Vous êtes sur la page 1sur 142

InformatIons sur les appareIls

pompes À CHaleur pour le CHauffaGe et la proDuCtIon D'eau CHauDe sanItaIre

Une aide interactive à la configuration est disponible


à l'adresse suivante :
www.dimplex.de/professional/online-planer
Pompes à chaleur pour le chauffage et la production d'eau
chaude sanitaire Ballons d'eau chaude sanitaire et ballons
mixtes EU Zertifizierter
Wärmepumpeninstallateur
European Quality Label
for Heat Pumps
– Informations sur les appareils
– Courbes caractéristiques
– Schémas cotés
Statut de certification disponible à l'adresse
www.dimplex.de/guetesiegel

European Certified European Quality Label


Heat Pump Installer for Drillers
Table des matières

Table des matières


Pourquoi une pompe à chaleur ? ...........................................................................................................................5

Vocabulaire...............................................................................................................................................................5

Documentation .........................................................................................................................................................7

Symboles de formules.............................................................................................................................................8

Capacités énergétiques de différents combustibles ............................................................................................8

Tableaux de conversion ..........................................................................................................................................9

1 Choix et dimensionnement de pompes à chaleur .........................................................................................10


1.1 Dimensionnement des installations de chauffage existantes – pompes à chaleur pour le marché de la rénovation ..................... 10
1.1.1 Besoin en chaleur du bâtiment à chauffer ............................................................................................................................. 10
1.1.2 Détermination de la température départ nécessaire ............................................................................................................. 10
1.1.3 Quels travaux de rénovation faut-il entreprendre pour disposer d’une pompe à chaleur économique en énergie ? ............ 12
1.1.4 Choix de la source de chaleur (rénovation)........................................................................................................................... 12
1.2 Pompes à chaleur pour installations nouvelles ............................................................................................................................... 13
1.2.1 Calcul du besoin en chaleur du bâtiment .............................................................................................................................. 13
1.2.2 Dimensionnement pour les températures départ .................................................................................................................. 13
1.2.3 Choix de la source de chaleur ............................................................................................................................................... 13
1.3 Besoin supplémentaire en énergie.................................................................................................................................................. 14
1.3.1 Durées de blocage de la société d’électricité ........................................................................................................................ 14
1.3.2 Production d’eau chaude sanitaire ........................................................................................................................................ 14
1.3.3 Réchauffement de l’eau de piscine ....................................................................................................................................... 15
1.3.4 Détermination de la puissance de la pompe à chaleur.......................................................................................................... 15

2 Pompe à chaleur air/eau...................................................................................................................................19


2.1 Source de chaleur: air ..................................................................................................................................................................... 19
2.2 Pompes à chaleur air/eau pour installation à l'extérieur ................................................................................................................. 20
2.2.1 Connexion en parallèle de pompes à chaleur air/eau installées à l’extérieur........................................................................ 21
2.2.2 Raccordement côté chauffage............................................................................................................................................... 21
2.2.3 Passage mural....................................................................................................................................................................... 22
2.3 Pompe à chaleur air/eau pour une installation à l'intérieur ............................................................................................................. 23
2.3.1 Conditions du lieu d’implantation........................................................................................................................................... 23
2.3.2 Aspiration ou évacuation d’air par les sauts de loup ............................................................................................................. 24
2.3.3 Grille de protection contre la pluie pour pompe à chaleur ..................................................................................................... 24
2.3.4 Isolation des percées murales............................................................................................................................................... 24
2.3.5 Kit de gaines d'air flexibles pour pompes à chaleur air/eau .................................................................................................. 25
2.3.6 Gaines d’air en béton renforcé de fibre de verre pour pompes à chaleur air/eau (installation à l'intérieur) .......................... 25
2.3.7 Conception de la canalisation de l'air avec des gaines en béton renforcé de fibres de verre ............................................... 26
2.4 Pompes à chaleur air/eau bibloc..................................................................................................................................................... 30
2.4.1 Installation ............................................................................................................................................................................. 30
2.4.2 Dimensionnement.................................................................................................................................................................. 32
2.4.3 Intégration hydraulique .......................................................................................................................................................... 34

3 Pompe à chaleur eau glycolée/eau .................................................................................................................35


3.1 Source de chaleur Terre ................................................................................................................................................................. 35
3.1.1 Consignes de dimensionnement – Source de chaleur Terre ................................................................................................ 35
3.1.2 Séchage de la construction ................................................................................................................................................... 36
3.1.3 Liquide glycolé....................................................................................................................................................................... 36
3.1.4 Connexion en parallèle de pompes à chaleur eau glycolée/eau ........................................................................................... 37
3.2 Collecteur géothermique ................................................................................................................................................................. 37
3.2.1 Profondeur de pose ............................................................................................................................................................... 38
3.2.2 Écartement de pose .............................................................................................................................................................. 38
3.2.3 Surface nécessaire aux collecteurs et longueur de tuyau ..................................................................................................... 38
3.2.4 Pose de collecteurs et de distributeurs d'eau glycolée.......................................................................................................... 39
3.2.5 Branchement du circuit d’eau glycolée.................................................................................................................................. 40
3.2.6 Dimensionnement standard des collecteurs géothermiques................................................................................................. 42
3.3 Sondes géothermiques ................................................................................................................................................................... 45
3.3.1 Dimensionnement des sondes géothermiques ..................................................................................................................... 45

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 1
Table des matières

3.3.2 Forage des sondes ............................................................................................................................................................... 45


3.3.3 Remplissage de sondes géothermiques ............................................................................................................................... 46
3.4 Autres installations d'utilisation de la source de chaleur géothermique ......................................................................................... 46
3.5 Source de chaleur Eau avec échangeur thermique intermédiaire.................................................................................................. 47
3.5.1 Mise en exploitation de la source de chaleur Eau en cas d'impuretés ................................................................................. 47
3.5.2 Extension de la plage de température d'exploitation ............................................................................................................ 48
3.6 Source de chaleur Systèmes d’absorption (exploitation indirecte de l’énergie de l’air ou du soleil)............................................... 49

4 Pompe à chaleur eau/eau ................................................................................................................................ 50


4.1 Source de chaleur: nappe phréatique............................................................................................................................................. 50
4.2 Exigences de qualité de l’eau ......................................................................................................................................................... 51
4.3 Mise en exploitation de la source de chaleur.................................................................................................................................. 52
4.3.1 Exploitation directe d'eau de bonne qualité constante.......................................................................................................... 52
4.3.2 Exploitation indirecte de la source de chaleur Eau ............................................................................................................... 53
4.3.3 Échangeur thermique pour la protection de la pompe à chaleur .......................................................................................... 53

5 Émissions sonores des pompes à chaleur ................................................................................................... 57


5.1 Niveaux de pression sonore et de puissance acoustique............................................................................................................... 57
5.1.1 Émission et immission........................................................................................................................................................... 58
5.1.2 Propagation du bruit.............................................................................................................................................................. 59
5.2 Propagation du bruit des pompes à chaleur ................................................................................................................................... 60

6 Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur.................................................................. 62


6.1 Réchauffement d’eau chaude sanitaire à l’aide de la pompe à chaleur de chauffage ................................................................... 62
6.1.1 Exigences posées aux ballons d’eau chaude sanitaire......................................................................................................... 62
6.1.2 Ballon d’eau chaude sanitaire pour pompes à chaleur de chauffage ................................................................................... 62
6.1.3 Températures accessibles du ballon d'eau chaude sanitaire ............................................................................................... 65
6.1.4 Aide au dimensionnement de ballons combinés et de ballons d'eau chaude sanitaire ........................................................ 66
6.1.5 Exigences spécifiques à l'Allemagne: DVGW (association allemande de l'industrie du gaz et des eaux) – Fiche W551 .... 67
6.1.6 Connexion hydraulique de ballons d'eau chaude sanitaire................................................................................................... 68
6.2 Module de pompe à chaleur air/eau LI 2M pour une meilleure récupération de la chaleur perdue................................................ 69
6.2.1 Domaine d’utilisation ............................................................................................................................................................. 69
6.2.2 Schéma d'intégration ............................................................................................................................................................ 69
6.3 Réchauffement d’eau chaude sanitaire à l’aide d'un chauffe-eau thermodynamique .................................................................... 70
6.3.1 Description des fonctions du chauffe-eau thermodynamique ............................................................................................... 71
6.3.2 Installation ............................................................................................................................................................................. 72
6.3.3 Variantes de canalisation de l'air .......................................................................................................................................... 73
6.3.4 Chauffe-eau thermodynamique pour la source de chaleur Air ambiant................................................................................ 73
6.4 Appareils de ventilation domestique avec production d’eau chaude sanitaire ............................................................................... 73
6.5 Comparaison du confort et des coûts liés à diverses possibilités de réchauffement de l'eau chaude sanitaire............................. 74
6.5.1 Alimentation en eau chaude sanitaire décentralisée (par ex. chauffe-eau instantané)......................................................... 74
6.5.2 Chauffe-eau électrique (tarif de nuit)..................................................................................................................................... 74
6.5.3 Chauffe-eau thermodynamique............................................................................................................................................. 75
6.5.4 Appareil de ventilation domestique avec production d’eau chaude sanitaire........................................................................ 75
6.5.5 Conclusion ............................................................................................................................................................................ 75

7 Gestionnaire de pompe à chaleur .................................................................................................................. 76


7.1 Commande ..................................................................................................................................................................................... 77
7.2 Sonde de température (régulateur de chauffage N1) ..................................................................................................................... 78
7.2.1 Gestionnaire de pompe à chaleur WPM2006plus avec écran intégré .................................................................................. 78
7.2.2 Gestionnaire de pompe à chaleur WPM2007plus/WPMEconPlus avec unité de commande amovible ............................... 79
7.2.3 Montage de la sonde extérieure............................................................................................................................................ 79
7.2.4 Montage de la sonde retour .................................................................................................................................................. 79
7.3 Calorimètre WMZ............................................................................................................................................................................ 80
7.3.1 Intégration hydraulique et électrique du calorimètre ............................................................................................................. 80
7.3.2 Réglages sur le gestionnaire de pompe à chaleur................................................................................................................ 81
7.4 Régulateur solaire pour le gestionnaire de pompe à chaleur WPMEconSOL ................................................................................ 81
7.5 Configuration générale du menu .................................................................................................................................................... 81
7.6 Branchements électriques du gestionnaire de pompe à chaleur.................................................................................................... 84
7.6.1 Branchements électriques WPM 2006 plus/WPM 2007 plus................................................................................................ 84
7.6.2 Branchements électriques de la pompe à chaleur WPM EconPlus ...................................................................................... 85
7.6.3 Schéma électrique WPM 2006 plus / WPM 2007 plus.......................................................................................................... 86

2 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Table des matières

7.6.4 Schéma électrique WPM EconPlus....................................................................................................................................... 87


7.6.5 Schéma électrique WPM EconSol......................................................................................................................................... 89
7.6.6 Légende des schémas électriques ........................................................................................................................................ 90
7.6.7 Affectation des bornes gestionnaire de pompe à chaleur ..................................................................................................... 91
7.7 Raccordement de composants externes de l'installation au gestionnaire de pompe à chaleur...................................................... 92
7.8 Spécifications techniques du gestionnaire de pompe à chaleur ..................................................................................................... 92
7.9 Régulateur maître WPM Master pour la connexion en parallèle de plusieurs pompes à chaleur................................................... 93
7.9.1 Description de WPM Master.................................................................................................................................................. 93
7.9.2 Branchements électriques de WPM Master .......................................................................................................................... 94
7.9.3 Configuration du réseau ........................................................................................................................................................ 95

8 Intégration de la pompe à chaleur au système de chauffage.......................................................................96


8.1 Exigences hydrauliques .................................................................................................................................................................. 96
8.2 Protection contre le gel garantie ..................................................................................................................................................... 96
8.3 Maintien du débit d’eau de chauffage ............................................................................................................................................. 97
8.3.1 Calcul de l’écart de température............................................................................................................................................ 97
8.3.2 Écart de température en fonction de la température des sources de chaleur....................................................................... 97
8.3.3 Soupape différentielle............................................................................................................................................................ 98
8.3.4 Distributeur sans pression différentielle................................................................................................................................. 98
8.3.5 Distributeur double sans pression différentielle..................................................................................................................... 99
8.4 Circuit de distribution d'eau chaude sanitaire ................................................................................................................................. 99
8.4.1 Distributeur compact KPV 25 .............................................................................................................................................. 100
8.4.2 Distributeur compact KPV 25 avec module d'extension EB KPV........................................................................................ 101
8.4.3 Distributeur double sans pression différentielle DDV .......................................................................................................... 101
8.5 Tour hydraulique ........................................................................................................................................................................... 104
8.5.1 Généralités .......................................................................................................................................................................... 104
8.5.2 Utilisations de la tour hydraulique HWK332/HWK332Econ/HWK332Econ-E ..................................................................... 105
8.6 Ballon tampon ............................................................................................................................................................................... 105
8.6.1 Systèmes de chauffage avec régulation pièce par pièce .................................................................................................... 106
8.6.2 Systèmes de chauffage sans régulation pièce par pièce .................................................................................................... 106
8.6.3 Ballon tampon pour la compensation des durées de blocage............................................................................................. 106
8.6.4 Vase d'expansion/soupape de sécurité sur le circuit de la pompe à chaleur ...................................................................... 109
8.6.5 Clapet anti-retour................................................................................................................................................................. 109
8.7 Limitation de la température départ du chauffage au sol .............................................................................................................. 110
8.7.1 Limitation de la température départ par commutation de fin de course des mélangeurs.................................................... 110
8.7.2 Limitation de la température départ par dérivation du mélangeur ....................................................................................... 110
8.8 Mélangeur ..................................................................................................................................................................................... 110
8.8.1 Mélangeur 4 voies ............................................................................................................................................................... 110
8.8.2 Mélangeur 3 voies ............................................................................................................................................................... 110
8.8.3 Électrovanne 3 voies (robinetterie de commutation) ........................................................................................................... 110
8.9 Formation de calcaire dans les installations de chauffage à eau chaude..................................................................................... 111
8.10 Impuretés dans l’installation de chauffage .................................................................................................................................... 112
8.11 Intégration d’un générateur de chaleur supplémentaire................................................................................................................ 112
8.11.1 Chaudière à régulation constante (par mélangeur) ............................................................................................................. 112
8.11.2 Chaudière à régulation en température glissante (régulation brûleur) ................................................................................ 112
8.11.3 Générateur de chaleur régénératif ...................................................................................................................................... 113
8.12 Réchauffement d'eau de piscine................................................................................................................................................... 113
8.13 Charge du ballon à régulation constante ...................................................................................................................................... 114
8.14 Circulateurs à régulation électronique dans les installations de chauffage................................................................................... 114
8.15 Intégration hydraulique.................................................................................................................................................................. 115
8.15.1 Intégration de la source de chaleur ..................................................................................................................................... 116
8.15.2 Pompe à chaleur eau glycolée/eau monovalente................................................................................................................ 117
8.15.3 Pompes à chaleur en version compacte ............................................................................................................................. 119
8.15.4 Pompes à chaleur avec tour hydraulique HWK332............................................................................................................. 121
8.15.5 Installation de chauffage par pompes à chaleur mono-énergétiques.................................................................................. 122
8.15.6 Ballon combiné et mixte ...................................................................................................................................................... 126
8.15.7 Installation de chauffage par pompes à chaleur bivalentes................................................................................................. 127
8.15.8 Intégration de sources de chaleur régénératives ................................................................................................................ 129
8.15.9 Production d’eau de piscine ................................................................................................................................................ 134
8.15.10 Raccordement en cascade de pompes à chaleur ............................................................................................................... 135
8.15.11 Intégration de pompes à chaleur air/eau bibloc................................................................................................................... 136

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 3
Table des matières

9 Calculateur des coûts d'exploitation sur Internet....................................................................................... 137

10 Aides à la planification et à l’installation ..................................................................................................... 138


10.1 Dimensionnement des tuyauteries ............................................................................................................................................... 138
10.2 Modèle de calcul expérimental de la température système effectivement nécessaire................................................................. 139

4 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pourquoi une pompe à chaleur ?

Pourquoi une pompe à chaleur ?


L’utilisation d’énergies fossiles dans de grandes proportions pour Comment la pompe à chaleur transforme-t-elle la
nous approvisionner en énergie est lourde de conséquences chaleur à basse température en une chaleur à
pour notre environnement. Leur combustion libère de grandes haute température?
quantités de substances nocives telles que le dioxyde de souffre Elle extrait de notre environnement – de la terre, de l’eau (par ex.
et le dioxyde d’azote. nappe phréatique) et de l’air (par ex. air extérieur) – la chaleur
Le chauffage des pièces d’habitation au moyen de vecteurs solaire qui y est emmagasinée et la renvoie, en plus de son rôle
d’énergie fossiles contribue considérablement aux rejets pol- d’énergie motrice, sous forme de chaleur dans les circuits de
luants; en effet, des mesures complexes de purification des gaz chauffage et d’eau chaude sanitaire.
d’échappement, telles qu’elles sont réalisées dans les centrales La chaleur ne peut pas passer d’elle-même d’un corps froid à un
thermiques, ne peuvent être effectuées chez les particuliers. En corps chaud. Elle circule toujours d’un corps à haute température
raison des réserves limitées en pétrole et en gaz, la part impor- vers un corps à température plus basse (deuxième principe de la
tante que prennent les énergies fossiles dans notre approvision- thermodynamique). C’est pourquoi la pompe à chaleur doit, sous
nement en énergie pose problème. l’action d’une énergie de haute qualité, comme le courant pour le
La production d’énergie électrique voit son avenir se diriger plu- moteur, amener l'énergie thermique tirée de l’environnement à
tôt vers des méthodes de production d’énergie renouvelable ou un niveau de température nécessaire au chauffage et à la pro-
alors vers de nouvelles méthodes de production. Prenez donc duction d’eau chaude sanitaire.
part à ce développement, car l’électricité est l’énergie d’entraîne- En fait, la pompe à chaleur fonctionne comme un réfrigérateur. À
ment du futur d’une pompe à chaleur. savoir, avec la même technique, mais avec des avantages inver-
ses. Elle extrait de la chaleur d’un environnement froid, qui peut
Quel est le rôle d’une pompe à chaleur ?
être utilisée pour chauffer ou produire de l’eau chaude sanitaire.
La pompe à chaleur est un «appareil de transfert» qui amène la
chaleur dont nous disposons gratuitement dans la nature à un ni-
veau de température plus élevé.

Vocabulaire
Dégivrage Label de qualité D-A-CH
Routine de régulation pour éliminer le givre et la glace sur les Certificat délivré en Allemagne, en Autriche et en Suisse pour les
évaporateurs des pompes à chaleur air/eau, par apport de cha- pompes à chaleur qui répondent à certaines exigences techni-
leur. Les pompes à chaleur air/eau à inversion de cycle se distin- ques, ont une garantie de deux ans, une disponibilité des pièces
guent par un dégivrage conforme au besoin, rapide et à faible détachées de dix ans et dont les fabricants disposent d’un ré-
consommation en énergie. seau de service après-vente couvrant tout le territoire. D’autre
part, ce label de qualité certifie la fabrication en série d’une
Mode bivalent-parallèle gamme de pompes à chaleur.
Le mode d’exploitation bivalent (généralement désigné
aujourd’hui par mode bivalent-parallèle) fonctionne avec deux RT
générateurs de chaleur (deux ressources énergétiques), c’est-à- La directive allemandeRT sur les économies d’énergie réalisées
dire que la pompe à chaleur couvre les besoins en chaleur par une isolation thermique et une technique d’installation appro-
jusqu’à la température limite déterminée et qu’elle est alors sou- priées dans les bâtiments est entrée en vigueur le
tenue parallèlement par une deuxième ressource énergétique. 1er février2002. Elle remplace la règlementation sur l'isolation
thermique et les installations de chauffage. Les délais de rempla-
Mode bivalent-régénératif cement d’une technologie de chauffage obsolète y sont détermi-
Le mode bivalent-régénératif permet l’intégration d’un généra- nés en plus des exigences fondamentales concernant les nou-
teur de chaleur régénérative comme le bois ou l’énergie solaire velles constructions.
thermique. Si une énergie renouvelable est disponible, la pompe
à chaleur est bloquée et l’énergie contenue dans le ballon régé- Durées de blocage de la société d’électricité
nératif répond aux demandes de chauffage, de production d’eau Profiter des tarifs spéciaux pour pompes à chaleur octroyés par
chaude sanitaire ou de piscine. les sociétés d’électricité locales sous-entend que celles-ci peu-
vent interrompre la fourniture d’électricité. L’électricité peut par
Coefficient de performance (COP) de Carnot exemple être coupée 3 x 2heures en 24heures. C’est pourquoi le
Le cycle de Carnot est le processus de comparaison idéal de chauffage quotidien (quantité de chaleur quotidienne) doit s’ef-
tous les processus de travail-chaleur. Dans ce cycle idéal (théo- fectuer pendant la période durant laquelle l’énergie électrique est
rique), on obtient le rendement théorique ou le coefficient de per- disponible.
formance maximal théorique en fonction de la pompe à chaleur.
Le coefficient de performance de Carnot prend uniquement en Détendeur
considération l’écart de température pur entre le côté chaud et le Composant de la pompe à chaleur installé entre le condenseur et
côté froid. l’évaporateur et destiné à faire descendre la pression de conden-
sation au niveau de la pression d’évaporation correspondant à la
température d’évaporation. D’autre part, le détendeur règle la
quantité de fluide frigorigène injecté en fonction du rendement de
l’évaporateur.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 5
Vocabulaire

Température limite / point de bivalence Mode monovalent


Température extérieure à partir de laquelle le 2ème générateur Ce mode de fonctionnement couvre à lui seul le besoin en cha-
de chaleur est activé, selon le besoin, en mode mono-énergéti- leur du bâtiment sur toute l’année (100%). On devrait, autant que
que (résistance électrique) et bivalent-parallèle (par ex. chau- possible, privilégier ce mode d’utilisation.
dière) pour répondre à la demande de chaleur de la maison. De manière générale, les pompes à chaleur eau glycolée/eau ou
eau/eau sont exploitées en mode monovalent.
Indice de travail annuel
Rapport entre la quantité de chaleur délivrée par l’installation de Ballon tampon
pompe à chaleur et la quantité de chaleur consommée pendant Le montage d’un ballon tampon d’eau de chauffage est systéma-
une année. Il se réfère à une installation déterminée en tenant tiquement conseillé pour augmenter la durée de fonctionnement
compte du dimensionnement de l’installation de chauffage (ni- de la pompe à chaleur lorsque la demande en chaleur est peu
veau et différence de température) et ne doit pas être assimilé au importante.
coefficient de performance COP.
Dans le cas des pompes à chaleur air/eau, un ballon tampon est
Indice de dépense annuelle obligatoire pour garantir une durée de fonctionnement minimale
de 10 minutes en mode dégivrage (programme de régulation
L’indice de dépense correspond à l’inverse de l’indice de travail.
pour éliminer le givre et la glace sur l’évaporateur).
L’indice de dépense annuelle indique quelle dépense (énergie
électrique par ex.) est nécessaire pour atteindre un certain ren- Bruit
dement (énergie chauffante par ex.). L’indice de dépense an-
La différence est essentiellement faite entre deux types de bruits,
nuelle comprend également l’énergie dépensée pour les entraî-
le bruit aérien et le bruit de structure. Le bruit aérien est un bruit
nements auxiliaires. La directive VDI 4650 détermine le calcul de
qui se propage par l’air. Le bruit de structure se propage dans les
l’indice de dépense annuelle.
matières solides ou dans les liquides et est partiellement
Puissance frigorifique rayonné sous forme de bruit aérien. Le champ de perception
auditive du bruit varie entre 16 et 16000Hz.
Débit de chaleur puisé dans l’environnement par l’évaporateur
d’une pompe à chaleur. La puissance calorifique du compres- Niveau de pression sonore
seur s’obtient à partir de la puissance électrique absorbée et de
Le niveau de pression sonore, mesuré aux alentours, n’est pas
la puissance frigorifique transmise.
une grandeur spécifique à la machine, mais un paramètre qui dé-
Fluide frigorigène pend de la distance et du lieu de mesure.
Fluide de travail d’une machine frigorigène ou d’une pompe à Niveau de puissance acoustique
chaleur. Il s’agit d’un fluide utilisé pour le transfert de la chaleur
Le niveau de puissance acoustique est un paramètre spécifique
dans un système frigorifique. Il absorbe la chaleur à basse tem-
de la puissance acoustique dégagée par une pompe à chaleur,
pérature et à basse pression et dégage de la chaleur à une tem-
propre à la machine et comparable. Les niveaux d’imission so-
pérature et à une pression plus élevées. On appelle fluide frigo-
nore à attendre à certaines distances et dans certains environne-
rigène de sécurité un fluide atoxique et ininflammable.
ments acoustiques peuvent être estimés. La norme prescrit le ni-
Coefficient de performance veau de puissance acoustique comme valeur caractéristique du
bruit.
Le rapport entre la capacité thermique dégagée par la pompe à
chaleur et la puissance électrique absorbée est exprimé en coef- Eau glycolée/liquide glycolé
ficient de performance, qui est mesuré en laboratoire selon les
Mélange résistant au gel constitué d’eau et d’un concentré anti-
normes EN 255/EN 14511 et des contraintes normalisées (par
gel à base de glycol destiné à être utilisé dans les collecteurs ou
ex. avec Air A2/W35, A2 = température d'entrée de l’air +2 °C,
sondes géothermiques.
W35 = température départ de l’eau de chauffage 35 °C et part de
puissance de la pompe). Un coefficient de performance de 3,2 si- Évaporateur
gnifie donc que l’on dispose d’une capacité thermique utile équi-
Échangeur thermique d’une pompe à chaleur dans lequel un flux
valente à 3,2 fois la puissance électrique utilisée.
de chaleur est extrait de la source de chaleur (air, nappe phréa-
Diagramme Ig p,h tique, terre) à faible température et faible pression par évapora-
tion d’un fluide de travail.
Représentation graphique des propriétés thermodynamiques
des fluides de travail (enthalpie, pression, température). Compresseur
Mode mono-énergétique Machine d’acheminement mécanique et de compression des
gaz. La compression s’accompagne d’une augmentation sensi-
En principe, le fonctionnement mono-énergétique est un mode
ble de la pression et de la température du fluide frigorigène.
bivalent-parallèle dans lequel seul un vecteur d'énergie est uti-
lisé, généralement l'électricité. La pompe à chaleur couvre une Condenseur
grande partie de la capacité thermique requise. Durant les quel-
Échangeur thermique d’une pompe à chaleur dans lequel un flux
ques jours où les températures extérieures sont basses, une ré-
de chaleur est libéré par condensation d’un fluide de travail.
sistance électrique vient compléter la pompe à chaleur.
Le dimensionnement de la pompe à chaleur air/eau s’effectue
généralement à une température limite (également appelée point
de bivalence). Celle-ci est d’env. -5 °C.

6 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Documentation

Calcul du besoin en chaleur Installation de pompe à chaleur


Pour les installations de pompe à chaleur, un dimensionnement Une installation de pompe à chaleur comporte une pompe à cha-
exact est absolument nécessaire. En effet, une installation surdi- leur et une installation de source de chaleur. Dans le cas des
mensionnée entraîne des coûts énergétiques élevés et a un im- pompes à chaleur eau glycolée/eau et eau/eau, l’installation de
pact négatif sur l’efficacité. source de chaleur doit être mise en œuvre séparément.
La détermination du besoin en chaleur s’effectue selon les nor-
Installation de chauffage par pompe à chaleur
mes respectives en vigueur.
Installation complète se composant de l’installation de source de
Le besoin en chaleur spécifique (W/m2) est multiplié par la sur-
chaleur, de la pompe à chaleur et de l’installation d’exploitation
face habitable à chauffer. Le résultat correspond au besoin en
de la chaleur.
chaleur total comprenant aussi bien le besoin en chaleur de
transmission que le besoin en chaleur de ventilation. Source de chaleur
Installation d’exploitation de la chaleur Milieu à partir duquel la pompe à chaleur prélève la chaleur.

L’installation d’exploitation de la chaleur a une influence décisive Installation de source de chaleur (WQA)
sur l’efficacité d’une installation de chauffage par pompe à cha-
Équipement permettant d’extraire la chaleur de la source de cha-
leur et doit pouvoir fonctionner avec une température départ ré-
leur et de transporter l'agent caloporteur entre la source de cha-
duite. Elle inclut un dispositif transportant l'agent caloporteur du
leur et la pompe à chaleur et tous ses équipements complémen-
côté chaud de la pompe à chaleur jusqu’aux consommateurs de
taires.
chaleur. Dans une maison individuelle par ex., cette installation
comporte en particulier un circuit de tuyaux de distribution de la Agent caloporteur
chaleur, un chauffage basse température ou des radiateurs,
Fluide liquide ou gazeux (par ex. eau, eau glycolée ou air) qui
ainsi que l’ensemble des équipements complémentaires.
sert à transporter la chaleur.

chauffage mural
Les murs parcourus d’eau agissent comme un grand radiateur.
Ce type de chauffage présente les mêmes avantages qu’un
chauffage par le sol. En règle générale, une température com-
prise entre 25 °C et 28 °C suffit pour le transfert de la chaleur, qui
est principalement fourni sous la forme d’une chaleur rayonnée
dans les pièces.

Documentation
RWE Energie Bau-Handbuch (12. Ausgabe), VWEW VLG U.
Wirtschaftsgesellschaft, ISBN 3-87200-700-9, Frankfurt 1998
Ramming, Klaus: Bewertung und Optimierung oberflächennaher
Erdwärmekollektoren für verschiedene Lastfälle, ISBN-13 978-3-
940046-41-3, 2007
Breidert, Hans-Joachim; Schittenhelm, Dietmar: Formeln, Tabel-
len und Diagramme für die Kälteanlagentechnik A. MUELLER
JUR.VLG.C.F., ISBN 3788076496, Heidelberg 1999
DIN Deutsches Institut für Normung e.V., Beuth Verlag GmbH,
Berlin.
VDI-Richtlinien – Gesellschaft technische Gebäudeausrüstung,
Beuth Verlag GmbH, Berlin.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 7
Symboles de formules

Symboles de formules
Taille Symbole Unité Autres unités (définition)
Masse M kg
Densité ρ kg/m3
s
Temps t 1 h = 3600 s
h
Débit volumique 9 m3/s
Débit massique 0 kg/s
Force F N 1 N = 1kg m/s2
1 Pa = 1 N/m2
Pression p N/m2 ; Pa
1 bar = 105 Pa

Énergie, travail, (quantité de) chaleur E, Q


J 1 J = 1 Nm = 1 CE = 1kg m2/s2
kWh 1 kWh = 3600 kJ = 3,6 MJ
Enthalpie H J
Puissance (calorifique) P, 4 W 1 W = 1 J/s = 1 Nm/s
K Température absolue, écart de température
Température T
°C température en °Celsius
Puissance acoustique LWA dB (re 1pW)
Niveau de pression sonore, niveau de puissance acoustique
Pression sonore LPA dB (re 20μPa)

Rendement η -
Coefficient de performance ε (COP) - Coefficient de performance
Indice de travail ß Par ex. indice de travail annuel
Capacité thermique spécifique c J/(kg K)

Lettres grecques

α Α alpha ι Ι iota ρ Ρ rho


β Β beta κ Κ kappa σ Σ sigma
γ Γ gamma λ Λ lambda τ Τ tau
δ Φ delta μ Μ mu υ Υ ypsilon
ε Ε epsilon ν Ν nu ϕ Φ phi
ζ Ζ zeta ξ Ξ xi χ Χ chi
η Η eta ο Ο omicron ψ Ψ psi
Ο θ theta π Π pi ω Ω omega

Capacités énergétiques de différents combustibles


Valeur Pouvoir Emission CO2 max. (kg/kWh) par rapport
Combustible calorifique1 calorifique2
Hi (Hu) Hs (Ho) à la valeur calorifique au pouvoir calorifique

Houille 8,14 kWh/kg 8,41 kWh/kg 0,350 0,339


Fuel EL 10,08 kWh/l 10,57 kWh/l 0,312 0,298
Fuel S 10,61 kWh/l 11,27 kWh/l 0,290 0,273
3 3
Gaz naturel L 8,87 kWh/mn 9,76 kWh/mn 0,200 0,182

Gaz naturel H 10,42 kWh/mn3 11,42 kWh/mn3 0,200 0,182


Gaz liquide (propane) 12,90 kWh/kg 14,00 kWh/kg
0,240 0,220
(ρ = 0,51kg/l) 6,58 kWh/l 7,14 kWh/l
Courant --- --- 0,200
1. Valeur calorifique Hi (anciennement Hu)
La valeur calorifique Hi (également appelée valeur calorifique inférieure) est la quantité de chaleur dégagée lors d’une combustion intégrale, quand la vapeur d’eau produite pen-
dant la combustion s’échappe sans être exploitée.
2. Pouvoir calorifique Hs (anciennement Ho)
Le pouvoir calorifique Hs (également appelé valeur calorifique supérieure) est la quantité de chaleur dégagée lors d’une combustion intégrale, quand la vapeur d’eau produite
pendant la combustion est condensée afin de rendre utilisable la chaleur d’évaporation.

8 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Tableaux de conversion

Tableaux de conversion
Unités énergétiques

Unité J kWh kcal


1 J = 1 Nm = 1 CE 1 2,778 * 10-7 2,39 * 10-4
1 kWh 6 1 860
3,6 * 10
1 kcal 4,187 * 103 1,163 * 10-3 1

Capacité thermique spéc. de l’eau : 1,163 Wh/kg K = 4.187J/kg K = 1 kcal/kg K

Unités de puissance

Unité kJ/h W kcal/h


1 kJ/h 1 0,2778 0,239
1W 3,6 1 0,86
1 kcal/h 4,187 1,163 1

Pression

bars Pascal Torr Colonne d'eau (CE)


1 100.000 750 mm HG 10,2 m

Longueur

Mètre Pouce(s) Pied(s) Yard


1 39,370 3,281 1,094
0,0254 1 0,083 0,028

Puissances

Préfixe Symbole Signification Préfixe Symbole Signification


déca da 101 déci d 10-1
2
hecto h 10 centi c 10-2
kilo k 103 milli m 10-3
6
méga M 10 micro μ 10-6
9
giga G 10 nano n 10-9
12
téra T 10 pico p 10-12
péta P 1015 femto f 10-15
exa E 1018 atto a 10-18

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 9
1 Choix et dimensionnement de pompes à chaleur

1 Choix et dimensionnement de pompes à chaleur

1.1 Dimensionnement des installations de chauffage existantes – pompes


à chaleur pour le marché de la rénovation

1.1.1 Besoin en chaleur du bâtiment à chauffer


Pour les installations de chauffage existantes, le besoin en cha- considérant
leur du bâtiment à chauffer doit être redéfini, car la puissance ca-  QN = besoin en chaleur du bâtiment
lorifique de la chaudière existante n’est pas une mesure repré-  Ba = consommation annuelle de gaz (en kWh) ou de fuel (en
sentative du besoin en chaleur. Les chaudières étant en général l)
surdimensionnées, ceci aurait pour effet d’augmenter inutilement
 eta = rendement du chauffage au fuel ou au gaz
les performances de la pompe à chaleur. Le calcul précis du be-
soin en chaleur s'effectue sur la base de normes nationales spé-  Bvh = nombre total d’heures d’utilisation à plein régime par
cifiques (par ex. EN 12831). On peut faire le calcul approximatif an
à partir de la consommation d’énergie connue jusque là de la  Hu = valeur calorifique du fuel domestique (en kWh/l)
surface habitable à chauffer et du besoin spécifique en chaleur. Le nombre total d’heures d’utilisation à plein régime par an dé-
Le besoin en chaleur se détermine approximativement comme pend du type de bâtiment et de la région climatique. Le tableau
suit: suivant permet de déterminer le nombre total d’heures d’utilisa-
tion à plein régime par an pour les différents types de bâtiment
Calcul pour le fuel: selon la directive VDI2067.

%DāHWDā+X Nombre total d’heures


41 Type de bâtiment d’utilisation à plein régime
%YK
(h/a)
Calcul pour le gaz: Maison individuelle 2100
Immeuble collectif 2000

%DāHWD Bâtiment administratif 1700


41 Hôpital 2400
%YK École (mode monocycle) 1100
École (mode multicycles) 1300
Calcul simplifié:
Tab. 1.1: Nombre total d’heures d’utilisation à plein régime par an pour les
différents types de bâtiment
%D
41
 Le besoin en chaleur spécifique pour des maisons individuelles
ou à deux logements construites entre 1980 et 1994 se monte à
80 W/m2. Pour les maisons bâties avant 1980 et dont l’isolation
n’a pas été revue, il va de 100 W/m2 à 120 W/m2. Dans le cas
d’installations déjà en place, il faut prendre en compte l’état
constaté de l’installation.

REMARQUE
Le besoin en chaleur du bâtiment si le choix d’une pompe à chaleur a été
fait, doit être calculé conformément aux normes nationales spécifiques
(par ex. En 12831). Le choix d’une pompe à chaleur ne peut pas simple-
ment se baser sur les anciennes consommations énergétiques ou va-
leurs indicatives du besoin en chaleur du bâtiment. La pompe à chaleur,
dans ce cas, risque d’être fortement surdimensionnée ou sous-dimen-
sionnée.

1.1.2 Détermination de la température départ nécessaire


Pour la plupart des chaudières au fuel et au gaz, le thermostat Pour cela, il y a deux possibilités.
est réglé sur une température comprise entre 70 °C et 75 °C. a) Le calcul du besoin en chaleur et le besoin en chaleur
Cette température élevée ne sert généralement qu’à la produc- de chaque pièce sont connus.
tion d’eau chaude sanitaire. Des dispositifs de réglage du sys- Dans les tableaux de puissances calorifiques des radia-
tème de chauffage tels que des mélangeurs et des vannes ther- teurs, la puissance est indiquée en fonction des températu-
mostatiques sont rajoutés pour empêcher une surchauffe du res départ et retour (voir tab. 1.2 à la p. 11). La pièce qui
bâtiment. Si une pompe à chaleur est intégrée a posteriori, il est demande à être chauffée le plus, sert de base pour le calcul
absolument obligatoire de calculer les températures départ et re- de la température départ maximale du chauffage central.
tour effectivement nécessaires pour savoir quelles sont les me-
sures de rénovation à prendre.

10 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Choix et dimensionnement de pompes à chaleur 1.1.2

Radiateurs en fonte
Hauteur mm 980 580 430 280
Profondeur mm 70 160 220 110 160 220 160 220 250
50 °C 45 83 106 37 51 66 38 50 37
Capacité thermique de chaque élément en W, 60 °C 67 120 153 54 74 97 55 71 55
pour une température d’eau moyenne Tm 70 °C 90 162 206 74 99 129 75 96 74
80 °C 111 204 260 92 126 162 93 122 92

Radiateurs en acier
Hauteur mm 1000 600 450 300
Profondeur mm 110 160 220 110 160 220 160 220 250
50 °C 50 64 84 30 41 52 30 41 32
Capacité thermique de chaque élément en W, 60 °C 71 95 120 42 58 75 44 58 45
pour une température d’eau moyenne Tm 70 °C 96 127 162 56 77 102 59 77 61
80 °C 122 157 204 73 99 128 74 99 77

Tab. 1.2: Capacité thermique d'éléments de radiateur (pour une température ambiante ti= 20 °C, selon DIN 4703)

b) Calcul expérimental sur la période de chauffage REMARQUE


(voir fig. 1.1 à la p. 11) La réalisation d'un ajustement hydraulique permet de réduire la tempéra-
Pendant la période de chauffage, les températures départ et ture départ maximale nécessaire!
retour, vanne thermostatique complètement ouverte, ré-
gressent jusqu’à ce qu’une température ambiante d’env.
20–22 °C s’installe. Lorsque la température ambiante a at-
teint le niveau souhaité, les températures départ et retour
ainsi que la température extérieure sont notées et portées
dans le diagramme ci-dessous. À l’aide du diagramme, on
peut lire à partir de la valeur inscrite le niveau de tempéra-
ture effectivement nécessaire (basse, moyenne, haute
température).



 7HPSpUDWXUHGpSDUW+7 9DOHXUH[HPSOH


7HPSpUDWXUHDOOHUHDXGHFKDXIIDJHƒ&

 7HPSpUDWXUHGpSDUW07 ƒ&WHPSpUDWXUHH[WpULHXUH


+7KDXWHWHPSpUDWXUH
7HPSpUDWXUHGpSDUWGHƒ& GHƒ&jƒ&

7HPSpUDWXUHGpSDUW%7

07PR\HQQHWHPSpUDWXUH
 GHƒ&jƒ&



 %7EDVVHWHPSpUDWXUH
ƒ&














































7HPSpUDWXUHH[WpULHXUHHQ>ƒ&@

Fig. 1.1 : Diagramme pour le calcul empirique des températures du système effectivement nécessaires

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 11
1.1.3 Choix et dimensionnement de pompes à chaleur

1.1.3 Quels travaux de rénovation faut-il entreprendre pour disposer d’une pompe à
chaleur économique en énergie ?
Basse température permet, lorsque le système de chauffage est modernisé avec
Température départ à 55 °C max. pour toutes les une pompe à chaleur, de faire des économies de quatre façons
pièces différentes.
Si la température départ nécessaire ne dépasse pas 55 °C, il a) La diminution du besoin en chaleur permet le montage d’une
n’est pas indispensable d’entreprendre des travaux supplémen- pompe à chaleur plus petite et donc moins coûteuse.
taires. N’importe quelle pompe à chaleur basse température con- b) Un besoin plus faible en chaleur réduit d’autant le besoin an-
vient pour une température départ jusqu’à 55° C. nuel en énergie de chauffage que la pompe à chaleur doit
fournir.
Moyenne température
c) Un besoin plus faible en chaleur peut être couvert avec des
Température départ supérieure à 55 °C dans
températures départ plus basses, ce qui améliore l’indice de
quelques pièces
travail annuel.
Si la température départ nécessaire dépasse 55 °C seulement
d) Une meilleure isolation thermique permet une augmentation
dans quelques pièces, il faut prendre des mesures pour la ré-
des températures moyennes en surface, sur les surfaces qui
duire. Pour cela, il suffit de changer les radiateurs dans les piè-
entourent la pièce. On atteint ainsi le même confort avec des
ces concernées pour permettre la mise en place d’une pompe à
températures ambiantes plus basses.
chaleur basse température.
Exemple :
Moyenne température
Températures départ entre 55 °C et 65 °C dans Une maison d’habitation avec un besoin en chaleur de 20 kW et
presque toutes les pièces un besoin annuel en énergie de chauffage d´env. 40000 kWh est
chauffée avec un chauffage à eau chaude dont les températures
Si, dans presque toutes les pièces, la température départ doit se
départ se monteront à 65 °C (retour à 50 °C). Une isolation ther-
situer entre 55 °C et 65 °C, les radiateurs de presque toutes les
mique ultérieure permettra de diminuer le besoin en chaleur de
pièces doivent être changés; on peut également choisir d’instal-
25%. Celui-ci passera donc à 15 kW et le besoin annuel en éner-
ler une pompe à chaleur moyenne température.
gie de chauffage à 30000 kWh.
Haute température De cette manière, la température départ moyenne peut être dimi-
Températures départ entre 65 °C et 75 °C dans nuée de 10 K environ, ce qui réduit encore la consommation
presque toutes les pièces d'énergie de 20 à 25%. L’économie globale en coûts énergéti-
Si les températures départ nécessaires doivent se situer entre ques se monte ainsi à env. 44% dans le cas d’une installation de
65 °C et 75 °C, le système de chauffage entier doit être changé chauffage par pompe à chaleur.
ou adapté. Si ce changement n’est pas possible ou n’est pas
souhaité, il faut alors installer une pompe à chaleur haute tempé- REMARQUE
rature. Règle fondamentale pour les installations de chauffage par pompe à cha-
leur:
Une diminution du besoin en chaleur par chaque fois que la température départ baisse d’un degré, vous économi-
 un remplacement de fenêtres sez env. 2,5% en consommation d’énergie.
 Une réduction des pertes dues à l’aération
 Une isolation des plafonds, combles ou façades

1.1.4 Choix de la source de chaleur (rénovation)


Sur le marché de la rénovation dans les maisons déjà bâties et
les jardins déjà aménagés, il est rarement possible d’installer un
collecteur géothermique, une sonde géothermique ou un puits.
Le plus souvent, l’air extérieur reste la seule source de chaleur
possible.
L’air est disponible partout comme source de chaleur et peut être
utilisé à tout moment sans autorisation. Les indices de travail an-
nuels auxquels on doit s’attendre sont inférieurs à ceux des ins-
tallations dont la source de chaleur est l’eau ou la terre. Le rac-
cordement de l’installation de source de chaleur est moins
coûteux.
Pour tout savoir sur le dimensionnement de l’installation de
source de chaleur des pompes à chaleur eau glycolée/eau et
eau/eau, veuillez vous reporter aux chapitres correspondants.

