 2e éd., Laval, Mondia, p. 365-368.
 VILLERS, Marie-Éva de (2003). Multidictionnaire de la langue française, 4e éd., Montréal, Québec
Amérique, 1532 p. [Cédérom, 2001.]
Exercice 1

Associez à l’anglicisme de la colonne de gauche la forme correcte de la colonne de droite.


Anglicisme Forme correcte
1. *à l’effet que A. une version définitive
2. un *comté électoral B. une franchise de 100 $
3. un cours *privé C. une décision sans appel
4. *demander une question D. une correspondance
5. un *dépôt direct E. une conférence téléphonique
6. un *e-mail F. une tribune téléphonique
7. *en autant que G. suivre un cours
8. des *heures d’affaires H. des questions diverses
9. *une ligne ouverte I. pourvu que
10. *prendre un cours J. poser une question
11. un *appel conférence K. des heures d’ouverture
12. un *déductible de 100 $ L. un cours particulier
13. un *transfert (d’autobus) M. un courrier électronique, un courriel
14. une décision *finale N. un virement automatique
15. *varia O. une circonscription électorale
16. une version *finale P. selon lequel, que, voulant que, indiquant que
Corrigé de l’exercice 1

Corrigé de l’exercice 1

Associez à l’anglicisme de la colonne de gauche la forme correcte de la colonne de droite.

1. P. *à l’effet que

La forme fautive *à l’effet que est un anglicisme syntaxique, calque de l’anglais to the effect that; en
français, on emploie plutôt les termes selon lequel, selon laquelle, que, voulant que, indiquant que.

Ex. : Le règlement selon lequel il faut renouveler son permis tous les ans a été modifié.

2. O. un *comté électoral

Au Québec, un comté est une subdivision territoriale administrative, et non électorale. Le terme comté est un
anglicisme sémantique au sens de circonscription électorale.

Ex. : Le nouveau député avait été élu dans cette circonscription (et non *comté) électorale lors de l’élection
partielle.

3. L. un cours *privé

L’emploi de l’adjectif privé dans l’expression cours *privé constitue un anglicisme sémantique; en français,
on parle plutôt de cours particulier. On dit également secrétaire particulier ou particulière, voiture
particulière. Pour distinguer l’emploi des deux adjectifs, il faut se dire que l’adjectif privé est le contraire de
public, tandis que l’adjectif particulier veut dire « [a]ffecté en propre à quelqu’un, à qqch. » (PLI 2003).

4. J. *demander une question


En français, on pose une question. L’anglicisme syntaxique *demander une question est un calque de
l’anglais to ask a question.

5. N. un *dépôt direct

L’opération « consistant à déposer une somme directement dans un compte en banque » (Multi) est un
virement automatique. L’anglicisme syntaxique *dépôt direct est un calque de l’anglais direct deposit.

6. M. un *e-mail

Le terme *e-mail est un anglicisme lexical; les formes correctes sont courrier électronique ou courriel.

7. I. *en autant que

L’expression *en autant que est un anglicisme sémantique, de l’anglais insofar as. En français, on dit plutôt
dans la mesure où, pourvu que.

8. K. des *heures d’affaires

L’anglicisme syntaxique *heures d’affaires est un calque de l’anglais business hours; en français, on dira
plutôt, selon le cas, heures d’ouverture pour un magasin, une bibliothèque ou heures de bureau pour une
entreprise.

9. F. une *ligne ouverte

L’anglicisme syntaxique *ligne ouverte est un calque de l’anglais open line; en français, on dira plutôt
tribune téléphonique.

10. G. *prendre un cours

L’anglicisme syntaxique *prendre un cours est un calque de l’anglais to take a course; en français, on dira
plutôt suivre un cours.

11. E. un *appel conférence

L’anglicisme syntaxique *appel conférence est un calque de l’anglais conference call; en français, on dira
plutôt conférence téléphonique.

12. B. un *déductible de 100 $

La « [p]art d’un dommage assumée par l’assuré » (Multi) est une franchise, et non un *déductible
(anglicisme sémantique). En français, le terme déductible ne s’emploie que comme adjectif.

Ex. : Les frais de garderie sont déductibles.

13. D. un *transfert (d’autobus)

Le « [t]itre de transport qui permet d’utiliser métro et autobus au cours d’un même trajet, sans payer plusieurs
fois » (Multi) est une correspondance, et non un *transfert (anglicisme sémantique).

14. C. une décision *finale


Pour dire d’une décision ou d’un jugement qu’ils ne peuvent être modifiés, on dit qu’ils sont sans appel.
L’emploi de l’adjectif *final en ce sens constitue un anglicisme sémantique. L’adjectif final veut dire : « Qui
arrive à la fin. » (Dubuc, 2000, p. 82).

15. H. *varia

Pour désigner le point à la fin d’un ordre du jour ou d’un procès-verbal où l’on peut ajouter des sujets de
discussion, on utilise le terme questions diverses. Le mot varia, qui vient du latin, est un anglicisme lexical,
emprunté à l’anglais. En français, le terme varia veut dire : « Recueil d’œuvres variées. » (NPR).

16. A. une version *finale

Pour dire d’une version qu’elle est « [r]églé[e], fixé[e] de manière qu’on ne devra plus y revenir;
irrévocable » (PLI 2003), on dit qu’elle est définitive. L’emploi de l’adjectif *final en ce sens constitue un
anglicisme sémantique. L’adjectif final veut dire : « Qui arrive à la fin. » (Dubuc, 2000, p. 82).

Exercice 2

Indiquez la forme française correcte pour chacun des anglicismes soulignés dans les phrases qui suivent.

1. À date, les factures n’ont pas été expédiées à nos abonnés.

2. L’entreprise adoptera une stratégie agressive pour séduire et conserver les clients potentiels.

3. Votre application est parvenue au Service des ressources humaines.

4. Plusieurs des habitués du club étaient déjà complètement paquetés à l’arrivée de la police.

5. C’est du vrai patchage qu’a fait l’entrepreneur dans la réalisation du contrat.

6. La voiture du patron est en panne; il a fait appeler un towing.

7. Il importe d’adresser cette question avec une extrême attention.

8. La voisine a oublié de renouveler sa provision de papier de toilette.

9. Il serait temps d’appeler le dentiste pour canceller ce rendez-vous.

10. Les formulaires requis ont été mallés il y a deux semaines.

11. L’aviseur légal de l’entreprise nous a conseillé d’utiliser cette procédure.

12. Cette année-là, le bal de graduation a connu un retentissant succès.

13. La députée de Saint-Laurent siège sur le conseil d’administration de la nouvelle association.

14. Pour terminer ce travail, nous serons peut-être obligés de faire de l’overtime.

15. Seul un habile mécanicien pourra réparer ce spidomètre défectueux.

16. Cet athlète versatile connaît actuellement un très vif succès.


17. Le boxeur est à son meilleur lorsqu’il affronte des adversaires très agressifs.

18. Nous venons de recevoir ce pamphlet, qui vante les mérites de la nouvelle entreprise.

Corrigé de l’exercice 2Corrigé de l’exercice 2

Indiquez la forme française correcte pour chacun des anglicismes soulignés dans les phrases qui suivent.

