Vous êtes sur la page 1sur 13

David VIEL – Le 24 12 2018

Emprise, influence et « divinité »


(… Réaliser une « divinité » ou voir là, une Leçon).

Réaliser une figure importante dans l’histoire qui « prend » ou alors apprendre sur ça
et par extension sur soi (se révéler) ?

Dans tout ce qui se passe, du fait d’être « en vie » (« là » de fait) il sera question de
« soi » vis à vis de ce qui tend à prendre de soi ( = à s’étendre) ; c’est à dire de ce qui
se passe concrètement ( = de ça ; ça sera toujours ce qui n’est pas reconnu et/ou
extérieur, étrange-r à « soi ») et par extension de soi (de ce qui sera réalisé = entendu
= en « soi »). Le sentiment se « charge » pour ne pas reconnaître, évoluer dans le
même sens. Dans TOUT ce qui « est », il y a ça. Et sans ça, pas d’ordre, pas d’avenir
= ça ne ressort pas, ça ne se passe pas et/ou ça ne tient pas « debout » (… au sujet de
ça, il s’agit d’à-venir. Lorsque ça vient à l’esprit de là à faire le pas, alors ça prend de
« soi »).

Il y a un échange (un pouvoir), un lien invisible entre ça et soi qui se passe en histoire
et qui ressort concrètement à travers l’objet qui aura raison du sentiment pour avoir
une notion de temps (le « nord », ou ça à l’esprit). Il peut ainsi se situer dans ce qui
sera son environnement (son être en « soi » mais ce sera dans la limite de son sujet, le
temps d’une vie et que les autres, l’Autre, les choses ne lui échappe pas mais belle et
bien profite).
Avec ce lien il est possible aussi bien d’enfer-mer (d’en-chaîner dans l’idée de
« monter », de « s’enrichir ») pour que le sentiment soit ainsi « sûr » de son sujet
(pour se « construire » de là à être au « centre » ou pas peu fier de son « succès ») que
de le réaliser ça ; sauf que ça rapporte RIEN  … Au contraire ça coûte-ra cher pour
ceux qui ont été, qui sont et seront là pour avoir le « pouvoir » et/ou rencontrer le
« succès ». Pour se préserver de ce dont ils ont été, sont et seront « responsables » et/
ou à l’Origine pour continuer à le « pouvoir » ou à réellement croire, en leur histoire.
Ils sont encore dans la notion d’être-avoir, ils n’ont pas ainsi encore conscience de ça
et par extension, d’eux en soi.

Légende ou impunité (calculer les risques = peser le « + » et le « - » … Se situer)


Le pouvoir est-il qu’une question de probabilité, de mathématique
(… de logique et/ou d’affect) ?

Être en droit ou prendre le droit ?


Le poids ou la valeur d’un « bien » (de ce qui est « vrai », de ce qui est « là » de fait)
et par extension le mérite (le « bien ») d’une personne ( = son a-venir, son re-sort, horizon
ou ses chances). Qu’est-ce qui le permet ça ? L’histoire … Tout en sachant qu’entre ça et
soi, il y a toujours une histoire (une voie)

David VIEL – Le 23 12 2018


Les mêmes qui se servent,
des gens
de l’opinion publique
du corps social
afin d’avoir une légitimité (le « courage », la « confiance »)
pour agresser des pays qui leur sont étrange-r-s
c’est à dire qui ne leur profitent pas ! Concrètement
… Ces mêmes personnes (mouvement de capitaux) agressent, ce dont ils avaient pourtant la
« charge » (en ayant demandé la « confiance » afin de pouvoir « progresser » dans leur
entreprise ; afin de pouvoir « monter » et/ou ressortir réellement comme étant
« responsable » … Sans l’être sauf si ça « prend » !)
s’en prend à leur propre, population (base)
en générant pareil !
Une histoire pour le « pouvoir » (pour se le permettre).
Non être critique à ce sujet !
Mais belle et bien voir une « légitimité »,
un « ordre » (le leur).
Et les gens doivent adhérer (suivre ce « mouvement », ce « courant » … Pour ne pas être
Dé-fait, être opposé ou contre ce qu’ils se doivent de «  suivre ») ;
une histoire doit ainsi avoir raison de leur sentiment,
pour que ça puisse « marcher »
«passer »
« se passer » … Comme ça ;
pour ceux qui s’investissent dans ce sens « là ».
Il doit se « passer » une chose
afin de pouvoir faire la bascule (pour avoir l’attention de là à avoir l’affection ... L’adh ésion
pour que ceux qui s’investissent dans ce sens, n’aient pas ainsi à payer pour le mal-fait  ;
mais belle et bien au contraire devenir encore + « culte », encore + « totem », encore +
« pilier » … « Central » = « modèle » ou être encore + au « commande »).
À quoi peuvent bien tenir (croire)
ces gens là (des personnes intéressées et/ou qui ont le droit, du fait d’être «  montées » ou de
s’être révélées dans ce sens).
Pour être encore « là » (« légitimé » ; il y a bien une influence ! Pour l’être ou du moins le
paraître) malgré le mal-fait.
Non pour être arrêté,
mais au contraire encore + léviter (pouvoir encore + croire en leur histoire = pouvoir avoir
encore + cette influence là, cette em-prise l à. Et cette emprise ce sera pour marquer le coup
et/ou frapper les esprit !! C’est à dire concrètement ! Pouvoir encore – le réaliser ou s’en
défaire pour le coup !
= Ceux, qui leur sont « inférieurs » et/ou « subordonnés » (… dans la hiérarchie, l’histoire
qui se « passe », et qui « prend » ! Dans les faits ou l’histoire qui se « passe » !!)
seront de fait !
Encore +
Conquis (ou alors, se sentir comme étant Interdit)
Neutres ou être
Dé-faits (puisque l’air de RIEN, ça « prend »).

