Vous êtes sur la page 1sur 11

LABORATOIRE # 2

Étude d’un circuit résistif et d’un circuit RC


Présenté à M. Alexandre Paradis

PHY-332-03

Par :

xx

xx

École de technologie supérieure

Vendredi 11 décembre 2009


Partie 1 : Étude d’un circuit résistif

But :

L’objectif de cette expérience est de construire un circuit qui n’est ni en série et ni en parallèle
afin de l’étudier. L’étude se fera en fixant les valeurs des résistances et la tension de la source
avec les valeurs indiquées dans le schéma ci-dessous. Une résistance Rx est choisie avec une
valeur correspondant à un multiple de 5, entre 20 W et 100 W. Un multimètre est disponible pour
mesurer la résistance, le courant et la différence de potentiel afin d’étudier ce circuit.

Montage expérimental :
Analyse des résultats :

1) Calcul de la valeur théorique de la résistance équivalente Rab (avec Rx = 25 Ω)

Pour les associations en série et parallèle, il faut utiliser la méthode de Kirchhoff :

Loi des nœuds :

I3 = I – I1

I4 = I – I2

I5 = I1 – I2

Loi des mailles :

(i1) –100I + Vab + 20 = 0 où Vab = -R2I1 – R4I2


(i2) –100I1 – 25(I1 – I2) + 150(I – I1) = 0
(i3) 200I2 – 25(I1 – I2) - 68(I – I2) = 0

Avec la T.I : I1 = 0.0522 A , I2 = 0.0257 A , I3 = 0.0392 A


I4 = 0.0657 A , I5 = 0.0265 A , I = 0.09138 A

Calcul de Rab

V1 = R1I = 100 Ω * 0.09138 A = 9.138 V

Nous savons que ε = V1 + Vab donc, Vab = ε - V1 = 20 V – 9.138 V = 10.862 V

ainsi, Rab = Vab/I = 10.862 V / 0.09138 A = 118.87 Ω

Comparaison de Rab avec celle mesurée à l’aide d’un ohmmètre (63.8 Ω) :

La valeur théorique de Rab est de 118,87 Ω tandis que la valeur mesurée par l’ohmmètre est de
102.1 Ω. Comme nous pouvons le constater, il y a un écart d’environ 17 entre les deux valeurs
ce qui est négligeable. Les sources d’erreurs qui seront justifiées à la fin de cette partie peuvent
être la raison pour ce grand écart entre les deux valeurs.
2) Description expérimental avec un ampèremètre

Afin d’obtenir la valeur de Rab en utilisant qu’un ohmmètre, il suffit simplement de mesurer le
courant qui traverse R1 et Rab. Pour ce faire, il faut connecter l’ampèremètre entre R1 et la f.é.m
de 20 Volt. Ensuite, il faut lire la valeur indiquée sur l’ampèremètre. Cette valeur représente le
courant qui traverse tout le circuit (traversant R 1 et Rab) et il est possible de calculer la résistance
équivalente (Req) du circuit en divisant la valeur de la f.é.m (20V) par le courant mesurée.
Finalement, il faut soustraire (Req - R1) la résistance équivalente de la première résistance
(100 Ω) pour connaître la valeur expérimentale de Rab.

3) Description expérimental avec un voltmètre

Afin d’obtenir la valeur de Rab en utilisant qu’un voltmètre, il faut mesurer la différence de
potentiel de Rab et de R1. Pour mesurer la différence de potentiel de Rab, il faut trouver les points
de contacts a et b qui sont représentés dans le montage et ensuite il faut connecter le voltmètre
de telle sorte que ce dernier est entre les points a et b. Après la mesure de V ab et de V1, nous
pouvons trouver la valeur expérimentale de Rab en calculant la valeur du courant traversant R1 et

Rab. Finalement, nous divisons la valeur du différence de potentiel Vab par la valeur du courant
calculée pour trouver la valeur expérimentale de Rab.

4) Comparaison entre les valeurs expérimentales de Rab avec la valeur mesurée

Comparez les valeurs expérimentales de Rab obtenues en (2) et en (3) avec la valeur
mesurée en (1) à l’aide de l’ohmmètre.

