Vous êtes sur la page 1sur 69

PFE : Redimensionnement et

renforcement d’une usine endommagé


par un incendie

Réalisé par:
Zakariae EL KOMIRY
Sohaib CHARIF EL HARRAK

2012
Table des matières
Introduction 3
Présentation de la société : SQMACEP NORD, S.A.R.L. 4
Objectifs 4
Quelques projets contrôlés par le bureau de control SOMACEP NORD 4
Organisation 5
Partie 1 6
PRESENTATION DU SITE ET DESCRIPTION DE L’OUVRAGE 7
Hypothèses de calcul 7
Valeurs caractéristiques 7
Pré dimensionnement et descente de charge 7
Pré dimensionnement des dalles : dalles en corps-creux 7
Dimensionnement des poutres 8
Méthode de Caquot 13
Méthode Forfaitaire 19
Poteaux : 25
Détermination complète de la section : 25
Première étage : 26
RDC 27
Semelles de fondation 28
Dimensionnement de la semelle 28
Vérification de la dimension de la semelle 29
Ferraillage de la semelle 29
Partie 2 30
ELEMENTS D’EXPERTISE : (Laboratoire) 31
Programme d’intervention 31
Inspection visuelle des différents éléments de la structure 31
ESSAIS NON DESTRUCTIFS REALISES 32
Conclusions 33
Bureau de contrôle 33
Solutions techniques et méthodologies de reprise : 34
Partie 3 40
Exemple de dégâts 41
Facteurs influant sur le comportement au feu 41
Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY
Sohaib CHARIF EL HARRAK 2
LST – Génie Civil – 2011/2012
Moyens pour améliorer la résistance au feu :Armature latérale 42
Partie 4 43
Poutre 44
Niveau 44
Poutre: 1_POU0_08 44
Quantitatif 47
Poteau 47
Niveau 47
Poteau : 1_POT0_05 48
Quantitatif 49
Semelle isolée : sel_1_SI0_03 50
Données de base 50
Quantitatif 54
Conclusion général 56
Bibliographie 57
Annexe 58

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 3
LST – Génie Civil – 2011/2012
Introduction :

Notre projet de fin d’études porte sur l’étude d’une structure béton armé : une usine à la ville
de Tanger. Ce dernier était victime d’une double anomalie tout d’abord un mal dimensionnement
accompagné par une mauvaise exécution ; ensuite une incendie qui a aggravé la situation. L’étude
se fait alors au sein du bureau de contrôle SOMACEP NORD.

La première étape du projet est l’étude statique du bâtiment par un pré dimensionnement et un
dimensionnement de quelques éléments de la structure sous charges verticales. Cette phase est
faite manuellement puis via l’outil informatique : ROBOT bat. Cette étape nous a permis de vérifier
le problème du mal dimensionnement de la structure tout en nous éclaircir les principes du calcul
en béton armé.

La deuxième étape consiste à résoudre le problème menaçant notre bâtiment par des méthodes
de renforcement qu’on apprit pour la première fois.

La troisième étape assurera au maximum le déclenchement d’un nouveau incendie ou au moins


de minimiser ses dégâts par des précautions contre feu.

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 4
LST – Génie Civil – 2011/2012
Présentation de la société : SQMACEP NORD, S.A.R.L.

SOMACEP NORD est un Bureau de Contrôle Technique filiale du Groupe SOMACEP qui intervient
dans les secteurs de l’ingénierie du Bâtiment, des Travaux Publics, de l’industrie et de
l’environnement.

SOMACEP NORD est membre fondateur de la Fédération des organismes de contrôle, prévention
et sécurité << COPRES >> et de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc
<<C.G.E.M>>.

I. Objectifs :
 L’objectif principal de SOMACEP NORD est de mettre à la disposition de sa clientèle une
équipe d’ingénieurs et de consultants multidisciplinaires efficace et expérimentée dans le
développement et l’exécution d’importants projets.
 Grâce à ses compétences reconnues en matière de contrôle technique des études et la
supervision des travaux et des équipements, et grâce à son affiliation au Groupe de services
international d’assister et de conseiller sa clientèle en matière de :

- Prévention des risques en améliorant la solidité et la stabilité des ouvrages et de


matériels ;

- Renforcement de la sécurité des personnes et des biens ;

- Amélioration de la performance des équipements ;

- Amélioration de la qualité dans l’exécution des travaux

 SOMACEP NORD offre essentiellement des solutions réelles, viables et adaptées aux
besoins et objectifs de ses clients dans le cadre des missions qui lui sont confiées dans
l’acte de construire.

II. Quelques projets contrôlés par le bureau de control SOMACEP NORD :


 Immeubles à usage d'habitation :

- Projet complexe résidentiel de 2500 logements ZEMMOURI TANGER.

- Projet ensemble résidentiel dans le cadre du programme de 200,000 logements


<<Rokaia>> Tanger. ..

 Constructions scolaires :

- Collège lbn SINA Tanger

- Faculté de droit site-2-FST Tanger

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 5
LST – Génie Civil – 2011/2012
- Ecole Nationale des Sciences Appliquées de Tanger (ENSAT)

- Université Abdelmalek Essaâdi Faculté des Sciences et Techniques de Tanger.

 Constructions industriels :

- Ensemble de neuf unités à la zone franche d'exportation "Tanger free zone".

- Unité industrielle de câbles électriques pour automobiles "YAZAKI" à la zone franche


d'exportation TFZ inaugurée par SM. Le roi Mohamed VI a Tanger.

III. Organisation :

DIRECTEUR GENERAL
Aziz CHERKAOUI

ADMINISTRATEUR ET
CONSULTANT EXTERNE COORDINATEUR
Dr.Mohamed BEZZAZI Ahmed CHERKAOUI
Professeur universitaire

DEPARTEMENT GENIE DEPARTEMENT


DEPARTEMENT
CIVIL INDUSTRIEL
CONTROLE QUALITE
TOUIL & BOUZIDI Belhaj LAGHLIMI

-Immeubles -Gestion de la qualité


Controle des appreils de
-Constructions scolaires -Certification
levage & ascenseur.
-Hotels -Environnement
-Hopitaux
-Complexe sportifs
-Infrastructures

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 6
LST – Génie Civil – 2011/2012
Partie 1 :
Dimensionnement

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 7
LST – Génie Civil – 2011/2012
1. PRESENTATION DU SITE ET DESCRIPTION DE
L’OUVRAGE :

 L’usine est située au TFZ de la ville de Tanger.


 La structure occupe une superficie d’environ 1400 m2.
 La structure de l’usine est ancienne, dont les éléments porteurs sont de types classique
« poteaux, poutres, poutrelles » en béton armé
 Il est à signaler que l’usine est bâtie vers la fin d’année 2000.
 La structure d’usine est partiellement endommagée par un incendie

2. Hypothèses de calcul :

La structure est calculée en tenant compte des règles suivantes :

 Règlement BAEL 91 modifie 99 et DTU associe


 Règlement parasismique en vigueur (RPS 2000)

3. Valeurs caractéristiques
 Béton
 Compression fc28=27 MPa
 Traction ft28=2.22 MPa
 Acier
 Limite élastique : fe=500 MPa
 Nuance d’acier : HA
 Type de béton hydrofuge dosé à 400 kg/m³
 Ciment CPJ55
 Sika hydrofuge pour les fondations
 Sikalatex et sikatop pour les élévations (reprise bétonnage)
 Sikadur colle pour les scellements

Suppression admissible du sol est de 2.8 bars selon le rapport géotechnique.

IV. Pré dimensionnement et descente de charge :


Nous dimensionnons dans le présent chapitre les éléments de la structure seulement
selon les règles de BAEL91.

Pré dimensionnement des dalles : dalles en corps-creux


L L 7.8 7.8
≤ e ≤ 20 ≤e≤
25 25 20

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 8
LST – Génie Civil – 2011/2012
L 7.8
e= = = 34.6 cm
22.5 22.5
L : est la grande portée du panneau considéré.

On prend l’épaisseur de la dalle (25+5) cm.

Figure 1 : plancher en corps creux

Nota :

Les épaisseurs imposées ont pour objectif de vérifier les critères de résistance (le
plancher doit supporter son poids propre et les surcharges) et également les critères
d’isolation acoustique et thermique (utilisation d’un faux plafond ou d’un revêtement
de sol approprié).

1. Dimensionnement des poutres


Une poutre est un corps dont une des dimensions est grande devant les deux autres, le lieu
des centres de gravité des sections perpendiculaires à la grande dimension est la ligne
moyenne de la poutre, lorsque cette ligne moyenne est une droite, la poutre est une poutre
droite.

Si les charges appliquées sont orthogonales à la ligne moyenne, la poutre est en flexion
simple ; si elles ont une composante selon la ligne moyenne, la poutre est en flexion
composée. Nous nous limiterons dans un premier temps au cas de la poutre droite en flexion
simples droite.

Une poutre est soumise à la flexion plane lorsqu’elle supporte des forces coplanaires
appliquées dans un plan passant par la ligne moyenne, ainsi que des couples d’axe
perpendiculaire au plan précédent.

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 9
LST – Génie Civil – 2011/2012
Figure 2 : Poutre continue

Pour des raisons architecturales on prend b=25 cm

Détermination de la hauteur h

L/16≤h≤L/10

La première travée est chargés des deux côtés d’où :

h=7.5/10=75 cm

Vérification de h en tenant compte du poids propre de la poutre.

a. Première étage :
 Charge permanente :

 Dalle creuse (25+5)


 Forme de pente de 10 cm
 Enduit sous plafond 1.5 cm
 Poids propre de la poutre en béton armé
 Etanchéité
 Protection d’étanchéité

𝐺 = 415 + 2000 ∗ 0.1 + 2000 ∗ 0.015 + 15 + 135 ∗ 7.525 + 2500 ∗ 0.75 ∗ 0.25

= 6451.485 𝑘𝑔/𝑚

 Charge d’exploitation :

Terrasse : inaccessible 100 kg/m²

Q=100*7.525=752.5 kg/m

 Charge totale ultime :

𝑞𝑢 = 1,35𝐺 + 1,5𝑄 = 9838,25 kg/m

 Le moment ultime en travée :

D’après le B.A guide de calcul :

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 10
LST – Génie Civil – 2011/2012
𝑞𝑢 ∗ 𝐿2
𝑀𝑢 1 = 0.64 ∗ = 44272.12 𝑘𝑔. 𝑚
8

𝑀𝑢
𝜑= = 0.025
𝑏 ∗ 𝑓𝑐28

μ = 0.254
On travaille alors dans le pivot B :

L’acier travaille à sa capacité maximale mais le béton non.

