Vous êtes sur la page 1sur 14

Le passage descriptif

Les passages descriptifs

Les passages descriptifs

Un texte descriptif (ou un passage) décrit une réalité : une personne, un lieu, un objet, un événement, etc. à
l’intérieur d’un texte narratif, d’une histoire.

Remarque : La plupart du temps, un texte descriptif se fait à la 3 e personne. Évidemment, dans une
autobiographie, l’auteur se décrit lui-même à la 1re personne.

 Insertion d’un passage descriptif à l’intérieur d’un texte narratif

Un peu de théorie à lire absolument avant de commencer :

On insère souvent un passage descriptif à l’intérieur d’un texte narratif pour embellir l’histoire ou donner
plus de détails sur, par exemple, un personnage (on parlera à ce moment-là de portrait), un lieu, un édifice, un
événement, etc. Lorsqu’on commence à lire un passage descriptif à l’intérieur du roman qu’on lit, c’est comme si
le personnage du roman (ou le lecteur) s’arrêtait et contemplait la scène. Le temps semble s’arrêter pour laisser
place à la description..

Maintenant, observe bien les deux textes qui suivent. Le premier texte ne contient pas de séquence
descriptive alors que le deuxième diffère par un passage descriptif qui y a été inséré. Cela te donne un bon
exemple de passage descriptif de personnages inséré dans un texte narratif.

2
Texte narratif Texte narratif
sans passage descriptif avec insertion de passages descriptifs

20 000 lieues sous les mers 20 000 lieues sous les mers
Jules Verne Jules Verne

À six heures du matin - 8 janvier - je remontai sur la plate-forme. Les À six heures du matin - 8 janvier je remontai sur la plate-forme. Les
ombres du matin se levaient. L'île montra bientôt, à travers les brumes dissipées, ombres du matin se levaient. L'île montra bientôt, à travers les brumes dissipées,
ses plages d'abord, ses sommets ensuite. ses plages d'abord, ses sommets ensuite.

Les indigènes étaient toujours là, plus nombreux que la veille - cinq ou Les indigènes étaient toujours là, plus nombreux que la veille - cinq ou
six cents peut-être. Quelques-uns, profitant de la marée basse, s'étaient avancés six cents peut-être. Quelques-uns, profitant de la marée basse, s'étaient avancés
sur les têtes de coraux, à moins de deux encablures du Nautilus. Je les distinguai sur les têtes de coraux, à moins de deux encablures du Nautilus. Je les distinguai
facilement. facilement. C'étaient bien de véritables Papouas, à taille athlétique, hommes de
belle race, au front large et élevé, au nez gros mais non épaté, aux dents
Un de ces chefs, assez rapproché du Nautilus, l'examinait avec blanches. Leur chevelure laineuse, teinte en rouge, tranchait sur un corps, noir
attention. J'aurais pu facilement abattre cet indigène, qui se trouvait à petite et luisant comme celui des Nubiens. Au lobe de leur oreille, coupé et distendu,
portée; mais je crus qu'il valait mieux attendre des démonstrations véritablement pendaient des chapelets en os. Ces sauvages étaient généralement nus. Parmi
hostiles. Entre Européens et sauvages, il convient que les Européens ripostent et eux, je remarquai quelques femmes, habillées, des hanches au genou, d'une
n'attaquent pas. véritable crinoline d'herbes que soutenait une ceinture végétale. Certains chefs
avaient orné leur cou d'un croissant et de colliers de verroteries rouges et
blanches. Presque tous, armés d'arcs, de flèches et de boucliers, portaient à leur
Pendant tout le temps de la marée basse, ces indigènes rôdèrent près du épaule une sorte de filet contenant ces pierres arrondies que leur fronde lance
Nautilus, mais ils ne se montrèrent pas bruyants. Je les entendais répéter avec adresse.
fréquemment le mot " assai ", et à leurs gestes, je compris qu'ils m'invitaient à
aller à terre, invitation que je crus devoir décliner.
Un de ces chefs, assez rapproché du Nautilus, l'examinait avec
attention. J'aurais pu facilement abattre cet indigène, qui se trouvait à petite
portée ; mais je crus qu'il valait mieux attendre des démonstrations
véritablement hostiles. Entre Européens et sauvages, il convient que les
Européens ripostent et n'attaquent pas.

