Vous êtes sur la page 1sur 36

UNIVERSITE VICTOR SEGALEN BORDEAUX 2

Capacité de Médecine d'Acupuncture

Mémoire de fin d'études

Enquête de satisfaction auprès des patients suivis par


acupuncture à Saint Pierre et Miquelon
de Février à Octobre 2009

DOCTEUR Laurence THILLIER

Née le 6 février 1978

A Talence

Enseignant responsable et coordinateur de l'enseignement :

Docteur philippe CASTERA

BORDEAUX 2009

1
TABLE DES MATIERES

1.INTRODUCTION………………………………………………………………………………… 4

1.1Présentation de l’archipel de Saint Pierre et Miquelon

1.1.1 Un environnement géographique en Amérique du Nord


1.1.2 Un environnement institutionnel en évolution
1.1.3 Un environnement économique difficile
1.1.4 Un environnement démographique marqué par le vieillissement

1.2Présentation du système de santé de Saint Pierre et Miquelon

2.METHODOLOGIE………………………………………….……………………………………..13

2.1 Objectif général


2.2 Objectifs spécifiques
2.3 Matériel

3.RESULTATS………………………………………………………………………………………15

3.1 Retour du questionnaire


3.2 Profil de la population étudiée
3.3 Ce qui conduit les patients à faire de l’acupuncture
3.4 Effets ressentis de l’acupuncture
3.5 Appréciation de la prise en charge par cette médecine alternative

4.DISCUSSION………………………………………………………………………………………24

4.1 Atouts et limites de l’enquête réalisée


4.2 A propos des résultats

CONCLUSION…………………………………………………………………………………….…29

ANNEXES…………………………………………………………………………………………….30

BIBLIOGRAPHIE……………………………………………………………………………………35

2
REMERCIEMENTS

A tous ceux qui m’ont encouragée et accompagnée, de près ou de loin, dans cette
« aventure » à Saint Pierre et Miquelon,

Au centre de santé pour sa collaboration efficace dans la gestion et l’organisation des


consultations et la contribution à la réalisation de ce mémoire,

A mes amis « Mayous » et Saint Pierrais pour leur soutien et accueil chaleureux,

Aux patients qui ont bien voulu me faire confiance malgré mes débuts en acupuncture,

Aux enseignants du DIU d’acupuncture, pour la qualité de la transmission de leurs


connaissances, et de leur passion, pour leur disponibilité et leur sympathie,

A mes collègues et amis du DIU pour les bons moments partagés ensemble au cours de ces
trois années,

…MERCI.

3
1- INTRODUCTION

A l’heure où la politique de santé concentre ses efforts sur la maîtrise des dépenses de soins,
l’acupuncture représente une alternative thérapeutique intéressante car peu onéreuse et à
l’efficacité de mieux en mieux démontrée.
L’Organisation Mondiale de la Santé admet aujourd’hui qu’un certain nombre d’affections
peuvent être efficacement soignés par acupuncture (1).

A Saint Pierre et Miquelon, archipel outre mer, d’environ 6000 habitants, l’éloignement et
l’isolement géographique rendent difficile l’accès à certains soins médicaux et paramédicaux :
délai d’attente relativement long pour les soins de kinésithérapie, 2 kiné au centre de santé ;
missions de spécialistes occasionnelles et régulières mais non permanentes….
Par ailleurs les conditions climatiques difficiles (froid, humidité, vent) favorisent les
pathologies rhumatismales et douleurs chroniques observées fréquemment.

L’étude réalisée concerne les patients qui ont fait de l’acupuncture de février à octobre 2009 à
Saint Pierre.

Initialement appelée à réaliser un remplacement de médecine générale au centre de santé de


Saint Pierre pour renforcer l’équipe médicale à partir de février dernier, j’ai rapidement été
tentée de pratiquer l’acupuncture pour essayer de soulager les patients souffrant de douleurs
rhumatismales chroniques ou sub-aigues pour la plupart.
Ces derniers se plaignaient de l’attente qu’il y avait pour consulter un kinésithérapeute, et/ou
de la distance géographique avec les chiropracteurs consultés par beaucoup à Terres Neuves.
La plupart ne supportaient plus les effets secondaires des anti-inflammatoires pris à long
terme, sans donner de résultat durable à leurs douleurs.
Mes premières expériences en acupuncture, couplées souvent à la mésothérapie ont
visiblement apporté du soulagement à certains patients. La demande s’est faite croissante au
fur et à mesure des missions successives de remplacement réalisées ces 9 derniers mois.

4
L’idée de réaliser un bilan de cette activité renforcée pendant la période de mes
remplacements de février à octobre 2009 (quatre missions de remplacement au total, soit
environ 5 mois) m’a paru intéressante pour plusieurs raisons :

• Forte demande de la population pour l’acupuncture,


• Isolement géographique de l’archipel qui influe peut être sur cette forte demande,
• Evaluation de ma pratique en acupuncture, vu mon peu d’expérience
.
L’enjeu de cette enquête anonyme est de voir si l’impression globale des résultats rapportés
par les patients se confirme ou non, et dans quel(s) domaine(s) ? Les appréciations des
patients ayant expérimenté cette médecine justifient elles de nouvelles missions
d’acupuncture ou d’autres moyens thérapeutiques en vue d’améliorer la qualité des soins à St
Pierre et Miquelon ?

1.1. Présentation de l’archipel de Saint Pierre et Miquelon (2)

1.1.1. Un environnement géographique en Amérique du Nord.

L’archipel de Saint-Pierre et Miquelon est situé à moins de 25 km de la côte sud de la


province canadienne de Terre Neuve et Labrador et constitue à l’entrée du golfe du fleuve
Saint-Laurent la seule présence française en Amérique du Nord.

D’une superficie de 242 km2, l’archipel comprend trois îles principales : Saint-Pierre, chef-
lieu de l’archipel, (26 km2), Miquelon (110 km2) que relie un isthme sablonneux à Langlade
(91 km2). La situation géographique explique en majeure partie les difficultés rencontrées
notamment en matière de liaisons aériennes et maritimes. L’exiguïté, l’éloignement,
l’environnement anglophone et l’accessibilité sont d’autres éléments à prendre en compte
pour comprendre les obstacles que rencontre l’archipel.

La situation géographique outre-mer de l’archipel, à proximité du Canada et à 5 000 kms de la


France métropolitaine, conditionne donc, en particulier dans le domaine de la santé, tant sa
situation actuelle (difficulté des transports sanitaires, adaptation des infrastructures d’offre de
soins) que son avenir (développement de la coopération régionale).

5
Carte de Saint-Pierre-et-Miquelon : l’archipel, sa situation en Amérique du Nord

(Sources : INSEE, enquête de recensement de la population de 2006).