1. Phrase à corriger : *À date, les factures n’ont pas été expédiées à nos abonnés.

Correction suggérée : Jusqu’à présent, les factures n’ont pas été expédiées à nos abonnés.

Pour éviter l’anglicisme syntaxique *à date, les termes à privilégier sont jusqu’à maintenant, jusqu’à ce jour,
jusqu’ici, jusqu’à présent. L’anglicisme *à date est un calque de l’expression anglaise up to date. Robert
Dubuc (2000, p. 1) ajoute cette précision intéressante : « En tête de phrase, lorsque le moment de référence
est la journée où l’on parle, on peut utiliser les locutions à cette date, à ce jour sans la préposition jusque. »

2. Phrase à corriger : L’entreprise adoptera une stratégie *agressive pour séduire et conserver les
clients potentiels.

Correction suggérée : L’entreprise adoptera une stratégie persuasive pour séduire et conserver les clients
potentiels.

Employé en ce sens, l’adjectif *agressif doit être remplacé par l’un des mots suivants : énergique,
dynamique, persuasif. Le terme français agressif partage avec l’adjectif anglais agressive les sens de
« violent, brutal », mais pas ceux de « dynamique, énergique, persuasif ». Quand le terme français est utilisé
dans l’une de ces dernières acceptions (sens), il devient un anglicisme sémantique.

3. Phrase à corriger : Votre *application est parvenue au Service des ressources humaines.

Correction suggérée : Votre demande d’emploi est parvenue au Service des ressources humaines.

Le terme à privilégier est demande d’emploi, au lieu de l’anglicisme sémantique *application. En anglais, le
terme application a, en plus de ses autres sens, celui de « demande d’emploi », mais le mot français ne
possède pas cette acception. Il peut signifier :

 action de poser une chose sur une autre;


 mise en pratique d’un précepte, d’une recommandation, etc.;
 attention soutenue.

4. Phrase à corriger : Plusieurs des habitués du club étaient déjà complètement *paquetés à l’arrivée
de la police.

Correction suggérée : Plusieurs des habitués du club étaient déjà complètement ivres à l’arrivée de la police.

Les termes à privilégier sont ivre ou soûl, soûle. Le terme à éviter *paqueter est un anglicisme lexical : le
suffixe verbal -er a été joint au verbe anglais to pack dont on a légèrement modifié l’orthographe. L’adjectif
soûl s’écrit aussi saoul, saoule, mais cette orthographe est vieillie.

5. Phrase à corriger : C’est du vrai *patchage qu’a fait l’entrepreneur dans la réalisation du contrat.

Correction suggérée : C’est du vrai rafistolage qu’a fait l’entrepreneur dans la réalisation du contrat.
Le terme à privilégier est rafistolage. L’anglicisme lexical *patchage a été créé à partir du verbe anglais to
patch auquel on a ajouté le suffixe nominal français -age.

6. Phrase à corriger : La voiture du patron est en panne; il a fait appeler un *towing.

Correction suggérée : La voiture du patron est en panne; il a fait appeler une dépanneuse.

Le terme correct est dépanneuse. L’anglicisme lexical *towing a été créé à partir du terme anglais tow truck.

7. Phrase à corriger : Il importe d’*adresser cette question avec une extrême attention.

Correction suggérée : Il importe de traiter cette question avec une extrême attention.

En français, on peut s’attaquer à une question ou à un problème, on peut aussi aborder ou traiter une
question, considérer un problème. Les anglicismes syntaxiques *adresser une question et *adresser un
problème sont des calques de l’anglais to address an issue. En français, on peut adresser une lettre à
quelqu’un, s’adresser à un auditoire lors d’un colloque.

8. Phrase à corriger : La voisine a oublié de renouveler sa provision de *papier de toilette.

Correction suggérée : La voisine a oublié de renouveler sa provision de papier hygiénique.

Le français préfère l’expression papier hygiénique à l’anglicisme syntaxique *papier de toilette qui est un
calque de l’anglais toilet paper.

9. Phrase à corriger : Il serait temps d’appeler le dentiste pour *canceller ce rendez-vous.

Correction suggérée : Il serait temps d’appeler le dentiste pour annuler ce rendez-vous.

Le terme à privilégier est le verbe annuler. L’anglicisme lexical *canceller a été créé à partir du verbe anglais
to cancel auquel on a ajouté un l et le suffixe verbal français -er.

10. Phrase à corriger : Les formulaires requis ont été *mallés il y a deux semaines.

Correction suggérée : Les formulaires requis ont été postés il y a deux semaines.

Le verbe à utiliser est poster. L’anglicisme formel *maller a été créé à partir du verbe anglais to mail, auquel
on a ajouté le suffixe verbal français -er, en plus d’opérer une adaptation phonétique.

11. Phrase à corriger : L’*aviseur légal de l’entreprise nous a conseillé d’utiliser cette procédure.

Correction suggérée : Le conseiller juridique de l’entreprise nous a conseillé d’utiliser cette procédure.

La forme correcte est conseiller juridique. L’anglicisme syntaxique *aviseur légal est un calque de l’anglais
legal advisor.

12. Phrase à corriger : Cette année-là, le *bal de graduation a connu un succès retentissant.

Correction suggérée : Cette année-là, le bal de fin d’études a connu un succès retentissant.

La forme correcte est bal de finissants ou bal de fin d’études. Le terme français graduation, qui signifie
« action de diviser en degrés », est utilisé correctement dans l’expression suivante : la graduation d’un
thermomètre. Dans l’expression *bal de graduation, l’emploi de *graduation constitue un anglicisme
sémantique.

13. Phrase à corriger : La députée de Saint-Laurent *siège sur le conseil d’administration de la


nouvelle association.

Correction suggérée : La députée de Saint-Laurent siège au conseil d’administration de la nouvelle


association.

En français, la préposition à utiliser à la suite du verbe siéger est à et non *sur. L’anglicisme syntaxique
*siéger sur est un calque de l’anglais to sit on a committee, on a board.

14. Phrase à corriger : Pour terminer ce travail, nous serons peut-être obligés de faire de *l’overtime.

Correction suggérée : Pour terminer ce travail, nous serons peut-être obligés de faire des heures
supplémentaires.

Le terme approprié est heures supplémentaires. L’anglicisme lexical *overtime est emprunté tel quel à
l’anglais et l’anglicisme syntaxique *temps supplémentaire, que l’on voit également, est un calque du même
terme, overtime.

15. Phrase à corriger : Seul un habile mécanicien pourra réparer ce *spidomètre défectueux.

Correction suggérée : Seul un habile mécanicien pourra réparer cet indicateur de vitesse défectueux.

Le terme correct est indicateur de vitesse. L’anglicisme lexical *spidomètre est formé à partir du mot anglais
speedometer auquel on a fait subir une adaptation phonétique (spi) et orthographique (-mètre).

16. Phrase à corriger : Cet athlète *versatile connaît actuellement un très vif succès.

Correction suggérée : Cet athlète polyvalent connaît actuellement un très vif succès.