Avec ça, c’est comme une « main » invisible qui se pose sur le soi afin d’avoir un horizon,
une chose à faire et/ou conscience de son sujet. Avec ça c’est comme une «  main » qui a
raison de soi afin de pouvoir rafler la mise à travers l’histoire qui doit prendre  ! Non pour le
réaliser ça !! = Lâcher prise !!! Mais belle et bien voir réellement des sentiments incarn ées
être dans les faits ! Conquis (ou alors ils se sentent comme interdit) , Neutralisés, ou être Dé-
faits (ça pèse et représente le poids du monde ; le fait d’être « là »).
David VIEL – Le 23 12 2018
Ils arrivent ainsi à se faire « avancer » ! Tandis que ceux qui sont en « bas », « autours » et/ou
qui leur « reviennent » = qui sont entre les mains de ceux, qui sont désormais à leur «  tête »
… « Reculent ». Ils seront, ils ressortiront forcément en « mieux » ou comme étant « en
tête », selon ceux qui se font alors … Avoir = posséder, exploiter (...« employé). Il y a
aucune révélation là !!
Ressortir en « bien » c’est à dire penser, dire et faire TOUT à la place des gens et/ou de ceux
qui leur reviennent de droit c’est à dire de fait !! C’est ça prendre le « pouvoir », la « main »
sans se faire « jeter » mais belle et bien « en jeter » !!! Et pouvoir ainsi pouvoir prendre dans
les faits ! Le droit, ce droit c’est à dire la place des gens (= qui tournent « mal »!!). Et pour
cela il leur faut une histoire ! Dont ils seront à l’Origine et/ou «  responsable » pour arriver à
« percer ». Et tout cela sans que ça ressorte comme tel afin que ça puisse «  passer »,
« marcher » !! Et/ou « Prendre ».
Les autres, l’Autre alors « reculent »
pour être de fait !
- Conquis (ou se sentir comme Interdit)
- Neutres, ou
- Ne plus être « là » dans les faits … Puisque leur histoire a « pris ».
Non pour que ceux qui se le permettent ça (du fait d’avoir pris le droit ce « droit »), le
reconnaissent ça ( = « douter » =ne pas être « sûr » de soi) mais belle et bien pouvoir boucler
la boucle ( = en être « sûr » = avoir cette influence là et/ou devenir comme ça sans que ça
ressorte comme tel et ainsi que ça « prenne » !!!) afin de pouvoir ainsi, tourner autours de
leur « axe » (« trou ») = de ce qui sera pour eux forcément une «  victoire »et/ou « vrai » ; ça
ressortira forcément pour eux, comme étant une «  révélation » ou « juste » puisque ça leur
permet de faire concrètement la bascule pour avoir raison du monde et non alors, conscience
de ça. Pour avoir conscience d’une « réussite » et/ou d’une « évolution » à leur sujet (… pour
le « pouvoir » et/ou le plaisir).
En un sens, ils arrivent ainsi à «  boucler la boucle » = ils arrivent à «avancer » ou à
verrouiller les choses dans un sens qui leur donne raison = profite = ils ont TOUT
« compris ».
Le propre et le fait de faire réellement de l’effet et/ou de devenir «  légendaire », « culte » =
le monde leur revient et/ou est à l’image de ceux qui sont au «  centre » (qui sont « cultivés »,
qui sont « en haut » et/ou qui ont TOUT « compris »).
Ça est en un sens, la preuve ou ce qui permet au sentiment (… ce que le sentiment réalise) de
se fixer dans ce qui n’existe toujours pas pour lui et/ou de ressortir de ce qui serait
concrètement la « fin » pour lui et/ou à son sujet (de toute manière quel que soit le sujet ou
l’objet qui aura conquis le sentiment pour « avancer », pour « grandir » et/ou pouvoir croire
en son histoire, en son « pouvoir » ... Il y aura une fin = « chute » = une Leçon).
Ça est un sens la preuve ou ce qui permet au sentiment de continuer à «  s’appartenir » ... À
« ressortir », à pouvoir faire ce lien être-avoir à travers l’objet qui a pris forme de l à à
prendre de « soi ». Afin de pouvoir y croire, y tenir (… toute flamme à besoin de matière.
Toute énergie, toute présence d’esprit à besoin de matière, de preuve. Raison pour laquelle
elle le génère ça sans le réaliser au de là et en deçà de ce qui sera son sujet  ; sort). Pour
« être , pour émettre et ainsi recevoir des nouvelles en fonction de l’objet qui a eu raison du
sentiment. Pour avoir conscience de son sol, de son présent, de son corps mental, de son
sujet c’est à dire de son cap et/ou de son ordinaire = de son à-venir, de son «  trou » et/ou res-
« sort ». Et si ça ne lui revient pas dans ce en quoi le sentiment s’est «  lancé » et ainsi qu’il y
a cru (donné de « soi ») alors c’en est fini de lui (il ne s’en sortira pas). Tout en sachant
qu’avoir raison du monde = « à la fin » dans ce qu’il est « responsable » et/ou ce qu’il sera à
l’Origine, ça ne l’aidera pas malgré l’histoire censée le convaincre du contraire (censée le
« préserver » de ce dont il SERA à l’Origine et:ou « responsable » !!).

David VIEL – Le 23 12 2018


Là, les gens ont déjà du mal à ressortir … Alors qu’est-ce que ça va être, si l’histoire
générée par ceux qui ont concrètement la main, «  prend » ! Jamais leur voix et par extension
leur voie pourra le réaliser ça et/ou sortir de l’influence de ce qui sera pour eux r éellement,
« impossible » (c’est ça prendre le « pouvoir », le « dessus » ou conditionner une personne et
par extension le monde pour qu’elle vous profite à mort) . Il leur sera impossible de le réaliser
ça (de les sortir de leur conditionnement, de leur «  à-faire », de leur « sujet », de leurs
« murs », de leur à-venir ou de ce qu’ils ne seront pas capables d’entendre !) puisque leur
construction (je) c’est faite sur un mensonge (cet axe ou ce « trou » celui qui fait que ceux qui
« tombent » dedans leur reviennent de fait). Un mensonge qui doit avoir raison du monde
pour continuer à s’étendre, à faire ce lien être-avoir sinon c’est la «  chute », la « fin » ou ça
n’ira pas (… ils n’en tireront pas une Leçon  ; à part pour se refaire et/ou revenir de plus
« belle »).
Dans ce sens ils ne sont pas là pour le réaliser ça mais belle et bien «  gagner » d’un côté et
donner leurs vies de l’autre. C’est excessivement mauvais et/ou sectaire malgr é la
« légende » censée prendre pour le « pouvoir » et/ou le plaisir. Et ainsi que le « charme »
censé les captiver à vie (c’est à dire à mort), censé les « préserver » de ce qu’ils génèrent
concrètement … Ne se rompt pas (et comme ils ont rien d’autre réalisé, alors d’eux-mêmes
ils ne briseront pas le sort et/ou leurs chaînes) . Pour se préserver de ce dont ils sont !
« Responsables » et/ou à l’Origine ( = d’eux-mêmes). Pour continuer leurs vies et/ou à croire
« réellement » en leur histoire = en leur « pouvoir » = en leur « légitimité »= en leur
« légende » … À condition que les autres, l’Autre soi-en-t encore Conquis, ou qu’ils se
sentent Interdits ; Mal. Afin d’être encore en le « pouvoir »  de ce qui est au « centre » ou de
ce qui les « pilote » ( = qui a TOUT « compris » = qui a raison d’eux. Je rappelle qu’il s’agit
de sort c’est à dire d’em-prire ou de «  pouvoir », à travers l’histoire qui se « passe » pour
avoir raison des autres, de l’Autre, des choses, par la « force » des choses !! Les gens ne le
réalisent pas ça, ils se calent sur ce qui «  prend » et/ou sur ce qui leur « prendra » !! Point
barre).
C’est dans l’air ou en cours ; ça ressortira dans un sens ! Mais lequel = Qu’est-ce qui sera
loué ou au centre de leurs vies ; car pour le moment c’est le profit et non la vie ou l’être en le
fait d’être humain … D’être « en vie » qui est espéré (at-tendu).

