Vous êtes sur la page 1sur 13

Article original

Ann Biol Clin 2013 ; 71 (6) : 679-91

Étude des performances analytiques d’un automate


d’hématologie (Advia® 2120 i Siemens)
et apport sur la pratique quotidienne
Evaluation of an haematological analyser (Siemens Advia® 2120i)
and improving quality of daily practice

Laura Melet Résumé. Une analyse de risque, comprenant une vérification de méthode, ainsi
Christine Chaigneau qu’une étude de la pertinence des alarmes morphologiques déclenchées par
Magali Lefevre-Pettazzoni l’automate, ont été réalisées pour l’automate d’hématologie Advia® 2120i (Sie-
mens). La répétabilité, la fidélité intermédiaire, la contamination, la linéarité,
Laboratoire de biologie médicale,
Groupe hospitalier public du Sud la comparaison inter-automate, la justesse et l’approche de l’incertitude sont
de l’Oise, France conformes aux résultats attendus (selon Ricos). Grâce à l’étude rétrospective
<magali.lefevre@ch-creil.fr> des alarmes morphologiques déclenchées par l’automate et en s’inspirant des
recommandations de l’ISLH, une nouvelle attitude concernant la relecture des
frottis sanguins au microscope a été instaurée. Une sous-estimation du chiffre
de plaquettes prélevées sur sang total citraté a également été constatée malgré
le facteur de correction de 1,1, par rapport à l’EDTA, nécessitant probablement
de redéfinir des valeurs normales spécifiques pour cet anticoagulant.
Mots clés : hématologie, Advia 2120® , analyse de risque, accréditation

Abstract. A risk analysis, with method validation, and a study of the rele-
vance of morphological alarms triggered by the automat have been made to
the automat Advia® 2120i (Siemens). The analytical performance of the sys-
tems: repeatability, fidelity, contamination, linearity, correlation, the accuracy
and approach to uncertainty, are compliant with the expected results (Ricos).
Thanks to the retrospective study of morphological alarms triggered by the auto-
mat and based on the recommendations of the ISLH, a new attitude about blood
smear was introduced. For platelets in citrate, a slight underestimation of the
number compared to those collected in EDTA was observed probably need to
redefine normal platelet values citrate.
Article reçu le 05 juillet 2013,
accepté le 18 juillet 2013 Key words: haematology, Advia 2120® , risk analysis, accreditation

Faisant suite à la loi Hôpital patient santé et territoire en 2016, 100 % en 2020. L’accréditation a pour objec-
(HPST) du 22 juillet 2009, l’ordonnance n◦ 2010-49 rela- tif de garantir la fiabilité des examens et la qualité de la
tive à la biologie médicale est parue le 13 janvier 2010, prestation médicale offerte par le laboratoire. Pour cela
et la loi en découlant le 31 mai 2013. Elle comprend deux chaque laboratoire doit répondre aux exigences de la norme
mesures phares pour la biologie médicale : la médicalisation NF EN ISO 15189 [1] celle-ci traitant des exigences du
de la biologie et l’accréditation des laboratoires d’analyse système de management et des exigences techniques. Elle
médicale, les laboratoires devront avoir fourni leur preuve impose notamment de vérifier que le matériel soit capable
doi:10.1684/abc.2013.0893

d’entrée effective dans la démarche d’accréditation pour le d’atteindre les performances requises, et qu’il soit conforme
31 mai 2013, et accrédité 50 % des examens par famille aux spécifications que le laboratoire s’est fixé se rapportant
aux analyses concernées (chapitre 5 : Pour chaque automate
ou technique utilisée une validation ou une vérification de
Tirés à part : M. Lefevre-Pettazzoni méthode doit être réalisée »).
Pour citer cet article : Melet L, Chaigneau C, Lefevre-Pettazzoni M. Étude des performances analytiques d’un automate d’hématologie (Advia® 2120 i Siemens) et apport
sur la pratique quotidienne. Ann Biol Clin 2013 ; 71(6) : 679-91 doi:10.1684/abc.2013.0893 679
Article original

Le Groupe hospitalier public du Sud de l’Oise (GHPSO complexité et densité nucléaire. La diffraction de la lumière
- fusion des centres hospitaliers de Creil et Senlis) pos- laser va se faire selon un petit angle (2-3◦ ) qui permet de
sède sur son site de Creil 450 lits en médecine chirurgie et mettre en évidence la taille de la cellule et selon un grand
obstétrique. Toutes les spécialités y sont représentées, avec angle (5-15◦ ) mettant en évidence la morphologie nucléaire.
notamment un hôpital de semaine d’onco-hématologie et Ce canal permet de calculer le nombre de GB, le pourcen-
un hôpital de jour. Le laboratoire du site de Creil réalise tage de PNB, le pourcentage de blastes, le pourcentage de
environ 250 numérations formules sanguins (NFS) par jour, cellules mononucléées (lymphocytes et monocytes) et celui
dont 25 % ont été revues au microscope en 2012. Dans le de cellules avec noyaux polylobés (PNN et PNE). Dans le
cadre de la mise en place de la démarche d’accréditation canal hémoglobine, il y a une réaction d’oxydoréduction
pour la portée hématocytologie « Numérations formules du fer héminique préalablement libéré des GR, qui ont
sanguines automatisées », une analyse de risque a été réa- été lysés puis combinaison avec un ion hydrogène et une
lisée, comprenant une validation de méthode de l’Advia® molécule d’eau comme ligand axial, pour former le pro-
2120i (Siemens) selon le SH GTA 04 [2] avant mise en rou- duit de réaction (hydroxyferriporphyrine monohydrate). Le
tine. Une étude de la performance des alarmes qualitatives photomètre mesure l’absorbance de la solution à 546 nm
de l’automate l’Advia® 2120i (Siemens) a été également et fait correspondre la concentration en hémoglobine de
réalisée, alarmes desquelles découle la mise en relecture au l’échantillon. Dans le canal érythrocytes et plaquettes, la
microscope des frottis sanguins. L’apport de ce travail de sphérisation isovolumétrique permet d’appliquer la loi de
validation sur la pratique quotidienne au laboratoire a été Mie, qui étudie la diffraction de lumière pour les sphères
évalué. homogènes en petit angle et en grand angle. C’est une ana-
lyse en 2 dimensions qui permet d’analyser le volume et
l’indice de réfraction grâce à la mesure des 2 angles de
diffraction. Chaque angle correspondant respectivement au
Matériels et méthodes volume et au contenu des sphères homogènes : obtention
du nombre de plaquettes (volume entre 1-60 fL et indice
Description de l’instrument [3, 4] de réfraction entre 1,35 et 1,40) et de GR (volume entre
Les appareils Advia® 2120 et 2120i sont des automates 1-180 fL et indice de réfraction 1,38 et 1,44).
commercialisés par Siemens Healthcare Diagnostics. Ces Dans le canal réticulocytes, il y a une coloration des
automates permettent de réaliser les NFS et le dosage des acides ribonucléiques cytoplasmiques des réticulocytes,
réticulocytes, à une cadence de 120 NFS par heure. Il est puis mesure de la diffraction de la lumière et de l’absorption
couplé, au laboratoire site de Creil, à un autoslide réali- provoquée par chaque cellule (les réticulocytes colorés
sant les frottis sanguins colorés au May Grünwald Giemsa absorbent plus de lumière que les GR matures). Les signaux
(MGG). L’Advia® 2120i est un cymomètre de flux qui uti- recueillis permettent d’établir un cytogramme où est repré-
lise 5 canaux d’analyse : un canal pour l’hémoglobine (Hb), sentée en ordonnée la diffraction en fonction de la taille et
un pour les érythrocytes (GR) et plaquettes, deux pour les en abscisse l’absorption en fonction de la quantité d’ARN.
globules blancs (GB) : canal peroxydase et canal Baso, et Ce canal permet de mesurer la répartition de la population
un pour les réticulocytes. des réticulocytes en fonction de leur teneur en ARN, c’est-
Les GB sont analysés selon deux modes : par la méthode à-dire l’intensité de la coloration (L Retic %, M Retic %,
de la peroxydase et par la méthode de la densité nucléaire. H Retic %) ainsi que la teneur en hémoglobine des réticu-
La méthode peroxydasique est une technique colorimé- locytes (CHr). Ce paramètre est un outil précieux dans le
trique qui met en évidence l’activité peroxydasique dans suivi des traitements des insuffisants rénaux chroniques [5].
le cytoplasme de la cellule en fonction de la taille de la Les paramètres calculés à partir de ces canaux sont :
cellule. Cette méthode permet de mesurer le nombre de CCMH (g/dL) TGMH (pg) hématocrite (%) Chr (pg), les
GB, le pourcentage de polynucléaires neutrophiles (PNN), paramètres mesurés sont : globules rouges (T/L) hémo-
de polynucléaires éosinophiles (PNE), lymphocytes, mono- globine (g/L) VGM (fL) CHCM (g/dL) plaquettes (G/L)
cytes, des large unstained cells (LUC), qui sont des grandes globules blancs (G/L) polynucléaires neutrophiles (%)
cellules dépourvues d’activité peroxydasique et les érythro- polynucléaires éosinophiles (%) polynucléaires basophiles
blastes. Le canal Baso est la numération de référence pour (%) lymphocytes (%) monocytes (%) réticulocytes (%).
les GB. Le réactif Baso mis au contact de l’échantillon
sanguin dans une cuve chauffée à 33 ◦ C lyse les globules
Analyse de risque
rouges, les plaquettes et le cytoplasme des leucocytes, à
l’exception des polynucléaires basophiles (PNB) qui res- Une analyse de risque a été réalisée basée sur le SH Form 43
tent intacts. Les noyaux sont acheminés vers la cuve optique [6] et sur la méthode des 5M. Elle comprend la validation
où ils vont être classés en fonction de leur forme, de leur des méthodes. Pour effectuer la validation de méthodes :