Les termes à privilégier sont polyvalent ou aux talents variés. En français, l’adjectif versatile signifie
« capricieux, inconstant, changeant » et a une connotation péjorative (négative).

17. Phrase à corriger : Le boxeur *est à son meilleur lorsqu’il affronte des adversaires très agressifs.

Correction suggérée : Le boxeur excelle lorsqu’il affronte des adversaires très agressifs.

Les termes à privilégier sont le verbe exceller ou les expressions être au sommet de sa forme, être en grande
forme. L’anglicisme syntaxique *être à son meilleur est un calque de l’anglais to be at his/her best.

18. Phrase à corriger : Nous venons de recevoir ce *pamphlet, qui vante les mérites de la nouvelle
entreprise.

Correction suggérée : Nous venons de recevoir ce dépliant, qui vante les mérites de la nouvelle entreprise.

Les termes appropriés sont dépliant ou prospectus. L’anglicisme sémantique *pamphlet vient de l’anglais
pamphlet. Le mot signifie en français « écrit satirique », comme dans l’énoncé suivant : « Ce jeune candidat à
la députation vient de publier un violent pamphlet contre son adversaire politique. »
Exercice 3

Choisissez la bonne réponse parmi les deux termes placés entre parenthèses.

1. À chacune de vos visites, veuillez présenter votre carte (d’identité / d’identification) au surveillant de
l’immeuble.

2. Les élèves sont tenus de respecter (une cédule stricte / un horaire strict).

3. Les (risques / chances) d’une explosion nucléaire dans cette usine sont minimes.

4. On a (chargé / réclamé) des prix excessivement élevés pour l’achat de cet ordinateur.

5. Les négociateurs ont décidé d’aborder la question des clauses (salariales / monétaires) des employés lors
de leurs discussions.

6. Ce sont des chiffres très (modérés / conservateurs) que nous proposons pour expliquer le phénomène.

7. Les (frais d’exploitation / coûts d’opération) de cette usine semblent vraiment inquiéter ses propriétaires.

8. Avant de sortir de la salle de cours, veuillez (remplir / compléter) ce formulaire.

9. (En autant que je suis concerné / En ce qui me concerne), on ne doit pas attribuer les manifestations de
violence actuelles à l’action des médias.

10. Selon leurs résultats scolaires, les étudiants peuvent être (éligibles / admissibles) à une bourse d’études
assez substantielle.

Corrigé de l’exercice 3

Corrigé de l’exercice 3

Choisissez la bonne réponse parmi les deux termes placés entre parenthèses.

1. À chacune de vos visites, veuillez présenter votre carte d’identité au surveillant de l’immeuble.

L’expression *carte d’identification est un calque de la formule anglaise identification card. Le terme
identification en français signifie : « Action de reconnaître ou son résultat. » (Dubuc, 2000, p. 30.)

Ex. : L’identification des oiseaux qui fréquentent leur jardin est un de leurs passe-temps préférés.

2. Les élèves sont tenus de respecter un horaire strict.

D’autres équivalents possibles, selon le contexte, sont calendrier, emploi du temps, programme, échéancier.
L’anglicisme lexical *cédule constitue une adaptation graphique et phonétique du terme anglais schedule.

3. Les risques d’une explosion nucléaire dans cette usine sont minimes.
Puisque l’on fait allusion à une catastrophe, il ne faut pas utiliser le mot *chance dont le sens de base est le
suivant : « Sort favorable; part d’imprévu heureux inhérente aux événements. » (PLI 2003.) Au pluriel, le
terme chance signifie « probabilités », mais non en mauvaise part.

4. On a réclamé des prix excessivement élevés pour l’achat de cet ordinateur.

Le mot *chargé constitue dans cette phrase un anglicisme sémantique. Les sens les plus courants de ce terme
en français sont les suivants : « mettre un poids sur »; « couvrir abondamment »; « donner la responsabilité
de »; « mettre de la poudre dans une arme à feu ».

5. Les négociateurs ont décidé d’aborder la question des clauses salariales des employés lors de leurs
discussions.

Dans un contrat, les clauses relatives à la rémunération d’un employé sont des clauses salariales ou
financières. L’expression *clauses monétaires est un calque de l’anglais monetary terms. En français,
l’adjectif monétaire signifie : « Relatif à la monnaie. » (NPR.) Ainsi, on peut parler de politique monétaire,
de marché monétaire, de dépréciation monétaire, etc.

Ex. : Ce spécialiste a su expliquer clairement les subtilités du fonctionnement du Fonds monétaire


international.

6. Ce sont des chiffres très modérés que nous proposons pour expliquer le phénomène.

L’adjectif conservateur signifie : « Qui est attaché aux valeurs du passé, aux traditions, aux institutions
établies, opposé à une évolution. » (Multi.) On parlera donc de chiffres prudents, modérés, d’une tenue
classique, d’une évaluation raisonnable.

7. Les frais d’exploitation de cette usine semblent vraiment inquiéter ses propriétaires.

L’expression *coûts d’opération est un calque de la formule anglaise operating expenses. Selon Robert
Dubuc (2000), le « mot français opérations est trop précis pour être employé dans [le] sens » du terme
anglais operations qui signifie : « Ensemble des activités nécessaires à la marche d’une entreprise. » En
français, le terme opération signifie : « Série d’actes ordonnés à l’obtention d’un résultat. » (Dubuc, 2000,
p. 115.).

Ex. : Toutes les opérations reliées à la manœuvre de sauvetage ont réussi.

8. Avant de sortir de la salle de cours, veuillez remplir ce formulaire.

Quand on répond aux questions d’un sondage, d’un formulaire, d’un questionnaire, on le remplit. En
français, le verbe compléter signifie : « Rendre complet en ajoutant ce qui manque. » (PLI 2003.)

Ex. : J’ai conçu les dix premières questions du sondage. Il m’en reste cinq à faire. Je le compléterai cet
après-midi.

9. En ce qui me concerne, on ne doit pas attribuer les manifestations de violence actuelles à l’action des
médias.

L’expression *en autant que je suis concerné est un calque de l’anglais As far as I am concerned.

10. Selon leurs résultats scolaires, les étudiants peuvent être admissibles à une bourse d’études assez
substantielle.
Le nom éligibilité signifie : « Aptitude légale à être élu. » (NPR.) L’adjectif éligible veut dire : « Qui remplit
les conditions requises pour pouvoir être élu. » (NPR.) Le terme anglais (to be) eligible signifie bien « (être)
éligible », mais aussi « (être) admissible à », d’où la confusion.

Exercice 4

Lisez attentivement les phrases suivantes. L’expression ou le terme souligné est un anglicisme : vrai ou faux?

