Vous êtes sur la page 1sur 95

Traitement du Signal

TABLE DES MATIÈRES

1. TRAITEMENT AUDIO 1-1

1.1 Introduction 1-1


1.1.1 Les avantages et les désavantages d'un filtre actif 1-1
1.1.2 Le traitement du signal audio 1-2

1.2 Concepts préliminaires 1-2


1.2.1 Les ordres d'un filtre 1-2
1.2.2 Le facteur d'amortissement d'un filtre 1-4
1.2.3 Autres caractéristiques d’un filtre 1-4
1.2.4 La normalisation d'un filtre (ou facteur d’échelle) 1-5
1.2.5 Les fonctions de transfert 1-6

1.3 Les types de filtres actifs 1-10


1.3.1 La réponse en fréquence de quelques filtres actifs 1-10

1.4 Les filtres actifs de base du premier ordre 1-11


1.4.1 Filtre actif passe-bas normalisé du 1er ordre 1-11
1.4.2 Filtre actif passe-haut normalisé du 1er ordre 1-11

1.5 Filtres actifs Sallen-Key normalisés du 2ème ordre 1-12


1.5.1 Introduction 1-12
1.5.2 Filtre Sallen-Key passe-bas 1-12
1.5.3 Filtre Sallen-Key passe-haut 1-12
1.5.4 Filtre Sallen-Key passe-bande 1-13

1.6 Les gyrateurs 1-14


1.6.1 Convertisseur d'impédance négative 1-14
1.6.2 Convertisseur d'impédance généralisée 1-15

1.7 Choix d’amplificateurs opérationnels en audio. 1-16

1.8 Exercices 1-17


Résumé de Théorie Traitement du Signal

1. Traitement Audio
1.1 Introduction
Un filtre est un circuit permettant de sélectionner une bande de fréquence. Il favorisera
donc certaines fréquences au dépend d'autres. Un filtre est ainsi caractérisé par la bande
de fréquence qu'il laissera passer ou éliminera. Cette bande de fréquence est appelée
bande passante . La bande passante est symbolisée par BP ou LB (pour largeur de
bande). Les principaux filtres sont les filtres passe-bas , les passe-bande , les coupes-
bande et les passe-haut.
Les filtres laissent passer ou coupent des fréquences à partir d'une certaine fréquence.
Cette dernière est appelée fréquence de coupure (fc) et est définie comme étant la
fréquence où la puissance de sortie est la demie de la puissance d'entrée (Pout = 0.5 Pin).
Cette atténuation correspond à 0.707 de la tension ou du courant d'entrée et, en décibel, à
-3 dB. Il est à noter que lorsque nous travaillons avec les filtres actifs, nous n'utilisons que
les dB de tensions. Où :x dB = 20 log10 (Vs/Ve)
Une combinaison de résistances, de condensateurs et/ou de bobines forment un filtre
passif car chacun de ces éléments subit les tensions et courants appliqués. Un filtre actif
est un filtre comportant un élément amplificateur (transistor, OP-Amp, etc.) qui permet
donc de modifier les amplitudes des signaux. Un filtre actif sera donc composé d'éléments
dépendant de la fréquence (C, L ou autres) et d'un amplificateur. Durant ce cours, nous
utiliserons des amplificateurs opérationnels comme éléments amplificateurs.

1.1.1 Les avantages et les désavantages d'un filtre actif


Un filtre actif présente plusieurs avantages sur un filtre passif :
1- Les filtres actifs permettent des isolations beaucoup plus élevées grâce à leurs
impédances d'entrée élevées.
2- Les filtres actifs peuvent être réalisés sans bobine. Ceci diminue grandement le
coût, le poids, la dimension, les effets inductifs (élimine donc la nécessité
d'avoir des blindages magnétiques), les défauts causés par la résistance interne
de la bobine, les effets de saturation de noyaux, etc.
3- Les filtres actifs peuvent être facilement interreliés en cascade.
4- Les filtres actifs permettent d'amplifier et/ou d'inverser le signal en plus de
filtrer.
5- Les filtres actifs peuvent avoir des fréquences centrales et de coupures
ajustables sans pour autant modifier la courbe de réponse du filtre.

Traitement Audio page 1-1 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Par contre, les filtres actifs possèdent quelques désavantages:


1- La réponse en fréquence est limitée par l'élément amplificateur:
 fréquence minimale : 0,01 à 0,1 Hz (limitée par les condensateurs);
 fréquence maximale: 100 kHz à 1 MHz (limitée par l’amplificateur
opérationel);
 facteur de qualité limite: 1 Ampli. Op. : 25
 3 ou 4 Ampli. Op. : 500.
2- Les amplificateurs nécessitent un bloc d'alimentation. Si une alimentation n'est
pas disponible, le filtre actif devient beaucoup plus coûteux (filtre actif + bloc
d'alimentation).
3- Les amplificateurs peuvent distorsionner ou générer du bruit.
4- Les amplitudes des signaux à filtrer sont limitées par le bloc d'alimentation.
5- Les amplificateurs sont sensibles aux variations de températures.

1.1.2 Le traitement du signal audio


On définit la bande de fréquence audio comme étant l’ensemble de fréquences de 20 Hz à
20 kHz bien que l’oreille humaine ne percoive en général que la bande se situant de 30
Hz à 17 kHz.
La bande audio peut être divisée en trois sous-bandes:
 basses fréquences : 20 Hz à 500 Hz;
 fréquences médianes: 500 Hz à 5 kHz;
 hautes fréquences (aigües) : 5 kHz à 20 kHz.

Pour chacune de ces bandes, un traitement sera nécessaire selon les conditions
d’enregistrement, de transmission ou d’écoute. Il peut y avoir une préaccentuation ou une
désaccentuation des basses et/ou des hautes fréquences.

1.2 Concepts préliminaires

1.2.1 Les ordres d'un filtre


Un filtre de base peut être composé d'une cellule RC ou d'une cellule RL. On appelle ce
type de filtre un filtre du premier ordre. Ces filtres sont caractérisés par une
atténuation de 6 dB/octave1 ou 20 dB/décade2 à partir de la fréquence de coupure.
Les fréquences de coupure des filtres du premier ordre sont :

1 1
fc  
2(Cons tan te de temps) 2

1
Un octave est l'interval de fréquence (F) entre une fréquence et le double (ou la moitié) de cette fréquence. Ne
pas confondre octave et harmonique ,qui est le double d'une fréquence.

2
Une décade est l'interval de fréquence (F) entre une fréquence et une autre fréquence qui est dix fois plus
grande ou 10 fois plus petite que cette fréquence.

Traitement Audio page 1-2 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Donc, pour une cellule RC, fc = 1 / (2  RC) et pour une cellule RL, fc = R / (2  L).
Les filtres passe-bas ou passe-haut peuvent avoir un nombre entier d'ordre (1, 2, 3...)
tandis que les filtres passe-bande ou coupe-bande ne peuvent qu'avoir un ordre pair (2, 4,
6, ...) car ils sont formés de paires de cellules : 2 cellules RC ou une cellule RC et une
cellule RL.
Les pentes asymptotiques sont proportionnelles au nombre de cellules. Ainsi, si nous
formons un filtre actif à l'aide deux cellules de base (par exemple, deux cellules RC),
nous obtiendrons un filtre du deuxième ordre. Ce filtre pourra donc avoir une atténuation
de 12 dB/oct ou 40 dB/décade. En règle générale,

Atténuation = n(6 dB/ octave) = n (20 dB/décade)


où n = nombre de cellules de base.

tableau --11‎1-1
Ordre du filtre Passe-bas Passe-bande Passe-haut
1 - 6 dB/oct + 6 dB/oct
2 - 12 dB/oct  6 dB/oct + 12 dB/oct
3 - 18 dB/oct + 18 dB/oct
4 - 24 dB/oct  12 dB/oct + 24 dB/oct
5 - 30 dB/oct + 30 dB/oct
6 - 36 dB/oct  18 dB/oct + 36 dB/oct

Tous les filtres, de quel ordre que ce soit, peuvent être réalisés à partir de filtres du
premier et du deuxième ordre. Par exemple, si nous voulons obtenir un filtre ayant une
atténuation de 100 dB/décade, nous devrons soit concevoir un filtre du 5ème ordre (donc
possédant 5 cellules de base), soit utiliser un filtre actif du premier ordre suivi de deux
filtres du second ordre . Le résultat sera le même (1 + 2 + 2 = 5). C'est pourquoi notre
étude ne se limitera qu'au filtre actif du 1er et du 2ème ordre. Ils serviront de blocs
élémentaires permettant la réalisation de n'importe quel filtre. Il est à noter que cette
technique de mise en cascade de différents filtres n'est valide que pour les filtres actifs et
ne peut être utilisée aussi facilement avec les filtres passifs.

Traitement Audio page 1-3 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

1.2.2 Le facteur d'amortissement d'un filtre


L'amortissement ("damping") d'un filtre est une indication de sa tendance à amortir les
oscillations. Le symbole du facteur d'amortissement est  (lettre grecque ksi). La valeur
de  peut varier de 0 à 1. Par exemple, un filtre du premier ordre possède un  = 1, car il
ne peut pas osciller. Un oscillateur parfait a un  = 0 (aucun amortissement des
oscillations).
L'amortissement peut aussi être symbolisé par D (pour "damping factor") et vaut 2 x 
.

Le facteur de qualité Q d'un filtre est tout simplement l'inverse de D (ou 2). Il est
utilisé pour mesurer la largeur de bande d'un filtre passe-bande ou coupe-bande.

BP= Bande passante = Fo / Q = D x Fo


où Fo est la fréquence centrale du filtre.

1.2.3 Autres caractéristiques d’un filtre


Ondulation: Variation, en dB, du plateau.
Bande de transition : Bande de fréquence se situant entre le gain maximal et
l’atténuation maximale.
Perte d’insertion: Perte de tension, en dB, lorsque le filtre n’atténue pas.
Délai de groupe: Le délai de groupe d’un filtre représente le retard entrée-sortie d’un
signal en fonction de la fréquence.

Bande
de
transition
OdB
Perte d'insertion
Ondulation

Pente d'atténuation

Caractéristique
Bande atténuée
idéale

Figure ‎1-1 (Caractéristiques réelles d’un filtre passe-bas)

Traitement Audio page 1-4 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

1.2.4 La normalisation d'un filtre (ou facteur d’échelle)


Un filtre normalisé est un filtre conçu pour une impédance spécifique (souvent 1 ) et
une fréquence spécifique (souvent 1 rad/sec = Hz/2 ). A partir des valeurs standards
normalisées (1, 1F et 1 H), on peut concevoir un filtre pour toute autre fréquence ou
impédance en dénormalisant le filtre.

Lorsque l'on dénormalise un filtre en impédance, on doit:


 multiplier toutes les valeurs de résistances par l'impédance désirée;
 diviser toutes les capacités par l'impédance désirée;
 multiplier toute les inductances par l'impédance désirée.

Lorsque l'on dénormalise un filtre en fréquence, on doit:


 diviser toutes les capacités par 2  Fc = c ;
 multiplier toutes les inductances par 2  Fc= c;
 ne pas changer les résistances.
R3 R4

1 2-D

R1 R2

1
1
V entrée C1
C1
1
1 V sortie

Figure ‎1-2 (Exemple de filtre normalisé pour 1 rad/sec)

Afin que le circuit filtre conserve les même propriétés, on doit dénormaliser (ou
normaliser) tous les composants passifs du filtre.
Exemple de calcul : Pour le filtre normalisé ci-haut (filtre passe-bas du second ordre), si
l'on veut obtenir les mêmes caractéristiques mais pour une fréquence de coupure de
588 Hz, des impédances de 10 k et un facteur d'amortissement  = 0.25, nous devons
effectuer les modifications suivantes :

R = Rnorm x (10 000) = 1 x 10 K = 10 k


R2-D = 10 k (2 - D) = 10 k (2 - 2(0.25)) = 15 k

C = Cnorm / [2 (588)(10 000)] = 1 F / [36,95 x 106]= 0.027  F

Traitement Audio page 1-5 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

1.2.5 Les fonctions de transfert


Une fonction de transfert est, par définition, une fonction de sortie divisée par une
fonction d'entrée. Pour un filtre actif, la fonction de transfert est toujours exprimée sous la
forme de vsortie / ventrée . Donc, pour des filtres actifs, la fonction de transfert n'est
qu'un autre nom pour exprimer le gain de tension. La fonction de transfert inclut
généralement les gains et les phases des tensions, et ce, en fonction de la fréquence.
Par exemple, la fonction de transfert d'un filtre RC passe-bas est:

R1

C1
Entrée Sortie

Figure ‎1-3

1 1
vs  jX c jC jC 1
   
ve R  jX c 1 jRC  1 jRC  1
R
jC jC
Où  = 2F.

Pour des commodités d'écriture, certains auteurs posent j = s. Sachant que = RC , on
peut alors écrire la fonction de transfert sous la forme :

vs 1
 Passe-bas du 1er ordre
ve s  1
Le gain est alors :

vs 1 1
 
ve (RC) 2  12 (RC) 2  1
Et, exprimé en dB, le gain est :
vs  1 
 20 log 
ve  1  (RC) 
2

À partir de cette relation, on peut déduire que plus la fréquence sera faible, plus le gain
sera élevé, donc plus la tension de sortie sera élevée. Ce qui est la caractéristique d'un
filtre passe-bas. A la limite, le gain vs / ve= 1 (ou 0 dB) lorsque f = 0 Hz
Et le déphasage en fonction de la fréquence est :

1
   atg (RC)
RC
atg ( )
1

Traitement Audio page 1-6 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Le déphasage entre la sortie et l'entrée passera donc de 0o (à 0 Hz) jusqu'à -90o (à f =


 Hz).

