Vous êtes sur la page 1sur 111

2

10 règles d’or

AVANT 1 AN, LA NOURRITURE EST DECOUVERTE ET


DIVERTISSEMENT.

RESPECTEZ LE RYTHME DE VOTRE ENFANT, IL EST


UNIQUE.

UNE FOIS SERVI, NE TOUCHEZ PLUS.

SOYEZ SECURITAIRES ET SUIVEZ VOTRE INSTINCT ET


VOTRE BON SENS.

LORSQUE BEBE A DE LA DIFFICULTE A GERER,


COMPTEZ JUSQU'A 15 ET RESPIREZ.

INTRODUISEZ LES ALIMENTS QUAND BON VOUS


SEMBLE.

VOUS OFFREZ LA VARIETE ET LA QUALITE, IL GERE LA


QUANTITE

C'EST LUI QUI DECIDE, S'IL REFUSE, RE OFFREZ PLUS


TARD.

MANGEZ ET MACHEZ AVEC BEBE, IL VA VOUS IMITER.

FAITES PREUVE D'IMAGINATION.


3

Laisser l’enfant développer ses compétences à se


nourrir en lui fournissant des situations sécuritaires
et de la nourriture semblable à la nôtre plutôt que
des purées.
Entamer le processus de la diversification alimentaire menée par l’enfant est une décision
parentale qui se doit d’être éclairée. Ce livre se veut un outil informatif à l’intention des
parents ; les informations, conseils et trucs donnés dans cet ouvrage sont le fruit de recherches
et de nombreuses lectures, mais ne peuvent en aucun cas se substituer à l’avis d’un
professionnel de la santé. L’auteure se dégage de toute responsabilité quant aux accidents ou
ennuis médicaux. En cas de doute, il est conseillé de discuter de la santé et de l’alimentation de
votre enfant avec un professionnel de la santé qui saura éclairer vos choix et vos démarches.

Toute reproduction en partie ou en totalité de cet ouvrage est


interdite.

Emilie Pinard
www.bebemangeseul.com

© 2016
4

Table des matières


10 règles d’or .......................................................................................................... 2

Théorie et notions de base ...................................................................................... 7

La DME, pour tous? ............................................................................................... 10


Quels sont les inconvénients d’une telle méthode? .................................................................. 11

J'ai déjà introduit les purées, puis-je passer à la DME? ............................................................. 12

Une méthode mixte? .................................................................................................................. 14

Prêts pas prêts?..................................................................................................... 20


Signes que votre enfant est prêt: ............................................................................................... 21

Pourquoi votre bébé de 4-5 mois n’est pas prêt ........................................................................ 23

Mesures de sécurité .............................................................................................. 24


Aliments sécuritaires .................................................................................................................. 26

Réflexe vomitif et étouffement ............................................................................. 28


Se faire lever le cœur ..................................................................................................................29

S’étouffer .................................................................................................................................... 30

Occurrence des réflexes vomitifs. .............................................................................................. 31

Évolution des habiletés du bébé ........................................................................... 32


Habiletés de préhension ............................................................................................................. 32

Habiletés de mastication ............................................................................................................ 34

Utilisation des ustensiles ............................................................................................................ 36


5

Utilisation du verre ..................................................................................................................... 39

Utilisation des bols et assiettes ..................................................................................................41

Introduction des aliments et des breuvages.......................................................... 42


Ordre d’introduction des aliments .............................................................................................42

Introduction des produits laitiers ............................................................................................... 45

Les breuvages ............................................................................................................................. 47

Parents et enfants lors des repas .......................................................................... 48

Avant 6 mois, préparation ..................................................................................... 51


Panier découverte ...................................................................................................................... 52

S’équiper pour la dme ................................................................................................................ 54

6mois, premiers repas et adaptation .................................................................... 58


Premiers aliments ....................................................................................................................... 61

Enseigner à mon enfant à manger ............................................................................................63

6-7 mois : découverte ........................................................................................... 65


Quelques façons de servir les aliments ..................................................................................... 66

Mais bébé n'a pas de dents! .......................................................................................................67

Refus d’un aliment et stratégies.................................................................................................68

7-8 mois : expérimentation et appétit ................................................................... 69


Comment servir les aliments lisses ou coulants ......................................................................... 71

L’appétit de bébé ........................................................................................................................73


6

8-9 mois : agilité et enthousiasme......................................................................... 76

9-12 mois : Rapidité et efficacité. .......................................................................... 78

Manger DME à l’extérieur de la maison ................................................................ 80


Dme et garderie ? ....................................................................................................................... 80

Au restaurant .............................................................................................................................. 81

Alimentation équilibrée ........................................................................................ 82


Quoi offrir, combien en offrir ? .................................................................................................. 82

Le sel ........................................................................................................................................... 86

Sucre ........................................................................................................................................... 87

Fer ............................................................................................................................................... 90

Matières grasses ......................................................................................................................... 93

Petites et grosses inquiétudes de maman ............................................................. 94


Mon bébé mange peu, très peu .................................................................................................96

La constipation ........................................................................................................................... 99

Que vais-je répondre aux gens de mon entourage qui ont peur de la méthode?...................102

En manque d'inspiration? ................................................................................... 107


Des aliments à avoir sous la main pour se dépanner. .............................................................. 107

Idées d'aliments pour faire changement..................................................................................108

Conclusion........................................................................................................... 111
7

Théorie et notions de base


La diversification alimentaire menée par l'enfant (DME) ou le Baby-Led Weaning (BLW) est une
tendance qui gagne de plus en plus de popularité ici. C’est compréhensible, car c’est une façon
de faire simple, naturelle et à l’écoute du rythme développemental de l’enfant.

Résumons en une phrase la diversification menée par l’enfant : Laisser l’enfant développer SEUL
ses compétences à se nourrir en lui fournissant des situations sécuritaires et de la nourriture
«normale» sous forme de morceaux plutôt que des purées.

Saviez-vous que dans plusieurs cultures, la nourriture pour bébé de type purées et céréales
n’existe pas? À plusieurs endroits, l’enfant mange de lui même lorsqu’il est prêt et qu’il fait une
tentative de voler de la nourriture dans l’assiette de ses parents. De plus, pensez-vous qu’à
travers l’histoire de l’humanité à la Préhistoire ou au Moyen Âge, les mères faisaient des petites
purées avec leur mélangeur et commençaient religieusement par les céréales, très
certainement pas! Laisser son enfant découvrir la nourriture à sa façon et à son propre rythme
serait donc une méthode logique et à l'écoute des besoins du bébé.

L’enfant apprend à marcher et à parler seul lorsqu’il est bien encadré, donc pourquoi
n’apprendrait-il pas à manger seul ? Placer bébé au centre de sa diversification alimentaire,
c’est laisser place à l’enfant qui saura instinctivement comment apprendre à se nourrir. Bien
entendu, vous offrirez des situations facilitantes et sécuritaires afin d’amener le petit à exercer
ses habiletés grandissantes et ainsi devenir un petit mangeur efficace et enthousiaste. Dès les
débuts, l’enfant mange de vrais aliments qu’il porte seul à sa bouche. Bien entendu, il mangera
ce dont il a envie et ce dont il a besoin et non pas ce que les parents imposent. C’est certain
que c’est vous qui offrez la sélection d’aliments donc vous aurez une influence, mais elle se
limite à ça : OFFRIR des aliments sains, adaptés et sécuritaires et LAISSER l’enfant apprendre à
manger à son rythme et faire de belles découvertes. Donc on ne met rien dans sa bouche et on
ne l’aide pas à manger et surtout, on ne le nourrit pas à la cuillère. Il apprend par essais et
8

erreurs de façon autonome. C'est lui qui mènera le processus de diversification alimentaire,
d'où le nom DME.

Quand et comment ? En gros, vers l’âge de 6 mois ; quand l’enfant démontre les signes qu’il est
prêt à manger, c’est que son système digestif et sa mâchoire sont finalement prêts à tenter
l’expérience des aliments solides. Le mot expérience est important puisqu’il est recommandé
qu’avant 1 an, la principale source d’alimentation reste le lait. Si votre enfant apprend à se
nourrir seul, il apprend donc très graduellement au fur et à mesure que ses habiletés se
développent. À la naissance du bébé, sa bouche est conçue pour ne pas pouvoir avaler
d’aliments solides (on appelle ça le réflexe d’extrusion) et son réflexe vomitif fait que le cœur lui
lève facilement, rejetant ainsi les « corps étrangers » dès qu’ils entrent en contact avec la
langue. Progressivement, lorsque l’enfant grandit, la zone sensible de la bouche s’éloigne vers
l’arrière de la gorge et disparaît pratiquement vers l’âge adulte. Ce réflexe anti-étouffement est
une merveilleuse invention de la nature! La raison principale pourquoi il faut vraiment attendre
6 mois, c’est que la bouche et le système masticatoire sont matures aux alentours de cet âge. En
effet, vers 6 mois, le réflexe est assez loin dans la bouche pour permettre à l’enfant de manger.
S’il prend des trop gros morceaux, ce réflexe est déclenché et il se fait lever le cœur pour
prévenir l’étouffement.

Lorsque l’enfant met les aliments dans sa bouche à partir des lèvres, il est capable de les gérer
en mâchant et en imprégnant la nourriture de salive et avalera seulement ce qu’il est capable
d’avaler. Il va mâcher avec sa langue et ses gencives et faire tourner la nourriture dans sa
bouche à l’aide de sa langue jusqu’à ce qu’elle ait la bonne consistance pour qu’il puisse l’avaler.
S’il juge que la bouchée est trop épaisse ou trop grosse, il va la recracher ou se faire lever le
cœur jusqu’à ce que les aliments inappropriés ressortent. Bien évidemment, ce n'est pas très
élégant et ça fait très peur au début, mais c’est très efficace!

Et les purées? Au début du siècle, les médecins recommandaient de faire manger les enfants
très tôt et c’est en partie pourquoi la nourriture pour bébé de type céréales et purées ont été
9

inventées. Il est clair qu’un enfant de 8 semaines ou de 4 mois ne peut pas s’alimenter de
morceaux car le réflexe vomitif situé trop près de l’avant de la bouche ne permet pas à un si
petit bébé d’avaler des morceaux, sans compter que ses mâchoires sont trop faibles et que sa
motricité fine est totalement absente! Lorsqu’on donne des purées au bébé à la cuillère, le
parent lui met souvent les aliments assez loin dans bouche et il a généralement tendance à
aspirer les aliments plutôt que les mâcher. C’est pourquoi les purées ont été inventées : elles
sont plus facile à avaler que les aliments et permettent de nourrir un bébé qui ne sait pas
mâcher. En revanche, si l’on attend que son système soit prêt, bébé a toutes les compétences
requises pour pouvoir graduellement apprendre à mâcher de lui-même en expérimentant avec
de vrais aliments sous leur forme originale.

C’est pourquoi apprendre à manger et se faire nourrir est si différent. Bref, si on attend
vraiment que l’appareil digestif de notre enfant soit mature, il n’y a aucun besoin de faire des
purées et instinctivement, votre petit pourra rapidement manger comme vous (ou presque)!En
laissant l’enfant manger seul, il développe sa coordination, sa motricité fine et il apprend à gérer
son appétit. Au début, le bébé est généralement maladroit et ne peut empoigner que des
aliments avec son poing. Puis, graduellement, il va devenir plus habile jusqu’à pouvoir prendre
des petits aliments en faisant une pince index-pouce. C’est donc dire qu’apprendre à manger
est à la fois une habileté innée qui se développe parallèlement avec le développement global
de l’enfant et une habileté acquise se raffinant à force de pratique.

Alors…Pourquoi mettre une cuillère de purée de brocoli transformée dans la bouche de votre
enfant alors qu’il pourrait saisir le brocoli entier, le manipuler, l’observer, en sentir la texture,
l’odeur, en téter le jus, en mâcher les grains puis le pied, expérimenter diverses façon de le
manger avec la langue ou les gencives ? Puisque c’est possible de façon sécuritaire dès 6 mois,
pourquoi ne pas laisser votre enfant utiliser tous ses sens pour découvrir la complexité, la
beauté et la saveur des aliments !
10

La DME, pour tous?


Mentionnons d’abord que la DME n’est pas seulement une façon d’offrir des morceaux, ce n’est
pas non plus seulement l’acte de donner des morceaux, ou une méthode d’introduction des
morceaux après avoir donné des purées, c’est une façon d’introduire les aliments dès le départ
et une façon globale de voir l’alimentation en soi.

Lorsqu’on prend la décision de mettre bébé au cœur du processus, on tient pour acquis que les
habiletés de préhension, le système masticatoire et la découverte de l’appétit de bébé évoluent
au même rythme que son besoin de nourriture augmente et que son besoin de lait diminue.

Au cœur de la philosophie, se trouve également la conviction que lorsque bébé s’alimente seul,
il choisit les aliments dont il a besoin et il mange toujours assez. Une fois la phase débutante
passée, les bébés qui s’alimentent seuls gèrent eux-mêmes l’équilibre entre le lait maternel ou
de préparation commerciale et les aliments solides.

Il faudra donc que les parents choisissant cette méthode soient prêts à faire preuve d’humilité
et de patience en observant objectivement leur enfant et en le guidant à travers les différentes
étapes en respectant le rythme unique de son bébé. Il conviendra également de faire
généralement confiance au petit quant aux quantités de nourriture qu’il consomme. Comme
dans bien d’autre domaines liés à la parentalité, la DME exige parfois une dose de lâcher prise
de la part du parent.

Il faut le rappeler, la diversification est le long processus qui mène le bébé d’une alimentation
totalement composée de lait à une alimentation totalement diversifiée (composée d’aliments
variés et d’une petite quantité de lait maternel ou de lait de vache). Règle générale, c’est un
processus très graduel qui s’accomplit sur une période de 6 mois à 2-3 ans.
11

De 6 mois à 8 mois : le lait constitue 80% de l’alimentation.

De 8 à 12 mois : le lait constitue 50% de l’alimentation.

De 12-24 mois : le lait constitue 33% de l’alimentation1

La période qui différencie les bébés DME des bébés diversifiés plus traditionnellement (DT) est
relativement courte, il s’agit surtout de la période 6-12 mois. Entre 12-24 mois, les habiletés et
habitudes alimentaires des bébés se ressemblent en beaucoup de points, peu importe la façon
dont ils ont été diversifiés. Quoiqu’à plus ou moins long terme, on a tendance à croire que les
bébés DME sont plus curieux, enthousiastes, ont une meilleure dextérité, démontrent plus de
désir d’autonomie dans leur alimentation et on davantage tendance à respecter leurs signaux
de satiété (malheureusement, aucune étude n’est en mesure de le prouver).

La DME est donc une façon d’apprendre à manger qui convient à presque tous les bébés.
Certains bébés avec des conditions médicales particulières ou un développement moteur global
plus lent en général devront absolument débuter par les purées et feront très graduellement la
transition vers les morceaux. En revanche, la plupart des enfants n’ayant pas de besoins
particuliers sont de bons candidats.

QUELS SONT LES INCONVÉNIENTS D’UNE TELLE MÉTHODE?

Bien que la crainte de l’étouffement soit aussi présente chez les parents diversifiant de façon
dite plus traditionnelle, elle l’est d’autant plus chez ceux qui débutent par les morceaux. Bébé
sera-t-il très sensible de la bouche? Sera-t-il assez habile pour bien mâcher? Aura-t-il tendance à
prendre de trop grosses bouchées? Quoiqu’il en soit, l’étouffement reste la principale
inquiétude des parents. Rassurez-vous, cela ne dure généralement que 2 semaines ; le temps

1
Santé Canada, Société canadienne de pédiatrie, Diététistes du Canada et Comité canadien pour l’allaitement
(2014) La nutrition du nourrisson né à terme et en santé : Recommandations pour l’enfant âgé de 6 à 24 mois. :
http://www.hc-sc.gc.ca/fn-an/nutrition/infant-nourisson/recom/recom-6-24-months-6-24-mois-fra.php#
12

que le petit débutant améliore ses habiletés de mâchage. Dans la plupart des familles, le niveau
de stress lié à la peur de l’étouffement devient quasi nul après ces premières semaines.

La deuxième appréhension des parents est quant à la quantité réelle de nourriture consommée
qui ne peut pas vraiment être calculée, surtout dans les deux premières semaines lors
desquelles plusieurs bébés mâchent et recrachent plus qu’ils n’avalent. Il faut cependant
mentionner qu’une fois la phase d’adaptation terminée, la plupart des bébés mangent de
bonnes quantités de nourriture et comblent le reste de leurs besoins avec du lait. Rappelons
que de 6 à 9 mois, les bébés devraient consommer environ 20% d’aliments et 80% de lait, ce qui
est tout à fait réaliste pour un bébé DME.

Viennent ensuite les dégâts et le gaspillage qu’occasionnent cette méthode. Il est vrai que bien
souvent, bébé s’en met partout, en échappe par terre et que parfois la majeure partie de son
repas finira écrasée dans ses cheveux, sur la table et par terre. Ne vous inquiétez pas, il existe de
petits trucs pour vous simplifier la vie! De plus, cette phase très salissante dure généralement
jusqu’à 8 mois puis les dégâts et le gaspillage diminuent graduellement.

J'AI DÉJÀ INTRODUIT LES PURÉES, PUIS-JE PASSER À LA DME?

** Veuillez noter que différentes philosophies s’opposent à ce sujet. Je vous donne mon opinion
et je n’exposerai pas la théorie contraire, je vous laisse vous informer à cet effet si vous désirez
en savoir plus. Mon opinion est influencée par les auteures du livre Baby-Led Weaning, par les
recommandations de Santé Canada (qui recommandent une méthode mixte) et par le fait qu’il
n’existe aucune étude scientifique au sujet de la soit disant confusion/aspiration/perte de
réflexe vomitif **

Théoriquement, si vous avez déjà donné des purées, vous avez entamé une diversification
classique. Par contre, soyons honnêtes, c’est une question de sémantique puisque oui, si vous
voulez changer, vous pourrez offrir des morceaux à bébé à la façon DME et par le fait même
adhérer aux principes de la méthode.
13

Tout d’abord, mentionnons que la DME est une philosophie qui en soit s’oppose aux purées de
par la nature même de la méthode (l’enfant mange seul / l’enfant se fait nourrir), mais qu’elle
est aussi similaire en certains aspects puisque dans la vie, certains aliment sont toujours liquides
tels des purées (yogourt, compotes, soupes).

Ceci étant dit, il est tout à fait possible de changer du jour au lendemain des purées vers la
DME, mais…il y a un mais…vous devrez changer du tout au tout. Il est préférable de faire une
telle coupure afin d’éviter la possible confusion au niveau de l’aspiration des aliments. Lorsque
bébé se fait nourrir et qu’il mange également seul, c’est là qu’il y a danger de confusion pour
bébé. L’enfant habitué de se faire nourrir a souvent le réflexe d’aspirer les purées lisses et ne
mâche pas vraiment. Ce sera pour lui un nouvel et un grand apprentissage que de devoir
mâcher plutôt qu’aspirer. Afin de faciliter la transition et d’éviter que bébé essaie d’aspirer un
morceau de banane, il faudra ne plus le nourrir et de le laisser porter les aliments seul à sa
bouche. Cette coupure est également pour le parent puisque la tentation de mettre des
aliments dans la bouche de bébé à l’aide des mains ou d’une cuillère pourrait être forte pour
vous…et il s’agit là de la règle numéro un pour une DME sécuritaire : laisser bébé gérer ses
aliments seuls

Il est rarement trop tard pour commencer la DME. Le seul bémol c’est que les bébés qui
débutent seuls aux alentours de 6 mois ont la chance d’explorer la nourriture alors qu’ils ne
connaissent pas les plaisirs des saveurs de la nourriture et alors que le lait occupe encore pour
eux la place de choix dans leur palmarès des aliments favoris. Débuter plus tard pourrait être
source de frustrations pour votre petit qui ne pourra pas manger à la vitesse qu’il aimerait et
aussi parce que les bébés nourris à la cuillère sont souvent habitués à engloutir de grandes
quantités de nourriture sans mâcher. Il lui faudra désormais travailler pour manger et adapter
ses techniques!

Voici quelques conseils pour faciliter la transition :


14

 Assurez-vous que bébé est prêt et qu’il est assez vieux (voir section prêt pas prêt). S’il est
encore trop jeune et que ça vous semble possible, retournez au lait à 100% jusqu’à ce qu’il
ait l’âge et démontre les signes qu’il est prêt à débuter la DME. Sinon, attendez qu’il ait 6
mois ou que son système digestif et son appareil masticatoire soit mature et débutez
lentement en respectant le fait que ce sont des nouvelles habiletés pour lui.
 Soyez conscient que les bébés qui font la transition se font souvent lever le cœur davantage
que ceux qui font de la DME dès le départ. Les bébés ayant débuté par les purées n’ont pas
eu la chance d’explorer leur réflexe vomitif et lors du changement, ils se font souvent lever le
cœur. Cela fait souvent peur aux parents les premières fois que bébé mange seul, persévérez
et gardez confiance, c’est normal et bien que ce soit effrayant, cela fait partie de
l’apprentissage.
 Peu importe son âge, retournez aux bases, faites comme si votre enfant avait tout juste 6
mois et qu’il mangeait pour la première fois. Débutez par des premiers aliments faciles pour
votre petit et progressez en suivant son rythme. Il est probable que votre enfant vivra des
frustrations, alors qui était habitué à se faire nourrir et à devoir faire pour seul effort
l’ouverture de sa bouche, il devra maintenant apprendre à attraper un aliment, avoir la
coordination main-bouche, attraper l’aliment avec les lèvres, le mâcher et le faire progresser
vers l’arrière de sa bouche avec sa langue. Aidez-le à apprivoiser la nouveauté et à diminuer
ses frustrations en lui donnant des aliments faciles à attraper et à mâcher et en respectant
ses habiletés naissantes.
 Ayez en tête qu’un bébé ayant refusé les purées ne sera pas nécessairement plus
enthousiaste envers les morceaux. Vous n’avez rien à perdre : essayez de façon sécuritaire!

UNE MÉTHODE MIXTE?

On me demande souvent mon avis sur le fait de mélanger les deux modes d’alimentation
(purées et morceaux). Ce sujet-là enflamme les passions. Telle maman le fait avec succès, telle
autre raconte que son enfant a aspiré une fraise et que c’est dangereux. Les auteures du
livre Baby-Led Weaning mentionnent qu’on peut mélanger sans problème et Santé Canada
15

recommande les purées conjointement avec le « finger food » dès 6 mois…Qu’en est-il
vraiment?

Premièrement, distinguons les trois modes d’alimentation:

Les purées sont des aliments qu’on a écrasés pour les rendre plus ou moins lisses, plus ou moins
coulants. Lorsque bébé mange des purées, c’est le parent qui porte les aliments à la bouche de
l’enfant. Le petit n’a qu’à ouvrir la bouche et la plupart du temps (mais pas toujours), vide la
cuillère en aspirant le contenu de celle-ci. Lorsque bébé mange des purées, il n’a pas besoin de
mâcher et il peut tout avaler sans aucun mouvement masticatoire. Son réflexe vomitif est
rarement suscité. Le processus des purées traditionnelles se fait généralement en 3 étapes :
purées lisses, purées motonneuses, petits morceaux à pincer.

