Vous êtes sur la page 1sur 36

L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

SOMMAIRE
I-) L’isolation acoustique : ........................................................................................................................ 3
I-1) Le Son ................................................................................................................................................... 3
I-2) Les Niveaux de Bruit ........................................................................................................................... 6
I-3) Le Confort acoustique ......................................................................................................................... 8
I-4) Les Sources et Modes de Propagation du Bruit ................................................................................ 8
II) L’isolation acoustique : Eléments caractéristiques .......................................................................... 11
II-1) Généralités ........................................................................................................................................ 11
II-2) Indice d’affaiblissement acoustique................................................................................................ 12
II-2) Indice d’affaiblissement acoustique des parois simples ................................................................ 12
II-2-1) Détermination de l’indice d’affaiblissement ............................................................................... 13
II-2) Indice d’affaiblissement :Influence des ouvertures ....................................................................... 16
III) L’isolation acoustique : pratiques et dispositions à prendre en compte ....................................... 20
III-1) Normes acoustiques ........................................................................................................................ 20
III-1-1) Cas des bâtiments d’habitation .................................................................................................. 20
III-1-2) Cas des Locaux scolaires ............................................................................................................. 22
III-1-3) Limitation des bruits de façade .................................................................................................. 24
III-2) Solutions techniques ....................................................................................................................... 24
III-2-1) Isolations aux bruits aériens ....................................................................................................... 24
III-2-2) Isolation aux bruits d’impact (Bruits de pas) ........................................................................... 25
III-2-3) Isolation aux bruits d’équipements............................................................................................ 25

CONCLUSION............................................................................................................................................... 27
BIBLIOGRAPHIE........................................................................................................................................... 28
ANNEXES ..................................................................................................................................................... 29

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 1


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

INTRODUCTION

Les différents besoins de l’homme n’ont cessé d’etre en perpétuelle


évolution non seulement du fait de l’apport de nouvelles technologies, mais aussi
du changement considérable de notre environnement immédiat en des villes
modernes.
En effet, celles-ci sont marquées par une forte urbanisation qui se
caractérise par un fort taux d’activité et l’utilisation quotidienne d’équipements de
plus en plus perfectionnées.
Malheureusement, les nombreuses nuisances sonores occasionnées
poussent le domaine de la construction, a inventé au fil des années des méthodes
regroupés au sein d’un meme secteur appelée « l’isolation acoustique de
bâtiments » dont le but est d’en réduire les effets.
Alors quelles en sont les notions essentielles et les caractéristiques à
prendre en compte ? Quelles techniques ou dispositions constructives peuvent
utiliser le concepteur de projet ou l’ingénieur génie civil afin d’obtenir un bâtiment
isolé acoustiquement ? telles sont les questions auxquelles nous tenterons de
répondre au sein de ce document.

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 2


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

I-) L’isolation acoustique : Notions de baseion à l’a

Préalable à l’acoustique du bâtiment, ces quelques définitions permettent


de mieux appréhender les valeurs et unités utilisées pour caractériser les produits,
systèmes et exigences réglementaires.

I-1) Le Son

Le son, est la sensation auditive engendrée par une onde acoustique qui
se propage dans un milieu.
L’onde acoustique résulte d’une vibration de l’air due à une suite de
pression et de dépression. Tout son résulte de la vibration d’un corps. Dans l’air,
la vibration des molécules se transmet de proche en proche depuis la source
jusqu’à l’organe de réception qui peut être un appareil de mesure ou l’oreille
humaine.(Voir schéma ci-dessous).

Deux éléments caractérisent le son : Son niveau sonore et sa fréquence

 Le Niveau sonore

Le niveau sonore ou niveau de pression acoustique (Lp) caractérise


l’amplitude du son. Le niveau sonore s’exprime en Pascal (Pa). L’échelle de
perception de l’oreille humaine étant très vaste, il est utilisé dans la pratique, une
échelle logarithmique pour caractériser l’amplitude sonore. Cette échelle réduite
s’exprime en décibel (Db).
Le niveau sonore permet de définir la puissance d’un son.

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 3


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

Différence entre le niveau sonore d’une voiture et d’une voiturette

 La Fréquence Sonore

Au sein de l’onde sonore, la pression fluctue un certain nombre de fois


autour de la pression atmosphérique. Le nombre de fluctuations par seconde défini
la fréquence du son en hertz (Hz). La période t est le temps entre 2 fluctuations en
seconde.

Plus la période t est longue, plus la fréquence est basse : on obtient un


son grave. A l’inverse, si la période T est courte, la fréquence est élevée. On
obtient un son aigu.

Différence entre un son grave et un son aigu

 La perception d’un son

Le seuil d’audibilité de l’oreille humaine permet la perception des sons


dont la fréquence se situe entre 20 et 20 000 Hz : du bourdonnement (d’un
moteur par exemple) à basses fréquences (20-200 Hz) assez mal perçu par

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 4


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

l’oreille humaine, aux chuintements (d’une bouilloire par exemple) aux


fréquences aiguës (2 000 à 20 000 Hz). La parole et la musique, très bien
perçues par l’oreille ont des fréquences médiums (200 à 2 000 Hz).
Les fréquences étudiées dans le cadre de l’acoustique du bâtiment se situent
entre 100 et 5000 Hz.