1. La réunion a été annulée pour des raisons tout à fait indépendantes de notre volonté. Vrai Faux

2. Dans sa conférence, le spécialiste a mis l’emphase sur un nouvel argument. Vrai Faux

3. Nous étions sous l’impression que la rigueur scientifique était nettement menacée, avec l’arrivée
d’Internet. Vrai Faux

4. C’est aux nouveaux gradués que le recteur s’est adressé en tout premier lieu. Vrai Faux

5. Pour ma part, je suis prêt à reconnaître que de plus en plus d’agriculteurs adoptent des pratiques agricoles
soucieuses de l’environnement. Vrai Faux

6. Les anciens propriétaires nous laisseront savoir quand la maison sera libre. Vrai Faux

7. Nos laboratoires sont situés au troisième plancher; vous pourrez y accéder par l’ascenseur. Vrai Faux

8. Pour s’inscrire à ce cours, des préalables sont nécessaires. Vrai Faux

9. L’équipe de travail a mis de côté certaines données, afin de sauver du temps. Vrai Faux

10. La procédure a été appliquée avec une extrême rigueur, tel que décrit dans le rapport final. Vrai Faux

Corrigé de l’exercice 4

Corrigé des exercices sur les anglicismes

 Théorie
 Exercices
 Corrigés
 Bibliographie

Corrigé de l’exercice 4

Lisez attentivement les phrases suivantes. L’expression ou le terme souligné est un anglicisme : vrai ou faux?

1. La réunion a été annulée pour des raisons tout à fait indépendantes de notre volonté.

Faux
Le terme fautif souvent utilisé à la place du verbe annuler est *canceller; cet anglicisme lexical est formé à
partir du verbe anglais to cancel, auquel on a ajouté un l et adjoint le suffixe verbal français -er.

2. Dans sa conférence, le spécialiste a mis l’*emphase sur un nouvel argument.

Vrai

Au sens d’accent ou d’insistance, le nom *emphase est un anglicisme sémantique, employé selon le sens de
l’anglais emphasis. En français, l’emphase est une « [e]xagération pompeuse dans le ton, les termes
employés; enflure, grandiloquence » (PLI 2003). Ex. : C’est avec emphase que la députée a invité les
électeurs à voter contre le projet de loi du gouvernement.

Phrase corrigée : Dans sa conférence, le spécialiste a mis l’accent sur un nouvel argument.

3. Nous *étions sous l’impression que la rigueur scientifique était nettement menacée, avec l’arrivée
d’Internet.

Vrai

L’expression *être sous l’impression est un calque de l’expression anglaise to be under the impression... Il
faut la remplacer par la formule française Nous avions l’impression...

Phrase corrigée : Nous avions l’impression que la rigueur scientifique était nettement menacée, avec l’arrivée
d’Internet.

4. C’est aux nouveaux *gradués que le recteur s’est adressé en tout premier lieu.

Vrai

Le terme gradué signifie : « ce qui est divisé en degrés, ce qui augmente progressivement ». Ex. : Ce
thermomètre est gradué en degrés Fahrenheit seulement. L’échelle de difficulté de ce cahier d’exercices est
bien graduée. Au sens de diplômé, l’adjectif *gradué est un anglicisme sémantique inspiré de l’anglais
graduate.

Phrase corrigée : Ce sont aux nouveaux diplômés que le recteur s’est adressé en tout premier lieu.

5. Pour ma part, je suis prêt à reconnaître que de plus en plus d’agriculteurs adoptent des pratiques
agricoles soucieuses de l’environnement.

Faux

L’expression fautive souvent utilisée à la place de l’expression pour ma part est *moi pour un, calque de la
formule anglaise I for one.

6. Les anciens propriétaires nous *laisseront savoir quand la maison sera libre.

Vrai

En français, quand on informe quelqu’un de quelque chose, on lui fait savoir quelque chose. La construction
*laisser savoir est un calque de l’expression anglaise to let someone know.

Phrase corrigée : Les anciens propriétaires nous feront savoir quand la maison sera libre.
7. Nos laboratoires sont situés au troisième *plancher; vous pourrez y accéder par l’ascenseur.

Vrai

Au sens d’étage, le nom *plancher est un anglicisme sémantique.

Phrase corrigée : Nos laboratoires sont situés au troisième étage; vous pourrez y accéder par l’ascenseur.

8. Pour s’inscrire à ce cours, des préalables sont nécessaires.

Faux

Le terme fautif souvent utilisé à la place de préalable est *prérequis; cet anglicisme lexical vient du mot
anglais prerequisite.

9. L’équipe de travail a mis de côté certaines données, afin de *sauver du temps.

Vrai

En français, on gagne du temps, on économise ou on épargne de l’argent, on fait des économies, on ménage
ses forces, on sauvegarde un fichier (Multi).

Phrase corrigée : L’équipe de travail a mis de côté certaines données, afin de gagner du temps.

10. La procédure a été appliquée avec une extrême rigueur, *tel que décrit dans le rapport final.

Vrai

L’expression *tel que décrit est un calque de l’anglais such as described; la forme française appropriée est
telle qu’elle a été décrite ou comme l’a décrite le rapport. Il faut noter l’usage du nom ou du pronom sujet et
du verbe (conjugué) dans sa forme pleine.

Phrase corrigée : La procédure a été appliquée avec une extrême rigueur, telle qu’elle a été décrite dans le
rapport final.

Exercice 5

Lisez attentivement les phrases suivantes. L’expression ou le terme souligné est un anglicisme : vrai ou faux?

1. Le conférencier se sentait très confortable devant un public aussi réceptif. Vrai Faux

2. Pour opérer une entreprise d’une telle envergure, il faut être extrêmement compétent. Vrai Faux

3. L’entrepreneur à qui nous nous sommes adressés paraît très fiable. Vrai Faux

4. C’est l’un des officiers du syndicat qui vous fournira cette information. Vrai Faux

5. L’entreprise a contacté sa succursale de Moncton, dès l’annonce des résultats. Vrai Faux

6. À ce stade de votre entraînement, vous ne pourrez plus douter de vos possibilités. Vrai Faux
7. Nullement intimidée par les membres du jury, la candidate n’a eu aucun blanc de mémoire. Vrai Faux

8. En consultant les petites annonces, vous trouverez la solution à votre problème. Vrai Faux

9. C’est dans cet immeuble que le fuyard a été découvert. Vrai Faux

10. La délégation suisse est finalement arrivée à Québec avec un délai de deux heures. Vrai Faux

Corrigé de l’exercice 5

Corrigé de l’exercice 5

Lisez attentivement les phrases suivantes. L’expression ou le terme souligné est un anglicisme : vrai ou faux?

1. Le conférencier se sentait très *confortable devant un public aussi réceptif.

Vrai

En français, l’adjectif confortable ne s’emploie que pour qualifier des choses, des objets (un fauteuil
confortable, un lit confortable). On dit d’une personne qu’elle est à l’aise devant un auditoire, un public.

Phrase corrigée : Le conférencier se sentait très à l’aise devant un public aussi réceptif.

2. Pour *opérer une entreprise d’une telle envergure, il faut être extrêmement compétent.

Vrai

Au sens de « [f]aire marcher une entreprise, un véhicule ou utiliser un outil » (Dubuc, 2000, p. 115), le verbe
*opérer est un anglicisme. Le verbe opérer signifie : « Accomplir une suite d’actions ordonnées à un
résultat. » (Dubuc, 2000, p. 115.) On privilégiera les expressions suivantes : diriger, exploiter, gérer, tenir un
commerce, tenir boutique, diriger, exploiter, gérer une entreprise.

Phrase corrigée : Pour exploiter une entreprise d’une telle envergure, il faut être extrêmement compétent.

