Vous êtes sur la page 1sur 40

Réception et distribution satellite

1 / 40
Les satellites géostationnaires

Sur cette orbite géostationnaire, unique, à une altitude de 36 000 km (35 981 km exactement)
les satellites tournent à la même vitesse que la terre elle même.

Ils sont appelés satellites géostationnaires.

2 / 40
Volume à transférer

Communiquer c’est transférer de l’information : mais toutes les formes de communication


ne nécessitent pas le même volume d’information à transférer !

Un e-mail de quelques lignes


sans pièce jointe : un verre
d’eau de 10 cl (0,001 Mégabit)

Une minute de conversation


téléphonique : 400 litres d’eau
(4 Mégabits)

Une minute de télévision


haute définition : 40 000 litres
d’eau (400 Mégabits)

Les moyens de diffusion doivent être adaptés au débit souhaité sous peine de ne pouvoir
fournir qu’un service de moindre qualité.
3 / 40
Bande passante et puissance

Dans les communications d’antenne à antenne, dans l’Espace ou sur Terre, les informations
sont portées par des ondes/photons.

Bande passante :

La plage de fréquence des ondes émises. Plus cette plage est large et plus le nombre
d’informations différentes qui pourront être transférées simultanément sera grande.

Puissance :

C’est le nombre d’ondes/photons qui doivent être émis à la source pour espérer que, dans les
conditions supposées entre l’émetteur et le récepteur, une quantité suffisante de ces
ondes/photons arrivent au récepteur et que le message soit compris. L’émission d’une quantité
plus importante d’ondes/photons impose des émetteurs plus puissants.

Ce sont les deux seuls critères sur lesquels il est possible de jouer dans le cadre
d’une communication. La vitesse de la lumière étant finie, il n’est pas possible d’imaginer
émettre des photons plus ou moins rapides afin d’accélérer le trafic.

4 / 40
Quelle communication et vers quoi ?

Quelle que soit la finalité d’un satellite (observation, communication, météo, etc.), il doit
recevoir des informations et en émettre vers la Terre.

La liaison Terre / Satellite est dire montante (UPLINK) et la liaison Satellite / Terre est dite
descendante (DOWNLINK).

Les différents services de communication possibles sont classés par l’ITU afin de définir des
règles et des normes, notamment dans les bandes de fréquences utilisables et leur
attribution.

Exemple :

La gestion du satellite nécessite un canal de


communication bidirectionnel.

La gestion du satellite est englobée dans le


protocole Satellit Operation Service (SOS) défini
par l’ITU.

5 / 40
Quelle communication et vers quoi ?

Les informations collectées par les satellites


qui ne sont pas en orbite géostationnaire
(météo, reconnaissance, prise de vue, etc.)
sont transmises non pas au centre de
contrôle, mais à un ou plusieurs centres de
réception répartis le long de la
trajectoire au sol du satellite.

Le satellite n’agit que comme un relai de la


diffusion, sans agir sur le contenu du flux
transmis.

6 / 40
Diffusion de programmes, communication entre satellites

On distingue deux types de schémas de


diffusion :

Broadcast Satellit Service (BSS) :


Pour la diffusion vers des zones larges
avec de très nombreux petits récepteurs
(la télévision par satellite utilise
majoritairement ce service).

Fixed Satellit Service (FSS) : C’est


également un service de diffusion mais
orienté vers des professionnels devant
recevoir mais également émettre.

Communication entre satellites (liaison


inter-satellite ISS Inter-Satellite
Service) permet à des satellites de
partager des informations.

7 / 40
Importance des bandes de fréquence utilisées

Comme nous l’avons vu précédemment, l’utilisation des bandes de fréquence est


règlementée par l’ITU afin d’éviter que des interférences ne viennent perturber les
réceptions des flux.

Seule la zone micro-onde du spectre électromagnétique est utilisée dans le cadre des
communications.

