Vous êtes sur la page 1sur 32

[http://mp.cpgedupuydelome.

fr] édité le 4 novembre 2013 Enoncés 1

Intégration Calcul d’intégrales


Exercice 7 [ 01964 ] [correction]
Calcul de primitives Calculer les intégrales suivantes :

Exercice 1 [ 01960 ] [correction] Z 2


dt
Z 1
dt
Z 1/2
dt
Déterminer les primitives suivantes : a) b) c) √
1 t2 0 1 + t2 0 1 − t2
Z Z Z
2 ln t dt
a) tet dt b) dt c)
t t ln t
Exercice 8 [ 00284 ] [correction]
Exercice 2 [ 00279 ] [correction] Calculer les intégrales suivantes :
Déterminer les primitives suivantes : Z 2π Z 2 Z 1
t
Z Z Z a) cos2 t dt b) ln t dt c) √ dt
a) cos t sin t dt b) tan t dt c) 3
cos t dt 0 1 0 1 + t2

Exercice 3 [ 00280 ] [correction] Exercice 9 [ 01963 ] [correction]


Déterminer les primitives suivantes : Pour m, n ∈ N, calculer
t2
Z Z Z
t t Z 2π
a) 3
dt b) √ dt c) dt Im,n = cos(mt) cos(nt) dt
1+t 1 + t2 1 + t4
0

Exercice 4 [ 01962 ] [correction]


Déterminer les primitives suivantes : Exercice 10 Centrale PC [ 01547 ] [correction]
Z Z Z Démontrer que, pour tout Q ∈ R [X],
dt
a) b) et cos t dt c) t sin tet dt
it + 1 Z 1 Z π
Q(t) dt = −i Q(eiθ )eiθ dθ
−1 0
Exercice 5 [ 01961 ] [correction]
Soit λ ∈ C\R, a = Re(λ) et b = Im(λ). Etablir
Z
dt

t−a
 Exercice 11 CCP MP [ 02508 ] [correction]
= ln |t − λ| + i arctan + C te Soit λ un réel tel que |λ| =
6 1
t−λ b
a) Etudier la fonction
sin x
fλ (x) = √
Exercice 6 [ 03774 ] [correction] 1 − 2λ cos x + λ2
Calculer pour tout x ∈ R l’intégrale
b) Calculer
Z x Z π
dt
fλ (x) dx
0 3 + cos2 t 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Enoncés 2

Propriétés de l’intégrale Exercice 17 [ 01968 ] [correction]


Soit f : [0, 1] → R continue telle que
Exercice 12 [ 01965 ] [correction] Z 1
Soit f : [a, b] → R une fonction continue par morceaux et c ∈ ]a, b[. 1
f (t)dt =
Montrer que 0 2

Montrer que f admet un point fixe.


!
Z b Z c Z b
1 1 1
f (t) dt 6 max f (t) dt, f (t) dt
b−a a c−a a b−c c

Exercice 18 [ 01969 ] [correction]


Exercice 13 [ 01966 ] [correction] Soit f : [a, b] → R une fonction continue.
Soit f : R → R continue et T > 0. On suppose que Montrer : Z b
1
Z x+T ∃c ∈ ]a, b[ , f (t) dt = f (c)
b−a a
f (t) dt = C te
x

Montrer que f est périodique.


Exercice 19 [ 01970 ] [correction]
[Formule de la moyenne]
Soient f, g : [a, b] → R continues avec g > 0.
Exercice 14 [ 01967 ] [correction]
Montrer qu’il existe c ∈ [a, b] tel que
Soit f : [a, b] → R continue. Montrer
Z Z Z b Z b
b b
f (t)g(t) dt = f (c) g(t) dt

f (t)dt = |f (t)| dt si, et seulement si, f > 0 ou f 6 0


a a a
a

Exercice 15 CCP MP [ 01767 ] [correction] Exercice 20 [ 03092 ] [correction]


f étant continue sur [a, b] et à valeurs dans R, trouver une condition nécessaire et [Seconde formule de la moyenne]
suffisante pour que Soient f, g : [a, b] → R deux fonctions continues avec f décroissante et positive.
Z
b
Z
b a) Pour n ∈ N? , on pose
f (x) dx = |f (x)| dx


a a n−1 ak+1
(b − a)
X Z
Sn = f (ak ) g(t) dt avec ak = a + k
ak n
k=0
Exercice 16 X MP [ 03051 ] [correction]
Montrer que
Soient (a, b) ∈ R2 avec a < b et f ∈ C 0 ([a, b] , C). Z b
A quelle condition portant sur f a-t-on Sn −−−−−→ f (t)g(t) dt
n→+∞ a
Z
b Z b

f =

|f | ? b) On introduit G la primitive de g s’annulant en a.
a a Montrer que
f (a) min G 6 Sn 6 f (a) max G
[a,b] [a,b]

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Enoncés 3

c) En déduire qu’il existe c ∈ [a, b] vérifiant Exercice 23 Mines-Ponts PC [ 01972 ] [correction]


Z b Z c
Soient (a, b) ∈ R2 tel que a < b, f : [a, b] → R continue et n ∈ N telle que
f (t)g(t) dt = f (a) g(t) dt Z b
a a ∀k ∈ {0, 1, ..., n} , tk f (t) dt = 0
a
d) Soient f, g : [a, b] → R continues avec f monotone.
Montrer qu’il existe c ∈ [a, b] tel que Montrer que la fonction f s’annule au moins n + 1 fois sur [a, b].
Z b Z c Z b
f (t)g(t) dt = f (a) g(t) dt + f (b) g(t) dt Exercice 24 [ 01973 ] [correction]
a a c Soit f : [0, 1] → R continue. Montrer que f possède une unique primitive F telle
que Z 1
Exercice 21 [ 03188 ] [correction] F (t) dt = 0
Soit f une fonction réelle de classe C 1 positive et décroissante sur I = [a, b]. 0
Soit g une fonction continue sur I. On définit G : I → R par la relation
Z x Exercice 25 [ 01974 ] [correction]
G(x) = g(t) dt Soit f : [a, b] → R. Montrer que la fonction
a Z b
a) Montrer qu’il existe m, M ∈ R tel que x 7→ f (t) sin(xt) dt
a
G ([a, b]) = [m, M ] est lipschitzienne.
b) Montrer que
Z b Z b
Exercice 26 [ 02642 ] [correction]
f (t)g(t) dt = f (b)G(b) − 0
f (t)G(t) dt Soit f : [a, b] → R une fonction en escalier.
a a Montrer qu’il existe une subdivision σ du segment [a, b] adaptée à f telle que
c) En déduire qu’il existe c ∈ [a, b] tel que toute autre subdivision adaptée à f soit plus fine que σ.
Z b Z c
f (t)g(t) dt = f (a) g(t) dt Exercice 27 X MP [ 02966 ] [correction]
a a Soient f : [0, 1] → R continue telle que
Z 1
Exercice 22 [ 01971 ] [correction] f (t) dt = 0
0
Soit f : [0, π] → R continue.
m le minimum de f et M son maximum.
a) Montrer que si Z π Prouver Z 1
f (t) sin t dt = 0
0
f 2 (t) dt 6 −mM
0
alors il existe a ∈ ]0, π[ tel que f s’annule en a.
b) Montrer que si Z π Z π Exercice 28 X MP [ 02967 ] [correction]
f (t) sin t dt = f (t) cos t dt = 0 Soient f et g deux fonctions croissantes et continues sur [0, 1]. Comparer
0 0 Z 1 Z 1  Z 1 
alors f s’annule 2 fois sur ]0,Rπ[. f (t)g(t) dt et f (t) dt × g(t) dt
π
(indice : on pourra regarder 0 f (t) sin(t − a) dt). 0 0 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Enoncés 4
Z Z Z
Limite d’intégrales a) (t2 − t + 1)e−t dt b) (t − 1) sin t dt c) (t + 1)cht dt

Exercice 29 [ 01978 ] [correction]


Déterminer les limites suivantes sans pour autant calculer les intégrales
Exercice 35 [ 01980 ] [correction]
correspondantes :
Calculer les intégrales suivantes :
Z x Z 2x Z 2x
dt sin t 1 e eπ
sin t2 dt b) lim
Z Z Z
a) lim+ c) lim dt 2 n
x→0 −x x→+∞ x ln t x→+∞ x t a) ln(1 + t ) dt b) t ln t dt(avec n ∈ N) c) sin(ln t) dt
0 1 1

Exercice 30 [ 00286 ] [correction]


Exercice 36 [ 00287 ] [correction]
Déterminer les limites suivantes sans pour autant calculer les intégrales
Calculer les intégrales suivantes :
correspondantes :
Z 2x t Z 2x 1/t Z 2x Z 1 Z 1/2 Z 1
e dt e cos(1/t) a) arctan t dt b) arcsin t dt c) t arctan t dt
a) lim+ b) lim dt c) lim dt
x→0 x t x→+∞ x t x→+∞ x t 0 0 0

Exercice 31 [ 01976 ] [correction] Exercice 37 [ 01981 ] [correction]


Soit f : [0, 1] → R continue. Montrer que Soit f : [a, b] → R de classe C 1 . Montrer que
Z 1 Z b

tn f (t) dt −−−−→ 0 lim f (t) sin(nt) dt = 0


n→∞ n→+∞ a
0

Exercice 32 [ 01977 ] [correction] Exercice 38 X MP [ 03089 ] [correction]


Soit f : R+ → R continue. Déterminer Soient (a, b) ∈ R2 , µ ∈ R+? et f ∈ C 2 ([a, b] , R) telles que
x
∀x ∈ [a, b] , |f 0 (x)| > µ et f 0 monotone
Z
1
lim f (t) dt
x→0+ x 0
Montrer : Z
b 1
2iπf (t)
Intégration par parties e dt 6

µπ

a

Exercice 33 [ 01979 ] [correction]


Déterminer les primitives suivantes : Changement de variables
Z Z Z
a) t ln t dt b) t arctan t dt f) t sin3 t dt Exercice 39 [ 01982 ] [correction]
Déterminer les primitives suivantes en procédant par un changement de variable
adéquat :
Exercice 34 [ 00263 ] [correction] Z
dt
Z
ln t dt
Z 2t
e dt
Déterminer les primitives suivantes : a) √ √ b) c)
t + t3 t + t(ln t) 2 et + 1

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Enoncés 5

Exercice 40 [ 00290 ] [correction] Exercice 45 [ 01986 ] [correction]


Déterminer Z Soit f : [a, b] → R continue telle que
dt

t t2 − 1 ∀x ∈ [a, b] , f (a + b − x) = f (x)

