Vous êtes sur la page 1sur 12

Dépa rt

emen td ’a
rchi
tec
tur
edeBEJAIA 201 3–2014 3ème Année LMD Architecture
Enseignante : Mme SARAOUI .ATTAR .Selma Modul
ed ’équipemen
t

Lecture 02 : Le Confort thermique en architecture

INTRODUCTION :

L’h
ommeato
ujo
ursc
ons
tru
itpo
urs’
abr
it
erdesaléasd ucl
i
mat
.No
usp
our
ron
sàp
ri
or
ire
ten
irq
uat
re
ra
is
onse
ss
ent
ie
ll
esqu
iontpo
uss
él’
hommeàconstruire:

• Sociale

• Symbolique

• Fonctionnelle

• Artistique

Ma i
silfau
tn o
terquel
’o
bje
cti
fpri
mai
redel

homme,
àt r
ave
rsl
acons
tru
cti
on,
res
tec
el
uid
e“mo
dif
ie
rle
climat ”
.D’oùleco
ncep
tdu“ bâ
ti
mentco
mmeélé
mentmodi
fi
cat
eurd
ucli
mat”.

Le confort thermique a été défini comme étant la


condition dans laquelle aucune Contrainte
significative n'est imposée aux mécanismes
thermorégulateurs du corps humain. Le confort
th ermiq u
ep e r
me tl ’
obtentiond econditions
optimales pour tous les systèmes fonctionnels de
l'organisme ainsi qu'un haut niveau de capacité de
travail.

I - LA NOTION DU CONFORT DANS LE BATIMENT

1. Les courbes de Wyon.

Wyon, D.P. donne une idée de la complexité de la notion de confort. Les critères donnés par Wyon
viennent comme suit :

a) Notion de survie :

Ma inte
n ir37°a ur ep ose stlep r
incip alobjectifd us ystèmet hermo régulate urd uc orpsh uma in. L’act
iv i

perme td ’
é le
verc et
tet emp ér
a tur
e, ma isda nsd esc ondi t
ionse nd essousd uc on fort.L’ hommep e utsupp or
t er
un écart de 02 degrés Celsius pour de courtes périodes. Cette situation est perceptible sous une grande variété
de climats.

b) Zone de confort :

Neutralité thermique.

1
Dépa rt
emen td ’a
rchi
tec
tur
edeBEJAIA 201 3–2014 3ème Année LMD Architecture
Enseignante : Mme SARAOUI .ATTAR .Selma Modul
ed ’équipemen
t

c) Zone de performance

Alo r
sq u’il e
stco mmu n éme n ta dmisq uelescon diti
o nst he r
mi que sa ffectentlesn iveauxd ev igilance, fatigue,
attention, ennui ou dépit, les mécanismes inhérents à cet état de fait ne sont pas encore très maîtrisés.
Néanmoins, les recherches ont démontré que la zone dite de performance peut bien ne pas coïncider avec la
zone de confort.

La santé et le confort

La santé et les conditions de confort sont très liées. Si pour une personne en bonne santé, la survie est
possiblemê med ansd escon ditio
n sd ’
in c
on fort .Pour l espersonn esâ gé
eso uma l
adesl asu rv i
en ’estp a s
possible.

2. Notion de c
onf
ortt
her
miq
uee
tl’
homme:
a)- Mé
tab
oli
smed
el’
homme
:

Lec orp sh umai


ndoi
tpro
dui
redelac
hal
eur
,c’
es
tparl
acombu
sti
onouoxy
dat
iond
esa
li
ment
s.En
l’
occu rre n
cele
shyd
rat
esdec
arb
o n
eousuc
re
s,l
espr
oté
ine
setl
esg
rai
sse
squec
el
aes
tre
ndu
possible.
Cetteo xy dat
ions ep assea us ei
nd esc e
llulesc o
mp o santl est is
su sd el’or
gan
isme
.L’
oxy
gèn
e
nécessaire aux réactions de combustion est apporté par la respiration.
Pare xemp l
el’
oxy
dat
io
nd’
unemo

cul
edeg
luc
osep
rod
uitd
el’
eau
,du gaz carbonique
ique et de la
chaleur :

Contrairement aux réactions chimiques endothermiques qui absorbent de la chaleur pour se produire,
la combustion est une réaction chimique exothermique qui produit de la chaleur, c'est-àà-dire de
l’éner
gie.C’estc ettemê mema nièrequ’unmo te
u rdev oit
u rep ro
d uitd el ’énergie gasoil (fuel)
(fuel), par
l’oxygè
n eenp ro venan ced el’air.Un ep arti
ed el’é
n er
g i
et hermiqu e.

