Vous êtes sur la page 1sur 5

CORRIGE TYPE HISTO-GEO DU BAC II 2018

SESSION NORMALE
SUJET I
HISTOIRE (12pts)
Texte : La nationalisation du Canal de suez
C1 :2pts 1- Nature : extrait de discours, prononcé le 26 juillet 1956 à Alexandrie ; Auteur : NASSER, Président
(0,5ptx4) égyptien de 1954 à 1969 ; CG : Guerre Froide/relations internationales après 1945/Division du monde en
deux blocs et naissance du Tiers-Monde ; CP : Crise de Suez/Raisons de la nationalisation du Canal de Suez.
2- Explication : « Un État qui vivait à l’intérieur de notre Etat » : la compagnie universelle internationale du
C2 :1,5pt
Canal de Suez située en terre égyptienne était entre les mains des Franco-britanniques et échappait au contrôle
(0,5ptx3)
de l’État égyptien (gestion autonome franco-britannique). (0,5pt)
 Les impérialistes sont : la France et la Grande Bretagne qui contrôlent et exploitent le Canal de Suez. (0,5pt x 2)

C3 :1,5pt 3- a/ Les raisons qui ont poussé Nasser à nationaliser le Canal de Suez :
(0,5ptx3) - L’affranchissement du néocolonialisme franco-britannique (détruire les traces de l’occupation et de l’exploitation
de l’Égypte par les puissances étrangères puis restaurer la souveraineté de l’Egypte sur le canal de Suez) ;
- Le refus des puissances occidentales d’accorder du crédit à l’Egypte pour réaliser son projet de construction d’un
Barrage à Assouan ;
- La nationalisation procurerait les fonds nécessaires à l’Egypte pour financer ce projet de Barrage ;
- Honneur à la mémoire des Égyptiens morts pendant le creusement du Canal. Il a été creusé par 120 000 Égyptiens
qui ont trouvé la mort dans l’exécution des travaux ;
- Nasser juge que les fonds investis par les puissances étrangères ont été déjà amortis ;
C4 :1pt b/ Les conséquences de la nationalisation selon Nasser :
(1ptx1) - L’indépendance politique et économique de l’Egypte.
- -Un bloc contre tout agresseur et contre les complots des impérialistes
- La gestion du canal par les Égyptiens…

C5 :2pts 4- Les protagonistes de la crise de suez ou opération « Kadesh » :


(1ptx2) L’Égypte, la Grande Bretagne, la France, l’Israël, l’URSS, les USA, l’ONU.
5- La position des Etats Unis et de l’URSS :
C6 :2pts
La position des États-Unis : ils reconnaissent la France et la Grande Bretagne comme agresseurs et exercent
(1ptx2)
une forte pression financière sur elles afin qu’elles se retirent de l’Égypte ;
La position de l’URSS : elle prend parti pour son Allié (Nasser) et menace Paris et Londres de bombardement
atomique.
 Les conséquences de la crise pour les protagonistes : (0,5pt x 3) + 0,5 pt pour la forme
C7 :2pts
Pour l’Égypte : Victoire politique ou triomphe personnelle de Nasser/ maintien de la nationalisation du Canal
(0,5ptx4)
de Suez/Hausse du prestige de Nasser dans le Tiers Monde.
Pour la France et la Grande Bretagne : échec diplomatique (plusieurs états arabes rompent leurs relations
diplomatiques avec la France et la Grande Bretagne) / perte de prestige auprès des pays arabes et dans l’ensemble du
Tiers-Monde / fragilisation du bloc capitaliste.
Pour l’Israël : il sort gagnant de la crise avec l’envoi des casques bleus à sa frontière avec l’Egypte pour assurer sa
sécurité / libre circulation dans le Golfe d’Akaba
Pour les USA et l’URSS : ils gagnent en prestige dans le Tiers monde et surtout dans le monde arabe / une alliance
contre-nature pour le rapprochement des Deux Grands en pleine Guerre Froide / USA et URSS prennent la place des
Européens au Moyen-Orient.
Pour l’ONU : elle gagne en confiance comme organisation de maintien de la paix dans le monde.
GEOGRAPHIE (08pts)