Montrer que
Z b Z b
Exercice 41 [ 01983 ] [correction] a+b
xf (x) dx = f (x) dx
Calculer les intégrales suivantes via un changement de variable adéquat : a 2 a
Z e Z e Z 1
dt dt dt
a) b) √ c)
1 t + t(ln t)2 1 t ln t + 1 0 et +1 Exercice 46 Centrale MP [ 00188 ] [correction]
a) Soit f ∈ C ([0, 1] , R). Etablir
Z π Z π
Exercice 42 [ 00260 ] [correction] π
tf (sin t) dt = f (sin t) dt
Calculer les intégrales suivantes via un changement de variable adéquat 0 2 0
Z 1 Z 1 Z 2
p p ln t b) En déduire la valeur de
a) 1 − t2 dt b) t2 1 − t2 dt c) √ dt
0 0 1 t π
x sin2n (x)
Z
In = dx
0 sin2n (x) + cos2n (x)
Exercice 43 [ 01984 ] [correction]
a) Observer
π/4 π/4
Exercice 47 Centrale PSI [ 03337 ] [correction]
Z Z π 
ln(cos t) dt = ln cos − t dt a) Etudier les variations de la fonction x 7→ 3x2 − 2x3 .
0 0 4
b) Soit f : [0, 1] → R continue. Montrer
b) En déduire
Z π/4 Z 3/2 Z 1
ln(1 + tan t) dt 2
f (3x − 2x ) dx = 2 3
f (3x2 − 2x3 ) dx
0 −1/2 0

Exercice 44 [ 01985 ] [correction]


Exercice 48 CCP MP [ 03193 ] [correction]
a) Montrer que
Pour a et b des réels tels que ab > 0, on considère
Z π/2 Z π/2
cos t sin t π b
1 − x2
Z
dt = dt =
0 cos t + sin t 0 cos t + sin t 4 I(a, b) = √ dx
a (1 + x2 ) 1 + x4
b) En déduire
Z 1 a) Calculer I(−b, −a), I(1/a, 1/b) et I (1/a, a) en fonction I(a, b).
dt
√ b) Pour a, b > 1, calculer I(a, b) via changement de variables v = x + 1/x puis
0 1 − t2 + t v = 1/t.
c) Montrer que la relation ainsi obtenue est valable pour tout a, b tels que ab > 0.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Enoncés 6

Fonction dont la variable est borne d’intégration a) Montrer que f est dérivable et que
Z x
Exercice 49 [ 01987 ] [correction] f 0 (x) = cos(t − x)g(t) dt
Soit f : R → R une fonction continue. 0

Justifier que les fonctions g : R → R suivantes sont de classe C 1 et exprimer leur b) Montrer que f est solution de l’équation différentielle y 00 + y = g(x).
dérivée : c) Achever la résolution de cette équation différentielle.
Z x2 Z x Z x
a) g(x) = f (t) dt b) g(x) = x f (t) dt c) g(x) = f (t + x) dt
2x 0 0
Exercice 53 [ 01991 ] [correction]
Soient f : R → R de classe C 1 et F : R? → R définie par
Exercice 50 [ 01988 ] [correction] Z x
Soit ϕ : R → R la fonction définie par : 1
∀x 6= 0, F (x) = f (t) dt
sht 2x −x
ϕ(t) = pour t 6= 0 et ϕ(0) = 1
t a) Montrer que F peut être prolongée par continuité en 0. On effectue ce
Soit f : R → R définie par : prolongement.
Z 2x
b) Montrer que F est dérivable sur R? et exprimer F 0 (x) à l’aide d’une intégrale
f (x) = ϕ(t) dt c) Montrer que F est dérivable en 0 et observer F 0 (0) = 0.
x

a) Montrer que f est bien définie et étudier la parité de f .


b) Justifier que f est dérivable et calculer f 0 (x). Exercice 54 [ 00276 ] [correction]
c) Dresser le tableau de variation de f . Pour x ∈ ]0, 1[, on pose
Z x2
dt
ϕ(x) =
x ln t
Exercice 51 [ 01989 ] [correction]
Soit f : [0, 1] → R continue. On définit F : [0, 1] → R par a) Montrer que ϕ est bien définie et que cette fonction se prolonge par continuité
Z 1 en 0 et en 1.
F (x) = min(x, t)f (t)dt b) En déduire la valeur de
Z 1
0 x−1
dx
a) Montrer que F est de classe C 2 et calculer F 00 (x). 0 ln x
b) En déduire
Z xZ 1
F (x) = f (t) dt du Exercice 55 Centrale PC [ 00088 ] [correction]
0 u
Soit f continue de R dans R telle que
Z 2y+x
Exercice 52 [ 01990 ] [correction] ∀(x, y) ∈ R2 , f (x) − f (y) = f (t) dt
Soit g : R → R une fonction continue. 2x+y
On pose, pour tout x ∈ R,
Z x Montrer que f est de classe C 1 et déterminer f .
f (x) = sin(x − t)g(t) dt
0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Enoncés 7

Exercice 56 Centrale PC [ 00057 ] [correction] Suite dont le terme général est défini par une
Soit f ∈ C 1 ([0, 1] , R) avec f (0) = 0.
a) Montrer que
intégrale
Z 1
1 1 0 2
Z
2
f (t) dt 6 f (t) dt Exercice 59 [ 01994 ] [correction]
0 2 0 Pour p et q entiers naturels, on pose :
b) Si f (1) = 0, améliorer l’inégalité obtenue en a). Z b
Ip,q = (t − a)p (b − t)q dt
a

Exercice 57 Centrale MP [ 03183 ] [correction] a) Former une relation de récurrence liant Ip,q et Ip+1,q−1 .
a) Déterminer le domaine définition ∆ = Df de la fonction f qui à x réel associe : b) Donner une expression de Ip,q à l’aide de factoriels.

Z x+1
t
f (x) = √ dt Exercice 60 [ 01997 ] [correction]
x t3 +1
[Intégrales de Wallis]
b) Déterminer la limite puis un équivalent simple de f (x) lorsque x tend vers +∞. Pour n ∈ N, on pose
Z π/2
c) Avec le logiciel de calcul formel, déterminer les développements asymptotiques In = sinn t dt
1

en +∞ jusqu’au terme o x7/2 de la fonction 0
R π/2 n
Z x+1
a) Montrer que In = 0 cos t dt et In > 0
dt b) Montrer que pour tout n ∈ N, on a
x 7→ √
x t
n+1
In+2 = In
puis de f . n+2
Démontrer l’existence de ce développement asymptotique de f (x) en s’aidant du
logiciel pour les calculs d’intégrales nécessaires. c) Donner une expression de In à l’aide de factoriels en distinguant les cas n = 2p
d) Etudier les variations de f sur ∆. et n = 2p + 1.
e) Avec le logiciel de calcul formel, donner une valeur approchée du maximum de d) Etablir que pour tout n ∈ N,
f sur ∆ et de son abscisse. Visualiser le tracé du graphe de f . π
(n + 1)In+1 In = et In+2 6 In+1 6 In
2
e) Déterminer un équivalent de In .
Exercice 58 X MP [ 03380 ] [correction]
Soit f : [0, 1] → R continue vérifiant
Exercice 61 [ 01992 ] [correction]
1
On pose, pour n ∈ N
Z
f (t) dt = 0 Z 1
(1 − x)n x
0 In = e dx
0 n!
Montrer qu’il existe x ∈ ]0, 1[ vérifiant
a) Montrer que la suite (In ) tend vers 0.
Z x b) Montrer que
tf (t) dt = 0 1
0
In = + In+1
(n + 1)!

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Enoncés 8

c) En déduire que e) Montrer que


n Z 1
X 1
e = lim lim ln(1 + xn ) dx = 0
n→∞ k! n→∞ 0
k=0
et en déduire que  
ln 2 1
un = 1 − +o
Exercice 62 [ 01993 ] [correction] n n
Pour n ∈ N, on pose Z e
In = (ln x)n dx Sommes de Riemann
1
a) Calculer I0 et I1 . Exercice 65 [ 01998 ] [correction]
b) Etablir une relation liant In et In+1 . Déterminer les limites des suites définies par le terme général suivant :
c) En déduire que
e n
n
n
k
n
1
∀n ∈ N, 0 < In < a)
X
b)
X
c)
X

n+1 n2 + k 2 n2 + k 2
k=1 k=1 k=1
n2 + 2kn
d) Déterminer la limite puis un équivalent simple de (In ) .
e) Soit (un ) une suite réelle définie par
Exercice 66 [ 01999 ] [correction]
u0 = a et ∀n ∈ N, un+1 = e − (n + 1)un
En faisant apparaître une somme de Riemann, déterminer un équivalent simple de
On suppose que a 6= I0 , montrer, en étudiant Dn = |un − In |, que |un | → +∞. n √
X
Sn = k
k=1
Exercice 63 [ 01995 ] [correction]
Soient n ∈ N et x ∈ ]0, π[.
Exercice 67 [ 00744 ] [correction]
a) Justifier l’existence de
Déterminer la limite de la suite de terme général
π
cos nt − cos nx
Z
1
In = dt

cos t − cos x (2n)! n
0
nn n!
b) Exprimer In . On pourra commencer par calculer In+1 + In−1 .

Exercice 68 Mines-Ponts MP [ 02785 ] [correction]


 1/n
 n   n 1/n
Exercice 64 [ 01996 ] [correction]
1 + nk k
Q Q 
Pour n ∈ N, on pose Etudier les limites de et de 1+ n2 .
Z 1 k=1 k=1
dx
un =
0 1 + xn
Exercice 69 Mines-Ponts MP [ 02786 ] [correction]
a) Calculer u0 , u1 , u2 .
Calculer les limites de
b) Montrer que (un ) est une suite strictement croissante.
n     n
c) Montrer que un → 1. X k k X 1
sin sin et sin2 √
d) Etablir n n2 k +n
Z 1 n k=1 k=1
1 1
Z
x dx ln 2
∀n ∈ N? , n
= − ln(1 + xn ) dx lorsque n → +∞.
0 1 + x n n 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Enoncés 9

Exercice 70 Mines-Ponts MP [ 02787 ] [correction] Formules de Taylor


n
sin(kx)
Si n ∈ N? et x ∈ R, soit fn (x)
P
= k .
k=1 Exercice 75 [ 02000 ] [correction]
Soit xn le plus petit réel strictement positif en lequel fn atteint un maximum Soit g : [0, 1] → R une fonction continue.
local. Calculer lim fn (xn ). Déterminer les fonctions f : [0, 1] → R, deux fois dérivables, telles que

f (0) = f (1) = 0 et f 00 = g
Exercice 71 Mines-Ponts MP [ 02823 ] [correction]
Soient f : R → R convexe, a, b réels avec a < b, g : [a, b] → R continue. Montrer
que Exercice 76 [ 02001 ] [correction]
Montrer que pour tout n ∈ N et tout x ∈ R
Z b ! Z b
1 1
f g(t) dt 6 f (g(t)) dt
b−a a b−a a

n n+1 |x|
x X xk |x| e

e − 6
k! (n + 1)!
k=0

Exercice 72 [ 00193 ] [correction] En déduire


n
Soit f : [0, π] → R de classe C 1 .
X xk
lim
Déterminer la limite quand n → +∞ de n→∞ k!
k=0
Z π
f (t) |sin(nt)| dt
0 Exercice 77 [ 02002 ] [correction]
En appliquant l’inégalité de Taylor-Lagrange à la fonction x 7→ ln(1 + x) entre 0
et 1, montrer que :
Exercice 73 Mines-Ponts MP [ 03198 ] [correction]
Déterminer un équivalent quand n → +∞ de 1 1 1 (−1)n−1
1− + − + ··· + −−−−−→ ln 2
2 3 4 n n→+∞
n
X 1
un =
(n + 2k)3
k=1 Exercice 78 [ 02003 ] [correction]
Soient f : R → R de classe C 2 et a ∈ R.
Déterminer
Exercice 74 [ 03768 ] [correction] f (a + h) − 2f (a) + f (a − h)
lim
Etudier la suite suivante h→0 h2

r(1) + r(2) + · · · + r(n)


un =
n2
avec r(k) le reste de la division euclidienne de n par k.
Indice : étudier la suite suivante
(n − r(1)) + (n − r(2)) + · · · + (n − r(n))
vn =
n2

