Vous êtes sur la page 1sur 101

Découvrez Réflexions & débats

la physique quantique

192 p. • 1ère éd. 2016 • 14,90€ 208 p. • 1ère éd. 2016 • 17,90€
ISBN : 9782311403060 ISBN : 9782311403145

744 p. • 2e éd. 2016 • 39,00€ 1040 p. • 3e éd. 2015 • 39,00€ 536 p. • 2e éd. 2016 • 49,90€
ISBN : 9782807302952 ISBN : 9782804191153 ISBN : 9782807302945

2] Lu sur SciLogs.fr © Pour la Science - n° 000 - Mois 2014


En librairie ou sur www.deboecksuperieur.com
ÉDITO

www.pourlascience.fr
170 bis boulevard du Montparnasse
75014 Paris – Tél. 01 55 42 84 00
Groupe POUR LA SCIENCE
Directrice des rédactions : Cécile Lestienne
Pour la Science
Rédacteur en chef : Maurice Mashaal
Rédactrice en chef adjointe : Marie-Neige Cordonnier
Rédacteurs : François Savatier, Sean Bailly
Dossier Pour la Science
Rédacteur en chef adjoint : Loïc Mangin
Développement numérique : Philippe Ribeau-Gésippe
Directrice artistique : Céline Lapert Maurice Mashaal
Maquette : Pauline Bilbault, Raphaël Queruel, Ingrid Leroy rédacteur en chef
Correction et assistance administrative : Anne-Rozenn Jouble
Marketing & diffusion : Laurence Hay, Arthur Peys
assisté de William Armand
Direction financière et direction du personnel : Marc Laumet
Fabrication : Marianne Sigogne et Olivier Lacam
Directrice de la publication et Gérante : Sylvie Marcé
Anciens directeurs de la rédaction : Françoise Pétry
et Philippe Boulanger
Conseiller scientifique : Hervé This
Ont également participé à ce numéro :
Didier Aurelle, Maud Bruguière, Eric Buffetaut, Gwendoline Fox,
Ruée sur l’espace-temps

Q
Aline Gerstner, Évelyne Host-Platret, Laurence Henry, Cédric
Hubas, Capucine Jahan, Stefan Lalonde, Christophe Pichon, u’est-ce que l’espace ? Qu’est-ce que le temps ? Jusqu’au
Pierre Sans-Jofre, Daniel Tacquenet, Loïc Villain
PRESSE ET COMMUNICATION début du xxe siècle, les physiciens voyaient l’espace
Susan Mackie et le temps comme un cadre vide et totalement passif
susan.mackie@pourlascience.fr – Tél. 01 55 42 85 05
PUBLICITÉ France
au sein duquel se déroulent les phénomènes : une
Directeur de la publicité : Jean-François Guillotin sorte de réceptacle inerte où le réel se manifeste et
jf.guillotin@pourlascience1fr – Tél. 01 55 42 84 28
qui se décrit à l’aide de quatre dimensions, trois pour l’espace et
ABONNEMENTS
Abonnement en ligne : http://boutique.pourlascience.fr une pour le temps.
Courriel : pourlascience@abopress.fr Même la relativité restreinte d’Einstein, théorie publiée en 1905,
Téléphone : 03 67 07 98 17
Adresse postale : Service des abonnements - Pour la Science, n’a pas modifié fondamentalement cette conception. Elle a certes
19 rue de l’Industrie, BP 90053, 67402 Illkirch Cedex montré que les relations entre coordonnées spatiales et tempo-
Tarifs d’abonnement 1 an - 12 numéros
France métropolitaine : 59 euros - Europe : 71 euros relles sont plus complexes que celles de la physique galiléenne,
Reste du monde : 85,25 euros au point qu’il était pertinent d’introduire le terme d’espace-temps,
COMMANDES DE LIVRES OU DE MAGAZINES mais on restait sur l’idée d’un cadre vide et passif.
http://boutique.pourlascience.fr/
DIFFUSION
Contact kiosques : À Juste Titres ; Benjamin Boutonnet
Tél. 04 88 15 12 41
Un aperçu sur son intimité quantique ?
Information/modification de service/réassort :
www.direct-editeurs.fr La véritable révolution est venue en 1915 avec la théorie de
SCIENTIFIC AMERICAN Editor in chief : Mariette DiChristina. la relativité générale. L’espace-temps y obtenait le statut d’acteur
Executive editor : Fred Guterl. Design director : Michael Mrak.
President : Keith McAllister. Executive Vice President : Michael Florek. physique à part entière : la déformation de la géométrie de l’espace-
Toutes demandes d’autorisation de reproduire, pour le public temps traduit ce que nous appelons la gravitation, déformation qui
français ou francophone, les textes, les photos, les dessins ou
les documents contenus dans la revue « Pour la Science », dans dépend elle-même de la matière et de l’énergie présentes.
la revue « Scientific American », dans les livres édités par
« Pour la Science » doivent être adressées par écrit à « Pour la En physique quantique, en revanche, l’espace-temps continue
Science S.A.R.L. », 162 rue du Faubourg Saint-Denis 75010 Paris.
© Pour la Science S.A.R.L.
de jouer le rôle d’un réceptacle passif. C’est l’un des symptômes de
Siège social : 170 bis boulevard du Montparnasse 75014 Paris. l’incompatibilité entre la physique quantique et la relativité générale
Tous droits de reproduction, de traduction, d’adaptation et de re- – et de l’inexistence, à ce jour, d’une théorie quantique de la gravita-
présentation réservés pour tous les pays. La marque et le nom
commercial « Scientific American » sont la propriété de Scientific tion. Mais les théoriciens ne sont pas à court d’idées. Tout un projet
American, Inc. Licence accordée à « Pour la Science S.A.R.L. ».
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégra-
international consiste ainsi à explorer l’hypothèse que l’espace-temps
lement ou partiellement la présente revue sans autorisation de l’éditeur ou émerge de l’intrication quantique de minuscules entités fondamentales
du Centre français de l’exploitation du droit de copie (20 rue des Grands-
Augustins - 75006 Paris). (voir pages 20 à 26). Et deux éminents physiciens ont découvert
Origine du papier : Autriche un lien étonnant entre relativité générale et théorie quantique, en
Taux de fibres recyclées : 30 %
Certification : PEFC étudiant l’intrication quantique de deux trous noirs (voir pages 28
« Eutrophisation » ou « Impact sur l’eau » : à 35). Un premier aperçu sur l’intimité quantique de l’espace-temps ?
Ptot 0,007 kg/tonne
Il serait... temps, la science attend cela depuis près d’un siècle.  n
Mais la sMais

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Édito [3


sommaire
3 Édito
À L A UNE
Actualités
6 Sida : des réservoirs du virus
démasqués
7 Changer l’arbre de parenté
des dinosaures ?
8 Le méthane, facteur clé
de la Grande Oxydation
9

Dans le dédale
de l’embryon humain 20 PHYSIQUE THÉORIQUE
À la poursuite
12 De belles mosaïques à Uzès
de l’espace-temps quantique
Clara Moskowitz
L’espace et le temps émergeraient
de l’intrication quantique de minuscules
bribes d’information : telle est
l’audacieuse hypothèse explorée par
le projet collaboratif intitulé It from Qubit.

28 L’intrication quantique
Retrouvez plus d’actualités sur
www.pourlascience.fr est-elle un trou de ver ?
Réflexions & débats Juan Maldacena
Réconcilier enfin relativité générale et
physique quantique ? Un rêve de physiciens
14 Point de vue qui prendrait corps avec une nouvelle théorie :
Une stratégie payante : l’intrication quantique de deux trous noirs
personnifier la nature correspondrait à la formation d’un trou
Catherine Larrère de ver reliant les deux astres.
16 Homo sapiens informaticus
L’informatique va rompre
le lien entre travail et revenu
Gilles Dowek

36 Au-delà de la grammaire
LINGUISTIQUE

universelle
Paul Ibbotson et Michael Tomasello
L’enfant est-il muni de règles de grammaire innées
qui lui permettent d’apprendre n’importe quelle
langue ? Cette théorie de Noam Chomsky, longtemps
dominante, a du plomb dans l’aile. L’enfant
apprendrait plutôt de ce qu’il entend, en exploitant
17
Cabinet de curiosités des facultés cognitives générales.
sociologiques
Le prix de la réciprocité
Gérald Bronner

Ce numéro comporte une offre d’abonnement L’Eléphant


sur une sélection d’abonnés France métropolitaine.
En couverture : © Malcolm Godwin, Moonrunner Design

4] Sommaire © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


n° 475 - Mai 2017

44 L’indispensable dialogue
BIOLOGIE CELLULAIRE Rendez-vous
des cellules 78 Logique & calcul
Dale Laird, Paul Lampe et Ross Johnson Quand considère-t-on qu’un théorème
La plupart des cellules communiquent avec leurs est définitivement prouvé ?
voisines via des myriades de minuscules canaux. Jean-Paul Delahaye
Un système de signalisation essentiel tant
aux battements cardiaques qu’à la cicatrisation. Renforcer la confiance qu’on a dans la preuve
d’un théorème difficile est possible. Il faudrait
le faire pour le grand théorème de Fermat.

54 Comment les ailes sont venues


PALÉONTOLOGIE 84 Science & fiction
L’imaginaire des profondeurs
J.-Sébastien Steyer et Roland Lehoucq
aux dinosaures 86 Art & science
Stephen Brusatte Terminator et la petite fleur
Les fossiles de dinosaures à plumes du Liaoning, Loïc Mangin
en Chine, révèlent que la transformation de certains
dinosaures en oiseaux a été longue. Et que les premières 89 Idées de physique
plumes n’avaient rien à voir avec la capacité de voler. Les infidèles micros
de la guitare électrique
Jean-Michel Courty et Édouard Kierlik

92 Question aux experts


Avaler un corps étranger
est-il dangereux ?
Bernard Schmitt
94 Science & gastronomie
64 Le paradoxe de Huntington
GÉNÉTIQUE Le goût du fumé sans
ses inconvénients
Chiara Zuccato et Elena Cattaneo Hervé This
Le gène à l’origine de la maladie de Huntington, 96 À lire
une maladie neurodégénérative dévastatrice, a joué 98 Bloc-notes
un rôle crucial dans l’évolution de notre système nerveux. Les chroniques de Didier Nordon

72 Dans les greniers


PORTFOLIO Archives numériques
des lycées Tous les numéros
depuis 1996
Francis Gires
Fruit d’un périple de longue
haleine dans les oubliettes
des lycées, une encyclopédie
présente près de 1 000 instruments
ayant servi à enseigner la physique
du XVIIIe siècle au milieu du xxe... Suivez-nous sur les réseaux sociaux
Des trésors à remettre au goût du jour !

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


PLS_sommaire_Numérique.indd 1
Sommaire [5 06/04/2
Médecine

Sida : des réservoirs du virus démasqués


Jusqu’alors indétectables, des cellules
porteuses silencieuses du virus
ont été repérées à l’aide d’une protéine
présente à leur surface.

Parmi les lymphocytes T (en bleu,


l’un d’eux) que le VIH infecte, rien
ne permettait de distinguer les
réservoirs de virus inactif des
cellules non infectées. Il s’avère
que les réservoirs portent
une protéine que les autres
ne produisent pas.

U n patient infecté par le virus


du sida doit prendre un trai-
tement à vie. Pour quelle
raison ? Les thérapies antirétro-
virales empêchent la réplication
et échappaient à tout traitement.
Cependant, avec leurs collègues,
Benjamin Descours et Gaël
Petitjean, de l’Institut de géné-
tique humaine de l’université de
l’ARN, les chercheurs ont alors
regardé si certains gènes étaient
davantage exprimés dans les cel-
lules marquées par la protéine
fluorescente que dans les autres.
50 % des lymphocytes T CD4 dor-
mants infectés, mais pas sur les
cellules  T non infectées, ni sur
celles où le VIH se réplique. À
l’aide d’un anticorps commer-
du virus de l’immunodéficience Montpellier (UMR 9002, CNRS), Ils ont trouvé que 103 gènes cialisé qui reconnaît la protéine
humaine  (VIH) dans ses cibles, ont découvert un marqueur qui étaient plus exprimés, dont CD32a, les auteurs de l’étude ont
les cellules du système immuni- permet de repérer ces réservoirs 16 codant des protéines trans- même pu isoler les cellules T CD4
taire appelées lymphocytes T CD4. et qui apporte donc de nouveaux membranaires, de bonnes candi- qui la produisent des autres.
Cependant, les antirétroviraux ne espoirs dans la lutte contre le virus. dates pour identifier et trier les Des expériences effectuées
débusquent pas les réservoirs de ce Pour détecter ces cellules cellules. Parmi ces 16 gènes, le sur des échantillons sanguins
virus – certains lymphocytes T CD4 dormantes, les biologistes plus exprimé codait une protéine de patients vivant avec le VIH
qui hébergent son génome sans le ont posé l’hypothèse que leur nommée CD32a. et sous traitement l’ont confir-
traduire en molécules virales. Or, métabolisme devait présenter En temps normal, cette pro- mé : les cellules porteuses du
en cas d’arrêt du traitement, ces des différences. Ils ont donc téine est détectée à la surface de marqueur CD32a contenaient
« cellules dormantes » (de l’ordre construit un dérivé génétique diverses cellules du système im- presque toutes le VIH. Et in
de une pour un million de lym- du VIH qui produit une pro- munitaire, où elle active plusieurs vitro, l’activation de ces cellules
phocytes  T CD4 infectés), qui téine fluorescente. Ils ont ensuite mécanismes de défense contre des a induit une production de virus
© shutterstock.com / Kateryna Kon

peuvent rester silencieuses pen- infecté avec ce virus fluorescent agents pathogènes. Néanmoins, capables d’infecter des cellules
dant des années, finissent par se des lymphocytes T CD4 qui ne elle n’est jamais produite par les saines. À l’inverse, leur élimi-
réveiller et relâcher de nouveaux répliquaient pas l’ADN viral de lymphocytes T. Or Benjamin Des- nation a provoqué un retard de
virus dans l’organisme. façon active, afin de les marquer. cours et ses collègues ont décou- la production virale.
Jusqu’à ce jour, ces cellules En utilisant une technique vert que CD32a est présente sur Ce marqueur spécifique
dormantes étaient indétectables de séquençage à haut débit de la membrane externe d’environ pourrait aider les chercheurs à

6] Actualités © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


ActualitésActualités

Paléontologie

Changer l’arbre de parenté des dinosaures ?


Avec des collègues, Matthew Baron, du Muséum de Londres, vient de réétudier l’arbre de
parenté des dinosaures. Surprise : les dinosaures qui ont donné les oiseaux, que l’on regrou-
pait depuis un siècle avec les grands dinosaures herbivores, sont désormais rapprochés
d’une tout autre famille : celle du tricératops. Le paléontologue Eric Buffetaut commente.
étudier les lymphocytes T CD4
dormants infectés : il offre un Quelle classification À défaut d’être plus logique, collègues ont comparé
moyen de les purifier et, ainsi, traditionnelle ce travail ce regroupement 74 espèces de dinosaures
d’obtenir des suspensions de remet-il en cause ? des ornithischiens avec les archaïques en se servant
ces réservoirs, indispensables à Eric Buffetaut : Celle théropodes est-il important ? de 457 caractères pour faire
de nombreuses études. que proposa le paléonto- E. B. : Pas à cause de leurs apparaître des groupes
La découverte du marqueur logue britannique Harry bassins en tout cas, car les descendant d’un même
CD32a soulève toutefois de nou- Govier Seeley en 1888 : ornithischiens peuvent ancêtre, ce que l’on nomme
velles questions : CD32a n’est pré- elle suppose une grande avoir eu des « bassins d’oi- des clades.
sente que sur environ 50 % des cel- dichotomie au sein des seaux » pour des raisons Il ne faut pas se laisser
lules réservoir du virus. Comment dinosaures, fondée sur sans rapport avec l’origine impressionner par le
détecter les autres ? La centaine la structure du bassin. de celui des oiseaux. Plus nombre de caractères : j’ai
d’autres gènes exprimés par les Seeley distinguait les significatif serait le fait que vu des analyses phylogé-
cellules dormantes coderait-elle saurischiens, c’est-à-dire l’on sait depuis peu nétiques fondées sur plus
d’autres protéines susceptibles de les « bassins de lézard », de temps que certains orni- de 1 000 caractères, qui se
constituer des marqueurs encore des ornithischiens, ou thischiens avaient, sinon sont révélées entièrement
plus efficaces ? « bassins d’oiseaux ». Ces des plumes, du moins des fausses… Il va donc falloir
Par ailleurs, détruire les cel- étymologies sont avant filaments de kératine sur le examiner de très près la
lules exprimant CD32a pourrait tout inspirées de l’observa- corps, ce qui les rapproche pertinence des caractères
être dommageable pour celles qui tion et n’impliquent choisis par l’équipe de
l’expriment en temps normal, sans a priori pas de parenté Matthew Baron pour
être infectées. De plus, les auteurs entre saurischiens et établir sa classification.
de l’étude se sont intéressés uni- lézards, ni entre ornithi- Je serai très étonné si elle
quement aux lymphocytes T CD4 schiens et oiseaux. n’est pas contestée. Nous
du sang, qui ne représentent que verrons.
2 % tout au plus des cellules T CD4 Cette nouvelle classification
infectées dans tout l’organisme. phylogénétique vous Si l’on suppose cette
Reste à savoir si ce marqueur est semble-t-elle plus logique ? classification pertinente,
aussi présent sur les lymphocytes E. B. : Dans ce nouveau nous dit-elle quelque chose
infectés latents présents notam- système, les dinosaures Eric Buffetaut, Laboratoire sur l’origine géographique
ment dans les ganglions et le tissu théropodes, qui ont donné de géologie de l’ENS, Paris. des dinosaures ?
digestif. les oiseaux et qui faisaient notamment des théropodes E. B. : Non, car lorsque les
Néanmoins, pour Christine partie des saurischiens et des nombreux « dino- premiers dinosaures sont
Rouzioux, du Laboratoire de viro- pour Seeley, se retrouvent saures à plumes » dont sont apparus il y a quelque
logie de l’hôpital Necker, à Paris, avec les ornithischiens, qui issus les oiseaux. 230 millions d’années,
et de l’université Paris-Descartes, comprennent les cératop- En fait, la vraie révolution au Trias moyen, toutes les
« cette étude est très intéressante, sidés – des dinosaures à avec cette classification terres issues du supercon-
c’est un joli modèle. On ne sait cornes – et de nombreuses est qu’elle sépare les tinent de la Pangée étaient
pas encore grand-chose sur la pro- sortes d’autres dinosaures théropodes des grands encore connectées. Il n’y
téine CD32a, mais cela devrait être herbivores ou omnivores. sauropodes, tels que les a donc pas eu de grande
un bon outil pour avancer ». De Les ornithischiens et les diplodocus, alors que différenciation des faunes
nombreuses études sont encore théropodes sont censés for- l’on pensait depuis plus en fonction de la géogra-
nécessaires avant de pouvoir crier mer désormais un nouveau d’un siècle leur origine phie, comme ce sera le cas
victoire face au virus responsable groupe, celui des orni- commune. plus tard, tout particulière-
du sida, mais ces travaux ouvrent thoscélidés, ou « cuisses ment au Crétacé, une fois
une nouvelle voie particulièrement d’oiseaux ». Cette nouvelle La question est donc les grands continents bien
encourageante. classification traduit une de savoir si l’on accepte séparés.
Aline Gerstner nouvelle logique, mais la nouvelle classification ?
B. Descours et al., Nature, vol. 543, elle ne me semble pas plus E. B. : Oui. Pour l’établir, François Savatier
pp. 564-567, 2017 rationnelle que l’ancienne. Matthew Baron et ses Nature, vol. 543, pp. 501-506, 2017

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Actualités [7


Actualités
Géochimie

Le méthane, facteur clé de la Grande Oxydation


Il y a 2,4 milliards d’années, l’oxygénation de l’atmosphère terrestre par les bactéries
photosynthétiques aurait été facilitée, voire rendue possible, par l’activité préalable
des bactéries productrices de méthane.

Maximum estimé
Minimum estimé

Pression partielle de dioxygène (en %)


40

30 Archéen Protérozoïque

Début de l’oxydation
20

10

© Nasa/Loudubewe
3,8 3 2,4 2 1 0
Temps écoulé (en milliards d’années)

I
Titan, lune de Saturne (ci-dessus), l y a 2,4 milliards d’années, variations des rapports isotopiques chercheurs suggère que les varia-
est entouré d’un halo de méthane au Protérozoïque, ère qui 36S/32S et 33S/32S, relatifs au soufre, tions mesurées s’expliquent au
probablement similaire à celui de suit l’Archéen, l’atmosphère et une baisse du rapport 13C/12C, mieux si l’on admet que juste avant
la Terre juste avant la Grande terrestre s’est fortement enrichie pour le carbone. la Grande Oxydation, les bactéries
Oxydation, événement capital en dioxygène (voir la courbe ci- Ces changements signent méthanogènes ont, pendant un
dans l’histoire de la vie dessus). Deux principaux méca- l’arrivée massive de méthane million d’années, créé dans l’at-
(ci-dessus à droite). nismes sont supposés expliquer dans l’atmosphère. Pourquoi ? mosphère une brume de méthane
cet événement nommé Grande En conditions anaérobies, le comparable à celle présente sur
Oxydation : la photosynthèse métabolisme des bactéries sulfato- Titan, la lune de Saturne. Parve-
d’une part, accompagnée par réductrices, qui « respirent » des nues dans la haute atmosphère,
La teneur un enfouissement de matière sulfates et produisent des sulfures, les molécules CH4 auraient été
atmosphérique organique dans les sédiments ; conduit à de légères différences dissociées par le rayonnement
l’échappement d’hydrogène entre les abondances des isotopes solaire, et des masses énormes
en dioxygène a été vers l’espace d’autre part, qui de soufre. Toute variation dans d’hydrogène se seraient ainsi
réduit le piégeage de l’oxygène leurs proportions signale une échappées dans l’espace.
multipliée par sous la forme d’eau (H2O). Or évolution de l’atmosphère. À la fin de l’Archéen, la

100 000
avec des collègues, Gareth Izon, De quels changements s’agis- multiplication de tels épisodes
de l’université de Saint Andrew, sait-il ? L’enrichissement conco- aurait considérablement dimi-
en Écosse, vient de présenter un mitant des sédiments marins nué le caractère réducteur de
scénario accréditant l’idée qu’une en carbone 12 indique une pro- l’atmosphère. Ensuite, l’activité
depuis la Grande Oxydation, production biologique massive duction massive de méthane. En des bactéries photosynthétiques
de méthane (CH4) aurait déclen- effet, les bactéries méthanogènes ainsi qu’un autre processus, la
il y a 2,4 milliards ché une évacuation massive de synthétisent plus de méthane à dissociation de molécules d’eau
d’années. l’hydrogène planétaire. partir de carbone 12 qu’à partir par le rayonnement solaire dans la
Dans l’ouest du bassin sédi- de carbone 13. Lorsque ces bac- haute atmosphère, ont peu à peu
mentaire du Griqualand, en téries abondent, elles accumulent augmenté la teneur atmosphérique
Afrique du Sud, les chercheurs le méthane à carbone 12, lequel en dioxygène – qui est aujourd’hui
ont mis en évidence, à 840 mètres finit donc par s’amasser dans les environ 100 000 fois celle atteinte
de profondeur, dans une strate sédiments marins. par la Grande Oxydation.
d’époque juste antérieure à la La modélisation de l’atmos- F. S.
Grande Oxydation, de brutales phère archéenne réalisée par les PNAS, vol. 114, pp. E2571-E2579, 2017

8] Actualités © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


Actualités
Embryologie

Dans le dédale de l’embryon humain Asthme et hygiène

C artographier l’embryon Dès le premier trimestre de gestation, Pourquoi l’asthme est-il de plus
humain en trois dimensions trois nerfs sensoriels (en bleu, violet en plus répandu, en particulier
à l’échelle cellulaire et au et vert) de la main se segmentent dans les pays développés ? Une
fil de son développement, c’est en des myriades de projections qui innervent hypothèse est que ce serait dû
ce qu’a entrepris une équipe de la peau jusqu’au bout des doigts, à l’hygiène excessive qui carac-
l’Institut de la vision (UPMC/In- a révélé une nouvelle cartographie térise nos vies urbaines. Des
de l’embryon. études épidémiologiques ont en
serm/CNRS), à Paris, et du centre
effet montré que s’exposer à un
de recherche Jean-Pierre Aubert
environnement riche en microbes
(université de Lille, CNRS), sous
protège contre le développe-
la direction d’Alain Chédotal.
ment d’allergies, dont l’asthme.
Auparavant, on obtenait des
Toutefois, le mécanisme en jeu
reconstructions tridimension- restait inconnu. Catherine Sabatel
nelles à partir de milliers d’em- et Coraline Radermecker, de
bryons et de fœtus morts dont l’université de Liège, en Belgique,
on analysait de fines coupes au
© Morgane Belle et Alain Chédotal / Institut de la Vision / Fondation voir et entendre

et leurs collègues ont mis en


microscope, aux différents stades en préservant leur architecture urogénital et du système ner- évidence une explication.
du développement. Aujourd’hui, protéique. Enfin, en utilisant un veux périphérique. Ils ont ainsi
En exposant des souris à des
de nouvelles techniques d’ima- microscope à haute résolution dit montré que la vascularisation des
fragments d’ADN bactérien
gerie permettent de visualiser à feuillet de lumière, qui balaye voies génitales se différencie au connus pour moduler la réponse
l’intérieur de l’embryon entier l’échantillon avec un plan lumi- moment où le sexe se détermine. immunitaire de modèles
au cours du premier trimestre de neux (et non un point, comme L’idée est à présent d’enrichir ces animaux, les biologistes ont
développement. À l’aide d’anti- les microscopes classiques), ils données afin de construire un montré que ces fragments
corps fluorescents, Alain Chédotal ont scanné l’embryon. atlas 3D de l’embryon humain, augmentent la production
et ses collègues ont marqué cer- Le résultat est spectaculaire. disponible sur Internet tant pour de macrophages à partir d’un
taines protéines spécifiques des En analysant 36 embryons et fœtus l’enseignement que pour préciser réservoir situé dans la rate.
cellules qu’ils voulaient suivre ; de 6 à 14 semaines avec 70 anti- les mécanismes de régulation de Ces macrophages s’infiltrent
puis ils ont rendu l’embryon corps, les biologistes ont obtenu son développement. dans les poumons, où ils pro-
transparent en le plongeant dans des cartes précises du développe- Marie-Neige Cordonnier tègent les souris contre l’asthme
plusieurs solvants, ce qui élimine ment des systèmes musculaire, M. Belle et al., Cell, vol. 169, en présence d’allergènes. Injectés
les membranes des cellules tout vasculaire, cardiopulmonaire, pp. 161-173, 2017 à des souris asthmatiques,
ils les guérissent. Reste à savoir
si un mécanisme similaire est
à l’œuvre chez l’homme.

Astrophysique

Un même axe de rotation pour plusieurs étoiles


L es étoiles naissent dans de
gigantesques nuages de gaz
et de poussière opaques. La
connaissance du processus de leur
formation repose donc surtout
ils ont montré que dans un même
amas, environ 70 % des axes de
rotation de ces étoiles pointent
dans la même direction.
Ce résultat est étonnant, car
Pour le vérifier, ils ont effectué
des simulations numériques d’un
nuage de gaz en effondrement.
Ils ont montré que les propriétés
de rotation du nuage sont trans-
sur des modèles dont les détails dans les modèles d’effondrement férées aux étoiles individuelles si
restent à établir. En étudiant des des nuages de gaz et de formation au moins 50 % de l’énergie ciné-
étoiles anciennes, Enrico Corsaro, des étoiles, les importants phéno- tique du nuage est sous forme
du CEA-Saclay, et ses collègues mènes de turbulence, engendrés d’énergie rotationnelle. En outre,
ont montré que ces astres ont par les mouvements désordonnés seules les étoiles de masse supé-
hérité certaines propriétés des du gaz, conduisent à une distribu- rieure à 0,7 fois celle du Soleil
© E. Corsaro

conditions de leur naissance au tion aléatoire de la direction des préservent ces caractéristiques.
sein des nuages de gaz. axes de rotation. Pour expliquer Les étoiles plus légères sont plus
Les chercheurs se sont intéres- l’alignement de ces axes dans sensibles aux turbulences : leur Lorsqu’un nuage de gaz
sés à 48 géantes rouges, de une à les amas étudiés, les chercheurs axe de rotation prend donc une et de poussière s’effondre
deux masses solaires, appartenant suggèrent que le mouvement direction aléatoire. sur lui-même, le mouvement
à deux amas anciens. Par la tech- de rotation du nuage était assez Sean Bailly de rotation initial laisse son
nique d’astérosismologie, l’étude important pour s’imprimer dans E. Corsaro et al., Nature Astronomy, empreinte sur les axes de rotation
des modes de vibration des étoiles, l’orientation des axes des étoiles. en ligne le 13 mars 2017 (en vert) des étoiles formées.

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Actualités [9


Actualités
Géosciences
Le plus vieux des Portugais
Le très vieux crâne humain que
l’équipe du paléoanthropologue
Nouvelle explication pour les stries martiennes

E
João Zilhão a découvert il
y a deux ans dans la grotte n 2010, la caméra HiRISE écoulements granulaires en l’ab-
Eau liquide ou effet Knudsen ? de la sonde MRO, en sence d’eau et ont considéré l’effet
d’Aroeira, au Portugal, vient L’origine des stries martiennes
d’être étudié. La roche qui le orbite autour de Mars, a Knudsen : du fait de l’éclairement
reste à élucider. photographié des structures qui solaire et de la pression atmosphé-
contenait ayant pu être datée
précisément, on sait aujourd’hui pourraient traduire la présence rique très basse, le gaz contenu
que le plus vieux des Portugais actuelle d’eau liquide : de longues dans le sol chauffé par le Soleil
connu a vécu il y a quelque stries sombres et éphémères qui s’en échappe, ce qui déstabilise les
400 000 ans. À quelle espèce se forment l’été sur les versants grains des couches supérieures et
humaine appartient-il ? À Homo de certaines montagnes. Frédéric provoque une coulée. Les grains
heidelbergensis indubitable- Schmidt, du laboratoire Geops, les plus grossiers restent sur le
ment, même si certains de ses à l’université Paris-Saclay, et ses dessus, d’où la couleur foncée des
caractères diffèrent de ceux collègues proposent une autre stries. Après l’été, la strie, recou-
des crânes de même époque, explication… sans eau liquide. verte par des grains fins apportés
un reflet de la diversité de cette Le problème avec le scénario par le vent martien, s’efface.
© MRO, HiRISE, NASA/JPL/Université de l’Arizona

espèce en Europe. aqueux est que les stries se forment Les chercheurs ont modélisé
dans des régions très sèches. L’eau ce processus et constaté qu’il dé-
Envie de jouer contagieuse disponible semble donc insuffi- clenche une coulée pour les pentes
Le kéa, un perroquet néo- sante pour recharger chaque année d’environ 30 degrés d’inclinaison,
zélandais, est parfois d’humeur les lignes sombres. En outre, il n’y en accord avec ce que voient les
joueuse. Le cri qu’il lance dans a pas eu de détection directe d’eau sondes en orbite autour de Mars.
cette situation « contamine » ses liquide dans les stries. S. B.
congénères et les pousse eux Frédéric Schmidt et ses col- F. Schmidt et al., Nature Geoscience,
aussi à adopter un comportement lègues se sont intéressés à des en ligne, 20 mars 2017
de jeu. Et ils poursuivent cette
activité plus longtemps qu’en
entendant d’autres types de cris.
Cette découverte d’une équipe de Insolite
l’institut de recherche Messerli,
en Autriche, fait du perroquet le
premier non-mammifère à pré-
Une grenouille sous les feux des projecteurs
senter une vocalisation « émo- C’est une première chez les amphibiens. Des chercheurs ont découvert que la rainette ponc-
tionnellement contagieuse ».
tuée, une grenouille sud-américaine, est fluorescente. Éclairée par un faisceau ultraviolet,
De précédentes études avaient
elle brille d’une intense lueur bleu vert. Les molécules fluorescentes de la rainette ponctuée
montré des comportements
ne ressemblent à aucune de celles trouvées chez d’autres animaux fluorescents. Toute la
similaires chez les chimpanzés
lumière n’a pas encore été faite sur ce phénomène.
et les rats.
© J. Faivovich et C. Taboada (Museo Argentino de Ciencias Natiurales “Bernardino Rivadavia”—CONICET)
Bientôt le nouveau kelvin
L’unité de température, le
kelvin, est définie à partir du
point triple de l’eau, mais les
métrologues ont décidé de la
redéfinir à partir d’une constante
plus fondamentale, celle de
Boltzmann (qui relie l’énergie
cinétique des molécules d’un
gaz parfait à la température).
Le changement se fera en 2018
sous certaines conditions. Il faut
d’abord mesurer la constante de
Boltzmann avec une précision
de un millionième par deux
méthodes indépendantes. Cet
objectif est maintenant atteint
grâce au dispositif d’une équipe
de l’agence allemande de métro-
logie. Tout est prêt pour 2018 !

10] Actualités © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


Actualités
Évolution

Comment le corail rouge devient mâle ou femelle Très ancien fossile végétal
Le plus ancien fossile d’orga-
nisme eucaryote (à une ou plu-

À l’œil, rien ne ressemble plus à sieurs cellules avec noyau) était

© Frédéric Zuberer, Institut Pythéas


un corail rouge qu’un autre celui d’une algue rouge datant
corail rouge. Pourtant, cette de 1,2 milliard d’années. Mais
espèce méditerranéenne présente cette date pourrait être reculée
des individus mâles et femelles, grâce à la découverte de l’équipe
que l’on sait identifier en les dis- de Stefan Bengtson, du Muséum
séquant. Mais jusqu’à présent, le d’histoire naturelle de Suède.
mode de déterminisme sexuel était Les chercheurs ont mis au jour
inconnu – ce qui ne facilitait pas la des fossiles bien conservés en
protection de cet animal colonial, Inde qui auraient 1,6 milliard
dont les populations sont pertur- d’années. Ils en ont analysé
bées tant par son exploitation pour Cette colonie de corail rouge (Corallium rubrum) est femelle : on aperçoit la structure par tomographie
la bijouterie que par le réchauffe- des larves blanches dans ses polypes. Cela se lit aussi dans ses gènes. aux rayons X et noté que ces
ment climatique. Marine Pratlong, organismes partagent des
d’Aix Marseille Université, et ses variables du génome chez 354 indi- 95 % des cas. Les coraux rouges caractéristiques avec des algues
collègues viennent de mettre au vidus, ils ont mis en évidence des ont donc bien un système de dé- rouges. Certains éléments trou-
jour ce mécanisme. variants spécifiques des femelles, terminisme sexuel génétique de vés dans les cellules fossilisées
Les biologistes ont exploré le identiques sur les deux copies de type XX/XY, comme les mammi- ressemblent à des chloroplastes,
génome du corail en quête d’éven- leurs gènes, alors que les mâles fères, très probablement apparu organelles liées à la photosyn-
tuelles marques génétiques simi- portaient des variants différents indépendamment. thèse. Ainsi, l’histoire des plantes
et des eucaryotes serait plus
laires aux chromosomes XX/XY à ces endroits, et inversement. De M.-N. C.
ancienne qu’on ne le pensait.
des mammifères. En examinant plus, ce critère seul a suffi pour M. Pratlong et al., Royal Society open
des endroits particulièrement déterminer le sexe de coraux dans science, vol. 4, 160880, 2017

érence s
les
con f ces
Entrée lib

Au
Les merc
re dans

Palais d
red
la limit

e la dé
e des p

is à 19h,
laces dis

jusqu’au
ponible

couver t
e
s

31 mai

C it é d es scien
À la 7
dustrie Cycle l’ h o r izon 203 se fait
et de l’in avril, La recher
ch e à erte
is 18, 25 Palais de
la découv
Les mard mai à 19h Depuis 19
37, le l’occasion
tifique. À
rche scien
2, 9 et 16 l’écho de
la re c h e
in vite des c
hercheurs
édiéval a n s , il
Cycle o m m e m de ses 80 7. roff,
ête de l’h mien Boquet, je ter en 203 ix, Julien Bob
Dans la t s e p ro ihou
à hilippe B ,…
ureau, Da
el Pasto cquart, ta mment : P ann, Étienne Klein
nielle Ja o
© Carlos Lopez Molina-Flickr

A ve c n
Avec Mich Savoie, Da stine S ch e rm
Martin Au
rell, D en is Marie-Chri
efo restier.
Cyrille L Avec le soutien de
programme complet programme complet sur
En partenariat avec sur cite.sciences.fr En partenariat avec palais-decouverte.fr

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Actualités [11


Actualités
Paléontologie Archéologie

L’oiseau Gargantua espagnol De belles mosaïques à Uzès


U n os énigmatique par sa taille vient d’être identifié.
Une équipe internationale de chercheurs, comprenant
notamment Delphine Angst, de l’université du Cap, en
Afrique du Sud, et Eric Buffetaut, de l’École normale supé-
rieure à Paris, vient d’établir à quelle espèce appartient un
D eux grandes et magnifiques
mosaïques viennent d’être
mises au jour à Ucetia,
l’Uzès romaine (Gard). Elles
recouvrent le sol de la pièce
deux grandes mosaïques po-
lychromes. Les motifs géomé-
triques de celles-ci encadrent
deux médaillons centraux formés
de couronnes, de rayons et de
synsacrum trouvé dans le gisement espagnol de Laño, qui principale d’un bâtiment de chevrons, dont l’un est flanqué
date de 72 millions d’années. 250 mètres carrés, qui semble de quatre animaux : un hibou, un
Un synsacrum est, chez les dinosaures et les oiseaux, un avoir été un édifice public, canard, un aigle et un faon. Plu-
os composé de plusieurs vertèbres soudées entre elles et sur comme le confirme la qualité des sieurs autres bâtiments construits
lesquelles s’attachent les éléments du bassin. Afin d’identifier mosaïques et du sol de deux de au ier siècle avant notre ère ou
celui de Laño, l’équipe a recherché des os similaires dans les ses quatre pièces. après témoignent de l’opulence
gisements d’époque comparable qu’elle connaissait. Ceux qu’elle Ainsi, un mortier rose in- de l’agglomération fondée par
a trouvés dans des sites de l’Aude, de l’Hérault et du Var ont crusté de tesselles (éléments de les colons romains tout près des
conduit à attribuer l’os de Laño à l’« oiseau Gargantua ». mosaïques) couvre le sol d’une sources alimentant l’aqueduc de
Son nom d’espèce – Gargantuavis philoinos – fait allusion à antichambre, laquelle mène à Nîmes.
un oiseau géant comparable, selon Eric Buffetaut, aux moas, une salle d’apparat mesurant F. S.
d’anciens oiseaux herbivores néo-zélandais mesurant jusqu’à 60 mètres carrés et ornée des www.inrap.fr
3,6 mètres de haut et qui avaient pour seul prédateur un aigle.
L’os de Laño montre ainsi que l’aire de répartition de l’oiseau
Gargantua s’étendait sur l’ensemble de l’île ibéro-armoricaine,
île qui, au Crétacé supérieur, regroupait le sud de la France
actuelle et la péninsule Ibérique.
F. S.
D. Angst et al., Annales de Paléontologie, en ligne le 15 février 2017
© X. Carmelo Corral

Le synsacrum de Laño, en vues latérale et ventrale. Cet os d’une


dizaine de centimètres de long appartenait à un oiseau géant.

Astrophysique

Pétillants lacs de Titan


L ’azote, qui représente près de 98 % de l’atmosphère de
Titan, se dissout abondamment dans le méthane et l’éthane
liquides qui remplissent les mers de cette lune de Saturne.
L’équipe de Michael Malaska, du JPL (Jet Propulsion Laboratory),
aux États-Unis, a étudié la solubilité de l’azote dans les hydro-
carbures aux conditions de température et de pression régnant
sur Titan. Ces chercheurs ont montré que l’équilibre est instable
et qu’une petite perturbation provoque un important dégazage
d’azote, à la manière d’une boisson contenant du dioxyde de
© Denis Gliksman/Inrap

carbone dissous. Les bulles ainsi produites expliqueraient un


phénomène éphémère surnommé « île magique » et observé
par la sonde Cassini : une zone devenue momentanément très
claire sur l’une des mers d’hydrocarbures de Titan. Plusieurs
hypothèses avaient été avancées, dont celle d’un dégazage,
un scénario conforté par ces nouveaux résultats. Le médaillon central de l’une des deux grandes mosaïques d’Uzès est
S. B. encadré de quatre animaux polychromes (image du haut), dont un hi-
M. Malaska et al., Icarus, vol. 289, pp. 94-105, 2017 bou expressif campé sur ses pattes (détail ci-dessus).