Pendant tout le temps de la marée basse, ces indigènes rôdèrent près du


Nautilus, mais ils ne se montrèrent pas bruyants. Je les entendais répéter
fréquemment le mot " assai ", et à leurs gestes, je compris qu'ils m'invitaient à
aller à terre, invitation que je crus devoir décliner.

3
 Le système verbal des passages descriptifs

Un texte narratif est une histoire racontée par un narrateur. Lorsqu’on écrit un récit, on
peut choisir de l’écrire au présent (système verbal du présent) ou au passé (système
verbal du passé).

Si on choisit de raconter l’histoire au présent, on utilise le système verbal du présent.


Si on choisit de raconter l’histoire au passé, on utilise le système verbal du passé.

 Le système verbal du présent

Dans le système verbal du présent :

- Le temps de base est le présent de l’indicatif pour les actions et pour la description (de
personnages, de lieux, d’événements, de sentiments…)

- À certains moments, les temps associés seront :


- l’imparfait, le plus-que-parfait et le passé composé pour certains faits passés ;
- le futur simple et antérieur pour certains faits à venir ;
- le conditionnel présent et passé pour certaines possibilités ;

Description de lieu
Ex. «Seydou et moi trouvons le vieux marabout dans une petite habitation
retranchée parmi des constructions improvisées à l’écart de la ville. Face au nord, l’antre
Présent de l’indicatif

apparaît comme un petit nid de fraîcheur lorsque nous y pénétrons. Le vieil homme
s’appelle Abdoulaye Salam […] Ses traits que j’examine avec discrétion sont fascinants
de personnage
Description

[…] Ses yeux, bien que d’un noir profond, jettent des éclats flamboyants, un peu comme
l’obsidienne, cette pierre sombre qui nous aveugle lorsqu’elle renvoie les rayons du
soleil. Un nez épaté et des lèvres surplombent un menton glabre, taché de poussière.»

Bouchard, Camille, La caravane des 102 lunes, p. 45-46


 Le système verbal du passé
Dans le système verbal du passé :

- Les temps de base sont :


- le passé simple pour les actions ;
- l’imparfait pour la description.
`
- À certains moments, les temps associés seront :
- le plus-que-parfait, le passé antérieur, le conditionnel présent et passé.

Ex. «L’aspect de notre visiteur m’étonna d’autant plus que je m’attendais au type
classique du médecin de campagne. Or, il était de haute taille et très mince ; son nez qui

Imparfait de l’indicatif
avait la forme d’un bec s’allongeait entre deux yeux gris perçants, rapprochés, clairs, qui
de personnage
Description

brillaient derrière des lunettes cerclées d’or. Il portait des vêtements corrects, mais guère
soignés : sa redingote était défraîchie, son pantalon effiloché. En dépit de sa jeunesse, il
était voûté ; il marchait en penchant en avant un visage bienveillant. Quand il entra, et
qu’il aperçut sa canne […] Conan Doyle, Le chien des Baskerville, p.10

 Le dialogue dans le système verbal du présent ou du passé

Remarque : Dans un récit, les paroles des personnages sont toujours dans le système
verbal du présent, même quand le récit est dans le système verbal du passé.

«Quand il entra, et qu’il aperçut sa canne dans les mains de Holmes, il poussa un cri de
joie.
- Je suis si content !| Je me demandais si je l’avais oubliée ici ou à l’agence
maritime. Pour rien au monde je ne voudrais la perdre.
- Un cadeau, à ce que je vois ? dit Holmes.
- […] » ` Conan Doyle, Le chien des Baskerville, p.10

5
La structure du passage descriptif

Exemple :

«Cette jeune Algonquienne possédait des yeux scintillants comme le soleil à son zénith
Description physique

et un visage d’un ovale parfait cerclé de cheveux drus et noirs. Son sourire faisait

fondre les neiges éternelles des durs mois d’hiver. Cependant, sous ce sourire angélique

et enjôleur se cachait une jeune femme impitoyable

En effet, son caractère belliqueux avait fait sa réputation qui dépassait largement les
limites de son clan. Elle en impressionnait plus d’un : même les chefs des tribus
avoisinantes craignaient l’affrontement. (…)»

Quel est le système verbal utilisé ?


_______________________________________________________________

 À quel(s) temps se fait le passage descriptif?


_______________________________________________________________

 Surligne les mots qui la décrivent physiquement.

 Surligne les mots qui la décrivent psychologiquement.