3. L’entrepreneur à qui nous nous sommes adressés paraît très fiable.

Faux

Le terme fautif que l’on emploie souvent à la place du terme entrepreneur est *contracteur, anglicisme
lexical venant de contractor.

4. C’est l’un des *officiers du syndicat qui vous fournira cette information.

Vrai

Un syndicat est dirigé par un bureau (et non un *exécutif) composé de membres. Employé au sens de
membre du bureau, le terme *officier est un anglicisme, de l’anglais officer. Voici des exemples d’emplois
corrects du nom officier : un officier de l’armée canadienne; un officier de la Légion d’honneur. On dit
cependant un agent de police, et non un *officier de police.

Phrase corrigée : C’est l’un des membres du bureau syndical qui vous fournira cette information.
5. L’entreprise a contacté sa succursale de Moncton, dès l’annonce des résultats.

Faux

Le terme non approprié que l’on emploie parfois à la place du terme succursale est *branche, anglicisme
sémantique, d’après l’un des sens du nom anglais branch.

6. À ce stade de votre entraînement, vous ne pourrez plus douter de vos possibilités.

Faux

Le terme non approprié que l’on emploie souvent à la place du nom stade est le terme *stage, anglicisme
sémantique, à partir du mot anglais stage. Voici un exemple d’emploi correct du nom stage: Mon stage en
informatique a duré huit semaines.

7. Nullement intimidée par les membres du jury, la candidate n’a eu aucun *blanc de mémoire.

Vrai

L’expression *blanc de mémoire est un anglicisme, du terme anglais blank; la forme française juste est trou
de mémoire.

Phrase corrigée : Nullement intimidée par les membres du jury, la candidate n’a eu aucun trou de mémoire.

8. En consultant les petites annonces, vous trouverez la solution à votre problème.

Faux

L’expression non appropriée que l’on emploie souvent à la place du terme petites annonces est *annonces
classées, calque de l’anglais classified ads.

9. C’est dans cet immeuble que le fuyard a été découvert.

Faux

L’expression non appropriée employée fréquemment à la place du terme immeuble est *bloc à appartements,
calque de la formule anglaise apartment block.

10. La délégation suisse est finalement arrivée à Québec avec un *délai de deux heures.

Vrai

Au sens de retard, le nom *délai est un anglicisme sémantique, d’après le terme anglais delay. Voici un
exemple d’emploi correct du nom délai : On lui a accordé un délai de cinq mois pour terminer son mémoire
de maîtrise.

Phrase corrigée : La délégation suisse est finalement arrivée à Québec avec un retard de deux heures.

Exercice 6
Lisez attentivement chacune des phrases suivantes. L’expression ou le terme souligné est un anglicisme : vrai
ou faux?

1. Les mesures prises par la direction des études slaves deviendront effectives à partir du 10 octobre
prochain. Vrai Faux

2. Les adresses de sites Web contiennent de nombreux slashs. Vrai Faux

3. Veuillez donner votre carte professionnelle à la secrétaire du ministre. Vrai Faux

4. L’indicatif régional n’apparaît pas dans le numéro de téléphone que vous m’avez transmis. Vrai Faux

5. Ces nouveaux immigrants sont très anxieux de se trouver un emploi intéressant. Vrai Faux

6. Les étudiants ont logé une plainte auprès de l’ombudsman au sujet de l’évaluation de ce cours. Vrai Faux

7. Ces adolescents éprouvent un inquiétant sentiment d’aliénation, parce qu’ils sont séparés de leur groupe de
référence. Vrai Faux

8. Nos recommandations seront souples ou contraignantes, dépendant de la tournure des évènements. Vrai
Faux

9. Le responsable de l’enquête avait manifestement l’intention de ne pas élaborer sur le sujet. Vrai Faux

10. Dans cette facture de Bell Canada, on a oublié d’indiquer le sous-total se rapportant aux appels
interurbains. Vrai Faux

Corrigé de l’exercice 6

Corrigé de l’exercice 6

Lisez attentivement chacune des phrases suivantes. L’expression ou le terme souligné est un anglicisme : vrai
ou faux?

1. Les mesures prises par la direction des études slaves *deviendront effectives à partir du 10 octobre
prochain.

Vrai

L’expression *devenir effectif est un calque de la formule anglaise to become effective. La forme française
appropriée est entrer en vigueur, être en vigueur.

Phrase corrigée : Les mesures prises par la direction des études slaves entreront en vigueur à partir du
10 octobre prochain.

2. Les adresses de sites Web contiennent de nombreux *slashs.

Vrai

Le terme *slash est un anglicisme lexical au sens de barre oblique.

Phrase corrigée : Les adresses de sites Web contiennent de nombreuses barres obliques.
3. Veuillez donner votre carte professionnelle à la secrétaire du ministre.

Faux

L’expression incorrecte que l’on voit souvent à la place de l’expression carte professionnelle est *carte
d’affaires, calque de l’anglais business card. Le nom affaires est employé correctement dans les expressions
suivantes : les affaires de l’État, être dans les affaires, s’occuper de ses affaires, hommes ou femmes
d’affaires, les Affaires étrangères, etc.

4. L’indicatif régional n’apparaît pas dans le numéro de téléphone que vous m’avez transmis.

Faux

L’expression non appropriée souvent employée à la place de l’expression correcte indicatif régional est
*code régional, calque de la formule anglaise regional code.

5. Ces nouveaux immigrants sont très *anxieux de se trouver un emploi intéressant.

Vrai

Au sens de avoir hâte de ou être impatient de, le terme *anxieux de est un anglicisme sémantique, de
l’anglais anxious to. En français, le mot anxieux signifie « inquiet, angoissé ». Ex. : Elle est très anxieuse à
l’idée de parler devant un auditoire.

Phrase corrigée : Ces nouveaux immigrants ont hâte de se trouver un emploi intéressant.

6. Les étudiants *ont logé une plainte auprès de l’ombudsman au sujet de l’évaluation de ce cours.

Vrai

Au sens de « [p]rotester officiellement auprès de l’autorité compétente » (Dubuc, 2000, p. 101), l’expression
*loger une plainte est un calque de l’anglais to lodge a complaint. En français, on dépose une plainte ou on
porte plainte.

Phrase corrigée : Les étudiants ont porté plainte auprès de l’ombudsman au sujet de l’évaluation de ce cours.

7. Ces adolescents éprouvent un inquiétant sentiment d’aliénation, parce qu’ils sont séparés de leur
groupe de référence.

Faux

L’expression fautive que l’on utilise parfois est *dû au fait que ou *dû à ce que, calque de l’anglais due (ou
owing) to the fact that. Selon le contexte et la construction de la phrase, on peut remplacer le calque *dû à par
« à cause de, attribuable à, compte tenu de, en raison de, grâce à, par suite de, vu » (Multi).

8. Nos recommandations seront souples ou contraignantes, *dépendant de la tournure des évènements.

Vrai

L’expression fautive *dépendant de est un calque de l’anglais depending on. L’expression correcte est selon,
suivant ou d’après.
Phrase corrigée : Nos recommandations seront souples ou contraignantes, selon la tournure des évènements.

