Vous êtes sur la page 1sur 20

Chap.3 p.

3. Le compactage des sols in situ


3.1 Classification selon la nature du sol
Le compactage c’est l’ensemble des opérations
mécaniques qui conduisent à accroître la densité du sol
en place, pour améliorer sa résistance mécanique

•Le compactage a été étudié pour la première fois par


l’ingénieur américain PROCTOR (1933). Il a mis en
évidence les premières règles de compactage

•Les méthodes de compactage utilisées sont :

–Le roulage (roulage d’un cylindre sur le sol)

–La vibration (vibration d’un engin sur/dans le sol)

–Le compactage dynamique (chute d’une masse sur le


sol)

–Le compactage horizontal ( injection d’un mortier très


visqueux dans un forage)

–Le compactage atmosphérique (accès de la pression


atmosphérique sur une bâche sous laquelle le vide est
créé)
Chap.3 p.2

3.2 Le compactage au laboratoire


3.2.1 L’essai Proctor

Figure 3.1 L’essai


Proctor
Chap.3 p.3

3.2.2 Les essais modifiés

Moule Diamètre Hauteur Dame (kg) Dmax Hauteur Nombre Nombre Energie
(cm) (cm) (mm) chute (cm) coups couches volumi-
que
(kJ/m3)

Proctor 10,15 11,7 2,490 5 30,5 25 3 590

4,575 5 45.75 25 5 2711

CBR 15,2 15,2 4,575 15 45,75 25 3 558

4,575 15 45,75 56 5 2084

Tab. 3.1 Les différents essais de compactage

Figure 3.1 L’essai


Proctor
Chap.3 p.4
3.2.3 L’influence de la teneur en eau

Figure 3.2 Influence de la teneur en eau sur le


compactage
Chap.3 p. 5

3.2.4 L’influence de l’énergie de compactage

Figure 3.3 Influence de l’énergie de


compactage sur la courbe Proctor
Chap.3 p.6

3.2.5 L’influence de la nature du sol

Figure 3.4 Influence de la nature du terrain sur


la courbe Proctor
Chap.3 p.7

3.2.6 Analyse de la courbe Proctor

• Du coté sec:

–La résistance au cisaillement est importante et augmente


avec l’énergie

–La pression interstitielle est faible

–Il y a risque de fissuration

–Il y a gonflement en cas d’apport d’eau

• Du coté humide

–La résistance au cisaillement est faible et dépend peu de


l’énergie

–La pression interstitielle peut devenir importante

–Le sol devient plastique

–Il y a risque de gonflement


Chap.3 p.8

3.3 Le compactage in situ


• On cherche in-situ à
– Limiter les tassements des corps de remblai
– Obtenir de caractéristiques suffisantes de
résistance
• Pour cela on a choisi deux objectifs de qualité:
– Qualité q3 pour les couches de forme
ρdm>= 98,5% de ρdOPN
ρdfc>= 96% de ρdOPN
– Qualité q4 pour les remblais
ρdm>= 95% de ρdOPN
ρdfc>= 92% de ρdOPN

Figure 3.5 Variation


de la masse
volumique sèche sur
la hauteur de la
couche compactée
Chap.3 p.9
3.3.1 Données relatives aux matériaux
C’est la normalisation NFP 11-300

3.3.2 Données relatives aux compacateurs


• On classe les compacteurs en fonction:
o de leur type (pneu, cylindre,etc…)
o de leur poids
o de l’amplitude A0 de la vibration

Figure 3.6 : Mesure de A0 par vibrographe


pendant la vibration du compacteur sur des
coussins pneumatiques (norme NF P 98 761)
Chap.3 p.10

Figure 3.7 : Les compacteurs à pneus (classe Pi, ici P3)

Classe Charge par Roue


(kN)
P1 Entre 25 et 40kN
P2 Entre 40 et 60kN
P3 Supérieure à 60kN

Tableau 3.2 : Classement des compacteurs à pneus (Pi)


Chap.3 p.11

Figure 3.8 : Les compacteurs monocylindre lisse (classe


Vmi, ici VM4)

Classe Masse par ml génératrice A0 (mm)


(kg/cm)
V1 Entre 15 et 25 A0>=0,6
Supérieur à 25 A0 entre 0,6 et 0,8
V2 Entre 25 et 40 A0>=0,8
Supérieur à 40 A0 entre 0,8 et 1
V3 Entre 40 et 55 A0>=1
Supérieur à 55 A0 entre 1 et 1,3
V4 Entre 55 et 70 A0>=1,3
Supérieur à 70 A0 entre 1,3 et 1,6
V5 Supérieur à 70 A0>=1,6