680 Ann Biol Clin, vol. 71, n◦ 6, novembre-décembre 2013


Performances analytiques de l’automate Advia® 2120 i

la répétabilité, la fidélité intermédiaire, la contamination, Incertitude de mesure


la justesse, l’incertitude, l’étude de linéarité basse, ont été Elle doit être connue pour pouvoir les fournir au clinicien en
effectués selon le SH GTA 04 [2]. cas de besoin. Seule l’incertitude de la phase analytique peut
Répétabilité être quantifiée. Une approche de l’incertitude a été effectuée
Les contrôles bas, moyen et haut du fournisseur (normal, en suivant le SH GTA 14 [8] et la Méthode « CIQ/EEQ »
abnormal 1, et abnormal 2, Siemens) ont été passés à 15 selon la formule :
reprises successives, ce qui correspond à un tube de fla- √ 2 
U (c) = u (CQI) + u2 (EEQ)
con de contrôle. La moyenne, l’écart type, le coefficient
de variation (CV) et la variance ont été calculés à partir u2 (CQI) : représente la variance (carré de l’écart type)
des résultats obtenus sur tous les paramètres mesurés par de l’ensemble des résultats du contrôle interne de qualité
l’Advia® et comparés aux CV Ricos [7]. (CIQ), u2 (EEQ) : variance liée à la justesse (biais).
Fidélité intermédiaire Comparaison de méthodes
Elle a été réalisée sur 1 mois et a consisté en un dosage Entre l’Advia® 2120 déjà en place et le 2120i : trente échan-
quotidien d’au moins deux niveaux de nos CQI : le CV et tillons patients ont été analysés sur les 2 Advia® . L’analyse
l’écart type de la fidélité intermédiaire ont été ainsi obtenus des droites de régression a porté sur tous les paramètres
et comparés au CV Ricos [7]. mesurés mais aussi calculés par l’Advia® . Pour savoir si
Contamination les deux Advia® sont corrélés, il faut que les différences
La contamination inter échantillon a été étudiée pour le obtenues à partir des 2 passages successifs ne dépassent
VGM, les GB, les GR, l’hémoglobine, les plaquettes. Pour pas les limites de suivi. Ces dernières se calculent à par-
cela, le contrôle haut a été analysé 3 fois de suite en premier tir des écarts types obtenus lors de la fidélité intermédiaire
suivi du contrôle bas qui lui aussi a été analysé 3 fois de comme l’indique le SH GTA04 [2].
suite. Les résultats obtenus sont appelés H1, H2, H3 et B1, √
Limites de suivi = ± (3 ␴ FI technique testée)2
B2, B3. La contamination se mesure en pourcentage et se +(3 ␴ FI technique de comparaison)2
calcule à partir de la formule :
De plus, l’équation de la droite de régression (obtenue par
Contamination en % = (B1 − B3) ×100/ (mH − B3) le graphe où en abscisse sont mis les résultats de la méthode
B1 correspond au premier passage bas, B3 au 3e passage de référence et en ordonnée les différences obtenues à par-
bas, mH correspond à la moyenne des valeurs hautes. La tir des 2 passages différents), doit avoir une pente qui est
contamination inter réactif n’a pas été faite car le système proche de 1 et une ordonnée à l’origine égale à zéro. Une
de distribution n’est pas commun à tous les réactifs. Les analyse des points discordants a été réalisée le cas échéant.
résultats attendus doivent être inférieurs à 1 %.
Analyse de la performance des alarmes
Justesse
morphologiques déclenchées par l’automate
La justesse a été évaluée à partir de la moyenne de plusieurs
dosages d’un même échantillon de CQI qui est comparée à Trois cent dix-neuf patients ont été analysés de manière
la moyenne obtenue par nos groupes de pairs via les contrô- prospective pour étudier l’efficacité des alarmes morpholo-
les internes externalisés (Comparaison inter laboratoire - giques déclenchées par l’automate et adapter les relectures
CIL). L’écart observé correspond au biais ; il est comparé de frottis au microscope : alarmes blaste Blast (présence
aux normes Ricos [7] : de blastes), Atypique Atyp (présence de LUC), immatures
granuleux IG (présence d’une myélémie) et érythroblastes
Biais % = m − v×100/v EB (présence d’érythroblastes). Tous les échantillons qui
présentaient une alarme morphologique déclenchée par
Étude de la linéarité basse l’automate ont vu leurs frottis relus au microscope par 2
Le kit Eurocell® a été utilisé pour évaluer la linéarité basse lecteurs différents sur 100 cellules chacun et en cas de dis-
pour les plaquettes, les GB, les réticulocytes. Pour cela 6 cordance par une troisième. La spécificité (Sp), la sensibilité
niveaux ont été préparés à partir de dilutions précises de pro- (Se) et l’efficacité (Eff) des alarmes ont été calculées :
duit concentré de mammifère dans un liquide équivalent au Se = VP/(VP+FN) x 100 = total des alarmes avec présence
plasma. Chaque dilution est analysée 4 fois en commençant de cellules avec alarmes/(total des alarmes avec présence
par le niveau le plus bas jusqu’au niveau le plus haut. de cellules alarmes + échantillon sans alarme mais avec
Les données sont exploitées par le fournisseur pour obtenir présence de cellules anormales sur le frottis) x 100.
un biais, un écart type, ce qui nous a permis de connaître la Sp = VN/ (VN+FP) x 100 = échantillon sans alarmes avec
plus petite valeur linéaire. absence de cellules anormales sur le frottis/(échantillon