Figure ‎1-4 (Réponse en fréquence d'un filtre passe-bas du premier ordre (RC = 1 msec))

La fonction de transfert d'un filtre RC passe-haut est :


C1

R1
Entrée Sortie

Figure ‎1-5

vs R R R jRC
   
ve R  jX c 1 jRC  1 jRC  1
R
jC jC
Où  = 2F
vs s
 Passe-haut du 1er ordre
ve s  1
le gain est alors :

vs RC
Av  
ve (RC) 2  1

Traitement Audio page 1-7 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Et, exprimé en dB, le gain est :

 RC 
Av ( dB )  20 log 
 1  (RC ) 
2

Et le déphasage en fonction de la fréquence est :

90o
   90o  atg (RC)
RC
atg ( )
1
De sorte que le déphasage entre la sortie et l'entrée passera donc de +90o (à 0 Hz) jusqu'à
0o (à f =  Hz).

Figure ‎1-6 (Réponse en fréquence d'un filtre passe-haut du premier ordre (RC = 1 msec))

Traitement Audio page 1-8 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Les fonctions de transfert des filtres du deuxième ordre:


K = gain o = 2  fo

s = j = j 2  F Q = facteur de qualité = o / BP
ao = constante qui dépend du circuit utilisé.

K
F( s) 
o
s2  s  o2
Filtre passe-bas du deuxième ordre: Q

Ks 2
F( s) 
o
s2  s  o2
Filtre passe-haut du deuxième ordre: Q

Ks
F( s) 
o
s2  s  o2
Filtre passe-bande du deuxième ordre: Q

K ( s 2  ao )
F( s ) 
o
s2  s  o2
Filtre coupe-bande du deuxième ordre: Q

o
K ( s2  s  o2 )
Q
F( s ) 
o
s2  s  o2
Filtre passe-tout du deuxième ordre: Q

Traitement Audio page 1-9 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

1.3 Les types de filtres actifs


En plus d'identifier un filtre par sa fonction (passe-bas, coupe-bande, etc.) et par son
ordre, on catégorise aussi un filtre selon plusieurs critères :
1- Selon les caractéristiques des fonctions de transfert. Par exemple: Tchebycheff,
Butterworth ou Bessel.
2- Selon leurs inventeurs. Par exemple: Sallen-Key, Baxandall ou Delyannis.
3- Selon la technologie : numérique, analogique, par commution de capacités, etc.

Par exemple, on peut retrouver des filtres actifs Sallen-Key passe-bas de type
Butterworth.

1.3.1 La réponse en fréquence de quelques filtres actifs


Un filtre idéal :
1- devrait avoir une réponse en fréquence très abrupte.
2- ne devrait pas déphaser le signal.
3- devrait répondre instantanément aux signaux d'entrées.
4- devrait fournir un délai constant sur toute la bande de fréquence.
5- ne devrait pas distorsionner le signal.
6- ne devrait pas avoir tendance à osciller.

Il est impossible, en pratique, d'obtenir toutes ces caractéristiques en même temps. Si


nous favorisons une de ces caractéristiques, ce sera au dépend des autres. En général,
nous favorisons la réponse en fréquence car c'est la raison d'être des filtres .
Contrairement aux filtres du premier ordre, les filtres du deuxième ordre ont tendance à
osciller. Nous devons alors faire attention au facteur d'amortissement du circuit. Le
facteur d'amortissement idéal d'un filtre du 2ème ordre est de 1/2 = 0.707.
 un filtre du type B u t t e r w o r t h présente la réponse en fréquence la plus linéaire;
 un filtre du type T c h e b y s h e f f ( o u C h e b y c h e v ) a l'atténuation la plus
élevée mais présente une ondulation sur le «plateau»;
 un filtre du type B e s s e l présente la meilleure caractéristique de phase et
distorsionne le moins, bien qu'il soit le pire au point de vue de la réponse en
fréquence.

Traitement Audio page 1-10 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

1.4 Les filtres actifs de base du premier ordre

1.4.1 Filtre actif passe-bas normalisé du 1er ordre


La façon la plus simple de réaliser un filtre actif du premier ordre est de faire suivre un
filtre passif d'un amplificateur.

R2 R3

R1

C1 V sortie
V entrée

Figure ‎1-7
Où : R1 normalisée = 1 C1 normalisé = 1
R2 normalisée = 1 R3 normalisée = (Av - 1)

1.4.2 Filtre actif passe-haut normalisé du 1er ordre

R2 R3

C1

V sortie
V entrée R1

Figure ‎1-8

Où : R1 normalisée = 1 C1 normalisé = 1
R2 normalisée = 1 R3 normalisée = (Av - 1)

Traitement Audio page 1-11 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

1.5 Filtres actifs Sallen-Key normalisés du 2ème ordre

1.5.1 Introduction
Il est possible de réaliser avec les filtres Sallen-Key3, des filtres possédant des résistances
(sauf Rf) et des condensateurs de même valeur. Leur produit doit toutefois demeurer
constant (composantes de précision). Avec ces composantes identiques, le gain de ces
filtres sera :
Av = 3 - D = 3 - (2 ).

1.5.2 Filtre Sallen-Key passe-bas


Av = 3 - D fc = 1
2  RC

R3 R4

1 2-D

R1 R2

1
1
V entrée C1
C1
1
1 V sortie

Figure ‎1-9

tableau ‎1-2

Type Amortissement
Bessel 1,732
Butterworth 1,414
Chebyshev 1,216

1.5.3 Filtre Sallen-Key passe-haut


Av = 3 - D fc = 1
2  RC

3
Du nom de leurs auteurs: R.P. Sallen et S. Key.

Traitement Audio page 1-12 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

R3 R4

1 2 -D

C1 C2

V entrée 1 R1 1 R2
1 1
V sortie

Figure ‎1-10

tableau ‎1-3

Type Amortissement
Bessel 1,732
Butterworth 1,414
Chebyshev 1,216

1.5.4 Filtre Sallen-Key passe-bande


Pour réaliser un filtre passe-bande, il faut connaître :
1- la fréquence centrale fo ;
2- la bande passante BP.

A partir de ces valeurs, il nous est alors possible de déterminer le facteur de qualité Q du
filtre car:
Q = fo / BP
Le gain maximum (à Fo) d'un tel filtre est de: Av max = -3Q2

C1

1 / 3Q R4

9Q2 - 1
R1 R2 C2

1 1
1 / 3Q
V sortie
V entrée R3
1

Figure ‎1-11

Contrainte : Le gain en boucle ouverte Av ol doit être ≥ 90 Q2.

Traitement Audio page 1-13 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

1.6 Les gyrateurs


Grâce à la possibilité qu'ont les amplificateurs d'inverser un signal, il est possible
d'inverser le courant d'une composante par rapport à sa tension. Ceci est l'équivalent de
décaler l'effet réactif d'une réactance de 180o. A partir de ce principe, on peut alors
inverser la réactance d'un condensateur, simulant ainsi une inductance et vice-versa.
En effet, si

XL équivalent = 1 = + j 2  Fr C
- j 1 / 2  Fr C
alors C = l'inductance simulée.

1.6.1 Convertisseur d'impédance négative


Ce circuit permet d'inverser la valeur d'une impédance. En effet, l'impédance vue entre
l'entrée et le point commun est (notez le signe négatif):

Zin = - ZZZ1
2
3

Z1

Z entrée

U1

Z3 Z2

Figure ‎1-12
Donc, si Z1 = R1, Z2 = R2, Z3 = R3 , nous obtenons un gyrateur simulant une
r é s i s t a n c e n é g a t i v e de :

Zin = - RRR1
2
3

Et si nous remplaçons Z2 par un condensateur alors Z1 = R1, Z2 = 1 / jC2, Z3 = R3 .


Nous obtenons un gyrateur simulant une i n d u c t a n c e de :
R1 R3
Zin    jC2 R1 R3  jX L ( é quivalent)
 j 1C
2

Traitement Audio page 1-14 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

1.6.2 Convertisseur d'impédance généralisée


Le circuit suivant présente une impédance de :
Z Z Z
Zin = 1 3 5
Z2 Z4
En posant les valeurs désirées à la place de Z1 à Z5, nous pouvons ainsi obtenir une
multitude d'impédances. Ce circuit possède toutefois un défaut: l'impédance simulée doit
être absolument prise par rapport à la masse.

U1

Z1 Z2 Z3 Z4 Z5

Z entrée

U2

Figure ‎1-13
Par exemple :
Si Z1 = R1, Z2 = R2, Z3 = R3, Z4 = 1 / jC4 et Z5 = R5, nous obtenons un g y r a t e u r
d'Antoniou simulant une inductance de:

 R1 R3 R5  R1 R3 R5 C4
Zin  j C4  jLé quivalent où Lé quivalent 
 R2  R2

Si Z1 = R1, Z2 = R2, Z3 = 1 / jC3 , Z4 = R4 et Z5 = R5, nous obtenons un s u p e r -


c o n d e n s a t e u r de :

 R1 R3  1 R2 R4 C4
Zin   j  j où Cé quivalent 
 R2 R4 C4  Cé quivalent R1 R3

Si Z1 = 1/jC1, Z2 = R2, Z3 = R3 , Z4 = R4 et Z5 = 1/jC5, nous obtenons une


r é s i s t a n c e n é g a t i v e d é p e n d a n t e d e l a f r é q u e n c e (RNDF) de :

 R3  Ré quivalent R3
Zin   2  où Ré quivalent 
  R2 R4 C1C5  2 R2 R4 C1C5

Traitement Audio page 1-15 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

1.7 Choix d’amplificateurs opérationnels en audio.

tableau ‎1-4 : Très bonnes caractéristiques


Type Commentaires
NE5534 Excellentes performances.
NE5533 Op Amp double. Faible bruit. Taux de montée
élevé. Large bande passante. Compensation externe.
HA2625 Taux de montée élevé. Large bande passante. Pas de
compensation pour des gains > 5.
LM318 Excellentes performances audio.
AD518 Taux de montée très élevé. Très faible distorsion.
Compensation interne.

tableau ‎1-5 : Caractéristiques moyennes¸


Simple Double Quadruple
OP-01 072 074
070 073 075
071 082 084
080 083 347
081 353 774
310 772 3240
357 2310 3471
530 4558 4741
531 4559
536 5530
740
1456
3140

tableau ‎1-6 : Caractéristiques faibles


(à éviter pour systèmes HiFi)
Simple Double Quadruple
301 358 324
308 747 348
308A 798 349
356 1437 3403
709 1458 4741
741 3458
748
759
791
799

Traitement Audio page 1-16 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

1.8 Exercices

#1 Nommez quatre (4) avantages et quatre (4) désavantages d’un filtre actif sur un filtre passif.

#2 Quel filtre permet une préaccentuation?


a) filtre passe-haut c) filtre passe-bande
b) filtre passe-bas d) filtre coupe-bande

#3 Quel filtre permet une désaccentuation?


a) filtre passe-haut c) filtre passe-bande
b) filtre passe-bas d) filtre coupe-bande

#4 Quel est le facteur d’amortissement d’un filtre passe-bande dont la fréquence centrale est de
120 kHz et la bande passante, de 20 kHz?

#5 Déterminez la fonction de transfert de ce filtre.


R1 C1

VE R2
VS

#6 Déterminez les valeurs des composants d’un filtre Sallen-Key passe-bas possédant les
caractéristiques suivantes : Fc = 1 kHz ,  = 0.707 avec des résistances de 10 k. Dessinez le
diagramme de Bode de gain approximatif du filtre.

#7 Déterminez les valeurs des composants d’un filtre Sallen-Key passe-haut possédant les
caractéristiques suivantes : Fc = 600 Hz , D = 0,5 avec des résistances de 10 k. Dessinez le
diagramme de Bode de gain approximatif du filtre.

#8 Déterminez les valeurs des composants d’un filtre Sallen-Key passe-bande possédant les
caractéristiques suivantes : Fo = 6000 Hz , BP = 500 Hz avec des résistances de 1 k.
Dessinez le diagramme de Bode de gain approximatif du filtre.

Traitement Audio page 1-17 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

#9 Transformez le filtre suivant pour avoir une fréquence de coupure de 5 kHz


R3 R4

10 k 10 k

R1 R2

4k7 4k7
V entrée C1
C2
1 nF
1 nF V sortie

#10 Déterminez les valeurs des composants nécessaires pour réaliser un super-condensateur de
10 000 F à l’aide d’un condensateur de 10 F (R = 10 ).

#11 Déterminez les valeurs des composants nécessaires pour réaliser une inductance de 1 mH à
l’aide d’un gyrateur simple (R = 1 k).