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 10

Corrections Exercice 4 : [énoncé]


a) En isolant partie réelle et imaginaire
Exercice 1 : [énoncé] Z
dt 1
Z
dt
Z
t+i
a) On reconnaît une forme u0 eu = = −i dt
it + 1 i t−i t2 + 1
Z
2 1 t2 puis
tet dt = e + C te Z
dt i
2 = arctan t − ln(t2 + 1) + C te
it + 1 2
b) On reconnaît une forme u0 u
b) On observe Z Z 
Z
ln t 1 t
e cos t dt = Re e(1+i)t
dt
dt = (ln t)2 + C te
t 2
et Z
c) On reconnaît une forme u0 /u 1 (1+i)t
e(1+i)t dt = e + C te
Z 1+i
dt
= ln |ln t| + C te donc
t ln t et
Z
et cos t dt = (cos t + sin t) + C te
2
c) On observe
Exercice 2 : [énoncé] Z Z 
t (1+i)t
a) C’est une forme u0 u donc t sin te dt = Im te dt
Z
1 et par intégration par parties
cos t sin t dt = sin2 t + C te
2 Z
t + i(1 − t) (1+i)t
te(1+i)t dt = e + C te
b) C’est une forme u0 /u donc 2
Z donc
et
Z
tan t dt = − ln |cos t| + C te t sin tet dt = (t sin t + (1 − t) cos t) + C te
2
c) On se ramène à une forme u0 u2 via cos2 t = 1 − sin2 t
Z Z Z Exercice 5 : [énoncé]
1
cos t dt = cos t − cos t sin2 t = sin t − sin3 t + C te
3 On peut écrire
3
1 t − a + ib t−a b
= = +i
t−λ (t − a)2 + b2 (t − a)2 + b2 (t − a)2 + b2
Exercice 3 : [énoncé] or
t−a
Z
Dans chaque cas on reconnaît une forme u0 f (u) 1
dt = ln (t − a)2 + b2 + C te = ln |t − λ| + C te

R t2 2 2
(t − a) + b
1

a) 1+t 3 dt = 3 ln 1 + t
3
+ C te sur ]−∞, −1[ ou ]−1, +∞[. 2
t

dt = 1 + t2 + C te sur R.
R
b) √1+t et
R t 2 t−a
Z
b
c) 1+t4 dt = 12 arctan t2 + C te sur R. 2 2
dt = arctan + C te
(t − a) + b b
puis la formule proposée.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 11

Exercice 6 : [énoncé] c)
L’intégrale est bien définie et détermine la primitive s’annulant en 0 de la fonction Z 1/2
dt 1/2 π
continue √ = [arcsin t]0 =
1 0 1−t 2 6
x 7→
3 + cos2 x
Notons F cette primitive.
Pour calculer, l’intégrale on est tenté de procéder au changement de variable Exercice 8 : [énoncé]
u = tan t mais celui-ci n’est possible que pour x ∈ ]−π/2, π/2[ et alors a) En linéarisant

Z tan x √  Z 2π Z 2π
1 + cos 2t

t sin 2t
2π
du 1 3 2
cos t dt = dt = + =π
F (x) = = √ arctan tan x 2 2 4
0 (4 + 3u2 ) 2 3 2 0 0 0

Par continuité b) Par intégration par parties


π π
F (π/2) = √ et F (−π/2) = − √
4 3 4 3
Z 2
2
ln t dt = [t ln t − t]1 = 2 ln 2 − 1
Puisque la fonction intégrée est π-périodique, on a 1

F (x + π) − F (x) = C te c) On reconnaît une forme u0 / u

avec
Z 1
t hp i1 √
te π √ dt = 1 + t2 = 2 − 1
C = F (π/2) − F (−π/2) = √ 0 1 + t2 0
2 3
On peut alors calculer F (x) en commençant par déterminer k ∈ Z tel que

x + kπ ∈ ]−π/2, π/2] Exercice 9 : [énoncé]


Si m = n = 0 alors Z 2π
puis en exploitant In,n = dt = 2π
kπ 0
F (x) = F (x + kπ) − √
2 3 Si m = n 6= 0 alors
avec √ 
1 3 Z 2π Z 2π
F (x + kπ) = √ arctan tan x 1 1
2 In,n = cos2 (nt) dt = + cos(2nt) dt = π
2 3 0 0 2 2

Si m 6= n, en exploitant
Exercice 7 : [énoncé]
1
Dans chaque la détermination d’une primitive est (assez) immédiate cos mt cos nt = (cos(m + n)t + cos(m − n)t)
a) 2
Z 2  2
dt 1 1 on obtient
2
= − =
1 t t 1 2 2π 2π
1 2π 1 2π [sin(m − n)t]0
Z Z
[sin(m + n)t]0
b) Im,n = cos(m + n)t dt+ cos(m − n)t dt = + =
Z 1
2 0 2 0 2(m + n) 2(m − n)
dt 1 π
= [arctan t]0 =
0 1 + t2 4

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 12

Exercice 10 : [énoncé] fλ0 (x) est du signe de


Par linéarité de l’intégrale, il suffit de vérifier la relation pour Q = X n avec n ∈ N.
λ2 cos(x) − λ(1 + cos2 x) + cos x = (λ cos x − 1)(λ − cos x)
D’une part
Z 1 1
1 − (−1)n+1

1 n+1 Cette expression s’annule en changeant de signe pour cos x = λ ou cos x = 1/λ.
Q(t) dt = t =
−1 n+1 −1 n+1 Pour |λ| < 1,
x 0 arccos λ π
et d’autre part fλ0 (x) + 0 −
π π fλ (x) 0 % 1 & 0
ei(n+1)π − 1
Z 
iθ iθ 1
Q(e )e dθ = ei(n+1)θ = Pour |λ| > 1,
0 i(n + 1) 0 i(n + 1)
x 0 arccos 1/λ π
Si n est impair alors fλ0 (x) + 0 −
Z 1 Z π
fλ (x) 0 % 1/λ & 0
iθ iθ
Q(t) dt = 0 = −i Q(e )e dθ b) Pour λ = 0, on a
−1 0
Z π Z π
f0 (x) dx = sin(x) dx = 2
Si n est pair alors 0 0

1 π
Pour√ λ 6= 0, on peut directement calculer l’intégrale en reconnaissant une former
−2 u0 / u. On obtient
Z Z
2 iθ iθ
Q(t) dt = et Q(e )e dθ =
−1 n + 1 0 i(n + 1) Z π
1 hp iπ |1 + λ| − |1 − λ|
fλ (x) dx = 1 − 2λ cos x + λ2 =
et la relation voulue est encore vérifiée. 0 λ 0 λ
Une alternative plus courte, mais moins élémentaire consister à exploiter que la Pour |λ| < 1,
forme différentielle Z π
fλ (x) dx = 2
0
ω(x, y) = Q(z) dz = Q(x + iy) (dx + i dy)
Pour |λ| > 1, Z π
est exacte et que donc son intégrale curviligne le long d’un pourtour fermée est 2
fλ (x) dx =
nulle. 0 |λ|

Exercice 12 : [énoncé]
Exercice 11 : [énoncé] Supposons
a) On peut écrire Z c Z b
1 1
f> f
c−a a b−c c
1 − 2λ cos x + λ2 = (λ − cos x)2 + sin2 x
On a alors
2
et par conséquent 1 − 2λ cos x + λ > 0 pour tout x ∈ R car |λ| = 6 1. Z b Z c Z b Z c
b−c
Z c
b−a
Z c
La fonction fλ est donc définie sur R. Elle est de classe C ∞ , 2π-périodique et f= f+ f6 f+ f= f
a a c a c−a a c−a a
impaire. Nous limitons son étude à l’intervalle [0, π].
Le cas λ = 0 est immédiat puisque f0 (x) = sin x. On suppose dans la suite λ 6= 0. Le cas Z c Z b
On a 1 1
f< f
cos x(1 − 2λ cos x + λ2 ) − λ sin2 x c−a a b−c c
fλ0 (x) = 3/2
(1 − 2λ cos x + λ2 ) est semblable et on peut conclure.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 13

Exercice 13 : [énoncé] Considérons alors g : t 7→ f (t)e−iθ .


Rb R b Rb Rb
On introduit F une primitive de la fonction continue f . On a a g = a f ∈ R donc a g = a Re(g).
La fonction x 7→ F (x + T ) − F (x) est constante, elle est donc de dérivée nulle et Rb Rb
par suite f (x + T ) − f (x) = 0. Or |g| = |f | et l’hypothèse de départ donne a |g| = a Re(g) puis
Rb
a
|g| − Re(g) = 0.
Puisque la fonction réelle |g| − Re(g) est continue, positive et d’intégrale nulle,
Exercice 14 : [énoncé] c’est la fonction nulle.
(⇐) ok Par suite Re(g) = |g| et donc la fonction g est réelle positive.
Finalement, la fonction f est de la forme t 7→ g(t)eiθ avec g fonction réelle positive.
Rb Rb Rb Rb
(⇒) Si a f > 0 alors a f = a |f | donne a |f (t)| − f (t) dt = 0. Or la fonction
|f | − f est continue et positive donc elle est nulle. La réciproque est immédiate.
Rb
Le cas a f < 0 est semblable.

