Vous êtes sur la page 1sur 14

Institut Universitaire Professionnalisé

Administration Publique et Territoriale

Droit et Administration
Publique et Territoriale

Spécialité
GESTION LOCALE
DU
PATRIMOINE CULTUREL*

*(Sous réserve d’habilitation par le ministère)


Présentation de la formation

La spécialité Gestion Locale du Patrimoine Culturel de ce master s’appuie sur le Laboratoire


Collectivités Territoriales, centre de recherche qui regroupe des chercheurs appartenant à
plusieurs disciplines (droit, histoire, économie-gestion). Plusieurs d’entre eux dispensent des
cours et dirigent des stages et des mémoires. Un certain nombre d’enseignements sont assurés
par des conservateurs, des consultants, des aménageurs.

La majeure partie du patrimoine culturel n’appartient pas à l’Etat et les collectivités territoriales
jouent un rôle majeur dans la gestion de cet héritage culturel. Nombre de collectivités
territoriales sont insuffisamment préparées à cette tâche et les personnels qui en ont la charge ont
souvent besoin d’un complément de formation ou, à tout le moins, d’une actualisation et d’un
approfondissement de leurs connaissances.

La spécialité Gestion locale du Patrimoine Culturel du master Droit et Administration Publique


et Territoriale a pour objectif de donner une solide formation aux étudiants qui souhaitent se
consacrer à la gestion du patrimoine culturel dans des collectivités territoriales ou dans des
organismes privés et de permettre à celles et ceux qui exercent déjà des responsabilités dans ce
domaine d’actualiser et d’approfondir leurs connaissances.

L’originalité de cette formation tient à la part toute spéciale qui est faite dans le programme à la
gestion financière, comptable et opérationnelle du patrimoine culturel à côté des apprentissages
plus classiques sur son histoire, ses règles et son rôle dans l’aménagement du territoire et le
développement économique. Deux nouveaux modules s’intéressent au patrimoine naturel et
paysager et au montage de projets culturels européens.
Le programme de cette spécialité a été établi en collaboration avec l’Institut National du
Patrimoine dont la direction est associée à l’organisation des stages ainsi qu’au perfectionnement
de la filière.
Objectifs et compétences développées

Objectifs de la formation

A l’issue de la formation, le diplômé sera capable de :


 participer à l’établissement d’un dossier de demande de subventions
 comprendre un bilan comptable et un compte de résultats
 solliciter des financements nationaux et européens pour monter un projet patrimonial
 participer à une procédure de marché public
 constituer un dossier de presse
 faire une étude des publics
 mettre en place des outils de communication
 organiser une journée événementielle, type colloque
 faire le bilan de l’activité d’un service et proposer des pistes d’évolution
 mettre en réseau des partenaires et s’adresser aux institutions culturelles
 diriger une équipe et mener des réunions
 connaître la législation concernant le secteur du patrimoine
 appréhender les spécificités d’un patrimoine bâti, naturel, paysager
 appréhender les spécificités de la restauration du patrimoine
 appréhender les spécificités de la médiation culturelle

Compétences développées

Les savoirs transmis : connaissances théoriques et pratiques à mobiliser

 connaissances juridiques sur le patrimoine culturel et naturel, les institutions culturelles,


les pratiques administratives (contrats, droit administratif, institutions…)
 connaissances comptables (comptes de résultats, bilan comptable, comptabilité
analytique, comptabilité publique, audit, contrôle…)
 connaissances historiques (façonnement historique du patrimoine, politiques culturelles
de la France, histoire de l’administration du patrimoine, histoire de la notion de
patrimoine)
 techniques de marketing appliquées au patrimoine
 outils informatiques, Word Excel, Power point, Php, Mysql
 éléments concernant la conservation préventive et la restauration, de la médiation
culturelle
 éléments d’histoire de l’art
 outils sociologiques dans l’évaluation des publics et de la fréquentation des sites
 connaissances sur les techniques de montage de projet
 connaissances sur les plans de financement européens
Modalités d’admission et candidatures

Modalités d’admission

Etre titulaire d’une maîtrise ou d’un master 1 en rapport avec le contenu et les objectifs de la
formation (droit, gestion, histoire de l’art, aménagement, tourisme, science politique, Ecole du
Louvre…)
Sélection sur dossier et audition éventuelle.

