Vous êtes sur la page 1sur 10

I.

BUT DU TP :
-Etude des régissant le transfert de chaleur par conduction en régime stationnaire dans le cas
monodimensionnel
-Détermination de conductibilité thermique d’un matériau.

II. INTRODUCTION :
La chaleur est une forme d’énergie qui s’écoule sous l’effet d’une différence de

température des hautes vers les basses températures. La chaleur pénètre, comme la

gravité, toutes les substances de l’univers et concourt à tous ses phénomènes. L’unité

de la chaleur dans le système international est le joule(J).

Le transfert de chaleur représente l’un des modes les plus communs d‘échange

d’énergie. C’est un phénomène que l’on trouve dans de nombreux secteurs de

l’industries et dans notre vie quotidienne. Les ingénieurs et les techniciens se trouvent

confr
UNIVERSITE BADJI MOKHTAR ANNABA

DEPARTEMENT GENIE DES PROCEDES


PARCOURS : 3Eme LISENCE

TP : 1
Groupe
Conduction thermique
L’étudiantes : λ
ontés à ce genre de problème ; et essayent de maximiser ou de minimiser ce

phénomène selon les besoins de l’industrie etdans le souci d’économiser cette énergie

qui revient chère. De ce fait, les transferts thermiques ont, aussi bien dans le domaine

des sciences pures que dans celui des applications technologiques, un rôle souvent

essentiel. Ce rôle devient même déterminant lorsqu’il est à l’ origine des techniques

utilisées, exemple : (échangeurs, moteurs thermiques, calorifugeage, isolation

thermique……etc.).

III. PARTIE THEORIQUE :


1- Quelque définitions :
La conduction thermique :

est un mode de transfert thermique provoqué par une différence de température entre deux régions
d'un même milieu, ou entre deux milieux en contact, et se réalisant sans déplacement global de
matière1 (à l'échelle macroscopique).

La conduction thermique est un phénomène de transport de l'énergie interne dû à une hétérogénéité de


l'agitation moléculaire2. C'est donc un phénomène irréversible. Dans les fluides (liquides et gaz) ce
transport d'énergie résulte de la non uniformité du nombre de chocs par unité de volume, de façon
analogue au phénomène de diffusion2. Dans les solides, la conduction thermique est assurée
conjointement par les électrons de conduction et les vibrations du réseau cristallin (phonons).

Loi de Fourier (1807) :

Expérimentalement : si les variations de températures ne sont pas trop importantes, on rend compte
localement des phénomènes de conduction de la chaleur par la loi de Fourier, à savoir le

vecteurdensité de flux de chaleur est égal à :

pour un milieu isotrope

 est appelée conductivité thermique du milieu et traduit l’aptitude à conduire la chaleur.

La densité de flux de chaleur  dans une direction caractérisée par un vecteur unitaire est :

Dans le système MKSA, la densité de flux de chaleur  se mesure en W m-2 et la conductivité


thermique  en W.m-1.K-1 .

Conduction en régime stationnaire

On définit un régime permanent (ou stationnaire) quand les températures ne dépendent pas du temps.
La température ne dépend plus que de la disposition du point où l'on effectue la mesure et plus du
temps.
Champ de température ou Profil de température :

Les transferts d’énergie sont déterminés à partir de l’évolution dans l’espace et dans le
temps de la température : T = f (x,y,z,t). Lavaleur instantanée de la température en
tout point de l’espace est un scalaire appelé champ de température. Nous
distinguerons deux cas :
- Champ de température indépendant du temps : le régime est dit permanent ou
stationnaire.
- Evolution du champ de température avec le temps : le régime est dit variable ou
transitoire.
Source interne :
Une source interne est définie par la puissance thermique p qu’elle produit par unité
de volume du milieu. Dans le cas général, p est fonction de la position du point, de la
température est du temps : p(M,T,t).
Les cas particuliers les plus fréquents sont :
* p= A0e
-αT
où A0et α désignent des constantes c’est le cas des réactions
chimiques.
*p=A(M,t) + B(M,t) où p est une fonction linéaire de la température T. Ce dernier
cas correspond à une production dechaleur par effet joule.

