Vous êtes sur la page 1sur 9

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D’ACUPUNCTURE

Université Victor Segalen Bordeaux 2

L’EXAMEN DES POULS EN


MEDECINE CHINOISE

Vendredi 18 Novembre 2011 Docteur Luc RIBETON


38 avenue de la République
33450 SAINT LOUBES
Tel : 05-56-68-63-23
E-mail : luc.ribeton@free.fr

1
L’EXAMEN DES POULS

L’examen des pouls est la pierre angulaire du diagnostic en médecine chinoise.


Dès l’antiquité a été prise l’habitude d’examiner le pouls uniquement au Cun Kou, sur l’artère
radiale.

L’examen des 12 pouls radiaux


L’emplacement du Cun Kou est divisé en 3 loges sur chaque artère droite et gauche :
- la loge proximale (pied , Chi)
- la loge médiale (barrière, Guan)
- la loge distale (pouce, Cun)
Au niveau de chaque loge, on distingue 2 niveaux : superficiel et profond, ce qui permet d’aboutir à
12 pouls radiaux.

 Correspondances entre les Zang Fu et les pouls au Cun Kou :


Ces correspondances ont varié depuis les origines de la médecine chinoise jusqu'à l'époque moderne,
en voici 3 exemples.

AUTEUR POUCE BARRIERE PIED


Gauche Droit Gauche Droit Gauche Droit
Su Wen S : Cœur S : Poumon S : Foie S : Estomac S :Rein S : Rein
P : TanZhong P :ShanZhong P:Diaphragme P : Rate P : Abdomen P : Abdomen
Wang Shu S : Intest Gr S : Gros S : Vés Bil S : Estomac S : Vessie S : Tripl Rech
Huo P : Coeur Intest P : Foie P : Rate P : Rein P : Maître
(3ème siècle) P : Poumon Coeur
Li Zhi Zhen S: Cœur S : Poumon Foie Rate et Rein + MingMen et
(16ème et Vés Bil Estomac Vessie et Int Gros Intestin
siècle) Grêle

S = superficiel P = profond

Que penser de ces divergences ?

- La localisation des organes (Zang) est relativement consensuelle, à toutes les époques :
* A gauche : Pouce = Cœur, Barrière = Foie, Pied = Rein
* A droite : Pouce = Poumon, Barrière = Rate-Estomac Pied = MingMen

Par contre, on constate que la localisation des entrailles (Fu) est beaucoup plus discutée.

- Il est certain que les articles cliniques et les ouvrages médicaux chinois actuels ne semblent pas
tenir compte de la localisation des ZangFu au niveau des pouls, dans le choix des traitements.

- Néanmoins on ne peut pas passer sous silence la pratique de celui qui a introduit
l'acupuncture en France, Soulié de Morant, et dont la pratique tenait énormément compte de
la localisation supposée des organes.

- Je ne crois pas que le débat soit clos et je donnerai à la fin de cet exposé quelques indications
sur les conceptions de LI SHI ZHEN , ainsi que sur celles de Soulié de Morant.

2
 Technique de la prise du pouls :

1) Il y a 2 techniques :
- La technique des « 3 doigts », seule pratiquée en Chine. L’index, le majeur et l’annulaire
reposent sur chacune des 3 loges, l’index étant au niveau du pouce et l’annulaire au niveau du
pied.
- La technique « des pouces », dans laquelle les pouces de chaque main du médecin palpent
simultanément les pouls droits et gauches du malade.

2) Le malade est en principe assis.

3) L’examen comprend 3 temps :


- Examen des pouls dans leur ensemble, au niveau superficiel et profond,
- Examen au niveau de chacun des 12 emplacements,
- Intégration dans le reste de l’examen clinique.

 Les éléments à examiner lors de la prise du pouls :

1) La fréquence :
- A l’état normal: 1 séquence respiratoire du patient = 5 pulsations du patient
- Au delà de 5 le pouls est dit rapide, en deçà il sera lent.

2) La profondeur :
- le niveau superficiel est apprécié par une pression légère sur l’artère.
- le niveau profond est apprécié, après appui progressif puis « écrasement » de l’artère, par la
remontée légère du doigt vers le plan superficiel.

- le pouls peut être mieux perçu en surface et sembler faiblir en profondeur : il sera dit superficiel
- le pouls peut sembler plus fort en profondeur qu’en superficie : il sera dit profond.