Dès que ça « prend » (de la « valeur », de la « hauteur » ... Et ainsi des gens!!) tout sentiment
se calera inconsciemment sur ce qui polarise, sur ce qui pla ît aux gens (ça prendra ainsi
encore encore + de la « valeur » ; c’est à dire de leur ça, de leur im-portance et par
extension de leur soi, essence et/ou énergie). Ils se caleront d’eux-mêmes sur ce qui est au
« centre », sur ce qui ressortira comme étant «  ordinaire » de reconnaître ( = ils donneront
leurs vies et/ou ils suivront ça d’eux-mêmes). Ils donneront leurs vies [ADHÉRERONT, ils
se SOLIDARISERONT] et/ou se caleront sur ce qui ressortira comme en valant la « peine »
(sur ce qui sera « normal » de reconnaître = de donner de «  soi »!!). Pour ne pas éprouver de
« mal » ou avoir le sentiment d’être « anormal » (d’avoir un problème). Ils arriveront ainsi à
se débarrasser de ce qui leur posera problème pour y arriver (et ça peut être, TOUT et
RIEN ; ce sera seulement ce qui sera opposé, ce qui sera «  tabou », « interdit » vis à vis de
ce qui ressort comme étant « totem » et/ou « loué » ; le « bien »). Pour se « rassurer », pour
continuer à « avancer », à être « bien », à être «+ » = « solide » ... À condition que les autres,
que l’Autre se cale (que les choses aillent dans leur sens) sur ce qui a eu raison du monde
et/ou sur ce qui est au « centre » 
= sur ce qui est,
Important ( = ça ressort à travers la notion d’avoir, de temps et ainsi d’emploi qui aura
raison du sentiment) ; au sujet de ça, il s’agit du « poids » du monde. Essayer d’être
« opposé » sans être Conquis, Neutres ou Dé-faits …. Sans changer d’état ou le r éaliser ça,
c’est « impossible »).
et sur ce qui est /

David VIEL – Le 23 12 2018


Essentiel (= « juste » de reconnaître pour avoir une notion de « soi » pour être « dedans »
et/ou « avec » = intéressé. Ça ressortira forcément en «  bien », en « + » et pour cela, il leur
faudra l’Avoir après vu et ainsi que ça ait pris de «  soi », pour l’être !! « Bien » à condition
d’Avoir ce qui a eu raison du sentiment).
__
Ça (le monde) prend ainsi forme pour que les énergies manifestées dans la densit é (dans ce
qu’ils ne réalisent pas au-delà de ce qui sera leur sujet, af-faire) puisse avoir un ordinaire ;
une chose à faire. Je rappelle qu’une personne est incapable de faire ce lien sans perdant con
enveloppe et/ou ce qui lui « appartient » (« est » pour toujours).
Pour avoir ainsi une chose à faire à l ’ e s p r i t (le sentiment se « charge »).
Pour avoir un sol et par extension une limite ; un toit = une dimension propre au sujet pour
avoir ainsi une « peau » (un avenir) et par extension du « peau » si ça prend, d’autres que lui
en « soi » … À ce stade ce sera important et/ou essentiel = «  vitale ». Car ça permet d’avoir
une enveloppe, une cellule et par extension un environnement c’est à dire de l’air et/ou de
l’espace (« compris » des choses) afin de pouvoir évoluer dans la matière qui sera
concrètement son sujet. Et ainsi pouvoir enfin aller de «  l’avant »  (… devant « soi » à
condition que ça « prenne » encore sinon c’est « mort ». C’est à dire que ça, les autres,
l’Autre, les choses aille dans son sens pour avoir raison du monde et non alors, conscience de
ça).
TOUT res-sort (toute «existence », « cellule », « peau ») fait ce lien être-avoir pour le
« pouvoir » ou le plaisir. Pour être « dedans », pour être « apprécié » ( = « privilégié ») et/ou
au « courant » de ce que le sentiment doit faire (doit se « charger ») pour être encore « en
vie » (« là » de fait et non être Dé-fait ; sans à-venir).
Et ainsi s’être « révéler » c’est à dire être « proche » du centre après s’être fixé (un
sentiment incarné est obligé de se fixer ou de voir le « bien » ; de donner de « soi »).
Pour avoir le sentiment d’en « valoir » la peine (« d’en jeter » et non d’être «  à jeter ») . Une
fois que le sentiment se fixe (et/ou ressort), il devra passer par ceux qui sont au « centre » (qui
ont de la « valeur » c’est à dire … Sui ont TOUT «  compris » ! = Ce sont eux qui ont pris
l’importance et par extension le « soi » des gens) et donc qui ont ! La confiance afin de
pouvoir « ressortir » = Être proche de ce qui « marche », de ce qui est au « centre » et/non
être « en bas » et/ou « opposé » pour ne éprouver du « mal » (mais belle et bien être
« proche » de ce qui « marche »). Pour ainsi le sentiment d’avoir TOUT « compris » ( = avoir
vite vu où était son intérêt) . Pour avoir de l’importance et par extension l’énergie (du temps
et de l’espace = la « re-connaissance » de ceux qui ont TOUT « compris ») de ceux qui sont
concrètement « autours » et/ou « en bas »  en passant par ceux qui sont au « centre » (pour
avoir l’importance et l’énergie de ceux qui sont concrètement, Conquis, Neutres ou Dé-
faits. Et parfois ça en fait, du monde).
Tout sentiment (toutes personnes) fera« connaissance » dans un sens celui qui lui sera propre
pour se définir et/ou être « dedans » (pour se mettre « dedans »). Pour avoir conscience de
son sujet (= Qui il « est » et par extension de ce dont il est « capable » ; de son res-sort) à
travers l’histoire qui « prendra » (ou pas) afin de pouvoir « évoluer » (« monter »,
« réussir ») dans le domaine qui sera son sujet. Pour mettre ça de côté (et/ou ça en perspectif)
pour être « là » (et pas autre part = s’appartenir un minimum) pour être « bien » vis à vis de
ce qui est au « centre » (de ce qui sera forcément « centrale » pour le sentiment = SA vie) . Et
non avoir craqué (être devenu « bête » = être sans à-enir, sans res-sort, sans im-portance et
ainsi pouvoir encore prendre de « soi » ; avoir le « change ». Je rappelle tout de même
qu’au sujet de ça, il s’agit du «  poids » du monde ; ce qui n’est pas RIEN. Si ça échappe au
sentiment en cours de « vie », il est « mort »).
Dès que ça (les autres, l’Autre, les choses) échappera au sentiment après s’être lancé (et ainsi
qu’il s’est figuré, ça = qu’il s’est vu «  dedans » alors il se sentira «en vie » et par définition
pas encore « mort ») ... alors c’est « mort » ; parce qu’il ne le réalisera pas, ça. Au contraire il
le niera ou il en jouera afin de pouvoir se refaire si ça lui échappe ou si ça lui prend. Il ne sait