Pour 𝑓𝑒 = 500 𝑀𝑃𝑎

2423 𝜑 ≤ 𝑕 ≤ 3423 𝜑

60.57 ≤ 𝑕 ≤ 85.575

Donc h = 75 cm est vérifié.

b. Armatures longitudinales :

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 11
LST – Génie Civil – 2011/2012
𝑀_𝑢𝑓_(𝑐28 ) 𝑓_(𝑒 ) 𝑏 𝑕 𝑑

𝜇≤𝜇_𝑐

Oui Non

𝜇=𝑀_𝑢/((𝜎_
𝑀_1= 𝜇_𝑐.𝑏.𝑑².(
𝑏 ) ̅.𝑏.𝑑²)
𝜎_𝑏 ) ̅

𝛼=(1−√(1−2𝜇
))/0.8 𝐴_1=𝑀_1/(𝑧_𝑐.(
𝜎_𝑠 ) ̅ )

𝛽=1−0.4𝛼
𝑀_2=𝑀_𝑢−𝑀_1

𝑧=𝛽.𝑑 𝐴_2=𝑀_2/(𝑧_2.(𝜎_𝑠 ) ̅ )
Avec 𝑧_2=𝑑−0.1𝑕

𝐴=𝑀_𝑢/(𝑧.(𝜎_𝑠 𝐴=𝐴_1+𝐴
)̅) _█ 2@)
〖𝐴^′=𝐴〗_2

Figure 3 : Calcul d'acier

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 12
LST – Génie Civil – 2011/2012
Nota :
Pour le cas de 𝜇>𝜇_𝑐 :
𝑀_1>〖0.6 𝑀〗_𝑢&〖 𝑀〗_2>0.4𝑀_𝑢

𝑏𝑦²+30(𝐴^′+𝐴)𝑦−30(𝐴^′ 𝑐^′+𝐴𝑑)=0

𝑦=(−30(𝐴^′+𝐴)+√((30(𝐴^′+𝐴))^2+4𝑏∗30(𝐴^′ 𝑐^′+𝐴𝑑) ))/2𝑏

𝐼=𝑀_𝑠𝑒𝑟/𝐾=(𝑏𝑦^3)/3+15𝐴^′ (𝑦−𝑐^′ )^2+15𝐴(𝑑−𝑦)²

𝜎_𝑏=𝐾𝑦 <(𝜎_𝑏 ) ̅=0.6 𝑓_𝑐28


𝜎_𝑠=15𝐾(𝑑−𝑦)<(𝜎_𝑠𝑡 ) ̅ (𝑠𝑒𝑙𝑜𝑛 𝑓𝑖𝑠𝑠𝑢𝑟𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛)

ELU (vérifié) 𝑦 ̅=15𝑐/(15(𝜎_𝑏𝑐 ) ̅+(𝜎_𝑠𝑡 ) ̅ ).𝑑

𝑧 ̅=𝑑−𝑦 ̅/3

(𝑀_𝑐 ) ̅=𝑏.𝑦 ̅ (𝜎_𝑏𝑐 ) ̅/2.𝑧 ̅

𝑀_𝑠𝑒𝑟<(𝑀_
𝑐)̅

Oui Non

𝐴^′=0 𝐴_1=(𝑀_𝑐 ) ̅/(𝑧 ̅.(𝜎_𝑠𝑡 ) ̅ )


𝐴=𝑀_𝑠𝑒𝑟/(𝑧 ̅.(𝜎_𝑠𝑡 ) ̅ ) 𝐴_2=(𝑀_𝑠𝑒𝑟− 𝑀_𝑐 ) ̅ / 𝑧_2 (𝜎_𝑠𝑡

Figure 4 Vérification en ELS

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 13
LST – Génie Civil – 2011/2012
4. Méthode de Caquot :
a. Domaine d’application :
Elle s’applique essentiellement aux planchers des « constructions industrielles » ; elle
s’applique également à des planchers à charge d’exploitation modérée, compte tenu de la
remarque concernant le coefficient réducteur.

b. Principe de la méthode :
Cette méthode, due à Albert Caquot, repose sur la méthode « des trois moments » qu’elle
simplifie et corrige pour tenir compte :
 De la variation du moment d’inertie efficace des sections transversales le long de la
ligne moyenne, ce qui a pour effet de réduire les moments sur appuis et d’accroître les
moments en travée.
 De l’amortissement des effets du chargement des travées successives, qui est plus
important que l’amortissement prévu par la continuité théorique, ce qui permet de
limiter le nombre des travées recevant les charges d’exploitation.

La méthode de Caquot, initialement établie pour les poutres non solidaires des poteaux, a été
étendue au calcul des poutres solidaires des poteaux, elle peut être appliquée en tenant
compte ou non de cette solidarité. Nous nous contenterons ici du cas courant où les poutres
sont considérées comme non solidaires des poteaux, soit simplement appuyées sur ceux-ci ;
dans le cas des structures porteuses de type poteaux-poutres solidaires, on se reportera à la
littérature ou au règlement pour adapter la méthode.

Le principe consiste à calculer les moments de flexion selon la démarche suivante :


 Le moment de flexion sur un appui est fourni par une formule forfaitaire à partir des
charges appliquées sur les deux travées qui l’encadrent, en supposant qu’il ne dépend
que des charges appliquées sur ces deux travées.
 Le moment de flexion dans une travée dépend ensuite évidement des charges
appliquées sur cette travée et des moments aux deux appuis qui l’encadrent.

c. Démonstration de la méthode :
 Equation générale des trois moments :


𝑏𝑖 . 𝑀𝑖−1 + 𝑐𝑖 + 𝑎𝑖+1 . 𝑀𝑖 + 𝑏𝑖+1 . 𝑀𝑖+1 = 𝑤𝑖+1 + 𝑤𝑖′

𝐿𝑖
𝑎𝑖 = 2𝑏𝑖 = 𝑐𝑖 =
3. 𝐸𝑖 . 𝐼𝑖

 Application à l’appui G

𝐿′𝑤 𝐿′𝑤 𝐿′𝑒 𝐿′𝑒 𝑞𝑤 . 𝐿′ 3𝑤 𝑞𝑒 . 𝐿′3𝑒


.𝑀 + + . 𝑀𝑖 + .𝑀 = − −
6𝐸𝑤 . 𝐼𝑤 𝑖−1 3𝐸𝑤 . 𝐼𝑤 3𝐸𝑒 . 𝐼𝑒 3𝐸𝑒 . 𝐼𝑒 𝑖+1 24𝐸𝑤 . 𝐼𝑤 24𝐸𝑒 . 𝐼𝑒

D’après A. Caquot𝑀𝑖+1 = 𝑀𝑖−1 = 0 & 𝐸 = 𝐶 𝑡𝑒

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 14
LST – Génie Civil – 2011/2012
𝐿′𝑤 𝐿′𝑒 𝑞𝑤 . 𝐿′ 3𝑤 𝑞𝑒 . 𝐿′3𝑒
+ . 𝑀𝑖 = − −
𝐼𝑤 𝐼𝑒 8𝐼𝑤 8𝐼𝑒

Afin de tenir compte des différentes restrictions à appliquer une méthode de


continuité classique, A. Caquot a remplacé le coefficient 8 par 8.5

d. Exemple de calcul :
 Première étage : Poutre 7.5

𝑮 = 𝟔𝟒𝟓𝟏. 𝟒𝟖𝟓 𝒌𝒈/𝒎


𝑸 = 𝟕𝟓𝟐. 𝟓 𝒌𝒈/𝒎

𝒒𝒖 = 𝟗𝟖𝟑𝟖. 𝟐𝟓 𝒌𝒈/𝒎
𝒒𝒔𝒆𝒓 = 𝟕𝟐𝟎𝟑. 𝟗𝟖 𝒌𝒈/𝒎

 Détermination des moments :

 Moment isostatique :

qL²
𝐌˳ = = 691,751 𝑘𝑁. 𝑚
8
 Moments sur appui :
On calcule les quantités suivantes :
La longueur réduite de chaque travée L’ :
L’ = L pour une travée de rive
L’ = 0.8 L pour une travée intermédiaire
a x(x−1)(x−2)
Pour chaque force concentrée 𝑥 = L′ puis 𝑘 =
2.125

Lemoment sur l’appui(calculée ici en valeur absolue) est la somme des trois moments
suivants :
𝑀𝑞 : Dû aux charges réparties sur les deux travées.
𝑀𝑝𝑤 : Dû aux charges concentrées de la travée w
𝑀𝑝𝑒 : Dû aux charges concentrées de la travée e

𝐪𝒘 𝐋’𝐰³ + 𝐪𝐞 𝐋’𝐞³
𝑴𝒒 𝑩 (𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈é𝒆 − 𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈é𝒆) = = 𝟓𝟒𝟎. 𝟖𝟎𝟕 𝒌𝑵. 𝒎
𝟖. 𝟓 (𝐋’𝐰 + 𝐋’𝐞)
𝐪 𝒘 𝐋’𝐰 𝟑 + 𝟏. 𝟑𝟓𝐆 𝐋’𝐞𝟑
𝑴𝒒 𝑩 𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈é𝒆 − 𝒅é𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈é𝒆 = = 𝟓𝟐𝟎. 𝟔𝟑 𝒌𝑵. 𝒎
𝟖. 𝟓 𝐋’𝐰 + 𝐋’𝐞
𝟏. 𝟑𝟓𝐆 𝐋’𝐰 𝟑 + 𝒒𝒆 𝐋’𝐞𝟑
𝑴𝒒 𝑩 𝒅é𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈é𝒆 − 𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈é𝒆 = = 𝟒𝟗𝟖. 𝟗𝟑 𝒌𝑵. 𝒎
𝟖. 𝟓 𝐋’𝐰 + 𝐋’𝐞

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 15
LST – Génie Civil – 2011/2012
𝐪𝒘 𝐋’𝐰 𝟑 + 𝐪𝐞 𝐋’𝐞𝟑
𝑴𝒒 𝑪 𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈é𝒆 − 𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈é𝒆 = = 𝟓𝟎𝟓. 𝟐𝟕 𝒌𝑵. 𝒎
𝟖. 𝟓 𝐋’𝐰 + 𝐋’𝐞
𝐪 𝒘 𝐋’𝐰 𝟑 + 𝟏. 𝟑𝟓𝐆 𝐋’𝐞𝟑
𝑴𝒒 𝑪 𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈é𝒆 − 𝒅é𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈é𝒆 = = 𝟒𝟔𝟖. 𝟎𝟐 𝒌𝑵. 𝒎
𝟖. 𝟓 𝐋’𝐰 + 𝐋’𝐞
𝟏. 𝟑𝟓𝐆 𝐋’𝐰 𝟑 + 𝒒𝒆 𝐋’𝐞𝟑
𝑴𝒒 𝒅é𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈é𝒆 − 𝒄𝒉𝒂𝒓𝒈é𝒆 = = 𝟒𝟖𝟒. 𝟓𝟔 𝒌𝑵. 𝒎
𝑪 𝟖. 𝟓 𝐋’𝐰 + 𝐋’𝐞

𝐤𝐰. 𝐏𝐰. 𝐋’𝐰 𝟐


𝐌𝒑𝒘 = ∑ =𝟎
𝐋’𝐰 + 𝐋’𝐞

𝐤𝐞.𝐏𝐞.𝐋’𝐞𝟐
M𝑝𝑒 = ∑ =0
𝐋’𝐰 +𝐋’𝐞

Avec la convention de signe utilisée, le moment sur appui est évidement négatif et
la valeur algébrique, qui sera utilisée dans la suite, est égale à la valeur obtenue
par le calcul précédent, affectée du signe (-).

