Vous êtes sur la page 1sur 8

Pascal Clément

Shoushaoyin, Shoutaiyang, Zushaoyin, Zutaiyang


Généralités, trajets et points importants
DIU d'acupuncture de Bordeaux, 1ère année, cours du samedi 10 décembre 2011

Théorie des méridiens et des branches collatérales

La médecine traditionnelle chinoise considère que les méridiens (Jing mai) et les branches collatérales (Luo
mai) représentent la voie par laquelle circulent l'énergie vitale et le sang du corps humain. Ils forment un
réseau reliant les différents éléments internes et externes du corps et régularisent le fonctionnement de
l'organisme tout entier.
Le système des Jingluo comprend deux parties : les méridiens et les branches secondaires. Les méridiens
sont des troncs principaux qui se dirigent verticalement, tandis que les branches secondaires sont des
branches collatérales transversales reliant un méridien à un autre.
Les vaisseaux luo se séparent en un point nommé luo des méridiens principaux pour se ramifier ensuite en
luo de plus en plus petits jusqu'aux confins du corps.
Les méridiens et les branches collatérales sont répartis sur tout le corps humain et jouent un rôle de liaison
dans la relation réciproque entre les organes, les viscères creux et le revêtement cutané, faisant ainsi des
différentes parties du corps un tout.
Les méridiens principaux sont yin ou yang, tai (grand), shao (jeune, second), jue (qui s'essoufle), shou (la
main), zu (le pied).
Après quelques généralités et l’étude du trajet des méridiens du jour, nous localiserons quelques points
important à l’aide du manuel d’acupuncture.

Le Cœur et son méridien Shoushaoyin (shaoyin de la main)

Généralités

Les principales fonctions du Cœur sont de gouverner le Sang et les vaisseaux sanguins et d'abriter l'Esprit
(Shen).

Dans la culture chinoise, le Cœur est positionné au milieu de la poitrine. Il ne s'agit pas d'un centre
anatomique. Il est le centre comme la poutre faitière d'une maison est centrale, étant la plus haut placée. Il est
le centre comme le lieu ultime où tout converge et d'où tout émane, quand on est dans le sans forme :
perceptions, émotions, pensées, mental, spiritualité … Il est ce qui polarise les différents composants des
facultés sensitives et cognitives ; il est le centre de la vie personnelle.

Dans la médecine chinoise, le Cœur est considéré comme l'organe le plus important de tous. On le décrit
comme le « maitre » de tous les autres organes. Au chapitre 8 des « Questions simples » du Suwen il est dit
« Le Coeur est tel un monarque et il gouverne l'Esprit (Shen) .. ». Au chapitre 71 de « L 'axe spirituel » (Ling
Shu), on lit : « Le Cœur est le Monarque des cinq organes Yin et des six organes Yang, et il fournit un logis à
l'Esprit (Shen) ». Il est donc le maître des émotions et des organes des sens, le logis des esprits, le lieu de la
conscience et de la connaissance, de la sensibilité et de la spiritualité. Mais il a un double aspect car il
commande le sang et ses circulations, la langue qui permet la parole, l'allégresse et la sueur.

Le cœur est relié à l'élément Feu, comme le soleil il réchauffe, entretient la douce chaleur de la vie par la
circulation du sang ; mais il éclaire et procure la lumière qui émane de la présence des esprits.
Trajets

Trajet du méridien principal


Le méridien du Cœur part du cœur. Il en émerge et traverse le diaphragme, puis se relie a l'intestin grêle. Une
branche part du cœur et monte à la gorge et aux yeux.
Une autre branche part du cœur et pénètre dans le poumon pour en ressortir à l'aisselle et rejoindre le
méridien superficiel qui parcourt la face médiale et postérieure du bras, en arrière des deux autres méridiens
shouyin, pour se terminer à l'extrémité du bord radial de l'auriculaire.

Trajet du méridien de communication


De CO5, le méridien Luo se relie au méridien de l'Intestin Grêle. Une autre branche suit le méridien
principal, pénètre dans le Coeur et monte jusqu'à la pointe de la langue et à l'oeil.

Points importants

Parmi les 9 points du méridien principal du cœur, on peut retenir CO5 et CO7.

D'une manière générale, les points du Cœur traitent le shen (l'esprit) et agissent sur la face interne du bras, la
poitrine et les yeux.

L'Intestin Grêle et son méridien Shoutaiyang (taiyang de la main)

Généralités

Les principales fonction de l'Intestin Grêle sont de contrôler la réception et la transformation de la nourriture
et de séparer les liquides en partie pure et impure.