1.1.2. Un environnement institutionnel en évolution.

Depuis le second traité de Paris du 20 novembre 1816, qui marque la fin de la rivalité franco-
anglaise en Amérique du Nord, la population pour la plupart bretonne, basque et normande de
l’archipel est définitivement rattachée à la France.

Territoire d’Outre-mer (TOM) depuis 1946, puis Département d’Outre-mer (DOM) à partir de
1976, Saint-Pierre-et-Miquelon est devenu une Collectivité Territoriale par la loi du 11 juin
1985. La loi organique et la loi ordinaire du 22 février 2007 introduisant de nouvelles
dispositions statutaires et institutionnelles dans le cadre de la révision constitutionnelle de
l’outre-mer sont venus compléter cette évolution institutionnelle. Désormais, l’archipel de
Saint-Pierre-et-Miquelon est défini comme une collectivité territoriale française associée à
l’Union européenne mais ne faisant pas partie du territoire communautaire européen ; la
population française de l’archipel étant quant à elle citoyenne de l’Union européenne.

6
1.1.3. Un environnement économique difficile.

Bénéficiant d’un PIB par habitant très proche de la moyenne nationale qui le range parmi les
cinq premières régions françaises, l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon, selon le rapport
annuel 2006 de l’Institut d’Emission des Départements d’Outre-mer (IEDOM), a connu une
évolution économique générale qui l’a conduit d’une situation de développement des activités
marchandes (pêche, avitaillement…) à celle d’un développement des activités non
marchandes où prédomine l’activité tertiaire (administration), en partie contrebalancée par
quelques activités marchandes (bâtiment et travaux publics, commerce de détail,
agriculture…).

La situation de l’emploi, et en particulier du chômage, est subordonnée à la vulnérabilité


économique de l’archipel axée sur une forte saisonnalité des emplois liée aux conditions
climatiques.

1.1.4. Un environnement géographique marqué par le vieillissement.

D’un total de 6 316 habitants en 1999, la population de Saint-Pierre-et-Miquelon se chiffre


désormais à 6 125 habitants à l’issue du recensement INSEE de 2006, soit une baisse de 191
personnes (- 3 %). Cette baisse, qui touche plus particulièrement la population de Miquelon –
Langlade, découle du constat d’une faible mobilité démographique (peu de nouveaux
arrivants) en raison, selon l’INSEE, des difficultés économiques, de l’éloignement de la
métropole et du manque de liaisons aériennes directes.

7
Pyramide des âges
1999 - 2006
95 - 99 ans
90 - 94 ans
85 - 89 ans 1999
80 - 84 ans 2006
75 - 79 ans
70 - 74 ans
65 - 69 ans
60 - 64 ans
55 - 59 ans
50 - 54 ans
âges

45 - 49 ans
40 - 44 ans
35 - 39 ans
30 - 34 ans
25 - 29 ans
20 - 24 ans
15 - 19 ans
10 - 14 ans
5 - 9 ans
0 - 4 ans

400 300 200 100 0 100 200 300 400


Hommes Femmes

(Source : INSEE, enquête de recensement de la population de 2006).

Par comparaison avec le tableau de présentation de l’évolution démographique de la


population de l’archipel (pour les deux sexes), entre les deux recensements de 1990 et de
1999, l’analyse démographique au regard du dernier recensement de 2006 se présente de la
manière suivante :

Tranches d’âges Recensement 1990 Recensement 1999 Recensement 2006


quinquennales
0 à 19 ans 1 885 1 701 1 562
20 à 39 ans 2 156 1 931 1 655
40 à 59 ans 1 406 1 700 1 874
60 à 74 ans 563 628 696
75 et + 267 356 338
Total 6 277 6 316 6 125

Les premières tranches d’âge des 0 - 19 ans et des 20 – 39 ans accusent une baisse régulière
de 1990 à 2006 avec respectivement une évolution de – 17 % et de – 23 %.

8
La tranche d’âges intermédiaire des 40 – 59 ans subit quant à elle une hausse constante à
hauteur de + 33 %.
Parmi les dernières tranches d’âges des 60 – 74 ans et des 75 ans et +, deux tendances sont
observées : la première est celle d’une hausse constante de la tranche des 60 – 74 ans (+ 24 %
de 1990 à 2006) et la seconde celle d’une hausse de la tranche d’âges des 75 ans et + entre
1990 et 1999 (+ 33 %) puis d’une baisse entre 1999 et 2006 (- 5 %) (en particulier chez les
femmes de 75 à 79 ans selon la pyramide des âges de l’INSEE).
Il découle de ces tendances un phénomène général et progressif de vieillissement de la
population « par le bas » de la pyramide des âges (avec la baisse de 1990 à 2006 des
premières tranches d’âges) et par le haut (avec la hausse de 1990 à 2006 des 60 – 74 ans et de
la hausse puis d’une faible baisse des 75 ans et +).

1.2. Présentation du système de santé de Saint Pierre et Miquelon (2)

L’organisation sanitaire actuelle de l’archipel se caractérise tout d’abord par une offre de
soins de ville principalement structurée autour du Centre de Santé, d’une offre de soins
libérale et d’un cabinet dentaire mutualiste. Elle se caractérise ensuite par l’offre hospitalière
du Centre hospitalier François Dunan (CHFD). A ce dispositif s’ajoute l’offre assurée à Saint-
Pierre par un ensemble d’autres prestataires de soins et de services sanitaires, sous une forme
associative (Médecine du Travail, de la Croix Rouge, « Action Prévention Santé ») ou sous
diverses formes institutionnelles (Education Nationale, officine privée de pharmacie,
fournisseur d’optique).

Les consultations de ville du Centre de Santé englobent des soins relevant de la médecine
(médecine générale et dentaire), des soins paramédicaux (masso-kinésithérapie, orthophonie,
diététique) et de spécialités dentaires (orthodontie, prothèses dentaires).
Les consultations médicales du Centre de Santé reposent sur un effectif total de 8 médecins
généralistes (7 à Saint-Pierre et 1 à Miquelon).
Selon les informations fournies par les différents médecins, il y a environ entre 15 et 20
consultations chaque jour, moyenne pouvant être doublée en période d’épidémies. Les
principales pathologies rencontrées relèvent de la traumatologie, de troubles d’ordre
cardiologique, de problèmes d’addiction (toxicomanie, alcoolisme), de diabète,
d’hypertension artérielle, de pathologies psychosomatiques et psychiatriques.

9
Outre les consultations médicales relevant de la « médecine de famille », ces médecins
assurent, sous la forme de vacations, un ensemble de missions complémentaires dans le cadre
de la médecine scolaire, de la protection maternelle et infantile, de la crèche, de la Direction
des Affaires Sanitaires et Sociales (participation au comité médical), de la Commission
Territoriale de l’Education Spéciale (CTES), de la médecine pénitentiaire et de consultations
et expertises (certificats de dératisation, examens médicaux au titre des permis de
conduire…).