Exercice 17 : [énoncé]
Exercice 15 : [énoncé] La fonction ϕ : t 7→ f (t) − t est définie, continue sur [0, 1] et
Montrons que l’égalité proposée a lieu si, et seulement si, la fonction f est de Z 1 Z 1
1
signe constant ϕ(t)dt = f (t) dt − =0
0 0 2
Si f est positive alors |f | = f et donc l’égalité a lieu.
Si f est négative alors |f | = −f et à nouveau l’égalité a lieu. donc ϕ s’annule.
Inversement, supposons Z
b Z b
f = |f |

Exercice 18 : [énoncé]

a a
Rb Posons Z b
Si a
f > 0 alors on obtient 1
b b µ= f (t) dt
b−a
Z Z
a
f= |f |
a a La fonction ϕ : t 7→ f (t) − µ est définie, continue sur [a, b] et
et donc b b
b
Z Z Z
|f (x)| − f (x) dx = 0 ϕ(t) dt = f (t) dt − µ(b − a) = 0
a a a

La fonction |f | − f est continue, positive et d’intégrale nulle, c’est donc la fonction donc ϕ s’annule.
nulle. Par suite f = |f | et donc f est positive.
Rb
Si a f > 0, l’étude en analogue en observant
Exercice 19 : [énoncé]
Z b Rb
|f (x)| + f (x) dx = 0 Si a g(t)dt = 0 alors g = 0 (car on sait g continue et positive) et le problème est
a immédiatement résolu.
Sinon, puisque f est continue sur le segment [a, b], elle admet un minimum et
maximum en des points c et d.
Exercice 16
R : [énoncé]
Posons m = f (c) et M = f (d).
b Rb Par positivité de la fonction g, on a
Supposons a f = a |f |.
Rb R
b
On peut écrire a f = reiθ avec r = a f et θ ∈ R. mg(t) 6 f (t)g(t) 6 M g(t)

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 14

donc Rb Or G(a0 ) = G(a) = 0 et puisque la fonction f est décroissante et positive


f (t)g(t) dt
m 6 aR b 6M n−1
g(t)dt
X
a Sn 6 f (an−1 )M + (f (ak−1 ) − f (ak )) M avec M = max G
[a,b]
Il suffit alors d’appliquer le théorème des valeurs intermédiaires entre c et d pour k=1
conclure.
Enfin par télescopage
Sn 6 f (a0 )M = f (a)M
Exercice 20 : [énoncé] De façon symétrique, on a aussi
a) En exploitant la relation de Chasles, on peut écrire
n−1
Sn > f (a)m avec m = min G
Z b X Z ak+1 [a,b]
Sn − f (t)g(t) dt = (f (ak ) − f (t)) g(t) dt
a k=0 ak c) En passant à la limite ce qui précède, on obtient
Soit ε > 0. Puisque f est continue sur le segment [a, b], elle y est uniformément Z b
continue et donc il existe α > 0 tel que f (a)m 6 f (t)g(t) dt 6 f (a)M
a
∀s, t ∈ [a, n] , |s − t| 6 α ⇒ |f (s) − f (t)| 6 ε
Si f (a) = 0, le problème est immédiatement résolu, sinon, ce qui précède affirme
Pour n assez grand, on a |(b − a)/n| 6 α et alors pour tout t ∈ [ak , ak+1 ] on a que
Z b
|ak − t| 6 α donc |f (ak ) − f (t)| 6 ε. On en déduit 1
f (t)g(t) dt
Z b n−1 Z f (a) a
X ak+1
Sn −

f (t)g(t) dt 6

ε |g(t)| dt 6 εM (b − a) avec M = sup |g| est valeur intermédiaire à deux valeurs prises par G et le théorème des valeurs
a ak
k=0 [a,b] intermédiaires permet de conclure.
d) Quitte à considérer −f , ce qui ne change rien au problème posé, on peut
Par suite Z b supposer que la fonction f est croissante. En appliquant le résultat précédent à la
Sn −−−−−→ f (t)g(t) dt fonction t 7→ f (b) − f (t) décroissante et positive, on peut affirmer qu’il existe
n→+∞ a c ∈ [a, b] tel que
b) En exprimant l’intégrale à l’aide de la primitive G
Z b Z c
n−1
X (f (b) − f (t))g(t) dt = (f (b) − f (a)) g(t) dt
Sn = f (ak ) (G(ak+1 ) − G(ak )) a a
k=0
et il suffit de réorganiser les membres de cette identité pour former celle voulue.
En séparant la somme en deux, puis en procédant à un décalage d’indice sur la
première
n n−1
X X Exercice 21 : [énoncé]
Sn = f (ak−1 )G(ak ) − f (ak )G(ak )
a) La fonction G est continue donc l’image d’un segment est un segment.
k=1 k=0
b) Il suffit de procéder à une intégration par parties.
puis en recombinant les deux sommes c) Puisque la fonction −f 0 est positive, on a
n−1
X Z b
Sn = f (an−1 )G(an ) + (f (ak−1 ) − f (ak )) G(ak ) − f (a0 )G(a0 ) m (f (a) − f (b)) 6 − f 0 (t)G(t) dt 6 M (f (a) − f (b))
k=1 a

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 15

et donc Par l’absurde supposons que la fonction f ne s’annule pas plus de n fois et notons
Z b x1 < . . . < xp (avec p 6 n) les points où f s’annule tout en changeant de signe.
mf (a) + [G(b) − m] f (b) 6 f (t)g(t) dt 6 M f (a) + [G(b) − M ] f (b) On peut dresser le tableau de signe de la fonction continue f et affirmer que la
a fonction
puis x 7→ (x − x1 ) . . . (x − xp )f (x)
Z b
mf (a) 6 f (t)g(t) dt 6 M f (a) est de signe constant. Or cette fonction est continue et d’intégrale nulle, c’est donc
a la fonction nulle. Il en découle que la fonction f est nulle sur [a, b] \ {x1 , . . . , xp }
Ainsi, que f (a) soit nul ou non, il existe c ∈ [a, b] tel que puis nulle sur [a, b] par argument de continuité.
Z b
f (t)g(t) dt = f (a)G(c)
a Exercice 24 : [énoncé]
Unicité : soient F et G deux primitives solutions. Il existe C ∈ R tel que
Exercice 22 : [énoncé] F = G + C. Z 1 Z 1

a) 0 f (t) sin t dt = 0 et t 7→ f (t) sin t est continue donc il existe a ∈ ]0, π[ tel que F =0= G
f (a) sin a = 0 i.e. f (a) = 0. 0 0
b) Par l’absurde si f ne s’annule qu’une seule fois alors le tableau de signe de f donne alors C = 0 puis F =R G.
x
est de l’une des quatre formes suivantes Existence : Posons F(x) = 0 f (t) dt. La fonction
t 0 a π t 0 a π Z 1
, F : x 7→ F(x) − F(u) du
f (t) 0 + 0 + 0 f (t) 0 − 0 − 0
0
t 0 a π t 0 a π résout le problème.
ou
f (t) 0 + 0 − 0 f (t) 0 − 0 + 0
Les deux premiers cas sont à exclure car
Z π Exercice 25 : [énoncé]
Rb
f (t) sin t dt Posons g(x) = a f (t) sin(xt) dt.
0
b b
(x − y)t
Z Z
est l’intégrale nulle d’une fonction non nulle de signe constant. (x + y)t
g(x) − g(y) = f (t) (sin(xt) − sin(yt)) dt = 2f (t) sin cos dt
Les deux autres cas sont à exclure car a a 2 2
Z π Z π Z π
f (t) sin(t − a) dt = cos a f (t) sin t dt − sin a f (t) cos t dt donc Z b
0 0 0
|g(x) − g(y)| 6 |x − y| |tf (t)| dt
est l’intégrale nulle d’une fonction non nulle de signe constant. a
Absurde. en vertu de |sin u| 6 |u| et ainsi g est lipschitzienne.

Exercice 23 : [énoncé]
Exercice 26 : [énoncé]
Notons que l’hypothèse initiale donne par linéarité que pour toute fonction
Soit A l’ensemble des n ∈ N tel qu’il existe une subdivision σ = (a0 , . . . , an )
polynomiale P de degré 6 n
adaptée à f .
Z b
A est une partie non vide de N, elle possède donc un plus petit élément p.
P (t)f (t) dt = 0 Il existe une subdivision σ = (a0 , . . . , ap ) adaptée à f .
a

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 16

Montrons que toute subdivision σ 0 = (b0 , b1 , ..., bn ) adaptée à f est plus fine que σ. On en déduit Z 1 Z 1
Par l’absurde : supposons ∃i ∈ {1, 2, ..., p − 1} tel que ai ∈ / {b0 , b1 , . . . , bn }. f (t)g(t) dt > f (b) g(t) dt > 0
On peut alors affirmer qu’il existe j ∈ {1, 2, . . . , n} tel que ai ∈ ]bj−1 , bj [. 0 a
Comme σ et σ 0 sont adaptées à f on peut affirmer que f est constante sur et on peut conclure.
]ai−1 , ai [ , ]ai , ai+1 [ et ]bj−1 , bj [ puis que f est constante sur ]ai−1 , ai+1 [. Notons que la comparaison
Par suite la subdivision σ 0 = (a0 , . . . , ai−1 , ai+1 , . . . , ap ) est adaptée à f or cela Z 1  Z 1  Z 1
contredit la définition de p.
f (t) dt × g(t) dt 6 f (t)g(t) dt
0 0 0

Exercice 27 : [énoncé] ne peut être améliorée car c’est une égalité quand f et g sont des fonctions
La fonction t 7→ (M − f (t))(f (t) − m) est positive donc constantes.
Z 1
(M − f (t))(f (t) − m) dt > 0 Exercice 29 : [énoncé]
0
R1 a) Quand x → 0+ ,
En développant et par linéarité, on obtient −mM − 0
f 2 (t) dt > 0 sachant Z x Z x Z x
R1 2

sin t2 dt 6

0
f (t) dt = 0.
sin t dt 6 1. dt = 2x → 0
−x −x −x
On en déduit l’inégalité demandée.
Rx
donc −x sin t2 dt → 0.
b) Quand x → +∞,
Exercice 28 : [énoncé] Z 2x
dt
Z 2x
dt
Nous allons établir l’inégalité 6
x ln 2x x ln t
Z 1  Z 1  Z 1
donc
f (t) dt × g(t) dt 6 f (t)g(t) dt x
Z 2x
dt
0 0 0 6
ln 2x x ln t
On peut commencer par observer que si cette inégalité est vraie pour f et g, elle
puis
l’est encore pour f + Rλ et g + µ avec R 1 λ, µ ∈ R. On peut donc, sans perte de 2x
Z
1 dt
généralités, supposer 0 f (t) dt = 0 g(t) dt = 0 et il s’agit alors d’établir → +∞
R1 x ln t
0
f (t)g(t) dt > 0.
Il existe alors a ∈ [0, 1] tel que f (x) 6 0 pour x ∈ [0, a] et f (x) > 0 pour x ∈ [a, 1]. c) Par intégration par parties
Il existe aussi b ∈ [0, 1] tel que g(x) 6 0 pour x ∈ [0, b] et g(x) > 0 pour x ∈ [b, 1]. Z 2x  2x Z 2x
sin t cos t cos t
Quitte à échangerf et g, on peut supposer a 6 b. dt = − − dt
x t t x x t2
Z 1 Z a Z b Z 1
f (t)g(t) dt = f (t)g(t) dt + f (t)g(t) dt + f (t)g(t) dt Or quand x → +∞,
0 0 a b
 2x Z 2x Z 2x  2x
Ra cos t cos t dt 1
f (t)g(t) dt > 0 car f (t), g(t) 6 0 sur [0, a]. − → 0 et dt 6 = − →0
R0b Rb t x x t2
x t2 t x
a
f (t)g(t) dt > f (b) a g(t) dt car f (t) 6 f (b) et donc f (t)g(t) > f (b)g(t) puisque
g(t) 6 0. donc Z 2x
R1 R1
f (t)g(t) dt > f (b) b g(t) dt car f (t) > f (b) et donc f (t)g(t) > f (b)g(t) puisque sin t
b dt → 0
g(t) > 0. x t