Candidatures

Les dossiers de candidature sont en ligne sur le site de la faculté et à retourner avant le 10 juin
2008 (1ère commission de sélection) et avant le 25 août 2008 (2ème commission, dans la limite
des places disponibles) auprès du secrétariat du M2.
Toute demande d’envoi à domicile du dossier de candidature doit être accompagnée d’une
enveloppe format 21 x 29,7, libellée à vos nom et adresse et affranchie au tarif correspondant à
un envoi de 50 g.

http://www.univ-orleans.fr/deg/etudes/nouveau/?page=4
Tableau des enseignements
Semestre / Unités d’enseignement / CM TD Crédits Coef Cours
Eléments pédagogiques (heure) (heure) européens communs
SEMESTRE 3
Cadre juridique et administratif 30 5 4

Patrimoine culturel et développement 28 12 5 3


local + TD
Audit et contrôle 24 4 4

Histoire du patrimoine 24 4 3

Montage de projets culturels européens 18 4 3

Médiation culturelle et connaissance des 24 4 3


publics
Technologies de l'information et de la 20 4 2
communication
Ateliers de techniques de recherche
d’emploi
CV 2,5
Lettre de motivation 2,5
Entretien de recrutement 2,5
TOTAL SEMESTRE 3 168 19,5 30
SEMESTRE 4
Gestion financière et comptable 30 4 4

Marketing patrimonial 30 4 4

Façonnement du milieu et héritage 18 2 2

Patrimoine naturel et paysager 16 2 2

Marchés publics et délégations de 24 4 4


service public
Conservation préventive et restauration 18 1 2

Politiques culturelles 24 3 3

conduite d'un projet professionnel 4 5


(mémoire collectif)
Stage ou mémoire individuel, d’apprentissage ou 6 8
professionnel
TOTAL SEMESTRE 4 160 30
TOTAL MASTER 328 19,5 60
Débouchés professionnels et stage de formation

Débouchés professionnels

 Secteurs d’activité : collectivités territoriales, administrations publiques de la culture,


entreprises privées, gestionnaires de châteaux, musées et sites, associations, SEM…

 Métiers : responsable de la politique culturelle, attaché de conservation dans les musées


et châteaux, directeur des services culturels des collectivités et intercommunalités, cadre
dans les établissements publics de coopération culturelle (EPCC), chargé de mission ;

Stage de Formation en collectivité ou en entreprise

Formation initiale Apprentissage Formation continue


Stage de 3 à 6 mois à partir L’étudiant recruté comme Le salarié peut effectuer sa
de juin salarié par un organisme formation sur un ou deux ans ;
partenaire, effectue sa formation l’obligation de stage est si
en alternance sur un an besoin remplacée par la
rédaction d’un mémoire
professionnel

Contrat d’apprentissage

La Faculté de Droit Economie Gestion, en partenariat avec le CFA Inter Universitaire de la


Région Centre - CFAIURC donne aux étudiants de nos Masters la possibilité de suivre leur
2ème année de formation en apprentissage.
Dans chaque filière des postes sont ouverts à l’apprentissage. Ces postes font l’objet d’une
concertation entre l’organisme d’accueil et le directeur pédagogique du master avant
d’être proposés aux étudiants. . Un cadre de la structure d’accueil est agréé comme maître
d’apprentissage pour guider l’apprenti dans son travail. Etant donné le niveau de recrutement
(chargé de mission), l’apprenti dispose généralement d’une certaine autonomie pour accomplir la
mission qui lui est confiée (choix des moyens, organisation, contacts extérieurs) même s’il a une
obligation de résultat.
Les organismes d’accueil sont en premier lieu des collectivités territoriales mais aussi des
organismes publics ou privés ayant des relations habituelles avec celles-ci (banques, cabinets
d’expertise et de conseil, prestataires de services aux collectivités …). Les structures d’accueil
sont situées en Région Centre, mais il existe des possibilités de recrutement dans les régions
limitrophes.