 Concevez un filtre passe-bande à l’aide d’un gyrateur. Fo = 1000 Hz , BP = 100 Hz avec
des résistances de 1 k

Traitement Audio page 1-18 OFPPT/TECCART


TABLE DES MATIÈRES

2. MISE EN FORME DE SIGNAUX 2-1

2.1 Les oscillateurs harmoniques 2-1


2.1.1 Principe 2-1
2.1.2 Oscillateur à déphaseur 2-2
2.1.3 Oscillateur à cristal de quartz 2-2
2.1.4 Oscillateur à pont de Wien 2-3

2.2 Les comparateurs de tensions 2-4


2.2.1 Comparateur simple 2-4
2.2.2 Comparateur avec tension de référence 2-4
2.2.3 Comparateur non-inverseur avec hystérisis 2-5
2.2.4 Comparateur inverseur avec hystérisis 2-6
2.2.5 Comparateur à fenêtre 2-6
2.2.6 Le LM339 2-7

2.3 Les oscillateurs à relaxation 2-8


2.3.1 Oscillateur à circuit intégré 2-8
2.3.2 Générateur de signal carré/triangulaire (bascule astable) 2-9
2.3.3 Conception de l’oscillateur à relaxation 2-9
2.3.4 Bascule monostable 2-11

2.4 Le temporisateur 555 2-12


2.4.1 Principe d’opération 2-12
2.4.2 Principales caractéristiques électriques: 2-12
2.4.3 RÔLE DES BROCHES. 2-13
2.4.4 Bascule monostable 2-13
2.4.5 Générateur de rampe 2-15
2.4.6 Bascule astable 1 2-16
2.4.7 Bascule astable 2 2-17
2.4.8 Exemples d’applications avec le 555 2-18

2.5 Les redresseurs de précisions 2-19


2.5.1 Redresseur demi-onde simple 2-19
2.5.2 Redresseur demi-onde inverseur 2-19
2.5.3 Redresseur demi-onde bipolaire 2-20
2.5.4 Redresseur de précision pleine onde 2-21

2.6 Exercices 2-22


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2. Mise en Forme de Signaux


2.1 Les oscillateurs harmoniques
Un circuit qui produit une tension alternative sans signal d’entrée est appelé un
oscillateur. Il existe deux classes d’oscillateur: les oscillateurs harmoniques et les
oscillateurs à relaxation. Les oscillateurs harmoniques génèrent généralement une
sinusoïde tandis que les oscillateurs à relaxation, qui sont réalisés à l’aide de bascules,
fournissent généralement des tensions rectangulaires, triangulaires ou des impulsions.
Les oscilleurs sont de circuits très courants. Ils font partie, entre autres, des circuits
suivants: générateur de fonctions, générateurs d’impulsions, fréquencemètre, multimètre
numérique, oscilloscope, récepteur radiofréquence, ordinateur, périphérique d’ordinateur,
circuits de contrôle numérique, etc.

2.1.1 Principe
La Figure ‎2-1 présente le diagramme fonctionnel d’un oscillateur harmonique.
L’amplificateur A amplifie le signal retourné par le circuit de contre-réaction de gain .
Si le signal à l’entrée de l’amplicateur est en phase avec celui à sa sortie, il se produit une
contre-réaction positive.

Le gain de la boucle A est déterminant pour le fonctionnement de l’oscillateur:


si A < 1 alors l’oscillation est amortie (sortie tend vers 0 V);
si A = 1 alors l'oscillation est entrenue (critère de Barkhausen);
si A > 1 alors le signal est continuellement amplifié jusqu’à saturation de
l’amplificateur (la sortie se stabilise à +Vcc ou -Vee).

A
V sortie

Contreréaction

Figure ‎2-1 Diagramme fonctionnel d’un oscillateur.


Pour démarrer l’oscillation, il doit y avoir une tension initiale. On se sert généralement du
bruit thermique inérant à tout composant électronique pour initier l’oscillation. Le bruit
est de faible amplitude (< 10-6 V) mais, statistiquement, de n’importe quelle fréquence
comprise dans la bande passante de la boucle. Si le circuit de contre-réaction peut fournir
un déphasage de 0o pour une seule fréquence, alors c’est cette fréquence qui sera
privilégiée à la sortie de l’oscillateur. Comme l’oscillation ne se produit que pour une
seule fréquence, la sortie est nécessairement une sinusoïde. Pour démarrer, la faible
tension doit être amplifiée (A > 1); puis, une fois que l’amplitude de sortie est adéquate,
il faut maintenir l’oscillation (A = 1).

Mise en Forme de Signaux page 2-1 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.1.2 Oscillateur à déphaseur


La contre-réaction  est formée d’un déphaseur de 3 cellules RC. Chacune des cellules
déphase de 60o pour un total de 180o. Avec le déphasage supplémentaire de 180o de
l’inverseur, le déphasage total de la boucle est de 0o, et ce, pour une seule fréquence, la
fréquence d’oscillation libre.
Fosc = 1 / (2RC6)
  = 1/29 ( à Fosc)
Amplif icateur R2
inv erseur

+Vcc Tension de
sortie
R1

Tension de
VS rétroaction

-Vee
C C C

R R

Réseau
inv erseur

Figure ‎2-2 Oscillateur harmonique à déphaseur.

2.1.3 Oscillateur à cristal de quartz


Le cristal de quartz peut se comporter en circuit résonnant série ou parallèle (FS
légèrement < FP). En insérant un cristal de quartz entre la sortie et l’entrée d’un
amplificateur à haut gain, il est possible de forcer une oscillation continue (à FP ou FS
selon le branchement du quartz).
R int Cs Ls

Cp

a) b)

Figure ‎2-3 Cristal de quartz a) Symbole b) Circuit équivalent.


Inv erseur CMOS
ou 1/4 74132 Inv erseur CMOS
C1 L1 2,5 mH ou 1/4 74132
+12V
1 nF Sortie R1
X1 R1
10 K
2N5458
10 M R2
R2
R1 100 K
X1
10 M
100 K C1
X1
100 pF
C1 C2
20 pF 20 pF

Figure ‎2-4 Exemples d’oscillateurs à cristal de quartz.

Mise en Forme de Signaux page 2-2 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.1.4 Oscillateur à pont de Wien


Le pont de Wien est un pont qui est balancé (déphasage de 0o) pour une seule fréquence.
Associée à un amplificateur non-inverseur, la boucle A a un déphasage de 0o pour une
seule fréquence.
Critères d’oscillation
C1

R3 / R 4 = R1 / R 2 + C2 / C 1 +Vcc
R1
1
Fosc =
2 R1 C1 R2 C2

Si R1 = R2 = R et C1 = C2 = C, alors R3 VS
-Vee
Fosc = 1 / 2 RC C2
R2

et  = 1/3 R4

réseau
donc R3 = 2 R 4 de amplif icateur
contre-réaction non-inv erseur
A = (R3 + R4) / R4 = 3
Figure ‎2-5 Oscillateur harmonique à pont de Wien.

Comme au départ, A > 1 et, par la suite A doit se stabiliser à 1, on prévoit un circuit de
stabilisation d’amplitude. Ce circuit est un élément non-linéaire dont la résistance varie
en fonction de la tension, ce qui permet un  de plus en plus faible lorsque l’amplitude de
sortie augmente.  se stabilise à 1/A lorsque la tension est d’amplitude désirée est
atteinte.
Par exemple, pour le circuit de la Figure ‎2-6 a), la résistance devient court-circuité par les
diodes D1 et D2 losque l’amplitude de sortie atteint la valeur désirée.
Le stabiliseur de la Figure ‎2-6 b) effectue une contre-réaction négative proportionellement
à la valeur crête de la tension de sortie. Avec une faible tension de sortie, VC4 est faible et
la résistance RDS de Q1 est faible, créant une forte faible contre-réaction négative. Plus la
tension de sortie est élevée, plus la contre-réaction est forte et le gain total A diminue
pour tendre vers 1.
+Vcc +Vcc

VS R3 VS
C3 R5
-Vee -Vee
R5 R6
D1
D1 D2
R4 Q1

D3 D4 R1 C4 R6
R4

a) b)
Figure ‎2-6 Stabiliseurs d’amplitude pour oscillateur harmonique.

Mise en Forme de Signaux page 2-3 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.2 Les comparateurs de tensions


2.2.1 Comparateur simple
Un circuit comparateur est celui qui fournit une indication de l'état relatif de deux
potentiels d'entrée. Si une entrée est une tension de référence et l'autre, une inconnue, la
sortie du comparateur indiquera si le signal inconnu est soit au-dessus, soit en-dessous de
la tension de référence. À la Figure ‎2-7, la tension de référence est 0 Volt; donc, la sortie
du comparateur bascule chaque fois que la tension d’entrée transite à 0 Volt. Les deux
diodes servent de protection car la différence de potentielle entre les deux entrées n’est
plus limitée par une contre réaction négative.
Les deux états possibles de sortie sont:
V sortie max = Vcc - Vce(sat)  Vcc V sortie min = -Vee + Vce(sat)  -Vee
+Vcc

U1 +V entrée
D1 D2
V entrée +Vcc
V sortie
+V sortie
-Vee
-Vee

Figure ‎2-7 Comparateur simple.

2.2.2 Comparateur avec tension de référence


Ce comparateur est similaire au précédent sauf qu’ici la tension de référence est
déterminée par l’utilisateur:
V ref = Seuil de basculement = Vcc R2 / (R1 + R2)
Remarque : les deux entrées peuvent êtres inversées pour obtenir un comparateur
inverseur.
+Vcc

R1
+Vcc

V ref
U1 +V entrée

V entrée +Vcc
V sortie
R2 +V sortie
-Vee
-Vee

Figure ‎2-8 Comparateur simple avec tension de référence.


Vs
Vs(sat+)

Ve

Vs(sat-)

Figure ‎2-9 Fonction de transfert du comparateur simple avec tension de référence.

Mise en Forme de Signaux page 2-4 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.2.3 Comparateur non-inverseur avec hystérisis


Le comparateur à hystérésis, aussi appelé «bascule de Schmitt», est un comparateur dont
la tension de référence change selon l’état de la sortie. Lorsque la tension d'entrée atteint
une certaine valeur appelée seuil de basculement haut (SBH), la sortie passe
instantanément à l'état stable 1, même si la tension d'entrée n'augmente que très lentement
ou qu'elle contienne du bruit. La sortie demeure à cet état jusqu'à ce que la tension
d'entrée diminue et atteigne une certaine valeur appelée seuil de basculement bas (SBB),
plus petite que la valeur de SBH. À cet instant, la sortie passe à l'état stable 2, même si la
tension d'entrée ne diminue que très lentement ou qu'elle contienne du bruit. La sortie
reste à cet état jusqu'à ce que la tension d'entrée augmente et atteigne de nouveau la valeur
SBH.
Il existe donc un « retard » entre le basculement haut et le basculement bas d’où le nom
hystérisis (qui vient de hustérisis, retard en grec).
Voici un exemple de comparateur à hystérésis réalisé à l'aide d'un amplificateur
opérationnel. Cette fonction est accomplie en retournant une partie du signal de la sortie
(Vsortie) vers l'entrée non-inverseuse. Selon la valeur de la contre-réaction positive, une
nouvelle tension de basculement est présente après chaque transition.
SBH  +Vcc R2 /(R1 +R2) = (+Vsortie max ) R2/(R1 +R2)
SBB  -Vee R2 /(R1 +R2) = (-Vsortie max ) R2 /(R1 +R2)
où Vsortie max dépend de l’alimentation et de la perte de tension dans l’ampli op (fonction
de la charge).
R1

+Vcc
SBH
+V entrée
R2
SBB
U1
+Vcc
V entrée +V sortie
V sortie
-Vee

-Vee

Figure ‎2-10 Comparateur non-inverseur à hystérisis.


Vs

Vs(sat+)

Ve

Vs(sat-)

Figure ‎2-11 Fonction de transfert du comparateur non-inverseur à hystérisis.

Mise en Forme de Signaux page 2-5 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.2.4 Comparateur inverseur avec hystérisis


R1

+Vcc
SBH
R2 +V entrée
U1 SBB

+Vcc
V sortie +V sortie
V entrée -Vee

-Vee

Figure ‎2-12 Comparateur inverseur à hystérisis.


Vs

Vs(sat+)

Ve

Vs(sat-)

Figure ‎2-13 Fonction de transfert du comparateur inverseur à hystérisis.

2.2.5 Comparateur à fenêtre


Porte NOR
+Vcc
D1
BB R1
U1

VE VS
D2
R2
U2
BH R5
R3 R4

Figure ‎2-14 Comparateur à fenêtre


VS

VS (SAT+)
V f enêtre

VE VE
BB BH

Figure ‎2-15Fonction de transfert du comparateur à fenêtre.

Mise en Forme de Signaux page 2-6 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.2.6 Le LM339
Les amplificateurs opérationnels sont de bons comparateurs mais ils ont beaucoup de
contraintes au niveau de l'alimentation et des temps de commutations. Des circuits
intégrés appelés «comparateurs» existent en grand nombre. Ils peuvent fonctionner avec
une alimentation monopolaire qui peut être aussi basse que 5 volts; ils ont une de bons
temps de basculement et ils sont, dans la plupart des cas, compatibles avec les circuits
logiques TTL, CMOS et autres.
Le LM339 est un comparateur populaire. Il contient quatre comparateurs dans le même
boîtier dont voici les principales caractéristiques.
1- Une alimentation monopolaire de 5V à 36V ou bipolaire jusqu'à  18V.
2- Une compatibilité TTL et CMOS.
3- Une sortie à collecteur ouvert.
4- Un temps de réponse de 300 nsec.
5- Un gain en boucle ouverte de 200,000 ( pour RL = 15K et Vcc = 15V).

La sortie d'un LM339 est à collecteur ouvert (transistor NPN). Si on désire obtenir à la
sortie une onde variant entre 0 V et l'alimentation, il faut relier une résistance de rappel à
l'alimentation («pull up»; R3 de la Figure ‎2-16). Le courant circulant dans le transistor de
sortie est limité par le manufacturier à 16 mA.
+5V

R1

U1A R3
3
LM339
7
1
V entrée 6
V sortie
R2 12

Figure ‎2-16Comparateur non-inverseur avec un LM339.


+5V

R3

U1B R5
3
LM339
4
R1 2
5
V sortie
V entrée R2 R4 12

Figure ‎2-17 Comparateur non-inverseur à hystérisis avec un LM339.

Mise en Forme de Signaux page 2-7 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.3 Les oscillateurs à relaxation

2.3.1 Oscillateur à circuit intégré


En créant une tension de référence variable dans le temps, il est possible d’obtenir un
oscillateur à relaxation avec un comparateur à hystérisis. Par exemple, avec un
condensateur chargé exponentiellement via la sortie, la tension à l’entrée non-inverseuse
change pour atteindre SBH, ce qui fait basculer le comparateur et, ensuite, SBB.

Calcul l’oscillateur à relaxation


SBH = V+sortie max (R2/R3 +1)  VCC (R2/R3 +1)
SBB = V-sortie max (R2/R3 +1)  -Vee (R2/R3 +1)
1 / F osc = T = TH + TB
T
R1
tH tB
+Vo (sat)
+Vcc
Vo

C1
Uc1 -Vee Vo
R2 -Vo (sat)

Uc1 SBH
R3
SBB

Figure ‎2-18Oscillateur à relaxation à amplificateur opérationel.


