Vous êtes sur la page 1sur 4

- -

si . :'-= *

# ANNEE. — N° 109 TOUS LES SAMEDIS 15 CENTIMES SAMEDI 22 FËVRIER 1919-


^_ ^

Mais, blessé de guerre, et atteint d'ostéo- =«0 A LA CHAMBRE LA PEpPOSITIOT RAMEHJ-.-


Un geste?.. •
myélite chronique, je'lui
ves réponses, du même tonneau que. ses at-
ferai quelques bre' brè- ww .

S LALOIDESPEN» i
:
ftaques i° Oui, le. blessé' a perdu l'habitude
U RENTE
du

Non,un crime! ,<^ 9 travail; m'ais à qui la faute ? est-ce lui qui
a sollicité l'a faveur de se faire casserr la
figure pour protéger les biens et la personne mne
la
_. ,
——^y>>-^wr , du COM BATTANT *
du docteur B... ? Lentement, très lentement, trop lente- (suite)
Tous' nos camiarades seront unanimes limes men'' mais sureméhl (?_).la Chambre -pour-
2° J'ignore si certains camarades fatiguent ient
à réprouver; le geste criminel de l'im- suit la discussion de nôtre loi sur les Pen-
ttëeile qui a voulu assassiner M. Qje. Cle- leurs amis du récit de leurs.campagnes : pour sions. Voici la suite de nos comptes rendus, • LA FRANCE A MOBILISÉ 8 MILLIONS 392.000
menceau.
ma part, je ne raconte pas les miennes, pas analytiques des- séances : HOMMES
meme aux plus éminenjts docteurs : je ne
La politique du Président du Conseil
Dn^eil Séance du 13 février
hors de cause, dans 'l'affaire. On veu* Jeter *^e Pex^es "à personne,
"bn
«s* la blessure de guerre et l'ac- 'ac- Dans sa séance du 12 février, la- Cham-
la orou- 3° Comparer 2 Quel sera .le total des rentes annuelles à verser aux combattants .
peui. l'approuver, on peut désapprou- réa- l»" avait
c'^ent du travail, la plaisanterie est agréa- repoussé un amendement ten-
ver, C'est -un débat dans lequel le Jour- dant à la suppression de l'article de chacune des nations alliées ?
bie, et le heureux : çà vous ous 20.
rapprochement
fud des Mutilés, Adèle à sa ligne' -.' ,„de Ae M Làfont, cette fois sans demander la
a une petite allure paradoxale, içà fait bien jeQ
n'a pas à intervenir. Ceux- fnn suppi-ession de l'article 20, demande son1 I POPULATION NOMBRE INDIGÈNES NOMBRE PÉRIODE D,.pnses Dnmma " TOTAL
conduite, t ' devant un auditoire de médicastres à bouton lto" .Dépensas Dommages Bfl8M II
«a«»
ne partagent ^ renvoi devant la Commission, afin que: NATIONS en de et do de fa m ulmM
mêmes qui, à la fihamfere-, de mais la est fausse se : celle-ci
^PJ, cristal, comparaison rapporte un système collèrent et dé- - J 1914 MOBILISÉS COLONIAUX TUES GUERRE (milliards) (milliards) â verser communo
pas la. manière de voir de M. Clemen-
a J,T car, où est notre contrat de travail ? Un sou finitii qui comprendra : à la fois les dispo:
ceau, se sont faits, par l'organe de
du •pnti-
senti- ParJour "jusqu'en fin 1915, cir,q sous par jour our sitions relatives aux enfants naturels et '
M; Renaudel, les interprètes celles qui ont été réservées lors de la dis-
3^ .„" depuis ? C'est"maigre... France.. 39.600.000 7.917.-000 475.C00 1.400.000 53 mois 7 j. 135 !
tous les êtres suffi* ; 60^. \ 800^ millions "6 »
ment qu'éprouvent ^e DÎessé prend à l'hôpita} l'habitude- ndp cussion: de l'article 15 et qui sont relatives -
bien équilibrés com-
côrn- 4° aux enfants légitimes. Empire Britannique .• 53 mois 7j. .390 millions 9 %
samlment pour • la ? Et ne sont-cc ^u
t-<"c '
^e "l'oisiveté? à qui faute Une discussion assez longue s'engage à —
prendre que de tels actes odieux par
des médecins les x ? Royaume Uni 45.652.000 6.O73.OOO 668.30J 180 1
à l'encon- icon- Pas qui dirigent hôpitaux ce propos, à laquelle participent M. Jean '
eux-mêmes vont stupidement — Canada 464.000
Quand une compagnie d'infanterie n'est est Bon. Ernest Lafont, M. L-ugol, rapporteur
ifere de Vid'éal dont ils prétendent s'ins-
3'ins- — '
6 ^e fainéants, chacun dit que
me et
[ M. Abrami, sous-secrétaire d'Etat de
crétin qui a tiré é dix c0™?0^ Que 137.900
pirer. Le misérable de cette compagnie est une mt> jl'Administration -de la Guerre. ^f%:;• 82.688.000 18 :.....;..,
M. Clemenceau' ceau' *e commandarl — Nouvelle-Zélande ...\ '•/ J?!"???'
107.000 \ S >
balles de revolver sur moule- Il convient de tenir la porte fermée aux
uelele — du Sud .... 73.000 • \ \
;est à mettre dans le même sac que . abus possibles et de préserver les droits Afrique
ïou prétentieux .qui tua Jean JiaurèsiS au' 5° « Astreint à une servitude militaire dont snt des ( enfants intéressés, — Indes 1.400.000' 41 5C0 ' •
est uneme 244,270.000
Il ne peut y avoir
iVOir il ne comprend pas la grandeur s, Le Gouvernement accepte le renvoi de
début de la guerre. Italie 34.671.000 5.400.000 468.00U 41 mois 18
cela que le blessé- de Tart. 20 à la Commission, mais celle-ci le j. 60 5 ;255 millions. 5*
jeur" oe sujet dans tous les partis l'une
qu'une trouvaille;- signifie ' en- refuse. } Serbie. . 4.593.000 757.000 335.000 53 mois 14 j. • • 0.4 JS
guerre classé service auxiliaire fait, moyen- 8 6;
opinion. la
choseie (}e de nant : cinq sous par. jour, couché et nourri, Ce renvoi mis aux voix -n'est pas adopté Roumanie 7.5t)8.700 1.000.000 110.000.30 mois 10 j. 7^ 35 millions 0,7 X
Ajoutons qu'il y. a quelque
dans le corvée ( de quartier ou de papier; il balaie les par l la Chambre. 7.423.000 365.000 40.000 53 mois 11 j.
particulièrement répugnant Belgique 6 ft) 20 millions 1.2 %
ou dresse des états nominatifs, et Un amendement nouveau de M. Lafont.
: fait de voir un jeune homme de vingt nn°i )'goguer(ots Etats-Unis 100.000.000 3.700.000 54.000 19 mois 6 j. 102
comprend pas la grandeur de sa tâche i ! repoussé
ne 1 par la Commission et le Gouver- néant 75 millions 36%
ans s'attaquer à (un vieillard dont t les ! r
nement, l'est également par la Chamtïie. .5.957.000 60.000 10.300 32 mois 1 j.
ne pas plaire à tout,+ ]e le -
Mais je l'excuse, cet homme ! I Portugal 3 néant 3 millions 3.3 «
idées peuvent K_ MM. Ernest Lafont et Puecli ont proposé
n'en pas II n'est ni médecin principal, ni proies- ^ supprimer
de Monténégru 350.000 70.000 24 mois 5 millions
monde, 'mais qui laissera dans le premier paragraphe
moins un nom et une oeuvre deraère Bière sem f à là Faculté de Paris : il a souffert pen- :n" de ^ l'article 20, les mots : « et qu'ils aient j£?P°n : • 52.200.000 30.000 1.000 3 mois n(;.ant 1/3 . millions 38 %
dant des jours, des semaines ec même des les 'été -g reconnus dans les deux mois de leur Grèce
M. . _„
ne ; mois; ses souiffrances ont créé en lui une ne n
naissance ». Russie
5.064.000 210.000
j 16 mois j
> '
7 millions
,;
1.5 %
Croit-il don©, ce triste swe, qui . 130.500.000 . . .„ ',' _ ,., russes .
nouvelle mentalité; une personnalité: diffé- ré- Pour leur donner satisfaction, la Com- les cnyïres exacts des effectifs sont inconnus
peut même pas invoquer les souffrances ?s :jrente de celle
qu'il avait en/1914; un sa- ;a- mission n accepte d'ajouter au premier pa-
idè la guerre n'a pas connu u :a ^vant devrait "la r les mots :
puisqu'il comprendre cela... . ragraphe
misère des tranchées qu'il va \hâter r la^ *\: Que M. Ë... soit un savant, nul n'y con- n- ...à moins que le père n'ait été empêché
Et n'a-tef vu
^^ Les interviews de M. Pierre Rameil que nous avons publiées francs, serait proportionnellement réduit suivant le nombre de
paix pair son geste ? pas ,t
'tredit : d'ailleurs l'un de ses homonymes, ;s, de d faire cette reconnaissance dans le délai mois de campagne que compterait
qu'en éloignant le chef du Gouverne- me- j
peut-être un parent, l'a prouvé en doenantnt ci-dessus c par des circonstances de {ait dû- dans nos derniers numéros ont vivement intéressé nos cama- le bénéficiaire..
ment des tràvaux.dë la Conférence, i'rlien en s
son nom à une.rue.de-Paris, assez mal fa-- a- ment " justifiées et si la reconnaissance 4 Nous avons dit que, dans ce but, M. Rameil
rades, combattants ou anciens combattants réformés. Ajoutons concevait la
retaiidlait au contraire l'heure, à'iaqùelle telle e e[{ectuëe dans le délai de six mois pos-
été
r
mée." . ... <# nos ariicles ont été el commentés la constitution d'une MASSE COMMUNE. PAR TOUS LES ÉTATS .
téiiewrs au jour où il a eu connaissancet r que reproduits par presse
npiis— aspirons tous ? Mais, vers. l'an. 2000, aux yeux de l'im-. n. A '
de la naissance de l'enfant, notamment aux Etals-Unis ALLIES
et en Angleterre. D'une ayant pris part àux'hoslilités, et tenant compte pour
LINVILLE. E. - j-axtiâlc'-Hiftoire,-que.
: ":""::- v'--->- -.'' -André Ja. p oii, en toijiï 'étrangère,
j pèseront ''sciérr'e, c
'£<**'»dans le ciblai de vis moti pûèlérieaf à •
,,* chez nos alliés chaque. Etal de six éléments^ savoir : 1° nombre tte mobilisés
- . lies' "découvertes et lés facéties dto docteur ur ;la {c promulgation de la loi. manière générale, l'opinion"publique paraît ;
V» >*'* < » » tMMi «Y. "*" tr }B... de
1918 ? Et, s'il y a encore une France" entièrement favorable à l'adoption de la proposition. 2" nombre de tués ; 3° temps pendant lequel cet Etat a été en
Le premier paragraphe de l'article 20
a cette époque-là, à qui le devra-t-on ? A est
SIMPLES RÉFLEXIONS 5 f- e, donc modifié comme suit: guerre ; 4° dégâts, matériels^ dommages de guerre, supportés
f.
réminent professeur B..., ou à ces fainéants ' Rappelons qu'elle tend à faire accorder à tout homme mobi-
' . Art. 20. — Pour que les eiifants naturels par cet Etal ; 5° population ; 6° dépenses de guerre.
de
à blessés de la Grande Guerre ? lisé chez les alliés appelé ou engagé depuis le 4 août 4914, el
fl,
aient droit au bénéfice des dispositions
I 6° Contrairement à l'avis ironique dui doc- gui Apès avoir fail valoir les généreux arguments He l'aclil
il faut qu'ils aient été conçus
Ces !.. | <-; précèdent,
p
I teur B..., l'armistice ne m'a pas guéri : j'ai ai avant a le fait qui donne ouverture ayant fait campagne dans une unilé combattante, une pension^
député des Pyrénées-Orientales, il nous reste à exposer les con-
à pen-*
CQGlioosJejiiessés 1 •
"
toujours ce qu'il appelle des s fistulettes »,
à la suite d'abcès dont le dernier remonte
* moinb de deux mois; et je serais très heu-
à
», sion
te deux
a-
si
dt
'e
le père
et qu'ils aient été reconnus dans lei
mois de leur naissance, à moins que}
n'en ait été empêché par des cir-
annuelle. Le monlanl de celle rente, qui pourrait atteindre 360
séquences financières de sa prçpçsition.