Graphique caractérisant les niveaux sonores et d’audibilité

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 5


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

I-2) Les Niveaux de Bruit

 L’analyse du bruit : du spectre du bruit au niveau sonore global

Dans l’acoustique du bâtiment, on rencontre rarement un son pur, d’une seule


fréquence et avec une puissance propre. On observe plutôt des mélanges de sons de
fréquences et niveaux de puissances différents : Des bruits.

La mesure acoustique réalisée dans un bâtiment ou dans un laboratoire à


l’aide d’un sonomètre fournit un spectre du bruit : il représente le niveau sonore
pour toutes les fréquences mesurées.

Pour faciliter les échanges et les comparaisons au quotidien, le spectre


du bruit est analysé conventionnellement par bande, puis traité mathématiquement
pour obtenir le niveau sonore global en Db.

 Les règles d’addition des niveaux de bruits

Le niveau sonore s’exprime selon une échelle logarithmique, les règles


d’addition classiques ne s’appliquent donc pas aux niveaux de bruit. Par
exemple, deux conversations identiques et simultanées, dont le niveau sonore
est de 50 Db, ne donneront pas un niveau sonore de 100 Db, mais un niveau
sonore de 53 Db.
Voici les règles d’addition applicables en fonction des niveaux de bruit
considérés :

o Si les bruits sont de niveaux très différents

Si l’écart des niveaux de bruit est supérieur à 10 db, le bruit le plus fort masque le
plus faible. C’est l’effet « de masquage » lorsque qu’un son est rendu inaudible
par un autre.Par exemple :

Deux bruits de
niveaux très
différents.

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 6


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

o Si les écarts sont de niveaux voisins (écart<10dB)


Si les niveaux de bruit sont similaires, l’évaluation du niveau de bruit résultant
se fait par addition au niveau de bruit le plus fort d’une valeur donnée dans le
tableau suivant :

 L’échelle des niveaux de bruit

L’échelle des niveaux de bruit ci-dessous permet d’organiser des bruits courants
en fonction de la perception de l’oreille humaine : de l’ambiance calme d’une
conversation à voix basse aux nuisances sonores provoquées par un avion au
décollage.

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 7


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

I-3) Le Confort acoustique

Le confort acoustique est une notion subjective qui dépend de la


perception de chaque individu.

Cette perception sera influencée par divers facteurs : le même bruit pourra
être perçu par un individu comme une nuisance sonore du fait de sa durée
d’exposition à ce bruit, de son émergence durant une période de sommeil ou du
souvenir attaché à ce bruit.

Il est important de prendre en compte ces notions de physiologie et de


psychologie dans l’acoustique,car elles mettent en lumière la difficulté de traiter
parfois des problèmes de nuisances sonores car, la perception des bruits par l’oreille
humaine, seul organe humain toujours en activité, n’est pas purement rationnelle.

I-4) Les Sources et Modes de Propagation du Bruit

Déterminer la (ou les) source(s) de bruit, comprendre le (ou leurs) mode(s)


de propagation constituent les premiers éléments à identifier avant de concevoir ou
d’améliorer l’isolation acoustique d’un bâtiment.

 Les Sources du Bruit


On distingue trois sources de bruits dans le domaine de l’acoustique du bâtiment. Ce
sont :
 Les bruits aériens

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 8


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

Les bruits aériens se propagent via l’air ambiant On distingue deux catégories de
bruits aériens :
 les bruits aériens intérieurs, anciennement nommés bruits roses (bruit de
conversation).Ils se rencontrent généralement dans les bâtiments.
 les bruits aériens extérieurs, anciennement nommés bruit routiers (bruit du
trafic ferroviaire…).
 Les bruits solidiens ou bruits d’impact
Les bruits solidiens se transmettent par la mise en vibration des parois et
structures. Ils peuvent être aussi nommés bruits de choc ou bruit d’impact. Ils
concernent les bruits d’impact, des chutes d’objet…
 Les bruits d’équipements
Les bruits d’équipements peuvent se transmettre à la fois via l’air ambiant
et via une mise en vibrations (des parois, de l’équipement…). Les bruits
d’équipements concernent les ascenseurs, les conduits de ventilations, les réseaux
hydrauliques.

 Le mode de propagation des bruits

La propagation des bruits se fait principalement selon un ou plusieurs des trois


modes de propagation suivant :
Par dispersion
Dans un espace libre, on observe une dispersion de l’énergie acoustique, le niveau
de bruit décroissant en fonction de la distance.La décroissance spatiale des bruits
aériens peut être quantifiée en fonction de la source du bruit.