9. Le responsable de l’enquête avait manifestement l’intention de ne pas *élaborer sur le sujet.

Vrai

Au sens de donner plus de détails, apporter plus de précisions, s’étendre davantage, le terme *élaborer est
un anglicisme sémantique, d’après le verbe anglais to elaborate. En français, le verbe élaborer signifie :
« Préparer mûrement, par un lent travail de l’esprit. » (NPR.)

Phrase corrigée : Le responsable de l’enquête avait manifestement l’intention de ne pas s’étendre davantage
sur le sujet.

10. Dans cette facture de Bell Canada, on a oublié d’indiquer le *sous-total se rapportant aux appels
interurbains.

Vrai

Au sens de total partiel ou de somme partielle, l’expression *sous-total est un calque de l’anglais subtotal.

Phrase corrigée : Dans cette facture de Bell Canada, on a oublié d’indiquer le total partiel se rapportant aux
appels interurbains.

Exercice 7

Les phrases qui suivent comportent des anglicismes. Relevez ces anglicismes et indiquez les formes
françaises appropriées.

1. Ces études indiquent le besoin d’évaluer les changements d’attitude des travailleurs qui opèrent des
machines lourdes.

2. Pour la réalisation de cette première phase du projet, nous avons décidé de ne pas insister sur les
technicalités.

3. Les journalistes et les juristes ont le devoir de questionner la constitutionnalité de certaines lois.

4. Les gardiens sont en devoir depuis très tôt ce matin.

5. Il importe maintenant d’identifier les erreurs qui ont été commises dans cet article.

6. Les résultats des différentes études faites sur le sujet sont assez confus; l’aviseur légal de l’entreprise
pourra clarifier la situation.

7. Les membres du personnel auxquels on a accordé des bénéfices marginaux deviennent plus productifs.

8. Si vous désirez que votre candidature soit retenue, vous devrez présenter au moins deux lettres de
référence.

9. Trois points ont été ajoutés à l’agenda de la réunion : l’étude des crédits, la date du prochain congrès et le
mandat du président.
10. Nous avons acheté des parts à la Bourse de Toronto; depuis, nous observons attentivement l’évolution du
marché.

Corrigé de l’exercice 7

Corrigé de l’exercice 7

Les phrases qui suivent comportent des anglicismes. Relevez ces anglicismes et indiquez les formes
françaises appropriées.

1. Ces études indiquent le besoin d’évaluer les changements d’attitude des travailleurs qui *opèrent
des machines lourdes.

Dans cette phrase, le verbe *opérer est un anglicisme sémantique. En français, on utilise plutôt dans un tel
contexte : faire fonctionner, manœuvrer. L’usage du verbe opérer est tout à fait correct dans les expressions
suivantes : opérer un changement, opérer un malade, opérer avec précision, opérer un virage.

Phrase corrigée : Ces études indiquent le besoin d’évaluer les changements d’attitude des travailleurs qui
manœuvrent des machines lourdes.

2. Pour la réalisation de cette première phase du projet, nous avons décidé de ne pas insister sur les
*technicalités.

L’anglicisme lexical *technicalités est adapté de l’anglais technicalities. Ce mot n’existe pas en français. Les
termes français sont : détails ou points techniques, formalités, points de détail, subtilités (au figuré).

Phrase corrigée : Pour la réalisation de cette première phase du projet, nous avons décidé de ne pas insister
sur les détails techniques.

3. Les journalistes et les juristes ont le devoir de *questionner la constitutionnalité de certaines lois.

On ne questionne que des êtres humains, des personnes, des réalités animées. Au sens de contester, remettre
en question, l’emploi de *questionner est un anglicisme sémantique. D’autres équivalents possibles sont les
verbes critiquer, mettre en doute.

Phrase corrigée : Les journalistes et les juristes ont le devoir de remettre en question la constitutionnalité de
certaines lois.

4. Les gardiens sont *en devoir depuis très tôt ce matin.

Au sens de en fonction, de garde, de service, l’expression *en devoir est un calque de l’anglais on duty.

Phrase corrigée : Les gardiens sont de service depuis très tôt ce matin.

5. Il importe maintenant d’*identifier les erreurs qui ont été commises dans cet article.

Au sens de trouver, relever, faire le relevé, le verbe *identifier est un anglicisme sémantique. Le verbe
identifier possède les deux sens de base suivants :

 Déterminer qui est une personne, à partir d’un ensemble de données (de fait ou de droit).
 Reconnaître comme appartenant à une certaine espèce ou à une classe (par exemple, identifier des
tableaux, des plantes).
Il ne faut pas utiliser le verbe identifier au sens de :

 déterminer, définir un concept, une situation, une idée (par exemple, *identifier ses intentions);
 déceler, découvrir (par exemple, *identifier les tendances du marché);
 proposer, recommander, suggérer (par exemple, *identifier les modifications aux statuts et règlements
d’une association).

En plus des verbes précédents, on pourra également employer, au lieu du verbe *identifier et selon le
contexte, l’un de ces termes : établir, caractériser, délimiter, relever, évaluer, préciser, fixer, marquer,
spécifier, distinguer.

Phrase corrigée : Il importe maintenant de faire le relevé des erreurs qui ont été commises dans cet article.

6. Les résultats des différentes études faites sur le sujet sont assez confus; l’*aviseur légal de
l’entreprise pourra clarifier la situation.

Au sens de conseillère ou conseiller juridique, le terme *aviseur légal est un calque de l’anglais legal
advisor. Le terme *aviseur n’existe pas en français. Quant à l’adjectif légal, il signifie : « Conforme à la loi;
défini par la loi. » (PLI 2003.)

Phrase corrigée : Les résultats des différentes études faites sur le sujet sont assez confus; le conseiller
juridique de l’entreprise pourra clarifier la situation.

7. Les membres du personnel auxquels on a accordé des *bénéfices marginaux deviennent plus
productifs.

Au sens de avantages sociaux, l’expression *bénéfices marginaux est un calque de l’anglais fringe benefits.

Phrase corrigée : Les membres du personnel auxquels on a accordé des avantages sociaux deviennent plus
productifs.

8. Si vous désirez que votre candidature soit retenue, vous devrez présenter au moins deux *lettres de
référence.

Au sens de lettre de recommandation, l’expression *lettre de référence est un calque de l’anglais reference
letter. Le nom référence est correctement employé dans les exemples suivants : utiliser le Coran comme
référence; posséder de sérieuses références (par exemple, pour un emploi); placer des références au bas des
pages d’un travail de recherche.

Phrase corrigée : Si vous désirez que votre candidature soit retenue, vous devrez présenter au moins deux
lettres de recommandation.

9. Trois points ont été ajoutés à l’*agenda de la réunion : l’étude des crédits, la date du prochain
congrès et le mandat du président.

En français, un agenda est un : « [c]arnet prédaté permettant d’inscrire jour par jour son emploi du temps. »
(PLI 2003.) Au sens d’ordre du jour, de programme, le nom *agenda est un anglicisme sémantique, employé
selon un des sens de l’anglais agenda.