Ann Biol Clin, vol. 71, n◦ 6, novembre-décembre 2013 681


Article original

Tableau 1. Correspondance entre les croix et le pourcentage de La présence de l’alarme Blast IG ou LUC est considérée
cellules détectées. comme vrai positif si sont détectées au moins 1 % de cellules
anormales sur un compte de 200 et comme faux positif si
Alarmes morphologiques + ++ +++ aucune cellule n’est détectée.
Blast 1,5 % 5% 10 %
L’alarme érythroblaste EB se déclenche lorsque les GB sont
Atyp 4,5 % 7,5 % 10 %
supérieurs à 3 G/L et un pourcentage d’érythroblastes supé-
IG 5% 7,5 % 10 %
rieur ou égal à 2 % soit 0,6 G/L ou dès que le nombre
d’érythroblastes est supérieur à 0,2 G/L. Sont considérés :
sans alarmes avec absence de cellules anormales sur le frot- - vrai positif : une présence d’érythroblaste au microscope
tis + total des alarmes avec absence de cellules anormales supérieure ou égale à 2 % avec l’alarme érythroblaste ;
sur le frottis)×100. - faux positif : un décompte au microscope inférieur à 2 %
Eff = (VP+VN)/(VP+VN+FP+FN) x 100 = proportion de et la présence de l’alarme ;
cas bien identifiés. - vrai négatif : un décompte au microscope inférieur à 2 %
Les alarmes Blast, Atyp et IG sont quantifiées par et l’absence d’alarme déclenchée ;
l’automate : (+) (++) ou (+++). Chaque croix corres- - faux négatif : une présence d’érythroblastes supérieure ou
pond à un pourcentage de cellules détecté par l’automate égale à 2 % sans alarme érythroblaste.
(tableau 1). L’alarme agrégats plaquettaires est une alarme qualitative
La table de Rümke (tableau 2) permet de révéler les varia- qui se déclenche lorsque le total des amas dans la zone
tions des valeurs relatives pour un décompte d’évènements. dédiée du cytogramme Perox dépasse 300 évènements : la
Une cellule présente dans l’échantillon (IG, Blast, Atyp) sensibilité, la spécificité et l’efficacité de l’alarme agrégats
correspond à un décompte possible de 0,1 à 3,6 % avec plaquettaires ont été étudiées sur 188 dossiers. Pour l’étude
double lecture sur 2 × 100 pour éviter les faux négatifs. de toutes ces alarmes, la corrélation interautomate a été
L’alarme Blast se déclenche quand le pourcentage de réalisée.
blastes est compris entre 1,5 et 4,5 % et le pourcentage
de LUC supérieur ou égal à 4,5 % ou quand le pourcentage
Comparaison entre les plaquettes sur tubes EDTA
de blastes est supérieur à 5 % des GB. L’alarme Blast a
K2 (Becton Dickinson réf. 368856) et citratés
également été étudiée sur la période d’un an de manière
0,105 M (Becton Dickinson ref.367714)
rétrospective : une extraction des numérations avec des
blastes a été effectuée puis une vérification de la concor- En cas de détection d’agrégats plaquettaires EDTA K2, la
dance avec l’alarme Blast automate a été réalisée. numération plaquettaire peut être effectuée sur des tubes

Tableau 2. Table de Rümke. Variation des valeurs relatives d’une population leucocytaire selon le nombre de cellules comptées.

% 100 200 500 1 000 10 000


0 0-3,6 0-1,8 0-0,7 0-0,4 0-0,1
1 0,0-5,4 0,1-3,6 0,3-2,3 0,5-1,8 0,8-1,3
2 0,2-7,0 0,6-5,0 1,0-3,6 1,2-3,1 1,7-2,3
3 0,6-8,5 1,1-6,4 1,7-4,9 2,0-4,3 2,6-3,4
4 1,1-9,9 1,7-7,7 2,5-6,1 2,9-5,4 3,6-4,5
5 1,6-11,3 2,4-9,0 3,3-7,3 3,7-6,5 4,5-5,5
6 2,2-12,6 3,1-10,2 4,1-8,5 4,6-7,7 5,5-6,5
7 2,9-13,9 3,9-11,5 4,9-9,6 5,5-8,8 6,5-7,6
8 3,5-15,2 4,6-12,7 5,8-10,7 6,4-9,9 7,4-8,6
9 4,2-16,4 5,4-13,9 6,6-11,9 7,3-10,9 8,4-9,6
10 4,9-17,6 6,2-15,0 7,5-13,0 8,2-12,0 9,4-10,7
15 8,6-23,5 10,4-20,7 12,0-18,4 12,8-17,4 14,3-15,8
20 12,7-29,2 14,7-26,2 16,6-23,8 17,6-22,6 19,2-20,8
25 16,9-34,7 19,2-31,6 21,3-29,0 22,3-27,8 24,1-25,9
30 21,2-40,0 23,7-36,9 21,3-29,0 22,3-27,8 24,1-25,9
35 25,7-45,2 28,4-42 30,8-39,4 32,0-38,0 34,0-36,0
40 30,3-50,3 33,2-47,1 35,7-44,4 36,9-43,1 39,0-41,0
45 35,0-55,3 38,0-52,2 40,6-49,5 41,9-48,1 44,0-46,0
50 39,8-60,2 42,9-57,1 45,5-54,5 46,9-53,1 49,0-51,0