Deux kinésithérapeutes assurent des consultations sur le même mode que celles réalisées en
cabinet libéral (la complémentarité actuelle avec le kinésithérapeute libéral aura vocation à
s’accroître dans l’éventualité d’un départ annoncé de celui-ci). Ces consultations, sur
prescriptions médicales, concernent globalement des traitements pour des problèmes
rachidiens, de la kinésithérapie respiratoire et de la rééducation fonctionnelle à l’égard d’une
patientelle âgée en moyenne de 35 à 50 ans (417 patients et 5 681 consultations en 2007). Une
liste d’attente est constatée ceci en dépit de l’activité libérale complémentaire.

L’offre de soins libérale sur l’archipel, et en particulier à Saint-Pierre se limite à la présence


d’un médecin généraliste, d’une psychologue, d’un chirurgien dentiste, d’un masso-
kinésithérapeute et d’une pédicure-podologue.

En complémentarité des professionnels de l’hôpital et du centre de santé, le masso-


kinésithérapeute libéral assure, outre sa propre patientelle, des interventions tant auprès des
patients de l’hôpital que du centre de santé dans le cadre d’une coopération
interinstitutionnelle et non formalisée (remplacements en cas d’absences) ; il est toutefois le
seul à assurer des soins de ville à domicile.
Dans le cadre de ses consultations en cabinet, ses patients sont issus de toute la population en
général mais se particularisent à domicile par une majorité de personnes âgées et de personnes
atteintes d’un handicap.

Professionnelle paramédicale, une psychologue assure une offre libérale en psychologie.


Du fait de la faiblesse de l’offre de soins en psychologie sur l’archipel (absence de
psychologue à l’hôpital remplacée par une vacation, une psychologue au SESSAD et une
psychologue scolaire), l’offre libérale participe à répondre à une évolution croissante des
demandes de soins, comme en témoigne l’état apparent des besoins.

10
Les consultations de ville en psychologie se caractérisent par une patientelle en majorité
féminine et par des patients âgés en moyenne de 20 à 50 ans. Les pathologies dénombrées
relèvent principalement de véritables dépressions (50 %), de problèmes de stress et de
« déprimes » (30 %) et d’états psychiatriques plus sévères (20 %). Les causes de ces
pathologies peuvent découler de situations de maltraitance, de divers traumatismes, de conflits
et de situations de harcèlements, de difficultés familiales et conjugales, de problèmes
d’addiction ; certaines causalités étant d’ordre psychiatrique.

En l’absence de structuration du service tant en matière d’hospitalisation complète, qu’en


psychiatrie ambulatoire ou de liaison, l’activité de psychiatrie et santé mentale de l’hôpital
est principalement assurée par la présence d’un praticien hospitalier contractuel ; cette
présence étant demeurée en suspens pendant plusieurs mois au cours de l’année 2007 de mai à
septembre. Dans le domaine de la prise en charge psychiatrique de l’hôpital, le praticien
psychiatre a constaté, dans son rapport du 1er juin au 30 novembre 2007 que 59 % des patients
reçus en consultation n’ont jamais eu de consultation psychiatrique antérieure alors qu'ils ont
été confrontés à des antécédents de souffrance psychologique, que 61 % d’entre eux sont des
femmes et que la majorité des patients sont des adultes âgés de 16 à 59 ans.

Les pathologies rencontrées en consultations par le praticien psychiatre relèvent


principalement de deux problématiques : troubles dépressifs (40%) et troubles anxieux (18%),
totalisant ainsi plus de la moitié des cas examinés. Sont également détectés des cas de
psychoses (7%), des troubles de la personnalité (7%), des troubles liés à l’alcool (4%) ou à la
toxicomanie (3 %), des troubles délirants persistants (2%) et des problématiques liées au
déficit de l’attention, à l’hyperactivité, à la conduite alimentaire (boulimie, anorexie)…Le
constat de la présence en psychiatrie de patients ne relevant pas de troubles psychiatriques
mais de troubles existentiels, relevant davantage de la prise en charge psychologique,
témoigne vraisemblablement de l’inadaptation actuelle du dispositif de prise en charge en
matière de santé mentale.

A l’issue de cette présentation, nous constatons que malgré les efforts entrepris, certains
obstacles freinent encore l’accès à une qualité des soins où l’offre répond entièrement à la
demande ou plutôt aux besoins (surtout en psychiatrie et pour les soins de kiné).
1.3. Initiation de l’acupuncture à Saint Pierre et Miquelon

11
L’ensemble de ces contraintes géo climatiques et médicales ou paramédicales explique sans
doute, en partie, et à priori, l’engouement des Saint Pierrais pour l’acupuncture, dont l’activité
a été renforcée pendant ces derniers mois de févier à octobre 2009.
Arrivée en Février 2009 pour faire un remplacement de médecin généraliste au centre de santé
de St Pierre et Miquelon, j’ai rapidement été consultée pour des douleurs rhumatismales
chroniques et pour des angoisses. A ma grande et heureuse surprise, j’ai découvert qu’il y
avait des aiguilles d’acupuncture disponibles au centre de santé, dont un médecin du centre
faisait usage occasionnellement.
Malgré mon peu d’expérience dans le domaine, (en 3ème année de DIU d’acupuncture), j’ai
proposé un jour à une patiente très angoissée qui refusait son renouvellement d’anxiolytique
habituel et sollicitait une solution thérapeutique alternative, de lui faire une séance
d’acupuncture. Elle s’est trouvée soulagée et peu de temps plus tard, j’ai reçu des patients qui
voulaient à leur tour essayer l’acupuncture.
Les principaux motifs de consultation concernaient les douleurs rhumatismales (lombalgies,
gonalgies, épicondylites, cervicalgies…), les troubles du sommeil, l’anxiété et la dépression.
Ceci confirmant le travail de Sonia LORHO dans sa thèse de 2009 (3).
Un peu timidement, j’ai donc été amenée à me lancer dans cette médecine que je maîtrisais à
peine.
Force est de constater que malgré tout, les résultats semblaient positifs et que la demande
devenait de plus en plus importante (le plus souvent je couplais l’acupuncture à la
mésothérapie).

2. METHODOLOGIE

12
2.1. Objectif général.

Evaluer le degré de satisfaction des patients soignés à St Pierre et Miquelon par Acupuncture
de Février à Octobre 2009.