 Effort tranchant :


M𝑤 − 𝑀𝑒 𝑞𝐿 𝑎𝑖
𝑉𝑤 1 = − − ∑𝑃𝑖 1 − = −296.826 𝑘𝑁
L 2 𝐿
𝑉𝑒 1 = 𝑉𝑤 + 𝑞𝐿 + ∑𝑃𝑖 = 441.04𝑘𝑁

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 16
LST – Génie Civil – 2011/2012
𝑉𝑤 2 = − 366.38𝑘𝑁
𝑉𝑒 2 = 356.722 𝑘𝑁

𝑉𝑤 3 = −422.38 𝑘𝑁
𝑉𝑒 3 = 281.04𝑘𝑁

 Moment de flexion maximal en travée :


Le moment est maximal au point d’effort tranchant nul dont on nomme x 0 l’abscisse à partir de
l’appui gauche (w)

𝐿 𝑀𝑤 − 𝑀𝑒
𝑥1 = − = 3,04
2 𝑞𝑢 𝐿
𝑞𝑢 𝑥1 𝑞𝑢 𝑥1 ² 𝑥1 𝑥1
𝑀𝑡 1 = − + 𝑀𝑤 1 − + 𝑀𝑒 = 455.925 𝑘𝑁. 𝑚
2 2 𝐿 𝐿

𝑥2 = 3,71
𝑀𝑡 2 = 180.963 𝑘𝑔. 𝑚

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 17
LST – Génie Civil – 2011/2012
𝑥3 = 4,26
𝑀𝑡 3 = 409.755 𝑘𝑁. 𝑚

 Calcul des armatures - Longitudinales :

 Travée A-B :

𝑴𝒕 = 𝟒𝟓𝟓. 𝟗𝟐𝟓 𝒌𝑵. 𝒎𝝁 = 𝟎. 𝟐𝟔𝟏𝜶 = 𝟎. 𝟑𝟖𝟔𝜷 = 𝟎. 𝟖𝟒𝟓𝒛 = 𝟓𝟕. 𝟎𝟕 𝒄𝒎

𝑨 = 𝟏𝟖. 𝟑𝟕 𝒄𝒎𝟐 &𝑨′ = 𝟎

 Vérification en ELS :

𝒚 = 𝟐𝟗. 𝟎𝟗𝑴𝒔𝒆𝒓 = 𝟑𝟑𝟑. 𝟖𝟐 𝒌𝑵. 𝒎𝑰 = 𝟔𝟏𝟏𝟔𝟔𝟔. 𝟒𝟓 𝒄𝒎𝟒 𝑲 = 𝟒𝟓. 𝟓𝟕 𝑵/𝒄𝒎𝟑

 𝝈𝒃 = 𝟏𝟓𝟖𝟕. 𝟔𝟒 𝑵/𝒄𝒎² < 1620𝑵 /𝒄𝒎²


𝑵
 𝝈𝒔 = 𝟐𝟔𝟐𝟓𝟓. 𝟏𝟓 𝒄𝒎𝟐 < 50000 𝑁/𝑐𝑚²

Travée A-B B-C C-D


Portée 7.5 7.35 7.15
Moment (kN.m) 455.92 180.96 409.75
Moment réduit 0.261 0.103 0.235
Le coefficient 𝜶 0.386 0.136 0.339
Le coefficient 𝜷 0.845 0.945 0.864
Z (cm) 57.07 63.82 68.34
Acier tendu (cm²) 18.37 6.52 16.15
6HA20 6HA12 6HA20

Acier comprimé 0 0 0
(cm²) 3HA8 3HA8 3HA8

Appui A B C D
Moment (kN.m) 103.76 540.8 505.27 103.76
Moment réduit 0.059 0.31 0.289 0.059
Le coefficient 𝜶 0.076 0.479 0.437 0.076
Le coefficient 𝜷 0.969 0.808 0.825 0.969
Z (cm) 65.44 54.56 55.7 65.44

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 18
LST – Génie Civil – 2011/2012
Acier de chapeau de 3.64 3.64
rive (cm²) 3HA14 3HA14
Acier de chapeau 22.79 20.86
intermédiaire (cm²) 6HA20+3HA14 6HA20+3HA14

 RDC

La première travée est chargés des deux côtés d’où :

7.5
h= = 75 cm
10
Vérification de h en tenant compte du poids propre de la poutre.

 Charge permanente :
 Dalle creuse (25+5)
 Forme de pente de 7 cm
 Enduit sous plafond 1.5 cm
 Poids propre de la poutre en béton armé
 Revêtement
 Cloison distribuée
 Double cloison

𝐺 = 415 + 2000 ∗ 0.07 + 2000 ∗ 0.015 + 60 + 75 ∗ 7.525 + 2500 ∗ 0.75 ∗ 0.25 + 700

= 6586.75 𝑘𝑔/𝑚

 Charge d’exploitation :

𝑄 = 500 ∗ 7.525 = 3762.5 𝑘𝑔/𝑚

 Charge totale ultime :

𝑞𝑢 = 1,35𝐺 + 1,5𝑄 = 14535.86 kg/m

 Le moment ultime en travée :


D’après le B.A guide de calcul :
𝑞𝑢 ∗ 𝐿2
𝑀𝑢 1 = 0.64 ∗ = 65411 𝑘𝑔. 𝑚
8

𝑀𝑢
𝜑= = 0.031
𝑏 ∗ 𝑓𝑐28

On travaille alors dans le pivot B :

L’acier travaille à sa capacité maximale mais le béton non.

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 19
LST – Génie Civil – 2011/2012
Pour 𝑓𝑒 = 500 𝑀𝑃𝑎

2423 𝜑 ≤ 𝑕 ≤ 3423 𝜑

75.11 ≤ 𝑕 ≤ 106.11

Donc h = 75 cmn’est vérifié.

Prenons 𝑕 = 100 𝑐𝑚& pour vérifier la condition parasismique 𝑕


4 < 𝑏 soit 𝑏 = 30
𝑘𝑔
𝑞𝑢 = 14915.55
𝑚

qser = 10630.5 kg/m

 Travée A-B :

Mt = 720.04 kN. mμ = 0.193α = 0.270β = 0.892z = 80.28 cm

A = 20.62 cm2 &A′ = 0

 Vérification en ELS :

y = 33.94Mser = 512.67 kN. mI = 1363004.56 cm4 K = 37.61 N/cm3

 σb = 1278.10 N/cm² < 1620𝑁 /𝑐𝑚²


N
 σs = 31603.68 cm 2 < 50000 𝑁/𝑐𝑚²

Travée A-B B-C C-D


Portée 7.5 7.35 7.15
Moment (kN.m) 720.04 386.33 650.69
Moment réduit 0.193 0.103 0.221
Le coefficient 𝜶 0.270 0.136 0.316
Le coefficient 𝜷 0.892 0.945 0.873
Z (cm) 80,28 85,10 78,62
Acier tendu (cm²) 20,62 10,44 19,03
6HA20+3HA14 6HA16 6HA20+3HA14
Acier comprimé (cm²) 0 0 0
Acier de construction 3HA8 3HA8 3HA8
(cm²)

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 20
LST – Génie Civil – 2011/2012
Appui A B C D
Moment (kN.m) 157,31 819,90 766,04 157,31
Moment réduit 0,04 0,220 0,206 0,04
Le coefficient 𝜶 0,051 0,314 0,291 0,051
Le coefficient 𝜷 0,979 0,874 0,883 0,979
Z (cm) 88,16 78,69 79,52 88,16
Acier de chapeau de 4,10 4,10
rive (cm²) 3H14 3HA14
Acier de chapeau 23,96 22,15
intermédiaire (cm²) 6HA20+3HA16 6HA20+3HA16

 Poutre à inertie variable par travée :

Lorsque l’inertie de la poutre est constante dans une travée, mais variable d’une travée à
l’autre, les formules permettant de calculer le moment sur un appui sont modifiées comme
suit :
Soit l’appui numéro i entouré des deux travées w et e de longueurs réelles Lw et Le et
d’inerties Iw et Ie ; les charges restant les mêmes que précédemment :

L ′𝑒 𝐼
On calcule : β = . I𝑤
L ′𝑤 𝑒

q L’w² + β. qe L’e²
M𝑞 =
8.5 (1 + β)

β. kw. Pw. L’w


M𝑝𝑤 = ∑
1 +β

β.ke .Pe .L’e²


𝑀𝑝𝑒 = ∑
1+β

Le calcul des efforts tranchants et des moments en travée reste le même que précédemment.

5. Méthode Forfaitaire :
a. Domaine d’application :
La méthode s’applique aux « constructions courantes » où la charge
d’exploitation est au plus égale à deux fois la charge permanente ou à 5000 N/m² :
Q≤ Max { 2 G ; 5000 N/m² }.
Elle ne s’applique qu’aux éléments fléchis (poutres ou dalles calculées en flexion dans
un seul sens) remplissant les conditions suivantes :
 Les moments d’inertie des sections transversales sont les mêmes dans les
différentes travées en continuité.
 Les portées successives sont dans un rapport compris entre 0.8 et 1.25.
 La fissuration est considérée comme non préjudiciable à la tenue du béton armé
et de ses revêtements.
Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY
Sohaib CHARIF EL HARRAK 21
LST – Génie Civil – 2011/2012
Dans le cas où l’une de cas trois dernières hypothèses n’est pas vérifiée, on peut appliquer la
méthode de calcul des planchers à charge d’exploitation relativement élevée ( méthode de
Caquot), et il est possible d’atténuer les moments sur appuis dus aux seules charges
permanentes par application aux valeurs trouvées d’un coefficient compris entre 1 et 2/3 ; les
valeurs des moments en travée sont majorées en conséquence.

b. Principe de la méthode :
Elle consiste à évaluer les valeurs maximales des moments en travée et des moments sur
˳
appuis à des fractions fixées forfaitairement de la valeur maximale du moment M dans la
travée dite de comparaison, c’est-à-dire dans la travée isostatique indépendante de même
portée et soumise aux mêmes charges que la travée considérée.

c. Application de la méthode :
Q
Soit =
Q+G
𝐌 ˳ = qL8 ²

Mw& Meles valeurs absolues des moments sur appuis de gauche (w) et de droite (e) dans la
travée considérée
Mt le moment maximal en travée dans la travée considérée.

 A vérifier que :

Mw+ Me
1. 𝑀𝑡 ≥ Max 1.05 M˳ ; 1 + 0.3 M˳ −
2
2. Me ou Mw = max (0.5 M0 i , 0.5M0 i+1 )Dans les appuis intermédiaires
1+0.3 M ˳
3. 𝑀𝑡 ≥ dans une travée intermédiaire
2
1.2+0.3 M ˳
4. 𝑀𝑡 ≥ dans une travée de rive
2

 Détermination de l’effort tranchant :

Sur une travée le moment varie paraboliquement ; le maximum est ainsi à des abscisses a de
l’appui gauche (w) et b de l’appui droit (e) avec L= a + b telles que :

Mw + Mt = k a² et Me + Mt = k b² soit :

b a
=
Me + Mt Mw + Mt

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 22
LST – Génie Civil – 2011/2012
1
𝑎=L
Me +Mt
1+ Mw +Mt

1
𝑏=L
Mw +Mt
1+ Me +Mt

Les propriétés des tangentes à une parabole conduisent aux valeurs suivantes de l’effort
tranchant, à gauche et à droite de la travée :

Mw + Mt
𝑉𝑤 = −2
a

Mt + Me
𝑽𝒆 = 2
b

L’effort tranchant est évidemment nul au point d’abscisse a.