David VIEL – Le 23 12 2018


pas encore contre quoi, il se bat = En fait, contre lui-même à travers ce qu’il génère + ou -
consciemment pour être encore « dedans » et/ou s’appartenir un minimum. Pour se préserver
de ce qui serait concrètement « mal » c’est à dire la « fin » à son sujet ; et quel qu’il soit
d’ailleurs à ce stade.
__

Pour être ainsi en phase (en ordre) avec ce qui est au «  centre », avec ce qui est normal de
reconnaître, c’est à dire avec ce qui est important et/ou essentiel de penser, de dire et de
faire pour ne pas être Dé-phasé (« en retard ») vis à dis des autres = Avec ce qui «  prend » .
Pour être encore « là » de fait et non être Dé-fait = être à contre- « courant » (être « in-
compris », être « mal-aimé », « pas considéré »).
Je rappelle le « poids » de ça … Si ça prend tout sentiment en vie, se calera «  dessus » sinon
il est « mort » et/ou il se sentira « perdu » = il n’est plus « là » de fait ! (… il sera plus « sûr »
de RIEN et/ou plus « là » dans les faits).
Dans ce sens, ils se battront forcément contre le « mal » celui qui leur viendront forcément à
l’esprit et qui est désigné + ou – consciemment, par ce qui a pris de la «  valeur » avec le
temps (ce temps), aux yeux de la personne (du sentiment encore en « pensé » ou de la
personne encore « en vie ») = par ce qui a eu concrètement raison de leur sentiment et/ou de
leurs personnes (par ce qui est au « centre »). Tout sentiment se cale inconsciemment sur ça
ou sur ce qui deviendra SA vie (« proche »). Ça est ce prend de « soi » pour être « dedans »
et/ou « avec » (« pour »). Pour ensuite se sentir obligé de penser, de dire et de faire comme
ça (ce qui a eu raison de leur sentiment et par extension de leurs personnes)
pour continuer
- à s’appartenir (à faire ce lien être-avoir à condition que ça, les autres, l’Autre, les choses ne
leur échappe pas mais belle et bien « profite »)
- à rester « en phase » (à se faire « marcher » et non à se « désolidariser »).
Dans ce sens, ils se battront forcément contre ce qui leur est devenu normal de penser, de
dire et de faire c’est à dire normal d-’-e «  ab-battre » (de réduire ça à néant, à RIEN du
TOUT). Ce sera leur à-faire (axe, charge de travail, problème ; ça ressortira comme ça à leur
yeux = esprits). Pour continuer à faire ce lien ou à faire ce qui leur est ordinaire de penser, de
dire et de faire. Il s’agit concrètement de leurs vies (à-venir et/ou à-faire). Ça leur permet
encore de s’appartenir et/ou à faire ce qui leur est «  normal » de faire = Ce qui leur est
« vitale » de r e c o n n a î t r e pour continuer à relativiser ça, les autres, l’Autre, les choses à
leur manière (pour ne pas être sans rien faire et/ou Dé-fait  = disparaître. Je rappelle que le
sentiment n’a pas conscience de ça et ainsi de lui en soi  ; à condition d’avoir encore du
« travail » à abattre !! C’est à dire la matière condition à son sujet, sinon il est «  mort » !! =
« fini »). Pour que ça leur aille encore ( = et ainsi que ça, les autres, l’Autre, les choses leur
revienne encore dans ce sens) sinon ça leur échapperait et non alors, profiterait  ! Il sera
toujours question de renforcer leur sort ou leur corps mental (leur je, à travers l’objet qui a
raison de leur sentiment).
Ils seront forcément mauvais sauf si ça, les autres, l’Autre, les choses ne leur reviennent pas
 !! Ne leur « Profitent » pas au final. Et tout cela sans que ça « ressorte » mais que ça (les
autres, l’Autre, les choses) leur « profite » ! Pour encore le « pouvoir » !
Et c’est en ça, que c’est « fort » !!

Ils ne seront pas mauvais !! S’ils ont raison du monde !!!!!!!


Inconsciemment c’est, ce qu’ils essaient de prouver au monde (… de manifester). Comme
pour manifester qu’ils le « valent » bien (qu’ils le méritent mais sans en saisir la porté, le
sens ou la dimension). Ils arrivent ainsi selon eux, à faire la preuve qu’ils « s’en sortent » en
donnant concrètement leurs vies à ce qui est un leurre (à ce qui n’a pas d’intérêt) sauf pour
ceux pour qui ça profite concrètement ( = le Marché).
Tout sentiment qui a le pouvoir (la « confiance ») établie un lien avec autre que lui pour le
« pouvoir » et/ou le plaisir = pour « monter », pour « en profiter » (pour en-chaîner dans

David VIEL – Le 23 12 2018


l’idée de « monter » et non alors, le réaliser ça = réaliser cette mécanique ! Non pour avoir
+ mais le dire = se révéler et non le faire = se le permettre).
TOUT sentiment qui a la main, peut frapper, manipuler, exploiter, ruiner sans le réaliser ( =
faire l-e-a la malin-e) et en même temps, s’en défendre (du fait de tenir à son image, à sa vie.
Non à la vie mais à sa vie, à sa gueule et/ou à son bien) . Ils génèrent ainsi inconsciemment
des événements qui leur seront propre et qui leur permettront ainsi, de sauver la face pour
avoir ainsi ! TOUT « compris » ; le « poids » et/ou Raison du monde … Le monde qui est
ainsi « à leur merci », à leur « image », en leur « pouvoir » et/ou à leur « écoute » (le monde
qui est concrètement Conquis, Neutre ou alors Dé-fait)  ! Dé-fait, s’ils n’arrivent pas à leur
fin ou s’ils ne sont pas au « centre » de TOUT ce qui « est » … à la fin dans ce qu’ils
entreprennent).
Lorsque je dis que ça dépasse l’entendement ou que ça force le respect, ce n’est pas pour
rien. Lorsque ça est vécu, c’est « mort » et/ou re-parti pour un tour (c’est « mortel » ou vécu).

