Vous êtes sur la page 1sur 18

Réglementation prudentielle

en assurance
Principes de comptabilité : comment
lire les comptes des entreprises
d’assurance ?
Franck Le Vallois
Commissaire-contrôleur des assurances
Plan
- I - Les principes de la comptabilité générale
et leur application à l’assurance
- II - Les spécificités du plan comptable des
assurances
Les principes de la
comptabilité
– Restituer une image fidèle et sincère de la
situation patrimoniale de l’entreprise (PCG)
– Les grands principes :
• fidélité
• prudence => notamment, comptabilisation au coût
historique
• spécialisation des exercices
• permanence de l’activité
– La nomenclature comptable (comptes de classe
1 à 9)
Le compte de résultat
Le compte de résultat de l’année N rend
compte de tous les mouvements ayant
affecté le patrimoine de l’entreprise au
cours de cet exercice
Il est présenté sous la forme de produits
(classe 7) et de charges (classe 6)
Le bilan
Le bilan au 31/12/N rend compte de la
situation patrimoniale de l’entreprise à cette
date
Il est présenté sous la forme d’actif
(créances de l’entreprise) et passif (dettes de
l’entreprise)
Les différents postes sont classés par ordre
d’exigibilité
Rappel : les spécificités du secteur
de l’assurance
• L’assurance est un secteur d’activité au cycle de production
inversé
• En conséquence, l’activité dérive de son passif (de ses dettes),
l’actif (les placements) permettant essentiellement l’adéquation
• Les assurés sont des créanciers privilégiés ==> rôle central des
provisions (dette de l’assureur envers les assurés)
• Dans ces conditions, le rôle des provisions et des placements
est central
• Il en résulte une nomenclature comptable différente
• Par ailleurs, depuis 1995, le compte de résultat (et dans une
certaine mesure le bilan) est analytique
Bilan d’une société d’assurance :
principaux éléments
 ACTIF
– placements (représentation des engagements réglementés)
– provisions à charge des réassureurs
– comptes courants (assurés, intermédiaires, réassureurs)
– autres créances et comptes de régularisation
 PASSIF
– capitaux propres (la marge de solvabilité)
– provisions techniques (les engagements réglementés)
– comptes courants (assurés, intermédiaires, réassureurs)
– autres dettes et comptes de régularisation
Bilan d’une société d’assurance
Actif Passif
1. Capital souscrit non appelé ou compte de liaison avec le siège............ 1. Capitaux propres (Capital social ou fonds d’établissement et fonds
2. Actifs incorporels ................................................................................. social complémentaire ou compte de liaison avec le siège, Primes liées
3. Placements (Terrains et constructions, Placements dans des au capital social, Réserves de réévaluation, Autres réserves, Report à
entreprises liées et dans des entreprises avec lesquelles existe un lien de nouveau, Résultat de l’exercice)
participation, Autres placements, Créances pour espèces déposées 2. Passifs subordonnés..............................................................................
auprès des entreprises cédantes) 3. Provisions techniques brutes (Provisions pour primes non acquises
4. Placements représentant les provisions techniques afférentes aux (Non-vie), Provisions d’assurance-vie, Provisions pour sinistres,
contrats en unités de compte..................................................................... Provisions pour participation aux bénéfices et ristournes, Provisions
5. Part des cessionnaires et rétrocessionnaires dans les provisions d’égalisation, Autres provisions techniques)
techniques (Provisions pour primes non acquises (Non-vie), Provisions
4. Provisions techniques des contrats en unités de compte.......................
d’assurance-vie, Provisions pour sinistres, Provisions pour participation
aux bénéfices et ristournes, Provisions d’égalisation, Autres provisions 5. Provisions pour risques et charges........................................................
techniques, Provisions techniques des contrats en unités de compte) 6. Dettes pour dépôts en espèces reçus des cessionnaires.........................
6. Créances : 7. Autres dettes (nées d’opérations d’assurance directe, nées
6a. Créances nées d’opérations d’assurance directe (Primes restant à d’opérations de réassurance, Emprunts obligataires, Dettes envers des
émettre, Autres créances nées d’opérations d’assurance directe) établissements de crédit, Autres dettes (Titres de créance négociables
6b. Créances nées d’opérations de réassurance...................................... émis par l’entreprise, Autres emprunts, dépôts et cautionnements reçus,
6c. Autres créances (Personnel, État, organismes de sécurité sociale, Personnel, État, organismes de Sécurité sociale et collectivités
collectivités publiques, Débiteurs divers) publiques, Créanciers divers))
6d. Capital appelé non versé..................................................................