 Quelle est la phrase lien qui unit la description physique et psychologique ?


_______________________________________________________________

 Quel est le marqueur de relation utilisé pour unir les 2 paragraphes?


_______________________________________________________________

6
Structure à l’étude

►Le passage descriptif de personnage contient 2 paragraphes distincts :


- le premier décrit les traits physiques de votre personnage;
- le deuxième, les traits psychologiques de votre personnage.

►Pour passer du premier paragraphe (description physique) au deuxième


paragraphe (description psychologique), vous devez écrire à la fin du 1er paragraphe
une phrase lien qui termine la description physique et qui introduit la description
psychologique.

►Le deuxième paragraphe doit OBLIGATOIREMENT commencer par un


marqueur de relation.

7
Quelques marqueurs de relation utiles…
pour commencer le 2e paragraphe

1) UNE ADDITION : de plus, et, puis, …

Exemple :
Phrase lien : Ses yeux pétillants ne laissaient aucun doute sur la vivacité de son esprit.

2e par. : De plus, ______________________________________________________


____________________________________________________________________

2) UNE OPPOSITION, UNE RESTRICTION : mais, cependant, sinon,


toutefois, …

Phrase lien : Ses yeux pétillants ne laissaient aucun doute sur la vivacité de son esprit.

2e par. : Toutefois, ______________________________________________________


____________________________________________________________________

3) UNE CONSÉQUENCE : par conséquent, donc, …

Phrase lien : Ses yeux pétillants ne laissaient aucun doute sur la vivacité de son esprit.

2e par. : Par conséquent, ________________________________________________


____________________________________________________________________

4) UNE EXPLICATION : c’est-à-dire, en effet, …

Phrase lien : Ses yeux pétillants ne laissaient aucun doute sur la vivacité de son esprit.

2e par. : En effet, ______________________________________________________


____________________________________________________________________

8
Mots décrivant les traits physiques d’un personnage

Parties du corps
Adjectifs qualifiant chacune des parties

Tête Échevelée, ronde,


Cheveux Ébouriffés,
Oreilles Plates,
Sourcils Épais,
Paupières Boursouflées
Cils Recourbés
Yeux Vitreux,
Visage Ovale,
Joues Creuses,
Nez Retroussé,
Bouche Pincée,
Cou Allongé,
Épaules Saillantes, tombantes
Ventre Plat,
Bras Musclés,
Mains Charnues,
Doigts Effilés,
Ongles Crasseux,
Hanches Proéminentes,
Cuisses Raffermies,
Jambes Molles,
Pieds Solides,
Orteils Inégaux,

Habillement Adjectifs qualifiant l’habillement


Coiffure Excentrique,
Maquillage Discret,
Style de vêtement Démodé,
Ensemble du corps Adjectifs qualifiant l’ensemble du corps
Voix Chevrotante,

9
Mots décrivant les traits psychologiques d’un personnage

Traits de caractères (qualités et défauts) – Adjectifs


Téméraire, peureux, sensible, insensible, fonceur, timide, orgueilleux, humble, décidé,
indécis, doux, violent, travaillant, paresseux, oisif,

Traits émotifs – Noms


Espoir, désespoir, joie, peine, patience, impatience, quiétude, inquiétude, admiration,
déception,

Traits intellectuels – Adjectifs


Brillant, intelligent, vif d’esprit, studieux, appliqué, organisé, cultivé, ignorant,

Verbes pouvant être utilisés


Éprouver, ressentir, rayonner, démontrer, faire preuve, considérer, permettre

Adverbes pouvant être utilisés


Lamentablement, lourdement, péniblement, joyeusement, miraculeusement,

10
Moi, Miguen, Amérindienne

Système verbal du présent

Je, Miguen, descend d’une grande famille amérindienne dont j’ai hérité les
Cohérence
du début
à la fin
traits. Mes cils recourbés entourent mes yeux verts étincelants qui

contrastent avec ma peau foncée. Mes longs cheveux noirs tombent

jusqu’à ma fine taille et ma grandeur rivalise avec celle d’un jeune

arbuste. De plus, ma beauté rayonne comme un soleil dans un ciel d’été

et mon sourire brille comme une étoile dans la nuit. Au bout de mes mains

vigoureuses, mes longs doigts fins sentent les fleurs cueillies que mon

petit nez aime sentir pour me combler de bonheur. Pourtant, mon charme

ne réside pas seulement dans mon physique. Bonne phrase lien : physique vers psychologie

