Vous êtes sur la page 1sur 12

30/12/2018

30/12/2018 Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente M'identifier

Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente

M'identifier

Je m'abonne

L'Obs > Justice

Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condam‐ né pour agression sexuelle sur une patiente

cond am‐ né po ur a gress ion se xuelle sur une patiente La condamnation d’un

La condamnation d’un aide-soignant pour agression sexuelle a été confirmée en appel début novembre. Des alertes semblent avoir été ignorées en interne. L’hôpital na jamais pris contact avec la victime.

Publié le 30 décembre 2018 à 14h16

Par Sophie Boutboul

Le 5 novembre, Marta L. a obtenu la condamnation de Laurent M., l’aide-soignant qui l’a agressée sexuellement lors de son passage aux urgences de l’hôpital Beaujon, à Cli- chy (Île-de-France), une nuit de janvier 2012. L’homme de 41 ans était accusé par Mar-

ta L., 24 ans alors, de lui avoir introduit un doigt dans le vagin, et de lui avoir touché à plusieurs reprises le sexe et la poitrine, alors qu’elle était brancardée et en état de semi-conscience. Face à la cours d’appel de Versailles, il a écopé d ’une peine plus im- portante qu’en première instance, passant de 12 à 18 mois de prison avec sursis, assorti du versement de 5000 euros à sa victime, au titre de préjudice moral. L'inscription au

L’Obs utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des

fichier judiciaire national automatisé des auteurs d’infractions sexuelles a été confir-

réseaux sociaux et vous proposer des publicités personnalisées. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisa­

votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisa­ mée. L’aide-soignant a, de son côté, toujours nié

mée. L’aide-soignant a, de son côté, toujours nié les agressions, mais il ne s’est pas

tion de cookies dans les conditions prévues par notre Politique de confidentialité.

En savoir plus et gérer ces paramètres

pourvu en cassation. Cette condamnation définitive est un soulagement pour Marta

REGLAGES

OK

L.
L.

30/12/2018

Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente

après plus de six ans de procédure judiciaire. Mais un soulagement mêlé à des interro-

judiciaire. Mais un soulagement mêlé à des interro- M'identifier Je m' ab onne gations au sujet

M'identifier

Je m'abonne

gations au sujet de l’hôpital qui aurait laissé cet homme travailler aux urgences, malgré

de nombreuses alertes.

Au mois de septembre, Marta L., qui vit aujourd’hui en Espagne (son pays d’origine) a fait le déplacement pour le procès. Inquiète, tendue, elle a tenu à être là.

"J’avais aussi besoin de terminer ce combat seule, précise la fine jeune femme brune, aujourd’hui mère d’une fillette de deux ans, en se roulant une cigarette. J’ai­ merais enfin tourner la page, le plus difficile étant de continuer à avoir ce lien avec ce type. J’aurais voulu qu’il soit pris en charge par des soins, car ce n’est pas de la prison avec sursis qui va remplir ce rôle."

Plusieurs bénévoles du collectif féministe contre le viol sont présentes pour soutenir Marta L.

Malaise

Pour comprendre cette affaire, il faut remonter à la nuit du 22 janvier 2012. Marta L. habite depuis quelques mois à Paris. Dans le cadre du programme Erasmus, elle étudie la psychologie. Ce soir-là, elle sort avec une amie faire la fête, boit trois verres d’alcool et succombe à un malaise dans la voiture en rentrant. Les pompiers l’emmènent à l’hô- pital. Elle entre aux urgences sur un brancard à 3h26. Laurent M. est alors à l’accueil, le poste où il est assigné, assis derrière un hygiaphone. Marta L. semble inconsciente.

Lors de l’audience en appel, la présidente fait revenir Laurent M. sur la prise en charge de Marta L. :

"J’ai proposé mon aide à une infirmière et j’ai participé à son déshabillage, puis on l’a emmenée en déchoquage."