 Exemple de calcul :

 Première étage :

𝒌𝒈
𝑸 = 𝟕𝟓𝟐. 𝟓
𝒎
𝒌𝒈
𝑮 = 𝟔𝟒𝟓𝟏. 𝟒𝟖
𝒎

𝜶 = 𝟎. 𝟏

Travée A-B B-C C-D


L (m) 7.5 7.35 7.15
M0 (kN.m) 691.75 664.35 628.69
Me (kN.m) 345.87 332.17 0
Mw(kN.m) 0 345.87 332.17
Mt (kN.m) 553.4 358.54 332.17
Acier tendu (cm²) 23.48 13.81 20.29
3HA20+3HA16 9HA14 3HA20+3HA14
Condition de rive (kN.m) 425.42 386.64
Condition intermédiaire 342.14
(kN.m)
a (m) 3.39 3.69 4.03

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 23
LST – Génie Civil – 2011/2012
b (m) 4.2 3.65 3.11
Ve (kN) 428.22 378.4 317.71
Vw (kN) -336.42 -381.8 -410.03

Appui A B C D
Moment (kN.m) 103.76 345.87 332.17 103.76
Acier de chapeau de rive 4.22 4.22
(cm²) 3HA14 3HA14
Acier de chapeau 13.25 12.66
intermédiaire 3HA20+3HA16 3HA20+3HA16

 RDC :

𝒌𝒈
𝑸 = 𝟑𝟕𝟔𝟐, 𝟓
𝒎
𝒌𝒈
𝑮 = 𝟔𝟖𝟔𝟖
𝒎
𝜶 = 𝟎, 𝟑𝟓

Travée A-B B-C C-D


L (m) 7.5 7.35 7.15
M0 (kN.m) 1048,74 1007,21 953,15
Me (kN.m) 524.37 503.60 0
Mw(kN.m) 0 524.37 503.6
Mt (kN.m) 896.68 598,98 801,42
Acier tendu (cm²) 26.64 16.78 23.34
9HA20 6HA20 6HA20+3HA16
Condition de rive (kN.m) 684,30 621,93
Condition intermédiaire (kN.m) 556,48
a (m) 3,32 3,93 4
b (m) 4,17 3,65 3,14
Ve (kN) 681.56 604.16 510.46
Vw (kN) -540.16 -608.86 -652.51

Appui A B C D

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 24
LST – Génie Civil – 2011/2012
Moment (kN.m) 157.31 524.37 503.6 157.31
Acier de chapeau de rive 4.10 4.10
(cm²) 3HA14 3HA14
Acier de chapeau 14.5 13.88
intermédiaire 3HA20+3HA16 3HA20+3HA16
 Armatures de peau

Une poutre est considérée comme étant de grande hauteur lorsque la hauteur h de son âme
Vérifie:
𝐹𝑒
𝑕 ≤ 2(80 − )
10
Où h est exprimée en cm et Fe en MPA.
On trouvera 𝑕 ≥ 60 𝑐𝑚 pour la nuance FeE500.
Dans ce cas il faut disposer des armatures de peau définies par:
- 3 cm2 par mètre de parement si la fissuration est préjudiciable.
- 5 cm2 par mètre de parement si la fissuration est très préjudiciable.
On prend alors 3 cm² pour cette usine ce qui fait 3HA12.

Figure 5 :Schéma de ferraillage

Nota :

On constate qu’avec la méthode de Caquot les moments d’appuis sont


beaucoup plus importants qu’avec la méthode forfaitaire et vice versa en ce qui
concerne les moments en travée.

C’est vrai que la méthode forfaitaire est facile à manipuler mais la méthode de
Caquot reste la plus précise.

 Armatures transversales :

 Contrainte de cisaillement (tangente) conventionnelle

Pour le travée A-B au rez-de-chaussée :

Pour la justification de l'âme d'une poutre, le BAEL prend pour la contrainte tangente:

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 25
LST – Génie Civil – 2011/2012
𝑉
𝜏= = 2.476
𝜋
𝑏∗𝑑
Armatures transversales droites (𝛼 = )
2

Fissuration peu préjudiciable

𝑓𝑐𝑗
𝜏𝑢 = 𝑀𝑖𝑛 0.2 , 5𝑀𝑃𝑎 = 3.6
𝛾𝑏
𝜏 ≤ 𝜏𝑢 vérifié

V: valeur de l'effort tranchant dans la section considérée

b: largeur de l'âme (largeur tout court dans le cas d'une section rectangulaire; largeur de
la nervure dans le cas d'une section en forme de T)

d: hauteur utile

𝜏Contrainte tangente conventionnelle (dite de comparaison)

Pour le travée A-B au rez-de-chaussée :

 Espacement :

𝐴𝑡 𝛾𝑠 (𝜏 − 0.3𝑘𝑓𝑡𝑗 )

𝑏 ∗ 𝑆𝑡 0.9𝑓𝑒

 Démarche à suivre
a) choix d’un cours
0.9𝐴 𝑡 𝑓 𝑒
b) calcul de l’espacement St à l’appui par 𝑆𝑡 =
𝛾𝑠 𝑏 (𝜏−0.3𝑓 𝑡𝑗 )
c) position du premier cours à une distance St / 2de l'appui;
d) les espacements suivants sont choisis dans la suite des valeurs (en cm): 7, 8, 9, 10, 11, 13,
16, 20, 25, 35, 40; avec chaque valeur d'espacement qui doit être répétée autant de fois qu'il y
a de mètres dans la demi portée de la poutre (prendre la partie entière du rapport).
7. Dispositions constructives minimales
𝑆𝑡 ≤ 𝑖𝑛𝑓 0.9𝑑, 40 𝑐𝑚
𝐴 𝑓
𝑆𝑡 ≤ 𝑡 𝑒
0.4 𝑏
Dans cette formule les dimensions sont exprimées en cm et la contrainte en MPa.

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 26
LST – Génie Civil – 2011/2012
 Exemple de calcule :RDC

 Étrille :

𝑉 = 66865,39 𝑘𝑔

𝜏 = 247.64𝑁/𝑐𝑚²
𝜑 𝑚𝑎𝑥 20
𝜑𝑡 = = =6,66𝑚𝑚 𝜑𝑡 = 8 𝑚𝑚
3 3

2 2
𝜑𝑡 0,8
𝐴𝑡 = 𝜋 .𝑛 = 𝜋 . 4 = 2,01𝑐𝑚²
2 2

𝑆𝑡 = 14,80𝑐𝑚 Vérifié

La série d’espacement est :

7.4+ 7*8 + 7*9 + 7*10+ 7*11+ 7*13 < 375 cm²

 Epingle :

𝑉 = 66865,39 𝑘𝑔
𝜑 𝑚𝑎𝑥 20
𝜏 = 247.64𝑁/𝑐𝑚𝜑𝑡 = = =6,66𝑚𝑚 𝜑𝑡 = 8 𝑚𝑚
3 3

2 2
𝜑𝑡 0,8
𝐴𝑡 = 𝜋 .𝑛 = 𝜋 . 3 = 1,50𝑐𝑚²
2 2

𝑆𝑡 = 11,04 𝑐𝑚²

5.52 +5*7 +5*8 + 5*9+ 5*10+ 5*11+ 5*13 5* < 375 cm²

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 27
LST – Génie Civil – 2011/2012
V. Poteaux :
Un poteau est une poutre droite verticale soumise uniquement à la compression simple
centrée

Le béton résiste très bien à la compression ; les armatures sont donc théoriquement inutiles.
En fait, les charges appliquées ne sont jamais parfaitement centrées (dissymétrie de
chargement, imperfections d’exécution, solidarité avec les poutres), pour cette raison, on
introduit des armatures destinées à résister aux moments ainsi créés.

1. Détermination complète de la section :


Seul Nu est connu, on cherche B et A.

B peut être totalement libre ou une de ses dimensions peut être imposée.

Le choix de B est totalement libre :

0.85 0.85
𝛼= ℷ 2
= 𝛽
1+0.2 35
Pourℷ ≤ 50
ℷ 2
𝑠𝑜𝑖𝑡 𝛽 = 1 + 0.2 35

50 2
𝛼 = 0.6 ℷ
= 0.85
𝛽
Pour 50 ≤ ℷ ≤ 70 2
𝑠𝑜𝑖𝑡 𝛽 = 0.85∗ℷ
1500

Si ℷ ≥70 on ne peut calculer le poteau par la méthode forfaitaire

2. Première étage :

Poteau rectangulaire (a<b)Si on a le choix, il est préférable de prendre ℷ ≤ 35 Avec ℷ = 35𝑎 =


12𝐿𝑓 12.0.7𝐿
= 35 0 = 20.8 𝑐𝑚
35
On prend alors 𝑎 = 25 𝑐𝑚
𝑎 = 𝑏 = 25 𝑐𝑚²

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 28
LST – Génie Civil – 2011/2012
𝑁𝑢 = 𝑉𝑒𝑏 + 𝑉𝑤𝑏 + 𝑉′𝑒𝑏 + 𝑉′𝑤𝑏 + 1.35 ∗ 25 ∗ 𝑎 ∗ 𝑏 ∗ 3 = 908.459 𝑘𝑁

𝛽.𝑁𝑢
La formule générale donne 𝐵𝑟 ≥ 𝑓 𝑏𝑐 𝐴 𝑓
+0.85 𝐵 . 𝛾 𝑒
0.9 𝑟 𝑠

Un certain nombre de choix étant libres, on peut prendre 𝐴/𝐵𝑟 = 1% soit :

𝛽 .𝑁𝑢
𝐵𝑟 ≥ 𝑓 𝑏𝑐 𝑓 ≥ 526.75 𝑐𝑚²
+0.0085. 𝛾 𝑒
0.9 𝑠

𝐵𝑟
𝑏 = 0.02 + = 24.9 < 𝑎
𝑎 − 0.02

Donc 𝑎 = 𝑏 = 25 𝑐𝑚² est bien correcte.


𝐵𝑟 = 𝑎 − 2 𝑏 − 2 = 529 𝑐𝑚²

𝑁𝑢 𝐵𝑟 .𝑓𝑐28 𝛾
ℷ = 29.09 < 50 𝛼 = 0.74𝐴𝑠 = − . 𝑓𝑠 = 3.9 𝑐𝑚²
𝛼 0.9 𝛾𝑠 𝑒

On prend alors 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 4 𝑐𝑚²

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 29
LST – Génie Civil – 2011/2012
3. RDC :

a. Poteau rectangulaire (a<b)


12 𝐿𝑓 12.0.7𝐿0
Si on a le choix, il est préférable de prendre ℷ ≤ 35 Avec ℷ = 35𝑎 = = =
35 35
34.64 𝑐𝑚
On prend alors 𝑎 = 35 𝑐𝑚
𝑎 = 𝑏 = 35 𝑐𝑚²

𝑁𝑢 = 𝑁𝑝𝑒 + 𝑉𝑒𝑏 + 𝑉𝑤𝑏 + 𝑉′𝑒𝑏 + 𝑉′𝑤𝑏 + 1.35 ∗ 25 ∗ 𝑎 ∗ 𝑏 ∗ 5 = 2357.873 𝑘𝑁

𝛽.𝑁𝑢
La formule générale donne 𝐵𝑟 ≥ 𝑓 𝑏𝑐 𝐴 𝑓
0.9
+0.85 𝐵 . 𝛾 𝑒
𝑟 𝑠

Un certain nombre de choix étant libres, on peut prendre 𝐴/𝐵𝑟 = 1% soit :

𝛽 .𝑁𝑢
𝐵𝑟 ≥ 𝑓 𝑏𝑐 𝑓 ≥ 1367.17 𝑐𝑚²
+0.0085. 𝛾 𝑒
0.9 𝑠

𝐵𝑟
𝑏 = 0.02 + = 43.42
𝑎 − 0.02

Donc 𝑏 = 45 𝑐𝑚².