Les purées jumelées au « finger food » ou petits morceaux à pincer : C’est la méthode que Santé
Canada recommande. On offre des purées plus ou moins lisses et dès 6 mois, des « finger food »
qui sont des aliments mous et facile à prendre avec les doigts pour le bébé, la plupart du temps
de la grosseur d’un dé à jouer ou plus petit. La différence principale c’est que dans la
diversification classique, ces aliments sont introduits lorsqu’on fait la transition des purées vers la
nourriture familiale vers 9-12 mois alors que selon les nouvelles recommandations de Santé Canada,
on devrait débuter dès 6 mois. Le réflexe de la majorité des parents, par peur de l’étouffement,
est d’offrir de très très petits morceaux. Cela demande cependant à l’enfant d’avoir acquis
la capacité de « pincer » les aliments (généralement acquise vers 8-9 mois). Santé Canada
recommande désormais aux parents d’introduire les aliments à manipuler avec les doigts dès 6
mois car « On estime que cette méthode favorise la période cruciale du développement oral et
moteur pendant laquelle le nourrisson plus âgé est prêt à toucher la nourriture et à la
« mâcher » (OMS, 1998; Rapley, 2011; Sachs, 2011; Wright, Cameron, Tsiakas et Parkinson,
2011). »

«Il est important que les parents et les dispensateurs de soins donnent une variété de textures
douces (telles que des aliments grumeleux, cuits jusqu’à tendreté et finement hachés, en purée,
16

écrasés ou broyés) et d’aliments à manger avec les doigts à partir de l’âge de six mois. Les
aliments qu’on mange avec les doigts sans danger comprennent des morceaux de légumes et de
fruits bien cuits, des fruits mûrs et tendres comme des bananes, de la viande cuite finement
coupée, hachée ou écrasée, du poisson sans arêtes et du poulet, du fromage râpé, des croûtes de
pain ou des rôties.»2

La diversification alimentaire menée par l’enfant (DME) est la méthode selon laquelle on laisse
l’enfant en charge de son alimentation 100% du temps! La DME n’est pas seulement une façon
d’offrir des morceaux, ce n’est pas non plus seulement l’acte de donner des morceaux, c’est une
philosophie en soi. Le rôle du parent se limite à offrir des aliments sains et variés et à laisser
bébé s’alimenter seul. Lorsqu’on fait de la DME, on tient pour acquis que les habiletés de
préhension, le système masticatoire et la découverte de l’appétit de bébé évolue au même
rythme que son besoin de nourriture vs son besoin de lait. Au cœur de la philosophie, se trouve
également la conviction que lorsque bébé s’alimente seul, il choisit les aliments dont il a besoin et
il mange toujours assez. Une fois la phase débutante (6-9 mois) passée, les bébés qui
s’alimentent seuls gèrent eux-mêmes l’équilibre entre le lait maternel ou de préparation
commercial et les aliments solides. Pour que cela soit possible pour un bébé de manger seul
dès 6 mois, il convient d’offrir des aliments appropriés en textures et en taille.

Maintenant, répondons à la question piège : Puis-je mélanger les purées et les morceaux?
Dans un premier temps, si je ne conseille pas personnellement de mixer purées et morceaux dès
le départ, c’est d’abord et avant tout parce que je ne vois aucun avantage à faire de la DME et
des purées. Si vous débutez à 6 mois, votre bébé sera tout à fait capable de s’alimenter seul
dès le départ. Voici donc les principales raisons que j’entends lorsque quelqu’un me dit qu’il
veut mélanger les deux méthodes :

2
Santé Canada, ibid. 1
17

Mon bébé n’a pas de dents –> Et puis? Il a des gencives? Saviez-vous que gencives sont aussi
puissantes que ses dents.

Mon bébé est trop lent et il n’est pas bon pour manger seul, ça va beaucoup plus vite et
beaucoup mieux si je le nourris à la cuillère –> Justement, raison de plus pour lui donner encore
plus de temps pour apprivoiser la nourriture et développer ses capacités pendant que vous êtes
dans la période clé (6-9 mois) que bébé comble encore une grande partie de ses besoins via le
lait.

Mon bébé ne mange pas assez, il a besoin que je complète à la cuillère –> En fait, on aurait
tendance à penser qu’après quelques semaines, les bébés mangent toujours à leur faim si on
leur laisse assez de temps et assez de choix? Bébé n’est pas un vase à remplir vous savez?

Mon bébé ne mange pas assez s’il mange seul, il va manquer de fer –> En DME, on privilégie les
aliments de qualité supérieure afin que bébé, même s’il mange en petite quantité ait assez de
tout.

C’est salissant! –> C’est vrai et vous avez 100% raison…mais, laisser son bébé explorer et
développer ses habiletés, c’est plus important que tout le nettoyage à faire.

J’ai besoin que bébé continue d’accepter de se faire nourrir puisqu’ils font ainsi à la garderie –>
Et bien là, je ne peux pas vous contredire…Je vous souhaite simplement que bébé ne commence
pas à refuser la cuillère soudainement.

Dans un deuxième temps, je trouve que mélanger se faire nourrir et se nourrir seul ouvre la
porte à de la confusion de la part du parent qui pourrait vouloir mettre des aliments solides
dans la bouche de son enfant, alors que c’est la règle numéro 1 : l’enfant doit porter les
aliments solides seul à sa bouche afin qu’il puisse les gérer à partir des lèvres pour une
18

mastication efficace et sécuritaire. Mettre des aliments solides dans la bouche de son enfant
est un facteur de risque pour l’étouffement, attention!

Finalement, ce qu’on entend souvent c’est le risque de confusion. C’est-à-dire le risque qu’un
bébé nourri à la cuillère aspirant ses purées et qui décide d’aspirer ses aliments plutôt que de
les mâcher. En fait, rien ne prouve cette confusion (aucune étude ni preuve scientifique). Par
contre, la sécurité est toujours une priorité et c’est pourquoi si vous choisissez de mixer, il
faudra vous assurer que les conditions sécuritaires soient réunies :

 Assurez-vous que bébé ait 6 mois.


 Vérifier s’il sait comment mâcher et soyez vigilants afin qu’il ne décide pas d’avaler tout rond
ou d’aspirer des aliments.
 Offrez des aliments de taille appropriée en fonction des habiletés de préhension et de
mastication de votre enfant ; au début mieux vaut trop gros que trop petit.
 Laissez bébé explorer d’abord puis nourrissez-le ensuite.
 Soyez très à l’écoute des signaux de satiété de votre bébé et de grâce, ne le gavez jamais. Lui
seul peut gérer son appétit et il est très important qu’il apprenne à le faire tôt.
 Le plus souvent possible, cherchez des façons sécuritaires d’offrir les aliments du repas
familial à votre petit et passez rapidement le stade des purées.
 NE METTEZ JAMAIS DES ALIMENTS SOLIDES dans la bouche de votre petit…MÊME PAS
PIQUÉS SUR UNE FOURCHETTE OU DANS UNE CUILLÈRE…JAMAIS, c’est ce qui est le plus
risqué pour l’étouffement!

Si vous choisissez une méthode mixte, assurez-vous qu’aux alentours de 12 mois bébé mange
les repas familiaux avec un peu de modifications et que vers 18 mois il mange sans
modifications.
19

DME ET ALLAITEMENT

J’entends souvent dire que la DME est une méthode «pour les bébés allaités»…Dans une
certaine mesure, il est vrai que les bébés allaités ont certaines expériences les prédisposant à la
DME telles que :

 Une meilleure connaissance des signaux de faim et de satiété: Par l’allaitement à la


demande, on l’a habitué à reconnaître ses signes de faim. De plus, un bébé allaité ne se gave
et ne se goinfre pas, il a appris à identifier les signes de satiété.

 L’exposition à des goûts variés : Ce que mange la mère donne un léger goût à son lait. Via le
lait maternel, le bébé a déjà été exposé aux diverses saveurs des plats consommés par la
famille.

 Bébé gère lui-même la quantité de lait consommé : Comme l’allaitement ne permet pas de
vérifier la quantité de lait bue par bébé, on le laisse réellement guider le processus de
diversification. Il ne prendra ni trop, ni trop peu de lait…la quantité qu’il boit (lorsque
l’allaitement est à la demande et non sur horaire), est toujours la bonne pour lui.

En ce sens, la DME est véritablement une continuité de l’allaitement puisqu’elle permet au


bébé de continuer à : écouter son appétit, découvrir de nouvelles saveurs, gérer les quantités
qu’il consomme.

DME ET BIBERONS

Bien que l’allaitement soit la porte d’entrée la plus facile, cela ne veut cependant pas dire que
c’est impossible pour un bébé ayant été nourri au biberon de faire de la DME. Dans la grande
majorité des cas, il n’y a que peu ou pas de différences dans le processus et les bébés ayant
été nourris au biberon réussissent très bien à se nourrir seuls.

Certains bébés se montreront plus sceptiques ou plus réticents envers les nouvelles saveurs,
c’est normal, c’est un tout nouvel apprentissage pour eux. Ils ont bu du lait qui goûtait la même
chose pendant de nombreux mois et tout à coup, c’est tout un monde de saveurs qui s’ouvre à
20

eux. Ne vous inquiétez pas, ils comprendront rapidement les joies des nouvelles saveurs… (Voir
section Bébés réticents au besoin).

Il conviendra cependant de faire un peu plus attention aux signaux qui annoncent que bébé n’a
plus faim et a terminé son repas (voir section Appétit). Alors que la plupart bébés biberonnés
savent facilement qu’ils n’ont plus faim, une minorité d’entre eux auront besoin d’apprivoiser
cette sensation afin de ne pas trop se bourrer.

La difficulté principale sera de savoir quand et de combien diminuer les quantités de lait de
bébé. Alignez-vous sur les normes gouvernementales ET laissez bébé gérer sa quantité de lait en
surveillant lorsqu’il vous indique qu’il n’a plus faim. C’est lui qui mène son processus de
diversification, c’est donc lui qui dorénavant pourra gérer les quantités de lait qu’il boit, laissez-
le vous guider!

Prêts pas prêts?


Aux alentours de 4-5 mois, commence chez beaucoup de mamans la fièvre des solides ; une
envie irrésistible de nourrir son enfant. Le nouveau-né n’est plus : il bouge plus et a moins l'air
d'un nourrisson, il change de jour en jour, il est de plus en plus éveillé, il montre de l'intérêt
pour les activités familiales, il imite, il essaie de tout attraper, il porte tout à sa bouche, Les
mères ont hâte de passer à la prochaine étape et sont bien souvent tentées par l'alimentation
solide!

Bien que la majorité soit au courant que les recommandations sont d'attendre jusqu'à 6 mois,
on dirait que 5 mois c'est si proche du 6 mois que plusieurs sont tentées de débuter un peu plus
tôt. Le hic c'est que la DME demande une maturité du système masticatoire, digestif et une
motricité qui n'est que très rarement présente chez les bébés de 5 mois et jamais chez les bébés
de 4 mois ou moins.
21

Comme cette méthode n'est pas sans risques non plus, il est vraiment primordial de se fier aux
signes de maturité de notre bébé plutôt qu'au calendrier et surtout, d'être honnêtes et humble
avec soi-même afin de débuter lorsque l’enfant est réellement prêt!

SIGNES QUE VOTRE ENFANT EST PRÊT:


 Il a environ 6 mois ; de toute façon, c’est aussi la recommandation de Santé Canada.
 Il peut se tenir assis sans support... Notons que la grande majorité des bébés de 6 mois ne
tiennent pas assis seuls par terre au milieu du salon sans aide et qu’ils pourront s’asseoir eux-
mêmes à partir d’une position couchée vers 8-12 mois…Et c’est tout à fait normal. On entend
donc par « tenir assis » un bébé qui a le tonus musculaire pour se tenir le tronc droit en
évitant que les épaules tombent vers l’avant. Un bébé ayant la capacité de tenir assis a aussi
acquis les muscles nécessaires au niveau du cou pour éviter que la tête bascule et ainsi
maintenir l’axe bouche-œsophage bien aligné afin de faciliter la déglutition. Généralement,
un bébé de 6 mois qui garde son équilibre sur les genoux de son parent pendant une dizaine
de minutes est prêt à débuter graduellement des repas d’une dizaine de minutes.
 Il peut atteindre facilement des objets et il met des objets dans sa bouche et vise juste la
plupart du temps. Ce sont des signes que sa coordination main-œil est assez développée.
Viser sa bouche en tout temps est un signe développemental vous permettant de déduire
que les systèmes masticatoires et digestifs de votre enfant sont prêts. Souvent, les enfants
qui visent leur bouche seulement une fois sur deux n’auront pas les habiletés de mastication
suffisantes pour bien gérer les aliments.

Le moment où débuter la DME n’est pas une science exacte. Par contre, si vous vous fiez aux
signes énoncés ci-haut, vous pourrez débuter la diversification de votre enfant en étant presque
certains qu’il a atteint la maturité biologique pour débuter. Par contre, il y a parfois de faux
signes qui induisent les parents en erreur quant au moment de débuter la diversification.
22

FAUX SIGNES :
 Il se réveille davantage la nuit. En fait, aucune étude n’a prouvé que de donner des solides à
un enfant le fait dormir davantage…Et ce, même si votre arrière-grand-mère vous l’a dit. De
plus, n’oubliez pas que de nombreux changements s’opèrent dans la vie de votre enfant aux
alentours de 4-5 mois et que ce sont parfois ces nouvelles acquisitions au niveau moteur et
psychologique qui font que les réveils de nuits s’intensifient.
 Sa prise de poids ralentit. En fait, vers 4-5 mois, les bébés (surtout ceux allaités) ralentissent
et ne prennent autant de poids qu’au début. Si bébé garde son percentile sur sa courbe de
croissance (courbe pondérale) et que votre pédiatre ne s’inquiète pas, ne vous inquiétez pas.
Dans le même ordre d’idée, un bébé de petit poids n’aura pas besoin de débuter les solides
plus tôt puisqu’il tirera davantage de nutriments du lait que des aliments qui sont moins bien
digérés et moins appropriés pour lui.
 Il est gros/grand. Rien ne démontre qu’un gros bébé ait besoin d’un nouvel apport en
nourriture. Au contraire, le fait qu’il soit gros et grand démontre que le lait le nourrit bien.
 Il boit beaucoup ou souvent. De multiples facteurs peuvent faire en sorte qu’un bébé boive
soudainement plus ou plus souvent, notons : les poussées de croissance, l’utilisation du
moment du boire comme soulagement des maux de dents, l’éveil à l’environnement (qui fait
en sorte que bébé est distrait et ne boit que de petites quantités à la fois) ou une plus grande
appréciation du réconfort offert par le moment du boire. Ces situations sont généralement
temporaires. Offrez du lait à la demande, permettez à bébé de boire dans un endroit calme
et sans distraction, fournissez-lui des situations de proximité avec vous et des façons de
soulager ses dents…et tout devrait rentrer dans l’ordre éventuellement!
 Il est intéressé par ses parents qui mangent. En fait, il est aussi intéressé par ses parents qui
parlent au téléphone, qui regardent la télé ou qui cuisinent …et vous ne lui achetez pas un
cellulaire ou un couteau de cuisine pour autant. Laissez-le vous regarder manger, ce sera
bénéfique pour lui. Par contre, attendez réellement la venue des autres signes pour le laisser
tenter l’expérience des vrais aliments. Ceci étant dit, rien ne vous empêche de le laisser
explorer ustensiles, bols, verres et aliments de plastique (voir chapitre Avant 6 mois,
23

préparation). Mâcher dans le vide et ouvrir la bouche lorsqu’on présente une cuillère sont
généralement des formes d’imitation qui ne démontrent pas la maturité du système digestif.

Quelques facteurs reviennent souvent dans la décision médicale de nourrir un bébé plus tôt.
Bien entendu, ces décisions doivent être prises conjointement avec un professionnel de la
santé. Je ne peux en aucun cas contredire ce que ces derniers vous prescriront. Notez par contre
que les recommandations de débuter l’alimentation solide avant 6 mois pour des raisons
médicales éliminent la possibilité d’une diversification menée par l’enfant. Il vous sera
cependant possible de revenir vers la DME aux alentours des 6 mois de l’enfant (voir section J'ai
déjà introduit les purées, puis-je passer à la DME?)

Voici les deux principales raison pour lesquelles certains professionnels recommandent une
alimentation précoce :

 Un bébé qui souffre de reflux ou de troubles gastriques chez qui l’introduction des céréales
permettent un meilleur contrôle des symptômes conjointement avec une médication.
 Un bébé qui boit de trop grandes quantités de préparations commerciales pour nourrisson
qui mettent en danger la santé des reins de ce dernier…Votre bébé de moins de 6 mois boit
vraiment plus que 1,2 L (40 oz)3 par jour et ce n’est pas seulement une poussée de croissance
passagère? Consultez un professionnel de la santé. Notez qu’il n’y a aucune limite
quotidienne de lait pour un bébé allaité.

POURQUOI VOTRE BÉBÉ DE 4-5 MOIS N’EST PAS PRÊT

L’une des principales raisons pourquoi on recommande d’attendre 6 mois pour diversifier, c’est
que les nutriments des aliments solides sont moins bien absorbés par le corps et volent la place
du lait qui lui est bien absorbé, nourrissant et approprié pour bébé. De plus, une introduction
hâtive augmenterait le risque de maladies intestinales. Donnez-lui plus de lait lorsqu’il le désire

3
LAMBERT-LAGACÉ, Louise (2007), Comment mieux nourrir son enfant
24

(à la demande) et patientez jusqu’à la maturité de son système digestif. L’enjeu lorsqu’on parle
de maturité du système digestif, c’est que de faire manger bébé trop tôt l’expose à des risques
plus élevés d’allergies, d’intolérances, de maladie cœliaque de diabète et d’eczéma. 4

D’autre part, il est certain que la bouche d’un enfant de 4 mois n’a pas atteint le stade
développemental nécessaire pour bien mâcher. Un bébé qui n’est pas prêt, n’a pas le réflexe ni
la force nécessaire pour mâcher, ce qui fait qu’il avale tout rond…Imaginez, avaler une banane
tout rond, ça fait sans doute assez mal et ça, c’est sans compter les risques d’étouffements.
Mentionnons aussi que le réflexe vomitif d’un enfant trop jeune n’est pas assez bien
développé, ce qui occasionne une plus grande occurrence de haut-le-cœur et pose un risque
accru d’étouffement.

Finalement, ce sera son incapacité à porter lui-même les aliments à sa bouche et ses habiletés
de préhension immatures qui feront que vous aurez le goût de faire chose la plus risquée qui
soit : l’aider à mettre les aliments dans sa bouche!

Mesures de sécurité
La règle numéro un pour une diversification sécuritaire : Ne touchez pas!
Assurez vous de ne jamais au grand jamais mettre vous même un morceau de nourriture dans la
bouche de votre enfant. Même pas pour lui faire goûter ou pour l’aider, car c’est là que les
accidents arrivent. L’enfant doit gérer sa nourriture seul à partir de ses lèvres et du devant de sa
langue, sinon le risque d’étouffement augmente grandement. Il est capable seul et s’il n’est pas
capable maintenant, c’est probablement que l’aliment est de taille inappropriée en fonction de
ses habiletés de mastication. N’ayez crainte, vers 8-9 mois il sera capable de saisir la majorité
des aliments ! La seule exception à cette règle c’est bien entendu si votre enfant s’étouffe.

4
KUO, Alice. INKELAS, Moira. Et al. (2010) Introduction of solid foods to young infants,
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3195680/
25

Votre enfant doit manger en position assise


Assurez-vous d’avoir une chaise haute où l’enfant est en position assise et non pas inclinée. Ça
paraît simple, mais beaucoup de chaises hautes on un dossier légèrement incliné vers l’arrière.
Cette inclinaison ne favorise pas une déglutition optimale. Il y en a qui préfèrent asseoir le bébé
sur eux, c’est aussi une solution. Cela veut également dire qu’il est grandement préférable pour
bébé de manger dans une position stable et qu’offrir des aliments à un bébé qui se déplace en
mangeant est risqué au niveau de l’étouffement. De plus, mentionnons que pour diverses
raisons de sécurité, bébé ne devrait jamais manger dans son siège d’auto.

Donnez-lui de la nourriture « appropriée »

(Voir aussi la section Aliments sécuritaires.) Fournissez-lui des morceaux appropriés en termes
de taille et de texture. Attention aux aliments trop durs ou de la forme de la trachée qui
pourraient rester coincés. Les aliments friables dont un morceau dur pourrait se détacher sont
également à surveiller. Certains bébés débutants ont également de la difficulté à gérer les
aliments granuleux. Finalement, ce sont les aliments qui collent au palais qui sont à proscrire.

Ayez votre cours de RCR…


Parce qu’on ne sait jamais...En théorie, les bébés ne s’étouffent pas, mais ne prenez pas de
chance!

Gardez un œil sur bébé quand il mange

La surveillance est toujours de mise lorsque votre bébé mange. Cela ne veut pas dire que vous
devrez l’observer avec insistance et surveiller ses moindres faits et gestes…cela veut plutôt dire
que vous devrez rester aux aguets et le regarder à intervalles réguliers. Mangez face à lui, c’est
une façon géniale pour lui d’apprendre en vous imitant et vous aurez ainsi une meilleure idée de
ce qu’il fait. Il n’est pas nécessaire de le fixer sans arrêt, bien au contraire, certains enfants sont
intimidés par trop d’attention.
26

À LA FIN DE CHAQUE REPAS, VÉRIFIEZ SA BOUCHE


Les bébés débutants ont souvent tendance à cacher des morceaux de nourriture dans leurs
joues tels de petits écureuils. Il arrive parfois que lorsqu’un aliment est trop difficile à gérer, ils
le mettent en réserve dans une joue. Avant de les sortir de table, il est donc important de passer
délicatement un doigt dans la bouche de bébé afin de retirer tout surplus de nourriture qui
pourrait se déloger et aller vers l’arrière de la bouche lorsqu’on le retire de sa chaise. Faites un
crochet avec votre index et tâtez doucement entre la gencive et la joue afin de retirer les
morceaux de nourriture qui pourraient s’y cacher. Cependant, faites bien attention de ne pas
pousser la nourriture vers le fond de sa bouche, cela pourrait poser un risque d’étouffement.

ALIMENTS SÉCURITAIRES

Afin de faciliter la tâche de votre bébé, de lui éviter des situations difficiles à gérer au niveau
mastication et déglutition, fournissez-lui des morceaux appropriés.

Évitez les aliments trop dur ou de la forme de la trachée. N’oubliez pas que la trachée et
l’œsophage de votre bébé sont environ de la grosseur de votre petit doigt. Essayez ainsi de
choisir des aliments beaucoup plus gros ou vraiment plus petit que cette dimension. Les noix,
les carottes crues, le popcorn, les saucisses et les bonbons sont totalement déconseillés aux
jeunes enfants. Pour ce qui est des raisins, bleuets et tomates cerise, il n'y a pas de consensus.
Certaines diront que bébé doit apprendre à gérer ces aliments comme les autres et que s'il le
fait seul il y parviendra. D'autres choisiront de les introduire tardivement ou encore de les
couper ou de les écraser à la fourchette. Faites ce avec quoi vous êtes confortables et ce qui
correspond aux habiletés de votre bébé. La DME n’est pas une science précise, il faut suivre le
rythme de son enfant.