12] Actualités © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


Actualités
Environnement Biologie animale

Un bilan sur la Méditerranée Un superpouvoir


des tardigrades élucidé
D u fait des activités humaines (surpêche, pollution et
réchauffement climatique), on sait que l’écosystème de
la mer Méditerranée est menacé. Cependant, seules des
études régionales avaient été réalisées. Marta Coll, de l’Institut
de recherche pour le développement (IRD, à Sète) et une équipe L es tardigrades, groupe de
minuscules animaux proche
de celui des arthropodes,
des protéines, de ne pas avoir
de structure tridimensionnelle
fixe. Chez les tardigrades, ces
internationale ont rassemblé les données concernant l’ensemble résistent à presque tout : chaleur, protéines sont nommées TDP.
du bassin depuis les années 1950. Les chercheurs estiment que, froid, ultraviolets, rayons X, haute Chez de nombreuses espèces de
sur cette période, les populations de poissons ont diminué pression, asphyxie, produits tardigrades, lors de la dessic-
d’environ 34 %, et même, pour les prédateurs supérieurs, de chimiques, séjour dans l’espace… cation, les TDP sont produites
40 %. Et, d’après une modélisation numérique, l’impact du Ces « oursons d’eau » ont en grande quantité. Lorsque
réchauffement climatique, à l’origine d’une diminution de la aussi la capacité de rester plu- les chercheurs ont bloqué leur
biomasse planctonique, semble supérieur à celui de la surpêche. sieurs dizaines d’années en expression, les tardigrades n’ont
Ces résultats fournissent un état des lieux qui sera utile pour dessiccation complète, après pas survécu.
étudier l’évolution future de cet environnement fragile. avoir perdu 97 % de leur eau. L’étude a aussi montré que
S. B. Jusqu’à présent, le mystère de leur la tolérance à la dessiccation de
C. Piroddi et al., Scientific Reports, vol. 7, 44491, 2017 survie dans ces conditions était levures et de bactéries à qui l’on
resté entier. Thomas Boothby, de fait produire les protéines TDP
Neurosciences l’université de Caroline du Nord augmente. Une hypothèse est
à Chapel Hill, aux États-Unis, et que, grâce à leur malléabilité,
Un engrais pour les neurones ses collègues ont découvert que
des protéines spécifiques, en se
les TDP formeraient une sorte
de matrice qui préviendrait la
vitrifiant, contribuent à protéger dénaturation des molécules sen-

D ans la plupart des maladies neurologiques – Alzheimer,


sclérose en plaques, lésion de la moelle épinière... –,
des neurones se dégradent, et leur axone – le principal
prolongement – ne transmet plus les signaux, soit parce qu’il
dégénère, soit parce qu’il est rompu. Les chercheurs ont trouvé
l’organisme de la dessiccation.
Les tardigrades produisent
en effet un type de protéines
dites intrinsèquement désor-
données, qui ont la particula-
sibles à la dessiccation. Une piste
pour conserver des médicaments
qui, aujourd’hui, nécessitent une
réfrigération ?
A. G.
des protéines neuronales capables de favoriser sa repousse. rité, contrairement à la plupart Molecular Cell, vol. 65, pp. 1-10, 2017
Encore faut-il les activer in vivo...
L’équipe d’Alyson Fournier, à l’université McGill, à Mont­réal,
a étudié une molécule naturelle produite par un champignon
(Phomopsis amygdali), la fusicoccine A, qui fait pousser les racines
des plantes infectées par le champignon. Les chercheurs ont
découvert que cette molécule stabilise aussi l’une des protéines
neuronales, un « adaptateur » moléculaire nommé 14-3-3, qui
© Shutterstock.com/ 3Dstock

devient inactif, car instable, quand les cellules vieillissent. En


interagissant avec la fusicoccine A, 14-3-3 stimule alors la régé-
nération des axones de neurones du cortex animal ou humain
in vitro, mais également celle du nerf optique de souris qui avait
été détruit au préalable. Cet « engrais » va maintenant être testé
chez des animaux atteints de maladies neurodégénératives. Les tardigrades résistent à des conditions extrêmes. En particulier, ils
Bénédicte Salthun-Lassalle sont capables de survivre à une déshydratation importante, une perte
A. Kaplan et al., Neuron, vol. 93, pp. 1082-1093, 2017 de près de 97 % de leur eau, grâce à certaines protéines.

Yves Meyer, Prix Abel 2017 La faune lumineuse des océans ROV (des véhicules sous-marins téléguidés).
Compression de données, imagerie médicale, Quelle est la part de la faune bioluminescente Résultat : plus des trois quarts des espèces
traitement des images du télescope spatial dans les profondeurs des océans ? Pour effec- sont bioluminescentes et cette proportion est
Hubble ou, plus récemment, des signaux d’ondes tuer un relevé précis, Séverine Martini et Steven relativement stable sur toute la colonne d’eau,
gravitationnelles enregistrés par l’interféromètre Haddock, de l’institut de recherche de l’aqua- même si le nombre d’espèces diminue avec
Ligo, l’analyse par ondelettes est présente dans rium de Monterey Bay, en Californie, ont analysé la profondeur. Chez les cnidaires (méduses
de très nombreux domaines. L’Académie norvé- plus de 350 000 observations réalisées par des et consorts), ce chiffre dépasse les 95 % !
gienne des sciences et des lettres a ainsi décidé
de récompenser, avec ce prix au prestige équiva- Suivez les dernières actualités Retrouvez
lent à celui du Nobel, le mathématicien français
de Pour la Science plus d’actualités sur
Yves Meyer, qui a joué un rôle capital dans www.pourlascience.fr
le développement de la théorie des ondelettes. sur les réseaux sociaux

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Actualités [13


Réflexions & débats
POINT DE VUE

Une stratégie payante : personnifier la nature


En matière de protection de la nature, les arguments scientifiques suffisent rarement.
En accordant le statut de personne juridique à un fleuve, le Parlement néo-zélandais a
révélé une issue possible : la défense des droits de la nature en tant que bien commun.
Catherine LARRÈRE

L
e 15 mars 2017, le Parlement néo- car ils seraient les victimes directes. Il fallait des droits humains sont lésés, l’action en
zélandais a accordé le statut de donc reconnaître à la vallée Mineral King une justice est beaucoup plus difficile que si l’on
personne juridique au fleuve Whan- personnalité juridique permettant au Sierra peut plaider directement qu’il y a atteinte à
ganui, un cours d’eau cher aux Mao- Club de représenter ses intérêts. la nature. Or, le droit a toutes les ressources
ris. Cette décision n’est pas restée isolée. Le Les décisions de mars dernier sont-elles nécessaires pour cela. Il construit des fictions
20 mars, la haute cour de l’État himalayen de un signe que Christopher Stone a enfin été et peut ainsi accorder la personnalité juri-
l’Uttarakhand (nord) a décrété que le Gange entendu ? À vrai dire, ce ne sont pas les pre- dique à des entités abstraites, qualifiées de
et la Yamuna, où les hindous pratiquent des mières de ce type. En 2008, l’Équateur a fait de personnes morales, comme des entreprises
ablutions, seraient désormais considérés la nature un sujet de droit en inscrivant dans ou un hôpital. Pourquoi ne ferait-on pas de
comme des « entités vivantes ayant le statut sa constitution les droits de la Terre Mère : « La même avec des entités naturelles ? C’est une
de personne morale ». Comment interpréter nature ou Pacha Mama, où se reproduit et se démarche technique qui permet d’engager un
de telles décisions ? Faut-il y voir la victoire certain type de procédures.
d’une vision religieuse de la nature, ou se dire
que l’on protège mieux la nature quand elle est
Cette décision révèle Christopher Stone montrait
que l’on trouverait sans peine
reconnue comme sacrée qu’avec de simples à quel point la protection des représentants pour les
arguments scientifiques ? Ni l’un ni l’autre : elles
révèlent surtout à quel point la protection de
de la nature doit s’appuyer entités naturelles ainsi per-
sonnifiées, comme on le fait
la nature doit s’appuyer sur la culture locale.
Lorsque, à la fin des années 1960, une
sur la culture locale pour des enfants en bas âge
ou des adultes ayant perdu
organisation environnementale, le Sierra Club, réalise la vie, a droit au respect absolu de son l’usage de leurs capacités. Ajoutons qu’une telle
avait voulu empêcher l’entreprise Walt Disney existence et au maintien et à la régénération qualification juridique, purement technique,
de créer une station de ski dans une haute de ses cycles vitaux, de ses fonctions et de suppose (pour la plaidoirie) l’étude scienti-
vallée californienne, Mineral King, elle avait ses processus évolutifs. Toute personne, com- fique des dommages causés à ces entités
attaqué l’entreprise en justice. Mais le tribunal munauté, peuple ou nation, pourra exiger de naturelles et n’affaiblit nullement les droits
avait débouté le Sierra Club au motif que ce l’autorité publique le respect des droits de la des personnes humaines.
projet ne le lésait pas personnellement. Consta- nature » (article 72). Et ces dernières années, Mais, si reconnaître à des non-humains
tant avec cette affaire que le droit existant des collectivités locales de certains comtés (comme un fleuve) une personnalité juridique
(celui des différents États, comme le droit des États-Unis ou au Mexique ont reconnu que ne pose pas de problème d’un point de vue
international) était insuffisant pour protéger les communautés naturelles et les écosys- technique, le droit n’est pas un pur instru-
la nature, Christopher Stone, professeur de tèmes ont, comme les personnes, des droits ment : il a une dimension anthropologique,
philosophie du droit, publia en 1972 un article qui peuvent être représentés en justice. philosophique et culturelle. C’est pourquoi, là
qui fit date, « Should trees have standing ? » L’argumentation de Christopher Stone avait où domine la culture occidentale, qui établit
(« Les arbres devraient-ils pouvoir soutenir d’abord une visée pratique : si, pour s’opposer une nette séparation entre l’humanité et la
une action en justice ? »). Il argua que les à la destruction ou à la dégradation irréver- nature, entre les personnes et les choses, on a
arbres eux-mêmes devraient pouvoir plaider, sible d’espaces naturels, il faut montrer que du mal à admettre que l’on puisse transformer

14] Point de vue © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


Réflexions & débats

des choses – ou ce qui est considéré tel –


en sujets de droit, même par un artifice juri-
dique. Nous autres Occidentaux voulons bien
admettre que des institutions (églises, écoles,
entreprises) soient des personnes morales,
mais nous nous y refusons quand il s’agit
d’entités naturelles. C’est notre rapport à la
nature, fortement anthropocentré, qui nous
conduit à rejeter l’attribution de la personnalité

© Shutterstock.com/Gabor Kovacs Photography


juridique à des entités naturelles, même si,
techniquement, rien ne s’y oppose.
Les décisions de mars dernier montrent
qu’il ne suffit pas de dire que n’importe quoi
peut être personnifié juridiquement, il faut y
croire. Pour faire d’un fleuve un sujet de droit, il
faut croire que c’est une personne, une entité
vivante, qui a peut-être un esprit, ou une âme,
que l’on révère comme une personne sacrée. LE FLEUVE WHANGANUI, en Nouvelle-Zélande, est devenu une personne juridique pour
C’est donc dans des pays et des cultures où la justice locale, ce qui devrait faciliter sa protection. En accordant un droit au fleuve, la justice
ne reconnaît pas seulement celui-ci, mais surtout les revendications des Maoris. Une piste
l’on ne considère pas la nature comme une à explorer pour mieux défendre la nature en Occident ?
matière inerte, manipulable à loisir, que l’on
reconnaît des droits à des entités naturelles. cinq continents, cherche à construire une juris-
Aussi l’attribution d’une personnalité juri- prudence. Mais suffit-il d’attribuer des droits
dique au fleuve Whanganui est-elle indissociable individuels à des entités naturelles pour les
de la reconnaissance de la culture des Maoris défendre contre les intérêts économiques ?
et de la lutte qu’ils ont menée depuis l’arrivée Dans la zone culturelle occidentale, où la na-
des colons britanniques en Nouvelle-Zélande ture n’est guère reconnue comme sacrée, ce
à la fin du XIXe siècle. C’est bien ce qu’a admis qui a le plus d’importance est la dimension
le ministre de la Justice néo-zélandais : « Cela collective des mobilisations en faveur des
marque la fin du plus long litige de l’histoire [...]. biens communs. En Europe, cette idée s’est
Cette législation est une reconnaissance de la développée depuis une dizaine d’années
connexion profondément spirituelle entre l’iwi ■■ L’AUTEURE autour d’une remise en cause de la notion
– la tribu – Whanganui et son fleuve ancestral. » juridique de propriété : dans le droit civil, la
Catherine
De la même façon, la constitution équato- LARRÈRE, propriété est un droit individualisé d’user et
rienne a pour premier objet de reconnaître les professeure d’abuser. Or le rapport à l’environnement a une
droits des peuples amérindiens. On voit à quel émérite de dimension collective : ce sont des collectifs
philosophie
point biodiversité et diversité culturelle sont à l’université (ou des communautés) qui font usage de la
liées : la défense de la nature et la lutte des de Paris I-Panthéon-Sorbonne, nature, et il est d’intérêt collectif de la proté-
populations locales pour la reconnaissance est spécialiste de l’éthique ger contre les dégradations. L’important, dans
environnementale.
de leur identité culturelle vont de pair. Faut-il cette conception, n’est pas tant les qualités
même parler de nature ? « Votre nature, c’est propres de l’entité naturelle à protéger que le
notre culture », pourraient objecter les Maoris fait de déclarer qu’il s’agit d’un bien commun :
à ceux qui s’en tiennent à la protection d’une ce sont la communauté et les règles qu’elle se
nature strictement séparée des hommes. donne pour jouir de l’entité qui font de celle-ci
Et ils pourraient ajouter : nous protégeons un bien commun. Et dès lors, on dispose d’un
mieux notre fleuve comme culture que vous cadre pour la protéger juridiquement sans avoir
ne le faites comme nature. besoin de lui accorder une âme. n
Quel enseignement en tirer ? Le mouve-
ment de défense des droits de la nature s’étend
et s’internationalise. La Global Alliance for the Réagissez au
Point de vue sur
Rights of Nature, notamment, qui regroupe
www.pourlascience.fr
de nombreuses organisations établies sur les

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Point de vue [15


Réflexions & débats

HOMO SAPIENS INFORMATICUS chronique de Gilles Dowek

L’informatique va rompre
le lien entre travail et revenu
Le remplacement de l’homme par la machine remet
en question les fondements de la rémunération.

D
epuis quelques années, les d’entre eux souffrent de troubles musculo- pourra pas être résorbé, qu’il n’y aura pas
clients de certains supermar- squelettiques : tendinites, mal de dos, etc. de travail pour tout le monde.
chés utilisent des caisses Qui souhaiterait que ses enfants travaillent Or il est temps de comprendre que ce que
sans caissière ni caissier où toute leur vie à la caisse d’un supermarché ? regrette surtout le caissier devenu chômeur
ils scannent eux-mêmes le code-barres de Plus fondamentalement, depuis l’aube n’est pas son travail passé, mais le revenu
leurs articles. Cependant, ces caisses auto- de l’humanité, le progrès technique consiste qu’il en tirait : il pourrait s’accommoder de
matiques sont peut-être déjà obsolètes. Dans à produire plus de richesses en travaillant son revenu sans son activité rémunératrice
un supermarché de Seattle, aux États-Unis, moins, et non le contraire. Mais les cais- et occuper son temps à d’autres activités.
des capteurs et des caméras enregistrent en siers libérés de leur tâche et devenus chô- Nous en venons donc à penser indépendam-
temps réel les produits mis dans les chariots ment l’idée de revenu et l’idée de travail, et à
par les clients qui, leurs achats terminés, envisager de donner un revenu au caissier,
quittent le magasin sans passer par une qu’il travaille ou non.
caisse d’aucune sorte. Conditionner le revenu au travail incitait
Cette disparition des caisses et des les femmes et les hommes à travailler dans
caissiers est la dernière étape d’un long les supermarchés et dans les usines, quand
processus, avec d’abord l’introduction des ce travail était nécessaire à la production de
caisses électriques qui font les additions à richesses. Mais maintenant que des machines
la place des caissiers, puis des codes-barres remplacent partiellement ou totalement les
qui évitent de taper le prix de chaque article, humains et créent ces richesses à leur place,
Aleph Studio/Shutterstock.com

puis des machines qui rendent la monnaie, le travail n’est plus aussi utile, et marginaliser
etc. Chacune de ces transformations a économiquement les oisifs pour les inciter
permis aux caissiers de travailler plus vite LES CAISSIERS SONT REMPLACÉS à travailler n’a plus grand sens.
par des machines et perdent leur emploi.
et donc aux supermarchés d’en employer Faut-il aussi qu’ils perdent leur revenu ? Proposé par certains économistes ou
moins. La dernière étape supprimerait plus personnalités politiques, le « revenu univer-
de 200 000 emplois en France, que ne com- meurs, donc sans emploi et sans revenu, se sel » est aujourd’hui perçu comme une mesure
penseront pas les quelques milliers créés par réjouissent rarement. Pas plus d’ailleurs que sociale destinée à résoudre le « problème »
les entreprises qui conçoivent ou fabriquent ne se réjouissaient les mineurs, les ouvriers du chômage. Ne devrions-nous pas plutôt le
ces systèmes informatiques. du textile, les postiers ou les disquaires qui considérer comme la norme, dans une société
Comme je le soulignais dans le numéro les ont précédés. Une chose, cependant, a informatisée ? Nous trouvons déjà normal de
de février 2015 de Pour la Science, il y a tout changé : cette question de la disparition du subvenir aux besoins des plus jeunes et des
lieu de se réjouir de ce remplacement de travail se trouve désormais au centre du plus âgés, sans que ceux-ci aient besoin de
l’homme par la machine, car le métier de débat public. La croissance du chômage travailler. Pourquoi devrait-il en être autrement
caissier est l’un des plus répétitifs et des n’est plus uniquement perçue comme un avec ceux qui sont entre ces deux âges ? n
plus pénibles qui soient. Les caissières et les dysfonctionnement de notre économie, mais
caissiers travaillent dans un environnement aussi comme un effet de ce remplacement de Gilles DOW…K est chercheur à l’Inria
bruyant, souvent sans voir la lumière du jour l’homme par la machine. Et si le phénomène et membre du conseil scientifique
et sans pouvoir se lever. Un grand nombre persiste, il est certain que le chômage ne de la Société informatique de France.

16] Homo sapiens informaticus © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


Réflexions & débats

CABINET DE CURIOSITÉS SOCIOLOGIQUES par Gérald Bronner

Le prix de la réciprocité
Un cadeau engage toujours son bénéficiaire d’une façon
ou d’une autre. Une réciprocité qui serait profondément
ancrée dans notre passé évolutif.

L
a campagne présidentielle qui caritatives. Son travail lui a permis de conclure sociologue américain Alvin Gouldner (même
s’achève en France a vu beaucoup qu’un cadeau entraîne mécaniquement une s’il insistait pour rappeler l’omniprésence
de questions relatives à la moralité forme de réciprocité beaucoup plus contrai- de formes asymétriques de réciprocité),
soulevées. Par exemple, est-il rai- gnante qu’on ne pourrait le croire. et la psychologie évolutionniste a proposé
sonnable pour un candidat à la plus haute D’ailleurs, ces principes ont été appliqués une interprétation intéressante (quoique
fonction de la République d’accepter de se faire de façon extensive dans le marketing. Qui n’a spéculative) de la question.
offrir de très onéreux costumes sur mesure ? pas accepté de goûter dans un supermarché Ainsi, le psychologue social américain
Le bénéficiaire de ce cadeau a en partie lui- un nouveau jus de fruit ou un gâteau apéritif Roy Baumeister voit dans la réciprocité une
même répondu à cette question, puisqu’il a et acheté dans la foulée un produit dont il condition même de la survie de certaines
restitué ces vêtements en reconnaissant qu’il espèces. En effet, a-t-il remarqué dans son
avait commis une erreur. On ne saura jamais livre The Cultural Animal : Human Nature,
si l’acceptation de ce cadeau était assortie Meaning and Social Life (2005), les hasards
de promesses faites à son auteur. Dans ce de la chasse, par exemple, peuvent conduire
cas, évidemment, la violation de la conduite un individu à abattre une proie qu’il ne pourra
morale que l’on attend d’un politique eut été manger seul. Dans ces conditions, il est plus
parfaitement établie. Dans le cas contraire, intéressant pour lui de partager en espérant
c’est-à-dire l’acceptation d’un cadeau sans que les bénéficiaires de ce don seront eux
engagement particulier, est-on bien certain que aussi généreux lorsqu’il connaîtra la faim.
la situation n’est pas sans risque ? Chacun a Pour Roy Baumeister et les psychologues
bien compris que même si aucune promesse évolutionnistes, les groupes non dotés de
© Shutterstock.com/NirdalArt

n’avait été faite, restait la question épineuse cette aptitude à la réciprocité ont tout sim-
de la réciprocité. De quelle façon un présent QUAND UN PERSONNAGE PUBLIC plement moins de chances de survivre que
nous engage-t-il ? accepte un cadeau de grande valeur, les autres. Autrement dit, la réciprocité serait
Sur le plan formel, rien ne nous contraint sa moralité peut être mise en question. une sorte d’assurance contre la rareté des
à devenir l’obligé de celui ou celle qui nous a ressources lorsqu’une espèce est confron-
fait un cadeau. Mais en pratique, cette relation n’avait nullement besoin ? Les échantillons tée aux fluctuations de celles-ci. Dans ces
n’établit-elle pas un système de contraintes gratuits, les sourires, les compliments venant conditions, on comprend dans quelle inti-
implicites ? C’est précisément une question d’un inconnu dans la rue qui veut recueillir mité de notre nature même, amplifiée par
que s’est posée Robert Cialdini, psychologue quelques oboles pour une cause ou une autre de nombreuses règles sociales, se loge le
à l’université de Columbia. Pour écrire son cé- ou même encore un simple verre offert dans principe de réciprocité. On comprend aussi
lèbre livre Influence et manipulation (Influence, un bar induisent un système d’interactions combien la décision qui prétend défendre
the Psychology of Persuasion, 1984) le cher- subtiles qui peuvent nous conduire à accep- l’intérêt général, comme c’est le cas de la
cheur a étudié des résultats de la psychologie ter ce que nous n’aurions pas désiré faire gouvernance politique, doit se protéger de
sociale de l’influence, mais il a aussi observé quelques minutes auparavant. l’influence du principe de réciprocité. n
pendant plusieurs années les pratiques des Pourquoi ce principe de réciprocité est-il
vendeurs de voiture, de sociétés de télémar- à ce point ancré en nous ? Certains en ont Gérald BRONN…R est professeur
keting ou encore de militants d’associations souligné le caractère universel, comme le de sociologie à l’université Paris-Diderot.

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Cabinet de curiosités sociologiques [17


Réflexions & débats

N O S V I E S À L’ È R E
D U N U M É R I Q U E
ET POURQUOI PAS ?
AgenceEtPourquoiPas.com

EXPOSITION DU 04/04/17 AU 07/01/18

18] Lu sur SciLogs.fr © Pour la Science - n° 000 - Mois 2014


À la une

TROUS NOIRS INTRIQUÉS


Une porte vers
l’espace-temps
quantique
Dans leur quête pour réconcilier les deux sœurs ennemies
de la physique du XXe siècle – la physique quantique et la
relativité générale – les théoriciens ont récemment for-
mulé une hypothèse enthousiasmante !
Leur proposition ? L’espace-temps, décrit par la relativité générale, serait
un phénomène émergent, qui prendrait racine dans des interactions
quantiques d’objets plus fondamentaux. Mais que sont ces objets ?
Comment exactement l’espace-temps naît-il de leurs interactions ? De
nombreux physiciens s’associent dans un projet pluridisciplinaire pour
comprendre les implications de cette fascinante hypothèse, avec l’espoir
d’aboutir enfin à une théorie quantique de la gravitation et de l’espace-
temps (voir l’article de Clara Moskowitz, pages 20 à 26).
Dans ce contexte dynamique, des idées spectaculaires voient le jour.
Ainsi, les travaux de Juan Maldacena et Leonard Susskind, des physiciens
de premier plan, suggèrent une équivalence entre trou de ver et intrica-
tion quantique (voir l’article de Juan Maldacena, pages 28 à 35). Pourtant,
tout sépare ces deux phénomènes : les trous de ver relèvent de la rela-
tivité générale et décrivent des sortes de raccourcis liant deux régions
éloignées de l’espace-temps, tandis que l’intrication de deux objets est un
phénomène purement quantique, où les deux objets ont leurs propriétés
fortement corrélées, indépendamment de la distance qui les sépare. Un
pont très inattendu entre deux domaines, qui rapproche peut-être les
physiciens de leur Graal. n

Sean Bailly

© Pour la Science - n° 475 - Mai2017 À la une [19


20] Physique théorique © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017
Physique théorique

À la poursuite
de l’espace-temps
QUANTIQUE Clara Moskowitz

L’espace et le temps émergeraient


de l’intrication quantique de minuscules
bribes d’information : telle est l’audacieuse
hypothèse explorée par le projet
Kenn Brown, Mondolithic Studios

collaboratif intitulé It from Qubit.

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Physique théorique [21


P
our Shakespeare, « le monde entier est ce n’est la voie, pour parvenir à la gravité
un théâtre ». Les physiciens partagent quantique », confie Netta Engelhardt, post­
cette définition, mais pour eux, le doctorante à l’université Princeton et qui a
théâtre est plus précisément l’espace. Celui-ci assisté à plusieurs de ces réunions. « C’est
serait la scène sur laquelle entrent en action vraiment en train de décoller. »
les forces et les particules qui l’occupent.
L’espace, tel qu’on le conçoit généralement, Un pont entre
n’est constitué de rien de matériel.
Cependant, les chercheurs commencent
plusieurs disciplines
à mettre en doute cette vision. L’espace (ou Parce que le projet concerne à la fois
plutôt l’espace-temps dans le contexte de la science des ordinateurs quantiques,
la théorie de la relativité générale) pour- l’étude de l’espace-temps dans le cadre
rait être composé de minuscules bouts de la relativité générale, la physique
d’information. Selon cette approche, ces des particules et la théorie des cordes, il
petits éléments, en interagissant, créent réunit des chercheurs de communautés
l’espace-temps et font émerger ses proprié- qui n’ont pas l’habitude de collaborer. Il
tés, telles que la courbure – dont découle L’ E S S E N T I E L y a plus d’un an, la fondation Simons, un
la gravité. organisme privé qui soutient la recherche
Cette idée, si elle est correcte, n’expli- ■■ L’espace-temps pourrait scientifique, a décidé d’allouer un budget
querait pas seulement l’origine de l’espace- être constitué pour lancer le projet collaboratif It from
temps. Elle aiderait aussi les physiciens de minuscules éléments Qubit et financer les recherches et les
à formuler la théorie quantique de la d’information liés rencontres des physiciens sur ce sujet.
gravitation qui se fait attendre depuis si par le phénomène Depuis, l’excitation n’a cessé de croître,
longtemps. En effet, les physiciens ont d’intrication quantique. et les rencontres successives ont attiré
développé au XXe siècle deux théories de plus en plus de chercheurs, parmi
irréconciliables, la relativité générale, qui ■■ Des physiciens explorent lesquels des membres de la collaboration
décrit la dynamique de l’espace-temps, et cette idée dans le cadre financée par la fondation Simons mais
la physique quantique, qui régit le monde d’un programme aussi de nombreuses autres personnes
des particules et de leurs interactions. de recherche intitulé simplement intéressées par le sujet.
Le projet It from Qubit réunit plusieurs It from Qubit, qui réunit L’intérêt pour le projet IfQ s’étend bien
fois par an une centaine de physiciens pour des spécialistes de au-delà du cercle de chercheurs qui y par-
réfléchir à ces nouvelles idées. Le nom de l’informatique quantique ticipent. Par exemple, Brian Greene, théo-
et des physiciens de
ce projet résume l’hypothèse qui anime ces ricien des cordes à l’université Columbia
la relativité générale et
chercheurs : le it est ici l’espace-temps et et extérieur à IfQ, souligne que « si le lien
de la théorie des cordes.
le qubit représente la plus petite quantité avec la théorie de l’information quantique
d’information – la version quantique du L’objectif, à terme,
■■
est aussi fructueux que certains l’anticipent,
bit informatique. est d’obtenir une théorie tout cela pourrait bien déboucher sur la
L’idée que l’Univers serait construit quantique de la prochaine révolution de notre compréhen-
à partir d’informations a été popularisée gravitation, compatible sion de l’espace et du temps. C’est un projet
dans les années 1990 par le physicien amé- avec la physique important et tout à fait passionnant. »
ricain John Wheeler et son expression « It quantique et avec L’idée selon laquelle l’espace-temps
from Bit ». Pour lui, toute la physique serait la relativité générale. n’est pas fondamental, mais émerge de bits
décrite au niveau le plus fondamental à d’information et est « constitué » de quelque
partir d’information. Un quart de siècle chose, marque une rupture par rapport au
plus tard, avec les progrès en physique tableau dépeint par la relativité générale.
quantique, le bit est devenu qubit et l’idée De quoi exactement ces bits sont-ils faits et
s’est modernisée. quel type d’information contiennent-ils ? Les
La réunion It from Qubit (IfQ) qui s’est chercheurs l’ignorent. Mais curieusement,
tenue en juillet 2016 à l’institut Perime- cela ne semble pas les déranger. « Ce qui
ter de physique théorique, au Canada, compte, ce sont les relations [entre les bits
illustre l’engouement autour de cet axe de plus que les bits eux-mêmes] », explique
recherche. Les organisateurs attendaient Brian Swingle, postdoctorant à l’université
environ 90 personnes, mais ils ont reçu tel- Stanford. « Toute la richesse vient de ces
lement de demandes qu’ils ont finalement relations collectives. Ici, l’élément crucial, ce
accueilli 200 participants et ont animé, en n’est pas les constituants, mais la manière
simultané, six sessions parallèles dans dont ils s’organisent. »
d’autres universités. « Je pense que c’est La clé de cette organisation pour-
l’une des voies les plus prometteuses, si rait être l’étrange phénomène que l’on

22] Physique théorique © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


LES ORDINATEURS QUANTIQUES (ici un élément d’un
Kim Stallknecht/Redux Pictures

dispositif présenté comme un tel ordinateur par la


société canadienne D-Wave Systems) utilisent des codes
correcteurs qui sont mathématiquement comparables
aux modèles décrivant le destin de l’information dans les
trous noirs. Grâce à ces machines, les physiciens
espèrent mieux comprendre la gravitation.

nomme intrication quantique : une corré- dans l’espace-temps prédit par la relativité
lation bizarre qui peut exister entre deux générale (voir l’article de Juan Maldacena,
particules, et grâce à laquelle des mesures pages 28 à 35). Cette idée a été surnommée
réalisées sur l’une des particules ont un ER = EPR, d’après les noms des physiciens
effet instantané sur l’autre, même quand qui ont suggéré ces phénomènes : Albert
une grande distance les sépare. « Selon Einstein et Nathan Rosen pour les trous
une idée fascinante proposée récemment, de ver, Einstein, Rosen et Boris Podolsky
l’étoffe de l’espace-temps serait tissée par pour l’intrication quantique. Cette décou-
l’intrication quantique des éléments sous- verte, et d’autres comparables, suggèrent
■■ L’AUTEURE jacents d’espace-temps, quelle qu’en soit la que, curieusement, l’intrication quantique
Clara MOSKOWITZ nature », explique Vijay Balasubramanian, (dont on pensait qu’elle ne faisait interve-
est rédactrice physicien à l’université de Pennsylvanie et nir aucun lien physique) peut façonner
pour la revue l’un des principaux collaborateurs d’IfQ. l’espace-temps.
Scientific
American Le raisonnement qui sous-tend cette idée Afin de comprendre comment l’intrica-
où elle couvre est le produit d’une série de découvertes tion pourrait donner lieu à l’espace-temps,
l’astrophysique, la cosmologie réalisées par des physiciens, notamment par les physiciens doivent d’abord mieux com-
et la physique.
Shinsei Ryu, maintenant à l’université de prendre comment l’intrication fonctionne.
l’Illinois à Urbana-Champaign, aux États- Ce phénomène nous paraît « fantoma-
Unis, et Tadashi Takayanagi, maintenant à tique », pour reprendre les mots d’Einstein,
l’université de Kyoto, au Japon. En 2006, lorsque lui et ses collaborateurs l’ont prédit
ces deux chercheurs ont mis en évidence en 1935, parce qu’il implique une connexion
une connexion entre l’intrication quan- instantanée entre particules même très
tique et la géométrie de l’espace-temps. éloignées. Une situation qui semble défier
En 2013, en s’appuyant sur ces travaux, la relativité restreinte qui stipule que rien
Juan Maldacena, de l’Institut d’études ne peut voyager plus vite que la lumière.
avancées de Princeton, et Leonard Suss- L’intrication quantique a cependant été
kind, à l’université Stanford, ont montré confirmée par de nombreuses expériences,
que si deux trous noirs étaient intriqués, sans pour autant violer les principes de la
ils créeraient un trou de ver, un raccourci relativité restreinte.

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Physique théorique [23


Jongbum Park, institut Perimeter pour la physique théorique
PATRICK HAYDEN, physicien
de l’université Stanford, donne ici
un séminaire à l’institut Perimeter
de physique théorique lors des
rencontres It from Qubit de juillet 2016.

Depuis peu, les physiciens considèrent découle d’une dynamique à plus petite de la gravité quantique, les physiciens
qu’il existe plusieurs formes d’intrication. échelle. » De façon analogue, on voit l’es- tentent de trouver une théorie équivalente,
Dans la plus simple, plusieurs particules de pace-temps mais nous ne comprenons pas plus maniable, valable dans un univers
même nature réparties dans l’espace sont la dynamique quantique fondamentale à de dimensionnalité inférieure à la nôtre.
reliées par une unique caractéristique (leur partir de laquelle il émerge. L’une des incarnations les plus réussies
spin ou leur polarisation, par exemple). du principe holographique est la « corres-
Mais, comme dit Vijay Balasubramanian, Hologrammes pondance AdS/CFT », sigles faisant réfé-
ce type d’intrication ne suffit pas pour
reconstruire l’espace-temps. D’autres formes
cosmiques rence à l’équivalence entre un modèle cos-
mologique dit univers anti-de Sitter (AdS) et
d’intrication seraient plus pertinentes. Par À terme, l’objectif de tous ces travaux est un cas particulier de théorie quantique des
exemple, on peut imaginer des intrications d’enfin parvenir à une théorie qui décrit champs, dite théorie conforme des champs
entre particules de natures différentes. Les la gravité d’un point de vue quantique. (CFT pour conformal field theory), définie à
chercheurs explorent aussi la complexité Mais les physiciens qui se sont donné cette la frontière de l’univers anti-de Sitter et
déroutante de l’intrication d’un grand ambition se heurtent à un mur depuis un dénuée de gravité. Par cette approche, il
nombre de particules. siècle. Les participants au projet It from est possible de décrire complètement un
Une fois que les différents aspects de Qubit misent sur l’idée du « principe holo- trou noir à partir de ce qui se passe à la
l’intrication seront mieux compris et maî- graphique » pour réussir là où leurs pré- frontière de l’univers. Juan Maldacena a
trisés, les chercheurs comprendront peut- décesseurs ont échoué. établi cette relation à la fin des années 1990,
être comment l’espace-temps émerge de Ce principe suggère que certaines alors qu’il travaillait dans le cadre de la
ce phénomène. L’émergence est quelque théories physiques sont équivalentes à théorie des cordes. Dans cette dernière,
chose que l’on retrouve par exemple en d’autres, plus simples, qui s’appliquent les particules fondamentales, considérées
thermodynamique ou en météorologie, dans un univers de dimensionnalité infé- jusque-là comme ponctuelles, sont rempla-
où les mouvements microscopiques des rieure. On retrouve cette idée avec les cées par de minuscules cordes. L’objectif
molécules de l’air donnent naissance à la hologrammes : une carte postale en deux était de résoudre certains problèmes de
pression et à d’autres grandeurs macros- dimensions portant un hologramme de calcul pour développer une description
copiques. « Ce sont là des phénomènes licorne peut contenir toute l’information quantique de la gravitation.
émergents », explique Netta Engelhardt. nécessaire pour décrire et représenter la Grâce à la correspondance AdS/CFT,
« Quand vous faites un zoom arrière sur forme tridimensionnelle de la licorne. les physiciens espèrent découvrir une
quelque chose, vous voyez un tableau Dans cette logique, puisqu’il est si diffi- théorie qui est équivalente à la gravitation
différent dont vous ne sauriez pas qu’il cile de trouver une théorie satisfaisante quantique, tout en étant beaucoup plus

24] Physique théorique © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


simple à manipuler – en laissant de côté d’erreurs soit aussi en jeu dans, par exemple,
la gravitation. « Il est très difficile d’obte- le codage de l’information de l’intérieur du
nir des descriptions quantiques pour les trou noir que l’on retrouve à sa surface à
théories avec gravitation, alors que celles travers l’intrication.
sans gravitation sont beaucoup plus faciles Même si les physiciens parviennent à
à décrire complètement », insiste Vijay comprendre comment fonctionne la corres-
Balasubramanian. pondance AdS/CFT, et par là à concevoir
une théorie de dimensionnalité inférieure
Une théorie qui se substitue à la gravité quantique,
ils ne seront toutefois pas encore au bout
de la gravitation... de leurs peines. La correspondance elle-
sans gravitation même ne fonctionne que dans une version
simplifiée de l’Univers.
Mais comment une théorie laissant de côté En particulier, toutes les lois de la gra-
la gravité pourrait-elle être légitime en tant vitation qui s’appliquent à notre Univers
que théorie quantique de la gravitation ? n’interviennent pas dans le monde épuré
La réponse viendrait peut-être de la nature de la correspondance. « La correspondance
fondamentale de la gravitation. La gravité AdS/CFT possède une sorte de gravitation,
et l’espace-temps pourraient n’être que mais ce n’est pas la théorie de la gravitation
le produit final, en trois dimensions, de dans un univers en expansion comme celui
l’intrication des qubits dans un espace où nous vivons », explique Brian Swingle.
n’ayant seulement que deux dimensions. L’univers anti-de Sitter ne contient pas de
Depuis une vingtaine d’années, les matière, juste une constante cosmologique
physiciens ont montré que la correspon- de valeur négative. Et, décrit d’une certaine
dance AdS/CFT fonctionne dans certaines façon, il est stable : ni en expansion ni en
situations, sans bien comprendre pourquoi. contraction (voir l’encadré page 26). Si notre
« Nous savons que ces deux théories
sont duales [équivalentes], mais la « L’étoffe de Univers contient aussi une constante
cosmologique, elle doit être légè-

l’espace-
raison pour laquelle la dualité fonc- rement positive pour s’accorder
tionne n’est pas claire », raconte aux observations sur l’expansion
Brian Swingle. « L’un des résul- accélérée du cosmos. Néan-

temps
tats qu’on espère [du projet moins, ce modèle fournit aux
IfQ] serait une théorie expli- physiciens un terrain de jeu
quant comment surgissent théorique utile pour tester
ces dualités. » leurs idées, et appréhender
La théorie de l’informa- plus simplement la gravita-
tion quantique pourrait aussi tion quantique.
contribuer à ce projet grâce à un serait tissée par l’intrication Si le projet IfQ repose sur
outil de cette discipline : les codes quantique des éléments des fondements irréalistes, font
quantiques correcteurs d’erreurs. remarquer certains sceptiques,
Les chercheurs en informatique sous-jacents, quelle peut-il vraiment produire des
quantique ont conçu ces codes pour qu’en soit la nature » résultats valables ? « C’est une cri-
aider à protéger l’information d’éven- Vijay Balasubramanian tique légitime », concède Netta Engel-
tuelles pertes en cas d’interférences avec hardt. « Pourquoi nous concentrons-nous
les intrications des qubits. Les ordinateurs sur ce modèle simplifié ? Tout cela dépend
quantiques, au lieu de coder l’information de la validité du modèle simplifié et de l’idée
avec des bits uniques, utilisent des états que, in fine, il est une version approchée, mais
hautement intriqués de multiples qubits. Le satisfaisante, de notre Univers. J’aimerais
système reste ainsi robuste : une erreur unique avoir la certitude que si nous comprenons
ne peut pas affecter l’exactitude d’un élément le modèle simplifié, nous comprendrons la
d’information donné. Mais de façon surpre- réalité. » Les participants du projet IfQ font
nante, ces codes correcteurs pourraient jouer le pari qu’en partant d’un tableau simpli-
un rôle dans la correspondance AdS/CFT. fié plus facile à manipuler, ils pourront à
En effet, les mathématiques impliquées terme y greffer la complexité nécessaire
dans ces codes se retrouvent aussi dans pour appliquer la théorie au monde réel.
cette dernière. Il semble que l’arrangement Malgré ces réserves, les physiciens affir-
utilisé par les chercheurs pour intriquer de ment que l’approche vaut la peine d’être
multiples bits et former des réseaux exempts tentée. Elle a déjà ouvert de nouvelles pistes

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Physique théorique [25


de recherche intéressantes. « Je pense depuis
longtemps que la relation entre l’information
Un univers-jouet à courbure négative
quantique et la gravitation quantique est Un univers anti-de Sitter obtient un cylindre plein dans le même temps. La
d’une importance fondamentale », confie est un monde dont l’es- dont chaque section est un description de cet univers
Raphael Bousso, physicien à l’université de pace-temps est à courbure espace hyperbolique. Cet est équivalente à une théo-
Californie à Berkeley. « La connexion s’est négative, ou hyperbolique. univers possède une rie des champs dite
approfondie au fil des ans, et je suis ravi Dans le cas de deux dimen- certaine forme de gravita- conforme définie sur l’enve-
de voir autant de chercheurs talentueux sions d’espace, on peut le tion. Une particule lancée loppe du cylindre. Elle
travailler ensemble pour s’atteler à ces représenter par un disque du centre y retourne en un comporte une dimension
questions et voir où elles nous mènent. » de Poincaré (à droite). En y temps fini. Un rayon de spatiale de moins et est
Théoricienne à l’université Stanford, ajoutant le temps (axe lumière ira jusqu’au bord de dénuée de gravitation, ce
Eva Silverstein, qui elle non plus n’est pas vertical, à gauche), on l’espace avant de revenir qui facilite les calculs.
membre du projet, est du même avis : « Il est
clairement utile de développer l’information
Bord
quantique et de l’appliquer à ces problèmes.
Mais pour comprendre la dynamique [de

© A. Kamajan/Silvio Levy, université du Minnesota


la gravitation quantique], il faut encore
d’autres éléments, et il est important que
Temps

la discipline ne se concentre pas trop sur Flash de lumière Particule


une approche unique. »

Un projet qui portera


des fruits
De plus, même si le projet n’aboutit pas au
développement d’une théorie quantique de
la gravitation, il aura vraisemblablement ses entrées et ses sorties étant l’équivalent d’un
des retombées fructueuses. L’application état initial et d’un état ultérieur, mesurable,
de techniques et d’idées inspirées de la décrits par la théorie. Lorsque les chercheurs
théorie des cordes et de la relativité générale proposeront une théorie candidate pour la
à des questions d’information quantique gravitation quantique, ils pourront la tester
aidera, par exemple, à mieux définir les avec cette analogie et se demander quelle
différents types d’intrication quantique, à ■■ BIBLIOGRAPHIE est la puissance de calcul de la théorie. « Si
la fois pour comprendre l’espace-temps et cette puissance est trop grande, si notre
P. Binétruy, Au-delà de la
pour construire des ordinateurs quantiques. relativité générale : « une théorie modèle de gravitation quantique était capable
« Quand vous commencez à jouer avec quantique de la gravitation de calculer des choses dont nous pensons
ces outils dans un cadre différent, il y a de est nécessaire », Pour la Science, qu’elles ne peuvent pas être calculées dans
bonnes chances que cela mène à de nouvelles n° 457, novembre 2015. notre monde, cette théorie susciterait un
idées qui sont intéressantes et qui pour- J. Maldacena, La gravité est-elle doute », explique Dorit Aharonov. « C’est un
raient être utiles dans d’autres domaines », une illusion ?, Dossier Pour la moyen de dire, par une approche différente,
Science, n° 83, avril-juin 2014.
s’enthousiasme Dorit Aharonov, spécialiste si la théorie tient la route ou non. »
en informatique quantique à l’université S. Sachdev, Métaux étranges Le projet It from Qubit rappelle à cer-
hébraïque de Jérusalem et participante au et théorie des cordes, Pour tains physiciens une autre époque grisante
la Science, n° 429, juillet 2013.
projet IfQ. « Il semble que l’on soit en train où de grandes idées voyaient le jour. « J’ai
de progresser sur des questions posées J. Maldacena, The large-N limit commencé ma thèse en 1984, au moment
of superconformal field theories
depuis de nombreuses années, ce qui est and supergravity, International de la révolution de la première théorie des
passionnant. » Par exemple, des chercheurs Journal of Theoretical Physics, cordes », dit Hirosi Ooguri, physicien à Cal-
ont trouvé qu’il serait possible de mesurer vol. 38(4), pp. 1113-1133, 1999. tech, l’institut de technologie de Californie.
le temps à l’intérieur d’un trou de ver en le Site internet du projet It from « C’était une période très enthousiasmante,
représentant comme un circuit quantique, Qubit : http://bit.ly/PLS475_IfQ où la théorie des cordes émergeait en tant
que l’utilisation de la théorie des cordes et que principale candidate pour une théorie
de l’intrication permet de définir certaines unifiée de toutes les forces de la nature. Je
phases de la matière condensée, etc. vois d’un même œil l’actuelle explosion
En outre, combiner information quan- d’intérêt autour de ces idées. C’est claire-
tique et théorie des cordes aiderait aussi à ment une époque passionnante pour les
évaluer les théories que les chercheurs pro- jeunes de la discipline comme pour ceux
poseront. On peut se représenter n’importe d’entre nous qui ont obtenu leur thèse de
quelle théorie physique comme un ordinateur, doctorat il y a plusieurs décennies. » n

26] Physique théorique © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


Dès le prochain numéro, retrouvez la

nouvelle formule
de Pour la Science

à Davantage d’actualités
à De nouvelles rubriques
à Un graphisme plus
contemporain

à Et toujours des articles rédigés par les meilleurs spécialistes L’AVE
N
du domaine pour un plaisir de lecture renouvelé DES S TURE
CIENC
CO N T ES
INUE !