La charge s’est changée par le changement du poids propre :


𝑁𝑢 = 2363.779 𝑘𝑁

𝐵𝑟 = 𝑎 − 2 𝑏 − 2 = 1419 𝑐𝑚²

𝑁𝑢 𝐵𝑟 .𝑓𝑐28 𝛾
ℷ = 26.94 < 50 𝛼 = 0.76𝐴𝑠 = − . 𝑓𝑠 = 6.26 𝑐𝑚²
𝛼 0.9 𝛾𝑠 𝑒

Avec 𝐴𝑚𝑖𝑛 = 4 𝑐𝑚² *u (périmètre de la section) = 4 𝑐𝑚²


Donc on prend 𝐴𝑠 = 6.26 4HA16

Pour les sections rectangulaires (a<b) la distance maximale c de deux barres voisines doit
respecter :
C ≤ min {(a+10cm) ; 40 cm}
Les armatures doivent être réparties le long des parois :
 Section polygonales : au moins une barre dans chaque angle.
 Sections circulaires : au moins 6 barres régulièrement réparties

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 30
LST – Génie Civil – 2011/2012
b. Armatures transversales
Elles doivent entourer toutes les barres longitudinales de diamètre supérieur ou égal à 20 mm,
compte tenu du fait que les armatures longitudinales ne sont prises en compte pour les calculs
de résistance que si elles sont maintenues par des cadres espacées de 15 fois leur diamètre
au maximum, dans la pratique, toutes les barres seront maintenues.
Elles se déterminent par des règles forfaitaires.
 Diamètre :

Le diamètre des armatures transversales est au moins égal à la valeur normalisée la plus
proche du tiers du diamètre des armatures longitudinales qu’elles maintiennent.

 Espacement :

Hors des zones de recouvrement, l’espacement de deux cours d’armatures


transversales doit être inférieur ou égal à la plus petite des trois valeurs suivantes :
 15 fois le diamètre minimal des armatures longitudinales.
 40 cm
 a+10 cm où a et la plus petite dimension de la section ou son diamètre

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 31
LST – Génie Civil – 2011/2012
VI. Semelles de fondation :
Les fondations d’une construction sont constituées par les parties de l’ouvrage qui sont en contact avec
le sol auquel elles transmettent les charges de la superstructure, elles constituent donc la partie
essentielle de l’ouvrage puisque de leurs bonnes conception et réalisation découle la bonne tenue de
l’ensemble.

1. Dimensionnement de la semelle
On a 𝑎 = 35𝑐𝑚 , 𝑏 = 45𝑐𝑚 , 𝑁𝑠𝑒𝑟 = 1748466,04𝑁𝑒𝑡𝑁𝑢 = 2370158,66 𝑁

𝜎𝑠𝑜𝑙 = 2,8 𝑏𝑎𝑟

2
𝜎𝑠𝑒𝑟 = 𝜎 = 1,86 𝑏𝑎𝑟
3 𝑠𝑜𝑙
𝑁𝑢 𝑁𝑠𝑒𝑟 𝑁𝑠𝑒𝑟 1748466,04
𝑠 = 𝐴. 𝐵 = 𝑚𝑎𝑥 , = = = 9,40 𝑚
𝜎𝑠𝑜𝑙 𝜎𝑠𝑒𝑟 𝜎𝑠𝑒𝑟 1,86 . 105

𝑁𝑠𝑒𝑟
𝐴 − 𝑎 = 𝐵 − 𝑏𝐴 − 0,35 = 𝐵 − 𝑏. 0,45𝐴. 𝐵 = 𝐴. 𝐵 = 9,4
𝜎𝑠𝑒𝑟

𝐴 = 3,05𝑚 𝑒𝑡 𝐵 = 3,15𝑚

A−a B−b
max( , ) ≤ d ≤ min(A − a, B − b)
4 4
B−b
d= = 0,675m
4
h = d + 0,05 = 0,725m = 72,5cm

2. Vérification de la dimension de la semelle :

𝑁𝑠𝑒𝑟 = 1748466,04 + 2500.3,15.3,05.0,725.10 = 1922601,98 𝑁

𝑁𝑠𝑒𝑟
𝐴 − 𝑎 = 𝐵 − 𝑏𝐴 − 0,35 = 𝐵 − 𝑏. 0,45𝐴. 𝐵 = 𝐴. 𝐵 = 10,33𝐴 ≈ 3,20𝑚 𝑒𝑡 𝐵 ≈ 3,30𝑚
𝜎𝑠𝑒𝑟

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 32
LST – Génie Civil – 2011/2012
𝑑 ≈ 0 , 75𝑚

𝑕 ≈ 0,80𝑚
𝑁𝑠𝑒𝑟 +𝑝𝑝𝑠 1748466 ,04+2500.3,20.3,30.0,80.10
Donc 𝜎𝑠𝑜𝑙 = = = 1,85 𝑏𝑎𝑟 < 𝜎𝑠𝑒𝑟 = 1,86𝑏𝑎𝑟
𝐴.𝐵 3,16 .3,26

2. Ferraillage de la semelle :

Semelle isolée sous poteau

𝑵𝒖 = 𝟐𝟔𝟓𝟓. 𝟐𝟕𝟖 𝒌𝑵

𝒖 𝑵 (𝑩−𝒃)
Nappe inférieure // B : 𝑨𝒔 = 𝟖×𝒅×𝒇 = 𝟐𝟗 𝒄𝒎²19HA14
𝒔𝒖

𝑵𝒖 𝑨−𝒂
Nappe inférieure // A : 𝑨𝒔 = . 𝒅.𝒇 = 𝟐𝟗𝒄𝒎²19HA14
𝟖 𝒔𝒖

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 33
LST – Génie Civil – 2011/2012
Partie 2 :
Renforcement

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 34
LST – Génie Civil – 2011/2012
I. ELEMENTS D’EXPERTISE : (Laboratoire)
1. Programme d’intervention
L’expertise menée par le laboratoire L2EC s’est déroulée selon les étapes suivantes :

• Inspection visuelle des différents éléments du bâtiment ;

• Recensement des différentes traces de fissures ou toute autre forme de dégradation ;

• La réalisation d’une compagne d’essais non destructifs (scléromètre, auscultation


sonique) au niveau des éléments porteurs afin de déterminer les caractéristiques mécaniques
du béton en place.

2. Inspection visuelle des différents éléments de la structure et recensement des


différentes traces de fissures ou toute autre forme de dégradation
L’examen visuel du bâtiment a révélé les différents désordres suivants :

Photos 1&2 : Effondrement des hourdis de plancher haut 1 er joint.

Photos 3&4 : Fissurations et corrosion d’acier au niveau des poutres de la mezzanine.

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 35
LST – Génie Civil – 2011/2012
II. ESSAIS NON DESTRUCTIFS REALISES
(AUSCULTATION SONIDQUE):
L’auscultation dynamique constitue une méthode rapide et non descriptif de reconnaissance
de la qualité du béton en place.

Elle consiste essentiellement en la mesure de la vitesse longitudinale de propagation de son


dans la masse du béton, vitesse qui est une expression de la qualité mécanique du béton.

1-n g E

V= (1+n) (1-2n) p

n = E/T : coefficient de poisson

g : accélération de la pesanteur

P : masse volumique du béton

E : module élastique longitudinal

T : module élastique transversal

RC = 0.9 V4 = KVa

Où k et a sont des facteurs qui dépendent principalement de la dimension, état de surface,


nature minéralogique des agrégats puis du dosage et du type de ciment utilisé.

Pour un béton dosé à 350 kg/m3 k= 0.9 et a=4

Rc27 Béton correct

23Rc 27 Béton acceptable

18Rc 23 Béton médiocre

13Rc 18 Béton mauvais

Rc 13 Béton très mauvais

 Poteau P1 1er JOINT

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 36
LST – Génie Civil – 2011/2012

Mesure Distance (cm) Tmoy (µs) V (m/s) RC (Mpa)
1 40,0 119,1 3,359 11,5
2 40,0 118,9 3,364 11,5
3 40,0 119,6 3,344 11,3
4 40,0 120,4 3,322 11,0
5 40,0 122,6 3,263 10,2
6 40,0 119,1 3,359 11,5
7 40,0 120,5 3,320 10,9
8 40,0 122,6 3,263 10,2
9 40,0 119,8 3,339 11,2
10 40,0 120,5 3,320 10,9
Résistance moyenne 11,0
Ecart type 0,5

La résistance obtenue par l’essai d’auscultation sonique a une valeur moyenne


de 11.0 MPa.

III. CONCLUSIONS :
1. Les mesures par la méthode d’auscultation dynamique des résistances mécaniques
effectués sur les éléments porteurs du bâtiment montrant que La qualité du béton est très
mauvaise pour un béton de structure dosé à 350 kg / m3.

2. Finalement suite à ce rapport d’expertise technique le client est invitée de communiquer


ces résultats au bureau d’études techniques à fin d’établir un plan de renforcement de la
structure endommagée.

1. Bureau de contrôle :
Suite à notre visite sur les lieux de la construction du projet On constate clairement les
remarques suivantes :

 Défaut de coffrage.
 Coulage et coffrage exécuté par une main d’œuvre non qualifiée : absence de
vibration du béton.
 Jonction poteau poutre mal réalisée.
 Poutres mal faites gonflées au milieu et colmatées à l’extrémité.
 Ségrégations à la base de certaines poutres et poteaux.

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 37
LST – Génie Civil – 2011/2012
2. Solutions techniques et méthodologies de reprise :
Nous émettons les recommandations et les méthodologies de reprise suivantes :

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 38
LST – Génie Civil – 2011/2012
a. Méthodologie générale :
Exécuter les travaux de renforcement selon les plans B.A établis par le BET et visés par le
BCT :

 Etayer la structure existante


 Procéder au creusement des semelles par alternance jusqu’au niveau de la semelle à
renforcer.
 Coulage du gros béton en pleine fouille débordé de 50 cm de part et d’autres des
semelles.
 Pose et scellement des ferraillages selon les indications contenues dans les plans
visés.
 Coulage des semelles par alternance.
 Remblayer et compacter les déblais extraits des fouilles avec réception technique du
laboratoire des sols.
 Compactage du fond de dallage et pose du ferraillage conformément aux plans visés
après coulage de béton de propreté.
 Chemisage des poutres à renforcer selon les plans visés.
 Chemisage des poutres à renforcer suivant les plans visés.
 Etayer tous les planchers au RDC.
 Pose ferraillage PH RDC
 Coulage du plancher RDC à renforcer selon les plans visés.

Il est indispensable de respecter les recommandations du BET et BCT


conformément aux normes de la construction et aux règles de l’Art.

b. La méthodologie de traitement des ségrégations :


Valable pour toutes les ségrégations de tête et pied des poteaux et la zone inferieures des
poutres :

 piquer les zones affectées par la ségrégation jusqu'à atteindre le béton sain et les
nettoyer.
 brosser les armatures apparentes à l’aide d’une brosse métallique.
 humidifier abondamment la zone à traiter 12 heures avant réparations.

- Utiliser un mortier pré dosé de type SIKA TOP M122 pour le colmatage et le reprofilage des
zones affectées en se conformant rigoureusement à la fiche technique de l’adjuvant utilisé.

c. La méthodologie pour les zones nodales (intersection poteau-poutre):


-Etayer le plancher avec le plus grand soin possible en renforcement au droit des poutres.

- les travaux d’étaiement doivent-être exécutés par une main d’œuvre bien avertie, le type
d’étaiement à prévoir doit être obligatoirement métallique et de haute capacité portante TOUR

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 39
LST – Génie Civil – 2011/2012
PAL METALIQUE.

- Réparer et reconstituer le ferraillage conformément aux plans de béton armé.

-Brosser les aciers et les nettoyer avant pose du coffrage.

- procéder à la pose du coffrage en prévoyant suffisamment de cales d’enrobage.

- Couler un béton doté d’un fluidifiant dosé à 400 kg/m³ de ciment CPJ 55et procéder à sa
vibration, après avoir traité les zones de reprise de bétonnage à l’aide d’une barbotine à base
de SIKALATEX ou similaire.

-Eviter le décoffrage prématuré.

- le montage de ferraillage doit être fait sur place pour faciliter l’accrochage des armatures
avec leurs jonctions.