Rab obtenue en (2) : avec I mesurée = 0.10 A, nous obtenons Rab = 100 Ω

Rab obtenue en (3) : avec Vab = 8.65 V, nous obtenons I = .1135 A et Rab = 100 Ω

Rab mesurée avec l’ohmmètre: 102.1 Ω

D’après ces résultats, nous pouvons remarquer que les valeurs expérimentales sont
rapprochées à la valeur mesurée. De plus, nous pouvons remarquer que le résultat obtenu en
(2) est équivalente au résultat obtenu en (3). Cela signifie que l’utilisation d’un ampèremètre ou
d’un voltmètre sont tous les deux de bonnes manières pour trouver Rab.
5) Principales sources d’erreurs

Pour cette expérience, certaines manipulations auraient pu être mal réalisées. Ces
manipulations peuvent entraîner des erreurs dans les résultats que nous présentons dans ce
rapport de laboratoire.

Une première source d’erreur est que le circuit n’a pas été correctement monté. Il n’était pas
évident de monter le circuit en moins d’une heure pour une personne qui n’a jamais monté un
vrai circuit auparavant. Il a fallu prendre le temps de se familiariser avec les équipements et de
savoir où qu’il faut connecter les fils entre les différents éléments. En somme, si notre circuit n’a
pas été monté correctement, les mesures prises avec le multimètre risquent d’être faussés.

Une deuxième source d’erreur importante est le fait que les instruments de mesures
(Ampèremètre, Voltmètre, Ohmmètre) ne sont pas bien configurés pour prendre les lectures
appropriées. Cela causerait des données incohérentes pour nos calculs de Rab.

Conclusion

En conclusion, cette expérience nous a démontré qu’un circuit résistif qui est ni en série et ni
parallèle ne peut qu’être résolu par la méthode de Kirchhoff. D’après les résultats obtenus, nous
pouvons déduire qu’il ya différentes façons de déterminer Rab, soit en mesurant le courant avec
l’ampèremètre, soit mesurer la différence d potentiel au borne d’une résistance ou soit en
mesurant la résistance avec un ohmmètre qui est la méthode la plus directe.

Partie 2 : Étude d’un circuit RC

But :

Dans cette deuxième partie du laboratoire, on tente de voir le lien entre la capacité et la
constante de temps thô. Pour ce faire, on branche un oscilloscope à deux condensateurs en
parallèle et on mesure les valeurs de temps en variant la capacité équivalente.

Montage expérimental :
Présentation de données :
1) Démonstration que la valeur de la constante de temps est donnée en fonction de t
2) et 3) Graphe et équation de la droite des moindres carré

4) Valeur attendue de la pente de la droite

À partir de l’équation du circuit on peut déterminer la valeur attendue de la pente en se servant


de la dérivée de celle-ci. La dérivée est le courant en fonction du temps décrit par l’équation
7.13 dans le livre :

I0 est le courant en t=0, ce qui correspond à valeur attendue de la pente.


5) Interprétation de la différence entre la pente calculée et celle attendue

Il existe des différences entre la pente que l’on a calculé en (3) et celle que l’on a déterminé en
(4).

Premièrement, la pente calculée en (3) a été calculée à l’aide de tous les points du nuage de
points formé par les données recueillies. Donc, chaque donnée à une influence sur le
comportement de la pente qui relie toutes les données ensembles. C’est en comparant les
relations entre les sommes des constantes de temps et des capacités équivalentes (comme
proposé en A) que nous déterminons la droite de régression du système.

Deuxièmement, la pente déterminée en (4) n’est basée sur aucune donnée en particulier. Elle
est plutôt basée sur un modèle théorique. On a plutôt cherché à trouver la pente du courant à
t=0 à partir de l’équation de la tension. La pente attendue a une valeur proche de la « vraie »
pente trouvée en (3) avec des données concrètes.

6) Principales sources d’erreurs

Il y a plusieurs sources d’erreurs qui peuvent changer les résultats obtenus au cours de cette
expérience.

Premièrement, on peut ne pas avoir réglé l’oscilloscope de la bonne façon. C’est-à-dire qu’au
lieu d’avoir une fenêtre d’affichage allant de 0% à 100%, on aurait pu avoir une fenêtre
d’observation beaucoup plus petite, ce qui aurait occasionné une perte au niveau de la prise de
données.

Deuxièmement, on peut aussi avoir mal effectué le montage. Si on a mal effectué le montage,
les données sont faussées lors de la lecture à l’oscilloscope.

Il s’agit alors d’une répercussion qui a de l’impact sur l’ensemble du laboratoire.

La dernière source d’erreur auquel on peut penser est qu’il peut survenir des erreurs de lecture
sur l’oscilloscope. Cette source d’erreur est de cause humaine. Il faut faire attention à bien
regarder les graduations lorsqu’on fait la lecture des données.

Conclusion
En conclusion, l’étude d’un circuit RC nous a permis de déterminer qu’il y a un lien fort entre la
capacité équivalente et la constante de temps thô.