Attention aux aliments friables dont un gros morceau difficile à gérer pourrait se détacher. Les
pommes, les poires, les concombres durs, les poivrons, les céleris et les carottes crues sont les
meilleurs exemples, mais pas les seuls "coupables". La pomme crue râpée ne pose pas de
problème. La pomme pelée et entière non plus car l'enfant va gruger lentement et il est peu
27

probable qu'un gros morceau ne s'en détache. La pomme en quartier par contre pose plus de
problèmes pour les débutants car les bébés ont tendance à en casser un gros morceau et c’est
ce gros morceau trop dur qui est difficile à gérer puisqu’il ne sera pas mâché étant donné sa
grande dureté. Quant aux concombres, il vaudra mieux les introduire avec la pelure qui assurera
une certaine élasticité à ce dernier. Bébé sera en mesure de le gruger plutôt que de le croquer.

Les aliments à petite particules ou granuleux sont parfois difficiles à gérer. Le bœuf haché, le
gruau trop sec et le riz en sont de bons exemples. Lorsque trop de petites particules sont
présentes en bouche, les bébés ont de la difficulté à calculer leur bouchée et à savoir s'ils ont
assez mâché pour avaler. Ce qui parvient à l'arrière de la bouche est souvent une mixture de
gros et de petits morceaux et bébé tente d'avaler des morceaux plus gros qu'à l'habitude. De
plus, le caractère sec des viandes hachées et du riz font en sorte que des petits morceaux
collent un peu partout en bouche et rendent le processus plus complexe pour l’enfant. C'est à
surveiller au début de l'introduction…mais rapidement, bébé aura plus de facilité, adaptez-vous
à ses habiletés !

Les aliments qui collent au palais tels la laitue, les feuilles épinards, les fines herbes et les
pelures molles de fruits (pêche, prune, tomate) sont très difficiles à déchiqueter et se logent
souvent au palais d’où ils sont difficile à faire décoller pour un bébé. Ils déclenchent
presqu'automatiquement un réflexe vomitif et sont très risqués pour l'étouffement.
Généralement, cela prend une excellente maîtrise de la mastication pour pouvoir gérer ces
aliments collants, ce sont les derniers qu’on tentera d’introduire. La mie de pain et les pains
plats (tortillas, pitas minces) produisent aussi le même effet. On recommande de débuter par
des rôties ou des pains à la mie moins collante. Les beurres de noix et de graines (arachide,
amande, sésame, soya, citrouille) donnés à la cuillère sont également risqués car ils collent au
palais, étende-les en mince couche.

Le spaghetti ainsi que les aliments filamenteux sont difficiles à gérer parce qu'il arrive très
souvent qu'une moitié soit rendue dans l'œsophage et l'autre soit encore dans la bouche. Il
28

vaudra mieux les couper en petits morceaux au début ou choisir d’offrir des pâtes telles les
boucles, des spirales ou des cannellonis.

Réflexe vomitif et étouffement


Ce qu’on appelle en anglais le « gag reflex » est traduit en français par réflexe vomitif ou haut-
le-cœur. À la naissance du bébé, sa bouche est conçue pour ne pas pouvoir avaler d’aliments
solides ; son réflexe vomitif fait que le cœur lui lève facilement, rejetant ainsi les « corps
étrangers » dès qu’ils entrent en contact avec l'avant de langue.

Progressivement, lorsque la bouche de l’enfant grandit, ce réflexe s’éloigne vers l’arrière de la


gorge et disparaît pratiquement vers l’âge adulte. Ce réflexe anti-étouffement est une
merveilleuse invention de la nature!

Lorsqu’un enfant essaie d’avaler un morceau qui est inapproprié pour lui (trop dur, trop gros,
trop collant), quelques mécanismes entrent en jeu protégeant l’enfant de l’étouffement. D’une
part, c’est bien souvent la langue qui repousse simplement les aliments beaucoup trop gros
vers l’avant de la bouche puis le bébé les recrache. Parfois, le bébé a aussi le réflexe de faire
revenir le morceau vers l’avant de la bouche à l’aide d’un mouvement de langue pour le
remâcher un peu puis ravaler tout de suite après. Certains bébés utilisent aussi le bâillement
comme mécanisme permettant de ramener la bouchée plus vers l’avant de la langue et pouvoir
reprendre la mastication et ainsi réduire la taille de l’aliment. Un bébé ayant tenté d’avaler un
morceau inapproprié se fait parfois lever le cœur (réflexe vomitif) pour déloger l’aliment.
Souvent c'est par ce qu'un morceau est trop dur, trop gros ou trop collant ou parce qu'il est allé
trop loin au fond de sa gorge.

Lorsqu’il est question d’étouffement, c’est que l’enfant a tenté d’avaler aliment de taille ou de
texture inappropriée et qu’il n’a pas été rejeté par le réflexe vomitif. On parle donc
d’étouffement lorsqu’il y a obstruction des voies respiratoires et que l’enfant cesse de respirer
29

et devient bleu. Il peut arriver que votre bébé s’étouffe en DME, tout comme cela pourrait
arriver avec des purées ou un petit jouet qui traîne sur le plancher.

Il est très important de différencier réflexe vomitif et étouffement puisque la nature de


l’intervention auprès de l’enfant sera radicalement différente. Lorsqu’un enfant a un haut-le-
cœur, c’est qu’il est encore en mesure de recracher l’aliment lui-même et que son corps
travaille à rejeter le coupable et c’est d’ailleurs la façon la plus efficace d’évacuer un morceau.
En fait, tant que l’enfant se fait lever le cœur, c’est que le morceau est en contact avec la
bouche et n’a pas progressé vers les voies respiratoires. À l’inverse, lorsque l’enfant est étouffé,
le morceau est « tombé » et il obstrue les voies. Il lui faudra l’intervention de l’adulte pour faire
sortir le morceau.

Il vous faudra donc être observateur, user d’une dose de zénitude, faire confiance à votre
enfant et vous abstenir d’intervenir tant et aussi longtemps que bébé gère la situation,
puisqu’intervenir trop tôt pourrait justement conduire à l’étouffement. Bouger ou sortir bébé
de sa chaise alors qu’il tente par lui-même de recracher un aliment pourrait
malencontreusement envoyer l’aliment au fond de la gorge et le loger dans les voies
respiratoires et c’est là que vous n’aurez plus le choix d’intervenir puisqu’il ne sera plus en
mesure de faire sortir l’aliment par lui-même.

SE FAIRE LEVER LE CŒUR

Signes que votre bébé gère bien son morceau et se sert de son réflexe vomitif:

 Bouge la tête d'avant en arrière. fait des mouvements de gorge et de langue.

 A l'air de vouloir vomir, régurgite ou vomit.

 Pleure ou chigne.

 Visage qui devient rouge.

 Respire (émet des sons) et prend son air entre les haut-le-cœur.
30

Que devez vous faire lorsque votre enfant se fait lever le cœur?

 Restez calme et essayez de garder un visage détendu (pour ne pas qu’il sente la panique et
qu’il continue de faire naturellement ce que son corps lui dit)

 NE LUI TOUCHEZ PAS, NE LE SORTEZ PAS DE SA CHAISE, en le déplaçant, vous risquez de


pousser le morceau plus loin et c’est là qu’il va s’étouffer et ce sera malheureusement vous
qui aurez causé l’étouffement.

 Encouragez doucement par la voix votre enfant à recracher le morceau.

 Ne lui donnez pas à boire! Quand l'aliment aura passé, là offrez-lui à boire si vous voulez.

S’ÉTOUFFER

Signes que votre bébé s’étouffe5:

 Visage qui devient bleu

 Difficulté à respirer, les côtes rentrent vers l’intérieur

 Perte de conscience

 Incapacité à faire des sons et toussotement faibles et insonores.

 Narines qui frétillent

Que devez vous faire alors?

 Restez calme

 Faites les manœuvres de désobstruction nécessaires.

 Consultez immédiatement un médecin, allez à l’hôpital.

5
National Library of Medicine (2015) : http://www.nlm.nih.gov/medlineplus/ency/article/000048.htm
31

OCCURRENCE DES RÉFLEXES VOMITIFS.

Alors que certains enfants se feront lever le cœur une fois par année, d’autres bébés se feront
lever le cœur une fois la minute. Certains enfants semblent avoir une sensibilité particulière au
niveau de la bouche. D’autres ont tout simplement besoin d’une plus grande période
d’adaptation et de plus de pratique afin d’apprendre à mieux mâcher et à mieux gérer la taille
de leurs bouchées. Règle générale, une diminution des réflexes vomitifs est observée 2 à 3
semaines après le début de l’alimentation. Un enfant ayant une condition (reflux gastrique,
rhume, grippe, allergies saisonnières, laryngite, maux de dents) lui occasionnant des maux de
gorge, un nez bouché ou une sensibilité au niveau de la bouche aura la plupart du temps plus de
difficulté à calculer ses bouchées et aura plus tendance à se faire lever le cœur, il faudra donc
redoubler de vigilance.

Voici quelques trucs pouvant vous aider à diminuer l’occurrence des réflexes vomitifs chez les
débutants :

 Portez une attention particulière à l’angle de la tête de votre enfant. Vérifier que la chaise
dans laquelle il mange a un dossier qui lui permet de rester bien droit.
 Préparez les aliments de façon à ce qu’ils soient assez mous pour lui et qu’il n’ait pas trop
besoin de mâcher longtemps.
 Offrez des morceaux très gros à partir desquels le petit devra détacher un morceau. Lorsque
l’enfant croque une bouchée d’un aliment, cette dernière est souvent plus facile à gérer
puisqu’elle est pratiquement toujours trop grosse (et devra être mâchée) ou trop petite (et
pourra être avalée facilement).
 Offrez des textures molles, mouillées et coulantes (banane, avocat, pêche) ; elles sont plus
faciles à gérer pour des débutants et glissent bien dans la bouche.
 Certains aliments mous, juteux et croquants (melon d’eau, ananas, brocoli) sont souvent
responsables de haut-le-cœur puisqu’ils sont source de confusion pour les petits palais.
32

Évolution des habiletés du bébé


HABILETÉS DE PRÉHENSION

De 6 à 9 mois, les habiletés de l’enfant passeront graduellement (et parfois assez rapidement)
de la forme la plus rudimentaire ne permettant que d’attraper de gros morceaux à la technique
très précise de la pince lui permettant de saisir de tout petits aliments. Il faut offrir des
aliments à votre bébé en fonction de ses capacités, sinon c’est extrêmement frustrant pour lui
et pour vous.

Étape 1 : la préhension avec le poing OU la préhension avec le pouce et la paume.

(Vers 6-7 mois). C’est la toute première habileté développée par l’enfant. Attention, pour un
enfant capable de saisir les aliments seulement avec son poing, la partie cachée à l’intérieur de
sa main n’existe pas et la plupart des bébés ne seront pas capables d’ouvrir la main pour y
33

prendre les aliments. C’est pourquoi il faut privilégier les gros morceaux de la taille d’une balle
de tennis, d’un bâton de colle ou d’un surligneur. Bref, il faut que quelque chose dépasse de
leur main sinon ils ne pourront pas manger. Il s’agit aussi de l’étape où ils déplacent souvent
leur pouce pour pousser la nourriture dans leur bouche avec la paume de leur main. Certains
bébés utilisent également la préhension à 2 mains pour amener à la bouche.

Idées : Bananes, florets de brocoli ou chou-fleur, doigts de fromage, bâtonnets de carotte


(cuites et assez molles), croissants de melon d’eau ou de cantaloup, quartiers d’avocat, pêche
entière (pelée), galette de riz, lanière de bœuf à téter, languette de tofu grillé, galette, boulettes
etc.

Étape 2 : La préhension avec quelques doigts

(Vers 7-8 mois). Les enfants l’utilisent pour bien épouser la forme de l’aliment lorsqu’ils le
portent à leur bouche Plus ils développent leurs compétences, plus ils sont capable de prendre
de petits morceaux. Lors de ce stade intermédiaire l’enfant comprendra qu’il doit saisir les
aliments avec ses doigts plutôt qu’avec sa paume. Les morceaux assez larges de type cube et
ceux de la taille approximative d’une balle de golf pourront être introduits. Sa dextérité
grandissante vous permettra aussi de commencer à lui offrir une cuillère que vous aurez
préalablement remplie.

Idées : Grosses fraises, gros cubes de melon d’eau ou de cantaloup, gros cubes d’ananas,
lanières de poulet, prunes (pelées), raisins coupés en deux, morceaux d’avocat, tranches de
34

patates douces, patates (cuites), tomates (pelées), bâtonnet de concombre, rôties, cubes de
fromage, pâtes ayant une forme spéciale (penne, fusilli, rotini) etc.

Étape 3 : la pince avec l’index et le pouce

(Vers 8-9 mois) Graduellement, vous verrez la dextérité de votre enfant se développer. La
préhension à plusieurs doigts est la plus précise de toute! Offrez n’importe quoi (aliments
sécuritaires) de n’importe quelle taille!

Idées : N’importe quoi... Lorsque notre enfant a enfin développé cette compétence, il mange de
tout et facilement. Les aliments les plus difficiles et les plus fascinant à mon avis sont : le riz, les
lentilles, le macaroni, les bleuets écrasés et les céréales de type Nutrios.

HABILETÉS DE MASTICATION

Les habiletés de mastications se développent en trois temps :

Étape 1 (6-8 mois) : Mastication verticale et capacité de gruger…pensez crocodile et castor

La première phase de mastication consiste en un mouvement vertical de bouche. En effet, ces


« mouvements mandibulaires de haut en bas, qui lui permettent de mâcher »6 n’impliquent
que très peu les mâchoires latérales. La langue sert donc principalement à écraser les aliments

6
Santé Canada, ibid. 1
35

au palais. C’est pourquoi l’on privilégiera des aliments relativement mous (c’est-à-dire :
écrasable avec votre langue au palais) et assez gros puisque le bébé de cet âge n’a pas encore
bien acquis le réflexe de bouger sa langue pour déloger les petits morceaux coincés dans les
joues. De toute façon, la nature étant bien faite, les habiletés de préhension et de mastication
se développent en parallèle. Ainsi, un bébé débutant n’a pas les habiletés requises pour saisir de
petits morceaux (un bleuet par exemple) et ne possède pas non plus les habiletés masticatoires
pour bien mâcher en les déplaçant vers les mâchoires de côté.

Les débutants possèdent aussi la faculté de gruger les aliments avec leurs gencives de devant ou
leurs incisives centrales, c’est pourquoi ils réussiront par exemple à gruger une pomme ou un
craquelin.

Étape 2 (8 mois +) : Balayage de la langue et découverte des gencives de côté

Généralement, autour de 8 mois, le bébé développe la capacité musculaire de balayer sa


bouche avec sa langue. Il peut ainsi déloger les petits morceaux perdus dans les joues et les
ramener vers le milieu de la bouche à partir d’où ils pourront être avalés. Dans la même
période, on remarque aussi que le bébé découvre ses gencives de côtés qu’il utilisera pour
mâcher les aliments plus durs telles les viandes. On pourra donc commencer à offrir des
textures un peu plus dures (par exemple : écrasables avec les doigts) et des morceaux de plus
petite taille. Il importera toujours d’offrir des morceaux adaptés aux habiletés de préhension de
l’enfant puisque ces dernières sont le reflet des habiletés de mastication.

Étape 3 (18-24 mois) : Les aliments durs à croquer avec les molaires

Vers 18 mois, la majorité des enfants ont acquis tous les mouvements masticatoires ainsi que
l’agilité nécessaire pour croquer avec les dents. De plus, mentionnons que ce sont
principalement les molaires qui ont le rôle de « croquer, casser, broyer ». Elles font
généralement leur apparition vers 12 mois et 24 mois. Graduellement, dès l’apparition du
36

premier quatuor de molaires, vous pourrez introduire des aliments plus durs en vous fiant
toujours sur les habiletés de votre petit. Et ce ne sera donc uniquement vers 24 mois lorsque
l’enfant aura toutes ses dents que l’on pourra introduire les aliments plus durs tels les carottes
crues.

UTILISATION DES USTENSILES

Les premiers mois, bébé n’est pas très habile, il est donc inutile de s’acharner pour qu’il utilise
des ustensiles, cela ne ferait que créer des frustrations, des deux côtés. Je vous propose donc
une introduction aux ustensiles en 4 étapes.

Les premières semaines : Découverte de la cuillère

Le petit débutant exerce ses habiletés rudimentaires de préhension afin d’attraper les morceaux
qu’on lui offre. Pour lui, le seul exercice de saisir un aliment représente un véritable défi.
L’utilisation des ustensiles à cette étape serait donc très (trop?) demandante pour la plupart des
bébés. Comme à ce stade manger demande beaucoup d’efforts à l’enfant et que plusieurs
bébés ne mangent pas très longtemps, certains parents décident de terminer le repas par une
séance de jeux avec cuillères, bols et verres en plastique vides. Bébé peut alors jouer à vous
imiter et ainsi s’exercer. Munissez-vous de quelques items car à ce stade, votre mini
Newton découvre aussi les lois de la gravité!

7(8)-12 mois : Utilisation de la cuillère pré-remplie


37

Lorsque bébé a compris comment porter des aliments à sa bouche, qu’il vise mieux, qu’il a
développé ses habiletés de préhension et qu’il comprend comment mâcher les aliments, vous
pourrez commencer à offrir des cuillères pré-remplies. Règle générale, après un bon deux
semaines de DME, l’enfant contrôle bien ses mouvements.

Dans un premier temps, vous devrez la remplir vous-même et vous pouvez lui tendre le manche
ou la déposer sur sa tablette selon ses habiletés. Vers 9 mois, vous pourrez lui offrir quelques
fois par jour des cuillères pré-remplies d’aliments lisses et un peu plus épais, mais déposées sur
la table pour qu’il les prenne et les porte à sa bouche seul. Graduellement, vous pourrez remplir
sa cuillère d’aliments aux textures diverses.

Peu à peu, vous pourrez également lui mettre des ustensiles sur la table de façon quotidienne.
Laissez-le choisir s’il veut s’en servir ou non. Offrez-lui régulièrement des occasions
d’apprentissage qu’elles soient guidées par vous (cuillères pré-remplies) ou volontaires et
spontanées de sa part.

12-18 mois : Remplissage de la cuillère et découverte de la fourchette

Vers 11-12 mois ou avant selon ses habiletés, essayez de le laisser lui-même saisir des aliments
avec sa cuillère pour qu’il apprenne à s’en servir plus régulièrement. L’utilisation d’une assiette
avec un petit rebord ou d’un bol évasé lui facilitera la tâche. Ce n’est pas nécessaire qu’il le fasse
à tous les repas ni même pendant toute la durée du repas. Le maniement de la cuillère est une
habileté qui demande beaucoup de coordination et une bonne motricité, c’est donc un
apprentissage ardu pour certains.

Lorsque vous jugerez que votre enfant a bien développé sa coordination et qu’il vise bien sa
bouche, vous pourrez commencer à lui offrir une fourchette. Il n’est pas nécessaire qu’elle soit
en plastique, cependant, vous devrez surveillez que les dents ne soient pas trop pointues ni trop
plates. L’enfant doit pouvoir piquer sans risquer de se blesser. Au début, vous pourrez le laisser
38

tenir sa fourchette lui-même et l’accompagner en guidant sa main dans le geste de piquer des
aliments. Les débutants de la fourchette sont souvent enthousiastes, mais très lents alors
respirez et usez de patience…il développe des habiletés importantes!

Encore une fois, ce que l’on recherche, c’est le plaisir de manger et non pas la frustration.
Observez votre enfant et allez-y à son rythme à LUI!

Vers 18-24 mois et plus : Transition vers l’utilisation presqu’exclusive de la fourchette et la


cuillère.

Offrez à votre enfant des ustensiles à chaque repas. Laissez-le décider s’il veut s’en servir.
Encouragez-le positivement lorsqu’il le fait, mais ne le grondez pas ou ne le punissez pas
lorsqu’il ne le fait pas, laissez-le se servir de ses mains lorsqu’il en a besoin. La plupart des
enfants à cet âge n’ont pas encore la motricité et la force nécessaire pour se servir d’ustensiles
de façon fluide, efficace et rapide.

Afin d’aider votre enfant, vous pourrez encore accompagner son mouvement pour l’aider à
piquer les aliments. Un petit truc qui fonctionne bien ici…Lorsque ma fille est fatiguée, je lui
pique des aliments sur ma fourchette et nous faisons un échange. Pendant qu’elle mâche sa
bouchée, je prends moi-même une bouchée puis remplis sa fourchette et on ré-échange.

Graduellement, à son rythme, votre enfant découvrira comment se servir efficacement de la


fourchette. Vous pouvez l’aider et lui donner des trucs, mais ne le forcez pas…Cherchez la
bonne humeur et le plaisir à table, faites des heures de repas de bons moments en famille et
évitez la chicane pour des raisons aussi triviales que la fourchette!
39

Est-ce nécessaire d’utiliser des ustensiles pour bébé ou pour enfant ?

Faites comme bon vous semble, il y a simplement quelques facteurs desquels il faudra tenir
compte :

 Le manche ne doit pas être trop long, cela facilite la manipulation


 Le bout de la cuillère doit entrer facilement dans la bouche, vaut mieux plus petit que plus
gros à mon avis.
 Le réservoir de la cuillère ne doit pas être trop profond ; bébé doit pouvoir accéder à toute la
nourriture puisque la plupart des débutants ne lèchent pas le creux de la cuillère.
 Les dents de la fourchette doivent être ni trop plates ni trop pointues ; l’enfant doit pouvoir
piquer facilement sans toutefois risquer de se blesser.
 En plastique ou en métal, ce sera votre choix.
 Les ustensiles à dessert sont souvent parfaits!

UTILISATION DU VERRE

(Je ne ferai pas de discrimination entre tasse, tasse à double anse et verre…les mots verres et
tasse sont interchangeables.)

L’une des choses les plus surprenantes dans le nouvel énoncé concernant les recommandations
sur l’alimentation du bébé de 6-24 mois c’est qu’ils conseillent l’utilisation de la tasse ouverte
ou du verre dès 6 mois. La logique derrière tout ça c’est que les gobelets avec ou sans valve,
durs ou mous, à tétine ou à bec, quels qu’ils soient ne permettent pas l’acquisition de réelles
habitudes à boire puisqu’ils demandent de sucer, de mordre ou téter plutôt que de réellement
boire.

De plus, «Le fait d'encourager l'utilisation d'une tasse ouverte chez les nourrissons plus âgés
peut aider à éviter l'alimentation prolongée au biberon. L'utilisation de biberons chez les jeunes
enfants est associée à la consommation de calories excessives et peut contribuer au risque
40

d'obésité pendant l'enfance (Gooze, Anderson et Whitaker, 2011).»7 Chez les bébés allaités, une
autre raison d’introduire le verre assez tôt est que cela nuit parfois à l’allaitement puisque bébé
veut boire au sein comme au gobelet (en mordillant)…et on ne souhaite pas cela !

De 6 à 9 mois, bébé aura besoin de beaucoup d’aide. Vous devrez l’aider à placer ses mains de
chaque côté de la tasse, à porter la tasse à sa bouche et finalement, tenir la tasse contre sa
bouche. «Au début, lorsque la tasse est introduite, le nourrisson plus âgé tentera de téter le
liquide de la tasse puisqu'il s'agit d'une méthode qui lui est familière (Morris et Klein, 2000). Le
nourrisson plus âgé développera une action de succion coordonnée et commencera à maintenir
sa mâchoire dans une position ouverte stable lorsque vous approcherez la tasse (Morris et
Klein, 2000). Le nourrisson plus âgé peut boire à son propre rythme, ce qui lui permet de
contrôler sa respiration et d'avaler lorsqu'il est prêt (Lang, Lawrence et Orme, 1994).»