Lie, Ministère de la Guerre publie, on lais- r*


reux de posséder l'intégrité de mes^membresÎS constances cc de fait dûment justifiées et qu'il DISPOSITIONS GENERALES du service auxiliaire, les sursitai-
tai-1 réduction du quart. La charge annuelle
se publier, une Revue mensuelle : les ^__ Ar-.' . ait fait cette reconnaissance
•I a lieu) de
au traîner une et une canne, ? dans le délai res, certaines catégories de fonctionnai-îai- serait d'enc de 2.900,000 ix 150 = 435
chives de Médecine et de Pharmacie militai- 1 béquille de six mois des sera né-
' "jl qui suivra la promulgation de L'appréciation charges
- que je ne conserve pas pour mon plaisir, je ja
la Imesres, les détachés en usines, le persbn- on- millions.
'' &. *; loi. cessairement approximative- Nous
\ . ^f :r".
^par- nel des services d'arrière, soit environ a 3
Le numéro de décembre 1918, sous la'• si- vous le jure. Cependant l'importance des services
e CE PARAGRAPHEmis aux voix EST ADOPTÉ. tirons de ce principe que tout moJjïlisé llse millions
î 7 Quant aux carottes et aux carottiers, ' La Chambre d'arrière doit faire réduire ce chiffre de
gnàture du docteur B..., médecin principal • passe à la discussion du servi plus de trois mois "dans une
J"e
ni
nous en recaiuserons, et très prochainement. ^Q
deuxième ayant II reste 4 millions, diiffre- que l'on
'on 1/10, soiï 2,600.000 i*. 150 = 390 mil-
et professeur à la Faculté dé médecine, paragraphe ainsi conçu : unité coirtbattante. par la lé-
™^ï Si une docte Revue s'occupe.de blessés de qualifiée lT peut justifier autrement Le chiffre des
les . lions,
contient un article sur l'ostéo-myélite chroni- Toutefois, en ce qui concerne les enfants et aussi par ie fait qu'elle-était1311 blessés
carottiers malgré les médecins, je mec nés gislation à 3 millions s ; ;i"'
j 0A peut être évalué
&1
guerre, m avant le 4 septembre 1915, il ... ITALIE
que qui intéresse tous ceux d'entre nous dont suffit que possiblement dans le. combat,
1 . tes os ont été touchés. P1
permettrai, dar.fc notre modeste journal, de la ia reconnaissance ait eu lieu antérieure- engagée, )a}> ce sont certainement des mobilisés aux- Nombre de mobilisés
aura clroit à aine minimum' de af~ ." 5.400.000
de ceux la .pension °:e
Les os, brisés ou broyés par un projectile. j--,"e" vous Xe parlez qui, pendant guerre,S ment m au, 4 novembre 1915. .quels il sera bien difficile de discuter la Nombre de tués. 468.000
furent-carottiers • avec la complicité des nié- 50 francs, et au-dessus de ce chiffre, de qualité de combattants. si l'on ad- £
— c'est mon cas ,l
-, . Une nouvelle rédaction Or,
(présentent presque toujours proposée par la 90 francs par période de 12 mois. Période 'de guerre : 4d mois 38 jours-
1— des inflammations et des fistules à répé- 6 , deems. Ce
Commission est la suivante : . met que sur cinq combattants il y a un
su^s convaiECU <i'ae 'e professeur B... Pour délerminei" le nomlbve d'ayants nt:s tué, trois blessés et un indemne,
tition, dues à des causes diverses, que le doc- 3cX • J , Je ;; Toutefois, en ce qui concerne les enfants les éléments sui<-
'ulr
nous )us Nous pouvons à^çTjguer là môme mé-
ïeur B... étudie savamment, comme il sied n'a jamais trempé dans de pareilles affaires > n^ avant le 4 septembre 1915, il faut que droit il faudra utiliser
nés nous rapprochons sensiblement de co thede que pouf rAnglëterre. On trouve
î^ être sanss la :
ll
il me paraît sans peur, et il doit \a reconnaissance ait eu vants chiffre. la
% un professeur de faculté. lieu antérieure- moyenne 1.900.000 (basé : mobilisés,
. reproche. Mais puisqu'il attaque les blesséss ment_au mi 4 novembre Nombre total d'hommes mobilisés ;
? D'autre le nombre
1915, part, total des irl- 2.571 tués
Je n'ai pas à apprécier ses conclusions 1 *,e sauf l'exception pri- ; 1.393) qui f&Sait un peu éle-
• techniques; mais j'ai, darp son article, re-.de guerre, dont je fais partie, j'attaquerai, , prévue pr, au paragrapphe .ci-dessus.' Période de .guerre ; sonniers, a été de 500.000 environ, dont mt vée encore en i^i&pn.' de riniporlance
j les gros bonnets du scalpel, dont il fait t Je mets aux voix le paraqraphe ainsi Nombre des morts ;
à l'adresse des
d" moi, les 3/5 au moins n'étaient blessés. es. des services' italiens,
tnarqué quelques pointes mr modifié. pas d'arrière
relative des services d'ar-
af"
blessés de guerre, pointes dont je tiens à rè- partie. P' m\'LE DEUXIÈMEPARAGRAPHEAINSI •Importance On droit considérer les prisonniers com- m- Il faudrait s'arrêter à 1,700!000. La du-
„. Ils sont forts? Bah ! ai vu bien , RÉDIGÉmis .
rière
lever ici, sans . hésitation ni ménagement, ,, . JJ'en au voix EST ADOPTÉ.
aux ; me des combattants, à priori : blessés et rée moyenne
ait, , peut è\>ve estiimée à. 20
d autres _t ] Eloignement du lieu de combat de la
l'ironie un peu grosse. Pour le troisième paragraphe ainsi con- prisonniers : 3.300.000. m^ois, soit 150 francs. ,
*** çu : nation belligérante. Il ne paraît
Je ne connais parle docteur B...; je n'ai aai pas exagéré de retenirîir La. charge annuelle serait donc de
jjamais été examiné par lui; j'ai donc la En cas de reconnaissance judiciaire, it LAFBANCE seulement 7CO.000 combattants sortis tis 1.7C0.00 x 150 = 255 millions.'
tout à fait libre, et je peux lui mettre tt Pour conclure, une phrase sensée que j'ai j faut la Èans
„ jai que conception soit antérieure au yg aucune blessure de guerre.
»nez dans ses citations. a"
découverte dans l'article du) professeur B... Nombre de mobilisés : 8.392.000, SERBIE ..
Êlume ^aj qui donne ouverture
fait à pension. La diur.ee moyenne du servioe.doit être' °
- ...Un blessé dent 200.000' indigènes d& l'Afrique du
âu de mobilisés
rentre chez surtout oui Le premier effet de la conscience est'de î
M. Bon en demande la estimée à un Nombre 757.000
qui lui, suppression pure ] Nord 215.000 coloniaux. peu plus de deux ans. Les '®s Nombre
no montrer les'limites de notre science. et simple,, toutefois, et de tués 335.000
\tprhs une longue Jwspitalisation, commence nce 7iOU$ le TROISIÈME PARA- attaques et offensives ont été trop rap-
GRAPHE mis aux voix EST ADOPTÉ par la Période de guerre : 53 mois, 7 jours. 3- Période de guerre ; 53 mois-14
'far net rien faire : il a -perdu l'habitude du Mais oui, monsieur le professeur, et c'est £*'•
L prochées pour permettre de longs se-
£ jours.
et contracté celle de raconter ses pourquoi . Chambre.
travail, po il ne faut pas persifler les blessés : V Nombre de tués : 1.400.000 environ, in, jours aux armées, même si l'on compteite En appliquant les mêmes procéd/és de
M. Beto.ulle propose une addition
il ftiut les soigner toujours," les soulager sou- cor ainsi *,îont 58.000 indigènes-
campagnes...- conçue : - - le temps à l'hôpital. On.peuiti donc pren- n- calcul que précédemmenit, on obtient les
...Travaillant, il s'améliorera peu à peu, eu, vent, vei les guérir parfois. .Rappelez-vous sur- dre comme -rente moyenne
' Ont En déduisant du total des mobilisés le
Ie 200 francs.:s. résultats suivants ; (mob. 3600000 : tués
également droit à les en-
friême s'il n'en est pas ires désireux. C'est 'est tout tôt que le médecin est fait pour îe blessé fants . pension (:hiffre des tués, il reste un total de 7 La charge annuelle serait donc pour ]a la
naturels, même non reconnus, lors- 900.000.)
ce que nous voyons tous les jours en matière ère comme coi le fonctionnaire pour le public Ne ' ^ France de 200 -x; 4 millions '== 800 mil-il-
aM'il pourra être établi que ceux-ci sont ]millions, dont il faut enlever les hom- „_ Il ne peut être question de prendre
'à'accidents du travail, à partir du moment ' ent no'
nous obligez pas à nous apercevoir que Dia- j/j'e les enfants 'du militaire
bien lions. une. moyenne,
décédé et que les Serbes ayant eu une
où la rente est allouée... foi
foirus, au gracri siècle, n'était que ridicule : Voir les numéros 107 et 10S du Journal des les EMPIRE BRITANNIQUE proportion de tués dépassant toutes les
...A l'hôpital, l'homme'acquiert'de "plus, en transformé tra en rond-de-cuir du bistouri, il est (Voir la suite page 3) ; Mutilés el Bélormés.
rflus l'habitude de Voisiveté, parce qu'il est odieux. odi Nombre de mobilisés {armée et mari-„£_ proportions envisagées.
< ' Nous prendrons donc- le chiffre de
Wgê, chauffé, nourri à ne>rien faire... Conscience et bonté, voilà, ô Docteur, ce "^ _*- në)
36Û.0CO combattants. La idiuiée moyenne
...Cet homme (le blessé classé service auxï- 'xi- qu'il qu vous faut, à vous. Là est la grandeur Royaume-Uni 6.073.000 doit être estimée à deux ans environ.
tiaire pour fistule osseuse), astreint à une me de de votre servitude militaire, grandeur que Canada 464.000^
Servitude militaire dont il ne comprend pa* iât vous voi devez comprendre, mieux que .ces carot- DES PENSIONS... DES INDEMNITÉS î 360.000 [x; 180 = 64.800.000:
'la grandeur, sera 'hospitalisé des qu'il le tiei
tiers de blessés, qui, eux, n'ont pas votre
_ *
Australie 323.000g
(Nouvelle-Zélande 107.000X) ROUMANIE
toûdra, et il le voudra. Carotte, direz-vous f ? science. scii f Afrique du Sud 73.000W Nombre
Won Dieu. ! je le concède. Mais >ue J
Et de mobilisés ...... 1^000.000
l'unique puisque vous reconnaissez que cette I
plus 1.400.000 indigènes levés dans les 33 Nombre de tués
Question est de savoir si vous pouvez pincer :er science scie a des limites, permettez-moi de vous I 110.000
Cndes. (chiffre très approximatif.)
. îe délinquant- Je suis sûr que la paix, et rappeler rap une définition philosophiques il (
'même Varmistice, auront sur ces fisùdcttestes n'est ne de science que du mesurable, et la I Nombre de tués ; Période de guerre : 20 mois 10 jours.
fine action cicatrisante notable... sou
souffrance ne se mesure pas. 1 Application des mômes ':
Royaume-Uni 66S.300Y) méthodes
Hein ! dites donc, a glorieux blessés '», IlI y a trente (ans environ, de facétieux 1 : 470.000 ; tués 310.000-
Dominions. 137.900i0 mobilisés
§>héros sauveurs de la Patrie, », qu'est-ce que ,ue bor bonshommes, qui se disaient philosophes/ Indigènes Moyenne : 390.000. Durée moyenne :
vous prenez pour votre grade, que vous vous us crurent cru avoir découvert .41.500,>Q
que la sensation _ 12 mois, soit 390.000 x 90 = 35.100.000.
appeliez Pitou, Lagourde, ou Gouraud ! cra
croissait comme le logarithme de Vexcitation. Soit un total de
Il ne vous l'envoie pas dire, que vous êtes :es Comment Cor r>'aurait-on pas pu mesurer la souf- 847.700K) BELGIQUE
8es tire-au-flanc, le docteur B... ! frai alors? Période de guerre : 53 mois et 7 jours. 5. Nombre ,
france, de. mobilisés 365.000
Et qu'est-ce que vous pensez de votre con- in- î
N'en Nous
croyez rien, monsieur le professeur : pouvons prendre comme basee Nombre , de tués 40.000
frère, le médecin, principal, ô vous, nos os la souffrance est une chose infiniment di- les proportions trouvées en France en-i- Période ; de guerre ; 53 mois U jours.
ctoers,.<amis les médecins de bataillon, ui
qui verse, ver; infiniment capricieuse, et infiniment tra les tués, les mobilisés et les com-1- Le nombre des combattants est esti-
'avez vu, de vos yeux vu, les épouvantableses sérieuse séri : je vous le jure, moi qui ai souf- battants- On 'trouve alors en faisant laa mé J à. 110.000. Durée moyenne : 2' ans
blessures des combattants, et qui avez vécu :u fert et hurlé sous le scalpel impitoyable de njoyenne '2.900.0O3 .ayants-droit envi- .- 110.000 : '.x, 180 =. 19.800.000 francs.
et souffert avec eux ? vos confrères... ron (base :mob. 3.352 : tués 2.422).
• Et
vous, docteur Clemenceau, présidentet J m'arrête...
Je j'ai un tel flot de mauvais Mais malgré la même, période de guer- ' , ETATS-UNIS
Hu Conseil et ministre de la Guerre, vous us souvenirs soui que je me laisserais aller à faire I re que la France, Ncmbre de mobilisés ...... 3.700.000
la durée effective de i
qui, naguère, ne parliez que de « nos grands 3s du pathétique ; : il est préféraible de sourire.. | service dans les unités combattantes t Nombre
» de tués 54.000
est
Soldats », que pensez-vous de ce professeurIT L
Les blessés ne sont,pas intangibles, c'est / i
Période de guerre ' 19 mois, 6 jours-
plus réduite- Le gros effort anglais n'a
<îe faculté qui, sur le mode badin, lies traitete entendu: ente nous ne demandons pas queTdn I
commencé qu'en 1916 pour les "combats 3 Mais le gros effort ne commence qu'au
Implicitement de sots, de paresseux et de la- â- jette le manteau de Noë sur nos travers et / de la Somme et les plus gTOs effectifs 3 printemps 1 .de 1918. 'Nous prendrons
jàies!? sur rps vices :« mais il est exagéré de nous L
n'ont été atteints qu'en 1917 et 1918. c
comme base ici l'effectif envoyé en Eu-
*% lanc
lancer d'es pavés, même quand ils viennent V-^ . Si donc pour la France on prend 200) rope, r dont la moitié peut être vraiment
de la 1 Faculté-de
' Médecine de Paris.
Je ne me permettrai pas de dire au docteurir francs, il ne- faut guère prendre plus dei considérée c comme combattante, soit ap-
3B... qu'il se troumpe : il ne me croirait pas. Claude BRETON. j'attends sous l'orme ! 150 francs, pour l'Angleterre; soit une i proximativement
[ 1 m;i]lon d'hommes.
----- ^
; - .
''"- ' v -.- .-'.._-

: JOURNAL DES MUTILES, REFORMES'..ET VICTIMES DE LA GUERRE


..£.-..

75 centimes de frais, d''avoir à payer dai.


La durée moyenne ne peut dépasser r ! les avances de la France, de la Grande- -i -UN PAS EN AVANT \
les trois purs la somme de 25S fr. 58, moi
10 mois. La charge seraa Bretagne, et des Etats-Unis ; les domma- j «vwv
sensiblement j tant de ses-contributions de 1914 à 1918.
considérables
d'onc ': -1.000,000 ix\ 75..= 75.000.ÛOO de3 ( ges matériels sont pour Ce cas est exposé dans le Journal officit
J
«la Serbie, la Roumanie, le Monténégro
francs. -'".'."....'" ,--..'.' -" VV*- du u février 1919, par. M. Albert Thomas
. .;-'
iNombre
,' :,-. PORTUGAL
(de mobilisés........._
; .: .-.
60.000 )
j et la Belgique.
Nous allons procéder ; LA iilïljlfALIifB
à une revue èe LES RODIN député, qui demande,
écrite 26.835, ^ M. le ministre des finac n-
dans lai. questioon - f
Le aroit des familles aes militaires
#