Rendez-vous le 24 mai 2017


chez votre marchand de journaux
Disponible également sur pourlascience.fr
L’intrication
quantique est-elle un
trou de ver ? Juan Maldacena

28] Physique théorique © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


Physique théorique

Réconcilier enfin relativité générale et


physique quantique ? Un rêve de physiciens
qui prendrait corps avec une nouvelle
théorie : l’intrication quantique de deux
trous noirs correspondrait à la formation
d’un trou de ver reliant les deux astres.

L
a physique théorique regorge de notions étonnantes,
mais deux des plus étranges sont certainement l’intri-
cation quantique et les trous de ver. La première est un
phénomène purement quantique, dans lequel deux objets
(en général des particules subatomiques) ont des proprié-
tés directement corrélées même si de grandes distances les
séparent et qu’aucun lien physique ne semble exister entre
eux. Quant aux trous de ver, prédits par la théorie de la
relativité générale, ce sont des raccourcis qui connecteraient
des régions éloignées de l’espace-temps, par exemple deux
trous noirs distants. Ces dernières années, avec plusieurs
autres physiciens, j’ai suggéré que ces deux concepts a priori
si différents sont peut-être liés. À partir de calculs portant
sur des trous noirs, nous nous sommes rendu compte que
l’intrication de la physique quantique et les trous de ver de
la relativité générale pourraient constituer deux facettes d’un
même phénomène. Et nous pensons que cette similitude
s’étend à des situations qui ne se limitent pas aux trous noirs.
Nous n’en sommes qu’aux prémices de cette idée, mais
si elle se confirme, elle aura des conséquences profondes
DEUX TROUS NOIRS, situés à grande sur notre compréhension du monde. En effet, elle suggère
Malcolm Godwin, Moonrunner Design

distance l’un de l’autre, pourraient être reliés par exemple que l’espace-temps lui-même émergerait de
par un trou de ver, d’après les équations l’intrication de constituants microscopiques plus fonda-
de la relativité générale. En s’inspirant
mentaux. Elle laisse aussi penser que la relation entre objets
de certains résultats de la théorie des cordes,
des physiciens pensent que les trous intriqués (et qui ont longtemps été considérés comme n’ayant
de ver et l’intrication quantique sont pas de lien physique entre eux) serait moins « magique »
deux aspects d’un même phénomène. qu’elle n’apparaît.

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Physique théorique [29


■■ L’AUTEUR Une compréhension approfondie de rien de particulier. Mais une fois qu’il l’aura
cette relation entre intrication et trous de ver franchi, le voyageur de l’espace ne pourra
Juan MALDACENA aboutira peut-être à une piste pour unifier la plus s’échapper. Il sera condamné à atteindre
est physicien physique quantique et la relativité générale la région du trou noir où la courbure devient
théoricien
à l’Institut et ainsi pour développer une théorie quan- infinie selon la physique non quantique,
d’études avancées tique de la gravitation. En effet, à ce jour, la nommée la singularité interne.
de Princeton, physique quantique, qui décrit notamment En 1916, soit un an seulement après
aux États-Unis. Il est connu
pour ses contributions à l’étude les interactions subatomiques, et la relativité l’introduction de la relativité générale
de la gravitation quantique générale, qui rend compte de la dynamique par Einstein, le physicien allemand Karl
et de la théorie des cordes. de l’espace-temps et de la gravitation, sont Schwarzschild trouva la solution la plus
incompatibles. Or une théorie quantique de simple des équations d’Einstein décrivant
la gravitation est nécessaire pour explorer ce qu’on nommera plus tard un trou noir.
les instants les plus reculés de l’histoire de Cependant, la géométrie de l’espace-temps
l’Univers et l’intérieur des trous noirs. correspondant à la solution de Schwarz-
De façon étonnante, les idées d’intrication schild – et à la plupart des autres solutions
quantique et de trous de ver remontent toutes aux équations d’Einstein – était difficile à
deux à des articles écrits en 1935 par Albert interpréter jusque dans ses plus subtiles
Einstein et ses collaborateurs. Ces articles conséquences. En effet, les physiciens maî-
traitent de phénomènes très différents, et trisaient peu à l’époque les mathématiques
Einstein n’a probablement jamais imaginé associées à la géométrie différentielle et à
qu’il pourrait y avoir entre eux un rapport. l’invariance sous les changements de coor-
Et ce d’autant plus que, pour le célèbre données, qui sont nécessaires pour décrire
physicien, l’intrication quantique traduisait ce qui se passe au voisinage d’un trou noir.
l’existence de problèmes fondamentaux au En 1935, Einstein et son collègue Nathan
cœur de la théorie quantique. L’ironie est Rosen, alors à l’Institut d’études avancées
grande : ce phénomène pourrait aujourd’hui de Princeton, aux États-Unis, découvraient
ouvrir une voie pour concilier la théorie la possibilité qu’existent des trous de ver
de la relativité générale, développée par – on parle aussi de ponts d’Einstein-Rosen
Einstein en 1915, et la physique quantique. (ou ponts ER). Les deux physiciens n’en
saisissaient pas toute la géométrie. Il fallut
Des trous noirs attendre les années 1960 pour que les cher-
L’ E S S E N T I E L aux trous de ver cheurs commencent à comprendre le sens
de la solution de Schwarzschild et comment
■■ La physique quantique Afin d’expliquer pourquoi l’intrication un trou de ver y relie en quelque sorte deux
permet l’intrication quantique et les trous de ver pourraient trous noirs. Vus de l’extérieur, les deux astres
d’objets éloignés, les être apparentés, penchons-nous d’abord se présentent comme des entités distinctes
mesures réalisées sur l’un sur certaines propriétés des trous noirs. situées dans des régions différentes de l’es-
affectant celles sur l’autre, Ces objets de l’extrême sont décrits dans pace-temps, mais, d’après les équations, les
même s’il n’y a pas de lien le cadre de la théorie de la relativité géné- trous noirs partagent le même intérieur.
physique entre eux. rale. Celle-ci montre comment la matière et Le trou de ver de la solution de Schwarz-
l’énergie déforment l’espace-temps et que schild diffère a priori des trous noirs qui se
■■ Les équations de la la force gravitationnelle est une manifesta- forment dans le cosmos suite à l’effondre-
relativité générale, qui tion de la courbure de ce dernier. ment d’étoiles massives en cela qu’il ne
décrivent la géométrie Dans la plupart des situations, la cour- contient pas de matière, mais uniquement
de l’espace-temps, bure de l’espace-temps est très faible. Mais de l’espace-temps courbe. En outre, un trou
autorisent l’existence elle devient extrême dans les trous noirs. On noir né d’une étoile n’a qu’un seul exté-
de trous de ver, distingue alors deux régions : l’intérieur du rieur, alors que ce trou de ver en a deux.
des raccourcis entre trou noir, d’où même des objets se dépla- La plupart des chercheurs considèrent la
des régions éloignées. çant à la vitesse de la lumière dans le vide solution de Schwarzschild présentant deux
(environ 300 000 kilomètres par seconde) extérieurs comme une curiosité mathéma-
■■ Les deux phénomènes
ne peuvent s’échapper, et son extérieur, tique sans pertinence pour le monde réel.
pourraient être
où l’espace-temps est courbé mais d’où Les physiciens théoriciens se sont néanmoins
équivalents. Cette
les objets et l’information peuvent encore interrogés sur son interprétation physique.
équivalence fournirait
s’échapper. On nomme « horizon des évé- En 1962, les physiciens américains John
une piste pour élaborer
nements » la frontière séparant ces deux Wheeler et Robert Fuller ont montré que le
une description
régions. D’après la relativité générale, cet trou de ver reliant les extérieurs des deux
quantique
horizon n’est qu’une surface immatérielle : un trous noirs est instable. Il s’allonge et s’affine
de l’espace-temps.
astronaute qui le traverserait ne ressentirait à mesure que le temps passe, comme de la

30] Physique théorique © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


QUAND L’ IN TRI C ATION QUA NTIQUE RENCONTRE LES TROUS DE V ER
L’intrication est un concept de la physique quantique qui décrit un type particulier de corrélations entre les propriétés
de deux objets, quelle que soit la distance qui les sépare. Les trous de ver, prédits par la relativité générale, sont des
ponts spatiotemporels pouvant relier des régions éloignées, dans certains cas deux trous noirs. Certains physiciens
émettent l’hypothèse que ces deux phénomènes, apparemment sans rapport, sont fondamentalement liés.
Pièces non
intriquées Trou noir

Trou noir

Pièces
intriquées

Trou de ver

INTRICATION QUANTIQUE TROUS DE VER


Quand on lance deux pièces quelconques, le résultat du tirage de Les équations de la relativité générale suggèrent qu’un trou
l’une n’influe pas sur celui de l’autre – n’importe laquelle des quatre de ver peut connecter deux trous noirs, même très distants l’un
combinaisons se produira (à gauche). Mais si les deux pièces sont de l’autre, pour créer un pont dans l’espace-temps. À un obser-
intriquées, alors le résultat du lancer de la première détermine celui vateur extérieur, les trous noirs donneraient l’impression de
du lancer de la seconde. Si la première tombe sur pile, par exemple, constituer des entités séparées, mais ils seraient reliés par un
la seconde tombera également sur pile, et si la première donne face, intérieur partagé. Cependant, aucune personne ni signal ne
la seconde donnera face aussi (à droite). pourraient voyager à travers.

UN SEUL ET MÊME PHÉNOMÈNE ?


Si deux trous noirs venaient à être intriqués, tous les éléments microscopiques à l’intérieur du premier trou
noir seraient corrélés avec ceux du second. Dans cette situation, il semble que les trous noirs formeraient
un espace-temps qui présente un trou de ver reliant les intérieurs des deux astres. Cette découverte
suggère que l’intrication et les trous de ver seraient des phénomènes équivalents.
© Jillian Ditmer

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Physique théorique [31


Des corrélations, il en existe aussi en
physique classique. Imaginez par exemple
que vous quittiez la maison muni d’un seul
gant parce que vous avez oublié l’autre
chez vous. Avant de fouiller votre poche,
vous ne savez pas si vous avez emporté
le gant gauche ou le droit. Mais une fois
que vous avez vu que c’est le gant droit,
vous savez immédiatement que c’est le
gauche qui est resté à la maison.
Cependant, l’intrication quantique
est bien plus intéressante et intrigante.
Considérons par exemple les corrélations
portant sur la polarisation des photons qui,
lorsqu’on la mesure, est soit « horizontale »,
soit « verticale ». De façon générale, l’état
de polarisation d’un photon est, sur le plan
mathématique, une combinaison linéaire
(une somme pondérée) de ces deux états
observables de base. Mais quand on mesure
la polarisation, cette superposition d’états

© NASA/CXC/Caltech/M. Muno et al.


disparaît : l’orientation mesurée est soit
LE TROU NOIR AU CENTRE DE LA VOIE LACTÉE, Sagittarius A*, est verticale, avec une certaine probabilité (qui
visible de façon indirecte grâce au rayonnement émis par la matière qui dépend de l’état initial), soit horizontale,
s’échauffe en tombant dedans (en bleu), et observé par le télescope avec la probabilité complémentaire.
Chandra. Est-il relié à une autre région de l’Univers par un trou de ver ? Maintenant, il est possible de préparer
une paire de photons A et B dans un état
quantique particulier, dit intriqué, où la pola-
pâte à pain que l’on étirerait. Les horizons dans l’intérieur partagé, à l’insu du monde risation mesurée pour l’un des photons, que
des trous noirs finissent alors par se séparer. extérieur ! Et ils y vivent heureux ensemble le résultat soit « verticale » ou « horizontale »,
En fait, ils s’écartent tellement vite qu’il est pendant un petit moment, avant que le est toujours orthogonale à celle mesurée pour
impossible d’utiliser un trou de ver de ce pont ne s’écroule, détruisant l’intérieur et l’autre photon. Le système global a ici un
type pour voyager d’un extérieur à l’autre. les tuant tous les deux. état bien défini (on sait qu’il contient deux
Dit autrement, le pont s’écroule avant que photons de polarisations orthogonales), mais
nous puissions le traverser. Intrication : d’étonnantes on ne peut rien dire sur ceux des particules
Les trous de ver à la Einstein-Rosen
diffèrent donc en partie de ceux que l’on
corrélations individuelles avant d’effectuer la mesure.
Une expérience consisterait à produire
rencontre parfois dans la science-fiction, L’article de 1935 discutant de l’autre phé- des paires de photons intriqués A et B qui
comme dans le film Interstellar de Christopher nomène qui nous intéresse, l’intrication partent dans des directions opposées et
Nolan, car ils ne sont pas « traversables ». S’ils quantique, a été écrit par Einstein, Rosen et s’éloignent. Supposons qu’à un instant
ne sont pas qu’une curiosité mathématique, Boris Podolsky (alors également à l’Institut donné, on mesure la polarisation de A ; si
on pourrait néanmoins les inclure dans le d’études avancées). Le trio est générale- le résultat est « verticale », une mesure de la
scénario d’une œuvre de science-fiction de ment désigné par ses initiales, EPR. Dans polarisation de B donnera à coup sûr « hori-
la façon suivante : pour séparer Roméo et cet article, les trois physiciens tentaient de zontale », même si aucun signal physique
Juliette, les familles des deux amants les mettre au jour un problème de la théorie n’a pu aller d’un photon à l’autre dans le
envoient dans deux galaxies éloignées, en quantique en exposant un phénomène laps de temps qui sépare les deux mesures.
leur interdisant de voyager. Mais les tourte- qui semblait violer le principe relativiste Ainsi, les deux particules semblent com-
reaux, très doués en physique, réussissent à selon lequel aucune particule ou informa- muniquer au moment de la mesure pour
se construire un trou de ver. De l’extérieur, tion ne peut se propager plus vite que la s’accorder instantanément sur leurs polari-
le trou de ver semble n’être qu’une paire de vitesse de la lumière. Or dans le phéno- sations respectives, en violation des lois de
trous noirs, l’un dans la galaxie de Roméo, mène présenté par le trio EPR et qu’on la relativité. C’est le fameux paradoxe EPR.
l’autre dans celle de Juliette. Les amants nommera plus tard « intrication », deux Pour le résoudre, Einstein, Podolsky
se jettent alors à l’intérieur de leur trou objets physiques présentent d’étranges et Rosen suggéraient que la formulation
noir respectif. Aux yeux de leurs familles, corrélations, même s’ils sont distants au de la théorie quantique était incomplète et
ils se sont simplement suicidés et on n’a point qu’aucun signal physique n’a le qu’il existait des variables cachées donnant
jamais plus entendu parler d’eux. Mais temps de se propager de l’un à l’autre au cette impression de communication sans
la géométrie du trou de ver est telle que cours de la durée qui sépare les mesures lien physique entre les deux photons. Le
Roméo et Juliette se sont en réalité retrouvés effectuées sur chacun d’entre eux. physicien danois Niels Bohr a répondu à

32] Physique théorique © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


cette critique en soulignant que le para- semble alors rayonner à la manière d’un corps une intrication telle que chaque micro-état
doxe apparent réside dans l’attachement chaud, si bien que ce phénomène implique quantique du premier trou noir est corrélé
d’Einstein au principe de localité. Selon aussi que le trou noir a une température. avec le micro-état correspondant du second.
Bohr, l’intrication est un phénomène non Or depuis le XIXe siècle, les physiciens En particulier, si l’on mesure un certain état
local : les deux particules forment un sys- ont compris que la température d’un sys- pour le premier trou noir, l’autre trou noir
tème lié indépendamment de la distance tème résulte des mouvements erratiques de devra être exactement dans le même état.
qui semble séparer ses entités. ses constituants microscopiques. Dans un L’histoire devient alors fascinante. En
Le défi était donc de vérifier qui, d’Eins- gaz, par exemple, la température est liée à s’appuyant sur certaines considérations ins-
tein ou de Bohr, avait raison. En 1964, le l’agitation des molécules. Par conséquent, pirées de la théorie des cordes (qui est l’une
physicien nord-irlandais John Bell a obtenu si les trous noirs ont une température, on des pistes les plus explorées pour parvenir
un système d’inégalités portant sur les peut s’attendre à ce qu’ils renferment eux à une théorie quantique de la gravitation),
corrélations entre les particules et que l’on aussi des constituants microscopiques col- nous avons suggéré qu’une paire de trous
pouvait tester expérimentalement : si ces lectivement capables d’adopter différentes noirs aux micro-états ainsi intriqués (ce
inégalités sont satisfaites, c’est qu’il existe configurations, que l’on nomme micro- qu’on pourrait nommer un état d’intri-
des variables cachées ; à l’inverse, si elles états, dont certaines correspondraient au cation EPR) produirait un espace-temps
sont violées, c’est que l’intrication quan- même état macroscopique du trou noir. dans lequel un trou de ver (un pont ER)
tique est bien un phénomène non local. relierait l’intérieur des deux trous noirs.
Une telle expérience a été difficile à En d’autres termes, l’intrication quantique
mettre en place, mais en 1980, Alain Aspect crée une connexion géométrique entre les
et ses collègues, en France, ont réussi à deux trous noirs. C’est étonnant, car on
montrer de façon convaincante que pensait que l’intrication implique des

ER = EPR
les inégalités de Bell sont violées. corrélations sans liens physiques ;
Et d’autres expériences ont suivi or ici, les deux trous noirs distants
afin de vérifier de façon toujours sont physiquement connectés
plus rigoureuse la nature non par leur intérieur grâce au
locale de l’intrication quan- trou de ver.
tique (voir la figure pages 34-35).
L’intrication pourrait
Les trous de ver, Leonard Susskind, de
l’université Stanford, et moi
sembler n’être qu’une pro- ou ponts ER, avons noté « ER = EPR » cette
priété ésotérique des sys-
tèmes quantiques. Pourtant,
et l’intrication quantique en équivalence des trous de ver
et de l’intrication. Du point de
au cours des deux dernières jeu dans le paradoxe EPR vue d’EPR, les observations près
décennies, ces corrélations
quantiques ont conduit à des
pourraient être deux de l’horizon de chaque trou noir
sont corrélées parce que les trous
applications et percées dans des
domaines tels que la cryptographie
aspects d’un même noirs sont dans un état quantique
intriqué. Et dans la perspective ER, les
et l’informatique quantique. phénomène observations sont corrélées parce que les
Jusqu’à présent, nous avons décrit deux systèmes sont liés par le trou de ver.
dans les grandes lignes les trous de ver Pour en revenir à Roméo et Juliette, nous
et l’intrication quantique. Comment ces sommes maintenant en mesure d’imaginer
deux phénomènes si différents peuvent-ils Les travaux de Stephen Hawking ont comment ces amants pourraient créer le trou
être reliés ? Une réponse s’est profilée en conduit les physiciens à considérer que, de ver destiné à les réunir. Tout d’abord,
étudiant d’un peu plus près les trous noirs. au moins vus de l’extérieur, les trous noirs ils doivent produire de nombreuses paires
En 1974, Stephen Hawking a montré que devraient se comporter comme des sys- de particules intriquées, semblables à celles
les trous noirs émettent un rayonnement tèmes quantiques. Ils devraient donc être examinées plus haut, Roméo possédant un
similaire à celui d’un objet chaud. soumis à toutes les lois quantiques. Pour membre de chaque paire intriquée et Juliette
Le physicien anglais s’est intéressé à résumer, quand nous regardons un trou l’autre. Il leur faut ensuite construire des
un phénomène quantique qui se déroule noir macroscopique de l’extérieur, nous ordinateurs quantiques très complexes qui
en permanence. L’espace sans matière est devrions observer un système qui a de manipuleront leurs particules quantiques
loin d’être vide : des paires particule-anti- nombreux micro-états possibles, chacun respectives et les combineront de façon
particule y naissent spontanément, et dis- ayant la même probabilité d’être réalisé. contrôlée pour créer une paire de trous
paraissent tout aussi vite en s’annihilant. Puisque, vus de l’extérieur, les trous noirs intriqués. Un tel exploit serait extrê-
Stephen Hawking a considéré des paires noirs ressemblent à des systèmes quan- mement difficile à réaliser en pratique. En
qui se forment juste au-dessus de l’horizon tiques ordinaires, rien ne nous empêche effet, à la moindre interaction, les particules
d’un trou noir. Il peut arriver qu’une des (en théorie) de considérer deux trous noirs perdent leurs propriétés d’intrication. Mais
particules d’une paire tombe dans le trou intriqués et très distants l’un de l’autre. l’opération n’est pas interdite par les lois de
noir et que l’autre s’échappe loin de l’astre. Chacun a un grand nombre de micro-états la physique. Et n’avons-nous pas dit que
Pour un observateur distant, le trou noir quantiques possibles. Et l’on peut imaginer Roméo et Juliette étaient très intelligents ?

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Physique théorique [33


Notre idée s’appuie sur de nombreux à l’extérieur du trou noir. Mais avec les est préservée dans l’univers 2D, elle l’est
travaux réalisés ces dernières décennies. travaux de Stephen Hawking, le sort de nécessairement dans l’univers 3D.
Citons notamment un article publié en 1976 l’information est devenu moins trivial. Cependant, cela n’explique pas ce que
par Werner Israel, alors à l’université de Pour un observateur distant, un trou noir devient l’information. Dans les années 1990,
l’Alberta, au Canada, sur la thermodyna- qui rayonne perd de la masse. Il s’évapore Leonard Susskind a montré que le rayon-
mique des trous noirs. En 2006, Shinsei jusqu’à disparaître complètement. Que nement de Hawking peut porter l’informa-
Ryu et Tadashi Takayanagi, à l’université devient l’information (que le rayonnement tion s’il constitue un système de particules
de Californie à Santa Barbara, ont étudié la de Hawking ne peut transporter, en raison intriquées entre elles. Mais un nouveau
relation entre l’intrication et la géométrie de sa nature aléatoire) ? Les physiciens en problème surgissait : chaque particule du
de l’espace-temps. Mais c’est surtout un débattent encore car, en physique quan- rayonnement de Hawking est a priori corrélée
article récent d’Ahmed Almheiri, Donald tique, un principe fondamental impose la à son partenaire tombé dans le trou noir. Or,
Marolf, Joseph Polchinski et James Sully, conservation de l’information. d’après un principe nommé monogamie
tous alors à l’université de Californie à Les trous noirs violent-ils ce principe ? de l’intrication, une particule ne peut être
Santa Barbara, qui nous a incités à regarder Pas nécessairement. En 1997, j’ai apporté simultanément intriquée avec deux systèmes
de plus près le lien entre intrication quan- un élément de réponse en développant le différents (ici, le partenaire tombé dans le
tique et trous de ver. Ces chercheurs ont principe holographique. Ce modèle établit trou noir et l’ensemble du rayonnement de
réexaminé ce que nous savions des trous une équivalence mathématique entre un uni- Hawking émis par le trou noir).
noirs. Et ils ont mis au jour un paradoxe. vers tridimensionnel régi par la gravitation Pour résoudre cette difficulté, Joe Pol-
(qui peut donc contenir des trous noirs) et chinski et ses collègues ont alors supposé que
Les trous noirs un univers bidimensionnel dépourvu de les intrications des paires étaient rompues
brûlent-ils ? gravitation, qui borde l’espace tridimen-
sionnel. Ainsi, la description de l’évolution
au niveau de l’horizon des événements
du trou noir. Mais ce phénomène devrait
Une question majeure concernant les trous d’un trou noir en trois dimensions, où le s’accompagner d’une libération d’énergie
noirs est celle de la perte d’information. problème de la conservation de l’infor- qui, à l’échelle de l’astre, devient impor-
En effet, toute information qui traverse mation se pose, peut être réalisée à l’aide tante au voisinage de l’horizon, ce que les
l’horizon des événements d’un trou noir de champs vivants dans un espace à deux physiciens ont nommé le firewall (« mur de
ne peut en ressortir. A priori, cette infor- dimensions, où le problème ne se pose pas feu »). Cette solution a un inconvénient
mation ne serait pas réellement perdue, car, sans gravitation, il n’y a pas de trous majeur : l’horizon ne serait plus, comme en
mais juste hors de portée, pour nous autres noirs ! En conséquence, puisque l’information relativité générale, une frontière virtuelle

34] Physique théorique © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


© université de Delft
où rien de particulier ne se passe. Mais connexion spatiale pourrait impliquer de L’INTRICATION QUANTIQUE
l’idée ER = EPR, qui stipule que l’intérieur minuscules structures quantiques qui ne et sa nature non locale sont
du trou noir fait partie d’un trou de ver suivraient pas notre vision habituelle de testées avec des dispositifs
de plus en plus complexes afin
reliant l’astre à un autre système, atténue la géométrie. Nous ne savons toujours pas d’éliminer toute faille possible
certains aspects de ce paradoxe. décrire ces géométries microscopiques, dans l’interprétation. En 2015,
Bien que nous ayons identifié une mais l’intrication de ces structures pour- l’équipe de Ronald Hanson
connexion entre les trous de ver et les états rait, d’une manière ou d’une autre, donner de l’université de Delft, aux
intriqués en considérant des trous noirs, il naissance à l’espace-temps lui-même. C’est Pays-Bas, a réalisé l’une des
est tentant de spéculer que le lien est plus comme si l’intrication pouvait être considérée expériences les plus abouties,
à l’aide de deux dispositifs
général : qu’à chaque fois que nous avons comme un fil reliant deux systèmes. Quand distants de 1,3 kilomètre.
une intrication, nous avons une sorte de la quantité d’intrication augmente, nous
connexion géométrique. Il en serait ainsi avons beaucoup de fils, et ensemble ces fils
même dans le cas le plus simple, quand pourraient tisser la trame de l’espace-temps.
nous n’avons que deux particules intriquées. Dans cette représentation, les équations de la
relativité d’Einstein régissent les connexions ■■ BIBLIOGRAPHIE
Un principe universel ? et les reconnexions de ces fils, tandis que
la physique quantique serait l’essence de L. Susskind, ER = EPR, GHZ, and
the consistency of quantum
Pour en revenir au paradoxe du firewall, du la construction de l’espace-temps. measurements, Forschritte der
fait de l’intrication des paires de particules, Pour le moment, ce tableau relève Physik, vol. 64(1), pp. 72-83, 2016.
l’une s’échappant et l’autre tombant dans le encore d’une spéculation débridée, mais J. Polchinski, L’horizon des trous
trou noir, un trou de ver devrait les relier et, plusieurs indices pointent vers lui, et de noirs brûle-t-il ?, Pour la Science,
de fait, les espaces à l’intérieur et à l’extérieur nombreux physiciens se penchent sur ses n° 456, octobre 2015.
seraient connectés. Pour se faire une image implications. L’hypothèse de l’équivalence R. Cowen, The quantum source
de la situation, le trou noir ressemblerait à entre intrication et trous de ver fournit une of space-time, Nature, vol. 527,
une pieuvre géante dont les tentacules (les piste pour développer une description pp. 290-293, 2015.
trous de ver) seraient reliés aux particules quantique de l’espace-temps – ainsi qu’une J. Maldacena et L. Susskind,
du rayonnement de Hawking. unification très attendue, et jusqu’à présent Cool horizons for entangled black
Si l’équivalence entre les trous de ver insaisissable, de la relativité générale et de holes, Fortschritte der Physik,
vol. 61(9), pp. 781-811, 2013.
et l’intrication quantique se généralise, la la physique quantique. n

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Physique théorique [35


Linguistique

Au-delà
de la grammaire
universelle
Paul Ibbotson et Michael Tomasello

L’enfant est-il muni de règles de grammaire innées qui lui permettent


d’apprendre n’importe quelle langue ? Cette théorie de Noam Chomsky,
longtemps dominante, a du plomb dans l’aile. L’enfant apprendrait plutôt
de ce qu’il entend, en exploitant des facultés cognitives générales.

L
’idée que notre cerveau comporte ou la capacité à comprendre les relations
un modèle mental permettant d’ap- entre les choses. Ces capacités, associées à
L’ E S S E N T I E L
prendre la grammaire, théorie mise l’aptitude proprement humaine à saisir ce
en avant par Noam Chomsky, professeur Les études linguistiques
■■ que les autres cherchent à communiquer,
émérite au MIT, l’institut de technologie de terrain ont remis permettent au langage de se développer.
du Massachusetts, a dominé la science lin- en question la théorie de
guistique pendant près d’un demi-siècle. la grammaire universelle, Chercher dans
Mais des recherches récentes portant sur
de nombreuses langues du monde, ainsi
selon laquelle le cerveau
comporte un modèle
une autre direction
que sur la façon dont les jeunes enfants mental spécifique Les nouvelles découvertes indiquent que
apprennent à comprendre et parler la à la grammaire. si les chercheurs veulent véritablement
langue de leur milieu, ont conduit des comprendre comment un enfant, ou un
chercheurs en cognition et en linguistique Cette théorie de Noam
■■
adulte, apprend une langue, ils doivent
à abandonner en masse la théorie de la Chomsky a longtemps chercher dans une autre direction que
« grammaire universelle » : ces travaux ne dominé la linguistique celle de la théorie de Chomsky.
permettent pas de soutenir la conception et a été amendée Cette conclusion est importante parce
de Noam Chomsky. plusieurs fois. que l’étude du langage joue un rôle central
Les travaux de recherche suggèrent Celle de la « linguistique
■■
dans divers domaines : poésie, intelligence
une vision radicalement différente, selon fondée sur l’usage » artificielle, linguistique, etc. De plus, les
laquelle l’apprentissage de la langue mater- postule que pour humains utilisent le langage d’une façon
nelle par l’enfant ne repose pas sur un apprendre à parler, que les animaux ne peuvent pas égaler.
module grammatical inné. Ils montrent l’enfant mobilise des Si l’on comprend ce qu’est le langage,
plutôt que les jeunes enfants utilisent divers capacités cognitives on comprendra donc un peu mieux la
types de capacités cognitives qui ne seraient générales et le décodage nature humaine.
pas du tout spécifiques au langage, telle la des intentions des La première version de la théorie de
Gildersleeve

capacité à classer le monde dans des caté- personnes autour de lui. Chomsky, proposée au milieu du XXe siècle,
gories (personnes ou objets, par exemple) faisait écho à deux tendances émergentes

36] Linguistique © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


© Pour la Science - n° 475 - 2017 Linguistique [37
■■ LES AUTEURS dans la vie intellectuelle occidentale. D’une tels que les groupes nominaux (par exemple :
part, Noam Chomsky a postulé que les « Les gentils chiens ») et les groupes verbaux
langues dont on se sert pour communi- (par exemple : « aiment les chats »).
quer au quotidien fonctionnent comme Cependant, assez rapidement, des
les langages d’inspiration mathématique comparaisons entre de nombreuses langues
utilisés en informatique, un domaine tout ont montré que cet élégant schéma n’était
récent à l’époque. Ses recherches visaient à pas toujours valide. Certaines langues
Paul IBBOTSON est déterminer la structure formelle sous-jacente aborigènes d’Australie, telles que le warl-
maître de conférences de la langue et à proposer un ensemble piri, présentaient des éléments grammati-
en développement du langage
à l’Open University, basée de procédures qui créeraient des phrases caux dispersés dans toute la phrase – les
en Angleterre. « bien formées ». groupes nominaux et verbaux n’étaient pas
L’idée était révolutionnaire : un pro- agencés comme il le faudrait pour être en
Michael TOMASELLO est
codirecteur de l’institut gramme de nature informatique pourrait accord avec la grammaire universelle de
Max-Planck d’anthropologie produire des phrases que des personnes Chomsky – et certaines phrases n’avaient
évolutionniste, à Leipzig, réelles considèrent comme grammaticales. pas de groupe verbal du tout.
en Allemagne.
Ce programme était aussi censé expliquer Il était difficile de concilier ces pré-
comment les gens créent leurs phrases. Cette tendues exceptions avec la grammaire
façon d’envisager le langage a séduit de universelle, construite à partir d’exemples
nombreux chercheurs prompts à adopter tirés des langues européennes. D’autres
une approche formelle concernant… eh exceptions à la théorie de Chomsky sont
bien en fait… tout. également apparues avec l’étude des langues
Noam Chomsky avançait par ailleurs que « ergatives », telles que le basque ou l’urdu,
les théories qu’il développait étaient ancrées où l’emploi du sujet de la phrase est très
dans la biologie humaine. Dans la seconde différent de celui de nombreuses langues
moitié du XXe siècle, il devenait de plus en européennes, ce qui à nouveau contredi-
plus évident que l’histoire de l’évolution de sait l’idée d’une grammaire universelle.
notre espèce était à l’origine de nombreux Ces découvertes, ainsi que d’autres
aspects de la psychologie humaine. Sa théorie travaux en linguistique théorique, ont
a par conséquent fait également écho sur conduit Noam Chomsky et ses disciples à
ce plan. La grammaire universelle a été réviser drastiquement la notion de gram-
présentée comme une composante innée maire universelle dans les années 1980. La
de l’esprit humain, et elle promettait de nouvelle version de sa théorie, le modèle dit
révéler les profonds soubassements biolo- des principes et des paramètres, a remplacé
giques des plus de 6 000 langues existantes. l’idée d’une grammaire unique pour toutes
Les plus puissantes théories, voire les plus les langues du monde par un ensemble
belles, révèlent une unité cachée sous une de principes « universels » qui régissent la
diversité superficielle ; c’est pourquoi l’idée structure du langage, ces principes étant
de Chomsky a immédiatement séduit. censés se manifester différemment dans
Cependant, cette théorie a été mise à chaque langue.
mal et s’éteint lentement depuis des années. On pourrait faire une analogie avec le fait
Si elle s’éteint si lentement, c’est parce que, que nous sommes tous nés avec un ensemble
comme l’a un jour remarqué le physicien de saveurs fondamentales (le sucré, le salé,
allemand Max Planck, les chercheurs plus l’amer, l’acide et l’umami) qui interagissent
âgés ont tendance à s’accrocher à leurs avec la culture, l’histoire et la géographie,
vieilles antiennes : « La science progresse ce qui a conduit aux diverses cuisines du
enterrement après enterrement. » monde. Les « principes et paramètres »
étaient une analogie linguistique des saveurs.
Des langues européennes Ils interagissaient avec la culture (qu’un
comme modèles enfant apprenne le japonais ou l’anglais)
– les variations actuelles dans les langues en
Les premières incarnations de la grammaire sont le résultat – et définissaient l’ensemble
universelle, dans les années 1960, prenaient des langues humaines susceptibles d’exister.
comme point de départ la structure sous- Par exemple, des langues telles que
jacente des langues « européennes moyennes l’espagnol forment des phrases tout à fait
standard », c’est-à-dire celles parlées par la grammaticales sans qu’il soit nécessaire
plupart des linguistes qui les étudiaient. d’avoir un sujet séparé. Il en est ainsi de
Ainsi, le programme de la grammaire uni- Tengo zapatos (« J’ai des chaussures »), phrase
verselle opérait sur des segments de langue, où la personne qui a les chaussures, « Je »,

38] Linguistique © Pour la Science - n° 475 - Mai2017


n’est pas indiquée par un mot séparé, mais THÉORIES DU L A NGAGE
par le o à la fin du verbe. Noam Chomsky
soutenait qu’aussitôt que les enfants avaient Noam Chomsky a fait sensation au sein de la communauté des linguistes
rencontré quelques phrases de ce type, il y a plus de cinquante ans. Son idée était simple : il existe un ensemble de règles
leur cerveau réglait leur interrupteur sur sous-jacentes à la langue et innées chez tous les enfants, qui génère des phrases
« marche », indiquant par là que le sujet grammaticales depuis la naissance. Noam Chomsky a entrepris de définir
de la phrase devait être omis : ils savaient ces règles et leur fonctionnement. Sans cette grammaire universelle, pensait-il,
désormais qu’ils pouvaient omettre le sujet il serait impossible qu’un enfant apprenne une langue, quelle qu’elle soit.
dans leurs phrases. Mais la théorie chomskyenne a été peu à peu défiée par de nouvelles théories
Le paramètre « sujet omis » était aussi affirmant que la langue est acquise au fur et à mesure que les enfants détectent
des patrons dans le langage qu’ils entendent autour d’eux.
censé déterminer d’autres caractéristiques
structurelles de la langue. Cette notion de
principes universels s’accorde assez bien LA GRAMMAIRE UNIVERSELLE DE CHOMSKY
à de nombreuses langues européennes. L’idée de la grammaire universelle de Chomsky est que l’enfant est équipé de façon innée
Mais il s’est révélé que les données pro- de règles pour former des propositions (« Les gentils chiens aiment les chats ») et pour
venant de langues non européennes ne les transformer (« Les chats sont aimés des gentils chiens »). La théorie a évolué ces
dernières années, mais elle conserve son idée centrale selon laquelle les enfants sont
correspondaient pas à la version révisée
nés avec la capacité à faire concorder les mots avec un modèle syntaxique.
de la théorie de Chomsky. Les recherches
visant à identifier les paramètres, tel celui de
Phrase
l’omission du sujet, ont finalement conduit
à l’abandon de la deuxième incarnation de
Groupe Groupe
la grammaire universelle. nominal verbal
Plus récemment, en 2002, Noam
Chomsky et ses collègues ont décrit, dans Déterminant Adjectif Nom Verbe Groupe
un article célèbre publié dans Science, une Phrase nominal
grammaire universelle qui ne comportait
Les gentils chiens aiment Groupe
qu’un trait, nommé récursivité (bien que Groupe
Déterminant
nominal verbal Nom
de nombreux partisans de la grammaire
universelle préfèrent toujours considérer les chats
Déterminant Adjectif Nom Verbe Groupe
qu’il existe de nombreux principes et para- nominal
mètres universels). C’est une propriété
Les gentils chiens aiment
qui permet de former un nombre illimité
L’APPRENTISSAGE FONDÉ SUR L’USAGE Déterminant Nom
de phrases par emboîtements successifs. De nouvelles approches en linguistique et en psychologie suggèrent que la capacité natu-
les chats
relle des enfants à comprendre intuitivement ce que les autres pensent, combinée à des
Un seul trait universel, mécanismes puissants d’apprentissage dans le cerveau en développement, diminue la
la récursivité ? nécessité d’une grammaire universelle. À travers l’écoute, l’enfant apprend des patrons
d’usage qui peuvent être appliqués à différentes phrases. Le groupe nominal « ses cro-
quettes » peut remplacer le groupe nominal « sa balle » après la proposition « le chien
Par exemple, en français, on peut emboîter « Lemontrent
chien que cette théorie de la construction de la connaissance du
veut ». Des études
des propositions à droite (« Jean espère que veut
sens des mots et sagrammaire
de la balle. » décrit approximativement la façon dont les jeunes en-
Marie sait que Pierre ment »), ou au centre
?
fants apprennent réellement la langue.
(« le chat, que le chien, que l’enfant a vu, a « veut »
chassé miaule »). En théorie, il est possible
de continuer à emboîter des propositions « Le chien
indéfiniment. veut sa balle. »
En pratique, cependant, on cesse vite
de comprendre, comme c’est le cas dans
« veut » ?
« Le chien veut
l’exemple qu’on vient de voir. Noam ses croquettes. »
Chomsky pensait que cela n’est pas directe-
ment lié au langage en soi, mais le résultat
veut
d’une limitation de la mémoire humaine.
« Le chien veut
Surtout, il a supposé que cette récursivité ses croquettes. »
est ce qui sépare le langage d’autres types
de capacités cognitives telles que la caté-
veut
gorisation et la perception des relations
© Lucy Reading-Ikkanda

entre les choses. Il a aussi récemment émis


l’hypothèse que cette capacité serait apparue
à la suite d’une mutation génétique unique
survenue il y a entre 100 000 et 50 000 ans.