12 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Choix et dimensionnement de pompes à chaleur 1.2.3

1.2 Pompes à chaleur pour installations nouvelles

1.2.1 Calcul du besoin en chaleur du bâtiment


Le calcul exact du besoin en chaleur horaire maximum 4h s’ef-
fectue d’après les normes spécifiques à chaque pays. Une esti- T = 0,03 kW/m2 Maison passive

mation du besoin en chaleur est possible à l’aide de la surface selon l’ordonnance allemande d’isolation
T = 0,05 kW/m2 thermique de 1995 et la norme d’isolation
habitable à chauffer A (m2) : thermique minimaleRT
dans le cas d’une isolation thermique de
%HVRLQHQFKDOHXU 6XUIDFHFKDXIIpH ā %HVRLQHQFKDOHXUVSpFLILTXH T = 0,08 kW/m2 bâtiment normale (à partir de 1980 env.)
>N:@ >P@ >N:P@ dans le cas d’une maçonnerie ancienne sans
T = 0,12 kW/m2 isolation thermique particulière

Tab. 1.3: Valeurs spécifiques approximatives du besoin en chaleur

1.2.2 Dimensionnement pour les températures départ


Pour le dimensionnement du système de distribution de la cha- D’une manière générale, la température départ nécessaire ne
leur d'installations de chauffage par pompe à chaleur, le besoin devrait pas atteindre plus de 55 °C pour permettre la mise en
en chaleur requis doit être communiqué à des températures dé- service de pompes à chaleur basse température. Si des tempé-
part les plus basses possibles, car toute diminution d'un degré ratures départ supérieures sont nécessaires, il faut installer des
de la température départ se traduit par une économie de la con- pompes à chaleur moyenne et haute température (chap. 1.1.3
sommation d'énergie de l'ordre de 2,5 %. L’idéal, ce sont les page 12).
grandes surfaces de chauffage, telles que le chauffage par le sol.

1.2.3 Choix de la source de chaleur


Avant de choisir entre l'air, l'eau glycolée (collecteur géothermi-
que, sonde géothermique) ou l'eau (puits) comme source de
chaleur, il convient de tenir compte des paramètres suivants.
a) Coûts d'investissement
Outre les coûts à supporter pour la pompe à chaleur et l’ins-
tallation d’exploitation de la chaleur, les coûts d’investisse-
ment sont influencés de manière déterminante par les dé-
penses d'équipement pour la source de chaleur.
b) Coûts d'exploitation
Les indices de travail annuels de l’installation de chauffage
par pompe à chaleur auxquels on peut s’attendre influent
énormément sur les coûts d’exploitation. Ces derniers sont
déterminés essentiellement par le type de pompe à chaleur,
la température moyenne de la source de chaleur et les tem-
pératures départ nécessaires au chauffage.

ATTENTION !
Le besoin en chaleur du bâtiment pour le choix d’une pompe doit être
calculé conformément à la norme nationale spécifique (par ex. EN12831).
Le choix d’une pompe à chaleur ne peut pas simplement se baser sur les
anciennes consommations d'énergie ou valeurs indicatives du besoin en
chaleur du bâtiment. La pompe à chaleur, dans ce cas, risque d’être
fortement surdimensionnée ou sous-dimensionnée.

REMARQUE
Les indices de travail annuels auxquels on doit s’attendre pour des pom-
pes à chaleur air/eau sont certes inférieurs à ceux des installations dont
la source de chaleur est l’eau et la terre. En revanche, le raccordement de
l’installation source de chaleur est moins coûteux.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 13
1.3 Choix et dimensionnement de pompes à chaleur

1.3 Besoin supplémentaire en énergie

1.3.1 Durées de blocage de la société d’électricité


La plupart des sociétés d’électricité proposent, pour les pompes Base de calcul :
à chaleur, un accord spécial comportant des tarifs d’électricité
K K
plus avantageux. Pour cela, ces sociétés doivent être en mesure I
de désactiver et bloquer les pompes à chaleur aux moments où 'XUpHG¶DFWLYDWLRQ K±'XUpHGHEORFDJH
la charge du réseau d’électricité est au plus fort.
Facteur de
Pendant les durées de blocage, la pompe à chaleur ne peut as- Durée de blocage (totale)
dimensionnement
surer le chauffage de la maison. Il est donc nécessaire de réali-
2h 1,1
menter la pompe à chaleur en énergie lorsqu’elle peut redémar-
4h 1,2
rer, ce qui signifie qu’il faut la dimensionner de manière plus
6h 1,3
généreuse au départ.
Habituellement, les durées de blocage de la société d’électricité Tab. 1.4: Facteur de dimensionnement (f) pour la prise en considération des
durées de blocage
ne dépassent pas 4 heures par jour et sont prises en considéra-
tion avec un facteur de 1,2.
En règle générale et dans le cas de maisons massives, particu-
Dimensionnement lièrement lorsque le chauffage s’effectue par le sol, la capacité
Les valeurs de besoin en chaleur calculées pour la production de de l’accumulateur de chaleur disponible suffit à couvrir les du-
chauffage et d’eau chaude sanitaire doivent en principe être ad- rées de blocage, même prolongées, tout en n’entraînant que de
ditionnées. Si la commutation du 2ème générateur de chaleur faibles pertes de confort. Ainsi, la commutation du deuxième gé-
n’est pas nécessaire pendant la durée de blocage, le total des nérateur de chaleur (par ex. chaudière) n’est plus obligatoire.
valeurs de besoin doit être multiplié par le facteur (f). L’augmentation de puissance de la pompe à chaleur est cepen-
dant nécessaire compte tenu de la nécessité de réchauffer le vo-
lume du ballon.

1.3.2 Production d’eau chaude sanitaire


Le besoin en eau chaude sanitaire dans les bâtiments dépend Conduites de circulation
particulièrement des comportements d'utilisation. Pour des exi- Les conduites de circulation augmentent côté installation le be-
gences de confort normales, ce besoin est compris entre 80 et soin en chaleur pour le réchauffement de l'eau chaude sanitaire.
100litres par jour et par personne, compte tenu d’une tempéra- Le besoin supplémentaire dépend de la longueur des conduites
ture d’eau chaude sanitaire de 45°C. Dans ce cas, la puissance de circulation et de la qualité de l'isolation; il doit donc être pris en
calorifique à prévoir pour la production d'eau chaude sanitaire se considération. Si, en raison d'un cheminement plus long des
monte à 0,2kW par personne. conduites, il est impossible de renoncer à une circulation, il con-
vient d’utiliser un circulateur de bouclage ECS, activé selon les
REMARQUE besoins par un capteur de débit. Le besoin en chaleur de la con-
Lors du dimensionnement, il convient de partir d’un nombre potentiel de duite de circulation peut être considérable.
personnes maximum et de considérer en plus les habitudes particulières
des utilisateurs (par ex. jacuzzi). REMARQUE
Selon la directive RT§12(4) sur les économies d’énergie, les circulateurs
Si la production d'eau chaude sanitaire s'effectue au point de di-
de bouclage ECS doivent être équipés de dispositifs automatiques de
mensionnement de la pompe à chaleur à l'aide d'une cartouche
mise en marche et à l’arrêt.
chauffante, il n'est pas nécessaire d'ajouter au besoin en chaleur
le besoin en énergie supplémentaire pour la production d'eau La déperdition thermique relative à la surface de la distribution
chaude sanitaire. d’eau potable dépend de la surface utile et du mode et des con-
ditions de la circulation utilisée. Pour une surface utile de 100 à
150 m2 et une distribution à l’intérieur de l’enveloppe thermique,
les déperditions de chaleur relatives à la surface, conformément
à RT, s’élèvent à:
 avec circulation 9,8 [kWh/m2a]
 sans circulation 4,2 [kWh/m2a]

14 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Choix et dimensionnement de pompes à chaleur 1.3.4.1

1.3.3 Réchauffement de l’eau de piscine


Piscine découverte Pour la première chauffe du bassin à une température supé-
Le besoin en chaleur nécessaire au réchauffement de l’eau rieure à 20 °C, il est nécessaire d’avoir une quantité de chaleur
d’une piscine découverte dépend fortement des habitudes d’utili- d’env. 12 kWh/m3 de contenance du bassin. Des temps de
sation. chauffage de 1 à 3 jours sont nécessaires en fonction de la taille
du bassin et de la puissance calorifique installée.
Ce besoin peut correspondre, selon l’ordre de grandeur, à celui
d’une maison individuelle et doit, dans de tels cas, être calculé Piscine couverte
séparément.  Chauffage du bâtiment
Cependant, si la piscine n’est chauffée qu’occasionnellement en Le chauffage du bâtiment s’effectue généralement par ra-
été (période sans chauffage), il n’est pas toujours nécessaire de diateurs ou chauffage par le sol et/ou par un registre de
tenir compte du besoin en chaleur. chauffage dans l’installation d’aération/de déshumidifica-
La détermination approximative du besoin en chaleur dépend de tion. Dans les deux cas, un calcul du besoin en chaleur est
l’exposition au vent du bassin, de la température du bassin, des nécessaire en fonction de la solution technique utilisée.
conditions climatiques, de la période d’utilisation et de la pré-  Réchauffement de l'eau du bassin de la piscine
sence ou non d’un système de couverture de la surface du bas- Le besoin en chaleur dépend de la température de l’eau du
sin. bassin, de la différence entre la température de l’eau du
bassin et la température ambiante, ainsi que de l’utilisation
Température de l’eau faite de la piscine.
20 °C 24 °C 28 °C
Température Température de l’eau
avec couverture1 100 W/m2 150 W/m2 200 W/m2
sans couverture,
ambiante 20 °C 24 °C 28°C
emplacement protégé 200W/m2 400W/m2 600W/m2
23 °C 90W/m2 165W/m2 265W/m2
sans couverture, 2 2
25 °C 65W/m 140W/m 240W/m2
emplacement partielle- 300W/m2 500W/m2 700W/m2
ment protégé 28 °C 20W/m2 100W/m2 195W/m2
sans couverture
emplacement non pro- 450W/m2 800W/m2 1000W/m2 Tab. 1.6: Valeurs de référence pour le besoin en chaleur de piscines couver-
tégé (vent fort) tes

1. Les valeurs réduites pour bassins couverts ne sont valables que pour les pis-
cines privées utilisées au maximum 2h par jour. Dans le cas de piscines privées munies d’un système de couver-
Tab. 1.5: Valeurs de référence pour le besoin en chaleur de piscines exté-
ture du bassin et dont l’utilisation ne va pas au-delà de 2 heures
rieures utilisées de mai à septembre. par jour, ces puissances peuvent être réduites jusqu’à 50%.

1.3.4 Détermination de la puissance de la pompe à chaleur

1.3.4.1 Pompe à chaleur air/eau (mode mono-énergétique)


Les pompes à chaleur air/eau fonctionnent essentiellement en 
mode mono-énergétique. La pompe à chaleur doit donc couvrir 
7HPSpUDWXUHH[WpULHXUHHQƒ&

complètement le besoin en chaleur qui se fait ressentir à des 


températures extérieures atteignant env. -5 °C max. (point de bi- 
valence). En cas de température extérieure très basse et de be- 
soin en chaleur important, un générateur de chaleur à fonction- 
nement électrique est commuté. 
En particulier dans le cas d'une installation à mode mono-éner- 
gétique, le dimensionnement de la puissance d'une pompe à 
chaleur a une incidence sur l'étendue de l'investissement et des 
coûts annuels de chauffage. Plus la puissance de la pompe à 
chaleur est élevée, plus les investissements de la pompe à cha- 
leur seront importants, et plus les coûts d’énergie annuels seront 
faibles.                

L'expérience montre qu'une puissance de pompe à chaleur qui 7HPSVHQMRXUV

coupe la courbe caractéristique de chauffage à une température Fig. 1.2 : Courbe caractéristique annuelle : nombre de jours pendant lesquels
limite (ou point de bivalence) d'env. -5 °C doit être préconisée. la température extérieure est inférieure à la valeur indiquée

D'après ce dimensionnement, il apparaît, selon la norme


DIN 4701 T10, que dans le cas d’une installation en mode biva- Exemple suivant tab. 1.7 à la p. 16
lent-parallèle, le 2ème générateur de chaleur (par ex. résistance En mode de fonctionnement bivalent-parallèle et considérant un
électrique) participe à hauteur de 2%. point de bivalence de -5 °C, la part de la pompe à chaleur est ap-
fig. 1.2 page 15 représente la courbe caractéristique annuelle de proximativement de 98%.
la température extérieure à Essen. Dans le cas présent, il en ré-
sulte que le nombre de jours où la température extérieure n’ex-
cède pas -5 °C est inférieur à 10 par an.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 15
1.3.4.2 Choix et dimensionnement de pompes à chaleur

Point de bivalence [°C] -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5


Taux de couverture [-]
1,00 0,99 0,99 0,99 0,99 0,98 0,97 0,96 0,95 0,93 0,90 0,87 0,83 0,77 0,70 0,61
en mode biv.-parall.
Taux de couverture [-]
0,96 0,96 0,95 0,94 0,93 0,91 0,87 0,83 0,78 0,71 0,64 0,55 0,46 0,37 0,28 0,19
en mode biv.-altern.

Tab. 1.7: Taux de couverture de la pompe à chaleur d'une installation en mode mono-énergétique ou en mode bivalent en fonction du point de bivalence et du mode
de fonctionnement (source : tableau 5.3-4 DIN 4701P10)

1.3.4.2 Exemple de dimensionnement pour une pompe à chaleur air/eau


Le dimensionnement de la pompe à chaleur tient compte du be- L’exemple de la fig. 1.3 page 16 avec un besoin en chaleur total
soin en chaleur du bâtiment, lié à la température extérieure (sim- de la maison de 11,0 kW pour une température extérieure de
plifié sous la forme de droite) dans le diagramme de puissance base (hiver) de -16 °C et une température ambiante choisie de
calorifique, et des courbes de puissance calorifique des pompes +20 °C donne un aperçu de la méthode. Le diagramme montre
à chaleur. Ici, le besoin en chaleur du bâtiment, lié à la tempéra- les courbes de puissance calorifique de deux pompes à chaleur
ture extérieure, est reporté, en fonction de la température am- pour une température de départ de l’eau de chauffage de 35 °C.
biante choisie (température extérieure correspondante point 1), Les points d’intersection (température limite et points de biva-
sur l’abscisse (axe des X) de la capacité thermique calculée lence) du besoin en chaleur du bâtiment, lié à la température-
(point 2) dans le cas d’une température extérieure de base (hi- extérieure, et des courbes de puissance calorifique des pompes
ver) selon les normes spécifiques à chaque pays. à chaleur se situent à env. -5,0 °C pour la PAC 1 et à env. -9 °C
pour la PAC 2. Dans l’exemple choisi, c’est la PAC 1 qui doit être
Caractéristiques du bâtiment : utilisée. Pour que le chauffage puisse être assuré pendant toute
 Mode de fonctionnement mono-énergétique
l’année, l’écart entre le besoin en chaleur du bâtiment lié à la
(pompe à chaleur avec résistance électrique)
température extérieure et la puissance calorifique de la pompe à
 Système de chauffage avec températures chaleur dans le cas d’une température d’entrée de l’air adéquate
départ maximales de 35 °C doit être compensé par un chauffage d’appoint électrique.

 Durée de blocage de 2h Dimensionnement du chauffage supplémentaire


(facteur f du tab. 1.3 à la p.13) électrique
 Besoin en chaleur pour le chauffage 9,0kW Besoin en chaleur global au jour le plus froid
 Besoin en chaleur pour la production 1,0kW – Capacité thermique de la pompe à chaleur au jour
d’eau chaude sanitaire le plus froid
Calcul: = Puissance des cartouches chauffantes
capacité thermique nécessaire de la pompe à
chaleur
Exemple :
= (besoin en chaleur pour le chauffage + besoin en chaleur pour
la production d'eau chaude sanitaire) x facteur f
N: ± N: N:
%HVRLQHQFKDOHXU &DSDFLWpWKHUPLTXH 3XLVVDQFHGHV
= (9,0kW+1,0kW)x1,1= 11,0kW GXEkWLPHQWj GHOD3$&j UpVLVWDQFHVpOHFWULTXHV
±ƒ& ±ƒ&

Dans l’exemple choisi, la PAC 1 doit être dimensionnée avec des
3$& résistances électriques d'une puissance de 6,0kW.
3XLVVDQFHFDORULILTXHHQ>N:@GpJLYUDJHLQFOXV



 3$&

 3XLVVDQFHVXSSOpPHQWDLUH
QpFHVVDLUH

3W


%HVRLQHQFKDOHXUGXEkWLPHQW
HQIRQFWLRQGHODWHPSpUDWXUH
H[WpULHXUH VLPSOLILp


3W

      
3RLQWGHELYDOHQFH 7HPSpUDWXUHH[WpULHXUHHQƒ&

Fig. 1.3 : Courbes de puissance calorifique de deux pompes à chaleur air/


eau à puissances calorifiques différentes pour des températures
départ de 35 °C et un besoin en chaleur du bâtiment lié à la
température extérieure

16 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Choix et dimensionnement de pompes à chaleur 1.3.4.4

1.3.4.3 Dimensionnement de pompes à chaleur eau glycolée/eau et eau/eau (mode monovalent)


La Fig. 1.4 montre les courbes de puissance calorifique de pom-
pes à chaleur eau glycolée/eau. Doit être choisie la pompe à 3XLVVDQFHFDORULILTXHHQ>N:@ 7\SHGHSRPSHjFKDOHXU

chaleur dont la puissance calorifique se trouve au-dessus du
:3
point d’intersection entre le besoin en chaleur global nécessaire
et la température de la source de chaleur dont on dispose.
 &RQGLWLRQ
Caractéristiques du bâtiment : 7HPSpUDWXUHGHVRUWLH
 Mode de fonctionnement monovalent GHO¶HDXGHFKDXIIDJH:
(pompe à chaleur uniquement)

 Système de chauffage avec températures
départ maximales de 35 °C 3$&

 Durée de blocage de 6h 
3$&
(facteur f du tab. 1.3 à la p.13)

 Besoin en chaleur pour le chauffage 10,6kW



3$&
Calcul:
capacité thermique nécessaire de la pompe
à chaleur 3$&

3RLQW
= besoin en chaleur pour le chauffage x facteur f
3$&
= 10,6kWx1,3= 13,8kW


3$&


        
7HPSpUDWXUHG¶HQWUpHGHO¶HDXJO\FROpHHQ>ƒ&@

Fig. 1.4 : Courbes de puissance calorifique de pompes à chaleur eau glyco-


lée/eau à puissances calorifiques différentes pour des températu-
res départ de 35 °C.

Dans le cas d’un besoin en chaleur global de 13,8 kW et d’une


température d’eau glycolée minimale de 0 °C, il faut choisir, pour
une température départ maximale nécessaire de 35 °C, la
courbe de puissance de la PAC 5. Celle-ci fournit une capacité
thermique de 14,5 kW dans les contraintes évoquées ci-dessus.

1.3.4.4 Dimensionnement de pompes à chaleur eau glycolée/eau et eau/eau (mode mono-énergétique)


Les installations de pompe à chaleur eau glycolée/eau ou eau/
eau mono-énergétiques peuvent dans certains cas être équi-
pées d’un deuxième générateur de chaleur également électri-
que, par ex. un ballon tampon équipé d'une résistance électri-
que. La planification de telles installations doit uniquement se
faire dans des cas exceptionnels lorsque, suite à des durées de
blocage, une très grande poussée de puissance est nécessaire
ou lorsque, pour des raisons de gamme de produits, une pompe
à chaleur à puissance considérablement plus élevée par compa-
raison au besoin en chaleur global doit être choisie.
D’autre part, le mode mono-énergétique est approprié à la pre-
mière période de chauffage si le séchage de la construction doit
se faire en automne ou en hiver.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 17
1.3.4.5 Choix et dimensionnement de pompes à chaleur

1.3.4.5 Dimensionnement de pompes à chaleur air/eau (mode bivalent)


Dans le cas d’un mode bivalent-parallèle (construction an- 
cienne), un 2ème générateur de chaleur (chaudière à fuel ou à 
0RGHGHIRQFWLRQQHPHQW
ELYDOHQWSDUDOOqOH
gaz) soutient la pompe à chaleur à partir du point de bivalence

7DX[GHFRXYHUWXUHG
XQHSRPSHj

< 4 °C.

FKDOHXUVXUOHWUDYDLODQQXHO 

Il est souvent judicieux de légèrement sous-dimensionner la 0RGHGHIRQFWLRQQHPHQW
 ELYDOHQWDOWHUQDWLI
pompe à chaleur;en effet, la part du travail de chauffe annuel

couvert par la pompe à chaleur n'en est guère modifiée. Condi-

tion: un fonctionnement permanent de l’installation en mode bi-
valent doit être prévu. 


Dans les bâtiments où les radiateurs constituent le système de
distribution de chaleur, des températures départ de chauffage de 

50°C et plus sont souvent nécessaires de manière durable. Dans 


     
ce cas, un fonctionnement bivalent-alternatif des pompes à cha-
5DSSRUWSXLVVDQFHFDORULILTXHGHODSRPSHjFKDOHXUEHVRLQHQFKDOHXUGXEkWLPHQW 
leur et de la chaudière est également conseillé, car les pompes
à chaleur air/eau présentent de bien meilleurs coefficients de Fig. 1.5 : Taux de couverture d'une pompe à chaleur selon différents modes
performance à des températures extérieures élevées. À des de fonctionnement
températures extérieures basses, le 2èmegénérateur de chaleur
prend en charge le chauffage du bâtiment. Le diagramme montre à titre d'exemple le taux de couverture
d'une pompe à chaleur en modes bivalent-parallèle et bivalent-
alternatif en fonction du besoin en chaleur du bâtiment échan-
tillon.

REMARQUE
L'expérience prouve que, pour les raisons les plus diverses, la chaudière
fuel ou à gaz présente dans les systèmes bivalents dans le cadre d'une
rénovation doit être mise hors service au bout de quelques années. C'est
pourquoi le dimensionnement devrait toujours être identique à celui de
l'installation mono-énergétique (point de bivalence -5 °C env.) et le ballon
tampon intégré au départ circuit de chauffage.

1.3.4.6 Dimensionnement de pompes à chaleur eau glycolée/eau et eau/eau (mode bivalent)


Dans le cas d’un fonctionnement bivalent des pompes à chaleur Renseignez-vous de préférence auprès de nos spécialistes sys-
eau/eau et eau glycolée/eau, on a en principe affaire aux mêmes tème de pompes à chaleur.
conditions que celles s’appliquant aux pompes à chaleur air/eau.
En fonction du système de l’installation de la source de chaleur,
d’autres facteurs de dimensionnement doivent être pris en consi-
dération.

1.3.4.7 Séchage de la construction


La construction exige habituellement de grandes quantités d’eau résistance électrique supplémentaire afin de compenser l’éléva-
pour le mortier, les enduits, le plâtre et les papiers peints, eau qui tion du besoin en chaleur. Cette résistance doit uniquement être
ne s’évapore que lentement de l’ouvrage. De plus, la pluie peut activée pendant la première période de chauffage sur les pom-
considérablement accroître l’humidité du bâtiment. Une humidité pes à chaleur eau glycolée/eau en fonction de la température dé-
élevée dans tout le corps du bâtiment augmente le besoin en part de l’eau glycolée (env. 0 °C) ou en cas de température li-
chaleur de la maison pendant les deux premières périodes de mite (0 °C à 5 °C).
chauffage.
Le séchage doit être assuré par des appareils spéciaux à fournir REMARQUE
par le client. Dans le cas de puissances calorifiques de la pompe Dans le cas de pompes à chaleur eau glycolée/eau, l’augmentation des
à chaleur mesurées trop justes et d’un séchage de construction durées de fonctionnement du compresseur peut entraîner un sous refroi-
pendant l’automne ou l’hiver, il est donc recommandé, notam- dissement de la source de chaleur et de ce fait, une mise à l’arrêt de sé-
curité de la pompe à chaleur.
ment pour les pompes à chaleur eau glycolée/eau, d’installer une

18 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur air/eau 2.1

2 Pompe à chaleur air/eau

2.1 Source de chaleur: air


Plage d'exploitation de la pompe à chaleur air/eau REMARQUE
Il est impossible de citer d'une manière générale les plages d'uti- La limite de gel peut varier d'une région climatique à l'autre. Respecter les
lisation des pompes à chaleur air/eau. Ces plages peuvent varier consignes en vigueur dans les pays concernés.
en fonction des différents composants de la pompe à chaleur ou
des divers fluides frigorigènes. Les plages d'exploitation peuvent ATTENTION !
être les suivantes par ex.: Si les condensats sont dirigés dans des bassins de décantation, un
 LA ..TAS de -25°C à +35°C siphon est à prévoir afin de protéger l’évaporateur contre les vapeurs
corrosives.
 LIA ..IM de -20°C à +35°C

REMARQUE ATTENTION !
Les plages d'utilisation des différentes pompes à chaleur sont disponi- La conduite de chauffage urbain doit être posée de façon que l'eau ne
bles dans les informations sur les appareils situées en annexe. s'infiltre pas dans la conduite via la fondation de l'unité extérieure. Pour
ce faire, la conduite de chauffage urbain doit être acheminée 2-3cm env.
Disponibilité de la source de chaleur Air extérieur en dehors de la fondation.
 illimitée
Recommandations sur l'installation
Possibilités d’utilisation La pompe à chaleur air/eau devrait de préférence être installée à
 mono-énergétique l'extérieur. Comme elle requiert peu de fondations et qu’elle évite
l’utilisation de systèmes d’aération, cette variante d'installation
 mode bivalent parallèle (ou partiellement parallèle)
est efficace et financièrement avantageuse. Pour l'installation,
 mode bivalent alternatif les prescriptions du code de construction en vigueur localement
 mode bivalent régénératif sont à respecter. Si une installation à l'extérieur n’est pas possi-
ble, il faut prendre en compte que, dans les pièces dont l'air est
Ballon tampon très humide, il peut se former de la condensation sur la pompe à
L’intégration de la pompe à chaleur air/eau requiert un ballon chaleur, les conduites d'air et spécialement au niveau des per-
tampon en série pour garantir le dégivrage de l’évaporateur cées murales.
(échangeur thermique à lamelles) par inversion de cycle. De
plus, le montage d’un ballon tampon en série prolonge la durée Protection antigel
de fonctionnement de la pompe à chaleur si la demande en cha- Si besoin est, le circulateur du circuit de chauffage est automati-
leur est peu importante (voir chap. 8.6 page 105). quement activé par le biais d'une sonde antigel du circuit aller in-
tégrée à l’appareil, et empêche ainsi la pompe à chaleur de geler
Écoulement des condensats lors d’une période d’arrêt (chap. 8.2 page 96).
L’eau de condensation se formant en cours de fonctionnement
doit être évacuée sans risque de gel. Pour garantir un écoule- ATTENTION !
ment irréprochable, la pompe à chaleur doit être placée à l’hori- L’air aspiré ne doit pas être chargé d’ammoniac. L’exploitation de
zontale. Le flexible d'écoulement des condensats doit avoir un l’évacuation de l'air provenant d’étables n’est donc pas autorisée.
diamètre d’au moins 50mm et doit déboucher dans les égouts. Si
les condensats sont dirigés vers les égouts, dans lesquels des Consignes de maintenance
gaz de fermentation peuvent se produire, protéger l'évaporateur Pour garantir un fonctionnement sûr de la pompe à chaleur, cette
de ces gaz avec un siphon. Le dégivrage a lieu jusqu’à 16 fois dernière doit être entretenue à intervalles réguliers. Les tâches
par jour; chaque dégivrage donne à chaque fois jusqu’à 10 litres suivantes peuvent être effectuées sans formation spéciale:
d’eau de condensation (voir fig. 2.1 à la p. 19).  Nettoyage des lamelles de l'évaporateur
 Nettoyage de l'intérieur de la pompe à chaleur
3RPSHjFKDOHXU
 Nettoyage de la cuve de condensats/l'écoulement de l'eau
P

'pSDUWHWUHWRXU de condensation
FLUFXLWGHFKDXIIDJH  Nettoyage des gaines d'air (entrée et sortie d'air)
Vérifier également à intervalles réguliers l'étanchéité de la
pompe à chaleur et le fonctionnement du circuit du fluide frigori-
gène.

/LPLWHGHJHO REMARQUE
D'autres informations et les normes nationales sur l'essai d'étanchéité
des pompes à chaleur sont disponibles à l'adresse www.dimplex.de/
eFRXOHPHQWGHVFRQGHQVDWV )LOVpOHFWULTXHV
dichtheitspruefung.

Fig.2.1: Plan des fondations de la pompe à chaleur avec écoulement des ATTENTION !
condensats
Les travaux sur des composants contenant du fluide frigorigène doivent
être réalisés uniquement par du personnel spécialisé dans le domaine
frigorifique.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 19
2.2 Pompe à chaleur air/eau

2.2 Pompes à chaleur air/eau pour installation à l'extérieur


Investissements pour une installation à l’extérieur Recyclage d'air
 Fondations résistantes au gel L'installation de la pompe à chaleur doit être réalisée de telle
 Pose dans le sol de conduites de chauffage isolées thermi- sorte que l'air refroidi par extraction de chaleur puisse s'évacuer
quement pour les circuits départ et retour librement. Dans le cas d’une installation près d'un mur, l’évacua-
 Pose dans le sol de câbles électriques de connexion et de tion ne doit pas être dans le sens du mur.
puissance Une installation dans des cavités ou des cours intérieures n’est
 Passages muraux pour conduites de raccordement pas autorisée, car l’air refroidi s’accumule au sol et est à nou-
 Écoulement des condensats (sans risque de gel) veau aspiré par la pompe à chaleur en cas de fonctionnement de
longue durée.
 Le cas échéant, respecter le code de construction en vi-
gueur localement

Installation
Les pompes à chaleur pour installation à l'extérieur sont équi-
pées de tôles revêtues d'une peinture spéciale, par conséquent
résistantes aux intempéries.
D'une manière générale, l'appareil doit toujours être installé sur
une surface plane et horizontale. En guise de fondations, des
dalles de ciment ou des plaques de fondations protégées du gel
feront l'affaire. Le châssis doit adhérer au sol et être étanche sur
tout son pourtour afin de garantir une isolation sonore correcte et
d’empêcher un refroidissement des pièces d’amenée d’eau. Si
ce n’est pas le cas, il faut éventuellement colmater les rainures Fig.2.2: Écartements minimaux pour les travaux de maintenance et la con-
avec du matériel isolant résistant aux intempéries. nexion en parallèle des pompes à chaleur

ATTENTION ! REMARQUE
La pompe à chaleur est en principe conçue pour une installation de plain- Les écartements minimaux recommandés pour les travaux de mainte-
pied. Lorsque les conditions diffèrent (par ex. montage sur une plate- nance sont indiqués dans les instructions de montage correspondantes.
forme, toiture plate, ...) ou qu'il existe un risque élevé de basculement
(emplacement exposé, forts coups de vents par ex.), prévoir un dispositif Câble de raccordement électrique
anti-basculement supplémentaire. Pour fonctionner, les pompes à chaleur air/eau installées à l'ex-
térieur ont besoin d'un câble de raccordement électrique. Il per-
REMARQUE met au gestionnaire de pompe à chaleur installé dans le local
En cas d'utilisation de pompes à chaleur à proximité de la mer, une forte technique de commander l'ensemble des composants électri-
corrosion peut se produire en raison de la salinité élevée de l'air. L'utili- ques de la pompe à chaleur (par ex. compresseur, détendeur).
sation de pompes à chaleur ne présente pas d'inconvénient si la mer est
distante d'au moins 12km.
Référence de Pompes à
Longueur
commande chaleur
REMARQUE LA 9TU - LA 40TU
En cas d'installation près d'un mur, le débit d'air peut causer d'importants EVL 10U - EVL 40U 10 - 40 m
LA 35TUR+
dépôts dans les zones d'aspiration et d'évacuation. L'air froid extérieur LA 6TU
EVL 10UE - EVL 40UE 10 - 40 m
doit être évacué de manière à ne pas augmenter les pertes de chaleur LA 60TU
dans les pièces chauffées attenantes. LA ..AS
LA ..PS
EVL 996-1 - EVL 999-1 10 - 40m
LA ..MS
Écartements minimaux LA ..TAS/LA ..MAS
Les travaux d'entretien doivent pouvoir être effectués sans pro- EVL 10R - EVL 40R LA ..R 10 - 40m
blème, Ce qui est tout à fait possible en observant un écartement
Tab. 2.1: Vue d'ensemble des câbles de raccordement électrique
de 1,2 m entre l’appareil et les murs.

Mesures d’insonorisation REMARQUE


Il est possible de réduire au minimum les émissions sonores en Les câbles de raccordement doivent être commandés séparément en tant
éliminant, dans un périmètre de 3 à 5 mètres côté évacuation de qu'accessoire et doivent être choisis selon le type de la pompe à chaleur.
l’air, les surfaces rigides (façade par ex.) pour éviter toute ré-
flexion du bruit. ATTENTION !
Les fondations peuvent également être recouvertes jusqu’à hau- Ils sont disponibles dans les longueurs suivantes: 10, 20, 30 et 40m.
teur des panneaux latéraux d’habillage avec des matériaux ab- Toute prolongation de la ligne de commande par le client est interdite.
sorbant les sons (paillis d’écorces par ex.).
Les émissions sonores dépendent du niveau respectif de puis-
ATTENTION !
La ligne de puissance doit être posée séparément de la ligne de
sance acoustique de la pompe à chaleur et des conditions d’ins-
commande pour garantir une transmission de signal correcte. Les câbles
tallation. Au « chap. 5 page 57 », les rapports des facteurs d’in-
de raccordement électrique doivent être posés dans un tuyau de
fluence sur les émissions sonores, la propagation du bruit et les protection de 70mm de diamètre minimum.
immissions sonores sont expliqués plus en détails.

20 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur air/eau 2.2.2

2.2.1 Connexion en parallèle de pompes à chaleur air/eau installées à l’extérieur


Lors de la connexion en parallèle de pompes à chaleur air/eau
&DQDOLVDWLRQGHO
DLU
installées à l'extérieur, il convient de respecter un écartement mi- GHODSRPSHjFKDOHXU
nimal entre les différentes pompes. Cet écartement est néces-
saire pour empêcher un court-circuit d'air entre les différentes
pompes à chaleur. Il faut également prendre en compte les écar-
tements minimaux pour les travaux de maintenance mentionnés 'LUHFWLRQSULQFLSDOH P

dans les instructions de montage correspondantes. GXYHQW


Respecter un écartement minimal de 1,2m entre les différentes
pompes à chaleur (voir fig. 2.3 à la p. 21).

P

Fig.2.3: Connexion en parallèle de pompes à chaleur

2.2.2 Raccordement côté chauffage


Le raccordement au chauffage de la maison doit être effectué au Le passage dans le bâtiment s'effectue au moyen d'une isolation
moyen de deux tuyaux isolés thermiquement. Des câbles de rac- et d'un fourreau. L'étanchéité du bâtiment est obtenue par des
cordement eau de chauffage préconfectionnés, composés de moyens adaptés à la conduite de raccordement de l'eau de
deux tuyaux flexibles pour les circuits départ et retour, d'un four- chauffage:
reau avec isolation thermique intégrée en mousse PE, et d'un  passage direct dans la partie sèche,
coude de 90° préconfectionné sont recommandés pour le rac-  embout d'étanchéité contre l'eau non refoulante
cordement simple et rapide à la pompe à chaleur. (DIN 18337),
Le fourreau est enterré à l'abri du gel et amené à la chaufferie  bride d'étanchéité contre l'eau refoulante (DIN 18336).
par une percée murale.
REMARQUE
REMARQUE Pour les murs maçonnés, assurer l'étanchéité du passage dans la maison
Adapter la profondeur de pose des tuyaux à l'utilisation faite du terrain ! contre la pénétration d'eau avec un enduit protecteur bitumineux. Pour
Garantir la charge maximale d'utilisation SWL 60 pour les lieux souvent l'étanchéité contre l'eau refoulante, stabiliser le passage (bride) avec un
sillonnés par des voitures. tube protecteur.

L'alimentation électrique (lignes de commande et de puissance)


est posée dans un ou deux tuyaux de protection séparés (par ex.
tuyau KG, diamètre minimum DN 70).

REMARQUE
La distance entre le bâtiment et la pompe à chaleur a une influence sur la
perte de pression et les pertes thermiques des conduites de raccorde-
ment et doit être prise en compte pour le dimensionnement du circulateur
et des épaisseurs d’isolant. Des longueurs de câbles de plus de 30m ne
peuvent être acceptées !

Les branchements de la pompe à chaleur sont sortis du bas de


l’appareil. L'emplacement des conduites de chauffage et de
l'écoulement des condensats est indiqué sur les plans des fon-
dations respectifs des schémas cotés (voir le manuel «Informa-
tions sur les appareils»).

REMARQUE
Afin de faciliter le montage, il est recommandé, lors de l’utilisation de
conduites de chauffage urbain isolées, de les faire aboutir au châssis de
la pompe à chaleur et de réaliser le raccordement à la pompe via des flexi-
bles.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 21
2.2.3 Pompe à chaleur air/eau

Légende:
  
1) Câble de courant de charge pompe à chaleur
2) Unité de commande régulation de la
pompe à chaleur
 3) Gestionnaire de pompe à chaleur
WPM EconPlus
 4) Ligne de commande régulation/pompe à
chaleur 24V
 5) Ligne de commande régulation/pompe à
chaleur 230V
 6) Ligne d'alimentation électrique (230V)
 pour le gestionnaire de pompe à chaleur
7) Dispositif d'arrêt et de vidange

8) Conduite de raccordement eau de chauffage
 9) Passages muraux pour câbles de
 raccordement électrique

7HUUDLQ2. 5XEDQGHEDOLVDJH

10) Passages muraux pour conduites de
FPVXUOHIRXUUHDX
5HFRXYUHPHQW  raccordement eau de chauffage
UHFRPPDQGp
FPSRXU


PLQFP 6DEOHJUDQXODWLRQj 11) Tuyau KG (minimum DN70) pour
&08FP

5HPSOLUGHFPGH raccordements électriques de la régulation/
VDEOHWRXWDXWRXUGX
IRXUUHDX

pompe à chaleur
     12) Écoulement des condensats
13) Écoulement de l'eau de pluie/drainage
14) Fondations de la pompe à chaleur (respecter les
différents plans des fondations des pompes à
chaleur)

Fig.2.4: Raccordements électriques et hydrauliques en cas de pose souterraine

2.2.3 Passage mural


Passage direct dans la zone sèche Bride contre l'eau refoulante
eWDQFKpLWp &ROPDWHUODIHQWHDYHFDX
H[WpULHXUHj PRLQVFPGHPRXVVHSRXU
UpDOLVHUSDUOHFOLHQW 0DoRQQHULH SXLWVRXGHPRUWLHUH[SDQVLEOH LQWpULHXU
RXEpWRQ

H[WpULHXU
H[WpULHXU eFDUWPD[ƒ
LQWpULHXU
3DVVDJHPXUDO

Fig.2.5: Croquis du passage mural direct Fig.2.7: Croquis du passage mural, eau refoulante

Passage indirect au moyen d'un embout Prévoir un dispositif de vidange et de remplissage dans le bâti-
d'étanchéité contre l'eau non refoulante ment, en aval de l'arrivée des raccords d'eau de chauffage (à
env. 0,8 m de profondeur) pour les départ et retour d'eau de
&ROPDWHUODIHQWHDYHFDX chauffage. Pour les bâtiments situés au niveau du sol, prévoir un
eWDQFKpLWpH[WpULHXUH PRLQVFPGHPRXVVHSRXU saut de loup isolé thermiquement ou permettre une vidange avec
jUpDOLVHUSDUOHFOLHQW SXLWVRXGHPRUWLHUH[SDQVLEOH de l'air comprimé.
Les diamètres de perçage recommandés pour les différents pas-
sages dans la maison sont indiqués dans le tableau ci-dessous.

Passage dans la maison Diamètre de perçage


H[WpULHXU LQWpULHXU
MDM145 220
*DLQH MDM175 260
WKHUPRUpWUDFWDEOH
MDF145 250
3DVVDJHPXUDO
MDF175 250
Fig.2.6: Croquis du passage mural, eau non refoulante
Tab. 2.2: Diamètres de perçage recommandés pour les passages dans la
maison

22 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur air/eau 2.3.1

Diagramme débit volumique-perte de pression pour conduite de raccordement d'eau de chauffage HVL

Type Longueur
3HUWHGHSUHVVLRQHQ3DP

 HVL 25-50 5m+1,2m de tuyau de raccordement


[ HVL25-75 7,5 m+1,2m de tuyau de raccordement

HVL25-100 10 m+1,2m de tuyau de raccordement
HVL25-150 15 m+1,2m de tuyau de raccordement

HVL32-150 15 m+1,2m de tuyau de raccordement
 HVL32-200 20 m+1,2m de tuyau de raccordement
[
HVL32-250 25 m+1,2m de tuyau de raccordement

Tab. 2.3: Conduites de raccordement d'eau de chauffage

        

)OX[YROXPLTXHHQP  K REMARQUE
Le raccordement hydraulique des pompes à chaleur air/eau haute perfor-
Fig.2.8: Perte de pression de la conduite de raccordement d'eau de chauf-
fage en fonction du débit volumique avec eau de chauffage comme
mance peut être sorti soit par le dessous, soit par le côté (accessoire spé-
agent caloporteur (rugosité du tuyau 0,007 mm) cial nécessaire). Dans le cas d'une installation de la pompe à chaleur près
d'un mur, il est possible d'introduire en surface la conduite de raccorde-
ment d'eau de chauffage dans le bâtiment.
Le diagramme permet de lire la perte de pression de la conduite
de raccordement d'eau de chauffage en fonction du débit volumi-
que par mètre. Le tableau suivant indique les conduites de rac-
cordement d'eau de chauffage disponibles.

2.3 Pompe à chaleur air/eau pour une installation à l'intérieur


Investissements pour une installation à l'intérieur Si la pompe à chaleur est installée à un étage, il faut contrôler la
 Canalisation de l’air (par ex. gaines) force portante du plancher. Une installation sur un plancher en
 Percées murales bois ne peut être acceptée.