NB : Les mains d’ouvres doit être qualifier pour exécuter ces réparations et traitement.

d. Détails de renforcement de poteau :

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 40
LST – Génie Civil – 2011/2012
Les planchers doit être bien étayer par des échafaudages métalliques.

Cad+ T10 e=15 cm zone courante

Cad+ T10 e=5*5.9*9 cm zone critique

 Poteau rectangulaire

e. Détails de renforcement de la poutre :

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 41
LST – Génie Civil – 2011/2012
 Renforcement par gousset

 Détails de renforcement de la dalle

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 42
LST – Génie Civil – 2011/2012
 Détails de renforcement de la semelle :

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 43
LST – Génie Civil – 2011/2012
Partie 3 :
Précaution contre
feu

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 44
LST – Génie Civil – 2011/2012
Selon la durée de l'incendie, les dégâts apparents sur un élément en béton prennent
successivement les aspects suivants :
 un écaillage superficiel de profondeur centimétrique se propageant plus ou moins
profondément jusqu'aux armatures ;
 une chute des caractéristiques mécaniques des armatures de surface, leur dilatation
etses conséquences : perte d'adhérence et éclatement du béton d'enrobage ;
 une décohésion généralisée du béton et la ruine totale de l'ouvrage.
Avant que les premiers dégâts visibles n'apparaissent, l'échauffement du béton lui occasionne
des transformations physico-chimiques délétères. L'eau libre se vaporise, créant ainsi des
surpressions internes, la portlandien se décompose en chaux qui sera potentiellement
expansive à terme, les hydrates de calcium de la phase liant se décomposent et font ainsi
chuter la résistance mécanique du béton, les granulats calcaires se décarbonatent ce qui
entraîne leur désagrégation.

Le béton haute résistance (BHR), qui à une grande durabilité, assure un niveau élevé de
performance structurale, par rapport au béton à résistance normale (BRN) utilisé
traditionnellement.

I. Exemple de dégâts :
Le problème d’éclatement (spalling):

L’éclatement est attribué à la montée de la pression interstitielle lors de l’échauffement.

Cause : Faible perméabilité et grande masse volumique du BHR.

La vapeur d’eau ne peut pas s’échapper elle atteint le degré de pression de vapeur saturante :
8 MPa à 300 °C

Alors que la contrainte de traction admissible est de 5 MPa => La couche extérieure du béton
éclate.

II. Facteurs influant sur lecomportement au feu


Les recherches montrent que la tenue au feu du BHR, en général, et l’effritement, en
particulier, sont influencés par les facteurs suivants :

•la résistance initiale du béton à la compression

•sa teneur en humidité

•sa masse volumique

•l’intensité du feu

•les dimensions et la forme des échantillons

•l’armature latérale

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 45
LST – Génie Civil – 2011/2012
•les conditions de chargement

•le type de granulat

III. Moyens pour améliorer la résistance au feu :

Armature latérale
•En rapprochant les attaches (du quart de la distance exigée dans le cas des poteaux en BRN)
et en les repliant à 135 ° vers l’intérieur du noyau du poteau : on améliore la tenue au feu.
Les essais de tenue au feu sur des poteaux en BHR ont révélé que :
•l’effritement est considérablement réduit
•On obtient une résistance au feu de 266 minutes, (même sous charge de service maximale).

Type de granulat
Deux types : Le granulat carbonaté (le calcaire) et le granulat siliceux (le quartz), c’est le
premier qui assure la meilleure tenue au feu et la plus grande résistance à l’éclatement.
Granulat carbonaté a une capacité calorifique (chaleur spécifique) beaucoup plus grande, ce
qui contribue à empêcher l’effritement.

Renfort fibreux
L’ajout de fibres de polypropylène réduit l’effritement.
Cause : en fondant à 170 °C, les fibres créent des « canaux » permettant à la pression de
vapeur de s’échapper du béton, empêchant ainsi les petites « explosions » qui provoquent
l’éclatement. Il faut environ 0,1 à 0,25 % (en volume) de fibres de polypropylène pour réduire
l’effritement du béton.

On peut renforcer la tenue au feu du BHR également en suivant ces règles :


•Afin de réduire l’effritement, utiliser du granulat de poids normal (au lieu du granulat léger)

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 46
LST – Génie Civil – 2011/2012
•Rapprocher les attaches et utiliser des attaches transversales pour améliorer la résistance au
feu
•Prendre les précautions nécessaires pour empêcher l’effritement lorsque la résistance du
béton dépasse 55 MPa.

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 47
LST – Génie Civil – 2011/2012
Partie 4 :
Outils
informatique

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 48
LST – Génie Civil – 2011/2012
Il évidement clair que l’outil informatique est indispensable au développement de la vie
quotidienne.

ROBOT ne fait pas une exception avec les avantages qu’il a apportés au domaine de génie
civil.

On ne prétend pas avoir maitrisé, en presque un mois de stage, l’ensemble des fonctions
offertes par ROBOT. Pourtant on n’a pas hésité d’en prendre l’initiation.

I. Poutre
1. Niveau :
 Nom : RDC
 Cote de niveau : 5,00 (m)
 Tenue au feu :0h
 Fissuration : peu préjudiciable
 Milieu : non agressif

2. Poutre: 1_POU0_08 Nombre : 1

2.1 Caractéristiques des matériaux:

 Béton : fc28 = 2,50 (daN/mm2) Densité = 2501,36 (kG/m3)


 Aciers longitudinaux : type HA 500 fe = 50,00 (daN/mm2)
 Aciers transversaux : type HA 500 fe = 50,00 (daN/mm2)

2.2 Ferraillage:
2.2.1 P1 : Travée de 0,55 à 8,08 (m)
Ferraillagelongitudinal :
 Aciersinférieurs
5 HA 500 16 l = 8,73 de 0,03 à 8,76
 Aciers de montage (haut)
5 HA 500 8 l = 8,27 de 0,03 à 8,30
 Chapeaux
5 HA 500 12 l = 4,81 de 0,03 à 4,84
5 HA 500 14 l = 8,45 de 3,97 à 12,42
Aciers de peau :
4 HA 500 10 l = 7,99 de 0,31 à 8,30
36 Ep HA 500 6 l = 0,56
e = 1*0,35 + 17*0,40 (m)
Ferraillage transversal :
19 HA 500 6 l = 2,72
e = 1*0,16 + 18*0,40 (m)
38 HA 500 6 l = 2,10
e = 1*0,16 + 18*0,40 (m)
4 HA 500 10 l = 7,99
e = 1*-0,25 (m)

2.2.2 P2 : Travée de 8,58 à 15,58 (m)


Ferraillagelongitudinal :
 Aciersinférieurs
10 HA 500 12 l = 8,06 de 8,05 à 16,10

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 49
LST – Génie Civil – 2011/2012
5 HA 500 12 l = 7,92 de 8,05 à 15,97
1 HA 500 12 l = 7,18 de 7,95 à 13,54
1 HA 500 12 l = 7,58 de 7,95 à 13,94
1 HA 500 12 l = 7,98 de 7,95 à 14,34
1 HA 500 12 l = 8,38 de 7,95 à 14,74
1 HA 500 12 l = 8,78 de 7,95 à 15,14
 Aciers de montage (haut)
5 HA 500 8 l = 7,44 de 8,36 à 15,80
 Chapeaux
5 HA 500 14 l = 9,53 de 4,12 à 10,37
5 HA 500 14 l = 6,05 de 6,44 à 9,29
5 HA 500 14 l = 8,18 de 11,73 à 19,92
5 HA 500 14 l = 9,05 de 11,72 à 17,50
5 HA 500 14 l = 6,97 de 12,64 à 16,42
Aciers de peau :
4 HA 500 10 l = 7,44 de 8,36 à 15,80
34 Ep HA 500 6 l = 0,56
e = 1*0,30 + 16*0,40 (m)
Ferraillage transversal :
1 HA 500 6 l = 2,72
e = 1*0,10 (m)
10 HA 500 6 l = 2,71
e = 1*0,50 + 1*0,40 + 1*1,20 + 7*0,40 (m)
7 HA 500 6 l = 2,71
e = 1*1,30 + 1*0,40 + 1*3,60 + 4*0,40 (m)
1 HA 500 6 l = 2,10
e = 1*0,10 (m)
33 HA 500 6 l = 2,09
e = 1*0,50 + 16*0,40 (m)
1 HA 500 6 l = 2,09
e = 1*0,10 (m)
1 HA 500 6 l = 2,09
e = 1*6,90 (m)
4 HA 500 10 l = 7,44
e = 1*-0,22 (m)

2.2.3 P3 : Travée de 16,08 à 23,08 (m)


Ferraillagelongitudinal :
 Aciersinférieurs
5 HA 500 14 l = 8,23 de 15,46 à 23,69
5 HA 500 14 l = 8,43 de 15,36 à 23,79
 Aciers de montage (haut)
5 HA 500 8 l = 7,44 de 15,86 à 23,30
 Chapeaux
5 HA 500 14 l = 8,18 de 19,23 à 27,42
5 HA 500 14 l = 9,10 de 19,19 à 24,97
5 HA 500 14 l = 7,22 de 20,11 à 24,09
Aciers de peau :
4 HA 500 10 l = 7,44 de 15,86 à 23,30
34 Ep HA 500 6 l = 0,56
e = 1*0,30 + 16*0,40 (m)
Ferraillage transversal :
18 HA 500 6 l = 2,71
e = 1*0,10 + 17*0,40 (m)
36 HA 500 6 l = 2,09
e = 1*0,10 + 17*0,40 (m)
4 HA 500 10 l = 7,44
e = 1*-0,22 (m)

2.2.4 P4 : Travée de 23,58 à 30,58 (m)


Ferraillagelongitudinal :
 Aciersinférieurs
5 HA 500 14 l = 8,23 de 22,96 à 31,19
5 HA 500 14 l = 8,43 de 22,86 à 31,29
 Aciers de montage (haut)
5 HA 500 8 l = 7,44 de 23,36 à 30,80
 Chapeaux
5 HA 500 14 l = 8,18 de 26,73 à 34,92
5 HA 500 14 l = 9,10 de 26,69 à 32,47
5 HA 500 14 l = 6,82 de 27,81 à 31,39
Aciers de peau :
4 HA 500 10 l = 7,44 de 23,36 à 30,80
34 Ep HA 500 6 l = 0,56

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 50
LST – Génie Civil – 2011/2012
e = 1*0,30 + 16*0,40 (m)
Ferraillage transversal :
18 HA 500 6 l = 2,71
e = 1*0,10 + 17*0,40 (m)
36 HA 500 6 l = 2,09
e = 1*0,10 + 17*0,40 (m)
4 HA 500 10 l = 7,44
e = 1*-0,22 (m)

2.2.5 P5 : Travée de 31,08 à 38,08 (m)


Ferraillagelongitudinal :
 Aciersinférieurs
5 HA 500 14 l = 8,23 de 30,46 à 38,69
5 HA 500 14 l = 8,43 de 30,36 à 38,79
 Aciers de montage (haut)
5 HA 500 8 l = 7,44 de 30,86 à 38,30
 Chapeaux
5 HA 500 14 l = 8,06 de 34,23 à 42,29
5 HA 500 14 l = 8,97 de 34,19 à 39,85
Aciers de peau :
4 HA 500 10 l = 7,44 de 30,86 à 38,30
34 Ep HA 500 6 l = 0,56
e = 1*0,30 + 16*0,40 (m)
Ferraillage transversal :
18 HA 500 6 l = 2,71
e = 1*0,10 + 17*0,40 (m)
36 HA 500 6 l = 2,09
e = 1*0,10 + 17*0,40 (m)
4 HA 500 10 l = 7,44
e = 1*-0,22 (m)