Le choix des fréquences est au final un compromis acceptable entre les défauts et les qualités
de chaque zone :

Énergie nécessaire : Émettre dans les fréquences


élevées nécessite beaucoup d’énergie

Dangerosité

Émission naturelle

Perturbation par l’environnement : les ondes


devant traverser l’atmosphère elles ne doivent pas
être trop sensibles aux variations électriques des
différentes couches.

Taille de la plage de fréquence : la plage de fréquence doit être suffisamment large pour héberger
les services actuels et les services futurs
8 / 40
Répartition dans la zone micro-onde

La bande micro-onde est tellement large que les différentes fréquences ne possèdent pas
exactement les mêmes caractéristiques : certaines seront plus proches des ondes radio et
d’autres plus proches de l’infrarouge.

Les services de diffusion BSS utilisent la


bande KU (KU-BAND) de plus petite
longueur d’onde et permettant d’utiliser des
paraboles de plus petites tailles (60cm).

La bande Ka (KA-BAND) sert


principalement aux services Internet car
elle est au plus proche de la zone infrarouge
et donc très sensible aux perturbations
atmosphériques.

Ce processus n’est pas du tout adapté aux diffusions télévisuelles.

Les paraboles utilisées avec la bande Ka peuvent être réduites à des tailles de 20 cm.

Cette bande est la dernière à avoir été utilisée par les applications satellites car la surcharge
des autres bandes impose de trouver de nouvelles plages de fréquences.
9 / 40
Qu’est-ce qu’une antenne ?

Une antenne est l’interface entre :

 Le signal qui se trouve dans l’air sous forme d’une onde électromagnétique (on parle de
propagation libre du signal)

 Et le câble qui va amener ce signal aux appareils qui vont l’utiliser (ordinateur, téléviseur,
etc.) (on parle de propagation guidée du signal)

 Et inversement…puisque une antenne peut à la fois recevoir et émettre.

En émission : le courant électrique


transmis par le câble à l’antenne est
transformé en onde électromagnétique.

En réception : la composante électrique


du champ électromagnétique génère un
courant électrique dans le câble qui sort
de l’antenne.

L’énergie est conservée, même si l’énergie


entrante n’est jamais égale à l’énergie
sortante : Interférences, transformation
en chaleur, atténuation câble, etc...
10 / 40
Les différents types d’antennes

Les caractéristiques d’une antenne :

 La bande de fréquence dans laquelle elle va capter les ondes et les transformer en signaux
électriques.

 La zone autour d’elle dans laquelle elle est capable de capter ces ondes (diagramme de
rayonnement).

 Sa capacité à concentrer le signal pour augmenter la puissance : la directivité et le gain.

 La taille et la forme de l’antenne ne sont donc que la conséquence de l’objectif visé en


utilisant cette antenne.

Il y a deux types d’antennes parmi les plus


courants :

Les antennes Yagi, dites râteau : elles sont


surtout utilisées pour les communications
terrestres télé (VHF, UHF) et radio.

Les antennes paraboliques : elles sont


utilisées pour la communication avec les
satellites.
11 / 40
Polarisation des signaux

Une notion importante dans la communication par signaux électromagnétiques est la


polarisation du signal :

12 / 40
Directivité et gain d’une antenne

C’est la capacité d’une antenne à concentrer le


signal qu’elle reçoit pour en augmenter la
puissance.

La concentration des ondes réalisée par la forme de la


parabole amène tous les rayons ayant la même incidence
à se regrouper dans une même zone de concentration :
le foyer. La concentration d’onde augmente à l’endroit où
la focalisation est réalisée : le signal est plus puissant à
cet endroit, le gain est plus grand.

La directivité est un paramètre difficilement


dissociable du gain. Elle représente la capacité de
l’antenne à envoyer ou recevoir les ondes dans
une zone précise et non dans toutes les
directions.