En médecine chinoise, l'Intestin Grêle reçoit le bol alimentaire pour continuer la dissociation et l'assimilation
commencées dans l'Estomac. Il recueille une bouillie, mélange de solide et de liquide, encore imprégnée
d'essences. Usant du discernement que lui procure son appartenance à l'élément Feu, il procède à la
séparation du clair et du trouble.

Trajets

Trajet du méridien principal


Le méridien de l'Intestin Grêle part du bord ulnaire, interne, de l'extrémité de l'auriculaire. Il suit ensuite le
bord ulnaire du dos de la main jusqu'au poignet et remonte le long de la face postérieure de bras jusqu'à
l'articulation de l'épaule. Il contourne l'omoplate, se relie à DM14 puis se dirige vers le creux sus-
claviculaire, où il se relie avec le cœur. De là, il longe l'œsophage et se relie à l'intestin grêle.
A partir du creux sus-claviculaire, la partie superficielle du trajet du méridien monte jusqu'au cou et à la joue
avant de pénétrer dans l'oreille. De la joue, une branche se dirige vers le bord inférieur de l'orbite et se relie
au méridien de la Vessie au canthus interne de l'oeil (VE1).

Trajet du méridien de communication


Au point IG7, le méridien luo de l'Intestin Grêle se relie au méridien du Cœur. Une autre branche monte le
long du bras et du coude, puis rejoint l'épaule.

Points importants

Parmi les 19 points du méridien de l’Intestin grêle, on retiendra plus particulièrement IG1 et IG3.

D'une manière générale, les points de l'intestin grêle agissent sur le bras, l'épaule et le cou ; ils chassent le
Vent et agissent aussi sur l'œil et l'oreille.
Le Rein et son méridien Zushaoyin (shaoyin du pied)

Généralités

La fonction principale du Rein est de stocker l'Essence (Jing) et de contrôler la naissance, la croissance et la
reproduction.

Dans la culture chinoise, les Reins assurent fermement la vie. Ils le font en tant que lien à l'origine,
dépositaires des puissances originelles. Ils sont, en ce sens, associés à la sexualité et à l'appareil génital. Ils le
font aussi en tant que fondement du yin et du yang présent dans l'organisme. Le yin authentique (zhen yin) et
le yang authentique (zhen yang) sont la capacité des Reins à soutenir la force du yang, la richesse du yin et
l'abondance des essences et des liquides, qui sont produites, acheminées, transformées par le travail
particulier de chaque organe : les Reins consolident en continu la vie. Ils sont le siège de la force profonde,
de la qualité de la constitution. Ils sont les ressources où l'on va puiser sans arrêt et qui s'épuisent avec
l'extinction de la vie. Les Reins sont associés à la sagesse : ne pas hésiter et savoir quelle direction prendre
pour aller au but naturel de la vie, comme l'eau sait le faire et comme elle le montre par les cours d'eau qui
s'écoulent vivement, sans hésitation et sans interruption, de leur source à la mer. La sagesse, n'est ce pas de
savoir comment faire pour diriger son vouloir et ses aspirations en fonction de sa nature originelle ? …

Dans la médecine chinoise, les Reins sont responsables des os et en charge des deux orifices inférieurs. En
tant qu'expression de l'élément Eau dans le corps, ils commandent l'eau et les liquides (fuites, échappement,
rétention et œdèmes font partis de leur pathologie), ils attirent en profondeur (aident les souffles à pénétrer
dans l'organisme et les liquides à y bien descendre), ils assurent le lien à l'origine (troubles de la croissance et
mécanismes de la reproduction sont de leur ressort). Ils sont le gardien des essences originelles (yuan jing) et
ils sont garant de la qualité et de la force des souffles qui se répandent dans l'organisme.

Trajets

Trajet du méridien principal


Le méridien du Rein part sous le cinquième orteil et se dirige vers le centre de la plante du pied (au point
RE1). Il passe sous l'os naviculaire et derrière la malléole interne, puis remonte le long de la jambe jusqu'à la
face interne de la cuisse. Il se dirige alors vers le sacrum (au point DM1) puis monte le long de la colonne
vertébrale avant de pénétrer dans le rein et la vessie. Il va ensuite au foie, passe par le diaphragme et pénètre
dans le poumon. De là, il monte jusqu'à la gorge et se termine à la base de la langue.
Une branche part du poumon, rejoint le Cœur et va à la poitrine où elle se relie au méridien du Maître du
Cœur.

