Vous êtes sur la page 1sur 5

DB 3 / EXP / FORM

FORMATION OPERATEUR PRODUCTION SURFACE

LES ECHANGEURS

1-PRINCIPE
Deux fluides sont mis en contact par l’intermédiaire d’une paroi :

L’échange de chaleur entre les deux fluides suit trois étapes :

1. Transfert de chaleur par convection du fluide chaud vers la


Convection paroi.

2. Transfert de chaleur par conduction à travers la paroi


Conduction

Convection 3. Transfert de chaleur par convection de la paroi vers le


fluide froid

1.1-La conduction
Les atomes se transmettent la chaleur de proche en proche :

C’est le mode de propagation à l’intérieur des solides.


Paramètres :
 La rapidité du transfert de chaleur dépend de la nature chimique du produit.
 Plus la surface d’échange est importante, plus le transfert de chaleur est important.

1.2-La convection
Les atomes sont en mouvement. Les atomes chauds se mélangent avec les atomes froids et
leur transmettent leur chaleur :

C’est le mode de propagation de la chaleur à l’intérieur des liquides et des gaz.

Paramètres :
 La rapidité du transfert de chaleur dépend de la nature chimique du produit.
 Plus la surface d’échange est importante, plus le transfert de chaleur est important.
 Plus le fluide est turbulent, plus le transfert de chaleur est rapide.

Vincent Brault
DB 3 / EXP / FORM
FORMATION OPERATEUR PRODUCTION SURFACE

1.3-Comparaison entre les deux modes de transfert de chaleur

Le transfert de chaleur par convection est beaucoup plus rapide que le transfert de
chaleur par conduction

Pour illustrer ceci on peur prendre l’exemple d’une tasse de café :

Si on laisse la tasse se refroidir toute seule, l’échange de chaleur se fera par


conduction et vous serez en retard au travail.

Si vous agitez le café avec une cuillère, l’échange se fera par convection et la
tasse se refroidira plus vite.

2-PARAMÈTRES D’UN ÉCHANGEUR

 La surface d’échange : plus la surface de contact entre les deux fluides est importante,
plus l’échange de chaleur sera important.
 Le régime d’écoulement des fluides : La convection est d’autant plus importante que
le régime d’écoulement des fluides est turbulent.
 La nature de la paroi : Suivant leur nature chimique, les matériaux permettent plus ou
moins facilement le passage de la chaleur par conduction. Par exemple les métaux sont
de très bons conducteurs alors que le calcaire est plus isolant.
 L’épaisseur la paroi : Plus la paroi est fine, plus l’échange de chaleur est important.

Les deux derniers points montrent les problèmes posés par l’accumulation de dépôts et
l’encrassement des échangeurs : lorsque le calcaire se dépose, il augmente l’épaisseur de la surface
d’échange et en réduit l’efficacité du fait de son caractère isolant.

3-CIRCULATION DES FLUIDES

3.1-Choix du chemin emprunté par les fluides

 Il est préférable de faire circuler un fluide


risquant de provoquer un encrassement à
l'intérieur des tubes; en effet le nettoyage est
Fluide corrosif beaucoup plus facile.
ou risquant de
 Les fluides corrosifs doivent passer à
provoquer un
l'intérieur des tubes pour éviter le surcoût d'un
encrassement
matériau résistant à la fois pour les tubes et la
calandre.

Vincent brault
DB 3 / EXP / FORM
FORMATION OPERATEUR PRODUCTION SURFACE

3.2-Sens de circulation des fluides

Deux types de circulation sont possibles :

T1 1

 Circulation à courants parallèles ou co-


courant (ou antiméthodique) : Dans ce cas
les deux fluides circulent dans le même
sens. La différence de température entre les
deux fluides est donc maximum à l’entrée de
l’échangeur (risque de choc thermique) et
T1 tend vers 0 à la sortie de l’échangeur. On est
2 T2
donc limité par le fait que  2 < T2 . Ce type de
circulation des fluides est le moins efficace.
T2
Choc thermique
2

1

T1 2

 Circulation à contre-courant (ou


méthodique) : Dans ce cas les deux fluides
circulent en sens inverse. La différence de
température entre les deux fluides reste donc
constante dans tout l’échangeur. De plus on
peut avoir  2 <, = ou > T2 ce qui permet
d’utiliser une plus grande plage de
T1 1 T2 température. Ce type de circulation des
fluides est le plus efficace.
2
T2
1

Vincent brault
DB 3 / EXP / FORM
FORMATION OPERATEUR PRODUCTION SURFACE

4-LES ÉCHANGEURS TUBULAIRES

Ils sont constitués de deux parties :

 Un faisceau tubulaire de deux à plusieurs centaines


de tubes soudés à leur extrémité sur une plaque

 Une calandre (tube cylindrique de gros diamètre) dans


laquelle est placé le faisceau tubulaire.

 Aux extrémités sont fixées les calottes qui servent de


collecteur pour le fluide circulant dans les tubes.

Il existe plusieurs solutions pour favoriser le transfert thermique :

 Chicanage de la calandre : on place des cloisonnements sur


le trajet du fluide pour éviter qu'il ne suive un chemin
préférentiel. La turbulence créée améliore également le
transfert.

 Cloisonnement pour la circulation dans les tubes ou dans


la calandre : on obtient ainsi des échangeurs multipasses côté
tubes ou côté calandre. On augmente ainsi les longueurs de
circulation (donc la surface d'échange) et on peut ainsi
réaliser un échangeur avec un "double" contre-courant.

Vincent brault
DB 3 / EXP / FORM
FORMATION OPERATEUR PRODUCTION SURFACE

5-PRINCIPE DES REBOUILLEURS

Les changements d’état nécessitent un échange d’énergie.

Ex :

Une goutte d’eau sur la main provoque une sensation de froid car le
liquide prend de l'énergie au milieu extérieur (la main) pour s'évaporer.

Inversement, la condensation de la vapeur donne de l’énergie au


milieu extérieur.

Pour chauffer à la vapeur on utilise cette énergie libérée par la


condensation car elle est bien supérieure à celle libérée par refroidissement de la vapeur ou
de l’eau :
Eau

Condensation

Fluide froid Fluide chaud

Vapeur

Pour une efficacité maximum, il faut donc que toute la vapeur soit condensée en eau. C’est
pourquoi on utilise un purgeur en sortie dont le rôle est de retenir la vapeur et de laisser passer
l’eau.

Conséquence : Dans le cas d’un mauvais fonctionnement du purgeur, si on a de la vapeur en


sortie :
 Augmentation du débit de vapeur  diminution de la quantité de vapeur condensée
 diminution de la chauffe
 Diminution du débit de vapeur  augmentation de la quantité de vapeur condensée
 augmentation de la chauffe

Vincent brault