8. Comptes de régularisation - Passif........................................................
7. Autres actifs (Actifs corporels d’exploitation, Comptes courants et
9. Différence de conversion .....................................................................
caisse, Actions propres)
8. Comptes de régularisation - Actif (Intérêts et loyers acquis non
échus, Frais d’acquisition reportés, Autres comptes de régularisation)
9. Différence de conversion......................................................................
Compte de résultat synthétique
d’une société d’assurance
Compte technique Compte non-technique
+ Primes + Produits financiers sur
- Prestations fonds propres
- Variations de provisions - Impôt sur les sociétés
- Frais + Eléments exceptionnels
+ Solde financier
+ Solde de réassurance
= Résultat technique = Résultat
9
Résultats technique
et non technique
Compte technique de l’assurance vie
1. Primes Compte non technique
2. Charges des prestations
3. Charges des provisions d’assurance vie et autres provisions 1. Résultat technique de
techniques l’assurance non-vie
4. Ajustement A.C.A.V. 2. Résultat technique de
A - Solde de souscription (1 - 2 - 3 + 4)
5. Frais d’acquisition
l’assurance vie
6. Autres charges de gestion nettes 3. Produits net des placements
B - Charges d’acquisition et de gestion nettes (5 + 6) affectés au non technique
7. Produit net des placements
8. Participation aux résultats
4. Résultat non technique
C - Solde financier (7 - 8) 5. Résultat exceptionnel
9. Primes cédées 6. Participation des salariés
10. Part des réassureurs dans les charges des prestations
11. Part des réassureurs dans les charges des provisions 7. Impôt sur les bénéfices
d’assurance vie et autres provisions techniques Résultat de l’exercice
12. Part des réassureurs dans la participation aux résultats
13. Commissions reçues des réassureurs
(1 + 2 + 3 + 4 + 5 - 6 - 7)
D - Solde de réassurance (10 + 11 + 12 + 13 - 9)
Résultat technique de l’assurance vie (A - B + C + D)
Le chiffre d’affaires
Les différentes notions de primes :
– primes émises
– (annulations de primes)
– (ristournes sur prime)
– (primes restant à émettre)
– primes non acquises
⇒ Primes acquises
Les charges techniques
• Prestations et frais payés
– vie : échéances, décès, rachats ;
– non-vie : sinistres (en principal et en frais, net des
prévisions de recours)
• Charge des provisions pour sinistres et autres
provisions techniques
• Frais d’acquisition ou d’administration
• Ajustement ACAV (contrats d ’assurance vie en
unités de compte)
• Participation aux résultats (essentiellement en
assurance vie)
Les frais de gestion et autres
charges nettes (1)
– Les charges sont enregistrées par nature en classe 9,
puis affectées par destination (au moins tous les trois
mois)
– Principes de l’affectation :
– L’enregistrement des charges aux comptes par destination doit être
effectué individuellement et sans application de clés forfaitaires pour
ce qui concerne les charges directement affectables à une destination
– Une clé de répartition est appliquée lorsqu’une charge a plusieurs
destinations ou n’est pas directement affectable
– Les clés retenues doivent être fondées sur des critères quantitatifs
objectifs, appropriés et contrôlables, directement liés à la nature des
charges, et justifiées au moins une fois par an
Les frais de gestion et autres
charges nettes (2)
Les principales destinations :
• règlement des sinistres.
• acquisition.
• administration.
• charge des placements.
• charges non techniques.
En compte de résultat, la nature des charges
n’apparaît plus.