 Écoulement des condensats


REMARQUE
Généralités Si la pompe à chaleur est installée au-dessus de pièces habitées, des me-
sures de découplage des bruits de structure sont à prendre par le client.
Une pompe à chaleur air/eau ne devrait pas être installée dans
une pièce de vie d'un bâtiment. En cas extrême, c'est de l'air ex- Circulation de l'air
térieur froid à -25 °C qui passe au travers de la pompe à chaleur.
Pour obtenir un fonctionnement efficace et sans incidents, une
Dans les pièces à forte humidité de l’air (par ex. les celliers), cet
pompe à chaleur air/eau installée à l’intérieur doit avoir un débit
air froid peut se traduire par la formation de condensation, au ni-
d’air suffisant. Celui-ci se détermine tout d’abord en fonction de
veau des percées murales et des raccordements aux gaines
la capacité thermique de la pompe à chaleur et se situe entre
d’air, et par conséquent causer des dommages dans la construc-
2500 et 9000 m³/h (voir le manuel «Informations sur les appa-
tion à long terme. À une humidité ambiante de l'air supérieure à
reils»). Il faut respecter les dimensions minimum requises pour la
50 % et une température extérieure inférieure à 0 °C, de la con-
gaine d’air.
densation n'est pas à exclure malgré une bonne isolation thermi-
que. C'est la raison pour laquelle une pièce non chauffée telle Une canalisation sans heurts de l'air au travers de la pompe à
qu'une cave, une remise ou un garage est plus appropriée. chaleur (de l'aspiration à l'évacuation) doit être garantie et l'ins-
tallation réalisée de manière à éviter toute résistance d'air inutile
REMARQUE (chap. 2.3.7 page 26).
Pour répondre aux exigences strictes en matière d'isolation acoustique,
l'évacuation doit être réalisée par un coude à 90° ou il convient d'opter
pour une installation à l'extérieur (chap. 2.2 page 20).

2.3.1 Conditions du lieu d’implantation


Ventilation Perméabilité à l'air des bâtiments
La pièce où se trouve la pompe à chaleur doit être si possible Selon le type de bâtiment et l'équipement technique, la perméa-
aérée avec de l’air provenant de l’extérieur afin de maintenir à bilité à l'air ne doit pas dépasser certaines valeurs limites. Ces
bas niveau l’humidité de l’air relative et d’éviter la formation de valeurs limites sont définies dans la norme DIN4108-7 «Isolation
condensation. Cette condensation peut se former sur les élé- thermique et économie d'énergie dans les bâtiments - partie7:
ments froids notamment lors du séchage de la construction et étanchéité de l'air, exigences, recommandations». La norme
lors de la mise en service. DINEN13829 «Détermination de la perméabilité à l'air des bâti-
ments» réglemente la méthode de mensuration d'un bâtiment et
la prise en compte des pompes à chaleur lors de cette mensura-
ATTENTION ! tion.
La pompe à chaleur ne doit pas fonctionner sans canalisation de l’air, en
raison du risque lié aux pièces en rotation (ventilateur).

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 23
2.3.2 Pompe à chaleur air/eau

2.3.2 Aspiration ou évacuation d’air par les sauts de loup


Si les passages muraux des gaines d’air au niveau de l'aspira- REMARQUE
tion ou de l'évacuation se situent en dessous du niveau du sol, il Les dimensions minimum des gaines d'air sont indiquées dans les infor-
est recommandé de prévoir une canalisation de l’air par des mations sur les appareils.
sauts de loup en plastique propices à l’écoulement. Dans le cas
de sauts de loup en béton, il faut utiliser une tôle de dérivation
d'air. Le saut de loup doit être recouvert, côté évacuation de l’air,
d’un habillage absorbant les sons. Des plaques de fibres minéra-
les résistantes aux intempéries, d’une densité d’env. 70 kg/m³,
ou des mousses à cellules ouvertes (résine de mélamine par ex.)
conviennent parfaitement.
 Dimensions minimum des sauts de loup de
1000 x 400 à 1000 x 650 mm
 Étanchement du passage entre le saut de loup et la
percée murale (voir chap. 2.3.4 page 24)
 Recouvrement avec grille (sécurité antivol)
 Prévoir un écoulement des condensats
 En guise de protection contre les petits animaux et les
feuilles mortes, un grillage supplémentaire (maille > 0,8 cm)
doit être ajouté.
Fig.2.9: Dimensions minimum du saut de loup

2.3.3 Grille de protection contre la pluie pour pompe à chaleur


Une grille de protection contre la pluie sert, dans le cas de per-
cées murales au-dessus du niveau du sol, de couverture optique
et à protéger la gaine d’air contre les intempéries. Elle est fixée
sur le mur, à l’extérieur, et est utilisable indépendamment du type
de canalisation de l’air. La grille de protection contre la pluie spé-
cialement conçue pour les pompes à chaleur (accessoires spé-
ciaux) permet une perte de pression beaucoup moins importante
que les grilles de protection contre les intempéries que l’on
trouve habituellement dans le commerce. On peut la poser aussi
bien côté aspiration d’air que côté évacuation d’air.
En guise de protection contre les petits animaux et les feuilles
mortes, un grillage devrait être placé entre le mur et la grille de
protection contre la pluie. La section libre de la grille doit repré-
senter 80 % au minimum (ouverture de maille > 0,8 cm). Si né-
cessaire, le client doit prévoir une sécurité antivol.

Rep. Désignation 500-700 800 900 1500


1 Grille de protection 1 unité 1 unité 1 unité 1 unité
2 Cheville 6 x 30 4 unités 6 unités 8 unités 14 unités Fig.2.10: Grille de protection contre la pluie pour pompes à chaleur
3 Vis 5 x 70 4 unités 6 unités 8 unités 14 unités

Tab. 2.4: Matériel de fixation de la grille de protection contre la pluie

2.3.4 Isolation des percées murales


Les percées murales nécessaires sont à réaliser par le client.
Elles doivent être obligatoirement revêtues côté intérieur d'une 0XU

isolation thermique afin d'empêcher tout refroidissement ou hu-


midité de la maçonnerie. À titre d’exemple, une isolation avec de
FD

0RXVVHGH38ULJLGH
la mousse PU rigide (épaisseur d'isolant de 25 mm) est repré- 7XEXOXUHVGHUDFFRUGHPHQWjODJDLQHG
DLU

sentée à la fig. 2.11 page 24. Le passage entre l'isolation murale


et les boîtiers de raccordement au mur doit obligatoirement être
étanche à l'air. Par très mauvais temps (par ex. pluie battante),
l'eau qui s’introduit doit être évacuée vers l'extérieur par une
pente.

REMARQUE Fig.2.11: Exemple de réalisation de percée murale


Pour empêcher l'humidification de la maçonnerie et la formation de moi-
sissure, effectuer une isolation thermique continue de la canalisation de
l'air jusqu'au rebord extérieur de l'enveloppe du bâtiment.

24 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur air/eau 2.3.6

2.3.5 Kit de gaines d'air flexibles pour pompes à chaleur air/eau


Pour la canalisation de l’air des pompes à chaleur air/eau installée la pompe à chaleur. Des grilles sur les tubulures de rac-
LI 11TES et LI 16TES, des flexibles sont proposés sous forme cordement mural empêchent l’intrusion de petits animaux ou de
d'accessoires. Le kit de gaines d'air flexibles convient aux pièces feuilles mortes qui salissent les canalisations.
à basse température et dont l’humidité de l’air est faible. Il se
compose d’un flexible d’air de 5 m, avec isolation thermique et REMARQUE
sonore, qui peut être partagé, selon la convenance, entre le côté Il faut contrôler le débit d’air minimum si les côtés aspiration et évacua-
aspiration et le côté évacuation d’air. L’admission et l’évacuation tion sont équipés de plus d’un coude à 90°.
d’air peuvent être dirigées au travers d’un saut de loup ou d’une
grille de protection contre la pluie. Le matériel de montage pour
Dimensions en
le raccordement à la pompe à chaleur et au passage mural à iso- DN 500 DN 630
mm
ler par le client est fourni.
A 560 652
L’avantage des flexibles d’air est de pouvoir adapter l’installation B 585 670
sur place selon chaque cas de figure, les différences de hauteurs
C 495 625
et de longueurs pouvant être ainsi facilement et rapidement com-
F 100 100
pensées. De plus, les flexibles d’air font un rempart au bruit et à
la chaleur et empêchent un refroidissement de la pièce où est Tab. 2.5: Dimensions du kit de gaines d’air flexibles

Fournitures
1) Tubulure de raccordement à
la pompe à chaleur
2) Vis à tête hexagonale
3) Collier de serrage
4) Vis à tête hexagonale
5) Bande perforée
6) Clou chevillé
7) Flexible d'assemblage,
épaisseur d'isolant 25 mm
8) Vis
9) Tubulure de raccordement au
mur
10) Cheville

Rayon de courbure minimal


LUS 11: 300 mm
Rayon de courbure minimal
LUS 16: 400 mm
Encombrement pour un coude à
90°: env. 1 m

Fig.2.12: Kit de gaines d'air flexibles

2.3.6 Gaines d’air en béton renforcé de fibre de verre pour pompes à chaleur air/eau
(installation à l'intérieur)
Les gaines d'air ouvertes à la diffusion et résistantes à l'humidité De petits dommages sur l’enveloppe extérieure n’ont aucune
sont disponibles prémontées ou sous forme de kit de montage. conséquence sur le bon fonctionnement de l’installation et peu-
Elles sont proposées dans les sections correspondantes, suivant vent être réparés avec du plâtre vendu dans le commerce.
le cas soit pour réaliser un coude de 90°, soit pour obtenir des
gaines plus longues de 1000mm (kit de montage) et 625mm ou Montage en cas d’installation standard
1250mm (prémontées). Si votre choix se porte sur une installation standard (voir
Grâce à une isolation intérieure faite de laine minérale et de laine chap. 2.3.7.1 page 27), les sections de gaine peuvent être mon-
de verre en plaques, on évite la formation d’eau de condensation tées intégralement.
et on réduit de façon importante la diffusion du bruit de ~ 1 dB(A) Lors du positionnement de la canalisation de l'air, respecter les
par mètre courant ou de ~ 2 à 3dB(A) par coude. Les extrémités écartements minimaux exigés entre la pompe à chaleur et les
sont entourées d’un cadre en tôle d’acier galvanisé. murs.
Les conduites peuvent être peintes si besoin avec de la peinture
au latex disponible dans le commerce.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 25
2.3.7 Pompe à chaleur air/eau

Les gaines d’air et les coudes sont scellés dans les ouvertures Ajustage des longueurs
murales avec de la colle de maçonnerie, conformément aux Les gaines d’air prémontées peuvent être raccourcies ou ajus-
plans d’encombrement. Les sections de gaine sont soutenues tées sur le chantier en utilisant le kit d’usinage disponible comme
par un support adéquat monté au sol ou suspendu au plafond à accessoire. Avec les kits de montage des gaines d'air, ce kit
l’aide de tiges filetées. d'usinage est inutile. En effet, les gaines peuvent être raccour-
cies ou ajustées avant le collage définitif. Les arêtes de coupe
REMARQUE formées sont enduites d'une masse collante appropriée (silicone
Les gaines d’air ne sont pas vissées à la pompe à chaleur afin d’assurer par ex.) et cerclées à l’aide d’un profilé en U galvanisé.
le découplage des bruits de structure.
Embout d’étanchéité
Entre la pompe à chaleur et la gaine, il faut laisser un écart d’env.
Cet embout assure l’étanchéité du raccordement des gaines
2 cm pour pouvoir démonter ultérieurement la pompe à chaleur
d’air en béton léger renforcé de fibre de verre à la pompe à cha-
sans difficulté. L’embout d’étanchéité, disponible en tant qu’ac-
leur. Les gaines d’air elles-mêmes ne sont pas vissées directe-
cessoire, permet de rendre étanche la pompe à chaleur (voir
ment à la pompe à chaleur. Lorsque l’installation est prête à fonc-
fig. 2.13 à la p. 26).
tionner, seul le joint d’étanchéité en caoutchouc est en contact
Raccordement bout à bout de deux sections de avec la pompe à chaleur. De cette manière, il est possible d’une
gaine part de monter et de démonter la pompe à chaleur facilement et,
d’autre part, d’obtenir un découplage des bruits de structure de
Pour relier les sections de gaine, celles-ci sont équipées d’un
bonne qualité.
cadre métallique.
L’étanchéité inter-sections est obtenue grâce à un caoutchouc
spongieux vendu dans le commerce et collé entre les cadres mé-
talliques respectifs, ou au moyen d’un joint en silicone.

Fig.2.13: Embout d’étanchéité pour conduites d’air

2.3.7 Conception de la canalisation de l'air avec des gaines en béton renforcé de fibres
de verre
La conception de la canalisation de l’air (aspiration et évacuation Dans les cas de mise en place standard que nous montrons, les
de l’air) doit tenir compte de la perte de pression maximale (com- composants du circuit de canalisation de l’air fournis comme ac-
pression max.) de chacun des composants. Elle ne doit pas dé- cessoires spéciaux restent en-dessous des compressions auto-
passer la valeur indiquée pour la compression libre dans les in- risées (voir chap. 2.3.7.1 page 27). Il n'est donc pas obligatoire
formations sur les appareils (voir le manuel «Informations sur les de contrôler la perte totale de charge. L’aspiration et l’évacuation
appareils»). Des diamètres trop petits ou des déflexions trop im- peuvent s'effectuer au choix par un saut de loup ou par une per-
portantes (par ex. grille de protection contre les intempéries) ont cée murale munie d’une grille de protection contre la pluie.
pour résultat des pertes de pression élevées non autorisées et
conduisent à un fonctionnement inefficace ou sensible aux pan- ATTENTION !
nes. En cas de divergence par rapport aux raccordements standard ou dans le
cas d’une utilisation de composants de canalisation d’air de fourniture
Composants de la canalisation autre que Dimplex, il convient de contrôler le débit d’air minimum.
Perte de pression
de l’air
Gaine d’air droite 1 Pa/m Choix des composants du circuit de canalisation
Gaine d’air avec coude 7 Pa de l’air
Grille de protection contre la pluie 5 Pa Les composants suivants du circuit de canalisation de l’air sont
Saut de loup aspiration 5 Pa disponibles dans quatre tailles différentes, en fonction des diffé-
Saut de loup évacuation 7–10 Pa rents niveaux de puissance :
 Grille de protection contre la pluie
Tab. 2.6:Valeurs indicatives pour les accessoires du circuit de
canalisation de l’air  Conduites d’air (conduite droite / coude)
 Embouts d’étanchéité

REMARQUE
Pour rester dans la tranche maximale autorisée de perte de pression, la
canalisation de l'air côté pièce ne doit pas avoir plus de deux coudes à
90°.

26 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur air/eau 2.3.7.1

Composants
de la
Type d'appareil Remarque
canalisation
de l'air
LIK 8ME / LIK 8TES / LI 9TES Type 500
LI 11ME / LI 11TES Type 600
LIKI 14TE / LI 15TE Type 600 Évacuation
LI 9TU / LI 12TU Type 600 Évacuation
LI 16TES / LI 20TE Type 700 Fig.2.14: Composants pour le kit de montage LKL ..A

LI 24TE / LI 28TE / LIH 26TE Type 800


LIKI 14TE / LI 15TE Type 800 Aspiration Le kit de montage de la gaine d'air LKL ..A (voir fig. 2.14 à la
LI 9TU / LI 12TU Type 800 Aspiration p. 27) se compose de quatre parois latérales en béton renforcé
LI 40AS Type 900 de fibre de verre, de colle et de deux cadres de finition. Il n'est
pas livré prémonté et doit donc être assemblé sur place. Le kit de
Tab. 2.7: Classement des composants du circuit de canalisation de l’air
montage de la gaine d'air est par conséquent facile à transporter
et peut être raccourci sur site à la longueur souhaitée.
Avantages du kit de montage LKL ...A
 Moins de risque d'endommagement pendant le transport
 Raccourcissement à la longueur adéquate sur site
 Montage simple et rapide avec les
cadres de finition

2.3.7.1 Dimensions des passages muraux en cas d'utilisation de gaines d'air en béton renforcé de fibre
de verre

6HQVGHO¶DLU
%

+DXWHXUGHSODIRQGPLQ&
+DXWHXUGHO¶DSSDUHLO+

eYDFXDWLRQGHO¶HDX eFRXOHPHQWGHVFRQGHQVDWV
%DQGHG
LVRODWLRQ
PD[

9XHGHIDFH
$

%DQGHG
LVRODWLRQHQY

%DOORQWDPSRQ
3LHGVHQY


Fig.2.17: Vue de face 900


Fig.2.15: Vue de face 600-800
(
%
+

'
$

Fig.2.18: Vue latérale LI 9TU, LI 12TU et LI 15TE


Fig.2.16: Vue de face LI 9TU, LI 12TU et LI 15TE

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 27
2.3.7.2 Pompe à chaleur air/eau

A (en mm) A (en mm) D (en mm) D (en mm) H (en mm) H (en mm)
avec sans B avec sans E C avec sans
Type pompe à chaleur
ballon ballon (en mm) ballon ballon (en mm) (en mm) ballon ballon
tampon tampon tampon tampon tampon tampon
600 LI 11ME / LI 11TES 1282 672 650 - - - 2200 1981 1371
700 LI 16TES / LI 20TE 1340 730 745 - - - 2400 2191 1581
LI 9TU / LI 12TU /
600/800 1430 822 600 1339 730 769 2400 2164 1556
LI 15TE

Tab. 2.8: Tableau des dimensions de la pompe à chaleur avec ballon tampon

Ballon tampon, monté en dessous de la pompe


Pour les différentes pompes à chaleur installées à l'intérieur, un Les dimensions d’installation de la pompe à chaleur et l’emplace-
ballon tampon est disponible et la pompe à chaleur peut être ins- ment des percées murales sont définis comme suit.
tallé dessus. La hauteur totale de la pompe à chaleur augmente 1. Étape : Détermination du type nécessaire des composants
ainsi de façon telle que les gaines d’air peuvent être installées di- de la canalisation de l’air en fonction de la pompe à
rectement sous le plafond. chaleur air/eau à installer, d’après le tab. 2.7 à la
p. 27.
Type d'appareil Ballon tampon
2. Étape : Choix de la variante d'installation nécessaire.
LI 9TU / LI 12TU PSP120E
3. Étape : Valeurs requises extraites des tableaux de dimen-
LI 15TE PSP120E
sions conformément aux variantes d'installation
LI 11TES / LI 16TES / LI 20TE PSP 140E
correspondantes.
Tab. 2.9: Ballon tampon monté en dessous des pompes à chaleur air/eau
installées à l'intérieur

2.3.7.2 Installation en angle

Exemples de montage

Type Pompe à chaleur B (en mm) D1 (en mm) E (en mm)


600 LI 11TES 650 301 852
700 LI 16TES / LI 20TE 745 254 852
LI 24TE - LI 28TE /
800 820 291 1002
LIH 26TE

Tab. 2.10:Tableau des dimensions de l’installation en angle


(voir fig. 2.20 à la p. 28)

(QGHVVRXVGXVRO

6HQVGHO¶DLU 6DXWGHORXS

%
$XPRLQVORQJXHXUVGHJDLQH
*ULOOHGHSURWHFWLRQFRQWUH
DSOXLHJLWWHU
eFRXOHPHQWGHVFRQGHQVDWV


 /RQJXHXUVGHJDLQH 


$FFHVVRLUH
9XHGHIDFH
'

$XGHVVXVGXVRO

6HQVGHO¶DLU
(

Fig.2.19: Installation en angle 500 (LIK 8TES avec gaine d'air) 3LqFHG¶DMXVWHPHQW 9XHGHIDFH (PERXWG¶pWDQFKpLWp
H[WHQVLEOH $FFHVVRLUH

PLQ

*ULOOHGHSURWHFWLRQFRQWUHODSOXLH
DFFHVVRLUH
$XGHVVXVGXVRO Fig.2.21: Installation en angle avec pièce d’ajustement
%
PLQG

Type Pompe à chaleur B (en mm) D3 (en mm) E (en mm)




eFRXOHPHQWGHVFRQGHQVDWV  


'

600 LI 11TES 650 301 852


(QGHVVRXVGXVRO

6DXWGHORXS

700 LI 16TES / LI 20TE 745 254 852


6HQVGHO¶DLU LI 24TE - LI 28TE /
%

800 820 291 1002


LIH 26TE

Tab. 2.11:Tableau des dimensions pour une installation en angle avec pièce
9XHGHIDFH (PERXWG¶pWDQFKpLWp
PLQ
DFFHVVRLUH d’ajustement (voir fig. 2.21 à la p. 28)

Fig.2.20: Installation en angle ATTENTION !


Si le schéma mentionne les dimensions de la gaine d'air, les percées
murales doivent être réalisées en conséquence.

28 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur air/eau 2.3.7.3









 
6HQVGHO¶DLU




9XHGHIDFH




 

Fig.2.22: Installation en angle LIKI 14TE (avec gaine d'air) Fig.2.23: Installation en angle LI9, 12TU et LI15TE (avec gaine d'air)

ATTENTION !
Si le schéma mentionne les dimensions de la gaine d'air, les percées
murales doivent être réalisées en conséquence.

Fig.2.24: Installation en angle à gauche LI 40AS

2.3.7.3 Installation murale


(QGHVVRXVGXVRO (QGHVVRXVGXVRO

3LqFH 6DXWGHORXS 6DXWGHORXS *ULOOHGHSURWHFWLRQFRQWUHODSOXLH


G¶DMXVWHPHQW *ULOOHGHSURWHFWLRQFRQWUHODSOXLH $FFHVVRLUH
$FFHVVRLUH
H[WHQVLEOH $XGHVVXVGXVRO $XGHVVXVGXVRO
  % %
/RQJXHXUVGHJDLQH



/RQJXHXUVGHJDLQH 
eFRXOHPHQW eFRXOHPHQWGHVFRQGHQVDWV


GHVFRQGHQVDWV  




6HQVGHO¶DLU

6HQVGHO¶DLU
(

9XHGHIDFH 3LqFHG¶DMXVWHPHQW
 H[WHQVLEOH

(PERXWG¶pWDQFKpLWp
$FFHVVRLUH
9XHGHIDFH (PERXWG¶pWDQFKpLWp
$FFHVVRLUH

Fig.2.25: Installation murale 500


Fig.2.26: Installation murale

Type Pompe à chaleur B (en mm) E (en mm)


600 LI 11ME / LI 11TES 650 852
700 LI 16TES / LI 20TE 745 852
LI 24TE - LI 28TE /
800 820 1002
LIH 22TE - LIH 26TE

Tab. 2.12:Tableau de dimensions pour l’installation murale

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 29
2.4 Pompe à chaleur air/eau

5DFFRUGVDX[JDLQHVG¶DLU
HQGHVVRXVGXQLYHDXGXVRO
8WLOLVDWLRQG¶XQVDXWGHORXS

3HUFpHPXUDOH *ULOOHGHSURWHFWLRQFRQWUH
3LqFHG¶DMXVWHPHQW ODSOXLHDFFHVVRLUH




H[WHQVLEOH LVROpH
6DXWGHORXS





/RQJXHXUVGHJDLQH

<FRPSULVSLqFHG
DMXVWHPHQWPP
6HQVGHO¶DLU
   

3LqFHG¶DMXVWHPHQWH[WHQVLEOH
9XHGHIDFH


(PERXWG¶pWDQFKpLWp
DFFHVVRLUH
3LqFH


G¶DMXVWHPHQW eFDUWHPHQWPLQLPDODYHFXWLOLVDWLRQ
bQGHUXQJHQXQG,UUWXPYRUEHKDOWHQ6WDQG -XOL
*DLQHG
DpUDWLRQFRXUWH/ PP

Fig.2.28: Installation murale LIKI 14TE




Fig.2.27: Installation muraleLI9, 12TU et LI15TE REMARQUE


(dimensions des pompes à chaleur identiques) L’évacuation doit se produire par l’intermédiaire d’un saut de loup ou être
munie d’une grille de protection contre la pluie pour éviter les courts-cir-
cuits d’air.

ATTENTION !
Si le schéma mentionne les dimensions de la gaine d'air, les percées
murales doivent être réalisées en conséquence.

2.4 Pompes à chaleur air/eau bibloc


Les pompes à chaleur bibloc sont composées d'une unité exté- Possibilités d’utilisation:
rieure et d'une unité intérieure reliées entre-elles par une con-  mono-énergétique
duite de fluide frigorigène. L'unité extérieure comprend le com-  bivalente
presseur, un évaporateur et le détendeur, tandis que l'unité (régulation externe du 2ème générateur de chaleur)
intérieure inclut le condenseur. L'énergie contenue dans le fluide
frigorigène pour le chauffage et la production d'eau chaude sani- Pompes à chaleur bibloc
taire est transmise au circuit de chauffage par l'intermédiaire de  Investissement moindre pour la source de chaleur
ces composants. Air extérieur

Plage d'exploitation de la pompe à chaleur deux  Faible encombrement, emplacement d’installation au choix
unités et montage facile

-20 °C ... + 35 °C  Faibles bruits de passage d’air dans et le long du bâtiment


dus au ventilateur axial à rotation lente
Disponibilité de la source de chaleur Air extérieur:
 illimitée

2.4.1 Installation
Lors de l'installation de pompes à chaleur bibloc, diverses condi-
tions quant à l'emplacement et l'encombrement minimum doivent
être respectées. Les conduites de fluide frigorigène et les fils
cm
électriques entre l'unité intérieure et l'unité extérieure doivent tra- 10 plus
o u
verser le mur de la maison. Pour l'étanchéité, les passages mu-
raux décrits au chap. 2.2.3 page 22 peuvent être utilisés. Ils sont
disponibles en tant qu'accessoires.

Investissement pour l'unité extérieure


 Pose de lignes électriques de connexion et de puissance
 Pose de conduites de fluide frigorigène entre les 10 cm
ou plus
unités intérieure et extérieure
 Percées murales pour conduites de raccordement cm
100 lus
 Respect des écartements minimaux de montage ou
p
30 cm 30
(voir fig. 2.29 à la p. 30) ou plus ou cm
plu
s
 Respect, le cas échéant, du code de construction en vigueur
localement
Fig.2.29: Installation de l'unité extérieure

30 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur air/eau 2.4.1

Écoulement des condensats de l'unité extérieure


Les condensats se formant en cours de fonctionnement dans
l'unité extérieure doivent être évacués sans risque de gel. Pour
ce faire, monter à la base de l'unité extérieure un coude d'éva-
cuation (voir fig. 2.30 à la p. 31). Dans les régions tempérées, il
est recommandé d’installer également un dispositif de chauffage
de la cuve de condensats. Dans les régions froides avec de lon-
gues périodes de gel, le montage d’un tel dispositif est impératif.
Le dispositif de chauffage de la cuve de condensats est disponi-
ble en tant qu'accessoire.

Fig.2.32: Appareil de base LIA 7IM / LIA 9IM

&RXGHG
pYDFXDWLRQ )OH[LEOHV
,OIDXWPRQWHUOHIOH[LEOHGHVRUWH
TXHO
HDXSXLVVHFLUFXOHUVDQVSUREOqP

Fig.2.30: Écoulement des condensats de l'unité extérieure

Investissement pour l'unité intérieure


 Ne pas installer de source de chaleur à proximité de l’appa-
reil.
 Veiller à une bonne circulation dans la pièce.
 L’appareil doit être installé verticalement contre le mur.
 L’appareil doit être monté dans une pièce hors-gel.
 Respecter les écartements minimaux de montage
(voir fig. 2.31 à la p. 31).
Fig.2.33: Appareil de base LIA 12IM / LIA 14IM / LIA 16IM

30 cm
1) Carte de circuit imprimé principale unité intérieure
ou plus 2) Panneau de commande
3) Soupape de surpression
ou plus
ou plus

30 cm
30 cm

4) Débitstat
5) Manomètre
6) Circulateur
7) RCCB (3 pièces)
8) Limiteur de surcharge (3 pièces)
80 cm 9) Résistance électrique
ou plus
10) Vase d’expansion

Sol

Fig.2.31: Installation de l'unité intérieure

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 31
2.4.2 Pompe à chaleur air/eau

2.4.2 Dimensionnement
La puissance calorifique des pompes à chaleur air/eau diminue Les pompes à chaleur bibloc LIA7IM et LIA9IM disposent à cet
proportionnellement à la chute de la température extérieure alors effet d'une résistance électrique de 3kW. Sur les modèles LIA12
que le besoin en chaleur du bâtiment augmente. Une pompe à à LIA16IM, une résistance de 6kW est déjà préinstallée. Les dia-
chaleur doit donc être choisie de telle sorte que la plage de régu- grammes illustrent deux exemples de dimensionnement pour
lation entre puissance calorifique maximale et puissance calorifi- une température extérieure de base (hiver) de -5°C et -15°C.
que minimale couvre la majeure partie du travail de chauffe an-
nuel. Lorsque le besoin en chaleur du bâtiment dépasse la
puissance calorifique maximale de la pompe à chaleur deux uni-
tés, le chauffage électrique d’appoint est activé si nécessaire.


%HVRLQHQFKDOHXUGXEkWLPHQWjƒ& 3XLVVDQFHFDORULILTXHPD[LPDOH
3XLVVDQFHFDORULILTXHHQN:

%HVRLQHQFKDOHXUGXEkWLPHQWjƒ&


3XLVVDQFHFDORULILTXHPLQLPDOH


         

7HPSpUDWXUHH[WpULHXUHHQƒ&

Fig.2.34: Exemple de dimensionnement LIA7IM



%HVRLQHQFKDOHXUGXEkWLPHQWjƒ&
3XLVVDQFHFDORULILTXHPD[LPDOH

%HVRLQHQFKDOHXUGXEkWLPHQWjƒ&
3XLVVDQFHFDORULILTXHHQN:


3XLVVDQFHFDORULILTXHPLQLPDOH


         
7HPSpUDWXUHH[WpULHXUHHQƒ&

Fig.2.35: Exemple de dimensionnement LIA9IM

32 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur air/eau 2.4.2


%HVRLQHQFKDOHXUGXEkWLPHQWjƒ& 3XLVVDQFHFDORULILTXHPD[LPDOH

%HVRLQHQFKDOHXUGXEkWLPHQWjƒ&
3XLVVDQFHFDORULILTXHHQN:


3XLVVDQFHFDORULILTXHPLQLPDOH



         
7HPSpUDWXUHH[WpULHXUHHQƒ&

Fig.2.36: Exemple de dimensionnement LIA12IM


%HVRLQHQFKDOHXUGXEkWLPHQWjƒ& 3XLVVDQFHFDORULILTXHPD[LPDOH

%HVRLQHQFKDOHXUGXEkWLPHQWjƒ&

3XLVVDQFHFDORULILTXHHQN:



 3XLVVDQFHFDORULILTXHPLQLPDOH


         
7HPSpUDWXUHH[WpULHXUHHQƒ&

Fig.2.37: Exemple de dimensionnement LIA14IM


3XLVVDQFHFDORULILTXHPD[LPDOH
 %HVRLQHQFKDOHXUGXEkWLPHQWjƒ&

 %HVRLQHQFKDOHXUGXEkWLPHQWjƒ&
3XLVVDQFHFDORULILTXHHQN:





3XLVVDQFHFDORULILTXHPLQLPDOH



         
7HPSpUDWXUHH[WpULHXUHHQƒ&

Fig.2.38: Exemple de dimensionnement LIA16IM

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 33
2.4.3 Pompe à chaleur air/eau

Le raccordement entre l'unité intérieure et l'unité extérieure est


Diff. de
effectué via une conduite de fluide frigorigène. Des conduites de Lon- hauteur
Lon- Lon-
Fluide
gueur gueur
fluide frigorigène vides d'une longueur de 25m sont disponibles Longueur de la
gueur max.
min. max.
frigori-
Modèle nomi- (m) gène
en tant qu'accessoires. Si les unités intérieure et extérieure sont conduite
nale unité
con- con-
suppl.
duite duite
distantes de plus de 10m dans le cas des pompes à chaleur deux (m) exté-
(m) (m)
(g/m)
rieure
unités LIA7IM ou LIA9IM, du fluide frigorigène doit être ajouté.
Liquid
Avec une pompe LIA7IM présentant une distance de 20m entre Gaz
e
l'unité intérieure et l'unité extérieure, ajouter 300g de fluide frigo-
LIA
5/8“ 1/4“ 7 20 3 30 30
rigène (voir tableau 2.13 à la page 34.). 7IM
LIA
5/8“ 1/4“ 7 20 3 30 30
ATTENTION ! 9IM

Les travaux de montage et de maintenance au niveau des conduites de LIA


5/8“ 3/8“ 7 30 3 30 -
12IM
fluide frigorigène ne doivent être effectués que par du personnel
LIA
spécialisé. 14IM
5/8“ 3/8“ 7 30 3 30 -

LIA
ATTENTION ! 16IM
5/8“ 3/8“ 7 30 3 30 -

Si l’unité intérieure est montée plus haut que l’unité extérieure, et que la Tab. 2.13:Tableau de dimensionnement pour le remplissage de fluide frigori-
différence de hauteur dépasse 4 m, le montage de réservoirs et de gène
siphons d’huile dans la conduite de gaz chaud doit être vérifié par du
personnel spécialisé dans le domaine frigorifique.

2.4.3 Intégration hydraulique


Les pompes à chaleur bibloc peuvent être utilisées en tant que Mode de fonctionnement mono-énergétique
système mono-énergétique ou bivalent pour chauffer un bâti- La pompe à chaleur bibloc peut être utilisée aussi bien pour le
ment. Contrairement aux pompes à chaleur air/eau installées à chauffage que pour la production d'eau chaude sanitaire. Elle est
l'extérieur, le ballon tampon des pompes à chaleur bibloc peut alors contrôlée en fonction de la température extérieure via une
également être intégré au retour circuit de chauffage, car l'unité sonde correspondante. Si la puissance de la pompe à chaleur
intérieure de ces pompes dispose déjà d'une résistance électri- est insuffisante, la résistance électrique intégrée à l'unité inté-
que préinstallée pour le dégivrage. Pour un fonctionnement fia- rieure est activée via le régulateur. La commutation entre la pro-
ble de la pompe à chaleur, un débit volumique minimum de 30l/ duction d'eau chaude sanitaire et le chauffage s'effectue par l'in-
min est nécessaire. Le débit peut être contrôlé via le circulateur termédiaire d'une vanne d'inversion 3 voies. Le chap. 8.15.11
du circuit de chauffage intégré à l'unité intérieure. Le débit du cir- page 136 présente un exemple de circuit hydraulique pour le
culateur est mentionné dans le diagramme suivant. fonctionnement d'une pompe à chaleur bibloc mono-énergéti-
 que.
35(66,2167$7,48(

9,7(66('(3203(

9,7(66('(3203(
(;7(51(>N3D@

 Mode de fonctionnement bivalent


 9,7(66('(3203(
Lorsqu'une pompe à chaleur bibloc est associée à une chaudière

existante, la régulation de la chaudière continue à prendre en

 charge la commande. De plus, la température départ maximale
 de la pompe à chaleur bibloc est limitée par un thermostat sup-
 plémentaire à 60°C.
 En mode de fonctionnement bivalent-alternatif, en cas de dépas-
      
'e%,7'¶($8>OPLQ@ sement d'une température définie, la pompe à chaleur est arrê-
Ɣ /HGpELWFDUDFWpULVWLTXHSRXUO
XQLWpLQWpULHXUH tée via les thermostats supplémentaires. Le point de bivalence
HVWPHQWLRQQpFLGHVVXV de la pompe à chaleur doit être fixé à -15°C pour empêcher la
mise en marche de la résistance électrique intégrée. En outre, la
Fig.2.39: Débit
courbe de chauffage de la pompe à chaleur doit être réglée de
sorte qu'au-dessus du point de bivalence, une température de
consigne supérieure à celle de la régulation de la chaudière soit
produite. Le chap. 8.15 page 115 présente un exemple de circuit
hydraulique pour le fonctionnement d'une pompe à chaleur deux
unités bivalente.

REMARQUE
Avec cette intégration, la pompe à chaleur n'est pas en mesure de pro-
duire de l'eau chaude sanitaire.

34 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur eau glycolée/eau 3.1.1

3 Pompe à chaleur eau glycolée/eau

3.1 Source de chaleur Terre


Plage de températures de la surface de la terre Possibilité d'utilisation
à env. 1 m de profondeur +3 à +17°C  monovalent
Plage de températures dans des couches profondes  mono-énergétique
(env. 15 m) +8 à +12°C  mode bivalent (alternatif, parallèle)
Plage d'exploitation de la pompe à chaleur eau glycolée/eau  mode bivalent régénératif
-5 à +25°C
REMARQUE
REMARQUE Vous trouverez des remarques sur l'exploitation indirecte de la source de
En cas de mise en service par le SAV et de protection antigel de 30% chaleur Nappe phréatique et de la chaleur perdue de l'eau de rafraîchisse-
(mono éthylène-glycol), le seuil inférieur d'utilisation des pompes à cha- ment avec des pompes à chaleur eau glycolée/eau et un échangeur ther-
leur eau glycolée/eau haute performance peut être étendu à -10°C. mique intermédiaire au chap. 3.5 page 47.

3.1.1 Consignes de dimensionnement – Source de chaleur Terre


L’échangeur de chaleur géothermique utilisé comme source de REMARQUE
chaleur pour la pompe eau glycolée/eau doit être dimensionné Un dimensionnement détaillé des collecteurs géothermiques est possible
en fonction de la puissance frigorifique de celle-ci. Elle est équi- pour toutes les régions d'Allemagne avec le calculateur des coûts d'ex-
valente à la puissance calorifique moins la puissance électrique ploitation disponible à l'adresse www.dimplex.de/betriebskostenrechner.
consommée par la pompe à chaleur au point de dimensionne-
ment. Consignes de maintenance
Pour garantir un fonctionnement sûr de la pompe à chaleur, cette
REMARQUE dernière doit être entretenue à intervalles réguliers. Les tâches
Pour une puissance calorifique comparable, une pompe à chaleur ayant suivantes peuvent être effectuées sans formation spéciale:
un coefficient de performance plus élevé présente une consommation
 Nettoyage de l'intérieur de la pompe à chaleur
électrique moindre, et par conséquent une puissance frigorifique supé-
rieure.
REMARQUE
Lorsqu’une pompe à chaleur vieillie vient à être remplacée par D'autres informations et les normes nationales sur l'essai d'étanchéité
un nouveau modèle, contrôler la puissance de l'échangeur de des pompes à chaleur sont disponibles à l'adresse www.dimplex.de/
chaleur géothermique et éventuellement ajuster à la nouvelle dichtheitspruefung.
puissance frigorifique.
Le transport de chaleur dans la terre se fait presque exclusive-
REMARQUE
Vous trouverez un complément d'informations sur la maintenance des
ment par conduction, la conductibilité thermique augmentant
pompes à chaleur dans les instructions de montage de la pompe.
avec une teneur en eau croissante. Tout comme la conductibilité
thermique, le pouvoir d’accumulation de la chaleur est principa-
lement déterminé par la teneur en eau de la terre. Le gel de l’eau
ATTENTION !
Les travaux sur des composants contenant du fluide frigorigène doivent
contenue dans la terre aboutit à une augmentation sensible de la
être réalisés uniquement par du personnel formé en ce sens.
quantité d’énergie pouvant être récupérée ; en effet, la chaleur
latente de l’eau de 0,09 kWh/kg env. est très élevée. Pour une
exploitation optimale de la géothermie, un gel des serpentins
posés dans la terre n’est donc pas désavantageux.

Dimensionnement du circulateur d'eau glycolée


Le débit volumique d'eau glycolée dépend du rendement de la
pompe à chaleur et est alimenté par le circulateur d'eau glycolée.
Le débit d’eau glycolée indiqué dans le manuel «Informations sur
les appareils» se traduit par un écart de températures de la
source de chaleur d’env. 3K.
Outre le débit volumique, les pertes de pression de l’installation
du circuit d’eau glycolée et les caractéristiques techniques des
fabricants de pompes sont à respecter. Il convient d'y additionner
les pertes de pression enregistrées dans les tuyauteries instal-
lées en série, les robinetteries et les échangeurs thermiques.

REMARQUE
La perte de pression d'un mélange protection antigel/eau (25 %) par rap-
port à l'eau pure est 1,5 à 1,7 plus élevée (voir fig. 3.2 à la p. 37), alors que
la capacité de refoulement de beaucoup de circulateurs diminue d'env.
10 %.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 35
3.1.2 Pompe à chaleur eau glycolée/eau

3.1.2 Séchage de la construction


La construction exige habituellement de grandes quantités d’eau ment pour les pompes à chaleur eau glycolée/eau, d’installer une
pour le mortier, les enduits, le plâtre et les papiers peints, eau qui résistance électrique supplémentaire afin de compenser l’éléva-
ne s’évapore que lentement de l’ouvrage. De plus, la pluie peut tion du besoin en chaleur. Celle-ci ne doit être activée que pen-
considérablement accroître l’humidité du bâtiment. Une humidité dant la première période de chauffage en fonction de la tempéra-
élevée dans tout le corps du bâtiment augmente le besoin en ture départ de l’eau glycolée (env. 0°C).
chaleur de la maison pendant les deux premières périodes de
chauffage. REMARQUE
Le séchage doit être assuré par des appareils spéciaux à fournir Dans le cas de pompes à chaleur eau glycolée/eau, l’augmentation des
par le client. Dans le cas de puissances calorifiques de la pompe durées de fonctionnement du compresseur peut entraîner un sous refroi-
à chaleur mesurées trop justes et d’un séchage de construction dissement de la source de chaleur et de ce fait, une mise à l’arrêt de sé-
curité de la pompe à chaleur.
pendant l’automne ou l’hiver, il est donc recommandé, notam-

3.1.3 Liquide glycolé


Concentration en eau glycolée 
Un produit antigel doit être ajouté à l’eau du côté source de cha-

leur pour éviter des dommages dus au gel sur l’évaporateur de la

7HPSpUDWXUHGHJHOHQƒ&
pompe à chaleur. Dans le cas de serpentins souterrains, une 
protection contre le gel de -14°C à -18 est nécessaire en raison 
des températures qui règnent à l’intérieur du circuit frigorifique.

Un produit antigel à base de monoéthylène glycol est utilisé. La
concentration en eau glycolée pour une pose souterraine s'élève 
à 25%-30% vol. au maximum. 
Un mélange eau/produit antigel est utilisé comme agent calopor- 
teur afin d'obtenir un point de gel plus bas. Dans la majeure par-

tie des installations en Allemagne, en Autriche et en Suisse,
l'éthanediol (éthylène glycol) est utilisé comme produit antigel. 
En raison du choix de matériaux des accessoires du circuit d'eau       
glycolée, les pompes à chaleur Dimplex permettent l'utilisation &RQFHQWUDWLRQHQYRO
de l'éthylène glycol et du propylène glycol, écologiquement
Fig. 3.1 : Courbe de gel de mélanges de monoéthylène glycol/eau en fonc-
sains, sans inhibiteur de corrosion. tion de la concentration

Formule
Nom Synonyme Maintien de la pression
chimique
Éthanediol Éthylène glycol C2H6O2
Lorsque la chaleur est exclusivement extraite de la terre, des
1,2-propanediol Propylène glycol C3H8O2
températures d’eau glycolée comprises entre -5°C et +20°C en-
Éthanol Alcool éthylique C2H5OH
viron peuvent être constatées. En raison de ces variations de
température, une fluctuation du volume dans l’installation de 0,8
Tab. 3.1: Produits antigel autorisés à 1% environ peut survenir. Pour pouvoir maintenir une pression
de service constante, il est nécessaire d’installer un vase d’ex-
REMARQUE pansion avec un prégonflage de 0,5 bar et une pression de ser-
Les données de puissance des pompes à chaleur sont enregistrées avec vice maximale de 3 bars.
l'éthylène glycol (25%). Le propylène glycol et l'alcool éthylique peuvent
également être utilisés, cependant nous ne sommes pas en mesure de ATTENTION !
fournir des mesures sur les incidences sur la puissance et le coefficient Une vanne de sécurité à diaphragme homologuée doit être montée pour
de performance. éviter le surremplissage. La conduite d'évacuation de cette vanne de
sécurité doit, conformément à DIN EN 12828, déboucher dans un puisard.
Les produits antigel suivants ne sont pas autorisés faute de recul Un manomètre avec marquage des pressions minimale et maximale est à
suffisant sur la durée: prévoir pour surveiller la pression.
 Le «Thermera», fabriqué à base de bétaine, ne fait pas
l'unanimité sur le plan environnemental. Remplissage de l'installation
 «Tyfo-Spécial sans inhibiteur de corrosion», car ce produit Il est impératif d'effectuer le remplissage de l'installation dans
antigel attaque les métaux non ferreux comme le cuivre. l'ordre suivant :
 «Tyfo-Spécial avec inhibiteurs de corrosion», car ce produit  Mélange de la concentration produit antigel-eau nécessaire
n'est officiellement pas autorisé par nos fournisseurs et se dans un récipient externe
révèle si agressif qu'en cas de fuite, il entraîne la corrosion  Contrôle de la concentration produit antigel-eau préalable-
de l'habillage en tôle. ment mélangée à l'aide d’un testeur pour éthylène glycol
 Remplissage du circuit d'eau glycolée
ATTENTION ! (min. 2 bars, max. 2,5 bars)
La liste n'est pas exhaustive.  Purge de l'installation (monter un séparateur de microbulles)

36 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur eau glycolée/eau 3.2

ATTENTION ! Débit
Même après un fonctionnement prolongé du circulateur d'eau glycolée, le Tuyau Protection
Volume d’eau
mélange obtenu lors du remplissage du circuit d'eau glycolée avec de DIN 8074 antigel sur
sur 100m glycolée
l'eau puis du produit antigel n'est jamais homogène. Une colonne d'eau (PN 12,5) 100m
non mélangée gèle dans l'évaporateur et détruit la pompe à chaleur !
[l] max.
[mm] [l]
[l/h]
Perte de pression relative 25x2,3 32,7 8,2 1100
32x2,9 53,1 13,3 1800
La perte de pression de l’eau glycolée dépend de la température
40x3,7 83,5 20,9 2900
et du rapport glycol/eau du mélange. La perte de pression de
50x4,6 130,7 32,7 4700
l’eau glycolée augmente lorsque la température baisse et que la
63x5,8 207,5 51,9 7200
concentration de monoéthylène glycol augmente.
75x6,9 294,2 73,6 10800
 90x8,2 425,5 106,4 15500
110x10 636 159 23400

3HUWHGHSUHVVLRQUHODWLYH

125x11,4 820 205 29500



ƒ& 140x12,7 1031 258 40000
 160x12,7 1344 336 50000
ƒ&
 Tab. 3.2: Volume total et quantité de protection antigel sur 100 m de tuyau
 pour différents tuyaux PE et une sécurité antigel de –14 °C max.