la situation financière de ces différents ' M. Robaglia a; déposé la semaine der- :r- ces: i° Comment cet acte de l'agent d; j'u tués avant le 1er'avril 1917
environ envoyés en France (estimation i ' nière
Etats et aussi des cinq grandespuissan- sur le bureau du Conseil municipal, Trésor peut se concilier avec le communiquué Les familles des militaires, pendant
la Curieuse histoire que celle des oeuvres d
#c qui,
personnelle)- ces de manière à déterminer autant que ! une proposition tendant à la création de mentionnasr.t la péradié' considérée, ont été! tués ou ont
Ifl..3(30) J> pour les réformés.s. BedîH, de ce grand artiste qui avait la mai; ajn fait à la presse, le 31-janvier,
Nombre de tués ....:......... leuirs_ financières. « carte d'invalidité a doiveh nt cont.î'acté l'affection, cause de leur mort,
possible pôssiblités les
Période de guerre : 32 mois, un;jour. Cette 'carte donnerait à nos camarades le et le cerveau d'un sculpteur avec cette pro r0. que plus grands ménagements
II.faudrait toutefois, avant cet;te revue être apportés, à l'égard des contribuable: es alors qu'ils se trouvaient, dans dies- condi-
aux places assises dans le Métro, les es -pevsioti à l'imprévu, où les le
de ces Etats de- droit
des combat- à l'exceptionnel, lions telles que l'indemnité de comnat leur
estimation approximative ce que-chacun de démobilisés
établir tramways," autobus et tous moyens vo'cnt du Xénic, les autres de la fumis tis, _»; 20 Quelles mesures le mi^. aurait, été allouée si elle avait été créée au
tants à la moitié dru corps expédition- vrait à son en commun, et aussi.un droit,i't UHS. ar nistre compte prencjfè pour dédommager I<. début die la mobilisation.
- payer, porporlionnellement transports taie. On est excusable de s'y tromper, ca,
araire v - efïcrt financier et militaire pendant ia de priorité pour l'accession dans les diffé- g_ ,ni contribuable en question, ainsi que ceux qum La- mort reçue au combat ou survenue à
les deux termes, sont voisins et bien souven
18 mois i: 30.000 m i rents lieux publics.
Durée'moyenne guerre.
' l'homme de gétiie n'est qu'un homme de ta- seraient dans ie même cas, du préjudia :e la suite de blessures reçues au combat, ou-
ta
Félicitons M. Robagiia de son initiative, 8i
1G5 .= 3:.l'5O.OD0 francs. On trouvera à la fin de cette étudç doublé d'un fumiste qui se prend au ai qu'a pu leur causer la rigueur inopportun '£ vre pour les. familles des décédas le di-oit
sur lequel et réjovàssons-nous de voir qu'un de nos )s j litit, au complément de pécule.
MONTENEGRO un tableau de compaj'aison édiles ait enfin pris en main "la cause des ;s sérieux; c'est U type qui « cherre » mai'. jis du percepteur.
Nous ne; savons ce que répondra M,t. Les. malades pouvant éventuellement ou-
nous avons établi pour chaque pays"'"la mutilés dans cette question d'importance. avec conviction.
On manque ici à peu près complèle- vrir ce môme droit se classent en trois ca-
Là i .portion des tués, des. mobilisés, des dé- Mais, à ce propos,' nous rapDellerous que tP II est exact de dire de Roâin qu'il ne irara- Klotz à cette question écrite. Mais souhai;. tégories : -1° M'aladies consécutives à une
Snents de renseignements. popula-; et des dommages cette idée dé- la î^carte "ct'invalidité »,, nous[- vaillait pas seul.'A la fin surtout, il avait àt au tons qu'il n'y ait'dans ce cas que l'excès de le
350.000 hiommes ; penses de guerre par blessure .reçue au couii's dto comhat, mala-
. '. tion est d'environ l'avons émise el défendue depuis dc-s'mois,'• moins la collaboration des snobs. Quand Ilii zèle d'un percepteur dont la hâte à faire.e diiss
La rapport à la population : ayant pour cause cetteMessui-e,, à. i'ex-
ÎO'OOO hommes ont été mobilisés^ voire depuis'des années. rentrer dans les caisses du Trésor >r
Il faudra calculer la participation avait fait surgir de la glaise quelque torst. u l'argent clusionde. toiûle maladie contractée après la
imoitié sont des combattants, soit 35.000. En effet, dès sa création, en janvier 1917, j un
un négligea de tlenir compte des instructions lS blessure et n'ayant pas avec "elle une .îïla-
une réfaction de 1/7, il reste d'une manière inversement proportion- VU. N. M. R. étudiait la question de laà sauf le et nerveux, il se trouvait toujours
SÂdmettais nelle à l'effort accompli dans les diffé- ). thuriféraire extasié pour s'écrier.- a Arrêtez, .S) données, lesquelles réprouvent cette manièree tion d'origine ;
: 2 ans. 30.OGO>x carte d'invalidité pour les réformés et pro- 2° Maladies contractées, pur le l'ait ou à
§0.000. Durée moyenne rentes catégories et en tenant compte posait même d'en prendre à.sa charge less Maître, c'est trop beau, vous allez l'abî-,;. forte. l'occasion du. service, alors que. l'intéressé
Î80 ;- 5.4Û0.Ô00 francs..,:.., '"._/_..': frais d-'élablissement, visite médicale eÇ 5 mer / >
©
' dela: population. appartenait aux grandes unités placées
individuelle. Lors, la statue comme mutilée allait fis.u- "'
'":"'.' JAPON \ Avant, toutefois de commencer la ré- photographie Système D et système pileux c" sous les ordres des généraux commandant
Depuis lors, notre journal s'est occupé de s -Ter dans une et les critiques en
'.n 1 unités
à pairtilion, devoir signaler la question à de nombreuses reprises et à célébraient la exposition
: Le nombire dé comibattants'effectifs nous.croyons en chef, (corps d'armée, divisions,
une souveraine beauté: « Il sied 'd Une mod'e qui, dit-on, nous vient d'Amê- ;- combaltantesd'armée).
ÎCiao Tchèou n'a pas dû dépasser 10.000 iqui'l serait .juste de faire supporter l'heure actuelle, l'U. N. M. R. achève l'é- st rique, décrète -que le cheveu doit se porter r d'armes
les bras manguenl. Nulle oeuvre n'est Sont considérées comme unités
et 3a durée moyenne de leur service partie de ces charges par les Etals qui tude d'un projet qui. nous l'espérons, sera1 que
intégrale que ce fragment I » Quant nt court, à la Jeanne d'Arc, au moins pour less comJiattantes :
h'és.t que de 3 mois i: 10.000 M 50 := ont déclaré la guenre à l'Allemagne. adopté par les Pouvoirs publics et donnerai fins — Les régiments et bataillons
satisfaction à nos camarades. aux rapins, ils proclamaient simplement -par- r- jeunes personnes. infanterie.
. B0O.000 francs. Cuba, Panama. Siam, Libéria, Chine, ou de chasseurs, à
lant des oeuvres environnantes que tout le A l'heure actuelle bien des cheveluress territoriaux d'irufaliterie
Haïti, Brésil. Guatemala, Nicaragua, des bataillons'.d'étapes, les sec-
'.:- -GRECE: Etats représentés à la Cpn- rate o foutait le camp i. plus ou moins abondantes sont même déjà^ .l'exception tions de mitrailleuses de position, les com-
Cc&ta Rica,
: ioOOOO sur ...Comment le Mutilé de ne ver-'• tombées sous le ciseau du coiffeur. tiers el de doua-
;(Nombre de combattants férenice dé paix. LE NOUVEAU BARÈME guerre de chasseurs fores
.16 mois de mobi- rait-il pas la haute et consolante significa- r II est vrai que cette mode est commode; pagnies niers/
l&LC.QOOratoonaires Si est vrai que, seuls la Cluine et le ww
= 7.500.000. fr. tion de cet apologue. Campé sur ses éloi-i- à tout le moins pour celles qui; ne possé- Cavalerie. — Les escadrons oe cavalerie
JKsation : 150.000 * 50 de subvenir
-:: Brésil paraissent capables
gnons, étendu sur son brancard, lui, frag-V dant point une luxuriante toison, peuventt non endivisioiuiés..
iNtousiaisôns figurer ici pour mémoire d'une manière ET LES PMFOEGfOUES?
à. ces .char- — Les ré^imonls d'arllderie
appréciable laa Artillerie.
la 'Russie .qui aurait eu jusqu'à octobre ment, lui, morceau, il domine, il écrase désormais laisser supposer que si leur-che-
ges : nous les ferons figurer pour une des embusqués, des profiteurs, des s veu est rare, la faute en revient au coiffeur. lourde h Lracteui's et d'art.iiL-iie lourde hip
16 d'hommes mobilisés .tourbe, de Iran'
t'917, millions certaine ,-'.. pomobile, les batteries d'artillerie
»et 1.290.000 hommes environ) tués, djis- quote-part. Un de nos collaborateurs a adressé à M. satisfaits qui sont en possession de leurss « Mais, fait remarquer YIntransigeant, les régiments d'arliilerie de montagn<
à vou- de la loi sur les Pensions, rrlembres et ne pas de ce 1 chée,
et plus d*un mil- Il apparaît immédiiatement .que Lugol, rapporteur quatre s'aperçoivent voici que cette mode à créé une industrie : los régimenls. d'arliilerie à pied, les sec-
-®a,r-us "Oiu invalides, à des ainsi qu'à un certain nombre de députés, la
loir s'en tenir rigoureusement qui leur manque. nouvelle. Pour que les cheveux demeurent à tions de repérage par le son et par l'obser-
lion de prisonniers. '
lettre suivante .- des éminenls Vont reconnu u unifés -de voies d©
•calculs de proportion, la plus "grosse Mutilés, esprits la longueur voulue, il faut que les femmes, vation P.M-rcsfre, les
' s ainsi
,' TABLEAU RECAPrrULATÏF partie die la. dépense retombe sur le Ja- Monsieur le* Députer et vous l'ont dit : vous êtes beaux, vous êtes que font les hommes, se confient à 0 m. C0, les sections et postes de défense
DEIS RENTES A SERVIR enviables ! Et vous ne pouvez nier que verss leur .coiffeur tous les dix ou quinze jours. contre aéronefs. .'-',.
pon et lés Etats- Unis surtout
DES TOTAUX sur le Ja- ' En volant l'article 11bis de la loi des Pen-
de guarre est prali- :
sions, .le 'Parlement a montré sa volonté J915, rien n'existait auprès He vous, tout1 Airçsi, l'artiste capillaire va-t'en ville. Il y Génie. — Les compagnies territoriales de
France ,,... 800 millions ;
pen dont l'effort
supeurs-mineuiis, le.s conipagrîics Z, . les
— et aussi sur les (
d'améliorer le sort des grands blessés. j...l le camp. son art, ses ses flacons. C'est
"l.-.-."i" ;-390 quehlent.insignifiant porte recettes, de lance-flammes, les compa-
Empire iBritanniqùô Mais il est à craindre que ce soit une
dont l'effort" comparé à celui un débouché nouveau pour ces artisans. Si- compagnies
gnies die sapeurs des chemins
Etats-Unis die 1er.
nouvelle désillusion pour toute une catégo-
de j Mes que se passe-t-il ? Quel vent de ra- gnalons, à ce propos, que certains mutilés — Toutes las for-
dés nations européennes est peu rie de Messes qui semble pourtant bien vi- fale renverse les idoles . Service aéronautique.
-*'.'•< chose- £
sée j de guerre pourraient trouver, dans la coif- mations navigantes, les compagnies d'aé-
RjOumanie ..-.-..i............... 35 par ledit article. — Les Rodin? il y en a trop, ça n'existt 6 fure, un emploi relativement facile et rému- '
.- — coinine base la en 1917, améliorant la ac- rostiers.
................ 20 Èin prenant popula- Déjà législation — Les sections de
-.Belgique des blagues, des faux, des navets. nérateur. D Service automobile.
75 — 1
tion et en introduisant dans'le calcul t
tuelle, la chambre avait voté 'une majora- ;
pas;
Mats-Unis •.-...-........ *.- de
l
tion de ipension .pour les (blessés ayant be- Les collectionneurs dont ils faisaient l'or- n'est pas .mauvaise. Certains de transport
de matériel et personnel.
.... .............. 3 —? ]
les facteurs 1 inversement proportionnels L'idée
3" Maladies contractées dans un événe-
•j?£.rtugal soin, de l'assistance permanente d'une au- gueil . se hâtent de les remiser au grenier. nos camarades la mettront peut-être à profit.
- 5 — a
irésultant des de tués et de .-? f de sur mer. Les événements
.......-.;.>-.-.. proportions fre personne. Adieu, chefs-d'oeuvre, c'est à votre tour ment guerre
Éfon|én%,ro — sui-
-.-...-.Uw 1/2 i
mobilisés, j>n obtient les chiffres En dépit de la volonté du Parlement, cette de - > ,d,e guerre sont : les -torpillages,, explosion
. %évm " ; f...e le cajmp. ©
des accidents
\
vants : d de mines, etc., à l'exclusion
ÏÏBèce-....'......-.......-....-.- . 6 ou 7 1/2 disposition est restée lettre morte pour les MARIO NICOU.
Et cependant, Torchom et serviettes pouvant provenir des dangers proprement
blessés paraplégiques. qui
;;Le total atteint' -environ dWSO.OOQ mil- (
CE QUE DEVRONT PAYER TOUS UES donc °lâ oserait (prétendre que, ceux-ci peuvent e . dits de la navigation. Seules ouvrent droit
.^n^ de francs- De cette somme cons- ETATS ETANT DONNE LE PROBLEME * mouvoir
se et accomplir seuls les actes ! 0 Motif de la Place au complément "de pécule les maladies con-
Un poids... une mesure punition infligée par
la, Fran- COMME IL SE POSE : "-.. tractées dans un événement :de guerre sur
|la$ûée par une massé commune, " essentiels de la vie? de Lyon à un brigadier de cette garnison : J.. P.
à près, de la moitié. I
France ....................... 5 -% Quoique chez eux la perte de l'usage des .mer avant le 1er avril 1917.
ï$.a4x-oit Si nos gouvernants se sont occupés îusqu'ici « Brigadier X..., 8 jours de prison.
CES CHARGES_ J et Domiiitôiis.... 9 % n
membres inférieurs soit bien plus complète accorder aux mutilés du
: GOMMENTREPARTIR Angleterre des des ; pensions à « Avait une tenue tellement ridicule
ENTRE TOUS LES BELÙGERANTS ï
Italie- .5 % ;ique pour n'importe quelle amputation *
front, peut-être prêteront-ils une moir.jdre at- 0 qu'il ressemblait à un officier. • »
deux cuisses,.le (barème actuel les assimile leur de-
S
Serbie 0,4% *
tention à ceux avoir fait

; compte
;.prsérbjbîe .qu'il
des 'dommages
.fadaie d'abord
suibfe par cha> Roumanie
tenir
.J
.i.....................
-i 0,7 % z.
^
aux amputés .d'ufTmembre.
n'y a ipas amputation est une plaisanterie
(Objecter qu'il
^
voir
qui, après
devant l'ennemi, rappelés à l'arrière en
muti-
<t Pour une perle, c'est une'perle. »
Si tion e vero !...
Dans les Sociétés
£ 1,2 % { aussi cruelle si l'on l'énucléa- c de spécialistes, y furent aussi
iipe nation et dé l'èffoirt financier et mi- ' Belgique que exigeait qualité • --.'" ©- .
ï . <-.-.- 36 a lion de l'oeil reconnaître la cécité). De 1
lés. _ *
Kfttliire qu'elle s'est imposée. 1, États-Unis % pour Association Amicale
- .3,2.% on semble tenir négligeable la Citons à le cas d'un de nos ca- Le badernisme
Aussi avons-nous' établi le très' iïité-; F
Portugal >..-..; —.......... -p'plus, pour ce.propos des Ecoles Professionnelles du Grand-Palais
du bassin, c'est-à-dire la perte de d'infanterie, envoyé à l'ar-
ci-dessus, J
Japon —'.-.. ...... 28 % p
paralysie n
marades, sergent
cessant' tàibleau comparatif - vésicale Demain, dimanche 23 février, à 9 h. 30 du
i-,5 " % la ^ puissance virile, l'incontinence tourneur Ujn de nos confrères, M. Jean Rodier, pu-
- ressOTÏïr pouir chaque pays la G
Grèce .................'...... rière
• par l'autorité militaire comme se tiendra au Orand- Palais la pre-
fusant el intestinaJe ! à Saint-Denis, et blie la lettre suivante adressée, par le lieu- 'matin,
le E
Brésil .".,". 5 % examen dans un atelier d'aviation, assemblée générale de ((l'Amicale
population, le poimjbjre de mobilisés, <IÎ n'est pas besoin d'un savant au commandant un du mière
5 fut,' dans la nuit du 30 31 janvier tenant-colonel, dépôt gé-
Chine ...-......'........ % pour conclure que la situation du paraplê- 1
qui élèves des Ecoles du Grand-Pa-
tfonfflw'é de rtiués,-1ès-dépenses de guerre Ç. pi i blessé devant son établi par une nie, à un capitaine commandaqt une compa- des Anciens et des Invalides ».
gique étant beaucoup plus douloureuse que 1918,
- et la- dteéie û&ia. gperre, le© dlégAtis îna- lais
100 dé l'amputé dé deux membres, il n'est b
bombe de gotha.. gnie au front :
îériejts. . ;.,... %} celle §
'.-'.-. que juste de lui accorder au moins les mê-
qi Notre camarade, qui dût subir l'amputa- a J'ai l'honneur de vous retourner les ti-
:::Wc^e:0bleaU''en Mie de f'article) Dans ce tableau la part .atiribuée au. mes rr ti
tion de la jambe droite, reçut la médaille dies de recensement des hommes de votre
fôunles dépenses de guenre, nous p
POirtugal est certainement trop forte
avantages-.
C'est pourquoi il nous semblé que le Par-
d'oeil
n
militaire
- pour blessure en service commandé unité, ces fiches n'étant pas du format régîe- Pour trouver me staation
• • -- lelement a le devoir de jeter tin coup n° 2 le 28 août dernier.
%yops compris la totalité des dépenses p
pour ses'finances-.: -"--•. -et fut réformé îiientaire.
Sisur le nouveau barème s'il tient à ce, que de vue de la
peh3ant: la période de guerre, jusqu'au Le Japon, acceptera-t-i] de' payer 440 ' ,.: Croit-on qu'au point pension « Je ne puis'que vous Confirmer ma lettre Nous venons de recevoir une brochure
• - ses généreuses dispositions aient-cette fois-f- son sort soit comparable à celui des mutilés
r pl; décembre 1918, défalcation faite des ïr
mêlions par anr ? jSe
leur "plein effet. d'hier, eq vous priant de vous adresser, pour très intéressante: de M. E. DUBOIS, direc-
^(
Siépenses normales étéfat G même catégorie blessés sur le fror.it? Il d'obtention
de (. de ce» fiches de recensement, a teur d'assurances à Angers, . 2 rue. Max*
qui'-auraient iEin, somme les 2/3 des charges re-. Veuillez agréer, etc.. I votre
tes pendant'-Jactitei te
tomberaient sur Japon et Amérique si n
n'en est rien. corps de rattachement sur le front, qui Richard, intitulée Pour trouver une situa-
période, enprenant'
- comme * Cet amputé n'est justiciable que de la loi j vous les donnera. (Dép. rSinist. n° 24.873 tion.
hase les derniers budgets d'à- pi
[ion s'en tient aux bases indiquées. -_..--.
sur les... accidents du travail ! 1/11 du 15/9 18. § III. Etablissement de Nous. recommandoiiiS spécialement ce li-
pnt-gueiTel Nous avons également com- En prenant comme basé les dépenses,
pris dans ces. chiffees
Alliés, puisqu'elles
les avances aux
correspondent à une -
leles chiffres
nraiêriit" -pas sensiblement
dû tableau- ci-j'oint nese-
modifiés.
ta Rééflooatîon^j^îessionoeHe
l
II se demande, il nous demande s'il est la fiche de recensement. »
équitable que deux poids et deux mesures Si le corps de rattachement ne possédait
vre à nos camarades, ils y trouveront
d'utiles conseils sur la façon de se créer
existent en pareille matière. ; ..point de fiches de recensemeiït, et du for un portefeuille de représentation el d'assu-
dépense effective du. pays qui a lait les Eapa'-rt. de la France serait très sen- La Ferme de Rééducation agricole de : Il n'est point le seul dans son cas. j
mat
avances., sisiblement diminuée, de même que celle réglementaire, les hommes ne seraient rances, : la manière de se présenter chez les
r„jTolïliers près de Bei-ck (Pas-de-Qilais) re- Tl n'est noint le seul à penser airisi. , < sur les qualités que _doit acquérir
.-. E- faut Immédiatement ditle la Belgique, de la Serbie et de la Rou- de la guerre qui dési- point démobilisés. . clients,
remarquer ç0 oit tous les mutilés lui. —
- Nous pensons comme Mais, le président du conseil, ministrs i
tout bon représentant : confiance .en soi,
que -la Serbie, la Belgique,, le Monté- mpanio si l'on prenait comme base les men't se réadapter ou mieux connaître* le> accidents dut travail !
là Grèce, la ÎSoumânie La loi sur les asp- de ( la guerre, a fixé impérativement l'ordre j
persévérance dans l'effort, politesse, affa-
négro, ont fait de lommages. tnravaux de la campagne. une dérision. .de
pi n cet homme, c'est départ des classes, dira un « rouspéteur ». bilité,
1 ordre, amour du métier, etc. tt
la-iguerre.pour la JeanMONDRÉ. 1
Nous nous intéressons plus particulière- pliqUée
plus grande partie avec | On choisit son poste de travail, on ne — Oui, mais, répondra sans doute le co-
me icnl. à ceux qui sortent de chez nous et les Le'-chapitre IX. sur la manière de .prépa-
suivant leurs et leurs ch
choisit son poste de combat. j la ministérielle a fixé le for. 1
rer des affaires, a attiré toute, notre atten.
laçons aptitudes pas lonel, dépêche
oûts chez des cultivateurs susceptibles de Une place à un établi, dans une usitïe de mat.de-la ^ fiche de recensement. Le règle- tion. t
Proportion Proportion Dépense Dommage v ' j
intéresser à eux et è leur famille. „u pecunée. par un mobilisé, c'est un I ment, n le règlement... Cette brochure, prix 2 fr. 25, est en venta
des tué» dea'mobiliaés Mois par tête par tét« H.. guerre Monsieur,
Pour les (renseignements, s'adresser au f-
' ' ' poste de combat. j chez l'auteur, M. E. Dubois, 2, rue Mai-
'.% . '% (francs) (francn) 1 irecteur. Ferme de ta Broliière, ' Groffliers P^;Ce mutilé l'a été au champ d'honneur. Il j Richard, à Angers, qui adressera fe volume
Pjaàcé 8:3 20 -53 3.350 9 iar Berek)* (Pas-de-Calais). , ,
MétiropoUtaïne-. ,1.500 doit avoir droit à tout ce que cette qualité j franco, contre mandat-poste.
Royaume-Uni .-*-.T.T.T.v.r< 4.4 13,2 53 4.000 insignifiant B
romporte. J
41 125
ïtaâ'ie ..-..ii«.r.wr.w.w.-.-.."