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 17

Exercice 30 : [énoncé] Exercice 32 : [énoncé]


a) Quand x → 0+ , par croissance de la fonction exponentielle On a Z x
1 x
Z
1
Z 2x x Z 2x t Z 2x 2x f (t) dt − f (0) 6 |f (t) − f (0)| dt
e e e x
0
x
0
dt 6 dt 6 dt
x t x t x t Par la continuité de f en 0, Pour tout ε > 0, il existe α > 0 vérifiant
donc Z 2x
et ∀x ∈ R+ , x 6 α ⇒ |f (x) − f (0)| 6 ε
x
e ln 2 6 dt 6 e2x ln 2
x t et donc Z x
puis par encadrement 1
2x
f (t)dt − f (0) 6ε
et
Z x
0
dt → ln 2
x t On peut donc conclure que
1/t
b) Quand x → +∞, par décroissance de la fonction t 7→ e Z x
1
Z 2x 1/2x Z 2x 1/t Z 2x 1/x lim f (t) dt = f (0)
e e e x→0+ x 0
dt 6 dt 6 dt
x t x t x t On peut aussi très efficacement obtenir le résultat en introduisant une primitive
donc de f et en exploitant
2x
e1/t
Z
e1/x ln 2 dt 6 e1/2x ln 2 1 x F (x) − F (0)
Z
x t f (t)dt = −−−→ F 0 (0) = f (0)
x 0 x x→0
puis par encadrement
2x
e1/t
Z
dt → ln 2
x t Exercice 33 : [énoncé]
c) Quand x → +∞, pour x assez grand, la fonction t 7→ cos(1/t) est croissante sur a) Par intégration par parties
[x, 2x] donc Z Z
1 2 1 1 1
Z 2x Z 2x Z 2x t ln tdt = t ln t − t dt = t2 ln t − t2 + C te
cos(1/x) cos(1/t) cos(1/2x) 2 2 2 4
dt 6 dt 6 dt
x t x t x t b)Par intégration par parties
puis Z Z 2
 
1
Z 2x
cos(1/t)
 
1 1 1 t dt
cos ln 2 6 dt 6 cos ln 2 t arctan t dt = t2 arctan t −
x t 2x 2 2 1 + t2
x
et par encadrement puis en écrivant
2x t2 1
Z
cos(1/t)
dt → ln 2 =1−
x t t2 +1 1 + t2
on obtient Z
1 2
(t + 1) arctan t − t + C te

t arctan t dt =
Exercice 31 : [énoncé] 2
f est continue sur un segment, elle y est donc bornée par un certain M et alors
c) En écrivant sin2 t = 1 − cos2 t
Z 1 Z 1 Z 1
n n M
tn dt =
Z Z Z
t f (t) dt 6 |t | |f (t)| dt 6 M →0
t sin t dt = t sin t dt − t sin t cos2 t dt
3


0

0 0 n+1

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 18

D’une part Z c) Par deux intégrations par parties


t sin t dt = sin t − t cos t + C te Z eπ Z eπ Z eπ
eπ eπ
sin(ln t) dt = [t sin(ln t)]1 − cos(ln t) dt = − [t cos(ln t)]1 − sin(ln t) dt
D’autre part, par intégration par parties 1 1 1

donc

Z Z
1 1 Z
1 eπ + 1
t sin t cos2 t dt = − t cos3 t + cos3 t dt eπ
sin(ln t) dt = − [t cos(ln t)]1 =
3 3 2 2
1
avec Z Z Z
1
cos3 dt = cos t dt − cos t sin2 t dt = sin t − sin3 t Exercice 36 : [énoncé]
3
Par intégration par parties
Finalement a)
Z
2 1 1
t sin3 t dt = sin t − t cos t + t cos3 t + sin3 t + C te
Z 1 Z 1
1 t π 1 1 π ln 2
3 3 9 arctan t dt = [t arctan t]0 − dt = − ln(1 + t2 ) 0 = −
0 0 1 + t2 4 2 4 2
b)
Exercice 34 : [énoncé] √
Z 1/2 Z 1/2 i1/2
ParR intégration par parties 1/2 t π hp π 3
arcsin t dt = [t arcsin t]0 − √ dt = + 1 − t2 = + −1
a) R (t2 − t + 1)e−t dt = −(t2 + t + 2)e−t + C te . 0 0 1 − t2 12 0 12 2
b) R (t − 1) sin t dt = sin t + (1 − t) cos t + C te .
c) (t + 1)cht dt = (t + 1)sht − cht + C te . c)
Z 1 1
t2
Z
12 1 1 π 1 1 π 1
t arctan t dt = t arctan t 0 − 2
dt = − [t − arctan t]0 = −
0 2 2 0 1+t 8 2 4 2
Exercice 35 : [énoncé]
Par intégration par parties
a) Exercice 37 : [énoncé]
Z 1 1
2t2
Z
1 Par intégration par parties
ln(1 + t2 ) dt = t ln(1 + t2 ) 0 −

dt
0 0 1 + t2 b b
1 b 0
Z  Z
f (t)
En écrivant f (t) sin(nt) dt = − cos(nt) + f (t) cos(nt) dt
n n a
2t2 2 a a
=2−
1 + t2 1 + t2 Or
f (a) cos(na) f (b) cos(nb)
on obtient , →0
n n
Z 1 et
1 π
ln(1 + t2 ) dt = ln 2 − 2 [t − arctan t]0 = ln 2 − 2 +
Z
1 b 1 b 0
Z
0 2
f 0
(t) cos(nt) dt

6 |f (t)| dt → 0
n a n a

b) Par intégration par parties
donc
e Z b
e Z e
nen+1 + 1
Z 
1 n+1 1 lim f (t) sin(nt) dt = 0
tn ln t dt = t ln t − tn dt = n→+∞
1 n+1 1 n+1 1 (n + 1)2 a

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 19

Exercice 38 : [énoncé] Exercice 40 : [énoncé] √


Ecrivons Par le changement de variable u = t2 − 1
b b
f 0 (t) 2iπf (t)
Z Z
2iπf (t)
e dt = e dt Z
dt
Z
du
f 0 (t)
p
a a √ = 2
= arctan( t2 − 1) + C te
2
t t −1 u +1
Par intégration par parties

b  2iπf (t) b Z b 00
f 0 (t) 2iπf (t)
Z
e 1 f (t) 2iπf (t)
e dt = + e dt Exercice 41 : [énoncé]
a f 0 (t) 2iπf 0 (t) a 2iπ a f 0 (t)2 a)
Z e Z 1
Quitte à considérer −f , supposons f 00 > 0 dt du π
= =
Z Z 1 t + t(ln t)2 u=ln t 0 1 + u2 4
b f 00 (t) b 00
f (t) 1 1

e2iπf (t)
dt

6 dt = 0 − 0 b)
0
a f (t) 2 02
a f (t) f (a) f (b)

Z e
dt
Z 1
du  √ 1 √
√ = √ = 2 u + 1 0 = 2( 2 − 1)
1 t ln t + 1 u=ln t 0 u+1
et donc
Z c)
b f 0 (t) 1

1 1 1 1

2iπf (t)
e dt 6 + + −
Z 1 Z e Z e
a f 0 (t)

2π |f 0 (b)| |f 0 (a)| f 0 (a) f 0 (b) dt du 1 1 e
= = − du = [ln u − ln(u + 1)]1 = ln 2−ln(e+1)+1
0 et + 1 u=et 1 u(u + 1) 1 u u+1
Selon le signe (constant) de f 0 , le terme en f 0 (b) ou le terme en f 0 (a) se simplifie
et on obtient Z
b f 0 (t) 1 Exercice 42 : [énoncé]

2iπf (t)
e dt 6

a f (t)
0 µπ a)
Z 1p Z π/2
π
1 − t2 dt = cos2 u du =
0 t=sin u 0 4
Exercice 39 : [énoncé] b)
a)
Z 1 Z π/2 Z π/2
√ 2
p
2 1 2 π
t2 dt sin2 2u du =
Z Z Z
dt 2u du 2du t 1− = sin u cos u du =
√ √ =√ 3
= 2
= 2 arctan u + C te = 2 arctan t + C te 0 t=sin u 0 4 0 16
t + t3 u= t u + u 1+u
c) √
b) Z 2
ln t
Z 2 √
2
√ √
√ dt =√ 2 ln u2 du = 4 [u ln u − u]1 = 2 2 ln 2 − 4 2 + 4
ueu du
Z Z Z
ln t dt u du 1 1 t u= t
= = = ln(1 + u2 ) + C te = ln(1 + ln2 t)+C te 1 1
t + t(ln t)2 u=ln t eu+ eu u2 1+u 2 2 2

c)
Exercice 43 : [énoncé]
Z
e2t dt
Z
u du
Z
1 a) Par le changement de variable u = π/4 − t
= = 1− du = u − ln(1 + u) + C te = et − ln(1 + et ) + C te
et + 1 u=et u+1 u+1 Z π/4 Z 0 π  Z π/4 π 
ln cos t dt − ln cos − u du = ln cos − t dt
0 π/4 4 0 4

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 20

b) On a Exercice 46 : [énoncé]
π/4 π/4 a) Par le changement de variable u = π − t, on obtient
Z Z
ln(1 + tan t) dt = ln(cos t + sin t) − ln cos t dt Z π Z π
0 0
or I= tf (sin t) dt = (π − u)f (sin u) du
√ π  0 0
cos t + sin t = 2 cos −t
4 et donc
donc Z π Z π Z π
2I = tf (sin t) dt + (π − u)f (sin u) du = π f (sin u) du
Z π/4 Z π/4 √ π π ln 2
 0 0 0
ln(1 + tan t) dt = ln 2 + ln cos − t − ln cos t dt =
0 0 4 8 puis l’identité proposée.
b) En observant cos2n x = (1 − sin2 x)n , on peut appliquer la relation précédente
π π sin2n (x)
Z
Exercice 44 : [énoncé] In = 2n dx
a) Par le changement de variable x = π
− t on a 2 0 sin (x) + cos2n (x)
2
En coupant l’intégrale en π/2
Z π/2 Z π/2
cos t sin t
dt = dt "Z
π/2 Z π #
0 cos t + sin t 0 cos t + sin t π sin2n (x) sin2n (x)
In = dx + dx
2 0 sin2n (x) + cos2n (x) 2n 2n
π/2 sin (x) + cos (x)
Or Z π/2 Z π/2 Z π/2
cos t sin t π En procédant au changement de variable y = π − x dans la seconde intégrale
dt + dt = dt =
0 cos t + sin t 0 cos t + sin t 0 2 Z π/2
sin2n (x)
donc In = π dx
Z π/2
cos t
Z π/2
sin t π 0 sin2n (x) + cos2n (x)
dt = dt =
0 cos t + sin t 0 cos t + sin t 4 Enfin, en procédant au changement de variable y = π/2 − x, on observe
b) Via le changement de variable t = sin x (avec x ∈ [0, π/2]) Z π/2
cos2n (x)
In = π 2n dx
Z 1 Z π/2 0 sin (x) + cos2n (x)
dt cos x π
√ = dx =
0 1 − t2 + t 0 cos x + sin x 4 et on en déduit
"Z #
π/2 π/2
sin2n (x) cos2n (x) π2
Z
2In = π 2n dx + 2n dx =
0 sin (x) + cos2n (x) 0 sin (x) + cos2n (x) 2
Exercice 45 : [énoncé]
Par le changement de variable t = a + b − x Finalement
π2
Z b Z b In =
xf (x) dx = (a + b − t)f (t) dt 4
a a

donc Exercice 47 : [énoncé]


b b
a) L’étude des variations de ϕ : x 7→ 3x2 − 2x3 est facile et l’on obtient
Z Z
2 xf (x) dx = (a + b) f (x) dx
a a
x −1/2 0 1 3/2
ϕ(x) 1 & 0 % 1 & 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 21