2.2. Objectifs spécifiques.

• Identifier les motifs de consultation et les raisons qui conduisent les patients à recourir
à l’acupuncture
• Evaluer le soulagement apporté par l’acupuncture et la durée de ce dernier.
• Evaluer si l’acupuncture a amélioré la qualité de vie de ces patients, et dans quel(s)
domaine(s).
• Evaluer si l’acupuncture a permis à ces patients de réduire leur consommation
médicamenteuse.
• Evaluer si les patients concernés par cette enquête se sont sentis compris et écoutés
pour leur (s) problème(s) de santé.

2.3. Méthodologie.

2.3.1. Cadre de l’étude.

Cette étude a été réalisée sur l’archipel de Saint Pierre et Miquelon, plus précisément sur l’île
de Saint Pierre.

2.3.2. Période de l’étude.

Le recueil des données s’est fait du 1er au 17 octobre 2009. Les patients interrogés avaient fait
au moins une séance d’acupuncture dans la période allant du 14 février 2009 au 16 octobre
2009. Cette période a été scindée en 4 missions de remplacement du 14 février au 13 mars
pour la première, du 18 avril au 23 mai pour la seconde, du 20 juin au 8 août pour la troisième
et du 8 septembre au 17 octobre pour la dernière. Soit un total d’environ 4 mois et demi.
2.3.3. Type d’étude.

13
Il s’agissait d’une enquête de satisfaction rétrospective.

2.3.4. Population cible.

• Critères d’inclusion :
Toute personne ayant reçu entre février et octobre 2009 des soins en acupuncture au centre de
santé de Saint Pierre, tous motifs confondus, tous âges confondus.

• Méthode utilisée :
Identification sur l’agenda informatique des 9 derniers mois des patients ayant fait de
l’acupuncture avec le Docteur THILLIER.

2.4. Matériel

2.4.1. Recueil des données.

Un questionnaire de 18 questions (cf. annexe) a été élaboré, puis envoyé par la Poste à chaque
patient. Les réponses (anonymes) étaient déposées à l’accueil du centre de santé puis
m’étaient rendues en conservant l’anonymat.
Le questionnaire interrogeait sur le nombre total de séance(s) d’acupuncture reçues depuis
février dernier. Ensuite il s’intéressait aux motifs de consultation et aux raisons ayant conduit
le patient à faire de l’acupuncture. Le soulagement était ensuite évalué, de façon globale, puis
plus précisément en terme de qualité de vie et indirectement à travers l’évolution de la
consommation médicamenteuse. Le patient était aussi interrogé sur le délai de soulagement
ressenti et la durée de celui ci. Une dernière partie évaluait l’appréciation par le patient de la
prise en charge portée à son problème de santé (à travers l’écoute, et le sentiment d’avoir été
compris par le thérapeute).

2.4.2. Saisie et analyse des données.

La saisie et l’analyse des données a été réalisée sous Epi-info version 2000 (4).
3. RESULTATS

14
3.1. Retour du questionnaire

Sur les 91 patients concernés, 45 (soit 49%) ont répondu au questionnaire.

3.2. Profil de la population étudiée

67% (30/45) des répondeurs sont des femmes (elles représentaient 63% de l’échantillon
sélectionné).
L’âge moyen est de 50 ans, avec un minimum de 26 ans pour le plus jeune patient et un
maximum de 84 ans pour le plus âgé.
Les plus de 60 ans représentent 24% (11/45), et 2/11 ont plus de 80 ans.
L’âge moyen chez les femmes est de 51 ans ; il est de 47 ans chez les hommes.
Pour 69% (31/45), c’est la première fois qu’ils ont eu recours à l’acupuncture depuis Février
2009.

Pour 93% (42/45) c’est avec le même médecin qu’ils ont fait les séances d’acupuncture.
36% (16/45), dont 88% de femmes et 12% d’hommes, ont consulté de leur propre initiative.
33% (15/45) ont été conseillé par une « connaissance », 29% (13/45) par un médecin
(cf.figure1).

Le nombre moyen de séances par patient est de 3,5. Le minimum étant de 1 séance pour 4
patients (9%) ; et le maximum de 8 séances pour 3 patients (7%) (2 séances pour 7 patients, 3
séances pour 15 patients, 4 séances pour 9 patients, 5 séances pour 3 patients, 6 séances pour
3 patients).

18
16
14
Nb de patients

12
10
8
6
4
2 15
0
médecin connaissance vous-même autre
Figure 1 : "qui vous a conseillé de faire de l'acupuncture"?

3.3. Ce qui conduit les patients à faire de l’acupuncture

3.3.1. Motifs de consultation.

Parmi les motifs de consultation énoncés, les douleurs ostéoarticulaires (OA) représentent
40%, les troubles anxio-dépressifs 26%, les troubles du sommeil viennent en 3 ème position
avec 11%.(cf.figure 2)

accouphène

aide au
régime
11% 2% 6%
5%
douleurs OA

migraines

oedèmes
26%
40% tr.anxio-dépr.
5% 5%

tr.digestifs

tr.du
sommeil

Figure 2: motifs de consultation tous âges confondus.

16
En rapportant les motifs de consultations à l’âge, les douleurs ostéoarticulaires représentent
82% des motifs de consultation chez les plus de 60 ans (cf.figure3); et 36% chez les moins de
60 ans.
Les troubles anxieux représentent en revanche une proportion plus importante chez les moins
de 60 ans (9% chez les plus de 60 ans ; 33% chez les moins de 60 ans, dont 75% en dessous
de 40 ans). (cf.figure 4)
Les troubles du sommeil représentent 13% chez les moins de 60 ans et 9% chez les plus de 60
ans.

MOTIFS DE CONSULTATIONS
> 60 ANS

9%
9%

douleurs OA
tr.sommeil
tr.anxio-dépr.

82%

Figure 3:motifs de consultation chez les plus de 60 ans.

MOTIFS DE CONSULTATION
<60 ANS

9% 2% douleurs OA
7%
36% tr.sommeil
tr.anxio-dépr.
migraines
33% régime
13% accouphène

Figure 4: motifs de consultation chez les moins de 60 ans.

17
3.3.2. Pourquoi avoir recours à l’acupuncture ?

La plupart des patients, 21/45 (47%), ont recours à l’acupuncture après avoir essayé d’autres
traitements jugés insuffisants en terme d’efficacité et de soulagement de leurs symptômes.
17 patients (38%) veulent essayer l’acupuncture en première intention avant de prendre des
médicaments.
2 patients (4%) sont motivés pour l’acupuncture car ils redoutent les effets secondaires des
traitements pris en première intention. (cf.figure 5)

tt antèrieurs insuffisants
11%
effets secondaires des tt
47% mal supportés
essaie acupuncture en
38% première intention
autre raison
4%

Figure 5: raisons qui conduisent les patients à faire de l'acupuncture.