Roumanie',.-..^r.,-.r.w.
4.3

4.4
15.5
16,4
Ï8.2
53
20
1,710
1,800
..iMÙ---" ^
1.000
750
TTOUF^FORMF9
g
I Les mobilisé» et l'impôt
Groupons
Tel est notre premier
nous
devoir et notre
dans son intérêt intérêt primordial.
,-.v.»r.:.^.,.,c 0V5 .5 53. 900 900 i
Belgique
!.BertJSe~'.'.i^,.w^.I«.Wwi» 0.05 3.6; 19 1.000 . néant S , oit s'afoonner au i
Le fisc ne perd pas de temps. L'U. N- M. R,
K États-Unis ,.T.,..•.-,i.-il..:.>»
M. C..., démobilisé et rentré chez lui, à 1,
: - -I Grèce ^..^.v.-.,.-,..:..-.,-., 0.01 5.9 15 500 100 ne fait,qu'unir les camarades et les dé-
I 0.001 _ " 0.5 3 néant •
f « ouma.1 des Mutilés Cm~
T..., le 2.1 janvier dernier, après trois
Japon] «.,.>..-.,.>-.»-.:.:..... insignifiant |
I moi
nois de front et' cinquante-tiois mois de fendre.
i (soit l^p. 10.000)
néant i et Réformés Adressez-vous au Siège social, 15 rue
>-^.w.>^..'*--' 0:-3 1 32 aptivité, a reçu dû percepteur, au> lende-
g Poriiugal
C3Jp
son une sommation, avec Molière.
Rue Grétry, Paris (2') mailain de retour,
1,

>»»»
ou partie et qui suffiront largement à la lâ- s'occupera de moi, et à cinquante ans,
n'onti pas su le faire .fonctionner sont Bourlut. — Ils en ont pas mal. lu auras gagné tes quinze, vingt
ïfeuilleton du -Journal des Mutilés (17) ) — On ne pouvait francs par jour, 'tu seras con- che. Tu vas peut-être me dire que dans je tendrai la main pour mendier.
comime qui djfaàt des poires. Alors, tu Ratplon. pas. faire vingt-cinq — Tu me jures que ce n'est
et Victimes de la guerre e l'industrie, tu trouveras à l'employer ? Bourlut.
Réformés _. eoniprendis ?_-._ plus ; on nous a-dit de marcher ; noua tent,
Bourlut. — On ne .gagnait pas ca Qu'il y a tellement dé vide qu'on trou- pas à cause de Mlle Solange 7
— Ouï ! 'Oui ! avons marché, un point c'est tout. — Je te le jure.
Bourlut. vera toujours à gagner son pain. Mais, Ratplon.
— l'or- avant la guerre. Nous n'aurons pas per- — Alors on verra
— iNous, nous avons fait Bourlut. Si nous avait donné un beau jour, tu Bourlut.
si les usines fenment ; nous en

Bwrlut&Ratplon
du au change.
die d'aller à Berlin ? — On n'aura des
plus que notre portion. Ratplon: pas perdu au resteras le bec'dans l'eau pendant reparlerons-
IRatplon^ — mois peut-êtae. Et puis, il faudra te fai-
Bourlut. — Les copains q»i y sont en- Ratplon- Ne blague pas. Bourlut, change ? Tu en sors de .drôles," parfois, * *
ça te va mal avec ta patte folle. De ceux mon vieux. re encore a ton nouveau métier.
core aussiT En abandonnant
on a fait trois — Tu as l'usine
ET LES JBONES Ratplon. — Oui. Mais eux qua ont; fait qui étaient à la Marne,
paris •• las morts, qu'un ministre va Bourlut. — Décidément, Ratplon, je Bourlut.
— Sûrement.
peut-être raison. Ratplon n'a éprouvé
.Michodon,
aucun regret ; il a
"tellement plus que leur devoir, que, si crois que tu es un peu marteau depuis Raiplon.
— Alors connu, depws des mois, la sensation
' glorifier en bloc, tous les ans. du côté Bourlut. ?
Par ÊtiçnneGRIL on n'avait rien fait pour eux, tout aurait quelques mois. d'être de passage dans
de .Meaux ; c'est un petit voyage... — J'en cette maison,
des cHa-. ai peut-être l'air, — Alors ? Il ne faut pas hé-
; «mal mapc,hé...0n leuir distribue Ratplon. Raiplon. qui ne .fabriquait plus de pâtes, malgré
— Au même le fe-
. t-ïons'et vas-y donci ! et des croix de guer- Bourlut. prix, je mais au fond, je ne le suis pas, analheu- siter. Tant qu'on s'occupe un peu de qu'il fût certain que son patron ne se
(DECEMBRE 1916) : rais. Alors tu crois que tu n'auras de la cause, il
re,. ifaiîtas exiprès et des médailles rtii-lr- sement. nous, pour les besoins siérait jamais séparé de lui.
sans appoîter un à 'beaucoup le grand — C'est, ce que je voulais change V
"La visita de l'Aristb, , taires : on donnait Raiplon. pas perdu au faut en profiler, apprendre un bon mé- — C'était presque de la cha ri
dans Bourlut. — Je le crois.
tait nouveau, a fait manoeuvrer, cordon de, la Légion d'honneur. dire. 11 y a donc les morts, qui n'encom- iliér, en rapport avec nos moyens, un lé, dit-il,
et de la charité il n'en faut pas, même
l'obscur© eoriscience de Bourlait et. de\' Oulala ! - — Dans ce cas, 'tu te mets métier qui ne nous craquera pas entre
Bourlut-— brent * pas ces messieurs ; i! y a le paquet Ratplon!
des Avant la guerre, quand ça paye des lambeaux de notre
îfetplion, le grand ressort désaspé- — lEh bien 1 ils ne l'auraient dés survivants et des petits 'blessés le doigt dans l'oeil. les mains lorsque l'on en aura assez de
Ratplon: corps.
-jça»e«s.-.Ea i&ense.enjouée, et/huinoiris? nous avions un irfétier ? casser la fig>u.re.
; pas volé. (Mais &s qu'il y à de dégoûtant que l'on a renvoyé sur le front, à seule Bourlut. — Oui ! Oui !
.j'iqiiê.Ues jfossilès'.de ' 1914,, oeJ-le plaisan- colle la croix fin de leur permettre de gagner de3 Bourlut. — Oui- Bourlut. — Toi, iRatplon,
en i maintenant c'est qu'on je te con- — Tu
-itéFiè d'une îiêuïe, s'est pr.olQng-é& lionneuis — Sommes-nous en état de Ratplon. habitueras. Ou
de {rmarre à des chanteurs vont ibrail- ; et il y a nous, ceux qui ne •Ratplon. nais et je te vois venir : tu veux quitter t'y
.qui M. Michodon nous donnait
eux. des plus retourner au feu, parce le reprendre ? M. Michodon., plus que ne
ler des chansons à-des Uilomôtires pouvaient le méritait
'— Bourliiit. Pour le reprendre, non. notre travail : dans ce cas,
ÊaïiJlôn: pn. •rigolait,"' lignes, à des officiers d'administration que réellement, on ne peut plus faire des Bourlut.—
Ratplon. —Oui- c'était do la charité;
causait aviec l'Aristo, mais ' le soldats avec nos carcasses, même rafis- Mais nous en avons un autre. où bien, il nous
iquairid'-on- «qui ont fait leur dev-oir:en assurant
— Cet autre ne sera pas éter- Bourlut.—; J'étais sûr que ça arrive- aurait payé exactement
tolées. ÉNous, on nous a mis au rancart, Bourlut. ce que nous va-
itout de 'injêxne, ce- n'est pas rigolo. r.avi'taiiiement ou en refilant aux pau- verait, depuis le jour où Mlle Solange et
' lions et nous mourrions de faim.
vres bougres une capote,-déteinte contre primo parce que nous ne sommes plus' nel et ne durera pas aussi longtemps l'autre sont venus à l'usine.
Bvurlui.—• Je .te crois que ce n'est pas — Pais le malin,
. bons à .rien, .secundo parce que notre que feu Mathusaiem. Bourlut.
'_"'"' ;" une capote sale. » — Bourlut. — Je l'assure, Ratplon,
rigolo. affaire est trop vieille el que ces mes- Bourlut. Oh ! au train où va la Bourlut que fais-le malin. Au tu as du être
— Nous avons fait une cho- fond,
Raiplon. Bourlut.:— Oh eni cônnaît. I sieurs ont trop à faire, parait-il, avec les guerre, nous en avons pour un bout de ce n'est pas à cause de cela. comme les copains — mais je ne le ca-
se^ëpatanfe. à. la Marne ; on nojuis l'a dit — Si on en connaît ! Je le Bourlut. — Oui ! Oui ! cause toujours.
Raiplon. nouveaux. temps. che pas — et avoir une sale émotion
nous ne nous en
d;5al)oïxî, paroe ..que crois qu'on en connaît : des dégoûtants — Iln'y — Tu ne vas pas croire que — Parole d'honneur. Bien lui a dit : au revoir !
, Bourlut. a rien à faire. Ratplon. Ratplon. lorsqu'on
Étions pas'aperçu...
qui n'ont pas honte de coiler le .ruban - la fin de tes —
— Non, il n'y a rien à faire. la guerre durera jusqu'à sûr, c'est depuis ce jour-là que j'ai ré- Ratplon. Pas ça !
- BGurluU — Et faisait ce qiu'on Ratplon.
puis,-oh suir leur redingote ou sur leur uniforme, ? «Ni vingt ans ?• Ni dix ans ? Ni fléchi, .mais je ne serais certainement Bourlut arrête son camarade au mi-
Et *** jours
devait' !;.;. qui n'a jamais été sale et poussiéreux. cinq ans môme. Alors qu'est-ce que nous pas à cause de Mlle Michodon et de ce lieu de la rue, et, sans amertume, sans
l'as dit : ce qu'on de- qui c'est qui se .met la ceinture
"-'Tu ?
Piaîplon. — Dis 3onc, Bourlut, quand ferons. qu'eMe a fait. Les idées me sont venues : reproche, lui déclare tranquillement :
vait,, si tous .avaient'.fait-ce qu'ils ffe — C'est nous. Ratplon.^ — Encore — Je te
Bourlut. on saura, faire des obus ou manoeuvrer •Bourlut. des obus. On fa- on ne fait déjà plus attention à nous ; dis, moi, que c'est à cause dé
yaient'.îaîre> Mais comme une-quantité des obus. qu'est-ce que ce sera, quand la vie nor-. Mlle Solange.
— Oui, c'est nous ot les tous une fj-aiseuse à peu près aussi _ bien brique toujours
fâe types sont "-restés tranquillement-au Ratplon. — vieux ! Tu n'as ma,le reprendra 1 Je me suis dit, pas — Parole d'honneur
femme, veux-tu me dire ce que Ratplon. Pauvre Ratplon. !
coin du feu, Tandis que' nous nous lai* les frères qui ont lu le. malheur de se qu'une
pas l'air dele douter qu'il y a des mil- plus tard que ce matin ; il faut que je Bourlut- — C'est bon î Je te connais!
-S faire abîmer pour queles Allemands ne nous ferons ?
sions casser îai>iueule...- — liers et des milliers de bougres qui sont me sorte de là tout seul et que je pré-
On gagnera davantage.
—îè système D::. touclient pas à Paris et ne barbottent pas Bourlut.
i:Boyriut, s| davantage — C'est entendu- Et quand plus capables que toi et moi dans la pare l'avenir ; sans cela personne no (A suivre.}
de territoire. Ratplon.
}JRaiplon. —. iBxactement et ceux qui
'
y - _. JOURNAL DES M^HI^SrREFGRMES ET VICTIMES DE LA'GUERÏIE "V
I Tliit ii- — mu ' — ——— " ' ..—..— .. . ,.. ... ..m*2* .i. . i^i—,.- . i i
i i il !