L’intérêt général ne peut être au détriment de l’intérêt privé (de la personne)


Et
l’intérêt personnel ne peut être au détriment de l’intérêt de tous (général).
En tout et toute chose, il y a un équilibre … Un « centre » de gravité, un « trou » une chose à
faire (à réaliser) ou ça, qui a pris forme et qui présente alors forcément un intérêt puisque ça
prend de « soi » ( = ça « ressort », ça « existe » ; ça « porte », ça « trans-porte » = Ça prend
de « soi »).
Tout ce qui est « en tête » doit demander la « confiance », à ceux qui sont en « bas » ou
« autours »  = captivés ( = à la base, au corps sociale qui devient leur base … Leur
« accomplissement » personnel et/ou « exploit ». Je rappelle que derrière tout « exploit »
personnel, il sera question d’exploitation et/ou de « gagner » leurs vies sans voir le mal mais
belle et bien un ordre, un droit ou une « justice »). Pour ne pas se couper ! D’eux-mêmes, de
la fonction et/ou de la condition même à leur sujet dans le temps et l’espace (… propre à leur
sujet désormais, s’ils ont été « reconnu » dans ce en quoi le sentiment s’est donné du
« mal » et/ou que ça lui ait été «naturel ». Et ainsi s’ils ont établi un lien dans ce sens là =
s’ils ont obtenu gain de cause, la confiance pour s’y re-trouver dans le temps = s’appartenir
et/ou ressortir de ce qui serait « grave » sinon à leurs sujets ; quel qu’ils soient d’ailleurs
dans ce sens). Sinon risquer de mal tourner (… sans même le réaliser ou le voir arriver).
Il n’y a a rien de pire que de sauver la face (de jouer à ça ou avec ça) ; alors je n’en parle pas
lorsque le sentiment joue ou le nie ça, du fait de ressentir un «  pouvoir » = d’aimer ça  ! Et,
qu’il ne verra pas le « mal » pour avoir « + », et non « - » !! En ayant raison du monde!! Ou
«à la fin » dans ce qu’il permet (« entreprend » ; je rappelle qu’ils en vivent de ça!!! C’est
même pratiquement devenu le « moteur » du monde ou de ce qui « est »). Il ne sera pas
critique à ce sujet !! Du fait de captiver et/ou de voir un intérêt (le « pouvoir » ou que du
« + »). Dans ce sens plus il se sentira « bien », c’est à dire qu’il sentira le « + » (une im-
portance qu’il n’aurait pas sinon) « - » il s’arrêtera. Pour se sentir encore «  + » fort =
« mieux » (réalisez l’em-prise!!) lorsque les autres sont de fait encore + en son pouvoir ( =
Conquis, Neutres ou Dé-faits puisque ça « prend » = ça « s’étend »). Dans ce sens ce sera
pour le « pouvoir » (et/ou le plaisir). Non pour le réaliser ça mais belle et bien se le permettre
encore +
= Être à l’Origine, être « responsable » d’une histoire afin que les autres soient de fait !
Conquis (ou alors « se sentir comme des merdes », comme Interdits),
Neutres ou
Être Dé-faits (plus « là » dans les faits).
Pour renforcer ainsi ses « chances » (avoir de l’à-venir, du « poids » à travers l’objet qu’il a
projeté pour avoir du « concret » … Et non être Dé-fait = être en le pouvoir ou dans
l’histoire de ceux qui auront alors raison du monde, la main et/ou TOUT « compris »).
Pour renforcer son je (pour « avancer » personnellement, pour « grandir ») et non risquer de

David VIEL – Le 23 12 2018


TOUT « perdre » et/ou de perdre, de se perdre « au final » = dans ce qu’il entreprend (les
choses, des choses) pour « gagner » SA vie ou rafler la mise « à la fin ». Pour renforcer son
sort, son corps mental, son culte et non perdre la « main » = la « face » (être ef-facé) et/ou la
« partie » (… dans ce que le sentiment se permettra pour croire en son histoire et/ou en son
« pouvoir »).
Si ça « prend », il pourra alors là ! En « profiter ». Dans le cas contraire, ça aura raison de lui
pour que ça profite « à la fin » à ceux qui ne verront pas le mal à ça mais belle et bien un
intérêt (que du « + » ; ils verront forcément le « + » du fait de s’être donné du «  mal » dans
ce sens et/ou pour ça … Pour également le « pouvoir » et/ou le plaisir. Il faut dire qu’ils ont
été «  à bonne école » ou entre de « bonnes » mains pour le saisir ça = pour devenir pareil,
intéressé ou alors qu’une histoire ait eu raison de leur sentiment pour le «  pouvoir » et/ou la
plaisir de ceux qui sont là pour «  s’enrichir » ; pour ne pas voir de « fin », de « limite » à
leurs sujets).
Au sujet de ça, c’est déplacer des lignes pour soit
- le réaliser, ça (mais je préviens, ça n’« apporte» RIEN … Bien, au contraire.
Ça corrompt, ça prend de « soi » et au final ça n’apporte RIEN. Et cela malgré l’histoire
censée vous convaincre du contraire, censée prendre afin de pouvoir y croire ( = se figurer
ça). Afin de pouvoir croire le contraire et/ou permettre à ceux qui ont eu raison de vous en
« soi » (qui ont ça et ainsi le « droit », le « poids », qui ont TOUT « compris ») d’avoir
TOUT ce qu’ils veulent et/ou raison de TOUT ce qui « est ».
- être au « centre » (« totem », « culte », « cool »).
Ou qu’
- une histoire ait raison du sentiment (être «  à jeter ») afin que des sentiments incarnés
puissent ainsi profiter de la vue (« en jeter »). Je n’en parle pas alors de leur influence pour
ne pas « redescendre » ou perdre de leur « influence » = leur « bien ». Je rappelle que leur
« confiance » (que leurs vies, que leurs sentiments d’être «  là ») provient de cette influence
qu’ils ont concrètement sur les gens sans voir le mal mais belle et bien voir une «  justice »,
un « ordre » et/ou croire être « dépositaire » de ce qu’ils ne réalisent même pas  ; mais ça ne
les empêche pas de se le figurer, pour alors se le permettre (pour jouer à ça et/ou avec ça ; ce
qu’ils ne mesurent même pas). Pour ne pas perdre la face et/ou « à la fin » dans ce qu’ils
permettront et/ou dans ce qu’ils se permettront (… en mal-pensant, en mal-disant, en mal-
faisant).
Dès que le sentiment se lance (dès qu’un objet, qu’un « centre » de gravité, d’intérêt c’est à
dire qu’un « trou » a raison de lui) ça (les autres, l’Autre, les choses) doit forcément lui
revenir afin de pouvoir réellement croire en son histoire = en son «  pouvoir ». Pour avoir
ainsi ! Une « légitimité », c’est à dire La vie qu’il veut ou la preuve d’avoir du «  mérite »
(d’être « compétant » et/ou d’avoir de la « chance »)… En ayant raison ( = converti) du
monde à ce qu’il s’est mis en tête d’avoir pour le «pouvoir  » et/ou pour le plaisir et par
extension encore le « valoir » ; je rappelle que le sentiment part de son je ... Il en est jamais
« sorti » ! Au sujet de ça, il s’agit du « poids » ou de la « valeur » de tout « est » = de toutes
choses. Sinon ça leur « échappe » ou ça s’arrêterait concrètement à leurs sujets  ; quel qu’il
soit d’ailleurs (... je rappelle que ça peut être, TOUT et RIEN. Ça cale seulement, le
sentiment sur ce qui sera son sujet, son axe, le temps d’une vie, dans la limite de son sujet
c’est à dire de son « trou » et à condition que ça, les autres, l’Autre, les choses ne lui
échappent pas mais belle et bien lui profite = tombent « dedans »).
Ils ont toujours été dans le « pouvoir » , donc si ça (les autres, l’Autre, les choses) leur
échappe, ils « tombent » dans ce qu’ils ont jamais reconnu pour ne plus alors, le « pouvoir » !
Les « revoir ».