      
&RQFHQWUDWLRQHQYRO

Fig. 3.2 : Perte de pression relative des mélanges monoéthylène glycol/eau


par rapport à l'eau, en fonction de la concentration à 0 °C et –5 °C

3.1.4 Connexion en parallèle de pompes à chaleur eau glycolée/eau


Lors de la connexion en parallèle de pompes à chaleur eau gly-
colée/eau, il faut veiller à ce que dans le circuit d'eau glycolée,
les différentes pompes ne fasse pas l'objet d'un débit de fuite.
Si une seule pompe à chaleur est en marche, un clapet anti-re-
tour manquant dans le circuit d'eau glycolée peut entraîner un 1D
0
1D1 1
0
11

débit parasite de l'échangeur thermique de la deuxième pompe à  

chaleur. Pour empêcher ce phénomène, installer en fonction de


la pompe du circuit d'eau glycolée un clapet anti-retour dans le
départ.
Fig. 3.3 : Connexion en parallèle de pompes à chaleur eau glycolée/eau

REMARQUE
Le clapet anti-retour ne fait pas partie du kit d'accessoires du circuit
d'eau glycolée, mais doit être fourni par le client.

Un débit de fuite similaire peut également se produire lors de


l'utilisation d'une station de rafraîchissement passive. Installer
dans ce cas aussi un clapet anti-retour en fonction du circulateur
d'eau glycolée. Il incombe au client de fournir ce clapet.

3.2 Collecteur géothermique


L'énergie accumulée dans la terre arrive presque exclusivement REMARQUE
par la surface de la terre. Les précipitations et l'ensoleillement L'énergie d'extraction annuelle maximale est comprise entre 30 et
constituent les principaux fournisseurs de cette énergie. C'est 50 kWh/m² dans les sols sablonneux et entre 50 et 70 kWh/m2 dans les
pourquoi les collecteurs ne doivent pas être posés sous des sur- sols cohérents.
faces construites ou asphaltées. Le flux de chaleur provenant de
l’intérieur de la terre est inférieur à 0,1 W/m2et donc négligeable.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 37
3.2.1 Pompe à chaleur eau glycolée/eau

3.2.1 Profondeur de pose


Dans les régions froides, les températures du sol peuvent attein- ATTENTION !
dre le point de gel à 1 m de profondeur, même sans exploitation Lors de la pose de collecteurs enterrés dans des tranchées, une
de la chaleur. À 2 m de profondeur, la température minimale profondeur de 1,25 m ne doit pas être dépassée pour des raisons de
s'élève à env. 5 °C. Plus la profondeur augmente, plus la tempé- sécurité. Risque d'ensevelissement !
rature croît. En revanche, le flux de chaleur en provenance de la
surface de la terre diminue. Un dégel au printemps n’est donc
pas assuré en cas de pose plus profonde. C'est pourquoi la pro-
fondeur de pose devrait être de 0,2 à 0,3 m env. en dessous de
la limite de gel maximale. Cette limite se trouve dans la plupart
des régions entre 1,0 et 1,5 m.

3.2.2 Écartement de pose


Lors de la détermination de l’écartement de pose da, il faut tenir  Lorsque la conductibilité thermique du sol est mauvaise (sa-
compte du fait que les blocs de glace se formant autour des ser- ble par ex.), prévoir, pour une surface de pose identique, un
pentins enfouis dans la terre ont suffisamment dégivrés pour que écartement de pose moindre et une longueur totale de
l'eau des précipitations puisse s'infiltrer et qu'aucune saturation tuyauterie plus importante.
du sol en eau ne puisse avoir lieu.
Les écartements de pose préconisés varient entre 0,5 et 0,8 m REMARQUE
selon le type de sol et le climat régional. Dans les régions froides avec des températures extérieures de base (hi-
 Plus la période de gel est longue, plus l'écartement de pose ver) inférieures à -14 °C (par ex. dans le sud de l'Allemagne), un écarte-
ment de pose d'env. 0,8 m est nécessaire.
et la surface nécessaire à la pose doivent être élevés.
Dans des régions plus chaudes avec des températures extérieures de
base (hiver) de -12 °C maxi., l'écartement de pose peut être réduit à env.
0,6 m.

3.2.3 Surface nécessaire aux collecteurs et longueur de tuyau


Des tuyaux PE-100 peuvent être utilisés dans les sols non pier-  Nature du sol, taux d’humidité de la terre et région
reux. En raison de la résilience plus élevée des sols pierreux, il climatique
est recommandé d'utiliser un réseau de tuyaux en polyéthylène,  Longueur maximale de la période de gel
par ex. PE-X... ayant un diamètre extérieur de 32 mm.
La surface nécessaire à un collecteur géothermique posé hori- REMARQUE
zontalement dépend des facteurs suivants: En moyenne montagne, entre env. 900 m et 1000 m au-dessus du niveau
 Puissance frigorifique de la pompe à chaleur de la mer, les puissances d'extraction sont minimes et les collecteurs
géothermiques ne sont pas recommandés.

REMARQUE
Le chap. 3.2.6 page 42 montre les valeurs standard de dimensionnement
des collecteurs géothermiques.

1. Étape : Détermination de la capacité thermique de la 3. Étape : Consulter le tableau 3.2 pour le choix de la puis-
pompe à chaleur au point de dimensionnement sance spécifique d'extraction en fonction de la na-
(par ex. B0 / W35) ture du sol
2. Étape : Calcul de la puissance frigorifique en déduisant de
la capacité thermique la puissance électrique con- Puissance spécifique
Nature du sol
sommée au point de dimensionnement d'extraction
pour 1800h
40 = 4PAC - Pél. Ex. SI 14TU sol sec non cohérent (sable) env. 10 W/m
capacité thermique de la pompe à glaise / limon env. 19 W/m
4PAC = 13,9kW
chaleur argile sablonneuse env. 21 W/m
Puissance électrique consommée par
Pél. = la pompe à chaleur au point de 2,78kW Tab. 3.3: Puissances spécifiques d'extraction
dimensionnement
Puissance frigorifique ou puissance
4. Étape : Détermination des longueurs de tuyaux nécessai-
spécifique d'extraction de la pompe à
40 = 11,12kW res
chaleur de la terre au point de
dimensionnement
Puissance frigorifique à partir de la 2ème étape =
11,12kW

Longueur de tuyau L = 11120 W / 19 W/m = 585,3m

=> Choix de 6 circuits de 100 m

38 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur eau glycolée/eau 3.2.4

5. Étape : La surface de collecteur s'obtient à partir de la lon- REMARQUE


gueur de tuyau et de l'écartement de pose. La longueur de tuyau minimale calculée est généralement arrondie à
100 m pour chaque circuit.
Surface de collecteur A = L (longueur de tuyau) * b (écar-
tement de pose)
L'écartement de pose nécessaire pour une installation
dans le sud de l'Allemagne s'élève à 0,8m. Sélection :
0,8m

Surface de collecteur A = 600m * 0,8m = 480m²

3.2.4 Pose de collecteurs et de distributeurs d'eau glycolée


Les distributeurs d'eau glycolée relient simplement et en toute Lors de l'installation des distributeurs d'eau glycolée, divers
sécurité des sondes géothermiques ou des collecteurs géother- points sont à respecter:
miques à une pompe à chaleur. Le fluide caloporteur utilisé pour  Fixer les distributeurs d'eau glycolée au mur d'un bâtiment
transmettre l'énergie géothermique est en règle générale un mé- ou à la paroi d'un puits (par exemple avec une console de
lange eau/glycol. L'eau glycolée circule en circuit fermé; elle part fixation murale).
des tuyaux des collecteurs ou des sondes, passe par les distribu-  Les tuyaux de collecteur ou de sonde doivent être introduits
teurs d'eau glycolée et va jusqu'à la pompe à chaleur pour reve- dans les distributeurs par le bas en formant un coude, sans
nir par le collecteur d'eau glycolée. tension, afin de compenser les dilatations linéaires en été ou
Le collecteur ou le distributeur d'eau doit être monté en fonction en hiver (fissures de contrainte).
du nombre de circuits d'eau glycolée à traverser (voir Fig. 3.4 et  Dans l'idéal, le coude sera réalisé en utilisant un manchon à
Fig. 3.5 ). Le collecteur et le distributeur sont équipés de robinets souder.
à boisseau sphérique pour pouvoir arrêter complètement les dif-
 À l'extérieur du bâtiment, les distributeurs d'eau glycolée
férents circuits de collecteur ou de sonde (par exemple en cas de
doivent être installés dans des puits accessibles et protégés
fuite). Les tuyaux PE des collecteurs ou des sondes peuvent être
de la pluie.
montés directement sur les robinets à boisseau sphérique avec
les bagues de serrage filetées prémontées.  Lors du montage dans un puits, il est recommandé de placer
dans la terre une couche de sable d'environ 20 cm au-des-
sus et en dessous des tuyaux de collecteur ou de sonde. Si
'LVWULEXWHXUG
HDXJO\FROpH'pSDUW un coude est soudé pour compenser les dilatations linéai-
res, il doit se trouver au-dessus du sol.

'LVWULEXWHXU
G
HDXJO\FROpH
&ROOHFWHXUG
HDXJO\FROpH±5HWRXU

&ROOHFWHXU
Fig. 3.4 : Montage de distributeur d'eau glycolée jusqu'à 8 circuits maximum G
HDXJO\FROpH

'LVWULEXWHXUG
HDXJO\FROpH'pSDUW &RXGHSRXUPRQWDJH
VDQVWHQVLRQ

&RXFKHGHVDEOHVXSpULHXUHGHFP

&RXFKHGHVDEOHVXSpULHXUHGHFP

Fig. 3.6 : Montage des tuyauteries sur le distributeur d'eau glycolée


&ROOHFWHXUG
HDXJO\FROpH±5HWRXU

Fig. 3.5 : Montage de distributeur d'eau glycolée pour 16 (2x8)circuits maxi-


mum

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 39
3.2.5 Pompe à chaleur eau glycolée/eau

 Si les distributeurs d'eau glycolée sont installés à l'intérieur


'LVWULEXWHXU d'un bâtiment, ils doivent être isolés de manière étanche à la
G
HDXJO\FROpH
diffusion, comme tous les tuyaux posés dans la maison et
passés à travers le mur extérieur, afin d'empêcher la forma-
tion de condensation.
 Pour chaque circuit de collecteur, le tuyau de collecteur ne
'LVWULEXWHXU doit pas dépasser 100m de long; les tuyaux de sonde DN32
G
HDXJO\FROpH
ne doivent pas dépasser 80m de profondeur - Perte de pres-
sion.

7X\DX[3(
REMARQUE
eTXHUUHGHVRXGDJH Lors de la pose de circuits d'eau glycolée de même longueur, aucun équi-
7X\DXGHFROOHFWHXU librage hydraulique n’est nécessaire.
HQWHUUpRXGHVRQGH

G
HDXJO\FROpH
&ROOHFWHXU
*pRWKHUPLH

Fig. 3.7 : Montage des tuyauteries sur le distributeur d'eau glycolée avec une
équerre de soudage 3RPSHjFKDOHXU

G
HDXJO\FROpH
'LVWULEXWHXU
&LUFXLWG
HDXJO\FROpH 7X\DX[GHFROOHFWHXU

Fig. 3.8 : Circuit de la pompe à chaleur, côté source de chaleur

3.2.5 Branchement du circuit d’eau glycolée


 Chaque circuit d’eau glycolée doit être muni d’au moins un  Lors de la pose du circulateur du circuit d'eau glycolée de
robinet d’arrêt. l'installation de source de chaleur, respecter les plages de
 Les circuits d’eau glycolée doivent être de même longueur températures d'exploitation de la pompe mentionnées dans
pour garantir une circulation régulière et une puissance spé- les instructions de montage. La tête circulateur doit être ins-
cifique d’extraction homogène. tallée de manière à ce qu'aucun condensat ne puisse
 Les collecteurs géothermiques doivent si possible être ins- s'écouler dans la boîte de connexion. Si elle est installée
tallés quelques mois avant la saison de chauffage afin que dans le bâtiment, celui-ci doit être isolé de manière étanche
la terre puisse se tasser. à la diffusion de la vapeur pour éviter la formation d’eau de
condensation et de glace. De plus, des travaux d’insonorisa-
 Les rayons de cintrage minimaux des tuyaux, indiqués par
tion peuvent être nécessaires.
les fabricants, doivent être respectés.
 L’écartement de pose des conduites d’eau glycolée par rap-
 Les dispositifs de remplissage et de purge sont à installer au
port aux conduites d'eau, canalisations et bâtiments devrait
point le plus haut du terrain.
s'élever à 0,7 m pour éviter des dommages dus au gel. Si
 Toutes les conduites d’eau glycolée qui passent dans la cet écartement ne peut pas être respecté pour des raisons
maison et qui traversent les murs de la maison doivent être de construction, les tuyaux doivent être suffisamment isolés
isolées de manière étanche à la vapeur pour empêcher la dans cette zone.
formation d’eau de condensation.
 Les collecteurs géothermiques ne doivent pas se trouver en
 Toutes les conduites d’eau glycolée doivent se composer dessous d’une surface bâtie ou scellée.
d’un matériau résistant à la corrosion.
 Le distributeur d’eau glycolée et le collecteur du circuit re- REMARQUE
tour doivent être installés en-dehors de la maison. L’installation du circulateur d’eau glycolée à l’extérieur du bâtiment évite
les travaux d’isolation contre la diffusion qui sont alors nécessaires pour
éviter la condensation.

40 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur eau glycolée/eau 3.2.5

Légende
1) Angle
2) Élément en T
3) Manchon de réduction

4) Manchon double
5) Robinet de raccordement de pompe
6) Joint
7) Circulateur
8) Manchon double

9) Grand purgeur
 10) Manchon double
0!# 11) Groupe de raccordement de vase avec
purgeur rapide, vanne de sécurité,
manomètre
12) Vase d’expansion
13) Soupape à capot pouvant être arrêtée
14) Pressostat basse pression
15) Cartouche filtrante

Fig. 3.9 : Configuration d’une conduite d’alimentation du circuit d’eau glycolée, robinetterie incluse.

Le grand purgeur avec séparateur de microbulles doit se trouver Les kits d'accessoires du circuit d'eau glycolée suivants sont dis-
au point le plus élevé et le plus chaud du circuit d’eau glycolée. ponibles:
Les accessoires du circuit d’eau glycolée peuvent être installés
tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du bâtiment. Kit
d'accessoires
Pompe à chaleur Circulateur
REMARQUE du circuit d'eau
La conduite du circuit d'eau glycolée et la robinetterie doivent être iso- glycolée
lées de manière étanche à la diffusion. Ce faisant, la fonctionnalité des SZB140E SI 6 - 14TU Stratos 25/1-8
différents composants ne doit pas être restreinte. SZB180E SI18TU Stratos 30/1-8
SZB220E SI22TU Stratos 30/1-12
REMARQUE SZB 250
SI 24TE
Top-S 40/10
Le collecteur d'impuretés, fourni avec la pompe à chaleur, (maille 0,6 mm) SIH2TE
protège l’évaporateur de la pompe et doit être monté directement à l'en- SZB 300 SI 30TE Top-S 40/10
trée de la pompe, puis nettoyé après un processus de rinçage d’environ SZB 400
SI 37TE
Top-S 40/10
1 journée du circulateur d’eau glycolée. SIH 40TE
SZB 500 SI 50TE Top-S 50/10

REMARQUE SZB 680


SI6 - 11TE
SI(H) 6 - 11TE
Top-S 25/7,5
Pour éviter une humidification de l’isolation, seuls des matériaux d’isola- SZB 700 SI 17TE Top-S 30/10
tion ne pouvant absorber l’humidité doivent être utilisés. De plus, les
SZB 750 SI 75TE Top-S 65/13
zones de raccord doivent être collées de telle sorte qu’aucune humidité
SZB 1000 SI 100TE Top-S 65/13
ne puisse pénétrer jusqu’à la partie froide de l’isolation (par ex. conduite
SZB 1300 SI 130TE Top-S 65/15
d’eau glycolée).
Tab. 3.4: Kit d'accessoires du circuit d'eau glycolée pour différentes pompes
à chaleur

REMARQUE
Les kits d'accessoires du circuit d'eau glycolée SZB140E à SZB220E
comprennent un circulateur du circuit à régulation électronique, qui peut
être piloté depuis le gestionnaire de pompe à chaleur WPMEconPlus via
un signal compris entre 0 et 10V.

ATTENTION !
Pour les sondes géothermiques, respecter la compression libre spécifiée
dans les informations sur les appareils (profondeur max. exigée par les
sondes de DN32: 80m).

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 41
3.2.6 Pompe à chaleur eau glycolée/eau

Niveau d’eau glycolée insuffisant et fuite Le tuyau représenté dans le croquis doit être installé entre la
Il est possible d’intégrer un «pressostat basse pression eau gly- soupape de sécurité et le vase d'expansion du circuit d'eau gly-
colée», disponible comme accessoire spécial, dans le circuit colée. Le pressostat doit être branché à l'aide de la tubulure de
d’eau glycolée afin d’y constater un manque de liquide éventuel raccordement présente sur le tuyau. La soupape de sécurité, qui
ou une fuite et de remplir les conditions établies par les autorités peut être arrêtée, permet de monter et de démonter simplement
locales. Ce pressostat émet un signal au gestionnaire de pompe le pressostat basse pression et d'en vérifier le fonctionnement.
à chaleur en cas de perte de pression. Ce signal peut au choix Lors du test de fonction du pressostat basse pression, maintenir
être affiché sur l’écran ou bloquer la pompe. le robinet de vidange ouvert jusqu'à ce que le pressostat, du fait
de la chute de pression dans le circuit d'eau glycolée, bloque par
un signal numérique le gestionnaire de pompe à chaleur et, par
3RVLWLRQGXFRQWDFWHQFDVGH 5pJXODWHXU3$& conséquent, la pompe à chaleur. Recueillir alors le liquide gly-
FLUFXLWG¶HDXJO\FROpHUHPSOL
colé dans un récipient adapté. Si le pressostat basse pression ne
;9$&
 bloque pas la pompe à chaleur avec une baisse de pression évi-
dente, l'exploitant doit contrôler le fonctionnement et procéder
1-,'
  éventuellement au remplacement. Une fois le contrôle terminé,
remplir de nouveau le circuit d'eau glycolée avec le liquide récu-
1) Tuyau avec filetages intérieur et extérieur péré. Vérifier ensuite l'étanchéité du circuit d'eau glycolée et le
2) Pressostat avec connecteur et joint d’étanchéité fonctionnement de la pompe à chaleur.
Fig. 3.10 :Pressostat basse pression eau glycolée (montage et câblage)

3.2.6 Dimensionnement standard des collecteurs géothermiques


Le tableau de dimensionnement tab. 3.5 à la p. 44 tient compte Une augmentation du nombre de circuits d’eau glycolée et un
des hypothèses suivantes: raccourcissement des longueurs par segment n'ont pas d'inci-
 Tuyau PE (circuits d'eau glycolée): Tuyau DIN 8074 dence en termes de perte de pression si tous les autres paramè-
32x2,9mm – PE100 (PN 12,5) tres restent identiques. Si les conditions générales sont diver-
 Tuyau d'alimentation PE entre la pompe à chaleur et gentes (par ex. puissance spécifique d'extraction, concentration
le circuit d'eau glycolée selon DIN 8074: en eau glycolée), il est nécessaire de redimensionner la longueur
totale admissible de la tuyauterie pour le départ et le retour entre
 Pression nominale PN 12,5 (12,5 bars)
la pompe à chaleur et le distributeur d'eau glycolée.
 Puissance spécifique d'extraction de la terre
Les quantités nécessaires de produit antigel indiquées dans le
d'env. 25 W/m2 pour 0,8 m d'écartement de pose
tab. 3.2 à la p. 37 sont fonction des épaisseurs de tubes indi-
 Concentration en eau glycolée de min. 25% à quées. En cas de faibles épaisseurs de tubes, la quantité de pro-
max. 30% de produit antigel (à base de glycol) duit antigel doit être augmentée pour que la concentration mini-
 Vase d'expansion sous pression : prégonflage 0,5 bar male en eau glycolée de 25% vol. soit atteinte.

REMARQUE
Le calculateur des coûts d'exploitation Dimplex permet maintenant pour
chaque région d'Allemagne de dimensionner un collecteur géothermique
pour les pompes à chaleur eau glycolée/eau.
La version actualisée du calculateur et des informations complémentai-
res sur ce thème sont disponibles à l'adresse
www.dimplex.de/online-planer/wp-rechner.

REMARQUE
Le dimensionnement des circulateurs d’eau glycolée s'applique unique-
ment aux longueurs par segment maximales de 100 m et au nombre indi-
qué de circuits d'eau glycolée!

42 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur eau glycolée/eau 3.2.6

Longueur totale admissible de la

Longueur de tuyau collecteur géothermique1


tuyauterie des circuits aller et retour entre
PAC et distributeur d'eau glycolée

Quantité de circuits d'eau glycolée


Vase d'expansion sous pression
Débit min. d'eau glycolée
identique ou équivalent

Puissance frigorifique

Protection moteur
Pompe à chaleur

Circulateur

Circulateur

Alternative

125 x 11,4

140 x 12,7
110 x 10
32 x 2,9

40 x 3,7

50 x 4,6

63 x 5,7

75 x 6,8

90 x 8,2
m3/h kW m l m m m m m m m m m A

SI 5ME Wilo TOP-S 25/7,5 UPS 25-60 1,2 3,7 200 2 8 50 2

SI 7ME / 2
Wilo TOP-S 25/7,5 UPS 25-60 1,7 4,7 300 3 8 15 40 110
SIH 6ME
SI 9ME / 2
Wilo TOP-S 25/7,5 UPS 25-80 2,3 6,9 400 4 12 20 65
SIH 9ME

SIK 11ME Wilo TOP-S 25/7,5 UPS 25-80 3 9,1 500 5 12 10 70 2

SI 11ME / 2
Wilo TOP-S 25/7,5 UPS 25-80 3 8,3 500 5 12 10 70
SIH 11ME

SI 14ME Wilo TOP-S 25/7,5 UPS 25-80 3,5 10,9 600 6 18 20 70 2

SIK 16ME Wilo TOP-S 25/7,5 UPS 25-80 3,5 11,3 700 7 18 20 70 2

1. conformément chap. 3.2.6 page 42


2. avec protection complète du moteur intégrée ou moteur résistant au courant de blocage

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 43
3.2.6 Pompe à chaleur eau glycolée/eau

Longueur totale admissible de la tuyauterie

Longueur de tuyau collecteur

Vase d'expansion à pression


Débit volumique minimum
des circuits départ et retour entre PAC et

Puissance frigorifique 1

Circuits d’eau glycolée


Puissance (B0W35) distributeur d'eau glycolée

Protection moteur
Pompe à chaleur

Circulateur

Alternative

à 20W/m 2
Grundfos

125 x 11,4

140 x 12,7
110 x 10
32 x 2,9

40 x 3,7

50 x 4,6

63 x 5,7

75 x 6,8

90 x 8,2
m3/h kW m l m m m m m m m m m A
WILOStratos
SI6TU 1,3 UPS25-60 1,45 5,0 300 8 3 20 100
25/1-8
WILOStratos
SI8TU 1,67 UPS25-80 1,9 6,4 400 12,0 4 10 35 100
25/1-8
WILOStratos
SI 11TU 2,22 UPS25-80 2,6 8,7 500 12,0 5 10 70
25/1-8
WILOStratos
SI 14TU 2,78 UPS25-80 3,4 11,1 600 18,0 6 20 70
25/1-8
WILO Stratos
SI18TU 3,7 UPS32-80 4,3 13,8 700 18,0 7 100 300
30/1-8
WILOStratos UPS32-
SI22TU 5,10 5,5 18,0 900 18,0 9 80 270 1,1
30/1-12 120
WILO TOP-S UPS40-
SI 24TE 5,81 5,6 18,0 900 18,0 10 100 300 1,2
40/10 120F
WILO TOP-S UPS40-
SI 30TE 6,91 7,0 24,0 1200 18,0 13 150 400 1,2
40/10 120F
WILO TOP-S UPS40-
SI 37TE 8,17 8,5 29,0 1500 18,0 15 120 350 1,2
40/10 120F
WILO TOP-S UPS50-
SI 50TE 10,60 12,8 36,0 1800 25,0 20 70 180 1,8
50/10 120F
WILO TOP-S UPS65-
SI 75TE 17,29 20,5 58,0 2900 35,0 32 120 300 3,0
65/13 120F
WILO TOP-S UPS65-
SI 100TE 21,21 24,0 75,0 3800 50,0 39 180 300 3,0
65/13 120F
WILO TOP-S UPS65-
SI 130TE 52,86 34,0 97,0 4900 50,0 53 140 300 3,5
65/15 180F
WILO TOP-S UPS40-
SIH 20TE 4,86 5,1 17,0 900 18,0 17 100 300 1,2
40/10 120F
WILO TOP-S UPS40-
SIH 40TE 8,35 8,8 29,0 1500 18,0 19 120 350 1,2
40/10 120F
SIH 6TE / WILO TOP-S
1,66 UPS25-60 1,7 5,5 300 8,0 3 15 40 110 3,0
SIK 7TE 25/7,5
SIH 9TE / WILO TOP-S
2,14 UPS25-80 2,3 7,5 400 8,0 4 20 65 3,0
SIK 9TE 25/7,5
SIH 11TE / WILO TOP-S
2,79 UPS25-80 3,0 9,0 500 12,0 5 10 70 3,0
SIK 11TE 25/7,5
WILO TOP-S
SIK 14TE 3,37 UPS25-80 3,5 11,0 600 18,0 6 20 70 3,0
25/7,5

1. selon le fabricant du compresseur pour B0/W35.


2. conformément au chap. 3.2.6 page 42

Tab. 3.5: Tableau de dimensionnement des pompes à chaleur eau glycolée/eau pour une puissance spécifique d’extraction du collecteur géothermique de
20 W/m2. Hypothèse : concentration en eau glycolée de 25% vol. de produit antigel, longueurs par segment de chaque circuit d’eau glycolée de 100 m,
tuyaux PE 100 (PN 12,5), 32x2,9mm selon DIN 8074 et 8075.

44 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur eau glycolée/eau 3.3.2

3.3 Sondes géothermiques


Dans le cas d’une installation de sondes géothermiques, un sys- 6XUIDFHGHODWHUUH
tème d’échangeur de chaleur est introduit dans le sol en profon-           
deur, dans des trous de généralement 20 m à 100 m. En 3URIRQGHXU HUPDL HUQRY
moyenne, chaque mètre de double sonde géothermique en U est
HUIpY HUDR€W
en mesure de produire une puissance de source de chaleur de
50 W environ. Cependant, le dimensionnement précis de l'instal-
P
lation dépend des conditions géologiques et hydrogéologiques,
généralement inconnues du chauffagiste. Il convient donc de
confier l'exécution de l'installation à une entreprise de forage
dotée du label de qualité de la fédération internationale des fabri- P
cants de pompes à chaleur ou homologuée au titre de la norme
de l'organisme allemand de certification DVGW W120. Par
ailleurs, il faut tenir compte en Allemagne de la prescription VDI-
4640, folios 1 et 2. P ƒF

Températures du sol
À partir d’une profondeur de 15 m env., la température du sol
s’élève pendant toute l’année à plus de 10 °C (voir fig. 3.11 à la
p. 45).
Fig. 3.11 :Représentation de l’évolution des températures à différentes pro-
REMARQUE fondeurs du sol en fonction d’une température moyenne saison-
nière à la surface de la terre.
Les températures dans la sonde diminuent par le biais de l'extraction de
chaleur. Le dimensionnement doit être réalisé de telle sorte que la tempé-
rature de sortie de l’eau glycolée ne descende pas à long terme en des-
sous de 0 °C.

3.3.1 Dimensionnement des sondes géothermiques


En principe, les sondes géothermiques doivent être dimension- REMARQUE
nées pour les bureaux d'étude travaillant sur ce sujet. Une éva- En règle générale, lors du dimensionnement d'installations de sondes qui
luation approximative des sondes géothermiques, même dans servent de source de chaleur, il faut veiller à ce que la taille de l'installa-
une petite plage de puissance, n'est pas admise. C'est essentiel, tion soit choisie en fonction du besoin en chaleur annuel du bâtiment
car la puissance spécifique d'extraction se règle sur la nature du Porter une attention toute particulière à cette question pour les installa-
sol et les couches aquifères. Ces facteurs peuvent être clarifiés tions bivalentes. Généralement, la puissance spécifique d'extraction de
uniquement sur site par une entreprise mandatée à cette fin. l'installation de sondes est établie sur la base d'une durée de fonctionne-
ment annuelle de la pompe à chaleur de 1800 à 2400heures. Pour les ins-
REMARQUE tallations bivalentes, la durée de fonctionnement de la pompe à chaleur
Lors de l'étude et du dimensionnement des sondes géothermiques, tenir s'allonge et le dimensionnement de l'installation de sondes doit donc être
compte des exigences légales nationales. proportionnellement augmenté.

Une simulation informatique sur plusieurs années de fonctionne-


ment en charge permet de reconnaître les effets à long terme et
de les prendre en considération lors de l’étude et de la concep-
tion.

3.3.2 Forage des sondes


L'écartement des sondes entre elles doit être d'au moins 6 m 6HQVG¶pFRXOHPHQWGHODQDSSHSKUpDWLTXH 6HQVG¶pFRXOHPHQWGHODQDSSHSKUpDWLTXH

pour maintenir leur influence respective à faible niveau et per-


mettre une régénération en été. Si plusieurs sondes sont néces-
saires, celles-ci ne doivent pas être disposées parallèlement, 6RQGH

mais perpendiculairement au sens d'écoulement de la nappe ph-


réatique (voir fig. 3.12 à la p. 45). $XPRLQV
P

REMARQUE
En ce qui concerne la concentration en eau glycolée, les matériaux utili- 6RQGH
sés, la disposition du puits de distribution, le montage de la pompe et le
vase d’expansion, les règles qui s’appliquent sont identiques à celles $XPRLQV
d’une installation à collecteurs géothermiques. P

6RQGH

Fig. 3.12 :Disposition et écartement minimal des sondes en fonction du sens


d’écoulement de la nappe phréatique

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 45
3.3.3 Pompe à chaleur eau glycolée/eau

La fig. 3.13 page 46 représente la coupe transversale d'une dou-


ble sonde en U, habituellement utilisée pour les pompes à cha-
leur.
Pour ce type de sonde, on réalise tout d’abord un forage de
rayon r1. Quatre tuyaux de sonde et un tuyau de remplissage y
sont introduits. Les trous de fixation sont ensuite comblés avec
un mélange de ciment et de bentonite. Le fluide de la sonde
s’écoule dans deux de ces tuyaux et remonte dans les deux
autres. Les tuyaux sont reliés à leur extrémité inférieure respec- U
tive via une tête de sonde de telle sorte qu’ils forment un circuit
de sondes fermé. Fig. 3.13 :Coupe transversale d'une double sonde en U avec tuyau de rem-
plissage

REMARQUE
En cas d’utilisation d’accessoires sur le circuit d’eau glycolée, ou de
pompes à chaleur avec circulateur d’eau glycolée intégré, les pertes de
pression de la sonde doivent être calculées et comparées avec la com-
pression libre du circulateur d’eau glycolée. Pour éviter de grandes per-
tes de pression inutiles, des tuyaux DN 40 doivent être utilisés à partir
d’une profondeur de sonde de plus de 80 m.

3.3.3 Remplissage de sondes géothermiques


Tout comme avec les collecteurs géothermiques, les sondes Par conséquent, lors de l'exploitation de sondes géothermiques
géothermiques sont généralement remplies d'une solution glyco- avec de l'eau, respecter les points suivants:
lée de 25 à 30% vol.. Cela permet d'atteindre aisément des tem-  Utiliser à la place d'une pompe à chaleur eau glycolée/eau
pératures d'entrée de l'eau glycolée dans la pompe à chaleur de une pompe eau/eau.
-5°C. Grâce à la part de glycol, la pompe à chaleur est protégée  Dans ce cas, la température de sortie minimale de l'eau gly-
du gel. colée ne doit pas être inférieure à 4°C.
Dans certains cas, il peut cependant être nécessaire d'exploiter  La puissance de transmission de la sonde est moindre du
la sonde géothermique avec de l'eau pure, sans ajout de protec- fait des températures élevées. Le nombre de sondes requi-
tion antigel. Dans ce cas, la température d'entrée de l'eau glyco- ses double quasiment par rapport à une sonde géothermi-
lée ne doit pas descendre en dessous de 0°C, sinon l'eau pré- que utilisant de l'eau et du glycol.
sente dans la conduite d'eau glycolée risque de geler et de
provoquer des dommages.

3.4 Autres installations d'utilisation de la source de chaleur géothermique


Il est également possible d'utiliser comme alternative aux collec- De plus, les informations suivantes doivent être mises à disposi-
teurs géothermiques d'autres types d'installations de source de tion :
chaleur comme les corbeilles géothermiques, les collecteurs  Perte de pression au débit d’eau glycolée indiqué pour le di-
principaux, les pieux énergétiques, les collecteurs en spirale, etc. mensionnement du circulateur
Le dimensionnement de ces installations de source de chaleur  Influences possibles sur la végétation
doit être conforme aux indications du fabricant ou du fournisseur.
 Prescriptions d’installation
Le fabricant doit garantir le fonctionnement à long terme du sys-
tème conformément aux indications suivantes:
REMARQUE
 Température minimale autorisée de l’eau glycolée L'expérience montre que les puissances spécifiques d'extraction des col-
 Puissance frigorifique et débit d’eau glycolée de la pompe à lecteurs géothermiques classiques diffèrent très peu de celles d'autres
chaleur utilisée systèmes car l'énergie emmagasinée dans 1m3 de terre est limitée entre
 Nombre annuel d’heures de fonctionnement de la pompe 50 et 70 kWh/a env.

Une éventuelle optimisation des puissances spécifiques d’ex-


traction dépend en première ligne des conditions climatiques et
de la nature du sol, et non du type d’installation de source de
chaleur.

46 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur eau glycolée/eau 3.5.1

3.5 Source de chaleur Eau avec échangeur thermique intermédiaire

3.5.1 Mise en exploitation de la source de chaleur Eau en cas d'impuretés


Pour utiliser indirectement la source de chaleur Eau, des pom- REMARQUE
pes à chaleur eau glycolée/eau peuvent être exploitées via un Sous www.dimplex.de/betriebskostenrechner, vous pouvez consulter le
circuit intermédiaire avec un échangeur thermique en acier calculateur en ligne, qui vous permet de calculer l'indice de travail annuel
inoxydable supplémentaire. Pour ce faire, un échangeur thermi- en tenant compte de l'échangeur thermique intermédiaire.
que supplémentaire est installé dans le circuit de la source de
chaleur de la pompe et le circuit intermédiaire est rempli de mo- Diverses versions intégrées, composées d'une pompe à chaleur,
noéthylène glycol. d'un échangeur thermique, d'accessoires de circuit d'eau glyco-
L'échangeur thermique externe en acier inoxydable offre la pos- lée adaptés et d'un thermostat de sécurité comme protection an-
sibilité d'utiliser la source de chaleur Nappe phréatique aussi tigel pour la pompe à chaleur, sont disponibles. La puissance ca-
dans des zones présentant des pollutions importantes de l'eau. lorifique des pompes à chaleur est dans ce cas différente avec le
Dans les régions où la température de l'eau à l'année ne dé- point de fonctionnement B7/W35. Elle correspond à une tempé-
passe pas 13 °C, aucune analyse de l'eau n'est nécessaire en rature d'entrée de l'eau glycolée de 7°C pour une température
termes de corrosion. d'eau donnée de 10°C et à une différence de température (ou
écart) via l'échangeur thermique de 3K.
ATTENTION !
Lorsque les valeurs limites en fer (Fe jusqu'à 0,2mg/l) ou en manganèse
(Mn jusqu'à 0,1mg/l) sont dépassées, il existe un risque de dépôt d'ocre
dans l'installation de source de chaleur. Ceci s'applique aussi à
l'utilisation d'échangeurs thermiques en acier inoxydable.

Puissance calorifique
Référence de Échangeur Accessoires du COP dans
Pompe à chaleur dans l'hypothèse
commande thermique circuit d’eau glycolée l'hypothèse B7/W35
B7/W35
WSI36TE SI 30TE WTE 30 SZB300 36kW 4,9
WSI44TE SI 37TE WTE 37 SZB400 44kW 5,2
WSI55TE SI 50TE WTE 50 SZB500 55kW 4,9
WSI85TE SI 75TE WTE 75 SZB750 85kW 4,9
WSI110TE SI 100TE WTE 100 SZB1000 113kW 5,1
WSI150TE SI 130TE WTE 130 SZB1300 145kW 4,9
WSIH26TE SIH 20TE WTE 20 SZB250 26kW 5,0
WSIH44TE SIH 40TE WTE 40 SZB400 44kW 4,9

Tab. 3.6: Kits de pompe à chaleur avec échangeur thermique intermédiaire

gel (T) supplémentaire qui doit être installé sur la sortie d'eau du
circuit primaire pour empêcher l'échangeur thermique de geler.
Lorsque le thermostat est mis hors service, la pompe à chaleur
1 0 est bloquée via l'entrée numérique ID3 du gestionnaire de
pompe à chaleur. Le thermostat doit également continuer à être
11 1,' 1,'[[ utilisé comme avertisseur au niveau du système de contrôle-
commande des bâtiments éventuellement existant pour empê-
11
0

5
7
7 )6 cher une synchronisation de la pompe à chaleur. Le point de
coupure du thermostat (par ex. 4°C) dépend de la configuration
Fig. 3.14 :Pompe à chaleur avec échangeur thermique intermédiaire
de l'installation effectuée par le client, de la tolérance de mesure
et des hystérésis.
Le commutateur de débit du circuit primaire (FS) empêche une Les températures de départ maximales autorisées côté source
mise en marche de la pompe à chaleur en cas d'absence de de chaleur d'une pompe eau glycolée/eau s'élèvent à 25°C. Il
débit volumique de la pompe de rafraîchissement ou sur nappe existe diverses possibilités pour empêcher une mise à l'arrêt de
phréatique. la pompe à chaleur suite à des températures d'entrée de l'eau
glycolée trop élevées.
Sur les pompes à chaleur eau glycolée/eau, il faut remplir le cir-
cuit de l'échangeur thermique intermédiaire avec un produit anti-
gel (-14°C minimum).
ATTENTION !
L'occupation des bornes du gestionnaire de pompe à chaleur spécifiée
Tout comme les collecteurs ou les sondes géothermiques con- dans les instructions de montage correspondantes doit impérativement
ventionnels, le circuit d'eau glycolée doit être équipé d'un circula- être respectée!
teur et d'une robinetterie de sécurité. Le circulateur doit être di-
mensionné de telle sorte que rien ne puisse geler dans REMARQUE
l'échangeur thermique intermédiaire. Lors de l'utilisation d'une pompe à chaleur eau glycolée/eau avec échan-
En cas d'utilisation d'une pompe à chaleur eau glycolée/eau, des geur thermique intermédiaire, le débit d'eau du circuit primaire doit dé-
températures inférieures à 0°C peuvent être constatées dans le passer d'au moins 10% celui du circuit secondaire.
circuit secondaire. La protection de l'échangeur thermique inter-
médiaire doit être assurée par un thermostat de protection anti-

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 47
3.5.2 Pompe à chaleur eau glycolée/eau

3.5.2 Extension de la plage de température d'exploitation


Lorsque les températures de la source de chaleur varient, l'utili- Variante2: pompe à chaleur avec ballon tampon
sation d'une pompe à chaleur eau glycolée/eau est recomman- dans le circuit d'eau glycolée
dée, car dans ce cas, des températures de sortie minimales de
La variante 2 prévoit l'utilisation d'un ballon tampon dans le cir-
l'eau glycolée de -9°C sont possibles. Par comparaison, les pom-
cuit d'eau glycolée (voir fig. 3.16 à la p. 48). Grâce à une régula-
pes à chaleur eau/eau s'arrêtent dès qu'une température de sor-
tion externe, le ballon tampon est chargé via la pompe P1. À par-
tie de l'eau minimale de 4°C est atteinte. La température d'entrée
tir d'une température minimale de 3°C dans le ballon tampon, la
d'eau glycolée maximale s'élève à 25°C aussi bien pour les pom-
pompe est commandée et charge le ballon. À partir d'une tempé-
pes à chaleur eau glycolée/eau que eau/eau. Il est possible
rature maximale de 24°C, la pompeP1 s'arrête. Le gestionnaire
d'empêcher un dépassement quelconque des plages d'utilisation
de pompe à chaleur commande la pompe source de chaleur (cir-
de différentes manières.
culateur primaireM11) dans le circuit d'eau glycolée. Si, au ni-
veau du capteur de température(R6), une température de 3°C
REMARQUE minimum ou une température de 25°C est atteinte, le gestion-
Lorsque la température d'entrée de l'eau glycolée diminue, la perfor-
naire de pompe à chaleur met la pompe source de chaleur à l'ar-
mance de la pompe à chaleur est moindre.
rêt. Le circuit d'eau glycolée doit être rempli d'eau glycolée avec
au moins 25%vol.

REMARQUE
Avec des températures d'eau glycolée basses dans le ballon tampon et
1
dans les tuyauteries, des condensats peuvent se former au niveau du bal-
0
H[WHUQ

11
1,' 1,',' lon tampon. Pour cette raison, le client doit prévoir une isolation étanche
à la diffusion.
0
5 11
7
7 )6

Fig. 3.15 :Pompe à chaleur avec vanne 3voies dans le circuit d'eau glycolée

Variante 1: pompe à chaleur avec vanne 3voies


Une vanne 3voies thermostatique est installée dans le circuit
d'eau glycolée. Si la température d'entrée de l'eau glycolée dé-
passe 25°C, une partie du débit volumique du retour d'eau glyco- 3± H[WHUQH

lée est mélangée via le mélangeur au départ d'eau glycolée. Le


mélangeur est commandé par une régulation externe.