682 Ann Biol Clin, vol. 71, n◦ 6, novembre-décembre 2013


Performances analytiques de l’automate Advia® 2120 i

citratés avec une correction de résultat de + 10 % (pour tenir Analyse de la performance des alarmes
compte de l’hémodilution liée au citrate). Pour vérifier que morphologiques déclenchées par l’automate
les résultats concordent et que le décompte des plaquettes Étude de l’alarme blaste
n’est pas influencé par le type d’anticoagulant choisi : 42
Quarante-huit cas sur les 319 formules étudiées ont une
patients ont été prélevés sur un tube EDTA et un tube citraté
alarme blaste (+, ++ ou +++) pour 1 300 NFS soit
dans le but de mesurer les plaquettes. La comparaison des
3,7 % des NFS et 15 % des causes de relecture de frot-
résultats est réalisée par les limites de suivi et par l’étude
tis annuelles. Quarante-deux cas d’alarmes Blast + sont
de l’équation de la droite de régression.
associés à l’alarme Atyp ce qui est cohérent car Atyp (+)
correspond à 1,5 % de LUC, et lorsque l’alarme blaste est
entre 1,5 et 4,5 %, celle-ci ne se déclenche que si Atyp (+).
Résultats Les cas de vrais positifs sont au nombre de 4 : 1 cas chez un
patient de 77 ans avec des monoblastes (Atyp et Blast (+)),
Les résultats pour l’analyse de risque qualitative sont pré- 1 cas chez un prématuré avec des plasmocytes circulants et
sentés dans le tableau 3. des myéloblastes (Atyp et Blast (+), IG (++), 1 cas chez un
bébé de 5 jours avec blastes circulants (LUC et Blast (+),IG
Validation de méthode (++)), et 1 cas chez une patiente de 7 ans atteinte d’une LAL
pré B en aplasie (Atyp et Blast(+)). Les faux positifs sont
Répétabilité et fidélité intermédiaire donc au nombre de 38 : 14 cas chez les enfants de 0-2 ans
L’ensemble des paramètres de la numération hormis les (10 cas de lymphocytes hyper basophiles réactionnels asso-
PNB apparaissent conformes aux CV limite Ricos [7] ciés à des plasmocytes, et 4 cas sans anomalie), 14 cas chez
(tableau 4). Pour la répétabilité, les CV ont été obtenus les 2 ans -70 ans (3 cas de syndrome mononucléosique et
d’après la formule décrite dans l’article de Anne Vassault 11 cas sans anomalie), et 10 cas chez des patients âgés de
[12] : CV reproductibilité = 1,33* CV répétabilité. plus de 70 ans sans anomalie. Il y a 6 cas d’alarmes Blast
(++) : 2 vrais positifs (alarme Blast seule chez un bébé de
Contamination
2 mois et un prématuré de 4 jours avec tous les 2 présence
Pour les leucocytes : 0,2 %, l’hémoglobine (Hb) : 0,6 % ; de cellules immatures sur le frottis), 4 cas de faux positifs
les GR, le VGM : 0 % : le pourcentage de contamination : un cas de lymphome du manteau avec alarme Blast iso-
pour les GB, l’Hb, les GR et le VGM est bien inférieur aux lée, un homme de 55 ans sans anomalie notable (alarme
recommandations fournisseurs. Le pourcentage de conta- Blast isolée), leucémie à plasmocytes (alarmes Blast (++)
mination obtenu initialement sur les CQI pour les plaquettes et IG (++)), un homme de 74 ans en fin de vie en réani-
était supérieur à 1 %, la contamination a été testée à partir mation (alarmes Blast (++) Atyp (++) IG (++). Aucun cas
d’échantillons de patients et était conforme inférieur à 1 %. d’alarme Blast (+++) n’a été détecté durant cette période.
Justesse et approche de l’incertitude Pour cette alarme, la sensibilité est de 86 %, la spécificité de
87 % et l’efficacité de 87 %. Afin d’évaluer si l’intensité de
Les résultats sont présentés dans le tableau 5. Sur la
l’alarme Blast est corrélée au pourcentage microscope, une
période de mars 2012, la justesse est correcte excepté
autre étude a été réalisée sur un an et a consisté à extraire de
pour l’hémoglobine, une calibration (Optipoint® Siemens)
l’informatique toutes les formules rendues avec des blastes
a été réalisée et a amélioré les résultats. La justesse de
(cellules immatures ou myéloblastes ou blastes de leucé-
l’hémoglobine a été suivie au long court via les CIL.
mie) puis à analyser les alarmes déclenchées par l’automate
Linéarité pour ces échantillons précis : 112 formules manuelles avec
Les valeurs à retenir comme seuil de linéarité basse : pour des blastes ont été extraites dont 96 avaient une alarme Blast
les leucocytes : 0,08 G/L, pour les plaquettes : 3 G/L, pour et 16 en étaient dépourvues. Dans les 96 alarmes détectées,
les réticulocytes : 0,79 % et 20 G/L. Ils ont été identiques 31 alarmes Blast (+), 36 alarmes Blast (++) et 29 alarmes
pour les 2 Advia® testés. Blast (+++). D’une manière générale, l’intensité de l’alarme
est bien corrélée au nombre de blastes comptés au micro-
Corrélation Advia® 2120/2120 i scope : pour l’alarme Blast (+) qui correspond à 1,5 à 5 %
La comparaison pour chacun des paramètres a été faite de blastes, en moyenne sont comptés 3 % de blastes (soit
par l’analyse de corrélation avec calcul de la droite 0,015 à 3,68 G/L). Pour l’alarme Blast (++) qui correspond
de régression par la méthode des moindres carrés, sur à 5-10 % de blastes, en moyenne sont comptés au micro-
30 échantillons. Tous les points sont corrélés excepté un scope 8,5 % de blastes (soit 0,016 à 77,88 G/L), et pour
point discordant qui était aberrant ; en le repassant, les alarme Blast (+++) qui correspond à des blastes supérieurs
différences obtenues sur les 2 Advia® ont été correctes. à 10 % sont comptés au microscope 33,8 % de blastes en

Ann Biol Clin, vol. 71, n◦ 6, novembre-décembre 2013 683


Article original

Tableau 3. Maîtrise des risques de la numération formule sanguine (NFS) automatisée et manuelle.

Maîtrise Éléments de la Risque identifié Modalités de maîtrise


des risques classification
Patient Différentes valeurs normales Paramétrages des valeurs normales dans
en fonction de l’âge et du sexe l’automate, sur le SIL et dans le compte rendu
papier en fonction de l’âge et du sexe
Contexte clinique Renseignements cliniques Recommandations du Manuel de prélèvement
nécessaires (à obtenir sur Renseignements sur les bons de demande
premier prélèvement) d’examens ou appel aux services pour
informations cliniques et thérapeutiques
(chimiothérapie. . .)
Prélèvement Ponctions veineuses franches Formations préanalytiques dans les services de
adultes et pédiatriques soins, rappels des bonnes pratiques (agitation :
Néo natalité : écoulement libre manque d’agitation : prélèvements coagulés)
dans le microtube favorise les Manuel de prélèvement
micro-caillots
Type de tubes Tube non adapté à l’analyse Manuel de prélèvement
Multitude de références Respect des recommandations fournisseurs
différentes Validation des différents tubes
Matière (citrate EDTA K2. . .)
Transport Délai d’acheminement > 8 h Formation transporteur, horodatage de l’heure
par rapport à l’analyse de dépôt et heure de prélèvement sur le bon
Non-conformité préanalytique
Remplissage Remplissage insuffisant < 1 mL Formation IDE (remplissage > 90 %)
EDTA Manuel de prélèvement
Interférence Hémolyse si contact avec la glace Sachets séparés pour les gaz du sang
Hémodilution par perfusion Formation IDE
Présence de caillot Retournement du tube 8 à10 fois
par retournements lents
Urgence Prise en charge tardive d’un tube Sachets de couleur pour les urgences/pas
Urgent de prétraitement
Procédure de gestion de l’urgence : rond
sur bouchon du tube et fluo sur n◦ d’accès
pour NFS urgente
Température de la pièce
Température ambiante Dysfonctionnement automate et Métrologie : suivi des températures par logiciel,
réactif si non respecté limitation de l’ensoleillement
Hygiène et sécurité
Milieu Gestion des déchets Mauvaise élimination des déchets Procédure d’élimination des déchets
Gélification des effluents liquides
Filière Dasri
Sécurité Non-respect des consignes Travail sur tube fermé avec système de pique
de sécurité pour les frottis
Incident (réactifs sangs AES. . .) Procédure hygiène et sécurité

684 Ann Biol Clin, vol. 71, n◦ 6, novembre-décembre 2013


Performances analytiques de l’automate Advia® 2120 i

Tableau 3. (Suite)