Le nerf de la guerre, c’est le « soi ».

Dès qu’un sentiment « monte », il aura le « soi » non pour le réaliser ... Mais belle et bien
s’en servir  ( = en profiter) pour avoir « + » et non « - ». Pour renforcer son sort, son « trou »

David VIEL – Le 23 12 2018


= son je et/ou « rayonnement ». Afin de ne pas perdre ce qui doit forcément lui revenir pour
continuer à s’appartenir (à « respirer », à avoir la matière condition à son sujet si les autres,
l’Autre, les choses continue à « prendre »), à le « croire » et/ou à en être « sûr ». Pour ne pas
perdre la « main » (« espoir », SA vie)  ; après l’avoir eu (en avoir eu, une). Pour ne pas
perdre le « nord » = pouvoir encore « s’en sortir » dans l’histoire dont il est à l’Origine et/.ou
« responsable » pour soit le nier, en jouer, soit le réaliser ça  ! Ce qu’il ne fera pas ... Afin de
pouvoir encore « améliorer » sa situation et/ou s’« en sortir » dans ce qu’il permet. Pour
avoir raison de TOUT ce qui « est » et/ou ne pas commencer à « douter » à son sujet (je
rappelle qu’il n’a encore RIEN « réalisé » malgré son à-faire pour continuer à se convaincre
du contraire ; à le « pouvoir »).
Tout sentiment qui « monte » (qui a le « soi » = de l’à-venir et/ou ça) ne devra pas perdre
l’objet (la « main ») condition à son sujet (à-venir) sinon son corps mental extension à son
corps physique (son intégrité psychique extension à son intégrité physique) est corrompu ( =
fragilisé ; son lien être-avoir, la connexion ne se fait plus = son à-venir est «  menacé »). Et
se faire de l’argent et/ou un nom, ne change rien à sa condition (je rappelle que le temps et
l’énergie qu’il a, provient du système qui a raison du monde. Un syst ème qui ne reconna ît
pas l’Ordre, la vie mais belle et bien le profit et/ou l’enrichissement personnel ; le pouvoir
et/ou le plaisir personnel. Et donc ça se retournera contre lui sauf s’il devient comme ce qui
aura raison du monde. Quant à le réaliser ça, je n’en parle même pas  !!).
Raison pour laquelle lorsque ça (les autres, l’Autre, des choses, les choses) sont à « soi »
(revient à une personne « en vie » et/ou à un sentiment incarné) ça ne sera pas pour partager
(pour le partager et/ou le réaliser, ça) mais belle et bien le garder pour « soi » ( = exploiter,
posséder).
Le propre et le fait !
- d’Avoir TOUT « compris » ,
- d’Être malin-e et/ou de le devenir ... Pour le «  pouvoir » et/ou le plaisir. Pour le « valoir »
et/ou en être « sûr » !! Pour que le sentiment incarné et/ou que la personne en vie, n’ait plus
ainsi de « doute » à son sujet.
Ils arrivent ainsi à se « rassurer » sur leur sort ou sur leur cas. Ils arrivent ainsi à renforcer
leur corps mental et/ou à en avoir le « cœur net » , au sujet ça = au sujet de ce qu’ils ne
mesurent pas sauf lorsque ça « prend » à travers l’objet censé leur revenir dans le temps
sinon c’est mort pour eux. Pour continuer à écrire leur histoire. Pour continuer à plier les
choses dans un sens qui fait que ça leur plaît, que ça leur fait plaisir et/ou revient. Ils arrivent
ainsi encore à se voir à travers ce qu’ils permettent, ce qu’ils se permettent pour être encore
« là » demain et/ou avoir encore raison du monde (de TOUT ce qui « est » pour s’en sortir
dans ce sens qu’ils permettent alors, et non alors ce qu’ils réalisent encore) .
Le « pouvoir » corrompt.

Tout sentiment qui « ressort »,


qui « monte »,
qui « réussit » (qui a le « soi » d’autrui)
ça ne sera pas pour le réaliser ça,
mais belle et bien avoir raison du monde ; c’est à dire « + » et non « - ».
Pour « renforcer » son sort (son je de là à devenir « culte »)
et non ainsi risquer SA vie,
risquer de « disparaître » et/ou d’éprouver du « mal ».

Dans ce sens, ils font preuve de « volonté » ou ils prouvent, qu’ils sont « positifs » (qu’ils en
« veulent », que ce sont des « gagnants »).
Ils arrivent ainsi, à plier les choses dans leur sens c’est à dire à avoir de fait  ! TOUT ce qu’ils
veulent et/ou entreprenne = ils « avancent » (tandis que les autres « reculent » et/ou leur