L’ énergien écessai
reàl av i
ed’u nê treh uma inad on cp ouro rigi
n ed esréactionsd ’oxy gène. Le
maintien de la vie est subor
rdon néàl ap ro ducti
ond el ac haleur.Ta ntq u’unê treh uma ine s tenv ie
,
il produira continuellement de la chaleur. La quantité de chaleur produite par unité de temps est
p roporti
o nn el
leàl ’i
n tensit
éd el’a c
tivitép hysique.Onn o ter
aq uel ’augme ntationd el ’activit
é
physique se traduit par une augmentation de la combustion des aliments donc par une

2
Dépa rt
emen td ’a
rchi
tec
tur
edeBEJAIA 201 3–2014 3ème Année LMD Architecture
Enseignante : Mme SARAOUI .ATTAR .Selma Modul
ed ’équipemen
t

augmentation de la production de chaleur, cette chaleur doit être évacuée hors du corps, de façon
que sa température intérieure reste constante à 37°C

b)- Métabolisme basal:

C’
es
tlaqu
anti
témi
ni
maledel
acha
leu
rqui
estpro
dui
tep
arl

org
ani
smep
ourp
erme
tt
rel
avi
een
moy
ennee
ll
ees
tdel
’or
dred
ede80à100watts
.

Cette quantité minimale de chaleur est donc produite dans des conditions de repos et de confort
thermique.

Le corps ne peut maintenir sa température constante 37 ° c

Quantité de chaleur produite = Quantité de chaleur évacuée

3. MECANISMES DE REGULATION THERMIQUE :

3
Dépa rt
emen td ’a
rchi
tec
tur
edeBEJAIA 201 3–2014 3ème Année LMD Architecture
Enseignante : Mme SARAOUI .ATTAR .Selma Modul
ed ’équipemen
t

4
Dépa rt
emen td ’a
rchi
tec
tur
edeBEJAIA 201 3–2014 3ème Année LMD Architecture
Enseignante : Mme SARAOUI .ATTAR .Selma Modul
ed ’équipemen
t

II - VOI
ESD’
ECHANGETHERMI
QUEDEL’
HOMME

Les échanges d
ech
ale
ure
ntr
eco
rpsh
uma
ine
tl’
amb
ian
ceo
ntl
i
eup
ar:

a) Convection :t ransmi ssiond el acha l


eurd elas urfaced uc or p
sve
rsl

airamb
ian
t.
b) Rayonnement : de la surface du corps v erstou teslesp aroisquil

ent
oure
nt.
c) Evaporation d el’ea uàl as u r
facede la peau (perspiration)
d) Respiration
e) Conduction : (pied, siège, lit) dans une moindre mesure,
f) Ingestion d’ali
me nt sf roids .

Ces modes de transmission de chaleur du corps peuvent se classer sous deux formes principale:

• Chaleur latente: perdue par évaporation

• Chaleur sensible: perdue par les autres modes.

Les pertes de chaleur par le corps humain sont la somme des pertes par voie sensible et des pertes par
voie latente.

 Pertes de chaleur sensible et latente du corps humain :


Pour un organisme en repos :

Température ambiante °C 18 20 22 23 24 25 26
Qs (sensible ou sèche) W 100 95 90 85 75 75 70
Qh (latente ou humide) W 25 25 30 35 40 40 45
Qt (totale) W 125 120 120 120 115 115 115
Perted ’eaup aré vapo r
ati
on g/h 35 35 40 50 60 60 65

5
Dépa rt
emen td ’a
rchi
tec
tur
edeBEJAIA 201 3–2014 3ème Année LMD Architecture
Enseignante : Mme SARAOUI .ATTAR .Selma Modul
ed ’équipemen
t

Da
nsl
eca
sd’
unt
rav
ail
moy
enn
eme
ntd
iff
ic
il
e:

Température ambiante °C 18 20 22 23 24 25 26
Qs (sensible ou sèche) W 155 140 120 115 110 105 95
Qh (latente ou humide) W 115 130 150 155 160 165 175
Qt (totale) W 270 270 270 270 270 270 270
Perted ’eaup aré vapo r
ati
on g/h 165 185 215 222 230 236 250

L'homme dispose d'un système de thermorégulation qui lui permet de garder constante sa température
centrale pour des productions de chaleur de son organisme et des conditions thermiques du milieu
ambiant, variables entre certaines limites. On dit que l'homme est un homéotherme.