3) La force : vide, plénitude


4) La forme : volumineux, étroit
5) L’aspect dynamique de l’onde : sensations de mobilité, pulsation, vibration…

 On décrit 28 pouls différents, qui peuvent être associés de façon variable.


L’examen peut donc sembler difficile, mais un peu de « bon sens » et une méthodologie précise
simplifieront beaucoup l’analyse.

Voici donc successivement :


- une introduction « logique », basée sur les 8 règles et la physiopathologie,
- puis une approche « pratique », détaillant les paramètres à étudier et les résultats obtenus par
l’examen.
- Dans les 2 cas, on peut individualiser une quinzaine de pouls principaux.

APPROCHE LOGIQUE

1) Notion de superficie et profondeur :

- La zone superficielle du pouls correspond à la zone superficielle, Yang, du corps.


Lors d’une maladie aigüe, au cours de l’attaque par une énergie perverse, l’agent pathogène est
en superficie (Biao) et le corps se défend en superficie : le pouls est donc superficiel (Fu).

- La zone profonde du pouls correspond à l’intérieur du corps.


Si la maladie est à l’intérieur (Li), le pouls sera profond (Chen)

3
2) Notion de vide et les plénitude :

- En cas de vide : le pouls donnera une impression de faiblese


Il faut imaginer que le Qi tonifie les vaisseaux et que le Sang les remplit.

* En cas de vide de Qi, seul le Sang est perçu : le pouls devient vide (Xu), c’est à dire :
faible et souple, mou.

* En cas de vide de Sang, le pouls ne révèle que le Qi : le pouls devient fin (Xi) c’est à
dire : faible et étroit mais néanmoins ferme.

* Vide de Yin : le Yin ne remplit pas les vaisseaux, (le pouls est donc fin –Xi- comme
pour le vide de Sang), et il ne maîtrise pas le Yang : le pouls est donc également rapide
(Shuo)
* Vide de Yang : le pouls sera vide (Xu, comme le vide de Qi) et retardé (Chi, car un vide
de Yang est propice à l’apparition du Froid)

- En cas de plénitude, le pouls donnera une impression de force, variable selon que la plénitude
domine en superficie ou en profondeur :

• Plénitude d’énergie Yang, plus nette en superficie, le pouls est fort, soulève le doigt,
mais plus on appuis moins on le sent : pouls grand (Da)

* Plénitude de chaleur interne : le pouls est déjà fort en superficie, et plus on appuie plus
on le sent : pouls plein (Shi)

3) Notion d'énergie perverse (froid et chaleur, humidité et sécheresse) :

- La chaleur, Yang, accélère le pouls (pouls rapide : Shuo) et dilate les vaisseaux ( pouls
vaste : Hong ou pouls grand : Da)
- Le froid, Yin, ralentit le pouls ( pouls retardé :Chi) et contracte les vaisseaux ( pouls
serré : Jin)
- L’humidité, de nature Yin, ralentit également le pouls (pouls lent : Huan) et le
« ramollit » (pouls mou : Ru ou pouls glissant : Hua)
- La sécheresse : suivant les circonstances, se manifestera par un vide de Yin ou un vide de Sang.

4) Notion de stagnation :
- Stagnation de Qi, en particulier au cours d’une atteinte de Foie/VB : pouls en corde (Xian)
- Stagnation de liquides (glaires) : pouls glissant (Hua)
- Stagnation de Sang : pouls rugueux (Se)

A l’issue de cette première approche, nous avons recensé 14 pouls, qui correspondent à autant de
possibilités logiques. Tous les autres pouls sont des nuances de ces pouls de base, ou renvoient à des
cas particuliers.

APPROCHE PRATIQUE

On peut choisir le plan d’examen suivant :


- on mesure d’abord la fréquence, en observant si le rythme est régulier
- ensuite - on note l’impression immédiate de force (ou de faiblesse) ressentie sous le doigt,
- on évalue en même temps la largeur (ou l’étroitesse) du pouls,
- et on est attentif à l’impression de souplesse ou de résistance,

4
- on appuie ensuite progressivement et on remarque si les sensations précédentes
(fort/faible, large/étroit, souple/résistant) sont plus marquées en profondeur ou en superficie.
- Enfin on aura pu noter l’aspect dynamique du pouls : est-il vibrant ? glissant ? rugueux ?