A LA CHAMBRE TRIBUNE LIBRE i CHEZ NOS CAMARADES


IVWW uvv

3 LES DÉCORATIONS
ne
leur, reconnaissance
'par suite àe circonstances
n'a pu être e\\ectuée

de leurs
de fait indépen-
auteurs.
w6
icn-
Par
satisfait
contre

voté les différents


plus la Chambre
l'article

articles.
22 en son entier
qui. pourtant
Car mis aux voix
en
'Oix
ne
na a J giioii
j
Dans note

tfibution
a ouvert,
numéro

de la médaille
80, le camarade
<psii- s^s réflexions
militaire, «ne
Cavï-
Cavî-
sur l'at-
inté-
ceux qui ont laissé une partie
ou de- leur santé au service
dire envers tous les réformés
du pays,
n° 1.
- LaME fesMlIIil
d'eux-mêmes
c'est-à-
|| Le soutien des
\danles de la volonté
aorès une .discussion assez longue, L'ENSEM- £M- ressante discussion à luqu-elle ont .parti- 'a"li-
]
L'ENSEMBLE DE L'ARTICLE 20 mis alors au*
£Ul
BLE DE L'ARTICLE 22 N'EST PAS ADOPTÉ. cipé : .Morin, Fumadellc-s, Lagnace, Pauliac,îhac,
Ë. MATHIEU, prisonniers rapatriés
jVOix EST ADOPTÉ. Et la Chambre r.emet à mardi 18 février,'er, de Johannès el qui vient de se clore à la Gomment la toucher ?
i L'article 12 avait été réservé, la Cham- im. ,
la suite de cette discussion. Le 4 février, le Journal
en reprend: la discussion. . satisfaction générale, je crois. Officiel publiait
fbre le décret d;u 1CCfévrier, art. 1, S, 3, 4,-5, 6, 7 et 12
La Commission accepte la suppressionion Séance du 18 février . Néanmoins, j'ai estimé ne pas faire ceu-
CE-u- Nos camarades qui lisent les quotidiens 'iiens pris en conformité $4 Extrait des statuts,
. %'re-inutile en m'inspirant de tout ce qui ui a savent fous de nos principales du vote de la Chambre du 28 défonbm bi'*
des deux premières colonnes afférentes qu'une rc-
rc. BUT DE
?p Dans sa séance du jeudi . (précédent, ' des-
d*.s- w. i'SlS, relatif à la solde des prisonniers L'ASSOCIATION
aux le premier et le été dit et en regroupant les éléments vendiealiOns : la M. M. à tous les re- de
majorations pour ;. la Chambre ayant repoussé l'ensemble de [
d ARTICLE l'UEMif.n. — L'AssociaUoiî
deuxième enfant. Elles seront jus- tinés à argumenter la -conclusion présentée. liée, formés n" 1 a été repoussée par lu guerre. dite la
payées l'aa-ficle 22, la Commission une nou- 11 <'
ans au lieu de seize. ly, propose ,* dans notre du 14 décembre, parir lé Chambre des Députés. Ifs ont peut-être , re-
re. est établi que tous les prisonniers de :
d£ Soutien des Prisonniers Rapatriés « a
qu'à l'âge de dix-huit velle journal
: rédaction de cet article qui est la sui- Fumadelles, conclusion dens : la- nos !« ! .guwre indistinctement onl droit a la solde[de pour tout de soutenir les intérêts de ««s
Cet article serait donc ainsi conçu camarade marqué que députés, généralement si
vante : de P^sence. membres et de resserrer les liens de (r*-
cru bon d'introduire une stipu-
[îpu- peu qualifiés pour les ciioses au ont
'Art. 12. — Dans tous les cas, y compris™ TITRE III
quelle j'ai
n'ont su que répondre
juger Iront,
'-'es hommes de troupe teraité
de pen*, en* lation nécessaire. aux arguments, pour-our- prisonniers,. à ja la qui les ont réunis pendant ia grwnte
ceux, où il y a lieu à complément mi- j tant
nii- bien minces, du sous-secrétaire solde journalière, ont droit à la. haute pave ive gueiTc.
sont ac-
ÛC_ DROITS DES ASCENDANTS Nous demandons donc que la médaille d'Etat, jtat
sion, des majorations annuelles dc guerre dans les mûmes
« Art. 22. — Si le décès oji la disparition on litaire soit concédée à tous des réformé» mé» Qu'ils me permettent donc une lettre 'ou-ou- conditions que
en sus de la pension définitive ou\
OU tous les autres COMPOSITION DE L'ASSOCIATION
cordées n* 1, rayés des cadres, ; ou verte à Monsieur Abrami : mobilisés. Cette haute paye IJf;
iempÔTiaiTJi, par enfant légitime né ou, à du militaire ou marin est dû à l'une 'des,
les; pour/blessures
est allouée
maladies contractées dans la :;zone de conv aux militaires qui, ayant salis-
tis- — L'Association
suivant le tarif ci-après : causes prévues et indiquées aux paragra- "a- « En combattant AUTICLE 2. se eornpese
'paître, l'article Ï2 bis, qui était itait fait aux
1° el 2° de l'article a
ù. bat et dont la conduite au front a toujours 'U].s obligations prévues par la loi sur ;ur de :
Pour une invalidité A& plies
de 13, qui ouvrent la consécration de nos desiderata conecr- ecr- te recrutement, en outre, deux ans de
q
"' la veuve un droit direct à pension, ses as-
is- été satisfaisante. C'est cette dernière condi- ^ ont, Membres — Toutes
Fr. "- — . ,' nant la médaille militaire vous avez présence effective sous les drapeaux actifs. personnes
cendants auront sous les conditions ns tion ajoutée, condition pouvant fait,
fait, depuis uls été
100 p." 100 droit, que j'ai Mons'c'Ui' Ie Sous-Sfeoi'étaire' votre Dire la mobilisation. françaises ayant captives des ennemis
300 sembler nuisible /à ceux d'entre
ntre d'Etat, Le temps passé en captivité ité dte la France
&&... , os — fixées à l'article 23, à une allocation, s'ils
ils peut-être
oire
t'rava' 1 c3e membre du Gouvernement vous ous compte comme présence effective sous les
tes
pendant la grande guerre,
— justifient : . vous, mes chers camarades,dentés de croire
avez enlevé aux Membres participants. — 'Joutes
person-
-2/0 ........... 90 " mutilés la consécration de drapeaux. Par exemple, un mobilisé
— ic 1° Qu'ils sont de nationalité qu'elle est susceptible d'être.-retournée qui a nés directes ou par mariage
255 T 85
' ' française. se. le
con-J
en"
leur héroïsme. Mais vous avez égalemenl.et it.et fait son service comme dispensé de Tarti- 'ti-
parentes cte
— « 2° sont ou ou atteints us tre nous, par Gouvernement, qui cela membres actifs.
240. 80 Qu'ils infirmes je vous en félicite, berné vos collègues nes oie 21 de la loi de 1&S9, a un an' an au
— d'une maladie incurable ou de de
de prendrait i-exte pour n«i&47oûver des écarts a 's '
de la
passé Membres honoraires. — 'fouies
persou-
*22%. ...,.'• 75 âgés plus Chambre. Mais à vaincre sans périls, ils, front, trois ans en Allemagne, aura droit L a
— Xu -de tenue et justifier son avarice dans ses on triomphe à nés désireuses de collaborer à l'Association
210 ...'...,.:..., 70 soixante ans, s'il s'agit d'ascendants du sans gloire ; ils ne pouvaientient ta haute tes deux
attributions. J'écarte, pour ma part, .^eFs
nv"
l'hy- paye pendant dernières •es et de soutenir son but fumnniîair.e.
195.., 65 — sexe masculin, et de plus de cinquanie- <e. guère vous répondire... aurait falluallu années de sa captivité
d'une aussï '. puisqu'il (sou.-;-officiers : un — Toutes
60 — I ans s'il d'ascendants du sexe xe pothèse ingratitude déloyale. pour cela connussent les Membres d'honneur. personnes
180....:.....: çinq s'agit qu'ils choses du franc ; caporaux : soixante centimes
55 — à la « zone de combat ». il paraît raît I
front i ; sol- )1- proposées par le Conseil d'acinaiistratlon
165...., i
féminin. Quant dats .: vingt centimes).
- — « divorcée non la délimitc-ir nettement. et admises par l'Assemblée générale
•150..,..:..., 50 La mère veuve, ou mariéeèe assez délicat de wX: « Vous avez raconté poui;
*- à Messieurs
435.. 45 — i
sera considérée comme remplissant la con- "-" - Nous en laisserons le soin à 15autorité mi-
™1-" i vos col- col- Rappel récompense de services 'exceptionnels.
— lègues qu'il y avait déjà un insigne : celui ?îul Les . Membres — Les veuves et pr-
120 40 <
dilion d'âge, même si elle a moins- de cin-n- litaire. que nous ne supposons pas d-icidé£ M* (
des prisonniers de guerre doivent dès adoptifs.
blessés et mutilés. Vous vouliez rir*, des captifs de guerre
101'...., 35 — <
quante-cinq ans, si elle a à sa charge un
"» à la restreindre, outre mesure, à notre dé-
ûe' ; '/*- maintenant, s'ils sont rentrés, ou dès leur,,n plielins admis par
Monsieur Abrami, car vous savez fort bieniien ,
30 — c
ou ou âgés de Ie Comme on le sait, s'ils l'Assemblée générale die cotigar
90.... ....... plusieurs enfants infirmes trinKint- 'Ifatta-ibutilon,»°i jque tout le monde le cet
rentrée, sont encore vu pays ennemi11 (exempts
— 7 porte, insigne et queïue ou neutre, tions).
75........ 25 moins de seize ans ,• scrupuleusement judicieuse de ila médaille l."-e }
rien ne distingue adresser une dumanâ'ie de fap-
— le réformé n° 1 .pour 3. — Les
60..... 20 « 3° Qu'il n'y a pas, à l'époque de la de- e- militaire est infiniment complexée, voir« im-
™- ,
maladie contractée en 1*« ligne, ^™-e pel de solde de captivité aiui commandant fl "Annci-F. membres actifs soirt
imande, 1 le du réfomné du dépôt du corps seuls électeurs aux assemblées
iù... 15 —. d'ascendants d'un degré plus rap-P* C'est pourquoi,î\ f^ut./résoudre Je n° i 2 pour... s'être auquel ils appartenaient générales,
— possible. blessé avec un porté-plu- uu" ARTICLE 4. — Les autres
30 10 t
proché du défunt ; avec de vues, afin de ne r
me au moment de leur capture, en v ^1 membres ont
problème largts dans les tranchées de Bordeaux ou joignant voix consultative
« 4° Qu'ils les "i dans-Jes débats
- Les mornes majorations sont allouées,es ne sont pas inscrits au rôle de fe commettre que le moins possible d^injus-us" {
d'ailleurs, à l'arrière. pièces justificatives du temps passé el peuv^oj;
ll'impôt » 1er en ainsi ™, assister les membres actifs dans
naturel reconnu, sous HJ' général Sur. le revenu. tices. Il convient' même de se demander, captivité, qu'une déclaration sur raccenn-
pour chaque enfant « Vous ne voulez de leur
la reconnais- s- .. Les articles 23 et 24 ont été supprimés si une des r-éformës nëg pas accorder la médailleille l'honneur indiquant les sommes perçues ^
plissement mission.
Wes conditions fixées pour parir. dès à présent, partie militaire à tous le's blessés, car ARTICLE 5. — Pour
20. 1
la Commission. n° 2 pour ble.ssur.es ou maladies ne sont on^ . elle semait ait en pays ennemi et un certificat (même °
être membre il lau> :
sance à l'article , c
donnée /i ceux qui se sont battus » néant 1 Etre
cha-a- aussi' invalides et méritants que cer- bravement snt ») mentionnant les paiements 'If
ef- agrée par 3e Conseil d'admirilstifiw
Ces majorations sont payables pour M. pueuille propose que le paragraphe 4 pas commo à ceux blessés tion
n° 1. Toutefois, il y a lieu ieu ?. en tournant le dos 3 à fectués à litre de 'délégations ]•" ;
enfant jusqu'à l'âge de dix-huit ans*s* .soit s ainsi rédigé : tains réformés l'ennemi l Qu'est-ce pendant la
que transfor-;or. z. à dire, Monsieur Abra-ra- captivité. Les « isolés ~J 2° Payer une cotisation annuelle de 3 to'
même la mort du père, sous réserve 'e 4° ne sont pas ins-s- de remarquer, sur ce point, que la », c'est-à-aire, par~*.
après Qu'ils (les ascendants) mi : il y aurait donc des Commissions les membres actifs et participant»
de l'application des articles 17 et 18. ccrits, au rôle de l'impôt sur le re-\;-, mation éventuelle de réformés n° 2 en n°; j1, g