Maîtrise Éléments de la Risque identifié Modalités de maîtrise


des risques classification
Tube primaire
Date de péremption Tubes périmés Procédure gestion des stocks
Disponibilité Rupture de stock
Automate
Exigences Perte de connexion : transmission Maîtrise du système informatique
informatiques des résultats Procédure dégradée établie
Utilisation automate Mauvaise utilisation Formation/habilitation/suivi des compétences
Mode opératoire automates
Fonctionnement Panne Automate en miroir
automate Maintenance non réalisée Planning maintenance
Procédure gestion pannes service SAV
Contrat de maintenance
Réactifs/colorants/contrôles/calibrants
Réception Coffrets endommagés Vérification de la réception
Gestion des lots Erreurs de réactifs
Matériel Lots périmés, rupture de stocks Gestion des stocks sur logiciel de gestion
de stock
Conservation réactifs Mauvaise température de Conservation en pièces de réserves
stockage jusqu’à date de péremption
Solutions analyseurs Advia Suivi métrologique des températures des
Réactifs réticulocytes passage à pièces de stockage et techniques et des
37◦ C dès réception réfrigérateurs
Etiquette de suivi de passage à 37◦ C
Utilisation colorants Mauvaise correspondance Habilitation du personnel
Etiquetage des pailles pour éviter les erreurs
de positionnement des bouteilles
Reconstitution du Mauvaise reconstitution Vérification par papier pH lors de la fabrication
tampon autoslide du tampon la bonne valeur du pH
Conservation contrôles Mauvaise conservation (2-8◦ ) Conservation en chambre froide à température
sécurisée par 2 compresseurs et contrôlée
par sondes raccordées
Délai de péremption dépassé Date d’ouverture sur flacon
quand flacon ouvert > 14 jours
Formation habilitation
Formation initiale Formation insuffisante Formation- habilitation – suivi des compétences
Habilitation initiale Personne non habilité au poste
Suivi des compétences Oubli de la formation initiale
Main-
d’œuvre Validation technique et biologique
Commentaires Variation des commentaires Mise en place de commentaires codés
biologiques quantitatifs et standardisés pour les anomalies quantitatives
qualitatifs et qualitatives sur les GR les plaquettes
et les GB.

Ann Biol Clin, vol. 71, n◦ 6, novembre-décembre 2013 685


Article original

Tableau 3. (Suite)

Maîtrise Éléments de la Risque identifié Modalités de maîtrise


des risques classification
Documentation
Documentation inexistante Procédure gestion documentaire : classeur
Documentation géné- ou insuffisante Advia, données statiques et traçabilité
rale au poste de travail Documentation non à jour Révision documentaire
Gestion documentaire externe maîtrisée
Validation initiale de l’automate
Vérification des Résultats non conformes Procédure de vérification de méthode
performances avant mise en route
Maîtrise technique Numérations
Présence de caillot dans le tube Vérification de l’absence de caillot
dans le tube tracée
Mauvaise homogénéisation des Mise en place d’une roue pour agitation et
microtubes vérification de l’absence de microcaillot pour
tous les échantillons pédiatriques avant analyse
Résultats non linéaires Mode opératoire pour la dilution des
Interférence sur (trop élevés ou trop bas) échantillons
l’analyse Formation habilitation sur la linéarité de
l’automate
Mauvaises connaissances des Gestion de la documentation externe :
interférences analytiques bibliographie à jour [9-11]
(cryoglobulines, hémolyse. . .) Formation habilitation
Méconnaissance alarmes Étude des alarmes déclenchées par l’automate
analytiques
Résultats
Validation technique et Résultats critiques non vérifiés et Liste des valeurs d’alertes, règle de validation
Méthodes biologique non téléphonés technique et biologique
Apparaissent en rouge à l’écran de validation
Advia
Validation technique non Logigramme de validation des patients et
homogène et technicien critères d’actions sur les tubes
dépendant Formation habilitation
Validation continue
Contrôles internes CQI Mauvaise gestion des CQI Gestion des CQI quotidiens selon les règles de
Westgard
Application d’actions si CQI non satisfaisants
(maintenance, nettoyages. . .)
Suivi des CQI au long cours
Formation habilitation
EEQ CIL Absence ou mauvaise gestion Procédure gestion EEQ et CIL mis en place
d’EEQ Suivi des résultats des CQE pour chaque
automate
Calcul des incertitudes par paramètre annuelle-
ment sur CQE avec groupe de pairs important
Comparaison inter Non conforme Passage de comparaison 1 fois par jour inter
automate automate et exploitation selon limite de suivi et
graphe de Levey-jennigs
Calibration Dérive de l’automate entre Suivi par externalisation des CIQ via le CIL
2 calibrations Siemens
Traçabilité
Lots utilisés Alerte ascendante et descendante Traçabilité informatisée sur logiciel gestock
Résultats automate Pertes de données Maitrise du système informatique du LBM
Résultats SIL Archivage informatique

686 Ann Biol Clin, vol. 71, n◦ 6, novembre-décembre 2013


Performances analytiques de l’automate Advia® 2120 i

Tableau 4. Résultats répétabilité et fidélité intermédiaire.

Répétabilité Fidélité intermédiaire


Paramètres Moyenne CV CV Ricos limite [7] Conclusion Moyenne CV CV Ricos limite [7] Conclusion
3,38 2,23 3,42 3,46
Leucocytes CV Ricos CV Ricos
7,12 1,72 Conforme 6,99 3,91 Conforme
(G/L) acceptable : 4,1 acceptable 5,5
16,49 2,22 16,55 4,61
2,33 1 2,35 1,49
GR CV Ricos CV Ricos
4,34 0,64 Conforme 4,29 1,32 Conforme
(T/L) acceptable : 1,2 minimal 2,4
5,24 0,75 5,25 1,68
57 0,9 58 0,95
Hb CV Ricos CV Ricos
115 1,26 Conforme 118 0,96 Conforme
(g/L) minimal : 1,6 acceptable 1,4
164 0,92 170 1,11
85 4,06 84 4,26
Plq CV Ricos CV Ricos
241 1,78 Conforme 247 4,44 Conforme
(G/L) minimal : 5,1 acceptable 4,6
489 0,92 503 3,50
74,2 0,22 71,6 0,58
VGM CV Ricos CV Ricos
80,3 0,20 Conforme 79,3 0,54 Conforme
(fL) minimal : 0,7 acceptable 0,7
89,5 0,14 89,3 0,4
30,9 0,13 31,2 0,99
CHCM CV Ricos CV Ricos
32 0,16 Conforme 32,5 0,65 Conforme
(x10 g/L) acceptable : 0,6 minimal 1,3
33,3 0 33,9 0,54
165 2,25 178 4,91
Réticulocytes Conforme Conforme sur 2
CV Ricos CV Ricos
(G/L) 140 3,1 sur 2 niveaux 162 4,98 niveaux
minimal : 6,2 minimal 8,3
(bas et moyen) (bas et moyen)
27 11,80 30 17,88
1,62 2,09 2 4,54
PNN CV Ricos CV Ricos
3,84 2,62 Conforme 3,75 5,01 Conforme
acceptable : 6 acceptable 8,1
11,38 2,13 11,38 2,13
1,21 2,35 1,15 4,38
Lymphocytes CV Ricos CV Ricos
2,17 2,45 Conforme 2,07 4,11 Conforme
minimal : 5,9 acceptable 5,2
2,85 4,02 2,74 3,8
0,26 7,9 0,27 11,07
Monocytes CV Ricos CV Ricos
0,57 5,21 Conforme 0,59 12,43 Conforme
minimal : 10 minimal 13,4
1,2 5,47 1,4 7,56
0,07 15,56 0,06 16,98
Conforme Conforme sur 2
PNE CV Ricos CV Ricos
0,13 9,91 sur 2 niveaux 0,13 11,74 niveaux
minimal : 11,8 minimal 15,8
(moyen et haut) (moyen et haut)
0,37 6,63 0,31 8,44