2.2.6 P6 : Travée de 38,58 à 45,33 (m)


Ferraillagelongitudinal :
 Aciersinférieurs
5 HA 500 14 l = 7,98 de 37,96 à 45,94
5 HA 500 14 l = 8,18 de 37,86 à 46,04
 Aciers de montage (haut)
5 HA 500 8 l = 7,19 de 38,36 à 45,55
 Chapeaux
5 HA 500 14 l = 6,89 de 35,31 à 38,97
5 HA 500 14 l = 6,91 de 42,49 à 46,19
Aciers de peau :
4 HA 500 10 l = 7,19 de 38,36 à 45,55
32 Ep HA 500 6 l = 0,56
e = 1*0,38 + 15*0,40 (m)
Ferraillage transversal :
17 HA 500 6 l = 2,71
e = 1*0,18 + 16*0,40 (m)
34 HA 500 6 l = 2,09
e = 1*0,18 + 16*0,40 (m)
4 HA 500 10 l = 7,19
e = 1*-0,22 (m)

2.2.7 P7 : Travée de 45,83 à 52,93 (m)


Ferraillagelongitudinal :
 Aciersinférieurs
10 HA 500 12 l = 8,16 de 45,30 à 53,45
5 HA 500 12 l = 8,36 de 45,20 à 53,55
 Aciers de montage (haut)
5 HA 500 8 l = 7,54 de 45,61 à 53,15
 Chapeaux
5 HA 500 14 l = 8,11 de 41,61 à 49,72
5 HA 500 14 l = 8,99 de 41,57 à 47,27
5 HA 500 14 l = 7,90 de 49,03 à 56,93
5 HA 500 14 l = 9,34 de 48,81 à 54,85
5 HA 500 14 l = 5,86 de 49,93 à 52,57
Aciers de peau :
4 HA 500 10 l = 7,54 de 45,61 à 53,15
34 Ep HA 500 6 l = 0,56
e = 1*0,35 + 16*0,40 (m)
Ferraillage transversal :

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 51
LST – Génie Civil – 2011/2012
1 HA 500 6 l = 2,71
e = 1*0,15 (m)
10 HA 500 6 l = 2,71
e = 1*1,75 + 8*0,40 + 1*2,00 (m)
7 HA 500 6 l = 2,71
e = 1*0,55 + 2*0,40 + 1*4,00 + 3*0,40 (m)
2 HA 500 6 l = 2,09
e = 1*0,15 (m)
34 HA 500 6 l = 2,09
e = 1*0,55 + 16*0,40 (m)
4 HA 500 10 l = 7,54
e = 1*-0,22 (m)

2.2.8 P8 : Travée de 53,43 à 59,65 (m)


Ferraillagelongitudinal :
 Aciersinférieurs
5 HA 500 16 l = 7,45 de 52,72 à 60,17
 Aciers de montage (haut)
5 HA 500 8 l = 6,97 de 53,21 à 60,17
 Chapeaux
5 HA 500 12 l = 4,16 de 56,01 à 60,17
Aciers de peau :
4 HA 500 10 l = 6,69 de 53,21 à 59,90
30 Ep HA 500 6 l = 0,56
e = 1*0,33 + 14*0,40 (m)
Ferraillage transversal :
15 HA 500 6 l = 2,72
e = 1*0,51 + 14*0,40 (m)
1 HA 500 6 l = 2,71
e = 1*0,11 (m)
30 HA 500 6 l = 2,10
e = 1*0,51 + 14*0,40 (m)
2 HA 500 6 l = 2,09
e = 1*0,11 (m)
4 HA 500 10 l = 6,69
e = 1*-0,22 (m)

3. Quantitatif :
 Volume de Béton = 27,09 (m3)
 Surface de Coffrage = 137,06 (m2)

 Acier HA 500
 Poids total = 2348,69 (kG)
 Densité = 86,70 (kG/m3)
 Diamètremoyen = 10,2 (mm)
 Liste par diamètres :

Diamètre Longueur Poids


(m) (kG)
6 1129,90 250,87
8 298,60 117,86
10 236,68 145,97
12 328,35 291,62
14 1170,25 1414,63
16 80,91 127,74

II. Poteau :
1. Niveau :
 Nom : RDC

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 52
LST – Génie Civil – 2011/2012
 Cote de niveau : 5,00 (m)
 Tenue au feu :0h
 Fissuration : peu préjudiciable
 Milieu : non agressif

2. Poteau : 1_POT0_05 Nombre : 1


2.1 Caractéristiques des matériaux :

 Béton : fc28 = 2,50 (daN/mm2) Poids volumique = 2501,36 (kG/m3)


 Aciers longitudinaux : type HA 500 fe = 50,00 (daN/mm2)
 Aciers transversaux : type HA 500 fe = 50,00 (daN/mm2)

2.2 Géométrie :

2.2.1 Rectangle 70,0 x 70,0 (cm)


2.2.2 Epaisseur de la dalle = 0,20 (m)
2.2.3 Sous dalle = 4,90 (m)
2.2.4 Sous poutre = 4,10 (m)
2.2.5 Enrobage = 3,0 (cm)

2.3 Hypothèses de calcul :

 Calculs suivant : BAEL 91 mod. 99


 Dispositions sismiques : non
 Poteau préfabriqué : non
 Tenue au feu : forfaitaire
 Prédimensionnement : non
 Prise en compte de l'élancement : oui
 Compression : simple
 Cadres arrêtés : sous plancher
 Plus de 50% des charges appliquées : : après 90 jours

2.4 Chargements :

Cas Nature Groupe N


(daN)
G1 permanente 1 107566,20
G2 permanente 1 44571,91
Q3 d'exploitation 1 73068,66
SEI4 sismique 1 -1832,51
SEI5 sismique 1 -17001,89
SEI6 sismique 1 22457,13
SEI7 sismique 1 -28107,43

2.5 Résultats théoriques :

L'option "Figeage des armatures" est activée. La disposition des barres n'a pas été modifiée.

Dispositions sismiques: sans conditions!

2.5.1 Analyse de l'Elancement

Lu (m) K 
Direction Y : 5,10 0,70 17,67
Direction Z : 5,10 0,70 17,67

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 53
LST – Génie Civil – 2011/2012
2.5.2 Analyse détaillée

 = max (y ; z)


 = 17,67
< 50
 = 0,85/(1+0,2*(/35)^2) = 0,81
Br = 0,46 (m2)
A= 20,11 (cm2)
Nulim = [Br*fc28/(0,9*b)+A*Fe/s] = 763262,73 (daN)

2.5.3 Ferraillage :

 Coefficients de sécurité
 global (Rd/Sd) = 2,42
 section d'acier réelle A = 20,11 (cm2)

2.6 Ferraillage :

Barres principales :
 10 HA 500 16 l = 5,07 (m)

Ferraillage transversal :
 27 Cad HA 500 8 l = 2,72 (m)
e = 3*0,17 + 24*0,18(m)
 81 Ep HA 500 8 l = 0,79 (m)
e = 3*0,17 + 24*0,18(m)

3. Quantitatif :
 Volume de Béton = 2,01 (m3)
 Surface de Coffrage = 11,48 (m2)

 Acier HA 500
 Poids total = 134,35 (kG)
 Densité = 66,87 (kG/m3)
 Diamètre moyen = 10,2 (mm)
 Liste par diamètres :

Diamètre Longueur Poids


(m) (kG)
8 137,57 54,30
16 50,70 80,05

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 54
LST – Génie Civil – 2011/2012
III. Semelle isolée : sel_1_SI0_03 Nombre : 1

1. Données de base

1.1 Principes

 Norme pour les calculs géotechniques : DTU 13.12


 Norme pour les calculs béton armé : BAEL 91 mod. 99
 Forme de la semelle : libre

1.1.2 Géométrie:

A = 2,50 (m) a = 0,50 (m)


B = 2,50 (m) b = 0,65 (m)
h1 = 0,65 (m) ex = 0,00 (m)
h3 = 0,30 (m) ey = 0,00 (m)
h4 = 0,05 (m)

a' = 50,0 (cm)


b' = 55,0 (cm)
c1 = 5,0 (cm)
c2 = 3,0 (cm)

1.1.3 Matériaux

 Béton : BETON; résistance caractéristique = 2,50 daN/mm2


Poids volumique = 2501,36 (kG/m3)
 Aciers longitudinaux : type HA 500 résistance caractéristique =
50,00 daN/mm2
 Aciers transversaux : type HA 500 résistance caractéristique =
50,00 daN/mm2

1.1.4 Chargements :

Charges sur la semelle :


Cas Nature Groupe N Fx Fy Mx My
(daN) (daN) (daN) (daN*m) (daN*m)
G1 permanente(poids propre) 1 22204,02 -34,19 -17,03 70,71 -171,51
G2 permanente 1 5606,12 -18,23 -12,14 53,79 -91,19
Q1 d'exploitation 1 9190,35 -29,89 -19,91 88,17 -149,49

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 55
LST – Génie Civil – 2011/2012
SEI1 sismique 1 3318,86 6912,16 1480,25 -5230,66 24593,51
SEI2 sismique 1 5503,27 7283,16 -1794,41 6320,89 25863,96
SEI3 sismique 1 -2317,35 1510,96 5410,64 -19089,04 5451,30
SEI4 sismique 1 4963,99 2747,64 -5504,88 19416,09 9685,95

Charges sur le talus :


Cas Nature Q1
(daN/m2)

1.1.5 Liste de combinaisons


1/ ELU : 1.35G1+1.35G2
2/ ELU : 1.00G1+1.00G2
3/ ELU : 1.35G1+1.35G2+1.50Q1
4/ ELU : 1.00G1+1.00G2+1.50Q1
5/ ELS : 1.00G1+1.00G2
6/ ELS : 1.00G1+1.00G2+1.00Q1
7/ ACC : 1.00G1+1.00G2+0.75Q1+1.00SEI1
8/ ACC : 1.00G1+1.00G2+0.75Q1+1.00SEI2
9/ ACC : 1.00G1+1.00G2+0.75Q1+1.00SEI3
10/ ACC : 1.00G1+1.00G2+0.75Q1+1.00SEI4
11/ ACC : 1.00G1+1.00G2
12/ ACC : 1.00G1+1.00G2+1.00SEI1
13/ ACC : 1.00G1+1.00G2+1.00SEI2
14/ ACC : 1.00G1+1.00G2+1.00SEI3
15/ ACC : 1.00G1+1.00G2+1.00SEI4
16/ ACC : 1.00G1+1.00G2+0.75Q1-1.00SEI1
17/ ACC : 1.00G1+1.00G2+0.75Q1-1.00SEI2
18/ ACC : 1.00G1+1.00G2+0.75Q1-1.00SEI3
19/ ACC : 1.00G1+1.00G2+0.75Q1-1.00SEI4
20/ ACC : 1.00G1+1.00G2-1.00SEI1
21/ ACC : 1.00G1+1.00G2-1.00SEI2
22/ ACC : 1.00G1+1.00G2-1.00SEI3
23/ ACC : 1.00G1+1.00G2-1.00SEI4
24/* ELU : 1.35G1+1.35G2
25/* ELU : 1.00G1+1.00G2
26/* ELU : 1.35G1+1.35G2+1.50Q1
27/* ELU : 1.00G1+1.00G2+1.50Q1
28/* ELS : 1.00G1+1.00G2
29/* ELS : 1.00G1+1.00G2+1.00Q1
30/* ACC : 1.00G1+1.00G2+0.80Q1+1.00SEI1
31/* ACC : 1.00G1+1.00G2+0.80Q1+1.00SEI2
32/* ACC : 1.00G1+1.00G2+0.80Q1+1.00SEI3
33/* ACC : 1.00G1+1.00G2+0.80Q1+1.00SEI4
34/* ACC : 1.00G1+1.00G2
35/* ACC : 1.00G1+1.00G2+1.00SEI1
36/* ACC : 1.00G1+1.00G2+1.00SEI2
37/* ACC : 1.00G1+1.00G2+1.00SEI3
38/* ACC : 1.00G1+1.00G2+1.00SEI4
39/* ACC : 1.00G1+1.00G2+0.80Q1-1.00SEI1
40/* ACC : 1.00G1+1.00G2+0.80Q1-1.00SEI2
41/* ACC : 1.00G1+1.00G2+0.80Q1-1.00SEI3
42/* ACC : 1.00G1+1.00G2+0.80Q1-1.00SEI4
43/* ACC : 1.00G1+1.00G2-1.00SEI1
44/* ACC : 1.00G1+1.00G2-1.00SEI2
45/* ACC : 1.00G1+1.00G2-1.00SEI3
46/* ACC : 1.00G1+1.00G2-1.00SEI4