qui jui exemple, les officiers qui ne dépendaient ' pour et
général auraient réformé n° 1, avec des pensions,us, d'aucun au 10 fr. pour les membres honoraires.
t de\Trait entraîner, ipso facto, pour les toe-
}V i corps point de vue administra-
- Presque ©ans discussion, L'ARTICLE 12 misÏ3 venu, tel qu'il est fixé par la loi actuelle,- j- •,. des lâches? Nous avions tous ARTICLE G. —
néficiaires, le droit à la médaille, d'après ies pensé, avec ^ec tir, doivent adresser leur de/mande au sous-~" Reviennent membres par*
aUX VOiX EST ADOPTÉ. ..*> ment en vigueur. ^
notre' naïve conscience de braves
La Commission nos du moins. ., conibat-at- intendant militaire qui établissait leurs pétueLs par le .rachat die leurs cotis^ions
L'article! 15 également avait été réservé. repousse- cet amendement, tt voeux, .. lants, que .ceux qui avaient fui étaient les membres actifs el participante
bons ms mandats de solde avant leur
est la suivante : n
mais le président, avant en.discute* 3* Au début de la guerre, dont on n'avait J> le conseil de guerrer capture, rfrîanl
Sa nouvelle rédaction qu'on pour Nous nous sommesles Les rappels sont effectués
. mie somme dé 60 francs et les inemJrefl
n ni l'aspect îl al- par les depuis
Art. 15. — En cas de décès de la mère, ouu met aux voix la première partie de l'arti- i- prévu ni la..diii-êe terrible, d
donc trompés, hélas, et ces faux-frères es ou par les sous-intendants honoraires une somme
i- c
cte 22 l'alinéa. 3°. lait de soi destinât la médaille mi-
ni" 0
ont pour les « iso-, de 200 finands.
lorsqu'elle £st inhabile à recueillir Ig. pen- jusqu'à qu'on été classés comme nous et réformés n°013 lés », de la façon suivante : ARTICLE 7. — La qualité
u. CETTE PREMIÈRE PARTIE mise aux voix EST r litaire à récompenser certains'faits de guer- fir- a:
avec de membres ai,
sion, ou lorsque la mère naturelle n'a pu. pension ! En ce cas, allez alors jus- JS- V partie : Allocations dues en dehors : 1° par la démission
3- A:
ADOPTÉE. re ayant entiraîhe-oiie-c-ri des blessures, en n dele perd 3 ; 2° paj? la sa-
exercer son droit propre, les droits qui ap- qu'au bout et vous n'irez guère plus loin )i'n :
la solde d'e captivité, <
r. Un amendement de Ce du reste, te, e:
en qui comprennent ; diation prononcée poar. motif grava
à la mère ou lui auraient appar- M. Bon proposant it face -de l'ennemi. concept, leur donnant la (médaille militaire... :... V> Les sommes jper le
partiennent acquises et non payées !S (Oonseijf sauf
tenu passent aux enfants mineurs du de-i. d
d'ajouter à l'alinéa 3° les mots : était en conformité des textes législatifs aïs p
puisque vous leur avez donné une pension,>n, au i moment de la, 1
d'adwimisjbration, mettoi»» ^i
« ... au d'autres L'article V du décret du 22 jan- in- ci bel et bon
ce capture (par exemple Ja a l'Assemblée générole.
selon les règles établies- par la voi)i parents tenus- à la dette e existants. argent que vous nous dis- is- :
solde des vingt,
funî, premiers jours du mois de
en vigueur en matière de pension. a
alimentaire pour les ascendants prétendant t vier 1552 qui institue la médaille miHtaiTCj ir«| p:
putez si jalousement î la capture pour un officier eu un sous-3! SECHONS PARTICULIERES
à pension.
à. » en effet, qu'elle « pourra » être' ?*
: Sous cette forme 1'ARTICLE 15 mis aux dispose, « Allons, monsieur ]e Sous-Secrétaïré officiel' à solde mensuelle fait r
.- est repoussé et la CHAMBRE ADOPTE L'ALI-- v.attribuée V à ceux qui auront reçu une ou plu- ' f d'E-£_ | prisonnier ARTICLE 12. — L'action
^VOix EST ADOPTÉ. '/, tat, ne tergiversez J W
le >' du Soutien auj
NÊA
Kl 3°. en combattant l'ennemi, pas plus longtemps et i de l'Association
sieurs blessures Ji. avouez , membres est réaî&ee
L'article 21 est aansi conçu : » que s'il n'y avait pas les cent francs C3 2° Les indemnités et accessoires de solde e j paj
Deux amendements sont i
ce- qui laisse sous-entendr-e en combattantj D an au (bout, J la formation de sections particulières
] CHAPITRE IV. — DROIT présentés. par il aurait fort résultant de droits ou maintenus au a pla-
DES AYANTS CAUSE SE Le premier, de M. Ohassaing, demandant! t ;
l'ennemi d'une façon digne d'éloges ». — ^Il *:,
y longtemps p3 acquis c
cées sous le contrôle du Conseil d'adminfs-
r1 que vous auriez demandé la médaille l
cours de la captivité ou de l'internement
DES MILITAIRES OU MARINS DISPARUS la suppression de l'alinéa 4° est repoussé. : est
i de cette réglemen- '"" mU j^ +
évident que le rfispect g-(
h'taire pour tous les réformés nr 1... il est st (
(première mise d'équipement, par exemple, '>
;l tration et du Bureau de l'Association.
(( Art. 21. — Lorsqu'un militaire ou marin ,, Le second de MM. Queuille et Eynac pro- - , talion j aurait conservé à cette haute distinc- fll l Des groupemenis déjà existants d'ancien»
IT quelquefois plus difficile de berner qui est due en. cas de
P1
posant de rétablir à la. fin de cet "article le i tout son tel en fait la 'u"
su- Lagourdé' le promotion) ; T
prisonniers ou des de sânjs-
est porté sur les listes de disparus dressées s i
tion prestige, qu'on Mi,
que M. le Député,
,. 3° Les indemnités et accessoires mainte- [* teés groupements
de tt 4e de l'article
4° 21 du Sénat ainsi : les officeirs gêné- ' | des régions envahies .entrer
m-r-l'Administration de la Guerre ou la conçu ]
prême récompense pour nus réglementairement en position d'ah- * peuvent
le lieu, ;> 4° Qu'ils ne sont pas inscrits au rôle et t j
raux. Mais, en consfdératicto )de ^a lon- n" A. PUMADJBLLE3. $
dans notre Association au titre die. sections
'Marine, que l'on ait pu ou- non fixer ^
sence (indemnité de cherté de vie pour les
1 l'impôt sur le revenu tel est î1 môme des hostilités et de leur ca- t
particulières' à. la condition
la date et lies circonstances de sa dîspari- l} général qu'il ,<
^tuiaur P. S. — -Comme notre camarade Géo Ca- " c
ofliciensi qui âiabitaienit wne garnison où^ dTadhérer -à no«
?p
Hhon, il est accordé à sa femme et à ses,L fixé P'- par la loi actuellement en vigueur. j
ractère sans précédent, du grand mérite de vj
vignioJi, je suis réformé n° i et n'ai i e
elle était allouée, au moment d'e la mobiw-
|
statuts et que les membres de leurs bureau*
dans les conditions où ils s' CET'AMENDEMENT «qu'acceptent la Commis- • <
CÔUX qui ont subi stoïquement d'épouvanta- m pas la s
sation — indemnité — l s
soient membres du Soutien. Les membres
enfants mineurs, médai-lle militaire, mais je ju^ , de haute '
sion et le Gouvernement EST ADQPTÉ par la <' blés en 1914, j*« que mes logemfent de
d ses sections adhérer
auraient eu, au cas de décès, droit à penr __ j épreuves réputées surhumaines a
camarades et moi sommes L f
paye, etc.). . peuvent au Soutien
f}'
I Chambre.
u ** plus dignes de la à titre
sion, dgs pensions provisoires liquidées sur ,; { c
de la multiplicité ou de la gravité des blés-
porter les gendarmes Du crédit dei ce décompte est déduit le dé-
indiyiducJ,
que ou ts ,
le taux normal établi aux articles 17 et sui- _ î M, Ernest Laîont propose alors le texte ' >- sures s supportée» par le même individu, on
'" iu
quelconques
adjudants
c
bit comprenant Jes sommes ^ Chaque section a son bureau distinct et
f additionnel
ac : militaire re après quinze ans de service 1 déléguées {pai- r
rend de ses travaux
vants ci-dessus, avec application des majo- '_ suivant , a e été amené à accorder la médaille Q
' exemple une fraction de la soldle et les in- compte au Oor>seii,<Tûci*
• Jiianiôre bien moins pareimonieuseè îè n
ministration.
rations prévues par la présente loi. La condition prévue sous le 1" ne s'ap- 'c
'd'uns *** "ddemnités pour charges de famille).
^
Y vraiment s'insurger contrere -
« Ces pensions provisoires ne'peuvent t pi
pliqû'erà pas ï la mère'née française, sauj frt-il lieu,de 2° partie : Solde de captivitô : 11° CONSTITUTION
du 22 janyier lS52 ? Au coma de la discussion DU BUREAU
Ulre demandées que s'il s'est écoulé au i- povlr po le cas ' ..où elle aura épousé un belf-is k c
cet aceroei au décret de la loi surr Le crédit comprend : les sommes délé- •
. » non ! Existe-t-il, d'ailleurs,- s,- le;
les Pensions, M.
moins six mois depuis le jour de la dispa- ~gé
'gérant. Je réponds : -Georges Bureau, député, ï, g
guées, les sommes perçues en Allemagne, , E
Dans sa réunion du dimanche 16 février, le
u
une seule tféeo«5|iiw^«*r*:té2aent décernée 5e a déposé un amendement tendant à aceor- > u
les sommes en Suasse, les sommes. i C
Conseil
rition. Après une épreuve déclarée douteuse, le de «perçues d'administration & constitué spn,
u Elles sont payées trimestriellement et à i e
en conforniité des réglementa qui en ré- é- der de droit, avec les arréz-ages qu'ette e d en France les B
Bureau comme :
te:
texte additionnel est pris en considération" co déjà perçues pour prisonniers j suit
la médaille
terme échu, le point de départ des droits ' et renvoyé à la. Commission. gissent\ro/fcroi
! Je rie crois pas>jjt la croix ix comporte, militaire à tous less q
qui avaient déjà fait <régùJai'iser leur situa- Président : M. Chéries
i ré
réformés
étant fixé au lendemain du jour de la dis- •La. Commission un article de guerre,"-destinée, en jjariiê,rà ménager a- N° 1 pour tîessure ou maladie, i. ti
tion en se basant sur la demi-solde. Bern'àèd;,'vçiépuité-
'
propose, 22 bis , ' d< Paris.
de
varition. Elles la conces- • ainsi aij "
les méâaîlleff\militaire3, quejle fantaisie bur-r. Malheureusement, sa proposition n'a a Si le crédit est au la dif- '."\_
prennent fin par conçu •; eu le résultat supérieur dieun, Vice-Présidente : Mine —.' y"ïëe-<
vue. PG
pss devait Bonnefoy.
sion d'une pension définitive ou à l'expira- lesque -n'a4-elle pss parfois, présider à qu'elle avoir ; elle e u
férence est immédiatement Si le
[
'
« Art. 22 bis. — Le recours prévu par s
sa distribution' ?
* a été repoussée d'autorité par M. Abrami, i.
rappelée. p
Président ; M. G. Gusiine.
tion du trimestre vendant lequel l'existence ,,' ci
crédit est inférjeiu-r au, débit, la somme â Secrétaire
ll'article 5 de la loi du 14 juillet 1905 pour- d'autre et naturellement la Chambre, général : M, Richard Roguier«
du disparu est devenue certaine. Disons, part, que les motifs quijj comme un a 2-<
leeevoir pour la deuxième partie du compte Secr.
ra être exercé par l'Etat contre toutes bo
bon et docile gén. ad;j. : iNtoe -Pagny et M, C^
« La pension provisoire est convertie en Ta. per- a
avaient .provoqué l'étendue nouvelle de l'at-t_ troupeau de moutons, a suivi 1 e<
est déduite, le cas échéant, du rappel à Q
sonnes tenues à l'égard de l'ascendant à ' médaille militaire sont au-j. ce dernier. Guyard.
nension définitive lorsque le décès du mili- ti
tribution de la fs
faire pour la première partie ; si elle excède