Trajet du méridien de communication


Le méridien luo du Rein part de RE4, d'où une branche se relie au méridien de la Vessie. Une branche longe
le méridien principal du Rein jusqu'au périnée puis monte dans la colonne lombaire.

Points importants

D'une manière générale, les points du Rein agissent sur la face interne de la jambe, les organes génitaux, le
système urinaire, l'abdomen, la poitrine et la gorge. Ils agissent aussi sur l'utérus et les menstruations. Ce
sont des points importants pour tonifier le Qi originel (yuan qi) et l'Essence (jing). Ils renforcent la fonction
qu'a le Rein de recevoir le Qi. Enfin ils renforcent les lombes.

Parmi les 27 points du méridien principal du rein, on peut retenir RE1, RE3, RE7.
La Vessie et son méridien Zutaiyang (taiyang du pied)

Généralités

La sphère d'action de la Vessie est plus étendue en médecine chinoise qu'en médecine occidentale. Elle
stocke et excrète l'urine, mais participe aussi au processus de transformation des liquides, processus
nécessaire à la production de l'urine. Au chapitre 8 des « Questions simples » dans Suwen, on lit : « La
Vessie est comme une capitale régionale, elle stocke les liquides afin qu'ils puissent être excrétés grâce à son
action de transformation du Qi ».

La vessie recueille tous les liquides qui arrivent en fin de course en bas du tronc. Grâce à la puissance de ses
souffles soutenus par le yang des Reins, elle transforme ces liquides, permettant à ce qui est encore utilisable,
clair, de s'élever pour réintégrer les liquides organiques, et à ce qui n'est plus utilisable par l'organisme,
trouble, de s'évacuer sous forme d'urine.

Par cette double action, la Vessie régule la quantité de liquide en activité dans l'organisme ; elle évite
sécheresse et inondation ; elle garantie aux masses musculaires, qui sont comme le terreau du corps, une
bienfaisante humidification, par laquelle la force musculaire peut se déployer ; elle évite qu'elles soient
détrempées et sans force, imprégnées de liquides mal transformés qui les alourdissent et les paralysent. Elle
évite aussi la sécheresse qui stérilise et contracte.

Les pathologies de la Vessie sont surtout les troubles de la transformation des liquides : anurie, dysurie,
incontinence …

Trajets

Trajet du méridien principal


Le méridien de la Vessie part du canthus interne de l'œil. Il monte le long du front et rejoint le Vaisseau
Gouverneur au point DM20. De là, une branche se dirige vers la tempe. A partir du vertex, le méridien entre
dans le cerveau et en ressort à la nuque. Il descend alors vers l'occiput et longe le dos dans sa totalité. A partir
de la région lombaire, il pénètre dans le rein et la vessie.
Une autre branche part de l'occiput, elle longe le bord interne de l'omoplate puis descend dans le dos, passe
par la fesse et le creux poplité. Là, elle rejoint l'autre branche et cours sur la face postérieure de la jambe pour
se terminer au bord latéral du 5ème orteil, où elle se relie au méridien du Rein.

Trajet du méridien de communication


Le méridien luo de la Vessie se sépare du méridien principal au point V58, situé sur la jambe, et descend
rejoindre le méridien du Rein.

Points importants

D'une manière générale, les points du méridien de la Vessie agissent sur la jambe, l'anus, le dos, la vessie, le
cou, la tête et le cerveau. Ils traitent les céphalées. Ils agissent sur les yeux. Ils chassent le Vent externe. Ils
font tomber le Vent interne. Ils agissent sur tous les organes internes par l'intermédiaire des points Shu du
dos.

Parmi les nombreux points du méridien principal de la Vessie (67) on retiendra : VE2, VE11, VE13, VE15,
VE17, VE18, VE20, VE21, VE23, V25, V32, V40, V57, V60.

Références bibliographiques

Kespi N, Kespi JM. Fondements de la physiologie traditionnelle chinoise.In : Acupuncture et Médecine traditionnelle chinoise
Encycl.Med.Nat. Paris, France ;IA-4a,IA-4b,12-1989.
Académie de Médecine traditionnelle chinoise. Précis d'acupuncture chinoise. Édition en Langues étrangère, Beijing, Chine. 2Ème
tirage 1990.
Maciocia G. Les principes fondamentaux de la médecine chinoise. 2éme éd. Paris, France. Elsevier Masson;2008.
Rochat de la Vallée E. Les 101 notions clés de la médecine chinoise. Paris, France. Guy Tredaniel Editeur;2009.
Sionneau P. Acupuncture, les points essentiels. Paris, France. Guy Tredaniel editeur ;2003.