Comme VC1 charge = SBH - SBB = (V+sortie max - SBB) (1 - e-TH /t ) où t = R1C1
alors
 SBB  SBH 
TB   R 1C1ln1  
 V  sortie max SBH 
 SBH  SBB 
TH   R 1C1ln1  
 V  sortie max SBB 
TB = TH si V+sortie max = V-sortie max
En ajoutant un intégrateur à la sortie de l’astable, il est possible de transformer l’onde
carrée en une onde triangulaire. La tension de charge est:
 I C4 T (  VS1 / R 5 )T
VC4  Vsortie 2  
C C
où T = Temps haut = Temps bas de VS1
Pour pouvoir fonctionner, il est impératif que le temps de charge soit égal au temps de
décharge donc que Thaut = Tbas. La résistance R7 permet de s’assurer que le condensateur
ne se chargera pas par les courants et les tensions de décalage de l’amplificateur
opérationel (R7 > 1 M).

Mise en Forme de Signaux page 2-8 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

D1 R4

C2
D2 R3

R7
Vc
+Vcc
VS1 +Vcc
U1 R5 U2
C1
VS2
R6
-Vee
-Vee
R2
R1

Figure ‎2-19 Astable suivie d’un intégrateur.

2.3.2 Générateur de signal carré/triangulaire (bascule astable)


Le circuit suivant permet de générer une onde triangulaire et une onde carrée. Il est formé
d’une bascule de Schmitt et d’un intégrateur. Le condensateur C1 se charge linéairement
par le courant I1 ou I2, selon l’état de la sortie du comparateur à hystérisis. Le
basculement de celui-ci est commandé par la tension de sortie de l’intégrateur. Si la sortie
du comparateur est à un niveau 1, la sortie de l’intégrateur est de plus en plus négative
(entre t1 et t2 de la figure 19) à cause de la charge de C1 via R4, R5A , D1 et R6. La tension
de sortie de comparateur atteint alors la tension SBB du comparateur et il bascule. D1 est
alors bloquée et D2 devient conductrice. Le condensateur se recharge en polarité inverse
jusqu’à ce qu’il atteigne SBH; et le cycle recommence.
R4 détermine la fréquence (1/(TH + TB)) tandis que R5A contrôle TH et R5B contrôle TB. R6
et R7 déterminent les temps de basculement minimum (Fmax).

2.3.3 Conception de l’oscillateur à relaxation

C1 = It /v où v = SBH - SBB


I = IC1 min = (+V sortie max - VD) / (R4 + R5 + R6)
t = tH max ou tB max

SBB = V-sortie max (R3/(R2 + R3))  -Vee (R3/(R2 + R3))


SBH = V+sortie max (R3/(R2 + R3))  +Vcc (R3/(R2 + R3))

Mise en Forme de Signaux page 2-9 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Intégrateur Contrôle du temps


de trav ail
D1 C1
I1
R6 I2
I1
R5 +Vcc
I2
I1 I2 R7
Contrôle de
f réquence
D2
R4
Sortie de
l'intégrateur
-Vee

Comparateur
R2 de Schmitt

+Vcc

R3

I3

Sortie
-Vee

Figure ‎2-20 Générateur de fonctions à amplificateurs opérationnels.

Temps Temps

t1 t2 t3 t4
t1 t2 t3 t4

SBH SBH
Sortie de Sortie de
l'intégrateur l'intégrateur
SBB SBB
Temps
haut Temps Temps
bas Temps bas
haut

+Vo(sat) +Vo(sat)

Sortie Sortie

-Vo(sat) -Vo(sat)

T
T

Figure ‎2-21 Formes d’ondes du générateur de fonctions.

Mise en Forme de Signaux page 2-10 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.3.4 Bascule monostable


Une bascule monostable est un circuit qui présente un seul état stable, l’autre étant
transitoire. La sortie stable peut être à un niveau bas ou à un niveau haut.
L’état stable du circuit suivant est un niveau haut. En temps normal, l’entrée inverseuse
est reliée à la masse par R3 et l’entrée non-inverseuse est polarisée positivement par R1R2.
La sortie sature alors à près de Vcc. Une impulsion positive à l’entrée est intégrée par
R3C1 (les impulsions négatives sont limitées par D1). Cette impulsion fait basculer
l’amplificateur opérationnel et C2 commence à se charger. Losrque celui-ci atteint une
tension suffisante pour que l’entrée non-inverseuse soit supérieure à 0 V, l’ampli bascule
et maintient cet état jusqu’à la prochaine impulsion

Conception du monostable

0,5 V< VR2 < 1 V


C1R3  0,1 timpulsion
TB
C2 
E  E
sortie 

 R1 / /R 2  ln 
  E  U C2  

où TB = Temps de basculement bas


E = VR2 - (- Vsortie sat)  VR2 + Vee
E sortie = -(+Vsortie sat - VR2)  Vcc - VR2
UC2 = +Vsortie sat  + Vcc
VE

- VC2 +
+Vcc VR3

+Vcc
R1

VR2 R2
C1 VS
VE R3 D1 VR2
-Vee

VS (sat)

-VS (sat)
Temps
bas

Figure 2-22 Bascule monostable avec amplificateur opérationnel.

Mise en Forme de Signaux page 2-11 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.4 Le temporisateur 555

2.4.1 Principe d’opération


Le temporisateur intégré 555 est un circuit intégré très populaire et est régulièrement
utilisé comme multivibrateurs monostable et astable. Introduits par Signetics en
technologie bipolaire, plusieurs fabricants le produisent maintenant en technologie
bipolaire et CMOS. Le 555 comprend deux comparateurs, une bascule RS, un transistor
de décharge (T1) et un étage de sortie en totem. Utilisé avec une alimentation VCC de 5
volts, le temporisateur est compatible avec les séries 54/74 des familles logiques TTL et
CMOS

2.4.2 Principales caractéristiques électriques:


Alimentation (Vcc) : 5 V à 15 V, max. 18 V.
Courant d'alimentation : 3 mA typique, 6 mA max. (5 V).
10 mA typique, 15 mA max. (15 V).
Pd (max.) : 625 mW
Io (source, sink) : 200 mA (max.).
Courant de décharge : 200 mA (max.).
tr = tf : 100 ns.

4 RAZ 8 Vcc

7
Décharge Vcc

5k
Seuil 6
R
5 R Q
Tension
de contrôle 5k
3
S S
Q
2
Sortie
Trigger
5k
555

1 Masse

Figure 2-23 Schéma interne du 555.

Mise en Forme de Signaux page 2-12 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.4.3 RÔLE DES BROCHES.


(1) Point commun de la puce.
(2) Déclenchement (Trigger): Lorsqu'une tension inférieure à 1/3 de Vcc est appliquée
sur cette entrée, la sortie du comparateur #1 passe à un niveau 1, produisant ainsi, à la
sortie (Q) de la bascule RS, le basculement à un niveau haut. La sortie (3) bascule aussi à
un niveau haut.
(3) Sortie (Output): Elle est la broche de sortie du temporisateur. Son état est solidaire à
la broche 7 (décharge) et elle produit des états logiques compatibles TTL (Vcc = 5V) et
CMOS (5V < Vcc < 15V).
(4) Remise À Zéro (Reset): Cette broche permet, de façon prioritaire, la remise à «0» de
la sortie (3) et de la broche décharge (7) lorsqu'une tension inférieure à 1V est appliquée
sur cette entrée. La broche 4 ne doit pas être laissée flottante. Elle est généralement reliée
à Vcc (8) lorsque la remise à zéro n’est pas utilisée.
(5) Contrôle (FM ou Control Voltage): Cette broche permet, grâce à une tension de
contrôle extérieure, de changer les tensions de référence des comparateurs afin de varier
la fréquence d'oscillation du temporisateur lors des applications utilisant la configuration
en astable. Il est recommandé de relier la broche 5 à la masse via un condensateur de 0,01
F lorsqu’elle n’est pas utilisée.
(6) Seuil (Treshold): Lorsqu'une tension supérieure à 2/3 de Vcc est appliquée sur cette
entrée, la sortie du comparateur #2 passe à un état 1, produisant ainsi, à la sortie (Q) de la
bascule RS, un basculement à un niveau bas.
(7) Décharge (Discharge): Cette broche permet la décharge du condensateur lorsque le
temporisateur est utilisé en configuration monostable ou astable.
(8) Vcc: Broche d'alimentation du temporisateur.

2.4.4 Bascule monostable


Afin de produire le déclenchement du monostable, il faut apporter momentanément, sur la
broche 2, une tension inférieure à Vcc/3. La sortie du comparateur #1 bascule alors à 1 et
provoque la mise à «1» de la sortie (broche 3). Le transistor T1 devient alors ouvert et
permet au condensateur de se charger durant un temps TB via la résistance RA. Lorsque
VC1 est supérieure à 2/3 de Vcc, le comparateur #2, par un niveau «1» à sa sortie, refait
basculer la sortie (broche 3) à «0» et le transistor T1 redevient conducteur et décharge le
condensateur. Le monostable revient à son état stable et attend qu'une autre impulsion le
redéclenche.
Si une seconde impulsion de déclenchement survient durant TB, elle sera ignorée tant que
le monostable n'aura pas terminé son cycle.
Si un «0» est appliqué sur le RESET (broche 4) durant TB, le monostable est
immédiatement à son état stable.

Mise en Forme de Signaux page 2-13 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

R1
RAZ Vcc
10 k

4 8

Vcc
7

Vcc Vcc
RA

5k
6
R
5 R Q
C
.01uF 5k
cér. 3
S S
Q Sortie
2

5k
C2
.001uF 555
TRIGGER
R2
Vcc
1k
1

Figure 2-24 Bascule monostable à 555.


Calcul de la durée de l'impulsion
TB = RC Ln ((Ef - Eo) / (Ef - Vc))
où:
Ef = Vcc
Eo = 0V
Vc = 2/3 Vcc
TB = RC Ln ((Vcc - 0V) / (Vcc - 2/3 Vcc))
= RC Ln 3

TB = 1.1 RC

BROCHE 3
TRIGGER

FIN PRÉMATURÉE
BROCHE 2 DU CYCLE
BROCHE 4
RAZ

BROCHE 6

td

Figure 2-25 Formes d’onde de la bascule monostable à 555.

Mise en Forme de Signaux page 2-14 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.4.5 Générateur de rampe


Ici, le condensateur est chargé linéairement grâce à une source de courant constant (miroir
de courant).
t = CVC/IC
R2  Vcc  0,7V 
où I C   
R1  R1  R3 
+12V

4 8

7
+Vcc
R1 R2 Vcc
Vcc

5k
6
R

R3 C1 5 R Q
C3
100 pF
5k 3
R4 S Q
2 S
+12V
C2
5k
1 nF
555
Synchro

Figure 2-26 Générateur de rampe avec 555.

Synchro

Broche 2

Broche 6

td
Broche 3

Figure 2-27 Formes d’ondes du générateur de rampe.

Mise en Forme de Signaux page 2-15 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.4.6 Bascule astable 1


Avec ce circuit, le condensateur est branché aux broches 2 et 6, correspondant aux entrées
des deux comparateurs. Cette configuration permet au condensateur de provoquer le
changement successif de l'état des comparateurs. La sortie est une onde carrée périodique
dont la fréquence est déterminée par le réseau RA-RB-C. Dans ce circuit, le taux de travail
(« duty cycle ») est supérieur à 50% car le condensateur se charge par RA et RB , mais ne
se décharge que par RB seulement.
Calcul de la fréquence d'oscillation de l'astable:
TB = (RA + RB) C Ln ((Ef - Eo) / (Ef - Vc))
où: Ef = Vcc. Eo = 1/3 Vcc, Vc = 2/3 Vcc
TB = (RA + RB) C Ln ((Vcc - 1/3 Vcc) / (Vcc - 2/3 Vcc))
= (RA + RB) C Ln 2
TB = 0.69 (RA + RB) C
TH = RB x C x Ln ((0V - 2/3 Vcc) / (0V - 1/3 Vcc))
où: Ef = 0V, Eo = 2/3 Vcc, Vc = 1/3 Vcc
TH = RB x C x 0.69
T = TB + TH = 0.69 (RA + 2RB)C
+Vcc
+Vcc

RA 4 8

7
Vcc
Vcc
RB

5k
6
R
5 R Q
C1
1 nF 5k 3
S S
Q Sortie
2
C
5k
555

Figure 2-28 Multivibrateur astable avec le temporisateur 555.

Mise en Forme de Signaux page 2-16 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Broches 2/3 Vcc


2 et 6
1/3 Vcc

Broche 7

Broche 3

t1 t2

Figure 2-29 Formes d’ondes du multivibrateur astable.

2.4.7 Bascule astable 2


Avec ce circuit, le condensateur se charge et se décharge par la sortie du 555 par une
seule résistance. Le pourcentage de forme est donc de 50 %.
T/2 = TB = TH = RCln(2) = 0.69 RC
T = 2 RC ln(2) = 1,38 RC
Vcc
U1 8 4
7
DIS V+ R
3
6 Q Sortie
THR
2 NE555 2/3 Vcc
TR Broches
5 2 et 6
CV GND
C1 1/3 Vcc
1

R
Vmoyen = 50 %
C

Broche 3
D1
R1 P1

D2 t1 t2

Figure 2-30 Générateur d’onde carrée avec 555.


Il est aussi possible d’obtenir un pourcentage de forme variable en remplacant la
résistance R par le circuit formé des diodes D1 et D2 et du potentiomètre P1.