Les produits des placements
 Les placements sont affectés en compte technique ou
en compte non technique, en proportion des
provisions techniques nettes de réassurance par
rapport aux capitaux propres :
• Placements techniques = Placements * PTnettes / (FP + PTnettes)
• Placements non techniques = Placements * FP / (FP + PTnettes)
 Différences de traitement comptable selon la nature
juridique de la société
• société d’assurance non-vie (placements affectés au non technique,
puis allocation d’une partie au technique)
• société d’assurance-vie (placements affectés au technique, puis
transfert d’une partie au non technique)
La participation aux résultats (1)
= Intérêts techniques + Participation aux bénéfices
 Intérêts techniques :
– garantis par l’assureur,
– se déduisent du taux technique
 Minimum réglementaire de participation aux
résultats (art. A 331-3 à A 331-8) :
– 90 % du résultat technique (100 % s’il est négatif)
– 85 % du résultat financier
La participation aux résultats (2)
 Dans le contexte actuel, le respect du minimum
réglementaire ne constitue pas un enjeu majeur
– les dispositions contractuelles en matière de PB sont
souvent plus contraignantes que le minimum
réglementaire (actifs cantonnés…)
– la concurrence entre organismes assureurs se mesure
fréquemment à partir des taux de participation aux
résultats servis
 L’assureur peut sous certaines conditions garantir
un taux minimum de participation aux résultats,
taux fixé de manière absolue ou par rapport à une
référence externe (par exemple livret A)
La participation aux résultats (3)
 Le minimum réglementaire de participation aux
résultats ne s’applique pas aux contrats en unités de
compte ni aux contrats dits « L 441 »
 Le montant de participation aux bénéfices peut être :
– affecté en provision pour participation aux bénéfices (art.A
331-9)
– incorporé dans les provisions mathématiques
– restitué aux assurés sous forme de ristourne (contrats
collectifs)
L’annexe
 Toutes les informations d’importance significative
sur la situation patrimoniale et financière de
l’entreprise, notamment :
– informations sur les méthodes utilisées (amortissements,
dépréciations, imputation des charges…)
– informations sur le bilan (mouvements relatifs aux
placements, état détaillé et récapitulatif des placements,
échéances des créances et dettes, informations concernant
les entreprises liées, mouvements relatifs au capital et
autres fonds propres)
– informations sur le résultat (ventilation des produits des
placements, ventilation du résultat technique par catégorie,
informations diverses)
Plan
- I - Les principes de la comptabilité générale
et leur application à l’assurance
- II - Les spécificités du plan comptable des
assurances
– les différentes provisions
– les éléments d’actif (traitement des obligations,
traitement des dépréciations)
Les provisions techniques en
assurance vie - Article R. 331-3
1° Provision mathématique ;
2° Provision pour participation aux excédents ;
3° Réserve de capitalisation ;
4° Provision de gestion ;
5° Provision pour aléas financiers ;
6° Provision pour risque d’exigibilité des engagements
techniques ;
7° Provision pour des frais d’acquisition reportés ;
8° Provision pour égalisation.
Provision mathématique
Définition
Différence entre les valeurs actuelles des
engagements respectivement pris par
l’assureur et par les assurés
La notion de valeur actuelle de
l’engagement utilise deux notions :
– la notion de valeur actuelle d’un flux financier
(mathématiques financières)
– la notion d’espérance (probabilités)
Provision mathématique
Valeur actuelle probable
– Valeur actuelle d’un flux financier
VA = F1/(1+i)t1 + F2/(1+i) t2 +…+ Fn/(1+i) tn
– Espérance d’une variable aléatoire
E(X) = Σi xi P(X=xi)
– Probabilités viagères :
• probabilité de survie npx = lx+n / lx
• probabilité de décès d’ici n années nqx = 1- npx
• probabilité de décès la nième année ndx=nqx -n-1qx
Autres provisions techniques vie
(1)
– Provision pour participation aux excédents : montant
des participations aux bénéfices attribuées aux
bénéficiaires de contrats lorsque ces bénéfices ne sont
pas payables immédiatement après la liquidation de
l’exercice qui les a produits ;
– Réserve de capitalisation : réserve destinée à parer à la
dépréciation des valeurs comprises dans l’actif de
l’entreprise et à la diminution de leur revenu (plus ou
moins values obligataires) ;
– Provision de gestion : destinée à couvrir les charges de
gestion future des contrats non couvertes par des
prélèvements futurs ;
Autres provisions techniques vie
(2)
– Provision pour aléas financiers : destinée à compenser
la baisse de rendement de l’actif, si les rendements de
l ’actif deviennent inférieurs au taux d ’actualisation
moyen du passif ;
– Provision pour risque d’exigibilité : destinée à faire
face à une insuffisante liquidité des placements ;
– Provision pour frais d’acquisition reportés : destinée à
couvrir les charges résultant du report des frais
d’acquisition ;
– Provision pour égalisation : destinée à faire face aux
fluctuations de sinistralité (assurance collective décès).