moyenne (soit 0,025 à 225,6 G/L). Les étiologies des jours consécutifs, 2 patients 2 jours différents. Nous obte-
vrais positifs pour l’alarme Blast sont présentées dans le nons en moyenne : 0,11 G/L de blastes avec une anémie
tableau 6. réfractaire avec excès de blastes (Areb) acutisée, une leu-
cémie aiguë myéloide (LAM) en stade terminal et un patient
Faux négatifs de l’alarme blaste Blast pancytopénique suivi pour une pneumopathie bilatérale et
En ce qui concerne les blastes observés au microscope une insuffisance rénale chronique. Les autres avaient au
mais sans alarme Blast déclenchée par l’Advia® : 16 échan- moins 5 G/L de GB et étaient hospitalisés pour : syn-
tillons sanguins sont concernés avec en moyenne 2 % de drome infectieux sur hépatopopathie, cirrhose alcoolique et
blastes : 7 dossiers ont moins de 3 G/L de GB : 1 patient 5 décompensation œdomato ascitique, insuffisance cardiaque

Ann Biol Clin, vol. 71, n◦ 6, novembre-décembre 2013 687


Article original

et séjour en réanimation suivie d’une candidose dissémi- trophiles se retrouvent au niveau de la zone des LUC), des
née et surinfection bactérienne et d’un décès 15 jours plus syndromes lymphoprolifératifs ont également été observés.
tard, d’un patient suivi pour thrombocytémie essentielle, Pour les faux négatifs, la majorité des alarmes est avec une
d’un suivi de cancer du sein adénocarcino mucineux et ils intensité d’une croix (41 cas sur 46 faux positifs soit 89 %
avaient tous des cellules immatures circulantes. Pour tous des faux positifs), et dans 51 % des cas de déclenchement
les cas de faux négatifs, les cellules immatures ont été détec- d’alarme toute intensité confondue, et dans 2/3 des cas si
tées au microscope car d’autres alarmes étaient déclenchées l’on considère l’intensité (+) (tableau 7). Si l’on considère
nécessitant donc de faire un frottis sanguin et une formule l’alarme Atyp (++) et (+++) elles ne présentent de faux
manuelle. positifs que dans 23 % des cas (5 cas sur 21).
La sensibilité de cette alarme Atyp est de 83 %, la spécificité
Pour l’alarme atypique Atyp de 83 % et l’efficacité de 83 %.
Il a été compté 80 cas d’alarmes avec 34 vrais positifs et
46 cas de faux positifs. Pour les cas de vrais positifs ont Pour l’alarme myélémie IG
été décomptés des plasmocytes, des lymphocytes hyper- Cent deux cas ont été comptabilisés dont 66 vrais positifs
basophiles (LHB), et mis en évidence des cas de déficit avec des myélémies où l’on observait au moins 1 myélocyte.
en myéloperoxydase (MPO - tous les polynucléaires neu- Cette alarme est retrouvée dans des contextes de myélémie

Tableau 5. Résultats pour la justesse et approche de l’incertitude.

CQE Justesse Conclusion Validation Incertitudes Conclusion Validation


paramètre (%) (%)
GB bas -2,37 Carmen Ricos acceptable Validée 2% Carmen Ricos minimal Validée
< 5,6 < 21,9 %
GB haut -4,50 Carmen Ricos acceptable Validée - Carmen Ricos minimal
< 5,6 < 21,9 %
GR bas -0,43 Carmen Ricos acceptable Validée 4,85 % Carmen Ricos minimal Validée
< 1,7 < 6,5 %
GR haut 1,12 Carmen Ricos acceptable Validée 4,92 % Carmen Ricos minimal Validée
< 1,7 < 6,5 %
HB bas 3,45 Carmen Ricos minimal Non validée 2,54 % Carmen Ricos minimal Validée
< 2,7 < 6,2 %
HB haut 3,47 Carmen Ricos minimal Non validée 3,39 % Carmen Ricos minimal Validée
< 2,7 < 6,2
PQ bas -5,26 Carmen Ricos minimal Validée 17,51 % Carmen Ricos minimal Validée
< 8,9 < 20,2 %
PQ haut -0,66 Carmen Ricos minimal Validée 13,61 Carmen Ricos minimal Validée
< 8,9 < 20,2 %
VGM bas -0,87 Carmen Ricos minimal Validée 2,91 % Carmen Ricos minimal Validée
< 1,9 < 3,5 %
VGM haut 1,93 Carmen Ricos minimal Validée 2,2 % Carmen Ricos minimal Validée
< 1,9 < 3,5 %

Tableau 6. Etiologies vrais positifs alarme blaste.

Blast (+) Blast (++) Blast (+++)


N = 31 N = 36 N = 29
Leucémie aiguë myéloïde (LAM) 1 5 8
Leucémie aiguë lymphoïde (LAL) 1 (associée à Atyp (+++))
Leucémie aiguë non classée 11
Syndrome myélodysplasique (SMD)
Anémie réfractaire avec excès de blastes 5 3
En voie d’acutisation 10 6
Néoplasie 3 4
Myélémie avec myéloblastes circulants :
Sortie d’aplasie post chimiothérapie 4 3 4
Ou associée alarme IG 3+ 16 8
Faux positifs 1 3 0

688 Ann Biol Clin, vol. 71, n◦ 6, novembre-décembre 2013


Performances analytiques de l’automate Advia® 2120 i

Tableau 7. Alarme atypique - alarme myélémie : faux positifs et vrais positifs.

Alarme atypique (+) (++) (+++)


Faux positifs 41 5 0
Vrais positifs 18 dont 7 dont 9 dont
- LHB, plasmocyte, syndrome mononucléosique 16 7 5
- déficit en MPO 1 4
- syndromes lymphoprolifératifs 1
Alarme IG + ++ +++
Faux positifs 18 9 9
Vrais positifs 24 dont 14 dont 28 dont
- myélémie post infectieuse 18 8 18
- myélémie de régénération 6 4 10
- autres 2

de régénération post chimio et aussi infectieuse (en réani- Discussion


mation). Pour les cas de faux positifs (36 cas sur 102, soit
35 %), un certain nombre de cas a été observé avec des poly- Les résultats des examens de biologie médicale concourent
nucléaires hyposegmentés. Lorsque l’alarme myélémie IG au diagnostic médical dans plus de deux tiers des cas,
(+++) est déclenchée, la myélémie est plus importante et va ils contribuent également à la prévention et au suivi
du myéloblaste jusqu’au myélocyte alors que pour les deux des pathologies chez les patients. Le plus important est
autres intensités, il y a des myélocytes, mais très rarement d’effectuer des examens appropriés, réalisés dans les
des promyélocytes et des myéloblastes (tableau 7). meilleures conditions et en garantissant le meilleur résul-
Pour cette alarme, la sensibilité est de 89 %, la spécificité tat via l’accréditation selon la norme 15189 [1]. L’analyse
de 85 % et l’efficacité de 86 %. de risques et la vérification de méthodes permettent de
s’assurer de la qualité des résultats : justes, fidèles, compa-
Pour l’alarme Érythroblaste (n = 49) rables inter automates et des risques maîtrisés.
Vingt-sept cas d’alarmes déclenchées ont des érythroblastes L’analyse de risque a permis de mettre en évidence les
sur frottis sur la lame et 22 sont sans érythroblaste. Les points critiques à maîtriser dont la validation de méthode
27 cas de vrais positifs sont retrouvés en majorité chez n’est qu’une partie. L’essentiel des risques est lié à la qualité
les personnes âgées (> 70 ans) souvent dans le cadre de
myélofibrose, chez les drépanocytaires et chez les nouveau-
nés. On retrouve dans plus de la moitié des cas (18 cas sur
EDTA K2
27), cette alarme associée à l’alarme myélémie aussi bien
400
chez les nouveau-nés que chez les personnes âgées. Il a
été observé 22 cas de faux positifs sur 49, soit 45 % de 350
faux positifs. Par ailleurs, des érythroblastes ont été retrou-
300
vés chez 12 patients pour lesquels aucune alarme ne s’était
déclenchée, ce qui fait une sensibilité à 69 %, une spécificité 250
à 92 % et une efficacité à 89 %. y = 0,97x - 2,57
200

