Vous êtes sur la page 1sur 6

Université 20 Aout 1955 Skikda

Département informatique L3 ISIL

Réalisé par : LECHEHEB HAYETTE

Novembre 2018
1
INTRODUCTION

L’aide à la décision est une approche scientifique des problèmes de décision qui se posent
dans tout contexte socio-économique, Il ya deux acteurs principaux dans le processus
d’aide à la décision : le décideur dont les préférences sont censées régir le processus
décisionnel et l’homme d’étude qui intervient pour d’établir un système de préférences, de
définir le modèle d’aide à la décision et l’exploiter a fin d’obtenir des recommandation.

Aide multicritère à la décision :


L’aide a la décision est l’activité de celui qui s’appui sur un modele claire est explicité
pour agir une action bien déterminer.

Une très grande partie des problèmes de décision se caractérise par la diversité des points
de vue qui sont souvent contradictoires et qui mesurent des choses de nature différente.

Dans le cas de méthode Electre I,on utilise le système décisionnel est appliquer un model
et résoudre son problème.

METHODE ELECTRE I :
La méthode Electre I proposée par (Roy, 1968), est préconisée pour répondre à une
problématique de choix Pa.Cette méthode permet d’identifier le sous-ensemble d’actions
offrant le meilleur compromis possible. Souvent utilisée dans le choix de projets
concurrents, afin d’identifier le sous-ensemble de projets le plus performant sur la base de
critères considères, Dans le cas de la méthode Electre I, on définit de vrais-critéres, on
retrouve également une notion de concours dans cette méthode ; retenir les meilleurs.

On considère un ensemble Ade m action, qui représentent l’objet de la décision, dont le


but est d’identifier un sous-ensemble d’actions offrant un meilleur compromis parmi
l’ensemble de départ. On définit pour chaque critère un fonction d’évaluation g ;(ou j=1à
n, dont n est le nombre de critères), pour chaque critère, on évalue un poids Kj .qui
augmente avec l’importance du critère.

2
L’indice de concordance pour deux actions a et b noté par C(a,b),compris entre 1 et 0, il
mesure la pertinence de l’assertion « a surclasse b » ,comme suit :

C(a,b)=∑KJ ∕ K K+∑jn =1K

Vj=g j(a) ≥ gj (b)

L’indice de discordance D(a,b) est défini par :

D(a,b)

0 si Vj ,gj (a) ≥ gj (b)

1 ∕ ∂ max[gj (b) – gj (a)]

Avec ∂ est la déférence maximale entre le même critère pour deux actions données.

La relation de sur-classement pour Electre I est construite par la comparaison des indices
de concordance et de discordance à des seuils limites de concordance ĉ et de discordance â

Ainsi, a surclasse b, si :

a s b <=> C(a,b) ≥ ĉ et D(a,b) ≥ â

Etude de cas :

Informatisation de la méthode multicritères ELECTRE I

On considère le problème de décision multicritère qui consiste a proposer aux patients


d’une clinique dentaire des produits pour le plombage des dents. Les types de plombage
retenus on reçu les notations sur 20 en fonction des critères retenus par la clinique.

3
Tableau de performance :

Type de produit Résistance Prix Esthétique Allergie


Inlays-onlays 12 10 12 1
Amalgame 15 8 10 0

Composites de résine 13 8 15 1

Céramique 17 15 18 0

Poids 3 5 3 4

Les critères sont :


Inlays-onlays – amalgama – composites de résine – céramique – poids

Les actions sont :


Resistance - prix – esthétique – allergie

Matrice de concordance :

En appliquant la règle de calculer la concordance pour chaque couple (AJ ,Aj)

A1 A2 A3 A4

A1 0.8 0.6 0.26

A2 0.2 0.53 0

A3 0.73 0.8 0.26

A4 0.73 0.73 0.73

4
Matrice de discordance:

En appliquant la règle de calculer la discordance pour chaque couple D (AJ ?AJ) la valeur
∂=8

A1 A2 A3 A4
A1 0.37 0.37 0.75
A2 0.25 0.62 1

A3 0.25 0.25 0.87

A4 0.12 0 0.12

Le sur-classement :
En considérant :

ĉ =1 et â=0

A4 S A2 et A2 S A4

Graphe de sur-classement :

A4 A2 A1 A3

5
6