© Pour la Science - n° 475 - M


 ai 2017 Linguistique [39
Comme pour les versions précédentes, de Noam Chomsky difficiles à tester
quand des linguistes sont allés examiner en pratique, et parfois elles frisent la
les variations dans les langues du monde, non-réfutabilité.
ils ont trouvé des contre-exemples à l’affir- L’un des problèmes majeurs des théo-
mation selon laquelle ce type de récursivité ries chomskyennes est que lorsqu’elles
est une propriété essentielle du langage. sont appliquées à l’acquisition du langage,
Certaines langues – par exemple le pirahã, elles stipulent que les jeunes enfants ont,
parlé en Amazonie – semblent se passer dès la naissance, la capacité à former des
de la récursivité chomskyenne. phrases à l’aide de règles grammaticales
abstraites (leur nature précise dépend de
Une théorie doit être la version de la théorie qui est adoptée).
prédictive Or de nombreuses recherches montrent
maintenant que l’acquisition du langage
Comme toute théorie linguistique, la gram- ne se passe pas ainsi. Les enfants com-
maire universelle de Chomsky essaie de mencent plutôt par apprendre des patrons
trouver un juste équilibre. La théorie doit grammaticaux simples ; puis ils dégagent
être suffisamment simple pour présen- progressivement et de façon intuitive les
ter de l’intérêt. Autrement dit, elle doit règles qui leur sont sous-jacentes, morceau
prédire des phénomènes qui ne sont pas par morceau.
contenus dans la théorie elle-même (sinon, Ainsi, les jeunes enfants parlent au
c’est juste une liste de faits). Et elle ne début uniquement à l’aide de constructions
doit pas être simple au point de ne pas grammaticales simples et concrètes fondées
pouvoir expliquer des phénomènes qui sur des patrons de mots spécifiques : « Où il
devraient l’être. est le X ? » ; « Veux X » ; « Encore X » ; « C’est
Prenons par exemple l’idée de un X » ; « C’est X qui » ; « Mets X là » ;
Noam Chomsky que, dans toutes « Donne X » ; « Lance X » ; « X parti » ;
les langues du monde, les phrases « Maman a X-é » ; « M’assois sur
ont un « sujet ». Le problème Les erreurs X », « Ouvre X » ; « X  ici » ; « Il y
est que le concept de sujet se
définit davantage en termes que font les enfants a X » ; « Cassé X ». Plus tard, les
enfants combinent ces premiers
de « ressemblance familiale » patrons pour en faire de plus
de traits que comme une caté-
gorie bien délimitée. Une
ne correspondent complexes, comme dans : « Où
il est le X que Maman a X-é ? »
trentaine de traits gramma-
ticaux différents définissent pas aux prédictions De nombreux défenseurs
de la grammaire universelle
les caractéristiques d’un sujet.
Une langue donnée ne pré-
sentera qu’un sous-ensemble
chomskyennes acceptent cette description du
premier développement de la
grammaire chez les enfants. Mais
de ces traits, et souvent les sous- ils considèrent ensuite que lorsque
ensembles ne se recoupent pas d’une des constructions plus complexes
langue à l’autre. émergent, ce nouveau stade reflète la
Noam Chomsky a essayé de défi- maturation d’une capacité cognitive qui
nir les composantes de la boîte à outils s’appuie sur la grammaire universelle ainsi
indispensable au langage – les types de que sur ses catégories et principes gram-
machineries mentales qui permettent au maticaux abstraits.
langage humain d’exister. Quand des Par exemple, la plupart des approches
contre-exemples ont été trouvés, cer- de la grammaire universelle postulent
tains défenseurs de Noam Chomsky ont qu’un enfant forme une proposition inter-
répondu que le fait qu’une langue ne rogative indirecte en suivant un ensemble
soit pas équipée d’un certain outil – la de règles fondées sur des catégories gram-
récursivité, par exemple – ne signifie pas maticales telles que « Nino [sujet] demande
que ce dernier ne fait pas partie de la [verbe] qui [objet] tu [sujet] as [auxiliaire]
boîte à outils. De la même façon, ce n’est vu [verbe]. » Réponse : « J’ [sujet] ai [auxi-
pas parce qu’une culture n’a pas de sel liaire] vu [verbe] l’ours [objet] ». Si ce pos-
pour assaisonner ses aliments que le salé tulat était correct, alors, à un moment de
n’appartient pas au répertoire de base leur développement, les enfants devraient
des saveurs. Malheureusement, ce type faire les mêmes erreurs dans toutes les
de raisonnement rend les propositions interrogatives indirectes du même type.

40] Linguistique © Pour la Science - n° 475 - M


 ai 2017
NOAM CHOMSKY, en 2010.
Ce linguiste américain né en 1929 a
exercé une forte influence sur sa
discipline depuis la fin des années 1950,
avec notamment sa théorie de la
grammaire universelle. C’est aussi un
célèbre intellectuel engagé,
de tendance anarchiste, qui a exprimé des
positions très critiques notamment sur
la politique étrangère des États-Unis,
sur celle d’Israël vis-à-vis
des Palestiniens et sur de nombreuses
questions sociétales ou politiques.

© Shutterstock.com/deepspace

Mais les erreurs des enfants ne corres- bien plutôt jouer un rôle premier dans difficultés à concevoir théoriquement un
pondent pas à cette prédiction. Nombre la construction d’une langue. processus au cours duquel les enfants com-
d’entre eux font des erreurs telles que « Nino Par exemple, une étude récente à laquelle mencent avec les mêmes règles grammati-
demande tu pars quand ? », mais, en même a participé l’un de nous (Paul Ibbotson) a cales algébriques pour toutes les langues
temps qu’ils font cette erreur – mettre le montré que la capacité des enfants à pro- puis se mettent à déterminer comment une
pronom interrogatif « quand » à la fin de duire des éléments tels qu’un participe langue particulière – que ce soit l’anglais
la phrase plutôt que derrière le premier passé irrégulier – comme dans « Tous les ou le swahili – est connectée à ce schéma
verbe – ils forment correctement d’autres jours je prends un goûter, hier j’ai pris un de règles. Les linguistes appellent cela
phrases interrogatives indirectes, comme goûter » (et pas « prendu ») – était associée l’énigme de la question du lien.
« Nino demande où il est. » à leur capacité à inhiber, dans un contexte Le psycholinguiste Steven Pinker, de
Des études expérimentales confirment sans lien avec la grammaire, une réponse l’université Harvard, a fait l’une des rares
pour des phénomènes similaires en anglais tentante mais incorrecte (par exemple, dire tentatives pour la résoudre, dans le contexte
que les enfants produisent des phrases le mot « Lune » en voyant un dessin censé de la grammaire universelle avec les sujets
correctes avec des pronoms interrogatifs représenter le Soleil). de phrase. Son traitement s’est néanmoins
spécifiques (souvent ceux qu’ils ont le Plutôt que d’empêcher les enfants révélé en désaccord avec des données issues
plus rencontrés dans ce contexte), tout en d’exprimer la grammaire à l’état brut de d’études sur le développement des enfants.
continuant à faire des erreurs avec d’autres la linguistique chomskyenne, la mémoire, Il n’était pas non plus applicable à d’autres
(souvent moins fréquents). les analogies mentales, l’attention et le catégories grammaticales que le sujet. Ainsi,
La principale réponse des partisans de raisonnement portant sur des situations la question du lien – qui devrait être cen-
la grammaire universelle à de tels résul- sociales sont des facultés mentales qui trale dans l’application de la grammaire
tats est que les enfants en ont la compé- peuvent expliquer pourquoi le langage universelle à l’apprentissage du langage –
tence en termes de grammaire, mais que se développe comme il le fait. n’a jamais été résolue ou même sérieuse-
d’autres facteurs peuvent entraver leur Tout comme avec le repli par rapport ment abordée.
performance, c’est-à-dire leur réalisation aux données relatives aux multiples lan-
effective, et donc cacher la nature véritable
de leur grammaire ainsi que faire obstacle
gues et l’argument de la boîte à outils,
l’idée d’une performance qui masque la
Une vision alternative
à l’étude de la grammaire « pure » postu- compétence est relativement non réfu- Tout cela conduit inéluctablement à considé-
lée par la linguistique de Chomsky. Les table. Recourir à ce type d’affirmations est rer que la notion de grammaire universelle
facteurs qui masquent la grammaire sous- courant dans les paradigmes scientifiques est tout simplement fausse. Bien sûr, les
jacente, disent-ils, incluent des capacités en déclin qui ne disposent pas d’une base scientifiques n’abandonnent jamais leur
mémorielles, attentionnelles et sociales empirique solide – on peut notamment théorie préférée, même face à des preuves
immatures. penser à la psychologie freudienne et aux qui la contredisent, avant qu’une alterna-
Pourtant, l’interprétation chomskyenne interprétations marxistes de l’histoire. tive raisonnable apparaisse. Or il existe
du comportement des enfants n’est pas Même si l’on met de côté les problèmes à présent une telle alternative, nommée
la seule possible. Les capacités mention- empiriques auxquels la grammaire univer- linguistique fondée sur l’usage.
nées ne masquent peut-être pas le statut selle est confrontée, les psycholinguistes Cette théorie, qui prend plusieurs
réel de la grammaire ; elles pourraient qui travaillent avec des enfants ont des formes, considère que la structure

© Pour la Science - n° 475 - M


 ai 2017 Linguistique [41
grammaticale n’est pas innée. La gram- sont dépourvus de sens. La grammaire doit la forme d’un complément d’objet direct,
maire est plutôt le produit de l’histoire être quelque chose qu’ils discernent au- mais dans une phrase où les éléments ne
(les processus qui façonnent la manière delà des mots mêmes, puisque les phrases sont pas dans le bon ordre. Un locuteur
dont les langues sont transmises d’une n’ont que peu d’éléments communs au natif du français peut générer une variété
génération à l’autre) et de la psycholo- niveau des mots. infinie de phrases en utilisant le même
gie humaine (l’ensemble des capacités Le sens dans la langue émerge à travers procédé : « Elle, aller au ballet ?! », « Ce gars,
sociales et cognitives qui permettent aux une interaction du sens potentiel des mots un médecin ?! », etc.
générations d’apprendre une langue en mêmes (par exemple ce que le mot « mangé » La question se pose donc : ces énoncés
premier lieu). Mais surtout, cette théorie peut signifier) avec le sens de la construction font-ils partie de la grammaire noyau ou de
considère que le langage engage des sys- grammaticale dans laquelle ils sont insérés. la liste d’exceptions ? S’ils ne font pas partie
tèmes cérébraux qui ne sont pas apparus Par exemple, même si « glisser » dans son d’une grammaire noyau, alors ils doivent
dans cet objectif spécifique. L’idée est donc sens premier est un verbe intransitif qui ne être appris individuellement comme des
bien différente de celle, chomskyenne, se combine qu’avec un seul actant (celui qui objets distincts. Mais si les enfants peuvent
de la mutation d’un gène unique ayant glisse), si on le place dans une construction apprendre ces énoncés partiellement réguliers
conduit à la récursivité. ditransitive, c’est-à-dire une construction qui et partiellement exceptionnels, pourquoi
peut prendre à la fois un complément d’objet alors ne peuvent-ils pas apprendre le reste
Un équivalent mental direct et un complément d’objet indirect, le de la langue de la même façon ? Autrement
du couteau suisse résultat pourrait être « Elle lui a glissé une
serviette », phrase où « glisser » est interprété
dit, pourquoi ont-ils finalement besoin de
la grammaire universelle ?
Dans la nouvelle approche fondée sur comme une action de transfert. Cet exemple En réalité, l’idée d’une grammaire uni-
l’usage (qui inclut des idées venant de la montre que la structure grammaticale peut verselle est en contradiction avec des résul-
linguistique fonctionnelle, la linguistique contribuer de façon importante au sens de tats montrant que les enfants apprennent
cognitive et les « grammaires de construc- l’énoncé, au même titre que les mots. On la langue à travers les interactions sociales,
tion »), les enfants ne naissent pas avec un peut remarquer le contraste entre cette idée et qu’ils acquièrent de l’expérience en uti-
outil universel dédié à l’apprentissage de et celle de Noam Chomsky, qui affirmait lisant des constructions de phrases créées
la grammaire. Au lieu de cela, ils héritent que certains niveaux de la grammaire sont par les communautés linguistiques au fil du
d’un équivalent mental du couteau suisse : entièrement vides de sens. temps. Dans certains cas, nous avons des
un ensemble d’outils d’usage général tels Le concept du couteau suisse explique données qui montrent très bien comment
que la catégorisation, le déchiffrage des aussi l’apprentissage du langage sans avoir de tels apprentissages ont lieu.
intentions communicatives et la faculté à invoquer deux phénomènes requis par la Par exemple, les propositions relatives
de faire des analogies, outils avec lesquels grammaire universelle. Le premier est une sont plutôt courantes dans les langues
les enfants construisent des catégories et série de règles algébriques pour combiner du monde, et elles sont souvent dérivées
règles grammaticales à partir de la langue les symboles – ou grammaire noyau – qui de la combinaison de phrases séparées.
qu’ils entendent autour d’eux. est programmée dans le cerveau. Le second Ainsi, on peut dire : « Mon frère… Il vit
Par exemple, les enfants francophones est un lexique – une liste d’exceptions – qui en Arkansas… Il aime jouer du piano. »
comprennent « Le chat a mangé le lapin », couvre toutes les autres expressions idio- En raison de divers mécanismes de traite-
et, par analogie, ils comprennent également matiques et les idiosyncrasies des langues ment cognitif (schématisation, habituation,
« La chèvre a chatouillé la fée ». Ils géné- naturelles, qui doivent être apprises. décontextualisation, automatisation...), ces
ralisent au fur et à mesure des exemples Le problème avec cette approche à
qu’ils entendent. Après avoir rencontré deux voies est que certaines constructions
SELON L’APPROCHE de la « linguistique
suffisamment d’exemples de ce type, ils sont grammaticales sont à la fois partiellement fondée sur l’usage », l’enfant apprend
même peut-être capables de deviner qui a fondées sur des règles et partiellement sa langue à partir de ce qu’il entend dans son
fait quoi à qui dans la phrase « Le dazeur pas. Il en est ainsi dans « Lui, un candidat entourage, et ce grâce à des outils cognitifs
a mibé le toma », même si plusieurs mots présidentiel ?! », où le sujet « lui » conserve généraux, non spécifiques au langage. © Shutterstock.com/De NLshop

42] Linguistique © Pour la Science - n° 475 - M


 ai 2017
propositions évoluent pour former, au bout entendu prononcer n’expliquent pas entiè-
d’une longue période, une construction plus rement non plus comment ils construisent
complexe : « Mon frère, qui vit en Arkansas, des phrases – il y a des généralisations qui
aime jouer du piano. » Ou ces mécanismes ont du sens, mais qui ne sont pas gram-
peuvent faire évoluer progressivement une maticales (par exemple : « Elle a disparu
phrase comme « J’ai poussé Marie, et elle l’oiseau »). Bien que les possibilités soient ■■ BIBLIOGRAPHIE
est tombée par terre » vers « J’ai poussé nombreuses, les enfants semblent néan-
Marie par terre ». moins faire très peu de généralisations Collectif, La linguistique
fondée sur l’usage : approches
De plus, il semblerait que notre espèce de ce type – apparemment parce qu’ils théoriques et analyses, Travaux
ait une capacité spécifique à décoder les sont sensibles au fait que la communauté de Linguistique, n° 62, 2011.
intentions communicatives des autres linguistique à laquelle ils appartiennent se
J. Bybee, Language, Usage and
– ce qu’un locuteur a l’intention de dire. conforme à une norme et communique une Cognition, Cambridge University
Par exemple, on dit : « Je me rappelle/ idée seulement « de cette façon ». Press, 2010.
remémore mon premier chat », et non : L’équilibre est cependant délicat chez A. Goldberg, Constructions at
« Je me souviens mon premier chat. » Des les enfants, puisque leur langage est à la Work : The Nature of
recherches récentes ont montré que plu- fois créatif (« J’ai prendu un crayon ») et Generalization in Language,
sieurs mécanismes empêchent les enfants conforme aux normes grammaticales (« J’ai Oxford University Press, 2006.
de faire des analogies inappropriées. Par pris un crayon »). Les partisans des théories M. Tomasello, Constructing a
exemple, les enfants ne font pas d’analo- fondées sur l’usage ont encore beaucoup de Language : A Usage-Based
Theory of Language Acquisition,
gies dépourvues de sens. Ils ne seraient chemin à faire pour expliquer comment ces Harvard University Press, 2005.
donc jamais tentés de dire : « Je me réveille forces interagissent pendant l’enfance d’une
mon premier chat. » De plus, si les enfants façon qui rende compte exactement de la
entendent relativement souvent : « Je me trajectoire du développement du langage.
souviens de mon premier chat », alors cet
usage évite qu’ils soient tentés de dire : « Je
me souviens mon premier chat. »
Quelles perspectives ?
Des mécanismes si contraignants À l’époque où le paradigme chomskyen a
réduisent considérablement les analogies été proposé, il était en rupture totale avec
qu’un enfant pourrait faire, ne laissant que les approches plus informelles qui préva-
celles compatibles avec les intentions com- laient à l’époque, et il a attiré l’attention sur
municatives de la personne qu’il est en train toutes les complexités cognitives mises en
d’essayer de comprendre. Nous utilisons œuvre pour devenir un locuteur compétent
tous ce type de décodage d’intention quand dans la production et la compréhension
nous comprenons : « Pouvez-vous ouvrir de la langue. Mais alors que des théories
la porte ? » comme une demande d’aide, comme celle de Chomsky nous ont permis
et non comme une question concernant de voir de nouvelles choses, elles nous ont
notre aptitude à ouvrir une porte. aussi aveuglés sur d’autres aspects. En lin-
Noam Chomsky avait prévu une place guistique et dans les domaines qui lui sont
pour ce type de « pragmatique » – comment reliés, de nombreux chercheurs sont de
nous utilisons la langue en contexte – dans plus en plus insatisfaits par une approche
sa théorie sur le fonctionnement du langage. totalement formelle du langage comme la
La langue est tellement ambiguë qu’il était grammaire universelle – sans parler des
contraint de le faire. Mais il semble qu’il inadéquations empiriques de la théorie. Par
ait considéré que le rôle de la pragmatique ailleurs, aujourd’hui, les analyses purement
est périphérique par rapport à celui de la théoriques trouvent de moins en moins de
grammaire, qui, elle, joue un rôle central. partisans : on dispose aujourd’hui de corpus
D’une certaine façon, les contributions volumineux de données linguistiques per-
des approches fondées sur l’usage ont mettant de tester une théorie, et beaucoup
déplacé le débat dans la direction opposée d’entre eux sont en ligne.
en se demandant ce que la pragmatique On peut ainsi faire de nouvelles décou-
peut apporter à la langue avant que les vertes passionnantes en examinant en détail
locuteurs aient besoin de faire appel aux les différentes langues du monde, en quoi
règles de la syntaxe. elles sont semblables ou différentes les unes
Les théories fondées sur l’usage sont des autres, comment elles changent dans
loin d’offrir une explication complète sur le temps, et comment les jeunes enfants
le fonctionnement du langage. Les généra- acquièrent une ou plusieurs d’entre elles,
lisations signifiantes que les enfants font à sans s’enfermer dans des paradigmes qui
partir de phrases et de propositions qu’ils ont semblent dépassés. n

© Pour la Science - n° 475 - M


 ai 2017 Linguistique [43
Biologie cellulaire

L’indispensable dialogue  
Dale Laird, Paul Lampe et Ross Johnson

La plupart des cellules communiquent


avec leurs voisines via des myriades
de minuscules canaux. Un système
de signalisation essentiel tant aux
battements cardiaques qu’à la cicatrisation.

L
es cellules de notre corps maîtrisent l’art de la
communication. À l’instar des personnes qui
partagent des nouvelles via Twitter, Facebook
ou Linkedin, elles utilisent divers systèmes pour
échanger des informations, selon leur fonction. Cer-
taines libèrent des hormones, lesquelles voyagent
dans tout l’organisme via la circulation sanguine ;
d’autres émettent des neurotransmetteurs, molé-
cules qui véhiculent des signaux d’un neurone
à un autre. Mais un mode de communication est
commun à pratiquement toutes les cellules : deux
voisines sont directement connectées grâce à une
multitude de canaux nanométriques qui traversent
leurs membranes et permettent le passage d’ions
et de petites molécules hydrophiles entre leurs
milieux intérieurs.

Des fuites
fluorescentes
Vers le milieu des années 1960, Werner Loewenstein,
de l’université Columbia, à New York, et ses collègues
ont observé un effet spectaculaire de cette forme de
communication. Ils ont injecté des molécules d’un
© Peter Kraemer

colorant fluorescent dans une cellule enserrée au


milieu d’un tapis de ses congénères. Au micros-
cope, ils ont vu que la fluorescence se propageait

44] Biologie cellulaire © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


  des cellules

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Biologie cellulaire [45


rapidement de la cellule injectée aux cel- ■■ LES AUTEURS cellules ne peuvent plus communiquer
lules environnantes, atteignant parfois directement de cette façon.
des centaines d’entre elles. Des études Dale W. LAIRD Lorsque les premières expériences
antérieures avaient suggéré que des ions est professeur de avec le colorant fluorescent ont eu lieu,
biologie cellulaire
transmettaient des signaux électriques et titulaire de la les biologistes ne pensaient pas du tout
entre cellules voisines, mais l’observation chaire « Jonctions en termes de portée médicale. Dans les
de la propagation de molécules de colo- communicantes années 1960 et 1970, ils recherchaient des
et maladie » de l’université
rant, plus grosses que des ions, a confirmé Western Ontario, au Canada. preuves supplémentaires de cette mysté-
l’existence de canaux que les molécules rieuse communication entre cellules voi-
empruntent abondamment pour circuler Paul D. LAMPE sines et voulaient en apprendre davantage
est codirecteur
d’une cellule à l’autre. et membre sur ses propriétés. Avant même que les
Depuis, les biologistes savent que ces du programme jonctions communicantes aient été iden-
canaux sont partout. On en détecte des de recherche tifiées et nommées, des physiologistes ont
translationnelle
regroupements dans les tissus de tous des départements des Sciences observé que ce partage d’informations
les animaux, y compris l’homme, où ils de santé publique et de biologie moléculaires a lieu dans des organes et
participent à une variété extraordinaire humaine du Centre de recherche organismes variés, allant des embryons du
sur le cancer Fred Hutchinson, à
de fonctions. Ces regroupements, nommés Seattle aux États-Unis. calmar et du poisson électrique à divers
jonctions communicantes ou jonctions gap types de cellules de mammifères. Et ils ont
(de l’anglais gap junctions), interviennent Ross G. JOHNSON confirmé que les molécules fluorescentes se
est professeur
dans la synchronisation des battements des émérite déplacent directement d’une cellule à une
cellules musculaires cardiaques comme de génétique, autre à des endroits où leurs membranes
dans la contraction de l’utérus lors de biologie cellulaire sont en contact étroit.
et développement
l’accouchement. Les jonctions communi- à l’université du Minnesota, À la fin des années 1960, l’objectif était de
cantes aident l’œil à s’ajuster à différentes aux États-Unis. déterminer à quoi les canaux ressemblent et
intensités de lumière. Elles jouent même comment ils se forment. Des études microsco-
un rôle dans la formation des organes au piques antérieures avaient révélé de grandes
cours du développement embryonnaire. plaques où les membranes de deux cellules
Au cours des vingt dernières années, voisines sont juxtaposées. À ces endroits, les
des scientifiques ont découvert que des cellules paraissaient séparées d’un interstice
anomalies dans l’assemblage des jonc- très mince, de seulement quelques nano-
tions communicantes ou dans leur activité L’ E S S E N T I E L mètres, qui leur avait valu le nom de gap
contribuent à diverses maladies humaines, junctions (jonctions à interstice) en anglais.
notamment la perte d’audition, la cata- ■■ Les cellules échangent Ce nom leur est resté même après la décou-
des signaux avec leurs
racte, des maladies de peau, des troubles verte que cet espace n’est pas vide, mais
voisines via des jonctions
neurologiques, des maladies cardiaques rempli des parties des canaux qui relient
communicantes, des
et même certains cancers. Une unique une cellule à une autre.
structures qui relient
mutation sur une protéine d’une jonc-
tion communicante de l’oreille interne
une cellule à une autre.
Des milliers de canaux
explique la perte d’audition chez 40 % des
personnes atteintes de surdité héréditaire.
■■ Constituées de plus
de 100 000 protéines,
par jonction
Et le nombre de maladies où l’on découvre ces jonctions Pour explorer le rôle de ces plaques mem-
un lien avec les jonctions communicantes se renouvellent branaires dans la « connectivité cellulaire »
ne cesse d’augmenter. Plusieurs liens ont en permanence. observée lors des expériences de diffusion
encore été mis en évidence ces toutes der- de colorant et d’ions chargés, l’un de nous
nières années, notamment avec un type ■■ Cette restructuration (Ross Johnson) s’est mis à étudier l’assem-
d’épilepsie infantile. minutieusement blage de ces jonctions. Avec ses collègues de
contrôlée permet aux l’université du Minnesota, il a délicatement
Du calmar cellules de répondre séparé des cellules en culture issues d’une
rapidement à une lésion
aux mammifères ou au stress.
tumeur hépatique, puis les a de nouveau
mélangées. En quelques minutes sont appa-
Aujourd’hui, les études s’intéressent à la rues des plaques sur les membranes des
■■ Des mutations de gènes
structure des jonctions communicantes et cellules, mais uniquement aux endroits où
codant des protéines des
commencent à révéler comment la per- un contact s’était établi entre deux cellules.
jonctions sont à l’origine
turbation de l’assemblage d’une jonction Cette observation confirmait l’idée que
de pathologies variées
communicante et de son activité précipite l’assemblage d’une jonction communicante
telles que des formes
la maladie. Avec l’espoir de mener à de est un projet commun de deux cellules
de surdité, d’épilepsie
nouvelles thérapies pour de nombreuses ou de maladie cardiaque. adjacentes, nécessitant la collaboration
pathologies qui surviennent lorsque les de chacune. Au fur et à mesure que ces

46] Biologie cellulaire © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


plaques s’étendaient et se densifiaient, le
courant électrique passant à travers les cel-
lules augmentait également. Ces jonctions
semblaient donc faciliter l’échange d’ions.
En détachant les membranes des cellules
connectées pour les examiner de plus près,
Ross Johnson et son équipe ont observé

Avec l’aimable autorisation de M. Atkinson et J. Sheridan, Université du Minnesota


des sortes de grosses particules accumulées
dans les plaques. Par la suite, ces parti-
cules se sont révélées être les canaux qui,
assemblés, constituent les jonctions com-
municantes (voir l’encadré pages 48 et 49).
Chaque canal est formé de protéines d’une
même famille – les connexines – identifiée
à la fin des années 1980.
Six connexines s’assemblent en un
anneau nommé hémicanal. Ce dernier
s’insère dans la membrane de la cellule,
où il peut alors interagir avec un hémi-
canal d’une cellule voisine. Lorsque les
connexines de ces deux hémicanaux com-
plémentaires interagissent, elles forment DU COLORANT FLUORESCENT INJECTÉ dans une cellule en culture (au centre) se propage
un pore continu qui relie les cellules d’une rapidement de proche en proche via les canaux des jonctions communicantes qui relient
telle façon que les cytoplasmes des deux chaque cellule à ses voisines.
cellules jointes – c’est-à-dire leurs conte-
nus – communiquent directement. Ce pore de régulation, nous avons décidé – nous 21 connexines, et chaque type cellulaire pro-
est en fait un seul des centaines ou milliers étudiions tous trois les jonctions com- duit son propre « cocktail » de connexines.
de canaux qui constituent une jonction municantes – de mettre en commun nos Les cellules cutanées, notamment, pro-
communicante. compétences ; nous voulions notamment duisent pas moins de neuf connexines dif-
L’édification de ces énormes conglomé- comprendre comment l’assemblage et le férentes. La protéine Cx43 est le membre le
rats de communication est une entreprise démontage de ces jonctions sont contrôlés. plus répandu de la famille. Elle est présente
colossale. Une seule jonction peut contenir dans de nombreux organes, notamment
10 000 canaux. Chaque canal étant com- Les connexines, la peau, le cœur, le cerveau, les poumons
posé de deux hémicanaux, une jonction
compte donc environ 120 000 connexines.
bandes Velcro cellulaires et les os.
Comme toutes les connexines, la pro-
Or le cœur, par exemple, est constitué à lui Nous avons élaboré notre plan d’attaque téine Cx43 est constituée de quatre segments
seul de milliards de cellules, dont chacune en 1991, durant la pause-café d’une confé- transmembranaires qui l’ancrent dans la
interagit avec plusieurs voisines via des rence sur les jonctions communicantes membrane cellulaire. Sa queue, qui pointe
jonctions communicantes. Une merveille au Centre de conférence d’Asilomar, en à l’intérieur de la cellule, contient divers
de l’ingénierie moléculaire ! Californie. L’un de nous (Paul Lampe) était éléments qui, nous l’avons montré plus
Plus remarquable encore, ces jonctions alors postdoctorant dans le laboratoire de tard, interviennent dans la régulation de
communicantes ne sont pas permanentes, Ross Johnson, à l’université du Minne- son activité et de son assemblage en canaux
ni même de longue durée, mais continuel- sota, où l’on s’intéressait désormais à la puis en jonctions. Par ailleurs, en traversant
lement démontées et reconstruites. Il a été régulation de l’assemblage des jonctions plusieurs fois la membrane cellulaire, la
montré que la moitié des connexines d’une communicantes. Le dernier membre de protéine forme deux boucles qui ressortent
jonction communicante cardiaque sont notre trio (Dale Laird), postdoctorant dans dans l’espace entre les cellules. Certains
remplacées toutes les deux heures. En une le laboratoire de Jean-Paul Revel, à l’Ins- anticorps que Dale Laird avait produits
journée, chaque jonction communicante titut de technologie de Californie, venait visaient ces segments extracellulaires.
du cœur humain est très probablement de développer un ensemble d’anticorps Les boucles dépassant de la cellule, elles
dissociée et remplacée par des canaux se liant spécifiquement aux connexines. fonctionnaient peut-être comme des bandes
nouvellement assemblés. Ces anticorps nous permettraient d’inte- Velcro accrochant les connexines les unes
Au vu de la complexité de ces struc- ragir avec les connexines et de voir quelles aux autres. Pour tester cette hypothèse,
tures extraordinaires, il semblait vraisem- parties de ces molécules sont essentielles nous avons là encore séparé des cellules
blable que des systèmes de régulation pour l’assemblage des jonctions commu- en culture, puis nous les avons mélangées
existent, assurant le bon déroulement nicantes et leur activité. à nouveau, mais cette fois en y ajoutant les
de leur construction et maintenant ainsi Les anticorps de Dale Laird recon- anticorps de Dale Laird ciblant les boucles.
ininterrompues les communications entre naissaient une connexine particulière Aucune jonction communicante ne s’est
cellules. Pour comprendre ces mécanismes nommée Cx43. Le génome humain code formée : d’aucune cellule testée, le colorant

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Biologie cellulaire [47


injecté n’a diffusé vers les cellules voisines, et nous
n’avons observé aucune plaque caractéristique du
développement de jonctions communicantes. En se Continuellement, les cellules construisent et remodèlent leurs jonctions
fixant sur les boucles, les anticorps avaient empêché communicantes (en bas, à droite), ces vastes structures qui leur
les connexines d’une cellule de s’amarrer à celles de permettent de communiquer avec leurs voisines. La construction
ses voisines. commence par la synthèse de protéines nommées connexines (1), leur
Ces travaux montraient que la liaison des arrangement en anneaux – les hémicanaux (2) – et l’insertion
connexines est essentielle pour la construction des de ces derniers dans la membrane cellulaire (3). Si un hémicanal
rencontre une jonction communicante existante, il peut alors s’amarrer
jonctions communicantes. Il s’agissait à présent d’obser-
à un hémicanal de la cellule voisine connectée à cet endroit, formant
ver les connexines en temps réel, au fil de leur activité
ainsi un nouveau passage entre les cellules (4). Parallèlement,
au sein d’une cellule vivante. Toutefois, nous allions les cellules suppriment et dégradent les canaux les plus anciens,
avoir besoin d’une autre technique pour y parvenir. situés au centre des jonctions (5 et 6).
En 1994, nous nous sommes retrouvés tous trois
à l’occasion d’une autre conférence – cette fois-ci à
San Francisco. Au fil de discussions jusqu’au bout NOYAU
de la nuit sur les présentations auxquelles nous
avions assisté, nous nous sommes passionnés pour
la protéine fluorescente verte ou GFP (de l’anglais
green fluorescent protein), un outil moléculaire qui a
depuis été récompensé par un prix Nobel, en 2008.
Une intervenante avait décrit comment elle avait lié
ce marqueur fluorescent à sa protéine d’intérêt pour
suivre ses trajets dans des cellules vivantes. Nous nous
sommes donc demandé si nous pourrions utiliser la
GFP pour suivre les déplacements des connexines.
Nous avons commencé par attacher la GFP à la
queue des connexines : nous avons introduit dans des
cellules de mammifères un ADN codant la connexine
Cx43 associée à la GFP. À notre grand plaisir, cette
approche a fonctionné : les connexines ainsi marquées 1 Des connexines (en bleu),
se sont bien intégrées dans la membrane cellulaire, où les constituants des jonctions
communicantes, sont
elles se sont assemblées en jonctions communicantes synthétisées dans un
fonctionnelles qui présentaient pratiquement toutes compartiment cellulaire
nommé le réticulum
les propriétés de celles formées à partir de connexines endoplasmique.
non modifiées. Nous disposions désormais d’un
moyen puissant pour observer le comportement de Réticulum
endoplasmique
connexines dans les cellules – une tâche que Dale Laird
a poursuivie à son nouveau poste à l’université de
Western Ontario, au Canada.

Suivez cette connexine !


Nos toutes premières observations furent surpre-
nantes. Nous avons d’abord pris des photos des
cellules toutes les dix minutes, pensant que nous
pourrions les monter en un film accéléré mettant 6 Les lysosomes dégradent
les protéines des jonctions
en évidence le déplacement des connexines fluores- communicantes en leurs acides
centes. Toutefois, ces dernières se déplaçaient si vite aminés constitutifs et libèrent
que nous étions incapables de suivre une protéine ces derniers dans le cytoplasme,
où ils seront réutilisés lors de
d’une photo à la suivante. Nous avons réessayé en la synthèse de nouvelles protéines.
espaçant les photos de deux minutes, mais c’était
toujours insuffisant. Pour suivre nos molécules dans
la cellule, nous avons finalement dû prendre des
Connexine
photos séparées de quelques secondes seulement.
Le film obtenu nous a permis non seulement de
suivre les connexines, mais aussi d’observer le trans-
© Emily Cooper

port d’hémicanaux vers l’intérieur des cellules sur de


longs filaments nommés microtubules. Nous avons par

48] Biologie cellulaire © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


DE S J ONCTIONS COMMUNIC A NTES EN PERPÉTUELLE RÉNOVATION

Hémicanal
Microtubule

Appareil Vésicule
de Golgi portant des
hémicanaux

Vésicule
portant des 2 Le long de filaments, les 3 Des vésicules transportent
connexines microtubules, des vésicules les hémicanaux le long de
transportent les connexines microtubules jusqu’à la membrane
jusqu’à une autre structure, cellulaire. Là, leur pore central permet
l’appareil de Golgi, où six à des ions et à de petites molécules
connexines s’assemblent de passer vers l’intérieur ou
en un hémicanal. l’extérieur de la cellule.

4 Les hémicanaux diffusent à travers


la membrane. Lorsqu’ils arrivent à une
CELLULE jonction communicante, ils peuvent
s’assembler aux hémicanaux de la cellule
contiguë et venir ainsi agrandir la jonction
entre les deux cellules. Les jonctions
communicantes comptent en général
des milliers d’hémicanaux appariés.

Lysosome

Jonction communicante
Connexosome

5 Continuellement, des morceaux (en jaune) au


centre des jonctions sont éliminés et
remplacés par des constituants plus récents. CELLULE
Les éléments supprimés, détachés de la
jonction sous la forme de vésicules – les
connexosomes –, fusionnent avec des
lysosomes, les compartiments
digestifs de la cellule.
Échange d’ions et
de petites molécules

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Biologie cellulaire [49


ailleurs constaté, comme d’autres chercheurs, des groupes phosphate (une réaction que Dans les deux cas, l’équipe de
que de petites jonctions communicantes se l’on nomme phosphorylation). Paul Lampe a montré que la phospho-
combinent parfois pour en former de plus Le défi était de déterminer si les kinases rylation augmente sur un site particulier
grandes – ce que nos études au microscope régulent le comportement des connexines de la queue de la connexine Cx43. Cette
électronique suggéraient déjà. Et à l’inverse, et, si tel est le cas, de mettre en évidence phosphorylation accroît brièvement la taille
lorsque les cellules croissent, se déplacent, l’effet de la phosphorylation sur leur fonc- des jonctions communicantes dans ces tissus
se déforment et se divisent, de grandes jonc- tionnement. Paul Lampe prit la direction en empêchant la connexine d’interagir avec
tions communicantes se scindent et une protéine qui, en temps
en forment de plus petites.
En concevant de nouvelles De nouvelles mutations normal, limite l’intégration
de nouvelles connexines dans
méthodes de marquage qui per-
mettaient de différencier les nou-
ont été identifiées les jonctions existantes. Les
jonctions s’étendant plus, la
velles connexines des anciennes, et, aujourd’hui, on compte communication entre cellules
nos collègues ont montré que les
jonctions communicantes s’étendent
14 maladies ayant s’intensifie – ce qui est essen-
tiel au cours des premières
par l’ajout d’hémicanaux à leur péri-
phérie, de sorte que le centre d’une
comme origine des défauts minutes qui suivent une
lésion – et aide à préserver
jonction communicante représente dans les connexines la fonction du tissu cardiaque
la partie la plus « ancienne » de la
plaque. Les composants de cette
des jonctions communicantes ou à faciliter la migration des
cellules de la peau jusqu’à
zone centrale disparaissent à mesure une plaie.
qu’elles vieillissent, ce qui suggère que de cette série d’études lorsqu’il monta son Ces découvertes ont conduit au déve-
les jonctions communicantes subsistent laboratoire au Centre de recherche sur le loppement de traitements fondés sur la
grâce à l’afflux de canaux plus récents cancer Fred Hutchinson à Seattle, en 1994. stimulation ou l’inhibition de l’activité des
de la périphérie vers l’intérieur, venant En isolant la connexine Cx43 et en examinant kinases concernées. De telles stratégies
remplacer les plus anciens. la protéine par petites sections, Paul Lampe nécessitent cependant de la prudence.
et ses collègues ont découvert que, sur l’en- Une extension des jonctions communi-
Des kinases semble de sa durée de vie, cette connexine
est phosphorylée en 15 endroits différents
cantes à un stade d’une maladie peut se
révéler nocive par la suite. Par exemple,
aux commandes le long de sa queue. Cette information nous en temps normal, bien que les jonctions
Mais la découverte la plus marquante de a permis de trouver une partie du code communicantes s’agrandissent briève-
cette série d’études fut peut-être celle-ci : il de régulation qui contrôle la formation de ment juste après une blessure, elles sont
arrive qu’une cellule arrache un morceau jonctions communicantes contenant la pro- ensuite vite dégradées, ce qui favorise
de sa voisine, un mécanisme que d’autres téine Cx43. L’action de kinases spécifiques la guérison. Chez les personnes diabé-
chercheurs avaient proposé auparavant à sur certaines parties de la queue de Cx43 aug- tiques, en revanche, une surproduction
partir de clichés de microscopie électro- mente l’assemblage de jonctions contenant continuelle de la protéine Cx43 retarde
nique. Cette manœuvre consiste à ingérer cette protéine ; d’autres kinases agissant sur la cicatrisation d’une blessure. Et en cas
d’un coup les composants de la jonction des parties différentes de la queue inhibent d’éraflure de la cornée, il arrive que la
provenant des deux cellules – un processus quant à elles la formation ou l’activité des production de connexines entraîne une
qui fournirait un moyen sûr d’interrompre jonctions ou en limitent la taille. inflammation et la formation d’une lésion
rapidement la communication entre deux La connaissance d’une partie du code persistante au lieu d’une réparation. Dans
cellules lorsqu’elle n’est plus souhaitable. de régulation nous a donné une piste pour ces cas, en limitant la production ou la
Une telle élimination massive de jonctions explorer les liens entre maladies humaines fonction de la protéine Cx43 dans les cel-
communicantes a notamment lieu dans et jonctions communicantes : dans des lules au voisinage de la blessure chez
l’utérus après l’accouchement, mettant échantillons de tissus humains, nous recher- des rongeurs, on observe une réparation
hors d’action les réseaux de communica- chons à présent des indices sur la façon rapide sans cicatrice – une approche sur
tion qui s’étaient formés pour coordonner dont des changements de phosphorylation laquelle travaillent plusieurs sociétés de
les contractions. dus à une lésion ou à une maladie modi- biotechnologie.
Nous savions désormais que les jonc- fient l’assemblage et le fonctionnement Mais comprendre l’évolution des profils
tions communicantes se renouvellent des jonctions communicantes. Notam- de phosphorylation des connexines lors
constamment. Nous avons donc décidé ment, nous commençons à comprendre, d’une maladie ou d’une lésion ne suffit pas
d’explorer comment les cellules super- ainsi que d’autres équipes, comment la pour concevoir des thérapies efficaces. Les
visent cette restructuration. Des études communication via ces jonctions change chercheurs ont besoin de mieux comprendre
préliminaires suggéraient que des protéines lorsque des cellules cardiaques essayent comment les connexines s’assemblent dans
nommées kinases régulaient le proces- de se remettre d’un manque d’oxygène les différents tissus et sous diverses conditions
sus. Les kinases sont capables de modifier après une crise cardiaque ou lorsque des – et comment leur agrégation et leur activité
l’activité d’une protéine ou sa localisation cellules cutanées se mobilisent pour guérir sont perturbées en cas de maladie. L’étude
dans la cellule simplement en lui ajoutant une coupure ou une éraflure. de mutations pathogènes dans les gènes

50] Biologie cellulaire © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


codant les connexines commence à fournir rôle dans un tissu et remplir des fonctions
des informations intéressantes dans ce sens. différentes dans d’autres, selon le cocktail
La première preuve génétique de l’im- de connexines présent. Les membres de la
plication de connexines dans une maladie À chaque jonction famille des connexines pourraient égale-
remonte au milieu des années 1990. Plu- sa fonction ment se combiner et produire des canaux
sieurs études ont montré que diverses hybrides susceptibles de faciliter le pas-
mutations du gène codant la connexine Cx32 Chez les vertébrés, trois sage de divers signaux moléculaires, dont
principaux types de jonctions
provoquent une forme de la maladie de certains seraient plus importants dans un
relient les cellules, chacun
Charcot-Marie-Tooth, une pathologie tissu que dans un autre.
assurant une fonction
neurologique. Dans cette forme, les jonc- Dans le cas de certaines connexines,
spécifique. Les jonctions
tions communicantes qui habituellement cependant, les mutations perturbent le
communicantes créent un
maintiennent la gaine isolante des nerfs fonctionnement de multiples tissus. Par
passage par lequel circulent
disparaissent. Cette gaine, dite de myéline, exemple, les personnes atteintes de dysplasie
de petites molécules et des
est constituée de spirales membranaires oculo-dento-digitale, une pathologie due à
ions. Les jonctions d’ancrage
jointives que des cellules enroulent autour des mutations du gène de la connexine Cx43,
arriment les cellules les unes
des nerfs. Sans les jonctions, la gaine se présentent un ensemble de symptômes
aux autres et à la matrice
dégrade et la conduction nerveuse diminue ; parmi lesquels une microphtalmie (yeux
extracellulaire. Enfin,
cette perte entraîne l’atrophie et l’affai- dans les cellules épithéliales de petite taille), un sous-développement
blissement des muscles, en particulier au (les cellules de la peau des dents, des malformations du squelette
niveau des membres. et des tissus recouvrant du visage et du crâne, et la fusion de doigts
les organes), des jonctions ou d’orteils. Certaines développent en plus
De la maladie de Charcot dites serrées maintiennent une maladie cutanée produisant d’épais
cals squameux sur la paume des mains et
à la dysplasie un contact étanche entre
les cellules, ce qui empêche la plante des pieds. De récentes études sur
oculo-dento-digitale toute molécule de traverser le cycle de vie des connexines ont apporté
quelques indices sur la raison pour laquelle
le tapis cellulaire autrement
Après la découverte que des mutations que via les cellules certaines formes de la maladie sont plus
des connexines ont de graves effets phy- elles-mêmes. graves que d’autres.
© J. D. Sheridan et al., Quantitative analysis of low-resistance junctions between cultured cells and correlation with gap-junctional areas, J. Cell Biol., vol. 76(2), pp. 532–544, 1978.

siologiques, l’intérêt des chercheurs pour Plus de 70 mutations du gène de la


les jonctions communicantes a explosé. De protéine Cx43 ont été identifiées chez
nouvelles mutations ont été identifiées
et, aujourd’hui, on compte 14 maladies
ayant comme origine des défauts dans les
connexines des jonctions communicantes.
La caractéristique la plus frappante
de ces maladies est leur diversité. Outre
la maladie de Charcot-Marie-Tooth, les
mutations répertoriées produisent perte
d’audition, épilepsie, maladie cardiaque,
troubles cutanés, cataracte ou différentes
anomalies survenant au cours du dévelop-
pement embryonnaire. Comme on peut
s’y attendre, des mutations de connexines
différentes contribuent à des maladies dis-
tinctes. Toutefois, les connexines mutantes
n’affectent pas forcément tous les tissus
ou organes de la même façon : lorsqu’une
connexine mutante donnée est produite
dans deux organes, il arrive que seule
la fonction de l’un d’eux soit perturbée.
De nombreuses équipes cherchent à
comprendre ce phénomène. Une explication
serait que dans certains tissus, d’autres
connexines normales compensent l’effet CETTE VISION LUNAIRE est une jonction communicante (au centre) entre deux cellules,
d’un variant défectueux, maintenant ainsi déchirée et observée au microscope électronique à balayage par l’un des auteurs
(Ross Johnson) et son équipe en 1978. Les biologistes ont congelé les cellules, puis ont
une communication suffisante. Ce méca- fracturé leur membrane à l’aide d’une lame de rasoir. Dans la cellule à gauche, les hémicanaux
nisme serait absent d’autres tissus. Une de la jonction sont restés dans la membrane, tandis qu’il ne reste que les creux qui hébergeaient
connexine donnée pourrait aussi jouer un ceux de la cellule de droite. La superficie de la jonction est d’environ 0,04 m2.