42 patients (93%) ont eu recours à d’autres moyens thérapeutiques pour soulager leurs
symptômes en parallèle des séances d’acupuncture.
18 patients (41%) ont consommé des médicaments ; 17 (40%) ont fait de la mésothérapie, et
14 (32%) ont pris de l’homéopathie, 6 (14%) ont eu des séances de kiné. (cf.figure 6)

18
20
18
16
nb de patients

14
12
10
8
6
4
2
0
n

s

ire
e

ns
ie

ts

t re
cu

i
th
ap

en
ki

tio

ta
au

au
pa

an
r

am
tra

éo

pl
f il

ic
ot

in

éd
e
és

gi
ho

m
m

lo
xo
fl e
re

Figure 6: compléments thérapeutiques à l'acupuncture.

3.4. Effets ressentis de l’acupuncture

3.4.1. Le soulagement global.

37 patients (82%) des patients disent avoir un soulagement partiel de leurs symptômes ; 8
(18%) répondent qu’ils ont été soulagés complètement ; 3 (7%) ne sont pas du tout soulagés
par les séances d’acupuncture. (cf.figure 7)
(la majorité des patients a consulté pour au moins 2 motifs, et a donc répondu à deux items
concernant le soulagement de l’un ou de l’autre symptôme pour lequel ils ont été plus ou
moins soulagés).

40
35
30
nb de patients

25
20
15
10
5
0
soulagement complet soulagement partiel aucun soulagement

Figure 7: évaluation subjective du soulagement global.

19
3.4.2. Durée et délais du soulagement.

La durée du soulagement évaluée, bien que variable et peu comparable du fait de l’inégalité
des patients devant l’ancienneté des séances, est majoritairement de 1 à 2 mois pour 9 patients
(21%).
8 patients (18%) sont soulagés plus de deux mois, 7 (16%) moins de 8 jours, 7 (16%) entre
15 jours et 1 mois, 6 (13%) entre 8 et 15 jours. 7 (16%) répondent « autre réponse » à la
question concernant la durée du soulagement (pour la plupart, les premières séances sont trop
proches du questionnaire pour pouvoir répondre objectivement et avec assez de recul).
(cf.figure 8)

10
8
nb de patients

6
4
2
0
< 8 jours 8-15 jours 15 jours - 1-2 mois > 2 mois autre
1 mois réponse

Figure 8:durée du soulagement.


18 patients (45%) ont été soulagés au bout de 2 séances, 16 patients (40%) au bout d’1 séance,
4 patients (10%) au bout de 3 séances et 2 patients (5%) après 4 séances. (cf.figure 9)

20
20
18
16
14
nb de patients

12
10
8
6
4
2
0
1 séance 2 séances 3 séances 4 séances

Figure 9: délai du soulagement ressenti par rapport au nombre de séances.

Le soulagement est immédiat après la séance pour 23 patients (51%), ressenti dans les moins
de 48h pour 17 patients (39%) et dans les plus de 48h pour 4 patients (10%). (cf.figure 10)

25

20
nb de patients

15

10

0
effet immédiat effet dans les 48 h effet au-delà de 48 h

Figure 10: délai du soulagement ressenti après une séance d'acupuncture.

3.4.3. Impacts sur la qualité de vie.

41 patients (91%) interrogés pensent que l’acupuncture a amélioré leur qualité de vie.
Les domaines de la vie quotidienne les plus souvent améliorés par l’acupuncture sont les
douleurs au quotidien pour 7 d’entre eux, (17%) et le moral pour 9 (20%).

21
L’amélioration de la sensation de bien être et le soulagement des angoisses concernent
respectivement 6 patients (13%).
L’amélioration de la qualité de sommeil et l’effet sur la fatigue sont notés par 5 patients pour
chaque domaine (12% chacun).
La marche est améliorée subjectivement pour 4 patients (9% des patients interrogés).
(cf.figure 11)

autre
marche
3%
9% autonomievie
quotidienne
mieux-être (habillage)
13% 1%

angoisse douleurs
13% 17%

sommeil
12%

moral
20%

fatigue
12%

Figure 11: domaines de la vie quotidienne améliorés par l'acupuncture.

3.4.4. Effets sur la consommation médicamenteuse.

19 patients (42%) qui consommaient des médicaments en complément de l’acupuncture, ont


le sentiment d’avoir réduit leur consommation.
Parmi ces patients, 23 (52%) avaient eu recours à l’acupuncture pour « douleurs
ostéoarticulaires », 11 (24%) pour « troubles anxiodépressifs », 6 patients (14%) pour
« troubles du sommeil », 4 patients (10%) pour « migraines ».
Parmi les patients qui disent avoir réduit leur consommation médicamenteuse, 37 patients
(83%) estiment que les séances d’acupuncture ont amélioré leur qualité de vie. Pour 24
patients (53%), moins de douleurs au quotidien ; pour 15 patients (33%), moins de troubles du
sommeil ; pour 15 patients (33%) moins d’angoisse. (cf.figure 12)

22
14%

douleurs OA
24% 52% Migraines
tr.anxio-depr.
10% tr.sommeil

Figure 12: motifs de consultation des patients qui ont réduit leur consommation
médicamenteuse.

3.5. Appréciation de la prise en charge par cette médecine alternative

3.5.1. L’écoute du patient.


42 patients (93%) sont satisfaits de l’écoute portée à leurs problèmes de santé.

3.5.2. La compréhension du patient.


39 patients (86%) pensent que leur problème a été compris ; 3 patients (7%) pensent ne pas
avoir été compris et 3 patients (7%) ne savent pas répondre à cette question.

3.5.3. Commentaires personnels des patients.

37 patients sur les 45 interrogés ont fait des commentaires,


10 d’entre eux souhaiteraient une régularité des soins par acupuncture à Saint Pierre ; ils
estiment que c’est un besoin de santé pour la population.
13 patients remercient pour la prise en charge par cette médecine alternative et se disent
satisfaits.
Un patient déplore l’apparition d’hématomes suite à une séance, et s’en étonne car les
premières séances d’acupuncture faites à l’étranger n’avaient pas généré ce genre de trouble.
Un patient signale le retour de ses maux de tête sans plus de précision.
Un autre déplore le temps d’écoute préalable à la séance trop court, un dernier demande de la
documentation à visée d’information sur l’acupuncture.