Quand la température corporelle est stable, les échanges thermiques avec le milieu extérieur se font
suivant l'équation:

M+K+C+R+E=0

M = flux d'énergie produit par le métabolisme des organes (toujours positif)

K = flux d'énergie perdu par : ………………conduction

C=……………………………………….
co
nve
cti
on

R=……………………………………….
ra
yon
neme
nt

E=……………………………………….
éva
por
ati
on(
to
ujo
ursn
éga
ti
f)

III –LES PARAMETRES DU CONFORT THERMIQUE :

1. Lat
emp
éra
tur
eamb
ian
ted
el’
ai
rTa
.

2. La température moyenne des parois Trm.

3. L'humidité relative de l'air (HR), qui est le rapport exprimé en pourcentage entre la quantité d'eau
contenue dans l'air à la température ta et la quantité maximale d'eau contenue à la même
température.

4. La vitesse de l'air, qui influence les échanges de chaleur par convection. Dans le bâtiment, les
vitesses de l'air ne dépassent généralement pas 0,2 m/s

5. Le métabolisme, qui est la production de chaleur interne au corps humain permettant de maintenir
celui-ci autour de 36,7°C. Un métabolisme de travail correspondant à une activité particulière
s’ajout ea umé tabo l
ismed eb aseduc orpsa ur epo s.

6. L'habillement, qui représente une résistance thermique aux échanges de chaleur entre la surface de
la peau et l'environnement.

6
Dépa rt
emen td ’a
rchi
tec
tur
edeBEJAIA 201 3–2014 3ème Année LMD Architecture
Enseignante : Mme SARAOUI .ATTAR .Selma Modul
ed ’équipemen
t

1
.Lat
emp
éra
tur
ed’
ai
rin
tér
ie
ure(
°C)
:

Lat e
mp é
ra tured el’a i
ra mb iante stlep remierpara mètreàcontrô l
er.Né anmo i
ns,
pri
ssé
par
éme
nt,
iln
epe
ut
donner une idée précise du confort prévalant dans une ambiance quelconque.

Lat
empér
atu
redel
’a
iramb
ian
toute
mpér
atu
res
èch
ees
tunme
sur
éep
aru
nth
ermo
mèt
rea
ubu
lbes
ec.
L’
in
ter
val
ledec
onf
ortv
agéné
ral
eme
ntd
e18à25C°.

Lat
emp
éra
tur
edel

airi
nte
rvi
entd
ansl

éch
ang
edec
hal
eurd
uco
rpsa
vecl

amb
ian
cep
arc
onv
ect
io
n:

2.La température des parois (température radiante)

Lat emp éra tured esp aroisestu nind i


c ate
urimp or tantduc onforti ntérieurd ’
u nl oc
al. Ca rc ’es
tcette
dernièrequ i don neu nei déesurlan at uredel’is
ola ti
ono ud el’i
n erti
et h e
rmi qu ed’unep aroi. Ains
i une
paroi mal isolée présente souvent une température
température radiante trop inférieure par rapport à la température
del’airamb ian t.

Ce qui conduit souvent à ressentir un inconfort dû à la différence de température en question. Il suffit


d’ima giner,po urc o mp r
end rec ep hé
nomè ne,àl’a mbia ncei nterned ’un etenteimplantée dans une région
froidee np l
einh iver. Ainsi,d ansc e
scond i
tions, mêmes il’ond ispo s
ed ’
unin st
ru me ntdec h auff age, on
sent toujours le froid dans le dos.

c’
estlat emp ératuremo y e
n ned el af aceint
é ri
euredet out eslesp ar
oisq uicomp o s
en tlelocal. Dans le cas
ou toutes les parois du local sont à la même température, par exemple 20°C, le flux de chaleur échangé
entrelec orp setlesp aroisp array on nements ’é
cri
t:

Dans un local composé de parois avec températures différentes, la température moyenne radiante du
local se calcul ainsi:

7
Dépa rt
emen td ’a
rchi
tec
tur
edeBEJAIA 201 3–2014 3ème Année LMD Architecture
Enseignante : Mme SARAOUI .ATTAR .Selma Modul
ed ’équipemen
t

3
.l
’h
umi
di
tér
el
at
ive(
%)

L’
humidi
téc
oupl
éeàlate
mp é
rat
ureambia
ntedonn
edéj
àu n
eidé
ed uc
onf
ortd’
ambi
anc
eint
er
ne.On
ex
pri
mel’
humi
dit
éparl
era
pportdel
av a
peurd’
eauc
ont
enu
ed a
nsl
’ai
ràl
aquant
it
édevap
eurd
’ea
uque
l
’ai
rsa
tur
épeu
tcont
eni
ràunet
empéra
tur
edonné
e.