Les pouls importants sont soulignés en rouge

1) La fréquence et le rythme :

* pouls rapide :
- plus de 5 battements par cycle respiratoire, régulier = Rapide- Shuo = Chaleur
Selon les autres caractéristiques du pouls, on conclura à une chaleur-vide ou à une chaleur-
plénitude.
- rapide, fort, glissant, impression d’un pois qui roule sous le doigt = agité –Dong = signe de
douleur ou de frayeur
- très rapide (plus de 7 battements par cycle respiratoire) = Hâtif – Ji = Yang en excès avec
disparition du Yin

* pouls lent et en général faible :


- Assez lent (4 battements/cycle), mais aussi souple = Lent – Huan = Humidité
- Très lent (moins de 4 battements/cycle), = Retardé – Chi = Froid
- Lent et superficiel, souple = Vide-Xu = vide d’énergie.
- Lent et profond, fin = Faible –Ruo =vide important d’énergie .

* Pouls arythmique :
- Pouls fort, irrégulier et très rapide = Accéléré – Cu = Chaleur extrême
- Pouls faible, irrégulier et lent, avec des arrêts = noué – Jie = froid avec amas de sang et arrêt
du Qi
- Superficiel, très faible et irrégulier = Dispersé – San = épuisement de l’énergie et du sang
- Faible, lent, profond, avec des arrêts périodiques = Périodique –Dai = vide de Yuan Qi

2) La profondeur, la force et la largeur :

 D’une façon générale :

- un pouls superficiel est dit Fu. Plus on appuie moins on le sent = La maladie est en surface.
- un pouls profond est dit Chen. Plus on appuie plus on le sent = La maladie est en profondeur.
- un pouls fort, large, puissant est dit Shi – plein = Symptôme de plénitude
- un pouls faible, lent, souple est dit Vide-Xu = vide d’énergie (et de sang)

Pouls fort :

On doit affiner en étudiant :


- si le pouls est large ou étroit,
- si le pouls est souple ou résistant,
- si cette sensation de force est constante (quelle que soit la profondeur), ou au contraire si elle
prédomine en surface ou en profondeur.

Face à un pouls fort, la « problématique » est principalement de différencier froid et chaleur

* Les 2 pouls suivant sont les plus importants pour décrire un pouls fort, et orientent vers le froid ou
la chaleur. On peut les sentir à n’importe quel niveau (en superficie, en profondeur, ou partout )
- Fort et étroit, donnant une impression de tension = serré – Jin= Froid, douleur

5
- Fort et large, gros, on le sentait déjà bien en superficie et il se renforce en profondeur = Shi-
plein = plénitude de chaleur

* Fort et uniquement superficiel :


Nous avons un « dégradé » de pouls, allant du plus résistant au moins résistant. (ce qui signe souvent
la différence entre les états de chaleur vide et de chaleur plénitude)

- Superficiel, fort, rapide, large, soulève le doigt et résistant = Vaste-Hong = Chaleur pathogène
interne et externe
- Superficiel, fort, rapide, large, soulève le doigt mais moins résistant = Grand-Da= Chaleur
apparente
- Superficiel, fort, rapide, large, mais sans aucune résistance = Dispersé –San= épuisement de
l’énergie
- Superficiel, large, mais semble déprimé en son milieu à la moindre pression = Kong – creux =
vide important de Yin avec le Yang qui flotte en surface

* Fort et uniquement profond :


- Fort, large, dur, en corde = Dur – Lao = accumulation de Froid

 Pouls faible :
- est-il superficiel ou profond ?
- est-il ferme ou souple ?
- est-il large ou étroit ?

*Pouls faible à tous les niveaux :


- Faible avec impression de mollesse sous le doigt (et lent) = Vide-Xu = vide d’énergie
- Faible, fin, mais on le sent bien sous le doigt (comme un fil) = fin- Xi = Vide de sang
- NB: pouls fin (Xi) et rapide (Shuo) = Vide de Yin
- Très faible, fin, mou = ténu – Wei = vide de Yang

* Faible et superficiel :
- Faible, superficiel, fin et souple = Mou- Ru= vide d’Energie avec humidité
- Fin, superficiel, ferme, un peu tendu, mais creux dès qu’on appuie = En peau de tambour –Ge
= Vide de Sang avec le Qi qui flotte en surface (cf pls Kong)

* Faible et profond
- Faible, profond et fin (et lent) = Faible –Ruo =vide important d’Energie ( et de sang)
- Très profond, très faible = caché – Fu = pénétration du Xie en profondeur, avec sidération de
l’énergie et du sang.