– Cas d’une source sonore Ponctuelle (Usine, Discothèque)

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 9


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

Dans un espace ouvert, le niveau sonore décroît de 6 db chaque fois que la distance
par rapport à la source est doublée. Dans des locaux fermés, cette valeur n’est
atteinte que si les locaux sont exempts de réflexions.

– Cas d’une source linéaire(Infrastructure routière ou ferroviaire)

En l’absence de masque, le niveau sonore décroît de 3db chaque fois que la


distance par rapport à la source est doublée.

Par réflexion et absorption sur un obstacle

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 10


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

On observe alors un phénomène de reverbération d’une partie de la vibration sur


les parois et obstacles rencontrés.
Par transmission de la vibration aux matériaux

Le bruit se propage aux solides (parois, structures).

II) L’isolation acoustique : Eléments caractéristiques

II-1) Généralités

Lorsqu'un bruit aérien heurte une paroi, celle-ci vibre et émet un


son de même fréquence que la source, mais de niveau plus faible, en raison de
l'isolation acoustique de la paroi. On obtient :

Onde transmise Ii = Ir + Ia + It avec :

Ii : intensité acoustique incidente


Ir : intensité acoustique réfléchie
Ia : intensité acoustique absorbée
It : intensité acoustique transmise

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 11


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

Onde réfléchie

Onde absorbée

Onde incidente

En divisant tous les termes par Ii, on obtient :


1=ρ+α+τ avec
ρ = Ir/Ii qui est le coefficient de réflexion
α = Ia/Ii qui est le coefficient d’absorption de la paroi et τ = It/Ii qui est le
coefficient de transmission de la paroi.

II-2) Indice d’affaiblissement acoustique

C’est l’indice noté R qui caractérise la qualité acoustique d’une paroi de


construction (Mur, Cloison, Plancher, Plafond, fenêtre, Porte, etc…….).Il vaut :
𝑰𝒊
R = 10log⁡( )
𝐼𝑡
𝟏
R = 10log⁡( )
τ

Plus R est grand, plus la paroi a un isolement acoustique élévé.R s’exprime en Db.

II-2) Indice d’affaiblissement acoustique des parois simples

On appelle paroi simple :

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 12


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

– Parois composées d’un même matériau(brique creuse,vitrage,enduit plâtre…)


– La juxtaposition de matériaux rigides (Enduit Ciment+ Béton)

II-2-1) Détermination de l’indice d’affaiblissement

La loi de Masse

Plus une paroi est lourde, plus R est grand : c’est la loi de Masse. Elle est caractérisée
par le graphique suivant :

Indice d'affaiblissement acoustique RA


d'une paroi Simple

70

60

50

40

30

20

Masses surfaciques (kg/m²)

Loi de masse expérimentale pour les parois simples(Bruits aériens)

Lorsque les modalités de construction le permettent, « bâtir lourd » est le moyen le


plus sûr de s’isoler des bruits aériens. Par exemple, une paroi simple de masse
100kg/m2 a un indice d’affaiblissement acoustique R de 40 db à 500 Hz.

Aussi, :
– En doublant la masse de la paroi, R augmente en moyenne de 4 Db.
– En diminuant la masse de moitié, R baisse en moyenne de 4 Db.

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 13


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

Les recommandations dans le cas des bruits roses pour la détermination de l’indice
R sont les suivantes :
▪ Si 50 ≤ ms <150 kg/m2 alors R = (17 log ms) + 4
▪ Si 150 ≤ ms ≤ 700 kg/m2 alors R = (40 log ms) - 46
▪ Si ms > 700 kg/m2 alors R = 68 dB(A).
Pour le cas des bruits routiers,nous avons
▪ Si 50 ≤ ms <150 kg/m2, alors R= (17 log ms) + 9
▪ Si 150 ≤ ms ≤ 670 kg/m2 alors R = (40 log ms) – 46
▪ Si ms > 700 kg/m2 alors R = 68 dB(A).
Pour l’application de la loi des masses,la nouvelle réglémentation
européene en matière d’acoustique donne certaines valeurs essentielles :

-béton lourd parois verticales 2300 kg/ m3


- béton lourd parois horizontales : 2400 kg/m3

- bloc plein (béton, sable et gravillons) : 2000 kg/m3

- bloc perforé (béton, sable et gravillons) : 1600 kg/m3

- bloc creux (béton, sable et gravillons) : 1300 kg/m3

- brique pleine : 1850 kg/m3

- brique creuse : 55% de vide : 845 kg/m3

60% de vide : 750 kg/m3

65 % de vide 655 kg/m3

- béton cellulaire : 500 kg/m3

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 14


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

- enduit ciment (1 cm) : 20 kg/m3

- enduit plâtre (1 cm) : 10 kg/m3

La loi expérimentale des fréquences

Chaque paroi selon le matériau utilisé possède une fréquence. L’indice


d’affaiblissement R varie en fonction de la fréquence.

La fréquence critique est la fréquence où le rayonnement, c’est-à-dire sa


capacité à transmettre le son d’une paroi simple est à son maximum.En
conséquence, l’indice d’affaiblissement sera à son minimum aux environs de la
fréquence critique.