Vers 9 mois, votre bébé aura acquis de nombreuses habiletés et aura une bien meilleure
coordination main-œil, il démontrera plus de facilité pour l’utilisation du verre. Votre
supervision devra toutefois demeurer puisque les dégâts resteront courants.

Voici mon truc par excellence pour apprendre à bébé à boire seul ou avec une supervision
restreinte. Vers 8-9 mois, débutez avec un liquide très épais comme un smoothie, du kéfir ou un
potage assez épais. Remplissez le verre aux ¾ et inclinez le pour que le liquide soit près de
l’ouverture et tendez-lui le verre ainsi. Assurez-vous d’avoir un verre incassable et qu’il tienne
fermement le verre à deux mains. Il le portera facilement à sa bouche et apprivoisera les
mouvements requis, le principe de gravité et la coordination de la respiration nécessaire pour
boire au verre.

7
Santé Canada, ibid. 1
41

Personnellement, débuter dès 6 mois me semble très faisable au niveau des habiletés de bébé,
mais je trouve que cela demande une grande supervision et beaucoup de patience de la part du
parent qui sera confronté à nombre de déversements.

Donc voilà mon opinion…attaquez-vous au verre quand les habiletés de bébé équivaudront
votre niveau de patience! Et d’ici là, utilisez le gobelet le plus simple possible et ayant le flot le
plus rapide possible ou un verre à paille si bébé démontre les aptitudes.

UTILISATION DES BOLS ET ASSIETTES

Certains décident d’offrir la nourriture à même la table au début alors que d’autre utilisent des
bols et des assiettes pour enfant et certains offrent des couverts pour adultes dès le début. Tout
dépendra de votre patience et du caractère de votre enfant.

Pour ma part, je privilégie l’introduction des bols et assiettes dans l’ordre suivant :

6-12 mois : Aliments déposés sur la table ou sur un napperon. En effet, vers 6-9 mois, les bébés
sont dans la phase exploratoire. Ils découvrent leurs habiletés de préhension, de mastication et
ils débutent la manipulation des ustensiles. Vers 9 mois, la plupart des bébés découvrent la
gravité et le plaisir de l’action-réaction… « Je lance mon brocoli par terre, maman fait des gros
yeux, papa parle fort et on me le redonne »… « Et si je réessayais pour voir s’il se produirait la
même chose avec ma fourchette? »… « Victoire, j’avais bien prédit! »

Offrir des bols et assiette à cet âge résulte donc souvent en de multiples dégâts lors desquels la
totalité du repas se retrouve au sol. Ainsi, en laissant le temps à votre petit d’explorer une
habileté à la fois, vous favorisez un climat plus serein à l’heure des repas. Ceci étant dit,
quelques parents choisissent d’introduire les assiettes dès le début et si ça
fonctionne…pourquoi pas?
42

12-18 mois : Bols et assiettes. Vers 12 mois ou lorsque votre petit comprend des consignes
simples telles que « le bol sur la table », il sera plus facile pour vous d’introduire graduellement
le bol et l’assiette en plastique. Débutez par le repas le moins long et graduellement au fur et à
mesure que votre enfant maîtrise la technique ultra-complexe de ne pas lancer son assiette,
introduisez l’assiette à temps plein puis les couverts réguliers. Il conviendra bien entendu de
surveiller attentivement les signes qui démontrent que bébé a terminé avant qu’il ne décide de
lancer son assiette!

Introduction des aliments et des breuvages


ORDRE D’INTRODUCTION DES ALIMENTS

En DME, proprement dit, il n’y a pas vraiment d’ordre d’introduction des aliments. Et dans les
faits, Santé Canada 8 et le Mieux-Vivre (Institut national de la santé publique au Québec)
conseillent maintenant aux parents d’introduire les aliments dans l’ordre qu’ils désirent et de ne
pas retarder l’introduction des allergènes. « La clé, c’est de servir en premier des aliments riches
en fer, et de continuer avec des aliments nutritifs et variés » 9 . Tous deux prônent une
introduction hâtive dès 6 mois de TOUS les aliments incluant les allergènes, à l’exception du lait
de vache (voir section Introduction des produits laitiers) et du miel.

Le miel serait à proscrire avant 1 an à cause des risques liés au botulisme. « Le botulisme
infantile est une maladie rare qui peut toucher les nourrissons en santé. Il est causé par une
bactérie appelée Clostridium botulinum. Au Canada, le miel est le seul aliment directement lié
au botulisme infantile (Santé Canada, 2011). Moins de 5 % du miel produit au Canada contient
des spores de la bactérie, et généralement, la quantité de spores est faible (Santé Canada,

8
Santé Canada, ibid. 1
9
INSPQ (2015), Mieux-vivre avec notre enfant, de la grossesse à 2 ans :
https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/documents/mieuxvivre/MV2015_S4.pdf#page=154
43

2011). Toutefois, même un petit nombre de spores peut causer le botulisme infantile. Le risque
est présent dans le miel non pasteurisé et pasteurisé, car la température de pasteurisation n'est
pas assez élevée pour tuer les spores. En principe, les produits qui contiennent du miel comme
les pâtisseries présentent également un risque, car la cuisson n'est pas suffisante pour détruire
la bactérie. »10

LES RISQUES LIÉS AUX ALLERGIES

Tout d’abord, laissez-moi mentionner que de parler des allergies est un sujet délicat puisque les
mentalités diffèrent même entre les professionnels de la santé et que la recherche médicale
amène sans cesse de nouvelles conclusions. C’est donc à vous de vous faire votre opinion et
d’aller avec l’intégration des aliments au rythme avec lequel VOUS êtes confortable. Je vous
recommande toutefois de consulter une nutritionniste, un pédiatre ou un allergologue en cas
de question ou si votre enfant a des facteurs de risques tels : des allergies ou intolérances
alimentaire déjà présentes chez l’enfant, les parents ou la fratrie, de l’eczéma ou de l’asthme
chez le bébé. 11

De plus en plus de chercheurs et de nutritionnistes affirment qu’il n’est pas nécessaire


d’attendre longtemps avant l’introduction des aliments allergènes, allant même jusqu’à dire
qu’introduire ces aliments à 6 mois est la chose à faire s’il n’y a pas de facteurs de risque chez
l’enfant (allergies alimentaire chez l’enfant, les parents ou la fratrie, eczéma ou asthme chez le
bébé)12. La NIAID (National Institute of Allergies and Infectious diseases, États-Unis) affirme
même qu’« il n’y a aucune preuve que de retarder l’introduction des aliments allergènes plus

10
Santé Canada, ibid. 1
11
Naître et grandir (2015): http://naitreetgrandir.com/fr/etape/0_12_mois/alimentation/fiche.aspx?doc=naitre-
grandir-bebe-introduction-aliment-solide-complementaire#_Toc268528416
12
Naître et grandir , ibid 11
44

tard diminue le risque d’allergie »13. Un article publié récemment dans le New England Journal
of Medicine démontre qu’une introduction hâtive (vers 6 mois) aux allergènes réduirait même
les risques d’allergies.14

Traditionnellement, on attendait 3 jours après l’introduction d’UN seul aliment afin de pouvoir
détecter la présence de réaction allergique et ce, pour tous les aliments peu importe sa nature.
Pendant ces 3 jours d’observation, on réoffrait seulement des aliments connus afin de pouvoir
détecter une éventuelle réaction. Or, Santé Canada affirme désormais que «pour introduire un
aliment qui figure dans la liste des allergènes alimentaires communs, il est proposé que les
parents et les fournisseurs de soins évitent d'offrir plus d'un de ces aliments chaque jour et
attendent au moins deux jours avant de servir d'autres aliments de cette catégorie. » 15. Par
contre, les autres aliments jugés moins risqués ne feraient pas l’objet de cette pratique. Voici
donc les 10 allergènes en question auxquels il faudra porter une attention particulière.

Arachides Blé

Soya Lait

Noix Oeufs

Moutarde Sésame

Sulfites Fruits de mer (poissons, crustacés, mollusques)

13
NIAID – Guidelines for the diagnosis and treatments of food allergies in the US.
(p.24),http://www.niaid.nih.gov/topics/foodAllergy/clinical/Documents/FAguidelinesPatient.pdf
14
New England Journal of Medecine : http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa1414850
15
Santé Canada, ibid 1
45

C’est donc dire que oui, les parents devraient attendre 2 à 3 jours entre les aliments, mais entre
les aliments de la liste des allergènes. Dans le cadre de la pratique de la DME, comme on
privilégie le fait que l’enfant mange la même chose que nous, il est vraiment difficile voire
carrément impossible de n’introduire qu’un aliment à la fois. Ce qui est possible par contre,
c’est d’introduire les aliments allergènes uns à uns et d’attendre quelques jours entre chacuns
d’eux tel que Santé Canada le recommande. (par exemple, si je décide d’introduire les œufs
aujourd’hui, je lui fais manger n’importe quoi d’autre qu’elle a déjà mangé auparavant pendant
les prochains jours afin de pouvoir cerner si elle est allergique aux œufs ou non).

Mentionnons finalement que selon les auteures du livre Baby-Led Weaning 16, lorsqu’un enfant
porterait à sa bouche un aliment auquel il est allergique, il le refuserait. Lorsqu’un aliment
auquel vous êtes allergique entre en contact avec vos lèvres, elles picotent. C’est ce phénomène
qui amènerait les enfants allergiques à refuser les aliments inappropriés pour eux. C’est un
phénomène dont plusieurs adultes allergiques se servent chaque jour, mais aucune étude
scientifique ne prouve que les bébés en soient vraiment conscients. Alors est-ce mythe ou
réalité que les picotements font qu’un bébé refuse un aliment?

INTRODUCTION DES PRODUITS LAITIERS

Dès 6 mois, vous pourrez introduire au moment où vous jugerez opportun les produits laitiers
transformés tels fromages, yogourt et le lait en tant que produit de cuisson pour faire une sauce
par exemple.

Pour ce qui est du yogourt, favorisez un produit riche en gras, qui est essentiel au bon
développement de votre enfant. Il est aussi préférable de privilégier un yogourt nature, sans
sucre ajouté, auquel vous pourrez ajouter de la purée de fruits par exemple. Vous pourrez après
environ 1 mois de DME introduire des cuillères pré-remplies.

16
RAPLEY Gill et MURKETT Tracy (2008) Baby-Led weaning
46

Lorsque vous choisissez un fromage, assurez-vous bien qu’il soit pasteurisé. De surcroît, vérifiez
la teneur en sel afin que l’apport quotidien en sodium de bébé ne dépasse pas 370 mg. La
texture sera également à surveiller puisque certains fromages très élastiques ou collants se
mâchent difficilement.

À partir de 9-12 mois ou plus selon vous, vous pourrez introduire lentement et au moment qui
conviendra à votre bébé le lait de vache comme breuvage en remplacement du lait maternel ou
du lait de préparation commerciale.

On recommande d’offrir du lait de vache pasteurisé et homogénéisé à 3,25%, les laits écrémés
pour partiellement écrémés ne sont pas recommandés avant l’âge de 2 ans.

Voici pourquoi il faut attendre jusqu’à 9 mois : Il est important de savoir que le lait de vache
est pauvre en fer versus le lait maternel ou de préparation, ce qui pourrait avoir comme effet
d’entraîner des carences en fer chez le petit.

Par ailleurs, il est primordial de savoir que la consommation du lait de vache comme « seul lait »
avant 9 mois peut causer des saignements gastro-intestinaux menant éventuellement à des
pertes de sang et possiblement de l’anémie. La consommation précoce et excessive de lait de
vache constitue d’ailleurs le principal facteur de risque de l’anémie chez le jeune enfant.

Finalement, étant bourratif, le lait de vache diminue l’appétit pour d’autres aliments qui sont
plus nutritifs. C’est pourquoi on recommande de ne pas dépasser les 750 ml de lait de vache par
jour pour les jeunes enfants (moins de 24 mois).

Notons que « Lorsque le nourrisson plus âgé consomme régulièrement une grande variété
d’aliments riches en fer, comme la viande, les substituts de viande et des céréales enrichies de
47

fer, l’introduction du lait de vache n’est pas associée à une carence en fer (Yeung et Zlotkin,
2000; Agostoni, et Turck, 2011). » 17

Ces 3 facteurs combinés peuvent être la cause d’anémie chez votre bébé si vous remplacez les
boires de lait maternel ou le lait commercial par le lait de vache trop tôt.

LES BREUVAGES

En fait, un bébé qui débute la diversification s’hydrate majoritairement via son lait (et encore
davantage si bébé boit au sein à la demande). Il est par contre important d’offrir de l’eau dès le
début pour deux raisons : pour habituer bébé à la mécanique du verre ET pour aider au transit
intestinal. (Voir section Constipation)

Offrez de l’eau, en petite quantité lors des repas à quelques reprises et lorsque vous croyez que
bébé peut avoir soif (chaleur, dents, rhume, selles abondantes). Encore une fois, ce sera lui qui
vous dira s’il a soif. Les premiers temps, ses capacités motrices restreintes vous demanderont
de l’aider en tenant le récipient (tasse, verre, gobelet) et peu à peu, il le fera de lui-même.

Le thé, le café, les boissons gazeuses, les boissons aux fruits et la plupart des infusions sont
déconseillées pour les jeunes enfants puisqu’ils n’ont aucun bienfait nutritif en plus d’être un
apport calorique vide et de combler l’espace dans l’estomac alors que cet espace pourrait être
comblé par des aliments riches en nutriments ou du lait tout aussi riche en vitamines et
nutriments. Santé Canada ne recommande pas les jus de fruits, même ceux purs à 100% car :
«Les jus de fruits ne contiennent pas de fibres, contrairement aux fruits entiers. On devrait
privilégier les fruits et les légumes au lieu des jus, comme le recommande le Guide alimentaire
canadien. [Si toutefois on décide d’en servir], on devrait servir uniquement des jus faits à 100 %

17
Santé Canada, ibid. 1
48

de fruits ou légumes.»18. Les jus de fruits ont également tendance à remplir les petits estomacs
et faire ainsi diminuer les portions de nourriture et de lait. Et c’est sans compter l’augmentation
du risque de carie dentaire associée aux breuvages sucrés.

Le lait doit demeurer le breuvage de base puisqu’il est le liquide le plus nourrissant et le plus
adapté pour votre bébé et qu’il favorise une bonne santé dentaire.

Parents et enfants lors des repas


LES RÔLES DES PARENTS

Souvent associés au rôle de parent, viennent les inquiétudes et les remises en question, et ce,
dès la naissance…Lorsqu’il s’agit d’alimentation, les inquiétudes les plus fréquentes sont au
niveau de la quantité et de la diversité. Bébé mange-t-il assez ? Mange-t-il assez varié ? Que
faire pour le faire manger plus ? Comment puis-je le faire manger ses brocolis ? Il ne veut rien
savoir du saumon mais engouffre son yogourt, que faire ? La réponse est si simple et se trouve
au cœur même de la philosophie de la DME : vous offrez la qualité et bébé gère la quantité et
la diversité. Je suis bien consciente que c’est beaucoup plus simple en théorie et qu’en
pratique, cela demande de la part du parent un énorme lâcher prise.

Laissez bébé décider ! Si vous offrez des aliments adaptés à votre bébé, de grande qualité en
favorisant la variété, bébé peut très bien gérer ce qu’il ingère en fonction des ses besoins, de
son appétit et de ses goûts personnels!

18
Santé Canada, ibid. 1
49

Aux heures de repas, vous devrez donc :

 Offrir des aliments sains en quantité suffisante. Commencez par placer 1-2 morceau(x) de
chaque aliment et laissez bébé choisir, remplacez au besoin.

 Offrir des aliments appropriés de par leur dureté et leur taille.

 Offrir un peu d'eau. Cela facilite le transit intestinal et boire au verre, c'est aussi un
apprentissage nécessaire!

 Superviser pour les risques d’étouffement

 Passer délicatement un doigt dans la bouche de bébé à la fin du repas, histoire de vous
assurer qu'il n'a pas fait de réserves dans ses joues.

Et le plus agréable….

 Profiter de votre repas.

 Prendre des photos

 Discuter d’à quel point votre enfant est habile-merveilleux-spécial-extraordinaire-


enthousiaste…même si au fond, c’est simplement la nature à l’œuvre, vous pouvez vous
féliciter d’avoir mis au monde un être aussi spécial ; ça fait toujours du bien!

Attitude du parent

Pour une raison ou pour une autre, on adopte parfois des comportements qui peuvent nuire
aux plaisirs de la découverte. Il vaudra mieux éviter les démonstrations négatives telles que :

o Critiquer ses manières à table. o Le disputer s’il ne mange pas ou peu.


o Rire de lui s’il est très sale. o L’encourager à manger davantage.
o Rire de ses habiletés restreintes. o Lui faire du chantage pour qu’il mange.
o Se fâcher s’il joue avec sa nourriture. o Le récompenser avec des aliments s’il a
o Le priver d’aliments. bien mangé.
o Lui faire la morale.
50

À l’inverse, trop d’attention, de joie, d’applaudissements et d’encouragements rendent certains


bébés mal à l’aise pour une raison ou pour une autre. Il vaudra donc mieux adopter ce que
j’appellerais une neutralité joyeuse. Soyez fiers et enthousiastes, mais ne lui cassez pas les
oreilles et ne l’effrayez pas avec votre joie. Bref, mangez comme d’habitude en gardant un œil
sur lui. Oui, il vous offre tout un spectacle, mais il peut être intimidant pour lui de se faire
observer avec insistance !

FRUSTRATIONS CHEZ L’ENFANT

Certains enfants sont très sensibles à la frustration et très conscients de leurs habiletés
restreintes. On dirait qu’ils se fâchent parce qu’ils voudraient tant saisir des morceaux. Il
conviendra donc d’offrir des morceaux de taille appropriée aux habiletés de préhension, c’est
très important !

Souvenez-vous également que la pression, la fatigue et l’impression d’être pressés par le temps
sont les principaux facteurs de frustration chez l’enfant. Assurez-vous que bébé n’a pas faim
pour du lait, qu’il soit reposé et d’humeur agréable et qu’il dispose d’assez de temps pour
s’exercer à son rythme.

Pour les débutants, manger n’est pas la priorité…La priorité devrait rester la joie de la
découverte. Si l’heure du repas se transforme en bataille, vaudrait peut-être mieux modifier
l’horaire des repas ou tout simplement ajuster la fréquence des repas. La DME doit se faire
dans le respect des besoins de l’enfant ; autant son besoin de vivre des expériences positives
que ses besoins de sommeil ou de boire du lait.
51

Avant 6 mois, préparation


Vers 4 mois, la plupart des bébés s’éveillent à leur environnement et entrent dans une phase de
découverte du monde. Tous leurs sens sont sollicités et c’est un monde qui s’ouvre à eux.
Découvrir par la bouche deviendra une passion pour eux, ils exploreront leur monde
environnant à grands coups de langues et de gencives! Est-ce que cela veut dire que bébé a
besoin de manger? Non!

En effet, au cours de la première année, l’enfant apprendra pratiquement tout par imitation, il
est programmé pour cela! Pas surprenant qu’il manifeste de l’intérêt pour l’heure des repas et
la nourriture…vous avez l’air d’aimer ça et vous répétez cet acte plusieurs fois par jour. De plus,
c’est la seule occasion où vous pratiquez son activité favorite « mettre des choses dans la
bouche »…pas étonnant qu’il veuille participer. Entre vouloir imiter et avoir BESOIN de manger,
il y a une grande différence!

De plus, saviez-vous que bébé découvre la relation entre la nourriture solide et la satiété vers 7-
8 mois seulement…soit quelques semaines après le début de la DME (voir la section 7-8 mois).
L’argument de la faim pour des aliments est donc un piètre argument. Si votre bébé a faim
avant 6 mois, il a faim pour du lait. Il y a bien sûr quelques exceptions, mais de grâce, consultez
votre médecin avant de débuter l’alimentation précoce…

**Je vous invite à retourner lire ou relire la section « Pourquoi votre bébé de 4-5 mois n’est
pas prêt» au besoin.
52

PANIER DÉCOUVERTE

Les bébés de 4-5 mois savent se montrer insistants lorsqu’ils veulent découvrir les plaisirs de la
table. Il conviendra cependant de le faire patienter jusqu’à la maturité de son corps tant au
niveau digestif, au masticatoire et au niveau de la motricité. Une solution s’offre à vous : le
panier découverte. C’est un panier dans lequel je mets divers petits jouets de formes, textures
et tailles variées. Pour la majorité des bébés, ce sera une excellente façon de satisfaire leur
curiosité.

Il y a plusieurs avantages au panier découverte :

 Découverte des textures par la langue et la bouche...


 Stimulation orale dont les bébés raffolent.
 Développement de la motricité fine (pour mieux saisir les aliments par la suite).
 Développement de la coordination main-œil (pour mieux viser la bouche).
 Exploration de la bouche et du réflexe vomitif (si je mets la cuillère trop loin, ça me fait lever
le cœur)
 Désensibilisation de la bouche et habitude d’avoir des textures variées en contact avec la
bouche.
 Participation aux heures de repas et imitation des parents = satisfaction du désir d’imitation.
53

Quand utiliser le panier? Laisser le panier à portée de main dans la zone de jeu du bébé dès
qu’il peut saisir des objets vers 3-4 mois. Supervisez si vous y laissez des objets longs comme des
cuillères qui pourraient blesser le palais. Règle générale, un bébé de 3-4 mois ne peut pas et ne
veut s’asseoir. C’est pourquoi laisser bébé explorer avec sa bouche lorsqu’il est au sol pendant
de courtes périodes permet une introduction lente.

Par la suite, vers 5 mois, utilisez le panier « bonifié » en installant bébé dans sa chaise-haute dès
qu’il semble réclamer sa présence à table. Lorsque bébé commencera à démontrer un désir de
s’asseoir à table aux repas, installez-le dans sa chaise et laissez-le vous imiter…il mangera SON
« assiette (panier) » de jouets. Après tout, sait-il que la nourriture devrait goûter quelque chose
et devrait être avalée?

Contenu du panier : En fait, votre panier pourra être constitué d’une variété d’objets
sécuritaires en termes de taille et de forme que vous possédez à la maison. Certains décident
tout simplement d’acheter des aliments en plastique, ce qui peut également être une solution
simple et efficace…Ce sera d’ailleurs de l’argent bien investi puisque votre enfant jouera avec
ses faux-aliments bien au-delà de ses 6 mois.
54

Puis lorsque bébé s’installe à table, je vous conseille de lui offrir également :

 Bols et verres pour imiter les parents


 Cuillères en métal et en plastique de taille diverses
 Et la SURPRISE…une carotte bien froide, dure et très grosse pour que bébé ne puisse pas en
détacher un bout ou la casser. L’objectif et de lui permettre de goûter un peu sans qu’il ne
mange réellement.