Provisions techniques (Non-vie)
Article R. 331-6
1° Provision mathématique de rente ;
2° Provision pour primes non acquises ;
2° bis Provision pour risques en cours ;
3° Réserve de capitalisation ;
4° Provision pour sinistres à payer ;
5° Provision pour risques croissants ;
6° Provision pour égalisation ;
7° Provision mathématique des réassurances ;
8° Provision pour risque d’exigibilité.
Méthodes d’évaluation
de la PSAP en non vie
– Méthode dossier par dossier
+ évaluation d’une provision pour tardifs (IBNR)
– Méthodes statistiques
• Méthode du coût moyen
• Méthode des cadences
• Méthode liquidative
– On retient le maximum des estimations
Autres provisions techniques
non vie (1)
 Provision mathématique de rente : valeur actuelle
des engagements de l’entreprise en ce qui
concerne les rentes et accessoires de rentes
 Provision pour primes non acquises : part des
primes émises et des primes restant à émettre se
rapportant à un exercice futur ;
 Provision pour risques en cours : destinée à
couvrir la charge des sinistres et des frais se
rapportant à un exercice futur pour la part de ce
coût qui n’est pas couverte par la provision pour
primes non acquises ;
Autres provisions techniques
non vie (2)
– Provision pour risques croissants : différence des valeurs
actuelles des engagements respectivement pris par l’assureur
et par les assurés (assurance maladie et invalidité)
– Provision pour égalisation : destinée à faire face aux charges
exceptionnelles (catastrophes naturelles, risque atomique,
RC pollution, risques spatiaux ; assurance-crédit ; assurance
groupe dommages corporels)
– Provision mathématique des réassurances : provision à
constituer en cas de réassurance des risques cédés par des
entreprises d’assurance vie
Traitement des obligations (1)
– Les obligations sont comptabilisées au bilan à leur
valeur d’acquisition (principe du coût historique)
– Elles font ensuite l’objet d’un amortissement
actuariel (la « surcôte-décôte »), comptabilisé en
compte de régularisation (art. R. 332-19), pour
tenir compte de la variation de valeur due à l’écart
entre le taux de rendement et le taux actuariel à
l’achat
– En fin d’exercice, les intérêts courus sont
comptabilisés en compte de régularisation
Traitement des obligations (2)
• Les comptes annuels comportent l’état détaillé des
placements, qui est public, et qui comprend les
informations suivantes :
– valeur brute
– corrections de valeur (amortissement actuariel, voire provision
pour dépréciation)
– valeur nette (valeur brute - corrections de valeur)
– valeur de réalisation (valeur de marché)
– valeur de remboursement
• Les plus-values de cessions réalisées sur obligation, par
rapport à la valeur actuarielle calculée à partir du taux
actuariel à l’achat, ne sont pas dégagées en résultat,
mais sont comptabilisées en réserve de capitalisation
Le traitement des
dépréciations d’actif
Les provisions pour dépréciation
– Selon la règle comptable usuelle, les placements sont
évalués à leur coût d’acquisition et une provision pour
dépréciation est constituée dès que la valeur de
réalisation d’un placement donné est inférieure à sa
valeur au bilan.
– En assurance, par dérogation, le provisionnement pour
dépréciation emporte deux formes :
• provision pour dépréciation durable
• provision pour risque d’exigibilité des engagements techniques
La provision pour dépréciation
durable
– La provision pour dépréciation durable est « un actif
soustractif », constitué lorsque la dépréciation de
valeur d’un élément d’actif est considérée comme
durable (R. 332-19 et R. 332-20)
– Cette provision est constituée ligne à ligne, et n’est
pas une provision technique (elle ne constitue pas un
engagement réglementé)
– Les conditions de sa constitution sont appréciées par
l’entreprise. Sa constitution n’a pas un caractère
automatique
La provision pour risque d’exigibilité
des engagements techniques (1)
(art. R. 332-5-1)
– Elle est constituée lorsque la valeur globale inscrite
au bilan des placements visés à l’article (hors valeurs
mobilières amortissables) est supérieure à la valeur
de réalisation de ces mêmes placements
– Elle constitue une dérogation par rapport à cette
règle générale puisqu’elle n’impose pas un
provisionnement ligne à ligne mais seulement un
provisionnement global
La provision pour risque d’exigibilité
des engagements techniques (2)
– Cette provision est une provision technique, portée
au passif du bilan
– Cette provision doit être couverte par des éléments
d’actif (cf. infra, état C5)
– Sa constitution est automatique, dès que la valeur
globale des titres concernés devient inférieure à la
valeur globale d’acquisition

Vous aimerez peut-être aussi