La détermination de la fréquence critique se fait à partir de la formule suivante :

f1
fc=⁡
𝑒
avec f1 qui est la fréquence critique correspondant à une paroi d’épaisseur 1cm.
(Voir Tableau en annexe).
Afin de repousser fc dans les fréquences mal perçues par l’oreille (f< 100
hz et f>4000 hz, il faut utiliser :

▪ Des parois lourdes, (en accord avec la loi de masse),de forte


rigidité (e grand) afin que fc soit la plus basse possible.
▪ Des parois légères (en désaccord avec la loi des masses) de faible
rigidité(e petit),afin que fc soit le plus élevée possible.

Chutes de R de quelques matériaux à la fréquence critique fc

-3 à -4 Db (Caoutchouc, Liège, Plomb)


-6 à -8 Db (Polystyrène, béton, plâtre, bois)
-10 Db (Verre, Acier Aluminium)

En résumé, la loi des fréquences énonce que :


 En doublant la fréquence du son,R augmente en moyenne de 4 Db.

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 15


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

 En diminuant de moitié la fréquence,R diminue en moyenne de 4


Db

R (dB) x ms = 200 kg/m2

48 x x ms = 100 kg/m2

44 x x
x ms = 50 kg/m2

40 x x x

36 x x x

32 x x x

28 x x
125 250 500 1000 2000 4000 f (Hz)
Loi expérimentale des fréquences des parois simples

II-2) Indice d’affaiblissement :Influence des ouvertures

Soit le schéma suivant décrivant un mur possédant deux murs ayant deux
ouvertures ayant les caractéristiques suivantes : la surface S et le coefficient de
transmission τ

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 16


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

mur : S1, τ1
S2 , τ2

S3 , τ3

Illustration d’une paroi possédant deux ouvertures

 Détermination du Coefficient de transmission résultant


Au vue de la présence d’ouvertures à l’intérieur des parois, la valeur du coefficient
de transmission est :
∑𝐒𝐢𝛕𝐢
𝝉r=
∑𝐒𝐢

 Détermination de l’indice d’affaiblissement résultant

L'indice d'affaiblissement acoustique correspondant a pour valeur :


𝑺𝟏 𝑺𝟐
Rrésultant= −𝟏𝟎𝒍𝒐𝒈⁡( 10−𝑅1/10 + 𝟏𝟎−𝑹𝟐/𝟏𝟎 +…)
𝑺𝟏+𝑺𝟐+⋯. 𝑺𝟏+𝑺𝟐+⋯..
Exemple

Soit un mur de 12 m2, R = 40 dB(A) (bonne isolation) et une fenêtre de 2 m2, R =


20 Db(A)
Rrésultant = 28 dB(A)

 Caractéristiques des points faibles courants rencontrés dans les parois

▪ Cas des ouvertures


R=0 ⇒ grande chute de Rrésultant

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 17


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

De plus : Sons ≡ billes de diamètres différents


Petites billes ≡ sons aigus (fréquences hautes avec de faibles longueurs d'ondes),
Grosses billes ≡ sons graves (fréquences basses avec de grandes longueurs
d'ondes).
Une ouverture de petite dimension laisse passer les sons aigus et une ouverture
de grande dimension laisse passer tous les sons.

▪ Cas des portes


 Portes isoplanes de 12mm : Rrose ≅ 20 dB(A), mauvais isolement
 Portes massives et palières : Rrose ≅ 30 dB(A), isolement meilleur
 Portes acoustiques : Rrose ≅ 50 dB(A), utilisation spéciale
En prenant en compte l’influence des joints :
 Porte palière sans joints : Rrose = 30 dB(A )
 Porte palière avec joints : Rrose = 38 dB(A )
▪ Cas des fenêtres
Fenêtre = menuiserie + vitrage + joints.
Menuiserie bois ≡ menuiserie aluminium ≡ menuiserie PVC.

Double vitrage (4-6-4) : Rroute = 27 dB(A )


Double vitrage monté sur châssis étanche : Rroute = 33 à 35 dB(A )
Double vitrage monté sur châssis non étanche : Rroute = 20 dB(A )

Double fenêtre : Rroute = 45 dB(A )

Fenêtre simple avec vitrage de 8 mm : Rroute = 31 dB(A )


II-2) Temps de réverbération
Le son comme toutes les ondes se réfléchit sur les parois de la pièce. L’ensemble
de toutes les réflexions successives forme la réverbération. Le temps de