Les pertes de chaleur par le corps sous forme latente constituent une part importante de la chaleur totale
qu’i
l perd, elle est exprimée:

8
Dépa rt
emen td ’a
rchi
tec
tur
edeBEJAIA 201 3–2014 3ème Année LMD Architecture
Enseignante : Mme SARAOUI .ATTAR .Selma Modul
ed ’équipemen
t

• L'humidité relative ambiante


mbiante influence la capacité de notre corps à éliminer une chaleur
excédentaire.

 Ainsi, une température extérieure de 24°C et une humidité relative de 82 % (après une pluie en
pér
iod ed ef or
techa l
eur )
, e
n traîneu n efort
ei mp ress
iond emo iteur, dueàl ’i
mpossibilité pour la
p eaud ’évap orerl’eaud etran spi
ra t
ionetd on cd eser afraî
ch i
r.

 Par contre, une température de 24°C conjointe à une humidité relative de 18 % (climat estival
médi
t err
an éen )permetd erefroidirlapea up arl ’
é va por
ationd el ’e
aud et ranspiration. La chaleur
nous paraît « très supportable »

De hauts niveaux d'humidité (au-delà


delà 70 % HR) donnent lieu à une croissance microbienne importante
et à des condensations sur les surfaces froides :

 La plage de confort température-humidité


température

Pour un c
onforto p ti
mal etp o uru net emp ér
a t
u red el’aira uxe nv i
ro
nsd
e22
°C,
onp
eutd
èsl
or
s
recommander que l'humidité relative soit gardée entre 40 et 65 %.

9
Dépa rt
emen td ’a
rchi
tec
tur
edeBEJAIA 201 3–2014 3ème Année LMD Architecture
Enseignante : Mme SARAOUI .ATTAR .Selma Modul
ed ’équipemen
t

Plus précisément, on peut définir une plage de confort hygrothermique dans le diagramme suivant :

1. Zone à éviter vis-à-vis des problèmes de sécheresse.


2. et 3: Zones à éviter vis-à-vis des développements de bactéries et de micro-champignons.
3. Zone à éviter vis-à-vis des développements d'acariens.
4. Polygone de confort hygrothermique
4.Vitesse de l'air :

La v itessed el’air(etp l
uspr
éc
isé
mentl
avi
tes
ser
el
ati
vedel
’ai
rpa
rrap
portàl’
in
div
idu
)es
tunpar
amèt
reà
pren dree nc ons i
d ér
a t
io nca
rel
lei
nfl
uen
cel
eséc
hang
esdech
ale
urpa
rconv
ecti
oneta
ugmen
tel
’é
vapo
rat
ion
à la surface de la peau.
A l'intérieur des bâtiments, on considère généralement que l'impact sur le confort des occupants est
négligeable tant que la vitesse de l'air ne dépasse pas 0,2 m/s.A titre de comparaison : se promener à la
vitesse de 1 km/h produit sur le corps un déplacement de l'air de 0,3 m/s.
Le mouvement de l'air abaisse la température du corps, facteur recherché en été mais pouvant être gênant en
hiver (courants d'air).

Vitesse du vent
Force Caractéristiques du vent
(Z = 2 m)

 Les visages ressentent la sensation du vent.


1.5 –3 m/s  Les feuilles bruissent.
2

 Les feuilles et les petits rameaux sont en mouvement permanent.


 Le vent déploie pleinement les drapeaux.
3 - 4.5 m/s  Les cheveux sont dérangés.
 Les vêtements amples battent au vent.
3

 La poussière et les papiers se soulèvent.


 Lesbr anchess ’ agitent.
 Les cheveux sont décoiffés.

10
Dépa rt
emen td ’a
rchi
tec
tur
edeBEJAIA 201 3–2014 3ème Année LMD Architecture
Enseignante : Mme SARAOUI .ATTAR .Selma Modul
ed ’équipemen
t

4 4.5 - 7 m/s

 Les petits arbres avec les feuilles oscillent.


7 - 9 m/s  La marche est légèrement perturbée.
5

 Les grosses branches se mettent en mouvement.