Augmenter le gain d’une antenne c’est


concentrer son flux sur une zone précise, et
par conséquent, en augmenter la directivité.
Autre conséquence, la zone couverte sera plus
réduite.
13 / 40
Diagramme de rayonnement

La direction principale visée pour la directivité de l’antenne est


appelée lobe principal.

Le diagramme de rayonnement décrit pour une antenne donnée


sa directivité avec son lobe principal et ses lobes
secondaires.

Le rayonnement se fait en trois dimensions.


Ce n’est donc pas un diagramme mais deux
qui permettent de le représenter sur une
feuille de papier :

 Diagramme vertical : représentation par


rapport à la verticale au sol

 Diagramme horizontal : représentation


par rapport au sol

14 / 40
Diversité des diagrammes de rayonnement

15 / 40
Taille de l’antenne et longueur d’onde

Il existe un rapport direct entre la taille et la forme de l’antenne et les ondes qu’elle
est capable de capter.

La taille de l’antenne parabolique déterminera également la quantité d’onde captée et


focalisée. Plus l’antenne sera grande, plus le gain sera important.

16 / 40
Les antennes paraboliques

Les antennes paraboliques (paraboles) portent mal leur nom :


elles ne sont que des réflecteurs qui concentrent les ondes
vers le point focal.

C’est dans la tête d’une antenne parabolique que son concentrées toutes les ondes reçues et
que sont sélectionnées celles qui correspondent au canal recherché.

La tête contient à la fois :

 les composants électroniques permettant de


sélectionner une gamme de fréquence donnée,

 et les composants permettant de sélectionner la


polarisation recherchée.

17 / 40
Foyers d'une antenne parabolique

Il est possible de tirer parti de ces


foyers multiples pour capter
plusieurs satellites avec une seule
antenne.

Des formes de paraboles plus


complexes permettent de créer
plusieurs foyers secondaires
supplémentaires.

18 / 40
Les différents types de réflecteur parabolique

Antenne parabolique, montage Prime-focus :

La source est placée au foyer


primaire du réflecteur. Mais la source
et son support font de l'ombre au
signal reçu ou émis. Le rendement
est moins bon.

Antenne parabolique, montage Offset :

La source est encore placée au foyer


d'une portion de parabole mais elle
ne fait plus d'ombre.

Antenne parabolique, montage Cassegrain :

Pour diminuer la longueur de l'antenne un réflecteur


plan ou hyperbolique renvoie le rayonnement capté.

19 / 40
Les différents types de réflecteur parabolique

20 / 40
Décibels

Les caractéristiques de puissance des antennes sont données en décibels (dB).

Ce choix tient à la nécessité de simplifier la lecture des valeurs caractéristiques des


antennes car elles sont :

 Trop petites : les atténuations peuvent porter sur quelques milliwatt,

 ou trop grandes : les émissions peuvent porter sur plusieurs milliers de Watt !

Le décibel permet de déterminer l’accroissement ou la


réduction d’une valeur :

 0 dB représente l’unité de référence : ce sera par


exemple un Watt (dBW)

 Une augmentation de 3dB correspond à un


doublement de la puissance du signal

 Une diminution de 3dB correspond à une division


par deux de la puissance du signal

 10 dB représentent 10 fois l’unité de référence, 20 dB 100 fois, etc


21 / 40
Décibels : Applications

22 / 40
PIRE : Puissance Isotrope Rayonnée Équivalente

La PIRE représente la puissance rayonnée par l’antenne.

Chaque point de la surface couverte recevra une puissance différente bien que la puissance
initiale émise par le satellite soit la même pour tous.

Les calculs théoriques de ces valeurs permettent la création de zones de couverture, et


notamment le tracé de zones d’iso-puissance de réception théorique.