"Vous auriez pu être amené à changer la culotte de madame ?"

"Oui, c’est mon rôle. Mais une fois qu’elle est dans un box, je n’ai plus à m’en occu­ per."

Et pourtant, Laurent M. a été vu deux fois en train de sortir du box de Marta L. par une élève infirmière, qui a aussi remarqué que sa culotte avait été déplacée suite à ses al-

lées et venues. Dans un premier temps, en garde à vue, il a nié s’être retrouvé seul avec

L’Obs utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des

mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux et vous proposer des publicités

réseaux sociaux et vous proposer des publicités personnalisées. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisa­

Marta L. C’est uniquement au cours de l’instruction qu’il a reconnu l’avoir été à plu-

tion de cookies dans les conditions prévues par notre Politique de confidentialité.

sieurs reprises. L’aide-soignant a alors admis s’être occupé de la patiente sans que per-

sonne ne le lui demande.

En savoir plus et gérer ces paramètres

REGLAGES

OK

En savoir plus et gérer ces paramètres REGLAGES OK

30/12/2018

Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente

L’interne de garde la nuit des faits a relevé, au cours de l’enquête, avoir été surpris par

a relevé, au cours de l’enquête, avoir été surpris par M'identifier Je m' ab onne la

M'identifier

Je m'abonne

la présence de Laurent M. auprès de la patiente, "car il n’y avait pas beaucoup de

monde aux urgences et il n’avait donc aucune raison d’aider."

"Je sais ce que tu faire"

La présidente de la cour donne la parole à Marta L.

"Ce que j’ai ressenti quand on m’a changé, c’est une pénétration. J’ai pensé qu’on me mettait une sonde. Je me suis endormie. J’ai repris progressivement conscience dans une pièce obscure. La porte était ouverte. J’ai vu un homme s’approcher de moi. Il a mis sa main sous ma culotte, j’étais en état de choc. Je voulais réagir, mais je n’y arri­ vais pas. Il est revenu en regardant à droite et à gauche, comme pour ne pas être pris, et il a recommencé à me toucher. Je lui ai pris le bras et je lui ai dit dans mon mauvais français :

"Je sais que tu faire." Il est parti. Puis j’ai réussi à crier".

Il était 5 h. Plusieurs infirmières sont arrivées dans la chambre. Une parlait espagnol. Marta L. lui a expliqué ce qu’elle venait de subir et lui a décrit tous les gestes médicaux reçus depuis son arrivée. Elle a mentionné la prise de sang, la pose d’électrodes, la per- fusion, des actions accomplies par les soignants alors qu’ils la pensaient inconsciente. Puis elle a décrit l’homme qu’il l’avait agressée : grand avec des lunettes carrées, une blouse blanche et une barbichette… La cadre de permanence a fait venir plusieurs membres de l’équipe dans sa chambre. Elle n’a pas reconnu parmi eux l’homme en question. Puis Laurent M. est entré. Assise sur un brancard, Marta L. a crié en espagnol :

"C’est lui, c’est lui, sortez­le !".

Il était le seul homme présent dans le service à correspondre à la description donnée. Il le reconnaît lui-même.

Face aux juges, avec le revers de sa main, Marta essuie quelques larmes glissant sur le haut de ses pommettes :

"Ça a été très dur, je voudrais que personne ne vive ce que j’ai vécu."

Son expertise psychologique a pointé "la sincérité de son discours" et le fait qu’elle ait

L’Obs utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des

mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux et vous proposer des publicités

réseaux sociaux et vous proposer des publicités personnalisées. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisa­

été fragilisée par la scène traumatique. Elle souffre aujourd’hui d’un syndrome de

tion de cookies dans les conditions prévues par notre Politique de confidentialité.

stress post-traumatique, selon son psychologue actuel.