S’ÉQUIPER POUR LA DME19

En fait, plusieurs puristes diraient que pour faire de la DME, vous n’avez besoin de rien. Dans
une certaine mesure, c’est vrai que bébé pourrait manger en couche, assis sur vos genoux, à
même votre assiette et apprendre à utiliser des ustensiles et des verres pour adultes dès le
début. Certaines familles choisiront de faire ainsi, et cette simplicité est une chose
merveilleuse! Par contre, si vous désirez faire quelques achats, voici mes recommandations.
Notez bien qu’aucun de ces items est NÉCESSAIRE à la DME, ils sont seulement FACILITANTS.

La chaise haute parfaite pour la DME est souvent la plus simple. Assurez-vous que bébé soit
assis bien droit. Certaines chaises relèvent davantage du fauteuil inclinable que de la chaise,
attention! Deuxièmement, c’est un plus si elle peut être collée à la table puisque bébé

19
Source des images de cette section : ikea.ca / amazon.ca / walmart.ca / snugglebugz.ca
55

apprendra beaucoup par imitation et le fait de manger face à face est grandement facilitant.
Finalement, pensez nettoyage. Une chaise haute en tissus et pleine de racoins où peuvent se
loger les aliments sera difficile à laver et vous causera bien des maux de tête. Personnellement,
j’aime beaucoup les sièges rehausseurs qui ont l’avantage de permettre à l’enfant de prendre
part aux repas à table assez tôt, de ne pas occuper de place puisqu’ils sont en permanence sur
une chaise et qu’ils se lavent facilement au lave-vaisselle (pour plus de détails, visitez le site
web).

La bavette par excellence est imperméable ou très absorbante, couvre une bonne partie des
vêtements de l’enfant, est difficile à détacher pour ce dernier, a des élastiques aux poignets et
elle a un petit réservoir à aliments au bas.
56

Les cuillères parfaites pour le débutant ont quelques caractéristiques :

 Le manche ne doit pas être trop long, cela facilite la manipulation


 Le bout de la cuillère doit entrer facilement dans la bouche, vaut mieux plus petit que plus
gros à mon avis.
 Le réservoir de la cuillère ne doit pas être trop profond ; bébé doit pouvoir accéder à toute la
nourriture.

Les fourchettes appropriées ont des dents ni trop plates ni trop pointues ; l’enfant doit pouvoir
piquer facilement sans toutefois risquer de se blesser.

Les bols et les assiettes ne seront pas nécessaires dans les premiers mois puisqu’ils
déconcentrent souvent bébé de sa tâche principale. En effet, jouer à lancer son bol et son
assiette est souvent aussi intéressant pour l’enfant que l’acte de manger… Quelques options
s’offrent donc à vous : utiliser la tablette de votre chaise haute, déposer les aliments
directement sur la table, utiliser des assiettes très lourdes que bébé ne pourra pas déplacer,
utiliser une assiette à ventouse (j’ai essayé plusieurs modèles et aucun ne me plaît). Ma solution
favorite après les aliments directement sur la table est les napperons en silicone qui collent à la
table.

20 21

20
Happy Mat de la marque Ezpz
57

Les gobelets ou les verres seront adaptés aux habiletés de votre enfant. De nombreuses
marques de gobelet et de verre existent. Santé Canada recommande de débuter avec une tasse
à double anses (voir la section Utilisation du verre). Si comme moi, vous n’avez pas la patience
de débuter à 6 mois à la tasse, d’autres options s’offrent à vous : gobelet simple sans valve,
gobelet anti-fuite et verre d’apprentissage. Je déconseille aux allaitantes les gobelets à tétine
molles puisqu’ils entraînent souvent une confusion (bébé mord le gobelet puis mord les seins).

Quant aux verres d’apprentissage, sachez que même si vous choisissez cette option, il n’existe
pas de modèle qui imite parfaitement les vrais mouvements nécessaire à l’action de boire.

Il vous faudra donc tout de même offrir des occasions à bébé d’apprendre à boire au « vrai »
verre ouvert. Vous pourrez débuter avec un verre pour enfant en plastique, une tasse à double
anse ou encore un verre de type « shooter » ou son équivalent en plastique. Ce type de verre a

21
Tiny Diner de la marque Summer Infant
58

l’avantage de contenir peu et d’être facile à manipuler pour les petites mains. Finalement,
mentionnons que boire à la paille est aussi une habileté à acquérir et que certains bébés
préfèreront boire à la paille dès le début.

6mois, premiers repas et adaptation


Ce qui fait la beauté de cette méthode, c’est aussi ce qui rend plusieurs parents anxieux…La
DME est un processus mené par l’enfant, ce qui exige un lâcher-prise important, chose
extrêmement difficile pour certains parents. Si l’enfant décide de ce qu’il mange, le parent
devra quant à lui, respecter les signes que lui envoie son enfant. Dans les faits, les tout-petits
n’ont pas toujours le goût de manger aux moments qui nous conviennent et ne mangent que
très rarement à la vitesse qui nous convient.
59

QUAND ET COMMENT ?

Bien entendu, LE moment DU premier repas est à la discrétion des parents (généralement un
matin ou un soir), je vous conseille de vous poser les questions suivantes avant de déterminer à
quel moment vous voulez introduire votre premier aliment. N’oubliez pas qu’un bébé calme et
reposé ainsi qu’un parent détendu et n’ayant pas de contrainte de temps sont des facteurs
gagnants.

 Votre enfant est-il vraiment prêt ou est-ce vous qui êtes trop impatient(e)?
 Voulez-vous que votre conjoint soit présent ?
 Voulez-vous que vos autres enfants soient présents ?
 À quel moment avez-vous le plus de temps pour laisser bébé explorer ?
 À quel moment de la journée êtes-vous le plus détendu(e) ?
 À quel moment de la journée bébé est-il le plus calme, réceptif et reposé ?

Par la suite, vous devrez déterminer si bébé mangera 1, 2 ou 3 repas par jour et s’il suivra
l’horaire des repas familiaux. Lors des débuts (6-7 mois), plupart des parents donnent de 1 à 2
repas par jour au moment où le reste de la famille se met à table. En fait, ce qui est le plus
simple, c’est d’observer bébé et de déterminer s’il est réceptif à manger lorsqu’on se met à
table. Bien souvent, les bébés de 6 mois font une sieste à l’heure du dîner et à l’heure du
souper, ce qui fait qu’ils manquent le repas familial. N’oubliez pas que jusqu’à 8 mois, les bébés
n’associent pas faim-nourriture et que le lait comble le 4/5 22 de leurs besoins donc nul besoin
de vous casser la tête… En revanche, si vous voulez lui offrir de la nourriture à l’extérieur de ces
heures ou encore planifier vos heures de repas autour de ses périodes de sieste, allez-y ! La
seule condition est de respecter l’humeur, l’appétit et d’éviter des frustrations à un bébé trop
fatigué ou ayant faim pour son lait. La seule condition est qu’un adulte soit présent pour lui
servir de modèle (bébé apprend par imitation) et pour le superviser.

22
Santé Canada, ibid 1
60

LE LAIT, AVANT OU APRÈS ?

Toutes sortes de recommandations circulent à ce sujet. Ma favorite est celle de l’OMS : «Il
appartient à la mère et à l’enfant de déterminer le moment [du boire et du repas]» 23 C’est donc
dire que la mère, à l’écoute des besoins de son bébé, détermine si elle donne le lait avant ou
après le repas. De toute façon, votre bébé vous démontrera ses préférences. Certains bébés
aiment boire une trentaine de minutes avant le repas, d’autres immédiatement après, certains
quelques minutes après et certains alternent. Il y a même des bébés qui réalisent lorsqu’ils sont
à table qu’ils auraient voulu du lait. Sortez votre bébé de table, donnez-lui son lait et réoffrez-lui
la possibilité de manger par la suite. N’ayez crainte, cette phase d’indécision ne durera pas
longtemps. Allez-y au rythme de votre enfant.

Il faudra simplement s’assurer de ne pas offrir des aliments à un bébé qui veut du lait car cette
situation est très frustrante pour lui. Pour cette raison, beaucoup de mamans offrent
systématiquement le lait avant un repas, histoire de déterminer ce que bébé veut. C’est
généralement par un 2-3 semaines d’essais et erreurs qu’on réussit à trouver la formule
gagnante. De plus, dans les débuts, offrir le lait avant aurait l’avantage de faciliter l’expulsion
des aliments lors d’un réflexe vomitif, par un régurgit de lait qui vient nettoyer la bouche en
cas de faux-pas.

COMBIEN DE TEMPS ALLOUER AU REPAS ?

La réponse simple serait : Aussi longtemps que bébé le désire !

Or, toutes les familles ont des contraintes de temps et beaucoup de bébés mangeraient toute la
journée alors qu’une petite proportion mangerait en 2 minutes ! Si vous avez le temps et la
patience, laissez manger bébé aussi longtemps qu’il le veut en lui ajoutant de la nourriture
jusqu’à ce qu’il vous démontre qu’il n’a plus faim (voir section appétit pour les signaux de

23
Santé Canada, ibid 1
61

satiété), c’est la meilleure façon d’être à l’écoute de ses besoins. Profitez-en pour manger plus
lentement ou encore faire votre vaisselle, sortir vos autres enfants de table, passer un coup de
balai…tout en gardant un œil sur bébé bien sûr. Les bébés rapidos quant à eux apprécieront la
plupart du temps un moment de jeux avec des cuillères, des verres et des bols à la fin du
repas…ce qui vous permettra de prendre vos dernières bouchées. N’oubliez pas qu’il est
judicieux d’éviter d’associer heure du repas avec frustrations donc suivez les «consignes» que
vous donne votre mini-chef, c’est lui qui décide (pour l’instant !!!)

PREMIERS ALIMENTS

En ce qui a trait au tout premier aliment qui entrera en contact avec les papilles gustatives de
votre progéniture, la décision vous appartient ! Ce peut être presque n'importe quoi. Règle
générale, les gens préfèrent débuter par un seul aliment facile à mâcher. Voici les plus
populaires :

Fruits : bananes, poire mûre pelée et entière, pêche mûre pelée et entière, quartier d’orange,
melons bien mûrs

Légumes : carotte bien cuites, patates douces en rondelles, brocoli, zucchinis (courgettes) cuits
et fondants, chou-fleur cuit, tomate entière pelée.

Viandes et substituts : poisson (filet), œufs brouillés

Produits céréaliers : rôties

Les premiers temps, leurs petites mains ne sont pas habiles, c’est donc plus facile pour eux si
vous leur fournissez des aliments appropriés. Les aliments devraient être relativement mous
mais pas trop. En mordant fort avec vos lèvres, ça devrait s’écraser…mais ne pas se réduire en
purée lorsque bébé le saisit) et dans un format approprié (gros cubes ou forme de doigt).
Souvenez-vous que bébé prend avec son poing et mâche principalement avec sa langue.
62

QUELQUES IDÉES D’ALIMENTS :

 Banane dont on a enlevé la moitié supérieure de la pelure. Garder la moitié inférieure car ça
sert de poignée, sinon les bananes sont glissantes et difficiles à attraper

 Bâtonnets de carottes cuites

 Rondelles de patates douces cuites

 Avocats (juste écrasés à la fourchette) avec soupçon d’ail (soit dit en passant, il est prouvé
que les bébés adorent l’ail) ou encore quartier d'avocat avec la pelure si cela vous semble
sécuritaire (la pelure est parfois cassante)

 Morceau d’ananas bien mûrs et juteux (cube de 5 cm x 5 cm)

 Morceau de melons (cube de 5 cm x 5 cm) ou tranche avec la pelure (n’oubliez pas de laver la
pelure)

 Patates (pommes de terre) en purée grossière ou en morceaux.

 Pêche ou abricots entiers et pelés (surveillez lorsqu’ils arrivent près du noyau, c’est le temps
d’enlever le fruit!)

 Pommes cuites (mettre en quartier au micro-ondes 2 minutes et écraser à la fourchette pour


avoir des morceaux mous) ou pomme ENTIÈRE et pelée (attention, les quartiers de pommes
se cassent souvent en bouche et sont difficiles à mâcher…alors que la pomme entière peut
être grugée)

 Hummus/tartinades sur des galettes de riz

 Bâtonnets de tofu grillé

Vous verrez, c’est stressant les premières fois parce qu’on a peur que bébé s’étouffe et à
chaque bouchée trop grosse on s’inquiète et on a le goût de tout lui enlever de la bouche, mais
ça s’améliore et on apprend à faire confiance à bébé. Le plus difficile c’est de rester calme et
63

de ne pas avoir l’air effrayé(e) toutes les fois qu’ils toussent un peu ou qu’ils se lèvent le cœur ;
il ne faut pas leur faire peur non plus. Ils sont si talentueux et sont vraiment « programmés »
pour manger, c’est fascinant! Je vous le dis, c’est un vrai spectacle à chaque repas.

QUELLE QUANTITÉ OFFRIR ?

Afin d’éviter le gaspillage et la surstimulation visuelle (qui rend certains bébés réticents), offrez
de petites quantités et quelques choix (2-4) d’aliments. Gardez le reste de la portion près de
vous afin de pouvoir remplacer les aliments qui seront ingérés. Il est important d’offrir plusieurs
choix afin que bébé puisse choisir ce dont il a besoin/envie sans toutefois être embêté par trop
d’options.

Offrir un peu moins d’aliments à la fois lui apprend également à associer faim avec aliments
(vers 8 mois il fera le lien) et il en viendra à vous demander plus d’aliments. Questionner bébé
en lui demandant «encore ?» et en lui montrant l’aliment avant de le déposer devant lui est
aussi une façon de stimuler son langage. Il ne vous répondra pas verbalement, c’est certain,
mais bien vite, il comprendra et vous démontrera son enthousiasme.

Certains bébés comprennent très rapidement que taper des mains sur la table, émettre des
sons, claquer la langue ou tirer sur leur bavette amène la nourriture. Ce n’est pas le temps
d’apprendre à votre petit les bonnes manières, il est justement : trop petit…Vous aurez le temps
plus tard lorsque son langage se développera ! Au contraire, encouragez-le à communiquer avec
vous, il fait preuve d’une grande intelligence…Imaginez, il sait comment vous dire qu’il veut
manger et vous le comprenez, quelle ingéniosité !

ENSEIGNER À MON ENFANT À MANGER

J’entends souvent : « Qu’est-ce que je peux faire pour enseigner à mon enfant à manger? » Ou
encore « Mon bébé ne prend pas la nourriture, qu’est-ce que je fais? »
64

La réponse est simple et réside en la philosophie même du Baby-Led Weaning…Lorsque l’enfant


sera prêt, il va commencer à manger lui-même et faire ses expériences seul. Cette méthode
est vraiment une méthode SANS INTERVENTION. Donc la réponse à ces questions est :
Attendez, soyez patients! Je sais que c’est difficile, mais votre bébé voudra manger un jour.

 Vous pouvez lui offrir des aliments variés et colorés de formes adaptées à sa préhension et
de différentes textures. S’il ne veut pas mettre le brocoli dans sa bouche, peut-être que les
carottes, le fromage ou les bananes piqueront sa curiosité.
 L’aider à développer sa coordination main-œil et sa force de préhension par des jeux
développant la motricité fine.
 À mon avis, ce qui fait le plus de différence et c’est d’ailleurs le conseil que je donne le plus
souvent : manger en même temps que lui en vous assoyant FACE à lui…Attention, pas en
diagonale….face à face comme si vous étiez en tête à tête… et il voudra probablement vous
imiter.

Bien que ce soit une méthode simple et naturelle, c’est aussi une méthode qui demande de la
patience. Certains bébé se montreront plus réticents et peu aventureux, observeront et
tâteront longtemps avant de tenter l’expérience alors que d’autres plongeront à deux mains et
engloutiront tout sur leur passage sans jamais s’arrêter. Bref, c’est aussi une question de
personnalité de l’enfant et presque tous les enfants finiront par mettre des aliments dans leur
bouche et devenir des mangeurs enthousiastes…Certains après 2 minutes de DME, d’autres
après 1 mois!
65

6-7 mois : découverte


PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DU BÉBÉ DE 6-7 MOIS
 Préhension sous forme de poignée avec le poing complet
 Mastication rudimentaire et de façon verticale en écrasant les aliments au palais avec la
langue.
 Capacité de téter les aliments
 Gruge facilement avec ses dents ou ses gencives
 C’est plus facile pour lui lorsque c’est mou, sous formes de grosses bouchées
 Débute son processus d’apprentissage et peut avoir besoin de 1-2-3 semaines avant de
comprendre et ainsi réellement avaler. Au début, bébé mange peu…pendant cette période,
le lait comble presque tout ses besoins !
 Bébé est dans sa phase exploratoire, il mangera mieux s’il est détendu, calme et reposé.
 Facilement sur stimulé : Offrir 1-2 aliments à la fois et remplacer au besoin.
 Apprend beaucoup par imitation : mangez en famille et mâchez avec bébé, il va vous imiter.
 Premières « superbes » couches remplies d’aliments : c’est normal et c’est le temps de vous
réjouir : bébé a compris comment manger!
 Constipation fréquente dans les débuts (voir section dédiée au sujet)

Quelques idées d’aliments :

Les premiers aliments à offrir à votre bébé devraient être riches en fer. Pourquoi ? Parce que le
fer joue plusieurs rôles importants dans son développement. On trouve du fer dans: • les
céréales enrichies de fer pour bébés • la viande et la volaille • le poisson • le tofu • les
légumineuses • les œufs.

 Pommes entières et pelées, pêches, poires, gruau, yogourt épais, ananas très mûr, galettes
de riz, toast melba, popsicle (sucettes glacées), boulettes, galettes, omelettes, plats en sauce,
lanières de bœuf cuisson saignante à téter…
66

QUELQUES FAÇONS DE SERVIR LES ALIMENTS

 Mieux vaut servir les aliments plus gros que plus petits, bébé en détachera lui-même un
morceau de taille appropriée.
 Vous pourrez tester la dureté avec les lèvres, si ça s’écrase bien, c’est parfait!
 Chercher des façons de servir les aliments qui s’adaptent aux habiletés
o Généralement sans pelure lorsqu’elle est mince (pommes, pêches, poires, tomates) et
avec pelure lorsqu’elle est assez dure et plus difficile à manger (orange, avocat,
concombre)
o En gros morceaux, tranches, bâtonnets ou râpés lorsque trop durs
o Râper les aliments difficiles (pommes, carottes, céleri, oignon)
o Servez les aliments secs en sauce (œufs+ mayo, poulet + yogourt…)
o Épaississez les aliments difficiles
o Galettes, boulettes, omelettes sont gagnants !
 Attention à ne pas sur cuire les viandes, elles perdent en jus (où se trouve le fer) et surtout
en tendreté!
 Il vous faudra savoir quand offrir autre chose : tartinades, pâtes, fruits, légumes vapeur…
67

M ANGE-T-IL VRAIMENT ?

Au début, beaucoup de bébés ont tendance à recracher tout ce qu’ils mettent dans leur bouche.
Pour une raison ou pour une autre, certains bébés portent les aliments à leur bouche, les
mâchouillent pour les recracher sans les avaler. Il faut leur laisser du temps et ils comprendront
assez vite comment faire, généralement en seulement en une dizaine de repas ou de 2 à 3
semaines. Notez que bébé doit apprendre à mâcher avant d’accepter d’avaler. Apprendre à bien
écraser les aliments avec la langue est un apprentissage court pour certains et long pour
d’autres.

Bien souvent, on croit que bébé ne réussit pas à manger, mais il est très difficile de calculer ou
d’observer combien il mange. En fait, la meilleure façon de savoir ce qui entre c’est de regarder
ce qui sort. La couche de votre bébé est votre meilleur baromètre. La première fois que vous y
trouverez des petits morceaux d’aliments, vous saurez que bébé a enfin compris comment
manger, quelle joie ! Au fil des semaines, les selles changeront lentement de consistance, de
forme, de couleur, d’odeur et parfois même de texture. Si votre enfant n’est pas inconfortable
et que le tout vous semble raisonnable, ne vous inquiétez pas. Son système digestif s’adapte
lentement. Trouver des petits et parfois des gros morceaux non digérés est aussi normal, son
système digestif et sa mâchoire s’adaptent.

M AIS BÉBÉ N'A PAS DE DENTS!

On a tendance à penser que les bébés ne peuvent pas manger les mêmes coupes de viande que
nous s'ils n'ont pas de dents. Pourtant, leurs gencives sont puissantes et presque aussi
puissantes que les dents. La clé du succès c'est d'offrir aux débutants de larges morceaux qu'ils
pourront prendre facilement, sucer, téter et mâchouiller. Offrez des coupes et des cuissons de
viandes tendres qui se défont relativement bien. Règle générale, si vous pouvez en couper un
morceau à la fourchette, bébé pourra aussi en déchiqueter une partie avec ses gencives. Les
viandes cuites lentement au four ou à la mijoteuse sont souvent les plus faciles à gérer pour les
débutants.
68

Bien souvent, pour venir à bout d'un morceau de viande, il le mâchouille, le recrache, le
reprend, en détache une partie, le ramolli, le remâche et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il n'en reste
plus. Si bébé ne fait que mâchouiller le morceau et en téter le jus, pas de problème, c'est même
génial puisqu'il en extrait ainsi le jus (le sang) qui est ultra riche en fer. C'est d'ailleurs pourquoi
je recommande de donner la viande relativement saignante à bébé.

Les bébés très débutants 6-7 mois auront parfois de la difficulté à gérer des morceaux de viande
surtout s’ils doivent mâcher. Lors de la première phase masticatoire (voir section habiletés de
mastication), les bébés n’ont pas acquis le réflexe de mâcher avec les gencives, ils mâchent
plutôt en portant la langue au palais. C’est pourquoi un morceau de viande plus coriace sera
inapproprié pour un débutant. Comme toujours, il est primordial de suivre le rythme de votre
enfant et d'y aller avec beaucoup d'humilité. Vous seuls pouvez savoir ce dont bébé est capable!
Règle général, ce n’est que lorsqu’ils auront acquis la capacité de bien mâcher avec leurs
gencives de côté (vers 8 mois) qu’ils seront le plus efficace pour gérer la viande.

REFUS D’UN ALIMENT ET STRATÉGIES

Il arrivera certainement que votre bébé refuse un aliment. Généralement, ce sera soit parce que
cet aliment le rend inconfortable ou parce qu’il n’aime pas le goût. Peu importe la raison du
refus, il conviendra de laisser bébé en contrôle de son alimentation. S’il refuse, retirez l’aliment
et réessayez plus tard (à moins de suspecter une allergie).

 Évitez les frustrations (fatigue, faim pour du lait, pas assez de temps, regards insistants)
 Patience, respecter son rythme et son appétit (Essayez de déterminer à quel moment de la
journée est son pic d’appétit ?)
 Les aliments sont-ils faciles à attraper ?
 Offrez des aliments variés, colorés, attrayants de formes textures et températures diverses
 Est-il sensible au chaud, froid ?
 Est-il allergique ?
69

7-8 mois : expérimentation et appétit


PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DU BÉBÉ DE 7-8 MOIS
 Préhension avec plusieurs doigts, ouvre la main pour découvrir le contenu, lèche ses doigts,
est capable de saisir une cuillère
 Mastication Découvrent lentement comment utiliser leurs gencives en mettant davantage
les aliments sur les côtés.
 Dureté : variable, écrasable au doigt ou à la fourchette
 Découverte de l’appétit vers 8 mois
 6-9 mois : 2-3 repas et 1 collation = solides pour 1/5 de l’alimentation
 Alimentation davantage de type familiale tout en adaptant…
 Offrez régulièrement des occasions de manipuler la cuillère et le verre.