b) On remarque   En particulier
1 1 1 I(1/a, a) = I(a, 1/a)
ϕ + sin t = + sin 3t
2 2 2
alors que par échange des bornes
car il est connu que sin 3a = 3 sin a − 4 sin3 a.
On a alors I(1/a, a) = −I(a, 1/a)
Z 1 Z π/6  
1 1 On en déduit
f (3x2 − 2x3 ) dx 1= f + sin 3t cos t dt
0 x= 2 +sin t −π/6 2 2 I(1/a, a) = 0

et b) En procédant aux changements de variable proposés


Z 3/2 Z π/2  
1 1
f (3x2 − 2x3 ) dx = f + sin 3t cos t dt Z b+1/b
− dv
Z b/(b2 +1)
dt
−1/2 x= 12 +sin t −π/2 2 2 I(a, b) = √ = √
Par le changement de variable u = 3t, a+1/a v v2 − 2 a/(a2 +1) 1 − 2t2
Z 1
1 π/2
Z 
1 1

u et donc
2 3
f (3x − 2x ) dx = f + sin u cos du 1 h √ ib/(b +1) 2

0 3 −π/2 2 2 3 I(a, b) = √ arcsin 2t


2 a/(a2 +1)

et c) Le changement de variable v = x + 1/x n’est pas bijectif quand x parcourt


Z 3/2 Z 3π/2  
2 3 1 1 1 u ]0, +∞[ mais dans les calculs précédents, il était possible de l’exploiter sans
f (3x − 2x ) dx = f + sin u cos du
−1/2 3 −3π/2 2 2 3 exprimer x en fonction de v. L’hypothèse a, b > 1 n’a donc pas été utilisée dans
En découpant cette dernière intégrale en trois et en procédant aux changements l’étude qui précède et donc le résultat proposé se généralise immédiatement.
de variables affines v = −π − u, v = u et v = π − u, on obtient

1 π/2
Z 3/2   
v−π
Z
2 3 1 1 v+π v Exercice 49 : [énoncé]
f (3x − 2x ) dx = f + sin v cos + cos + cos dv
−1/2 3 −π/2 2 2 3 3 3 On introduit F primitive de f sur R.
a) g(x) = F (x2 ) − F (2x) est C 1 par opérations et g 0 (x) = 2xf 2
R x (x ) − 2f (2x).
Enfin, en développant 1 0
b) g(x) = x(F (x) − F (0)) est C par opérations et g (x) = 0 f (t) dt + xf (x).
R 2x
Z 3/2
2
Z π/2 
1 1

v c) g(x) = x f (u) du = F (2x) − F (x) est C 1 par opérations et
2 3 u=t+x
f (3x − 2x ) dx = f + sin v cos dv
−1/2 3 −π/2 2 2 3 g 0 (x) = 2f (2x) − f (x).

puis la relation demandée.


Exercice 50 : [énoncé]
Exercice 48 : [énoncé] a) ϕ est continue sur R donc f (x) existe.
a) Par parité de la fonction intégrée, on a Z −2x Z 2x
sht shu
∀x ∈ R? , −x ∈ R? et f (−x) = dt = − du = −f (x)
I(−b, −a) = I(a, b) −x t u=−t x u

Par le changement de variable u = 1/t, on obtient Ainsi f est impaire.


b) ϕ est continue donc possède une primitive F . Comme f (x) = F (2x) − F (x) f
1 − t12
Z b
− dt est dérivable et
I(1/a, 1/b) = q 2
= I(a, b) sh2x − shx
a 1
1 + t2 1 + t4 t
1 f 0 (x) =
x
Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 22

pour x ∈ R? et f 0 (0) = 1. donc f 00 (x) + f (x) = g(x).


c) Pour tout x > 0, on a sh2x > shx donc f 0 (x) > 0. Ainsi f est croissante sur R+ . c) C’est une équation différentielle linéaire d’ordre 2 à coefficients constants.
Puisque Z 2x Solution homogène y(x) = λ cos x + µ sin x.
shx Solution particulière y(x) = f (x).
f (x) > dt = shx ln 2
x t Solution générale
on a f (x) → +∞ quand x → +∞. Z x
On complète le tableau de variation par parité. y(x) = λ cos x + µ sin x + sin(x − t)g(t) dt
0

Exercice 51 : [énoncé] Exercice 53 : [énoncé]


a) En découpant l’intégrale en deux a) Soit f˜ une primitive de f .
Z x Z 1
F (x) = tf (t) dt + x f (t) dt f˜(x) − f˜(−x) f˜(x) − f˜(0) f˜(0) − f˜(−x)
0 x F (x) = = + −−−→ f˜0 (0) = f (0)
2x 2x 2x x→0
On en déduit que F est dérivable et
On prolonge F par continuité en 0 en posant F (0) = f (0).
Z 1 Z 1 b) F est dérivable par opérations et
F 0 (x) = xf (x) + f (t)dt − xf (x) = f (t) dt Z x
x x
0 f (x) + f (−x) 1
F (x) = − 2 f (t) dt
Finalement F est de classe C 2 et F 00 (x) = −f (x) 2x 2x −x
b) F 0 (1) = 0 donc
Z u Z 1 Par intégration par parties
0
F (u) = − f (t) dt = f (t)dt Z x Z x
x
1 u
f (t) dt = [tf (t)]−x − tf 0 (t) dt
Puisque F (0) = 0, on a −x −x
Z x Z x Z 1 et on peut donc simplifier
F (x) = F 0 (u)du = f (t) dtdu Z x
0 0 u 1
F 0 (x) = tf 0 (t) dt
2x2 −x
Exercice 52 : [énoncé] c) Sachant
a) En développant Z x
Z x Z x Z x
tf 0 (0) dt = 0
−x
f (x) = (sin x cos t − cos x sin t)g(t) dt = sin x cos tg(t) dt−cos x sin tg(t) dt
0 0 0 on peut écrire Z x
1
f est donc dérivable et F 0 (x) = t (f 0 (t) − f 0 (0)) dt
Z x 2x2 −x
Z x Z x
0 En posant
f (x) = cos x cos tg(t)dt + sin x sin tg(t) dt = cos(t − x)g(t) dt
0 0 0 Mx = sup |f 0 (t) − f 0 (0)|
t∈[−x,x]
b) f 0 est dérivable et
Z x x x
on a alors Z x
1 1
Z Z
f 00 (x) = − sin x cos tg(t)dt+cos x sin tg(t)dt+g(x) = − sin(x − t)g(t)dt+g(x) |F 0 (x)| 6 tMx dt = Mx
0 0 0 2x2 −x 2

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 23

Or f 0 est continue en 0, donc Mx −−−→ 0 puis Exercice 55 : [énoncé]


x→0
Puisque continue, la fonction f admet une primitive F sur R et
F 0 (x) −−−→ 0
x→0 ∀(x, y) ∈ R2 , f (x) − f (y) = F (2y + x) − F (2x + y)
En vertu du théorème du prolongement C 1 , on peut affirmer que F est dérivable Pour y ∈ R fixé, on obtient
en 0 et F 0 (0) = 0.
f : x 7→ f (y) + F (2y + x) − F (2x + y)

Exercice 54 : [énoncé] Puisque la fonction F est de classe C 1 , on obtient que f est de classe C 1 et
a) Soit x ∈ ]0, 1[, x, x2 ⊂ ]0, 1[ et t 7→ ln1 t est définie et continue sur ]0, 1[ donc
 
R x2 f 0 (x) = f (2y + x) − 2f (2x + y)
ϕ(x) = x lndtt existe.
Pour t ∈ x2 , x , En dérivant cette relation en la variable y, on obtient
1 1 1
6 6
ln x ln t ln x2 0 = 2f 0 (2y + x) − 2f 0 (2x + y)
donc
x2 − x x2 − x et donc
6 ϕ(x) 6
ln x 2 ln x f 0 (2y + x) = f 0 (2x + y)
Quand x → 0+ , ϕ(x) → 0. Puisque pour tout (s, t) ∈ R2 , il existe (x, y) ∈ R2 vérifiant
On a aussi Z x2
t dt
(
ϕ(x) = 2x + y = s
x t ln t x + 2y = t
donc
x2 x2
x2 dt on peut affirmer que la fonction f 0 est constante.
Z Z
x dt
6 ϕ(x) 6
x t ln t x t ln t On en déduit que la fonction f est affine.
or Par le calcul, on vérifie que, parmi les fonctions affines, seule la fonction nulle
2
Z x vérifie la relation proposée.
dt x2
= [ln(ln t)]x = ln 2
x t ln t

Quand x → 1 , ϕ(x) → ln 2.
Exercice 56 : [énoncé]
Finalement ϕ peut être prolongée par continuité en 0 et en 1.
a) Puisque f (0) = 0, on a
b) Soit F une primitive de ln1 t sur ]0, 1[. Z x
On a ϕ(x) = F (x2 ) − F (x) ce qui permet de dériver ϕ et d’obtenir f (x) = f 0 (t) dt
0
x−1
ϕ0 (x) = Par l’inégalité de Cauchy-Schwarz
ln x
Z x 1/2 Z x 1/2
R1
L’intégrale 0 x−1
ln x dx est définie car on vérifie aisément que la fonction intégrée |f (x)| 6 dt f 0 (t)2 dt
peut être prolongée par continuité en 0 et en 1 et on a 0 0

Z 1 et donc
x−1 1
Z x Z 1
dx = [ϕ(x)]0 = ln 2
0 ln x f (x)2 6 x f 0 (t)2 dt 6 x f 0 (t)2 dt
0 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 24

puis series(t/sqrt(tˆ3+1), t=infinity);


1 1 1
1 1 0 2
Z Z Z  Z
donne
f (x)2 dx 6 x f 0 (t)2 dt dx = f (t) dt
 
2 0 t 1 1 1 1
0 0 0 √ = √ − 7/2 + o 7/2 quand t → +∞
t3 + 1 t 2t t
b) En reprenant ce qui précède
donc
!
Z 1/2 Z 1/2 Z 1/2 Z 1/2 Z x+1
1 x+1 dt
1 Z Z x+1  
f (x) dx 6 2
x 0
f (t) dt 2
dx = f 0 (t)2 dt dt 1
f (x) = √ + + o dt quand x → +∞
0 0 0 8 0 x t 2 x t7/2 x t7/2

Sachant f (1) = 0, on a aussi de façon symétrique Or on obtient facilement (en en revenant aux ε) que
Z x+1   Z x+1 
Z 1
1
Z 1 1 dt
f (x) dx 6 2
f 0 (t)2 dt o 7/2 dt = o quand x → +∞
1/2 8 1/2 x t x t7/2
Comme précédemment, on a
et en sommant ces deux majorations, on obtient
Z x+1
Z 1 Z 1 dt 1
1 0 ∼ 7/2
f (x)2 dx 6 f (t) dt 2
x t7/2 x
0 8 0
donc  
1 1 1 1 1 37 1 1
f (x) = − + − +o
Exercice 57 : [énoncé] x1/2 4x 3/2 8x 5/2 64 x7/2 x7/2
a) L’existence de la fonction intégrée exige t > −1. Par convergence de l’intégrale Notons qu’un calcul direct par Maple n’est guère avenant.
pour x = −1, on obtient ∆ = [−1, +∞[. series(int(t/sqrt(tˆ3+1), t=x..x+1), x=infinity);
b) On a d) Soit F une primitive sur ]−1, +∞[ de la fonction continue
Z x+1
(x + 1) dt x+1
0 6 f (x) 6 √ =√ t
3 x3 + 1
x x +1 t 7→ √
t3 +1
donc
f (x) −−−−−→ 0 On a f (x) = F (x + 1) − F (x). On en déduit que f est dérivable sur ]−1, +∞[ et
x→+∞

