Vous êtes sur la page 1sur 3

Meeting with philosophical and non-confessional

organisations on October, 15th, 2010

"Combating poverty and social exclusion : a key challenge


for Europe"

Introductory remarks by the President of the European Council,


Herman Van Rompuy

Poverty and social exclusion are a scourge, both for and in the European
Union. That is the reason why we insisted in the EU2020 Strategy to have
a target of 20 million less people at risk of poverty. As was stated, and I
quote : "The aim is to ensure economic, social and territorial cohesion,
building on the current European gear for combating poverty and social
exclusion so as to raise awareness and recognise the fundamental rights of
people experiencing poverty and social exclusion, enabling them to live in
dignity and take an active part in society". We are not only combating
poverty in the Union, but also worldwide. Don't forget that the EU is the
biggest donor of development aid with 49 billion euro.

Afin de combattre ce fléau, nous n'attendons pas de vous des réponses


toutes faites à des questions que nous ne cessons de nous poser nous-
mêmes.
Mais nous attendons de vous que vous nous fassiez part de comment vous
avez mis, grâce à votre expérience humaniste, votre action et vos idées au
service des pauvres et des exclus de notre société. Au service d'une
certaine "reliance". Au service non seulement dans le sens curatif mais
aussi préventif, non seulement financier mais aussi non financier
(psychologique et émotionnel), non seulement caritatif mais aussi
structurel, non seulement au sujet des pauvres mais aussi avec eux, non
seulement en s'attaquant aux causes économiques mais aussi aux causes
culturelles ou sociétales propres à notre monde contemporain. Je crois
qu'on a besoin aujourd'hui d'inspiration altruiste, d'une référence constante
à l'autre. C'est la manière par excellence de donner un sens à notre vie et
c'est une source de bonheur.

Nous avons besoin de vos lumières, non parce que "le Traité prévoit un
dialogue", mais parce qu'il est de notre devoir, si l'Union européenne veut
tendre vers une civilisation de valeurs, de prendre en compte l'opinion des
personnalités les plus marquantes des mondes philosophiques et non
confessionnels. Tout comme nous l'avons d'ailleurs fait le 19 juillet
dernier pour ce qui concerne les personnalités religieuses.

Et le dialogue est essentiel. En lui réside même ce qu'Hannah ARENDT


appelait l'essence de la politique dans une démocratie.

Le dialogue est l'expression de la tolérance, de l'ouverture et du respect.


Dialogue qui n'est possible, qui n'est réalisable, qu'entre véritables
partenaires.
A l'avenir, nous pourrions envisager, sur des thèmes sociétaux bien
identifiés, un dialogue plus structurel, et ceci afin d'encore mieux répondre
au besoin d'échange d'idées entre nous.

C'est entre autre comme ça que nous pourrons mieux comprendre et mieux
relever les défis qui se posent à nous et que nous pourrons, ensemble,
travailler au progrès de l'humanité. Nous avons besoin dans cette période
de crise et de populisme, de beaucoup de 'togetherness', de solidarité, de
proximité, de cohésion sociale. L'avenir réside dans l'unité dans la
diversité; et l'exclusion sociale est à l'opposé de l'unité.

Merci de nous apporter, ce midi, en ce qui concerne le sujet de la pauvreté


et de l'exclusion sociale, votre lumière.