Phrase corrigée : Trois points ont été ajoutés à l’ordre du jour de la réunion : l’étude des crédits, la date du
prochain congrès et le mandat du président.
10. Nous avons acheté des *parts à la Bourse de Toronto ; depuis, nous observons attentivement
l’évolution du marché.

Au sens de action, le terme *part est un anglicisme sémantique inspiré du terme anglais share.

Phrase corrigée : Nous avons acheté des actions à la Bourse de Toronto ; depuis, nous observons
attentivement l’évolution du marché.

Test de récapitulation

Indiquez lequel des énoncés suivants ne contient aucun anglicisme.


1. Ce boxeur s’est montré très agressif envers son adversaire.
2. Les dépliants publicitaires ont été revus par notre aviseur légal.
A.
3. En plus de leur salaire, ces plombiers reçoivent des bénéfices marginaux.
4. Je n’ai pas encore reçu votre application, malgré tous mes rappels.
1. Nous devions identifier les principaux obstacles à éviter.
2. Le contracteur doit présenter une évaluation des coûts.
B.
3. Mon fils n’assistera pas à son bal de fin d’études.
4. Ce joueur de hockey très versatile aidera grandement notre équipe.
1. Le secrétaire a lu les points à l’agenda de la réunion.
2. Nous avons siégé à ce comité pendant quinze jours.
C.
3. Il importe de questionner la décision prise par notre délégué syndical.
4. Laissez-nous savoir quand vous serez libre.
1. Les parts de cette entreprise prennent de la valeur.
2. Contactez immédiatement notre branche de Halifax.
D.
3. La police réussira certainement à identifier les auteurs de ces appels anonymes.
4. Les lettres de référence présentées ne satisfont pas le jury de sélection.
1. Vous avez pris une chance en vous présentant ici sans téléphoner.
2. Les coûts d’opération de ce restaurant sont minimes.
E.
3. Vous êtes admissible à tous les emplois de la fonction publique.
4. En autant que l’université est concernée, ce projet sera annulé.
1. Nous vous enverrons un chèque visé par la malle.
2. Addressez-vous au recteur qui saura comment vous aider.
F.
3. L’entreprise n’a pas pu expédier les pamphlets descriptifs à temps.
4. Votre conclusion est inachevée; veuillez la compléter.
1. Jusqu’à date, nous avons respecté nos engagements.
2. Notre régime de retraite entrera en vigueur le 5 juin.
G.
3. Les bénéfices marginaux de cet emploi sont considérables.
4. Je suis très anxieux de connaître les résultats de vos démarches.
1. Nous avons dû modifier l’horaire pour des raisons majeures.
2. Encore une fois, vous avez oublié d’indiquer votre code régional.
H. 3. Le député de la circonscription voudrait savoir s’il y aura des représentants du milieu des affaires sur
ce comité.
4. Les chances d’une explosion nucléaire sont maintenant réduites.
1. Vous pouvez charger cet achat au compte de mon employeur.
2. Ce sont des chiffres très prudents que nous proposons pour expliquer cette crise économique.
I.
3. Mon courtier se voit dans l’obligation de canceller son rendez-vous.
4. Leur fille prépare fébrilement son bal de graduation.
1. Possédez-vous les prérequis nécessaires pour aspirer à cet emploi?
2. Tel que prévu, c’est notre chef d’équipe qui s’adressera au doyen.
J.
3. Le Service des finances a négligé de faire le dépôt direct des paies la semaine dernière.
4. Pour économiser de l’espace, on a dû abattre un mur.
Corrigé du test de récapitulation

Corrigé du test de récapitulation

Indiquez lequel des énoncés suivants ne contient aucun anglicisme.


A. 1. Aucun anglicisme.
2. *Aviseur légal, calque à remplacer par conseillère ou conseiller juridique.
3. *Bénéfices marginaux, calque à remplacer par avantages sociaux.
4. *Application, anglicisme sémantique à remplacer par demande d’emploi.
B. 1. *Identifier, anglicisme sémantique à remplacer par déterminer.
2. *Contracteur, anglicisme lexical à remplacer par entrepreneur.
3. Aucun anglicisme.
4. *Versatile, anglicisme sémantique à remplacer par talentueux, doué, aux talents multiples.
C. 1. *Agenda, anglicisme sémantique à remplacer par ordre du jour.
2. Aucun anglicisme.
3. *Questionner, anglicisme sémantique à remplacer par contester, remettre en question.
4. *Laisser savoir, anglicisme syntaxique à remplacer par faire savoir.
D. 1. *Parts, anglicisme sémantique à remplacer par actions.
2. *Branche, anglicisme sémantique à remplacer par succursale.
3. Aucun anglicisme.
4. *Lettres de référence, calque à remplacer par lettres de recommandation.
E. 1. *Prendre une chance, calque à remplacer par courir un risque.
2. *Coûts d’opération, calque à remplacer par frais d’exploitation.
3. Aucun anglicisme.
4. *En autant que […] concernée, calque à remplacer par en ce qui concerne…
F. 1. *Malle, anglicisme sémantique à remplacer par poste.
2. *Addressez-vous, anglicisme orthographique à remplacer par adressez-vous.
3. *Pamphlet, anglicisme sémantique à remplacer par dépliant.
4. Aucun anglicisme.
G. 1. *Jusqu’à date, calque à remplacer par jusqu’à maintenant.
2. Aucun anglicisme.
3. *Bénéfices marginaux, à remplacer par avantages sociaux.
4. *Anxieux de, anglicisme sémantique à remplacer par impatient de.
H. 1. Aucun anglicisme.
2. *Code régional, calque à remplacer par indicatif régional.
3. *Sur ce comité, calque à remplacer par dans ce comité.
4. *Chances, anglicisme sémantique à remplacer par risques.
I. 1. *Charger, anglicisme sémantique à remplacer par facturer.
2. Aucun anglicisme.
3. *Canceller, anglicisme lexical à remplacer par annuler.
4. *Graduation, anglicisme sémantique à remplacer par fin d’études.
J. 1. *Prérequis, anglicisme lexical à remplacer par préalables.
2. *Tel que prévu, calque à remplacer par comme convenu, comme cela a été prévu.
3. *Dépôt direct, anglicisme sémantique à remplacer par virement automatique.
4. Aucun anglicisme.

1er test final

Les phrases suivantes contiennent-elles des anglicismes?

1. Notre faculté occupe une position très confortable dans le domaine de la recherche en lexicologie. Oui Non

2. Que penser d’un patron d’entreprise qui dirait : « Plus nous formons nos employés, plus il y a des chances
qu’ils s’en aillent ailleurs »? Oui Non

3. Le professeur a décidé de mettre l’emphase sur la nécessité d’une préparation méthodique du test final.
Oui Non

4. Originaire de Suisse, ce chargé de cours a complété des études doctorales en sciences politiques, après
avoir acquis une formation en économie. Oui Non

5. Les étudiants, très anxieux quant au contenu de l’examen, pressaient leur professeur de questions. Oui Non

6. Il reste maintenant à déterminer les causes de cette désaffection syndicale. Oui Non

7. Ces résultats encourageants sont dus à l’efficacité de notre équipe de tournage. Oui Non

8. La nouvelle à l’effet que les programmes d’intégration pédagogique seront maintenus est fausse. Oui Non

9. Profitons de cette opportunité pour demander une augmentation de salaire. Oui Non

10. Envoie-moi un courriel dès qu’on t’informera de la nouvelle. Oui Non

Corrigé du 1er test final

Corrigé du 1er test final

Les phrases suivantes contiennent-elles des anglicismes?