Pour l’alarme Agrégats plaquettaires 150


Trente-quatre dossiers sont concernés, 24 vrais positifs et
100
10 cas de faux négatifs (agrégats plaquettaires sur frottis
ont été retrouvés sans alarme). La sensibilité est de 74 %, 50
une spécificité de 96 % et une efficacité de 91 %.
0
0 100 200 300 400
Citrate 0,105 M avec résultats majorés de 10 %
Comparaison entre les plaquettes sur tubes EDTA
Courbe de tendance Linéaire (Y=X)
K2 (Becton Dickinson réf. 368856) et citratés obtenue pour les patients
0,105 M (Becton Dickinson ref.367714)
Les différences obtenues à partir des résultats des 2 tubes Figure 1. Comparaison du décompte plaquettaire sur EDTA k2
ne dépassent pas les limites de suivi (figure 1). versus Citrate 0,105 m.

Ann Biol Clin, vol. 71, n◦ 6, novembre-décembre 2013 689


Article original

du prélèvement (caillots, microcaillots) et à la formation du Cela permet donc de ne plus recompter les plaquettes en cel-
personnel pour les techniques automatisées et manuelles lule (sachant qu’en 2012, nous avions 60 dossiers avec des
(formules), des commentaires standardisés ont été mis en plaquettes inférieures à 10 G/L ayant nécessité un comptage
place pour les anomalies morphologiques et les anomalies en cellule). La linéarité basse des réticulocytes est relative-
quantitatives. La validation de méthode, bien que longue, ment haute de l’ordre de 20 G/L mais en % ceci correspond
doit se faire avant passage en routine. L’apport de cette à une valeur de 0,79 %. En deçà de ces valeurs, les réti-
validation est clairement démontré dans notre travail. Lors culocytes seront comptés en manuel au bleu de crésyl. Le
de l’installation de l’automate au laboratoire qui est un pourcentage de patients concernés par an par ce décompte
automate reconditionné, les tests fournisseurs étaient tous manuel est de 11 %, soit 1 130 par an sur 9 914 demandes de
conformes selon les critères fournisseurs (répétabilité sur 5 réticulocytes. La justesse initiale est correcte excepté pour
passages. . .). Cependant la vérification de méthode a mis l’hémoglobine : calibration Setpoint Optipoint et réglage
en évidence un problème de répétabilité et de fidélité inter- du laser ont été effectués : le biais sur l’hémoglobine a pu
médiaire sur le paramètre réticulocyte et un problème de être rapidement corrigé. Les résultats de contrôles internes
justesse sur l’hémoglobine ayant nécessité un réglage du externalisés CIL ont eux aussi été suivis au long cours
laser. La méthode d’analyse des numérations et formules et ont montré les corrections attendues. La vérification de
sanguines par l’automate Advia® 2120 i est globalement l’absence de contamination inter-échantillon nous permet
satisfaisante pour la vérification initiale pour les paramètres de passer de manière aléatoire sur un même automate les
mesurés selon le SH GTA 04 [2]. En effet, les objectifs de patients pancytopéniques et hyper leucocytaires, les bébés
répétabilité, de fidélité intermédiaire sont atteints hormis avec une hémoglobine élevée et les patients anémiques,
pour les PNB, ce qui peut être expliqué car c’est un évè- les thrombocytoses, et les thrombopéniques sévères. Une
nement rare, de plus il est sans incidence clinique sur les approche de l’incertitude de mesure a été réalisée, basée
résultats patients. Pour les réticulocytes, la répétabilité, la sur les références internationales ; elle n’est pas exploitée
fidélité intermédiaire qui étaient validés sur 2 niveaux sur en routine sur les comptes rendus mais permet d’ajuster
3 ont été suivis par les CIL suite au réglage du laser et l’attitude thérapeutique d’un médecin lorsque les résultats
étaient par la suite conformes. L’organisation du labora- sont à la limite de la valeur pathologique. Un suivi au long
toire est telle que les NFS sont passées de manière aléatoire cours de l’incertitude de manière annuelle est réalisé.
l’un ou l’autre des Advia® . Cette organisation est vali- Concernant l’analyse des alarmes morphologiques, il nous
dée par la comparaison inter automate qui est correcte. Un a paru important d’évaluer la performance des alarmes
contrôle de suivi de comparaison est réalisé de manière morphologiques déclenchées par l’automate puisqu’elle
journalière selon les normes de suivi déterminées lors de conditionne notre attitude de relecture au microscope : notre
la vérification initiale sur une NFS patient. Les données taux de relecture étant élevé (25 % des NFS en 2012). Pour
sont exploitées sous la forme du graphe de Levey Jen- l’alarme Blast, il a été montré que cette alarme est d’autant
nings. Ainsi la vérification initiale nous permet par la suite plus performante lorsque le chiffre de GB est élevé, supé-
d’exploiter les résultats de corrélations au long court selon rieur à 5 G/L, et que ce sont des blastes myéloïdes. Elle a
les critères d’acceptations basés sur les performances des une pauvre spécificité chez l’enfant de moins de 24 mois.
systèmes de notre laboratoire. Concernant la linéarité, les L’intensité de l’alarme est bien corrélée avec le pourcentage
spécifications fournisseurs ont nécessité d’être vérifiées : microscope ((+) = 3 %, (++) = 8,5 % et (+++) = 33,8 %). La
les linéarités basses sont excellentes pour les leucocytes : littérature donne des résultats équivalents pour la sensibilité
les leucocytes inférieurs à 0,08 G/L sont rendus < 0,08 G/L, et meilleure pour la spécificité (sensibilité : 94,8 % et spé-
la linéarité basse est conforme aux valeurs cliniques atten- cificité : 93,5 %) [13], de ce fait les patients avec l’alarme
dues notamment les sorties d’aplasie. Au laboratoire, les Blast + isolée et déjà relus au microscope dans le mois
formules sanguines dont les GB sont inférieurs à 0,5 G/L qui précède sans variation quantitative, ne sont plus relus.
ne sont pas rendues pour les patients sous chimiothérapie Cependant les enfants de moins de 24 mois sont toujours
du fait de la rareté des évènements comptabilisés, seuls les relus au microscope car l’alarme Blast est souvent associée
PNN sont validés (du décompte sur automate). La linéarité à d’autres alarmes (EB, Atyp, IG). Concernant l’alarme aty-
basse des plaquettes est très satisfaisante permettant non pique, notre travail a montré que cette alarme apparaît dans
seulement de valider les seuils transfusionnels (50 G/L avec plus de 50 % des cas comme un faux positif à l’intensité (+).
une incertitude de 17,5 % soit 50+/- 8,75 G/L, le seuil étant Elle est également retrouvée dans les syndromes lympho-
donc de 41 à 59 G/L), mais aussi permettant le suivi des prolifératifs, les lymphomes leucémisés, les plasmocytoses
purpuras thrombopéniques auto-immuns de manière fiable sanguines, les syndromes mononucléosiques. De ce fait
dans les valeurs basses. La linéarité répond aux besoins les patients connus dans le mois précédent sans variation
du laboratoire et a permis de valider les plaquettes jusqu’à quantitative ne seront plus relus au microscope, ce qui est
3 G/L et les résultats inférieurs à 3 G/L sont rendus < 3 G/L. recommandé dans l’ISH [14]. La littérature [13] donne des