David VIEL – Le 23 12 2018


revient t!! C’est mécanique et eux, ils le vivent = ils le prennent personnellement sinon ça ne
leur parle pas et/ou dit RIEN)
Et pour « avancer » personnellement (pour qu’ils puissent réellement croire en leur histoire,
en leur « pouvoir ») il leur faut avoir « + » et donc que d’autres aient « - » (aient ça sur le dos
pour le « pouvoir » ou le plaisir = Avoir raison de TOUT ce qui « est »). Ça doit rester
« pratique » et pour que ça le soit, pour que ça le reste, ils ne peuvent pas, ils ne doivent pas
alors le réaliser ça ! Dans leur « intérêt ».
Ils génèrent ainsi un « centre » de gravité ( = il voit un intérêt, le « jour » … Un tunnel, une
chose à faire afin de pouvoir voir le « bout du tunnel »). Afin de pouvoir « monter », « s’en
sortir » (« respirer », «  être ») et/ou se préserver de ce qu’ils se permettront pour continuer à
le « pouvoir » (à « s’apprécier »,à se « rassurer » à leurs sujets).
Et dans ce sens, la seule issue, la seule voie possible sera d’avoir raison du monde  ; de TOUT
ce qui « est ». Et non alors être là, pour le reconnaître, Ça ! = ne pas être là pour se dévoiler !
Au contraire … Dans ce sens, ils seront là pour le nier, pour en jouer mais certainement pas
pour le réaliser ça = Être ce qu’ils prétendent et qui doit « prendre » des gens.
Ils ne sont pas là pour « perdre » ce qui doit forcément, leur revenir pour ne pas «  douter » et
ainsi pouvoir continuer à le « valoir » !! À « avancer » … À condition bien « sûr » que ça
« prenne » ou de que ce soit encore « possible » (et ainsi que ça n’ait pas été encore
« découvert » = réalisé). Le réaliser ça, irait à l’encontre de ce qu’ils ont «  appris »
(« compris »).
- Ils sont là pour le « pouvoir » ou le plaisir.
- Ils sont là pour être proche du « centre » après en avoir créé (généré) un !
Et il ne faut surtout pas  les contrarier lorsqu’ils ont la « gagne » et/ou la « baraka » !! Et/ou
lorsqu’ils commencent à faire des plans sur la «  comète »  et que ça « prend » (des plans de
« carrière » !!).
Ils doivent arriver à leur fin (lorsqu’ils se « lancent »). Pour avoir le sentiment « d’avancer »,
de « marcher » d’avoir réellement TOUT « compris » ( = de « grandir », d’avoir du
« poids », du « peau » et/ou d’être de fait ! « Compétent-e).
- Ils sont là pour faire vraiment de « l’effet » !
Pour être vraiment, vraiment « bien »  !
Pour être vraiment, vraiment « fort-e-s ».
Et non être « mal » = « en bas » et/ou ne RIEN « valoir » (… comme ceux qui valent RIEN
ou qui n’y sont pas « arrivés » comme eux).
- Ils sont là pour « gagner » à la fin, dans ce qu’ils se permettent.
- Ils sont là pour « rafler la mise » et non « perdre », se « perdre » dans ce qui est devenu leur
domaine de « compétence » et/ou dans ce qu’ils permettent, dans ce qu’ils se permettent au
quotidien pour continuer à le « pouvoir » ou à croire réellement en leur histoire  ; en leur
« pouvoir » (sinon « tout fout le camp » ; ça n’ira pas).

Tout sujet (sentiment incarné) a besoin de matière (de preuve) et ce sont les autres, l’Autre,
les choses qui vont le leur permettre de croire en leur « pouvoir » (histoire). Non pour le
réaliser ça, mais belle et bien encore + se le permettre.

Au sujet de ça, il s’agit du «  poids » du monde et/ou du sens au fait d’être «  en vie » ; d’être
« là » de fait (d’être là en « vrai »). Ce qui n’est pas RIEN malgré l’histoire censée prendre,
pour permette à certain-e-s de croire réellement en leur histoire   ( = en leur « pouvoir ») ;
c’est à dire en le contraire de ce qu’ils devraient pourtant reconna ître (penser, dire et faire =
être). Mais ils ne le feront pas ça ! Car ils sont là pour le « pouvoir » et/ou encore le plaisir ( =
être là pour ça ... Ils en sont encore là, de fait). Pour que ce dont ils sont « responsables »
concrètement ! Et/ou à l’Origine « prenne » encore !! Et non que ça (ce qu’ils ont permis
pour le « pouvoir » et/ou le plaisir) risque de leur re- « tomber » dessus ; et donc être là pour
que ça ait au final raison du monde (de TOUT ce qui « est »). Et là c’est « bien » puisque ça
leur revien-t-dra-it « toujours » (il n’y aurait plus ainsi de « mal » ou de fin à leur sujet  ; la

David VIEL – Le 23 12 2018


preuve d’avoir TOUT « compris » ; c’est à dire le « + » sans le « - ». Ce serait un
« exploit », ce serait « bien », ce serait « juste » puisque ça leur reviendrait ! Ils arrivent
ainsi à sauver leur « peau » sans en saisir la dimension ou la porté) . Traduction : ça leur
« profiterait » personnellement = ça les « sauverait » de ce dont ils sont « responsable » et/ou
à l’Origine (= d’eux-mêmes) et non alors « coûterait ».
Ça, le monde, doit leur revenir = être à leurs pieds … Sinon ça, le fait d’ être «  en vie »
n’aurait aucun intérêt et/ou aucun sens  ! Ils perdraient le « nord » (sans passer par l’objet, ils
sont « mort »).
Le monde est ainsi de fait ! À eux (ça leur revien-t-dra-it. Les autres, l’Autre doit les
supporter, doit leur revenir et tout cela sans même le réaliser pour le «  pouvoir » et/ou,
pouvoir le « croire » = le « réaliser » = avoir une « légitimité »). Les gens sont ainsi
concrètement ( = de fait !!)
Conquis (ou comme Interdit)
Neutralisés ou
Dé-faits (plus « là » dans les faits).

Ça les scotche dans ce sens ; ils ont réellement le sentiment d’un pouvoir !


= Que ça (que TOUT ce qui « est ») leur revient de « droit »
= Que TOUT ce qui « est », est à eux ( .. de toute manière si ça ne les scotche pas, ça les Dé-
faits. Ils en sont encore là et/ou à ce stade).
En étant « en vie » (là « en vrai ») 3 options :
- le réaliser ça (se révéler)
- s’en servir pour « monter » (se figurer ça à vie c’est à dire à mort « grâce » à l’histoire
censée « prendre » pour le paraître. Afin de pouvoir réellement sauver la face, les
apparences et/ou « réussir » à se convaincre d’une « réussite » = à avoir réellement du
« succès », à rencontrer réellement le « succès ». Pour le « pouvoir », pour le plaisir et/ou
être vraiment de fait ! Super « bien » ! Sans l’être pour autant à « félicité » ... Au final ou au
Juste = De fait !… Sauf si ça « prend » = Si ce qu’ils permettent, se permettent, « prend » =
si ça s’étend ou si ça ait raison du monde qui ne l’a pas alors r éalis é mais belle et bien
« permis » !!)
ou alors
- une histoire aura raison du sentiment pour ne plus être «  là » de fait ; sauf s’il y met du sien
(de « soi ») s’il fait preuve de « bonne » volonté, s’il est Conquis (et/ou s’il se sent un
minimum « mal », un minimum interdit et/ou « comme une merde »). Puisque c’est la
« source », la « clé », la « base » ou la condition dans ce sens … Pour que des sentiments
incarnés puissent « décrocher une étoile » ; puisse devenir « légendaire » et/ou se figurer
une « réussite » = Avoir ce qu’ils ont vu et/ou ce qu’ils se sont mis en t ête d’avoir pour tenir
à leur « soi » ou à leur « être » en ayant ce qu’ils veulent (ce qu’ils ont vu = permis). Pour
avoir ça, sans le réaliser au-delà de ce qui sera-it pour eux (à leur esprit) un « succès » ou
sinon un « échec » ;c’est à dire une « perte » (dans ce sens, il y a un changement d’état qui
amène le sujet, le sentiment incarné à vouloir avoir raison du monde  ; de TOUT ce qui
« est » pour « s’en sortir » ou « progresser » dans ce qui sera pour lui, la seule voie, la seule
issue possible).
Le nerf de la guerre, c’est le « soi ».