3) L’aspect dynamique du pouls :


3 pouls très importants sont difficilement classables dans les rubriques précédentes. Ils correspondent
tous trois à un phénomène de stagnation . On peut les sentir à tous les nivaux de profondeur.

* Le pouls en corde –Xian Il est étroit, tendu, ferme (comme le pouls Jin) et en plus il est vibrant
(comme la corde d’un arc). C’est le pouls des maladies du Foie et de la Vésicule biliaire, des
atteintes par le Vent, de la stagnation du Qi.
* Le pouls glissant – Hua. Le pouls est fluide, avec une sensation de glissement de grosses vagues
souples sous le doigt. Il signe une accumulation de glaires et/ou une plénitude de chaleur.
* Le pouls rugueux – Se. Il est étroit, lent, irrégulier, donne l’impression de frotter sous le doigt.
Il évoque une stagnation de sang et de Qi

6
4) Associations de pouls :

Pour décrire le pouls correspondant à un phénomène pathologique complexe, plusieurs pouls sont en
général nécessaires. Voici à titre d’exemple, les pouls correspondant à 3 affections du Foie, de
complexité croissante.

• Stagnation du Qi du Foie : pouls Xian (Foie)


• Feu du Foie : pouls Xian (Foie) et Shuo (rapide = chaleur)
• Feu du Foie compliqué de mucosités : pouls Xian (Foie), Shuo (chaleur) et Hua
(mucosités)

5) Que retenir ?

Les pouls les plus importants sont indiqués en rouge, je les reprends ci-dessous Ils suffisent en
général à décrire précisément un tableau sphygmologique. Ceux qui ne sont pas soulignés ne sont que
la nuance d’un autre pouls.
rapide- Shuo = Chaleur
lent – Huan = Humidité
retardé – Chi = Froid
superficiel - Fu. = La maladie est en surface.
profond - Chen. = La maladie est en profondeur.
fort, Shi – plein = Symptôme de plénitude
faible, -Xu = vide d’énergie (et de sang)
serré – Jin= Froid, douleur
grand- Da= Chaleur apparente
dur – Lao = accumulation de Froid
fin- Xi = Vide de sang
mou- Ru= vide d’Energie avec humidité
faible –Ruo =vide important d’Energie ( et de sang)
en corde –Xian =pouls des maladies du Foie et de la Vésicule biliaire, des atteintes par le Vent, de
la stagnation du Qi.
glissant – Hua. =accumulation de glaires et/ou une plénitude de chaleur.
rugueux – Se. =stagnation de sang et de Qi

Pour être complet, je signalerai 2 pouls, qui ne sont pas décrits partout:
- Le pouls long –Chang : il bat au-delà de son emplacement normal qui est le centre de la loge.
C’est un signe de plénitude d’énergie
- Le pouls court – Duan : il bat en deçà du centre de la loge. C’est un entravement de l’énergie.

5) Conclusion clinique :
A l’issue de la prise du pouls, on a souvent une « impression générale » : vide ou plénitude …
Il faut alors comparer cette impression au reste de l’examen clinique et à l’examen de la
langue : il peut malheureusement y avoir une discordance.
Par exemple : - un malade fébrile, victime d’une agression aigüe, et qui présente un pouls
faible et profond (alors qu’il devrait être superficiel et fort)
- un malade fatigué, présentant une pathologie chronique, et chez lequel on
retrouve un pouls superficiel et fort.
En pratique, on considère que :
- dans une maladie aigüe, ce sont les signes cliniques et l’examen de la langue qui indiquent la
marche à suivre.
- dans une maladie chronique, c’est l’examen du pouls qui indique la réalité énergétique du
malade.

7
Indications données par le « BINHU MAIXUE », traité des pouls,
de LI SHI ZHEN

Voici les indications que donnent LI SHI ZHEN et ses traducteurs sur l'emplacement des pouls.