1D

PD[ƒ&
1D1
0

5
7 PD[!7ƒ& PLQ7ƒ&
1,' 1,'
0pODQJHHDXJO\FRO

Fig. 3.16 :Pompe à chaleur avec ballon tampon dans le circuit d'eau glycolée

48 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur eau glycolée/eau 3.6

3.6 Source de chaleur Systèmes d’absorption (exploitation indirecte de


l’énergie de l’air ou du soleil)
Plage de température de l’eau glycolée de -15 à + 50 °C Concentration en eau glycolée
Plage d'exploitation de la pompe à chaleur eau glycolée/eau Dans le cas d’absorbeurs de toit, de clôtures énergétiques, entre
-5 à +25 °C autres, une protection contre le gel à –25 °C est nécessaire en
cas de températures extérieures basses. La concentration en
Disponibilité eau glycolée dans ce système est de 40 %. Lorsque la concen-
Restriction possible dues aux influences atmosphériques tration en eau glycolée augmente, le dimensionnement du circu-
et à des surfaces restreintes. lateur d’eau glycolée doit prendre en compte des pertes de pres-
sion accrues.
Possibilité d'exploitation
 Bivalente Remplissage de l’installation
 Monovalente en combinaison avec un collecteur Le remplissage de l’installation s’effectue comme décrit au
géothermique supplémentaire chap. 3.1.3 page 36.

Investissement Dimensionnement du vase d’expansion


 Système d’absorption (toit énergétique, registre tubulaire, Dans le cas d’un mode absorbeur exclusif, les températures de
absorbeur massif, clôture énergétique, tour énergétique, l’eau glycolée varient de –15 °C à +50 °C. env. Ces fluctuations
pile énergétique, etc.) de température rendent le montage d’un vase d’expansion né-
 Eau glycolée à base d’éthylène glycol ou de propylène cessaire sur l’installation source de chaleur. La pression d'ali-
glycol à une concentration résistante au gel mentation doit être adaptée à la hauteur du circuit. La pression
 Circuit de tuyauteries et circulateur maximale s’élève à 2,5 bars.

 Mesures de construction Absorbeur à injection d’air


À respecter particulièrement : Concentration d’eau glycolée : ≈ 40%
 Nécessités en matière de construction Perte de pression relative ≈ 1,8
 Influences atmosphériques
REMARQUE
Dimensionnement des systèmes d’absorption En cas de mise en service par le SAV et de protection antigel de 30% (mo-
Lors du dimensionnement d’absorbeurs de toit, de colonnes ou noéthylène-glycol), le seuil inférieur d'utilisation peut être étendu à -10°C.
de clôtures énergétiques, les différents types de construction va-
rient considérablement ; les indications garanties par les fabri-
cants doivent donc être prises en considération pendant l’étude.
Comme le montre la pratique, les données suivantes peuvent
être prises comme base :
 L’évaluation de la surface de l’absorbeur doit se faire en
principe selon la puissance nocturne indiquée.
 Dans le cas de températures d’air supérieures à 0 °C, et
lorsque la température de l’eau glycolée est basse, la pluie,
la rosée ou la neige peuvent geler à la surface de l’absor-
beur, ce qui influence de manière négative le flux thermique.
 Le mode monovalent est uniquement possible en combinai-
son avec une exploitation de la chaleur du sol.
 En cas de production d’énergie solaire pendant les demi-
saisons, l’eau glycolée atteint des températures de 50 °C et
plus, ce qui dépasse la plage d’exploitation de la pompe à
chaleur.

ATTENTION !
Lorsque la température de la source de chaleur peut dépasser 25 °C, il
faut prévoir un mélangeur régulé par la température qui ajoute une partie
du débit volumique retour au départ circuit rafraîchissement pour des
températures supérieures à 25 °C. (voir chap. 3.5.2 page 48).

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 49
4 Pompe à chaleur eau/eau

4 Pompe à chaleur eau/eau

4.1 Source de chaleur: nappe phréatique


Plage de température de la nappe phréatique 7 à 12 °C REMARQUE
Plage de température pour l'exploitation de la pompe à cha- D'autres informations et les normes nationales sur l'essai d'étanchéité
leur eau/eau 7 à 25 °C des pompes à chaleur sont disponibles à l'adresse www.dimplex.de/
dichtheitspruefung.
Disponibilité
 toute l’année REMARQUE
Vous trouverez un complément d'informations sur la maintenance des
Possibilité d'exploitation pompes à chaleur dans les instructions de montage de la pompe.
 monovalent
 mono-énergétique Les travaux sur des composants contenant du fluide frigorigène doivent
être réalisés uniquement par du personnel formé en ce sens.
 mode bivalent (alternatif, parallèle)
 mode bivalent régénératif Mise en exploitation de la source de chaleur Nappe
phréatique
Investissement
À partir d’une profondeur de puits de 8 à 10m, la source de cha-
 Procédure d’autorisation (hiérarchie inférieure de l’adminis-
leur Nappe phréatique est appropriée à un mode de fonctionne-
tration des eaux)
ment monovalent de la pompe à chaleur, car les fluctuations de
 Puits d'alimentation/puits de remplissage avec terminaison température (7 à 12°C) sont faibles toute l’année. L’extraction de
hermétique des têtes la chaleur provenant de la nappe phréatique nécessite en tout
 Qualité de l’eau (analyse de l’eau) état de cause l’accord des autorités compétentes. Cet accord est
 Circuit de tuyauteries généralement délivré en dehors des zones de protection des
 Pompe d'eau de puits eaux; il doit toutefois être soumis à certaines conditions, par ex.
à une limitation de la quantité prélevée ou à une analyse de
 Travaux de terrassement et de construction
l’eau. La quantité prélevée dépend de la puissance calorifique.
Consignes de maintenance Les quantités de prélèvement nécessaires pour le point de fonc-
tionnement W10/W35 sont indiquées dans le tab. 4.1 à la p. 51.
Pour garantir un fonctionnement sûr de la pompe à chaleur, cette
dernière doit être entretenue à intervalles réguliers. Les tâches L’étude et la mise en place d’une installation de puits d’alimenta-
suivantes peuvent être effectuées sans formation spéciale: tion et de remplissage doivent alors être réalisées par une so-
 Nettoyage de l'intérieur de la pompe à chaleur ciété de forage expérimentée et en possession de l’agrément
DVGW W120, reconnue par la fédération internationale des fa-
 Nettoyage du filtre du circuit primaire
bricants de pompes à chaleur. Par ailleurs, il faut tenir compte en
Vérifier également à intervalles réguliers l'étanchéité de la Allemagne de la prescription VDI 4640, folios 1 et 2.
pompe à chaleur et le fonctionnement du circuit du fluide frigori-
gène.
(recommandée pour pompe standard)

Perte de pression de l'évaporateur


échangeur thermique à plaques
circuit intermédiaire avec
Circulateur en cas d'eau

la pompe d'eau de puits

Débit d’eau froide PAC

Diamètre min. du puits


Puissance frigorifique
Pompe d'eau de puits

Puissance calorifique
de mauvaise qualité

Protection moteur
et utilisation d'un
Pompe à chaleur

Compression de

PAC

PAC

Pouce
bars m3/h kW kW Pa
(s)
A

WI 9ME Grundfos SP 2A-6 pas nécessaire1 2,4 pour 2 8,3 6,7 6200 4" 4
WI 14ME Grundfos SP 3A-6 1 2,3 pour 3,3 13,6 10,9 19000 4" 4
pas nécessaire

50 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur eau/eau 4.2

Perte de pression de l'évaporateur


échangeur thermique à plaques
(recommandée pour pompe
spirale en acier inoxydable

Puissance calorifique PAC


circuit intermédiaire avec

Puissance frigorifique de
Échangeur thermique en

Circulateur en cas d'eau

la pompe d'eau de puits

Diamètre min. du puits


Pompe d'eau de puits

Débit d'eau froide de


de mauvaise qualité

la pompe à chaleur

la pompe à chaleur

Protection moteur
et utilisation d'un
Pompe à chaleur

Compression de
standard)

Pouce
bars m3/h kW kW Pa
(s)
A
WI10TU x UWE200-95 pas nécessaire1 2,4 2,2 8,4 6,8 6200 4 0,52/1,4
WI 14TU x Grundfos SP 3A-6 pas nécessaire1 2,7 3,1 13.3 11,1 14000 4 1,4
WI 18TE x Grundfos SP 5A-4 pas nécessaire1 1,8 4.0 17,1 13,9 12000 4 1,4
WI 22TE x Grundfos SP 5A-4 pas nécessaire1 1,6 5,0 21,5 17,6 20000 4 1,4
WI 27TE x Grundfos SP 8A-5 pas nécessaire1 2,2 7,0 26,4 21,3 16000 4 2,3
WI 50TU Grundfos SP 17-2 Wilo Top-S 40/72 1,4 11,0 49,0 40,7 13900 6 3,4
WI 100TU Grundfos SP 17-3 Wilo Top-S 50/72 2,1 21,2 98,5 80,5 19000 6 5,5
1. Échangeur thermique en spirale en inox (disponible en série) !
2. Commande via sortie M11 (pompe primaire) à WPM (gestionnaire de pompe à chaleur)

Tab. 4.1: Tableau de dimensionnement des pompes d'eau de puits absolument nécessaires aux pompes à chaleur eau/eau considérant W10/W35 et des installa-
tions standard à puits fermés. La détermination définitive de la pompe d'eau de puits doit faire l’objet d’un accord avec le constructeur du puits.

REMARQUE ATTENTION !
Le réglage des relais de surcharge intégrés aux pompes à chaleur doit Si une autre pompe d'eau de puits est utilisée, le disjoncteur de
être effectué à l’installation. protection moteur fourni par le client doit être vérifié et remplacé, le cas
échéant.

4.2 Exigences de qualité de l’eau


Indépendamment des dispositions légales, la nappe phréatique a) Pompes à chaleur eau/eau avec échangeur thermique
ne doit contenir aucune substance susceptible de se déposer et en spirale en acier inoxydable soudé (tab. 4.1 à la p. 51)
les valeurs limites de fer (<0,20 mg/l) et manganèse (<0,10 mg/l) Il n’est pas nécessaire de procéder à une analyse de l’eau
doivent être respectées pour éviter un dépôt d’ocre dans l’instal- pour déterminer les risques de corrosion de l’évaporateur si
lation de source de chaleur. la température de la nappe phréatique ne dépasse pas une
L’expérience montre que des impuretés d’une taille supérieure à moyenne annuelle de 13 °C. Dans ce cas, seules les va-
1 mm, en particulier les composants organiques, peuvent facile- leurs limites pour le fer et le manganèse doivent être respec-
ment engendrer des dommages. Les matériaux granuleux (sable tées (dépôt d'ocre).
fin) ne se déposent pas si les débits d’eau préconisés sont res- À des températures supérieures à 13 °C (par ex. récupéra-
pectés. tion de la chaleur perdue), une analyse de l'eau doit être
réalisée selon le tab. 4.2 à la p. 52 et la résistance de l'éva-
Le collecteur d'impuretés fourni avec la pompe à chaleur (maille
porateur en acier inoxydable de la pompe à chaleur doit être
de 0,6 mm) protège l’évaporateur et doit être monté directement
prouvée. Si la colonne «Acier inoxydable» contient un «-»
à l’entrée de la pompe.
ou deux «0», l’analyse doit être considérée comme néga-
tive.
ATTENTION !
Les fines particules polluantes colloïdales susceptibles de troubler l’eau b) Pompes à chaleur eau/eau avec échangeur thermique
sont souvent collantes, peuvent s’accumuler sur l’évaporateur et, par en acier inoxydable à plaques brasées au cuivre
conséquent, nuire au transfert de chaleur. Ces particules polluantes ne Indépendamment des dispositions légales, il est obligatoire
peuvent pas être éliminées par un filtre à un coût économique acceptable. d’effectuer une analyse de l’eau conformément au tab. 4.2
à la p. 52 pour prouver la résistance de l’évaporateur brasé
L’utilisation d’eau de surface ou d’eau chargée de sel n’est pas au cuivre de la pompe à chaleur. Si la colonne «Cuivre»
autorisée. Vous pouvez vous adresser aux entreprises locales contient un «-» ou deux «0», l’analyse doit être considérée
d’approvisionnement en eau pour obtenir de premiers renseigne- comme négative.
ments sur une exploitation éventuelle d'une nappe phréatique.
REMARQUE
Si la qualité de l’eau requise n’est pas obtenue ou si elle ne peut pas être
garantie de façon permanente, il est recommandé d’utiliser une pompe à
chaleur eau glycolée/eau avec circuit intermédiaire.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 51
4.3 Pompe à chaleur eau/eau

Plage de Acier Plage de Acier


Critère Critère
concentrations Cuivre inoxydable concentrations Cuivre inoxydable
d’appréciation d’appréciation
(mg/l) > 13°C (mg/l) > 13°C
Matières suscepti-
<2 + +
bles de se déposer 0 0 Oxygène
>2 0 +
(organiques)
<2 + +
Ammoniac Acide sulfhydrique < 0,05 + +
de 2 à 20 0 +
NH3 (H2S) > 0,05 – 0
> 20 – 0
< 300 + + <1 0 0
Chlorure HCO3- / SO42-
> 300 0 0 >1 + +
< 10 µS/cm 0 0 < 70 0 +
Conductibilité Carbonate d’hydro-
10 à 500 µS/cm + + de 70 à 300 + +
électrique gène (HCO3-)
> 500 µS/cm – 0 > 300 0 0
< 0,2 + + Aluminium (Al) < 0,2 + +
Fer (Fe) dissous
> 0,2 0 0 dissous > 0,2 0 +
<5 + + max. 70 + +
Dioxyde de carbone
de 5 à 20 0 + SULFATES de 70 à 300 0 +
libre (aggressif)
> 20 – 0 >300 – 0
MANGANESE (Mn) < 0,1 + +
SULFITE (SO3), libre <1 + +
dissous > 0,1 0 0

NITRATE (NO3) <1 + +


< 100 + +
Gaz chloré (Cl2) de 1 à 5 0 +
dissous > 100 0 +
>5 – 0
< 7,5 0 0
pH de 7,5 à 9 + +
>9 0 +

Tab. 4.2: Résistance des échangeurs thermiques en acier inoxydable à plaques soudées ou brasées au cuivre aux substances contenues dans l'eau
«+» Bonne résistance normalement
«0» Problèmes de corrosion éventuels, en particulier si plusieurs facteurs sont évalués avec un «0»
«-» Utilisation déconseillée
[< Inférieur à, > Supérieur à]

4.3 Mise en exploitation de la source de chaleur

4.3.1 Exploitation directe d'eau de bonne qualité constante


L'eau dont la température est comprise entre 8 °C et 25 °C peut Lorsque la qualité de l'eau est jugée inopportune ou si celle-ci
directement être exploitée avec une pompe à chaleur eau/eau si varie (par ex. en cas de défaut), une pompe à chaleur avec cir-
la nappe phréatique, l'eau de rafraîchissement ou les eaux cuit intermédiaire (voir chap. 4.3.2 page 53) doit être utilisée.
usées sont effectivement compatibles avec l'installation comme
indiqué au tab. 4.2 à la p. 52.

4.3.1.1 Source de chaleur: nappe phréatique

Puits d'alimentation REMARQUE


La nappe phréatique qui sert de source de chaleur à la pompe à Avant la mise en service de la pompe à chaleur, procéder à un essai de la
chaleur sont captées via un puits d’alimentation. La puissance de pompe primaire pendant 48heures pour s'assurer que le débit volumique
la pompe du puits doit suffire à assurer le captage continu sus- minimum peut être garanti en continu côté source de chaleur. Cela condi-
ceptible de fournir le débit d'eau minimal requis par la pompe à tionne la mise en service.
chaleur.
REMARQUE
Puits de remplissage Vous trouverez sous www.dimplex.de/fr une liste de constructeurs de
La nappe phréatique refroidie par la pompe à chaleur est recon- puits qualifiés.
duite dans la terre via un puits de remplissage. Ce puits doit être
3XLWVG
DOLPHQWDWLRQ
creusé à 10 – 15 m du puits d'alimentation dans le sens d'écou- 3XLWVGHUHPSOLVVDJH
lement de la nappe phréatique pour exclure tout «court-circuit de &KDXIIHULH 3RPSHjFKDOHXU

flux». Le puits de remplissage doit pouvoir accueillir la même HWZD

quantité d'eau que celle pouvant être fournie par le puits d'ali- )LOWHU

mentation.

REMARQUE
L'étude et la réalisation des puits, dont dépend le bon fonctionnement de
l'installation, doivent être confiées à un constructeur de puits expéri- 6HQVGLUHFW
menté.

Fig.4.1: Exemple d'intégration d'une pompe à chaleur eau/eau avec puits


d'alimentation et de remplissage

52 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur eau/eau 4.3.3

4.3.1.2 Source de chaleur : chaleur perdue extraite de l'eau de rafraîchissement


Plage de température Si l'eau de rafraîchissement et les eaux usées sont compatibles
En cas d'utilisation de l'eau dont la température est comprise comme indiqué au tableau 4.2 à la page 52., il est possible d'uti-
entre 8 et 25 °C, il est nécessaire de vérifier au préalable si l'eau liser une pompe à chaleur eau/eau.
de rafraîchissement est disponible en quantité et qualité suffisan-
tes et dans quelle mesure la chaleur produite par la pompe à ATTENTION !
chaleur peut être utilisée. Si la température de la source de chaleur peut dépasser 25 °C, il convient
de prévoir un mélangeur thermostatique qui, dans le cas d'une
température supérieure à 25 °C, ajoute une partie du débit volumique de
la sortie d'eau de rafraîchissement à l'eau de rafraîchissement.

4.3.2 Exploitation indirecte de la source de chaleur Eau


Si la compatibilité de l'eau ne peut être prouvée ou si sa qualité ment supérieure à 10 °C (par ex. chaleur perdue venant des pro-
peut varier, un échangeur thermique intermédiaire doit être ins- cessus de production) peut être garantie.
tallé en amont pour protéger la pompe à chaleur. Le circuit inter-
médiaire augmente la sécurité de fonctionnement, en particulier REMARQUE
lorsqu'une pompe à chaleur eau glycolée/eau est utilisée et que En règle générale, les pompes à chaleur eau glycolée/eau doivent être uti-
le circuit secondaire est alors rempli d'eau glycolée. (chap. 3.5 lisées pour étendre la plage de températures d'exploitation vers le bas et
page 47) augmenter ainsi la sécurité de fonctionnement. Pour les pompes à cha-
leur eau/eau, le seuil inférieur d'utilisation est atteint à partir d'une tempé-
Utiliser une pompe à chaleur eau/eau avec un circuit intermé-
rature de sortie de 4 °C.
diaire uniquement si l'eau glycolée n'est pas autorisée en tant
qu'agent caloporteur et si une température de l'eau constam-

4.3.3 Échangeur thermique pour la protection de la pompe à chaleur


L'échangeur thermique externe doit être dimensionné selon le Montage de l'échangeur thermique
type de pompe à chaleur utilisé, le niveau de température dispo- Pour un transfert de chaleur optimal, les échangeurs thermiques
nible et la qualité de l'eau. Dans le cas le plus simple, l'échan- doivent être raccordés selon le principe de contre-courant. Ils
geur thermique se compose de tuyaux PE posés directement doivent également être protégés des impuretés. Pour ce faire,
dans l'eau de rafraîchissement et ne nécessitant donc pas de installer un collecteur d'impuretés (maille >0,6mm) avant l'entrée
pompe de rafraîchissement supplémentaire. Cette alternative fi- de l'échangeur thermique. Pour réduire la transmission de bruits
nancièrement avantageuse peut être utilisée si le bassin d'eau de structure et des vibrations, utiliser des compensateurs.
de rafraîchissement est suffisamment grand.
Si ce n'est pas le cas, des échangeurs thermiques à plaques vis- Entretien de l'échangeur thermique
sés doivent être utilisés. Selon la dureté de l'eau ou les impuretés présentes, l'échangeur
L'échangeur thermique est dimensionné en fonction des para- thermique peut s'encrasser. La puissance de l'échangeur thermi-
mètres suivants : que diminue alors. Pour éviter cette situation, nettoyer régulière-
ment l'échangeur. Le procédé CIP (Cleaning-In-Place) peut être
 Qualité de l'eau
employé. L'échangeur thermique est rincé sur site avec un acide
 Plage de températures d'exploitation faible comme l'acide formique, l'acide citrique ou l'acide acétique
 Capacité de rafraîchissement du type de pompe à chaleur qui nettoie ainsi les dépots.
utilisé
 Débit d'eau des circuits primaire et secondaire REMARQUE
Il est recommandé de contrôler le niveau d'impuretés de l'échangeur ther-
REMARQUE mique tous les deux ans au plus tard.
Des échangeurs thermiques à plaques en titane doivent être utilisés lors
de l'exploitation de sources de chaleur agressives telle que l'eau de mer.

À partir de la version logicielle «J01», il est possible que la pro-


tection antigel d'une pompe à chaleur eau glycolée/eau soit dé-
réglée. Avec l'augmentation de la valeur standard de -8 °C à
0 °C, la pompe à chaleur s'arrête dès que les températures de
sortie de l'eau glycolée sont inférieures à 0 °C.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 53
4.3.3.1 Pompe à chaleur eau/eau

4.3.3.1 Échangeurs thermiques à plaques en acier inoxydable WTE 20 à WTE 40

Fig.4.2: WTE 20 – WTE 37 Fig.4.3: WTE 40

Informations sur les échangeurs thermiques à plaques en acier inoxydable

Dimensions et poids Unité WTE 20 WTE 30 WTE 37 WTE 40


Nombre de plaques 34 43 50 28
Surface effective m² 2,69 3,44 4,03 3,90
Volume dm³ 7 9 11 9
Hauteur [H] mm 748 748 748 896
Largeur [B] mm 200 200 200 283
Profondeur [L] mm 270 320 420 437
Poids net kg 67 71 76 132
Poids brut kg 74 80 87 143
Accessoires SZB250 SZB300 SZB400 SZB400

Secondaire Primaire Secondaire Primaire Secondaire Primaire Secondaire Primaire


Quantité m³/h 4,5 5,8 7,0 8,0 8,5 9,3 11,0 11,0
Température d'entrée °C 5,00 10,00 5,00 10,00 5,00 10,00 5,00 10,00
Température de sortie °C 8,41 7,00 8,07 7,00 7,92 7,00 7,58 7,00
Perte de pression Pa 23740 30220 32110 37750 36630 37720 37610 32960
Puissance transférée kW 18 25 29 33
Tubulures d'entrée F1 F3 F1 F3 F1 F3 F1 F3
Tubulures de sortie F4 F2 F4 F2 F4 F2 F4 F2
Raccordements côté
DN 32 (filet. ext. 1 1/4") DN 50 (filet. ext. 2")
secondaire
Raccordements côté primaire DN 32 (filet. ext. 1 1/4") DN 50 (filet. ext. 2")
Matériau de plaque 0.5 mm AISI 316 0,4 mm AISI 316
Matériau d'étanchéité NITRIL HT HANG ON (H) / 140

54 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Pompe à chaleur eau/eau 4.3.3.2

4.3.3.2 Échangeurs thermiques à plaques en acier inoxydable WTE 50 à WTE 130

Fig.4.4: WTE 50 – WTE 100 Fig.4.5: WTE 130

Informations sur les échangeurs thermiques à plaques en acier inoxydable

Dimensions et poids Unité WTE 50 WTE 75 WTE 100 WTE 130


Nombre de plaques 33 51 62 52
Surface effective m² 4,65 7,35 9,00 11,14
Volume dm³ 11 17 21 31
Hauteur [H] mm 896 896 896 946
Largeur [B] mm 283 283 283 395
Profondeur [L] mm 437 537 537 443
Poids net kg 136 150 160 253
Poids brut kg 147 167 171 284
Accessoires SZB500 SZB750 SZB100 SZB1300

Secondaire Primaire Secondaire Primaire Secondaire Primaire Secondaire Primaire


Quantité m³/h 12,8 12,8 20,4 20,4 24,0 24,8 33,8 33,8
Température d'entrée °C 5,00 10,00 5,00 10,00 5,00 10,00 5,00 10,00
Température de sortie °C 7,67 7,00 7,64 7,00 7,75 7,00 7,65 7,00
Perte de pression Pa 38910 36400 38830 35380 39770 38960 40190 36720
Puissance transférée kW 40 63 77 105
Tubulures d'entrée F1 F3 F1 F3 F1 F3 F1 F3
Tubulures de sortie F4 F2 F4 F2 F4 F2 F4 F2
Raccordements côté secondaire DN 50 (filet. ext. 2") DN 65 (bride)
Raccordements côté primaire DN 50 (filet. ext. 2") DN 65 (bride)
Matériau de plaque 0,4 mm AISI 316
Matériau d'étanchéité NITRIL HT HANG ON (H) / 140

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 55
4.3.3.3 Pompe à chaleur eau/eau

4.3.3.3 Échangeurs thermiques à plaques en titane WTT 40 à WTT 100

Fig.4.6: WTT 40 – WTT 100

Informations sur les échangeurs thermiques à plaques en titane

Dimensions et poids Unité WTT 40 WTT 50 WTT 75 WTT 100


Nombre de plaques 15 17 23 28
Surface effective m² 2,90 3,34 4,68 5,79
Volume dm³ 8 10 13 16
Hauteur [H] mm 946 946 946 946
Largeur mm 395 395 395 395
Profondeur [L] mm 443 443 443 443
Poids net kg 223 227 234 240
Poids brut kg 223 227 234 240
Accessoires SZB400 SZB500 SZB750 SZB100

Secondaire Primaire Secondaire Primaire Secondaire Primaire Secondaire Primaire


Quantité m³/h 9,7 11,0 11,4 12,8 18,0 20,3 22,0 24,8
Température d'entrée °C 4,00 10,00 4,00 10,00 4,00 10,00 4,00 10,00
Température de sortie °C 7,00 7,00 7,00 7,00 7,00 7,00 7,00 7,00
Perte de pression Pa 27280 31490 28870 33320 33680 38820 33550 38680
Puissance transférée kW 34 40 63 77
Tubulures d'entrée F1 F3 F1 F3 F1 F3 F1 F3
Tubulures de sortie F4 F2 F4 F2 F4 F2 F4 F2
Raccordements côté secondaire DN 65 (bride)
Raccordements côté primaire DN 65 (bride)
Matériau de plaque 0,5 mm TITANE
Matériau d'étanchéité NITRIL HT HANG ON (H) / 140

56 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Émissions sonores des pompes à chaleur 5.1

5 Émissions sonores des pompes à chaleur


Chaque source de bruits, que ce soit une pompe à chaleur, une maine auditif (sons audibles) de l’être humain. Les différentes to-
automobile ou un avion, émet une certaine quantité de sons. nalités résultent de ces fréquences. Les fréquences situées au
L’air autour de la source de bruit se met à vibrer et la pression so- dessus du domaine auditif sont appelées des ultrasons, celles en
nore se propage sous forme d’ondes. Quand ces ondes attei- dessous des infrasons.
gnent l’oreille humaine, elles font vibrer le tympan, ce qui déclen- La diffusion du bruit à partir de sources sonores ou de bruit est
che le processus d’audition. indiquée ou mesurée en décibels (dB) par niveaux. Il s’agit ici
Les grandeurs de champ sonore sont utilisées pour décrire ce d’une grandeur de référence, où la valeur 0 dB représente à peu
bruit aérien. Parmi ces grandeurs, on en distingue deux, la pres- près la limite audible. Un dédoublement du niveau, par ex. via
sion sonore et la puissance acoustique. une deuxième source sonore de même émission, correspond à
La puissance acoustique est une grandeur théorique type des une augmentation de +3 dB. Pour une ouïe humaine normale,
sources de bruit. Elle peut être calculée à partir de mesures. La une augmentation de +10 dB est nécessaire pour que le bruit
puissance acoustique correspond à la somme des rayonne- puisse être entendu deux fois plus fort.
ments de l’énergie acoustique dans toutes les directions.
La propagation du bruit peut être classée en deux types.
Par pression sonore, on entend la modification de la pression de
l'air provoquée par la vibration, imposée à l’air par la source de Bruit de structure
bruit. Plus la variation de la pression de l’air est grande, plus le
Les vibrations mécaniques sont dirigées dans les structures tel-
bruit est perçu intensément.
les que les machines, les parties de bâtiment et les liquides, où
Physiquement parlant, il s’agit, dans le cas du bruit, d’une propa- elles sont transmises, puis émises partiellement à un autre en-
gation de fluctuations de pression et de densité dans un gaz, un droit sous forme de bruit aérien.
liquide ou un solide. D’une manière générale, le bruit est perçu,
c.-à-d. entendu, comme bruit aérien sous forme de son, de tona- Bruit aérien
lité ou de claquement. Les sources de bruit (en direction des structures stimulées par
L’oreille humaine est capable de percevoir des variations de les vibrations) produisent des vibrations mécaniques dans l'air,
pression dans une plage comprise entre 2*10-5 Pa et 20 Pa. Ces qui se propagent sous forme d'ondes et sont perçues par l'oreille
variations de pression correspondent à des fluctuations de fré- humaine.
quence comprises entre 20 Hz et 20 kHz et déterminent le do-

5.1 Niveaux de pression sonore et de puissance acoustique


Il est fréquent que les termes niveau de pression sonore et ni-
veau de puissance acoustique soient confondus et directement
comparés l’un à l’autre. En acoustique, le terme pression sonore
indique le niveau déterminé par des techniques de mesure
causé par une source sonore à une certaine distance. Plus on se
trouve près de la source sonore, plus le niveau de pression so-
nore mesuré est élevé, et inversement. Ainsi, le niveau de pres-
sion sonore est une grandeur mesurable, dépendante de l’éloi-
gnement et de la direction, qui est par exemple déterminante
pour le respect des exigences en matière de nuisances sonores
(prescriptions «TA-Lärm» en vigueur en Allemagne).
La variation de pression de l’air, envoyée dans toutes les direc-
tions par une source sonore, est appelée puissance acoustique
ou encore niveau de puissance acoustique. Plus on s’écarte de
la source sonore, plus la puissance acoustique se répartit sur
une plus grande surface. Si l’on considère la puissance acousti-
que totale émise et la rapporte à la surface-enveloppe à une cer-
taine distance, la valeur reste toujours la même. Comme la puis-
sance acoustique émise dans toutes les directions ne peut pas
être mesurée avec précision, celle-ci doit être calculée à partir de
la pression sonore mesurée à une distance donnée. Le niveau
de puissance acoustique est de ce fait une grandeur spécifique
aux sources de bruit, indépendante de l’éloignement et de la di-
rection, et qui ne peut être déterminée que par le calcul. Les
sources de bruit peuvent être comparées entre elles à l’aide du
niveau de puissance acoustique émis.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 57
5.1.1 Émissions sonores des pompes à chaleur

5.1.1 Émission et immission


Le bruit total émis par une source de bruit (évènement sonore) Les immissions sonores sont mesurées en dB(A), il s’agit en fait
est qualifié d’émission sonore. Les émissions de sources de bruit de valeurs de niveau sonore rapportées à la sensibilité de
sont indiquées généralement sous forme de niveau de puis- l’oreille humaine. Est appelée bruit toute émission sonore sus-
sance acoustique. L’impact du bruit à un endroit précis est ap- ceptible de déranger, de mettre en danger, de porter préjudice
pelé immission sonore. Les immissions sonores peuvent être ou de nuire à un voisin ou une tierce personne. Les valeurs indi-
mesurées comme le niveau de pression sonore. La fig. 5.1 catives pour le bruit dans des lieux d’immissions autres que des
page 58 représente graphiquement le rapport entre émissions et bâtiments sont fixées dans la DIN 18005 «Schallschutz im Städ-
immissions. tebau» ou dans «Technischen Anleitung zum Schutz gegen
Lärm» (TA-Lärm). Le tab. 5.1 à la p. 58 mentionne les exigen-
Immission ces requises en matière de nuisances sonores selon la prescrip-
Site d'immissions
tion TA-Lärm.
Niveau de
Emission pression sonore L
Catégories d’endroits Jour Nuit
Hôpitaux, centres de cure 45 35
Écoles, maisons de retraite 45 35
Petits jardins, parcs 55 55
Quartiers résidentiels purs WR 50 35
Quartiers résidentiels généraux WA 55 40
Petites agglomérations WS 55 40
Niveau de puissance Quartiers d’habitation particuliers WB 60 40
acoustique BF
Zones clés MK 65 50
Zones villageoises MD 60 45
Zones mixtes MI 60 45
Zones commerciales GE 65 50
Source sonore
Zones industrielles GI 70 70

Fig. 5.1 : Émission et immission Tab. 5.1: Valeurs limites des immissions sonores en dB(A) selon DIN 18005
et TA-Lärm

Niveau sonore Pression sonore


Source sonore Perception
[dB] [μPa]
Silence absolu 0 20
Inaudible
non audible 10 63
Tic-tac d’une montre de poche, chambre à coucher calme 20 200 Très silencieux
Jardin très silencieux, installation de climatisation au théâtre 30 630 Très silencieux
Quartier résidentiel sans circulation, climatisation dans des bureaux 40 2 * 10 Silencieux
Ruisseau tranquille, fleuve, restaurant calme 50 6,3 * 10 Silencieux
Conversation normale, voiture de tourisme 60 2 * 104 Bruyant
Bureau bruyant, conversation bruyante, moto 70 6,3 * 104 Bruyant
Circulation intense, musique bruyante d’une radio 80 2 * 105 Très bruyant
Poids lourd chargé 90 6,3 * 105 Très bruyant
Klaxon à 5 m de distance 100 6 Très bruyant
2 * 10
Groupe de musique pop, forge à chaudière 110 6 Insupportable
6,3 * 10
Jumbo de perçage dans un tunnel, 5 m de distance 120 2 * 107 Insupportable
Jet, décollage, 100 m de distance 130 6,3 * 107 Insupportable
Groupe propulseur d’un jet, 25 m de distance 140 2 * 108 Douloureux

Tab. 5.2: Niveaux sonores typiques

58 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Émissions sonores des pompes à chaleur 5.1.2

5.1.2 Propagation du bruit


Comme décrit précédemment, plus la source de bruit s’éloigne, Les caractéristiques suivantes de l’environnement ont une in-
et plus grande est la surface sur laquelle se répartit la puissance fluence sur la propagation du bruit :
acoustique, de telle sorte que le niveau de pression sonore qui  effet d’ombre dû à des obstacles massifs tels que bâtiments,
en résulte diminue avec l’éloignement. C’est pourquoi la valeur murs ou formations géologiques
du niveau de pression sonore à un endroit précis dépend de la  réflexion sur des surfaces réverbérantes telles que façades
propagation du bruit. en verre de bâtiments ou surfaces du sol en asphalte et en
pierre
 affaiblissement de la propagation du niveau de bruit dû à
des surfaces absorbant les sons telles que neige fraîche,
paillis d’écorces ou équivalent
 renforcement ou affaiblissement des sons dû à l’humidité de
l’air et la température ambiante ou à la direction respective
du vent

ϰϬ

ϯϱ
1LYHDXGHSUHVVLRQVRQRUH>G% $ @

ϯϬ


Ϯϱ

ϮϬ

/ŶƐƚĂůůĂƚŝŽŶĂƵĐŚŽŝdž
ϭϱ /ŶƐƚĂůůĂƚŝŽŶƐƵƌƵŶ
ŵƵƌĞdžƚĠƌŝĞƵƌ
/ŶƐƚĂůůĂƚŝŽŶĞŶĂŶŐůĞ
ϭϬ

Ϭ
Ϭ Ϯ ϰ ϲ ϴ ϭϬ ϭϮ ϭϰ ϭϲ ϭϴ ϮϬ ϮϮ
'LVWDQFH>P@ 

Fig. 5.2 : Niveau de pression sonore selon différentes installations

L'installation des pompes à chaleur propose trois Dans le cas d'une pompe à chaleur air/eau installée à l'extérieur,
variantes: il existe quatre directions principales de la propagation du bruit.
 Installation non murale d'une pompe à chaleur (Q=2) Le côté aspiration présente le chiffre1 et le côté évacuation le
 Installation de la pompe à chaleur ou de l'entrée/sortie d'air chiffre3.
(en cas d'installation à l'intérieur) au niveau d'un mur de la
maison (Q=4) 
 Installation de la pompe à chaleur ou de l'entrée/sortie d'air
(en cas d'installation à l'intérieur) au niveau d'un mur de la 
maison si l'angle de la façade est rentrant (Q=4)
P
Pour chacune de ces variantes d'installation, la perception du ni-
P
veau de pression sonore varie en fonction de l'éloignement par P
rapport à la pompe à chaleur. P

Exemple:
P
Niveau de puissance acoustique LA9TU: 60db(A) P
P
La fig.6.2 permet de lire la perception du niveau de pression so-
nore pour les trois variantes d'installation d'une LA9TU. P

REMARQUE
Pour les pompes à chaleur installées à l’extérieur, les niveaux de pres- Fig. 5.3 : Sens du bruit dans le cas de pompes à chaleur air/eau installées à
sion sonore ajustés sont fondamentaux. l’extérieur.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 59
5.2 Émissions sonores des pompes à chaleur

5.2 Propagation du bruit des pompes à chaleur


Lors de l'installation de pompes à chaleur, diverses mesures Désaccouplement vibratoire par compensateurs
d'isolation acoustique doivent être prises en fonction de l'empla- Les compensateurs en caoutchouc à double soufflet servent à
cement. découpler la pompe à chaleur et le système de chauffage. Les
compensateurs absorbent les vibrations et les mouvements gé-
Installation à l'intérieur
nérés par les pompes, compresseurs, robinetteries, etc., rédui-
Pour raccorder la pompe à chaleur, il convient d’utiliser, comme sent les bruits et compensent les tensions (différences axiales et
pour n’importe quelle chaudière, des vis de séparation. Des flexi- latérales) d'imprécisions de montage.
bles élastiques résistants à la pression, à la température et au
vieillissement doivent être utilisés pour relier la pompe à chaleur
ainsi que le départ et le retour du chauffage en raison des trans-
missions d’oscillations à éviter. En outre, la plupart des pompes
à chaleur disposent d'une plaque de base de compresseur de
désaccouplement vibratoire. Cela signifie que le compresseur
est installé sur une plaque de base distincte placée sur un tam-
pon en caoutchouc pour le découplage des bruits de structure.
Pour réduire la transmission de bruits de structure, la pompe à
chaleur devrait également être posée sur la bande de sylomer
SYL250 disponible comme accessoire spécial.

Installation à l'extérieur
Un découplage des bruits de structure n’est seulement néces- Fig. 5.5 : Possibilité d'intégration des compensateurs
saire que lorsque la fondation de la pompe à chaleur est directe-
ment en contact avec le bâtiment. Des tuyaux flexibles facilitent
Afin de garantir la fonctionnalité des compensateurs et pour ne
le raccordement de la pompe à chaleur au système de chauffage
pas réduire leur durée d'utilisation par des contraintes addition-
et empêchent une éventuelle transmission des oscillations.
nelles, il est impératif de respecter quelques règles.
En outre, la plupart des pompes à chaleur installées à l'extérieur
 Les compensateurs doivent être montés de façon à n'entra-
disposent également d'une plaque de base de compresseur de
ver ni leur position ni leur mouvement.
désaccouplement vibratoire. Lorsque la pompe à chaleur est ins-
tallée à l'extérieur, tenir compte de la propagation du bruit. Il con-  Durant le montage et après l'installation, vérifier que des dé-
vient d'éviter alors d'évacuer l'air directement sur les terrasses, placements et torsions ne soient pas transmis au soufflet.
balcons et emplacements similaires. De même, le soufflage di-  Protéger le soufflet contre toute détérioration liée à des im-
rect à partir des murs de la maison, etc. doit être évité, car le ni- pacts externes mécaniques, thermiques ou chimiques.
veau de pression sonore peut augmenter. Des obstacles de  Les arbres de soufflet ne doivent pas être encrassés.
construction peuvent permettre de réduire la propagation du
bruit. Le côté évacuation doit être orienté dans la mesure du pos- Émission sonore des pompes à chaleur air/eau
sible vers la rue. installées à l’extérieur
La fig. 5.3 page 59 montre les quatre directions principales de la
REMARQUE propagation du bruit. Le côté aspiration a l’indice de direction «1»
Le flux d'air des pompes à chaleur air/eau installées à l'extérieur ne doit et le côté évacuation l’indice «3».
être bloqué d'aucun côté. À l’aide du tableau , on peut relever les niveaux de pression so-
nore dirigés des pompes à chaleur air/eau. Les valeurs de la
5HWRXUFKDXIIDJH³
ligne des 1 m sont des valeurs réellement mesurées. Les valeurs
qui se rapportent aux distances de 5m et 10 m sont le résultat de
'pSDUWFKDXIIDJH³ calculs effectués sur la base d’une propagation hémisphérique
en champ libre. Dans la pratique, des écarts peuvent apparaître,
dont l’origine provient de la réflexion du bruit ou de l’absorption
du bruit due aux conditions locales.

Type LA 20AS / LA 17PS LA 24AS / LA 28AS


direct. 1 2 3 4 1 2 3 4

1m 52 48 54 48 56 50 58 50

5m 41 37 43 37 45 39 47 39

10m 35 31 37 31 39 33 41 33
5DFFRUGVSRXUWX\DX[IOH[LEOHV
7X\DX[GHFKDXIIDJHLVROpV
Tab. 5.3: Propagation du bruit LA 20-24AS et LA 17PS

Fig. 5.4 : Exemple d’intégration d’une pompe à chaleur pour installation en


extérieur

60 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Émissions sonores des pompes à chaleur 5.2

Type LA 22PS / LA 26PS LA 26HS Type LA 25TU


direct. 1 2 3 4 direction 1 2 3 4

1m 56 50 58 50 1m 52 46 55 47

5m 45 39 47 39 5m 42 35 45 36

10m 39 33 41 33 10m 36 30 40 31

Tab. 5.4: Propagation du bruit LA 22-26PS et LA 26HS Tab. 5.11:Propagation du bruit LA 25TU

Type LA 11TAS Type LA 40TU


direct. 1 2 3 4 direction 1 2 3 4

1m 47 44 48 44 1m 56 50 60 49

5m 35 33 36 33 5m 45 39 49 38

10m 30 27 31 27 10m 39 33 43 32

Tab. 5.5: Propagation du bruit LA 11TAS Tab. 5.12:Propagation du bruit LA 40TU

Type LA 16TAS Type LA 60TU


direct. 1 2 3 4 direction 1 2 3 4

1m 48 46 49 46 1m 64 61 66 60

5m 37 35 38 34 5m 54 51 56 50

10m 31 29 32 29 10m 49 45 50 45

Tab. 5.6: Propagation du bruit LA 16TAS Tab. 5.13:Propagation du bruit LA 60TU

Type LA 6TU Type LA 8PMS


direction 1 2 3 4 direction 1 2 3 4

1m 43 42 46 42 1m 49 48 50 48

5m 31 30 34 30 5m 37 36 38 36

10m 26 25 29 25 10m 31 30 32 31

Tab. 5.7: Propagation du bruit LA 6TU Tab. 5.14:Propagation du bruit LA 8PMS

Type LA 9TU Type LA 14PMS


direction 1 2 3 4 direction 1 2 3 4

1m 46 43 48 43 1m 49 47 52 47

5m 35 31 36 31 5m 38 36 41 36

10m 29 26 30 26 10m 33 31 35 31

Tab. 5.8: Propagation du bruit LA 9TU Tab. 5.15:Propagation du bruit LA 14PMS

Type LA 12TU Type LA 11MAS


direction 1 2 3 4 direction 1 2 3 4

1m 48 46 48 46 1m 49 49 51 48

5m 37 35 37 35 5m 37 37 39 36

10m 31 29 32 30 10m 32 31 33 31

Tab. 5.9: Propagation du bruit LA 12TU Tab. 5.16:Propagation du bruit LA 11MAS

Type LA 17TU Type LA 16MAS


direction 1 2 3 4 direction 1 2 3 4

1m 50 47 52 46 1m 50 49 51 49

5m 40 37 42 36 5m 39 37 40 37

10m 34 31 37 30 10m 33 32 34 32

Tab. 5.10:Propagation du bruit LA 17TU Tab. 5.17:Propagation du bruit LA 16MAS

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 61
6 Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur

6 Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur

6.1 Réchauffement d’eau chaude sanitaire à l’aide de la pompe à chaleur de


chauffage
Le gestionnaire de pompe à chaleur assure, parallèlement à la La sonde retour est à installer dans le retour commun au chauf-
régulation du chauffage, également la production d’eau chaude fage et au réchauffement de l'eau chaude sanitaire (voir chapitre
sanitaire (voir chapitre Régulation). Il est recommandé de procé- Intégration).
der au réchauffement de l’eau à l’aide d’une pompe à chaleur pa-
rallèlement au chauffage, car de façon générale la température
de l’eau de chauffage nécessaire pour chauffer est différente de
celle destinée à l’alimentation en eau chaude sanitaire.