la dette alimentaire, à la condition Trésorier général : M. Devos.
taire est établi ou que Vab- ™. qu'elles/ ti
trement acceptables que ceux qui ont faitil <
Or M. Abrami dire à lai le montant de. ce rappel, des propositions
officiellement s * pourrait-il Trésorière gén. adj'. : Mlle Oafiroff..
soient elle.s-mémes inscrites au rôle de l'im- « se prostituer » cette solennelle distinction n me
masse des camarades st
sont adressées
sence_ a été déclarée par jugement passé en
sur le revenu. »
blessés, mutilés ett par le dépôt du corps au mi- Le Conseil décide de demander :
pôt
V®' un au des s mi
force de chose jugée. Dans le cas d'absence 1 q
qu'on a installé, peu caprice malades, au nom de quel droit il refuse 2 nistre ni dé la Guerre qui statue sur le rever-
ADOPTÉ PAR LA CHAMBRE. 1° La prolongation
'déclarée et si la disparitoin s'est produite p
protections, sur maintes poitrines de, con-i- cet
cette satisfaction à tous ceux qui ont été\ se
sèment de la différence. immédiate des per*
1
La Chambre à l'article c; de ministères, de gardiens de laa lés
lésés dans leur missions des rapatriés démobilisables aveu
au cours d'événements de guerre, la pension passe ensuite 25. cierges organisme d'-un dommage Î --Pour les hommes de troupe à solde jour-
braves J,
l'échelon en cours de démobilisation!
définitive est toujours du taux exceptionnel. justice de paix ou lie pandores. i. qu:
qu'aucune loi ne pourra jamais réparer, . w
naiiôre, le crédiit de la soldé comprend la '.' aflii,
' Art. 25. — La
«t de l'allocation i- Tri "e ne pas encombrer
de les dépôts,
Rappel est fait, s'U y a lieu, de la différence puissance A
Ajoutons, sur ce sujet, çue quelques cama- Trouve-t-il par hasard qu'il a fait un trc(p > se
solde de présence (0 fr. 75 par jour à partir four quel*
au:
aura pour point de départ le jour de la de- demandent à ce. qu'on par r I gros gre effort, en acceptant ques jours, et sans nécessité d'intérêt
entre le taux normal et le taux exceptionnel, 'vi
rades distingue, d'élever le taux ï da l*r octobre
du 1918, O fr.- 25 du 1" octobre ^
Qui
mande. L'allocation est fixée pour le père. u
un liséré notre ruban' dé ceux .dee j des de^ pensions à 2.400 fr. ; om alors trouve-t- . •.915
9 au 20 septembre tional, de gens souciewx de reprendre (ta
'sans qu'aucune prescription soit opposa- ™% spécial, 1»18, -G fr. 05 du, 2 ".'
ble. » " 300
A «- fr. ; pour la mère, veuve, divorcée ou u
ces vieux fonctionnaires è annuités. il que q les héros, les bravés et héroïques - août ac 1934 au 30 tout P1
plus vite leurs travaux ;
» poi- septembre 1915) pour
non mariée,
7207 à 600 fr. ; pour a mère veuve soit à'^a lois s lus (stylé
Mis aux voix sans discussion, L'ARTICLE 21 Je ne f-ense donc point qu'il officiel) ont moins de mérite que s îe le temps passé en pays enniemi ou neutre ; 2< Livraison et jugement des re$pon$Sh
reT
remariée ou qui a contracté mariage depuis w.
injuste et regrettable due l'on ait.' en .quc-lquc-:- les ronds-de-cuirs de son administration ?1 le 'diébit .comprend la sdd'e de présence bl
blés, civils ou militaires, de tous araàêi,
ESt ADOPTÉ. ie décès
le ; du militaire ou marin, dS00 s St croit-il
au fr. ; 7C.
sorte. dè'Iâ' mé.^'fe^?yi.t?-Ii"e "itn& "espèce par hasard que les 100 ou 200 > pe
pour tout le temps ipagsé en Suisse. S'ils de
des empires centraux et de leurs
La Chambre avec -l'article 22 arrive pm le père alliés, ac-
pour et la mère conidmtémentf.&-, -|(
-'àe-ccimneiisa.U-n !p&ûr bie'ssuîfes reçues, ett Ira
francs de la médaille militaire, si elle est ; or
ont .reçu une solde en Allemagne, ils doi- eu
cusés de de la
TITRE •III traitent des droits des ascendants. ^C00 fr. ,'. .: faits justiciables correcjOiffî*
. ;'•.:^s'ouffranWeiWuraôs
's-c dans la^Wn'cnéo et ài auj
augmentée un jour, /.soient un trop gros i ve
vent l'indiquer dans leur déclaration adres- ne
nelle ou de la Cour d'assise
Il .est ainsi rédigé : . <par suite â»
M. Aristide Jobert propose de rédiger; 1G1&, il -devint..^ décision i éffe
effort budgétaire? Ce serait risible, car la . se
sée au dépôt. La première die leur lei
leur conduite à l'égard des
pi
l'hôpikd.yBès partie prisonniers
TITRE III con
comme suit la première de cet éx- '. en elle.', 'de^-concéd&r. dép
dépense n'excéderait 100 millions on co mentionne au crédit la haute
phase -pi
'presquP constante, pas ; compte paye fre
français (assassinats, brutalités, tortures st
'tiCl
ticle : aux amputés.'éWù ceux qui i en dépense autant,
DROITS DES ASCENDANTS ce
cetf-é distinction beaucoup plus mal. s':
s'ils y ont droit. toi
tous actes contraires aux lois de l'humanité
subi l'émidéuïicn Cette- ;• C
Or il y a en France environ un million Quant aux sous-officiers a' solde mien- et aux conventions Genève et de
« Art. 22. — Si le décès ou la disparition « La jouissance de l'allocation aura pour
^
avaient d'un^-oeil. de 14
libérale était cepenilanyinsuffisante » de blessés et malades qui ont l'honneur su
suelle, il leur est effectué à leur • retour Hc
Haye.)
'du militaire ou marin est dû à l'une ,des, poi
point de départ le jour du décès ou le jour m
mesure
d'a'
ou auront
où été remplies et prêtait à des critiques légitimes.. Gh l'a { d'avoir reçu les pruneaux boches, mais le su
sur le montant de leur rappel de solde; une ]
Pour faciliter
causes vrévues et indiquées aux paragrd- les conditions pré- - et ung-circulaire cette lâche, les prisonniers
à be
heureusement compris du ( -déshonneur
-àçs die n'avoir pas été décorés ; rei
retenue pour frais de nourriture et d'en-
vhes 1° et 2° de l'article 13, qui ouvrent vue
vues pa-r l'article 22, sans cumul avec les qy
qui ont été victimes ou témoins de ces- ac*
aile C septembre 191 S, venant^lnodifier'et élen- . Par
pardon, je me trompe, ils ont l'insigne des tre
tnetien égale au sixième de la solde de tes
la veuve un -droit direct à pension, ses as- allocations militaires accordées par la loi tes répréhensibles et qui n'en ont pas en-
5 août du 5 janvier Ï91S décida lâaxemen , Mes
blessés. C'est évidemment fort beau; seu- pn
présence. Cette retenue n'existe pas pour
cendants auront droit, sous les conditions du 1914. » dire
d'f celle COj
core fait le rapport, sont de nous
des c^ts individuels, ce qui est ïcm
lement on s'est dépéché, par exemple, de les officiers, la raison doivent priés
fixées à l'article 23,. à une allocation, s'ils ^ bienveillant pour iqu'ils a(j;
adresser, 19, rue de Savoie, sur
Mais la Chambre pas son texte. coller paj>ieB
:
n'accepte 1^
rationnel, car, il existe, indiscutablement, c? 1] la Légion d'honneur dans les minis- eu
eux, s'entretenir entièrement à leurs frais <rn format, un compte rendu
justifient Kn revanche,
En elle ADOPTE "l'amendement de tère
tères, à tous les inutiles les grand conforma
. îe
des blessures, à moindre invalidité officielle qui, pendant aie
alors que la solde des sous-offici&rs à solde :
« 1° Qu'ils sont de nationalité française JVJ Bon repoussé
M. la Commission, corn.- ans d'une ^u
au modèle ci-après
par ou l'énucléation d'un oeil, quatre
<3ua guerre effroyable, n'ont nie
mensuelle comprend la valeur de leurs
« 2° Qu'ils sont ou infirmes ou "atteints LA SUPPRESSION DES MCTS .- que l'amputation
p0ri
portant et mettent eu que le désagrément de compulser un fra
frais de nourriture. Camp de : Nom du signataire,
d'une maladie incurable ou âgés de plus et
^t qui sont pourtant plus gravas
"<( Pour la mère peu plus de paperasses qu'en temps ordi- i les officiers, les tais
veuve remariée ou qui a au
autant en danger 4a vie ou les facultés de» Peif Pour d'hospitalisa- (où s'est passé le fait signalé).
de soixante ans, s'il s'agit d'ascendants du . nai]
naires et de se chauffer au coin du feu.
contracté mariage depuis le décès du mili- ml
intéressés. Au surplus, en contractant 40 % tio/
tion dont lé montant a pu être retenu aux g
sexe masculin et de plus de cinquante-cinq C07} la médaille militaire est accor- Signaler les actes répréhensibles en indi-
Puisque
ans s'il s'agit d'ascendants du sexe féminin. *i t taire
îair ou marin, à 300 francs. » d'i
d'invalidité on peut, avoir été plus hc-:o;qijo" .Pi ppj
prisonniers de guerre rapatriés comme „m
quant avec précision les circonstances, 1»
u La mère divorcée ou non ma- M
M. Ernest Lafont en contractant 70 %. de.e> au 'bout de 15 ans de service
dée, aux mili-
£rt
grands blessés ou tombés aux mains de
jjei la date, les «t
veuve a déposé un amende- qu
qu'en lain
taires à titre de complément il lieu, coupables, les victimes
mer
ment de mesures bâtardes ! La mè- de-pension, ]-ei
l'ennemi après avoie été mis hors de com- ,
riée. sera considérée comme remplissant la qui révise tous les chiures portés à Alors ipas est logique 'Lien davantage soit ac- g-
si possible des témoins.
à tous les n° 1 °sv qu'elle bat
bat. durant leur captivité, viennent en dé-
condition d'âge, même si elle a moins de l'ar
l'article 25. La Commission daille
da militaire réformés Signature.
accepterait peut- corc
cordée au même titre à ceux qui ont subi du<
duction des sommes ont pu être .per-
si elle a sa charge tin être certaines mo-diflcalions de chiffres. pour blessures de guerre. qu'ils
cinquante-cinq ans, P° "^
un grave dommage physique, étant donné les intéressés en ennemi ou Adresse.
ou de Mai
Mais le Gouvernement ". (
Cela acquis, j'estimercisfi ceipendant, Cln,c par
çues pays
ou plusieurs enfants infirmes âgés les repousse et la 4 les premiers n'ont subi, au bout de
Ofia.
Chambre nom de l'équité, nous ne devons pas que
Que. nei
neutre. Pour les sous-officiers à solde men-
moins de seize ans ; avec lui. n'adopte pas cet amen- qu'an
q"u lcur
leurs 15 uns de service, aucun
S'étant dommage sue
suelle, les journées d'hospitalisation ne \ ~
« 3° Qu'il n'y a pas, à l'époque de la de- deir
dempnt de M. Lafont. • no
nous déclarer satisfaits. engagé
autr
autre Tous les anciens désireux
Ei libérale il faut consacrer que celui de l'âge qui est égal pour dor
donnent pas lieu à retenue pour frais de;, prisonniers Û(t,
mande, d'ascendants d'un degré plus rap- Enfin, la Ghamibre avant de remettre au da:
dans une voie xo"s
tous. ',
ge grouper
se sont invités à se met- 1
Et nov
nourriture. par camps
proche du défunt. » lenc
lendemain la suite da la discussion sur la for
toutes les assimilations qui s'imposent. J tref ~ en rapport avec le » Soutien
Je demande donc que l'amendement Ilji conviendra toutefois ' V », qui leur
LES PARAGRAPHES 1 ET 2 mis aux voix SONT proposition proj de la Commission, no;
nos camarades réformés' n° 1 pour ma- que les prisonniers
T-evenant sur rJe
Georges Bureau soit discuté et accepté ; il u
donnera toutes facilités à «ce sujet.
ADOPTÉS. la première p phrase de l'article 25. prend en lad
ladie ? Pour se convaincre qu'ils sont injus- r": 0? rflj,,
rapatriés qui auront tancé leur demande ne
T
Les
est inadmissible
' que la moitié au moins de militaire aura groupements en formation sont priés
cons il suffit de se rendre s>jn
s'impatientent pas. L'autorité ,,~!
Pour l'alinéa 3°, M. Jean Bon propose considération la rédaction suivante : ten
tement délaissés comp- z,s
ceux ont fait p^s leur devoir, d'en aviser le Secrétaire général du « Soia-
qui que bes
besoin d'un certain temps pour étudier leur
d'y ajouter ces mots : te du'degré de délabrement physiologique ~?ïrj
n'aient ,H~n ;i.
tien
« La de l'allocation aura médaille rni- pas la médaille militaire. Ce de- col'r
conml-e. et recevoir le Milletin de rense32ne- ue~
jouissance pour de la majorité d'entre eux. La vrait ^l être un droit comme c'en est un pour Tous les sont con-
« ... ou d'autres parents tenus à la dette de départ, le jour , me,
men.t le de transition "prisonniers rapairié-s
p0jn
point de la promulgation \\\$
litaire irait, avec la justice et la logique, qu'envoie dépôt du « Sou-
alimentaire pour les ascendants prétendant les « 15 ans de service », au lieu d'une fa- à leur retour en voqués à l'Assemblée générale
^e la
de h loi pour les ascendants des tuberculeux, des rliuma- =n(., ils se sont
:!M't présentés
à pension qui rempliront sUi la poitrine
sur C{.,,A
culte soumise à la volonté arbitraire et ^
tien », le dimanche 2 mars, à 14 i). 30 pré-
«... à ce moment les conditions p,,a
' prescrites par i'jS£
lisants cloués à vie sur un lit de souff-ran- j-ant,
fantaisiste des chefs de corps ou, médecins- ^^ . cfee
cises, au P^staunml de la Porte-Dorée, 277,
l'art .^c^;;=;_^
La Commission -repousse cet AMENDEMENT, l'article 22 et le jour de la demande pour CgS des cardiaques
ces. ou déséquilibrés post- ^
chefs. f U est inadmissible avenue Daumesnil
et ADOPTÉ par la ceua qui ne rempliront
ceux également que (XII*).
mais il est mis aux voix ces conditions ' que tvn etc.. \ Les adhésions
typhoïdiques, de gens,
des qui ont fait moins que nous pour sont adressées S M, D£70B,
Chambre. post
postérieurement. » sans tarder. Et à
"i il faut- donc généraliser ja mériter,
la r^ pavanent leur ruban flambant trésorier général. 13. rue .7<?ar«.ne-Hacbetîe,
Ce texte, mis aux voix est une
; L'alinéa 3° de l'article 22 se trouve donc adepte. ]a haute
la j récompense morale, attestant neuf
neUf et aient le culot de-se faire passer de ou le dimanche, malin, de 9 a 13 fleures, att
r]f
désormais ainsi rédigé : invalidité organique ou fonctionnelle, qu'an- ce fa
fait, aux veux du public, pour des guer- siège social, 1.9, rue de Savoie (C).
Séance du 21 février que"
<c 3° Qu'il de la de- m^T la médaille militaire à tous les ré- et de grands
n'y a .pas à l'époque portera n-ers
riers redoutables pourfei'V CA13 La correspondance et les adhésions doi.
La Chambre la fon
formés n° de voir se
mande d'ascendants d'un degré plus rap- reprend discussion de 1, réjouissons-nous ,jeur< " de boches.
deurs Ira vent élre adressées au secrétaire
les modestes , général
proche du défunt, ou d?aUtres parents tenus l'art:
l'article 25. Divers amendements tendant à jux
juxtaposer arrérages afférents, Je l'ai déjè dit et le je ne veux
je répèle, *™[ lu Soutien des Prisonniers rapatriés, 19,
à la dette alimentaire les ascendants augr.
augmenter le taux sont repousses. Ils n'ei déplaise
n'en aux exprits trop "spéculatifs. n„iiP.
nullement enlever la médaille militaire
pour aux *rz rue de Savoie, Paris (C).,
du défunt. » étaie
étaient présentés M-M. Chassaing, Ca- Ç
Quelques camarades, un peu jaloux du .J»™
d'un degré- plus rapproché par ou.reaiïerates de carrière. Ils til>vaillent
de leur sanctionnant une
Sous cette forme, mis aux voix, L'ALINÉA 3° zassi
zassus, de Gailhard-Bancel, etc.. L'ARTICLE pre:
prestige médaille, £*.
tout '
ou partie de leur vie, il est juste qu'on _ P:
25 EST E£ ADOPTÉ. en se distinguant, .
EST ADOPTÉ. OU des blessures
ou reçues les récompense ; mais il faut qu'on nous tière
et Laurent ont dé- Pu
Puis elle revient à l'article 22 qui avait un instant, ne pas approuver la ' c ù nous,
•MM. -Queuille Eynac pou
pourront, accorde qui avons fait le sacrifice proc
amendement tendant à rétablir à été renvoyé i à la Commission. L'ARTICLE 22 mes
mesure que nous demandons. A ces cama- vie, et de notre des droits feuil
" 0080.1110. de notre santé,
\& fin de l'article- 22 le paragraphe 4° de l'ar- EST ADOPTÉ. .' . radi
rades nous disons : Quel est le but de nos autant
5U»„,. ou'ù eux.
: Soi
Sont sinon la recherche de 1"intérêt
ticle 21 du texte du Sénat, ainsi conçu également ADOPTES SANS MODIFICA- Ass
Associations, p1^
Pour me résumer : la médaille militaire <£_:
TIONS LES ARTICLES 26,. 27, 28 et 29. de
de {om t et de chacun ? Ici l'intérêt dp cha- * tous
à , les réformés N° 1 sans
« 4° Qu'ils ne sont pas inscrits au rôle exception ;
TI^fs K a ' été décidé qu'une allocation de 100 oun ne heurte pas l'intérêt de tous. Alors ^
la croix de snerre à tous les réformés tem-
tàeTimpôt général sur le revenu, tel qu'il est en faisant taire
fxr&n<- dams notre but
fixé par la loi actuellement en vigueur. •>' francs sera accordée par fils tué, jusqu'à pen
persitons mQrn]
poraires et'N° 2, sans exception, à condf-
concurrence de trois-, à partir du deuxième mesquines considérations d'amour- ];on -'
.cet amendlement est ré. c0*?c' quel
quelques tion que ces derniers l'aient été pour faits
'Aprfc discussion, enfant. mal _
proi
propre placé. de j
la guerre actuelle el sur le front,
«Suit à ces mots : eniar donc le Gouvernement j£e
Dans notre prochain numéro'nous donne- N<
Nous espéi'ons que
René J. de Johannis, vour
4° Qu'ils ne sont pos inscrits au rôle 'de rons' un compte
rons rendu analytique de cette aun
aura à coeur d'affirmer la reconnaissance
l'impôt général sur le revenu. I dernière
$eTa\ s éanee avec le texte définiîîï des natt
nationale et la sienne, propre, par un geste Membre du Conseil d'administration chaq
' N. M. H. man
les de l'U.
Ainsi modifié, IL EST ADOPTÉ,- I articl
articles adoptés. 1 attei
attendu, envers plus gfaveméfs atteints,
% JOURNAL DES MUTILES, REFORMES ET VICTIMES DE Lft GUERRE •