Ces cartes fournies pour chaque zone de couverture d’un satellite aident au dimensionnement
de l’antenne pour une réception optimale de 50 dBW :

23 /40
Choix de la taille d'une parabole

Voici la taille conseillée pour une parabole standard en aluminium en fonction de la PIRE du
satellite considérée et de la température de bruit du convertisseur (LNB) (0.6/0.7dB,
0.8/1.0dB ou 1.1/1.3dB) afin de conserver un niveau de réception constant :
Température de bruit exprimée en Décibels (dB)
PIRE
0.6 - 0.7 0.8 - 1.0 1.1 - 1.3

35 dBW 300 cm 360 cm 480 cm

36 dBW 240 cm 300 cm 360 cm La température de bruit permet


37 dBW 180 cm 240 cm 300 cm principalement d'évaluer la performance des
38 dBW 150 cm 180 cm 240 cm
convertisseurs. Un bon convertisseur possède une
39 dBW 135 cm 150 cm 180 cm

40 dBW 120 cm 135 cm 150 cm


température inférieure à 1 dB.
41 dBW 120 cm 120 cm 150 cm

42 dBW 110 cm 120 cm 135 cm

43 dBW 99 cm 110 cm 120 cm

44 dBW 90 cm 99 cm 120 cm

45 dBW 90 cm 99 cm 99 cm

46 dBW 80 cm 90 cm 99 cm

47 dBW 75 cm 90 cm 90 cm

48 dBW 60 cm 75 cm 75 cm

49 dBW 60 cm 60 cm 65 cm

50 dBW 60 cm 60 cm 65 cm

51 dBW 55 cm 60 cm 60 cm

52 dBW 50 cm 55 cm 55 cm

53 dBW 50 cm 50 cm 55 cm

54 dBW 45 cm 50 cm 55 cm

55 dBW 40 cm 45 cm 50 cm

56 dBW 38 cm 40 cm 44 cm

57 dBW 36 cm 38 cm 41 cm

58 dBW 34 cm 36 cm 38 cm
24 / 40
La tête hyperfréquence ou LNB

La tête de réception satellite porte le nom de LNB universel (Low Noise Block).

C’est un composant actif, contrairement à l’antenne terrestre qui est passive.

Le qualificatif « universel » est relatif à la capacité du convertisseur LNB de pouvoir capter


tous les signaux dans la totalité de la bande Ku (10,7 à 12,75 GHz) et ce quelque soit
la polarisation (H ou V).

Un LNB universel comporte deux antennes, une pour chaque


polarisation. Leur longueur est de quelques millimètres (liée à la
longueur d’onde) :

Pour en recueillir un maximum, on utilise le cornet qui constitue


la partie conique du LNB. Ce cornet et le guide d’ondes
circulaire qui lui est associé permettent aux deux petites
antennes de collecter et de détecter les signaux.

25 / 40
La polarisation des ondes électromagnétiques

En satellite, où la densité d'onde porteuse est importante, on utilise les deux polarisations en
alternance.

Pour une onde de fréquence X polarisée horizontalement, l'onde de fréquence Y


immédiatement supérieure sera elle polarisée verticalement. La onde de fréquence
immédiatement supérieure à la fréquence Y sera de nouveau polarisé horizontalement.

Ce graphisme représente quelques


porteuses d'un satellite Astra :

On voit que dans un même plan, ces porteuses sont espacées de 30 MHz environs.

Les porteuses d'un plan viennent se loger à un écart de 15Mhz des porteuses adjacentes de
l'autre plan.

La largeur d'un "canal" sur Astra est de l'ordre de 30Mhz.


26 / 40
Mauvais alignement et contre-polarisation

L'utilisation en alternance des deux polarisations permet d’utiliser le maximum de


fréquences dans la largeur de bande disponible (bande Ku) et de protéger les deux
polarisations les unes par rapport aux autres.

Un LNB doit cependant être orienté, avec le maximum de précision, pour que chaque antenne
reçoive ce qui lui est destiné :

Une perte supplémentaire de 0.5 à 1dB peut être liée à


un mauvais alignement des antennes de réception et
d’émission.

Une perte supplémentaire de 0,5 à 1dB se produit si le


plan de polarisation de l’antenne n’est pas correct par
rapport au satellite.