C8 :0,5pt Introduction : Situé en Afrique occidentale humide et côtière, le Togo est un pays essentiellement agricole.
Cette agriculture bénéficie des atouts naturels. Dans quelles conditions ces éléments naturels peuvent-elles également
constituer un frein à son épanouissement ?
Corps du devoir.
C9 :4pts I- Les atouts du milieu naturel pour l’agriculture
(1ptx4)  Le relief : Peu accidenté, présence de vastes plaines et plateaux cultivables (plaines de l’Oti, du Mono),
 Le climat : climat diversifié (climats guinéen et soudanien, microclimat) qui favorise une variété de
cultures, abondance de pluies
 Les sols : sols variés qui favorisent une variété de cultures (sols hydromorphes, terre de barre, argiles
noires vertisols, ...), sols fertiles (60% des sols sont relativement fertiles)
 La végétation : la couverture végétale plus ou moins fournie, favorise la pluie ; la présence de la savane
favorise la pratique de l’élevage.
 L’hydrographie : le Togo est drainé par de nombreux cours, qui facilitent l’Irrigation et la pêche.
II- Les freins du milieu naturel pour l’agriculture
C10 :2pts  Un relief accidenté par endroit avec des pentes raides impropres à l’agriculture,
(1ptx2)  Les caprices du climat très fréquents : pluies tardives, irrégulières ou mal réparties ; sécheresse
prolongée, les inondations, la durée de la saison sèche qui contraint les paysans à une jachère climatique,
 L’érosion qui dégrade les sols,
 40% des sols sont pauvres (sols cuirassés, caillouteux, impropres à l’agriculture)
 L’étiage de certains cours d’eau en saison sèche qui ne peuvent pas permettre de pratiquer l’irrigation et
d’abreuver le bétail.
 L’anomalie climatique du Bas-Togo.
C11 :0,5pt
Conclusion : Le milieu naturel togolais présente en général plus d’atouts que de contraintes pour
l’agriculture. Les difficultés de ce secteur ne sont pas seulement liées à ce facteur mais aussi à d’autres d’ordre
technique, économique et humain.
C12 :0,5pt Compétence linguistique = 1pt (Compétence linguistique et respect de la consigne)

SUJET II
GEOGRAPHIE (12pts)
Texte : Communiqué final de la conférence de Lagos instituant la Communauté Economique des Etats de l’Afrique
de l’Ouest (CEDEAO), 28 mai 1975.
C1 :1pt 1) Le principal but de la CEDEAO :
La promotion de la coopération et du développement dans tous les secteurs économiques en vue d’élever le niveau de
vie de ses peuples, de maintenir et d’accroître la stabilité économique, de renforcer les relations entre les Etats
membres et de contribuer au progrès et au développement du continent africain / Intégration économique, politique,
sociale et culturelle des États membres.

C2 :2pts 2) Deux organes de la CEDEAO et leur rôle respectif : (Organes : 0,5pt x 2 ; Rôle ; 0,5pt x 2)
(0,5ptx4)
 La conférence des chefs d’États et de gouvernement. Rôle :
 Déterminer la politique générale et les principales orientations de la communauté ;
 Donner des directives ;
 Nommer les présidents et les membres des organes et institution de la communauté ;
 Le conseil des ministres : Il est chargé de veiller au bon fonctionnement et au développement de la
communauté ; de donner les directives aux autres institutions communautaires relevant de son autorité et
d’orienter les activités de la commission ainsi que des organes techniques et spécialisés.
 La Commission chargée de :
 préparer et assurer le secrétariat des conférences des chefs d’Etats et des conseils de ministres,
 dresser un rapport annuel sur le fonctionnement de l’institution.
 Le parlement de la CEDEAO qui est chargé de :
 voter les lois de la communauté, fait des recommandations en matière des droits de l’homme,
 émettre des avis sur certains sujets
 La cour de justice de la CEDEAO chargée de :
 assurer le respect du droit et du principe d’équité dans l’application et l’interprétation du traité constitutif de
la communauté ainsi que les protocoles et conventions annexes,
 régler les différends pouvant lui être soumis par les Etats membres ou les institutions de la communauté.