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 18


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

réverbération est le temps nécessaire à un bruit pour décroitre de 60 Db après arrêt


de la source sonore. Elle s’exprime en secondes et permet de caractériser un local.
Il est à noter que plus le local comporte de matériaux absorbants, plus le temps de
réverbération est court. La réglémentation française fixe le temps de réverbération
dit de référence à :
 0.5 s pour les logements
 Pour les salles de sports à partir de la formule To=0.14V1/3 avec v le volume
de la pièce
 En l’absence de toute prescription pour des volumes inférieurs à 50 m3, To
=0.5 s et pour des volumes supérieurs à 50 m3, To= 1s
Le temps de réverbération noté Tr se calcule à partir à partir de la relation de
Sabine :
Tr = 0.16V/A avec
V : volume de la pièce en m3
A : Aire équivalente d’absorption des surfaces en m2(Voir tableau) qui se
calcule au travers de la formule suivante
A=∑ αi⁡Si avec
αi: Coefficient d’absorption du matériau i (Voir Tableau à l’annexe
Si : Surface géométrique recouverte par le matériau i (m2)
Une classification des coefficients d’absorption est disponible :
Matériau Très Absorbant Moyen Réfléchissant Très
absorbant réfléchissant
α supérieur à 0,25 0,15 0,10 inférieur à 0,05
0,4

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 19


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

III) L’isolation acoustique : pratiques et dispositions à prendre en compte

III-1) Normes acoustiques

Deux types de bâtiments sont soumis à des exigences réglementaires en matière


d’acoustique : les bâtiments d’habitation et les locaux scolaires.

III-1-1) Cas des bâtiments d’habitation

En application pour tous les permis de construire déposés depuis le 1 er


janvier 1996, la Nouvelle réglementation acoustique (NRA) est définie par les deux
arrêtés du 28 octobre 1994. Le premier arrêté fixe les caractéristiques acoustiques
des bâtiments d’habitation vis-à-vis des bruits intérieurs au logement. En ce qui
concerne les bruits extérieurs, seul un isolement minimum est donné dans cet arrêté.
Le second arrêté définit les modalités d’application de la réglementation acoustique.

Vis-à-vis du bruit aérien, les objectifs d’isolement acoustique normalisé par


rapport à un bruit rose sont :

Tout local d’un logement Circulation commune


sauf garage privé intérieure

54 dB (A ) 54 dB (A )*
Reception en pièces principales
( chambre, séjour, bureau )

56 dB (A ) 59 dB (A )
Local d’activité
Garage
sauf garage collectif

* valeurs ramenée à 41dB(A) avec une porte palière + éventuellement une porte de
séparation. L’ensemble de ces objectifs est à diminuer de 3dB(A) pour une
réception en cuisine et salle d’eau. La réglémentation fixe aussi :
 Un isolement acoustique normalisé contre les bruits d’espace extérieur(Bruit
routier) DnA,T minimum à obtenir pour les pièces principales et les
REALISE PAR : LE GROUPE N°2 20
L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

cuisines.Cet isolement correspond à la chute du niveau sonore émis en


décibels.
 Un isolement acoustique normalisé aux bruits aériens DnA,T minimum à
obtenir entre différentes pièces (Bruit rose).Cet isolement correspond à la
chute du niveau sonore émis.

Un tableau détaillé plus explicite de ces mesures se retrouvera à l’annexe.

L’isolement normalisé Dn réprésente la valeur en dB(A) de l’isolement entre deux


locaux, pour un temps de réverbération de To de 0.5 secondes.Il existe une relation
entre l’isolement normalisé et la résistance acoustique ou indice d’affaiblissement
acoustique R d’une paroi.

𝑇
Dn = R + 10log⁡
𝑇𝑜
R est toujours supérieur à Dn.Pour le prédimensionnement des structures, on peut
retenir en première approche que :

 Si Dn < 50 Db(A),alors R=Dn+5


 Si Dn est supérieure ou égal à 50 Db(A),alors R=Dn+7

Vis-à-vis du bruit d’impact, les niveaux sonores maximaux dans les pièces
principales doivent être :

Impact sur le sol de tout local extérieur


d’un logement
sauf Dans les pièces principales
– balcon et loggia d’une pièce principale 65 dB (A )
– escalier si un ascensceur est présent
– locaux techniques

Vis-à-vis du bruit des équipements, les niveaux sonores normalisés maximaux à


obtenir sont de :

Dans les pièces principales


30 dB (A )
– VMC
– équipement individuel d’un autre logement
– équipement collectif d’un bâtiment
En cuisine et salle d’eau
35 dB (A )

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 21


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

Vis-à-vis du bruit aérien extérieur, par rapport au bruit route :

– isolement minimum de 30 dB(A)


– isolement déterminé selon l’exposition sonore de la façade

L’arrêté du 30 mai 1996 définit les modalités de classement des


infrastructures de transports terrestres et les isolements acoustiques des bâtiments
d’habitation affectés par le bruit.

L’isolation acoustique des pièces principales et des cuisines, vis-à-vis


des bruits extérieurs des habitations admises dans les zones exposées au bruit des
aérodromes, doit être égale à 35 dB(A) Rose.

III-1-2) Cas des Locaux scolaires

La réglementation relative aux établissements d’enseignement est définie par


l’arrêté du 9 janvier 1995. Cette réglementation, applicable depuis le 10 janvier
1996, vise les écoles maternelles, les écoles élémentaires, les collèges, les lycées,
les universités et les établissements d’enseignement supérieur, d’enseignement
général, technique ou professionnel, public ou privés.

