Vous êtes sur la page 1sur 2

Casablanca Finance City, hub financier d’excellence, constitue l’une

des meilleures places financières d’Afrique en termes d’attractivité et


d’investissement étranger, a affirmé mercredi à New York, Xavier
Reille, Directeur Maghreb de la Société Financière internationale
(SFI), bras financier du Groupe de la Banque Mondiale.

"Le Maroc est l’un des rares pays d’Afrique du Nord qui a un “investment
grade”, un des pays les mieux placés dans le rapport Doing Business de la
Banque mondiale, et qui a un bon cadre d’investissement, avec une
réglementation bancaire très performante", a relevé M. Reille, dans un
entretien à la MAP, en marge de sa participation à la conférence "Le Maroc,
une passerelle vers l'Afrique" (Morocco, A Gateway to Africa) organisée au
"Citi Executive Conference Centre" à New York.

Cette conférence, a-t-il estimé, est "très importante car elle démontre que le
Maroc constitue déjà une passerelle d’entrée vers l’Afrique". Elle est
importante aussi pour se faire connaitre auprès des investisseurs
institutionnels, et de mettre en avant les atouts de la place financière du
Maroc, "qui en terme d’attractivité et d’investissements étrangers, est l’une
des meilleures d’Afrique".

"Aider les champions industriels marocains et les PME”

"Tout cela rentre dans l’oreille des investisseurs et aide à accroitre


l’investissement institutionnel au Maroc et donner ainsi un boost à
l’économie, tout en facilitant l’intégration entre l’économie marocaine et
l’économie africaine", a expliqué le responsable de la SFI.

Evoquant, par ailleurs, la stratégie de la Société Financière Internationale


pour le Maroc, M. Reille a souligné que cette stratégie vise justement à "aider
les champions industriels marocains mais aussi les PME marocaines à
conquérir les marchés africains".

"Il s’agit de l’un des trois grands piliers de notre stratégie. Car on pense
qu’au Maroc, la PME est le chainon manquant de l’économie, qu’il faut aider",
a-t-il expliqué, notant que ce qui aide réellement à créer de la croissance et
de l’emploi dans une économie est le fait d’avoir un secteur des PME
dynamique.

"Par conséquent, nous allons mettre le paquet sur l’aide aux PME marocaines,
y compris pour exporter vers l’extérieur", a-t-il assuré.

Organisée à l’initiative de la Bourse de Casablanca, en partenariat avec la


Banque américaine Citi, et l'Ambassade du Royaume du Maroc aux Etats-
Unis, cette importante conférence a réuni des gestionnaires de fonds et des
hauts dirigeants d'entreprises marocaines cotées en bourse, ainsi que
plusieurs responsables marocains, qui ont mis l’accent sur les atouts
économiques et financiers du Royaume et les opportunités qu’il offre aux
investisseurs étrangers, notamment ceux cherchant à élargir leur champ
d’activité en Afrique.
Opportunités d'investissement

Cette rencontre, tenue au prestigieux "Citi Executive Conference Centre" à


Manhattan, a permis de fournir un aperçu global de l'économie marocaine et
de ses derniers développements et mis la lumière sur les opportunités
d'investissement offertes par le Maroc, non seulement en tant que hub
industriel compétitif mais aussi en tant que passerelle vers l'Afrique.

La rencontre s’est déclinée en trois tables rondes ayant pour thèmes "Le
Maroc à la croisée des chemins de la croissance et du développement", "Le
Maroc, un hub financier régional", et "La finance verte", suivies de
discussions avec les présidents et PDG de grandes entreprises marocaines et
d'autres institutions.