Mise en Forme de Signaux page 2-17 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.4.8 Exemples d’applications avec le 555


R2

R4 Vcc
Vcc
8 4 8 4
R3
7 7 C5
DIS V+ R DIS V+ R
3 3
6 Q 6 Q
THR R1 THR R5
2 2
TR TR
U1 U2
5 NE555 5 NE555
CV GND CV GND
C1 C2 C3 C4
1 1

Borne 7 U1

Borne 3 U2

Figure 2-31 Alarme 1 ton.


R4 Vcc
Vcc
8 4 6k8 8 4
R3
7 R6 7 C5
DIS V+ R DIS V+ R
3 3
6 Q 6k8 6 Q
THR R1 THR R5
2 2
TR TR
U1 C3 U2
5 NE555 5 NE555
CV GND CV GND
C1 C2
1 1

Borne 3 U1

Borne 5 U2

Borne 3 U2

Figure 2-32 Alarme 2 tons.

Mise en Forme de Signaux page 2-18 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.5 Les redresseurs de précisions

2.5.1 Redresseur demi-onde simple


Ce circuit est simplement un suiveur suivi d’une diode. Quand le signal d’entrée est
positif, la diode est polarisée en direct et ferme la boucle de contre-réaction. La tension de
sortie est alors identique à la tension d’entrée positive. Lors du demi-cycle négatif, la
diode est polarisée en inverse et la sortie, nulle. Ce circuit a le comportement d’une diode
idéale, à savoir une chute de tension VD = 0 V et Rinverse  .

Limitations:
1 - Bande passante et taux de montée de l’amplificateur opérationnel;
2 - Redresseur de faible courant (limité par Io de l’ampli op).

+Vcc

D1

VS
VE -Vee

Figure 2-33 Redresseur demi-onde de précision.


+Vcc

D1

VS
VE -Vee
R1

R2

Figure 2-34 Redresseur demi-onde de précision avec gain.

2.5.2 Redresseur demi-onde inverseur


Un amplificateur non-inverseur peut être converti en redresseur demi-onde inverseur avec
l’insertion de deux diodes dans la boucle de contre-réaction. Quand D2 est polarisée en
inverse, D1 fournie une contre-réaction négative afin d’empêcher la sortie de saturer. Ce
redresseur est plus rapide que le circuit précédent car la sortie de l’amplificateur ne sature
jamais grâce à D1.

Mise en Forme de Signaux page 2-19 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Calcul du redresseur inverseur


R1 = Ventrée max / ID max
R2 = Vsortie max/ ID max
R3 = R1 // R2
R2
3K9

+Vcc
R1 D1
1K

D2

VS
VE -Vee
R3
820R

Figure 2-35 Redresseur demi-onde inverseur.

2.5.3 Redresseur demi-onde bipolaire


D1 est polarisée en directe durant le demi cycle positif, D2 , durant le demi cycle négatif.
Dans chacun des cas, le circuit se comporte en inverseur avec des gains de:
V sortie = -(-Ventrée) R2/R1 Demi cycle positif
V sortie = -(-Ventrée) R4/R1 Demi cycle négatif

R2

D1 VA
+Vcc
R1

VE

-Vee D2
R3

R4
VB

Figure 2-36 Redresseur demi-onde bipolaire.

Mise en Forme de Signaux page 2-20 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.5.4 Redresseur de précision pleine onde


Le redresseur pleine onde est formé d’un circuit sommateur et d’un redresseur demi-onde
de précision de gain de 2. Durant le demi-cycle d’entrée positif, -2 Ventrée est additionné à
+Ventrée et donne une sortie de - Ventrée. Durant le demi-cycle négatif, Ventrée et 0 Volt sont
additionnés ensemble et inversés pour fournir -Ventrée.

Calcul du redresseur pleine onde


Lors du demi cycle positif
Vsortie = - (R6 / R4 ) (VA + VB) = - (R6 / R4 ) (Ventrée - 2Ventrée) = (R6 / R4 ) (Ventrée)
Lors du demi cycle négatif
Vsortie = - (R6 / R4 ) (VA + VB) = - (R6 / R4 ) (-Ventrée - 0 V) = (R6 / R4 ) (Ventrée)
Redesseur de précision Sommateur

A
Tension au
point A
R4
R2 = 2R1 1K
2K

Tension au
R6
point B
3K9
+Vcc
R1 +Vcc
D1
1K U1 R5
1K U2

D2 B
VE Tension de
R3
sortie
680 R R7
-Vee VS
470 R -Vee

Figure 2-37 Redresseur pleine onde.

Mise en Forme de Signaux page 2-21 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

2.6 Exercices

#1 Quelles sont les conditions nécessaires pour obtenir une oscillation continue?

#2 Nommez les deux classes d’oscillateur.

#3 Avec un amplificateur opérationnel alimenté avec des tensions de 12 V, concevez un


oscillateur à déphaseur qui aurait une fréquence d’oscillation de 3,5 kHz.

#4 Quelle est la fréquence d’oscillation de ce circuit?


R2
220K

+12V
R1
6K8

741

-12V
2700pF

2700pF 2700pF

6K8 6K8

#5 Quelle est la fréquence d’oscillation de ce circuit?


74LS132

R1
10 K

R2

100 K C1
1,24 MHz
100 pF

#6 Décrivez le fonctionnement de l’oscillateur de la question précédente.

#7 Dessinez la fonction de transfert de ce comparateur.


+ 15V

R1
3 10 K
U1A
7
1
V entrée 6
LM339 V sortie
2V
12

Mise en Forme de Signaux page 2-22 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

#8 Déterminez les valeurs de SBH, SBB et l’hystérisis du comparateur suivant.


R2
1K

+ 10 V
R1
1K
U1

V entrée
V sortie

-5V

#9 Tracez la forme d’onde de sortie du comparateur de la question #8.

#10 Déterminez les valeurs de SBH, SBB et de l’hystérisis de ce comparateur.


R2
20 k

+ 12 V
R1
10 K
U1

V sortie
V entrée

- 12 V

#11 Tracez la fonction de transfert du comparateur de la question précédente.

#12 Déterminez la forme, l’amplitude et la fréquence des tensions de sorties VS1 et VS2 pour la
fréquence maximale.
C1 0,22F

R6 2M2
+15V
VS1 +15V
R5
U1 10 k
U3
R4 1N4733A
4k7 R1
10 k R6 VS2
- 15V 10 k
1N4733A -15V
2k

R2 R3

10 k

Mise en Forme de Signaux page 2-23 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

#13 Déterminez les caractéristiques suivantes de la tension de sortie de ce générateur: forme,


amplitude, fréquence.
R1
+12V
1k 8 4
7
DIS V+ R
3
6 Q
THR
R2
1k 2
TR
U1
5 NE555
CV GND

1
C1 C2
22 nF 10 nF

#14 Déterminez les fréquences minimale et maximale de ce multivibrateur astable.


+ 10 V
U1 8 4
7
DIS V+ R
3
6 Q Sortie
THR
2 NE555
TR
5
CV GND
0,01 F 1

P1

0,02 F 1k 10 k

#15 Concevez un redresseur de précison demi-onde inverseur qui présente les caractéristiques
suivantes:
Vsortie = 5 Volt crête, Ventrée = 0,5 V crête, ID = 1 mA, Alimentation =  15 V

#16 Dessinez les formes d’ondes de sorties de ce circuit.


4k7

D1 VA
+15 V
+ 1V
1k

VE

-15 V D2
1k

VB

10 k

Mise en Forme de Signaux page 2-24 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

#17 Expliquez le fonctionnement de ce redresseur.

R207 R208 R210 R211


Redresseur
6k8 6k8 6k8 6k8
D202
U201C U201D
11 1N4148 11
9 13
8 14
Sortie
10 12
4 TL074 4 TL074
D203
1N4148
R209

6k8

#18 Déterminez les formes d’ondes et les amplitudes des tensions aux points A, B et à la
sortie.(VE = 2 Vc. à c.)
A

R4
R2 1K
2K

R6
3K9
+Vcc
R1 +Vcc
D1
1K U1 R5
1K U2

D2 B
VE
R3
680 R R7
-Vee VS
470 R -Vee

Mise en Forme de Signaux page 2-25 OFPPT/TECCART


TABLE DES MATIÈRES

3. INTERFACES 3-1

3.1 Notions de bases 3-1


3.1.1 Signaux analogiques et numériques 3-1
3.1.2 Conversions de signaux 3-2

3.2 Convertisseur numérique à analogique 3-3


3.2.1 C.N.A. à résistances pondérées 3-3
3.2.2 C.N.A. à réseau R-2R 3-3
3.2.3 C.N.A. avec sources de courant pondérés 3-5
3.2.4 Le MC1408 3-6

3.3 Convertisseur analogique à numérique 3-7


3.3.1 L’échantilonneur-bloqueur 3-8
3.3.2 L'échantillonnage 3-9
3.3.3 Le repliement de fréquences 3-10
3.3.4 Les filtres anti-aliasing 3-10
3.3.5 La quantification du signal 3-11
3.3.6 C.A.N. parralèle (Flash) 3-12
3.3.7 Les C.A.N. à approximation successive 3-12
3.3.8 Convertisseur tension-fréquence 3-13
3.3.9 Les C.A.N. à pente simple 3-13
3.3.10 Les C.A.N. à double pente 3-14
3.3.11 Le CA3162E 3-15

3.4 Exercices 3-17


Résumé de Théorie Traitement du Signal

3. Interfaces
3.1 Notions de bases

3.1.1 Signaux analogiques et numériques


Un signal analogique est une grandeur physique détectable (tension, courant,
température, etc.) qui peut prendre n’importe quelles valeurs à l’intérieur d’une plage
donnée. Un signal analogique peut être traité comme tel et transmis.
Un signal numérique est une information convertie en valeurs codées numériquement. Un
signal numérique est généralement représenté par une suite de valeurs binaires pouvant
n’avoir que deux états possibles. Un signal numérique peut ou non représenté un signal
analogique.
L'utilisation d'un signal sous forme numérique offre plusieurs avantages par rapport à son
équivalent analogique. En voici quelques uns :
1 - Facilité de conception. La réalisation de prototype est beaucoup plus facile avec
l'utilisation de circuits intégrés numériques qu'avec des circuits analogiques car un
signal analogique est influencé par les interférences extérieures, le câblage et/ou la
tolérance des composants. L'utilisation de signaux numériques permet donc de
réaliser des réductions de coûts, de temps et de mesures.
2 - Traitement géré par logiciel. Le traitement peut être modifié en tout temps sans
modifier le circuit électronique. Le traitement peut même s’auto-adapter en
fonction de différents paramètres.
3 - L'utilisation des circuits numériques confère trois autres avantages sur les circuits
analogiques : une plus grande stabilité, une plus grande précision et une quasi-
indépendance aux bruits.

Interfaces page 3-1 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

3.1.2 Conversions de signaux


Les signaux analogiques peuvent être traités à l’aide de conditionneurs de signaux
analogiques (sommateurs, intégrateurs, amplificateurs, etc.); mais, il est de plus en plus
fréquent d’utiliser la puissance de traitements numériques qu’offrent les microprocesseurs
et les microcontrôleurs. Pour ce faire, on doit donc convertir le signal analogique en
signal numérique puis, une fois traitée numériquement, reconvertir l’information
numérique en signal analogique (figure 4-1). Cette chaîne se déroule généralement ainsi.
1 - Traitement du signal analogique (amplification, compression, isolation, filtrage,
etc.).
2 - Échantillonage de certaines valeurs instantanées du signal analogique afin de le
convertir en différents paliers (échantillonneur-bloqueur).
3 - Conversion du signal analogique en signal numérique (C.A.N.).
4 - Traitement du signal numérique (P, contrôleur, D.S.P., etc.).
5 - Mémorisation des résultats (mémoire tampon ou « latch »).
6 - Conversion des signaux numériques en signaux analogiques (C.N.A.).
7 - Traitement du nouveau signal analogique (suppresseur de surtension, filtre, etc.).

Conversion Conversion
Traitement du signal Traitement du signal
analogique- numérique-
analogique analogique
numérique analogique

T raitement
Filtre
numérique N/
Analogique Anti E/B A/N Mémoire Suppresseur Filtre Analogique
du signal A
Alias

Paramètres
numériques
Synchro et
Synchro
synchronisation
Paramètres Paramètres

Fréquence de
Gain Contrôle numérique Échelle
coupure

Figure ‎3-1 Chaîne de traitement analogique-numérique-analogique.


La principale caractéristique d'un convertisseur numérique est sa résolution, c'est-à-dire le
nombre de bits du C.N.A. ou du C.A.N. Pour une plage de tension donnée, plus le
nombre de bits du convertisseur est important, plus le pas de quantification, c'est-à-dire le
plus petit incrément mesurable, sera petit, donc précis. Les valeurs les plus courantes sont
de 10 à 24 bits.

Interfaces page 3-2 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

3.2 Convertisseur numérique à analogique


Le convertisseur numérique à analogique ou C.N.A. doit convertir une valeur binaire
(codée ou non) en une valeur proportionnelle de tension ou de courant. Voici quelques
techniques les plus utilisées.

3.2.1 C.N.A. à résistances pondérées


Le C.N.A., à résistances pondérées, est un sommateur de tension à plusieurs entrées.
Chaque entrée est amplifiée d’un gain égal au poid du bit correspondant (Av1 = 20, Av2 =
21, Av3 = 22, Avn = 2n-1).

Interrupteur commandé
Vcc numériquement
Bit de R
poids fort
1k
Bit N-1
2R

R1
2k
Bit N-2
4R 1k

4k Sortie
Bit N-3

Bit de 2N-1 R
poids faible

Bit 0

Figure ‎3-2 C.N.A. à résistances pondérées.