6.1.1 Exigences posées aux ballons d’eau chaude sanitaire


Les performances normalisées en fonctionnement continu des  En employant une conduite de bouclage sanitaire, la tempé-
divers fabricants de ballons ne sont pas un critère approprié pour rature du ballon baisse. Le circulateur de bouclage ECS doit
le choix du ballon d’eau chaude sanitaire destiné à être utilisé être commandé par minuterie.
avec une pompe à chaleur. Ce qui est déterminant dans le choix  Les quantités minimales puisées désirées doivent toujours
du ballon d’eau chaude sanitaire sont l'importance de la surface pouvoir être atteintes même pendant les durées de blocage,
d'échange thermique, la construction, la disposition des échan- sans réchauffement par la pompe à chaleur.
geurs thermiques à l’intérieur du ballon, la performance en con-  Un réchauffement d'appoint approprié par cartouche chauf-
tinu normalisée, la circulation et le positionnement du thermostat fante n’est possible qu’en combinaison avec une sonde de
ou de la sonde. température.
Les critères suivants doivent être pris en compte :
 Réchauffement de l’eau sans écoulement (compensation
ATTENTION !
Dans les installations où la production d'eau chaude sanitaire s'effectue
des pertes de stagnation – état statique).
via le circuit d'eau glycolée, il faut protéger l'eau potable par des mesures
 La puissance calorifique de la pompe à chaleur pour une appropriées en cas de fuite de glycol. Cela peut se traduire par
température maximale de la source de chaleur (par ex. air l'utilisation de glycol adapté aux aliments (par ex. du propylène glycol) ou
+35 °C) doit pouvoir être encore diffusée pour une tempéra- d'échangeurs thermiques de sécurité à double parois.
ture du ballon d’eau chaude sanitaire de +45 °C.

6.1.2 Ballon d’eau chaude sanitaire pour pompes à chaleur de chauffage


Les ballons d’eau chaude sanitaire servent à chauffer l’eau pour Comme alternative à l'anode de magnésium, il existe également
les sanitaires. Le chauffage s’effectue indirectement par l'eau de une anode à courant imposé (anode Correx). Elle est directe-
chauffage via un serpentin incorporée ou instantanément et di- ment branchée à une source de tension et ne demande ainsi
rectement dans les échangeurs thermiques à tubes à ailettes par aucun entretien.
un ballon mixte.
Dureté de l’eau
Construction Selon sa provenance, l’eau potable contient plus ou moins de
Les ballons sont fabriqués en forme de cylindres, selon calcaire. Une eau dure est une eau qui contient beaucoup de cal-
DIN 4753, partie 1. La surface de chauffe est constituée de ser- caire. Il existe plusieurs niveaux de dureté de l’eau exprimés en
pentins hélicoïdaux soudés ou d'un échangeur thermique à degrés de dureté allemands (°GH).
tubes à ailettes en cas de production d'eau chaude sanitaire di-
recte. Tous les raccordements sortent du ballon sur un seul côté. Niveau de dureté = moins de 1,5 millimole de carbonate
douce de calcium par litre (soit 8,4 °GH)
Protection contre la corrosion Niveau de dureté = de 1,5 à 2,5 millimoles de carbonate
Les ballons sont pourvus d’une couche protectrice en émail con- moyennement dure de calcium par litre (soit entre 8,4 et 14 °GH)
trôlée sur toute la surface interne, suivant DIN 4753, partie 3. Niveau de dureté = plus de 2,5 millimoles de carbonate
Elle est apposée à l’aide d’un procédé spécial et garantit, avec dure de calcium par litre (soit plus de 14 °GH)
l’anode de magnésium incorporée en supplément, une protec-
tion efficace contre la corrosion.
En Suisse, on parle de «degrés de dureté français». Conversion:
L’anode de magnésium est, selon le DVGW (Association alle-
mande de l’industrie du gaz et des eaux), à faire contrôler une 1° GH = 1,79° TH
première fois au bout de 2 ans puis à intervalles réguliers par le
service après-vente et, le cas échéant à remplacer. En fonction 1° TH = 0,56° GH
de la qualité de l’eau potable (conductibilité) il est conseillé de
faire contrôler l’anode à intervalles courts. Lors de l’utilisation d’une cartouche électrique chauffante pour
Si le diamètre de l’anode (33 mm) se réduit à 10-15 mm, il est re- un réchauffement d'appoint général à des températures de plus
commandé de la changer. 50 °C, nous recommandons, pour des eaux d’une dureté > 14°
GH (eau dure et très dure) à partir du niveau de dureté III, l’ins-
tallation d’un appareil de détartrage.

62 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur 6.1.2

Mise en service Accessoires


Avant la mise en service, vérifier si l’alimentation en eau est Des cartouches chauffantes avec résistance de coupure dimen-
ouverte et si le ballon est rempli. Le premier remplissage et la sionnées pour des ballons d'eau chaude sanitaire émaillés assu-
première mise en service doivent être effectués par une entre- rent la désinfection thermique.
prise spécialisée agréée. À cette occasion, contrôler le bon fonc- Toute intervention au niveau des branchements électriques ne
tionnement et l’étanchéité de l’installation, y compris les pièces peut être effectuée que par des installateurs spécialisés confor-
montées chez le fabricant (par ex. couvercle de bride). mément au schéma électrique. Les dispositions en vigueur rela-
tives aux travaux techniques et à la sécurité sont à respecter im-
Nettoyage et entretien
pérativement.
Les nettoyages nécessaires sont à effectuer à intervalles varia-
bles en fonction de la qualité de l’eau, de la température du dis-
positif de chauffage et du ballon d’eau chaude sanitaire. Il est re-
commandé de nettoyer le ballon et de contrôler le dispositif une
fois par an. La surface ayant la structure du verre empêche dans
une large mesure la fixation de plaques de calcaire et permet un
nettoyage rapide à l’aide d’un jet d’eau à forte pression. Les pla-
ques de calcaire ne peuvent être réduites qu’à l’aide d’une spa-
tule en bois, avant de rincer la surface. Pour le nettoyage, n’utili-
ser en aucun cas des objets métalliques aux bords durs.
Contrôler à intervalles réguliers le bon fonctionnement de la Fig. 6.1 : Configuration d'une cartouche chauffante
vanne de sécurité. Il est recommandé de faire effectuer un entre-
tien une fois par an par une entreprise spécialisée.
1 Capot de protection
2 Bride de cartouche
Isolation thermique et revêtement
3 Joint
Avec des ballons d'une capacité nominale maximale de
4 Branchement électrique
500litres, l'isolation thermique consiste en une mousse dure en
polyuréthane de qualité directement posée sur la paroi du ballon.
Tab. 6.2: Légende de la cartouche chauffante
Avec les ballons de plus de 500litres, l'isolation thermique est
amovible et se compose d'une mousse en polyéthylène ou po-
lystyrène avec une enveloppe plastique pour des pertes de Emplacement
maintien minimales. Le ballon doit uniquement être installé dans une pièce à l’abri du
gel. L’installation et la mise en service ne peuvent être effectuées
Régulation que par une entreprise autorisée.
Les ballons sont équipés en série d’une sonde et d’un câble de
raccordement d’env. 5 m ; celui-ci est directement branché sur le Raccordement au circuit d’eau
gestionnaire de pompe à chaleur. La courbe caractéristique est Le raccordement d'eau froide doit être effectué conformément
conforme à DIN 44574. Le réglage de la température, la charge aux normes DIN 1988 et DIN 4573, partie 1 (voir fig. 6.2 à la
commandée par minuterie ainsi que le réchauffement d'appoint p. 64). Toutes les conduites doivent être raccordées par vissage.
avec cartouche chauffante sont assurés par le gestionnaire de Etant donné qu’en raison du débit, de fortes baisses de volume
pompe à chaleur. Lors du réglage de la température de l’eau disponible apparaissent, il est recommandé d’effectuer le bran-
chaude sanitaire, tenir compte de l’hystérésis. En outre, la tem- chement sur un vaste réseau d’eau potable. Lorsqu’une conduite
pérature mesurée augmente un peu, car les processus d’équili- de bouclage sanitaire est nécessaire, elle doit être équipée d’un
brage thermiques à l’intérieur du ballon demandent encore un dispositif autonome d’arrêt du débit.
peu de temps après le réchauffement de l’eau chaude sanitaire. Toutes les conduites de raccordement, y compris la robinetterie
Une alternative serait de procéder au réglage à l’aide d’un ther- (sauf le branchement d’eau froide) doivent être protégées contre
mostat. L’hystérésis ne doit pas dépasser 2K. les déperditions de chaleur, conformément à la directive sur les
économies d’énergie (RT). Des conduites de raccordement mal
Conditions d’utilisation isolées ou non isolées provoquent des pertes d’énergie bien su-
périeures à la perte d’énergie du ballon.
Surpression de service autorisée Au niveau du raccordement de l'eau de chauffage, un clapet anti-
Eau de chauffage 3 bars max. retour doit être prévu dans tous les cas, afin d’éviter une aug-
Eau potable 10bars mentation de chauffe ou un refroidissement incontrôlé du ballon.
La conduite d'évacuation de la soupape de sécurité doit cons-
Température maximale autorisée tamment rester ouverte dans la conduite d’alimentation. Afin de
Eau de chauffage 110 °C s’assurer du bon fonctionnement de la vanne, il suffit de l’ouvrir
Eau potable 95 °C de temps en temps.

Tab. 6.1: Conditions d'utilisation admises Vidange


Lors de l’installation de la conduite de raccordement d’eau froide,
Montage le client doit prévoir une possibilité de vider le ballon.
L’installation se résume à l'intégration hydraulique y compris les
dispositifs de sécurité et au branchement de la sonde au réseau
électrique.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 63
6.1.2 Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur

Manodétendeur Ne peuvent être utilisées que des groupes de sécurité à mem-


Si la pression maximale autorisée menace de dépasser 10 bars, brane composées d’éléments homologués, présentant une élas-
un manodétendeur est absolument nécessaire dans la conduite ticité suffisante.
de raccordement. Toutefois, afin d’éviter que le dispositif soit trop La conduite de purge doit avoir au moins le même diamètre que
bruyant, la pression est à réduire à l’intérieur de bâtiments, con- la sortie du groupe de sécurité. Si, pour des raisons impératives,
formément à la norme DIN 4709, à un niveau satisfaisant qui plus de deux coudes ou une longueur de plus de 2 m sont néces-
permette à l’ensemble de fonctionner. En fonction du type de bâ- saires, toute la conduite de purge doit être d’une grandeur nomi-
timent, le montage d’un manodétendeur sur la conduite d’alimen- nale supérieure.
tation du ballon peut donc se révéler utile. Il est interdit d'utiliser plus de 3 coudes ainsi que 4 m de lon-
gueur. La conduite d’écoulement derrière le cône de réception
Soupape de sécurité
doit avoir au moins deux fois le diamètre de l’entrée de la vanne.
Le dispositif doit être équipé d'un groupe de sécurité homolo- Le groupe de sécurité doit être réglée de sorte que la pression
guée ne pouvant être bloquée du côté du ballon. Éviter la pré- maximale autorisée de 10 bars ne soit pas dépassée.
sence d’obstacles, où pourrait par exemple s’accumuler la pous-
sière, entre le ballon et le groupe de sécurité (collecteur Clapet anti-retour, vanne de contrôle
d'impuretés, par ex.). Pour empêcher l’eau réchauffée de retourner dans la conduite
En cas d'augmentation de pression, de l’eau (gouttes) doit d’eau froide, un clapet anti-retour (clapet anti-reflux) doit être ins-
s’écouler groupe de sécurité afin de parer à l’augmentation de tallé. Pour contrôler son bon fonctionnement, il suffit de fermer le
volume de l’eau ou d’éviter une augmentation de pression trop premier robinet d’arrêt dans le sens du flux et d’ouvrir la vanne
importante. La conduite d’écoulement de la vanne de sécurité de contrôle. À part l’eau présente dans la courte partie du tuyau,
doit être dégagée, sans rétrécissement et déboucher sur un dis- l’eau ne doit pas ressortir.
positif d’évacuation des eaux usées. Le groupe de sécurité doit
être montée à un endroit facilement accessible et contrôlable afin Robinets d'arrêt
qu’elle puisse être entrouverte pendant le fonctionnement du dis- Des robinets d’arrêt sont à installer sur le raccord d’eau froide et
positif. Sur le groupe ou à proximité, apposer une étiquette por- d’eau chaude sanitaire, ainsi que sur le départ et le retour de
tant la mention: «Pendant le chauffage, de l’eau peut s'écouler l’eau de chauffage du ballon représenté dans la fig. 6.2 page 64.
de la conduite d'évacuation! Ne pas fermer!».

Légende
1) Robinet d'arrêt
2) Réducteur de pression
3) Vanne de contrôle
(DXFKDXGHVDQLWDLUH
4) Clapet anti-retour
&LUFXODWLRQ VLQpFHVVDLUH 5) Tubulure de raccordement de manomètre
6) Vanne de vidange
'pSDUWG¶HDXGHFKDXIIDJH 7) Soupape de sécurité
8) Circulateur de bouclage ECS
9) Écoulement
&LUFXLWGHUHWRXUG¶HDXGHFKDXIIDJH

5DFFRUGHPHQWDXFLUFXLWG¶HDXIURLGHVXLYDQW',1

Fig. 6.2 : Raccordement côté eau

Pertes de pression
Lors du dimensionnement de la pompe de charge pour le ballon
d’eau chaude sanitaire, tenir compte des pertes de pression de
l’échangeur thermique situé à l’intérieur.

64 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur 6.1.3

Réglage de température de la production d’eau Cette dernière est fonction de la puissance de la pompe à cha-
chaude sanitaire avec une pompe à chaleur de leur installée et de l’importance du débit d’eau de chauffage tra-
chauffage versant l’échangeur thermique. Pour déterminer la température
La température départ maximale des pompes à chaleur basse maximale que peut atteindre l’eau chaude des pompes à chaleur
température est de 55 °C. Afin que la pompe à chaleur ne soit destinées au chauffage, consulter chap. 6.1.3 page 65. À cet
pas stoppée par les pressostats haute pression, cette tempéra- égard, ne pas oublier que la chaleur emmagasinée à l’intérieur
ture ne doit pas être dépassée pendant la production d’eau de l’échangeur thermique provoque un nouveau réchauffement
chaude sanitaire. C'est pourquoi la température choisie sur le ré- d'appoint de 3K env. Pour produire de l’eau chaude sanitaire à
gulateur doit rester inférieure à la température maximale que l’aide d’une pompe à chaleur, la température choisie peut rester
peut atteindre le ballon. inférieure de 2 à 3K à celle de la température d’eau chaude sani-
taire souhaitée.

6.1.3 Températures accessibles du ballon d'eau chaude sanitaire


La température maximale de l’eau chaude sanitaire que peut at- Exemple:
teindre une pompe à chaleur dépend Pompe à chaleur d’une puissance calorifique max. de 14 kW
 de la puissance calorifique (puissance thermique) de la avec une température départ maximale de 55°C
pompe à chaleur, Ballon d’eau chaude sanitaire 400l
 de la surface d’échange thermique installée dans le ballon et
Débit volumique de la pompe de charge d’eau chaude sanitaire:
 du débit (débit volumique) du circulateur.
2,0 m3/h
Le choix du ballon d’eau chaude sanitaire doit être effectué en
Résultat:
fonction de la puissance calorifique maximale de la pompe à
une température d'eau chaude sanitaire de ~47°C
chaleur (régime d’été) et de la température souhaitée du ballon
(par ex. 45 °C). 
Lors du dimensionnement de la pompe de charge d’eau chaude 
7HPSpUDWXUHGXEDOORQ>ƒ&@

sanitaire, tenir compte des pertes de pression du ballon. 



Si la température maximale que l’eau chaude sanitaire peut at-
teindre à l’aide d’une pompe à chaleur (PAC maximum), choisie 

sur le régulateur (voir également le chapitre Commande et régu- 

lation), est trop élevée, la chaleur produite par la pompe ne peut 


PñK
être transmise. 
PñK

Lorsque la pression maximale autorisée est atteinte dans le cir-

cuit frigorifique, le programme de prévention de la surpression du PñK

gestionnaire de pompe à chaleur arrête automatiquement la PñK
pompe à chaleur et bloque le réchauffement de l’eau chaude sa- 
       
nitaire pendant 2heures.
3XLVVDQFHFDORULILTXH>N:@
Pour les ballons d’eau chaude sanitaire munis de sondes, la tem-
pérature réglée pour l’eau est automatiquement corrigée (PAC Fig. 6.3 : Dimensionnement d'un ballon d'eau chaude sanitaire WWSP800
maximum nouveau = température réelle dans le ballon d’eau par exemple
chaude sanitaire – 1 K).
Si l’eau doit être portée à des températures plus élevées, ces
dernières peuvent être réglées selon les besoins via un réchauf-
fement d'appoint électrique (cartouche chauffante dans le ballon
d’eau chaude sanitaire).

REMARQUE
La température d'eau chaude sanitaire (PAC maximum) doit être infé-
rieure d'env. 10K à la température départ maximale de la pompe à cha-
leur.
Avec les installations de pompes à chaleur mono-énergétiques, dès que
la pompe n'est pas en mesure de couvrir le besoin en chaleur du bâtiment
seule, la production d'eau chaude sanitaire s'effectue exclusivement via
la cartouche chauffante.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 65
6.1.4 Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur

6.1.4 Aide au dimensionnement de ballons combinés et de ballons d'eau chaude


sanitaire
Le tableau indique l’attribution de pompes de charge d’eau REMARQUE
chaude sanitaire et de ballons aux différentes pompes à chaleur Pour atteindre des températures plus élevées, il faut soit des surfaces
qui atteignent, en fonctionnement à 1 compresseur, une tempé- d’échange thermique plus grandes dans le ballon, soit un débit volumi-
rature d’eau chaude sanitaire d’environ 45°C (températures que plus important ou un réchauffement d'appoint ciblé obtenu par une
maximales des sources de chaleur: air: 25 °C, eau glycolée: 10 résistance électrique (voir également chap. 6.1.3 page 65).
°C, eau 10 °C, longueur maximale de la tuyauterie entre la PAC
et le ballon 10 m). La température maximale de l'eau chaude sa- REMARQUE
nitaire pouvant être atteinte avec une pompe à chaleur dépend Le dimensionnement repose sur les intégrations recommandées dans la
des facteurs suivants : présente documentation et les contraintes habituelles.
 de la puissance calorifique (puissance thermique) de la
pompe à chaleur, REMARQUE
 de la surface d'échange thermique installée dans le ballon et Selon l'article3, paragraphe3 de la directive européenne sur les équipe-
 du débit volumique en fonction de la perte de pression et de ments sous pression, les ballons d'eau chaude sanitaire et les ballons
tampons ne doivent pas faire l'objet d'un étiquetageCE. Cela signifie
la capacité de refoulement du circulateur.
entre autres que «les équipements sous pression et/ou modules... doi-
vent être dimensionnés et fabriqués en conformité avec les bonnes prati-
ques des ingénieurs applicables dans un état membre afin de garantir
une utilisation sûre.»

Pompes à chaleur air/eau (installation à l'intérieur)


Surface d'échange
Pompe à chaleur Volume en litres Ballon Pompe de charge M18
thermique en m²
LIK 8TES / LI 9TES / LI 11TES /
300 3,2 WWSP 332 / PWS 332 UP 60
LI 20TE
LI 9TU / LI 12TU 300 3,2 WWSP 332 UP 60
LIKI 14TE / LI 24TE 400 4,2 WWSP 880 UP 60
LI16TES / LI 28TE 400 4,2 WWSP 880 UP 80
LI 15TE 400 4,2 WWSP 880 UP 80
LIH 26TE 500 5,7 WWSP 900 UP 80
500 5,7 WWSP 900
LI 40AS UP 80 / UP 70-32
800 8 WWSP 885S

Pompes à chaleur air/eau 230V (installation à l'intérieur)


Surface d'échange
Pompe à chaleur Volume en litres Ballon Pompe de charge M18
thermique en m²
LI 11ME 300 3,2 WWSP 332 / PWS 332 UP 60

Pompes à chaleur air/eau (installation à l'extérieur)


Surface d'échange
Pompe à chaleur Volume en litres Ballon Pompe de charge M18
thermique en m²
LIA 7IM - LIA 16IM 300 3,2 WWSP 332 Intégré
LA 6TU 300 3,2 PWS 332 UP 60
LA 9TU / LA 12TU / LA 17TU 300 3,2 WWSP 332 / PWS 332 UP 60
LA 11PS / LA 17PS 300 3,2 WWSP 332 / PWS 332 UP 60
LA 22PS 300 3,2 WWSP 332 / PWS 332 UP 80
LA 11TAS 300 3,2 WWSP 332 / PWS 332
LA 16TAS 400 4,2 WWSP 880
LA 25TU 400 4,2 WWSP 880 UP 60
LA 26PS 400 4,2 WWSP 880 UP 80
LA 26HS 500 5,7 WWSP 900 UP 80
500 5,7 WWSP 900
LA 40TU UP 80 / UP 70-32
800 8 WWSP 885S
LA 60TU 800 8 WWSP 885S 6 m³/h

66 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur 6.1.5

Pompes à chaleur eau glycolée/eau


Surface d'échange
Pompe à chaleur Volume en litres Ballon Pompe de charge M18
thermique en m²
SIK 7TE / SIK 9TE / SIK 11TE 300 3,2 WWSP 332 / PWS 332 UP 60
SIH 6TE / SIH 9TE / SIH 11TE 300 3,2 WWSP 332 UP 60
SI 6TU / SI 8TU / SI 11TU 300 3,2 WWSP 332 UP 60
SIK 7TE / SIK 9TE / SIK 11TE 400 4,2 WWSP 442E UP 60
SIK 14TE 400 4,2 WWSP 442E UP 80
SI 14TU 400 4,2 WWSP 880 UP 80
SI 18TU 400 4,2 WWSP 880 UP 80
SIH 20TE 400 4,2 WWSP 442E UP 60-32
SI 24TE / SI 30TE 400 4,2 WWSP 442E UP 70-32
SI 22TU 500 5,7 WWSP 900 UP 70-32
SIH 40TE / SI 37TE 500 5,7 WWSP 900 UP 70-32
500 5,7 WWSP 900
SI 50TE UP 70-32
800 8 WWSP 885S
SI 75TE 800 8 WWSP 885S 6,5 m³/h
SI 100TE 2x500 11,4 2 x WWSP 900 8,5 m³/h
3x500 17,1 3 x WWSP 900
SI 130TE 11,5 m³/h
2x800 16 2 x WWSP 885S

Pompes à chaleur eau glycolée/eau 230V


Surface d'échange
Pompe à chaleur Volume en litres Ballon Pompe de charge M18
thermique en m²
SIK 11ME/ SI 5ME/ SI 9ME/ SI 11ME 300 3,2 WWSP 332 UP 60
SIK 11ME 400 4,2 WWSP 442E UP 60
SIK 16ME 400 4,2 WWSP 442E UP 80
Pompes à chaleur eau/eau
Surface d'échange
Pompe à chaleur Volume en litres Ballon Pompe de charge M18
thermique en m²
WI 10TU 300 3,2 WWSP 332 UP 60
WI 14TU 300 3,2 WWSP 332 UP 60
WI 18TE 400 4,2 WWSP 880 UP 80
WI 22TE 500 5,7 WWSP 900 UP 70-32
WI 27TE 500 5,7 WWSP 900 UP 70-32
500 5,7 WWSP 900
WI 50TU UP 70-32
800 8 WWSP 885S
WI 100TU 2x500 11,4 2 x WWSP 900 7,5 m³/h

Pompes à chaleur eau/eau 230V


Surface d'échange
Pompe à chaleur Volume en litres Ballon Pompe de charge M18
thermique en m²
WI 9ME / WI 14ME 300 3,2 WWSP 332 / PWS 332 UP 60

Tab. 6.3: Aide au dimensionnement de ballons combinés et de ballons d'eau chaude sanitaire

6.1.5 Exigences spécifiques à l'Allemagne: DVGW (association allemande de l'industrie


du gaz et des eaux) – Fiche W551
La fiche W 551 de DVGW décrit les mesures nécessaires pour lement être atteintes avec des pompes à chaleur moyenne tem-
éviter la multiplication des légionelles dans les installations d’eau pérature si le dimensionnement des pompes est correct. Dans
potable. On différencie les petites installations (maisons indivi- les systèmes bivalents, la production d'eau chaude sanitaire doit
duelles et jumelles) et les grosses installations (toutes les être assurée par le deuxième générateur de chaleur.
autres installations avec des contenances de ballon de 400 litres
et une contenance de plus de 3 l dans les conduites entre le bal- Longueurs de conduite d’une
lon et le lieu d’extraction). contenance de 3l
Il est recommandé, pour les petites installations, de régler la tem- Tuyau de cuivre ∅ x mm Longueur de conduite / m
pérature du régulateur du réchauffeur d'eau potable à 60 °C. Des 10x1,0 60,0
températures de fonctionnement inférieures à 50 °C doivent être 12x1,0 38,0
évitées dans tous les cas. Lors de l'utilisation de pompes à cha- 15x1,0 22,5
leur basse température, pour des raisons de rentabilité, le ré- 18x1,0 14,9
chauffement d'appoint dans le ballon d'eau chaude sanitaire doit 22x1,0 9,5
s'effectuer par le biais d'un chauffage électrique supplémentaire. 28x1,0 5,7
Pour de grosses installations, l’eau chaude sanitaire à la sortie 28x1,5 6,1
doit entre autres être réchauffée, de façon permanente, à une
température minimale de 60 °C. Ces températures peuvent éga-

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 67
6.1.6 Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur

Suisse : SVGW, fiche TPW: REMARQUE


Légionelles dans les installations d'eau potable – Le montage d’une cartouche chauffante est généralement conseillé pour
Quels sont les points à respecter? permettre un réchauffement à des températures supérieures à 60 °C.
Cette fiche technique décrit les endroits où peuvent apparaître Selon le domaine d’exploitation ou les exigences du client, le réchauffe-
des problèmes de légionelles dans l’eau potable et les possibili- ment électrique d'appoint peut être géré temporellement par le régula-
tés existantes pour réduire de manière efficace le risque d’infec- teur.
tion par des légionelles.

6.1.6 Connexion hydraulique de ballons d'eau chaude sanitaire


Connexion du ballon combiné PWD 750 Combinaison de plusieurs ballons d'eau chaude
Le schéma suivant montre la production d'eau chaude sanitaire sanitaire
par un ballon combiné PWD 750 avec conduite de bouclage. En Lorsque la consommation d’eau est importante ou lorsque la
mode de distribution normal, une partie de l'eau est acheminée puissance des pompes à chaleur est supérieure à 28 kW pour la
dans l'échangeur thermique du PWD 750 et réchauffée. La production d’eau chaude sanitaire, la surface d’échange thermi-
vanne 3voies thermostatique intégrée régule la température de que nécessaire peut être obtenue par une connexion parallèle
consigne souhaitée de l'eau chaude sanitaire. Lorsque le circu- ou en cascade des surfaces d’échange thermique des ballons
lateur de bouclage ECS est activé, une partie de l'eau est ache- d’eau chaude sanitaire afin d’assurer une température de l’eau
minée via la dérivation dans l'échangeur thermique supérieur suffisamment élevée. (Tenir compte de la fiche DVGW W551.)
droit pour y être réchauffée. La vanne 3 voies thermostatique
ajoute ensuite l'eau réchauffée de la conduite de bouclage
jusqu'à l'obtention de la température souhaitée.

REMARQUE 7
Avec les ballons combinés PWD 750 et PWD 1250, les échangeurs thermi-
ques sont superposés, contrairement au PWD 750. Il faut donc en tenir
compte lors de l'intégration hydraulique des ballons.

Fig. 6.5 : Connexion en parallèle de ballons d’eau chaude sanitaire

La connexion en parallèle de plusieurs ballons d’eau chaude sa-


7.: :' nitaire est intéressante lorsque les quantités d’eau consommées

sont importantes. Elle n’est réalisable qu’avec des ballons d’eau
chaude sanitaire de configuration identique. Lors de la con-
nexion des échangeurs thermiques et du branchement d’eau
chaude sanitaire, les tuyaux entre le «T» et les deux ballons doi-
vent être de diamètre et de longueur identiques afin que, pour
Fig. 6.4 : Intégration du retour de bouclage dans l'alimentation en eau froide
une même perte de pression, le débit volumique d’eau de chauf-
du mélangeur thermostatique
fage soit réparti de façon uniforme (voir fig. 6.5 à la p. 68)

Fig. 6.6 : Connexion en cascade de ballons d’eau chaude sanitaire

En connectant en cascade les ballons d’eau chaude sanitaire, il


faut tenir compte du fait que l’eau de chauffage traverse d’abord
le ballon, duquel est prélevée l’eau potable chaude. (voir fig. 6.6
à la p. 68)

68 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur 6.2.2.2

6.2 Module de pompe à chaleur air/eau LI 2M pour une meilleure


récupération de la chaleur perdue

6.2.1 Domaine d’utilisation


Le module de pompe à chaleur LI 2M permet de récupérer la La pompe à chaleur, par l'intermédiaire de l'échangeur thermi-
chaleur perdue contenue dans l'air non pollué. Dans l'hypothèse que, est idéale pour le fonctionnement en mode mono-énergéti-
la plus simple, l'appareil prêt à être branché aspire directement, que jusqu'à une température extérieure de 0 °C.
par le biais d'un ventilateur radial incorporé, l'air chaud avant de
le refroidir. Le circuit frigorifique «pompe» la chaleur récupérée à ATTENTION !
un niveau de température utilisable et la restitue par le biais d'un Le module de pompe à chaleur peut faire tomber la température de la
échangeur thermique. Le circuit d'eau de chauffage, qui doit être pièce où se trouve la pompe à chaleur à 0 °C en fonction du seuil inférieur
raccordé au niveau externe, amène la chaleur récupérée au sys- d'utilisation. Garantir la protection contre le gel.
tème de chauffage ou à un ballon d'eau chaude sanitaire avec
échangeur thermique intégré. Une température du retour de l’eau de chauffage de plus de
18 °C ou 20 °C (cf. annexe Plage d'exploitation) doit être mainte-
Une performance optimale est atteinte lorsque le module de
nue en fonctionnement continu pour garantir un dégivrage opti-
pompe à chaleur fonctionne à basse température, par exemple
mal de l'évaporateur.
pour assurer la préchauffe de la production d'eau chaude sani-
taire. Il est interdit :
 d’utiliser l’appareil avec une évacuation d’air contenant des
La pompe à chaleur est conçue uniquement pour le réchauffe-
solvants ou des matières explosives
ment de l'eau de chauffage et de l'eau sanitaire!

6.2.2 Schéma d'intégration

6.2.2.1 Intégration d'un dispositif auxiliaire de chauffage

3RQW$H[LVWDQW

6.2.2.2 Intégration d'un dispositif de production d'eau chaude sanitaire

3RQW$UHWLUp

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 69
6.3 Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur

6.3 Réchauffement d’eau chaude sanitaire à l’aide d'un chauffe-eau


thermodynamique
Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de chauffage Chauffage de secours
prêt à brancher. Elle est pour l’essentiel composée du ballon En cas de défaut de la pompe à chaleur, la résistance électrique
d’eau chaude sanitaire, des composants du circuit de fluide frigo- assure le maintien de l'alimentation en eau chaude sanitaire.
rigène, du circuit d’air et du circuit d’eau, ainsi que de tous les
dispositifs de commande, de régulation et de surveillance desti- Désinfection thermique
nés au fonctionnement automatique. La pompe à chaleur de pro- Des températures de l’eau supérieures à 60°C (75°C max.) peu-
duction d’eau chaude sanitaire utilise, si elle est alimentée en vent être programmées dans le menu Désinfection thermique via
énergie électrique, la chaleur de l’air aspiré pour la production le clavier du panneau de commande. La résistance électrique
d’eau chaude sanitaire. permet d’atteindre des températures supérieures à 60°C. Posi-
Une baisse de la température d'évacuation d'air provoque une tionner en butée à droite la vis de réglage (chap. 2.3 page 23) du
diminution de la puissance calorifique de la pompe à chaleur et boîtier du régulateur de température pour atteindre des tempéra-
une prolongation de la durée d'augmentation de chauffe. Un tures plus élevées.
fonctionnement rentable de la pompe à chaleur n’est assuré que
si la température de l'air aspiré ne descend pas en-dessous de REMARQUE
15°C. Lorsque les températures de l’eau chaude sanitaire sont >60°C, la pompe
à chaleur est arrêtée et la production d’eau chaude sanitaire est assurée
La résistance électrique a 4 fonctions: uniquement par la résistance électrique. Le régulateur de la résistance
électrique est préréglé sur 65°C.
Chauffage supplémentaire
En branchant la résistance électrique à la pompe à chaleur, le L'installation côté eau est à effectuer conformément à DIN 1988.
temps de chauffe est réduit de moitié environ.
Écoulement des condensats
Protection antigel Le tuyau de condensation est disposé sur le côté arrière de l’ap-
Avec la version BWP30HS, si la température d'entrée de l’air pareil de telle sorte que l’eau de condensation puisse s’écouler li-
descend en dessous de 8 ± 1,5°C, la résistance électrique se brement et déboucher sur un siphon.
met automatiquement en route et chauffe l’eau (température no- Le chauffe-eau thermodynamique est câblée et prête au
minale) à la température de consigne de l'eau chaude sanitaire branchementélectrique, il suffit de mettre la fiche dans la prise de
réglée. Avec la version BWP30HSD, si la température est en courant de sécurité fournie par le client.
dessous de - 8°C + -1,5°C, la résistance électrique se met auto-
matiquement en route et le mode pompe à chaleur est désactivé. REMARQUE
En dessous d’une température de 8°C, la résistance électrique Il est possible de la brancher sur un compteur existant si la pompe à cha-
est commutée si la température de consigne réglée n’a pas été leur de production d'eau chaude sanitaire est installée avec un branche-
atteinte au bout de 8heures. Cette fonction est inactive si un ment fixe.
deuxième générateur de chaleur chauffe l’eau sanitaire par l’in-
termédiaire de l’échangeur thermique interne. La température de
l’eau chaude sanitaire, chauffée par la résistance électrique en
fonction de protection antigel, peut monter au-delà de la valeur
consigne définie!

70 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur 6.3.1

6.3.1 Description des fonctions du chauffe-eau thermodynamique


Le régulateur du chauffe-eau thermodynamique permet de défi- Combinaison d'une pompe à chaleur de production
nir différents modes de fonctionnement ou programmations ho- d'eau chaude sanitaire et d'une installation
raires. Avec les pompes à chaleur de production d'eau chaude photovoltaïque
sanitaire BWP30HS et BWP30HSD, il existe en outre la possibi- Les pompes à chaleur de production d'eau chaude sanitaire
lité de connecter un 2ème générateur de chaleur via un échan- BWP30HS/HSD peuvent également être associées à une instal-
geur thermique intégré (1,45m²) ou de combiner la pompe à cha- lation photovoltaïque. Pour ce faire, le régulateur de la pompe à
leur à une installation photovoltaïque. chaleur peut être connecté à une unité d'évaluation supplémen-
taire (contrôleur d'inverseur, par ex.) via une entrée exempte de
Modes de fonctionnement
potentiel. L'unité doit disposer d'un contact NO exempt de poten-
Le régulateur permet de programmer deux durées de blocage in- tiel. Si en mode «Photovoltaïque», la puissance de l’installation
dépendantes maximum. Pendant les durées de blocage, le bal- photovoltaïque est suffisante, la pompe à chaleur démarre alors
lon est maintenu à une température minimale réglable pour évi- via le contact NO et se règle sur une valeur de consigne ajusta-
ter toute perte de confort. Toutes les autres programmations sont ble pour le mode photovoltaïque. La fonction solaire est alors
possibles pendant cette durée. prioritaire par rapport à la fonction photovoltaïque. Le fonctionne-
La résistance électrique intégrée chauffe en appoint le ballon dès ment de la pompe à chaleur avec du courant provenant de l’ins-
que les plages d'exploitation de la pompe à chaleur sont dépas- tallation photovoltaïque est affiché sur l’écran.
sées. La touche «Chauffage rapide» permet de sélectionner si la
résistance électrique doit être active pendant une durée définie
ou en permanence.

Ventilation
La fonction Ventilation peut être activée. Son application est per-
tinente lorsque la pompe à chaleur est arrêtée, c.-à-d. qu’aucune
demande d’eau chaude sanitaire n’existe. Le ventilateur de la
pompe à chaleur continue alors à tourner en fonction de la valeur
de consigne réglée. Ceci a pour but, indépendamment du fonc-
tionnement de la pompe à chaleur, de garantir une évacuation
d’air minimum, par ex. pour une récupération industrielle de la
chaleur perdue.

Combinaison avec un 2ème générateur de chaleur


L’échangeur thermique à tubes intégré (1,45m²) permet d’utiliser
un générateur de chaleur déjà installé ou une installation solaire
pour l'augmentation de chauffe du ballon. Pour ce faire, il est
possible de commander un circulateur au moyen de la régula-
tion.
Fig. 6.7 : Chauffe-eau thermodynamique combinée à une installation photo-
Il convient d’activer l’utilisation d’un deuxième générateur de
voltaïque
chaleur dans le menu. Il est utilisé lorsque les plages d’exploita-
tion de la pompe à chaleur sont dépassées, c.-à-d. lorsque le
Si la puissance de l'installation photovoltaïque est insuffisante, le
seuil inférieur ou supérieur d’entrée de l’air ou la température
chauffe-eau thermodynamique fonctionne exclusivement sur le
maximale admissible de l’eau chaude sanitaire est dépassé.
courant du réseau de la société d'électricité. Le courant solaire
Dans ce cas, le deuxième générateur de chaleur est prioritaire
excédentaire est recyclé sur le réseau via un contrôleur d'inver-
par rapport à la résistance électrique dans la pompe à chaleur.
seur.
Une température de commutation, différente du seuil inférieur
d’utilisation de la température de l’air, peut également être sélec- Pour les pompes à chaleur de production d'eau chaude sanitaire
tionnée lors de l’activation du deuxième générateur de chaleur. équipées d’un échangeur thermique interne supplémentaire, un
Si la limite inférieure de cette température est dépassée, le fonc- relais doté d’un contact exempt de potentiel met automatique-
tionnement de la pompe à chaleur est bloqué à partir de la tem- ment en marche en cas de besoin un 2ème générateur de cha-
pérature réglée et le deuxième générateur de chaleur est utilisé. leur.
Sinon, la pompe à chaleur de production d’eau chaude sanitaire
peut également fonctionner en association avec une installation
solaire thermique. Dès qu’un rendement solaire est constaté, le
circulateur solaire (accessoire) se met en marche et la pompe à
chaleur s’arrête. Dès que le rendement solaire disparaît ou
qu'une valeur limite de température est dépassée au niveau du
capteur ou dans le ballon, le circulateur s’arrête de nouveau. La
fonction solaire a priorité sur le mode pompe à chaleur et la ré-
sistance électrique.

ATTENTION !
Il convient d’utiliser une sonde de température ayant la courbe
caractéristique de résistance d’une PT1000 pour la sonde de capteur.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 71
6.3.2 Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur

 6RUWLHG¶DLU (QWUpHG¶DLU


 
‘ ‘


3DVVDJHVGHFkEOHVpOHFWULTXHV
$OLPHQWDWLRQpOHFWULTXH 
SDVVDJHVGHFkEOHV )LOHWDJHH[W5pYDFXDWLRQ
G
HDXFKDXGHVDQLWDLUH 
)LOHWDJHH[W5 )OH[LEOHGHVFRQGHQVDWV
pYDFXDWLRQG
HDX 5pDOLVDWLRQ

FKDXGHVDQLWDLUH )LOHWDJHH[WpULHXU5
FRQGXLWHGHFLUFXODWLRQ 


 

)LOHWDJHH[WpULHXU5  )LOHWDJHH[WpULHXU5 


FRQGXLWHGHFLUFXODWLRQ
FRQGXLWHGHFLUFXODWLRQ

)LOHWDJHH[W5
GpSDUWHDXGHFKDXIIDJH FD ‘  
)LOHWDJHH[WpULHXU5³
 VRUWLHpFKDQJHXUWKHUPLTXH 
)OH[LEOHGHVFRQGHQVDWV  )LOHWDJHH[W5 
SDVVDJHLQIpULHXU DOLPHQWDWLRQHQHDXIURLGH

YHUVOµH[WpULHXU
)LOHWDJHH[W5
 'LDPqWUHQRPLQDO'1 GLPHQVLRQH[WpULHXUH
UHWRXUHDXGHFKDXIIDJH

)LOHWDJHH[W5 
DOLPHQWDWLRQHQHDXIURLGH 
PD[


Fig. 6.8 : Branchements et dimensions du chauffe-eau thermodynamique
avec échangeur thermique interne supplémentaire
1) Autre canalisation des condensats
Fig. 6.9 : Branchements et dimensions de la pompe à chaleur de production
d’eau chaude sanitaire
BWP 30HLW avec échangeur thermique interne supplémentaire

6.3.2 Installation
À considérer pour le choix de l’emplacement:
 Le chauffe-eau thermodynamique doit être installée dans un
local sec à l’abri du gel. !IRASPIRÏ
!IRÏVACUÏ
 L’installation et l'aspiration d’air sont également interdites
dans des locaux présentant un danger d’explosion lié aux
gaz, émanations ou poussières qu'ils contiennent.
 MENVSANSFLEXIBLEDgAIR NICOUDEDAMENÏEDAIR

 Pour éviter tout dommage dû à l’humidité des murs intéri- #OUDEAVECMANCHON


$.
eurs, il est recommandé de prévoir une bonne isolation ther-
mique entre la pièce vers laquelle l’air évacué est dirigé et
les pièces d'habitation avoisinantes.
 Prévoir un écoulement des condensats (avec siphon).
 L’air aspiré ne doit pas contenir trop d’impuretés et ne doit
pas être fortement chargé en poussières.
 Le sol doit présenter une force portante suffisante
(le poids approximatif de la pompe à chaleur de production
d’eau chaude sanitaire remplie est de 450kg!).
L'installation de la pompe à chaleur à production d'eau chaude
sanitaire nécessite, pour assurer un fonctionnement sans inci-
dent et permettre les travaux de réparation et d’entretien, un
écartement minimal de 0,6m tout autour de l’appareil, ainsi
qu’une hauteur minimale de la pièce d’env. 2,50m pour une «ins-
tallation auto ventilée» (sans conduite d’air, ni coude d’amenée Fig. 6.10 :Conditions d'installation pour une aspiration et une évacuation cor-
d’air). rectes de l'air utilisé.
*)
L'écartement minimal du coude d'amenée d'air par rapport au mur
s'élève à 1,2m.