Et entre ça (ce qui peut être, TOUT et RIEN) et soi il y a aura toujours une histoire pour le
« pouvoir » ou le plaisir … Des personnes « en vie » qui seront là pour profiter de la vue et
non manquer de TOUT ( = «rater » leurs vies, rater leur « avenir » ; ça, est à leur porté). Et
dans ce sens, il leur faudra toujours un objet qui est censé les conqu érir et/ou le leur
permettre, ça … de faire la bascule, de boucler la boucle dans ce qu’ils se sont mis en t ête
d’avoir pour en être « sûr » ; pour être « bien » et non « mal » ( = «  à l’arrêt »). Un objet qui
est censé concentrer leur énergie sur leur à-faire = sujet (en avoir un ! 1 à-venir, à vie c’est à

David VIEL – Le 23 12 2018


dire à « mort »). Afin de pouvoir être « sûr » de son sujet … Afin d’avoir raison du monde
(toujours raison) et/ou de pouvoir toujours plier les choses, les autres, l’Autre dans leur sens.
Pour avoir ainsi toujours du « mérite » quoi qu’il se « passe » et/ou de fait TOUT
« compris » ( = raison de TOUT ce qui « est » = avoir cette influence là !). Et ainsi encore et
encore, le « pouvoir » ... Pour le plaisir. Et là, ça leur revient (ils voient le « jour »). Là, ça
leur plaît = ils s’animent, ils s’agitent, ça « bouge » afin de pouvoir oublier leur condition et/
ou avoir à-faire = avoir raison dans ce sens d e TOUT ce qui « est » (et non ainsi conscience
de ça ; de ce qu’ils se permettront pour être encore«  bien », encore « là » personnellement
et non être « mal » ; « en dessous » de TOUT).
Ils ont réellement le sentiment d’être « juste », d’avoir « raison » lorsqu’ils sont au « centre »
ou lorsqu’ils ont raison du monde = la « main » et non alors, avoir encore réalisé ça. En
l’état, le réaliser ça, ça les « tuerait »  … Malgré leur sentiment à ce sujet ; c’est à dire leur
« pouvoir » et/ou l’histoire dont leur sentiment est à l’Origine et/ou « responsable » pour
continuer à s’y croire = à le « pouvoir » (je rappelle d’où lui vient leur « pouvoir » … Leur
sentiment projette un objet, met ça en perspective de là à ce que ça «  prenne » et ainsi
générer une base condition à leur sujet pour la bouffer ou lui «  offrir » un avenir =
« l’employer » ; à condition que ça, ce qu’ils ont permis et ainsi que ça, les autres, l’Autre,
les choses leur reviennent toujours. Dans l’idée réellement que ça leur revient).
Dans ce sens, les sentiments incarnées ne s’appartiennent pas r éellement sauf dans l’histoire
censée leur « profiter » à vie (c’est à dire à mort) et non leur « coûter », cher (et c’est en ça,
que c’est « fort » … Sans l’être pour autant ! Raison pour laquelle ça « coûte » sans l’avoir
= s’être donné du mal dans ce sens LÀ !!!! Et ainsi saisi ça c’est à dire s’être réalisé en
soi. Mais ça, ça leur « coûterait » et/ou ça leur arracherait la gueule) . Dans ce sens, le seul
salut, la seule issue, la seule voie ce sera non pour le r éaliser ça, mais belle et bien se le
permettre encore + afin d’avoir raison de TOUT ce qui « est » (sinon c’en est fini d’eux =
tout le « mal » qu’ils se sont donnés, n’aurait aucun sens ... Ce qui est Juste ou pas faux.
Mais ils ne pourront pas le réaliser ça … Pour alors, se le permettre  ! C’est sans « fin » dans
ce sens, mais pas dans le sens qui leur « prend » déjà, pour le « pouvoir » et/ou le plaisir =
« avancer » dans ce qui sera pour eux, forcément «  bien » ; le « bien », le « + » sans le « - »
afin de pouvoir oublier leur condition = qui ils sont et/ou ce qu’ils sont devenus pour le
« pouvoir » et/ou le plaisir ; pour avoir « + » et non « - ». Dès que ça leur « prend » c’est
parti pour un tour pour avoir raison du monde et non, le réaliser ça !).

David VIEL – Le 23 12 2018


Titre + Intro

Ordre

En tout et toute chose, il y a un équilibre. Une marque ou quelque chose qui «  re-sort », qui se
« passe » (qui « est ») sinon ça erre (ça ne ressort pas) de là à disparaître ou à ne plus être
« là » de fait.
Et entre ça (le fait) et « soi » (ce qui n'est pas « là » de fait, ce qui n’est pas fait et/ou réalis é)
il y aura une histoire ou une connexion être-avoir, extension au lien entre ça et soi. Pour se
« voir », pour « s’apercevoir », pour « s’appartenir » et/ou ressortir de ce qui « n’existerait
pas » alors.
Une connexion être-avoir extension au lien être-avoir ; c’est à dire à ce qui se « passe »
concrètement (à ce qui « est »). Pour être de fait ! « Dedans » et/ou « avec » c’est à dire « au
« courant » et/ou pouvoir ainsi se mettre au pas, en ordre et/ou au diapason (raison pour
laquelle il faut que ça « ressort » dans le temps afin de pouvoir se caler « dessus » sinon ils
ne sont plus « sûr » de RIEN). Et ainsi être « là » de fait ! Pour « peser » et/ou res-sortir de ce
qui est serait la « fin » concrètement à leurs sujet = être sans RIEN «  réaliser » ( = être « là »
pour le « pouvoir » et/ou le plaisir).
Poser les choses. Penser à ce qui se «  passe », à ce qui « est » ou à ce qui est censé
« prendre » = S'étendre = « Être » là de fait ... Demain (ce « demain »).
Au sujet de ça, il s’agit du temps et par extension de la «  chute » (du pas-sage) = du temps
passé, présent et à-venir (de ça et par extension, de « soi »).

David VIEL – Le 23 12 2018

Centres d'intérêt liés