9 - 11 m/s  Le vent siffle dans les fils téléphoniques.
6  Les parapluies sont utilisés avec peine.
 La marche devient instable.
 Les arbres sont totalement en mouvement
11 - 14 m/s  On éprouve de grosses difficultés à marcher contre le vent.
7

 Le
sbra
nchesd
’ar
bress
ecas
sent
.
14 - 17 m/s  D’
unefaç
ongéné
ral
e,pr
ogr
ess
ionpé
des
tret
rèsd
iff
ici
lee
tda
nge
reu
se.
8

9 17 - 20 m/s  Ri
squed’
êtr
evi
ole
mme
ntpr
oje
téàt
err
eso
usl
’ef
fetd
esbour
ras
que
s.

Vitesses résiduelles réactions Situation


0 à 0.08 m/s Plaintes quant à la stagnation Aucune
de l'air
0.13 m/s Situation idéale Installation de grand confort
0.13 à 0.25 m/s Situation agréable mais à la Installation de confort
limite du confort pour les
personnes assises en
permanence
0.33 m/s Inconfortable, les papiers Grandes surfaces et magasins
légères bougent sur les
bureaux
0.38 m/s Limite supérieure pour les Grandes surfaces et magasins
personnes se déplaçant
lentement
0.38 à 0.5 m/s Sensation de déplacement Installations industrielles et
d'air important usines où l'ouvrier est en
mouvement

5. Habillement :

Le niveau d'habillement des occupants est caractérisé par une valeur relative, exprimée en "clo", l'unité
d'habillement.

Description du vêtement Iclu Clo Iclu m2 °C/W


Chemisier léger, manche courte 0.09 0.029

11
Dépa rt
emen td ’a
rchi
tec
tur
edeBEJAIA 201 3–2014 3ème Année LMD Architecture
Enseignante : Mme SARAOUI .ATTAR .Selma Modul
ed ’équipemen
t

Chemise légère, manches longues 0.15 0.023


Shorts 0.06 0.009
Pantalon léger 0.20 0.031
Pantalon normal 0.25 0.039
Pull-over mince 0.20 0.031
légère veste d'été 0.25 0.039
Chaussette 0.02 0.003
Chaussette cheville, épaisse 0.05 0.008
Chaussure, semelle fine 0.02 0.003
Chaussure, semelle épaisse 0.04 0.006
Jupe légère, 15 centimètres au-dessous des genoux 0.18 0.028
Robe légère sans manches 0.25 0.039
Slips 0.04 0.006
Caleçon 0.10 0.016

 Température ressentie (°C)

L’
i
déa
lse
rai
tdo
ncd
’av
oirc
ommec
ond
iti
onsd
ete
mpé
rat
ured
eco
nfo
rt:

Po
url

hiv
ers
:

Ta= Tmr= Tr =1
9………2

Po
url

été:

Ta= Tmr= Tr =2
3………2
5

CONCLUSION :

Lesd iffére
nte
spert
estr
ait
éesdan
scet
tele
ctu
remo nt
re
ntquel
econf
ortt
her
miqued el’
êt
rehumai
nd a nsl e
bâtimen tn’e
stpasunes
imp l
ese
nsat
io
nouune simp
lei
mpres
si
on,i
les
tl’
exp
res
si
o nd el’
équ
il
ibr
eentre la
chaleur pro
duit
eparlec
o r
psetc
ell
equie
nestévacu
éever
sl’
ambi
ance
.Ceté
qui
li
b reestl
iéaumétabolisme
donca un i
vea
ud’ac
tivi
téetàl’
i
ntens
it
édel’
échang
edechal
eurs
uiv
antl
esdeu
xf ormessens
ib
leetlaten te
.

L’
int
ens
itédel
’éc
hangeso
usformese
nsi
bleestd ép end anted un i
vea
ud ’habil
leme nt,del at emp ératu r
ed e
l
’a
ir,
delate
mp é
rat
uremoyen
n era
dia
n t
e,etd elav i
tessed el ’
ai
r.L’
échange de chaleur par voie latente est

ter
min
éq u
a n
tàluiparl
’humidi
tédel
’ar et par sa vitesse.
i

BIBLIOGRAPHIE :

Cours de Dr SAMAI Mustapha .

Cours de Pr MAZOUZ Said

Traité d
’ar
chi
te
ctu
ree
td’
urb
ani
smeBi
oc
li
mat
iq
ues, A .DE HERDE et A . LIEBARD

12

Vous aimerez peut-être aussi