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Biologie cellulaire [51


des personnes souffrant de la dysplasie
Jonctions communicantes et cancer oculo-dento-digitale, et nous avons com-

D
epuis cinquante ans, le lien entre jonctions depuis une décennie, leur mencé à explorer l’effet de ces mutations
rôle dans la cancéroge- sur la protéine et sur la construction des
communicantes et cancer ne fait aucun doute.
nèse se révèle plus jonctions communicantes. Dale Laird et
Toutefois, ces dernières années, le rôle ses collègues ont ainsi montré que de
complexe. Des études
des constituants de ces jonctions, les connexines, montrent que ces nombreuses mutations produisent une
dans la cancérogenèse est apparu plus complexe protéines sont aussi connexine qui atteint la membrane cel-
qu’on ne le pensait. capables de favoriser lulaire, mais ne forme pas de jonction
la migration de cellules communicante fonctionnelle : les colorants
Le premier lien a été communication intercellu- cancéreuses qui les ne diffusent pas d’une cellule à une autre
établi en 1966 : Werner laire en réduisant le portent et l’invasion à travers ces jonctions, ce qui indique que
Loewenstein et Yoshinobu nombre de jonctions ou de tissus (mélanomes, les canaux soit ne sont pas assemblés
Kanno, de l’université en provoquant leur ferme- gliomes), voire d’agir sur correctement, soit ne permettent pas le
Columbia, à New York, ont ture. En outre, des souris leur dissémination et la passage des signaux moléculaires. Quoi
montré l’absence de dont les gènes des destination des métastases qu’il en soit, ces mutations diminuent la
dialogue intercellulaire par connexines sont altérés (cancer prostatique). Les communication de cellule à cellule.
jonction communicante sont plus susceptibles de connexines auraient ainsi D’autres mutations empêchent les
dans des tumeurs hépa- développer une tumeur un double visage : elles
connexines d’atteindre la membrane cellu-
tiques alors que celui-ci induite ou spontanée. À seraient à la fois capables
laire. Les patients qui les portent souffrent
existe dans le foie normal. l’inverse, dans d’autres de réduire la prolifération
en général de la forme la plus grave de
Depuis cette observation, approches où l’on rétablit des cellules tumorales,
la maladie, qui inclut la maladie cutanée
une série d’expérimenta- des jonctions communi- mais aussi d’augmenter
parmi les symptômes. Cela suggère que les
tions jusqu’à nos jours a cantes dans des cellules leur dissémination.
confirmé que la perte de ce cancéreuses, par traite- De nombreuses incerti-
hémicanaux de connexines n’interviennent
type de communication ment à l’aide de subs- tudes demeurent quant
pas que dans l’assemblage des jonctions
accompagne ou favorise tances chimiopréventives aux mécanismes molécu- communicantes. Peut-être jouent-ils un
l’apparition de tumeurs et (extraits de thé vert, caro- laires sous-jacents qu’elles autre rôle à la membrane, ce qui explique-
leur croissance. ténoïdes…) ou par réintro- contrôlent. Une hypothèse rait pourquoi, lorsque les connexines n’at-
Par exemple, les jonc- duction de gènes de est que ces protéines, ou teignent jamais la membrane, les troubles
tions communicantes sont connexines, la proliféra- certaines d’entre elles, associés sont plus sévères.
souvent réduites, voire tion cellulaire diminue. seraient capables d’agir
absentes, dans les tumeurs Hormis quelques excep- sans établir de communi- Des canaux isolés
solides, quelle que soit
leur origine. Par ailleurs,
tions notables, toutes
les données accumulées
cation intercellulaire, en
interagissant directement
ouverts sur l’extérieur
appliquées sur des depuis 1966 vont dans avec des protéines à l’inté- Au lieu de s’assembler par paires et former
cultures de cellules, des le même sens : elles rieur des cellules. Affaire des canaux, par exemple, certains hémica-
substances cancérigènes suggèrent que les à suivre… naux pourraient rester non appariés, formant
non mutagènes (pesti- connexines sont des régu- de petits canaux isolés qui relieraient les
––Marc Mesnil
cides, perturbateurs endo- lateurs négatifs de la proli- Laboratoire STIM, ERL 7368, cellules au milieu extérieur. Ces hémica-
criniens) diminuent la fération cellulaire. Mais CNRS, université de Poitiers naux permettraient aux cellules d’émettre
des signaux vers leur environnement ou
d’y prélever des molécules. Ces molécules
seraient peut-être différentes de celles qui
passent habituellement à travers les canaux
des jonctions communicantes.
M. Mesnil, avec la collaboration de J.-L. Kraimps et P. Levillain, CHU de Poitiers

Une telle activité a été observée expéri-


mentalement, notamment dès 1996 avec la
connexine Cx46, ce qui ajoute une nouvelle
30 mm 100 mm 100 mm dimension à notre compréhension du rôle
des connexines dans la communication entre
Les jonctions communicantes disparaissent peu à peu lors de la progression de cancers cellules. Les chercheurs poursuivent l’étude
thyroïdiens, comme le montrent ces images de microscopie à épifluorescence, des hémicanaux mutants, avec l’espoir de
où la connexine Cx43, détectée à l’aide d’un anticorps, est en vert et où les noyaux trouver de nouvelles cibles (notamment
des cellules sont colorés en bleu. Dans la thyroïde normale (à gauche), les jonctions
communicantes sont nombreuses et tellement riches en Cx43 que son marquage délimite
les molécules jusqu’ici non identifiées qui
le contour des cellules. Dans des tumeurs bénignes (adénomes, au centre), traversent les hémicanaux non appariés)
la connexine, moins bien localisée, se retrouve parfois à l’intérieur des cellules (flèche). pour le traitement de la dysplasie oculo-
Elle disparaît complètement dans les cancers (à droite). dento-digitale ou d’autres maladies dues
à des connexines défectueuses.

52] Biologie cellulaire © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


L’étude de l’impact des mutations sur prometteuses. Elle fournit un nouvel
l’assemblage des jonctions communicantes ensemble d’outils pour l’étude de la bio- ■■ BIBLIOGRAPHIE
et sur leur fonctionnement pourrait aussi logie des jonctions communicantes. Par
conduire à des thérapies hautement ciblées, exemple, notre compréhension des molé- T. Aasen et al., Gap junctions
and cancer : Communicating
qui contreraient les conséquences d’une cules qui les traversent reste très limitée. for 50 Years, Nature Reviews
mutation sans provoquer de graves effets Dans le cas des cellules cardiaques, nous Cancer, vol. 16(12),
indésirables. Par exemple, le fait qu’une savons que les ions qui circulent via ces pp. 775-788, 2016.
mutation donnée perturbe l’assemblage jonctions transmettent un signal élec- J. L. Solan et P. D. Lampe,
d’une jonction communicante, mais pas trique d’une cellule à une autre. Mais Specific Cx43 phosphorylation
le transport des connexines vers la surface nous n’avons aucune idée de la nature events regulate gap junction
turnover in vivo, febs Letters,
cellulaire, ouvre une piste pour concevoir du message véhiculé entre les cellules vol. 588, pp. 1423-1429, 2014.
un médicament qui rendrait la connexine de l’appareil auditif ou entre celles qui
à nouveau capable de former un canal interviennent dans la cicatrisation d’une R. G. Johnson et al., Gap junction
assembly : Roles for the
fonctionnel. De telles thérapies ciblées four- lésion cutanée. En poursuivant l’étude formation plaque and regulation
niraient un moyen de rétablir la communi- des hémicanaux et de leurs liens avec by the C-terminus of connexin43,
cation entre cellules sans avoir à remplacer des maladies, nous serons un jour en Molecular Biology of the Cell,
vol. 23(1), pp. 71-86, 2012.
la connexine mutante par une protéine mesure d’aborder les questions fonda-
fonctionnelle – une opération nécessitant mentales ultimes concernant cette forme K. Jordan et al., Trafficking,
une thérapie génique, une approche encore de communication : que se chuchotent assembly and function of a
connexin43-green fluorescent
risquée et expérimentale. les cellules et comment ces messages protein chimera in live
Mais la découverte de mutations des moléculaires gouvernent-ils l’assemblage mammalian cells, Molecular
connexines à l’origine de maladies apporte et le fonctionnement d’organismes aussi Biology of the Cell, vol. 10(6),
pp. 2033-2050, 1999.
bien plus que des cibles thérapeutiques complexes que l'humain ? n

FILMS Dès 10 ans


Samedi 6 mai - 15h : Le jardin en mouvement par O. Comte (52’, 2013)
16h30 : People’s park par J.-P. Sniadecki (7’, 2012)

CO N F É R E N C E S Redouté au Jardin
Lundi 15 mai - 18h : Regards croisés en lien avec l’exposition :
Le pouvoir des fleurs, au Musée de la vie romantique
C. de Bourgoing, commissaire scientifique de l’exposition, A. Lemaire, chef du service
des collections, Bibliothèque centrale du Muséum

U N E E X P O, D E S D É B AT S
Lundi 22 mai - 18h : La biodiversité dans nos jardins en lien avec la journée
Entrée mondiale de la biodiversité
gratuite M. Flandrin, jardinier, Jardin des Plantes, Muséum, B. Fontaine, observatoire de papillons,
Vigie nature, centre d’écologie et des sciences de la conservation, Muséum, P. Gourdain,
coordinateur des inventaires des jardins, service du patrimoine naturel, Muséum

Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution - 36 rue Geoffroy St-Hilaire, Paris 5e

BAR DES SCIENCES DES EXTRÊMES

Au Jardin Dimanche 21 mai - 17h30 :


Quelles adaptations possibles du vivant en milieux extrêmes ?
des Plantes Animé par M.-O. Monchicourt, journaliste scientifique à France Inter,
créatrice des Lab’Origins dans le cadre de la fête de la nature,
Détails sur mnhn.fr, J.-P. Concordet, biologiste moléculaire, Inserm-Muséum,
rubrique : A. Couté, spécialiste de micro-organismes, Muséum,
“les rendez-vous du Muséum” Ch. Lasseur, responsable du programme Melissa,
entraîneur de spationautes, Agence européenne spatiale

Café-restaurant la Baleine - 47 rue Cuvier, Paris 5e

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Biologie cellulaire [53


Paléontologie
© Jon Foster

54] Paléontologie © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


Comment les ailes
sont venues
aux dinosaures
Stephen Brusatte

Les fossiles de dinosaures à plumes du Liaoning,


en Chine, révèlent que la transformation de certains
dinosaures en oiseaux a été longue. Et que les premières
plumes n’avaient rien à voir avec la capacité de voler.

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Paléontologie [55


P
ékin, six heures du matin. Par une dont certains dinosaures ont évolué et
froide journée de novembre, je me L’ E S S E N T I E L donné naissance aux oiseaux.
fraye un chemin dans la gare vers Les implications de ces fossiles sont
un train bondé. Je me rends à Jinzhou, ■■ Depuis la découverte capitales, car, depuis Darwin, les paléon-
ville de trois millions d’habitants située de dinosaures à plumes, tologues s’interrogent sur la façon dont
aux confins du nord-est de la Chine. Plus il est établi que les l’évolution fait apparaître des classes
tard, tandis que le train serpente parmi oiseaux sont issus des entières de nouveaux animaux. Le phé-
les usines en béton et les champs de maïs dinosaures théropodes. nomène se produit-il rapidement, à la
embrumés, je tente de récupérer un peu faveur de quelque bizarre innovation de
■■ Les nombreux fossiles
de sommeil, mais je suis trop excité pour rupture ? Ou peu à peu sur plusieurs mil-
de tels dinosaures
y parvenir. Je fais ce long voyage pour lions d’années, à mesure que les formes de
révèlent comment de
voir un extraordinaire fossile découvert lourds monstres vie s’adaptent à de nouvelles conditions
par hasard par un paysan. D’après les terrestres se sont mués environnementales ? Zhenyuanlong et les
bruits qui courent, il est incroyable. en petits animaux fossiles du Liaoning nous éclairent sur ces
Quatre heures passent et me voilà à volants. questions dans le cas des oiseaux.
nouveau en train de marcher dans une
gare : celle de Jinzhou. Je suis à la traîne ■■ Ils indiquent aussi que Élucider l’origine
de Junchang Lü, un célèbre chasseur
de dinosaures de l’Académie chinoise
les plumes ont d’abord
servi à préserver
des oiseaux
des sciences géologiques, qui a sollicité la chaleur du corps De très nombreux traits séparent
mon aide. Un petit groupe de dignitaires et à l’apparat, et que aujourd’hui les oiseaux des autres ani-
nous accueille avant de nous amener la capacité de voler n’est maux. Outre ceux liés au vol, ces orga-
au muséum de la cité, installé dans un venue qu’après. nismes ont un métabolisme élevé, qui leur
bâtiment délabré. Avec un sérieux digne permet une croissance spectaculairement
d’une réunion politique au sommet, rapide ; leurs cerveaux relativement gros
notre groupe emprunte un long couloir les dotent d’une bonne intelligence et de
et pénètre dans une pièce où une plaque sens développés. En réalité, les oiseaux
rocheuse repose sur une petite table. Je sont tellement particuliers que les paléon-
me retrouve face à l’un des plus beaux tologues se sont longtemps interrogés sur
fossiles que j’ai jamais vus : un squelette leur origine.
à peu près grand comme un âne, et d’une C’est le biologiste anglais Thomas
couleur chocolat qui contraste avec le Henry Huxley qui, dans les années 1860,
calcaire gris dans lequel il est enchâssé a proposé une réponse à la question.
(voir la photographie page ci-contre). C’était un ami de Darwin et l’un de ses
L’animal, manifestement un dinosaure, plus fervents soutiens. Quelques années
a des dents ressemblant à des couteaux à seulement après la publication de l’œuvre
viande, des griffes acérées et une longue majeure de Darwin (De l’origine des espèces)
queue. Aucun doute : il s’agit d’un proche en 1859, des carriers bavarois ont découvert
cousin de Velociraptor, ce dangereux pré- qu’une plaque de calcaire qu’ils venaient
dateur popularisé par le film Jurassic Park.
■■ L’AUTEUR de fendre contenait un curieux squelette.
Cependant, le spécimen chinois diffère Stephen BRUSATTE Doté de griffes acérées et d’une longue
notablement de ce dinosaure relativement est paléontologue queue reptilienne, l’animal avait aussi
ordinaire qu’est Velociraptor. Ses os sont à l’université des bras emplumés. Des ailes ? Huxley
d’Édimbourg,
légers et creux ; ses pattes sont longues en Écosse. remarqua que la forme en question – que
et étroites comme celles d’un héron. Son Il étudie l’évolution l’on nomma Archaeopteryx, soit l’« oiseau
corps devait être recouvert de divers types sur de longues échelles archaïque » – ressemblait beaucoup à
de temps de grands groupes
de plumes, notamment sur les bras, où d’animaux tels que les de petits dinosaures carnivores tels que
des pennes de grande taille s’empilaient dinosaures et les oiseaux. Compsognathus, qui commençaient aussi
et formaient des ailes. Ce dinosaure res- à être mis au jour. Il avança donc l’idée,
semblait étonnamment à un oiseau ! radicale en son temps, que les oiseaux
Un an plus tard, Junchang Lü et moi descendaient des dinosaures. Les autres
avons nommé cette nouvelle espèce biologistes n’étaient pas d’accord. Le débat
Zhenyuanlong. Il s’agit du dernier des a duré plus d’une centaine d’années.
nombreux dinosaures à plumes décou- La question fut finalement tranchée
verts au cours des vingt dernières années par la découverte de nouveaux fossiles.
dans la province chinoise du Liaoning. Or Au milieu des années 1960, dans l’ouest
le remarquable registre fossile constitué de l’Amérique du Nord, le paléontologue
par toutes ces découvertes illustre la façon John Ostrom mit au jour Deinonychus, un

56] Paléontologie © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


ZH…NYUANLONG est un dinosaure à plumes découvert à Jinzhou,
en Chine. C’est l’un des nombreux fossiles découverts récemment
qui montrent que les dinosaures théropodes ont longuement évolué
avant que la capacité de voler soit apparue.
Tiré de J. Lü et S. L. Brusatte, Scientific Reports, vol. 5, article 11775, 16 juillet 2015

dinosaure de forme étonnamment proche admirablement bien conservé par l’épaisse dinosauriens, au même titre que les bien
de celle d’un oiseau. Ses longs bras res- couche de cendres volcaniques qui l’avait connus Triceratops et Brontosaurus. Cela
semblent beaucoup à des ailes ; sa struc- enseveli aussi brusquement que le Vésuve peut paraître étonnant, mais on peut se
ture, qui suggère l’agilité, est révélatrice avait fait disparaître Pompéi. Ostrom en dire que les oiseaux sont des dinosaures
d’un animal actif et énergique. Ostrom pleura d’émotion : quelqu’un avait enfin aberrants, car capables de voler, exactement
avança que Deinonychus avait peut-être trouvé son dinosaure à plumes ! de la même façon que les chauves-sou-
des plumes. Après tout, si les oiseaux sont Nommé ensuite Sinosauropteryx, le ris sont des mammifères aberrants parce
issus des dinosaures – ce qu’entre-temps fossile montré par Philip Currie à Ostrom qu’elles volent.
de nombreux paléontologues commen- inaugurait une spectaculaire série de décou- Les fossiles du Liaoning éclairent la
çaient à accepter –, les plumes devaient être vertes. Tels des prospecteurs avides d’or, les généalogie des oiseaux en indiquant à quel
apparues quelque part sur cette trajectoire paléontologues se ruèrent en masse dans niveau leurs lignées apparaissent sur l’arbre
évolutive. Mais Ostrom ne pouvait en le Liaoning et constatèrent que seuls les phylogénétique des dinosaures. Les oiseaux
être sûr, car il ne disposait que des os de paysans locaux savaient où chercher. Deux constituent en effet un clade de dinosaures
l’animal. Les chairs et les parties molles, décennies après la découverte de Sinosau- (un clade est un groupe de taxons (d’espèces)
telles les plumes, ne résistent en effet que ropteryx, plus de 20 espèces de dinosaures partageant un ancêtre commun), qui fait
très rarement à la fossilisation. à plumes ont aujourd’hui été mises au partie du clade des théropodes. Le nom
jour dans cette région de Chine. Ils vont de ces dinosaures carnivores réunit deux
Un dinosaure à duvet de cousins primitifs du Tyrannosaurus rex,
longs de neuf mètres et couverts d’une
racines grecques traduisant l’idée d’« ani-
maux à pieds de bêtes sauvages ». T. rex,
Ostrom prit son mal en patience. Il conti- sorte de pelage en duvet, à des herbivores Allosaurus ou encore Spinosaurus sont des
nua à chercher le Graal paléontologique de la taille d’un chien, hérissés de pointes théropodes, mais du genre massif. Cepen-
qui prouverait sans le moindre doute le comme un porc-épic, en passant par des dant, les théropodes proches des oiseaux
lien entre les dinosaures et les oiseaux : un planeurs de la taille d’un corbeau dotés de constituent un clade d’animaux de petite
squelette de dinosaure ayant conservé des vraies ailes. Ces fossiles de dinosaures à taille particulièrement agiles et intelligents,
traces de plumage. En 1996, alors que sa plumes sont extrêmement célèbres. nommé Maniraptora. Popularisés sous le
carrière tirait à sa fin et qu’il participait au Les dinosaures à plumes du Liaoning terme de raptors dans le film Jurassic Park,
congrès annuel de la Société de paléontolo- le confirment : les oiseaux sont issus des ce clade comprend notamment Velocirap-
gie des vertébrés à New York, Philip Currie dinosaures. Cette phrase est peut-être un tor, Deinonychus (révélé par Ostrom) et
l’aborda. Ce paléontologue, aujourd’hui peu trompeuse, car elle laisse penser que Zhenyuanlong. C’est donc quelque part au
à l’université de l’Alberta, s’intéressait les dinosaures et les oiseaux sont deux sein de cette foule de théropodes à plumes
aussi aux dinosaures aviformes. Il revenait groupes totalement distincts. En réalité, les que se trouve la ligne de démarcation entre
de Chine, où il avait eu vent d’un fossile oiseaux sont des dinosaures ; ils constituent « oiseaux » et « non-oiseaux ».
extraordinaire, dont il rapportait une pho- l’un des nombreux groupes d’animaux Nous disposons aujourd’hui de telle-
tographie. Ostrom y découvrit un petit qui descendent de l’ancêtre commun des ment de dinosaures à plumes du Liaoning
dinosaure entouré d’un halo duveteux, dinosaures. En d’autres termes, ce sont des et d’ailleurs que leur ensemble fournit le

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Paléontologie [57


UN E TRANS FORMATION GRADUE LLE
Les biologistes s’interrogent depuis
longtemps sur la façon dont l’évolution TRIAS JURASSIQUE CRÉTACÉ
produit des groupes d’organismes 252 millions d’années (Ma) 201 Ma 145 Ma
entièrement nouveaux. Le registre fossile
montre que dans le cas des oiseaux
et de leurs ancêtres dinosaures,
ce processus s’est déroulé lentement.
Les traits caractérisant les oiseaux ne se
sont accumulés que très progressivement
et, dans la plupart des cas, dans le cadre
d’adaptations sans rapport avec les fonctions
que ces traits remplissent aujourd’hui.
Archosauria
Posture redressée ;
taux de croissance élevé
Dinosauria
Posture bipède ; jambes longues
et droites ; pattes postérieures
à trois doigts principaux ;
filaments duveteux
Une Saurischia Sinosauropteryx
anatomie Poumon de type avien
distinctive avec sacs aériens
Les oiseaux présentent
une multitude de traits qui Theropoda
les distinguent des autres Os légers, creux ; plumes
animaux actuels. Beaucoup filamenteuses denses,
d’entre eux jouent un rôle plus longues ; bréchet
dans le vol. Les pennes procurent
à l’animal de la portance Maniraptora
et de la poussée. Petites ailes ;
plumes planes ;
Les longs membres supérieurs prosencéphale agrandi
permettent aux plumes Archaeopteryx
Paraves
de couvrir une grande surface. Ailes agrandies ;
avant-bras pouvant
se replier contre le corps Jeholornis

Avialae/Aves (oiseaux)
Bras allongés
Confuciusornithiformes

Sapeornis

Pygostylia
Pygostyle (os de la queue
fusionnés et raccourcis)
Les os de la queue Le gros prosencéphale
fusionnés et raccourcis coordonne le vol et Ornithothoraces
ancrent les plumes contrôle la navigation. Sternum caréné
de la queue.
Le bréchet sert
de ressort durant
le battement des ailes.
Ornithurae
Les poumons « à ventilation Taux de croissance très élevé ;
continue » (en rouge) et les sacs sang chaud
aériens (en bleu) recueillent
plus d’oxygène et allègent
le squelette.
Le sternum caréné
ancre d’énormes muscles
pectoraux.

58] Paléontologie © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


meilleur des aperçus sur l’une des plus remarquables transitions
évolutives de l’histoire de la vie. Pour étudier ces fossiles, les cher-
Extinction massive
cheurs commencent par en réaliser des images tridimensionnelles
CÉNOZOÏQUE par tomographie à rayons X (ou scanner 3D). Ils se livrent ensuite
66 Ma à de savantes analyses informatiques afin de les placer dans des
arbres de parenté. Des programmes de simulation permettent aussi
Mammifères de reconstituer leur biomécanique. Et des techniques statistiques
élaborées aident à retracer l’apparition au cours de l’évolution
de nouveaux traits ou de nouvelles espèces. C’est ainsi que nous
Lézards
sommes parvenus à établir par quelle trajectoire évolutive certains
dinosaures se sont transformés en oiseaux.
Crocodiles
Ces productions cornées
Ornithischiens de la peau que sont les plumes
Au centre de l’énigme de l’apparition des oiseaux figure la ques-
Sauropodes tion de l’origine de ces productions cornées de la peau que sont les
plumes. Celles-ci sont aux oiseaux ce que les cheveux gominés et
les rouflaquettes étaient à Elvis Presley : un signe distinctif incon-
Tyrannosaures tournable ! Au premier coup d’œil sur les longues rémiges d’un
aigle ou sur la queue bariolée d’un paon, nous savons qu’il s’agit
x d’un oiseau. En effet, les oiseaux sont les seuls animaux dotés de
plumes. Des attributs loin d’être anodins : ce sont des outils poly-
valents qui rendent le vol possible, aident à séduire une femelle
Oviraptorosaures ou à intimider un rival, retiennent la chaleur corporelle, isolent et
protègent les œufs pendant la couvaison… Les plumes ont telle-
Dromæosauridés ment d’usages qu’il a été difficile de comprendre quelle a été leur
première fonction sélectionnée par l’évolution.
Grâce à Sinosauropteryx et aux autres fossiles du Liaoning, nous
Troodontidés sommes en tout cas certains d’une chose : les plumes ne sont pas
subitement apparues avec les premiers oiseaux, mais beaucoup plus
tôt, chez leurs lointains ancêtres dinosauriens. Il est même possible
que l’ancêtre commun de tous les dinosaures ait eu quelque sorte
de plumes. Mais les toutes premières plumes différaient beaucoup
des pennes qui nous sont familières chez les oiseaux modernes.
Le plumage de Sinosauropteryx et de nombreux autres dinosaures
ressemblait plutôt à un duvet constitué de milliers de filaments
s
comparables à des poils. Les dinosaures équipés d’un tel plumage
ne pouvaient absolument pas voler : leurs plumes ne s’y prêtaient
pas et ils n’avaient même pas d’ailes. Ces premières plumes ont
été sélectionnées parce qu’elles apportaient probablement un autre
avantage adaptatif : l’isolation thermique.
Énantiornithes
Chez la plupart des dinosaures, un revêtement de téguments
duveteux suffisait. Au sein du clade des théropodes maniraptoriens,
© Illustrations par Portia Sloan Rollings (animaux) et Jen Christiansen (cladogramme)

Vorona un nouveau type de couverture corporelle s’est peu à peu développé :


les filaments se sont d’abord allongés, puis se sont ramifiés – ini-
tialement en touffes, puis de façon de plus en plus ordonnée – de
Hesperornithiformes part et d’autre d’une tige centrale. Une fois les barbes complétées
de barbules selon un réseau plan et régulier, la penne, c’est-à-dire
Ichthyornis
la « plume d’oie » que nous avons tous en tête, était née. Alignées
et disposées en couches sur les bras, ces plumes plus complexes
ont fini par former des ailes. De la taille d’un corbeau, le dinosaure
Neornithes Microraptor du Liaoning décrit en 2003 par Xu Xing, de l’Institut de
paléontologie des vertébrés et de paléoanthropologie de Pékin, avait
aussi des « ailes » sur ses pattes et sa queue, un plan d’organisation
inconnu chez tous les oiseaux modernes (voir l’illustration page 60).
Pourquoi du duvet s’est-il transformé en plumes structurées ?
La première idée qui se présente à l’esprit est que le corps des

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Paléontologie [59


maniraptoriens serait devenu apte à planer, La splendeur manifeste de ces plumes pattes se terminant par trois doigts, l’un des
et la portance associée à leurs membres de dinosaures a donc suggéré une nouvelle traits les plus caractéristiques des oiseaux
aurait favorisé le développement des ailes. hypothèse quant à l’origine des ailes : elles actuels. Le registre fossile montre que ce
Cependant, l’étude attentive du registre auraient été initialement sélectionnées parce trait est apparu il y a plus de 230 millions
fossile suggère une autre trajectoire évolu- qu’elles constituaient un message coloré d’années chez des dinosaures très primi-
tive. Il semble que plusieurs petits animaux bien visible. Peu à peu, certains dinosaures tifs. Cette émergence semble avoir fait
ailés, tel Microraptor, étaient capables de à plumes se seraient ensuite retrouvés partie d’un remodelage général du corps
planer, comme le suggèrent les expériences avec des surfaces suffisamment étendues de certains dinosaures, qui a transformé
en soufflerie et les simulations de Gareth pour créer de la portance aérodynamique. ces derniers en animaux bipèdes courant
Dyke de l’université de Debrecen en Hon- très vite pour distancer des prédateurs
grie. Mais d’autres, tels que Zhenyuanlong, Le vol serait apparu ou rattraper des proies. Cette forme des
avaient un corps lourd doté de petits bras,
et étaient incapables de décoller. En outre,
fortuitement membres inférieurs fait partie des caracté-
ristiques des dinosaures expliquant qu’ils
aucun de ces dinosaures ailés n’était équipé En d’autres termes, la capacité de planer, aient pu régner aussi longtemps.
des énormes muscles pectoraux nécessaires puis de voler, serait apparue fortuite- Chez certains de ces dinosaures – les
au vol. Et peu d’entre eux avaient des ment. Un événement qui a très bien pu tout premiers membres de la dynastie
pennes asymétriques dotées d’un bord se produire à plusieurs reprises et paral- des théropodes –, les clavicules gauche et
d’attaque (celui où le flux d’air aborde la lèlement, quand des maniraptoriens de droite ont fusionné pour constituer une
plume) et d’un bord de fuite (le flux d’air lignées différentes se sont mis à exploiter nouvelle structure, le bréchet. Un chan-
y quitte la plume), capables de résister aux la portance qu’engendraient leurs bras gement apparemment mineur, mais qui a
intenses forces aérodynamiques engen- ailés pour bondir et se percher en hau- stabilisé la ceinture scapulaire (les os qui
drées par le vol. teur, pour sauter d’une branche à l’autre, relient les membres supérieurs à la colonne
Les recherches récentes suggèrent que voire pour s’élancer du haut d’un arbre. vertébrale), ce qui a permis à ces prédateurs
les ailes ont d’abord été des attributs sexuels. Finalement, des membres d’une de ces furtifs de mieux encaisser les contre-chocs
Ainsi, Jakob Winter, de l’université de Bris- lignées ont acquis des traits adaptés au se produisant lors de la saisie des proies.
tol en Angleterre, a réussi à identifier au vol : une plus petite taille, des bras très Les oiseaux, leurs descendants, ont profité
microscope les structures porteuses de pig- allongés, de puissants muscles pectoraux, de la présence du bréchet, puisque celui-
ments, les « mélanosomes », dans les plumes une large queue de plumes qui a remplacé ci se déforme comme un ressort et stocke
fossiles. On a ainsi montré que le plumage leur longue queue. Ce sont eux qui ont de l’énergie dans les battements d’ailes.
des dinosaures non aviens (ne volant pas) donné les oiseaux actuels. Deux autres éléments jouant un rôle
présentait tout un spectre de couleurs. Cer- Les plumes et les ailes s’inscrivent important dans le vol sont la croissance
taines des plumes étaient mêmes iridescentes, dans un cadre bien plus vaste que celui de rapide des oiseaux et leurs os creux. Ces
c’est-à-dire qu’elles changeaient de couleur l’évolution du vol. Les dinosaures si bien traits si caractéristiques des oiseaux ont
selon l’angle d’observation, comme c’est le conservés du Liaoning montrent que de aussi une origine profondément dinosau-
cas chez de nombreux oiseaux actuels. De nombreuses caractéristiques singulières rienne. Beaucoup de dinosaures avaient
tels habits de parade devaient être précieux des oiseaux sont apparues des millions en effet des os creux où se logeaient des
pour séduire une partenaire potentielle. d’années avant les oiseaux et pour des sacs aériens, révélateurs de poumons à
raisons sans rapport circulation continue ultra-efficaces, car
aucun avec le vol. capables de prélever de l’oxygène dans
Il en est ainsi des l’air tant pendant l’inspiration que pen-
longues et minces dant l’expiration. C’est du reste ce type de
poumon qui fournit aux oiseaux l’énergie
nécessaire à leur mode de vie exigeant,
tandis que les vides internes de leurs os
allègent leur squelette pour le vol.
En étudiant la structure microscopique
des os de dinosaures, nous avons appris
que ces premiers théropodes avaient des
vitesses de croissance et des physiolo-
gies intermédiaires entre les reptiles,
à croissance lente et à sang froid, et
les oiseaux d’aujourd’hui, à croissance
rapide et à sang chaud.
© Shutterstock.com/Catmando

Ainsi, on sait maintenant qu’un


poumon « à ventilation continue » et une
MICRORAPTOR, un dinosaure à plumes
du Liaoning, vivait il y a quelque 130 millions croissance rapide sont apparus plus de
d’années. Avec ses plumes sur les membres 100 millions d’années avant les oiseaux, à
inférieurs, il semble avoir quatre ailes. une époque où apparaissaient les premiers

60] Paléontologie © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


dinosaures aux longues jambes, très diffé- d’autres termes les circuits neuronaux
rents des amphibiens, des lézards et des grâce auxquels les oiseaux contrôlent si
crocodiles. Plus rapides que ces animaux bien leurs déplacements dans les trois
avec lesquels ils concourraient, ces boules dimensions. Les chercheurs ignorent
d’énergie ont alors conquis de nouvelles encore pourquoi les maniraptoriens ont
niches écologiques. acquis plus d’intelligence, mais les fos-
La petite taille des oiseaux – qui n’a rien siles montrent clairement que cela s’est
à voir avec celle, massives, de T. rex et com- produit bien avant l’apparition du vol.
pagnie – est elle aussi apparue au sein de Le plan d’organisation des oiseaux s’est
lignées bien antérieures aux oiseaux. Mike donc construit en de nombreuses petites
Lee, de l’université Flinders en Australie, étapes. La transition entre dinosaures et
et Roger Benson, de l’université d’Oxford, oiseaux ne s’est pas produite d’un seul
ont établi indépendamment que la gracilité coup, mais plutôt au cours de dizaines de
et la petite taille des oiseaux sont le résul- millions d’années d’évolution graduelle.
tat d’une réduction progressive, qui a Cette transition a d’ailleurs été si
débuté avec les maniraptoriens et a progressive qu’il n’existe pas de dis-

La gracilité
duré plus de 50 millions d’années. tinction claire entre « oiseaux » et
On ne sait pas exactement ce « non-oiseaux ». C’est ce que j’ai
qui l’a déclenchée, mais une mis en évidence en 2014 pen-

et la petite taille
possibilité serait que le rape- dant ma thèse de doctorat
tissement des dinosaures à (sous la direction de Mark
plumes leur ait donné accès Norell) par des techniques
à de nouvelles niches écolo- statistiques. En plus de ses
giques – arbres, broussailles,
peut-être même grottes ou
des oiseaux sont le résultat 25 ans de recherche dans le
désert de Gobi, Mark Norell a
terriers – inaccessibles aux d’une réduction travaillé avec plusieurs vagues
géants tels que Brontosaurus
et Stegosaurus. progressive, qui a duré plus d’étudiants de troisième cycle
pour établir de façon de plus
On peut également faire
remonter aux dinosaures certains
de 50 millions d’années en plus détaillée les arbres de
parenté des dinosaures.
traits neurologiques et compor- Avec nos collègues Greene
tementaux des oiseaux actuels. De Lloyd, de l’université de Leeds en
nombreuses étapes clés de l’histoire de ces Angleterre, et Steve Wang, du Swarth-
traits ont été découvertes dans le désert de more College, Mark Norell et moi avons
Gobi, en Mongolie. Au cours du dernier compilé les données concernant plus
quart de siècle, une équipe conjointe du de 850 caractéristiques du squelette de
Muséum américain d’histoire naturelle quelque 150 théropodes qui couvrent la
et de l’Académie mongole des sciences, transition dinosaures-oiseaux. Nous avons
dirigée notamment par Mark Norell et par ensuite utilisé les statistiques à variables
Mike Novacek, a rassemblé de nombreux multiples pour placer chaque espèce dans
fossiles significatifs à cet égard. un espace morphologique – une carte
La plupart remontent au Crétacé supé- qui regroupe les espèces en fonction des
rieur, il y a entre 84 millions et 66 millions pourcentages de traits communs.
d’années. Ils livrent un nombre excep- Sur une telle carte, deux espèces très
tionnel de détails sur la vie des dino- semblables anatomiquement se retrouvent
saures et des premiers oiseaux. On trouve très proches l’une de l’autre, comme Paris
notamment toute une série de crânes bien et Créteil sur une carte géographique ; deux
conservés de Velociraptor et d’autres mani- espèces aux squelettes très différents se
raptoriens à plumes. Réalisées par Amy retrouvent loin l’une de l’autre, comme
Balanoff de l’université Stony Brook, les Paris et Strasbourg sur la même carte.
tomographies à rayons X de ces spéci- Si les oiseaux ont évolué par une série
mens révèlent que ces espèces avaient de mutations rapides et spectaculaires
un volumineux cerveau dont la partie à partir de certains dinosaures, alors les
antérieure était étendue. deux groupes auraient dû se retrouver sur
Le gros prosencéphale des oiseaux deux zones distinctes de la carte. Au lieu
est ce qui explique leurs remarquables de cela, l’espace morphologique que nous
capacités cognitives. C’est en son sein avons obtenu s’est révélé beaucoup plus
que se loge l’« ordinateur de vol », en désordonné : les oiseaux s’y trouvaient

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Paléontologie [61


dispersés au milieu d’un grand nuage de le moment, elle est influencée par les
dinosaures. Aucune démarcation nette incessantes et toujours changeantes
n’étant perceptible, on en déduit que la pressions de l’environnement et de la
transition entre oiseaux et dinosaures a compétition. Il n’y a pas eu de moment
été lente au point d’en être imperceptible. où un dinosaure est devenu oiseau, une
Les oiseaux sont donc un groupe par- sorte d’explosion biologique qui aurait
ticulier de dinosaures. Si, il y a quelque transformé un T. rex en poule.
125 millions d’années, je m’étais trouvé La longue évolution qui a abouti aux
en ce lieu qui allait devenir Jinzhou, en oiseaux se compare davantage à une épopée
train d‘observer Zhenyuanlong battre qu’à une rupture. Il en va de même pour
frénétiquement des ailes pour essayer le long processus qui a conduit de certains
d’échapper au nuage de cendres volca- poissons à quatre nageoires aux tétrapodes
niques qui allait l’ensevelir, il m’aurait (à quatre membres) terrestres que nous
fait l’impression d’un grand oiseau. sommes. Dotés de doigts, les tétrapodes
Dans le même temps, j’aurais pensé ont donné des formes aussi différentes
que dinosaures et oiseaux sont en gros des que les mammifères terrestres, dont cer-
animaux du même type. Le fait que l’on tains se sont transformés en baleines, et
classe Zhenyuanlong parmi les dinosaures les primates arboricoles, dont certains se
et non parmi les oiseaux est affaire de sont transformés en humains bipèdes.
convention : pour les paléontologues, les Plus les chercheurs en apprennent sur les
oiseaux font traditionnellement partie du transitions évolutives majeures, plus ils
clade de l’Archaeopteryx de Huxley – en concluent qu’elles n’ont rien d’un sprint
d’autres termes, de petits animaux dotés et tout du marathon.
d’ailes pleinement évoluées et aptes au
vol. Puisque les dromæosauridés, dont L’évolution des oiseaux,
fait partie Zhenyuanlong, occupent une
branche extérieure de l’arbre de parenté
une longue saga
des oiseaux, on tend à penser qu’ils n’en L’évolution des oiseaux est donc une
font pas partie. saga, dont un aspect supplémentaire
Nous ne devrions cependant pas sous- mérite d’être mentionné. L’étude statis-
estimer les oiseaux. Oui, ce sont bien des tique que nous avons effectuée pourrait ■■ BIBLIOGRAPHIE
dinosaures ; non, ils ne constituent pas aussi expliquer comment les oiseaux ont
J. Lü et S. L. Brusatte,
une classe à part. Toutefois, ce sont des survécu à l’extinction de masse qui a A large, short-armed, winged
dinosaures remarquables, et ils ont adopté emporté tous les dinosaures, sauf eux, dromaeosaurid (Dinosauria:
un mode de vie qui les a fait prospérer. Les à la fin du Crétacé. Une partie de notre Theropoda) from the early
quelque 10 000 espèces actuelles d’oiseaux travail a consisté à mesurer la vitesse à Cretaceous of China and
its implications for feather
représentent en effet une spectaculaire laquelle les caractéristiques du squelette evolution, Scientific Reports,
diversité de formes, qui va des oiseaux- des oiseaux et de leurs cousins dinosaures vol. 5, article 11775, 2015.
mouches aux autruches. Qui plus est, ont changé, ce qui est un reflet de leur S. L. Brusatte et al., Gradual
les oiseaux ont été capables de survivre vitalité évolutive. assembly of avian body plan
aux catastrophes de la fin de Crétacé, il Les résultats nous ont plus que surpris : culminated in rapid rates
y a quelque 66 millions d’années, ce qui les premiers oiseaux qui côtoyaient les of evolution across the
dinosaur-bird transition,
n’a pas été le cas des autres dinosaures. autres dinosaures évoluaient extrême- Current Biology, vol. 24(20),
Il est fascinant de penser que, bien ment vite, nettement plus que Velociraptor, pp. 2386-2392, 2014.
avant les oiseaux, un grand nombre de Zhenyuanlong et les autres espèces de R. Prum et A. Brush,
sélections et d’adaptations ont été à l’œuvre dinosaures non aviens. Il semble qu’avec Les plumes de dinosaures,
des dizaines de millions d’années durant, l’apparition du premier petit dinosaure Dossier Pour la Science n° 48,
dont sont issus les théropodes non aviens, capable de voler, un énorme potentiel juillet-septembre 2005.
puis les théropodes aviens (les oiseaux). Si évolutif s’est débloqué. Désormais, les
quelqu’un parmi nous avait pu être témoin dinosaures se déplaçant dans les trois
de ce long processus évolutif, il n’aurait dimensions de l’espace avaient accès à
pas vu venir le fait que l’accumulation une myriade de nouvelles niches écolo-
de traits aidant ces dinosaures à garder giques. Et alors que leurs cousins terrestres
la chaleur de leur corps ou à attirer un n’ont pu faire face aux catastrophes de la
partenaire sexuel conduirait un jour à fin du Crétacé, les oiseaux ont traversé
des organismes volants. en volant les régions ravagées – et ont
L’évolution n’a pas d’objectif ; elle trouvé tout un nouveau monde, vidé de
n’agit que sur ce qui est disponible sur ses anciens habitants, à conquérir. n

62] Paléontologie © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


Abonnez-vous à

Plus de

24% OFFRE DÉCOUVERTE


de réduction

12 nos par an

4 SEULEMENT
,90€
PAR MOIS

BULLETIN D’ABONNEMENT
À renvoyer accompagné de votre règlement à : Pour la Science - Service abonnements - 19 rue de l’industrie - BP 90 053 - 67 402 Illkirch cedex

PAS475

qO
 UI, je m’abonne à Pour la Science formule Découverte. MANDAT DE PRÉLÈVEMENT SEPA En signant ce mandat SEPA, j’autorise Pour la Science à transmettre
des instructions à ma banque pour le prélèvement de mon abonnement dès réception de mon bulletin. Je bénéficie
Je règle par prélèvement automatique de 4,90€ par mois et d’un droit de rétractation dans la limite de 8 semaines suivant le premier prélèvement. Plus d’informations auprès
de mon établissement bancaire.
je complète l’autorisation ci-contre. J’économise 24% par mois.
TYPE DE PAIEMENT : PAIEMENT RÉCURRENT
(DPV4E90)
Titulaire du compte
MES COORDONNÉES Nom :
Nom : Adresse :
Prénom :  Code postal Ville :
Adresse :  Désignation du compte à débiter
BIC (Identification internationale de la banque)
Code postal IBAN
(Numéro d’identification international du compte bancaire)

Ville : Établissement teneur du compte


Tél. Pour le suivi client (facultatif) : Nom :
Adresse :
E-mail obligatoire :
Code postal Ville :
@
Date et signature Organisme Créancier : Pour la Science
J’accepte de recevoir les informations de Pour la Science q OUI q NON 170 bis, bd. du Montparnasse – 75014 Paris
et de ses partenaires q OUI q NON N° ICS FR92ZZZ426900
Délai de livraison: dans le mois suivant l’enregistrement de votre règlement. Offre réservée aux nouveaux abonnés, N° de référence unique de mandat (RUM)
valable jusqu’au 31/08/2017 en France métropolitaine uniquement. Pour un abonnement à l’étranger, merci de
consulter notre site www.pourlascience.fr. Conformément à la loi “Informatique et libertés” du 6 janvier 1978, vous
disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant en adressant un courrier à Pour la Science.
Votre abonnement en prélèvement est reconduit automatiquement et peut être interrompu par simple lettre. Joindre un RIB Partie réservée au service abonnement. Ne rien inscrire

GROUPE POUR LA SCIENCE - Siège social : 170 bis, boulevard du Montparnasse, CS20012, 75680 Paris cedex 14 - Sarl au capital de 32 000€ - RCS Paris B 311 797 393 - Siret : 311 797 393 000 15 - APE 58.14 Z
Génétique

Le paradoxe de
Huntington
Chiara Zuccato et Elena Cattaneo

Le gène à l’origine de la maladie de Huntington, une maladie


neurodégénérative dévastatrice, a joué un rôle crucial
dans l’évolution de notre système nerveux.