690 Ann Biol Clin, vol. 71, n◦ 6, novembre-décembre 2013


Performances analytiques de l’automate Advia® 2120 i

résultats comparables pour la sensibilité et meilleure pour mis d’ajuster les critères de relecture de lame en fonction
la spécificité avec un autre automate (Se : 80,6 % et Sp : de notre recrutement afin d’optimiser le temps de relecture
92,2 %). Concernant l’alarme myélémie, la présence est au microscope. D’autres études restent à réaliser notam-
bien corrélée avec les décomptes de granuleux immatures ment pour déterminer les valeurs normales des plaquettes
excepté dans les cas de PNN hypo segmentés. La littéra- sur citrate et l’éventuel facteur de correction à apporter.
ture donne des résultats différents sur d’autres automates
(Se : 85 % et Sp : 90,7 %) [13]. Concernant l’alarme éry- Liens d’intérêts : aucun.
throblaste, la détection est mauvaise, les enfants de moins
de 24 mois sont relus systématiquement au microscope. La
littérature [15] donne un résultat pour la sensibilité équi- Références
valent (77,3 %) mais moins bon pour la spécificité (74,6 %). 1. Norme NF EN ISO 15189 : 2007 Laboratoires d’analyses de biologie
Concernant l’alarme agrégats plaquettaires, la spécificité médicale – Exigences particulières concernant la qualité et la compétence.
est très bonne (Sp = 96 %), cependant un certain nombre Afnor, 2007.
d’amas ne sont pas détectés par l’automate et ne le sont 2. Cofrac SH GTA 04 (guide technique d’accréditation de vérification
qu’au microscope (Se = 74 %). Ainsi pour toute thrombo- (portée A) /validation (portée B) des méthodes en biologie médicale SH
GTA 04 révision 00 – avril 2011.
pénie sans antériorité de vérification de moins d’un mois, ou
grande variation du chiffre plaquettaire, il n’est pas possible 3. Guide de l’opérateur du système d’hématologie Advia (R) 2120 :
Méthode NG V1.00.00, Copyright ©2003.
de se passer d’une vérification microscopique du frottis à
la recherche à l’objectif 10 puis 50, d’amas plaquettaires. 4. Harris N, Kunicka J, Kratzl A. The Advia® 2120 hematology system :
flow cytometry–based analysis of blood and body fluids in the routine
La conduite à tenir n’a donc pas été modifiée par rapport hematology laboratory. Laboratory Hematology 2005 ; 11 : 47-61.
à la pratique antérieure à notre étude. En 2012, le taux de
5. Fishbane S, Shapiro W, Dutka P, Valenzuela OF, Fubert J. A rando-
relecture de lame était de 25 %, ce qui est élevé, nous avons mized trial of iron deficiency testing strategies inhemodialysis patients.
donc mis en place ces nouvelles conduites de relecture de Kidney Int 2001 ; 60 : 2406-11.
lame pour abaisser ce pourcentage. 6. Cofrac SH FORM 43 : fiche type quantitatif - Vérification (portée A)
Pour ce qui concerne la numération des plaquettes sur /Validation (portée B) d’une méthode de biologie médicale. Révision :
citrate, il a été montré que les résultats sont bien corrélés #00-04/2011.
en proportion avec un biais négatif par rapport à l’EDTA, 7. http://www.westgard.com/biodatabase1.htm.
même en appliquant le facteur correctif de +10 % lié à la 8. Cofrac SH GTA 14 : guide technique d’accréditation pour l’évaluation
dilution sur citrate, ce qui est retrouvé dans la littérature des incertitudes de mesure en biologie médicale SH GTA 14 Révision 00.
[16]. Une des conditions requises pour cette numération est 9. Geneviève F, Godon A, Macchi L, Zandecki M. Anomalies et erreurs
que le tube soit correctement rempli, à plus de 80-90 % du de détermination de l’hémogramme avec les automates d’hématologie
volume selon les mêmes critères que pour l’hémostase. Une cellulaire : partie 1 : les plaquettes sanguines. Ann Biol Clin 2010 ; 68 : 93-
407.
plus large étude semble nécessaire afin de déterminer des
valeurs normales sur citrate pour la numération plaquettaire. 10. Geneviève F, Godon A, Marteau-Tessier A, Zandecki M. Anoma-
lies et erreurs de détermination de l’hémogramme avec les automates
d’hématologie cellulaire : Partie 2 : numération et formule leucocytaire.
Ann Biol Clin 2012 ; 70 : 141-54.
Conclusion
11. Geneviève F, Godon A, Marteau-Tessier A, Zandecki M. Synthèse
Anomalies et erreurs de détermination de l’hémogramme avec les auto-
L’apport de la validation de méthode est clairement démon- mates d’hématologie cellulaire Partie 3. Hémoglobine, hématies, indices
tré dans notre travail pour la pratique quotidienne : elle érythrocytaires, réticulocytes. Ann Biol Clin 2012 ; 70 : 155-68.
permet de réaliser ou réajuster les réglages avant passage 12. Vassault A, Grafmeyer D, de Graeve J, Cohen R, Beaudonnet A,
en routine, de déterminer les limites de suivi utiles pour Bienvenu J. Quality specifications and allowable limits for validation of
les comparaisons inter automates journalières, de détermi- methods used in clinical biochemistry. Ann Biol Clin 1999 ; 57 : 685-95.
ner des seuils de linéarité au-deçà desquels les résultats ne 13. Amouroux I, Balay M, Marfaing-Koka A. Evaluation de l’analyseur
sont plus fiables, et enfin elle permet de réduire le travail d’hématologie Beckman Coulter LH 750 : performances analytiques,
règles de décision. Ann Biol Clin 2003 ; 61 : 576-84.
inutile (réduction du comptage des plaquettes en cellule
et des réticulocytes en manuel, réduction du nombre de 14. http://www.islh.org/web/consensus_rules.php.
frottis) et d’avoir une approche de l’incertitude de mesure 15. Kratz A, Maloum K, O’Malley C, Zini G, Rocco V, Zelmanovic
autour des résultats seuils (seuil transfusionnel pour les pla- D, Kling G. Enumeration of nucleated red blood cells with the Advia®
2120 hematology system : an international multicenter clinical trial. Lab
quettes, l’hémoglobine). La validation au long cours est Hematol 2006 ; 12 : 63-70.
réalisée avec les CIL mensuels comparée aux CV Ricos
16. Védy S, Boom B, Perez P, Schillinger S, Ragot C, Bakkouch S, et al.
et la détermination annuelle de l’incertitude de mesure via Numération automatique des plaquettes sur citrate de sodium : le résultat
les EEQ. L’étude des alarmes morphologiques nous a per- est-il exact ? Ann Biol Clin 2011 ; 69 : 453-8.

Ann Biol Clin, vol. 71, n◦ 6, novembre-décembre 2013 691