On peut soit du côté aspiration, soit du côté évacuation de l’air


raccorder des conduites d’air, dont la longueur totale ne doit pas
dépasser 10 m. Des flexibles d’air DN 160 isolés thermiquement
et insonorisés sont disponibles en tant qu'accessoires.

72 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur 6.4

6.3.3 Variantes de canalisation de l'air


Commutation variable de l’air aspiré Déshumidification en mode ventilation
Un système de tuyauterie avec clapets à double flux intégrés L’air ambiant déshumidifié de la buanderie accélère le séchage
permet d’utiliser la chaleur de l’air extérieur ou ambiant pour la du linge et empêche l’apparition de dégâts dus à l’humidité.
production d'eau chaude sanitaire (seuil inférieur d'utilisation: +
8 °C).

Chaleur perdue = chaleur utile


L'échangeur thermique (seulement AWP 30HLW et
Rafraîchissement en mode ventilation BWP 30HLW) installé en série sur les pompes à chaleur de pro-
L’air ambiant est aspiré par une gaine d'air, p. ex. à partir du duction d'eau chaude sanitaire permet un branchement direct
garde-manger ou du cellier, refroidi dans la pompe à chaleur de sur un deuxième générateur de chaleur, p. ex. une installation
production d'eau chaude sanitaire, déshumidifié et réinjecté. solaire ou une chaudière.
L’emplacement idéal est l’atelier de bricolage, la chaufferie ou la
buanderie. Pour éviter le suintement, les conduites d’air doivent
être isolées contre la diffusion dans les endroits chauffés.

6.3.4 Chauffe-eau thermodynamique pour la source de chaleur Air ambiant


La chauffe-eau thermodynamique BWP 20A utilise l'évacuation ballon de 200 l, cet appareil est particulièrement adapté aux lo-
d'air des pièces habitées (env. 20 °C) comme source de chaleur gements et appartements. Les cotes de montage de 60 cm per-
pour la production d'eau chaude sanitaire. Il est ainsi possible de mettent un habillage avec un cache frontal. Possibilité de raccor-
combiner ventilation contrôlée et production d'eau chaude sani- dement d'un système de distribution d'air d'un diamètre nominal
taire de manière simple et à peu de frais. Avec son volume de DN 125 sur l'appareil.

REMARQUE
Vous trouverez des informations plus détaillées sur BWP 20A sur Internet
dans la zone de téléchargement sous www.dimplex.de.

6.4 Appareils de ventilation domestique avec production d’eau chaude


sanitaire
De nouvelles matières et de nouveaux matériaux de construction ment une ventilation en ouvrant grand les fenêtres. Mais ouvrir et
permettent une nette réduction des besoins en énergie de chauf- fermer les fenêtres plusieurs fois par jour dans toutes les pièces
fage. Une isolation optimisée accompagnée d’une surface exté- est ennuyeux, prend du temps et est souvent irréalisable en rai-
rieure étanche des bâtiments font en sorte que presque aucune son des habitudes de vie et de travail.
chaleur n’est perdue vers l’extérieur. Les fenêtres extrêmement Une ventilation automatique avec récupération de chaleur as-
étanches empêchent la circulation d’air nécessaire dans les an- sure un renouvellement de l’air réduisant les frais et les besoins
ciens bâtiments tout comme dans les constructions neuves. Un en énergie.
effet qui détériore gravement la qualité de l’air ambiant. La va-
peur d’eau et les substances nocives s’accumulent dans l’air et Avantages des appareils de ventilation domestique
doivent être évacuées par des systèmes actifs.  un air frais et propre dépourvu de substances nocives et
d’humidité ambiante trop élevée
Ventiler correctement - mais comment ?
 l’assurance d’un renouvellement automatique de l’air sans
La méthode la plus simple pour aérer un logement est certaine- qu’on ait à s’en occuper
ment de renouveler l’air en ouvrant une fenêtre. Pour maintenir
un climat acceptable, il est recommandé d’effectuer régulière-

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 73
6.5 Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur

 pertes réduites d’air de ventilation grâce à la récupération de Dimplex propose différents systèmes d'évacuation d'air avec des
la chaleur chauffe-eau thermodynamique.
 des filtres intégrables contre les insectes, la poussière et
toute autre impureté similaire de l’air Débit
Volume
Référence volumique
du ballon Utilisation
 l’isolation par rapport aux bruits extérieurs et une sécurité de commande
l
d’air
accrue grâce aux fenêtres fermées m³/h
Habitations d'une surface
 un bilan énergétique positif conformément à la directive sur LWP200 200 140
max. de 110m²
les économies d’énergie (RT) Habitations d'une surface
LWP300W 290 230
L’emploi d’une ventilation mécanique avec récupération de cha- max. de 160m²

leur est dans bien des cas indispensable. Avant de choisir un Tab. 6.4: Appareils de ventilation avec pompe à chaleur de production d’eau
système de ventilation, il est souhaitable de clarifier la question chaude sanitaire
de la récupération de la chaleur perdue.
Pour l’aération et la ventilation d’unités d’habitation, il est judi- REMARQUE
cieux d’utiliser l’évacuation d'air comme source d’énergie pour D'autres informations sur le dimensionnement des appareils de ventila-
produire de l’eau chaude sanitaire, puisque dans un bâtiment, tion et sur notre portefeuille actuel de produits sont disponibles sur notre
les besoins en ventilation et en eau chaude sanitaire subsistent page d'accueil, dans la rubrique Ventilation.
toute l’année. Si les besoins en eau chaude sont élevés, on
peut intégrer un second générateur de chaleur.

6.5 Comparaison du confort et des coûts liés à diverses possibilités de


réchauffement de l'eau chaude sanitaire

6.5.1 Alimentation en eau chaude sanitaire décentralisée (par ex. chauffe-eau


instantané)
Avantages (par rapport aux pompes à chaleur de Inconvénients (par rapport aux pompes à chaleur
chauffage) de chauffage)
a) investissement minime a) coûts d’exploitation plus élevés
b) encombrement minime b) moins de confort en raison de la température de l’eau dé-
c) plus grande disponibilité de la pompe à chaleur pour le pendant du débit de l’eau au robinet (pour des appareils hy-
chauffage (en particulier en mode monovalent et lors des drauliques)
durées de blocage)
d) perte d’eau faible
e) aucune perte due à l’arrêt et à la circulation

6.5.2 Chauffe-eau électrique (tarif de nuit)


Avantages (par rapport aux pompes à chaleur de Inconvénients (par rapport aux pompes à chaleur
chauffage) de chauffage)
a) investissement minime a) coûts d’exploitation plus élevés
b) la température de l’eau dans le ballon d’eau chaude sani- b) disponibilité limitée
taire peut être plus élevée (rarement nécessaire!) c) dépôts calcaires parfois plus importants
c) plus grande disponibilité de la pompe à chaleur pour le d) temps de chauffage plus longs
chauffage (en particulier en mode monovalent et lors des
durées de blocage)

74 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Production d’eau chaude sanitaire avec les pompes à chaleur 6.5.5

6.5.3 Chauffe-eau thermodynamique


Avantages (par rapport aux pompes à chaleur de Inconvénients (par rapport aux pompes à chaleur
chauffage) de chauffage)
a) à l’emplacement choisi (p. ex. cave), un effet réfrigérant et a) durée d'augmentation du réchauffement du ballon d’eau
déshumidifiant peut se produire en été chaude sanitaire nettement plus longue
b) plus grande disponibilité de la pompe à chaleur pour le b) de façon générale, capacité thermique insuffisante pour un
chauffage (en particulier en mode monovalent et lors des important besoin en eau chaude sanitaire
durées de blocage) c) refroidissement de l’emplacement en hiver
c) facilité d’intégration d'équipements fonctionnant à l’énergie
solaire
d) température de l’eau plus élevée si seule la pompe à cha-
leur fonctionne

6.5.4 Appareil de ventilation domestique avec production d’eau chaude sanitaire


Avantages (par rapport aux pompes à chaleur de Inconvénients (par rapport aux pompes à chaleur
chauffage) de chauffage)
a) ventilation confortable du logement assurant un remplace- a) temps de réchauffement du ballon d’eau chaude sanitaire
ment de l’air sain nettement plus long en mode pompe à chaleur
b) production d'eau chaude sanitaire toute l’année grâce à la b) en cas de besoin important en eau chaude, la combinaison
récupération active de chaleur à partir de l’évacuation d'air avec un 2ème générateur de chaleur est nécessaire
c) plus grande disponibilité de la pompe à chaleur pour le
chauffage (en particulier en mode monovalent et lors des
durées de blocage)
d) facilité d’intégration d'équipements fonctionnant à l’énergie
solaire
e) température de l’eau plus élevée si seule la pompe à cha-
leur fonctionne

6.5.5 Conclusion
En raison de son indice de travail élevé, utiliser une pompe à En fonction du tarif local des sociétés d’électricité, de la consom-
chaleur pour réchauffer l’eau chaude sanitaire est judicieux et mation en eau chaude sanitaire, du niveau de température né-
économique. cessaire et de la localisation des points de captage, des appa-
Si une ventilation domestique est nécessaire ou souhaitée, la reils électriques d'eau chaude sanitaire peuvent être
production d’eau chaude sanitaire, dans des conditions d’utilisa- intéressants.
tion habituelles et normales, est à assurer par l’intermédiaire de
l’appareil de ventilation domestique. La pompe à chaleur air/eau
intégrée extrait l’énergie de l'évacuation d'air et utilise celle-ci
pour produire de l'eau chaude sanitaire toute l’année.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 75
7 Gestionnaire de pompe à chaleur

7 Gestionnaire de pompe à chaleur


Le gestionnaire de pompe à chaleur est nécessaire au fonction-  Commande d'un mélangeur pour un 2ème générateur de
nement des pompes à chaleur air/eau, eau glycolée/eau et eau/ chaleur (chaudière fuel, à gaz ou à combustible solide, ou
eau. Il règle l’installation de chauffage bivalente, monovalente ou source de chaleur régénérative)
mono-énergétique et surveille les dispositifs de sécurité du cir-  Programme spécial pour 2ème générateur de chaleur assu-
cuit frigorifique. Le gestionnaire de pompe à chaleur est, selon le rant les durées de fonctionnement minimales (chaudière
type de pompe à chaleur, soit monté à l’intérieur de la jaquette de fuel) ou les temps minimaux de charge (ballon central)
la pompe, soit livré avec la pompe à chaleur sous forme d’un ré-  Commande d’une cartouche chauffante pour un réchauffe-
gulateur mural. Il assure aussi bien la régulation de l’installation ment d'appoint ciblé de l’eau chaude sanitaire selon des
d’exploitation de la chaleur que celle de la source de chaleur. programmations horaires réglables et en vue d’une désin-
fection thermique
Vue d'ensemble des fonctions
 Commande confortable 6 touches  Commande d'un circulateur de bouclage ECS par impul-
sions ou programmations horaires
 Grand écran alphanumérique rétroéclairé pour l’affichage
des états de fonctionnement et des services  Commande en fonction des besoins de 5 circulateurs maxi-
mum
 Observation des exigences des sociétés d’électricité
 Gestion du dégivrage pour réduire au minimum l'énergie né-
 Guidage dynamique par menus adapté à la pompe à cha-
cessaire (cycle de dégivrage variable à auto-adaptation)
leur configurée
 Commande de pompes primaire et secondaire via un signal
 Commutation automatique du mode de fonctionnement en
de 0-10V
fonction de la température extérieure : automatique / été /
rafraîchissement  Gestion du compresseur visant une charge homogène des
compresseurs de la pompe à chaleur à deux niveaux de
 Interface pour commande à distance avec guidage par
puissance
menus identique
 Compteur d’heures de fonctionnement des compresseurs,
 Régulation contrôlée par la température retour du mode
des circulateurs, du 2ème générateur de chaleur et de la
chauffage via la température extérieure, valeur fixe réglable
cartouche chauffante
ou température ambiante
 Blocage du clavier, protection enfants
 Commande de 3 circuits de chauffage maximum
 10 mémoires d'alarme avec horodatage et description des
 Commande d'un régulateur de point de rosée en mode ra-
erreurs
fraîchissement
 Interface de raccordement d'autres possibilités de commu-
 Commutation prioritaire
nication pour LAN, EIB/KNX, Modbus
– Rafraîchissement
– Production d'eau chaude sanitaire  Programme automatisé pour un assèchement ciblé de la
– Chauffage chape avec mémorisation de la date de commencement et
– Piscine d'achèvement

 Commande d'un 2ème générateur de chaleur  Contrôle à distance du gestionnaire de pompe à chaleur via
(chaudière fuel ou à gaz, ou résistance immergée) une application spéciale pour iPhone et iPad

76 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Gestionnaire de pompe à chaleur 7.1

7.1 Commande
 Le gestionnaire de pompe à chaleur est commandé à partir  6 modes de fonctionnement peuvent être sélectionnés:
de 6 touches: Echap, Mode, Menu, , , ↵. Différentes fonc- Rafraîchissement, Été, Auto, Fête, Vacances, 2ème
tions sont attribuées à ces touches en fonction de l’affichage générateur de chaleur.
actuel (standard ou menu).  Le menu se compose de 3 niveaux principaux:
 L’état de fonctionnement de la pompe à chaleur et de l’ins- Réglages, Caractéristiques d'exploitation, Historique
tallation de chauffage est affiché en texte clair sur l’écran à (voir tableau 7.3 à la page 83.).
cristaux liquides de 4x20 caractères (voir fig. 7.1 à la p. 77).
Écran 4 x 20 caractères ; Symboles mode de fonctionnement
rétroéclairé

Autres symboles des


Touches générateurs de chaleur,
de commande voir tableau 4.1

Abaissement actif Affichage de l’état PAC Chauffage plus chaud/plus froid Augmentation active
(lignes 1, 2, 3) (Affichage à barres ligne 4)

Fig.7.1: Gestionnaire de pompe à chaleur WPM2007 ou WPMEconPlus avec écran à cristaux liquides déporté, affichage standard avec touches de commande

REMARQUE REMARQUE
Vous pouvez changer le contraste avec la combinaison de touches Blocage du clavier, protection enfants!
(ECHAP), (MODE) et () pour un écran plus clair ou (ECHAP), (MODE) et Le blocage du clavier est activé en appuyant sur la touche (ECHAP) pen-
() pour un écran plus sombre. Maintenir pour cela les trois touches en- dant 5secondes environ. Le symbole de blocage du clavier s'affiche alors
foncées jusqu'à ce que le contraste souhaité soit obtenu. sur l'écran. Pour débloquer le clavier, appuyer sur la touche (ECHAP)
pendant 5secondes.

eFUDQ[FDUDFWqUHV 6\PEROHVPRGH 7RXFKHVGHFRPPDQGH


UpWURpFODLUp GHIRQFWLRQQHPHQW

$IILFKDJHGHO¶pWDW3$& &KDXIIDJHSOXVFKDXGSOXVIURLG $XWUHVV\PEROHVGHV


OLJQHV $IILFKDJHjEDUUHVOLJQH JpQpUDWHXUVGHFKDOHXUYRLUWDEOHDX

Fig.7.2: Gestionnaire de pompe à chaleur WPM2006 avec écran à cristaux liquides intégré, affichage standard avec touches de commande

Résistance électrique
Résistance immergée
Chaudière fuel
Cartouche chauffante

Chauffage supplémentaire

Tab. 7.1: Symboles affichés à l'écran (à partir de la version logicielle L07)

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 77
7.2 Gestionnaire de pompe à chaleur

Touche Affichage standard (voir fig. 7.1 à la p. 77) Modification des réglages
 Activation ou désactivation du blocage du clavier  Quitter le menu et retourner à l’affichage principal
 Acquittement d’un défaut  Retour à partir d’un sous-menu
Esc (ECHAP)
 Quitter une valeur de réglage sans valider les
modifications
Fonctionne-  Choix du mode de fonctionnement Pas d'action
ment
Menu  Retour au menu Pas d'action
 Décalage de la courbe de chauffage vers le bas  Faire défiler les différentes options d'un niveau et
 (plus froid) descendre vers la dernière
 Modifier une valeur de réglage vers le bas
 Décalage de la courbe de chauffage vers le haut  Faire défiler les différentes options d'un niveau et
(plus chaud) monter vers la première

 Modifier une valeur de réglage vers le haut

 Sélection d'une valeur de réglage dans l'option de


menu correspondante
↵ Pas d'action  Quitter une valeur de réglage en validant les
modifications
 Renvoi dans un sous-menu
Tab. 7.2: Fonctionnalité des touches de commande

7.2 Sonde de température (régulateur de chauffage N1)


Selon le type de pompe à chaleur, les sondes de température  Température de sortie de la source de chaleur sur les pom-
suivantes sont déjà intégrées ou doivent être montées ultérieure- pes à chaleur eau glycolée/eau et eau/eau (R6)
ment :  Température d'entrée de la source de chaleur sur les pom-
 Sonde de température extérieure (R1) pes à chaleur eau glycolée/eau et eau/eau (R24)
(voir chap. 7.2.3 page 79)  Température d'eau chaude sanitaire (R3)
 Température des 1er, 2ème et 3ème circuits de chauffage  Température du ballon de chaleur régénératif (R13)
(R2, R5 et R13) (voir chap. 7.2.4 page 79)  Deux modèles de régulateur de chauffage N1
 Température départ (R9) en tant que sonde antigel du circuit (chap. 7.2.1 page 78 et chap. 7.2.2 page 79)
aller sur les pompes à chaleur air/eau

Température en °C
-20 -15 -10 -5 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 50 55 60
NTC-2 normalisée en 14,6 11,4 8,9 7,1 5,6 4,5 3,7 2,9 2,4 2,0 1,7 1,4 1,1 1,0 0,8 0,7 0,6

NTC-10 en kΩ 67,7 53,4 42,3 33,9 27,3 22,1 18,0 14,9 12,1 10,0 8,4 7,0 5,9 5,0 4,2 3,6 3,1

7.2.1 Gestionnaire de pompe à chaleur WPM2006plus avec écran intégré


Chacune des sondes de température à raccorder au gestion- 

naire de pompe à chaleur avec écran intégré doit correspondre à 

la courbe caractéristique de la sonde de la fig. 7.4 page 78. 


9DOHXUGHUpVLVWDQFH>N2KP@







Fig.7.3: Gestionnaire de pompe à chaleur WPM2006plus avec 


                
écran intégré 7HPSpUDWXUHH[WpULHXUH>ƒ&@

Fig.7.4: Courbe caractéristique de la sonde NTC-2 normalisée selon DIN


44574 à raccorder au gestionnaire de pompe à chaleur avec écran
intégré

78 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Gestionnaire de pompe à chaleur 7.2.4

7.2.2 Gestionnaire de pompe à chaleur WPM2007plus/WPMEconPlus avec unité de


commande amovible
Les sondes de température à raccorder au gestionnaire de 

pompe à chaleur avec unité de commande amovible doivent cor-


respondre à la courbe caractéristique de la sonde de la fig. 7.6


page 79. Seule exception: la sonde de température extérieure li-

9DOHXUGHUpVLVWDQFH>N2KP@


vrée avec la pompe à chaleur (voir chap. 7.2.3 page 79).











                
7HPSpUDWXUHH[WpULHXUH>ƒ&@

Fig.7.6: Courbe caractéristique de la sonde NTC-10 à raccorder au gestion-


Fig.7.5: Unité de commande amovible naire de pompe à chaleur avec unité de commande amovible

7.2.3 Montage de la sonde extérieure


La sonde extérieure doit être placée de telle sorte qu’elle puisse Montage:
détecter l'ensemble des influences atmosphériques sans que la  Sur le mur extérieur d’une pièce d’habitation chauffée, de
valeur mesurée ne soit faussée. préférence sur la face nord ou nord-ouest.
 Ne pas monter dans un «emplacement protégé» (par ex.
dans la niche d’un mur ou sous le balcon).
 Ne pas installer à proximité de fenêtres, portes, ouvertures
d’aération, éclairage extérieur ou pompes à chaleur.
 Ne pas exposer aux rayons directs du soleil, quelle que soit
la saison.

7.2.4 Montage de la sonde retour


Le montage de la sonde retour n’est nécessaire que lorsque 
celle-ci est fournie avec la pompe à chaleur, mais non montée.
La sonde retour peut être montée en tant que protection antigel
des tuyauteries ou insérée dans le doigt de gant du distributeur

5
compact ou du distributeur double sans pression différentielle. 
 Nettoyer les tuyaux de chauffage des restes de peinture, éli-
miner la rouille et les taches d’oxydation

 Enduire les surfaces nettoyées de pâte thermoconductrice
(appliquer en fine couche) Fig.7.8: Dimensions sonde retour normalisée NTC-2 sous jaquette métalli-
que
 La sonde doit être fixée avec un collier pour flexibles (serrer
à fond, des sondes mal fixées engendrent des défauts) et
isolée
&ROOLHU

6RQGHG¶DSSOLTXH
,VRODWLRQWKHUPLTXH

Fig.7.9: Dimensions sonde retour normalisée NTC-10 sous jaquette métalli-


que

Fig.7.7: Montage d’une sonde sur une tuyauterie

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 79
7.3 Gestionnaire de pompe à chaleur

7.3 Calorimètre WMZ


REMARQUE données mesurées et transmettent un signal au gestionnaire de
Les pompes à chaleur haute performance disposent d'un calorimètre in- pompe à chaleur qui, en fonction du mode de fonctionnement ac-
tégré de série. La mesure se fait dans le circuit de chauffage au moyen de tuel de la pompe à chaleur (chauffage/eau chaude sanitaire/pis-
capteurs de pression reliés directement au gestionnaire de pompe à cha- cine), additionne la quantité de chaleur en kWh et affiche le ré-
leur WPM EconPlus. sultat dans les menus Caractéristiques d'exploitation et
Historique.
Généralités
Le calorimètre (WMZ 25/32) à raccorder au gestionnaire de REMARQUE
pompe à chaleur saisit et traite la quantité de chaleur délivrée par Le calorimètre est conforme aux exigences de qualité du programme al-
la pompe à chaleur. lemand de stimulation du marché qui favorise l'installation de pompes à
chaleur performantes. Il n'est pas soumis à l'étalonnage obligatoire et ne
Des capteurs situés dans le départ et le retour de la conduite
peut donc pas être utilisé pour le décompte des coûts de chauffage !
d'eau de chauffage et un module électronique enregistrent les

7.3.1 Intégration hydraulique et électrique du calorimètre


Le calorimètre a besoin de deux dispositifs de mesure pour saisir Les deux tuyaux de mesure doivent être installés le plus près
les données. possible de la pompe à chaleur, dans le circuit générateur.
 Tuyau de mesure du débit Pour éviter toute turbulence pouvant entraîner des mesures in-
Il doit être monté dans le départ de la pompe à chaleur en correctes de la quantité de chaleur, il est recommandé de laisser
amont du branchement de la production d'eau chaude sani- un écartement de 50 cm entre les dispositifs de mesures et les
taire (respecter le sens du débit). pompes, vannes et autres composants installés.
 Capteur de température (tuyau en cuivre avec doigt de gant)
Il doit être monté dans le retour de la pompe à chaleur.

( WPM 2006 )

Calorimètre jaquette – électronique

Nouveau logiciel
ID 12 nécessaire !
Version H_H_61

24 V AC

230 V / 50 Hz L / N / PE

Impulsion calorimètre
N1-B1 T

dans le départ chauffage


(R1)

N1
WMZ WPM
X8/X11
dans le retour chauffage
PAC

N1-B2
(R2)
T

Départ chauffage

Retour chauffage

Fig.7.10: Composants hydrauliques et électriques du calorimètre

REMARQUE Plan de bornes:


N'utiliser que de l'eau pure dans le circuit de chauffage (pas de mélange
ou de produit antigel) ! Calorimètre Gestionnaire de PAC
WMZ WPM
La platine de commande du module électronique doit avoir sa N20/X2-1 24 V AC / G
propre alimentation en tension qui peut être prélevée directe- N20/X2-2 N1/J7-ID12
ment via le secteur ou par le bornier (réseau L/N/PE ~230 V CA)
du gestionnaire de pompe à chaleur.
Une ligne de signalisation transmettant l'impulsion doit être rac-
cordée entre la borne X2/1/2 du module électronique et le ges-
tionnaire de pompe à chaleur (N1).

80 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Gestionnaire de pompe à chaleur 7.5

Pompes à chaleur compactes d'eau chaude sanitaire). Le calorimètre est donc monté dans le
Pour les pompes à chaleur avec composants de chauffage inté- départ de chauffage pour une mesure en mode chauffage. Il est
grés pour un circuit de chauffage non mélangé (pompe à chaleur possible de monter un calorimètre supplémentaire dans le départ
compacte), il n'est pas possible de monter le calorimètre à l'inté- eau chaude sanitaire pour la mesure d'une éventuelle production
rieur de la pompe à chaleur (en amont du départ de la production d'eau chaude sanitaire.

7.3.2 Réglages sur le gestionnaire de pompe à chaleur

REMARQUE Le «calorimètre» doit être configuré sur OUI dans la pré-configu-


La version logicielle H6x (ou supérieure) est requise pour l'évaluation des ration du gestionnaire de pompe à chaleur pour que l'évaluation
impulsions mesurées par le gestionnaire de pompe à chaleur. de la quantité de chaleur puisse être activée. Selon le réglage de
l'installation, dans le menu «Historique», les valeurs du chauf-
fage, de l'eau chaude sanitaire et de la piscine sont affichées. La
quantité de chaleur délivrée est affichée en kWh.
Les valeurs du compteur peuvent être réinitialisées dans le menu
« Caractéristiques d'exploitation » !

7.4 Régulateur solaire pour le gestionnaire de pompe à chaleur


WPMEconSOL
Régulateur solaire à montage mural avec sondes de tempéra- Caractéristiques techniques de WPMEconSol
ture pour mesurer la température des capteurs et du ballon sans  Fonction réglable de rafraîchissement des capteurs
écran graphique. Le module d'extension est relié au gestionnaire  Fonction de démarrage périodique des pompes
de pompe à chaleur existant et met à disposition les entrées et
 Température de ballon maximale
sorties nécessaires à la régulation solaire. Il peut être utilisé dans
un ballon tampon d'installation de chauffage de pompe à chaleur  Capteurs de température NTC10 (ballon) et PT1000 (cap-
avec un champ de capteurs et une alimentation solaire. La tem- teur solaire)inclus
pérature du ballon et la température du circuit des capteurs sont  Écran graphique sur le gestionnaire de pompe à chaleur
affichées sur l'écran du gestionnaire de pompe à chaleur.

7.5 Configuration générale du menu


Le gestionnaire de pompe à chaleur offre un grand nombre de
paramètres de réglage (voir tab. 7.3 à la p. 83).

Pré-configuration
La pré-configuration indique au gestionnaire de pompe à chaleur
les composants raccordés à l'installation de chauffage par
pompe à chaleur. Elle doit s’effectuer avant la configuration afin
de pouvoir afficher ou masquer les points du menu spécifiques à
l’installation (menus dynamiques).

Configuration
Le niveau de menu réservé aux professionnels comporte, outre
le menu de réglage étendu, les menus sélectionnables «Sor-
ties», «Entrées», «Fonctions spéciales».

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 81
7.5 Gestionnaire de pompe à chaleur

Régulation 2ème/3ème circuit de chauffage via


Pré-configuration
Sonde de température des 2ème/3ème circuits de chauffage
Mode de fonct.
Point final (-20°C) courbe de chauffage 2ème/3ème circuit de
Calorimètre chauffage
Échangeur thermique supplémentaire eau chaude sanitaire 2ème/3ème circ. chauff. +froid / +chaud
Calorimètre échangeur thermique supplémentaire Reg. Val.fixe Circ.2/3 Temperature consig.
Vanne quatre voies externe Valeur max. retour 2ème/3ème circ. chauff.
Structure hydraulique Hystérésis mélangeur 2ème/3ème circuit de chauffage
Fonction de rafraîchissement actif Durée de fonctionnement mélangeur 2ème/3ème circuit de
Fonction de rafraîchissement passif chauffage
Fonction de rafraîchissement passif, configuration système Abaissement programme temporel 2ème/3ème circuit de
1er/2ème/3ème circuit de chauffage chauffage

Production d’eau chaude sanitaire Abaiss. Circ2/3

Demande par Valeur d'abaissement 2ème/3ème circuit de chauffage

Cartouche chauffante Abaissement LU ... 2ème/3ème circuit de chauffage DI

Circulation Augmentation programme temporel 2ème/3ème circuit de


chauffage
Production d’eau de piscine
Augmentation temps 1 ... 2ème/3ème circuit de chauf-
Demande par fage Prog2
Mesure circuit d'eau glycolée basse pression existante Valeur d'augmentation 2ème/3ème circuit de chauffage
BP eau glycolee Augm. LU ... 2ème/3ème circ. chauff. DI
Consig. temp. ambiante rafr. « silencieux » circ.ch.2/3
Réglages Ecart pt rosée rafr. «silencieux» circ.ch.2/3
Heure Rafraîchissement
Fonctionnement Blocage rafr. dynamique
Commutation automatique du mode de fonctionnement Rafr. dyn. Prog1 Prog2
Mode de fonct. Rafraîchissement dynamique LU ... DI
Mode fête nombre d’heures 2. 2ème générateur de froid
Mode vacances nombre de jours Limite rafr. temp. extérieure
Pompe à chaleur Eau chaude sanitaire
Nombre de compresseurs ECS commut. 2ème compresseur (VD)
Ventilateur ECS hystérésis
Abaissement ventilateur Prog1 Prog2 Refroid. - ECS parallèle - PAC
Abaissement ventilateur LU ... DI Température consigne ECS
Puissance calorifique normalisee Temp. max. ECS parallèle
Prot. hors gel Chauffage parallèle auu chaude sanitaire (ECS)
Commutateur de débit primaire Température consigne ECS
Commutateur de débit secondaire Blocage ECS
2ème générateur de chaleur Blocage ECS Temps1 Temps2
Valeur limite 2e Gen.Chaleur Blocage ECS LU ... DI
Mode 2ème génér. chal. Désinfection thermique
Durée de fonctionnement mélangeur 2ème GDC Démarrage désinfection thermique
Hystérésis mélangeur 2ème générateur de chaleur Température désinfection thermique
Blocage de la société d’électricité Désinfection thermique LU ... DI
Temp. lim. 2e Gen.Chaleur EJP3 Délai coupure ECS
Programme spécial 2ème génér. chal. ECS circulation
Surchauffe 2ème génér. chal. bivalent régénératif ECS circulation Temps1 Temps2
Piscine 2ème génér. chal. bivalent régénératif ECS circulation LU ... DI
1er circuit de chauffage/rafraîchissement Reset PAC max. eau chaude
1er circ. chauff. régulation via Piscine
1er circ. chauff point final (-20°C) courbe de chauffage Commut. 2e compr. piscine
Reg.Val.fixe Circ1 Valeur consigne temp. retour Temperature consig. piscine
Reg.piece ref.Circ1 Température consig. chauff Temperature consig. piscine rafr. max.
Température min. retour 1er circuit de chauffage Hystérésis piscine
Température max. retour 1er circuit de chauffage Blocage piscine
Hystérésis circ.1 Val consig. temp. retour Blocage piscine temps 1... Prog2
Prog. horaire circ1 abaissement Blocage piscine LU... DI
Abaissement 1er circuit de chauffage Priorite piscine
Valeur d'abaissement 1er circuit de chauffage Démarrage priorite piscine
Abaiss. 1er circ. chauff. LU ... DI Priorite piscine nombre heures
Prog. horaire circ1 augmentation Priorite piscine LU ... DI
Augmentation 1er circuit de chauffage Prog1 ... Prog2 Commande pompe de l'installation
Valeur d'augmentation 1er circuit de chauffage Pompe d'appoint chauffage
Augm. 1er circ. chauff. LU ... DI Pompe d'appoint rafraîchissement
Valeur consigne retour rafraîchissement dynamique Pompe d'appoint pour production d'eau chaude sanitaire
Consigne température ambiante rafraîchissement «silencieux» Pompe d'appoint piscine
Écart du point de rosée rafraîchissement «silencieux» Pompe suppl. bivalent
2ème/3ème circuit de chauffage/rafraîchissement Optimisation pompe de chauffage

82 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Gestionnaire de pompe à chaleur 7.5

Départ pompe secondaire Mélangeur fermé 2ème générateur de chaleur


Retour pompe secondaire Mélangeur ouvert 3ème circuit de chauffage
M13 rafr. passif Mélangeur fermé 3ème circuit de chauffage
M11 rafr. passif Mélangeur ouvert régénératif
Date Année Jour Mois Jour de la semaine Mélangeur fermé régénératif
Langue Pompe de chauffage
Pompe de chauffage 1er/2ème circuit de chauffage
Caract. exploit. Mélangeur ouvert 2ème circuit de chauffage
Temp. exterieure Mélangeur fermé 2ème circuit de chauffage
Valeur consigne temp. retour 1er circuit de chauffage/rafraîchissement Circulateur supplémentaire
Temp. retour Circuit chauffage 1 Pompe de rafraîchissement
Temp. départ pompe à chaleur Commutation thermostats d’ambiance
Temp. min. 1er circ. rafr. Vannes d’inversion rafraîchissement
Température 1er circuit de chauffage/rafraîchissement Pompe ECS
Temperature consig. 2ème/3ème circuit de Cartouche chauffante
chauffage/rafraîchissement Circulateur de piscine
Temp. min. 2ème/3ème circ. rafr. Circulateur de bouclage ECS
Température 2ème/3ème circuit de chauffage/rafraîchissement
Demande de chauffage Entrées
Niveau de puissance Pressostat basse pression
Sonde de fin de dégivrage Pressostat haute pression
Température ballon régénératif Pressostat fin dégivrage
Temp. retour rafr. passif Surveillance débit primaire/secondaire
Temp. départ rafr. passif Thermostat gaz chaud
Température du gaz chaud Thermostat protection antigel
Temp. ambiante 1 Protection moteur compresseur
Humidité pièce 1 Protection moteur de pompe primaire
Temp. ambiante 2 Blocage de la société d’électricité
Humidité pièce 2 Blocage externe
Demande de rafraîchissement Pressostat eau glycolée basse pression
Temp. consigne ECS Contrôleur du point de rosée
Température de l'ECS Thermostat eau chaude
Demande d'ECS Thermostat piscine
Température de l'eau de piscine Demande circulation
Demande piscine
Sonde antigel de la source de chaleur Fonctions speciales
Capteur haute pression Demarrage rapide
Capteur basse pression Desact. limite inf.
Entrée de la source de chaleur Mise en service
Codage Controle du syst.
Logiciel Contrôle système, côté pompe primaire
Quantité de chaleur Contrôle système, côté pompe secondaire
Contrôle système pompe ECS
Historique Contrôle système mélangeur
Durée fonct. 1er compresseur Contrôle système circulateur de bouclage ECS
Durée fonct. 2ème compresseur Programme de chauffe
Durée fonct. 2ème génér. chal. Température max. programme de chauffage
Durée fonct. pompe primaire ECS / préparation piscine active
Durée fonct. ventilateur Fonction Chauf.
Durée de fonctionnement pompe de chauffage Programme standard de chauffage de séchage de chape
Durée fonct. rafraîchissement Programme individuel durée des phases de chauffage
Durée de fonctionnement pompe eau chaude sanitaire Programme individuel durée du maintien en température
Durée fonct. pompe piscine Programme individuel durée de la baisse de température
Durée de fonctionnement cartouche chauffante Programme individuel différence de température chauffage
Mémoire d’alarme Programme individuel différence de température réduction de
Chauffage de fonction début / fin la chauffe
Chauffage de séchage de chape début / fin Programme individuel de chauffage de séchage de chape
Quantité de chaleur
Modem
Sorties Débit en bauds
Compresseur1 Adresse
Compresseur2 Protocole
Vanne 4 voies Mot de passe
Ventilateur / pompe primaire Tab. 7.3: Configuration des menus du gestionnaire de pompe à chaleur, logi-
Pompe primaire rafraîchissement ciel version Jx
2e générateur de chaleur
Mélangeur ouvert 2ème génér.de chaleur

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 83
7.6 Gestionnaire de pompe à chaleur

7.6 Branchements électriques du gestionnaire de pompe à chaleur

7.6.1 Branchements électriques WPM 2006 plus/WPM 2007 plus


1) Les câbles d'alimentation électrique 4 fils pour la partie 9) La pompe d'eau de puits ou d’eau glycolée est branchée
puissance de la pompe à chaleur est amenée du tableau aux bornes X1/N et J12/NO 3.
électrique général vers la pompe à chaleur via le contacteur Sur les pompes à chaleur air/eau, ne brancher en aucun
de blocage de la société d’électricité (si existant) (3L/ cas à cette sortie un circulateur du circuit de chauffage!
PE~400V, 50Hz). 10) La sonde retour (R2) est intégrée aux pompes à chaleur
Protection, selon les spécifications de courant absorbé indi- eau/eau et eau glycolée/eau ou fournie à la livraison.
quées sur la plaque signalétique, au moyen d’un disjoncteur Sur les pompes à chaleur air/eau prévues pour une installa-
de ligne tripolaire de courbe C (courbe D en France) et par tion à l'intérieur, la sonde retour est intégrée et reliée au ges-
déclenchement commun des 3 phases. tionnaire de pompe à chaleur via deux fils simples de la ligne
Section de câble selon DIN VDE 0100. de commande. Les fils simples sont fixés aux bornes X3
2) Le câble d'alimentation 3 fils du gestionnaire de pompe à (Ground) et J2/B2.
chaleur (régulateur de chauffageN1) est amené à la pompe Sur les pompes à chaleur air/eau prévues pour une installa-
à chaleur (appareil avec régulateur intégré) ou vers l’empla- tion à l'extérieur, la sonde retour doit être placée dans le re-
cement de montage ultérieur du gestionnaire de pompe à tour commun d'eau de chauffage et d'ECS (par ex. doigt de
chaleur mural (WPM). gant dans le distributeur compact).
La ligne d’alimentation (L/N/PE~230 V, 50 Hz) du gestion- Le branchement au gestionnaire de PAC s’effectue égale-
naire WPM doit être sous tension permanente. Elle est, de ment aux bornes X3 (Ground) et J2/B2.
ce fait, à saisir avant le contacteur de blocage de la société 11) La sonde extérieure (R1) est reliée aux bornes X3
d’électricité ou à relier au courant domestique. Certaines (Ground) et J2/B1.
fonctions de protection essentielles seraient sinon hors ser- 12) La sonde d’eau chaude sanitaire (R3) est intégrée au bal-
vice lors du blocage EJP. lon d’eau chaude sanitaire et reliée aux bornes X3 (Ground)
3) Le contacteur de blocage de la société d’électricité et J2/B3.
(K22) avec 3 contacts principaux (1/3/5 // 2/4/6) et un con- 13) La liaison entre pompe à chaleur (connecteur rond) et ges-
tact auxiliaire (contact NO 13/14) doit être dimensionné en tionnaire de PAC s’effectue via des lignes de commande
fonction de la puissance de la pompe à chaleur et fourni par codées. Dans le cas d’une pompe à chaleur placée à l’exté-
le client. rieur, ces lignes doivent faire l’objet d’une commande sépa-
Le contact normalement ouvert du contacteur de blocage de rée. Dans le cas des pompes à chaleur avec dégivrage par
la société d’électricité (13/14) est bouclé entre le bornier X2 gaz chaud uniquement, le fil simple n°8 doit être relié à la
et la borne de connecteurJ5/ID3. ATTENTION! Faible ten- borne J4-Y1.
sion !
4) Le contacteur (K20) de la résistance immergée (E10) doit REMARQUE
être dimensionné, sur les installations mono-énergétiques Dans le cas d’une pompe à chaleur à courant triphasé, un contacteur de
(2ème générateur de chaleur) en fonction de la puissance puissance peut être commandé via le signal de sortie 230V du gestion-
de la résistance et fourni par le client. La commande (230 V naire de pompe à chaleur.
AC) s’effectue à partir du gestionnaire de pompe à chaleur Les fils de sonde peuvent être rallongés jusqu'à une longueur de 30 m
via les bornes X1/N et J13/NO 4. avec des câbles de 2 x 0,75mm.
5) Le contacteur (K21) de la cartouche chauffante (E9) dans
le ballon d'eau chaude sanitaire doit être dimensionné en
fonction de la puissance de la cartouche et fourni par le
client. La commande (230 V AC) s’effectue à partir du ges-
tionnaire de pompe à chaleur via les bornes X1/N et J16/NO
10.
6) Les contacteurs décrits aux points 3, 4 et 5 sont montés
dans la distribution électrique. Les lignes de puissance à 5
fils (3L/N/PE 400V~50Hz) des résistances électriques doi-
vent être dimensionnées et protégées selon la norme
DIN VDE0100.
7) Le circulateur du circuit de chauffage (M13) est branché
aux bornes X1/N et J13/NO 5.
8) La pompe de charge d’eau chaude sanitaire (M18) est
branchée aux bornes X1/N et J13/NO6.

84 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Gestionnaire de pompe à chaleur 7.6.2

7.6.2 Branchements électriques de la pompe à chaleur WPM EconPlus


1) Le câble d'alimentation à 3 ou 4 fils de la partie puissance de 8) La pompe de charge d'eau chaude sanitaire (M18) est
la pompe à chaleur est amenée du compteur de la pompe à branchée aux bornes X2/N et N1-X2/M18.
chaleur via le contacteur de blocage de la société d’électri- 9) Pour les pompes à chaleur air/eau à installer à l'extérieur, la
cité (si existant) à la pompe à chaleur (1L/N/PE~230V, 50Hz sonde retour est intégrée et amenée au gestionnaire de
ou 3L/PE~400V, 50Hz). pompe à chaleur via la ligne de commande. La sonde retour
Protection, selon les spécifications de courant absorbé indi- doit être installée dans le doigt de gant du distributeur uni-
quées sur la plaque signalétique, au moyen d'un disjoncteur quement en cas d'utilisation d'un distributeur double sans
omnipolaire des phases de courbe C (courbe D en pression différentielle. Puis les fils simples doivent être fixés
France) et par déclenchement commun de toutes les aux bornes X3/GND et X3/ R2.1. Le pont A-R2, situé entre
phases. Section de câble selon DIN VDE 0100. X3/B2 et X3/1 à l'état à la livraison, doit ensuite être déplacé
2) La ligne d'alimentation 3 fils du gestionnaire de pompe à sur les bornes X3/1 et X3/2.
chaleur (régulateur de chauffageN1) est amenée à la 10) La sonde extérieure (R1) est reliée aux bornes X3/GND
pompe à chaleur (appareil avec régulateur intégré) ou vers (Ground) et N1-X3/R1.
l’emplacement de montage ultérieur du gestionnaire de 11) La sonde d'eau chaude sanitaire (R3) est montée dans le
pompe à chaleur (WPM). ballon d'eau chaude sanitaire et reliée aux bornes X3/GND
La ligne d’alimentation (L/N/PE~230V, 50Hz) du gestion- (Ground) et N1-X3/R3.
naire WPM doit être sous tension permanente. Elle est, de
ce fait, à saisir avant le contacteur de blocage de la société
REMARQUE
d’électricité ou à relier au courant domestique. Certaines Dans le cas de pompes à chaleur à courant triphasé, un contacteur de
fonctions de protection essentielles seraient sinon hors ser- puissance peut être commandé via le signal de sortie 230V du gestion-
vice lors du blocage EJP. naire de pompe à chaleur.
3) Le contacteur de blocage de la société d’électricité Les fils de sonde peuvent être rallongés jusqu'à une longeur de 40 m
(K22) avec 3 contacts principaux (1/3/5 // 2/4/6) et un con- avec des câbles de 2 x 0,75 mm.
tact auxiliaire (contact NO 13/14) doit être dimensionné en
fonction de la puissance de la pompe à chaleur et fourni par REMARQUE
le client. Un schéma de branchement détaillé du gestionnaire de pompe à chaleur
Le contact normalement ouvert du contacteur de blocage de WPMEconPlus, tel qu'illustré au chapitre7.4.4, page93, est également dis-
la société d’électricité (13/14) est bouclé entre le bornier X3/ ponible dans le calculateur des coûts d'exploitation, à l'adresse
G et la borne de connecteurN1-J5/ID3. ATTENTION! Faible www.dimplex.de/fr/professionnel/calculateur-en-ligne.html à la fin de la
tension ! compilation des installations.
4) Le contacteur (K20) de la résistance immergée (E10) doit
être dimensionné, sur les installations mono-énergétiques
Branchements électriques des circulateurs à
(2ème générateur de chaleur) en fonction de la puissance
régulation électronique
de la résistance et fourni par le client. La commande (230 V Les circulateurs à régulation électronique présentent des cou-
AC) s’effectue à partir du gestionnaire de pompe à chaleur rants de démarrage élevés, qui peuvent réduire la durée de vie
via les bornes X1/N et N1-J13/NO 4. du gestionnaire de pompe à chaleur. Pour cette raison, il con-
vient d'installer un relais de couplage entre la sortie du gestion-
5) Le contacteur (K21) de la cartouche chauffante (E9) dans
naire de pompe à chaleur et le circulateur à régulation électroni-
le ballon d'eau chaude sanitaire doit être dimensionné en
que.
fonction de la puissance de la cartouche et fourni par le
client. La commande (230 V AC) s'effectue à partir du ges- Cela n'est pas nécessaire si le courant de service maximal auto-
tionnaire de pompe à chaleur via les bornes X2/N et N1-X2/ risé de 2A et le courant de démarrage maximal autorisé de 12A
K21. du gestionnaire de pompe à chaleur ne sont pas dépassés par le
6) Les contacteurs décrits aux points 3, 4 et 5 sont montés circulateur à régulation électronique ou si le fabricant de la
dans la distribution électrique. Les câbles de puissance des pompe le valide.
résistances électriques doivent être dimensionnées et proté-
gées selon la norme DIN VDE 0100. ATTENTION !
Il est interdit de connecter plus d'un circulateur à régulation électronique
7) Le circulateur du circuit de chauffage (M13) est branché
via une sortie de relais.
aux bornes X2/N et N1-X2/M13.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 85
7.6.3 Gestionnaire de pompe à chaleur

7.6.3 Schéma électrique WPM 2006 plus / WPM 2007 plus


;

:

+]
9$&
a13(



; ;

3(
;
1
/





7$

7

)
-

1
*

-
-

1
*

DDDDEEEEFFFF
GGGHHHIIIIJJJ

-
9WHUP
5

-
*1'

1
-
95()

:
;*1'

5

*1'
% 
G

5

% 


-
%
G

FDUG
ILHOG
*1'

)
)
/
0
0
00
()
1
;

9'&
;  

5[7;


-
5[7;

;
5


% *1'










*1'


%&
:

5 - &


%


5 12


%&
-

.
12



: 12

$

$
&

.
+

1
.