Reprise infos

marqueur

En effet, mon intelligence fait beaucoup parler tout comme mon ouverture
Cohérence
du début d’esprit. Celles-ci m’ont permis d’acquérir des talents de guérisseuse qui
à la fin

ont été prisés et échangés contre des biens rares. Toutefois, à cause de

cela, on me considère comme étant mercantile. Pourtant, je travaille sans

relâche pour gagner mon pain. De plus, de tempérament belliqueux, je

pourrais me battre afin de conserver nos acquis en sol amérindien, mais

je reste plutôt pacifiste. Je préfère garder mes distances et ne pas me

servir de mes armes.

Extrait retravaillé par Anaïs Gingras

L’Amérindienne aux yeux d’acier

11
Système verbal du passé

Cette jeune Amérindienne avait de longs cheveux d’un noir jais, ébouriffés par le
Cohérence vent, qui retombaient sur son visage aux joues creuses surplombé de pommettes
du début
à la fin
saillantes. Son teint mat et basané montrait de longues heures passées sous un

soleil de plomb. Ses yeux en forme d’amande et de couleur grise la différenciaient

du reste de sa tribu. Cependant, derrière ce visage fragile et ces yeux angéliques


Bonne phrase lien : physique vers psychologie
se trouvait une jeune femme vive d’esprit.

Reprise infos

Marqueur

Cohérence
En effet, l’Amérindienne faisait preuve d’une intelligence remarquable. Les
du début
à la fin membres du clan allaient même jusqu’à la comparer aux vieux érudits des villages

voisins. Elle ne restait pas assise à ne rien faire pour autant. Cette jeune femme

démontrait constamment son tempérament décidé et son impétuosité : elle

n’acceptait en aucun cas l’échec.

Florence Ravary-Berger 2008

Extrait retravaillé par Anaïs Gingras

Exercice : Reformulons la phrase afin d’enlever le verbe «avoir».

Cette jeune Amérindienne avait de longs cheveux d’un noir jais, ébouriffés par le vent,

qui retombaient sur son visage aux joues creuses surplombé de pommettes saillantes.

_____________________________________________________________
Ema

Système verbal du passé

12
Ema ne possédait pas une très belle apparence physique. Ses sourcils épais et
physique
hirsutes lui donnaient un air sévère. Ses longs cheveux indisciplinés entouraient

son visage formé d’un menton et d’un nez tout aussi pointus l’un que l’autre. Ses

lèvres trop charnues et d’un rouge écarlate mettaient en évidence son teint d’une

pâleur effrayante. Malgré tout cela, on voyait par l’intensité de son regard sa joie

de vivre.

marqueur

En effet, Ema était heureuse. Toujours de bonne humeur, elle aimait


psychologie
profondément son mari et ses enfants. Sa générosité et son efficacité lui avaient

permis d’acquérir une position importante dans la colonie. Selon, elle, l’apparence

ne comptait pas, il suffisait de rester forte pour survivre en Nouvelle-France.

Audrey Vézina 2008

Extrait retravaillé par Anaïs Gingras

Exercice :

Reformulons la phrase afin d’enlever le verbe «être».

En effet, Ema était heureuse.

________________________________________________________________________

13
Exercice :

Voici un texte dont il faut corriger 7 erreurs de structure ou de cohérence.

Un Européen en Nouvelle-France

Tout d’abord, je me nomme Simon et je suis débarqué d’Europe depuis peu. (1) Ma

vivacité d’esprit m’a permis de me hisser rapidement au sommet de la gloire militaire. Le

blond de mes cheveux brille sous les rayons du soleil. Le vert de mes yeux

s’apparentait(2) au reflet de l’émeraude. (*) Je possède une chemise munie de boutons

uniques remémorant mon pays et s’agençant parfaitement avec mon pantalon de couleur

marron. Grâce à mon corps solide et mes doigts agiles, je manie les armes mieux que

quiconque. Ma taille époustouflante me donne un air belliqueux.

(3 et 4) Mon intelligence et mes habiletés hors du commun font de moi un homme doué

d’une logique remarquable. (5) Je suis honnête, paresseux, actif et triste, (6) mais pas

orphelin. (*) Je possède aussi une âme salvatrice. J’aime aider mes confrères dans le

besoin et jamais je ne me m’esquiverai d’une situation.

14

Centres d'intérêt liés