Quelques idées d’aliments :


 pâtes alimentaire, concombres en quarts, kiwis, poires mûres, fraises, fromage, viandes
tendres, galettes ou muffins, quiches, tomates, riz collant, courges, tofu, maïs en épi…
70

REPAS FAMILIAUX OU AUTRE CHOSE?

Au fil du temps, lorsque votre bébé deviendra plus compétent, et très rapidement, vous
pourrez commencer à offrir des éléments du repas familial à votre petit mangeur. En fait, dès
les premiers repas, certains aliments seront parfaits pour le petit débutant, mais plus le temps
avancera, plus il vous sera facile de servir la même chose pour tous. Il conviendra cependant de
toujours vous poser les questions suivantes :

 Est-ce approprié et sécuritaire pour mon enfant en terme de taille et de texture?


 Est-ce approprié au niveau nutritionnel?

J’entends souvent : « La DME c’est génial, bébé mange exactement comme nous…». C’est faux,
la DME est géniale parce que bébé mange des morceaux d’aliments sains appropriés tirés de
notre alimentation familiale. La DME n’est pas une excuse pour donner n’importe quoi aux
bébés! Au contraire, elle devrait être l’occasion pour les parents d’acquérir de meilleures
habitudes alimentaires et de cuisiner des repas familiaux encore plus sains!

Ceci étant dit, il arrive dans tous les foyers des repas de temps à autres où la qualité
nutritionnelle n’est pas exceptionnelle, et c’est normal. Vous devrez alors choisir ce que vous
faites. 2 options s’offrent à vous :

1- Si votre bébé est jeune, ne réclame pas de repas et que vous avez l’impression que son lait le
satisfera amplement, vous pourrez lui faire sauter ce repas.

2- Sinon, servez autre chose à bébé comme: une rôtie, une tartinade (hummus, compote,
avocats, tartinade de tofu…) sur des galettes de riz ou un craquelin, un œuf brouillé, des
légumes bouillis, une galette de légumes, une crêpe repas, des fruits…

L'apport calorique quotidien par les solides ne représente que de 1/5 de son alimentation
jusqu'à 9 mois et de 1/2 jusqu'à 1 an. Si votre petit débutant "saute" un repas ou mange moins
71

équilibré, pas de soucis, il se reprendra avec son lait qui doit d’ailleurs rester l’aliment
prioritaire. Généralement, lors de la phase de découverte (6-7-8 mois), il apprivoise les formes,
les textures, les saveurs et son appétit est très variable en fonction de son humeur ou de sa
fatigue.

Finalement, n’oubliez pas que l’on doit analyser l’apport nutritionnel de notre petit en terme de
journées et de semaine et non en terme de repas. Si un repas vous semble moins équilibré,
rattrapez-vous aux repas suivants!

COMMENT SERVIR LES ALIMENTS LISSES OU COULANTS

On me demande souvent : « Et que faire avec le yogourt, les compotes ou la soupe? » Comme
bien des questions en DME, il existe deux mentalités :

– Certaines disent de retarder l’introduction des aliments lisses jusqu’à ce que bébé mâche bien
et qu’il ne confonde pas la mastication et l’aspiration généralement après environ 1 mois de
DME. L’idée derrière ça c’est qu’il y aurait peut-être un risque accru d’étouffement si bébé
tentait d’aspirer des morceaux comme il le fait pour les aliments lisses.

– Certaines, comme les auteures du livre Baby Led Weaning affirment que ces aliments se
retrouvent en tout temps dans notre alimentation et qu’ils devraient donc être offerts dès le
début. Il conviendra cependant de donner la chance à votre petit d’expérimenter SEUL et non
de le faire manger. Attention, c’est LUI qui mange et non vous qui le nourrissez!

Pour ma part, je suis un peu à mi-chemin entre les deux philosophies. Je crois qu’il y a peut-être
effectivement un risque de confusion lié à l’aspiration de ces aliments lisses, mais que cette
confusion arrive lorsque les parents tentent de manier la cuillère. En général, il n’y a pas trop
de risque de confusion pour l’enfant qui dans les premiers temps (vers 6 mois) ne sera pas
vraiment capable de manier la cuillère et de l’amener pleine à sa bouche. Puis lentement,
lorsqu’il aura acquis une bonne dextérité, il sera capable de l’amener à sa bouche. Vous le
72

verrez même mâcher la cuillère. Donc oui, je suis en faveur de laisser l’enfant expérimenter
avec les textures lisses dès 6 mois. Par contre, je crois que vos chances de succès sont plus
grandes vers 7 mois lorsque bébé a acquis une meilleure dextérité.

Ce qui est dangereux, c’est si l'enfant ne porte pas les aliments lisses à sa bouche seul. C’est
pourquoi, je le répète, il est primordial que ce soit l’enfant qui gère les aliments lisses seuls.
Encore une fois, il importe de suivre les habiletés de bébé, c'est LUI qui mène la diversification!
Les habiletés du débutant sont restreintes en matière de maniement de la cuillère, c'est
pourquoi il conviendra d'explorer d'autres façons de faire.

Vous pouvez mettre les aliments sur sa tablette et le laisser les gérer seul. Par contre, cela fait
beaucoup de dégâts et c’est pour cette raison que je vous suggère des alternatives. Vous pouvez
offrir les aliments lisses de plusieurs façons :

 S’il s’agit d’une soupe et que bébé en a les habiletés, servez lui seulement les morceaux.

 S’il s’agit d’un potage, écrasez une patate (cuite) dans la portion de bébé qui pourra ainsi la
prendre avec ses doigts.

 S’il s’agit d’une compote ou d’un smoothie maison, faites-les plus épais ou écrasez une
banane, des fraises ou un avocat dans la portion de bébé.

 S’il s’agit d’un yogourt, choisissez-le à haute teneur en gras. Ce sont de bons gras pour bébé
et ça se manipule mieux car c’est plus épais.

Voici d’autres alternatives :

 Épaississez avec des céréales pour bébé.

 Ajoutez des céréales (style Nutrios ou Cheerios) que vous laissez ramollir.

 Mélangez des fruits (pommes) ou des légumes (carottes, concombre, zucchinis) râpés.

 Servez sur des galettes de riz.

 Mélangez- à un gruau et diminuez la quantité d’eau.


73

Finalement, lorsque bébé est apte à le faire : on peut lui servir sur des cuillères pré-remplies
qu’il portera lui-même à sa bouche (vous trouverez un vidéo sur
www.bebemangeseul.com/videos).

Il serait aussi une bonne idées de lui permettre de prendre ces aliments au verre. Attention, vos
potages, smoothies ou compotes ne doivent pas contenir de grumeaux ou de morceaux.
puisque c’est trop difficile pour eux de gérer la différence entre les textures lorsqu’ils boivent.
N’oubliez pas qu’ils doivent être suffisamment épais pour ne pas couler trop vite et
suffisamment tièdes pour ne pas brûler.

L’APPÉTIT DE BÉBÉ

Votre tout petit, tout comme vous a un appétit très variable. Les premières semaines (voir le
premier mois dans certains cas) sont différentes car elles constituent pour bébé une véritable
introduction à la nourriture. Passé ces premières semaines, vous découvrirez que l’appétit de
bébé varie beaucoup d’une journée à l’autre. Alors qu’il se goinfrera une journée, il semblera
bouder la nourriture quelques jours plus tard. Ne vous inquiétez pas, offrez-lui du lait, il
compensera selon ses besoins. Votre enfant a son propre rythme que vous devrez respecter.
Selon un sondage fait sur www.bebemangeseul.com, les bébés semblent préférer le déjeuner et
le souper. En fait, vous pourrez observer à quel moment se trouve le pic d’appétit de votre petit,
il est unique…allez-y selon ses besoins. De nombreux facteurs influencent l’appétit.
Mentionnons entres autres : la fatigue, l’humeur générale, le rhume, l’inconfort, les maux de
dents, la fièvre, les maux de gorge.

N’oubliez pas de tenir compte de ces facteurs lorsque vous choisirez le moment des repas,
surtout chez les débutants (6-8 mois). Santé Canada recommande de 2 à 3 repas par jour de 6 à
8 mois. Cependant, lorsque je regarde mes statistiques, c’est plutôt 1 à 2 repas lors du premier
mois et 2 à 3 vers 7-9 mois et 3 repas à partir de 9 mois. Gardez toujours en tête que vous seuls
pouvez savoir ce qui conviendra le mieux à votre enfant!
74

Le débutant de 6-7 mois ne mange pas pour satisfaire sa faim. Il mange d’abord et avant tout
parce qu’il veut vous imiter, par curiosité et par plaisir de découvrir des goûts et textures. Il est
donc très important que bébé n’ait pas faim et qu’il soit en forme aux heures de repas afin qu’il
associe ce moment à quelque chose d’agréable. La fatigue et la faim, suivies d’habiletés
rudimentaires sont les principales sources de frustrations chez le bébé. Cette phase de
découverte initiale ne dure que quelques semaines chez certains bébés et va parfois jusqu’à 2
mois chez d’autres.

Ce n’est que vers 8 mois «qu’il découvrira l’association faim-nourriture»24. Lorsque bébé aura
compris qu’il peut manger pour combler sa faim, il commencera à vous démontrer des signes de
faim : irritabilité, chignage, pleurs, s’approcher de sa chaise, s’accrocher à vous, se mettre les
mains dans la bouche sont de bons indicateurs que vous devez le mettre à table.

Beaucoup de parents s’inquiètent du fait que bébé mange peu à certains repas. C’est vrai que
persuader un bébé de manger alors qu’il s’alimente seul s’avère presque impossible. Et dans les
faits, c’est une bien mauvaise idée (voir section À chacun son rôle). Il faut garder en tête que
l’apport calorique par les aliments est faible au début. De plus, si vous faites le bilan sur une
semaine, vous constaterez probablement qu’au final, son alimentation est saine, variée et
équilibrée. C’est difficile au début, mais il faut lui faire confiance, il sait ce dont il a besoin.

Dans le même ordre d’idée, il faut aussi surveiller les signes qui nous indiquent que bébé n’a
plus faim :

 Se frotte les yeux ou les oreilles


 Se met les mains dans la bouche
 Joue avec sa nourriture

24
RAPLEY Gill et MURKETT Tracy (2008) Baby-Led weaning
75

 Fait l’essuie-glace avec ses mains sur sa table


 Jette ses morceaux par terre
 Les porte à sa bouche et les recrache immédiatement
 Tape sur la table
 Crie son mécontentement

Comme vous pouvez le voir, les signaux annonçant la fin du repas sont variés et ils peuvent aussi
être causés par d’autres raisons que la satiété…Bref, vous devrez bien observer votre enfant et il
vous démontrera à sa façon lorsqu’il aura terminé, encore une fois, chaque enfant est différent!

Bien souvent, on croit d’abord qu’il faut cesser de lui offrir à manger. Et si c’était parce que
bébé ne voulait plus de cet aliment-là en particulier? Il vaut donc mieux essayer de lui offrir
autre chose pour déterminer s’il n’a vraiment plus faim. Généralement, lorsque bébé refuse
quelques aliments de suite, c’est qu’il aura terminé.

Lorsque vous saurez qu’il a terminé, deux options s’offriront à vous : le sortir de table ou
encore lui offrir quelque chose pour se divertir. Je vous conseille de lui donner une cuillère, un
bol, un verre incassable et de le laisser vous imiter. Ce petit jeu d’imitation est aussi une
excellente idée pour un bébé qui veut s’asseoir à table et qui n’est pas encore prêt à débuter.
Ce peut être e une excellente manière de le faire patienter encore un peu jusqu’à ce que vous
jugiez qu’il est réellement prêt (voir section prêt pas prêt)
76

8-9 mois : agilité et enthousiasme


PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DU BÉBÉ DE 8-9 MOIS
 Préhension : maîtrise de la pince, habileté la plus avancée
 Mastication : peut bouger de petits aliments avec sa langue et sait mieux diriger les aliments
dans sa bouche. Mâche mieux et de plus en plus efficacement
 Dureté : variable selon le nombre de dents et selon les enfants. Écrasable d’un coup de dent
rapide (adulte), pas trop dur…

Quelques idées d’aliments :


 raisins, framboises, cantaloup, ananas, bleuets, asperges, légumineuses bien cuites, fruits
mous et légumes cuits en dés, pommes molles, pois, grains de maïs, tortillas, légumes râpés

** Pour ce qui est des petits aliments ronds comme les tomates cerise ou les raisins, il
conviendra de prendre une décision quant à leur forme (coupés en 2, en 4 ou entiers, sur la
longueur ou la largeur) en fonction de votre niveau d’inquiétude, des recommandations
gouvernementales d’usage chez vous et des habiletés de votre enfant. Chaque famille et chaque
situation est unique!
77

BÉBÉ S’EN MET PLEIN LA BOUCHE?

Vers 8-9 mois, plusieurs bébés ayant de bonnes habiletés de préhension se montrent très
enthousiastes…Parfois trop enthousiastes et ils ont la fâcheuse habitude de se remplir la bouche
et oublient ainsi d’avaler entre les bouchées et recrachent ou tentent de tout avaler du même
coup. Cette situation rend la plupart des parents très inconfortables puisqu’ils y voient là un
risque d’étouffement accru, et avec raison. Que faire alors?

Lorsque bébé atteint une certaine rapidité d’exécution (vers 9 mois), cela est généralement le
signe que vous pouvez introduire de plus petits morceaux de taille similaire à ceux que vous
mangez en tant qu’adulte lorsque vous prenez une bouchée avec vos ustensiles

«Oui mais, la DME ce n’est pas donner de petits morceaux, ce sont des gros morceaux qu’on
doit donner ». Pas tout à fait, la DME n’est pas une question de taille de morceaux. La DME est
une façon d’apprendre à manger. Au final, le but ultime est que l’enfant de 2 ans sache mâcher
de aliments de texture variées, manger avec une fourchette dans une assiette, boire au verre,
mange des quantités raisonnable de nourriture, contrôle son appétit et soit enthousiaste. Votre
petit serait-il en train de vous démontrer qu’il est prêt à tenter l’expérience de la fourchette?
(voir section Ustensiles)

* Un enfant de 6 mois qui se remplit la bouche nécessite un autre type d’intervention. Vous
devrez vous assurer qu’il est assis bien droit et faire confiance à son réflexe vomitif. Assurez vous
également qu’il se concentre sur ce qu’il fait afin qu’il n’oublie pas d’avaler. Vous pouvez aussi
vous asseoir devant lui en lui démontrant la technique suivante : petites bouchées-mâche-avale-
pause.*
78

9-12 mois : Rapidité et efficacité.


PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DU BÉBÉ DE 9-12 MOIS

Généralement, l’horaire des 9-12 mois est plus stable et leurs périodes d’éveil-sommeil
s’articulent bien avec les périodes de repas plus traditionnelles, c’est pourquoi la plupart des
bébés de cet âge consomment un bon 2 à 3 repas familiaux par jour. Le lait comptant pour
environ la ½ de leur apport calorique.

 Introduire 2 à 3 collations au besoin.


 12-24 mois : solides doivent combler le 2/3 de l’alimentation
 Conserver le lait comme un élément important de l’alimentation
 Offrir des occasions de manipuler le verre.
 Introduire la cuillère que bébé manipule seul, capacité à la remplir seul.
 Introduire la fourchette avec des aliments que le parent pique.
 Généralement une grosse poussée de croissance qui fait en sorte que les bébés mangent de
grandes quantités d’aliments.
 Recrudescence des dégâts : bébé adore lancer sa nourriture.

Quelques idées d’aliments :

Vers 12 mois, la plupart des aliments pourront être introduits à l’exception de ceux qui sont très
durs et qui demandent des molaires. En effet, les molaires servent à broyer les aliments durs
tels : noix, carottes crues, chou-fleur cru, fruits séchés, etc. Ce n’est que vers 18-24 mois à l’âge
où les molaires poussent et souvent plus tard vers 2-3 ans que vous pourrez graduellement
introduire les aliments très durs à casser lorsque votre enfant vous démontrera qu’il est prêt.
79

GRÈVE DE LA FAIM APRÈS 9 MOIS

Il arrive relativement souvent que les bébés aient une ou des périodes où la nourriture les
intéresse moins. C’est une grande source d’inquiétude pour beaucoup de parents. Les raisons
peuvent être multiples, voici quelques pistes de réflexion-solution pour vous :

 Bébé perce-t-il des dents? Les poussées dentaires rendent la mastication très douloureuse et
certains bébés cessent de manger lors de grosses poussées dentaires. Offrez des textures
lisses, des aliments faciles à mâcher. Déterminez si bébé apprécie le froid sur ses gencives ou
s’il préfère des aliments tièdes. Les compotes, les smoothies et les potages seront appréciés

 A-t-il été nourri à la cuillère par quelqu’un? Rassurez-vous, ce n’est pas un drame à ce stade
dans la DME. Votre bébé a suffisamment d’expérience pour faire la part des choses. Le seul
hic c’est que certains bébés deviennent plus paresseux lorsqu’ils ont compris qu’ils pouvaient
avoir les aliments aussi facilement. Ré-offrez lui des aliments facile l’espace d’un repas ou
deux, il reviendra à ses bonnes habitudes.

 Votre enfant vit-il un stress? Le stress coupe l’appétit des petits et grands…
80

 Votre enfant a-t-il débuté la garderie? Lorsqu’un bébé débute la garderie, il découvre les
joies d’être un mangeur social (regarder d’autres personnes manger ouvre l’appétit parait-il).
En effet, la plupart des bébés qu’on laisse manger seuls en garderie consomment une grande
quantité d’aliments à la garderie et boude leur assiette au souper. Fatigue? Joie intense de
retrouver ses parents? Faim coupée par une trop grosse collation de fin d’après-midi? Stress
de la frénésie du retour à la maison? Enfant de type «serpent» qui consomme un seul gros
repas par jour et collationne aux autres repas? Ce peut être un peu de tout cela.

 Votre enfant est-il en réaction au retour à la maison après une journée sans vous? ’ai lu
quelque part (source introuvable, mais je crois que c’est Dr. Chicoine dans Le bébé et l’eau
du bain) que l’enfant aurait besoin d’au moins 1 heure de contact intime avec son parent au
retour à la maison avant de pouvoir être en mesure de pouvoir coopérer vis-à-vis des
demandes de son parent…C’est le genre d’information qui peut devenir une piste de
réflexion.

 La fièvre, le rhume, la toux ou les maux de gorge se sont invités chez vous? Une personne
malade (adulte ou enfant) connaît une diminution d’appétit. Sans compter que mâcher le nez
bouché c’est un défi de plus puisque bébé doit coordonner respiration et mastication.
N’oublions pas que la plupart des infections rendent la déglutition douloureuse.

Manger DME à l’extérieur de la maison


DME ET GARDERIE ?

On me demande souvent si la DME est possible en milieu de garde (Garderie, CPE, milieu
familial, crèche, assistante maternelle, nounou…peu importe son titre). Je suis d’avis que oui à
quelques conditions:
81

 L’éducatrice qui prend en charge votre enfant doit accepter la méthode, être bien renseignée
et faire confiance aux habiletés de l’enfant.
 Le parent doit bien vulgariser ce qu’est la DME : donner assez de détails, bien expliquer la
méthode et les façons de servir les aliments… sans toutefois faire peur à l’éducatrice en ne
parlant que de réflexe vomitif (il n’y a pas que ça à la DME…)

Le parent doit accepter de lâcher prise et comprendre que bébé ne sera pas nourri exactement
comme à la maison…souvent la taille des morceaux variera, mais la plupart des bébés s’y
adapteront facilement.

Personne n’aime se faire imposer des façons de faire et de la lecture! Je vous suggère donc de
discuter DME avec l’éducatrice puis de lui demander si elle aimerait lire sur le sujet. Un
document à cet effet est disponible sur le site web de Bébé mange seul.

Notez qu’au-delà de 12 mois, la majorité des enfants canadiens mangent des morceaux.
Souvent, vous pourrez simplement dire cela à l’éducatrice ; bébé mange des morceaux. Certains
parents choisissent aussi de dire que bébé a refusé toutes les purées qu’on lui a offerte et qu’ils
ont dû se tourner vers une autre solution.

A U RESTAURANT

Lorsque vous sortez au restaurant avec bébé, vous avez trois options :

Vous vous dites que la nourriture avant un an c’est pour le plaisir de toute façon et vous ne le
faites pas manger!
Les avantages : Pas de dégâts, pas de regards, pas de questions
Les inconvénients : S’il comprend ce qui se passe, il risque de vouloir se lancer sur la table, tirer
la nappe ou crier sa déception. S’il a une routine établie, c’est risqué de la lui défaire...
82

Vous apportez quelques aliments divertissants…


Les avantages : Vous contrôlez le côté salissant, vous apportez des aliments que bébé aime et
manipule bien, aucune attente, vous êtes en contrôle
Les inconvénients : Ce n’est pas toujours possible, pas toujours bien vu par les restaurateurs et
pas nécessairement si nourrissant.

Vous vous armez de courage et de patience et laissez manger bébé!


Les avantages : C’est comme à la maison! Bébé est content de manger. Certains clients trouvent
ça très mignon!
Les inconvénients : Ça prend une bonne bavette, il fait surveiller les mains sales et la nappe qui
se fait tirer. On se fait parfois dévisager par certains qui pensent qu’on ne sait pas ce qu’on fait.
Et finalement, ça prend 25578941 lingettes pour nettoyer les mains, le visage, la chaise haute, la
tablette, le plancher…alouette!

Mes 3 essentiels au restaurant:

 Sac avec des grignotines que j’ai en tout temps dans le sac à couche : biscuits Mum mum,
craquelins bretons, Nutrios, compote de pomme en sachet, pastilles fondantes au yogourt,
galette de riz...
 Lingettes désinfectantes et lingettes humides : parce que la propreté des tablettes de chaises
hautes est souvent douteuse ET la propreté de votre enfant après le repas le sera tout
autant!
 Une bonne bavette tablier et un sac ziploc pour la mettre dedans à la fin du repas!

Alimentation équilibrée
QUOI OFFRIR, COMBIEN EN OFFRIR ?

Cette section reflète les normes en vigueur au Québec et au Canada en date de novembre 2016.
On me demande souvent : dans quel ordre introduire les aliments. Ce à quoi je réponds bien
évidemment que Santé Canada et l’Institut national de santé publique du Québec n’imposent
83

plus de restrictions au niveau de l’ordre d’introduction des aliments si l’on débute à 6 mois. En
fait, 3 consignes sont données : • Débuter par des aliments riches en fer • Ne pas donner de miel
avant 1 an (à cause des risques de botulisme) • Introduire les produits laitiers et le lait de vache
comme lait de cuisson dès 6 mois, mais ATTENDRE 9 mois ou plus pour introduire le lait de
vache en remplacement du lait maternel ou de la préparation commerciale.