+5V
3.2.2 C.N.A. à réseau R-2R
V1 2R
Le C.N.A. à échelle R-2R, est une variante
intéressante du circuit précédent. Au lieu R 2R

d’avoir des gains de tensions pondérés, la V2 2R

tension proportionnelle à la valeur binaire est


R
générée directement à la sortie grâce à un V3 2R Rf
agencement de résistances de valeur R et 2R.
+Vcc
R
Vsortie = (V1 /16 + V2 /8 + V3 /4 + V4 /2) 2R
V4 U1

VS

-Vee
D C B A

Figure ‎3-3 C.N.A. à réseau R-2R.

Interfaces page 3-3 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Exemples de calcul pour code d’entrée 0001: VB VC


VA
R R R
VA = V1 (0,9767R/(2R + 0,9767R)) = 0,32811 V1
VB = VA (0,909R/(R + 0,909R)) =0,47617 V1 = 0,15624 VA 2R 2R 2R 2R

VC = VB (0,6667R/(R + 0,6667R)) = 0,4 VB = 0,0625 V1= 1/16


V1 V2=0 V3=0
V1
Figure ‎3-4 Circuit équivalent avec
entrée = 0001.

VA VB

R R R

Exemples de calcul pour code d’entrée 0010.


2R 2R 2R 2R

VA = V2 (0,909R/(2R + 0,909R)) =0,315 V2


V1=0 V2 V3=0
VB = VA (0,6667R/(R + 0,6667R)) = 0,4 VA = 0,125 V2= 1/8
V2 Figure ‎3-5 Circuit équivalent avec
entrée= 0010.

10.01 V 5.01 V 2.51 V 1.26 V 0.02 V

Tension de 10K 10K 10K 10K


référence
0,5 mA 0,25 mA 0,125 mA 0,0625 mA 2R
1uA
2R 2R 2R 2R 2R 20K
20K 20K 20K 20K 20K
10mV 10mV 10mV 10mV 0,6mV

Intérupteurs

Entrées
Bit 1 Bit 2 Bit 3 Bit 4 Bit 10
analogiques
10K
+Vcc

-Vee

Figure ‎3-6 Exemple numérique avec. C.N.A. à réseau R-2R.

Interfaces page 3-4 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

3.2.3 C.N.A. avec sources de courant pondérés


Avec cette méthode, différentes sources de courants pondérés sont commutées selon le
code binaire d’entrée.

+Vcc

1 mA 1/2 mA 1/4 mA 1/8 mA

I sortie

BPS BMS

Figure ‎3-7 Principe du C.N.A. à sources de courant pondérées.


Chez la plupart de ces C.N.A., les sources de courant sont toujours fonctionnelles et leur
courant dévié vers la masse ou vers la sortie selon la valeur binaire d’entrée. Les circuits
de commutation sont généralement simples: des diodes ou des transistors activés avec la
tension d’entrée (1 ou 0). Les temps de recouvrement de ces convertisseurs sont
généralement inférieurs à 100 nsec.

BPS BPS-1 BPS-2 BPS-3 BMS


+Vref
I sortie

ref Ro

QREF QA QB QC QD

16 8 4 2 1

RE 2R

R R R

-V

Figure ‎3-8 Exemple d’application d’un C.N.A. à sources de courant pondérées.

Interfaces page 3-5 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

3.2.4 Le MC1408
Le circuit intégré MC1408 est un C.N.A. de 8 bits (256 paliers de sortie) qui offre la
possibilité de multiplier la valeur de sortie (gain). Il peut aussi être monté en parallèle
avec un autre MC1408 pour réaliser un C.N.A. de 16 bits.
Ses principales caractéristiques sont:
Précision relative :  0,19% d’erreur maximum ( ½ 1/256)
Temps de recouvrement: 300 ns
Entrées non-inverseuses compatibles TTL et CMOS
Tension de sortie : + 0,4 V à - 5 V
Courant de sortie : 0 - 2mA (Vee = - 5 V)
0 - 4 mA (Vee = - 15 V)
Taux de montée: 4 mA / s
Alimentaion: + 5 V et -5 V à - 15 V.
Le 1408 est formé d’une source de courant de référence, d’un réseau R-2R et de source de
courants commutables. Seulement une résistance et une tension de références externes
sont suffisantes pour la plupart des applications.

+VS B1 B2 B3 B4 B5 B6 B7 B8

13 5 6 7 8 9 10 11

AD1408

réseau
de MÉMOIRE TAMPON ET TRANSLATEUR DE NIVEAU
polarisation
4 Courant
de Sortie

Intérupteurs GND
2
de courant

V ref
(+)

V ref
(-)
Ampli
de
réf érence
R 2R 2R 2R 2R 2R 2R 2R 2R

R R R R R R R

16 3

Comp -VS

Figure ‎3-9 Diagramme fonctionnel du MC1408.

Interfaces page 3-6 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

La sortie est un courant de 0 à 255/256 Iréférence. Il faut donc prévoir l’ajout d’un
convertisseur courant-tension si nous voulons obtenir une tension analogique. La figure
suivante présente une application type.
Vréférence = 2 Volts
R14 = R15  1 k
Rs = 5k
Vsortie = Vref (Rs/R14) ( A1/2 + A2/4 +A3/8 + A4/16 + A5/32 + A6/64 + A7/128 + A8/256)
Donc, ici, Vsortie max = 2 V (5k/1k) ( 1/2 + 1/4 +1/8 + 1/16 + 1/32 + 1/64 + 1/128 +
1/256)
Vsortie max = 10 V (255/256) = 9,961 V

Vcc

R14
13
A1 5 14 V ref

A2 6
R15
A3 15
7
A4 8
A5 9 1408 R5
A6 10 +Vcc
A7 11
A8 12 4
Tension de
COMP 16 sortie
741
3 2 ou équiv alent

-Vee

-Vee

Figure ‎3-10 Application type du MC1408.

3.3 Convertisseur analogique à numérique


Le convertisseur analogique à numérique ou C.N.A. doit convertir une tension analogique
en une valeur numérique binaire (codée ou non). Seulement un nombre fini de valeurs
intantanées (de quantitée infinie) peut être convertie numériquement. Le nombre de
valeurs intantanées est déterminé par l’échantilonneur-bloqueur. Le signal ainsi traité
passe ensuite par un C.N.A. Ce dernier peut se présenter sous différentes formes :
convertisseur à rampe simple (temps de conversion : 10 µsec à 1 msec), à double rampe
(1 msec à 1 sec), à approximation successive (0,1 à 100 µsec), sous forme de CI spéciaux
adaptés aux micro-processeurs (1 à 10 µsec) ou à haute vitesse de type «éclair» («flash
A/D Converter») (0,001 à 1µsec).

Interfaces page 3-7 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

3.3.1 L’échantilonneur-bloqueur
Un échantilonneur-bloqueur convertit l’information analogique en une tension constante
sur un intervalle de temps de déclenchement. La forme la plus simple d’un
échantillonneur-bloqueur est un interrupteur commandé en série avec un condensateur
(Figure ‎3-11). Lors de la fermeture de l’interrupteur durant un temps T, le condensateur
se charge presqu’instantanément (RC  0 sec) à la tension instantanée d’entrée. Lors de
l’ouverture de l’interrupteur, le condensateur maintient sa charge et conserve une tension
constante correspondant à la dernière tension présente avant l’ouverture de l’interrupteur.
S

V entrée C V sortie

Figure ‎3-11 Echantillonneur-bloqueur simple.


Le condensateur est généralement suivi d’un amplificateur opérationnel à haute
impédance d’entrée (à MOSFET) pour maintenir une constante de temps de décharge la
plus élevée possible. Les paliers de tensions sont ensuite convertis en valeur numérique
par un convertisseur analogique-numérique (prochain module). L’échantillonneur-
bloqueur est donc la première étape de toute conversion de signaux analogiques en
signaux numériques.
U1
U2
V entrée C
V sortie

Impulsion de
commande

Figure ‎3-12 Échantilonneur-bloqueur réel.

Signal d'entrée

Signal de
sortie

Impulsion de
commande

Figure ‎3-13 Signaux d’un échantillonneur-bloqueur.

Interfaces page 3-8 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

La Figure ‎3-12 représente l’un des plus simples échantillonneurs-bloqueurs réels. Une
impulsion positive à la grille du NMOS rend le transistor conducteur. Celui-ci présente
alors une résistance très faible entre le drain et la source (0,1  < RDS(on) < 10 ). Le
condensateur de blocage C se charge avec une constante de temps (Ro + RDS(on))C où Ro
est la résistance de sortie de l’amplificateur opérationnel. En l’absence d’une impulsion
positive, le transistor est ouvert et le condensateur maintient sa charge. La tension du
condensateur est présente en tout temps à la sortie de l’amplificateur suiveur U2.
Le condensateur doit avoir une résistance de fuite très élevée; c’est pourquoi il est
déconseillé d’utiliser des condensateurs électrolytique, mica ou papier. Les condensateurs
utilisés sont généralement à diélectique de polycarbonate, de polystyrène, de
polycarbonate, de mylar ou de teflon. On retrouve généralement les échantillonneurs-
bloqueurs sont les formats de circuits intégrés. Ceux-ci offrent aussi une remise à zéro.
Cette fonction est réalisée grâce à un interrupteur en série, placé en parallèle avec le
condensateur de blocage.
U1
U2
V entrée C R
V sortie

Impulsion de
commande RAZ

Figure ‎3-14 Échantilonneur-bloqueur avec remise à zéro.

3.3.2 L'échantillonnage
Durant le temps de conversion, Tc , le signal analogique ne doit pas varier de plus de ±
1/2 LSB (1 bit au total), sinon la conversion sera incorrecte. Ce type d'erreur est appelé
erreur d'ouverture. Le taux de changement du signal audio analogique en fonction du
temps (taux de montée), qui dépend de la fréquence, doit donc être d'une valeur
maximale. C'est pourquoi la fréquence maximale d'échantillonnage se trouve à l'aide de la
relation suivante:

Par exemple, pour ne pas avoir d'erreurs de conversion dus au temps d'ouverture avec un
C.A.N. de 10 bits possédant un temps d'ouverture de 10 µsec, il faut échantillonner le
signal à une fréquence maximale de :
= 16 Hz
Ce qui est évidemment trop lent pour convertir, par exemple, un signal audio dont la
fréquence peut atteindre  20 kHz. C'est pourquoi les convertisseurs C.A.N. seront
toujours précédés d'un échantillonneur-bloqueur, rendant ainsi la conversion quasi-
indépendante au taux de montée du signal analogique.

Interfaces page 3-9 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Par exemple, si un échantillonneur-bloqueur possédant un temps d'ouverture de 10 nsec


est suivi d'un C.A.N. de 10 bits, la fréquence maximale d'échantillonnage sera de :
= 16 kHz
La théorie de l'échantillonnage, élaborée par Shannon et Nyquist, permet de prouver que
la fréquence d' échantillonnage doit être au moins deux fois plus élevées que la fréquence
du signal analogique à être échantillonnée.

Cette fréquence minimale est parfois appelée fréquence de Shannon.

3.3.3 Le repliement de fréquences


Un phénomène de recoupement de fréquence («aliasing») se produit si la fréquence du
signal est plus élevée que la moitié de la fréquence d'échantillonnage. Ce recoupement est
appelé repliement des fréquences.
Ce recoupement crée, par battement, de fausses composants spectraux (appelés
fréquences «alias») qui, lors de la reconversion du signal, généreront de la distortion . Si
S est la fréquence d'échantillonnage, F, la fréquence supérieure à S/2 et N, un entier, alors
une nouvelle fréquence échantillonnée Féchantillon est créée à :
Féchantillon = ± NS ± F
D'après cette relation, on peut déduire que, pour toute pulsation supérieure à 0,5
échantillon, une fréquence de recoupement apparaîtra dans le spectre audio ainsi que
son image. Le dédoublement de fréquence ne se manifeste pas qu'autour de la fréquence
d'échantillonnage mais aussi autour de toutes ses harmoniques. Par exemple, si
l'échantillonnage est fait à une fréquence de 36 kHz avec une fréquence d'échantillonnage
de 44 kHz, alors des fréquences de 8, 52, 80, 96, 124. 140 kHz, etc, apparaîtront dans le
spectre.
Plus le signal est complexe, plus le problème s'amplifie. Une simple sinusoïde peut
engendrer un nombre limité de fréquences de repliement. Avec un signal plus complexe
comme l'audio, des fréquences alias seront créées pour chacune des harmoniques . Par
exemple, la seconde harmonique d'un signal audio de 11 kHz sera de 22 kHz et sera
critiquement échantillonnée par une fréquence de 44 kHz. Néanmoins, sa troisième
harmonique, de 33 kHz, créera une fréquence de repliement à 11 kHz, s'additionnant à la
fondamentale. La sixième harmonique de 66 kHz se dédoublera à 22 kHz, se superposant
à la deuxième harmonique, etc.

3.3.4 Les filtres anti-aliasing


Afin de s'assurer que les fréquences des signaux analogiques ne dépassent pas 0.5
Féchantillon , ils doivent préalablement passer par des filtres passe-bas d'ordre très élevés
afin que ceux-ci présentent une atténuation la plus élevée possible. Ces filtres, essentiels
au bon rendement des circuits de numérisation, diminuent nécessairement la haute-
fidélité du système.

Interfaces page 3-10 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

3.3.5 La quantification du signal


L'échantillonnage permet de recueillir l’une des deux informations essentielles à
l'enregistrement du signal analogique: les informations de temps. L'autre information,
celle d'amplitude, est receuillie par la quantification. Cette quantification s'effectue en
faisant une conversion des amplitudes en une valeur binaire.
Ces valeurs numériques dépendent du nombre de bits généré par le convertisseur
(résolution). Étant de valeur limitée, cette quantification entraînera toujours une erreur
qui sera inversement proportionnelle du nombre de bits du convertisseur. Un bruit, appelé
bruit de quantification , résulte de cette particularité de la conversion analogique-
numérique .
Il existe plusieurs méthodes afin de réduire le bruit de quantification. L’une de ces
méthodes est d'augmenter le taux d'échantillonnage. Cette méthode entraîne évidemment
une augmentation des coûts. Une autre méthode est de calculer automatiquement, par un
calculateur numérique, l'erreur de quantification spécifique à un taux particulier
d'échantillonnage. Cette valeur, appelée dither, est souvent ajoutée au signal analogique
avant la quantification.