Le contrat d’apprentissage est un contrat de travail d’une durée de 12 à 15 mois, passé entre
l’apprenti et la structure d’accueil. (Généralement du 1er octobre au 30 septembre)

Le rythme d’alternance (une semaine à l’université, une semaine en structure d’accueil) reste
relativement stable tout au long de la période allant des mois d’octobre à juin est suivi d’une
période à temps plein de 3 mois de juillet à septembre. La présence de l’étudiant est obligatoire à
l’Université et dans la structure d’accueil, conformément au rythme d’alternance de la formation.
Les congés payés (5 semaines) sont déterminés en accord avec l’employeur ; ils ne peuvent pas
se situer sur des périodes de présence obligatoire à l’université.

Les avantages du contrat d’apprentissage :

• Des études gratuites, le CFAIURC prend en charge les droits d’inscriptions


universitaires,
• Une rémunération (Ex. de rémunération pour la promotion 2007-2008: de 780 € à 1085
€),
• Une exonération de l’impôt sur le revenu en dessous de 15361€ déclaré au titre de
2007,
• Une couverture sociale salariale,
• Des indemnités de déplacements Domicile – Université pris en charge par le CFAIURC
• Une cotisation pour la retraite …

Grâce à l’apprentissage, ces formations sont dotées d’une dimension professionnelle renforcée
qui permettra à ceux qui le souhaitent d’acquérir une véritable expérience.

L’étudiant a la possibilité de bénéficier d’heures de formation complémentaires (hors


maquette pédagogique), pour le préparer au concours d’attaché territorial. Le CFAIURC
finance l’inscription au diplôme d’universitaire « DU PCAT » préparatoire aux carrières de
l’administration territoriale : (96 h de conférences de méthode en culture générale, note de
synthèse, droit ou économie)

Contact apprentissage : Brigitte Cheval


brigitte.cheval@univ-orléans.fr
02 38 49 48 69
Enseignants du Master 2

NOM PRENOM GRADE / SECTION EQUIPE DE


STATUT CNU RECHERCHE /
ENTREPRISE
ABRIOUX Florence Maître de 19 Laboratoire collectivités
conférences en territoriales
sociologie
BILLARD Olivier Consultant en
informatique
DELAUNAY Christophe Directeur Mission Pays de la Loire-
métiers d’art
DUPRAZ Catherine Directrice Service culturel Ville
d’Orléans
EL QORCHI Khalid Consultant en
informatique
FABRE Pascal Maître de 06 Laboratoire collectivités
conférences en territoriales
gestion
LANOE Catherine Maître de 22 Laboratoire SAVOUR
conférences en
histoire
LAUTRAITE Annick Conseiller pour DRAC de la région
les musées Centre
SAUVEE-DAUPHIN Noëlle Maître de 22 Laboratoire SAVOUR
conférences
d’histoire
TANCHOUX Philippe Maître de 03 Laboratoire collectivités
conférences territoriales
d’histoire du
droit
TREMBLAY Dominique Directeur Mission Val de Loire
VELLA Bernard Architecte SDAP du Loiret
VIROULAUD NICOLAS Assistant Chambre des Comptes du
Centre
Contenu des enseignements

COURS

 Cadre juridique et administratif


Vincent VALENTIN
L’administration du patrimoine (administration centrale - administration déconcentrée -
administration décentralisée - les agents - les organismes internationaux) ; les monuments
historiques (immeubles et objets mobiliers protégés - mesures de protection : procédures -
travaux sur les monuments historiques (régime juridique et financier)) ; les biens
archéologiques (régime juridique et financier des travaux archéologiques) ; les collections
publiques (techniques juridiques d’enrichissement - statut des collections publiques) ; les
archives historiques et les archives publiques non domaniales ; les trésors nationaux
(contrôle de l’exportation – restitution).

 Patrimoine culturel et développement local


Ce cours permet :
− d'aborder la thématique « patrimoine et développement local » par une rappel du contexte,
des concepts et des enjeux
− de présenter les enjeux outils et pratiques constitutifs des politiques territoriales de l'Union
européenne, de l'Etat et des Régions en lien avec la thématique « patrimoine et
développement local »
− de décrire des politiques de labellisation patrimoniale relatives à des territoires
(Patrimoine mondial, villes d'arts et d'histoire, Parcs Naturels, grands sites.......)

