Vous êtes sur la page 1sur 3

TP : Cisaillement triaxial

AOUIZ MAHDI
2ème année – Génie Civil 2017-2018

Analyse des résultats :


Pou déterminé le type de rupture de notre échantillon de sol. Pour cela, nous allons comparer
le graphique représentant les trois types de ruptures avec celui tiré de nos résultats.

On constate que la courbe 1 ne correspond pas à celle de notre graphique. Nous pouvons
justifier cela par le fait que les valeurs maximum se situent aux alentours de 15% et
convergent vers ce maximum. Pour la courbe 1, il n’y a pas vraiment de pic puisque la courbe
décroit très faiblement ensuite. Pour la courbe 3, les valeurs max du rapport (σ1’/σ3’) se
situent à un peu près 15% de déformation ce qui indique que cette courbe n’est pas adaptée.
Le critère de rupture choisi est le deuxième correspondant aux lignes jaunes dans nos
tableaux.
Après avoir déterminées les valeurs caractéristiques de rupture, nous pouvons nous lancer
dans l’établissement des trois cercles de Mohr en contrainte totale (à l’aide d’un graphique
possédant les mêmes échelles d’axe selon x et y). Chaque cercle correspond à un essai avec
une charge différente. On peut finalement tracer la droite intrinsèque qui sera tangente aux
trois cercles préalablement tracés. L’angle de cette droite par rapport à l’horizontale nous
donne l’angle de frottement interne total φ. La cohésion totale C est déterminée par
l’intersection de la tangente avec l’axe vertical (ordonnée à l’origine). On réitère cette
opération afin de trouver les valeurs de cohésion effective C’ et l’angle de frottement interne
effectif φ’. On utilise les valeurs des contraintes effectives que nous avons directement
calculées dans les tableaux. Nous aurions également pu décaler simplement nos cercles de
Mohr en contrainte totale d’une valeur égale à u correspondant à la pression interstitielle.
Nous trouvons : C = 22,75 kN/m2, C’ = 0 kN/m2, Φ= 23,39 °, Φ’ = 31,54°

On remarque sur les chemins de contraintes qu’ils représentent les contributions des pressions
interstitielles u dans le sol. En effet, dès qu’une certaine valeur de contrainte est dépassé les
pressions interstitielles compensent les contraintes totales et engendre alors une modification
du chemin des contraintes.
Conclusion
Des résultats obtenus et de leurs analyses, on peut mettre en évidence certains paramètres
caractéristiques en mécanique des sols. Du sol pré-consolidé, nous avons aussi pu trouver les
chemins de contrainte faisant ressortir l’importance de la pression interstitielle.

Vous aimerez peut-être aussi