9*
$ $
7 /

9*

;1
0
;1

< &
-

0
.

< 12
$ $
7 /

-

< 12
< 12
&
%
7

;1
0

;3(
;*

%
7

.

,'
,'
7$
)

,'
$
.

,' &
-
$

-

,' 12
0
$

,' &
;*

;1
$

,'
,' 12
;3(
-
.

,'& &


1&




)

0
9!
5

%
;*1'

;1

&
G

%
.
-

12
5

%
-

12
*1'
;3(

12
G

%
3

&
0

,'
;*

,'
1

-

,'
,'
12
;1

,'&
-

&
0

;3(

,'+ 1&
,'
-

,'& 12
-

,' &
,'+ 1&

Fig.7.11: Schéma électrique du gestionnaire de pompe à chaleur mural WPM 2006 plus (régulateur de chauffage N1)

86 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
---/1& 1&/- 1&/--- 1&/--- 1&/--- &7
7.6.4
7
/ / / 7
. .

www.dimplex.de/fr
, 9 , , ,


9
Gestionnaire de pompe à chaleur

$
$

$
$
$
$
$
$
$
$
$

/$
/0

/0
/0
/0
/0
/0
/0
/0
/0

(/%
/$
/$
9

/0
/0
/0
/0

3Y5Y
+ +

3Y 5Y
+ + + + +
+

&
&

$
$
$
$
TFSWJDF  DBS E

(/%

/$
/$

/0
/0
/0
/0
/0
+ + + + +
9


/
& 81.&DPO1MVT 3
Schéma électrique WPM EconPlus

JOQVU7_UP)[
NBYQPXFS7"8 + +
GJF ME D B SE T F SJB M D B SE

*%)
*%
*%$
*%
*%)
:
:
#
#$
#
#$
*%
*%
*%$


+ + + + + + +
+ 

(
(
7(
7(
:
:
:
:

#
#$
#
#$

7UFSN
(/%
73&'
#
#
#
(/%
7%$
*%
*%
*%
*%
*%
*%
*%
*%
*%$
#
#
#
(/%
*%
*%
*%
*%
*%$
*%)
*%
*%$
*%
*%)

+
& 3

'' 

.  *
3
/ 9
9 5
1&
; ;

. *1' 
.
.  9 3
 . /
7
9
,
,

  

. . . .  3

01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 87
7.6.4
7.6.4

; 
;1 ;1 ;1 ;1 ;1 



) ; . $ 0 0 ) 0 0 . $ 0 0
    

/
1
;

3(
   
;

7$
7$
$ $ 

DDDDEEEEFFFF ; 0 0 ; 0 .


1 GGGHHHIIIIJJJ


1-& 1-&


5[7;
5[7;
*1'
&
12
12
12
&
&
12
12
12
&
&
12
&
12
&
1&
&
12
12
12
&
12
&
1&
12
&
1&

1 - -
/13( -- - - - - - -
9$&
+]

- - - - - - - - -

*
*
9WHUP
*1'
95()
%
%
%
*1'
9'&
%
%&
%
%&
9*
9*
<
<
<
<
,'
,'
,'
,'
,'
,'
,'
,'
,'&
%
%
%
*1'
,'
,'
,'
,'
,'&
,'+
,'
,'&
,'
,'+

5
1-,'&

Fig.7.12: Schéma de raccordement du gestionnaire de pompe à chaleur mural WPM EconPlus


             
   
;
;
$5
; 5 5 %  
;$
5 5 ; ;
1

;$
7
5 5 5 % % $ . $ . % 1

7 7 3

G G G
;

88 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012
;*1'

1
;* ;*

www.dimplex.de/fr
Gestionnaire de pompe à chaleur
Gestionnaire de pompe à chaleur 7.6.5

7.6.5 Schéma électrique WPM EconSol

Fig.7.13: Schéma électrique WPM EconSol

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 89
7.6.6 Gestionnaire de pompe à chaleur

7.6.6 Légende des schémas électriques


M13* Circulateur du 1er circuit de chauffage principal
A Ponts M15* Circulateur du 2ème circuit de chauffage
A1 Pont : blocage de la société d'électricité, à insérer si M16* Circulateur supplémentaire
l'alimentation de puissance n'est pas interrompue par la M18* Pompe de charge d'eau chaude sanitaire
société d'électricité (pompe de charge du ballon)
A2 Pont : blocage pompe à chaleur - protection antigel M19* Circulateur d’eau de piscine
garantie M20* Circulateur 3ème circuit de chauffage
A3 Pont pour pompes à chaleur sans contact protection M21* Mélangeur bivalent ou 3ème circuit de chauffage
moteur du circulateur primaire ou du ventilateur M22* Mélangeur 2ème circuit de chauffage
A4 Pont pour pompes à chaleur sans contact protection M23* Pompe solaire
moteur du compresseur
A5 Pont chauffage supplémentaire N Éléments de régulation
N1 Régulateur de chauffage
B Commutateur auxiliaire N10* Commande à distance
B2* Pressostat circuit d'eau glycolée basse pression N11* Module de relais
B3* Thermostat d'eau chaude sanitaire N14 Unité de commande pour WPM 2007
B4* Thermostat d'eau de piscine N17.4 Module «solaire» (WPMEconSOL)
Q1 Disjoncteur M11
E Dispositifs de chauffage, rafraîchissement
et auxiliaires R Sondes, résistances
E3 Pressostat fin de dégivrage R1 Sonde de température extérieure
E5 Pressostat pression de condensation R2 Sonde de température retour
E9 Cartouche chauffante eau chaude sanitaire R3* Sonde de température de l’eau chaude
E10* 2ème générateur de chaleur R4 Température retour eau de rafraîchissement
R5* Sonde de température 2ème circuit de chauffage
(fonction sélectionnable via régulateur)
R6 Sonde de température de protection antigel
E13* 2ème générateur de froid
R7 Résistance de codage
R9 Sonde de température départ
F Dispositifs de sécurité
(sonde antigel du circuit aller)
F1 Fusible de commande de N2 / N6
R12 Sonde de température de dégivrage
F2 Coupe-circuit de charge pour bornes enfichables J12 et
R13 Température 3ème circuit de chauffage / température
J13 5x20 / 4,0 A action retardée
régénérative
F3 Coupe-circuit de charge pour bornes enfichables
R17* Sonde de température ambiante
de J15 à J18 5x20 / 4,0 A action retardée R18 Sonde de température de gaz chaud
F4 Pressostat haute pression R20 Sonde de température de la piscine
F5 Pressostat basse pression R22* Ballon solaire
F6 Thermostat protection antigel R23* Sonde de capteur
F7 Contrôleur de température de sécurité
F10 Commutateur de débit (mode rafraîchissement)
T Transformateur T
F21.3 Fusible 5x20 / 4,0 à action retardée
T1 Transformateur de sécurité 230/24 V AC
F23 Protection moteur M1 / M11

H Voyants W Câbles
W1 Ligne de commande 15 pôles
H5* Voyant de télédétection de pannes
W1 - # Numéro de fil du câbleW1
W1-#8 doit toujours être branché!
K Contacteurs, relais, contacts
K1 Contacteur compresseur 1
K1.1 Contacteur démarrage compresseur 1 X Bornes, collecteurs, connecteurs
K1.2 Relais temporisé compresseur 1 X1 Bornier branchement secteur 230 V (L/N/PE)
K2 Contacteur (relais) ventilateur 1 X2 Basse tension
K3 Contacteur compresseur 2 X3 Basse tension
K3.1 Contacteur démarrage compresseur 2 X4 Borne connecteur
K3.2 Relais temporisé compresseur 2 X5 Réglette 0 V AC
K4 Contacteur ventilateur 2 X8 Connecteur ligne de commande (faible tension)
K5 Contacteur circulateur primaire - M11 X11 Connecteur raccordement module
K6 Contacteur circulateur primaire 2 - M20
K7 Dégivrage relais statique Y Vannes
K8 Chauffage supplémentaire contacteur / relais Y1 Vanne d'inversion 4 voies
K9 Relais de couplage 230 V / 24 V pour fin de Y5* Vanne de distribution 3 voies
dégivrage ou protection antigel Y6* Robinet d'arrêt 2 voies
K11* Relais électronique pour télédétection de pannes
K12* Relais électronique pour circulateur d'eau de piscine * en option à fournir par le client
K20* Contacteur 2ème générateur de chaleur
K21* Contacteur cartouche chauffante eau chaude sanitaire
K22* Contacteur de blocage de la société d'électricité
K23* Relais auxiliaire de blocage

M Moteurs
M1 Compresseur 1
M2 Ventilateur
M3 Compresseur 2
M11* Circulateur primaire source de chaleur

90 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Gestionnaire de pompe à chaleur 7.6.7

7.6.7 Affectation des bornes gestionnaire de pompe à chaleur


N1 Régulateur de chauffage
N1-J1 Alimentation électrique (24 V AC / 50 Hz)
N1-J2-B1 Sonde de température extérieure - R1
N1-J2-B2 Sonde de température retour - R2
N1-J2-B3 Sonde de température d'eau chaude sanitaire - R3
N1-J3-B4 Codage - R7
N1-J3-B5 Sonde de température départ ou antigel du circuit aller du chauffage - R9
N1-J4-Y1 Dégivrage
N1-J4-Y1 Voyant télédétection de pannes - H5 via K11
N1-J4-Y3 Circulateur d'eau de piscine - M19 via K12
N1-J5-ID1 Thermostat d'eau chaude sanitaire - B3
N1-J5-ID2 Thermostat d'eau de piscine - B4
N1-J5-ID3 Blocage de la société d'électricité
N1-J5-ID4 Blocage
N1-J5-ID5 Défaut ventilateur / pompe primaire - M2 / M11
N1-J5-ID6 Défaut compresseur - M1 / M3
N1-J5-ID8 Commutateur de débit (mode rafraîchissement)
N1-J5-ID7 Pressostat fin de dégivrage - E3 ; pressostat protection antigel - F6
N1-J6-B6 Sonde de température 2ème circuit de chauffage/sonde de température de
dégivrage - R5
N1-J6-B7 Sonde antigel de la source de chaleur - R6 ; sonde de fin de dégivrage - R12
N1-J6-B8 Sonde antigel du circuit aller rafraîchissement - R8 ;
sonde 3ème circuit de chauffage / sonde régénératif - R13
N1-J7-ID9 Pressostat eau glycolée basse pression - B2
N1-J7-ID10 Thermostat conduite de gaz chaud - F7
N1-J7-ID11 Commutation protocole TAE
N1-J8-ID13H Pressostat haute pression - 230 V AC - F4
N1-J8-ID13 Pressostat haute pression - 24V AC - F4
N1-J8-ID14 Pressostat basse pression - 24 V AC - F5
N1-J8-ID14H Pressostat basse pression - 230V AC - F5
N1-J10 Commande à distance - N10 / unité de commande - N14
N1-J11 Connexion pLAN
N1-J12-NO1 Compresseur 1 - M1
N1-J13-NO2 Compresseur 2 - M3
N1-J13-NO3 Circulateur primaire - M11 / Ventilateur - M2
N1-J13-NO4 2ème générateur de chaleur (E10)
N1-J13-NO5 Circulateur du circuit de chauffage - M13
N1-J13-NO6 Pompe de charge d'eau chaude sanitaire - M18
N1-J14/J15-NO7/N08 Mélangeur 3èmecircuit de chauffage OUVERT/FERMÉ - M21
N1-J16-NO9 Circulateur supplémentaire - M16
N1-J16-NO10 Cartouche chauffante eau chaude sanitaire - E9
N1-J16-NO11 Circulateur du 2ème circuit de chauffage - M15
N1-J17/J18-NO12/NO13 Mélangeur 2ème circuit de chauffage OUVERT/FERMÉ - M22
N1-J20-B9

N17.4 Module «solaire» (WPMEconSOL)


N17.1-J5-NO1 Circulateur solaire - M23
N17.1-J9-B1 Sonde ballon solaire - R22
N17.1-J10-B4 Sonde de capteur - R23

* En option à fournir en externe

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 91
7.7 Gestionnaire de pompe à chaleur

7.7 Raccordement de composants externes de l'installation au


gestionnaire de pompe à chaleur
Entrées Sorties

Raccordement Significations Raccordement Significations


J2-B1 X3-R1* X3 Sonde extérieure J12-NO3 N / PE Pompe primaire / ventilateur
J2-B2 R2.1* X3 Sonde retour J13-NO4 N / PE 2ème générateur de chaleur
J2-B3 R3* X3 Sonde d'ECS J13-NO5 X2-M13* N / PE Circulateur du circuit de chauffage
Sonde sur circuit aller Pompe de charge d'eau
J3-B5 X3 J13-NO6 M18* N / PE
(protection antigel) chaude sanitaire
J6-B6 X3-R5* J6-GND Sonde 2ème circuit de chauffage J14-NO7 N / PE Mélangeur ouvert
J6-B8 X3-R13* J6-GND Sonde 3ème circuit de chauffage J15-NO8 N / PE Mélangeur fermé
J5-ID1 X2 Thermostat d'eau chaude sanitaire J16-NO9 X2-M16* N / PE Circulateur supplémentaire
J5-ID2 X2 Thermostat piscine Cartouche chauffante eau
J16-NO10 K21* N / PE
J5-ID3 X2 Blocage de la société d'électricité chaude sanitaire

J5-ID4 X2 Blocage externe Circulateur du 2ème circuit de


J16-NO11 N / PE
chauffage
J5-ID5 X2 Défaut pompe primaire / ventilateur
Mélangeur ouvert 2ème circuit
J5-ID6 X2 Défaut compresseur J17-NO12 N / PE
de chauffage
J7-ID9 X2 BP eau glycolée Mélangeur fermé 2ème circuit
J18-NO13 N / PE
J7-ID12 X3-N20.1 X3 Calorimètre externe 1 de chauffage
J20-ID17 X3 Demande circulation J4-Y2 J22-NO17* X2 Télédétection de pannes
J20-ID18 X3-N20.2 X3 Calorimètre externe 2 J4-Y3 J22-NO16* Circulateur d'eau de piscine

* EconPlus - J22-N018 Circulateur de bouclage ECS

REMARQUE
Le raccordement du système de télédétection de pannes et de la pompe
de piscine s'effectue sur le WPM 2006 plus via le module de relais RBG
WPM disponible comme accessoire spécial.

7.8 Spécifications techniques du gestionnaire de pompe à chaleur


Tension réseau 230 V CA 50 Hz
Plage de tension 195 à 253 V AC
Puissance absorbée env. 14 V A
Degré de protection selon EN 60529 ;
IP 20
classe de protection selon EN 60730
Pouvoir de coupure des sorties max. 2 A (2 A) cos (ϕ) = 0,4 à 230 V
Température de fonctionnement de 0°C à 35°C
Température d'entreposage de -15°C à +60°C
Poids 4100 g
Plage de réglage mode fête Durée standard 0 – 72 heures
Plage de réglage mode vacances Durée standard 0 – 150 jours
Température du mur extérieur de -20°C à +80°C
Température retour de -20°C à +80°C
Plage de mesure de la température
Sonde antigel du circuit aller
de -20°C à +80°C
(température départ)
Plage de réglage du régulateur de chauffage Température limite de validation chaudière de -20°C à +20°C
Température retour maximale de +20°C à +70°C
Plus chaud / plus frais de +5°C à +35°C
Hystérésis/zone neutre de +0,5°C à +5,0°C
Plage de réglage
Plus chaud/plus frais de +5°C à +35°C
Modes abaissement/augmentation
Plage de réglage
Température de consigne de +30°C à +55°C
Température de base ECS
Plage de réglage
Température de consigne de +30°C à +80°C
Réchauffement d'appoint de l'eau chaude sanitaire
Plage de réglage mélangeur Durée de fonctionnement mélangeur 1 à 6 minutes

92 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Gestionnaire de pompe à chaleur 7.9.1

Respect des conditions de la société d’électricité Généralités


 Retard à la mise en marche lors du rétablissement de la ten-  Cycle de dégivrage à auto-adaptation
sion secteur ou après écoulement de la durée de blocage de  Surveillance et mise en sécurité du circuit frigorifique selon
la société d’électricité (10 s à 200 s). les normes DIN 8901 et DIN EN 378
 Les compresseurs de la pompe à chaleur sont mis en mar-  Détection du mode de fonctionnement optimal dans chaque
che au maximum trois fois par heure. cas, la pompe à chaleur devant intervenir le plus souvent
 Arrêt de la pompe à chaleur en raison de signaux de blo- possible.
cage de la société d’électricité avec possibilité de commuter  Fonction de protection antigel
le 2ème générateur de chaleur.
Pressostat basse pression eau glycolée (accessoires spéciaux)

REMARQUE
WPM ECONPLUS
Calorimètre intégré au moyen des capteurs du circuit frigorifique

7.9 Régulateur maître WPM Master pour la connexion en parallèle de


plusieurs pompes à chaleur

7.9.1 Description de WPM Master


Le WPM Master monté au mur permet de commander en paral- Description des fonctions
lèle jusqu'à 14pompes à chaleur. Ce régulateur intervient sur  Connexion en parallèle de 14 pompes à chaleur au maxi-
30niveaux de puissance maximum d'une installation monova- mum
lente, mono-énergétique ou bivalente avec commutation du  30 niveaux de puissance maximum (rafraîchissement pas-
mode de fonctionnement en fonction de la température exté- sif, 28 compresseurs, 2ème générateur de chaleur)
rieure.
 Régulation de 3 circuits de chauffage maximum
 Commutation centrale des modes de fonctionnement
 Combinaison de rafraîchissement actif et passif
 Commutation automatique du mode de fonctionnement via
des températures limites
(Automatique, Été, Rafraîchissement)
 Similitude avec la pompe à chaleur à deux niveaux de puis-
sance
 Créneau horaire réglable
 Temps de commutation réglables

Fig.7.14: Régulateur pour la connexion en parallèle de pompes à chaleur -


WPM Master

Le WPMMaster est commandé à partir de 6 touches. Les valeurs


d'état s'affichent sur un écran à cristaux liquides avec affichage
en texte clair (4x20caractères).

REMARQUE
Vous pouvez changer le contraste avec la combinaison de touches
(ECHAP), (MODE) et () pour un écran plus clair ou (ECHAP), (MODE) et
() pour un écran plus sombre. Maintenir pour cela les trois touches en-
foncées jusqu'à ce que le contraste souhaité soit obtenu.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 93
7.9.2 Gestionnaire de pompe à chaleur

Commande centralisée et décentralisée Attribution de priorités


Lors de la commande de plusieurs pompes à chaleur, une dis- Pour un fonctionnement le plus efficace possible de l'ensemble
tinction peut être faite entre une production d'eau chaude sani- de l'installation, les pompes à chaleur sont commandées par le
taire centralisée et décentralisée. régulateur maître avec différentes priorités. Le régulateur maître
Commande centralisée reçoit ainsi un retour des différents gestionnaires de pompe à
chaleur et identifie alors par un défaut ou une demande décen-
 Spécification centralisée des priorités pour l'eau chaude sa-
tralisée les pompes à chaleur bloquées. En combinant divers
nitaire, le chauffage, le rafraîchissement et la piscine
types de pompe à chaleur (air/eau et eau glycolée/eau), ces der-
 Traitement individuel des exigences nières peuvent être commandées en fonction de la température
 Spécification des niveaux de puissance maximaux pour la extérieure:
production d'eau chaude sanitaire  Utilisation préférentielle de pompes à chaleur air/eau au-
 Évaluation décentralisée d'un défaut de pompe à chaleur delà d'une température extérieure réglable
 Utilisation préférentielle de pompes à chaleur eau glycolée/
Commande décentralisée eau en dessous d'une température extérieure réglable
 Spécification centralisée des priorités pour le chauffage et le
rafraîchissement Afin d'obtenir une répartition la plus homogène possible des du-
 Spécification décentralisée des priorités pour l'eau chaude rées de fonctionnement, le régulateur maître démarre de préfé-
sanitaire et la piscine rence le compresseur avec la durée de fonctionnement la plus
 Fonctionnement en parallèle possible du chauffage et du ra- courte. De plus, le régulateur maître calcule les durées de fonc-
fraîchissement, ainsi que de la production d'eau chaude et tionnement des différents compresseurs.
de la piscine

7.9.2 Branchements électriques de WPM Master


1) Le câble d’alimentation à 3 fils pour le gestionnaire de 6) La pompe de charge d'eau chaude sanitaire (M18) est
pompe à chaleur (régulateur de chauffage N1) est amenée branchée aux bornes X2/N et N1-X2/M18.
à la pompe à chaleur (appareil avec régulateur intégré) ou 7) Pour les pompes à chaleur air/eau à installer à l'extérieur, la
vers l’emplacement de montage ultérieur du gestionnaire de sonde retour est intégrée et amenée au gestionnaire de
pompe à chaleur (WPM). Le câble d’alimentation (L/N/ pompe à chaleur via la ligne de commande. La sonde retour
PE~230V, 50Hz) du gestionnaire WPM doit être sous ten- doit être installée dans le doigt de gant du distributeur uni-
sion permanente. Elle est, de ce fait, à saisir avant le contac- quement en cas d'utilisation d'un distributeur double sans
teur de blocage de la société d’électricité ou à relier au cou- pression différentielle. Puis les fils simples doivent être fixés
rant domestique. Certaines fonctions de protection aux bornes X3/GND et X3/R2.1. Le pont A-R2, situé entre
essentielles seraient sinon hors service lors du blocage X3/B2 et X3/1 à l'état à la livraison, doit ensuite être déplacé
EJP. sur les bornes X3/1 et X3/2.
2) Le contacteur (K20) de la résistance immergée (E10) doit 8) La sonde extérieure (R1) est reliée aux bornes X3/GND
être dimensionné, sur les installations mono-énergétiques (Ground) et N1-X3/R1.
(2ème générateur de chaleur) en fonction de la puissance 9) La sonde d'eau chaude sanitaire (R3) est montée dans le
de la résistance et fourni par le client. La commande (230 V ballon d'eau chaude sanitaire et reliée aux bornes X3/GND
AC) s’effectue à partir du gestionnaire de pompe à chaleur (Ground) et N1-X3/R3.
via les bornes X1/N et N1-J13/NO 4.
3) Le contacteur (K21) de la cartouche chauffante (E9) dans REMARQUE
le ballon d'eau chaude sanitaire doit être dimensionné en Dans le cas de pompes à chaleur à courant triphasé, un contacteur de
fonction de la puissance de la cartouche et fourni par le puissance peut être commandé via le signal de sortie 230V du gestion-
client. La commande (230 V AC) s'effectue à partir du ges- naire de pompe à chaleur.
tionnaire de pompe à chaleur via les bornes X2/N et N1-X2/ Les fils de sonde peuvent être rallongés jusqu'à une longueur de 40 m
K21. avec des câbles de 2 x 0,75 mm.
4) Les contacteurs décrits aux points 2 et 3 sont montés dans
la distribution électrique. Le câble de puissance des résis-
tances électriques doivent être dimensionnées et protégées
selon la norme DIN VDE 0100.
5) Le circulateur du circuit de chauffage (M13) est branché
aux bornes X2/N et N1-X2/M13.

94 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Gestionnaire de pompe à chaleur 7.9.3

7.9.3 Configuration du réseau


Le réseau est de topologie linéaire et est raccordé aussi bien au
gestionnaire de pompe à chaleur qu'au régulateur maître par l’in-
termédiaire de la borne J11. Au maximum 32 noeuds sont dispo-
nibles dans le réseau (16 pour le régulateur et 16 pour les unités
de commande).

Fig.7.15: Exemple d’un réseau envisageable incluant trois gestionnaires de pompe à chaleur avec 3unités de commande (pGD)

Fig.7.16: Vue du raccordement à la borne J11 du gestionnaire de pompe à chaleur

Fig.7.17: 3 gestionnaires de pompe à chaleur avec leur alimentation en tension

REMARQUE
Nous recommandons d’utiliser un câble de raccordement torsadé, blindé,
de type AWG20/22 (0,75/0,34 mm²). La longueur maximale du réseau ne
doit pas être supérieure à 500m. La capacité linéique des câbles doit être
inférieure à 90pF/m.

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 95
8 Intégration de la pompe à chaleur au système de chauffage

8 Intégration de la pompe à chaleur au système de chauffage

8.1 Exigences hydrauliques


Afin d’augmenter l’efficacité du système, s’assurer lors de l’inté- REMARQUE
gration hydraulique d’une pompe à chaleur qu’elle ne produise Une température départ plus élevée d'un degré Kelvin entraîne une dimi-
que le niveau de température réellement nécessaire. Le but est nution de l'efficacité de l'installation de la pompe à chaleur de l'ordre de
de transmettre au système de chauffage le niveau de tempéra- 2,5%.
ture généré par la pompe à chaleur non mélangé.
Pour chauffer le bâtiment avec la température départ la plus
REMARQUE basse possible, le réseau de distribution de chauffage doit être
Un circuit de chauffage mélangé n’est nécessaire que lorsque deux ni- dimensionné sur cette température départ. Les exemples sui-
veaux de température différents, par ex. chauffage par le sol et par radia- vants conviennent au fonctionnement à des températures départ
teurs, doivent être alimentés. basses:
 Chauffage par le sol
Pour empêcher le mélange de deux niveaux de température dif-
férents, le mode chauffage est interrompu lors d'une demande  Activation de dalle chauffante
d’eau chaude sanitaire et la pompe à chaleur fonctionne avec les  Ventilo-convecteurs
températures départ plus élevées nécessaires à la production  Plafond rayonnant
d’eau chaude sanitaire.  Registre de ventilation avec une plus grande surface
Les exigences de base à remplir sont les suivantes : d'échange thermique
 Protection contre le gel garantie chap. 8.2 page 96
 Maintien du débit d’eau de chauffage chap. 8.3 page 97
REMARQUE
Dans les bâtiments avec des températures départ basses, les radiateurs
 Durée de fonctionnement minimale garantie ajoutés dans les salles de bain doivent être électriques. Les températures
De plus, lors du réglage de la valeur consigne ou de la courbe de départ basses suffisent en général pour sécher des serviettes. L'utilisa-
chauffage, vérifier que le confort domestique est assuré, sans tion d'une cartouche chauffante dans un radiateur rempli d'eau n'est pas
toutefois régler la valeur consigne ou la courbe de chauffage à pertinente.
une valeur plus élevée que nécessaire.

8.2 Protection contre le gel garantie


Pour les pompes à chaleur montées à l’air libre ou traversées par Dans des bâtiments habités en permanence, l’utilisation de pro-
de l’air extérieur, des mesures sont à prendre pour empêcher duit antigel dans l'eau de chauffage n’est pas recommandée. En
que l’eau de chauffage ne gèle lors de périodes d’arrêt et de dé- effet, la protection contre le gel est garantie en grande partie par
fauts. la régulation de la pompe à chaleur et le produit antigel altère l’ef-
Lorsque la température tombe en dessous du niveau minimal ficacité de la pompe à chaleur.
saisi par la sonde antigel (aller) de la pompe à chaleur, les circu- Dans le cas de pompes à chaleur exposées au gel, une vidange
lateurs supplémentaires et de chauffage sont activés automati- manuelle doit être prévue. L’installation doit être vidangée et le
quement pour garantir la protection contre le gel. En cas de dé- cas échéant purgée en trois endroits après mise hors service de
faut sur la pompe à chaleur des installations mono-énergétiques la pompe à chaleur ou coupure de courant.
ou bivalentes, le deuxième générateur de chaleur est autorisé à
démarrer.

ATTENTION !
Sur les installations de chauffage comportant des durées de blocage de
la société d’électricité(EJP), la ligne d’alimentation du gestionnaire de
3RPSHjFKDOHXU
PAC doit être sous tension permanente (L/N/PE~230 V, 50 Hz). De ce fait,
elle doit être connectée avant le contacteur de blocage de la société

d’électricité ou reliée au courant domestique.

Le circuit de chauffage des installations de pompe à chaleur pou-
vant faire l'objet d'une coupure de courant non décelable (mai-
son de vacances, par ex.) doit fonctionner avec une protection

antigel appropriée.
Fig. 8.1 : Schéma de câblage pour l'installation de pompes à chaleur expo-
ATTENTION ! sées au gel

Si la pompe à chaleur fonctionne avec un mélange eau/glycol avec une


proportion de glycol de 25%, l'efficacité du chauffage et du ATTENTION !
rafraîchissement est réduite d'environ 15%. L’intégration hydraulique doit être réalisée de telle sorte que la pompe à
chaleur - et par conséquent la sonde intégrée - fassent toujours l'objet
d'une circulation, même en cas d'intégrations spéciales ou de mode
bivalent.

96 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Intégration de la pompe à chaleur au système de chauffage 8.3.2

8.3 Maintien du débit d’eau de chauffage


Pour garantir le bon fonctionnement de la pompe à chaleur, le Avec des températures départ basses, un débit volumique plus
débit minimal d’eau de chauffage indiqué dans les Informations élevé, dépendant de l'installation et de la pompe à chaleur utili-
sur les appareils doit être assuré quels que soient les états de sée, est souhaitable. Les écarts suivants sont recommandés au
fonctionnement. Le circulateur doit être dimensionné de telle point de dimensionnement:
sorte qu'en cas de perte de pression maximale dans l'installation  35°C: écart d'env. 5K, mais jamais en dessous du
(la quasi totalité des circuits de chauffage étant fermés), le débit débit minimum d'eau de chauffage
d'eau au travers de la pompe à chaleur soit assuré.  45°C: écart d'env. 7K, mais jamais en dessous du
débit minimum d'eau de chauffage
La détermination de l’écart de température nécessaire peut être
faite de deux manières :  55°C: écart max. de 10K, mais jamais en dessous du
débit minimum d'eau de chauffage
 par calcul
chap. 8.3.1 page 97  65°C: écart max. de 10K, mais jamais en dessous du
débit minimum d'eau de chauffage
 par lecture des tableaux de valeurs en fonction de la tempé-
rature de la source de chaleur chap. 8.3.2 page 97
Avec les installations présentant des températures système ex-
Lors de la détermination du débit d'eau de chauffage dans le cir- trêmement basses (températures retour < 25°C), spécifier un
cuit du générateur de la pompe à chaleur, différents points doi- écart max. de 5K au point de dimensionnement lors des planifi-
vent être pris en considération. Le débit minimum d'eau de cations. Pour les installations de chauffage et de rafraîchisse-
chauffage doit alors être garanti dans toutes les situations de ment, dimensionner sur le débit d'eau exigé le plus important
fonctionnement. Avec les pompes régulées, il faut particulière- (débit d'eau de chauffage ou de rafraîchissement).
ment veiller au réglage d'une vitesse constante (par ex. Grund-
fos Alpha 2) et à ce que les fonctions de régulation internes de la
pompe ne conduisent pas à une chute rapide du débit volumique
(par ex. mise à l'arrêt de la pompe par la fonction de purge lors
de la détection de bulles d'air).

8.3.1 Calcul de l’écart de température


 Détermination de la puissance calorifique momentanée de Exemple d’une pompe à chaleur air/eau
la pompe à chaleur à partir des courbes de puissance calo-
Capacité thermique 4PAC = 10,9 kW pour A10/W35
rifique considérant une température moyenne de la source
de chaleur. Capacité thermique spéc. de l’eau : 1,163 Wh/kg K
 Calcul de l’écart nécessaire à partir du débit minimum d'eau Débit minimum d'eau de chauffage nécessaire:
de chauffage indiqué dans les Informations sur les appa- par ex. V = 1000 l/h = 1000 kg/h
reils.
Écart nécessaire :
REMARQUE
Les valeurs de l’écart de température nécessaire en fonction de la tempé-
rature des sources de chaleur sont mentionnées au chap. 8.3.2 page 97.

8.3.2 Écart de température en fonction de la température des sources de chaleur


La puissance calorifique de la pompe à chaleur dépend de la Pompe à chaleur air/eau
température des sources de chaleur. En particulier pour la
source de chaleur air extérieur, la puissance calorifique générée Température
Écart de température max. entre
par la pompe à chaleur dépend fortement de la température ac- de la source
départ et retour du chauffage
tuelle de la source de chaleur. de chaleur
L’écart maximal de température en fonction de la température de de à 2 compresseurs 1 compresseur
la source de chaleur figure dans les tableaux suivants. -20 °C -15 °C 2K 4K
-14 °C -10 °C 2,5K 5K
-9 °C -5 °C 3K 6K
-4 °C 0 °C 3,5K 7K
1 °C 5 °C 4K 8K
6 °C 10 °C 4,5K 9K
11 °C 15 °C 5K 10K
16 °C 20 °C 5,5K 11K
21 °C 25 °C 6K 12K
26 °C 30 °C 6,5K 13K
31 °C 35 °C 7K 14K

Tab. 8.1: Source de chaleur air extérieur (température affichée sur le gestion-
naire de pompe à chaleur !), fonctionnement à un compresseur

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 97
8.3.3 Intégration de la pompe à chaleur au système de chauffage

Pompe à chaleur eau glycolée/eau Pompe à chaleur eau/eau

Température Température
de la source de Écart de température max. de la source de Écart de température max.
chaleur entre départ et retour de chauffage chaleur entre départ et retour de chauffage
de à de à
-5 °C 0 °C 10K 7 °C 12 °C 10K
1 °C 5 °C 11K 13 °C 18 °C 11K
6 °C 9 °C 12K 19 °C 25 °C 12K
10 °C 14 °C 13K
Tab. 8.3: Source de chaleur : nappe phréatique, fonctionnement à un com-
15 °C 20 °C 14K presseur
21 °C 25 °C 15K

Tab. 8.2: Source de chaleur : géothermie, fonctionnement à un compresseur

8.3.3 Soupape différentielle


Sur les installations avec un circuit de chauffage et des débit vo- Réglage de la soupape différentielle
lumiques réguliers dans le circuit consommateur, la pompe à  Coupez tous les circuits de chauffage pouvant, en fonction
chaleur et le système de chauffage peuvent être alimentés par le de l’utilisation qui en est faite, être également fermés en
circulateur du circuit principal de chauffage (M13) (voir fig. 8.39 phase de fonctionnement afin d’obtenir le débit d’eau le plus
à la p. 122). défavorable. En règle générale, il s’agit des circuits de
Lorsque des régulateurs de température ambiante sont utilisés, chauffage des locaux donnant sur les côtés sud et ouest. Au
les vannes de radiateur ou thermostatiques engendrent des moins un des circuits de chauffage doit rester ouvert (par ex.
débit volumiques variables dans le circuit consommateur. Une celui de la salle de bains).
soupape différentielle installée en aval de la pompe de chauffage  La soupape différentielle doit être ouverte jusqu'à atteindre
non réglée du circuit principal (M13), entre le départ et le retour l'écart de température maximum entre le circuit départ et re-
du circuit de chauffage, doit compenser les variations de débit. tour de chauffage indiqué dans le chap. 8.3.2 page 97 (en
En cas de perte de pression croissante dans le circuit consom- fonction de la température actuelle de la source de chaleur).
mateur, par ex. du fait de vannes qui se ferment, une partie du L'écart de température doit être mesuré au point le plus pro-
débit volumique est dirigée entre le départ et le retour du circuit che possible de la pompe à chaleur.
de chauffage et assure le débit minimum d’eau de chauffage à
travers la pompe à chaleur. REMARQUE
Une soupape différentielle trop fermée n’assure pas le débit minimum
REMARQUE d’eau de chauffage à travers la pompe à chaleur.
Lorsqu’une soupape différentielle est utilisée, l’emploi de circulateurs à Une soupape différentielle trop ouverte peut nuire aux différents circuits
régulation électronique limitant le débit volumique en cas de perte crois- de chauffage, qui ne font plus l'objet d'une circulation suffisante.
sante de pression est interdit.

8.3.4 Distributeur sans pression différentielle


Le découplage hydraulique du circuit générateur du circuit con- Des débit volumiques différents dans les circuits générateur et
sommateur permet de garantir le débit minimum d’eau de chauf- consommateur sont compensés par le distributeur sans pression
fage à travers la pompe à chaleur, quels que soient les états de différentielle. La section du distributeur sans pression différen-
fonctionnement (voir fig. 8.40 à la p. 123). tielle doit être identique à celle du départ et du retour du système
Le montage d’un distributeur sans pression différentielle est con- de chauffage.
seillé dans les cas suivants:
 installations de chauffage avec radiateurs
REMARQUE
Si le débit volumique est plus élevé dans le circuit consommateur que
 installations de chauffage avec plusieurs circuits de chauf- dans le circuit de chauffage, la température départ maximale de la pompe
fage à chaleur dans les circuits de chauffage n’est plus atteinte.
 pertes de pression connues dans le circuit consommateur
(immeubles par ex.)
Le circulateur du circuit de chauffage principal (M13) assure le
débit d’eau de chauffage minimal de la pompe à chaleur quels
que soient les états de fonctionnement et sans que des réglages
manuels ne soient nécessaires.

98 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 01.2012 www.dimplex.de/fr
Intégration de la pompe à chaleur au système de chauffage 8.4

8.3.5 Distributeur double sans pression différentielle


Le distributeur double sans pression différentielle est, pour les  Protection de la pompe à chaleur contre des températures
pompes à chaleur, une alternative judicieuse au tampon paral- trop élevées lorsque le ballon tampon en série est alimenté
lèle, car il assure les mêmes fonctions sans réduire l’efficacité. par une énergie externe
Le découplage hydraulique a lieu par le biais de deux distribu-  Une circulation complète dans le ballon tampon en série ga-
teurs sans pression différentielle équipés respectivement d’un rantit une durée de fonctionnement minimale du compres-
clapet anti-retour (voir fig. 8.41 à la p. 123). seur et du dégivrage quelle que soit la situation de fonction-
Avantages du distributeur double sans pression différentielle nement
 Découplage hydraulique des circuits générateur et consom-  Interruption du mode chauffage pour la production d’eau
mateur chaude sanitaire et de piscine afin de pouvoir toujours ex-
 Fonctionnement du circulateur (M16) dans le circuit généra- ploiter la pompe à chaleur au niveau de température mini-
teur uniquement si un compresseur est en fonctionnement mal.
en mode chauffage pour éviter les durées de fonctionne-
ment inutiles REMARQUE
L’intégration hydraulique avec un distributeur double sans pression dif-
 Possibilité d'exploitation commune du ballon tampon en
férentielle offre un maximum de flexibilité, de sécurité d’exploitation et
série par la pompe à chaleur et le générateur de chaleur
d’efficacité.
supplémentaire

8.4 Circuit de distribution d'eau chaude sanitaire


Le circuit de distribution d’eau chaude sanitaire est constitué de Modules d’extension du circuit de distribution
composants individuels adaptés les uns aux autres qui peuvent  Module mélangeur pour installations bivalentes
être combinés différemment selon le besoin. Le débit maximum
MMB 25 (recommandé jusqu'à 2,0m3/h)
d’eau de chauffage autorisé de chaque composant doit être res-
 Station solaire de production d’eau chaude sanitaire
pecté lors de la conception de l’installation.
SST 25
Raccordement du ballon tampon et débit d'eau de
chauffage garanti REMARQUE
 Distributeur compact Dans les schémas d’intégration du chap. 8.14 page 114, les composants
du circuit de distribution d’eau chaude sanitaire sont représentés par des
KPV 25 (recommandé jusqu’à 1,3m3/h) tirets.
 Module d'extension pour le distributeur sans pression diffé-
rentielle EB KPV (recommandé jusqu’à 2,0m3/h) Circuit de chauffage non mélangé Circuit de chauffage mélangé

 Distributeur double sans pression différentielle


DDV 25 (recommandé jusqu'à 2,0m³/h)
DDV 32 (recommandé jusqu'à 2,5m3/h)
DDV 50 (recommandé jusqu'à 7,5m³/h)

Modules pour le circuit de distribution de


chauffage
 Module de circuit de chauffage non mélangé
WWM25 (recommandé jusqu'à 2,5m³/h)
WWM50 (recommandé jusqu'à 8,0m³/h)
Production d’eau chaude sanitaire
 Module de circuit de chauffage mélangé
MMH25 (recommandé jusqu'à 2,0m³/h)
MMH50 (recommandé jusqu'à 8,0m³/h)
 Barre de distribution pour le raccordement de deux circuits Ballon tampon

de chauffage
VTB 25 (recommandée jusqu'à 2,5m3/h)

Modules pour le circuit de distribution de la


production d'eau chaude sanitaire
 Module d'eau chaude sanitaire
WWM 25 (recommandé jusqu'à 2,5m3/h)
Barre de distribution pour le raccordement de KPV 25 et de
WWM 25
VTB 25 (recommandée jusqu'à 2,5m3/h)
 Module de pompe d'eau chaude sanitaire WPG25 ou 32
pour raccordement direct de la pompe de charge d'eau
chaude sanitaire sur le ballon d'eau chaude sanitaire (voir
fig. 8.36 à la p. 120) Chaudière

Fig. 8.2 : Possibilités de combinaison du circuit de distribution de l'eau


chaude sanitaire

www.dimplex.de/fr 01.2012 | Manuel de conduite de projet pompes à chaleur de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire | 99
8.4.1 Intégration de la pompe à chaleur au système de chauffage

Les diagrammes suivants mentionnent les pertes de pression Diagramme débit volumique/perte de pression
pour les différents composants: Groupe de pompes UK 1“ WWM 25
0,30
Diagramme débit volumique/perte de pression
Groupe de raccordement des pompes à chaleur 1“ MMB 25
0,30 0,25