 Audit et contrôle
Pascal FABRE
L’enseignement propose une méthodologie utilisable pour les missions d’audit comme celle
de mise en place d’outils de gestion. Sont successivement étudiées les techniques de la prise
de connaissance générale, les différentes phases d'un audit financier et d'un audit opérationnel,
la mise en place de tableaux de bord, le contrôle des satellites culturels (particulièrement les
associations). L'ensemble est illustré de nombreux cas pratiques conçus sur la base de
situations opérationnelles réelles.

 Histoire du patrimoine
Philippe TANCHOUX
Histoire de l’idée moderne du patrimoine et son évolution depuis la Révolution française. Le
patrimoine de la civilisation d’abord voulu par les révolutionnaires, construit contre le passé,
fixant les normes du vrai et du beau. Sa réinscription par les libéraux dans une durée et un
mouvement et son traitement plus scientifique fondé sur l’inventaire et le classement des
monuments. La permanence, tout au long du XIXème siècle, d’un courant régionaliste attentif
à l’architecture mineure, aux « genres de vie », et la progressive substitution, au XXème
siècle, d’un patrimoine des cultures au patrimoine universel et abstrait des Lumières. D’où
l’émergence de « nouveaux patrimoines » et l’allongement sans limite de la liste des
« objets » à conserver. Bref, le repérage des grandes séquences dans les formes d’attention au
passé, celui des ruptures de sensibilité, et l’examen du passage d’une culture de tri et de
sélection à une culture de préservation systématique, voire de production du patrimoine.
 Montage de projets culturels européens

L’Union européenne offre, outre le programme Culture, un large ensemble de dispositifs


susceptibles de soutenir des projets culturels. Développer un projet sur le patrimoine culturel
nécessite de plus en plus une bonne connaissance de ces dispositifs et des programmes de
financement qui les accompagnent, mais plus encore, une compréhension des objectifs
communautaires et de l’environnement culturel des partenaires européen qui permettent de
prétendre à son soutien.
 Médiation culturelle et connaissance des publics
Florence ABRIOUX – Catherine DUPRAZ
Il s’agit dans un premier temps de prendre conscience des étapes franchies dans la prise en
compte des publics, puis de réfléchir aux implications du travail sur les publics et de la mise
en œuvre d’une médiation. Les objectifs de cette première partie sont multiples : comprendre
le sens de la médiation, la replacer dans un contexte socio-historique, envisager comment elle
se construit, les différents niveaux de médiation, la diversité des manières de procéder en
fonction des situations et des objectifs.
Dans un second temps, l’utilisation des deux problématiques complémentaires de la
sociologie - l’approche quantitative et l’approche de la réception des œuvres – permettra de
repérer les grandes tendances, les évolutions des pratiques culturelles, les comportements et
les interactions en situation de visite. Ce qui permet d’envisager des méthodologies, la
définition d’indicateurs, de stratégies. Cette partie s’appuie sur des exemples, se nourrit
d’expériences, de recherches-action menées au sein d’établissements variés.
Les outils de base de la médiation culturelle pour la définition d’une scénographie dans un
lieu patrimonial, l’organisation d’expositions, la conception d’une programmation d'activités
culturelles seront évoqués en tenant compte de l’intégration des nouvelles technologies aux
différents projets muséographiques et des outils de communication qui les accompagnent

 Technologies de l’information et de la communication


Khalid El Qorchi – Olivier BILLARD
Une présentation de la technologie utilisée par le système informatique permettra
d’appréhender les différents types de systèmes informatiques (micro-ordinateurs : constituants
matériels et composantes logiciels) la téléinformatique, l’architecture client-serveur et le
réseau internet. Le cours abordera ensuite l’organisation et la communication du système
informatique avec l’échange de données informatisées (EDI), le réseau internet et les
organisations publiques et privées, l’informatique coopérative (le groupware), l’informatique
décisionnelle ainsi que les logiciels de gestion intégrés.
Un développement particulier concernera le réseau internet afin de donner aux étudiants la
capacité de constituer et de mettre à jour un site dans une logique de présentation d’une
collectivité territoriale et de mise à jour des services et activités proposées à la population.