Fonction de transfert
idéale
111 111

110 110
A B
Sortie numérique

Sortie numérique

101 101

100 100

011 011

010 010

001 001

000 000
Pleine Pleine
1/2 LSB Entrée analogique échelle Entrée analogique échelle

111 111

110 110

C D
Sortie numérique

Sortie numérique

101 101

100 100

011 011
Erreur
010 010 monotonique
001 001 +/- 1/2 Bit

000 000
Pleine Pleine
Entrée analogique échelle Entrée analogique échelle

Figure ‎3-15 Erreur de quantification.

Interfaces page 3-11 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

3.3.6 C.A.N. parralèle (Flash)


Le C.A.N. parallèle est le convertisseur analogique-numérique le plus rapide. Il est formé
d'un diviseur de tension suivi d'un certain nombre de comparateurs. Les sorties des
comparateurs, qui dépendent du niveau de la tension d'entrée et des seuils de références,
sont reliées à un encodeur de priorité (par exemple, un 74LS147). Les sorties logiques de
cet encodeur fournissent un code numérique égal à la valeur analogique d'entrée. Le
temps de conversion d'un convertisseur «flash» dépend seulement des temps de réponses
des comparateurs et de la vitesse de propagation des portes logiques. Le nombre de
comparateurs nécessaires à une résolution de n bits est de:

+V ref

R
2N-1
Comparateurs
Entrée
analogique

R
N N

Registre de sortie
(optionnel)
Décodeur

-V ref

Figure ‎3-16C.N.A. parallèle (type « flash »).


nombre de comparateur = 2n -1

3.3.7 Les C.A.N. à approximation successive


Avec cette technique très populaire, différentes valeurs de sortie sont détectées
successivement par un convertisseur A/N et comparées à la valeur d’entrée. Toutes les
sorties sont initialement à 0; puis, en débutant avec le bit le plus significatif, les bits sont
séquentiellement placés à 1. Si, après le premier changement, la valeur d’entrée excède la
valeur numérique, le premier bit est gardé à 1; autrement, il est replacé à 0. Puis, le
deuxième bit est placé à 1 et la séquence continue jusqu’à ce que tous les bits aient été
testés. Il doit donc y avoir n tests pour un C.A.N. de n bits.
Une variante, appelée C.A.N. suiveur, utilise un compteur-décompteur pour générer des
codes successifs de test. La conversion est plus lente mais le convertisseur permet de
suivre plus adéquatement un signal d’entrée qui présente des variations lentes.

Interfaces page 3-12 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

3.3.8 Convertisseur tension-fréquence


Il est possible de générer un train d’impulsions de fréquence proportionnelle à
l’amplitude de la tension d’entrée ( se référer au module 5; option télécommunication).
Ceci peut facilement être réalisé à l’aide d’un condensateur chargé linéairement par un
courant consant proportionnel à la tension d’entrée. Le condensateur est ensuite déchargé
lorsque sa tension atteint une tension de référence. La durée de la charge (donc la période
de l’impulsion) est proportionnelle à la tension d’entrée. Cette durée est ensuite mesurée
numériquement.
Une contre-réaction permet une plus grande précision. Par exemple, en passant la
fréquence de sortie dans un convertisseur fréquence-tension (module 5), la tension
obtenue peut être comparée à celle inconnue. On peut ainsi modifier la fréquence du
convertisseur pour que les deux tensions soient identiques.
Ce type de convertisseur fonctionne généralement pour des fréquences de 10 kHz à 1
Mhz et offre une précision équivalente à un C.A.N. de 12 bits (0,01 % de précision).

3.3.9 Les C.A.N. à pente simple


Avec cette technique, une charge linéaire est initiée au début de la conversion. Au même
instant, un compteur est activé pour compter des impulsions générées par une horloge de
fréquence fixe. Quand la tension de la rampe atteint une valeur prédéterminée, un
comparateur désactive le compteur et le compte final est mémorisé. Cette valeur est
proportionnelle à la durée de la rampe donc de la tension d’entrée. À la fin de la
conversion, le condensateur est déchargé; le compteur est remis à zéro et le convertisseur
est ainsi près pour une autre conversion.
Bien qu’il soit très lent, ce mode de conversion est encore utilisé car il offre une
résolution théoriquement nulle (aucune erreur de quantification).

Vcc
D Q
Compteur
Départ RAZ
Q
RAZ
I charge
Horloge

Comparateur Régistre

Entrée
analogique

Décharge Sortie
numérique

Figure ‎3-17C.N.A. à pente simple.

Interfaces page 3-13 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

3.3.10 Les C.A.N. à double pente


Le convertisseur à double pente permet de solutionner plusieurs problèmes rencontrés
chez les autres C.A.N. Il est formé d’un intégrateur, d’un compteur-décompteur, d’une
horloge et d’un circuit logique de contrôle.
Avant la conversion, le condensateur est maintenue déchargé avec S1 à la masse et S2
fermé. Au début de la conversion, R est reliée à la tension échantillonée et S2 est ouvert
permettant ainsi le condensateur de se charger linéairement. Le temps d’intégration fixe
est déterminé par l’horloge et le compteur. À la fin de l’intégration, S1 est relié à une
tension de référence et C se décharge via R. Le temps de décharge est mesuré par le
compteur. Comme C, R et la fréquence de l’horloge sont identiques lors de la charge et de
la décharge alors:
Tcharge U entré e

Tdé charge U ré fé rence
La précision de la conversion est donc indépendante des valeurs de R, H et de la
fréquence de l’horloge. De plus, comme la tension d’entrée est intégrée sur une durée
relativement longue, la sortie est presqu’immunisée aux bruits.
La précision du C.A.N. dépend principalement de la linéarité de l’intégrateur et de
l’hystérisis, et de la tension de décalage du comparateur.
S2

C
Vref
S1 R
VE

Compteur Sortie
Numérique

Horloge et logique
de contrôle

Figure ‎3-18 C.A.N. à double pente.

0
T0 T1 T2
TC TD

Figure ‎3-19 Tensions de charge et de décharge du C.A.N. à double pente.

Interfaces page 3-14 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

3.3.11 Le CA3162E
Le circuit intégré CA3162E est un C.A.N. à double pente pour affichage multiplexé BCD
(CA3161E). Il est possible de choisir 3 fréquences de conversions en appliquant la
tension appropriée à la broche 6:
Arrêt : + 12 V
4 Hz : masse ou ouvert
16 Hz : + 5 V
La temporisation est interne et le circuit intégré ne nécessite pas d’horloge interne.
+Vcc
+Vcc
P1 Sortie BCD
C1 +Vcc
Réglage 0 1 2 3
C d'intégration 2 2 2 2
du zéro
8 9 12 2 1 15 16 14

Contrôle logique Ampli de 3 Choix


Compteur courant d'affichage
Multiplexeur pour DEL 4 multiplexée

Entrée 5
niveau haut Convertisseur Comparateur
11 V-I
Entrée
/ 2048 / 96
niveau bas
10
Source de Comparateur Arrêt/ Contrôle de
à fenêtre Osc. marche conversion
courant 6

13 7

P2
Contrôle
du gain

Figure ‎3-20 Diagramme fonctionnel du CA3162E.

Interfaces page 3-15 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Afficheurs à DEL
à anode commune
+5V

Q2

Q2

Q1
2N2907
ou équiv. LSB

C1 C2
0,1 F 0,27 F
12 14 16
9

P1
50
Zéro
5
8
4 Hz = masse 6
3
16 Hz = +5 V
4
Arrêt = +12 V 13
CA3162E CA3161E
12

Sorties 11
11 16 BCD
Entrée 10
15
9
1
15
10 2 14

13 7 8 3
R1 R2 R3
Gain 150 150 150
10 k

P2

Figure ‎3-21 Exemple d’application du CA3162E couplé à un CA3161E.

Interfaces page 3-16 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

3.4 Exercices

#1 Nommez les étapes nécessaires à une conversion analogique-numérique-analogique.

#2 Nommez trois (3) avantages du traitement numérique du signal.

#3 Qu’est-ce que la résolution d’un convertisseur N/A?

#4 Quelle est la précision d’un C.N.A. de 8 bits? de 12 bits?

#5 Déterminez les tensions de sorties pour les codes suivants:


a) 0000 0000 b) 1010 0101 c) 1111 1111
+5V

10 k
13
A1 5 14 5V

A2 6
10 k
A3 15
7
A4 8
A5 9 1408 1k
A6 10 +15 V
A7 11
A8 12 4
COMP 16
741
3 2 Sortie
-15 V

-5V

#6 Décrivez le fonctionnement d’un convertisseur analogique à numérique à pente simple

#7 Décrivez le fonctionnement d’un convertisseur analogique à numérique à pente double.

#8 Lequel des C.A.N. suivants a le temps de conversion le plus faible?


a) convertisseur à pente simple b) convertisseur à pente double
c) convertisseur parallèle d) convertisseur tension-fréquence

#9 Lequel des convertisseurs suivants offre une résolution théoriquement nulle?


a) convertisseur à pente simple b) convertisseur à pente double
c) convertisseur parallèle d) convertisseur tension-fréquence
e) a) et b)

#10 Lequel des C.A.N. suivants présente un temps de conversion le plus élevé?
a) convertisseur à pente simple b) convertisseur à pente double
c) convertisseur parallèle d) convertisseur tension-fréquence

Interfaces page 3-17 OFPPT/TECCART


TABLE DES MATIÈRES

4. APPLICATIONS À L’INSTRUMENTATION 4-1

4.1 Transmission de signaux analogiques industriels 4-1

4.2 Notions de bases 4-1


4.2.1 Étendue de mesure 4-1
4.2.2 Étendue d’échelle 4-1
4.2.3 Fonction de transfert 4-1
4.2.4 Ligne balancée et ligne non-balancée 4-2

4.3 Chaîne de mesure 4-2

4.4 Circuits de traitement de signaux industriels 4-3


4.4.1 Contrôle de décalage 4-3
4.4.2 Amplificateur différentiel 1 4-3
4.4.3 Amplificateur différentiel 2 4-4
4.4.4 Amplificateur différentiel 3 4-4
4.4.5 Amplificateur d’instrumentation 4-5
4.4.6 Transmetteur 4-20 mA 4-5

4.5 Multiplexeur analogique 4-7

4.6 Exercices 4-9


Résumé de Théorie Traitement du Signal

4. Applications à l’instrumentation
4.1 Transmission de signaux analogiques industriels
Des solutions particulières doivent être envisagées lors de la transmission de signaux dans
un contexte industriel. En effet, il existe des champs magnétiques et des variations de
tensions importants aux abords de machines tournantes qui peuvent limiter le rapport
signal/bruit. C’est pour ces raisons que des liens de transmission particuliers sont utilisés
dans un tel contexte.

4.2 Notions de bases


4.2.1 Étendue de mesure
L’étendue de mesure correspond à l’intervalle comprise entre les deux valeurs extrêmes
de la grandeur mesurée. Les deux valeurs extrêmes se nomment la portée maximale et la
portée minimale.
Les portées maximale et minimale peuvent être, par exemple:
1- 0 à 1000 kPa 4- 4mA à 20 mA
2- -10 oC à 60 oC 5- 1Và5V
3- -200 oC à -100 oC 6- 10 kg à 100 kg

4.2.2 Étendue d’échelle


L’étendue d‘échelle (ou dynamique) est la différence algébrique entre la valeur de la
portée maximale et la portée minimale; ainsi, pour les six exemples d’étendues de mesure
citées plus haut, les étendues d’échelle sont:
1- 1000 kPa 4- 16 mA
2- 70 oC 5- 4V
3- 100 oC 6- 90 kg

4.2.3 Fonction de transfert


La relation existant entre le signal d’entrée et le signal de sortie d’un transducteur ou d’un
transmetteur détermine la fonction de transfert. Si le transfert comporte un rapport
constant, la fonction est dite linéaire.
Parfois le signal de sortie d’un transmetteur, correspondant à l’absence totale du signal
d’entrée ou à sa valeur minimale, est d’une valeur non nulle. On dit que celui-ci possède
un zéro surélevé ou un décalage (« offset »). Par exemple, dans le cas d’un signal 4-20
mA, le décalage est de 4 mA. Ici, la valeur 4mA correspond à l’information 0% et la
valeur 20mA correspond l’information 100%. Notez la différence avec l’étendue
d’échelle qui est de 16 mA et qui correspond à une variation ou un écart de 100%.

Applications à l’Instrumentation page 4-1 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Si le transfert comporte une relation quadratique, la fonction de transfert est dite


logarithmique. Dans certain cas, le transfert est régie par une fonction non-linéaire. En
général, ce type de fonction est représenté par une série polynomiale (Série de Taylor ou
de McLauren).
Exemple de fonction de transfert (y = variable de sortie, x = variable d’entrée)
Linéaire : y = ax où a est le gain du système
Linéaire avec décalage : y = mx + b où a est le gain du système et b est le décalage
Logarithmique : y = ax2
Non-linéaire : y = anxn + ... + a3x3 + a2x2 + a1x + a0

4.2.4 Ligne balancée et ligne non-balancée


Une ligne est dite balancée lorsque les deux conducteurs présentent la même impédance
par rapport à la masse. Une sortie différentielle d’un amplificateur différentiel est un
exemple de ligne balancée. L’avantage d’une ligne balancée est qu’une induction parasite
a de forte probabilité d’apparaître symétriquement et simultanément sur deux conducteurs
situés à proximité. La tension différentielle du bruit induit entre les deux conducteurs est
donc théoriquement nulle (entrées en mode commun).
Une ligne est non-balancée lorsque les deux conducteurs présentent une impédance
différente par rapport à la masse. Un câble coaxial a généralement son conducteur externe
relié à la masse. Il est donc non-balancé.