Cela semble souvent déboussoler certaines mamans qui me demandent alors : Comment savoir
si elles ont tout introduit? Si vous mangez varié, il aura goûté à tout ou presque en l’espace de
quelques mois. Certaines aimeront mieux pouvoir suivre l’introduction en cochant des cases.
C’est pourquoi je vous présente également ce petit guide25 :

25
INSPQ (2015), Mieux-vivre avec notre enfant, de la grossesse à 2 ans :
https://www.inspq.qc.ca/sites/default/files/documents/mieuxvivre/MV2015_S4_Chap.pdf
84

Dans le même ordre d’idée, on me demande aussi très souvent : « Quelle est la portion
recommandée pour un bébé de 6-9-12 mois? »

Cette question cadre un peu mal avec la DME puisqu’on dit toujours que le rôle du parent est
d’offrir la qualité et que celui du bébé est de gérer la quantité. En effet, c’est au cœur de cette
méthode que de respecter l’appétit et le désir d’expérimenter et de goûter aux aliments. Pour
les moins de 24 mois, autant Santé Canada que l’institut national de la santé publique du
Québec disent qu’il faut respecter l’appétit de bébé en regardant ses signaux de satiété et que
lorsque bébé n’a plus faim, il faut cesser, point…Désormais, et ce, depuis quelques années, on
ne regarde plus les quantités offertes ni celles mangées. L’OMS quant à elle donne comme point
de repère la règle des 20% nourriture pour les 6-9 mois et celle des 50% nourriture pour les 9-12
mois.
85

Il peut être parfois assez anxiogène et difficile d’accepter les phrases « Offre la qualité et bébé
gère la quantité » et « Respectez l’appétit de bébé c’est tout », surtout si on a un bébé qui est
plus réticent ou qu’on a un petit mangeur (voir sections à cet effet).

Notez qu’il est assez difficile de savoir quelle quantité mange un bébé DME qui en met
partout et recrache la moitié de ce qu’il se met en bouche. De plus, les petits débutants ont
besoin d’une période d’adaptation qui peut aller de 3 jours à 2 mois (généralement 2 semaines)
lors de laquelle une très petite quantité d’aliments est ingurgitées. Rassurez-vous, une fois la
phase découverte passée, la plupart des bébés mangent des quantités raisonnables.

Je comprends cependant ceux et celles qui s’inquiètent du fait que bébé mange peu. À titre
indicatif, voyez ce que les normes québécoises étaient en 2012 (Rappelez-vous que depuis ce
temps, il n’existe plus de recommandations quant aux portions).

Bébé de 6 mois (par jour) : 2 portions de 3-15 ml de céréales sèches • 2 portions de 3-5 ml de
fruits et 2 portions de 3-5 ml de légumes par jour • 1 portion de 3-5 ml de viande

Bébé de 7-9 mois (par jour) : 125-175 ml de produits céréaliers • 2 portions de 15-20 ml de
fruits et 2 portions de 15-20 ml de légumes , 1 portion de viande et substitut (15-20 ml de
viande OU 30-50 ml de légumineuse OU 20-30g de tofu OU 1 jaune d’œuf).

Comme vous pourrez le constater, pour un bébé de 6 mois, on recommande 2 cuillères à thé de
fruits par jour. À titre d’exemple bébé débutant qui mange un tiers de banane consomme plus
de la quantité totale quotidienne de fruits. Quant à elles, 4-5 bouchées de carottes comblent la
portion quotidienne en légumes.

Ces exemples sont bien entendu à titre indicatif et ont pour but de rassurer les parents. On ne
force jamais un bébé à manger et on ne le restreint pas non plus. Les aliments et le lait doivent
être offerts à la demande. Bébé est en charge de son alimentation!
86

LE SEL

Lorsqu’on cuisine pour toute la famille, incluant de jeunes enfants, l’une des modifications les
plus importantes que l’on devra faire, c’est d’ajuster les quantités de sel, voire d’éliminer le sel.

C’est important de ne pas trop donner de sel à votre bébé. Pourquoi réduire le sel? Tout
simplement parce que les petits reins des bébés sont très fragiles et que le sel apporte une
surcharge sur le système, masque le goût des aliments et n’apporte aucun bénéfice nutritionnel.
Si vous voulez des plats plus salés, vous n’avez qu’à apporter la salière à table et saler votre
portion uniquement.

La norme canadienne26 est de 370mg de sodium par jour pour les 7-12 mois. Pour convertir en
grammes de sel, on fait x 2,53 donc 0,93 grammes de sel par jour ou un peu plus que 1/8 de
cuillère à thé. Moins d'un gramme de sel par jour, c'est très très peu!

Appliquez la règle du 5%-15%...C’est-à-dire consommez les aliments qui ont entre 5-15% de la
valeur quotidienne. Attention les pourcentages inscrits sur les étiquettes de valeurs
nutritionnelles sont ceux pour adultes! Privilégiez donc les aliments qui ont moins de 18 mg de
sel par portion (5%) et acceptez ceux qui ont 55 mg de sel par portion (15%). Essayez de ne pas
aller au-delà du 15% par portion. Cette logique permet généralement au bébé d’avoir une
alimentation saine et équilibrée sur le cours de la journée.

La seule exception au sel est lorsque vous faites des pâtisseries telles que muffins, galettes,
gâteaux, vous devrez conserver le sel puisque sinon cela affectera la texture et la cuisson.

26
SANTÉ CANADA (2005) Dietary intake reference : http://www.hc-sc.gc.ca/fn-
an/nutrition/reference/table/ref_elements_tbl-eng.php
87

Voici quelques idées pour réduire la teneur en sel de vos repas.

 Éliminez le sel lors de la cuisson, apportez la salière à table.


 Épicez vos plats pour leur donner du goût. Il existe une grande variété d’épices et de fines
herbes, pourquoi s’en passer!
 Utilisez de l’ail ou de l’oignon pour relever vos plats.
 Surveillez le sel caché (aliments en conserve, fromages, charcuteries, saucisses, pains, sauces
préparées, sauces en sachets).
 Privilégiez les aliments frais et cuisinés à la maison aux versions en conserve ou du
commerce.
 Faites vous même vos sauces et tartinades, c’est souvent très facile à faire à la maison.
 Utilisez des versions réduites en sodium. Il en existe une panoplie sur le marché…mais lisez
bien l’étiquette pour voir si le sel n’a pas été remplacé par du sucre ou du gras!

SUCRE

Quand il s’agit du sucre, il y a consensus. Que ce soit Santé Canada ou les auteures du
livre Baby-Led Weaning, les bébé devraient consommer le moins possible de sucre raffiné.
L’association américaine de maladies du cœur (AHA) vient de revoir ses recommandations et
elle est formelle sa recommandation est de ne pas donner de sucre raffiné ( 0 gramme) au
moins de 24 mois. Les principales raisons sont :

 Ce sont des calories vides qui n’apportent aucun nutriment.


 Cela contribue à la carie dentaire.
 Cela peut créer une dépendance au sucre (dent sucrée), ce qui est très nuisible pour les
saines habitudes alimentaires chez les enfants d’âge préscolaire et primaire.
88

 «L’enfant qui mange beaucoup d’aliments sucrés a moins faim pour les aliments riches en
vitamines et minéraux. Il risque de manquer de fer et de fibres alimentaires. Il s’attire des
problèmes à long terme de constipation, d’anémie et occasionnellement d’hypoglycémie» 27

Saviez-vous que si l’on mentionne 4-5g de sucre sur le tableau de valeur nutritionnelle d’un
aliment, cela correspond à une cuillère à thé de sucre. Le sucre se cache aussi sous d’autres
noms tels : glucose, fructose, sucrose, dextrose, sirop de fruit, sirop de maïs.

Un jeune enfant prendra les habitudes que ses parents voudront bien lui donner. Voici
quelques habitudes simples à prendre pour diminuer la «dent sucrée» :

 N’offrir que de l’eau au bébé. Les jus de fruits, même purs à 100% ne sont pas recommandés
pour les bébés car ils fournissent peu de fibres, vaut mieux un fruit frais.
 Choisir les versions natures ou sans sucre des yogourts et compotes.
 Sucrer de façon naturelle avec des fruits ou des dattes dans les recettes de muffins et de
biscuits.
 Conserver les sucreries pour les occasions spéciales lorsque l’enfant aura conscience de la
notion de spécial et de privilège.

En conclusion, il est évident que la meilleure approche, c’est de ne pas donner de sucre à votre
enfant. Ainsi, il ne démontrera pas d’intérêt pour ce type de nourriture . Voici mon opinion
personnelle : Donner des sucreries à un très jeune bébé relève presque uniquement d’un plaisir
égoïste ou d’une facilité de la part du parent. Le jeune bébé de 6-12 mois n’a pas besoin de
sucre et ne démontre pas non plus d’intérêt pour le sucre. Toutefois, la vie étant ce qu’elle est,
on ne peut pas toujours tout surveiller à la lettre et on ne pourra pas non plus garder nos petits
dans une bulle pour toujours et il viendra un moment où vous devrez introduire le sucre. Quant
au moment que vous choisirez, je vous invite à vous faire votre propre opinion sur le sujet.

27
LAMBERT-LAGACÉ, Louise (1984), La sage bouffe de 2 à 6 ans.
89

A TTENTION AU SUCRE CACHÉ DANS LES ALIMENTS PRÉPARÉS…

Teneur en sucre, (en cuillères à thé


arrondie à la baisse)

Yogourt aux fruits

(1 contenant de 100g)

Fromage frais «pour enfants» de type Minigo

(1 contenant de 60 g)

Compote de pomme sucrée

(1/2 tasse, 125 ml)

Ananas en conserve dans un sirop

(1/2 tasse, 125 ml)


90

FER

On dit souvent qu’il est essentiel que les bébés mangent à 6 mois car leurs réserves de fer
(présentes à la naissance) commencent à diminuer. C’est l’inquiétude principale de beaucoup
de parents qui débutent la DME. Voici donc la réponse à votre question! Les bébés de 7 à 12
mois ont besoin d’environ 11 mg de fer par jour28. Le fer peut provenir de 3 sources principales
chez les bébés :

 le lait,
 les sources animales
 les sources végétales.

Le fer dans le lait n’est pas très bien absorbé, il faut donc fournir des sources de fer autres que
le lait.

Type de lait Teneur en fer Absorption


29
1 litre de lait :

Lait maternel 0,5 mg absorbé à 50% –> 0,25 mg


absorbé à 10% –> 0,15 à 0,48 mg
Préparation commerciale 1,5 mg à 4.8 mg
absorbé à 4% –> 0,40 à 0,51 mg
Préparation enrichie de fer 10 mg à 12,8 mg

Lait de vache 3,25 % 0,5 mg absorbé à 10% –> 0,05 mg

28
SANTÉ CANADA (2005) Dietary intake reference : http://www.hc-sc.gc.ca/fn-
an/nutrition/reference/table/ref_elements_tbl-eng.php

29
CENTER FOR DISEASES CONTROL (2014)
http://wonder.cdc.gov/wonder/prevguid/m0051880/m0051880.asp#Table_2
91

Il faudra donc privilégier des sources de fer autres que le lait. Pour ce qui est des autres
aliments, il est préférable de les servir avec un aliment contenant de la vitamine C (agrumes et
leurs jus, cantaloup, fraises, brocoli, tomates, poivrons, etc.), car celle-ci facilite l’absorption du
fer par l’organisme. Voici mon top 10 des sources de fer :

6 c. table de bœuf 30% 3/4 tasse de lentilles 45%

7 c. table dinde 20% 1 tasse de légumineuses 30-40%

¾ tasse de flocons d'avoine 45% 1c. table de mélasse VERTE 30 33%

1/2 tasse d'épinards 25% 1/2 tasse de tomates 22%

3/4 tasse de tofu 50% ½ tasse de jus de pruneaux 15-40%

Teneur en fer de divers aliments 31

Portions Fer (mg)

Épinards 125 ml (½ tasse) 2-3,4

Tomates en purée 125 ml (½ tasse) 2,4

Asperges 6 asperges 2,1

Cœurs de palmier 125 ml (½ tasse) 2,0

Patates cuites avec la peau 1 moyenne 1,3-1,9

Jus de pruneaux 125 ml (½ tasse) 1,6

Betteraves en boîte 125 ml (½ tasse) 1,6

30
Attention, il y a une différence entre la mélasse de fantaisie qu’on retrouve partout et la mélasse verte « de
spécialité ». Si vous êtes intéressés à en savoir plus, consultez le http://bebemangeseul.com/2015/05/14/la-
melasse/
31
DIÉTÉTISES DU CANADA (2014) Sources de fer : http://www.dietitians.ca/Nutrition-Resources-A-
Z/Factsheets/Minerals/Food-Sources-of-Iron.aspx
92

Sauce tomate 125 ml (½ tasse) 1,3

Gruau instantané (avoine) 175 ml (¾ tasse) 4,5-6,6

Céréales pour bébé ¾ tasse 18

Pain multigrains 1 tranche 1-3

Bœuf, toutes les coupes 75 g (2 ½ oz) 1,4-3,3

Viande hachée (bœuf, veau, agneau) 75 g (2 ½ oz) 1,3-2,2

Poulet, toutes les coupes 75 g (2 ½ oz) 0,4-2,0

Porc, toutes les coupes 75 g (2 ½ oz) 0,5-1,5

Dinde, toutes les coupes 75 g (2 ½ oz) 0,3-0,8

Poisson 75 g (2 ½ oz) 1,4-1,7

Thon en boîte 75 g (2 ½ oz) 1,2

Tofu 175 ml (¾ tasse) 2,4-8,0

Lentilles 175 ml (¾ tasse) 4,1-4,9

fèves (blanches, rouges, pinto, noires…) 175 ml (¾ tasse) 2,6-4,9

Pois (pois chiches/garbanzo, cassés…) 175 ml (¾ tasse) 1,9-3,5

Œufs, cuits 2 gros 1,2-1,8

11 MG DE FER PAR JOUR

Oui c'est beaucoup, mais c'est aussi possible, assez facilement!

Vous avez toujours l'option de donner des céréales pour bébé enrichies de fer au déjeuner. .En
moyenne, pour 1/3 à ½ tasse de céréales, il y a 100% de la valeur quotidienne et même plus
dans certains cas. Si vous décidez d'en donner, c’est possible pour votre petit de le faire seul!
Donnez quelques cuillerées (faites la recette beaucoup plus épaisse, allez-y à l’œil) au déjeuner
93

ou en dessert à manipuler avec les mains ou dans des cuillères pré-remplies. Vous pouvez aussi
en ajouter à vos compotes, smoothies et soupes. Pour ma part, je n'aime pas trop les céréales
pour bébé, parce que ça provoque souvent une constipation ou un transit plus lent. Par contre,
j’en ajoute souvent à mes recettes de biscuits, de muffins ou de galettes (en remplaçant le
quart de la quantité de farine par des céréales). J’en ajoute également une certaine quantité
dans ma sauce à spaghetti sans que la texture n’en soit affectée.

Voici d’autres façons d’augmenter la teneur en fer de vos repas

 Ajoutez des épinards hachés et de la pâte de tomate sans sel à vos soupes et repas riches en
légumes.
 Remplacez une partie la chapelure ou de la farine par une farine d'avoine (flocons d'avoine
réduits au robot culinaire) ou des céréales pour bébé. Ajoutez-en à vos smoothies, compotes,
biscuits, crêpes.
 Utilisez de la mélasse verte dans vos recettes au lieu du miel et du sirop d'érable.
 Incorporez des légumineuses à vos viandes hachées.

M ATIÈRES GRASSES

On ne limiter pas la consommation des matières grasses chez les bébés puisqu’ils ont besoin de
ces gras pour former leurs petits cerveaux. Cela veut dire que, règle générale, vous n’aurez pas
besoin d’acheter des versions allégées ou faibles en gras pour vos bébés et qu’ils pourront
consommer les même coupes de viandes que vous consommez. Cependant, il vaudra mieux
privilégier les gras insaturés (provenant des végétaux, noix, graines, poissons, etc.) qui
favorisent le développement du cerveau et éviter d’offrir des gras saturés (charcuteries, fritures,
lard, etc.) aux bébés car ces types de gras n’apportent rien. Les Omégas-3 et 6 sont
particulièrement bons pour vos bébés.

 Privilégiez les yogourts à haute teneur en matières grasses (5% et plus) plutôt que les
versions allégées.
 Servez des poissons gras tels la truite et le saumon.
 Utilisez des huiles végétales.
94

 Utilisez des noix hachées dans vos recettes ** Attention, les noix telles quelles sont trop
difficiles à mâcher pour les bébés et posent des risques d’étouffement**
 Les graines de lin, de citrouille, de chia moulues et bien d’autres sont riches en omégas et en
fer.

Petites et grosses inquiétudes de maman


MON BÉBÉ EST RÉTICENT, IL NE SAIT PAS MANGER!

Tout d’abord, mentionnons que certains bébé ont l’air de savoir instinctivement comment
manger alors que d’autres auront besoin d’une période d’apprentissage plus longue. C’est
pourquoi, je considère la période 6-8 mois comme une période d’adaptation.

Êtes-vous certain que bébé ne mange pas du tout? Certains bébés ont l’air de tout recracher,
mais ils avalent tout de même certains morceaux et si on les laisse manger suffisamment
longtemps, ils remâchent plusieurs fois le même morceau jusqu’à ce qu’il ait la texture désirée.
La meilleure façon de savoir si bébé mange, c’est sa couche. Vous y verrez des morceaux de
nourriture ou des changements de texture. C’est ainsi que vous saurez lorsqu’il aura commencé
à manger.

Mangez-vous avec lui? Bébé apprendra à manger principalement par imitation. Mâcher de
façon exagérée peut être un moyen de faire comprendre à bébé comment manger! Assoyez-
vous en face de lui et il vous observera afin de comprendre la mécanique.

Lui offrez-vous des aliments faciles? Les débutants ont besoin qu’on leur fournisse des
morceaux facile à prendre et à mâcher…surtout le premier mois. Les aliments trop petits ou
trop durs sont parfois décourageants et bébé ne fournira pas les efforts que vous attendez de
lui.
95

Bébé a-t-il la bouche trop sensible? Certains bébés semblent, pour une raison ou pour une
autre, plus sensibles de la bouche. Ils se font très facilement lever le cœur et ne réussissent pas
à avaler grand chose, c’est comme si toutes les textures les écœuraient. Sachez que les réflexes
vomitifs diminuent généralement de beaucoup après 2-3 semaines. Mon hypothèse c’est que
non seulement ils s’habituent à gérer les morceaux, mais ils deviennent moins sensibles de la
bouche. De plus, les bébés ont besoin de maîtriser le mâchage (écraser verticalement les
aliments au palais) avant d’accepter d’avaler les aliments.

Les laisser jouer, sous supervision, avec des jouets qu’ils peuvent mettre loin dans leur bouche
(brosse à dents, petite cuillère) pourrait être une façon de désensibiliser la bouche.

Si après tout ça et après 1 à 2 mois de DME, bébé ne mange toujours pas, je vous invite à
consulter votre pédiatre et à lui parler de tout ça!

D’ici là, dites vous que de toute façon, l’OMS (et Santé Canada de surcroît) recommande que les
solides représentent seulement le 20% de l’alimentation de 6-9 mois (80% est comblé par le lait
maternel ou une préparation commerciale), pour aller graduellement jusqu’à 50%-50% lors de
la période 9-11 mois. Donc, si bébé ne mange pas vraiment dans la période débutant 6-9 mois,
on ne stresse pas, on continue d’offrir des aliments variés de taille et de texture adaptée et on
s’assure que le lait comble les besoins nutritifs en l’offrant à volonté.

Toutefois, selon mon expérience, une certaine proportion de bébés démontrent peu d’intérêt
pour la nourriture jusqu’à 7, 8 ou même 9 mois, âge auquel ils comprendront que les aliments
répondent à leur faim. Si vous avez la patience et le OK de votre médecin, vous pouvez attendre
qu’il démontre de lui-même de l’intérêt envers la nourriture. Après tout, il y a des bébés qui
marchent à 10 mois et d’autres à 18…Pourquoi pas des bébés qui mangent à 6 et d’autres à 9?

 Assurez vous que bébé n'a pas faim et que l'heure du repas n'est pas pour lui une source de
frustration. Vouloir manger et être incapable de prendre un aliment peut être très frustrant!
96

 Continuez à offrir de la nourriture à chaque repas et mangez en même temps que votre bébé
pour lui montrer l’exemple et armez-vous de patience! Offrez de la nourriture colorée et
variée de forme adaptée. Lorsque votre petit sera prêt, il tentera l’expérience! Et en
attendant, dites-vous que le lait reste une grande part de son alimentation jusqu'à 1 an.

 Cessez et réessayez dans 1 semaine ou deux, le lait reste sa principale source d’alimentation
et une pause fait souvent beaucoup de bien au parent qui ainsi diminue son stress et ses
frustrations.

 Bien des puristes seraient contre cette idée, mais je pense qu’elle vaut quand même la peine
d’être essayée avec des bébés qui sont moins aventureux. Essayez de lui mettre l’aliment
dans la main ; peut être qu’il trouve ça difficile…avec le temps il deviendra plus habile.
ATTENTION!! J’ai dit dans la main, PAS dans la bouche!

Finalement, si vous n’en pouvez plus d’attendre et que cette méthode vous stresse et que vous
avez l’impression que ce n’est peut être pas pour votre bébé….Abandonnez le projet et passez
aux purées ; ce ne sera pas nécessairement plus facile car un bébé sceptique le sera souvent
tout autant lorsque vous lui mettrez la cuillère dans la bouche.

** Vous devrez cependant choisir : purées tous les jours ou DME tous les jours. On ne passe pas
d'un à l'autre, c'est une question de sécurité.

Peu importe le choix que vous faites, l’important c’est que vous soyez confortables avec votre
décision et que vous fassiez ce que vous pensez le mieux pour votre enfant! Sachez cependant
que passer des purées à la DME est un peu plus complexe. C'est possible, mais plus complexe. Si
vous avez déjà débuté les purées ou que la question vous intéresse, je vous invite à aller lire la
section à ce sujet.

MON BÉBÉ MANGE PEU, TRÈS PEU

Dans la période du 6-8 mois, on ne parlera pas de petit ou de gros mangeurs puisque la plupart
des bébés sont dans une phase de découverte et d’expérimentation et qu’il est généralement
trop tôt pour affirmer qu’un bébé a peu d’intérêt pour la nourriture.
97

Certains bébés auront besoin de temps et mangeront de petites quantités avant d’avoir le déclic
qui leur permettra de comprendre ce que veut dire manger et pourquoi on mange. Dépassé 8
mois, lorsqu’ils ont compris la notion d’appétit, la plupart de ces bébés plus lents au début
auront un appétit « normal ou faible-normal».

En revanche, certains bébés ne mangent pas beaucoup point, ils ont simplement un petit
appétit et on ne peut rien y faire, cela fait partie intégrante de leur personnalité…Ce seront des
grignoteurs toute leur vie. Quelques pistes de solution pour les bébés qui mangent peu :

 Offrir 3 repas par jour et 2 collations. J’insiste sur les collations saines car certains bébés ont
plus d’appétit entre les repas et répartiront ainsi leur apport quotidien en solides de façon
différente en termes de nombre de repas ou en termes de moment de la journée.

 Avoir des heures de repas assez fixes et que ça soit une belle routine prédictible pour bébé.
Pour beaucoup d’enfants, la routine les sécurise. De plus, je vous conseille fortement de faire
en sorte que manger soit amusant pour tous….Il n’y a rien de plus désagréable que d’entrer
dans le cercle du « le repas est un enfer donc mon attitude est négative et néfaste, ce qui fait
que le repas est un enfer et que mon attitude devient encore plus négative et néfaste… »

En fait, tant que bébé continue de bien se développer, qu’il boit bien son lait, que son caractère
ne change pas, qu’il n’a pas l’air moche, maussade ou affamé. Finalement, tant qu’il suit sa
courbe de poids, qu’il vous semble heureux et que vous n’êtes pas inquiets pour son état de
santé, laissez-le gérer ses quantités.