23
4. DISCUSSION

4.1. Atouts et limites de l’enquête réalisée


4.1.1. Les limites.

Le caractère rétrospectif de cette enquête a induit des biais d’information inévitables à


plusieurs niveaux.
Les données recueillies sur le matériel informatique du centre de santé auraient pu être plus
précises concernant les éléments diagnostiques (conformément au DRCMG (5)) et
thérapeutiques de chaque patient si j’avais pensé plus tôt à réaliser ce genre d’étude.
La période concernée par l’enquête s’étale de février à octobre 2009. Les réponses données
par les patients concernent donc plusieurs mois durant lesquels les soins par acupuncture ont
été progressivement étendus au fur et à mesure que les patients en prenaient connaissance. Il y
a donc une hétérogénéité dans la période post soins et donc dans les résultats concernant la
durée des effets. Cet élément bien que retransmis dans les résultats n’est pas comparable donc
peu fiable.
En effet, certains patients ont bénéficié de séances d’acupuncture depuis plus de 2 mois au
moment où le questionnaire a été envoyé ; d’autres n’ont eu que très peu de séances et pas
toujours assez de recul pour répondre à la question sur la durée des effets à moyen et long
terme. Nous aurions eu un échantillonnage de patients beaucoup plus restreint si nous avions
exclus de l’enquête ceux qui ont été soignés en septembre et octobre 2009 .La puissance des
résultats obtenus aurait alors été diminuée.
Nous aurions pu corriger ce biais en demandant aux patients de préciser les dates des séances
mais cela a été omis dans le questionnaire car cet effort de mémoire aurait peut être dissuadé
certains patients à répondre.
Nous devons prendre en compte également l’interruption des missions de remplacement entre
février et octobre 2009.Cela signifie que le suivi des patients n’a pu être régulier pendant ces
9 mois. Les résultats de cette prise en charge peuvent donc en avoir subi des retentissements.
Par ailleurs, un biais de sélection a pu être introduit dans la mesure où pour 93% des patients
les séances d’acupuncture ont été réalisées par un seul et même médecin, en l’occurrence,
l’auteur de cette enquête. L’anonymat des réponses, pas toujours conservé par certains
patients, a cependant visé à préserver le maximum d’objectivité vis-à-vis des réponses.
L’intérêt majeur et manifeste pour l’acupuncture, des patients concernés par l’enquête, a pu
également entraîner un biais d’information dans les réponses données. On doit donc être

24
prudent et humble à l’égard des résultats, dans l’ensemble favorables, exprimés par les
répondeurs à l’enquête. Ce d’autant plus que les personnes ayant répondu au questionnaire
sont peut être celles qui ont été les plus satisfaites des séances d’acupuncture et espèrent voir
se pérenniser cette médecine sur l’archipel.

4.1.2. Les atouts.

Malgré les limites citées ci-dessus, certains éléments ont contribué favorablement à la
réalisation de ce travail.
Bien qu’interrompues à trois reprises, ces missions de remplacement ont touché les quatre
saisons de l’année. Cela a donc permis une approche générale et globale des problèmes de
santé de l’archipel.
L’isolement insulaire et le délai d’attente pour les soins de kiné ont probablement eu une
influence sur l’engouement des habitants à l’égard de l’acupuncture. L’attrait manifesté pour
cette médecine a permis d’avoir un échantillonnage conséquent et un taux de participation
satisfaisant qui confirme cette tendance.
L’organisation du centre de santé et sa gestion administrative, dans un cadre salarié, a
également permis de travailler dans des conditions agréables et sereines. La disponibilité d’un
local technique mitoyen de mon bureau de consultation est un autre élément favorable à la
mise en œuvre des conditions de ce travail.
L’avance des frais pour les patients et la prise en charge des consultations en acupuncture au
même titre que celles de médecine générale a peut être participé aussi à la fréquentation
importante des patients pour cette médecine.

4.2. A propos des résultats

4.2.1. Les douleurs osteoarticulaires : principal motif de consultation.

Le terme « douleur osteoarticulaire » rassemble les motifs de consultations en relation avec


les pathologies rhumatismales et post traumatiques aigues à chroniques. Le manque de
précision vient du caractère rétrospectif de l’enquête qui s’appuie sur les réponses anonymes
et subjectives de chaque patient. Nous aurions pu être plus précis en utilisant la nomenclature

25
du Dictionnaire des Résultats de consultation de médecine générale (5) dans le cadre d’une
étude prospective.
Ce motif isolé ou associé à un autre motif de consultation est le plus fréquent quelque soit
l’âge (82% chez les plus de 60 ans ; 36% chez les moins de 60 ans).
Il est plus fréquent chez les personnes de plus de 60 ans.
L’isolement insulaire associé au climat froid et humide et souvent venté est probablement
responsable de cette tendance. Le délai d’attente pour une consultation de kiné est
suffisamment important par ailleurs pour participer à cette explication. La pratique de la
mésothérapie (40%) en complément de l’acupuncture est d’ailleurs fréquemment citée parmi
les personnes interrogées.
Chez les plus jeunes, le mal de dos est un motif fréquent surtout chez les hommes.
Les autochtones sont très autonomes dans les travaux de bâtiment et il n’est pas rare de les
voir construire eux même leur maison. Les activités maritimes (comme la pêche) sont peut
être un élément fréquent du quotidien de beaucoup de Saint Pierrais pouvant expliquer cette
tendance.
La majorité des habitants est plutôt « dur au mal », et le délai d’attente des examens
complémentaires comme le TDM (ou IRM absent sur l’archipel) ainsi que les consultations
rhumatologiques peu fréquentes (car soumises aux aléas des vacations occasionnelles des
spécialistes) retardent souvent une prise en charge précoce et adaptée aux problèmes
rhumatologiques.
Il est difficile de dire si ces pathologies rhumatismales sont dépendantes des saisons car nous
manquons d’information dans le questionnaire. Selon mon observation je n’ai pas
l’impression que les saisons aient un réel impact sur la fréquence de ce motif de consultation.
Le vent, le froid et l’humidité étant des facteurs climatiques que l’on retrouve à toute période
de l’année de façon plus ou moins atténués (l’utilisation des moxas a d’ailleurs été la même
quelle que soit la saison). Les variations climatiques brutales sont en revanche un élément à
prendre en considération car spécifiques et régulières quelque soit la saison. Elles semblent
occasionner beaucoup de fatigue et peut être en partie une récurrence des poussées aigues de
pathologies rhumatismales.
L’anxiété et la dépression sont un motif de consultation fréquent après les douleurs
ostéoarticulaires (26%).
On les retrouve en pourcentage plus important chez les moins de 60 ans (33% des motifs de
consultation).

26
L’isolement et la promiscuité insulaire associés à un climat difficile avec un hiver long et rude
participent sans doute à ce constat.
Il n’y a de plus qu’un seul psychiatre sur l’archipel et donc une inadéquation, comme cela a
été souligné en première partie, entre l’offre et la demande dans ce domaine.