1. Notre faculté occupe une position très confortable dans le domaine de la recherche en lexicologie.

Non

Cette phrase ne contient aucun anglicisme; l’adjectif confortable est correctement employé, puisqu’il ne
qualifie pas une personne, un être animé.
2. Que penser d’un patron d’entreprise qui dirait : « Plus nous formons nos employés, plus il y a des
*chances qu’ils s’en aillent ailleurs »?

Oui

Dans cette phrase, le nom *chances est un anglicisme sémantique qui doit être remplacé par le mot risques.

Phrase corrigée : Que penser d’un patron d’entreprise qui dirait : « Plus nous formons nos employés, plus il y
a des risques qu’ils s’en aillent ailleurs »?

3. Le professeur a décidé de mettre l’*emphase sur la nécessité d’une préparation méthodique du test
final.

Oui

Dans cette phrase, le nom *emphase est un anglicisme sémantique qui doit être remplacé par le mot accent.

Phrase corrigée : Le chargé de cours a décidé de mettre l’accent sur la nécessité d’une préparation
méthodique du test final.

4. Originaire de Suisse, ce chargé de cours a *complété des études doctorales en sciences politiques,
après avoir acquis une formation en économie.

Oui

Dans cette phrase, le terme *complété est un anglicisme sémantique qui doit être remplacé par les mots
terminé ou fait.

Phrase corrigée : Originaire de Suisse, ce chargé de cours a fait des études doctorales en sciences politiques,
après avoir acquis une formation en économie.

5. Les étudiants, très anxieux quant au contenu de l’examen, pressaient leur professeur de questions.

Non

L’adjectif anxieux a, dans cette phrase, le sens de « inquiet, tendu, angoissé »; il est donc employé
correctement.

6. Il reste maintenant à déterminer les causes de cette désaffection syndicale.

Non

Il n’y a aucun anglicisme dans cette phrase; le mot déterminer est le terme juste.

7. Ces résultats encourageants sont dus à l’efficacité de notre équipe de tournage.

Non

Il n’y a aucun anglicisme dans cette phrase; le terme dus est employé correctement, puisqu’il est un participe
passé et non une locution prépositive.

8. La nouvelle à l’effet que les programmes d’intégration pédagogique seront maintenus est fausse.
Oui

L’expression *à l’effet que est un calque de l’anglais to the effect that et doit être remplacée par les
expressions selon lequel, voulant que, etc.

Phrase corrigée : La nouvelle selon laquelle les programmes d’intégration pédagogique seront maintenus est
fausse.

9. Profitons de cette opportunité pour demander une augmentation de salaire.

Non

Le nom opportunité dont le sens dans cette phrase est « occasion favorable » est correctement employé.

10. Envoie-moi un courriel dès qu’on t’informera de la nouvelle.

Non

Le mot-valise courriel, créé à partir des mots courrier électronique, est tout à fait correct.

2e test final

Après avoir relevé, s’il y a lieu, les anglicismes qui apparaissent dans les phrases qui suivent, indiquez les
formes correctes en français.
1. Moi pour un, je refuse d’endosser les conclusions de votre recherche.
Anglicisme :
Forme
correcte :
2. Les deux touristes ont eu un très vif argument en examinant l’un des tableaux du musée.
Anglicisme :
Forme
correcte :
Comment appelle-t-on les parties d’une résolution visant à identifier les raisons d’une
3.
décision?
Anglicisme :
Forme
correcte :
L’assemblée générale a été annulée, dû aux nombreuses pressions du conseil
4.
d’administration.
Anglicisme :
Forme
correcte :
5. J’habite dans un nouvel immeuble de cinq étages depuis le mois dernier.
Anglicisme :
Forme
correcte :
6. Le délai accordé nous semblait tout à fait insuffisant.
Anglicisme :
Forme
correcte :
7. L’enjeu majeur de cette grève porte sur les avantages sociaux.
Anglicisme :
Forme
correcte :
8. Ils se sont croisés au 3e plancher, par pur hasard.
Anglicisme :
Forme
correcte :
Nous avons le plaisir de vous annoncer que vous êtes éligible au concours qu’organise la
9.
Fondation.
Anglicisme :
Forme
correcte :
En achetant mon dictionnaire dans cette petite librairie, j’ai réussi à sauver quelques
10.
dollars.
Anglicisme :
Forme
correcte :
Corrigé du 2e test final

Corrigé du 2e test final


Après avoir relevé, s’il y a lieu, les anglicismes qui apparaissent dans les phrases qui suivent, indiquez les
formes correctes en français.
1. Moi pour un, je refuse d’endosser les conclusions de votre recherche.
Anglicisme : *Moi pour un, calque de I for one.
Forme correcte : Pour ma part, je refuse d’endosser les conclusions de votre recherche.
2. Les deux touristes ont eu un très vif argument en examinant l’un des tableaux du musée.
Anglicisme : *Argument, anglicisme sémantique au sens de discussion.
Les deux touristes ont eu une très vive discussion en examinant l’un des tableaux du
Forme correcte :
musée.
Comment appelle-t-on les parties d’une résolution visant à identifier les raisons d’une
3.
décision?
Anglicisme : *Identifier, anglicisme sémantique au sens de définir.
Comment appelle-t-on les parties d’une résolution visant à définir les raisons d’une
Forme correcte :
décision?
L’assemblée générale a été annulée, dû aux nombreuses pressions du conseil
4.
d’administration.
Anglicisme : *Dû à (aux), calque de due to.
L’assemblée générale a été annulée, en raison des nombreuses pressions du conseil
Forme correcte :
d’administration.
5. Forme
J’habite dans un nouvel immeuble de cinq étages depuis le mois dernier.
correcte :
6. Forme
Le délai accordé nous semblait tout à fait insuffisant.
correcte :
7. Forme
L’enjeu majeur de cette grève porte sur les avantages sociaux.
correcte :
8. Ils se sont croisés au 3e plancher, par pur hasard.
Anglicisme : *Plancher, anglicisme sémantique au sens d’étage.
Forme correcte : Ils se sont croisés au 3e étage, par pur hasard.
Nous avons le plaisir de vous annoncer que vous êtes éligible au concours qu’organise
9.
la Fondation.
Anglicisme : *Éligible, anglicisme sémantique au sens d’admissible.
Nous avons le plaisir de vous annoncer que vous êtes admissible au concours
Forme correcte :
qu’organise la Fondation.
En achetant mon dictionnaire dans cette petite librairie, j’ai réussi à sauver quelques
10.
dollars.
Anglicisme : *Sauver, anglicisme sémantique au sens d’épargner, d’économiser.
En achetant mon dictionnaire dans cette petite librairie, j’ai réussi à épargner quelques
Forme correcte :
dollars.