1.2 Dimensionnement géotechnique


1.2.1 Principes

Dimensionnement de la fondation sur :


• Capacité de charge
• Glissement
• Renversement
• Soulèvement
• Arrachement

1.2.2 Sol :

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 56
LST – Génie Civil – 2011/2012
Contraintes dans le sol : ELU = 0.04 (daN/mm2) ELS = 0.03
(daN/mm2)

Niveau du sol : N1 = 0,00 (m)


Niveau maximum de la semelle : Na = -0,55 (m)
Niveau du fond de fouille : Nf = -1,20 (m)

Argiles et limons fermes


• Niveau du sol : 0.00 (m)
• Poids volumique: 2243.38 (kG/m3)
• Poids volumique unitaire: 2243.38 (kG/m3)
• Angle de frottement interne : 18.0 (Deg)
• Cohésion : 0.00 (daN/mm2)

1.2.3 États limites

Calcul des contraintes


Type de sol sous la fondation: uniforme
Combinaison dimensionnante ACC : 1.00G1+1.00G2-1.00SEI2
Coefficients de chargement: 1.35 * poids de la fondation
1.35 * poids du sol
Résultats de calculs: au niveau du sol
Poids de la fondation et du sol au-dessus de la fondation: Gr = 22621,75 (daN)
Charge dimensionnante:
Nr = 44928,62 (daN) Mx = -7343,80 (daN*m) My = -30894,79 (daN*m)
Dimensions équivalentes de la fondation:
B' = 1
L' = 1
Épaisseur du niveau: Dmin = 1,20 (m)

Méthode de calculs de la contrainte de rupture: pressiométrique de contrainte (DTU


13.12, 3.22)

qu = 0.08 (daN/mm2)

Butée de calcul du sol:


qlim = qu / f = 0.06 (daN/mm2)
f = 1,50

Contrainte dans le sol : qref = 0.02 (daN/mm2)


Coefficient de sécurité :qlim / qref = 2.887 > 1

Soulèvement

Soulèvement ELU
Combinaison dimensionnante ELU : 1.00G1+1.00G2+1.50Q1
Coefficients de chargement: 1.00 * poids de la fondation
1.00 * poids du sol
Poids de la fondation et du sol au-dessus de la fondation: Gr = 16756,85 (daN)
Charge dimensionnante:
Nr = 58352,52 (daN) Mx = 295,13 (daN*m) My = -550,14 (daN*m)
Surface de contact s = 100,00 (%)
slim = 10,00 (%)

Soulèvement ELS
Combinaison défavorable : ELS : 1.00G1+1.00G2+1.00Q1

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 57
LST – Génie Civil – 2011/2012
Coefficients de chargement: 1.00 * poids de la fondation
1.00 * poids du sol
Poids de la fondation et du sol au-dessus de la fondation: Gr = 16756,85 (daN)
Charge dimensionnante:
Nr = 53757,34 (daN) Mx = 244,57 (daN*m) My = -465,69 (daN*m)
Surface de contact s = 100,00 (%)
slim = 100,00 (%)

Glissement

Combinaison dimensionnante ACC : 1.00G1+1.00G2-1.00SEI2


Coefficients de chargement: 1.00 * poids de la fondation
1.00 * poids du sol
Poids de la fondation et du sol au-dessus de la fondation: Gr = 16756,85 (daN)
Charge dimensionnante:
Nr = 39063,72 (daN) Mx = -7343,80 (daN*m) My = -30894,79 (daN*m)
Coefficient de frottement fondation - sol: tg() = 0,32
Valeur de la force de glissement F = 7544,99 (daN)
Valeur de la force empêchant le glissement de la fondation:
- su niveau du sol: F(stab) = 12692,56 (daN)
Stabilité au glissement : 1.682 > 1

Renversement

Autour de l'axe OX
Combinaison dimensionnante ACC : 1.00G1+1.00G2-1.00SEI4
Coefficients de chargement: 1.00 * poids de la fondation
1.00 * poids du sol
Poids de la fondation et du sol au-dessus de la fondation: Gr = 16756,85 (daN)
Charge dimensionnante:
Nr = 39603,00 (daN) Mx = -22850,81 (daN*m) My = -11768,68 (daN*m)
Moment stabilisateur : Mstab = 49503,75 (daN*m)
Moment de renversement : Mrenv = 22850,81 (daN*m)
Stabilité au renversement : 2.166 > 1

Autour de l'axe OY
Combinaison défavorable : ACC : 1.00G1+1.00G2-1.00SEI2
Coefficients de chargement: 1.00 * poids de la fondation
1.00 * poids du sol
Poids de la fondation et du sol au-dessus de la fondation: Gr = 16756,85 (daN)
Charge dimensionnante:
Nr = 39063,72 (daN) Mx = -7343,80 (daN*m) My = -30894,79 (daN*m)
Moment stabilisateur : Mstab = 48829,66 (daN*m)
Moment de renversement : Mrenv = 30894,79 (daN*m)
Stabilité au renversement : 1.581 > 1

Arrachement

Combinaison dimensionnante ACC : 1.00G1+1.00G2+0.75Q1+1.00SEI4


Coefficients de chargement: 1.00 * poids de la fondation
1.00 * poids du sol
Effort stabilisateur : W stab = 38842,10 (daN)
Effort d'arrachement : W = 0,00 (daN)
Stabilité à l'arrachement : 

1.3 Dimensionnement Béton Armé

1.3.1 Principes

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 58
LST – Génie Civil – 2011/2012
 Fissuration : peu préjudiciable
 Milieu : non agressif
 Condition de non-fragilité
 Dispositions sismiques

1.3.2 Analyse du poinçonnement et du cisaillement

Poinçonnement

Combinaison dimensionnante ELU : 1.35G1+1.35G2+1.50Q1


Coefficients de chargement: 1.00 * poids de la fondation
1.00 * poids du sol
Charge dimensionnante:
Nr = 68086,07 (daN) Mx = 345,34 (daN*m) My = -654,01 (daN*m)
Longueur du périmètre critique : 4,14 (m)
Force de poinçonnement : 27083,65 (daN)
Hauteur efficace de la section heff = 0,65 (m)
Contrainte de cisaillement : 0,01 (daN/mm2)
Contrainte de cisaillement admissible : 0,08 (daN/mm2)
Coefficient de sécurité : 7.456 > 1

1.3.3 Ferraillage théorique

Semelle isolée :

Aciers inférieurs :

ACC : 1.00G1+1.00G2+0.80Q1+1.00SEI2
My = 21405,71 (daN*m) Asx = 5,90 (cm2/m)

ACC : 1.00G1+1.00G2+0.80Q1+1.00SEI4
Mx = 17845,70 (daN*m) Asy = 5,90 (cm2/m)

As min = 5,90 (cm2/m)

Fût :
Aciers longitudinaux A = 0,00 (cm2) A min. = 0,00 (cm2)
A = 2 * (Asx + Asy)
Asx = 0,00 (cm2) Asy = 0,00 (cm2)

1.3.4 Ferraillage réel

Semelle isolée :
Aciers inférieurs :
En X :
14 HA 500 12 l = 2,40 (m) e = 1*-1,10 + 13*0,17
En Y :
14 HA 500 12 l = 2,40 (m) e = 1*-1,10 + 13*0,17

Fût
Aciers longitudinaux
En X :
2 HA 500 12 l = 2,41 (m) e = 1*-0,17 + 1*0,34
En Y :
2 HA 500 12 l = 2,16 (m) e = 1*-0,25 + 1*0,49
Acierstransversaux
4 HA 500 12 l = 2,30 (m) e = 1*0,19 + 1*0,20 + 2*0,09

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 59
LST – Génie Civil – 2011/2012
2 Quantitatif :
 Volume de Béton = 3,20 (m3)
 Surface de Coffrage = 9,30 (m2)

 Acier HA 500
 Poids total = 75,96 (kG)
 Densité = 23,74 (kG/m3)
 Diamètre moyen = 12,0 (mm)
 Liste par diamètres :

Diamètre Longueur Poids


(m) (kG)
12 85,53 75,96

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 60
LST – Génie Civil – 2011/2012
Conclusion générale
Dans cette étude, on espère avoir réussir à éclaircir et à
approfondir nos connaissances sur les points suivants :

I. Calcul manuelle de quelques éléments de structure d’une


structure.
II. Les Méthodes de renforcement de structures endommagées.
III. Application de nos acquises en gestion de projet plus
précisément : gestion de sécurité.
IV. L’utilisation de l’outil informatique via Robot et AutoCAD pour
l’analyse et le calcul des structures pour l’optimisation du
temps et d’effort.
L’intersection entre cette expérience réelle et la théorie quand on a
pu avoir pendant notre cursus universitaire était un point de
changement dans notre vie. Le travail d’équipe, la responsabilité
d’étudier un projet réel ainsi que les contraintes à surmonter dans
un domaine professionnel ont pu marquer notre chemin en génie
civil et développer positivement notre personnalité…

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 61
LST – Génie Civil – 2011/2012
Bibliographie :
Béton armé-guide de calcul.

Jacques lamirault-henri Renauld

Pratique du BAEL 91
Jean Perchat-JeanRroux
Manuel pratique de béton
Marc Le Borgne-SODEN
Le projet de béton armé
Henry Thonier
Calcul des structures
Pr. KHAMLICHI Abdellatif
Note de cours Béton armé
Pr. BEZZAZI Mohamed

Article de V.K.R. Kodur, Ph.D., agent de recherche au sein du programme Gestion


des risques d’incendie, à l’Institut de recherche en construction du Conseil national
de recherches.

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 62
LST – Génie Civil – 2011/2012
Annexe :

Boîtier d’auscultation sonique AVSP 2000


distribué dans le réseau.

Capteurs à pointes pour surfaces rugueuses.

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 63
LST – Génie Civil – 2011/2012
Figure 6 poutre

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 64
LST – Génie Civil – 2011/2012
Figure 7 poteau

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 65
LST – Génie Civil – 2011/2012
Figure 8 : semelle

Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY


Sohaib CHARIF EL HARRAK 66
LST – Génie Civil – 2011/2012
Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY
Sohaib CHARIF EL HARRAK 67
LST – Génie Civil – 2011/2012
Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY
Sohaib CHARIF EL HARRAK 68
LST – Génie Civil – 2011/2012
Réalisé par: Zakariae EL KOMIRY
Sohaib CHARIF EL HARRAK 69
LST – Génie Civil – 2011/2012