On a x+1 x
Z x+1 Z x+1 f 0 (x) = p −√
x dt (x + 1) dt 3
(x + 1) + 1 3
x +1
p 6 f (x) 6 √
x (x + 1)3 + 1 x x3 + 1
du signe de
donc
p p
x x+1 g(x) = (x + 1) x3 + 1 − x (x + 1)3 + 1
p 6 f (x) 6 √
3
(x + 1) + 1 x3 + 1 Si x ∈ [−1, 0] est négatif, cette quantité est assurément positive.
Si x ∈ [0, +∞[, g(x) est du signe de
On en déduit
1
f (x) ∼ h(x) = (x + 1)2 (x3 + 1) − x2 ((x + 1)3 + 1)
x1/2
c) La commande expand((x+1)ˆ2*(xˆ3+1)-xˆ2*((x+1)ˆ3+1));
series(int(1/sqrt(t), t=x..x+1), x=infinity); donne
donne un développement asymptotique à un ordre supérieur à celui demandé. h(x) = 1 + 2x − x2 − 2x3 − x4

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 25

dont la dérivée est

h0 (x) = 2 − 2x − 6x2 − 4x3

Sur [0, +∞[ cette dérivée est strictement décroissante et s’annule donc une unique
fois en un α ∈ [0, +∞[.
On en déduit les variations puis le signe de h(x) sur [0, +∞[

La fonction f étudiée
x 0 α β +∞
h0 (x) 0 + 0 − −
h(x) 1 % h(α) & 0 & −∞ Exercice 58 : [énoncé]
Introduisons Z x Z x
F : x 7→ f (t) dt et G : x 7→ tf (t) dt
0 0
Par intégration par parties
Z x Z x
Avec Maple, on peut déterminer une valeur approchée de β
G(x) = xF (x) − F (t) dt = [F (x) − F (t)] dt
fsolve((x+1)ˆ2*(xˆ3+1)-xˆ2*((x+1)ˆ3+1)); 0 0
En excluant la solution négative, on obtient β = 0, 88 à 10−2 près.
Finalement f est croissante sur [−1, β] et décroissante sur [β, +∞[. Cas F n’est pas de signe constant
e) Le maximum de f est β. Sa valeur est Il existe alors a, b ∈ ]0, 1[ tel que
f:=x->int(t/sqrt(tˆ3+1), t=x..x+1); F (a) = min F < 0 et F (b) = max F > 0
f(.8832035059); [0,1] [0,1]
ce qui fournit 0,7103307033. . .
Par intégration d’une fonction continue, non nulle et de signe constant sur un
Pour obtenir un tracé satisfaisant de la fonction f , commençons par redéfinir
intervalle non singulier, on a
celle-ci à l’aide d’une forme inerte
f:=x->int(t/sqrt(tˆ3+1), t=x..x+1); G(a) < 0 et G(b) > 0
puis procédons au tracé
plot(f(x), x=-1..2, y=-1..2); et le théorème des valeurs intermédiaires assure que G s’annule.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 26

Cas F est de signe constant donc


Quitte à considérer −f , supposons F positive. Z π/2
Si F est nulle, il en est de même de f et la propriété est immédiate, sinon, on In+2 = (n + 1) (1 − sin2 t) sinn t dt = (n + 1)In − (n + 1)In+2
peut introduire b ∈ ]0, 1[ tel que 0

F (b) = max F > 0 puis


[0,1] (n + 2)In+2 = (n + 1)In
On a alors c)
Z 1
2p − 1 2p − 1 2p − 3 1 (2p)! π
G(b) > 0 et G(1) = − F (t) dt < 0 I2p = I2p−2 = · · · I0 = 2p
0 2p 2p 2p − 2 2 2 (p!)2 2
car F (1) est nul. sachant I0 = π/2.
A nouveau, le théorème des valeurs intermédiaires permet de conclure.
2p 2p − 2 2 22p (p!)2
I2p+1 = · · · I1 =
2p + 1 2p − 1 3 (2p + 1)!
Exercice 59 : [énoncé]
a) Par intégration par parties, on obtient sachant I1 = 1.
d) Posons un = (n + 1)In+1 In . On
q
Ip,q = Ip+1,q−1
p+1 un+1 = (n + 2)In+2 In+1 = (n + 1)In In+1 = un

b) On en déduit et u0 = I1 I0 = π/2 donc pour tout n ∈ N


q(q − 1) . . . 1
Ip,q = Ip+q,0
(p + 1)(p + 2) . . . (p + q) (n + 1)In+1 In = π/2
or
(b − a)p+q+1 Pour tout t ∈ [0, π/2],
Ip+q,0 = sinn+2 t 6 sinn+1 t 6 sinn t
p+q+1
donc donc
p!q! In+2 6 In+1 6 In
Ip,q = (b − a)p+q+1
(p + q + 1)!
e) On a
n+1
In 6 In+1 6 In
Exercice 60 : [énoncé] n+2
a) En appliquant le changement de variable u = π/2 − t on obtient donc In+1 /In → 1. Ainsi In+1 ∼ In .
Par suite
π/2 π
= (n + 1)In+1 In ∼ nIn2
Z
In = cosn u du 2
0
et donc √
t 7→ sinn t est continue, positive sans être la fonction nulle et 0 < π/2 donc In > 0 π
In ∼ √
b) Par intégration par parties 2n
Z π/2 Z π/2 sachant In > 0.
π/2
sin t sinn+1 t dt = − cos t sinn+1 t 0 + (n + 1) cos2 t sinn t dt

In+2 =
0 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 27

Exercice 61 : [énoncé] Exercice 63 : [énoncé]


nt−cos nx
a) On a a) f : t 7→ cos
cos t−cos x est définie et continue sur [0, π] \ {x}.
Z 1
e e
0 6 In 6 dx = →0 cos nt − cos nx cos(nx + nh) − cos(nx) (1 − cos(nh)) cos(nx) − sin nx sin nh sin
0 n! n! = = ∼ n
donc par encadrement In → 0. cos t − cos x cos(x + h) − cos x (1 − cos h) cos x − sin h sin x h→0 si
b) Par intégration par parties
On peut donc prolonger f par continuité en x ce qui assure l’existence de In .
Z 1 1 Z 1
(1 − x)n x (1 − x)n+1 x (1 − x)n+1 x b) On a :

1
In = e dx = − e + e dx = +In+1
0 n! (n + 1)! 0 (n + 1)! (n + 1)! Z π
0 cos(n + 1)t + cos(n − 1)t − (cos(n + 1)x + cos(n − 1)x)
In+1 + In−1 = dt
c) Pour k > 1, 0 cos t − cos x
1
= Ik−1 − Ik π
2 cos nt cos t − 2 cos nx cos x
Z
k!
In+1 + In−1 = dt
donc 0 cos t − cos x
n n
X 1 X
=1+ Ik−1 − Ik = 1 + I0 − In Z π
cos nt cos t − cos nt cos x
Z π
cos nt − cos nx
k! In+1 + In−1 = 2 dt + 2 cos x dt
k=0 k=1
0 cos t − cos x 0 cos t − cos x
avec Z 1
enfin
I0 = ex dx = e − 1 Z π
0 In+1 + In−1 = 2 cos nt dt + 2 cos x.In = 2 cos x.In
Ainsi 0
n
X 1 (In ) est une suite récurrente linéaire double d’équation
= e − In −−−−−→ e
k!
k=0
n→+∞ caractéristique r2 − 2 cos xr + 1 = 0 de racines eix et e−ix .
Donc il existe λ, µ ∈ R tel que

Exercice 62 : [énoncé] ∀n ∈ N, In = λ cos(nx) + µ sin(nx)


a) I0 R= e − 1.
e e π
I1 = 1 ln x dx = [x ln x − x]1 = 1. I0 = 0 et I1 = π donc λ = 0 et µ = sin x d’où
b) Par intégration par parties
Z e e sin nx
In = π
Z
n+1 n+1 e n
 
In+1 = (ln x) dx = x(ln x) 1
− (n + 1) (ln x) dx = e − (n + 1)In sin x
1 1

c) Par intégration d’une fonction continue, positive et non nulle, on a In > 0.


e Exercice 64 : [énoncé]
Puisque In+1 > 0, on a aussi In < n+1 .
d) Par encadrement In → 0. a) u0 = 1/2, u1 = ln 2 et u2 = π/4.
Puisque In+1 = e − (n + 1)In → 0 on a (n + 1)In → e puis b) On a
1
xn (1 − x)
Z
e e
In ∼ ∼ un+1 − un = dx
n+1 n 0 (1 + xn )(1 + xn+1 )
e) On a or la fonction
Dn+1 = (n + 1)Dn xn (1 − x)
x 7→
(1 + xn )(1 + xn+1 )
donc Dn = n!D0 .
Si a 6= I0 alors Dn → +∞ puis |un | > Dn − In → +∞. est continue, positive sans être la fonction nulle et 0 < 1 donc un+1 − un > 0.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 28

c) On a et
1 1 n r n  
xn dx 1X k 1X k
Z Z
1
|un − 1| = 6 xn dx = →0 = f
0 1 + xn 0 n+1 n n n n
k=1 k=1
donc un → 1. √
avec f : t 7→ t définie et continue sur [0, 1].
d) Par intégration par parties Par somme de Riemann
Z 1 1 n   Z 1  1
xn−1 1 1 ln 2 1 1 1X k 2 3/2 2
 Z Z
1
In = x dx = n
x ln(1 + x ) − n
ln(1 + x ) dx = − n
ln(1 + x ) dx f → f (t) dt = t =
0 1+x n n 0 n 0 n n 0 n n 0 3 0 3
k=1

e) On a donc
1 1 2 3/2
Sn ∼
Z Z
1 n
06 ln(1 + xn ) dx 6 xn dx = →0 3
0 0 n+1
car il est connu que ln(1 + t) 6 t pour t > −1.
Exercice 67 : [énoncé]
On a alors Z 1 On a
ln(1 + xn ) dx → 0  1! n n  
0 (2n)! n 1X 1X k
ln = (ln(n + k) − ln n) = ln 1 +
donc nn n! n n n
1 k=1 k=1
xn
Z  
ln 2 1
un = 1 − dx = 1 − +o
0 1+x n n n La fonction x → ln(1 + x) étant continue sur [0, 1], on obtient
 1! Z 1
(2n)! n
ln −−−−−→ ln(1 + x) dx = 2 ln 2 − 1
Exercice 65 : [énoncé] nn n! n→+∞ 0
a)
n n Z 1 On en déduit
X n 1X 1 dt π   n1
= 2 −
−−−−→ = (2n)! 4
n2 + k 2 n 1 + (k/n) n→+∞ 0 1 + t2 4 →
k=1 k=1 nn n! e
b)
n n Z 1
X k 1X k/n x 1 Exercice 68 : [énoncé]
2
n +k 2
=
n 2 −
−−−−→
1 + x2
dx = ln 2
2
k=1
1 + (k/n) n→+∞
k=1 0
n  !1/n n   Z 1
c)
Y k 1X k
ln 1+ = ln 1 + → ln(1 + t)dt = 2 ln 2 − 1
n n n 0
n n k=1 k=1
1 1 √
Z
X 1 1X 1 dx √
√ = p −−−−−→ √ = 1 + 2x 0 = 3 − 1 donc !1/n
2
n + 2kn n 1 + 2k/n n→+∞ 0 1 + 2x n  
k=1 k=1 Y k 4
1+ →
n e
k=1
k 1
Exercice 66 : [énoncé] Pour k ∈ {1, . . . , n}, n2 6 n donc
On peut écrire
n r ! n  !1/n
√ 1X k Y k 1
Sn = n n 16 1+ 2 61+
n n n n
k=1 k=1