C3 :1pt 3) Les deux sous-ensembles bioclimatiques qui composent la CEDEAO :


(0,5ptx2) La zone humide et côtière ; La zone soudano-sahélienne.
C4 :2pts Leur complémentarité :
(1ptx2)  - sur le plan alimentaire : des produits vivriers exportés de la zone humide et côtière vers la zone soudano-
sahélienne qui, en retour, l’alimente en bétail et en produits dérivés.
- Sur le plan économique : les ports servent d’entrée de produits manufacturés importés vers les pays enclavés et
de desserte de produits agricoles et miniers vers l’extérieur.
Sur le plan humain : on observe un important flux migratoire de l’intérieur vers la côte ; Un échange de produits
s’effectue entre les deux zones, ce qui est un vecteur de développement.
4) a- La viabilité du projet de la CEDEAO
- Sur le plan humain : Avec une population de 340 millions d’habitants, soit près de 5% de la population
C5 :2,5pts
mondiale, la communauté dispose d’un vaste marché potentiel de consommation /d’une main d’œuvre
(0,5ptx5)
nombreuse et bon marché / d’une population jeune, dynamique et entreprenante / Elle constitue une forte
diversité culturelle qui est un atout pour le tourisme.
- Sur le plan économique :
 L’abondance de ressources agricoles, minières et énergétiques
 La suppression des obstacles à la libre circulation des biens, des personnes et des services, l’existence d’union
douanière qui a permis l’extension du tarif extérieur commun (TEC) de l’UEMOA à l’ensemble de la CEDEAO.
 le projet de création d’une monnaie commune
 l’ouverture de la région aux capitaux étrangers à travers des accords de partenariat avec les puissances
industrielles ;
 l’amélioration des cadres macroéconomiques des Etats membres et promotion du secteur industriel
 l’appui aux investisseurs privés locaux ;
 l’harmonisation régionale des politiques de promotion industrielle ;
b/ Deux pesanteurs qui peuvent devenir de véritables goulots d’étranglements :
C6 :1pt - le manque de volonté politique de mettre réellement en œuvre les règles communautaires.
(0,5ptx2) - l’insécurité grandissante liée à la montée du terrorisme dans la région
- la persistance de la corruption grandissante dans la sous-
- le déficit démocratique dans certains pays
- le manque de convergence des politiques économiques et financières
- l’absence de réelle politique monétaire commune
- barrière linguistique, etc.
5) Bilan succinct des actions de la CEDEAO depuis sa création à nos jours :
C7 :2,5pts  Bilan positif
- - La promotion de la paix par la gestion et la prévention des conflits (intervention des casques blancs au
(0,5ptx5)
Libéria (1990 -1999), en Sierra Léone (1997- 2000)
- La mise en place d’un système d’observation de la paix et de la sécurité : le système d’alerte précoce et de
réponse de la CEDEAO (ECOWARN)
- La création d’une force en attente de la CEDEAO (ECOBRIG) de 5000 hommes.
- La promotion de la démocratie par l’adoption du protocole sur la démocratisation et la bonne gouvernance
(protocole A/1/12/01 fut adopté. Ce protocole énonce des principes appelés « principes de convergence
constitutionnelle de la CEDEAO »).
- Le développement des échanges grâce à la levée progressive des barrières douanières sur certains produits
- La libéralisation des échanges ;
- La libre circulation des personnes et les droits de résidence et d’établissement
- La mise en place d’un passeport biométrique international commun à toute la CEDEAO pour les citoyens de
la communauté (en 2000) ;
- La mise en place d’un régime douanier préférentiel spécial, matérialisé par la Taxe extérieure commune
- L’instauration d’un chèque de voyages, conçu pour faciliter les échanges commerciaux et touristiques au sein
de la CEDEAO ; etc.
 Le bilan négatif
- La lenteur administrative dans l’application des décisions prises par la communauté,
- L’instabilité politique dans certains Etats membres,
- Le déficit démocratique dans certains Etats membres ;
- Les tracasseries administratives, douanières et policières qui se manifestent souvent par des extorsions de
fonds ou des exactions de tout genre ;
- la réticence des gouvernants à mettre en œuvre les décisions communautaires.
- Les mesures économiques telles que le marché commun et l’Union Douanière ne sont pas encore une réalité.
- Les échanges intra-communautaires sont faibles. Les pays membres ne font seulement que 10 à 15% de leurs
échanges dans l’espace communautaire.
- La persistance de la pauvreté, de l’analphabétisme, de la faim, des problèmes de santé …
HISTOIRE (8pts)