vous n'avez pas droit a la haute paye de gua


Simon, classe 1S06. — Non, maintenant que
re ^-ui ne se cumule pas avec l'allocation 6p= vous êtes démobilisé, ne pouvez
ci;de. vous porter
l'insigne des (blessés que si vous y êtes auto-
B. G., Nanterre. — 1» Adressez une demar risé par le général commandant le déparlement
de de revision de la Seine, puisque jusqu'à ce jour, vous n'a-
à Service Général des Pension
lrr bureau, les copies des pièces rela vez eu aucune autorisation de ce genre par vo.
joignez
tives à l'origine des blessures. tre corps.
R. Marie Lourdeval. — Adressez toutes vo
2° Adressez une demande au dépôt pou —
réclamations au Directeur du Service de sant Maillard. Question de loyer spéciale ! Le
qu'il arrêts votre carnet, vous le touebere correspondant semble avoir une
éfe votre région. chez le percepteur. ,
épicerie.
Ja ne puis y répondre.
Morey, Cannes. — La médaille n'est pas ac ï° î'i vous continuer a percevoir votre sol
cordée de -droit, mais vous pouvez la deman- de, vous n'avez F. C. M. 2. — La réponse que vous avez vue
• pas droit à l'allocation spé
der. ci&le. ...... ne concerne pas votre cas. Vous n'avez pas il
2° Adressez votre demande au commancanl provisoirement et <jue si la situation de l'in- vous, mquiéler. Les 'droits à pension, sont ré-
ce voire dépôt. .L. PiV.ot. — 1° Vons"-devez faire confusion téressé s'améliore, une nouvelle vente pouiTa servés dans votre situation, et vous en aurez
3° C'est !a Commission de réforme qui apreî 1° L'indemnité de cherté de vie est celle di : amener le retrait ù> la réforme. un après le vote de la nouvelle loi.
examen médical, à seule qualité pour faire une ï la place ou est votre dépôt. Vous devez déji 1 A. — 1° La Commission
la percevoir,
Grellou. cantonale Valette Pierre. — Non, la plupart de nos an-
proposition. si vous continuer a toucher vo ne s'occupe que des remettre la
sez à temps pour donner le préavis d'un mois, . tre solde. allocations, ciens numéros sont épuisés.
— 1° L'allocation demande à la mairie.
Prud'homme. n'est pas ac- mais personnellement, nous ne pouvons in- 2° En outre on a crée une indemnité excep ' C. B. M., 30. — 10 0/O-la question
cordé ûe droit, mais vous 2° Les revisions des -réformés n° 2 rassor- de l'in-
pouvez la deman- twvenir. tionnelle Ce 2 francs par jour qui est allouée J demnité de sortie de campagne
des- à la Commission Cantonale. Faites votre tissent du Service Général des Pensions. l"r pour les réfor-
partir du Ve octobre dernier. bureau, c'est à ce service au Ministère més antérieurs au il novembre n'est pa= en-
demande à la Mairie. Un abonné, n° 105. — Si vous n'avez pas en- de ta
core réglée,.
Guerre que doivent être adressée les deman-
2° La prime /de démobilisation n;est pas core reçu ce numéro, réclamez en donnant vo- E. P.. 22. — l» Ont droit au pécule la veu.
attendez <?PS de ce genre. Voyez nos articles à ce sujet. 20 novembre.
encore volée. Ce n'est qu'un projet-, ire adresse. je, ou ies enfants, ou les ascendants du ml- ;
son .adoption. litaire tué. Guilbert/— La. liste de ces emplois est trop . Ë. ]..,. 70. — Entièrement d'accord avec
Francis, T. il.' —Nous ne nous expliquons ;
. 2<= Peur les détails, vovez le décret du 2î i tondue, nous ne -pouvons vous la donner. •vous ? Suivez noire campagne par la délivran-
B. G., -7S47.-— L'amputation cïun membre pas la réponse de A-otre avocat, en tous cas Adressez-vous donc à la gendarmerie ce d'une carié d'invalidité!
'
décembre 191S, publié au Journal Officiel du 30. de votre
donne droit à un maximum de la pension du si vous avez droit à quelque chose, écrivez a la t quartier.
Sous-Intendance dont vous dépendez qui vous ' Alleveri. — Les instructions G. V. —1"
grade. pour la démobi- Louis Monétaux. — Adressez Sans doute, le maximum de la
renseignera. i
lisation ne visent une demanc'-e et du grade.
— Il aura que les hommes versés dans
signale/: votre situation a votre sous-inteadance.
pension Mais attendez pour être
Brieheicau. sans'doute le maxi- — Vous pouvez la I blessures de guerre. sur le taux le vole et la publication
Frùmy Marcel. demander l'auxiliaire pour T. D., 579, Cahors. — Non depuis de la
mum de la pension du grade. Pour être fixé votre li- loi.
révision au Miriistèrede la Guerre au Service Un réformé de la ville en bois. — Pour obtc- vous n'avez pas droit à aucune solde
sur le taux, il faut .-attendre le vote définitif bération, 2<> Faites une demandent
des ta- Général des Pensio/is : 1° Bureau. Exposez vo- j
nir une graiitication, ou pension, il faut adirés- dans aucun ' Ifixé signalez votre si-
de la nouvelle loi et la promulgation Ire situation et joignez à la demande la copie 1 ,
des cas indiqués. tuation au directeur du service.
rifs. ser une demande de revision de votre réforme
des pièces relatives à l'origine des blessures. ]
nc 2 au 'Ministère de-la Guerre, au Service Gé-
GiguÈre. — 1° Pour être fixé sur les augmen- ' l*r bureau et y joindre les
néral t'es pensions
tations de pension, .attendez le vote dlélinitif Miguel. — l°,.Demandez u votre etiel de corps
de vous présenter..-à un conseil de rélornie copies
! des pièces relatives à l'origine de vo-
de la nouvelle loi. '
tre maiadie.
tem- après avis deT votre: médecin de votre dépôt.
S° Demandez à votre Mairie, l'allocation
aux retraités. La Commission 2° C'est à votre dépôt qu'il faut vous adres- Membre participant. — 1° Pour l'indemnité
poraire petits
statuera. ser. Il a du trausmet-iire votre proposition aux ide licencement, adressez-vous au représentant
armées. < service de la main-d'oeuvre-
du où travaillait vo-
R. V., 4.25S. — La demande de pécule doit l
tre femme. --"'
La Mai- Poilu éprouvé, 633-2. — Non. vous n'y avez
être adressée au maire du domicile. 2» Pour faire .un.recours au conseil d'état,
'néces- pas cYoit. , .
rie vous ïournirai tous renseignements it faut obligatoirement avoir un avocat. Choi-
saires pour votre établissement. KraertiCr. — Il faut, attendre d'avoir passé la s
sissez en un el it .vous donnera tous les réussi,
3'.catégorie, § 33. — Variable suivant les cas
Commission de-réforme. Nous ne'pouvons pré- i
gnements nécessaire.
partaculiers. juger la décision qui sera 'prise.
A'o 6.301.-1° Cela dépend de la durée,do
Un Parisien anxieux. — 1° Pour établir vos
Un blessé ancien du 150". — La C. de G. vvotre réforme temporaire si elle est d'un auY
droit de pensions, il faudrait connaître le ré- mais vous pouvez o
oui, vous repasserez' une' visite.
n'est -pas accordée de droit,
sultat d© la visite médicale : attendez l'exa- 2° Non, vous n'ayez plus droit à l'allocation
la demander.
men de :ia Com-raissi.vi. 1° Au commandant- du dépôt si vous êtes en- s
spéciale
"
2° La médailie n'est jamais accordée de 3P Vous pouvez adresser cette demande au
Adres- core mobilisé":
droit,'niais «vous pouvez la demander. 2° Au général, commandant votre subdivision X
Ministère, au Service Général des pensions, l'f
sez votre demaaicte.au commandant'de votre b
si vous êtes-libéré. bureau..
dépôt, Votre idemoriôe sera, transmise aux armées 4° Faites-la quand' vous voudrez. Nous ne
qui statueront. . c.
croyons pas que vous ayez un intérêt parti-
B. C. du XT. C. A. ^r- lo Les nominations
culier a attendre le voie, de la nouvelle loi.'
ont faites là où il y a des vacances, mais vous Un An cien du 65'. — Oui, acceptez, c'est
pouvez ensuite demander votre chargement ou les gratifications .1/. VcrranU abonné, n3 2GS-3.7&4. — Oui, 11
parce que depuis novembre,
permuter. sont payées à - terme éshu. fc
faut <?<=clarer. c'est du reste indiqué sur l'im-
2° En général, vous devez être prévenu as- la mairie vous reinet.
n° 5307. — 1° C'est bien 2 fr. ' £0 pi
primé que
Abonni.
Cette indemnité est exclusive de A., i'. P. 16. — lo La médaille militaire»
par joua-.
toute solde. I n'est
il jamais accordée de droit. Mais les réfor-
2° On décompte sur 30 jours. |-m ffiés peuvent la demander au Général com-
1.4.mandant la subdivision de leur domicile.
P. D. — 1° et 2« Non. 1 2° L'ûllocation exceptionnelle de 2 francs est '
3° Vous pouvez demander au Ministère, Ser- <jt
due aux militaires à solde mensuelle o, partis 1
vice -Générai des Pensions. l'r bureau, d'être g, 1918.
d'octobre
soumis à une commission de réforme en vue
d obtenir une gratification. Dubois. — Votre devrait vous payer
dépôt
— 1° Vous ne pouvez ÏÏautomatiquement l'allocation,
' si vous y avez
H.; un poilu d'Orient. bien drcil. Ecrivez-lui encore une fois et s'il
obtenir de gratification qu'après visite devant m répond
né pas. adressez une réclamation au
une Commission de réforme. ^ •Direction de l'Intendance,
Mf.nistère. (bureau
2° Faites' d'abord une demande à votre corps ^e la solde.
de -... - -
et s'il ne veut pas. vous nous adresserez alors
au Ministère au Service général. des pensions. <
'Gaston Fontaine..— C'est peut-être, parce que-
1er ibureauen y- joignant une copie des piè- ta gratification
la n'est payable qu'à terme échu.
ces comportant votre dossier. Si ce n'est pas cela, c'est qu'alors vous avez
LabouTcile. — 1° Oui. : mais on peut vous perçu un certain
P?
nombre d'allocation spéciale
en trop.
retenir les.frais d'hôpital.' ,La. bous-Intendance seule peut vous fixer.
2° La Commission peut vous retirer l'alloca-
tion, i
.V. C; 22. — l°.Non. il y a aucune équiva-
3° Oui, faire une demande ù la gendarmerie ter
lence entre ces pensions.
de votre domicile. i
2° Votre/patron si le tribunal l'y a con-
i° Demandez'à la gendarmerie de vous corn, da:
damné. '
muniquer cette liste: i
3° La: pension ayant-été fixée par jugement
— es définitive.
est
Henry; 1014. 1° Non, vous n'avez pas
droit a'la solde, mais-vous .-.avez droit pendant 1
François 57-3. — Vous pouvez adresser une.
deux mois à l'allocation spéciale. La- démon- dea
demandé •dè,-i:evision au Ministère, au Service
der au/idépôt. Gâ
Général dos- Pansions. I" bureau, exposez en
2° La perte d'un membre donne droit à une dèl
détail votre situation.
pension de '3e ou 4" classe. (Maximum de la . j
Milon. — Tout le monde doit payer l'impôt
pension du gradé.) ml
mais nous avç,n déjà , n/rotéstié dans le cas
Deldcon. — Vous pouvez toujours faire une T 11' vous signalez.
que
demandé et l'adresser à la Préfecture, bureau L
E. P., 2.106. —Pension de 3' ou V classe.
ou personnel.-VMais en ce moment on n'en re- (Nfa
(Maximum de la pension du gradé).
carute pss beaucoup. PUoi — La réforme
^
André temporaire ï**'oa-'
C. V'.- B.'—Pendant votre • tég
tégorie veut dire que la -:<éfo«ne est accordée
congé illimité,

LUC Eugène. La médaille militaire a été


j
II imiONS 11S GÀMARABES
J conférée au sapeur conducteur territorial
Luc Eugène, de la compagnie 7/51 du 7e ba-
: -'
taillon du génie
— Mie 11401 dis .(R.A.T.),\), t( Brave sapeur. A fait preuve de beau-
f: ËMARD Albert.
et de dévouement^ pen-
à la G0 .compagnie'du 240° régiment ;nt i
coup de sang-froid
Caporal et aiu cours de l'alla-
territorial d'infanterie. Bon gradé, ayanttnt- i
dant la préiparatidn.
devoir. A été
ité < du 16 avril 191. Blessé grièvement dans
toujours fait parfaitement son que
devoir de bran-
brièvement blessé le 27 août 1916, à Rosiè-iè- ]
l'accomplissement te son

tes, au cours d'un violent bombardement. ut. eardfer, amputé de la cuisse gauche. Dé;à
avecrec < à l'ordre. La pç^sente nomination com-
(Médaille militaire et crois de guerre cité
' ' de la croix de guerre)
'.
porte l'attribution
|>alme.)
avec palme. »
:, - LEBLANC. — Brigadier au 13e chasseurs. es.
Brave serviteur, blessé sérieusement pen- NONNENMA'CKER Michel-Romain. (Or-
^
lÔamit l'attaque de la cote 1248; il y a donnéné (dire n° 2421 D. du 31 janvier • 1916), caporal
l'exemple du courage et de la décision- la 6e du 70° régiment d'inîan-
à compagnie
— Mie <
terie, matricule 7209 :
\l LËBLOND Léon. 04277, chasseur ur
ge lr° cJasse territorial au 65° bataillon de « Gradé brave et très dévoué qui a t'on-
jehasseurs à pied, 1" compagnie. Très bon ,
fait' son devoir. Blessé grièvement
ÏÏ jours
dévoué et plein d'entrain, a été le 1" janvier 1916. Amputé
'Chasseur, f* jj
aux tranchées
Jtrès- grièvement blessé le 6 octobre 1915, en
°n
c 'Ja cuisse
de droite. » -
.
fc'êlancant à l'attaque d'une tranchée enne-ie-

piie- (A-mouté de la cuisse droite.) PANAZOL Fernand. Caporal-fourrier au


: (Médaille militaire el croix ' de guerre avec
ec
^1?' de tirailleurs marocains,
régiment
« au feu. A lou-
calme.) r
nc Mie 2553. Belle attitude
été pour ses camarades un exemple
. MONTOIS Albert. — Grièvement Messesé i:jours
c et de Blessé an
le 13 juillet au Bois-Bolande, a faitit de saivg-frcdd çom-age.
1915, d'une ».
son devoir. c
cours patrouille.
(Consciencieusement
•. (Médaille militaire eî croix de gueire avec30 5165. La (médaille mil'itaire a été
Ordre
ï»alme.J' cconférée au cliasseuir territorial BERMA-N
10
, Alexandre, mie 06054 de la l compagnie
i BARBASTE Marcel-Charles. — Mie 4-864, *' de chasseurs à pied :
d
du 418 "bataillon
à la 4- batterie du °° 8° et dévoué:
®» cânonnier servant (( Excellent
« ctasseur, courageux
d'artillerie de. campagne. Canon- a" E
Blessé gi-ièvement le 27 mai 19:: 7 à son
kégiment
iiiier (téléphoniste de groupé, a -montré uneie dé combat alors qu'il itravailla.it de
poste
p
attitude au feu dans tous les com-î" £
nuit à la réfection d'une tranehée de lra li-
jtrès-belle
arats livrés par le groupe., iusqu'au 14 no-d' „ bouleversée le tir de l'artillerie .
gne, par
Ivembre 1914, date à laquelle il a reçu à son'° g
ennemie. La présente nomination com- :
de combat une très grave blessure à l'attribution de la croix de guerre
p
porte
r;te jambe droite, qui a'nécessité l'amputa- *" a
avec palme. ;
ifêon.
• avecrc
.(M'édaills militaire eit croix de guerre GRISAUD mie 3576, maréchal des (
René,
jàlirie.) 1(
logis, 1er bataillon, 21» R. A. « Excellent
n
maréchal des-logis, chef de pièce por;ée en j
La médaille militaire a été conférée auu,
a
avant sur un dès points les plus exposés
Soldat THIREAU Victor-Julien, mie 5983:3 <
bombardements. A rempli ses fonctions
de la 6* compagnie du 29" régiment it a
aux
4RATJ, a
avec autant d'exactitude que de vaillance
Bon soldat, actif.et dévoué, a
^'infanterie. 3 sous un feu intense. A été
été'"grièvement blessé le .25 lévrier 1916, auu p
pendant jours
blessé le S juin. 1916 ; amputé
Bois-des-Fossés, au cours d'une attaque e g
grièvement
» militai'.e et croix
de la jambe <*
d'une jambe. (.Médaille
j(amputé droite).
d
de guerre' avec -palme.)
" — Mie 35325, zoua- i-
MARTHELOT Henri.
ive (active) à la 1S° compagnie au.-43 régi- i- DEJEANTE Jules, 102° régiment d'infan- i
tfnent de marche de zouaves. Zouave très s f£
terie, soldat de 1« classe. Au cours du t
-brave'et. d'un dévouement absolu. S'est par- '- c(
combat du 4 novembre, à Audechy, a
*j.
tieulièrement distingué au cours.des com- '- t-r
transporté son officier blesse, sous une
bats des 15 au 20 décembre 1916 sous Ver- '- «]
grêle de balles tirées par une mitrailleuse 3
dun. Bien au'atteint de gelure des pieds aa ai
amenée à courte porte. (Corps d'armée, i
demeuré à'son poste et ne s'est laissé é 2i novembre
22 1914. » i\
évacuer .qu'après la relève de son unité. 4° Cie, mie
. 3503 régiment d'infanterie,
(Amputé des 2 pieds.) fr Jules ;
Déjante a
(Médaille militaire eit croix de guerre avec „ 16923, sergent
« Sous-officier énergique et courageux. A C
calme.) 6t
été grièvement le P> mai 1917, au
blessé,
La médaille militai're a été conférée aui Cl
Chemin-des-Da-mes, en contribuant, par -son ^
homme ROUSSET Joseph, mie 04290, chas- - sa
sang-froid et sa décision à repousser une e;
Benr de 2° classe au 6' chasseurs à pied. co
con'tre-aftaque ennemie. Une citation. (Mé- L
Excellent chasseur a eu une belle i de
daàlle militaire, 25 lévrier 1918.) » .G
qui
Conduite au feu dans tous les combats die- 35> régiment d'infanterie, clief de sec- 0-
,puis le début de la campagne. Blessé le 27t tic
tion très brave. A été blessé alors que sous &
décembre 1914, a été amputé de la jambe ' Ur violent
un tir ennemi il faisait exécuter
gauche. (Cette nomination comporte "attri- - ur
une mise en batterie rapide. (Ordre du Ré-
de la croix de guerre avec palme). gù
giment, 12 mai 1917.) s
tbution

François, n° mie 13618,. LEPAGE soldait au 4158 infante-


/PBRRAL'DIN Emile,
«soldat à la 1S' compagnie, 2' régiment de^'' ric 3° Cie : soldat dévoué et courageux,
rie, ^
-.zouaves : S'est signaïé par sa bravoure Je! d'un
a;', allant remarquable, a continuellement
^16 juin 1915 à l'iliaque' d'un barrage en- • rlo
donné l'exemple du sang-froid et de la bni-
nemi. de Favant-bras droit. La. pré- • Vo
voure. S'est d'islinguo
s'
Amputé particulièrement
sente citation comporte l'attribution de la,-, les derniers combats au cours des- n
pe:
pendant
: médaille militaire et de la croix de guerre- • q®
quels il a été grièvement blessé. Enjicléa- Si
'l de »
'avec palme. nie
nion l'oeil gauche. vi