 Gestion financière et comptable


Nicolas VIROULAUD
Une première partie permet de s’initier à la comptabilité financière applicable dans les entités
privées (associations, sociétés). Après une présentation générale (définitions, sources du droit
comptable et travaux comptables), le cadre comptable (principes comptables, plan comptable
général), la tenue de la comptabilité (notion de flux et de partie double, imputation et
fonctionnement des comptes, travaux comptables) et les comptes annuels (bilan, compte de
résultat et annexe) sont successivement abordés.
Une seconde partie permet d’étudier l’organisation et le fonctionnement comptable des
structures publiques, notamment les collectivités locales. Après avoir examiné les grands
principes budgétaires et rappelé la séparation de l’ordonnateur et du comptable, la préparation
budgétaire et le cycle budgétaire sont abordés. L’exécution du budget et les contrôles internes
et externes sont également abordés.
Enfin, une troisième partie permet d’explorer différents outils de gestion tels que la
comptabilité analytique, le calcul de coût et l’identification du seuil de rentabilité, ou
l’élaboration d’indicateurs et de tableaux de bord.

 Marketing patrimonial
Christophe DELAUNAY
Dans une première partie, le cours permet de présenter les différents acteurs concernés par la
mise en place et la gestion des projets patrimoniaux en mettant en exergue le rôle des services
de l'Etat, des collectivités territoriales, des organismes publics, des associations, des
fondations, ....
Dans une seconde partie le cours comprend toute une série d'analyse et de définitions sur la
notion de public cible et les méthodes d'enquête permettant de situer les attentes des différents
segments de clientèles.
Dans une troisième partie, le cours étudie les différentes composantes du marketing mix. La
présentation de la politique du produit s'attache à définir le produit patrimonial proposé, à
marquer sa place sur le territoire, à le positionner dans une offre commerciale donnée, en
prenant notamment en compte la concurrence. La détermination d'une politique de prix amène
à réfléchir sur la problématique de la tarification des prestations proposées (entrées, locations,
produits dérivés, ...) et nécessite une approche de la détermination des coûts de revient par le
biais de la comptabilité analytique.
Enfin, les caractéristiques des opérations de promotion et de leurs supports, l'importance des
réseaux de relations publiques, la mise en place d'une signalisation, de signalétiques, ...
donnent la dimension de la politique de communication externe.

 Façonnement du milieu et héritage


Noelle SAUVEE-DAUPHIN – Catherine LANOE
contenu : Mise en évidence du façonnement durable du milieu naturel par les activités
humaines à travers deux exemples :
-celui de l’époque moderne, où l’on mettra l’accent sur le paysage rural, témoin des
techniques agricoles, de l’organisation sociale et de la vision chrétienne du monde de ce
temps.
- celui du XIXe siècle où l’on mettra l’accent sur le paysage urbain issu des mutations
économiques et politiques du XIXe siècle et de leur impact social et culturel.

 Patrimoine naturel et paysager

La Convention du patrimoine mondial de l’UNESCO (1972) est un des premiers textes à


introduire le “ développement soutenable ” comme un appui méthodologique indispensable à
une gestion pérenne des monuments et lieux uniques. En lien avec ce texte, les institutions et
les dispositifs juridiques nationaux et internationaux de protection des espaces naturels et site
protégés, les conditions d’aménagement et de renouvellement des paysages, les enjeux de la
biodiversité seront évoqués. Le Val de Loire inscrit au Patrimoine mondial, en tant que
territoire associant paysages remarquables et paysages ordinaires, et doté d’un patrimoine
naturel protégé par un PNR sera l’exemple privilégié

 Marchés publics et délégations de service public

L’enseignement porte sur les principes et les règles que doivent respecter les collectivités
locales et leurs établissements publics lorsqu’elles passent des marchés publics et des
conventions de services publics. Dans le cadre du principe constitutionnel de la libre
administration des collectivités, il s’agit d’étendre le droit positif élaboré par les instances
européennes et nationales : direction, code des marchés publics et loi sur les « marchés
publics ». Cette étude est complétée par l’analyse du contentieux européen et national. Bien
que les régimes du marché public et de la convention de délégation de service public tendent à
se rapprocher, l’enseignement doit cependant faire remonter les éléments qui distinguent les
deux méthodes, les procédures de formation et le régime de l’exécution.