I
l y a quinze ans, les assureurs britan- « danse » saccadée. Peu à peu, les fonctions
niques ont convenu de renoncer à utiliser corporelles ralentiront jusqu’à l’immobilité
des informations génétiques comme L’ E S S E N T I E L complète et la mort.
critères d’éligibilité à une assurance-vie. La répétition excessive
■■
Depuis longtemps, les chercheurs ont
Leur moratoire, qui expire l’année pro- d’une séquence dans compris que la maladie résulte d’une ano-
chaine, prévoit cependant une exception un certain gène déclenche malie dans un gène, nommé hd en français
notable. Ils ont la possibilité de prendre la maladie de Huntington. (de l’anglais Huntington disease). Tous les
en compte une anomalie génétique dans humains portent le gène hd, lequel joue
leurs textes : celle responsable de la chorée ■■ On vient de reconstituer un rôle essentiel dans le développement
de Huntington, plus connue sous le nom l’évolution de ce gène. prénatal du système nerveux. Mais ce gène
de maladie de Huntington. En France, la varie d’une personne à l’autre et, selon la
loi interdit la pratique de la discrimination ■■ La maladie serait un version que l’on porte, on développe la
génétique par les assureurs, mais avec le fort sous-produit indésirable maladie ou non.
développement de la médecine prédictive, d’un processus utile :
il n’est pas exclu que la situation évolue une répétition de
séquences favorisant
Au-delà de 35 répétitions
un jour… Or la maladie de Huntington
se prête bien à cette forme de ségrégation,
le développement dans le gène
du système nerveux
car même si elle reste longtemps asympto- Une portion du gène contient un motif
au fil de l’évolution.
matique, la présence de l’anomalie géné- constitué de trois nucléotides (les briques
tique chez quelqu’un permet de prédire ■■ Dans les lignées de l’ADN) – le triplet C-A-G – répété plu-
une issue fatale avec beaucoup plus de affectées, l’ampleur sieurs fois. Chez les personnes saines, le
certitude que s’il s’agissait d’un fumeur de ces répétitions tend triplet est répété entre 9 et 35 fois ; si les
ou d’un motocycliste… à augmenter d’une répétitions sont plus nombreuses, le sujet
Un porteur du gène défectueux déve- génération à la suivante. développera la maladie. Une seule copie
loppera des troubles de l’humeur et de défectueuse du gène sur les deux héritées
la mémoire parfois dès la fleur de l’âge, ■■ Cela finit par déclencher des parents suffit à entraîner la maladie.
mais le plus souvent entre 30 et 50 ans. les symptômes de la Tout enfant d’un parent porteur d’un
Ensuite, ses symptômes s’aggraveront maladie, notamment les gène hd défectueux a donc une chance
et se diversifieront, prenant la forme de mouvements incontrôlés sur deux d’être porteur lui aussi. Environ
© Andrea Ucini

spasmes, de mouvements incontrôlables qui la caractérisent. 5 à 7 personnes sur 100 000 sont concer-
et d’une démarche hésitante évoquant une nées par cette maladie héréditaire dans

64] Génétique © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Génétique [65
les pays occidentaux selon l’Organisation
mondiale de la santé. En France, 18 000 L’évolution du système nerveux en accéléré

D
personnes sont dans ce cas, dont environ
e récentes expériences ont révélé que la gène hd est apte à contri-
6 000 ont déjà les symptômes.
répétition de triplets C-A-G dans le gène hd buer à la formation du
Les chercheurs savent aussi que les système nerveux.
symptômes de la maladie de Huntington influence la manière dont le système nerveux
Les gènes hd des espèces
découlent de la mort de neurones dans le évolue chez les vertébrés : un plus grand nombre de les moins complexes, telle
cortex et dans le striatum – des régions du triplets permet un développement plus élaboré. l’amibe, ne produisent pas
cerveau qui contrôlent les mouvements du de rosettes. La première
corps et les fonctions cognitives supérieures. Nos recherches ont porté rosettes : il permet aux structure reconnaissable,
En conséquence, la plupart des recherches sur les effets de ce gène sur cellules qui les constituent bien qu’incomplète, corres-
entreprises sur la maladie visent à com- les rosettes neurales, des d’adhérer les unes aux pond à l’insertion d’un
prendre comment elle détruit les neurones structures qui se forment autres. De fait, des cellules gène hd d’amphioxus. En
et à développer des moyens thérapeutiques dans les cultures de cellules souches privées d’un général, les gènes conte-
pour contrecarrer ce processus. embryonnaires. Nous avons gène hd sain ne forment nant plus de triplets C-A-G
étudié la formation de pas de rosettes : en l’ab- donnaient des rosettes
Le gène existe aussi rosettes en utilisant des sence du gène sain, une mieux formées, plus

chez l’amibe cellules souches prélevées


chez de jeunes embryons
enzyme coupe la protéine
responsable de l’adhésion
grandes et dotées d’une
plus grande cavité centrale
Comme nombre d’autres, notre laboratoire de souris, donc des cellules à la surface des cellules, ce (l’équivalent de l’intérieur
consacre beaucoup d’énergie à de telles ayant la capacité de se diffé- qui les empêche de se lier. du tube neural). Le gène hd
recherches. Il y a quelques années, elles ont rencier en d’autres types Lorsque le gène est de poisson induit la forma-
amené plusieurs d’entre nous à s’interroger cellulaires. Traitées avec des restauré, des rosettes tion de belles rosettes (des
sur la persistance des versions patholo- molécules connues pour commencent à se former. structures plus grandes,
orchestrer le développe- Nous nous sommes composées de cellules
giques du gène hd au fil des générations.
ment du système nerveux, ensuite demandé ce qui arri- beaucoup plus nombreuses
Pourquoi n’ont-elles pas été éliminées par la
de telles cellules se muent verait si nous supprimions le que celles produites avec
sélection naturelle ? La toxicité du gène hd
en cellules neuroépithéliales gène original le gène de l’amphioxus).
étant associée à une répétition excessive du
formant un motif de fleur de la cellule souche de Le gène humain, qui a
triplet C-A-G, cette répétition conférerait-
autour d’une cavité souris et le remplacions par le plus grand nombre
elle un avantage évolutif tant qu’elle n’est centrale : une rosette un gène hd d’amibe (sans de triplets, a produit les
pas excessive ? Les personnes atteintes de neurale. Ces structures triplet C-A-G), d’amphioxus meilleurs résultats.
la maladie savent bien que la réponse à imitent le développement (avec deux triplets), de pois- Ces rosettes de plus en
cette question ne les guérira pas, mais elles du tube neural chez l’em- son (quatre triplets) et d’hu- plus structurées d’une
veulent aussi en savoir plus. bryon – la structure qui main (quinze triplets). Les espèce à l’autre résument
Récemment, les recherches sur cette donnera le système différences qui apparaissent en quelque sorte les trans-
énigme ont fourni des informations éton- nerveux. alors dans le développe- formations que le système
nantes sur le rôle du gène hd dans le déve- Nous avons d’abord ment des rosettes suggèrent nerveux a pu subir au cours
loppement du système nerveux des humains montré que le gène hd que, d’une espèce à l’autre, de milliards d’années
et d’autres organismes : la répétition du joue un rôle important plus le nombre de répéti- d’évolution.
triplet C-A-G favorise le développement dans la formation des tions est important, plus le — C. Z. et E. C.
de certaines fonctions neurologiques, du
moins dans la limite du seuil de déclenche- LES ROSETTES neurales
ment de la maladie. En ce sens, la maladie sont des structures en
de Huntington ne serait pas tant un défaut forme de fleur qui
génétique qu’un sous-produit indésirable apparaissent quand des
d’un processus favorisant le développe- cellules souches
ment du cerveau au fil de l’évolution. Une embryonnaires se
différencient en cellules
© E. Abranches et al., Plos One, vol. 4(7), e6286, juillet 2009

modification génétique qui améliorerait du système nerveux.


nos fonctions cognitives, mais qui aurait Elles servent de modèle
des conséquences tragiques lorsqu’elle pour étudier le dévelop-
prend trop d’ampleur : tel est le paradoxe pement du système
de la maladie de Huntington. nerveux, et ont permis
aux auteures d’étudier
Pour parvenir à cette conclusion, les
l’impact du gène hd sur
chercheurs ont dû remonter aux ancêtres ce développement chez
communs des humains et d’amibes nom- différentes espèces.
mées Dictyostelium discoideum. Les amibes 50 m
sont des organismes unicellulaires euca-
ryotes (des cellules à noyaux) dont le registre

66] Génétique © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


fossile atteste l’existence il y a 750 millions nous avons mis en évidence que la version
d’années au moins. Les formes primitives de Dictyostelium du gène hd protège des
de vie dont descendent à la fois les humains cellules mammifères contre des stimuli
et les amibes ont vécu entre le Paléopro- qui déclenchent la mort cellulaire.
térozoïque et le Mésoprotérozoïque, il y L’apparition des amibes a précédé de
a plus d’un milliard d’années, et ont été loin la séparation, il y a plus de 540 mil-
les premiers organismes à porter un gène lions d’années, des eumétazoaires (c’est-à-
hd, même s’il était un peu différent du dire tous les animaux sauf les éponges et
gène humain. autres placozoaires) en deux branches :
Aujourd’hui, des amibes les protostomiens, qui comprennent
D. discoideum vivent dans la
terre et les feuilles mortes Plus le système les arthropodes (insectes, crustacés,
tardigrades…) et les mollusques ;
du sol forestier, où elles se
nourrissent de bactéries.
En 2009, les données
nerveux de l’animal et les deutérostomiens, qui ont
donné les premiers vertébrés – les
poissons, oiseaux, amphibiens,
génétiques engrangées
ont permis à l’équipe de
est élaboré, reptiles, mammifères, primates
et les humains modernes. Seuls
Miguel Andrade-Navarro, les deutérostomiens présentent
du centre Max-Delbrück
de médecine moléculaire, à
plus les répétitions des répétitions du triplet C-A-G
dans la région du gène où se
Berlin, de mettre en évidence dans le gène trouve la mutation à l’origine de
l’existence d’un gène hd chez
ces amibes. Les chercheurs ont sont nombreuses la maladie de Huntington humaine
(voir la figure pages suivantes).
constaté qu’une différence entre En 2008, nous avons montré que
ce gène et le gène humain est qu’il le gène hd a commencé à acquérir des
ne comporte pas de triplet C-A-G. Pour triplets C-A-G dans une branche ancienne de
autant, il s’est révélé jouer un rôle déter- deutérostomiens, les échinodermes (l’oursin
minant dans une étape clé de la vie de Strongylocentrotus purpuratus, par exemple).
D. discoideum : il permet aux amibes indi- En collaboration avec des bio-informati-
viduelles de se joindre à d’autres pour ciens de l’université de Milan, nous avons
former une entité pluricellulaire nommée déchiffré la séquence d’ADN du gène hd
pseudoplasmodium. ■■ LES AUTEURES de l’oursin et identifié deux triplets C-A-G
En 2011, Michael Myre et James Gusella, dans la partie initiale du gène.
de l’hôpital général du Massachusetts, La séquence d’ADN de cet organisme
aux États-Unis, ont montré que le gène est cependant différente de la séquence
régule plusieurs processus cellulaires vitaux humaine. Même si les oursins ont un sys-
de ces amibes, dont le passage au stade tème nerveux primitif, le gène est surtout
pluricellulaire. Privées du gène hd, des exprimé au sein de tissus non neuronaux.
cellules isolées se déplacent difficilement Chiara ZUCCATO et Elena CATTANEO Son absence du système nerveux suggère
sont professeures
et sont incapables de s’agréger à d’autres. de pharmacologie au département qu’au départ, le gène hd et ses deux triplets
Une fois constituée, cette société d’amibes de biosciences de l’université C-A-G n’ont pas joué de rôle important
résiste mieux à une pénurie alimentaire de Milan, en Italie. dans le système nerveux. La recherche sur
ou à un environnement difficile qu’un les triplets C-A-G chez des protostomiens
individu isolé. n’en est encore qu’aux premiers stades,
mais il est clair qu’ils étaient rares (les
À la recherche des abeilles ne présentent par exemple qu’un
seul triplet C-A-G). Dans la plupart des
premières répétitions cas, les gènes de ces lignées animales ne
comportent qu’un seul triplet C-A-G.
En fait, le gène hd remplit de nombreuses À la fin des années 2000, notre labo-
fonctions dans la vie des amibes. Une ratoire a séquencé les gènes hd d’autres
équipe de l’université Johns Hopkins, à deutérostomiens. La séquence la plus
Baltimore, aux États-Unis, a montré que surprenante fut celle de l’amphioxus,
ce gène contrôle à quel moment ces orga- un organisme de la famille des Céphalo-
nismes se reproduisent et qu’il régule leur chordés, que nous avons étudié avec
réponse aux stimuli environnementaux l’équipe de Mario Pestarinos, de l’uni-
les incitant à se rapprocher de ressources versité de Gênes. La biologie de ce petit
alimentaires. Et, dans notre laboratoire, animal marin ressemblant à un poisson

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Génétique [67


PE TIT E G É NÉ ALOGIE DU GÈ NE HD
Qu’avons-nous en commun avec l’humble amibe ? Notamment le gène hd, transmis par notre ancêtre
commun il y a plus d’un milliard d’années. Chez l’humain, quand ce gène porte dans sa séquence
une répétition excessive d’un motif – le triplet de nucléotides C-A-G –, il déclenche la maladie Abeille
de Huntington. Or, au cours de l’histoire de la vie, le gène hd semble avoir joué un rôle dans Le gène HD favoriserait
le développement du système nerveux, puis dans la formation de systèmes nerveux complexes. l’organisation sociale
L’arbre de la vie révèle ainsi que les rôles biologiques qu’il a joués se sont multipliés à mesure – un rôle à confirmer
que les triplets C-A-G se répétaient dans sa séquence au fil des centaines de millions d’années
d’évolution de la vie.
Amibe
Céphalochordés
Cet organisme
unicellulaire est
porteur
du gène HD

Drosophile Chordés
Protostomiens Le gène HD régule
la division
Arthropodes cellulaire au cours
de la reproduction
Vertébrés

Oursin
Le gène HD est présent
dans les tissus
neuronaux
Deutérostomiens

Gène HD (Huntington
Disease) Chaque triplet
C-A-G est noté Échinodermes
par un point
rouge

Triplet C-A-G

Le gène HD ne contient pas de triplet C-A-G Apparition des triplets C-A-G

marque un tournant dans l’évolution du Les chercheurs ont alors étudié les creuse, le tube neural, qui se forme chez
développement du système nerveux : une génomes de vertébrés. Ils se sont ainsi l’embryon puis se développe en cerveau.
structure neurale polarisée s’étend de aperçus que plus le système nerveux de En 1997, l’équipe de Marcy MacDonald,
l’avant à l’arrière de l’animal. L’avant de l’animal était élaboré, plus les répétitions de l’hôpital général du Massachusetts, a
cette structure s’est différencié en une sorte de triplets C-A-G étaient nombreuses – le découvert que le gène hd intervient dans
de petit sac, que l’on interprète comme nombre maximal étant atteint chez les la formation du tube neural. Une avancée
un précurseur du cerveau. humains. Ce constat est le fruit de l’exa- que notre équipe a confirmée et étendue
Comme chez les oursins, la séquence men d’espèces plus ou moins proches de en 2012 en montrant que le gène contribue
du gène hd de l’amphioxus porte deux l’humain, telles que les bovins (15 triplets), in vitro au développement d’une structure
triplets C-A-G voisins. Mais cette fois, la les cochons (12), les chiens (10), les souris (7) ressemblant à un tube neural.
séquence de nucléotides qui encadre la et les opossums (6). Le nombre de triplets Entre-temps, d’autres lignes de
paire est similaire à celle des vertébrés, varie aussi d’un individu à l’autre au sein de recherche ont révélé un autre rôle de la
y compris l’homme ; en outre, la protéine diverses espèces, notamment les primates. répétition des triplets C-A-G : améliorer la
codée par ce gène se trouve essentiellement L’apparition des vertébrés marque le cognition ! Ces découvertes découlent en
dans le tissu neuronal, suggérant que cette début d’un nouveau chapitre de l’évolu- partie des efforts lancés dans les années
différence a contribué à la formation du tion du système nerveux. Leur cerveau 1970 pour identifier le gène responsable
cerveau primitif. se développe à partir d’une structure de la maladie de Huntington. En 1993, la

68] Génétique © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


que la glutamine, l’acide aminé codé par
le triplet C-A-G, favorise les liaisons avec
d’autres protéines. Après ces découvertes,
Humain cependant, les recherches sur la fonction des
Amphioxus
répétitions non pathologiques de triplets
Le gène HD induit la De 8 à 35 triplets C-A-G se sont arrêtées. À l’époque, ces motifs et
formation d’un sac primitif,
précurseur du cerveau d’autres séquences étaient vus comme de
l’« ADN poubelle », a priori sans fonction.
Entre 8 et 35 triplets C-A-G Mais en 2008, John Fondon, qui tra-
augmentent le volume de
matière grise dans une aire vaille désormais à l’université du Texas,
cérébrale ; la maladie à Arlington, ainsi que David King, de
de Huntington n’apparaît
qu’à partir de 36 triplets l’université du Sud de l’Illinois, à Car-
bondale, ont relancé l’idée que le triplet
interviendrait dans le développement et
l’évolution du système nerveux, et que sa
répétition dans le cerveau y améliorerait
la cognition et les aptitudes aux relations
sexuelles et à d’autres interactions sociales.
Singe
Primates
Plus de triplets,
Mammifères
La longueur de la séquence
de triplets C-A-G varie d’un
plus de matière grise
individu à l’autre comme Des preuves expérimentales obtenues
chez les humains
Poisson-zèbre depuis appuient ces hypothèses : ainsi,
Le gène HD produit selon une étude menée en Colombie Bri-
une molécule qui protège tannique, 1 individu sur 17 porte une
les cellules du cerveau copie « intermédiaire », c’est-à-dire une
version du gène hd contenant entre 27
Souris et 35 répétitions du triplet – un nombre
Le gène HD joue un rôle élevé sans être pathologique. Une telle
vital dans le développement personne aura tendance à avoir plus de
et la protection des cellules neurones dans le pallidum dorsal, une
du cerveau
région du cerveau qui gouverne la pla-
© Graphic by Amanda Montañez

nification et le contrôle des mouvements


et intervient dans des processus cognitifs
supérieurs. En étudiant des neurones en
Les triplets C-A-G jouent un rôle dans La répétition de triplets C-A-G joue un rôle essentiel culture, notre laboratoire a aussi montré
l’évolution du système nerveux dans les fonctions cognitives et l’évolution du cerveau qu’un nombre élevé de triplets conduit à
des pseudo-systèmes nerveux plus élaborés
(voir l’encadré page 66).
En fait, les porteurs asymptomatiques
généticienne Nancy Wexler et les 57 autres du gène hd défectueux présentent aussi un
chercheurs d’une collaboration internatio- fonctionnement cognitif de haut niveau.
nale, le Groupe de recherche collaborative En 2012, Carsten Saft et Christian Beste,
sur la maladie de Huntington, ont isolé le de l’université de la Ruhr, à Bochum, en
gène hd humain sur le chromosome 4 et Allemagne, ont constaté que de telles per-
l’ont séquencé. Le groupe a ainsi ouvert sonnes avaient, dans certains tests visuels
la voie à la découverte du seuil fatidique ou sensoriels, de meilleures performances
de 36 répétitions de triplets C-A-G à partir que des sujets non porteurs.
duquel la maladie se déclenche. Des recherches ont aussi exploré les
Un an après, David Rubinsztein, un fonctions spécifiques du gène hd dans le
généticien de l’université de Cambridge, cerveau. Toujours avec des neurones en
a publié un travail suggérant que, chez les culture, nous avons découvert que le gène
personnes saines, la région du gène portant non défectueux rend les neurones plus
la répétition des triplets tend à s’allonger robustes et plus résistants au stress. Inver-
lors la transmission aux descendants. Et sement, d’autres biologistes ont montré
la même année, le Prix Nobel Max Perutz, que l’inactivation du gène dans le cerveau
de l’université de Cambridge, a montré de souris induit la mort des cellules et

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Génétique [69


Huntington, maladie du cerveau en développement

D
e plus en plus de données suggèrent qu’un (aptes à en engendrer d’autres). défauts du développement corti-
développement anormal du cerveau contribue Ces dernières produisent ensuite cal persistent à l’âge adulte et
des neurones qui migrent de la modifient la morphologie
à la maladie de Huntington.
partie interne vers la partie neuronale.
C’est en général à l’âge adulte embryonnaire et y joue un rôle externe du cortex, selon un Ainsi, malgré le fait que la mala-
que la maladie de Huntington essentiel. La preuve la plus processus finement régulé qui die de Huntington se manifeste
se manifeste par une combinai- marquante de ce fait majeur est aboutit à l’assemblage des six tardivement, elle affecte le
son de symptômes psychia- très vite apparue après la couches de neurones formant le développement même du
triques, cognitifs et moteurs. Sur découverte du gène codant la cortex mature. Notre équipe a cerveau. Une autre équipe a
le plan tissulaire (histopatholo- huntingtine – le gène hd –, montré que la huntingtine joue montré de son côté que si l’on
gique), elle se caractérise par la lorsque plusieurs laboratoires un rôle important dans le main- restreint chez la souris l’expres-
dégénérescence de neurones du ont montré qu’en son absence, tien de la réserve de progéniteurs sion de la huntingtine mutante
cerveau, en particulier ceux du les souris meurent in utero. corticaux, car elle régule leur à la période embryonnaire, alors
striatum et du cortex. Cette Depuis, plusieurs études ont division cellulaire. Elle est aussi certaines signatures de la mala-
couche cérébrale, la plus confirmé l’importance de cette nécessaire à la migration des die apparaissent chez l’adulte.
externe du cerveau, joue un rôle protéine pendant le développe- neurones nouvellement engen- Et chez les humains ? Les consta-
essentiel dans de nombreuses ment des différentes régions drés. Lorsque la huntingtine tations faites chez la souris
fonctions sensorielles, motrices cérébrales. C’est pourquoi notre contient la mutation responsable invitent à penser que des défauts
et cognitives... Le fait que la équipe s’est penchée sur le rôle de la maladie de Huntington, ces dans le développement du
maladie apparaisse la plupart précis de la huntingtine pendant mécanismes – division cellulaire cerveau sont à la base de
du temps entre 30 et 50 ans et le développement cortical. En des progéniteurs puis migration certaines manifestations
que l’on observe une mort effet, dans la maladie de des nouveaux neurones – sont cliniques. On peut aussi imagi-
importante des neurones Huntington, les connexions altérés. Ainsi, dans les modèles ner que des compensations se
adultes explique que, dans leur entre neurones au sein du cortex murins (sur souris) de la maladie mettent en place pour contre-
lutte pour comprendre la mala- et du cortex vers le striatum sont de Huntington, on constate non carrer ces anomalies développe-
die de Huntington, les cher- déficientes précocement. En seulement que le nombre de mentales. L’étude de ces aspects
cheurs se soient concentrés sur outre, les neurones corticaux cellules progénitrices diminue, permettra d’avancer notre
les neurones adultes et les fonc- dégénèrent à l’âge adulte… mais aussi que leur migration est connaissance de cette patholo-
tions toxiques qu’y exerce la Comment se développe le perturbée : elles ne migrent pas gie, connaissance indispensable
protéine mutée impliquée dans cortex ? Au début, il est constitué toutes correctement jusqu’à la pour en trouver le remède.
la maladie, la huntingtine. d’une seule couche de cellules couche corticale qu’elles
––Sandrine Humbert
Cependant, cette protéine est qui se multiplient, amplifiant la atteignent habituellement. Nous Inserm, Grenoble institut des
produite dès le développement réserve de cellules progénitrices avons aussi établi que ces neurosciences (GIN), Grenoble

l’apparition de symptômes neurologiques a sans doute contribué de façon cruciale


similaires à ceux observés chez des souris à notre évolution le jour où il a acquis
porteuses du gène défectueux. Nous avons son motif répété extensible. Toutefois,
aussi montré que le gène hd stimule la cette tendance à s’étendre a aussi apporté
production d’une protéine – le facteur une maladie dévastatrice. Les énigmes ■■ BIBLIOGRAPHIE
neurotrophique dérivé du cerveau – qui liées à la répétition de segments dans le V. Lo Sardo et al.,
favorise la formation des circuits cérébraux code génétique occuperont sans doute An evolutionary recent
et la transmission des signaux nerveux. beaucoup les chercheurs au cours des neuroepithelial cell adhesion
function of huntingtin
Plus important peut-être, c’est durant années à venir. Nous devons mieux com- implicates ADAM10-Ncadherin,
les premiers stades du développement prendre pourquoi la longueur du gène Nature Neuroscience, vol. 15,
embryonnaire que le gène hd est le plus hd varie autant. Quelles modifications pp. 713-721, 2012.
actif. Sans lui, nous ne serions tout sim- interviennent dans le cerveau quand le C. Zuccato et al., Molecular
plement pas nés ! Il joue un rôle dès la nombre de triplets C-A-G répétés dépasse mechanisms and potential
gastrulation, c’est-à-dire le stade du son seuil fatal ? Pourquoi ce seuil est-il therapeutical targets
in Huntington’s disease,
développement embryonnaire à partir de 36 ? Le gène hd est à la fois un fléau Physiological Reviews,
duquel se développent les principaux et une bénédiction. Le comprendre soula- vol. 90(3), pp.905-981, 2010.
tissus du corps. Par la suite, il régule la gera quelque peu les malades, puisqu’ils
S. Humbert, Maladie
formation de nouveaux neurones et les sauront que leur injuste maladie n’est pas de Huntington : Pourquoi
aide à s’interconnecter. un défaut, mais plutôt l’exagération d’un les neurones meurent-ils ?,
En dépit des progrès accomplis, le para- des processus clés qui ont fait de nous ce Pour la Science n° 383,
septembre 2009.
doxe de Huntington persiste. Le gène hd que nous sommes. n

70] Génétique © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


OFFRE ABONNEZ-VOUS
DÉCOUVERTE À

1 AN - 12 Nos
24%
59E d’économie

2 ANS - 24 Nos
29%
110E d’économie

3 ANS - 36 Nos
32%
159E d’économie

BULLETIN D’ABONNEMENT
À renvoyer accompagné de votre règlement à : Pour la Science - Service abonnements - 19 rue de l’industrie - BP 90 053 - 67 402 Illkirch cedex

qO
 UI, je m’abonne à Pour la Science en formule Découverte :
PAS475B

q 1 an • 12 numéros • 59? au lieu de 78,50 ? (D1A59E)


q 2 ans • 24 numéros • 110 ? au lieu de 157 ? (D2A110E)
q 3 ans • 36 numéros • 159 ? au lieu de 235,50 ? (D3A159E)

MES COORDONNÉES MON MODE DE RÈGLEMENT


Nom : q Par chèque à l’ordre de Pour la Science
Prénom : q Par carte bancaire
Adresse : N°
Date d’expiration Clé
Code postal : Signature obligatoire
Ville :
Tél. :
Pour le suivi client (facultatif)

Mon e-mail pour recevoir la newsletter Pour la Science (à remplir en majuscule). @


Grâce à votre email nous pourrons vous contacter si besoin pour le suivi de votre abonnement. À réception de votre bulletin, comptez 5 semaines pour recevoir votre n° d’abonné. Passé ce délai, merci d’en faire la demande à pourlascience@abopress.fr

J’accepte de recevoir les informations de Pour la Science q OUI q NON et de ses partenaires q OUI q NON
Délai de livraison: dans le mois suivant l’enregistrement de votre règlement. Offre réservée aux nouveaux abonnés, valable jusqu’au 31/08/17 en France métropolitaine uniquement. Pour un abonnement à l’étranger, merci de consulter notre site www.pourlascience.fr. Conformément à la loi “Informatique
et libertés” du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant en adressant un courrier à Pour la Science.
Portfolio

Dans les greniers


des lycées
Fruit d’un périple de longue haleine dans les oubliettes
des lycées, un beau livre présente près de 1 000 instruments
ayant servi à enseigner la physique du XVIIIe siècle au milieu
du XXe... Des trésors à remettre au goût du jour !

Francis Gires

C
ulbuteur de Hardy, passe-vin de Galilée, presse pour lentille de
glace, graphomètre à pinnules, globe étincelant, œuf électrique,
grand prisme de paraffine, morsophone, parafoudre à cornes,
arrosoir magique, coupe-pommes, cloche de verre aux quatre perles…
Partout en France, des collèges, lycées et universités recèlent des collec-
tions d’étranges objets. Depuis 2003, notre association a répertorié plus
de 5 500 instruments, issus d’une soixantaine d’établissements, dont
elle a réalisé autant de fiches sur son site où l’inventaire se poursuit.
Ce patrimoine, aujourd’hui présenté dans une encyclopédie, témoigne
d’un temps où l’enseignement de la physique partait de l’expérience.
La physique expérimentale est née au milieu du XVIIIe siècle sous
l’influence de l’abbé Jean Antoine Nollet. En 1746, à Versailles, devant
le roi Louis XV et sa cour, l’abbé fit une démonstration qui marqua les
esprits : il donna une commotion électrique à une rangée de 180 gardes
© F. Gires, lycée Bertran-de-Born, Périgueux / Toutes les photos de gravures sont de F. Gires

se tenant la main. Dès lors, tous les salons le réclamèrent et son cours
de physique fit salle comble, tandis que les cabinets de physique se
multipliaient dans les milieux nobles et bourgeois.
Le métier de constructeur d’instruments prit ainsi son essor et,
en 1852, l’enseignement de la physique en classe, resté anecdotique
devant celui des humanités classiques, s’affirma à son tour : le minis-
tère de l’Instruction publique créa un cursus scientifique à part entière,
recommandant de « partir de l’expérience fondamentale toutes les fois
que le sujet le permet », et alloua des crédits importants à l’achat de
matériel scientifique.
Ainsi débuta l’âge d’or de la construction instrumentale, qui dura un
demi-siècle et constitua l’essentiel des cabinets de physique et d’histoire
naturelle des lycées. Aujourd’hui, ces instruments sont plus que jamais
utiles : aucun écran, aucun livre ne fixeront aussi bien les phénomènes
physiques dans l’esprit des lycéens que leur perception directe. n

72] Portfolio © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


■■ L’AUTEUR
Francis GIRES, président de
l’Association de sauvegarde
et d’étude des instruments
scientifiques et techniques
de l’enseignement (Aseiste),
a dirigé la publication
de l’Encyclopédie des
instruments de l’enseignement
de la physique du XVIIIe siècle
Trois tomes sous coffret, au milieu du XXe siècle.
1 350 pages, 100 euros,
Aseiste, 2016
Bon de commande disponible
sur www.aseiste.org.

DISQUE DE NEWTON
Cet instrument inspiré de la théorie de Newton
sur les couleurs montre que la superposition
des rayonnements visibles du spectre solaire reconstitue
la lumière blanche. Sur le disque sont peints des secteurs
présentant les couleurs du spectre solaire dans l’ordre
où elles se suivent et avec des surfaces ajustées. Fixé
à un support muni de deux poulies reliées par une courroie
sans fin, le disque est mis en rotation à l’aide d’une manivelle.
Quand il tourne vite, les images des différents secteurs
se forment successivement sur la rétine, mais, du fait
de la persistance rétinienne, la lumière est perçue comme
de la lumière blanche. Si les surfaces sont mal ajustées,
le disque prend la couleur du secteur de trop grande
superficie, en plus pâle.

Portfolio [73
HÉMISPHÈRES DE MAGDEBOURG
Ces deux hémisphères creux en laiton
mettent en évidence le vide. Leurs bords,
garnis d’une rondelle de cuir enduite
de suif, forment un contact hermétique.
L’hémisphère inférieur porte un robinet,
l’autre un anneau qui sert de poignée.
Initialement, les deux hémisphères
ne sont pas solidaires. On visse
l’hémisphère inférieur sur une pompe
à vide et l’on pose le second sur
le premier. La pompe mise en route,
l’air se raréfie dans les hémisphères.
On referme le robinet et l’on retire
la pompe. Il est alors impossible
de séparer les deux hémisphères :
la pression atmosphérique extérieure
les maintient soudés. Quand on ouvre
© Marie-Solange Wachowiak, lycée Jacques-Amyot, Auxerre

le robinet, en revanche, l’air remplit


les hémisphères, qui se séparent
alors facilement : la pression s’est
équilibrée de part et d’autre de la paroi.
Le physicien allemand Otto de Guericke,
bourgmestre de Magdebourg, présenta
cette expérience en 1654 à l’empereur
Ferdinand III : des attelages de quinze
chevaux ne parvinrent pas à détacher
deux hémisphères de 50 centimètres
de diamètre. La nouvelle se répandit
dans toute l’Europe !

BAROSCOPE
© F. Gires, lycée Guez-de-Balzac, Angoulême

Tout corps plongé dans un gaz subit


une poussée verticale vers le haut qui
dépend du volume de gaz déplacé,
selon le principe d’Archimède. C’est ce que
prouve ce fléau de balance, portant à ses
extrémités deux corps (a et b) de volumes
très différents. Ayant équilibré le baroscope
dans l’air, on le place sous la cloche
d’une pompe à vide. Dès que l’air se raréfie,
le fléau penche du côté du corps le plus
volumineux (a), la poussée due à l’air
qui le soutenait ayant disparu.

74] Portfolio © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


SIRÈNE DE CAGNIARD-LATOUR
Le physicien français Charles
Cagniard de Latour a inventé
cet appareil en 1819 pour mesurer
la fréquence d’un son. La sirène est
constituée d’une boîte cylindrique O
qui communique par sa base avec une
soufflerie, d’un disque mobile A
et d’un compte-tours (partie
supérieure). Le couvercle B de
la boîte est percé de dix-huit trous
inclinés (m) et le disque mobile porte
le même nombre de trous, inclinés en
sens inverse (n). Au centre, un axe T
solidaire du disque entraîne des roues
dentées (a et b) associées à des
aiguilles qui affichent sur des cadrans
le nombre de tours effectués par le
disque. Quand de l’air est soufflé dans
la boîte, le disque A tourne. Lorsque
ses trous sont en face de ceux
du couvercle B, de l’air les traverse
et vibre. Un son est émis, dont on
détermine la fréquence en multipliant
le nombre de trous du disque par
le nombre de tours qu’il effectue
en une seconde. Pour trouver
la fréquence d’un son émis par
un instrument, on met la sirène
à l’unisson avec l’instrument
en agissant sur la soufflerie et
l’on détermine sa fréquence. Il s’agit
donc d’avoir une bonne oreille !
© F. Gires, lycée Bertran-de-Born, Périgueux

© F. Gires, lycée Guez-de-Balzac, Angoulême

TOURNIQUET
HYDRAULIQUE
Savez-vous comment
fonctionnent les tourniquets
d’arrosage ? Grâce aux forces
pressantes que le liquide
exerce sur les parois de
l’appareil, comme dans
l’instrument ci-contre – un
vase M mobile autour d’un axe
vertical, muni d’un petit orifice
au sommet et, à sa base,
de deux tubes C horizontaux
et coudés. Quand on remplit
le vase, l’appareil tourne tant
que l’eau s’écoule : l’air qui
entre lors de l’écoulement
exerce une pression sur l’eau,
laquelle presse aussi les parois
du vase et des tubes. Des
couples de forces apparaissent
ainsi dans les tubes, qui
tournent et entraînent le vase.

Portfolio [75
PRAXINOSCOPE
DE REYNAUD
Émile Reynaud, enseignant-
conférencier en sciences,
inventa ce jouet optique
en 1876. Constitué d’un
prisme de douze miroirs
faisant face à une bande
de douze dessins montrant
les différentes étapes d’une
action, il donne l’illusion que
celle-ci est continue lorsque
l’on fait tourner la bande
à l’aide d’une manivelle :
les images se succèdent
si vite que les spectateurs
qui les observent défiler
sur le prisme de glaces voient
un mouvement continu
à cause de la persistance
des impressions lumineuses
sur la rétine. Un bougeoir
entouré d’un abat-jour permet
d’opérer même de nuit.

t
or

ci,
Ni

es
’ Ag
a r d-d
ern
s ée B
s, mu
Gire
© F.

76] Portfolio © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


CYLINDRE OUVERT DE MASCART
Lors d’un orage, l’électricité atmosphérique reste
à la surface des carrosseries métalliques des
automobiles ou des avions, et les passagers sont
protégés. C’est le même phénomène que met
en évidence le dispositif imaginé par Éleuthère
© F. Gires, lycée Guez-de-Balzac, Angoulême

Mascart, professeur de physique au Collège de


France, dans la seconde moitié du XIXe siècle.
Un cylindre creux conducteur en laiton est isolé
sur un pied de bois. Dans son prolongement,
une tige métallique, fixée sur le cylindre, porte
deux pendules électriques (des billes en moelle
de sureau suspendues à des fils de lin). Dans le
cylindre, deux autres pendules sont en contact
avec sa surface intérieure. Quand on électrise
le cylindre, les pendules extérieurs divergent
aussitôt, tandis que ceux à l’intérieur restent
immobiles. On en conclut que seule la surface
extérieure est chargée. Les charges électriques
sur cette surface n’exercent aucune influence sur
tout point à l’intérieur du conducteur, qui forme
un écran électrique pour tout ce qu’il contient.
© F. Gires, lycée Guez-de-Balzac, Angoulême

DOUBLE CÔNE DE NOLLET


« Il est beaucoup plus aisé de trouver de l’argent
qu’un homme comme lui », disait Voltaire de
l’abbé Jean Antoine Nollet, l’un des plus grands
vulgarisateurs scientifiques européens du
XVIIIe siècle. La démonstration du bicône est
une des nombreuses expériences de physique
décrites pour la première fois en France dans
ses ouvrages. Elle illustre le fait que la stabilité
d’un corps correspond à la position la plus basse
de son centre de gravité, même si le mouvement
qui conduit à cette position contredit l’intuition.
L’objet comporte un double cône et deux
planchettes identiques formant un angle aigu
entre elles. Les bords supérieurs des planchettes
constituent une sorte de plan incliné. On pose
le bicône sur la partie inférieure du plan incliné.
Il « remonte » alors le plan en tournant, suivant
ainsi un mouvement en apparence contraire
à celui des corps pesants. Mais en mesurant
l’altitude du centre de gravité g du bicône
au cours de son mouvement, on constate qu’elle
décroît. En d’autres termes, le centre de gravité
descend bien quand le bicône remonte la pente,
et la loi du mouvement des corps pesants
est donc validée...