« Le secteur du pouce reflète l'état de la région située entre le sommet de la tête et le dessus du
diaphragme. La barrière correspond à la région comprise entre le diaphragme et le nombril. Le pied
est relatif à la région comprise entre le nombril et le talon » ( page 23)
« Au niveau du poignet gauche le pouce correspond au coeur, la barrière répond au foie (auquel on
adjoint VB); le pied répond au Rein (auquel on ajoute vessie, IG)
Au niveau du poignet droit le pouce répond au poumon, la barrière répond à la rate (et à l'estomac);
le pied répond à Ming Men (auquel on ajoute GI) » (page 20)

A la lecture de ces lignes on constate qu'il n'est pas question de positionner le gros intestin au secteur
du pouce droit, ni l'intestin grêle au niveau du pouce gauche.

D'autre part, les caractéristiques d'un pouls « normal » ne sont pas identiques au niveau de tous les
secteurs, comme il l'expose à la page 25 de la traduction de l’AFA.
- Poumon : le pouls est superficiel (Fu) et rugueux (Se) Lors d’une pression appuyée, le pouls
devient court ( Duan)
- Cœur : le pouls est superficiel ( Fu), grand (Da). Avec une pression appuyée, le pouls s’avère
éparpillé (San)et mou (Ru)
- Foie : le pouls est profond (Chen), long (Chang) et tendu (Xian)
- Rate : le pouls est moyen ( !)
- Rein : le pouls est profond,(Chen) , plein (Shi), souple et glissant (Hua)

Cette complexité est une incitation à ne pas trop s’attarder sur les différentes loges, et à estimer un
pouls « global ».

Indications données par George Soulié de Morant dans son ouvrage


« Précis de la vraie acupuncture chinoise »
Pour Soulié de Morant, la localisation des pouls est proche de celle de Wang Shu Huo.
Il considère que l'amplitude du pouls indique la plénitude de l'organe alors que la non amplitude
indique l'atonie.

Pour traiter à partir des indications fournies par le pouls, on peut se servir des points de
tonification, de dispersion, des points Lo et des points Iunn

Prenons l'exemple des affections du Foie.


− Si le pouls du Foie est plein: disperser au Foie 2 (Point de dispersion)
− Si le pouls est vide: tonifier au Foie 8 ( Point de tonification).
− Dans les 2 cas, s'il n'y a pas de réponse immédiate au pouls, agir en tonifiant ou
dispersant le Foie 3 ( Point IUNN)
− Il peut y avoir une dysharmonie entre les pouls du Foie et de VB.
Si le pouls du Foie est dur et ample, alors que celui de VB est petit et mou,
tonifier Foie 5 (Point Lo du Foie)
Si le pouls du Foie est petit et mou; alors que celui de VB est dur et ample,
tonifier VB 37 ( Point Lo de VB)

8
Pouls et Méridiens Curieux

Voici pour terminer un bref chapitre indiquant quels sont les pouls associés aux atteintes des
méridiens curieux. (Desoutter Bernard – Merveilleux vaisseaux., page 62)

- DU MAI : pouls superficiel, tendu, en corde, aux trois loges


- REN MAI : serré et plein au niveau du pouce
- CHONG MAI : ferme, plein, dur aux 3 loges
- DAI MAI : en corde au niveau de la barrière
- YANG WEI MAI : superficiel, grand et plein
- YIN WEI MAI : profond, grand et plein
- YANG KIAO MAI : en corde aux 2 pouces
- YIN KIAO MAI : en corde aux 2 pieds

BIBLIOGRAPHIE :

1- J Bossy, J-L Lafont, J-Cl Maurel. Sémiologie en acupuncture. Doin Editeurs, Paris, 1980.

2- Auteroche B, Navailh P. Le diagnostic en médecine chinoise. Maloine, Paris, 1983.

3- BINHU MAIXUE , traité des pouls de LI SHI ZHEN. Traduction de l’AFA. Editions de la
Tisserande- 1987

4- Desoutter Bernard – Merveilleux vaisseaux. Sauramps médical. Montpellier 1996

5- WANG SHU HE Traduction de Nguyen Van Nghi, Bui Van Tho, Recours-Nguyen C.
MAI JING, Classique des pouls. Editions N.V.N Marseille 1993

6- George Soulié de Morant. Précis de la vraie acuponcture chinoise. Mercure de France,


Paris, 1964

Vous aimerez peut-être aussi