27 / 40
Bande haute ou basse ?

Les signaux captés par l’antenne ont des fréquences 10,7 à 12,75 GHz (bandes Ku) trop
élevées pour être transmises directement vers le terminal numérique.

Il faut abaisser ces fréquences entre 950 et 2150 MHz. Cette plage de fréquences porte le
nom de « Bande Intermédiaire Satellite ou B.I.S ».

Un mélangeur de fréquence, intégré au LNB, effectue la soustraction suivante :

BIS = BES – FOL

La bande des fréquences d’entrée (10,7 à 12,75 GHz) est plus large (2,05 GHz) que celle de la
B.I.S. (1,2 GHz), il faut couper celle-ci en deux et utiliser deux oscillateurs locaux.

Les LNB universels utilisent ainsi deux oscillateurs locaux dont les fréquences sont normalisées
à 9750 MHz et à 10600 MHz :

10700-9750 = 950 MHz à 11700-9750 = 1950MHz pour la bande Basse

11700-10600 = 1100 MHz à 12750-10600 = 2150 MHz pour la bande Haute

28 / 40
de tension

Schéma fonctionnel d’une tête LNB universelle


Détection du
14V/18V

OL =
10.6 GHz
Détection du
22 KHz
OL =
9.75 GHz FOL
Polarité
BES H
Horizontale BIS
BES-FOL BIS Ampli
BIS
V
Polarité
Verticale Régulateur
de tension

Détection du
14V/18V

29 / 40
Différents type de LNB universel

Le LNB « monobloc » regroupe en un seul boîtier deux sources, deux LNB


universels et un commutateur DiSEqC pour la réception de deux satellites
séparés par 6 degrés de longitude. L’avantage est de pouvoir relier ce LNB avec
un seul câble au terminal.

Un LNB « twin » comporte deux sorties


indépendantes pour alimenter séparément deux
terminaux.

Un LNB « quad » comporte quatre sorties


indépendantes pour en alimenter quatre séparément.

Un LNB « quattro » comporte quatre polarités sur


quatre sorties distinctes. Leur utilisation est spécifique
aux installations collectives.

30 / 40
Installations de distribution du signal satellite

Réception satellite sur 2 à 4 prises indépendantes :

Réception satellite +
terrestre sur 2 prises
indépendantes :

31 / 40
Installations de distribution du signal satellite

Réception satellite + terrestre sur 4 prises indépendantes :


Entrée V - Bande Basse Entrée H - Bande Basse Entrée V -Bande Haute Entrée H -Bande Haute
Entrée Terrestre

Répartiteur Répartiteur Répartiteur Répartiteur


Répartiteur
4 Directions BIS 4 Directions BIS 4 Directions BIS 4 Directions BIS
4 Directions Terrestre

14V 18V 14V 18V 14V 18V 14V 18V 14V 18V 14V 18V 14V 18V 14V 18V

Détection de Détection de Détection de Détection de Détection de Détection de Détection de Détection de


polarisation polarisation polarisation polarisation polarisation polarisation polarisation polarisation
14V / 18V 14V / 18V 14V / 18V 14V / 18V 14V / 18V 14V / 18V 14V / 18V 14V / 18V

Signal BIS Signal BIS Signal BIS Signal BIS Signal BIS Signal BIS Signal BIS Signal BIS
Bande Basse Bande Basse Bande Basse Bande Basse Bande Haute Bande Haute Bande Haute Bande Haute

0 KHz 22 KHz 0 KHz 22 KHz 0 KHz 22 KHz 0 KHz 22 KHz

Détection de Détection de Détection de Détection de


Commutation Commutation Commutation Commutation
22 KHz 22 KHz 22 KHz 22 KHz

Coupleur Coupleur Coupleur Coupleur


SAT/TER SAT/TER SAT/TER SAT/TER

Sortie 1 Sortie 2 Sortie 3 Sortie 4

RD RD RD RD

TV SAT TV SAT TV SAT TV SAT

32 / 40
Installations de distribution du signal satellite

Réception satellite + terrestre + FM sur 6 prises indépendantes (BIS commutée) :

33 / 40
Protocole DiSEqC

Le protocole DiSEqC sert au contrôle d'équipement satellite numérique ("Digital Satellite


Equipment Control") pour la réception de la télévision via satellite.