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Portfolio [77


RENDEZ-VOUS
LOGIQUE & CALCUL

Quand considère-t-on qu’un théorème


est définitivement prouvé ?
Renforcer la confiance qu’on a dans la démonstration d’un théorème difficile
est possible. Il faudrait le faire pour le grand théorème de Fermat.
Jean-Paul DELAHAYE

L
e « dernier théorème de Fermat » car chaque pas d’un raisonnement formel, densité des nombres premiers autour de
(ou « grand théorème de Fermat », aussi infime ou évident soit-il, doit y être l’entier n est approximativement 1/ln(n).
ou « théorème de Fermat-Wiles ») détaillé et se conformer à des règles fixées Notons aussi que les cas particuliers
affirme que si n est un entier supé- une fois pour toutes. Pas question dans une du théorème de Fermat-Wiles pour n = 3 et
rieur à 2, alors il n’existe pas de triplets preuve formelle d’écrire « Le cas n = 5 se n = 4 ont été vérifiés par la méthode des
d’entiers positifs x, y, z tels que xn + yn = zn. traite comme le cas n = 3 », ou les tradition- assistants de preuve.
Il est considéré comme démontré depuis 1995. nels « On vérifie aisément que... », « Laissé Reste que certaines preuves humaines
Andrew Wiles a d’ailleurs obtenu le prix Abel en exercice au lecteur » ou « Trivial ». sont trop complexes encore pour qu’on ait
en 2016 pour sa contribution déterminante Les outils informatiques d’écriture des su les transformer en preuves informatiques.
à la preuve de ce théorème. démonstrations formelles, nommés « assis- C’est le cas pour le grand théorème de Fermat.
Peu de gens comprennent le détail de tants de preuve », permettent de construire Il y a une raison profonde à cette difficulté
la démonstration, dont la partie finale a été progressivement et minutieusement ces de formalisation, qui est un sujet de préoc-
publiée par Andrew Wiles dans la prestigieuse preuves ultimes, et réduisent donc le risque cupation pour les logiciens lié à la façon dont
revue Annals of Mathematics. Les experts d’erreur bien plus encore que les vérifications un résultat mathématique prend du sens.
compétents sont cependant tous d’accord humaines. Mentionnons quelques théorèmes Le programme de travail supplémentaire
pour dire qu’il n’y a aucune faille dans le que l’on a ainsi réussi à formaliser. qu’ils mènent sur la preuve d’Andrew Wiles
raisonnement exposé. Depuis, plusieurs – Le théorème des quatre carrés de est une tentative utile de limiter les hypo-
livres ont présenté aussi complètement que Lagrange : tout entier positif s’écrit comme thèses implicites sur lesquelles la preuve
possible la démonstration. On peut avoir la somme de quatre carrés (par exemple, aujourd’hui admise s’appuie, en même temps
confiance : la preuve d’un théorème aussi 23 = 9 + 9 + 4 + 1). d’ailleurs qu’une approche pour aboutir à
célèbre est examinée en détail par une armée – Le théorème fondamental de l’algèbre : l’écriture d’une preuve formelle.
de mathématiciens intransigeants. La pro- un polynôme de degré n à coefficients com- Notons que les assistants de preuve,
babilité qu’il reste une erreur est infime. plexes a exactement n racines (en comptant qu’il ne faut pas confondre avec les outils
les multiplicités de celles-ci). de démonstration automatique (qui, eux,
Formaliser pour – Transcendance du nombre e = exp(1) cherchent les démonstrations) ne font
une meilleure garantie = 2,718 281 828 459... : e n’est la racine
d’aucun polynôme à coefficients entiers.
qu’aider le mathématicien : celui-ci reste
aux commandes et propose les éléments
Pourtant, les logiciens considèrent qu’on – Le premier théorème d’incomplétude organisant les démonstrations. Selon Wim
peut perfectionner la preuve et rendre le de Gödel : tout système formel non contra- Hesselink, spécialiste néerlandais du sujet,
résultat plus sûr. Pourquoi ? Pour plus de dictoire pour l’arithmétique ou une théorie « Ces outils ne sont presque jamais capables
certitude, il faudrait disposer d’une version plus puissante permet d’exprimer des énon- de prouver seuls un théorème. Ils vérifient
formelle complète de la preuve, ou, ce qui cés E qu’il ne peut pas démontrer, et dont la validité des arguments que les humains
revient au même, d’une version écrite de la il ne peut pas démontrer la négation, non(E). leur présentent. »
preuve vérifiable par ordinateur. Les très – Le théorème des nombres premiers Pour comprendre pourquoi travailler
longues preuves sont difficiles à formaliser, de Hadamard et de La Vallée Poussin : la à améliorer et à reformuler la preuve

78] Logique & calcul © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


Rendez-vous

Le dernier théorème de Fermat

L
’énoncé de ce théorème est simple : « Si n est un entier résultats d’Alexandre
supérieur à 2, il n’existe pas d’entiers positifs (non Grothendieck et Pierre Deligne.
Elle est en définitive fondée sur
nuls) x, y, z tels que xn + yn = zn. Pour n = 2, il existe une
des systèmes logiques puis-
infinité de tels triplets, par exemple (3, 4, 5) puisque 32 + 42 = 52. sants mettant en œuvre des
On pense que Fermat disposait de la démonstration pour n = 4. objets mathématiques infinis
allant bien au-delà des entiers.
Le cas n = 3 a été démontré Elle est due, pour la partie Les logiciens s’interrogent
par Leonhard Euler vers 1760. Le finale, au mathématicien aujourd’hui sur l’utilisation de
cas n = 5 a été prouvé par Adrien- britannique Andrew Wiles qui ces objets à la fois très abstraits

© Domaine public
Marie Legendre et Johann en présenta une première et logiquement plus risqués que
Dirichlet en 1825. Le théorème a version en 1993, et en compléta les entiers. Ils tentent de formu-
été démontré jusqu’à n = 36 par certaines insuffisances en 1994 ler des preuves du théorème de
Ernst Kummer en 1847. En 1976, avec l’aide de Richard Taylor. Le Fermat qui n’utilisent que les
PIERRE DE FERMAT
Samuel Wagstaff publia une fait que Fermat ait écrit qu’il entiers (donc jamais explicite-
preuve du théorème de Fermat disposait d’une jolie preuve du ment d’objets infinis).
pour tous les entiers compris théorème est aujourd’hui consi- Ils essaient même de se limi-
entre 3 et 1 million. déré comme très probablement ter à des raisonnements

© Audun Braastad (www.abelprize.no)


L’énoncé a été formulé par dû à une erreur de sa part. C’est simples sur ces entiers tels
Pierre de Fermat dans une note principalement par les idées et qu’ils sont définis par le
écrite dans la marge d’un livre outils mis en œuvre pour système formel EFA (voir
de Diophante, dont l’exem- démontrer le résultat qu’il est page 83). Obtenir une preuve
plaire est aujourd’hui perdu. considéré comme mathémati- du théorème de Fermat véri-
Plus de trois siècles ont été quement très important. fiable par ordinateur semble
nécessaires pour qu’une preuve La preuve repose, entre aujourd’hui encore hors de
publiée soit reconnue correcte. autres, sur des méthodes et portée. ANDREW WILES, EN 2016

d’Andrew Wiles a un sens, revenons à la systèmes plus faibles, c’est-à-dire disposant est non contradictoire, alors que l’inverse
notion de système formel. Les progrès de de moins de moyens de raisonnement. est impossible.
la logique mathématique ont conduit, au Pour traiter d’ensembles infinis d’entiers, Rarement, mais cela arrive, la théorie
début du XXe siècle, à une situation éton- de nombres réels comportant une infinité des ensembles usuelle ZFC n’est pas suffi-
nante et à vrai dire inattendue. On a réussi de décimales, de fonctions continues et sante. Si, par exemple, on veut parler de
à identifier de manière parfaite les règles d’objets plus riches encore tels que des toutes les fonctions, ou de tous les groupes
de raisonnement mises en œuvre en mathé- ensembles de fonctions ou des espaces de et raisonner globalement sur leurs structures
matiques, et à les exprimer de façon suf- dimension infinie, on envisage divers sys- et les liens entre ce type de structures (c’est
fisamment précise pour que la vérification tèmes formels. ce que fait la théorie des catégories), on
d’une démonstration, dont le mathémati- rencontre une ennuyeuse difficulté. En effet,
cien écrit chaque pas dans ce système de Plusieurs ni « L’ensemble de tous les ensembles », ni
règles, soit faisable mécaniquement, c’est-
à-dire sans intelligence. Aujourd’hui, bien
systèmes formels « L’ensemble de toutes les fonctions », ni
« L’ensemble de tous les groupes », etc., ne
sûr, ce « faisable mécaniquement » renvoie Le système le plus souvent retenu est celui sont des ensembles au sens de ZFC, qui ne
à des ordinateurs et des programmes de la théorie des ensembles, formalisé connaît que les collections d’objets mathé-
informatiques. au début du XXe siècle et noté ZFC pour matiques de taille limitée. Exprimer les
Quand on s’intéresse aux nombres « Zermelo-Fraenkel avec axiome du choix ». propriétés des grandes structures et les
entiers, on tente de formaliser les raison- Il permet de manipuler directement des raisonnements qui les concernent exige
nements dans le système de l’arithmétique objets infinis qui n’existent pas dans PEANO, alors des systèmes formels plus puissants.
de Giuseppe Peano (qu’on notera PEANO) mais il est plus puissant pour une autre On utilisera par exemple ceux qu’on obtient
qui, en particulier, permet les raisonnements raison : supposer que ZFC est non contra- à partir de ZFC en ajoutant des axiomes
par récurrence. On envisage parfois des dictoire permet de démontrer que PEANO affirmant l’existence d’ensembles très grands.

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Logique & calcul [79


Rendez-vous

Si l’énoncé de Fermat est indécidable, alors il est vrai !

U
ne question naturelle se pose à propos des énoncés automatiquement d’une décidable), donc que PEANO
arithmétiques E tels que celui affirmant que tout nouvelle preuve du théorème démontrerait que xn + yn ≠ zn
de Fermat dans la théorie qui (puisque PEANO ne manque
nombre pair à partir de 4 est somme de deux nombres
aurait prouvé l’indécidabilité. aucun énoncé de cette forme).
premiers (conjecture de Goldbach) ou l’énoncé du théorème En effet, PEANO a la En simplifiant un peu : si
de Fermat : « Se peut-il que E soit indécidable, c’est-à-dire que propriété que tous les énoncés l’énoncé de Fermat est indéci-
ni E ni sa négation, non(E), ne soient démontrables ? » élémentaires du type dable, alors il est vrai.
« 3 + 7 = 10 », « 23 + 33 ≠ 53 », La même propriété est vraie
La question, posée dans PEANO est non contradictoire). « 13 est un nombre premier » pour la conjecture de Gold-
l’absolu, n’a pas de sens. Il n’y a La question n’est donc pas sont démontrables dans bach. Celui qui démontrerait
pas de notion de démonstra- absurde et c’est d’ailleurs cette PEANO quand ils sont vrais. qu’elle est indécidable dans
tion dans l’absolu, mais seule- question qui est posée par les PEANO ne passe à côté d’au- PEANO en utilisant les moyens
ment des notions relatives à recherches évoquées dans l’ar- cune démonstration pour des d’un système formel F, démon-
des systèmes formels comme ticle à propos du théorème de vérités arithmétiques aussi trerait du même coup la
PEANO, ZFC ou INAC évoqués Fermat. La plupart des mathé- élémentaires. conjecture de Goldbach dans
dans l’article. Il faut donc refor- maticiens pensent que La preuve dans ZFC (ou dans le système F. Il ne serait donc
muler la question et se deman- l’énoncé de Fermat n’est sans INAC) de l’indécidabilité dans pas très malin, face à la diffi-
der par exemple : Est-il doute pas un indécidable de PEANO du théorème de Fermat culté qu’on a à établir la
possible que le système PEANO PEANO, bien qu’aujourd’hui ce démontrerait, pour chaque conjecture de Goldbach, de se
ne puisse démontrer ni E, ne soit pas démontré. quadruplet d’entiers n, x, y, z mettre à rechercher la preuve
ni non(E) ? Autrement dit : Cependant, si, en utilisant avec n > 2 et x, y, z non nuls, que la conjecture est indéci-
E est-il un indécidable par exemple les moyens de que PEANO n’établit pas dable dans PEANO. L’indécida-
de PEANO ? ZFC (ou INAC), on démontrait xn + yn = zn (dans le cas bilité de ce type d’énoncés E
On connaît des indécidables que l’énoncé de Fermat est contraire, PEANO fournirait un dans PEANO est une affirma-
de PEANO (par exemple indécidable dans PEANO, contre-exemple à l’énoncé de tion plus difficile à prouver
l’énoncé qui affirme que alors on disposerait Fermat, lequel serait donc que E lui-même.

On adoptera par exemple l’axiome des « car- des fictions commodes sans contrepartie faux à la fois : plus rien n’a de sens. Passer
dinaux fortement inaccessibles » qui auto- dans le monde réel. Passer au niveau supé- d’un système faible (par exemple PEANO) à
rise certaines formes d’ensemble de tous rieur avec INAC devient un peu déraisonnable, un système plus puissant fait prendre des
les ensembles et autres grosses collections. même si les mathématiciens réussissent risques, puisqu’on accroît l’ensemble des
Notons INAC un tel système. Si l’on admet à penser et à démontrer des choses dans énoncés que l’on peut démontrer.
qu’il est non contradictoire, alors on sait ces univers follement étendus. On sait aussi que prouver qu’on ne prend
démontrer que ZFC l’est aussi, alors que Ces trois points de repère, PEANO, ZFC, pas de risques (de rencontrer une contra-
l’inverse est impossible. INAC, ne sont que des échelons d’une série diction qui détruirait tout) est impossible
Quand on passe de PEANO à ZFC puis à plus riche de systèmes formels envisagés ou nécessairement insatisfaisant. En effet,
INAC, on accepte l’existence d’objets de plus par les mathématiciens et les logiciens. l’une des conséquences des théorèmes
en plus nombreux et gros, mais le monde d’incomplétude de Gödel est que, pour
mathématique supposé devient aussi plus démontrer qu’un système est non contra-
difficilement contrôlable, et on peut même,
Ontologie risquée dictoire, on doit se placer dans un système
au-delà d’un certain point (qui varie selon Un système formel décrit un ensemble de plus puissant (donc plus risqué !). S’élever
la sensibilité de chacun), considérer ces possibilités de manipulations de formules dans la puissance des systèmes formels
mondes mathématiques surabondants qui donnent à l’arrivée les théorèmes. Il ne fait prendre des risques de non-sens.
comme illusoires. Qu’il puisse exister des faut pas qu’il permette de démontrer une Ainsi, lorsqu’on s’intéresse à des énon-
entités abstraites telles que les entiers est formule absurde du type 0 = 1, qui serait en cés sur les entiers, il est souhaitable de ne
facile à accepter. Pour les nombres réels et contradiction avec la formule 0  1 (le sys- pas s’aventurer à utiliser des objets infinis,
leurs décimales qui se prolongent à l’infini, tème serait alors incohérent, « inconsistant » ou, ce qui revient au même, il faut rester
c’est un peu plus difficile, et certains phy- ou contradictoire). En effet, dès qu’on a une sagement dans PEANO ou un système formel
siciens considèrent ces nombres comme contradiction, tout devient vrai et tout devient sans infini plus faible encore.

80] Logique & calcul © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


Rendez-vous

Le travail consistant à reprendre des


preuves aux hypothèses ontologiques fortes Les univers d’Alexandre Grothendieck

P
pour les reconstruire dans des mondes
our formuler et démontrer le théorème de Fermat, Andrew Wiles a utilisé des
mathématiques plus élémentaires, éven-
tuellement sans infini, est donc un objectif notions mathématiques (parfois seulement implicitement, en reprenant des
raisonnable et, s’il est atteint, utile. En résultats démontrés avant lui) qui n’ont de sens que dans une théorie logique
mathématiques, on a d’ailleurs toujours (un système formel) plus puissante que celle des entiers. La théorie logique utilisée
considéré que minimiser les hypothèses est même plus puissante que la pourtant très puissante théorie des ensembles de
d’un résultat, c’est obtenir un meilleur résul-
Zermelo-Fraenkel avec axiome du choix (ZFC), qui suffit à la plus grande partie des
tat et une multitude de travaux publiés dans
les revues professionnelles consistent à se mathématiques.
débarrasser d’hypothèses qu’on a cru un La théorie utilisée par L’axiome d’existence de dieck, Pierre Deligne, Gerd
moment nécessaires et qui se révèlent Andrew Wiles postule cardinaux fortement inac- Faltings) utilisent aussi
inutiles avec la nouvelle preuve. l’existence des « univers cessibles INAC bien connus l’existence d’univers de
Le célèbre théorème des nombres pre- de Grothendieck », des des logiciens est équiva- Grothendieck.
miers qui donne leur densité et dont on ensembles U munis d’une lent à l’existence d’univers Il est remarquable que
dispose aujourd’hui de preuves formelles relation d’appartenance de Grothendieck. Cet la démonstration de résul-
a été démontré dans un premier temps en « être dans » ayant les axiome (contrairement à tats dont l’énoncé est
utilisant des notions liées aux fonctions de propriétés suivantes : l’axiome du choix, ou à compréhensible par tout le
variables complexes qui n’entrent pas dans – si x est dans U, et que l’hypothèse du continu) a monde (comme celui de
y est dans x, alors y est un effet sur les démonstra- Fermat) et qui ne
PEANO. Les preuves de Jacques Hadamard
dans U (axiome de tions concernant les concernent que les entiers
et de Charles-Jean de La Vallée Poussin (1896)
transitivité) ; entiers : certaines proprié- semble dépendre de l’exis-
ont été reprises par Paul Erdős et Atle Selberg
– si x et y sont dans U, tés démontrables en l’utili- tence d’infinis bien au-delà
en 1948. Ils ont su en donner une version
alors la paire {x, y} est sant et concernant de tout ce que peut imagi-
dite élémentaire ; en simplifiant un peu, ils dans U (axiome de la paire) ; exclusivement les entiers ner un être humain (à l’ex-
ont transformé la preuve donnée initialement – si x est dans U, alors ne sont pas démontrables ception d’un logicien !). Si
dans ZFC en une preuve donnée dans PEANO. l’ensemble des sous-
Personne n’a contesté que cette formu- ensembles de x est aussi
lation de la preuve initiale dans un univers
réduit était mathématiquement intéressante
dans U (axiome de l’en-
semble des parties) ;
Pour comprendre
et Atle Selberg a obtenu une médaille Fields
en 1950 en partie grâce à ce résultat. Se
– si x → f(x) est une fonc- ce qui est simple, il faut
préoccuper du problème de ce qu’exige
tion telle que x et
chaque f(x) sont dans U, s’élever dans d’extravagants
vraiment la preuve du grand théorème de
Fermat est sans le moindre doute une authen-
alors la réunion de tous
les f(x) est aussi dans U
mondes infinis
tique préoccupation mathématique. (axiome de la réunion).
Or, et c’est là le problème, la preuve L’existence de ces sans lui. La question de nous réussissons à prouver
formulée par Andrew Wiles utilise des notions univers ne peut pas être savoir si l’énoncé du théo- ces résultats sans utiliser
et des résultats qui ne sont pas confinés à démontrée en utilisant rème de Fermat est une ces univers extraordinaires
l’arithmétique de PEANO. Qui plus est, certains seulement des raisonne- telle propriété n’est pas de Grothendieck, alors
résultats dus en particulier à Alexandre ments de ZFC, il faut ajou- évidente. Peu de mathé- cela se fera très certaine-
Grothendieck et utilisés par Andrew Wiles ter à ZFC un axiome qui maticiens envisagent que ment en compliquant les
ne prennent sens et n’ont été établis que affirme l’existence d’en- ce théorème exige vrai- démonstrations et en les
sembles très grands : ment d’utiliser INAC, mais rendant moins naturelles,
dans des systèmes plus puissants que ZFC.
– plus grands que N, prouver proprement qu’on donc en procédant à l’op-
La démonstration publiée par Andrew
l’ensemble des entiers ; peut se passer de INAC posé de tout ce que
Wiles en 1995 utilise des méthodes de géo-
– plus grands que P(N), pour démontrer l’énoncé Grothendieck a toujours
métrie algébrique. Cette discipline a connu
l’ensemble des parties de Fermat n’est pas facile. souhaité faire. Pour
des avancées considérables grâce aux travaux de N ; Notons aussi qu’une partie comprendre ce qui est
de Grothendieck, mort en 2014 après une vie – plus grands que l’en- importante des résultats simple, il faut s’élever dans
de rebelle (voir Pour la Science n° 467, sep- semble P(P(N)) des parties forts de géométrie algé- d’extravagants mondes
tembre 2016). On y considère des équations de P(N), etc. brique (dus à Grothen- infinis.
algébriques et l’ensemble de leurs solutions

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Logique & calcul [81


Rendez-vous

La grande conjecture de Harvey Friedman

H
arvey Friedman est un mathématicien de l’université en utilisant des systèmes
d’État de l’Ohio, aux États-Unis. Aujourd’hui d’axiomes très faibles n’utilisant
pas l’infini. Il a énoncé ce qu’on
à la retraite, il conserve une activité productive hors
nomme aujourd’hui « la grande
du commun. Il est mentionné dans le Livre Guinness des records conjecture de Friedman », selon
comme ayant été, à 18 ans, le plus jeune enseignant de tous laquelle tous les théorèmes
les temps à donner un cours à l’université Stanford. d’arithmétique qui intéressent
spontanément les mathémati-
S’intéressant aux fondements fondé des travaux de Colin ciens (donc à l’exclusion des
des mathématiques, il recherche McLarty visant à prouver que le résultats de logique, ou des
des énoncés les plus concrets théorème de Fermat n’exige pas énoncés construits artificielle-
possible dont la preuve exige d’axiomes forts sur l’infini. ment afin qu’ils exigent des HARVEY FRIEDMAN
l’emploi d’axiomes stipulant Harvey Friedman semble axiomes forts) sont démon-
l’existence de très grands penser que la distinction entre trables en utilisant un système où point de vue ainsi : « Le défi le
ensembles infinis (axiomes de « concret et assez simple » et l’infini ne joue aucun rôle direct. plus intéressant concernant les
grands cardinaux). Il réussit assez « très simple » dépend de la S’il a raison, il faudra comprendre fondements des mathématiques
bien, mais les énoncés de ce type nécessité d’utiliser des axiomes pourquoi ce qui intéresse les est de trouver des énoncés
qu’il découvre restent abstraits et affirmant l’existence de grands mathématiciens reste dans un portant sur les entiers et dont
jamais aussi simples que le théo- ensembles. Dans le cas du théo- secteur limité de complexité et la démonstration dépende
rème de Fermat. Ce qu’il trouve rème de Fermat, il conjecture définir avec précision ce secteur. de manière incontournable
confirme cependant le bien- qu’il doit pouvoir se démontrer Harvey Friedman exprime son des univers [de Grothendieck]. »

(ce sont des objets géométriques : par exemple, s’appuie sur ces résultats postulant l’existence légitimes pour accéder à quelque chose
l’équation x2 + y2 = 1 définit un cercle), et on des cardinaux fortement inaccessibles, sa d’autre. Il voulait organiser l’arithmétique et
raisonne globalement sur ces structures. preuve n’a de sens que dans une théorie très ses calculs dans un monde conceptuel géo-
Malheureusement, les travaux de Gro- forte qui semble être INAC. métrique. Il a trouvé un moyen de le faire
thendieck sortent du cadre usuel de la théo- « Tout le monde voit que c’est là une avec la cohomologie [une méthode algébrique
rie des ensembles telle que ZFC la formalise, méthode précipitée et grossière », commente abstraite] et l’a utilisée pour concevoir des
car les outils que ce mathématicien de génie Colin McLarty, de l’université de Cleveland. outils de calcul qui, auparavant, avaient
a introduits et manipulés sont d’une abs- Ce dernier est professeur de philosophie, échappé aux meilleurs mathématiciens ten-
traction extrême qui exige par exemple qu’on mais très compétent en mathématiques et tant de résoudre les conjectures de Weil
parle sans contrainte d’objets tels que la en logique : il a régulièrement publié dans [démontrées en 1974 par Pierre Deligne en
collection de tous les groupes. les meilleures revues de ces disciplines et utilisant les outils créés par Grothendieck].
Un axiome aujourd’hui bien étudié sur il est membre du « Grothendieck Circle » qui Il a ainsi posé les bases de la géométrie
lequel s’appuie Grothendieck affirme l’existence travaille à rendre accessible sur Internet les algébrique moderne. [...] Sa cohomologie
de ce qu’il appelle des « univers » (voir travaux de Grothendieck. s’appuie sur les univers, mais des fondements
l’encadré page 81). Cet axiome lui permet de plus faibles devraient suffire même si y
manipuler dans ses démonstrations non recourir entraîne la perte d’une certaine
seulement les entiers eux-mêmes, mais aussi
Prouver avec moins élégance conceptuelle. [...] Il n’y a aucune
les ensembles d’entiers, et les ensembles de Il s’est ainsi attaqué à la question : peut-on absurdité à considérer les univers inutiles
tels ensembles d’entiers, et toute une hié- faire baisser le niveau des hypothèses en principe, et utiles en pratique. »
rarchie de structures d’une abstraction inha- implicites de la démonstration de Wiles ? Colin McLarty expose une méthode pour
bituelle en mathématiques. Cette théorie des Dit autrement, peut-on la faire reposer sur construire une preuve du grand théorème
catégories dont Grothendieck fait un usage des formalismes plus faibles que INAC, ou de Fermat entièrement dans ZFC. Pour
systématique pour ses raisonnements ne se même que ZFC ? l’essentiel, elle consiste à utiliser des théo-
trouve à l’aise qu’en postulant ces « univers » Colin McLarty précise que « Les grands ries des ensembles prudentes, comme celle
dont les logiciens savent depuis longtemps cardinaux en tant que tels n’étaient ni inté- proposée par John von Neumann, Paul
qu’on ne peut en démontrer l’existence dans ressants ni problématiques pour Grothendieck Bernays et Kurt Gödel (notée NBG). Ces
le cadre de ZFC. En clair, puisque Andrew Wiles [...]. Pour lui, ils n’étaient que des moyens théories autorisent la manipulation de gros

82] Logique & calcul © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


Rendez-vous

ensembles en ne les assimilant pas à de limitée de formules simples. Le système ■■ L’AUTEUR


simples ensembles : il y a donc deux types EFA semble d’ailleurs la vraie limite pour
de collections différentes. Bien qu’un peu démontrer le théorème de Fermat. J.-P. DELAHAYE
est professeur
compliquées et parfois jugées artificielles, On sait en effet qu’en allant plus bas, émérite
ces théories permettent, dans un système les systèmes qu’on définit naturellement à l’université
équivalent en force à ZFC, de faire ce que pour l’arithmétique ne permettent pas tous de Lille
et chercheur
les univers de Grothendieck font. On a donc, de démontrer ce théorème. Une autre raison au Centre de recherche
moyennant quelques complications, et sans pour s’intéresser à EFA est une conjecture en informatique, signal
prendre les risques liés à INAC, un monde proposée par un mathématicien respecté, et automatique de Lille (cristal).
mathématique autorisant la démonstration selon laquelle EFA suffirait pour l’essentiel Dernier ouvrage paru :
du théorème de Fermat. des résultats arithmétiques vraiment inté- Mathématiques et mystères,
Une autre méthode proposée récemment ressants. La « grande conjecture de Harvey une intrigante sélection de ses
chroniques parues dans
par Colin McLarty, fondée sur l’étude de ce Friedman » affirme ainsi que tous les résul- Pour la Science (Belin, 2016).
qui est vraiment indispensable de ZFC pour tats d’arithmétique dont on trouve la démons-
disposer des théories arithmétiques de Gro- tration dans la revue Annals of Mathematics
thendieck, permet en théorie de formaliser (où a été publiée la preuve d’Andrew Wiles)
la preuve dans un système d’une force com- sont démontrables dans EFA.
prise entre celle de PEANO et celle de ZFC. Mais
ce n’est pas encore pleinement satisfaisant.
Une autre approche, esquissée par Angus
EFA, système ultime ?
Macintyre, permettrait de démontrer le théo- La formulation de cette conjecture est un
rème de Fermat dans PEANO, soit mieux que peu étrange, puisqu’elle n’envisage qu’une
ce que propose McLarty. Son idée est que classe d’énoncés définie par les publications ■■ BIBLIOGRAPHIE
les objets du monde continu utilisés dans la d’une revue, ce qui n’est pas très mathéma-
démonstration peuvent être obtenus comme tique et variera dans le temps quand de P. Glivický et V. Kala, Fermat’s
Last Theorem and Catalan’s
des limites d’objets définissables à partir des nouveaux articles seront publiés. L’idée est conjecture in weak exponential
entiers. Un nombre réel, par exemple, est la cependant claire : on sait, en utilisant des arithmetics, prépublication
limite des nombres décimaux correspondant méthodes logiques ou de la théorie de Ram- arXiv:1602.03580, 2016.
à ses chiffres pris progressivement : ainsi, sey, construire des formules d’arithmétique W. Hesselink, Computer
p est la limite de (3 ; 3,1 ; 3,14 ; 3,141 ; ...). non démontrables dans EFA et même dans verification of Wiles’ proof
of Fermat’s Last Theorem,
En procédant systématiquement par PEANO, mais démontrables dans des sys- www.cs.rug.nl/~wim/fermat/
cette méthode, on doit pouvoir ramener la tèmes plus forts. Pas question donc d’affir- wilesEnglish.html, 2016.
preuve d’Andrew Wiles et toutes celles mer que tout résultat arithmétique se dé-
C. McLarty, The large structures
antérieures dont il a besoin dans son travail montre dans EFA. Cependant, la revue Annals of Grothendieck founded on finite
à des mathématiques entièrement situées of Mathematics, qui est une revue de mathé- order arithmetic, prépublication
dans PEANO. Il ne suffit pas de le dire, il faut matiques pures, ne publie pas ce type de arXiv:1102.1773, 2014.
le faire et ce très soigneusement. Angus résultats jugés artificiels. Ce qu’elle publie A. Macintyre, The impact
Macintyre a proposé quelques détails dans est limité au cœur des mathématiques. Et of Gödel’s incompleteness
un texte d’une dizaine de pages sur la façon selon la grande conjecture de Harvey Fried- theorems on mathematics, dans
Kurt Gödel and the Foundations
de mettre en œuvre sa méthode, et il semble man, cela n’exige jamais plus que EFA. of Mathematics, pp. 3-25,
avoir convaincu plusieurs spécialistes que Avant de savoir si Harvey Friedman a Cambridge Univ. Press, 2011.
ces réductions fonctionnent. Mais le travail raison et comment caractériser précisément J.-P. Delahaye, Du rêve à la réalité
définitif reste à faire pour être certain les choix de la revue Annals of Mathematics, des preuves, Pour la Science
qu’aucun obstacle inattendu ne s’interpose. il faudra mieux comprendre les hypothèses n° 402, pp. 90-95, avril 2011.
On le voit, on n’a pas fini de travailler implicites des théories de Grothendieck, les
sur la démonstration d’Andrew Wiles et sur démonstrations comme celles d’Andrew
les théories de Grothendieck. Wiles et la mise en forme des réductions
Notons pour finir qu’il existe des sys- esquissées aujourd’hui. Ce chemin sera riche
tèmes plus faibles que PEANO, en particulier en leçons et utile pour produire des preuves
Retrouvez la rubrique
le système EFA (pour Exponential Functional vérifiables par ordinateur de ce domaine
Logique & calcul sur
Arithmetics), où l’on n’autorise les raison- mathématique qu’à l’heure actuelle on ne
nements par récurrence que pour une classe sait pas formaliser explicitement. n
www.pourlascience.fr

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Logique & calcul [83


RENDEZ-VOUS

SCIENCE & FICTION

L’imaginaire des profondeurs


Les lunes de Jupiter hébergeant de l’eau liquide et les lointaines exoplanètes
sont autant de lieux mystérieux à découvrir. Tout comme les fonds
des océans terrestres qui restent largement inexplorés.
Jean-Sébastien STEYER et Roland LEHOUCQ. Illustration : Marc BOULAY

S
ans l’eau, la vie telle que nous la Peut-être les aventures de James Came- Pour réaliser son exploit, James Came-
connaissons ne serait peut-être pas ron nous inciteront-elles à explorer les fonds ron s’est probablement imaginé dans la peau
apparue il y a environ 3,8 milliards marins. Le célèbre réalisateur est le troisième de Bud, personnage de son film Abyss (1989)
d’années. En effet, cet élément joue homme au monde à avoir atteint le site Chal- qui rencontre à très grande profondeur des
un rôle fondamental dans de nombreux pro- lenger Deep de la fosse des Mariannes, au extraterrestres aquatiques, pacifiques et
cessus biochimiques. En est-il de même sur capables de manipuler l’eau liquide. Notons
d’autres planètes ? Nous sommes encore au passage que la morphologie de ces extra-
loin de pouvoir répondre à cette question, terrestres bioluminescents est inspirée de
mais l’eau cache d’autres énigmes et des celle des béroés, organismes marins bien
mondes mystérieux... très proches de réels et cousins des méduses.
nous à l’échelle de l’Univers. Une autre région terrestre en
Car si l’eau recouvre près de
71 % de la surface de la Terre, les
Les fonds des océans cours d’exploration est celle des
lacs subglaciaires de l’Antarc-
profondeurs des océans ter- terrestres sont tique, tel le lac Vostok (situé à

moins connus
restres demeurent moins 4 000 mètres sous la glace),
connues que la surface de la atteints par des forages où
Lune ou de Mars. Nous avons l’on a trouvé de la vie sous la
donc tout autant à découvrir
et explorer directement sous
nos pieds que sur des corps
que la surface forme de bactéries extrêmo-
philes. Ces lacs évoquent les
océans d’eau liquide présents
célestes éloignés.
En attendant de cartogra- de la Lune ou sur d’autres corps célestes
gelés, comme Europe, une lune

de Mars
phier plus précisément les fonds de Jupiter. Ces océans, coincés
marins, l’inconnu qui nimbe ces entre une épaisse couche de glace
régions constitue autant de prétextes et un socle rocheux, hébergent peut-
à l’imaginaire. Un imaginaire qui rejoint être aussi la vie.
parfois la réalité. Chaque plongée abyssale Peut-on imaginer une planète dont la
ramène son lot de nouvelles espèces extraor- partie interne serait remplie d’eau liquide
dinaires et inconnues, de hideux poissons- et dépourvue de noyau rocheux ? Ces océans
lanternes, d’amusantes pieuvres dumbo ou internes hypothétiques posent d’intéres-
d’étranges vers fixés à des cheminées large du Japon : en 2012, il est descendu seul, santes questions de planétologie et de
volcaniques. Ce bestiaire extrêmophile dans son bathyscaphe, à 10 898 mètres, à géologie : pour rester au centre de la planète,
constitue un véritable « monde perdu » deux doigts du record mondial (10 916 mètres) cette masse d’eau devrait être plus dense
sous-marin digne des romans d’Arthur Conan détenu depuis 1960 par le Suisse Jacques que la croûte continentale. Certes, nous
Doyle ou de Jules Verne. Piccard et l’Américain Don Walsh. avons l’impression de flotter sur la mer Morte

84] Science & fiction © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


© 2017 Marc Boulay, marcboulay.fr, cossima-productions.com

LES TRÉSORS DES FONDS ABYSSAUX restent encore


à découvrir. Il en est ainsi de la faune bioluminescente,
des organismes capables de produire de la lumière
grâce à des processus chimiques.

grâce à sa forte salinité (275 grammes par peut être favorisé par des processus d’iso- sibles mammifères aquatiques à peau claire
litre, dix fois plus que la moyenne). Mais lement, comme ce fut le cas de petits rongeurs et interprétés autrefois comme des sirènes.
même un océan hypersalé ne peut atteindre devenus géants sur les îles Gargano (en Les profondeurs océaniques sont donc aussi
une densité suffisante pour que des îlots Italie) il y a 5 à 6 millions d’années environ des lieux de spéculations face auxquelles
de terre et de roches y flottent. (on parle alors de gigantisme insulaire). il convient d’être sceptique tout en restant
Certaines fictions imaginent de tels Dans le milieu aquatique, c’est plutôt la ouvert : le kraken, espèce cryptozoologique
mondes, comme la cité Otoh Gunga sur la poussée d’Archimède qui autorise aux ani- par excellence, n’est-il pas aujourd’hui nommé
planète Naboo dans Star Wars I (George maux d’atteindre des tailles et des masses Architeuthis (et Mesonychoteuthis pour le
Lucas, 1999). Mais il est plus probable que considérables : le record actuel est détenu genre austral) par les biologistes marins ?
cette ville se situe dans un karst géant (un par la baleine bleue (Balaenoptera musculus) Outre leur anatomie ou leur taille, ces
vaste plateau calcaire très érodé et creusé dont le plus grand spécimen jamais mesuré monstres imaginaires ou réels sont inté-
de grottes) rempli d’eau. était une femelle de près de 30 mètres et ressants parce qu’ils occupent aussi une
Quoi qu’il en soit, ces mondes imaginaires 177 tonnes ! Sur la terre ferme, la gravité place importante dans une chaîne alimen-
sont souvent empruntés à l’idée fausse de impose sa loi : la masse maximale qu’un taire donnée (les écologues parlent de
la « Terre creuse », selon laquelle tout un vertébré terrestre pourrait atteindre est esti- « réseau écotrophique ») : dans Star Wars,
monde se cacherait sous nos pieds. mée à environ 130 tonnes – le plus grand le submersible des Jedis est happé par l’Opee
Les œuvres de science-fiction, des block- dinosaure, connu par une seule vertèbre, Sea Killer, poisson-crabe géant qui se fait
busters hollywoodiens aux grands classiques aurait pesé environ 122 tonnes d’après les lui-même croquer par le Sando, titanesque
de la littérature, regorgent de mondes aqua- reconstitutions. dragon des mers.
tiques : Solaris et son océan pensant du Mais oublions un instant notre monde
fameux roman de Stanislas Lem (1961), la Celui qui hantait carboné et son modèle géocentré stipulant
planète Miller dans Interstellar (Christopher
Nolan, 2014), Aquablue ou Aldebaran des
les ténèbres que « l’eau, c’est la vie » : n’y a-t-il pas un
autre solvant qui pourrait être aussi vital
bandes dessinées éponymes, ou encore Dans l’eau, les auteurs de fictions s’en donnent pour d’autres formes extraterrestres ? Isaac
Kronos dans Star Trek sont autant de « pla- à cœur joie. Béhémoth, Godzilla, Léviathan Asimov, biochimiste et auteur de science-
nètes océans ». Certains nous renvoient ou encore Cthulhu... Ce bestiaire de monstres fiction, imaginait une vie dans de glacials
l’image d’une Terre malade, en proie à un géants, visqueux, tentaculaires ou protéi- océans de méthane ou d’hydrogène. Certains
réchauffement climatique global. C’est le cas formes ne reflète rien de moins que nos exobiologistes misent sur l’ammoniac ou le
de Waterworld (Kevin Reynolds, 1995), sorte peurs et nos fantasmes. fluorure d’hydrogène : autant de biochimies
de Mad Max aquatique censé se dérouler sur Autrefois, combien de navigateurs pen- hypothétiques qui augurent peut-être des
une Terre dévastée et quasi submergée par saient avoir échappé au « serpent de mer » océans de découvertes ! n
la montée généralisée des eaux. alors qu’ils croisaient un régalec (Regalecus
Jean-Sébastien ST…Y…R est paléontologue
Les mers et les océans, qu’ils soient glesne), le plus long poisson osseux du au CNRS-MNHN, à Paris. Roland L…HOUCQ est
fictifs ou réels, sont aussi les lieux privilégiés monde (5 mètres en moyenne). Idem pour astrophysicien au C…A, à Saclay. Marc BOULAY
de monstres géants. Sur Terre, le gigantisme les siréniens (dugongs et lamantins), pai- est sculpteur numérique.

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Science & fiction [85


RENDEZ-VOUS

ART & SCIENCE

Terminator et la petite fleur


Plantoïd est une fleur bionique qui vit de façon autonome grâce à un programme
informatique décentralisé. Détachée de tout contrôle, elle rassemble
les propriétés de Skynet, l’intelligence artificielle qui cherche à se débarrasser
des humains dans les films Terminator.
Loïc MANGIN

C
’est une fleur, une simple fleur atteint 19 milliards d’euros. Le concept initial des électriciens à réfléchir à la prochaine
métallique dont le cœur, parfois, de blockchain (un simple registre) a ensuite génération de Plantoïd, que ce soit sur les
vibre et brille. Elle ne paye guère été généralisé et il offre aujourd’hui de nom- aspects physiques ou informatiques. Pour
de mine, et pourtant... Les prin- breuses possibilités. Par exemple, le Ghana choisir parmi les différentes propositions, elle
cipes sur lesquels elle est fondée sont, pour a mis en place un cadastre fondé sur une s’appuiera sur les conseils des individus qui
certains spécialistes, les germes d’une révo- blockchain. Certains prédisent la disparition de ont participé au financement. Les artisans
lution sans précédent qui ne demande qu’à métiers tels que notaire, banquier, etc., rendus retenus seront rémunérés, en bitcoins, par
éclore : les premiers bourgeons sont déjà là. obsolètes par les systèmes à blockchain. la plante elle-même. On compte aujourd’hui
Plantoïd – la fleur en question – est le Aujourd’hui, une blockchain ne se six Plantoïd qui ont été créées par ce sys-
fruit d’un projet artistique élaboré par le contente plus de contenir des données, tème depuis la fleur originelle. L’évolution
collectif O’Khaos, fondé par Primavera de elle peut aussi intégrer des programmes est en marche !
Filippi, par ailleurs chercheuse du CNRS au informatiques complexes. On obtient alors Étonnamment, du strict point de vue de
CERSA (Centre d’études et de recherches de un ordinateur réparti sur le réseau et non sa conception et de son mode de reproduc-
science administrative) et au Berkman Center contrôlé. Connectez des objets à cette archi- tion, une Plantoïd n’appartient à personne.
for Internet & Society, de l’université Plus précisément, elle s’appartient à
Harvard, aux États-Unis. L’œuvre a été Un être hybride, qui existe à la fois elle-même et vit sa propre vie de façon
présentée la première fois en 2015 au fes-
tival Ars Electronica, à Linz, en Autriche,
dans le monde réel et dans le monde autonome. On ne peut pas acheter une
Plantoïd. Elle utilise les humains pour
et a depuis fait des petites pousses... virtuel, et qui utilise les humains se reproduire, un peu à la façon des
Elle consiste en une sorte de fleur pour se reproduire plantes naturelles avec les abeilles.
qui se nourrit à plusieurs sources ayant Selon Primavera de Filippi, les humains
pour noms blockchain, organisation autonome tecture et vous obtenez une organisation sont devenus des pollinisateurs d’un être
décentralisée, bitcoin... Lesquelles consti- autonome décentralisée, un dispositif intel- hybride qui existe à la fois dans le monde
tuent le terreau de la révolution annoncée. ligent capable d’échanger de la valeur sans réel et dans le monde virtuel.
Une blockchain est une base de données intermédiaire. C’est exactement ce qu’est Autonome, décentralisée, dénuée de
distribuée sur de nombreux ordinateurs ré- Plantoïd, qui est à la plante ce que l’androïde tout contrôle... C’est le portrait de Skynet,
partis dans le monde (c’est un réseau pair à est à l’être humain, un équivalent bionique. l’intelligence artificielle des films Termina-
pair) et dans laquelle des transactions sont L’œuvre est ainsi une sculpture en forme tor où l’humanité tout entière est décrétée
enregistrées chronologiquement : une telle de fleur, équipée d’un ordinateur intégré dans obsolète. Sans être banquier ni notaire, nous
architecture décentralisée et sans intermé- une blockchain. On associe ainsi un corps et avons peut-être intérêt à suivre de près cette
diaire garantit l’inviolabilité de ce qui est inscrit. un « esprit ». Elle vous plaît ? Montrez-le en révolution promise... n
Le principe de la blockchain a été inventé alimentant Plantoïd avec des bitcoins ! Une
en 2009 par un dénommé Satoshi Nakamoto fois qu’elle a collecté un montant donné fixé, Le site dédié à Plantoïd :
http://www.okhaos.com/plantoids/
pour asseoir le bitcoin, une monnaie virtuelle. elle va inviter des artistes, des designers, Des articles de Pour la Science sur le thème :
Un vrai succès, car la capitalisation en 2017 des développeurs et même des ferrailleurs, http://bit.ly/PLS-BloBit

86] Art & science © Pour la Science - n°475 - Mai 2017


© okhaos.
Rendez-vous

© Pour la Science - n° 475- Mai 2017 Art & science [87


Dans quelle société
Réflexions & débats

souhaitons-nous vivre ?
Les algorithmes sont
probablement
le premier outil
à la mesure
de nos aspirations.