Les principales exigences concernant les éléments architecturaux sont


définies dans les articles suivants de l’arrèté du 9 janvier 1995.
– Article 2 : définition des valeurs d’isolement acoustique normalisé au bruit aérien
des locaux, DnAT, exprimées en dB(A). Ces valeurs sont présentées dans le tableau
ci-après.
– Article 3 : définition du niveau de bruit d’impact normalisé maximal admis, LnAT,
dans les locaux définis à l’article 2 : LnAT ≤ 67 dB(A ).

De plus, une étude spécifique est obligatoire lorsque le local


d’émission est une salle de sport ou un atelier contigu à un local de réception, quel
qu’il soit, sauf s’il s’agit d’un atelier, d’une salle à manger, ou d’un local d’activités
pratiques.

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 22


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

– Article
5 : les valeurs d’isolement acoustique des locaux définis à l’article 2 vis à-
vis des bruits des transports terrestres sont les mêmes que celles imposées aux
bâtiments d’habitation. En fonction de l’exposition du local aux bruits des
aérodromes, les valeurs d’isolement à respecter sont les suivantes : 35 dB(A), 40
dB(A) ou 47 dB(A )

Exigences en matière d’isolement acoustique aux bruits aériens entre locaux scolaires

DnATexprimées en dB(A)

Local de réception

Locaux d’enseignement,
Local d’émission activités pratiques, Salle à manger,
bibliothèque, CDI, salles de musique, Salle de repos salle
locaux médicaux, atelier calme, polyvalente
administration

Locaux d’enseignement, atelier calme,


administration, salle d’exercice 44 (1) 52 (2) 40
des écoles maternelles

Activités pratiques, salles de jeux des


écoles maternelles, salles de musique,
cuisine, locaux de rassemblement, 52 52 (3) 52 (3)
salles de réunion, sanitaires

Salle à manger, salle polyvalente,


salle de sport 52 52 –

Cages d’escalier 44 52 –

Circulation horizontale 28 40 28

Locaux médicaux 44 44 44

Ateliers bruyants (LnAT supérieur à 85


56 (4) 56
dB(A))

(1) Un isolement de 42 dB(A) est admis en cas de porte de communication. (2) À


l’exception de la salle d’exercice attachée à la salle de repos. (3) À l’exception de
la cuisine ouverte sur la salle à manger. (4) Étude spécifique à prévoir.

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 23


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

III-1-3) Limitation des bruits de façade

Les limites de bruit en façade sont maintenant fixées de façon différenciée,


selon la nature des espaces traversés et des bâtiments rencontrés, mais également de
la qualité de l’ambiance sonore qui existe sur la voie ou existerait sur la voie
nouvelle.

Limites admissibles de bruit en façade, LAeq, selon l’arrêté du 5 mai 1995

LAeq (6 h-22 h) LAeq (22 h-6 h)


Établissement de 60 dB(A) 55 dB( A )
soins et d’action
sociale
Établissement d’enseignement
à l’exclusion des ateliers 60 dB(A) –
bruyants et des locaux
sportifs
Logements en zone
d’ambiance
sonore modérée 60 dB(A) 55 dB( A )

Autres logements 65 dB(A) 60 dB( A )

Locaux de bureaux 65 dB(A) –

III-2) Solutions techniques

En plus des dispositions constructives établies dans la règlémentation, de


nombreuses solutions techniques sont proposées afin d’obtenir une bonne isolation
acoustique.

III-2-1) Isolations aux bruits aériens

 Isolation aux bruits extérieurs


Utiliser :
o Des facades lourdes (Loi de Masse)
REALISE PAR : LE GROUPE N°2 24
L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

o Des fenêtres isolantes (Double vitrage)


o Des Entrées d’air traitées acoustiquement
 Isolation aux bruits intérieurs

Réaliser :
o Des parois massives (loi de Masse)
o Des murs possédant des joints acoustiques traversant les canalisations.
o Des parois doubles.Les parois doubles se composent de deux plaques de
parement minimum entre lesquelles on place un isolant.Elles fonctionnent
comme deux masses reliées par un ressort et possédant une fréquence
critique pour laquelle leur isolation acoustique chute de façon importante.