4.2.2. Effets ressentis de l’acupuncture : des premiers résultats encourageants.

Pour 91% des personnes ayant participé à l’enquête, l’acupuncture a permis une
amélioration de la qualité de vie. Cette amélioration concerne essentiellement les douleurs
ressenties et l’anxiété/ dépression (mis en évidence dans de précédentes études (6)). En terme
de soulagement des symptômes, ils sont 82% à reconnaître un soulagement partiel, pour la
majorité au bout de 2 séances, et dans les moins de 24h pour la moitié d’entre eux, pour 40%
dans les 48h. La durée de ce soulagement n’est pas discutable du fait de l’hétérogénéité du
recul des patients par rapport aux séances au moment où ils ont été interrogés.
Parallèlement on constate que la demande de ce genre de soins est relativement
importante d’après les commentaires rajoutés spontanément par les patients, en effet 10
patients sur 37 ayant fait un commentaire personnel manifestent le désir d’avoir une régularité
des soins en acupuncture à St Pierre et Miquelon. 36% consultent de leur propre initiative.
Dans 47%, l’acupuncture répond à une alternative thérapeutique quand les traitements
précédents n’ont pas été suffisants.
Il semble d’ailleurs que 42% des personnes qui consommaient des médicaments ont
réduit leur consommation, cette tendance n’est que le reflet d’un sentiment subjectif qui
mériterait, pour plus de significativité, une étude objective et approfondie de la consommation
réelle des médicaments sur l’archipel.
Parmi ces personnes qui disent avoir réduit leur consommation médicamenteuse, 62% avaient
consulté pour des douleurs ostéo articulaires et 53% parmi eux disent avoir moins de douleur
suite aux séances. Les autres qui disent avoir réduit cette consommation médicamenteuse se
sentent améliorés en ce qui concerne les troubles du sommeil (33%) et l’anxiété (33%).

Il serait intéressant (même si l’acupuncture a déjà fait les preuves de son efficacité,
scientifiquement prouvée, dans les domaines concernés, par de précédentes études (6,7) de
confirmer et compléter cette observation par une étude plus approfondie sur cet archipel, pour
savoir si l’acupuncture permet réellement de diminuer la consommation de certains
médicaments et si oui de quelle classe thérapeutique.

27
Bien que ces premiers résultats soient encourageants, nous ne devons occulter la part
relativement importante des compléments thérapeutiques apportés par la mésothérapie (40%),
surtout sur les douleurs rhumatismales et aussi des médicaments (41%). Cela souligne
l’intérêt montré par de précédentes études d’associer l’acupuncture à la prise en charge
médicamenteuse pour optimiser le soulagement et l’efficacité des soins tout en réduisant les
effets secondaires des médicaments allopathiques (8,9).
Là encore nous manquons d’information pour préciser sur quels domaines et selon quel
protocole d’association ces compléments thérapeutiques optimisent le soulagement ressenti
par les patients.
Une étude prospective plus approfondie et plus ciblée sur le sujet pourrait apporter plus de
fiabilité et de précision sur cette observation.

La satisfaction globale des patients quand à l’écoute du praticien et le sentiment


d’avoir été compris dans le problème de santé participe sûrement à l’effet général de
satisfaction et d’amélioration de leur qualité de vie.
Une enquête de satisfaction portant sur une population soignée pour la majorité (93%) par le
même médecin manque d’objectivité pour juger formellement de l’efficacité de cette
technique thérapeutique qu’est l’acupuncture.

L’organisation du centre de santé a contribué par ailleurs à la qualité des consultations,


le praticien étant libéré de certaines contraintes (administratives, financières…).
Le temps donné pour une consultation était de 40 minutes et le tarif de la consultation
identique à celui de médecine générale.
Ces éléments constituent un atout supplémentaire contribuant aux résultats favorables de
l’introduction de cette médecine sur l’archipel.

28
5. CONCLUSION

Au terme de cette enquête, nous pouvons conclure que la tendance générale est plutôt
à la satisfaction des soins apportée par cette médecine alternative (et cela malgré l’irrégularité
des séances apportés au cours de 4 missions de remplacements interrompues de quelques
semaines à chaque fois, et malgré le peu d’expérience du praticien qui finissait à peine sa
formation en acupuncture au terme des 3 ans de formation).
Indépendamment de l’efficacité propre à l’acupuncture qui a déjà fait ses preuves
scientifiquement, des éléments propres à l’archipel sont à prendre en considération pour
comprendre ces résultats.
L’isolement insulaire soumis à un climat difficile quasiment toute l’année (où se mêlent le
froid l’humidité et le vent) participe à majorer les troubles rhumatismaux, qui représentent un
motif fréquent de consultation. L’apport de l’acupuncture et de la moxibustion apporte un
complément thérapeutique intéressant aux médicaments (AINS …) et soins de kiné dont le
délai d’attente représente un obstacle thérapeutique non négligeable.
Sur l’anxiété et la dépression qui sévit aussi par ici, et pour lesquels le système de santé a du
mal à satisfaire entièrement la demande par manque de spécialistes, l’acupuncture semble
apporter un bienfait et contribuer à améliorer la qualité de vie.
Le cadre d’exercice dans un centre de santé, dont j’étais salariée, a sûrement favorisé
ces résultats en privilégiant la consultation avec chaque patient, car libérée des contraintes et
soucis d’organisation et de comptabilité rencontrées trop souvent à mon avis dans le privé.
L’avance des frais et la prise en charge des séances d’acupuncture au même titre que les
consultations de médecine général est à mon avis un élément important à prendre en compte
pour comprendre l’adhésion des patients à cette pratique et l’accès pour tous quelque soit ses
moyens.
Un complément d’étude à cette première enquête rétrospective, basée sur les
observations et tendances recueillies, serait intéressant pour justifier, à l’aide d’arguments
scientifiques et significatifs, la demande de soins réguliers et pérennes en acupuncture
sollicitée par de nombreux patients sur l’archipel.
Un approfondissement de formation en acupuncture sur les pathologies rhumatismales
et les troubles anxieux s’avèrerait utile et indispensable pour les futurs praticiens amenés à
venir travailler dans ce domaine à Saint Pierre et Miquelon.

29
ANNEXES

30
Saint Pierre , le 24 septembre 2009

Madame , Monsieur,

Bonjour,

Par ce questionnaire, je vous sollicite en vue de réaliser une enquête de satisfaction sur les
séances d’acupuncture réalisées ces derniers mois au centre de santé.

L’analyse de vos réponses me permettra d’élaborer un mémoire qui validera ma formation


d’acupuncteur et fournira à l’archipel des données de santé pouvant s’avérer intéressantes pour une
amélioration à venir de la qualité des soins.

Soutenue dans ma démarche par le centre de santé de Saint Pierre et Miquelon, je vous invite à
déposer le questionnaire rempli dans l’urne prévue à cet effet à l’accueil du centre de santé, et cela
de préférence avant mi-octobre 2009 .