Cessons de les subir,


en cherchant
à les comprendre.

Serge Abiteboul et Gilles Dowek


e
Livr par
se illé
con 192 p. - 17 €

Retrouvez toutes nos nouveautés sur notre site


www.editions-lepommier.fr
88] Lu sur SciLogs.fr © Pour la Science - n° 000 - Mois 2014

Gilles Dowek : ©Sébastien Dolidon ; Serge Abiteboul : ©INRIA


RENDEZ-VOUS

IDÉES DE PHYSIQUE

Les infidèles micros de la guitare électrique


Grâce à des capteurs électromagnétiques bien placés, une guitare électrique
produit des sons que l’instrumentiste peut largement moduler.
Jean-Michel COURTY et Édouard KIERLIK

P
as facile de faire entendre sa guitare déterminent le timbre de l’instrument. Pour de notes, il suffit de plaquer les cordes contre
sèche dans un groupe de jazz ! Pour une longueur de corde donnée, la fréquence le manche avec les doigts pour réduire la
avoir répondu à cette attente dans sera d’autant plus grande, et donc la note longueur mise en vibration. Cela diminue le
les années 1930, les ingénieurs plus aiguë, que la corde est tendue ou que temps d’aller-retour de la vibration de la corde
de chez Gibson avaient-ils imaginé qu’ils sa masse par unité de longueur est faible. et augmente donc la fréquence des oscil-
créeraient un instrument de musique aussi Ainsi, sur une guitare, les six cordes, lations. Ainsi, en pressant une corde en son
populaire ? De l’ES-150 de Charlie Christian à bien que de même longueur, peuvent produire milieu, on double la fréquence, c’est-à-dire
la Fender Stratocaster de Jimi Hendrix, la gui- six notes différentes. Pour obtenir davantage que l’on joue une note à l’octave.
tare électrique émet sa musique partout. Mais
comment ? On se pose la question quand on
remarque que cette guitare est dépourvue de
caisse de résonance, structure responsable
de l’amplification du son des cordes dans les
instruments classiques (voir l’illustration
ci-contre).

Des cordes et des frettes


Transformer une corde en instrument de
musique est facile. Il suffit de la tendre, puis
de la faire vibrer en la frappant (piano), en
la frottant (violon) ou en la pinçant (guitare).
La perturbation se propage le long de la corde
et effectue des allers et retours en se réflé-
chissant aux extrémités. Le résultat est un
mouvement périodique de la corde. Plus
Dessins de Bruno Vacaro

précisément, ce mouvement est une super-


position (une somme) d’oscillations sinu-
soïdales à des fréquences égales aux mul-
tiples entiers d’une fréquence fondamentale.
C’est cette fréquence fondamentale
(inverse de la période) qui définit la hauteur UNE CORDE QUI VIBRE PRODUIT UN SON TRÈS FAIBLE. Dans un instrument classique,
tel l’oud arabe (à droite), ce son est amplifié grâce au couplage entre la vibration de la corde
de la note. Les amplitudes relatives des et celle de la caisse de résonance. Dans une guitare électrique, c’est le mouvement des cordes
différentes « harmoniques » (les oscillations lui-même qui est traduit en signaux électriques, lesquels sont ensuite transformés en sons
aux fréquences multiples de la fondamentale) par des haut-parleurs.

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Idées de physique [89


Rendez-vous

LORSQUE LE DOIGT PLAQUE LA CORDE


Vers le sillet contre le manche de l’instrument,
Chevalet il raccourcit la longueur de la corde mise
Corde à vide Corde plaquée Frette en vibration, ce qui augmente la fréquence
sonore fondamentale et produit un son plus
aigu que pour la corde entière. Pour
un instrument à frettes, comme la guitare
ou le luth, la longueur sélectionnée est
Manche la distance entre le chevalet et la dernière
frette avant le doigt.

Sur le violon ou l’oud, la position du doigt L’aimant magnétise la portion de la corde


peut varier de manière continue ; cela per- placée juste au-dessus (voir la figure page
met de faire des vibratos, mais la pratique ci-contre), cette dernière étant en acier ou
de l’instrument est délicate. Il est plus facile en nickel (des matériaux ferromagnétiques).
de jouer juste sur un instrument qui comporte Lorsque la corde vibre, le petit champ magné-
des frettes. Ces petites barres de métal tique dû à son aimantation varie au niveau
incrustées dans le manche sont légèrement de la bobine. En vertu des lois de l’induction
surélevées : si vous pressez convenablement électromagnétique, il engendre alors aux
la corde entre deux frettes – et peu importe bornes de la bobine une tension électrique.
la position précise de votre doigt –, la corde Ainsi, le principe de la conversion est
sera immobilisée au niveau de la frette la simple. Mais la relation entre les vibrations
plus proche du chevalet (voir la figure ci- de la corde et le courant produit l’est beau-
dessus). Les frettes imposent donc des coup moins. Tout d’abord, ce courant n’est
longueurs bien définies de la partie vibrante pas proportionnel à l’amplitude des vibrations,
de la corde et, convenablement disposées, car les champs magnétiques sont très inho-
permettent de jouer des gammes. mogènes aux échelles considérées : quand
la corde s’éloigne du capteur, elle se retrouve
dans une zone de champ magnétique plus
Un « micro » magnétique faible. Le petit aimant induit sur la corde
■■ LES AUTEURS Mais la corde ne fait pas tout : sa vibration devient donc à la fois moins puissant et plus
produit un son très faible, car elle agit très distant de la bobine. Et c’est l’inverse quand
peu sur l’air qui l’entoure. La solution habi- la corde se rapproche. Ces variations, qui
tuelle est de coupler mécaniquement cette se répercutent sur la tension induite, peuvent
vibration à une grande surface associée à rendre le son très puissant, avec de fortes
une caisse de résonance creuse, comme non-linéarités qui enrichissent le son en
avec une guitare classique. harmoniques élevées.
Jean-Michel COURTY Et dans une guitare électrique ? Ici, les Ensuite, le capteur agit mécaniquement
et Édouard KIERLIK vibrations de chaque corde sont directement sur les cordes, puisque son aimant perma-
sont professeurs converties en signaux électriques par un nent attire le morceau de corde aimanté.
de physique à l’université
Pierre-et-Marie-Curie, à Paris. capteur électromagnétique, qu’on nomme Cet effet amortit les vibrations de la corde
Leur blog : www.scilogs.fr/ usuellement « micro », bien qu’il ne s’agisse et peut rendre le son beaucoup moins per-
idees-de-physique. pas à proprement parler d’un microphone sistant. Par ailleurs, la corde peut vibrer
(dispositif censé capter un son). Les signaux parallèlement ou perpendiculairement à
Leur dernier ouvrage :
En avant la physique !, électriques sont amplifiés afin de faire l’axe de la bobine. La tension induite sera,
un recueil de leurs meilleures vibrer la membrane de haut-parleurs, avec dans le premier cas, beaucoup plus élevée
chroniques parues dans en bonus la possibilité de traiter électro- (typiquement d’un facteur 10) que dans le
Pour la Science (Belin, 2017). niquement le son pour obtenir le timbre et second, car la variation du champ magnétique
la sonorité désirée. sera plus importante. Le « micro » traduira
Retrouvez la rubrique Le « micro » est composé d’un aimant donc très différemment le jeu du guitariste
Idées de physique sur (ou plusieurs) autour duquel un fil de cuivre selon la façon dont il gratte la corde, avec
www.pourlascience.fr très fin est enroulé et forme une bobine. ou sans médiator.

90] Idées de physique © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


Rendez-vous

Morceau aimanté

Corde en
vibration

Courant induit

Aimant

Sillet Micro Chevalet

CHAQUE « MICRO » D’UNE GUITARE ÉLECTRIQUE est un capteur bas : le mode fondamental et les trois harmoniques suivantes) de la
électromagnétique, qui aimante le morceau de corde situé face à lui. Le corde, les trois « micros » captent des oscillations d’amplitudes diffé-
mouvement de ce morceau de corde, en faisant varier le champ magné- rentes (traits verticaux ; le rouge indique ici une oscillation en opposi-
tique au niveau du capteur, induit un courant électrique dans la bobine tion de phase) en fonction de leurs positions. Ils conduisent donc à des
de celui-ci. Par ailleurs, pour chaque mode d’oscillation (de haut en sons de timbres différents à partir de la même corde en vibration.

Enfin, il ne faut pas oublier l’influence On voit ainsi que le micro chevalet
de la vitesse de la corde sur la tension induite, conserve toutes les fréquences et favorise
effet qui favorise encore les hautes fré- les plus élevées. Le son de ce micro est
quences. Et c’est sans compter que le cap- donc plus agressif, plus aigu. Le micro
teur se comporte comme un oscillateur manche, lui, conserve bien les basses
électrique, qui a sa propre fréquence de fréquences et élimine certaines harmo-
résonance et son propre taux d’amortisse- niques. On l’utilise pour avoir un son plus
ment. On comprend donc le soin méticuleux rond, plus grave.
avec lequel un guitariste règle son « micro » ! Dans la Stratocaster, un raffinement
vient enrichir ces sonorités : le micro che-
valet est incliné d’une dizaine de degrés BIBLIOGRAPHIE
Combiner les micros vers le manche et capte plus facilement
■■

P. Perov et al., The physics


Ou plutôt ses micros, car, comme on le le mode fondamental des cordes les plus of guitar string vibrations,
constate sur la Stratocaster, il y en a trois hautes (les plus graves) tandis que le micro American Journal of Physics,
pour chaque corde : le micro manche, le micro intermédiaire est très légèrement incliné vol. 84(1), pp. 38-43, 2016.
intermédiaire et le micro chevalet. Pour vers le chevalet, ce qui au contraire gonfle A. U. Case et al., Electric guitar
comprendre l’intérêt de cette multiplicité, un peu en harmoniques ces notes graves. – A blank canvas for timbre
regardons d’abord le mode fondamental Mieux encore, la Stratocaster est dotée and tone, Proceedings
of Meetings on Acoustics,
d’une note jouée sur la guitare (voir la figure d’un sélecteur qui permet de choisir entre vol. 19, article 015039, 2013.
ci-dessus). L’amplitude de la vibration de la ces trois micros, ou une combinaison d’un
N. G. Horton et T. R. Moore,
corde est plus élevée au niveau du micro des micros extrêmes avec le micro inter- Modeling the magnetic pickup
manche qu’au niveau du micro chevalet : médiaire : les possibilités sonores en sont of an electric guitar, American
cela signifie que, pour un réglage identique multipliées d’autant. Journal of Physics, vol. 77(2),
par ailleurs, ce mode est plus présent dans Ainsi, paradoxalement, ce n’est pas tant pp. 144-150, 2009.
le son du premier micro que dans le second. pour leur fidélité de restitution du mouve-
Considérons maintenant une harmo- ment des cordes que l’on conserve ces
nique, la troisième. Au niveau du micro micros magnétiques (des capteurs optiques
chevalet, la vibration est accentuée par disponibles depuis une vingtaine d’années
rapport au mode fondamental, tandis que feraient mieux l’affaire), mais plutôt pour
son amplitude est pratiquement nulle au leurs infidélités, qui contribuent à la va-
niveau du micro manche ; et pour le micro riété des sons des guitares électriques...
intermédiaire, la vibration est en opposition ou des ouds électriques que l’on commence
de phase par rapport aux deux autres. à voir depuis quelques années. n

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 Idées de physique [91


RENDEZ-VOUS

QUESTION AUX EXPERTS

Avaler un corps étranger


est-il dangereux ?

©Shutterstock.com/VITA PIX
L’ingestion d’un objet est le plus souvent anodine, sauf
si cet objet est tranchant, volumineux ou chimiquement actif.
Bernard SCHMITT

L
’ingestion de corps étrangers d’une affection œsophagienne connue, de extraction endoscopique. On réalise celle-ci
se rencontre surtout chez les blocage intra-œsophagien, d’objet tranchant sous anesthésie générale après intubation.
enfants, les personnes âgées et ou volumineux (longueur supérieure à 6 cen- Finalement, seuls 1 % des cas d’ingestion de
en milieu psychiatrique. L’enfant, timètres, diamètre supérieur à 2,5 centi- corps étrangers nécessitent une extraction
pour lequel les actions de prévention sont mètres), ainsi que d’ingestion de piles (en chirurgicale.
essentielles, ingère le plus souvent des pièces particulier de piles-boutons chez l’enfant) ou Beaucoup plus inquiétantes sont les inges-
de monnaie, des médailles, des épingles, d’aimants, l’extraction en urgence s’impose. tions volontaires, car elles concernent surtout
des piles, des crayons, des parties de jouets. En effet, des lésions des muqueuses peuvent des objets acérés (aiguilles, lames de rasoir,
Chez l’adulte, les corps étrangers avalés et apparaître en une heure, des dégâts mus- clous) ou des ustensiles de cuisine (cuillères,
posant un problème sont majoritairement culaires en deux à quatre heures et une fourchettes, couteaux). Les sites de blocage
d’origine alimentaire : os, arêtes de poisson, perforation en huit à douze heures. les plus fréquents se situent au niveau de
gros morceau de viande, voire... dentier. la glotte, du pharynx, de l’œsophage et du
Un tel événement expose à deux com- pylore. Ils nécessitent presque toujours une
plications principales : la perforation du
Prise en charge nuancée extraction endoscopique, voire chirurgicale.
tube digestif (par une lame de rasoir, un La prise en charge sera donc nuancée et Une autre situation à très haut risque
couteau, un clou, une clé, etc.) et l’occlu- graduée. Si aucun symptôme ne se manifeste, vital est celle du body packing, où de jeunes
sion intestinale (due à un gros objet). Chez il convient d’abord de calmer l’angoisse de adultes, en provenance de Colombie, du Pérou
l’adulte, le blocage d’un corps étranger ou l’adulte confronté au problème ou des parents ou de Guyane, avalent des préservatifs rem-
d’un aliment permet de découvrir dans dont l’enfant vient d’avaler un objet. En effet, plis de stupéfiants avant de prendre l’avion
presque 40 % des cas un facteur de risque près de 80 à 90 % des corps étrangers tra- pour l’Europe. En 2015, 250 kilogrammes de
préexistant tel qu’une sténose peptique (un versent spontanément le tractus digestif drogues ainsi transportés ont été découverts
rétrécissement de l’œsophage) ou néopla- sans qu’aucune intervention endoscopique à l’aéroport parisien de Roissy par des poli-
sique (rétrécissement dû à une prolifération ou chirurgicale ne soit nécessaire. L’attente ciers, qui ont ensuite patiemment attendu la
cellulaire), des diverticules (formation de peut se faire même à domicile, mais une livraison des « paquets ». Lorsque celle-ci
poches sur les muqueuses intestinales), surveillance clinique et radiologique permet ne vient pas, ou au moindre de soupçon de
une hernie hiatale (remontée de l’estomac de vérifier que la progression se passe bien, perforation de la poche, il devient urgent de
à travers le hiatus œsophagien). jusqu’à l’évacuation. procéder à une opération chirurgicale.
Que faire en cas d’ingestion ? Tout Cependant, au moindre doute ou s’il y a Pour finir, précisons que l’ingestion de
dépend du diagnostic posé d’emblée. En aggravation des symptômes, par exemple produits ménagers liquides peut également
cas d’ingestion de petits objets non tran- en cas de douleurs, l’extraction s’impose. être gravissime. Mais cela mériterait un
chants ou ayant déjà franchi la barrière Elle est facilitée depuis quelques années autre article ! n
du pylore (orifice de communication entre par les progrès de l’endoscopie digestive,
l’estomac et le duodénum), une simple sur- notamment grâce aux fibroscopes munis Bernard SCHMITT est chercheur au Centre
veillance suffit si aucun symptôme ne se de pinces préemptives. Dans la pratique, d’enseignement et de recherches en nutrition
manifeste. À l’inverse, en cas de douleur, seuls 15 % environ des cas exigent une du Centre hospitalier de Bretagne-Sud, à Lorient.

92] Question aux experts © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


Le nouvel opus de deux
vulgarisateurs hors pair !
Une bouteille qui chante. Un verre de chocolat
soluble qui tinte. Un carillon dont les cloches
homothétiques couvrent toute la gamme.
Un escalier qui joue du clairon. Une sculpture
qui filtre certains sons... Et en avant la physique !
18,5 x 24,5 cm - 192 pages – 24 euros

Séismes et tsunamis, comment


les expliquer ? Et pourra-t-on
un jour les prédire ?
Une découverte passionnante de la lente
évolution de nos connaissances sur les séismes,
qui se lit comme un roman !
15 x 22 cm – 288 pages – 19,50 €

Et aussi…
Dans notre collection
de livres de poche 10 x 17 cm – 304 pages – 9,90 € 10 x 17cm – 392 pages – 9,90 €

Inscrivez-vous à la newsletter sciences sur www.belin-editeur.com


RENDEZ-VOUS

SCIENCE & GASTRONOMIE

Le goût du fumé
sans ses inconvénients

© Jean-Micihel Thiriet
Des filtres à zéolithes permettent d’éliminer des composants
toxiques de la fumée tout en préservant les arômes.
Hervé THIS

N
ous disons vouloir manger sai- composés. La plupart de ces molécules, à com- Jane Parker et ses collègues ont montré
nement, mais nous faisons le mencer par la vanilline, comportent un cycle que les zéolithes de très faible granularité
contraire. Nous fumons, bu- « aromatique », à six atomes de carbone, car étaient plus efficaces, quand elles avaient été
vons du vin et des eaux-de-vie, la lignine initiale est une très grosse molécule préchauffées. Des ketchups qui avaient été
nous cédons trop aux fromages, saucissons, ayant un grand nombre de tels cycles. Pour la additionnés d’huiles fumées, filtrées ou non,
chocolats... Et nous aimons les produits de même raison, la fumée de bois contient aussi avaient des goûts comparables, avec toutefois
fumaison, qui peuvent être malsains. des hydrocarbures polycycliques aromatiques, une diminution de certaines notes associées
Pourquoi aimons-nous le goût du fumé ? où plusieurs cycles aromatiques sont asso- à des composés retenus en même temps
Les anthropologues ont avancé que la cuis- ciés, comme dans les benzopyrènes, qui ont que les HAP, tels le gaïacol et ses dérivés,
son était favorable parce qu’elle facilite la cinq cycles. Ces HAP sont cancérogènes, parce ou les isoeugénols. Les zéolithes les plus
digestion, de sorte que les goûts fumés qui qu’ils viennent notamment s’intercaler entre fines conduisaient à des goûts moins « brû-
y sont associés auraient été sélectionnés les paires de base de l’ADN et perturbent ainsi lants ». Surtout, on comprend aujourd’hui que
au fil des générations. la réplication des cellules. Ils sont responsables diverses zéolithes conduisent à différents
Quoi qu’il en soit, on constate que ce goût des cancers du poumon des fumeurs et, chez arômes de fumée, de sorte que l’on saura
pour le fumé est partout, des sauces des fast les gros consommateurs de produits fumés, ajuster des goûts fumés sur mesure.
food aux saumons fumés, en passant par les de cancers du foie. Cette clinoptilolite est vendue sur Internet.
saucissons, lards, etc. Certes, jadis, le fumage Peut-on avoir le goût de fumé sans les Avec une cocotte-minute et de la sciure, on
était un bon moyen de conserver les chairs HAP ? Depuis des décennies, les industriels ont sort les vapeurs par la soupape de sécurité
animales (poissons, notamment), mais au- cherché à composer des « arômes de fumée » et on dirige les fumées décontaminées vers
jourd’hui on sait que le fumage est dangereux. en assemblant les composés les plus utiles des filets de saumon qui auront été préalable-
Outre des composés odorants, les produits et en évitant ceux qui sont toxiques. Parfois, ment passés au sel (2 heures), puis dessalés
fumés contiennent des hydrocarbures poly- ils ont condensé les aérosols de combustion dans l’eau (1 heure) : le fumage sain est à
cycliques aromatiques, ou HAP, responsables dans l’eau, puis purifié les solutions obtenues. notre portée. Évidemment, il y a même plus
notamment d’une forte prévalence de cancers Hélas, ces purifications ne conduisent pas simple : badigeonner des pièces de poisson
de l’appareil digestif dans les pays du nord toujours aux produits souhaités. ou de viande avec des arômes de fumée.n
de l’Europe, où l’on mange beaucoup fumé. Les chimistes de l’université de Reading
Pourrions-nous avoir le fumé sans le dan- ont préféré tester l’emploi de filtres à zéolithes Hervé THIS, physicochimiste,
ger ? Jane Parker et ses collègues de l’uni- (des silicates naturels), efficaces pour le tabac est directeur du Centre
versité de Reading, en Angleterre, montrent ou les gaz de combustion automobile. Optant international de gastronomie
que oui (Journal of Agricultural and Food pour la clinoptilolite, un aluminosilicate, ils moléculaire AgroParisTech-
Inra et directeur scientifique
Chemistry, DOI : 10.1021/acs.jafc.6b05399). ont produit des fumées à partir de bois de de la fondation
Présentons d’abord les faits chimiques. La chêne et les ont divisées en deux parties, Science & culture alimentaire
combustion de la lignine du bois produit des l’une traversant le filtre à zéolithes et l’autre (Académie des sciences).
phénols qui donnent une puissante odeur de non. Les fumées, filtrées ou non, étaient
fumé, brûlé, épicé : le paracrésol, le gaïacol, alors conduites soit vers de l’eau, soit vers
l’isoeugénol contribuent aux notes fumées de l’huile, puis ces liquides étaient analysés Retrouvez la rubrique
épicées, tandis que des notes plus douces sont par chromatographie en phase gazeuse avec Science & gastronomie sur
apportées par la vanilline et quelques autres spectrométrie de masse. www.pourlascience.fr

94] Science & gastronomie © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


pour l'ACPM - R.C.S. Paris B 378 899 363 - *Source : ACPM ONE 2015-2016.
Où lirez-vous la presse
quand les ordinateurs auront disparu ?

Sur papier, certainement, et sur d’autres supports qui n’existent pas encore.
La presse a déjà beaucoup changé. C'est même le média qui a le plus évolué.
Aujourd'hui, vous êtes 95 % à nous lire sur papier au moins une fois par mois*.
Demain, pour vous accompagner, nous évoluerons encore. Mais ce qui ne changera pas, c'est la qualité du travail
de nos journalistes. C'est et cela restera notre cœur de métier. Et nous trouverons toujours le moyen de vous rendre
accessible une information de qualité qui vous procure du plaisir.
Notre évolution ne se fera pas sans votre avis, exprimez-le sur demainlapresse.com

avec #DemainLaPresse
D E M A I N L A P R E S S E . C O M
À LIRE

■■ paléoanthropologie traditions à la Préhistoire, Alain Savant remarquable du Ce riche ouvrage, issu de


Testart expose que le décor des XIXe siècle, Saint-Hilaire, à ne la collaboration d’une dizaine
Art et religion grottes témoignerait d’une vision pas confondre avec ses contem- d’auteurs français et brésiliens,
de Chauvet à Lascaux totémique du monde, utilisant les porains les Geoffroy Saint-Hilaire entièrement bilingue et superbe-
Alain Testart contrastes entre espèces animales du Muséum d’histoire naturelle, fut ment illustré, est à mettre entre
Gallimard, 2016 pour penser les différences entre membre puis président de l’Aca- toutes les mains.
(380 pages, 26 euros).
les humains. démie des sciences. Original en ses

L
Josquin Debaz
a dernière grande tentative Il tente également de présenter idées, bien qu’il s’inscrive dans la EHESS, Paris
d’interprétation globale des une théorie générale des signes non lignée de l’explorateur naturaliste
grottes ornées de la Préhis- figuratifs qui abondent dans les Alexander von Humboldt, il est
toire remonte à plus d’un demi- cavernes et qui ont toujours résisté reconnu tant en France qu’en Amé-
siècle. Elle fut l’œuvre du préhisto- à toute interprétation. Pour cela, rique du Sud pour ses travaux ■■ sociologie
rien André Leroi-Gourhan, qui en il s’appuie sur une analyse icono- en botanique et ses collections La Différence
proposa, dans les années 1950-1960, graphique précise des statuettes d’histoire naturelle, étendues aux des sexes
une lecture structuraliste mainte- qu’on a surnommées « Vénus » animaux et aux minéraux. Remar- N. Mathevon et E. Viennot (dir.)
nant abandonnée. et conclut que la plupart de ces quables également sont ses récits Belin, 2017
signes géométriques, hormis les de voyage, substantiel témoignage (334 pages, 22 euros).
plus simples (lignes et points), sur le Brésil de l’intérieur et ses

E
procéderaient d’une réduction de habitants. n une dizaine de contribu-
ces figures féminines, puis de leur Dans ce livre sont abordées tions, le livre démonte les
inversion. Il sera très intéressant les multiples facettes de cette his- idées préconçues sur les
de suivre les réactions des préhis- toire. Elles vont d’un chapitre sur différences censées opposer mas-
toriens à ces propositions, et l’on la correspondance de Saint-Hilaire culin et féminin. Chaque auteur
ne peut que regretter la disparition à un autre traitant des recherches propose une monographie précise
prématurée de l’auteur, dont on qu’il consacra à la flore utile et et concrète sur sa spécialité. Com-
aurait aimé qu’il poursuive avec à ses usages pharmaceutiques. ment la lutte contre les préjugés
eux un fructueux dialogue. On saura apprécier la trans- sexistes s’y exprime-t-elle ? Les
Jean-Loïc Le Quellec
cription et le commentaire du attitudes ont-elles changé ? La
CNRS, Paris manuscrit d’un carnet de récolte nature des résultats scientifiques
au Brésil. Ce travail vient enrichir le a-t-elle été modifiée ?
Pour reprendre cet énorme chapitre abordant la publication sur Bigarrées, les contributions
dossier de milliers d’images plusieurs années dans les Nouvelles portent sur les études cinématogra-
■■ histoire de la botanique
préhistoriques réalisées dans les annales des voyages d’observations phiques, la biologie du comporte-
cavernes de l’espace franco-canta- Auguste historiques, géographiques et sur ment animal, le droit du travail, la
brique durant plusieurs dizaines de Saint-Hilaire les langues indigènes. Tenu avec littérature française du XVIIe siècle,
de milliers d’années, il fallait un D. Lamy, M. Pignal, C. Sarthou, rigueur, cet imposant journal nous la biologie du développement
anthropologue de l’envergure S. Romaniuc-Neto (coord.), montre combien, pour son époque, de l’appareil génital, la danse,
d’Alain Testart. MNHN, 2016 Saint-Hilaire était sensible au sort la psychologie sociale, la musi-
Partisan d’un comparatisme (607 pages, 35 euros). des populations indigènes. cologie, le sport, les études sur
ethnographique raisonné, Alain la Renaissance, l’éthologie des

C
Testart a cherché à tenir compte du e très bel ouvrage retrace la primates non humains. Selon ses
plus grand nombre de faits pos- vie et les travaux d’Auguste goûts, le lecteur s’attarde sur tel
sible. Il montre dans ce livre que Prouvensal de Saint-Hilaire, chapitre plutôt que sur tel autre.
l’art des grottes exprime très proba- botaniste et voyageur naturaliste, Par exemple, j’ai retenu que les
blement une pensée classificatoire, et les replace dans leur contexte femmes au XVIIe siècle ont beau-
et que les figures s’organisent selon historique et scientifique. Les coup écrit, ont eu du succès ; Per-
une série de règles simples (symé- auteurs traitent leur sujet en rault, avec ses contes, s’inscrivait
trie axiale, translation, inclusion, profondeur, l’accompagnent de dans une mode essentiellement
etc.). S’appuyant sur son excel- nombreux documents d’époque, portée par elles. Mais leur rôle est
lente connaissance des sociétés notamment la Réponse aux reproches minimisé, voire effacé, dans les
aborigènes d’Australie, sans pour que les gens du monde font à l’étude histoires de la littérature, dues en
autant commettre l’imprudence de la botanique, qu’il publia en 1811, général à des professeurs hommes.
de transposer directement leurs ici rééditée et commentée. Un phénomène étrange semble

96] À lire © Pour la Science - n° 475 - Mai 2017


À lire

■■ préhistoire portent davantage l’empreinte


d’Antoine Balzeau, qui sait expli- A. Einstein
Notre Préhistoire quer avec l’expérience de celui qui La Poésie du réel
Sophie A. de Beaune manipule les fossiles humains et M. García Iglesias et M. Kahil
et Antoine Balzeau pratique les nouvelles technologies, 21 g, 2017
Belin, 2016 (128 pages, 19 euros).
comme les reconstitutions en trois
(208 pages, 29,90 euros).
dimensions. Einstein nous manque. Son pacifisme, son

D
eux grands spécialistes, On sent que le savoir est humanisme, son imagination, sa liberté
l’une préhistorienne et maîtrisé et digéré. Les illustra- intellectuelle… La façon dont, au milieu de la
l’autre paléoanthropo- tions choisies sont originales traditionaliste Suisse, puis de la rigide Prusse,
il a imposé la puissance bénéfique de ces
logue, ont uni leurs efforts pour ou rarement vues. Les auteurs
vertus envers et contre tout, particulière-
rééditer une œuvre de qualité, ont voulu se démarquer, jusque
ment contre le nationalisme… Tous ceux que
puisée directement aux sources. dans les pages récapitulatives ces aspects de sa personnalité charment se
La facture est d’apparence finales : un« portrait de famille » feront grand plaisir en lisant cette évocation
habituelle, construite comme avec les dessins des principaux naïve du bonhomme Einstein. Cette bande
fréquent : la postérité, plus sexiste d’autres livres qui traitent du hominidés fossiles et une échelle dessinée idéalise un homme qui avait aussi
dirait-on que les contemporains, même sujet avec des doubles chronologique simplifiée, ainsi ses travers, mais, très bien documentée,
oublie des femmes qui avaient été pages thématiques et des encadrés qu’une planche bien utile résu- elle montre aussi l’Europe cosmopolite et
reconnues de leur vivant. pour des questions plus générales. civilisée qui a sombré en 1914. Einstein en est
toujours resté l’un des fils valeureux.
Le livre souligne le sexisme de Mais ce n’est qu’un cheval de
la Révolution française. Sous l’An- Troie pour mieux renouveler le
Une mathématicienne
cien Régime, certaines femmes genre et emmener le lecteur vers
dans cet étrange univers
avaient statutairement accès à la d’autres horizons.
décision publique alors que cer- Sophie A. de Beaune a beau- Yvonne Choquet-Bruhat
tains hommes en étaient privés. À coup réfléchi sur sa discipline, Odile Jacob, 2016
(315 pages, 25,90 euros).
partir de 1789, toutes les femmes son histoire, ses schémas, ses
ont été privées de cet accès tandis dogmes et ses ambiguïtés. Cela se L’auteure aurait pu évoquer
Simone de Beauvoir en intitulant son recueil
que tous les hommes l’ont obtenu. sent à l’angle choisi pour traiter
de souvenirs Mémoires d’une mathémati-
Le chapitre sur le comporte- chacun des thèmes, tels « Intelli- cienne rangée. Elle raconte ses rencontres au
ment animal est également sai- gence des chimpanzés », « Maî- cours de ses pérégrinations avec les grands
sissant. Fondé sur de nombreux trise des techniques », « Préoccu- physiciens et mathématiciens du monde,
exemples, il montre l’extrême pations esthétiques » et « Middle notamment Einstein et Oppenheimer ; elle
variabilité d’une espèce à une autre Stone Age » (« Paléolithique mant les « caractéristiques mor- témoigne aussi sur ses maîtres à penser, Jean
des comportements supposément moyen africain »). Plutôt que phologiques » des crânes humains Leray et André Lichnerowicz. Un carnet de
typiques du mâle ou de la femelle. de synthétiser une nouvelle fois erectus, néandertalien et sapiens. bal bien rempli, qui esquisse un tableau de la
physique mathématique du XXe siècle, à une
Prétendre que tel comportement les connaissances actuelles, elle Je retiendrai un petit incon-
époque où la vie d’un chercheur compétent
humain est naturellement mascu- les met en perspective, rappelle vénient : les cartes un peu trop
était encore un long fleuve tranquille.
lin ou naturellement féminin n’a leur fragilité, sans s’embarras- anciennes, à mon sens, qui nuisent
donc aucun sens. ser de querelles de chapelles à la modernité du propos. Quoi
Kosmos
Regrettons qu’une pesante ni d’opposition entre les écoles qu’il en soit, je recommande la
orthodoxie règne sur le livre et lui française, germanique et anglo- lecture de ce livre, accessible dès Antoine Letessier Selvon
CNRS Éditions, 2017
impose l’observance d’une stricte saxonne, ni reprendre les vieilles le collège, et qui servira de modèle
(184 pages, 18 euros).
neutralité de genre. Alors, il sacri- formulations. Il y a des faits, par sa liberté de ton et son assu-
L’Univers est un accélérateur de particules.
fie à la mode actuelle des contor- des objets, voici ce qu’on peut rance tranquille, très XXIe siècle.
Cela, les physiciens l’ont découvert avant
sions. Exemple : « À lire certain.es en dire. Point.
Romain Pigeaud même d’être capables de construire une
pourfendeurs et pourfendeuses Les pages sur Homo naledi, telle machine. Physicien des hautes énergies,
Chercheur associé à l’UMR 6566
des actions positives et même une sur l’Enfant de Mojokerto et sur du CNRS, université de Rennes-1 l’auteur raconte comment les rayons
majorité d’auteurs et d’autrices... ». l’homme de Florès, entre autres, cosmiques ont accompagné les progrès
Je vois le mal que ce systématisme de la physique des particules, conduisant
fait à la langue, pas le bien qu’il notamment à la découverte expérimentale
fait à l’égalité des sexes. Retrouvez l’intégralité de votre de l’antimatière. Son récit vivant est simple
magazine et plus d’informations et va à l’essentiel.
Didier Nordon sur www.pourlascience.fr

© Pour la Science - n° 475 - Mai 2017 À lire [97


BLOC-NOTES
de Didier Nordon

fin des trois termes, huit interprétations diffé-


rentes – et rivales – du sigle sts sont admis-
ESPÉRER A = CRAINDRE NON(A) sibles. Ainsi, l’intitulé « Science, technique,
société » est abstrait. Il est assez loin des

E spérer sans craindre est impossible : si


j’espère que A se réalise, je crains qu’il
ne se réalise pas. Craindre sans espé-
rer est tout aussi impossible : si je crains A,
j’espère qu’il ne surviendra pas.
sciences, des techniques et des sociétés pour
les percevoir comme des unités : démarche
de théoricien, qui s’appuie sur la déduction
plus que sur l’observation. À l’inverse, l’intitulé
« Sciences, techniques, sociétés » fleure ses
Donc les phrases « Tant qu’il y a de la études de cas. Des sociologues, des ethnolo-
vie, il y a de l’espoir » et « Tant qu’il y a de la Il en va presque toujours de même : Ma vie de gues décrivent avec minutie l’interaction de
vie, il y a de la crainte » ont le même sens. Richard Wagner contient peu d’indications sur tel développement scientifique ou technique
Mais la première, qui rassure, est souvent la création musicale. » (Christian Godin, Chaplin avec telle société.
répétée, alors que la seconde, qui inquiète, ne et ses doubles, Champ Vallon, 2016, p. 41). Peut-être est-il avisé de garder sts sans
s’emploie guère. Ainsi, nous nous rassurons Pour évaluer la pertinence de ce constat, expliciter. Que chacun comprenne à sa façon
à l’aide de formules dont nous finissons par il faudrait enquêter sur tous les créateurs. et croie que les autres comprennent comme
ne plus voir la synonymie avec des formules Tâche colossale ! Contentons-nous d’une lui. Mieux vaut l’ambiguïté que les querelles
inquiétantes. impression. Montaigne ou Descartes, qui d’école.
décrivent leur cheminement, semblent en
effet des exceptions. Beaucoup de créateurs
esquivent les questions sur leur inspiration.
La réponse de Beethoven, interrogé sur le RAISON ET POUVOIR
sens d’une de ses sonates (« Lisez La Tem-
pête de Shakespeare »), n’éclaire pas plus le
processus créatif que celle de Newton à qui
on demandait comment il avait trouvé sa loi
(« En y pensant toujours »). Les créateurs,
dirait-on, évitent d’explorer de trop près ce qui
Q uestions et objections à la fin d’une
conférence. L’orateur interpellé com-
mence chacune de ses réponses par :
« Vous avez raison. » Suite à quoi, il se met
à argumenter contre l’objection qui lui a été
se passe en eux, comme s’ils craignaient que faite. Sous une apparence pacificatrice, la
cela ne tarisse la source de leur inspiration. formule « Vous avez raison » laisse à l’orateur
Finalement, il se peut que les mathé- du temps pour mûrir une riposte.
maticiens soient dans le lot commun. Tels
CRÉATEURS NON RÉFLEXIFS que je les connais, je doute qu’ils se sentent
flattés par cette conclusion.

S elon une légende que les mathémati-


ciens aiment cultiver, leur développe-
ment mental s’arrête à l’âge où apparaît
le talent mathématique. Ce talent étant souvent
précoce, leur âge mental est souvent bas.
PLURIEL ET PLURALITÉ DU SIGLE 
J’ai cru cette légende confirmée par le fait
qu’ils sont rares à se mettre en perspective.
En quoi participent-ils du mouvement général
des idées ? Que s’agit-il d’éclairer ? Où est la
source de leur pensée ? Peu de mathématiciens
S avoir quel domaine de recherche se cache
sous le sigle français sts est simple : il
n’y a qu’à remplacer ces initiales par les
noms qu’elles désignent. Minute ! L’opération
est plus délicate qu’on ne croirait.
Ce procédé est plus fréquent chez les
littéraires ou philosophes que chez les scien-
tifiques. Ces derniers réfléchiraient-ils plus
sont sensibles à ces questions. Le sigle peut signifier « Science, tech- vite ? Sans doute pas. Mais ils ont moins
Mais, me hasardant au loin, je suis tombé nique, société ». Ou « Sciences, techniques, peur du silence. La remarque faite à l’orateur
sur la remarque suivante. « Chaplin n’a pas sociétés ». Ou même « Sciences, techniques demande examen ? Eh bien, il se tait ou mar-
donné beaucoup de détails sur la genèse et société ». Ce curieux parti, retenu par Wiki- monne dans sa barbe tout en réfléchissant.
de son personnage comique. [Son livre] pédia jusqu’en mars dernier, semble estimer la S’il trouve que son contradicteur a raison, il
Histoire de ma vie est décevant pour celui pluralité des sciences et des techniques mieux se range à sa position.
qui y chercherait les raisons et le sens de attestée, ou plus signifiante, que la pluralité des Occuper sans faiblir l’espace sonore est
l’œuvre de Charles Chaplin. Sans doute les sociétés. Selon qu’on ne met aucun s, qu’on une façon d’asseoir son pouvoir plus prisée
créateurs répugnent-ils à ce type d’analyse. en met trois, qu’on en répartit un ou deux à la des littéraires que des scientifiques... n

Imprimé en France – Maury Imprimeur S.A. Malesherbes – Dépôt légal 5636 – Mai 2017 – N° d’édition M0770475-01 – Commission paritaire n° 0917 K 82079 –
Distribution : Presstalis – ISSN 0 153-4092 – N° d’imprimeur 217303 – Directrice de la publication et Gérante : Sylvie Marcé.
.
Réflexions & débats

Dépassez les défis de la conception avec


COMSOL Multiphysics®. Avec ses puissants
outils de modélisation et de résolution,

LA MULTIPHYSIQUE
obtenez des résultats de simulation précis et
complets.

POUR TOUS
Développez des applications personnalisées
à l’aide de l’Application Builder, et déployez-
les au sein de votre organisation et auprès de
avec COMSOL Multiphysics
®
vos clients partout dans le monde, avec une
installation locale de COMSOL Server™.
Les outils de simulation numérique
viennent de franchir une étape majeure. N’attendez plus. Bénéficiez de la puissance des
simulations multiphysiques.
comsol.fr/products

100] Lu sur SciLogs.fr


© Copyright 2017 COMSOL. COMSOL, the COMSOL logo, COMSOL Multiphysics, Capture the Concept, COMSOL Desktop, COMSOL Server, and LiveLink are either registered
© Pour la Science - n° 000 - Mois 2014
trademarks or trademarks of COMSOL AB. All other trademarks are the property of their respective owners, and COMSOL AB and its subsidiaries and products are not affiliated with,
endorsed by, sponsored by, or supported by those trademark owners. For a list of such trademark owners, see www.comsol.com/trademarks.

Centres d'intérêt liés