III-2-2) Isolation aux bruits d’impact (Bruits de pas)

Il faut :
o Mettre en place un revêtement absorbant sur le plancher ( Présence de
carreaux, Moquette,etc …….)
o Réaliser un plancher flottant

III-2-3) Isolation aux bruits d’équipements

Les bruits d’équipements concernent les bruits de robinetterie, de canalisation, de


ventilation, de chaufferie, d’ascenseur.
Il faut :
o Augmenter les sections de canalisation afin de diminuer la vitesse du fluide
et donc le bruit
o Mettre en place des dispositifs anti-coup de bélier(fermeture lente des
robinets)
o Choisir des équipements silencieux (Lw, niveau de puissance le plus bas) et
désolidariser leurs fixations des parois rigides.Il est important de choisir leur
emplacement de manière judicieuse tout comme leur mode d’accroche : ne
pas les adosser à des zones sensibles(chambres), ne pas les fixer sur des
cloisons légères.
o Utiliser des faux-plafonds

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 25


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

Aussi à l’ensemble de toutes les solutions techniques énoncées afin d’isoler le


bâtiment contre les différents types de bruits,nous pouvons ajouter en
complément :
- L’analyse de l’environnement sonore de la part du concepteur du projet
autour de la parcelle ou sera érigé l’édifice (Proximité du voisinage, zone
bruyante)
- Orienter les locaux sensibles y compris les baies dans le bâtiment (cas des
chambres) en fonction des sources de bruit existantes. Les locaux dont
l’occupation est la plus soutenue doivent être placés du coté de la facade
calme.
- Utiliser des revêtements en facade (Carreaux, Peinture, etc…..) qui
améliorent l’isolation acoustique.

- Lors de la réalisation de l’ouvrage, effectuer un contrôle régulier afin


d’éviter ou de limiter les brèches, trous ou failles dans les murs. Ces
défaillances peuvenet devenir des ponts phoniques.

- Limiter le nombre de facades exposées au bruit.

- Lors de la conception des locaux, utiliser des volumes tampons (Sas, pièce
de service, de circulation, dégagement etc…….) notamment pour séparer
l’évolution du son entre des pieces bruyantes et des pièces calmes.

- Eviter la contiguïté horizontale ou verticale entre locaux calmes et locaux


bruyants surtout lorsque l’utilisation de ces deux est très fréquente.

- Dans le cas où il existe une proximité entre les locaux calmes et les locaux
bruyants, il est conseillé d’augmenter le volume de la pièce de réception du
son. L’inverse c’est-à-dire d’augmenter le volume du local d’émission
n’améliore aucunement l’isolement acoustique entre ces deux types e locaux

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 26


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

CONCLUSION

Au terme de ce document, nous pouvons affirmer que l’isolation


acoustique est un domaine dont la connaissance et la maîtrise est nécessaire pour
l’ingénieur génie civil dans la conception d’un projet de construction.
En effet, celle-ci malgré qu’elle fasse partie du second œuvre qui est
souvent négligée par les constructeurs, permet à l’ingénieur de réaliser l’un des
objectifs les plus importants lors de l’édification d’un ouvrage qui est d’assurer au
mieux le bien-être des personnes qui vont y résider.
Par conséquent, il est important de prendre en compte l’ensemble des
prescriptions et dispositions constructives liées à ce domaine afin de réaliser des
ouvrages qui sont structurellement stables, tout en possédant un certain confort.

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 27


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

BIBLIOGRAPHIE

 J.M Huisson.Etude des Structures en Béton (Bael 91 Modifiée 99).Editions


Casteilla.2001.Paris, 235 pages.

 Introduction à l’isolation Acoustique du bâtiment. Les essentiels de l’habitat.


Laboratoire St Gobain.Paris.Editions 2012.32 pages.

 F.Kuznik,G.Krauss, R.Yezou.Cours d’acoustique du bâtiment de 4ème année.


Département de génie civil et d’Urbanisme.INSA lyon. 2009.102 pages.

 Memento technique du Bâtiment. Le confort acoustique.Editions


CERTU.Juillet 2002.Paris.22pages

 HAMAYON, L.: Guide acoustique pour la conception des bâtiments


d'habitation, Le Moniteur, Paris,1982.180 pages

 G.Bérubé. Lien entre l’isolation acoustique et l’isolation thermique Editions


Casteilla.2003.Paris.96 pages.

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 28


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

ANNEXES

ANNEXES

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 29


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

Type de Bruit Local Remarques Objectifs


d’émission
ISOLEMENT NORMALISE –Dn A 0.5 – Db(A) Pièce Cuisine/Salle
principale d’eau
Logement Sauf garage individuel
autre que le 53 50
logement de
réception
Garage Individuel ou collectif 55 52

Local Sauf garage collectif 58 55


Bruit rose d’activité
Bruits Circulation Présence d’une porte palière 40 37
aériens commune
intérieure au Autres cas 53 50
bâtiment
Bruit routier Espace
extérieur 30 30

Niveau de pression acoustique normalisé- LnAT

Al’exception :Balcon,loggias
non situés immédiatement
au-dessus d’une pièce
Tous locaux principale,
Chocs Machine à extérieurs au Escalier si un ascenseur
chocs local de dessert le bâtiment,
réception Locaux techniques 58 Pas d’exigences

Pièce Chauffage 35 50
Mesures faites principale et
à l’intérieur du cuisine
Equipements logement fermée
d’émission
Chauffage 40 Pas d’exigences

