Vous êtes sur la page 1sur 40

Principe de la conversion

analogique numérique.
• Définition : Un convertisseur analogique –
numérique (CAN) est un dispositif
électronique permettant la conversion d’un
signal analogique en un signal numérique.

• Cette première définition pour être complète


en appelle deux autres, celles des signaux
analogiques et numériques :
• Signal analogique : signal continu en temps et
en amplitude.
• Signal numérique : signal échantillonné et
quantifié, discret en temps et en amplitude.
• Conceptuellement, la conversion
analogique – numérique peut être divisée
en trois étapes :
• l’échantillonnage temporel, la quantification
et le codage.
• La figure II.1 présente successivement ces
trois étapes pour un CAN dont la sortie du
signal numérique est sur 3 bits :
Fig. II.1 – (i) signal analogique (ii) signal échantillonné (iii) puis quantifié.
Fig. II.2 – Convertisseur analogique numérique.
II.2. Aspects temporels et fréquentiels
de l’échantillonnage.
• L’obtention d’un signal échantillonné
xech(k.Tech) à partir d’un signal analogique
x(t) peut être
• modélisée mathématiquement dans le
domaine temporel par la multiplication de
x(t) par un peigne de Dirac de période Tech
• (noté dTech (t) ):
• L’échantillonnage est illustré graphiquement dans le domaine temporel aux
points (i), (ii) et (iii) de la figure II.3.
Fig. II.3 – Echantillonnage d’un signal analogique.
• L’échantillonnage peut également être décris
graphiquement dans le domaine fréquentiel.
• Au signal analogique x(t), est associé dans le domaine
fréquentiel le spectre X(f) s’étendant sur une bande de
fréquence de –fmax à fmax.
• L’on rappelle un certain nombre de résultats démontrés
en analyse de Fourier :
• - Une multiplication dans le domaine temporel
correspond à un produit de convolution dans le domaine
spectral (et inversement),
• - La transformée de Fourier d’un peigne de Dirac
temporel, de période Tech , et d’amplitude 1, est un
peigne de Dirac dans le domaine fréquentiel, de période
f= 1 / Tech et d’amplitude 1 / Tech.
Récupération de l’information par filtrage passe bas.
Notion de repliement de spectre
(aliasing)
• Les illustrations graphiques précédentes correspondent au cas
où fech/2 > fmax. Dans le cas où on augmente la période
d’échantillonnage (on a alors fech qui diminue) il apparaît un
phénomène de recouvrement spectral illustré

Repliement de spectre
Caractéristiques des convertisseurs analogique -
numérique idéaux.
• On définit le quantum, ou LSB (pour Least
Significant Bit, le bit de poids faible) comme
• étant la dimension de ces plages. On le note q
et l’obtient par :
• Erreur de quantification (ou de codage) :
différence entre la valeur du signal échantillonné
et la valeur analogique d’entrée correspondant
au code de sortie (correspondance donnée par
la droite de transfert idéale), l’erreur de codage
est exprimée en LSB. La figure suivante donne
l’erreur de codage d’un CAN à 3 bits pour une
quantification linéaire par défaut.
LES CONVERTISSEURS ANALOGIQUES-NUMERIQUES

Un convertisseur analogique numérique est chargé de transformer une variation continue


de tension en une série de valeurs mathématiques (sans énergie) codées.

1) CODAGE DES VALEURS

Les codages les plus couramment utilisées sont:


• Le binaire naturel, pour les nombres non signés
• Le complément à deux pour les nombres signés
• le codage binaire signé.
CAN A COMPTAGE D'IMPULSIONS

Ce procédé de conversion très simple nécessite peu de composants et offre une


très bonne précision. Cependant, le temps de conversion est très long (de 0.1ms à 0.1s) .

Dans cette famille, les CAN les plus répandus sont :


Les CAN à simple rampe
Les CAN à double rampe
CAN à simple rampe:

Une impulsion " Start " remet à zéro le compteur et décharge le condensateur
Vs croît linéairement
Lorsque Vs > Vx, le comparateur bascule: la sortie " End " passe à zéro
Le compteur se bloque à la valeur numérique correspondant à la grandeur
Vx
CAN à simple rampe:
Le procédé consiste à comparer une rampe de tension de référence à la tension à
convertir. L'intervalle de temps écoulé jusqu'à l'égalité de ces deux tensions est
proportionnel à la tension à mesurer. Le nombre d'impulsions délivrées par une
horloge, comptées pendant cet intervalle de temps fournira la valeur numérique
attendue VR
VC
+
T0 t Va VC
- T0 T1 t
VR
Générateur système
de compteur
rampe logique