C8 :0,5pt Introduction : Les relations internationales au lendemain de la Deuxième guerre mondiale ont été marquées
par la guerre froide qui oppose les blocs de l’Est et de l’Ouest. Mais à partir de 1953, on assiste à une baisse de
tensions et à la coexistence pacifique. Quels en sont les facteurs, les signes et les limites ?
Corps du devoir
Partie 1 : Les facteurs de la coexistence pacifique
C9 :2pts - - Le changement des protagonistes de la guerre froide dans les deux camps. Aux
Etats Unis, Eisenhower arrive au pouvoir, en URSS, Staline meurt le 5 mars 1953 et est remplacé par
(1ptx2)
Khrouchtchev. Ces deux nouveaux dirigeants sont attachés à la paix.
- Les nouveaux dirigeants soviétiques avaient plus besoins de la paix pour asseoir leur pouvoir, combler le
décalage technologique qui se creuse avec les Etats-Unis et améliorer les conditions de vie des populations.
- Le changement de politique des nouveaux dirigeants.
- L’équilibre de la terreur : la possession par les deux camps de la bombe atomique.
- L’émergence du Tiers-Monde, etc.
Partie2 : Les signes (les manifestations)
C10 :2pts La coexistence pacifique a permis la signature de plusieurs accords et la résolution de certaines crises :
(1ptx2) - - La signature de l’armistice de Pan Mun Jon en juillet 1953 (la paix en Corée)
- - La signature des accords de Genève en 1954, mettant fin à la guerre d’Indochine,
- La signature du traité d’Etat entre l’Autriche et les Alliés (15 mai 1955) entraînant le retrait des puissances
occupantes de l’Autriche qui devient un pays neutre.
- Voyage de Khrouchtchev dans les capitales occidentales
- Voyage de Khrouchtchev à Belgrade pour réconcilier l’URSS et la Yougoslavie.
- Entrée de l’URSS à l’UNESCO.
- La dissolution du Kominform.
Partie 3 : Les limites de la coexistence pacifique
- - La coexistence pacifique n’est pas la fin de la guerre froide. On peut même dire que c’est une de ses phases
C11 :2pts car l’URSS pense toujours au triomphe du communisme / capitalisme à travers une lutte pacifique.
(1ptx2) - - Poursuite des crises localisées. Exemples : la crise hongroise, la 2e crise de Berlin, la crise de Suez, la crise
de Cuba.
Conclusion : La coexistence pacifique n’opère aucune rupture avec la guerre froide. De même que la guerre
C12 :0,5pt
froide n’admet pas l’affrontement direct ; la coexistence pacifique ne supprime pas les crises. À juste titre, la
coexistence pacifique est la guerre froide continuée par d’autres moyens.
Compétence linguistique et respect de la consigne
C13 :1pt
Tableau récapitulatif

Sujet 1 Sujet 2
Histoire 12 pts Géographie 12 pts
Critère 1 2 pts (0,5 pt x 4) Critère 1 1 pt (1 pt x 1)
Critère 2 1,5 pt (0,5 pt x 3) Critère 2 2 pts (0,5 pt x 4)
Critère 3 1,5 pt (0,5 x 3) Critère 3 1 pt (0,5 x 2)
Critère 4 1 pt (1pt x 1) Critère 4 2 pts (1pt x 2)
Critère 5 2 pts (1pt x 2) Critère 5 2,5 pts (0,5pt x 5)
Critère 6 2 pts (1 pt x 2) Critère 6 1 pt (0,5 pt x 2)
Critère 7 2 pts (0,5 pt x 4) Critère 7 2,5 pts (0,5 pt x 5)
Géographie 8 pts Histoire 8 pts
Critère 8 0,5 pt Critère 8 0,5 pt
Critère 9 4 pts (1 pt x 4) Critère 9 2 pts (1 pt x 2)
Critère 10 2 pts (1 pt x 2) Critère 10 2 pts (1 pt x 2)
Critère 11 0,5 pt Critère 11 2 pts (1 pt x 2)
Critère 12 1 pt Critère 12 0,5 pt
Total 20 pts Critère 13 1 pt
Total 20 pts

Vous aimerez peut-être aussi