Consciente de l’effort que je vous demande, je vous serai très reconnaissante des quelques
minutes que vous consacrerez à ce questionnaire ( qui sera anonyme). La qualité de l’évaluation et son
intérêt dépendront de votre participation .

Dans l’attente de vos réponses , je vous remercie de l’attention que vous porterez à ce courrier
et vous prie de recevoir mes sincères et cordiales salutations.

Docteur Laurence Thillier

31
QUESTIONNAIRE

1.Êtes-vous :
une femme
un homme

2.Quel âge avez-vous ? ____ ans

3.Combien de séances d’acupuncture avez-vous fait depuis février dernier ? _____

4.Etait-ce avec le même médecin ?


oui
non

5.Etait-ce la première fois ?


oui
non

6.Pour quel(s) problème(s) de santé avez-vous fait de l’acupuncture ?


________________________________________________________________________
________________________________________________________________________
________________________________________________________________________
________________________________________________________________________
________________________________________________________________________

7.Qui vous a conseillé de faire de l’acupuncture ?

un médecin
une connaissance
vous même
autre (précisez) :__________________________________________________

8.Pourquoi avez-vous décidé de faire de l’acupuncture ?

les traitements précédents ne suffisaient pas pour me soulager


je supportais mal les effets secondaires des traitements précédents
je voulais essayer l’acupuncture avant de prendre d’autres traitements
autre (précisez) :_________________________________________________

32
9.Globalement, avez-vous été soulagé par l’acupuncture ?

oui complètement (mon problème a complètement disparu)


oui en partie (mon problème a partiellement disparu)
non pas du tout (passez à la question 13)

10. Combien de temps le soulagement a-t-il duré après l’arrêt des dernières séances ?

moins d’une semaine


entre une semaine et quinze jours
entre quinze jours et un mois
entre un mois et deux mois
plus de deux mois
autre :__________________________________________________________

11.Au bout de combien de séances avez-vous senti un soulagement ?


________________________________________________________________________

12.Au bout de combien de temps après une séance avez-vous ressenti l’effet de
soulagement ?
effet immédiat dans les quelques heures
effet dans les 48 h
effet au-delà de 48 h

13.Avez-vous senti une amélioration de votre qualité de vie suite aux séances
d’acupuncture ?
oui
non

14.Si oui, dans quel domaine :

amélioration de la marche
plus d’autonomie pour s’habiller ou se laver
moins de douleur au quotidien
meilleure qualité de sommeil
moins de fatigue
meilleur moral
moins d’angoisse
mieux dans ma peau
autre (précisez) :
_____________________________________________________________________
_______________________________________________________________

33
15.Si vous preniez des médicaments avant de faire de l’acupuncture, avez-vous réduit
votre consommation en médicaments ?

Oui un peu
Oui complètement
Non pas du tout

16.Etes-vous satisfait de l’écoute portée à votre problème ?

oui
non
ne sais pas

17.Pensez-vous que votre problème de santé a été compris ?

oui
non
ne sais pas

18.Quel(s) autre(s) moyens thérapeutiques avez-vous utilisé en complément de


l’acupuncture ?

aucun
mésothérapie
homéopathie
réflexologie plantaire
kinésithérapie
infiltrations
médicaments
autres
(précisez):
__________________________________________________________________

19.Commentaires/Suggestions :____________________________________________
________________________________________________________________________
________________________________________________________________________
________________________________________________________________________
________________________________________________________________________
________________________________________________________________________
________________________________________________________________________
__

34
BIBLIOGRAPHIE

1. Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Review an Analysis of reports on controlled


clinical trials. (ISBN 9241545437)Genève, 2002.

2. DDASS de Saint Pierre et Miquelon. Schéma Territorial de l’Organisation Sanitaire et


Sociale de Saint Pierre et Miquelon 2008-2013.

3. LORHO S. Résultats de consultation en médecine générale à orientation acupuncture : à


propos de 540 consultations pour 54 médecins en Aquitaine ( Thèse médecine). Bordeaux :
Université Bordeaux 2 ; 2009.

4. Epi Info, Version 3.3.2 (Windows). Disponible sur: http://www.cdc.gov/epiinfo

5. www.sfmg.org/ dictionnnaire_des_resultats_de_consultation

6. QI MUZHEN et al. Etude Clinique de 70 cas de syndromes douloureux aigus traités par
acupuncture.Chinese acupuncture and moxibustion 1986;6 (2) : 21.

7.WITT CM, JERO S, SELIM D, et al. Pragmatic randomized trial evaluating the clinical and
economic effectiveness of acupuncture for chronic low back pain, Am J epidemiol,1er
septembre 2006, Vol 164, n°5, 487-96.

8. LIN ZHONG ; LINGEN-QI; ZHOU ZHENG-BAO ; et al. Observation on therapeutic


effect of combination of acupuncture with drug on depression. Chinese acupuncture and
moxibustion 2005; 25 (1): 27.

9. LIN HONGI ; UGEN-QI; ZHOU ZHENG-BAO. Clinical study on treatment of depression


with combined acupuncture and antidepressant. Journal of clinical acupuncture and
moxibustion 2004; 20 (12): 17.

35
DIPLOME INTERUNIVERSITAIRE D’ACUPUNCTURE
UNIVERSITE DE BORDEAUX II
DECEMBRE 2009

THILLIER Laurence
31-33 rue Pauline Kergomard
33800 Bordeaux

Née le 06/02/1978 à Talence

TITRE DU MEMOIRE : Enquête de satisfaction auprès des patients suivis en acupuncture à


Saint Pierre et Miquelon de février à octobre 2009.

RESUME :
De février à octobre 2009, 91 patients ont été suivis en acupuncture au centre de santé de
Saint Pierre. 45 ont répondu à une enquête de satisfaction réalisée fin septembre 2009.
L’introduction de l’acupuncture sur cet archipel a suscité une demande importante de la part
de ses habitants. Les douleurs ostéoarticulaires (40%) et les troubles anxieux (26%)
représentent les principaux motifs de consultation. Les facteurs géoclimatiques d’isolement et
de conditions météorologiques difficiles expliquent sans doute en partie l’engouement des
saint pierrais pour cette médecine. La satisfaction globale évaluée directement et
indirectement en terme d’amélioration de la qualité de vie ( pour 91%) témoigne de l’intérêt
et du besoin ressenti à pérenniser autant que possible par de prochaines missions les soins
fournis par cette médecine alternative.

MOTS CLES : acupuncture ; Saint Pierre et Miquelon ; centre de santé ; enquête de


satisfaction ; douleurs ostéoarticulaires ; troubles anxieux.

36