 Conservation préventive et restauration


Annick LAUTRAITE – Bernard VELLA
Une synthèse sur l’histoire et l’évolution des grands principes de la restauration sert de
préalable aux méthodes d’analyse et de restauration (avec identification des matériaux, des
structures et des altérations) et aux principes et méthodes de conservation préventive
(surveillance et régulation des conditions ambiantes, réduction des risques de dégradations
liés aux manipulations et aux transports d’objets, sécurité...) dans un souci d’assurer des
conditions optimales de conservation.
Techniques de conservation/restauration. Conservation préventive et restauration des
collections muséales.

 Politiques culturelles
Philippe TANCHOUX
Après avoir évoqué en préliminaires la tradition française d’intervention de l’Etat en matière
culturelle, telle qu’elle est apparue sous l’Ancien Régime et s’est pérennisée après la
Révolution, nous retracerons les politiques culturelles en France depuis l’avènement du
Ministère des Affaires Culturelles d’André Malraux jusqu’aux années postérieures au
Ministère Jack Lang. Le développement du ministère, les axes des politiques mises en œuvre,
l’engagement des collectivités territoriales seront abordés.

 Conduite d’un projet professionnel (mémoire collectif)


Les étudiants élaborent, par groupe de trois ou quatre, un projet collectif d’étude et de
recherche encadré par un enseignant du master. Ce projet est soutenu en fin d’année et donne
lieu à une évaluation.

 Mémoire (de stage, d’apprentissage ou professionnel)

Chaque étudiant rédige et soutient un mémoire à l’issue de la période d’insertion dans une
collectivité ou une entreprise d’accueil. Les modalités varient selon la voie choisie.
Formation initiale : l’étudiant effectue un stage de trois mois minimum à l’issue de la
période de formation ou, éventuellement, en alternance tout au long
de l’année universitaire. L’objet du stage est défini d’un commun
accord entre le stagiaire, le responsable de l’organisme d’accueil et
le responsable du master. Le stage fait l’objet d’un rapport et d’une
soutenance.
Formation en L’apprenti rédige et soutient un mémoire d’apprentissage dont
Apprentissage : le sujet est en relation avec la ou l’une des missions principales
prises en charge au cours de l’alternance.
☛ Cette expérience, très formatrice et très appréciée par les futurs
employeurs, est exigeante sur le plan du rythme de travail.
Formation continue : A la place du rapport de stage, les étudiants salariés à temps plein
doivent rédiger un mémoire professionnel dont le sujet est
déterminé, sur proposition de l’étudiant, par le responsable de
l’enseignement dont relève le thème proposé et le responsable du
pédagogique de la spécialité.
Contact

Lieu de formation

Composante de rattachement et Faculté de Droit, d’Economie et de Gestion


Adresse du secrétariat pédagogique Rue de Blois – BP 6739
45067 Orléans Cedex 2
Fax 02 38 41 72 10

Secrétariat Christel BIDAULT


Tel 02 38 49 46 37
Courriel christel.bidault@univ-orleans.fr
Contact apprentissage : Brigitte CHEVAL
Tel 02 38 49 48 69
Courriel brigitte.cheval@univ-orleans.fr

Responsable de la mention

François PRIET Courriel francois.priet@univ-orleans.fr


Tel 02 38 49 25 15

Responsable de la spécialité GLPC

Philippe TANCHOUX
Tel 02 38 49 49 83 Courriel philippe.tanchoux@univ-orleans.fr

Site internet de la faculté

http://www.univ-orleans.fr/DEG

E.MAILdu MASTER APT

master.apt.deg@univ-orleans.fr

Calendrier universitaire et emploi du temps

http://www.univ-orleans.fr/deg/