Tableau 3.3 : Classement des vibrants à cylindre lisse (Vi)


Chap.3 p.12

Figure 3.9 : Classement des compacteurs vibrants


monocylindres
Chap.3 p.13

Figure 3.10 : Classement des compacteurs vibrants


tandems
Chap.3 p.14

Figure 3.11 : Un compacteur vibrant tandem transversal de


classe V5

Figure 3.12 : Un compacteur mixte mono-cylindre de


classe V3 à l’avant et à pneus de classe P1 à l’arrière
Chap.3 p.15

Figure 3.13 : Les compacteurs vibrants à pieds dameurs (Vpi,


ici VP1)
Classe Masse par ml A0 (mm)
génératrice (kgcm)
VP1 Entre 15 et 25 A0>=0,6
Supérieur à 25 A0 entre 0,6 et 0,8
VP2 Entre 25 et 40 A0>=0,8
Supérieur à 40 A0 entre 0,8 et 1
VP3 Entre 40 et 55 A0>=1
Supérieur à 55 A0 entre 1 et 1,3
VP4 Entre 55 et 70 A0>=1,3
Supérieur à 70 A0 entre 1,3 et 1,6
VP5 Supérieur à 70 A0>=1,6

Tableau 3.4 : Classement des vibrants à pieds dameurs (Vpi)


Chap.3 p.16

Figure 3.14 : Les compacteurs statiques à pieds dameurs


(SPi, ici SP1)

Classe Charge par unité de largeur de


génératrice
SP1 Entre 30 et 60 kg/cm

SP2 Supérieur à 60 et inférieur à


90kg/cm

Tableau 3.5 : Classement des statiques à pieds dameurs (Spi)


Chap.3 p.17

Classe Pression statique de contact

PQ3 Entre 10 et 15kPa

PQ4 Supérieur à 15kPa

Tableau 3.6 : Classement des plaques vibrantes (PQi)


Chap.3 p.18
3.4 Les règles de compactage
3.4.1 Les paramètres définissant le compactage
Les paramètres définissant de façon normalisée le
compactage sont les suivants :
• Paramètre Q/S (m3/m2): c’est le rapport du volume de sol
compacté pendant un temps donné, à la surface balayée par
le compacteur dans le même temps. Il représente
l’épaisseur compactée à chaque passage du compacteur
• Epaisseur compactée e (m): c’est l’épaisseur maximum
que le compacteur peut traiter
• Vitesse de translation (km/h): C’est la vitesse maximum à
laquelle le compacteur peut rouler
• Nombre de passes N : C’est le nombre de passage de
compacteur au même endroit nécessaire pour atteindre
l’objectif
• Paramètre Q/L (m3/m): C’est le débit en mètre cube par
unité de largeur du compacteur

3.4.2 Les conditions à satisfaire pour un bon


compactage
Il faut, une bonne organisation du
chantier, un matériau approprié, un
fonctionnement correct des compacteurs, des
matériels de compactage le plus homogènes
Chap.3 p.19
3.4.2 La détermination pratique des conditions
de compactage
• Le paramètre Q/S et le produit e.V sont des invariants
du compactage
• Le nombre de passes N pratique est calculé par
Epaisseur _ Réelle
N=
Q/S
• La largeur de compactage L dépend du type d’engin

Epaisseur _ réelle
N= Q / L = 1000.(Q / S ).V
Q/S

Fig. 3.15: La largeur de compactage et le nombre N/n


d’application de la charge

• Le débit théorique par unité de largeur Q/L


Q / L = 1000.(Q / S ).V
• Le débit pratique par unité de largeur, avec k estimé
entre 0,5 et 0,75
Q pratique = k .(Q / L).L.( N / n)
Chap.3 p.20
3.4.3 Règles de bon compactage
• Pour les compacteurs mixtes ou tandems
(
Q / S = ∑ Q / S compacteurs _ individuels )
• Pour les ateliers avec plusieurs compacteurs
identiques
 
Q / STableau .∑  1  ≥ 1
 Q / S Compacteurs _ Individuels 

• Pour les ateliers avec plusieurs compacteurs différents

 Q / STableau 
∑
  ≥ 1
Q / S Compacteur −individuel 