LES MORCEAUX SONT-ILS TROP DIFFICILE À DIGÉRER POUR UN BÉBÉ ?

La purée n’est pas digérée plus facilement. C’est un mythe et une illusion d’optique dans la
couche. Parce que, parlons franchement, une purée…c’est déjà très près de la texture d’un beau
caca « normal ». À l’opposé, il est certain que vous retrouverez des morceaux dans la couche de
votre bébé qui apprend à s’alimenter. C’est normal, c’est la preuve que votre bébé est en
98

apprentissage et qu’il commence à maîtriser le mâchage. Et la première fois que vous


apercevrez un joli morceau de carotte, vous serez si contentes de savoir qu’il mange ENFIN pour
vrai

Voici ce qu’en disent Rapley et Murkett :

(Traduction libre, Baby Led Weaning, p. 54-55) C’est probablement vrai que les aliments qui
arrivent à l’estomac en purée sont plus facile à digérer que ceux qui arrivent en morceaux. En
revanche, la bouche a été conçue pour écraser la nourriture ; en faire une « purée » en la
mâchant. La nourriture qui est bien mâchée est plus facile à digérer car elle a été imprégnée de
salive contrairement à une purée [qui est écrasée] au mélangeur. La salive, en se mélangeant à
la nourriture aide à accélérer le processus digestif. […] Les bébé à qui on permet de manger à
leur propre rythme ont tendance à garder la nourriture dans leur bouche pendant longtemps
avant de l’avaler. Pendant ce temps, elle est écrasée par les gencives et ramollie par la salive.
Quant à elle, la purée ne rencontre que très peu de salive puisqu’elle est aspirée de la cuillère
pour aller directement au fond de la gorge et avalée immédiatement – sans mâchage.

Discutons maintenant nutrition. Il est clair qu’en laissant bébé se nourrir seul, il n’ingérera pas
grand chose les premières semaines lors de sa phase d’exploration et c’est normal. C’est entre
autres pourquoi on entend souvent « le lait avant tout! ». Chez les débutants, c’est encore le lait
(allaitement ou préparation commerciale) qui prend toute la place ou presque et c’est génial
puisque nos petits mangeurs ont ainsi tous les nutriments nécessaires à leur développement. Ils
peuvent donc expérimenter à leur rythme et développer lentement leurs compétences à se
nourrir jusqu’à ce que très très graduellement, le lait prenne une place moins importante.

Pour terminer, une dernière remarque personnelle sur la digestion. Selon mon expérience, ce
sont les mêmes aliments qui sont difficiles à digérer pour nous qui le sont aussi pour les petits.
Les aliments qui donnent des gaz (légumineuses, chou, brocoli, chou-fleur) en donnent aussi à
bébé qui aura peut être en plus des maux de ventre. Les aliments qui se mâchent mal (maïs,
99

raisins secs) passent souvent tout droit et ressortent réhydratés, causant eux aussi leur lot de
désagréments…Ce sera à vous de voir par essais et erreurs ce qui passe bien et ce qui est plus
difficile à digérer! Certains préfèrent introduire les aliments « difficiles à digérer » sur l’heure
du dîner afin que la nuit n’en soit pas perturbée.

LA CONSTIPATION

Premièrement, quelques questions s’imposent :

Est-ce qu’il est simplement en train de vous faire un petit spectacle de « regarde comment je
force fort pour sortir une belle pâte molle ». Certains bébés plus âgés ont cette belle manie de
faire un spectacle facial accompagné de merveilleux grognements lorsqu’ils expulsent. Ce n’est
pas toujours signe de constipation, ce peut être un simple signe que votre bébé est un futur
clown.

Est-il inconfortable? Si non, laissez-le gérer ses affaires, ça va sortir un jour. Comme on m’a dit
un jour : « le neuf pousse le vieux » alors oui, un jour ça va sortir…Par contre, si vous le trouvez
inconfortable, vous pouvez essayer d’aider le transit intestinal de manière douce..

Connaissez-vous la cause du blocage? Si oui, essayez de réduire l’aliment coupable offrez un d


l’eau et des aliments qui favorisent le transit. Si vous allaitez, offrir davantage le sein est aussi
une option. Le mot clé ici est toujours OFFRIR, si bébé ne veut pas d’eau, on le laisse faire!

(Traduction libre) Pour qu’une selle molle se forme, assez d’eau doit rester dans les déchets et les
muscles de l’intestin et du rectum doivent bien se contracter et relaxer pour faire progresser les
selles et les expulser. Un dysfonctionnement de l’un de ces mécanismes – pas assez d’eau ou pas
assez de mouvement musculaire – peut causer la constipation. Les nouveaux aliments ou un
100

changement de lait (vers la préparation commerciale ou le lait de vache) peuvent causer de la


constipation.32

Aliments à diminuer ou surveiller lors de constipation : Règle générale, les aliments blancs,
beiges et bruns sont constipants!

 Céréales pour bébé enrichies de fer  Bananes

 Aliments riches en farine blanche  Craquelins

 Riz  Produits laitiers

Comment remédier à la constipation chez le bébé qui débute la DME, parce que oui, ça arrive
souvent chez les débutants :

1- Augmentez la consommation d’eau et de lait maternel. (Ce n’est pas contre les préparations
commerciales, c’est simplement qu’elles n’aident pas le transit alors que le lait maternel oui!)

2- Ajoutez des fibres à l’alimentation de bébé. Voici une liste d’aliments qui semblent aider à
faire bouger les choses .Règle générale, les fruits et légumes colorés sont riches en fibres

 mangues  poires  pêches

 pommes  abricots  prunes, pruneaux

 raisins  yogourt / pro biotiques  Brocoli

32
Ask Dr. Sears, Constipation (2014) : http://www.askdrsears.com/topics/health-concerns/childhood-
illnesses/constipation-2
101

Une amie ne jure que par les smoothies, compotes et patat


patates
es pilées. Elle m’a dit un jour: « Si tu
veux que ça sorte en compote, donne de la compote »… J’en
’en ris encore, mais elle avait
raison…ça marche pour les deux miens en tout cas!

3- Faites bouger ces petits intestins là. C’est le temps de leur faire faire de la bicyclette ou des
massages « I Love You ( de formes ILU) »33. Ces mêmes massages faits dans un bain chaud ont de
bonnes chances de « produire » d’excellents résultats.

4- Essayez de remédier à la situation par des laxatifs naturels tels que :

 le jus de pomme, de poire ou de pruneaux

 1c. à thé d’huile de lin dans des céréales pour bébé ou dans une compote , Dr. Sears 34

Il est à noter que l’utilisation de jus ou d’huile ne fera pas ramollir des selles déjà dures, cela ne
faitt qu’influencer les nouvelles selles qui elles poussent sur les vieilles. N’en abusez pas, des
selles trop molles ou liquides sont aussi désagréables pour votre bébé qu’elles peuvent l’être
pour vous…

33
Jonhson's baby, Massage Guide: https://www.johnsonsbaby.com/baby
https://www.johnsonsbaby.com/baby-massage-guide-six-weeks
weeks-plus
34
Dr. Sears, ibid. 34
102

QUE VAIS-JE RÉPONDRE AUX GENS DE MON ENTOURAGE QUI ONT PEUR DE LA
MÉTHODE?

Tout d'abord, je dois dire que c’est l’une question qui revient le plus souvent et l'article de mon
site web qui est le plus souvent consulté. Je vous conseille la méthode sandwich : on fait des
compliments élogieux, on dit ce que l'on a à dire de plus choquant et on termine par des
compliments ou du blabla gentil. Cette façon de faire amène notre interlocuteur à plus
d'ouverture et à mieux accepter nos arguments. Peu importe les arguments que vous
apporterez, je vous conseille qu'ils soient un beau mélange de tous ces arguments :

- de nature émotive (j’aime mon enfant, je veux son bien...)

- de nature d'ouverture sur le monde ( à la préhistoire, ailleurs dans le monde...)

- de nature scientifique (la médecine prouve, la biologie dit, Santé Canada...)

-de nature technique ( la DME c'est laisser l'enfant manger seul, le réflexe vomitif)

-de nature empathique (je comprends tes inquiétudes...)

Je vous joins un exemple de quoi dire et comment le dire, vous pouvez vous en inspirer ou
simplement donner la lettre.
103

Lettre à une mamie inquiète


INFORMER SES PROCHES SUR LA DIVERSIFICATION MENÉE PAR L'ENFANT.

Aujourd’hui, je t’ai dit que je voulais faire la diversification menée par l’enfant avec bébé. J’ai
tenté tant bien que mal de t’expliquer, mais tu as eu l’air à la fois très surprise, très inquiète et
assez fermée. Je ne suis pas certaine si tu as bien compris ni bien écouté, je t’écris donc cette
lettre…

Tout d’abord, je veux te dire que je comprends tes inquiétudes, tu adores tes petits enfants et
tu veux le mieux pour eux. S’il arrivait quelque chose à l’un d’entre eux et que tu avais gardé
pour toi tes mises en garde, tu t’en voudrais éternellement, c’est certain et c’est normal. Tu es
tellement une bonne grand-maman amoureuse d’eux et tu t’inquiètes autant pour eux, sinon
plus que tu t’es inquiétée pour tes propres enfants, j’en suis très touchée.

Je dois te dire, aussi cru que cela puisse paraître, que ce sont nos enfants et qu’au bout du
compte, c’est nous qui prenons les décisions…j’aurais pu me contenter de te répondre ça sur un
ton bien autoritaire et terminer la discussion ainsi. Cependant, j’ai été bien élevée, je te
respecte beaucoup et j’ai encore besoin de ton approbation…oui oui même rendue à mon âge.
C’est donc pourquoi je te réexplique ce qu’il en est ici pour que tu puisses mieux comprendre et
être aussi enthousiaste que nous ou du moins, comprendre et respecter notre choix.

La diversification alimentaire menée par l’enfant porte un super beau nom à notre époque, mais
quand on y pense bien, les femmes des cavernes ne faisaient pas religieusement leurs purées de
mammouth et de carottes pour leurs mini Cro-Magnon. Dans plusieurs régions du monde les
purées n’existent pas non plus… l’Africaine dans le désert ne sert pas de « pablum » à ses bébés
et ne fait pas de purées non plus. Savais-tu que les purées et les céréales pour bébés sont une
104

invention du début du siècle dernier? On faisait alors manger les enfants très jeunes (avant 2-3
mois) et un bébé de cet âge n’a aucune capacité masticatoire et c’était très dangereux pour
l’étouffement, c’est pourquoi on a popularisé les aliments pour bébé tels les céréales de type
pablum et les purées lisses.

De nos jours, il en est autrement…Santé Canada recommande de commencer l’alimentation


solide vers 6 mois, âge auquel la grande majorité des bébés ont développé la capacité de porter
des aliments à leur bouche et sont en mesure de bien mastiquer. Quand on y pense, les bébés
apprennent à marcher et à parler lorsque leur corps est prêt et surtout par imitation, il serait
logique qu’il en soit de même pour le fait de se nourrir…Si bien sûr on respecte son rythme, ses
habiletés et qu’on attend la maturité de leur système masticatoire, un bébé est programmé
pour savoir manger, y’a aucun doute là-dessus. Il faut cependant attendre qu’il démontre les
signes que son corps est prêt et y aller graduellement en respectant le rythme de son enfant,
cela veut dire que c’est lui qui mange SEUL, nous nous contentons de lui offrir des aliments
variés, sécuritaires et nutritif…c’est vraiment la règle d’or numéro un, il porte la nourriture à sa
bouche seul!

C’est certain que vers 6 mois, ils ne sont pas experts pour prendre les aliments et ils ne peuvent
pas manger exactement comme nous…ils débutent, ils apprennent graduellement à manger
tout comme on apprend graduellement à marcher ou à parler. Les premières semaines, on
donne des choses faciles à prendre et sécuritaires pour qu’elles soient mâchées facilement et
on surveille. Ne t’inquiète pas, même s’ils n’ont pas de dent, leurs gencives sont très puissantes.
Vraiment, ce qui nous a le plus séduit de cette méthode, c’est qu’on respecte le rythme naturel
et l’appétit de bébé. En plus, on peut être témoin de comment physiologiquement le corps
humain est une merveille! On donne la chance à notre tout petit d’explorer la nourriture à son
rythme et de développer ses compétences par lui-même.
105

Parlons maintenant de ce qui était nos deux principales craintes : l’étouffement et le manque
de nutriments.

En fait, on confond souvent un mécanisme normal du corps humain, le réflexe vomitif , qui
n’est pas du tout la même chose que l’étouffement .À la naissance du bébé, sa bouche est
conçue pour ne pas pouvoir avaler d’aliments solides ; le cœur lui lève facilement, rejetant ainsi
les « corps étrangers » dès qu’ils entrent en contact avec la langue. Progressivement, lorsque
l’enfant grandit, ce réflexe s’éloigne vers l’arrière de la gorge et disparaît pratiquement vers
l’âge adulte. Ce réflexe anti-étouffement est une merveilleuse invention de la nature! Vers 6
mois, le réflexe est assez loin dans la bouche pour permettre à l’enfant de manger. S’il prend
des trop gros morceaux, ce réflexe est déclenché et il se fait lever le cœur pour prévenir
l’étouffement. C’est la raison principale pourquoi il faut vraiment attendre 6 mois, il faut
attendre que ce réflexe soit à maturité!

Lorsque le bébé met les aliments seuls dans sa bouche à partir des lèvres, il est capable de gérer
le contenu en mâchant et en imprégnant la nourriture de salive et avalera seulement ce qu’il est
capable d’avaler. Il va mâcher avec ses gencives super puissantes et faire tourner la nourriture
dans sa bouche jusqu’à ce qu’elle ait la bonne consistance et soit assez molle pour qu’il puisse
l’avaler. S’il juge que la bouchée est trop épaisse ou trop grosse, il va la recracher en la poussant
avec sa langue ou si c’est rendu plus loin, se faire lever le cœur jusqu’à ce que ça ressorte. C’est
certain que ce n’est pas chic et que ça fait très peur au début, mais c’est très efficace et les
bébés n’en font pas de cas, ils trouvent ça tout à fait normal.

Pour ce qui est du manque de nutriments, c’est certain que l’apprentissage est un processus qui
demande du temps. Il y a certains bébés qui comprennent vite et mangent déjà beaucoup dès
les premières semaines et d’autres qui prennent un peu plus de temps et ont besoin d’une
période d’adaptation d’un mois ou un peu plus. Cela ne nous inquiète par vraiment car
l’Organisation Mondiale de la Santé et Santé Canada recommande que les aliments solides
comblent seulement 20% de l’apport calorique de 6-9 mois, le reste étant comblé par son lait.
106

C’est donc dire que lorsque bébé aura moins d’appétit ou qu’il sera un peu moins bon pour se
nourrir, il va compenser en buvant plus de lait. De ce que nous avons lu, les bébés qui
apprennent seuls adorent manger, explorer et découvrir de nouvelles saveurs, textures,
couleurs…imagine, c’est tout un nouveau monde de découverte pour eux!

Je veux finalement que tu réalises que nous aussi nous faisons chaque jour le mieux possible
pour notre bébé. Nous l’élevons à notre manière, en nous inspirant à la fois des méthodes « du
bon vieux temps » et de comment nous avons été élevé, mais aussi en se basant sur les
recommandations et les avancées médicales d’aujourd’hui. Nous nous questionnons des
centaines de fois par semaine sur nos façons de faire et chaque décision importante que nous
prenons est réfléchie et informée. Nous nous sommes beaucoup informés sur la DME avant de
débuter et nous sommes convaincus que c’est une méthode sécuritaire qui permettra à bébé de
devenir un mangeur enthousiaste. Sache que nous avions nous aussi notre lot d’inquiétude
lorsqu’on a débuté et c’est à force de lire, de se questionner et de poser des questions que nous
en sommes venus à faire ce choix. Si tu as d’autres questions, nous pourrons y répondre, ça va
nous faire plaisir. Je te conseille aussi de consulter le site de bébé mange seul, il y a des tonnes
d’articles et d’explications sur la méthode!

J’espère que tu es un peu moins inquiète,

Une maman qui veut le mieux pour son petit minou et qui aimerait bien avoir l’approbation de
mamie
107

En manque d'inspiration?
DES ALIMENTS À AVOIR SOUS LA MAIN POUR SE DÉPANNER .

Il m’arrive parfois de ne pas vouloir donner ce que nous mangeons au bébé, c’est pourquoi je
garde toujours quelques aliments qui me dépannent bien. Je m’assure de toujours avoir les
aliments suivants sous la main :

Frigo Congélo Garde-manger


 Œufs  Fruits congelés  Biscottes/craquelin
 Fromage  Épinards congelés  Galettes de riz/ maïs
 Carottes  Sac de légumes congelés  Flocons d'avoine
 2 autres légumes au choix (mélange carotte, brocoli,  Farine
 2-3 choix de fruits chou-fleur)  Céréales- bébé Nutrios
 Bananes  Mélange de légumes râpés  Céréales – style Pablum
 Tartinade (tofu ou hummus) (fait maison)  Compotes
 Yogourt 10% de m.g.  Muffins aux légumes  Pâtes faciles à manipuler
 Mini pains de viande  Tomates en conserve
 Pain  Poisson en conserve
 Légumineuses
 Patates

…Quelques explications

Galettes de riz –> On peut y mettre n’importe quoi : compotes, tartinades, yogourt, purées,
soupe et ça absorbe bien. C’est idéal pour tous les aliments trop liquides!

Tartinade du commerce (ou faite maison) –> Je vous conseille la tartinade de tofu ou d’œufs,
l’hummus ou le guacamole.
108

Compotes (en format individuel ou en pot) –> Donnez-en à la cuillère pré -remplie qu’ils
manipuleront eux-mêmes, sur des galettes de riz ou sur des rôties au déjeuner.

Épinards et légumes congelés –> 2 minutes au micro-ondes et c’est décongelé. Idéaux sur des
pâtes (lorsque notre sauce est trop salée), dans du riz ou seuls pour rehausser le niveau de
vitamines d’un repas.

Yogourt nature 9 ou 13% (attention au sucre dans ceux aromatisés) –> Quelle excellente source
de protéines! En plus, comme il est super épais, ça se manipule bien avec les mains. Idéal sur
des rôties, des galettes de riz ou pour remplacer la mayo quand vous n’avez pas introduit les
œufs..

Fruits congelés –> 2 minutes au micro-ondes et c’est décongelé. Je fais souvent une compote
de fraises-pommes (1 pomme, quelques fraises, 2-3 minutes au micro-ondes, on écrase à la
fourchette) et c’est parfait en fin de repas ou sur des rôties au déjeuner.

I DÉES D'ALIMENTS POUR FAIRE CHANGEMENT

Bien souvent, on offre aux bébés les aliments traditionnels et un peu ennuyeux ; carottes,
patates douces, brocolis, pêche, pomme, poire…et certains parents les offrent même en
boucle. Ce qui est bien avec la DME, c’est que dès le début, on peut offrir à peu près n’importe
quoi à son bébé en autant que ce ne soit pas trop salé, ni trop sucré. Ils sont tellement
aventureux qu’ils mangeront avec enthousiasme la grande majorité de ce que vous leur offrez!

Produits laitiers

 fromage de chèvre à tartiner  yogourt 6% et +, très facile à manipuler


 fromage cottage

** Il faut faire attention avec les fromages


parce que la teneur en sodium est souvent
élevée
109

Produits céréaliers

 galettes de riz  galettes de maïs soufflé


 galettes de sarrasin style crêpes  riz collant
 crêpes  couscous
 pain doré

Viandes et substituts

 lentilles bien cuites  bâtonnets de tofu grillé dans la poêle


 hummus avec un peu d’huile
 tartinade de tofu  steak saignant en lanières
 œuf brouillés

Fruits et légumes

 fraises, framboises, bleuets  courges en morceaux cuits vapeur


 melons (cantaloup, melon d’eau,  champignons
melon miel)  sauce tomate maison style sauce à
 ananas spaghetti
 tomate entière pelée dont on a enlevé  épinards (mélangés avec du yogourt ou
le cœur avec une sauce)
 bâtonnets de concombre  rondelles de zucchinis (courgette)
 maïs sur l’épi

LES TARTINADES

Souvent, lors des premières semaines, voire les premiers mois, les repas familiaux sont peu
adaptés au jeune enfant qui débute (trop salé, trop sucré, trop dur, trop mou, trop difficile à
attraper). Que se soit parce que c'est trop difficile à mâcher ou inapproprié au niveau
nutritionnel, on a parfois besoin de donner autre chose à bébé. C'est normal et c'est parfois
110

beaucoup mieux ainsi. Je vous présente donc ces fameux substituts extraordinaires que sont la
galette de riz, la galette de maïs, les craquelins et la rôtie!

Que ce soit sur un craquelin de type Breton ou Melba, sur une galette de riz, de maïs ou
simplement sur une rôtie de blé entier, les tartinades constituent de bons compléments ou
remplacements de repas. Vous devrez parfois laisser pénétrer votre mixture dans sur le support
(par exemple de la soupe sur une rôtie).

 Fromage à la crème  Fromage cottage

 Bananes écrasées ou compotes  Purées ou écrasés de légumes

 Avocats  Cretons

 Smoothies  Épinards cuits et hachés très fins

 Soupes ou potages  Tartinade d’œufs style sandwich aux œufs

 Hummus  Pesto maison haché fin et sans sel

 Yogourt  Beurre d’amandes

 Confiture non-sucrée  Avocats

 Tartinade de tofu  Fruits décongelés et leur coulis

 Beurre d’arachides
111

Conclusion
J’espère grandement vous avoir inspiré à laisser votre bébé évoluer à son rythme dans
l’apprentissage de cet acte si important et si excitant qu’est manger. Bientôt, ce sera trois fois
par jour un plaisir et une grande source d’étonnement pour vous que de voir votre bébé devenir
un petit mangeur autonome. N’oubliez pas de lui offrir des situations facilitantes et sécuritaires
afin de l’amener graduellement à exercer ses habiletés et ainsi devenir un petit mangeur
efficace et enthousiaste. Être à l’écoute de son enfant, c’est aussi ça la DME ; ne forçons pas les
choses, accompagnons notre enfant.

Finalement, comme c’est vous qui offrez la sélection d’aliments, vous avez une influence et il
sera très important d’offrir des aliments sains pour que votre tout-petit découvre les plaisirs
d’une alimentation saine et équilibrée. OFFREZ des aliments sains, adaptés et sécuritaires et
LAISSEZ l’enfant apprendre à manger à son rythme et faire de belles découvertes et rapidement
vous serez témoins de la grandeur de l’instinct et de la puissance des facultés du corps humain!

LAISSER VOTRE ENFANT DÉCOUVRIR LA NOURRITURE, DÉVELOPPER SES


HABILETÉS DE FAÇON AUTONOME, DEVENIR UN MANGEUR AVENTUREUX ET

APPRENDRE À GÉRER SON APPÉTIT, C’EST LE PLUS BEAU CADEAU QUE VOUS

PUISSIEZ LUI OFFRIR…UN CADEAU QUI DURE TOUTE UNE VIE 