Cuisine
ouverte
VMC Individuels ou collectifs 30 35

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 30


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

Aire d’absorption équivalente A m2

L’aire d’absorption équivalente


A = S x aw Sauf des revêtements absorbants
Ou S désigne la surface du Les halls d’entrée et circulations communes disposés dans les circulations
revêtement absorbant et aw sur lesquels ne donne ni logement ni loge de communes intérieures au
son indice d’évaluation de gardien, bâtiment doit représenter au
l’absorption Les circulations ayant une face libre, moins le quart de la surface au
Les escaliers encloisonnées et les ascenseurs sol de ces circulations

Tableau 0 : Caractéristiques acoustiques des bâtiments d’habitation

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 31


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

Tableau 1 : Coefficients d’absorption des surfaces couvertes par différents éléments

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 32


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

Fréquences (Hz) 125 250 500 1000 2000 4000


0.5 m² /personne assise sur une chaise 0.08 0.16 0.25 0.32 0.33 0.34
en bois
Personnes
1 m² /personne assise sur une chaise en 0.18 0.26 0.55 0.68 0.78 0.78
bois
6 m² / personne 0.12 0.18 0.35 0.56 0.68 0.74

7 m² /personne debout 0.12 0.19 0.42 0.66 0.86 0.94

Chaise pliante en bois non occupée 0.02 0.02 0.02 0.04 0.04 0.03

Siège capitonné simple avec tissu 0.15 0.25 0.30 0.35 0.40 0.40
sièges

Siège capitonné simple avec cuir 0.05 0.15 0.20 0.10 0.03 0.03

Siège de théâtre pliant 0.25 0.30 0.30 0.30 0.30 0.30

Musicien avec son instrument (1.1 m² / 0.16 0.42 0.87 1.07 1.04 0.94
personne)
Musicien avec son instrument (2.3 m² / 0.03 0.13 0.43 0.70 0.86 0.99
Divers
personne)
Chanteur du chœur 0.15 0.30 0.40 0.45 0.45 0.55

Elèves dans salle de cours avec table en 0.14 0.20 0.32 0.54 0.58 0.70
bois (3 m² / personne)
Tableau 2: Aire d’absorption équivalente de divers éléments en m2

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 33


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

Matériau Epaisseur (m) m’ en kg/m² Rw en dB RA en dB RA,tr en dB


0.10 235 48 47 42
0.12 280 51 50 45
0.14 330 54 52 48
0.15 350 55 53 49
0.16 375 57 55 51
0.17 400 58 56 52
0.18 423 59 57 53

Béton
0.19 445 60 58 54
0.20 470 60 59 54
0.21 495 61 60 55
0.22 515 62 61 56
0.23 540 63 61 57
0.24 565 64 63 58
0.25 590 65 63 59
Dalle alvéolée 160 U nue 0.16 283 56 54 50
Dalle alvéolée 265W nue 0.265 350 59 58 55
Dalle alvéolée 200W+0.08 0.28 430 64 63 59
Dalle alvéolée 265W+0.06 0.325 500 63 62 58
0.15 110 40 39 36

Blocs de béton cellulaire 0.20 145 44 43 41


0.25 180 48 47 44
0.10 150 43 42 40
0.125 185 45 44 42

Blocs de béton creux 0.15 220 48 47 45


0.175 250 52 51 48
0.20 275 55 54 51
0.10 240 50 49 46

Blocs de béton pleins


0.125 285 53 52 49
Blocs de béton plein ou pleins 0.15 330 56 55 51
perforés 0.20 420 62 61 57
0.15 250 51 50 45

Blocs pleins de béton léger


0.20 310 54 53 49
0.15 200 46 45 42

Briques creuses
0.20 250 52 51 49

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 34


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

Briques perforées 0.22 330 55 54 51


0.11 210 45 44 42

Briques pleines
0.22 410 59 58 55
0.05 60 32 32 31

Briques plâtrières
0.07 70 34 34 32
0.05 50 32 32 30

Carreaux de plâtre 0.07 70 35 34 33


0.10 100 38 37 35

Matériau Epaisseur (m) m’ en kg/m² Rw en dB RA en dB RA,tr en dB

0.001 8 32

Tôle d'acier 0.0035 28 39

0.007 55 35

0.0005 1 19

Tôle d'aluminium 0.002 5 24

0.0095 9 29

0.0125 11 30
Plaques de plâtre
0.018 16 31

Tableau 3 : Indices d’affaiblissement acoustique de parois simples

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 35


L’ISOLATION ACOUSTIQUE DES BATIMENTS

Matériaux Masse Volumique Célérité Fréquence Facteur de perte


Longitudinale critique unitaire
Béton cellulaire 600 1900 3400 0.015
Béton léger 1300 1800 3600 0.012

Béton lourd 2300 3300 2000 0.005 à 0.002

Brique 1800 à 2000 1800 à 2000 1800 à 2000 0.01 à 0.02

Plâtre 1000 1500 4000 0.005 à 0.01


Platre alvéolée 650 2100 3000 0.005 à 0.03

Platre cartonné 1200 2500 2600 0.005 à 0.01

Tableau 4 : Fréquence critique unitaire de quelques matériaux

REALISE PAR : LE GROUPE N°2 36