En savoir plus et gérer ces paramètres

REGLAGES

OK

actuel. En savoir plus et gérer ces paramètres REGLAGES OK

30/12/2018

Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente

Laurent M. a commencé à exercer à l’hôpital Beaujon en 1992, d’abord en tant

exercer à l’hôpital Beaujon en 1992, d’abord en tant M'identifier Je m' ab onne qu’agent de

M'identifier

Je m'abonne

qu’agent de service hospitalier, puis comme aide-soignant. Il a alors occupé un poste

de nuit pendant 17 ans, avant d’être affecté au service d'accueil des urgences. "Tra- vaillez-vous toujours à l’AP-HP ?", s’enquiert la présidente de la cour. " Oui, au service des archives de l’hôpital Louis Mourier", répond-il, visage émacié et cheveux gris en brosse. La présidente de la cours d’appel continue à questionner Laurent M.

"Est­il vrai que vous n’aviez pas le droit d’être en contact avec les patientes ?"

"Non, répond­il. On m’a mis à l’accueil à cause de ma sclérose en plaque, pour que je sois assis plus souvent, pour faciliter mon travail."

Manipulateur et menteur

La présidente s’attarde sur ce point, car l’enquête a fait ressortir d’autres informations.

Lors des premières auditions de police, une élève infirmière a expliqué que la cadre de permanence avait reproché à Laurent M. de s’être approché des patients alors qu’il n’en avait pas le droit "vu ses antécédents". Une infirmière ajoutait qu’une patiente s’était déjà plainte de Laurent M. "car il n’avait de cesse de lui parler". Elle soulignait qu’il s’occupait "uniquement des femmes, le plus souvent, celles qui étaient en détresse".

Une autre infirmière décrivait la même tendance : "En général, il ne vient pas nous ai­ der sauf quand il s'agit de patientes alcoolisées, vulnérables. Je me suis fait la ré­ flexion avec d'autres collègues que son comportement était anormal. Je l'ai déjà vu assis à coté de patientes dans une chambre et lorsque je rentrais il avait une réaction bizarre cherchant toujours à se justifier sur sa présence". Elle n’en avait jamais parlé à ses supérieurs, mais soulignait que des collègues l’avaient déjà fait. Une aide-soi- gnante indiquait aussi que Laurent M. s’occupait surtout des jeunes filles atteintes de troubles psychiatriques.

"Il le faisait de sa propre initiative et était alors trop présent", constatait­elle. Il était décrit par deux infirmières comme "très manipulateur et menteur".

Une cadre de santé, responsable des urgences, en charge du planning de Laurent M., affirmait n’avoir jamais rien eu à lui reprocher. Elle confirmait que son poste à l’accueil

se justifiait par sa maladie. Elle précisait aussi qu’une infirmière en litige avec lui, lui

L’Obs utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des

avait signalé qu’elle trouvait anormal de retrouver Laurent M. dans les box de pa-

réseaux sociaux et vous proposer des publicités personnalisées. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisa­

votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisa­ tientes alcoolisées ou fragiles. La cadre de santé

tientes alcoolisées ou fragiles. La cadre de santé expliquait ne pas avoir convoqué

tion de cookies dans les conditions prévues par notre Politique de confidentialité.

En savoir plus et gérer ces paramètres

Laurent M. pour cela, au vu du "conflit permanent" qui existait déjà entre l’infirmière et lui.

REGLAGES

OK

30/12/2018

Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente

"L’Obs" a retrouvé cette infirmière, qui n’a pas été entendue par la police. Elle a accep-

qui n’a pas été entendue par la police. Elle a accep- M'identifier Je m' ab onne

M'identifier

Je m'abonne

té de se confier. Elle raconte qu’un jour de 2011, elle a surpris Laurent M. avec une

patiente :

"J’avais pris en charge une jeune femme et je ne l’avais pas encore déshabillée. Quelques instants plus tard, elle était dévêtue et lui était comme collé à elle. Il m’a dit que c'était pour lui changer le pochon de sa perfusion. J’ai signalé les faits à la cadre de santé et à la cadre supérieur. Je leur ai dit qu’il ne fallait pas le laisser travailler, que ça pouvait être leur fille, leur sœur, leur mère. Et on m’a répondu que c’était ma parole contre la sienne, qu’il fallait des preuves tangibles. C'était la loi du silence."

Pour expliquer ces dires, Laurent M. a affirmé aux policiers qu’il se demandait s’il ne faisait pas "l’objet de jalousie de la part de ses collègues."

prise

La présidente de la cour a aussi interrogé Laurent M. sur les "rumeurs qui existaient sur des photos de patientes dénudées sur son portable" dont toutes les soignantes ont parlé dans leurs auditions, et sur ses "blagues sexistes et graveleuses." Laurent M. a répondu calmement :

"On m’a perquisitionné. Aucune photo de patientes n’a été retrouvée. Les policiers ont juste constaté que j’allais souvent sur des sites pornographiques. Quant aux blagues, qu’elles soient racistes, à connotation sexuelle ou homophobe, je les envoie à ma liste de contacts, et malheureusement parmi eux se trouvent des infirmières…"

Contacté par "l'Obs", Joseph Cohen Sabban, avocat de Laurent M., assure que les accu- sations contre son clients sont infondées : "J’ai toujours soutenu que mon client n’avait rien fait et qu’il était victime soit d’une méprise, soit d’une victime qui, sur­al­ coolisée, a rêvé ce qui lui est arrivé. Il est faux de dire qu’il était interdit à mon client d’approcher les box : aucun antécédent n’a existé; seules des rumeurs opportunément arrivées après son arrestation évoquent ces précédents…"

Laura Arguello, conseil de Marta L., avocate aux Barreaux de Paris et Madrid, porte, de son côté, une grande attention aux révélations des infirmières du service. "Marta se bat pour les autres patientes, car on rentre dans un hôpital pour se faire soigner et non pour se faire agresser, appuie Me Arguello. L’hôpital est toujours resté dans un

L’Obs utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des

mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des grand silence vis­à­vis de nous. Il y a une

grand silence vis­à­vis de nous. Il y a une responsabilité à établir, car ma cliente s’est

réseaux sociaux et vous proposer des publicités personnalisées. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisa­

tion de cookies dans les conditions prévues par notre Politique de confidentialité.

retrouvée prise en charge par un homme qui est sorti de son rôle d’accueil. Cela lui a

En savoir plus et gérer ces paramètres

permis d’être seul avec Marta et d’avoir la possibilité de l’agresser. Ce n’est pas nor­ mal que l’hôpital n’ait pas agi malgré les tentatives d’alertes de soignantes. Aujourd’­

REGLAGES

OK

30/12/2018

Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente

hui, Marta en subit des conséquences psychologiques et cela rend difficile pour elle le

psychologiques et cela rend difficile pour elle le M'identifier Je m' ab onne fait de se

M'identifier

Je m'abonne

fait de se rendre à l’hôpital." Emmanuelle Piet, médecin et présidente de l’association

collectif féministe contre le viol, poursuit :

"Manifestement, dans cet hôpital, il y avait au moins des soupçons autour du com­ portement de cet homme, pourquoi donc rien n’a été fait ?"

Conseil de discipline

L’un des procureurs en charge de l’affaire affirmait au cours de l’enquête :

"S'il y a un endroit où les personnes doivent être préservées de toute atteinte, c'est l'hôpital (…) Vous ne devez pas avoir à vous protéger à l'hôpital et encore moins du personnel soignant".

Contactée, l’AP-HP, n’a pas répondu à nos questions sur les possibles alertes ignorées avant 2012 : "Dès que l’hôpital a eu connaissance des faits reprochés à Monsieur M., Beaujon l’a immédiatement suspendu fin janvier 2012 pour deux ans. Puis, il a été ré­ affecté dans un autre hôpital (Louis­Mourier) avec des activités sans lien avec des pa­ tients. Suite à sa condamnation en appel, il va être suspendu de ses fonctions et com­ paraîtra devant le conseil de discipline de l’AP­HP."

Marta L. espère que son agresseur sera définitivement écarté de tout poste hospitalier. "Je ne pouvais pas continuer à vivre sans signaler ses agissements. Les soignants de­ vraient passer des tests plus précis avant d’avoir un poste à l’hôpital et il devrait y avoir un suivi quand de telles suspicions existent. Je voudrais juste que l’État prenne ses responsabilités face au silence de l’hôpital."

Sophie Boutboul

face au silence de l’hôpital. " Sophie Boutboul So phie Bo utb o ul DERNIÈRES VIDÉOS

Sophie Boutboul

DERNIÈRES VIDÉOS

30/12/2018

Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente

M'identifier
M'identifier

Je m'abonne

Sur le web : Le mix du réveillon : les 10 meilleurs titres hip-hop de l'année scratchés par R-ASH

Video Smart Player invented by Digiteka

1
1
2
2

LES PLUS LUS

Benalla : le lourd passé de son mystérieux mentor en Afrique

Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente

PARTENAIRES

REGLAGES OK
REGLAGES
OK

L’Obs utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux et vous proposer des publicités personnalisées. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisa­ tion de cookies dans les conditions prévues par notre Politique de confidentialité. En savoir plus et gérer ces paramètres

confidentialité . En savoir plus et gérer ces paramètres
confidentialité . En savoir plus et gérer ces paramètres

30/12/2018

Espagne: Nerja - 1580€

30/12/2018 Es pagne: Nerj a - 1580€ Publicité par Kelkoo.fr Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné

Publicité par Kelkoo.fr

Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente

M'identifier

Je m'abonne

sur une patiente M'identifier Je m' ab onne PARTENAIRES MORGAN 4/4 - 57600€ Annonces auto avec
sur une patiente M'identifier Je m' ab onne PARTENAIRES MORGAN 4/4 - 57600€ Annonces auto avec
sur une patiente M'identifier Je m' ab onne PARTENAIRES MORGAN 4/4 - 57600€ Annonces auto avec
sur une patiente M'identifier Je m' ab onne PARTENAIRES MORGAN 4/4 - 57600€ Annonces auto avec

PARTENAIRES

MORGAN 4/4 - 57600€

Annonces auto avec LaCentrale

CITROEN NEMO - 6490€

Annonces auto avec LaCentrale

AUTOBIANCHI BIANCHINA - 26900€

Annonces auto avec LaCentrale

FERRARI F355 - 94900€

Annonces auto avec LaCentrale

DANS LA MÊME RUBRIQUE

Benalla : le lo ur d passé de son my stérieux men tor en Afrique a : le lourd passé de son mystérieux mentor en Afrique

Passepor ts de Benalla : enqu ête o uv er te pa r le pa ports de Benalla : enquête ouverte par le parquet de Paris

Peter Cherif mis en examen pour association de malfaiteurs terr oriste crimine lle en r écidi ve s terroriste criminelle en récidive

de malfaiteur s terr oriste crimine lle en r écidi ve L’Obs utilise des cookies pour

L’Obs utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des

"Gilets jaunes" : jusqu'à un an ferme pour l'agression du patron de la police dans la

Drôme

réseaux sociaux et vous proposer des publicités personnalisées. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisa­

tion de cookies dans les conditions prévues par notre Politique de confidentialité. En savoir plus et gérer ces paramètres

confidentialité . En savoir plus et gérer ces paramètres REGLAGES OK

REGLAGES

OK

. En savoir plus et gérer ces paramètres REGLAGES OK

30/12/2018

Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente

Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente EN KIOSQUE M'identifier Je m' ab onne Je

EN KIOSQUE

M'identifier

Je m'abonne

une patiente EN KIOSQUE M'identifier Je m' ab onne Je m'abonne SERVICES L’Obs utilise des cookies

Je m'abonne

SERVICES

L’Obs utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux et vous proposer des publicités personnalisées. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisa­ tion de cookies dans les conditions prévues par notre Politique de confidentialité. En savoir plus et gérer ces paramètres

confidentialité . En savoir plus et gérer ces paramètres REGLAGES OK

REGLAGES

OK

. En savoir plus et gérer ces paramètres REGLAGES OK

30/12/2018

Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente

Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente M'identifier Je m'abonne Bose Casques-s ans- fil
M'identifier Je m'abonne
M'identifier
Je m'abonne

Bose Casques-sans-fil … 331€

Publicité par Kelkoo.fr

SUBARU XV - 23990€

Annonces auto avec LaCentrale

Kelkoo.fr SUBARU XV - 23990€ Annonces auto avec LaCentrale Économisez s ur v o tr e

Économisez sur votre assurance

Comparez avec LesFurets.com

s ur v o tr e ass ur anc e Comparez avec LesFurets.com LA MBORG HINI

LAMBORGHINI HURACAN - 255800€

Annonces auto avec LaCentrale

L’Obs utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux et vous proposer des publicités personnalisées. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisa­ tion de cookies dans les conditions prévues par notre Politique de confidentialité. En savoir plus et gérer ces paramètres

confidentialité . En savoir plus et gérer ces paramètres REGLAGES OK

REGLAGES

OK

. En savoir plus et gérer ces paramètres REGLAGES OK

30/12/2018

Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente

Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente M'identifier Je m'abonne Poing Américain Elect…
M'identifier Je m'abonne
M'identifier
Je m'abonne

Poing Américain Elect… 58.9€

Publicité par Kelkoo.fr

BURBY S E-MOKE - 17900€

Annonces auto avec LaCentrale

BU RB Y S E- MOKE - 17900€ Annonces auto avec LaCentrale Co ur s d

Cours d'anglais

avec Gymglish.com

Achetez Malin

Publicité Achetez Malin

ais avec Gymglish.com Achetez Malin Publicité Achetez Malin Hotels.com 5,4% d'économie Sephora D É C O

Hotels.com

5,4% d'économie

Sephora

DÉCOUVRIR 4% d'économie

Sephora D É C O U V R I R 4% d'économie C O M M

C O M M E N TA I R E S

L’Obs utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des

mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des 0 commentaires réseaux sociaux et vous proposer des

0 commentaires

réseaux sociaux et vous proposer des publicités personnalisées. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisa­ tion de cookies dans les conditions prévues par notre Politique de confidentialité.

En savoir plus et gérer ces paramètres

OK

Pour réagir, je me connecte

REGLAGES

Connexion

OK Pour réagir, je me connecte REGLAGES Conne xion

30/12/2018

30/12/2018 Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente avoir être faire

Un aide-soignant de l'hôpital Beaujon condamné pour agression sexuelle sur une patiente

avoir être faire dire comprendre

M'identifier

Je m'abonne

Retour haut de page

POLITIQUE

MONDE

ÉCONOMIE

CULTURE

OPINIONS

DÉBATS

VIDÉOS

PHOTOS

TéléObs

BibliObs

"O"

Rue 89 Newsletters

Services Index

Plan du site

Mentions légales Publicité Politique de confidentialité Contact FAQ

© L'Obs ­ Les marques ou contenus du site nouvelobs.com sont soumis à la protection de la propriété intellectuelle

L’Obs utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités des réseaux sociaux et vous proposer des publicités personnalisées. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisa­ tion de cookies dans les conditions prévues par notre Politique de confidentialité. En savoir plus et gérer ces paramètres

confidentialité . En savoir plus et gérer ces paramètres REGLAGES OK

REGLAGES

OK

. En savoir plus et gérer ces paramètres REGLAGES OK