Flux et densité de flux thermique :

Soit un plancher chauffé de manière uniforme sur toute sa surface S.


Soit dQ la quantité de chaleur échangée entre ce planché chauffant et l’air ambiant
pendant le temps (dt). On appelle :
• Flux thermique : La puissance échangée par la surface S
Ø= dQ / dt[Ø] = J/ s ou Watt.
• Densité de flux thermique: La puissance échangée par une surface unité de
ce planché.
ϕ = dØ / dS = dQ/ Sdt[ϕ] = Watt / m

Les laitons :

sont des alliages composés essentiellement de cuivre et de zinc1, aux proportions variables.
Selon les propriétés visées, ils peuvent contenir d'autres éléments d'addition comme le plomb, l'étain,
le nickel, le chrome et le magnésium. Ce sont des alliages amagnétiques. La corrosion atmosphérique
fait apparaître à la surface du laiton, une couche appelée vert-de-gris.

Les laitons sont parfois improprement appelés cuivre jaune. Selon leurs compositions, ils peuvent être
appelés : tombac, archal, bronze florentin (ou bronze vénitien), similor ou pinchbeck. Par exemple, le
bronze florentin (ou bronze vénitien) est composé de 85 % de cuivre et 15 % de zinc.

IV. PARTIE EXPERIMENTAL :

1-Mode opératoire :
-Considérons une barre cylindrique limitée par deux sections terminales (réchauffeur-refroidisseur)
dont les températures sont T1 et T9. Examinons le profile de température le long de la barre
cylindrique dans laquelle la propagation de la chaleur s’effectue dans une direction parallèle a l’axe
de cette barre ,revient a suivre la variation de température pour plusieurs sections dont les
températures sont T1,T2,T3,………….ET T9.Ces points de mesure sont numérotés de gauche a droite
et la distance d’un point de mesure au point suivant est toujours de 10mm.

Dans cette manipulation, on procède suivante :

-monter l’élément d’essai n°1 et régler le débit d’eau de refroidisseur (un débit faible mais constant).

-mettre l’appareil en marche et régler le puissance sur l’appareil de commande et d’affichage pour des
valeurs de 10, 20,30, et 40 watts aux essais A, B, Cet D .

-lorsque l’état de conduction thermique est stationnaire, c’est-à-dire quand les températures aux
différents points de mesure sont stables et n’évoluent plus, relever les indications des différents points
de mesure (utilisation du bouton de sélection) et de la puissance électrique de la source de chaleur
affichée.

2- Les tableaux et les courbes avec la réponse des questions :


Essai Puisance T1(C°) T2(C°) T3(C°) T4(C°) T5(C°) T6(C°) T7(C°) T8(C°) T9(C°)
(w) 0mm 10mm 20mm 30mm 40 mm 50 mm 60 mm 70 mm 80 mm

A 5 30.3 28.1 28 24.5 23.9 22 21.1


B 10 41.1 37.6 37.1 30.1 28.8 25.7 23.1
C 15 49 44.9 44.1 34.6 38.8 28.8 25.1
D 20 56.1 54.8 50.9 39.2 38.5 33.1 27.9

a-traçage de le profil de température pour chaque essai :

Essai n°1

T (C°) 30.3 28.1 28 24.5 23.9 22 21.1

x (mm) 0 10 20 40 50 60 80
60

50

40
x(mm)
30 y = -0.3812x + 57.089
T(c°)
R² = 0.9789
20 Linear (T(c°))