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 29

puis donc
!1/n π
n 
k xn =
n+1
Y
1+ 2 →1
n Par suite
k=1
n kπ n kπ
X sin n+1 1 X sin n+1
fn (xn ) = = k
k n+1 n+1
k=1 k=1
Exercice 69 : [énoncé]
Pour x > 0, x − 16 x3 6 sin x 6 x donc |sin x − x| 6 M x3 avec M = 1/6. Or la fonction t 7→ sin(πt)/t peut être prolonger en une fonction continue sur [0, 1]
On a alors donc par somme de Riemann
3

sin k − k 6 M. k 6 M

Z 1
n2 n2 n6 n3 sin(πt)
fn (xn ) →

dt
0 t
donc n     X n  
X k k k k M
sin sin − sin 6 →0

n n2 n n2 n2

Exercice 71 : [énoncé]

k=1 k=1

Or Il est bon de savoir qu’une fonction f : R → R convexe est obligatoirement


n   Z 1 continue bien que ce résultat n’est pas explicitement au programme. Par les
X k k
sin → t sin t dt sommes de Riemann,
n n2 0
k=1
b n  
b−a
Z
donc 1 1X
n     g(t) dt = lim g a+k
X k k b−a a n→+∞ n n
sin sin → sin 1 − cos 1 k=1
n n2
k=1
donc par continuité
Pour x > 0, x − 16 x3 6 sin x 6 x donne aussi sin2 x − x2 6 M 0 x4 avec M 0 = 1/3. !
b n !
Ainsi

b−a
Z
1 1X
f g(t) dt = lim f g a+k

n n n
X 1 X 1 X 1 M0 b−a n→+∞ n n
sin2 √ − 6 M0 6 →0 a

k=1
k + n k=1 k + n (k + n)2 n


k=1 k=1
Par l’inégalité de Jensen
Or
n n Z 1
X 1 1 X 1 dx n  ! n   
= → = ln 2 1X b−a 1X b−a
k+n n 1 + k/n 0 1+x f g a+k 6 f g a+k
k=1 k=1 n n n n
k=1 k=1
donc
n
X 1 En passant cette relation à la limite, on peut alors conclure grâce à la continuité
sin2 √ → ln 2 de f .
k=1
k+n

Exercice 72 : [énoncé]
Exercice 70 : [énoncé]
Par le changement de variable u = nt
On a
n
X (n + 1)x sin nx Z π
1 nπ
Z
fn0 (x) = cos kx = cos 2
f (t) |sin(nt)| dt = f (u/n) |sin u| du
2 sin x2 n 0
k=1 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 30

En découpant l’intégrale par la relation de Chasles Exercice 73 : [énoncé]


On peut écrire
π n−1 Z n
1 X (k+1)π
Z
1 X 1 1
f (t) |sin(nt)| dt = f (u/n) |sin u| du un = = 2 Sn
0 n kπ n3 (1 + 2k/n)3 n
k=0 k=1
avec
n
puis par translation de la variable 1X 1
Sn =
n−1 Z
n (1 + 2k/n)3
π k=1
1X π
Z  
u + kπ
f (t) |sin(nt)| dt = f sin u du Par les sommes de Riemann, on a
0 n 0 n
k=0 Z 1  1
dt 1 2
et on peut alors écrire Sn −−−−−→ 3
= − =
n→+∞ 0 (1 + 2t) 4(1 + 2t)2 0 9
π n−1 Z n−1 Z   On en déduit
1X π 1X π
Z     
u + kπ kπ kπ 2
f (t) |sin(nt)| dt = f −f sin u du+ f sin u du un ∼
0 n 0 n n n 0 n 9n2
k=0 k=0

D’une part
n−1 Z n−1  Exercice 74 : [énoncé]
1X π
  
kπ 2X kπ La division euclidienne de n par k s’écrit
f sin u du = f
n 0 n n n
k=0 k=0
n = [n/k] k + r(k)
se reconnaît comme étant une somme de Riemann et donc
et donc
n−1 Z n − r(k) = k [n/k]
1X π 2 π
  Z 1 Z

f sin u du → 2 f (πt) dt = f (t) dt
n 0 n 0 π 0 puis
k=0 n
1 X k hni
vn =
D’autre part, la fonction f étant de classe C 1 sur le segment [0, π] elle y est n n k
k=1
M -lipschitzienne avec
ce qui fait penser à une somme de Riemann associée à la fonction f : t 7→ t [1/t]
M = sup |f 0 |
[0,π] définie et continue par morceaux sur ]0, 1]. Bien qu’elle soit prolongeable par
continuité en 0, ce prolongement n’est pas continue par morceaux sur [0, 1] (il
et on a alors n’existe pas de subdivision finie du segment [0, 1] qui soit adaptée) et l’on ne peut
n−1 Z  
1 X π
n−1 donc pas employer directement le théorème du cours relatif aux sommes de
1X π u M π
   Z Z
u + kπ kπ
Riemann
f − f sin u du 6 M sin u du = u sin u du → 0 : cela va nous obliger à un petit découpage. . .

n n n n n n 0

k=0 0 k=0 0 Soit N ∈ N? . On peut écrire
[n/N ] n
On en déduit 1 X k hni 1 X k hni
Z π Z π vn = +
2
f (t) |sin(nt)| dt → f (t) dt n n k n n k
π k=1 k=[n/N ]+1
0 0

Notons que le résultat peut aussi être établi d’une façon semblable pourf D’une part
[n/N
seulement continue en exploitant l’uniforme continuité de f sur le segment [0, π]. 1 X ] k h n i [n/N ]

6 1 [n/N ] 1
X

n 16 6
k=1 n k n n N
k=1

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 31

R1
et d’autre part, par les sommes de Riemann Or f (1) = 0 donc f 0 (0) = 0
(t − 1)g(t) dt puis
n Z 1 1 x
1 X k hni Z Z
−−−−−→ t [1/t] dt f (x) = x (t − 1)g(t) dt + (x − t)g(t) dt
n − [n/N ] n k n→+∞ 1/N 0 0
k=[n/N ]+1

Par le changement de variable u = 1/t Inversement, considérons f définie par :


Z 1 Z x
Z 1 Z N N Z k+1
[u] X k f (x) = x (t − 1)g(t) dt + (x − t)g(t) dt
t [1/t] dt = du = du 0 0
1/N 1 u3 k u3
k=1
On a f (0) = f (1) = 0. De plus
puis
Z 1 N   N +1 1 x x
1 1 1 1 1 X 1
X Z Z Z
t [1/t] dt = 2
− + = f (x) = x (t − 1)g(t) dt + x g(t) dt − tg(t) dt
1/N 2 (k + 1) k+1 k 2 k2 0 0 0
k=1 k=1

et l’on remarque que donc f est dérivable et


N +1
1 X 1 π2
−−−−−→ Z 1 Z x
2 k 2 N →+∞ 12 f 0 (x) = (t − 1)g(t)dt + g(t)dt + xg(x) − xg(x)
k=1
0 0
+∞
1 1
P
En choisissant N assez grand pour que 1/N 6 ε et 2 k2 6 ε, on a f est donc deux fois dérivable et
k=N +2

N
 f 00 (x) = g(x)
2
π  [n/N ] π 2
2

vn − π 6 ε + n − [n/N ]  1 k n
X h i
− +
12 n n − [n/N ] n k 12 n 12
k=[n/N +1]
Exercice 76 : [énoncé]
Puis pour n assez grand En appliquant la formule de Taylor reste intégrale à la fonction x 7→ ex entre 0 et
+∞
! x on obtient :
2 n Z x
[n/N ] π 2 xk (x − t)n x

vn − π 6 ε + n − [n/N ] 1
X X
+ε + ex = + e dt
12 n k2 n 12 k! 0 n!
k=N +2 k=0

ce qui donne donc Z


n x
x X xk (x − t)n t

2 2

vn − π 6 ε + 2ε + ε π e − = e dt

k! 0 n!

12 12

k=0
2 2
Finalement vn → π /12 puis un → 1 − π /12 Si x > 0 alors
Z x Z x Z x n+1 |x|
(x − t)n t (x − t)n t (x − t)n x xn+1 ex |x| e
e dt = e dt 6 e dt = =
Exercice 75 : [énoncé]
0 n!
0 n! 0 n! (n + 1)! (n + 1)!
Si f est solution alors f est de classe C 2 et par la formule de Taylor
reste-intégrale : Si x 6 0 alors
Z x Z x Z x Z 0 Z 0 n+1 n+1 |x|
(x − t)n t (t − x)n t (t − x)n |x| |x| e
∀x ∈ [0, 1] , f (x) = f (0) + xf 0 (0) + (x − t)f 00 (t) dt = xf 0 (0) +

(x − t)g(t) dt e dt = e dt 6 dt = 6
0 0

0 n!
x n! x n! (n + 1)! (n + 1)!

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 4 novembre 2013 Corrections 32

On aurait aussi pu appliquer directement l’inégalité de Taylor-Lagrange à la


restriction de f sur [− |x| , |x|].
Quand n → +∞,
n+1 |x|
|x| e
→0
(n + 1)!
donc
n
X xk
lim = ex
n→∞ k!
k=0

Exercice 77 : [énoncé]
La fonction f : x 7→ ln(1 + x) est définie et de classe C ∞ sur R+ avec
(−1)k−1 (k − 1)!
f (k) (x) =
(1 + x)k

f (0) = 0, f (k) (0) = (−1)k−1 (k − 1)! pour k > 0 et f (n+1) (x) 6 n! = M sur R+ .
Par l’inégalité de Taylor Lagrange :
n

X f (k) (0) k M xn+1
f (x) − x 6

k! (n + 1)!
k=0

Pour x = 1, on obtient :
n

X (−1)k−1 1
ln 2 − 6 →0

k n+1
k=1

donc
n
X (−1)k−1 1 1 1 (−1)n−1
=1− + − + ··· + −−−−−→ ln 2
k 2 3 4 n n→+∞
k=1

Exercice 78 : [énoncé]
En vertu du théorème de Taylor-Young :
1
f (a + h) = f (a) + hf 0 (a) + h2 f 00 (a) + o(h2 )
2
donc
f (a + h) − 2f (a) + f (a − h) = h2 f 00 (a) + o(h2 )
puis
f (a + h) − 2f (a) + f (a − h)
lim = f 00 (a)
h→0 h2

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD