Vous êtes sur la page 1sur 3

STATIQUE DU SOLIDE Par Jean-Yves FABERT D.S.

4 2006- 2007

COULOIR TÉLESCOPIQUE D’AÉROPORT


Coupe les moteurs,
en méca on plane !

P.T
.S.I
. AI
RL
INE

Présentation :

Un couloir télescopique relie le hall d’embarquement à la porte de l’avion. Les passagers sont ainsi à l’abri des
intempéries. L’extrémité raccordée aux bâtiments est soutenue par une liaison sphérique à doigt (type joint de
Cardan), que l’on modélisera à l’aide de trois liaisons. L’extrémité s’adaptant à l’avion peut se déplacer dans
toutes les directions afin de pouvoir atteindre la porte de l’avion. Pour cela, une roue motrice et orientable
autour d’un axe vertical 3, repose sur le sol horizontal et permet des déplacements horizontaux. La hauteur est
réglable en fonction de la position de la porte de l’avion par rapport au sol. Dans toute l’étude, on ne
considérera que le cas particulier où l’axe du couloir est horizontal.
r r r r r r
On note R0 = ( x 0, y 0, z 0) la base fixe liée aux bâtiments 0 de l’aéroport et R = ( x , y , z ) la base mobile liée
r r r r r
au couloir 1. L’axe du couloir est (O, y ), on a z = z 0 et l’angle ( x 0, x ) = α.
Toutes les liaisons sont supposées parfaites et le frottement est négligé.

Modélisation :

Les calculs sont menés à partir du schéma d’architecture ci-


contre :
r
Le solide 1, de poids P 1, de centre de gravité G1, est articulé
sur une potence 4, elle-même en liaison r pivot par rapport aux
bâtiments 0 suivant l’axe vertical ( O, z 0 ).

On modélise les liaisons entre 1 et 4 par une liaison rotule


r de
centre A et par une liaison
r linéaire annulaire d’axe ( B, x ).
Le solide 2, de poids P 2, de centre de gravité G2, est en liaison
glissière avec 1.
r
Le solide 3, de poids P 3, de centre de gravité G3, assure le
déplacement de 2 dans un plan horizontal. Le contact entre la
roue motrice ret le sol est modélisé par un appui ponctuel de
normale ( D, z 0 ).

r r r r
On note : OA = - a. x , OB = b. x , OC = c. y , CG 2 = d. x ,
r r r r
OG1 = e. y , OM = - m. z 0, DC = h. z 0, DG3 = f. z 0

On remarque que tous les torseurs peuvent s’écrire dans le même repère…

Compléter le document réponse(s).


STATIQUE DU SOLIDE Par Jean-Yves FABERT D.S. 4 2006- 2007

DOCUMENT RÉPONSE(S) - Nom : .


Compléter les torseurs des efforts transmissibles suivants : Bilan :
⎧ ⎫ ⎧ ⎫ ⎧ ⎫ ⎧ ⎫
⎪ ⎪ ⎧ A ⎫ ⎪ ⎪ ⎧ B ⎫ ⎪ ⎪
{0 → 4} = ⎨ Y04 ⎬ ⎨4 → 1⎬ = ⎨ YA ⎬ ⎨4 → 1⎬ = ⎨ YB ⎬ {1 → 2} = ⎪⎨ ⎪
M12 ⎬
⎪ ⎪ ⎩ ⎭ ⎪ ⎪ ⎩ ⎭ ⎪ ⎪ ⎪ ⎪
⎩ ⎭ / ⎩ ⎭ / ⎩ ⎭ / ⎩ ⎭ /

⎧ ⎫ ⎧ ⎫ ⎧ ⎫ ⎧ ⎫
{0 → 3} = ⎪⎨ ⎪
⎬ {Poids → 1} = ⎪⎨ ⎪
⎬ {Poids → 2} = ⎪⎨ ⎪
⎬ {Poids → 3} = ⎪⎨ ⎪

⎪ ⎪ ⎪ ⎪ ⎪ ⎪ ⎪ ⎪
⎩ ⎭ / ⎩ ⎭ / ⎩ ⎭ / ⎩ ⎭ /

Calculs :

Equations :
Equilibre de l’ensemble 1-2-3-4 Equilibre du couloir 1 Equilibre de l’ensemble 2-3
en O dans la base R en O dans la base R en O dans la base R.

Au verso, s’il vous reste du temps : déterminer pour chaque liaison, les coordonnées des torseurs des efforts
transmis. Faire l’application numérique, avec :
a = b = 1,5 m d=f=1m c = 16 m e=h=4m
P1 = 105 N P2 = 15.104 N P3 = 104 N
STATIQUE DU SOLIDE Par Jean-Yves FABERT D.S. 4 2006- 2007

COULOIR TÉLESCOPIQUE - CORRIGÉ


Torseurs des efforts transmissibles :
⎧ X 04 L 04 ⎫ ⎧X A 0 ⎫ ⎧0 0 ⎫
⎧ A ⎫ ⎧ B ⎫
{0 → 4} = ⎪⎨ Y04 M04 ⎪⎬ ⎨4 →1⎬ =
⎪ ⎪
⎨ YA 0 ⎬ ⎨4 →1⎬ =
⎪ ⎪
⎨ YB 0 ⎬
⎪Z ⎩ ⎭ ⎩ ⎭
⎩ 04 0 ⎪⎭ ⎪Z ⎪
⎩ A 0 ⎭A / R
⎪Z 0 ⎪
⎩ B ⎭B / R
O/R
⎧ X12 L12 ⎫ ⎧ 0 0 ⎫
{1 → 2} = ⎪⎨ 0 M12 ⎪
⎬ {0 → 3} = ⎪⎨ 0 0 ⎬

⎪Z ⎪ ⎪Z 0 ⎪⎭
⎩ 12 N12 ⎭O / R ⎩ 03 C ou D / R
⎧ 0 0 ⎫ ⎧ 0 0 ⎫ ⎧ 0 0 ⎫
{Poids → 1} = ⎪⎨ 0 0 ⎪⎬ {Poids → 2} = ⎪⎨ 0 0 ⎪⎬ {Poids → 3} = ⎪⎨ 0 0 ⎪⎬
⎪− P 0 ⎪ ⎪− P 0 ⎪ ⎪− P 0 ⎪
⎩ 1 ⎭G1 / R ⎩ 2 ⎭G 2 / R ⎩ 3 ⎭G 3 / R

Calculs :
r r r r r r
MO = MC + c.y ∧ Z 03 .z = c.Z 03 .x MO = MG1 + e.y ∧ −P1.z = −e.P1.x
r r r r r r r r r
MO = MG2 + (c.y + d.x ) ∧ −P2 .z = −c.P2 .x + d.P2 .y MO = MG3 + (c.y + ( f − h).z) ∧ −P3 .z = −c.P3 .x
⎛ XA ⎞ ⎛ 0 ⎞ ⎛ 0 ⎞ ⎛ 0 ⎞
r ⎜ ⎟ ⎜ ⎟ r ⎜ ⎟ ⎜ ⎟
MO = MA − a.x ∧ ⎜ YA ⎟ = ⎜ + a.Z A ⎟ MO = MB + b.x ∧ ⎜ YB ⎟ = ⎜ − b.ZB ⎟
⎜ Z ⎟ ⎜ − a.Y ⎟ ⎜ Z ⎟ ⎜ + b.Y ⎟
⎝ A⎠ ⎝ A⎠ ⎝ B⎠ ⎝ B⎠

Equations :
Equilibre de l’ensemble 1-2-3-4 Equilibre du couloir 1 Equilibre de l’ensemble 2-3
en O dans la base R en O dans la base R en O dans la base R.
X04 = 0 XA + X21 = 0 X12 = 0
Y04 = 0 YA + YB = 0 0=0
Z04 + Z03 – P1 – P2 – P3 = 0 ZA +ZB + Z21 – P1 = 0 Z12 +Z03 – P2 – P3 = 0
L04 + c.Z03 – e.P1 – c.P2 – c.P3 = 0 L21 – e.P1 = 0 L12 + c.Z03 – c.P2 – c.P3 = 0
+ m.Y04 si {0Æ4} en M + c.Z21 si {2Æ1} en C + c.Z12 si {1Æ2} en C
M04 + d.P2 = 0 a.ZA – b.ZB + M21 = 0 M12 + d.P2 = 0
- m.X04 si {0Æ4} en M
0=0 - a.YA + b.YB + N21 = 0 N12 = 0
- c.X21 si {2Æ1} en C - c.X12 si {1Æ2} en C

A.N. :
a = b = 1,5 m d=f=1m c = 16 m e=h=4m
P1 = 105 N P2 = 15.104 N P3 = 104 N

Pour chaque liaison, les coordonnées des torseurs des efforts transmis, sont :
X04 = 0 XA = 0 X12 = 0 Z03 = 185 000 N
Y04 = 0 YA = 0 Z12 = - 25 000 N
Z04 = 75 000 N ZA = 87 500 N L12 = - 400 000 Nm
L04 = 0 YB = 0 M12 = - 150 000 Nm
M04 = - 150 000 Nm ZB = - 12 500 N N12 = 0