10

0
0 20 40 60 80 100
T(C°)

y = -0.122x + 29,99
R² = 0,961 d’où R= 0.890

Essai n°2
T (C°) 41.1 37.6 37.1 30.1 28.8 25.7 23.1

x (mm) 0 10 20 40 50 60 80
60

50

40
Axis Title
30 y = -0.3812x + 57.089
Series1
R² = 0.9789
20 Linear (Series1)

10

0
0 20 40 60 80 100
Axis Title

y = -0,232x + 40.56
R² = 0,979 d’où R= 0.989

Essai n°3

T (C°) 49 44.9 44.1 34.6 38.8 28.8 25.1

x (mm) 0 10 20 40 50 60 80

60

50

40
x(mm)

30 y = -0.3812x + 57.089
T(c°)
R² = 0.9789
20 Linear (T(c°))

10

0
0 20 40 60 80 100
T(c°)

y = -0,296x + 48.89
R² = 0,923 d’où R= 0.960

Essai n°4
T (C°) 56.1 54.8 50.9 39.2 38.5 33.1 27.9

x (mm) 0 10 20 40 50 60 80

60

50

40
x(mm)

30 y = -0.3812x + 57.089
T(c°)
R² = 0.9789
20 Linear (T(c°))

10

0
0 20 40 60 80 100
T(c°)

y = -0.381x + 57.08
R² = 0,978 d’où R=0.988

b-détermination graphiquement la conductivité thermique (λ) du laiton :

Q =- λ A d T / dx donc :Q/λ A =-d T /dx ( la pente du graphe)

On calcule la valeur de A

A = 2𝝅r2 = 2(3,14)(12 ,5×10-3)2 =0 ,00098m2

Pour Q =5

- d T / d x = (30.3-21.1) / (0-0,08) = -115 w/ C°. m

P =-λ A =Q/(d T/d x) =(10-5)/(115-225) =0.045

λ =Q/A.P

λ =0.045/(0,9.10-3) =50 w/ C°.m

Pour Q =10 w

- d T / d x = (41.1-23.1) / (0-0,08) = -225 w/ C°. m

P =-λ A =Q/(d T/d x) =(15-10)/(225-298.75) =0.067

λ =Q/A.P

λ =0.067/(0,9.10-3) =74.444 w/ C°.m

Pour Q =15 w
- d T / d x = (49-25.1) / (0-0,08) = -298.75 w/ C°. m

P =-λ A =Q/(d T/d x) =(20-15)/(298.75-352.5) =0.093

λ =Q/A.P

λ =0.093/(0,9.10-3) =103.333w/ C°.m

Pour Q =20w

- d T / d x = (56.1-27.9) / (0-0,08) = -352.5 w/ C°. m

c- Détermination de la coonductivité thermique avec la relation de Fourier :

Relation de Fourier (conduction axial) :

Q = - λ A d T/ d x ou ;

A : la section perpendiculaire a l’écoulement du flux

λ : conduction thermique du métal utilisé (le laiton)

T : la température relative a la longueur x

X : la longueur du barreau métallique

Q : le flux de chaleur

Pour : Q=10W λ =(Q/A)/(d T/d x) =(5/0,9.10-3)/115 =48.309 w/C°.m

Pour : Q=20W λ =49.382 w/C°.m

Pour : Q=30W λ =55.783 w/C°.m

Pour : Q=40W λ= 63.041 w/C°.m

Les valeurs pratique de λ (conductivité du laiton) sont relativement proche de la valeur théorique qui
est de 80,80 w/°K .m.

Les incertitudes sont à couse de le mauvais matériel et plus au moins notre lecture

d- les facteurs influent sur le profil de température :

-Effets géométrique

-Contraintes et déformations

-Changement de phases

-Effetsthermoélectrique

-Effets thermo optiques

V. CONCLUSION :
Dans ce TP :
- on a appliquée la loi de Fourier pour la conduction axial,
- on a déterminé le profile de température sur la longueur du cylindre
- on a obtenu une droite décroissante qui ne passe pas de origine de la forme ax+b
- le λ pratique qu’on a déterminé grâce à la courbe est assez proche de la valeur λ théorique.