Il permet par exemple :

 de commuter plusieurs paraboles branchées à un récepteur via un seul câble de


descente,

 de recevoir plusieurs satellites avec une seule parabole équipée de plusieurs têtes
connectées au récepteur par un seul câble de descente, dans ce cas le protocole DiSEqC
permettra de sélectionner depuis le récepteur la tête à utiliser et donc le satellite à
recevoir,

 à un récepteur satellite (démodulateur) de contrôler un moteur qui oriente une parabole.

Le signal de commande, envoyé par le


démodulateur, est un signal de 22kHz dont
l’amplitude est modulée en modulation
OOSK (On-Off Shift Keying) :

L’amplitude de ce signal de 22kHz est


modulée en tout ou rien (présence ou
absence de porteuse 1 ou 0).

34 / 40
Protocole DiSEqC

Le protocole DiSEqC consiste à envoyer l’information sous forme d’octets suivant la


chronologie suivante :

Le démodulateur associe les chaînes à leur satellite d’émission et associe à un satellite un


nombre qu’il va transcrire en octet : c’est l’octet de données 

35 / 40
Commutateur DiSEqC

Commutateurs Tone Burst

Permettent de commuter entre 2 positions orbitales SAT A et


SAT B.

Commutateurs DiSEqC™ 1.0

Le niveau DiSEqC™ 1.0 permet en réception individuelle la commutation entre 4 LNBs


universels. Il existe sur le marché des commutateurs 2 ou 4 entrées / une sortie.

Ci-dessus un commutateur
DiSEqC 4 entrées une sortie. 

36 / 40
Installations de distribution du signal satellite

La distribution de l’intégralité des offres HOT BIRD™ à 13 degrés Est ou Astra à


19,2°Est dans les installations collectives nécessite l’utilisation des principaux produits
suivants :

 Une tête LNB Quattro à 4 sorties coaxiales BIS (verticale basse, verticale haute,
horizontale basse et horizontale haute) dans la bande 950 à 2150 MHz,

 un ensemble de commutateurs BIS montés en cascade, desservant différents étages


de la collective et alimentant des prises murales 3 broches (TV, SAT, Radio).

Réception 2 satellites + terrestre sur 8 prises indépendantes (BIS commutée) :

37 / 40
Installations de distribution du signal satellite

Réception 2 satellites + terrestre sur 12


appartements de 2 prises indépendantes
avec un seul récepteur satellite par
appartement (BIS commutée) :

38 / 40
Installations de distribution du signal satellite

Réception 1 satellite + terrestre sur X


appartements (BIS commutée) :

39 / 40
Distribution satellite collective BIS transposée

Le procédé consiste à placer un module de conversion BIS/BIS par utilisateur.

Ce module de conversion BIS/BIS utilise toujours la même fréquence de sortie alors que la
fréquence d’entrée elle est pilotée par le protocole DiSEqC par le récepteur satellite associé.

Chaque utilisateur dispose d’une fréquence de sortie fixe qui lui est attribuée au moment
de l’installation. Les fréquences de sortie peuvent se situer dans la bande BIS (950 à 2150
MHz) mais également dans les bandes UHF/VHF (ULB : Ultra Large Bande).

La largeur de bande occupée par chaque canal (utilisateur) est d’environ 30 MHz
dans la bande ULB.

Au niveau de l’utilisateur, un récepteur satellite est utilisé en combinaison avec un dispositif


particulier qui permet d’injecter les signaux DiSEqC.

40 /40