Commande
de
mesure Horloge valeur
numérique

5V

0
T0
t
A- CAN double rampe
B - CAN à double rampe C
R
Multiplexeur - Comparateur
analogique -
Va +
Vx
Vref +

Valeur
Logique de numérique
commande Horloge Porte Compteur

Cette conversion s'effectue en deux étapes: pente


définie par
Ve pente
définie par
La tension à convertir Ve est appliquée à l'entrée de Vref

l'intégrateur pendant une période t1 égale à N1 période T


d'horloge: t1 t

N1
t1
1 Ve Ve impulsions Comptage

 Vedt  .t1  .N1.T prédéfinies de


N2 impulsions

R.C 0 R.C R.C


N1 a en général une valeur ronde et fixe (1000 par exemple)
Au bout du temps t1, on commute l'entrée de l'intégrateur sur une tension de
référence Vref de polarité opposée à Ve. L'intégration s'effectue jusqu'à ce que la
tension de sortie de l'intégrateur s’annule. Soit N2 le nombre de période T d'horloge
comptées pendant cette deuxième étape.
Dans ce type de convertisseur :
La première rampe est à temps constant.
La seconde à pente constante.

•Montrer que la valeur de Ve est proportionnelle à N2 et ne dépend pas de RC ni de T.

Performances
pente
définie par
Ve pente
La réjection de bruits des signaux
définie par
alternatifs parasites est grande
Vref
Le temps de conversion est assez long

On obtient une résolution de l’ordre du μV . t


t1
N1
impulsions Comptage
prédéfinies de
N2 impulsions
3) CAN A PESEES SUCCESSIVES:
Début de conversion
Logique de HORLOGE
Fin de conversion
commande
+
Va Registre

}
Verrou
- et valeur
commande
des sorties numérique

CNA Vref

Principe de fonctionnement:
Le temps de conversion (tc) est constant.

Cette famille de CAN est rapide elle peut


atteindre à l'heure actuelle la microseconde.

Cette conversion nécessite un signal Va constant tout au long des approximations,


c'est pourquoi ces convertisseurs sont souvent associés à des échantillonneurs
bloqueurs.
4).CONVERTISSEUR PARALLELE.

Ils sont aussi appelés convertisseurs « FLASH ».

Une chaîne de résistances détermine un


échelonnement de valeurs distantes de q et
comprises entre Vmax et Vmin
(sauf pour la première ).

Inconvénient : Il faut 255 comparateurs pour


8bits
Avantage très grande vitesse de conversion.
Une variante de codeur parallèle simple fait appel à la technique du ½ Flash.
Un procédé en 2 étapes dans lequel l’entrée est convertie en flash à la moitié
de la précision finale

Ensuite, un CNA interne retransforme cette approximation en valeur analogique.


L’erreur repasse dans le convertisseur flash pour fournir les bits de poids faibles.
G ) PRINCIPALES CARACTERISTIQUES D'UN CAN

Certaines caractéristiques sont définies de manière identique à celle du CNA,


à savoir :
La résolution, la précision, les erreurs de décalage, de gain, de linéarité,
la vitesse de conversion.

1) Erreur de quantification

N
Centrée

Par défaut

q
ve
1/2 LSB

La conversion d'une rampe de tension donne une fonction en marche d’escalier.


L'erreur ainsi introduite est appelée erreur de quantification . Elle peut-être centrée ou
par défaut:
N
Centrée

q
ve
1/2 LSB

q
erreur centrée
q
+2
0 q q+ q Ve
2 2
q
-2
2.) Cadences limites d'un CAN

La conversion A/N n'est pas une opération instantanée. Elle peut être relativement
rapide avec les convertisseurs parallèles et nettement plus lents avec les
convertisseurs à rampe.

Considérons une conversion centrée avec 'q' le QUANTUM et N la valeur numérique


du signal d'entrée Ve .
q q
N.q   Ve  Nq 
2 2
Si le signal 'Ve' varie pendant la durée de conversion Tc , le résultat numérique risque
d'être faussé.

q
dVe dVe
( )MAX  ? ( ) MAX  2
dt dt Tc
L'échantillonneur bloqueur
• Définition
• L'échantillonneur bloqueur est un
échantillonneur réel, qui ne réalise pas la
conversion analogique numérique
instantanément, mais après un temps Tc
nécessaire à la conversion. Pendant ce temps, la
sortie du convertisseur reste constante.
Du point de vue mathématique, l'échantillonneur bloqueur réalise la fonction:

c.à.d. une convolution entre le signal échantillonné idéalement et la fonction


porte de largeur Tc.
• Le spectre du signal après passage par
l'échantillonneur bloqueur sera:

• Pour reconstruire la composante de ce spectre


correspondant à n=0, on utilise un filtre passe-
bas idéal de bande passante Fe:
• La reconstruction n'est pas parfaite car le
spectre du signal reconstitué diffère de
l'originel Y(f) non seulement par une
constante, mais par un terme dépendant de la
fréquence.
• l'échantillonneur bloqueur introduit un retard
de phase de Tc/2

Vous aimerez peut-être aussi