4.3 Chaîne de mesure


Une chaîne de mesure analogique comprend un transducteur, un conditionneur de signal,
une boucle de transmission et un circuit de réception (avec parfois un conditionneur de
signal).

Boucle
de transmission

Grandeur Conditionneur
Transducteur Transmetteur Récepteur Sortie
physique de signal

4-20 mA
ou D Fréquence

Figure ‎4-1 Chaîne de mesure analogique.

 Transducteur : convertie une grandeur physique en une grandeur électrique.


 Conditionneur de signal: règle l’étendue d’échelle et le zéro surélevé (décalage).
Peut parfois modifier la fonction de transfert : linéariser, intégrer, différencier, etc, la
réponse du transducteur.
 Boucle de transmission : lien entre le conditionneur et le récepteur. En industrie:
ligne balancée avec transmission d’un courant 4 mA (0% ) à 20 mA (100%) ou sous
forme de variation de fréquence (nécessite alors un convertisseur V/F à l’émission et
un convertisseur F/V à la réception).
 Récepteur: détecte l’information transmsise sur la boucle de transmisssion.

Applications à l’Instrumentation page 4-2 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Une chaîne de mesure numérique est similaire à la boucle analogique, sauf que
l’information est transmise sous forme de données numériques. Un convertisseur
numérique-analogique et un convertisseur analogique-numérique sont donc inclus dans la
boucle de transmsission.

Données
numériques
Grandeur Conditionneur Convertisseur Convertisseur
Transducteur Sortie
physique de signal A/N N/A

Figure ‎4-2 Chaîne de mesure numérique.

4.4 Circuits de traitement de signaux industriels

4.4.1 Contrôle de décalage


 Change le zéro en surimposant une tension continue au signal.
 Le décalage peut être positif ou négatif.
R1 R3
R2
V+ V-

R5

V+

R4 U?
2 7
5
6
V entrée 3
1
8 V sortie
4 TL080

V-

Figure ‎4-3 Amplificateur inverseur avec réglage du zéro.

4.4.2 Amplificateur différentiel 1


L’amplificateur différenciel (ou amplificateur de différence) amplifie la différence de
potentiel à ses deux entrées. Ce circuit est utilisé lors de la transmission d’un signal sur
une ligne balancée ou avec un circuit de mesure en pont.
 Qualités d’un bon amplificateur de différence:
1- Taux de rejet en mode commun élevé: CMRR > 100 dB.
2- Peu bruyant (rapport Signal/Bruit élevé).
3- Faible dérive d’entrée en fonction de la température.
4- Zentrée élevée.
5- Condition de calcul pour le circuit de la Figure ‎4-4.

Applications à l’Instrumentation page 4-3 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

 Conditions 1 : R1 = R2 et R3 = R4
Vsortie = (Ventrée + - Ventrée -)
 Conditions 2 : R1 = R3 = Ri et R3 = R4 = Rf
Vsortie = - Rf / Ri (Ventrée - - Ventrée +)
 Remarque : Zin - = R3 ; Zin+ = R1 + R2 ; donc, Zin-  Zin+

R4

R3
+
V entrée V sortie
différentielle R1 U1
non balancée
-
R2

Figure ‎4-4 Amplificateur différentiel à ampli op.

4.4.3 Amplificateur différentiel 2


 Conditions: R2= R4 = Rf et R1 = R3= Ri
Vsortie = ( Rf / Ri + 1)(v2 - v1)
 Remarque : Circuit plus couteux mais Zin1 = Zin2 , si U1 = U2
v2
U2
U1
v1
V sortie
R3
R1

R4
R2

Figure ‎4-5 Amplificateur différentiel 2

4.4.4 Amplificateur différentiel 3


 Condition: R1 = R3 = R
Vsortie = 2( R / R2 + 1)(v2 - v1)
 Remarque : Zin1 = Zin2 ,si U1 = U2
U1

V entrée
R1

R2
V sortie

R3

U2

Figure ‎4-6 Amplificateur différentiel avec sortie différentielle.

Applications à l’Instrumentation page 4-4 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

4.4.5 Amplificateur d’instrumentation


L’amplificateur d’instrumentation est surtout utilisé pour amplifier des signaux transmis
en mode différentiel (ligne balancée, pont de mesure, etc.). U1 et U2 forment un
préamplificateur à sortie différentielle et U3 forme un amplificateur de différence.
La caractéristique de taux de rejet en mode commun (CMRR) en fait un circuit très fiable
pour amplifier des signaux de bas niveaux dans un environnement industriel. En effet, ces
signaux appliqués en mode différentiel sont amplifiés alors que le bruit capté par la paire
de conducteurs, appliqué en mode commun, est atténué.
 Condition de calcul : R1 = R3
vsortie = 2( R / R2 + 1)(ventrée diff.)
U1

R1 R4 R6

U3
R2
Contrôle
du Gain
V sortie
R7 non balancée

R3 R5

U2 Tension de
décalage

Figure ‎4-7 Amplificateur d’instrumentation.


Remarques :
 Zin1 = Zin2 , si U1 = U2
 La tension de décalage permet de varier le zéro (décalage) et R2 règle le gain
(étendue d’échelle).

4.4.6 Transmetteur 4-20 mA


Le circuit de la Figure ‎4-8 permet la conversion d’un signal 0-1V en un courant 4-20 mA.
Ici, la résistance maximale de la boucle de courant est d’environ 500 .

Avec 0 V à l’entrée, on règle R5 (contrôle du décalage) pour un courant de boucle de 4


mA; puis, avec 1 V à l’entrée, on règle R4 (étendue d’échelle) pour un courant de boucle
de 20 mA.

Applications à l’Instrumentation page 4-5 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Caractéristiques principales d’une boucle 4-20 mA:


1- Détection de conducteur brisé (zéro vivant): 0 mA = rupture de la boucle.
2- Résistance maximale: charge + Rboucle ; limitée par la saturation de la source de
courant de sortie.
3- Bonne immunité aux bruits grâce aux faibles impédances.

Convertisseur
+15V
0 - 1 V à 4 - 20 mA
R7 R8
100 100

Q2 Q3
+15V TIP32 TIP32

U1 +
3 7
+ 1 Courant de sortie
6
Q1 4 - 20 mA
2
Tension d''entrée R1 2N2222
5
10K 4 741
0 - 1 Volt -
- -15V

R3
R2 Q4
33 K
10 K R4 2N3903
100 R10
1K
R9
820
Contrôle de R6
220
l'étendue d''échelle
D1
(16mA) 1N4733A
R5
500

Réglage du
zéro (4mA)
-15V

Figure ‎4-8 Transmetteur 4-20 mA.


 U1-Q1 Amplificateur inverseur.
 Q2-Q3 Miroir de courant.
 Q4 Source de courant constant.

Applications à l’Instrumentation page 4-6 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

4.5 Multiplexeur analogique


Un multiplexeur analogique est un circuit qui permet de sélectionner alternativement
différentes entrées analogiques. Il est réalisé à l’aide de portes analogiques formés de
deux transistors MOSFET en parallèle. Une porte analogique est bidirectionelle.

Entrée Sortie
analogique analogique

Entrée
logique

A B

Figure ‎4-9 A) porte analogique B) symbole.


U1A
4066
1 2
v1

13

vc1
U1B
4066
11 10
v2

U2A
8
12 3
1
vc2 2
vs
U1C
4066 TL072
4 3
v3 4

vc3
U1D
4066
8 9
v4

vc4
.

Figure ‎4-10 Multiplexeur analogique à 4 entrées.

Applications à l’Instrumentation page 4-7 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

vc1

vc2

vc3

vc4

Figure ‎4-11 Signaux de contrôle pour un multiplexeur à 4 entrées.


Un démultiplexeur analogique effectue la fonction inverse d’un multiplexeur analogique.
Il convertie un signal multiplexé en temps, en un nombre n de signaux analogiques
indépendants. Les signaux de contrôle doivent être en phases avec les impulsions de
contrôle utilisées lors du multiplexage.

U1A
4066
1 2
vs1

13

U1B
4066
11 10
vs2
U1A
8
3
1 12
v entrée 2
multiplexée vc2
TL072
U1C
4 4066
4 3
vs3

vc3
U1D
4066
8 9
vs4

vc4

Figure ‎4-12 Démultiplexeur analogique à 4 sorties.

Applications à l’Instrumentation page 4-8 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

4.6 Exercices

#1 Une pression peut varier de 2 à 10 kPascal.


a) Quelle est l’étendue d’échelle?
b) Quelle est la portée minimale? maximale?

#2 Quelle est l’utilitée d’une ligne balancée?

#3 Complétez le tableau suivant.

Étendue de Portée Étendue Sensibilité du Sortie du


mesure minimale d’échelle transducteur transducteur
0 oC à 10 mV/ oC
+100 oC
-50 oC 100 oC 20 mV/ oC

0 oC à 0à2V
+100 oC

#4 Déterminez les valeurs des composants pour obtenir un gain de 900.


Av3 = 30 R2 = 1 k R6 = 220 k.

U1

V entrée
R1 R4 R6

U3
R2

V sortie
R7

R3 R5

U2

Applications à l’Instrumentation page 4-9 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

#5 Déterminez les valeurs des composants pour obtenir une tension pouvant varier de 6 à 10
Volts pour une tension d’entrée de -1 Volt. Posez R2 = R5 = 10 k.
R1 R3
R2
+ 12 v - 12 v

R5

+ 12 v

R4 U1
2 7
5
6
V entrée 3
1
8 V sortie
4 TL080

- 12 v

#6 Déterminez les courants suivants : IR7; IR6; IR9; ISortie..


+15V

R7 R8
100 100

Q2 Q3
+15V TIP32 TIP32

U1 +
3 7
+ 1 Courant de sortie
6
Q1
2
Tension d''entrée R1 2N2222
5
10K 4 741
+ 0,5 Volt -
- -15V

R3
R2 Q4
33 K
10 K
2N3903
R6 R10
270 1K
R9
1K
D1
1N4733A

-15V

#7 Décrivez la différence entrele R (on) et le R (on) d’une porte analogique?

Applications à l’Instrumentation page 4-10 OFPPT/TECCART


TABLE DES MATIÈRES

5. TRANSMISSIONS 5-1

5.1 Transmission de signaux 5-1

5.2 La modulation d’amplitude 5-2


5.2.1 Signal modulé en amplitude 5-2
5.2.2 Spectre d’un signal modulé en amplitude 5-3
5.2.3 Modulateurs d’amplitude 5-4
5.2.4 La démodulation d’amplitude 5-6

5.3 La modulation de fréquence 5-7


5.3.1 Signal modulé en fréquence 5-7
5.3.2 Modulateurs de fréquence 5-9
5.3.3 Démodulateurs de fréquence 5-10

5.4 La boucle à verrouillage de phase 5-11


5.4.1 Quelques définitions 5-13
5.4.2 Les comparateurs de phases 5-13
5.4.3 Le filtre passe-bas 5-15
5.4.4 Le PLL MC14046(CD4046) 5-15

5.5 La modulation d’impulsions 5-17

5.6 Exercices 5-19


Résumé de Théorie Traitement du Signal

5. Transmissions
5.1 Transmission de signaux
La principale fonction d’un système de communication est de transférer l’information
d’un endroit à un autre via un lien de communication. Historiquement, la première forme
d’information transmise électriquement fut l’alphabet représenté sous la forme du code
Morse qui était ensuite reconverti en alphabet pour pouvoir être plus facilement
interprété. Par la suite, les informations à transmettre devinrent plus complexes : la voix
humaine, une image, des données numériques ou du code machine. Les techniques et les
systèmes progressèrent selon le moyen de transmission, le type d’information à
transmettre et le pourcentage de fiabilité désiré.
Au sein de toute communication, il y a: la transformation de l’information (le signal) sous
une forme pouvant être facilement véhiculée; la transmission du signal modifié; la
conversion du signal transmis afin de le rendre compréhensible; et, parfois, l’émission
provenant du récepteur indiquant au transmetteur que le signal a bien été reçu.
En général, en électronique analogique, seules les trois premières étapes sont réalisées
tandis qu’avec un système de transmission numérique ces quatre étapes sont essentielles.
Les principaux champs des télécommunications est la conversion d’un signal que nous
appelons la modulation et la reconversion du signal que nous appelons la démodulation.
Si nous voulons transmettre un signal sans changer son spectre de fréquence, alors nous
rencontrons deux problèmes. Premièrement, une seule communication pourra être
transmise dans un temps donné, sinon les fréquences des différents signaux se
chevaucheraient et rendraient les transmissions inintelligibles. Deuxièmement, il est très
difficile de transmettre un signal radiophonique à basse fréquence (moins de 10 kHz). Il
est possible de résoudre ces difficultés en translatant le spectre de fréquence de
l’information dans une bande de plus hautes fréquences. Pour obtenir ce résultat, nous
devons mélanger le spectre du signal modulant à des fréquences plus élevées. C’est le
principe fondamental de la modulation analogique et les radiofréquences utilisées comme
véhicule de transport de l’information se nomment porteuses.
La modulation peut être obtenue en variant une ou plusieurs des caractéristiques de la
porteuse. La modulation peut être effectuée en variant l’une des trois caractéristiques
d’une onde sinusoïdale :
v = Ep sin(p + )
Une variation de l’amplitude crête Ep est une modulation d’amplitude.
Une variation de l‘angle (p +  est une modulation d’angle. Celle-ci peut être effectuée
de deux facons:
- par une variation de la fréquence p (modulation de fréquence);
- par une variation de la phase  ( modulation de phase).

Transmissions page 5-1 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Signal modulant Émetteur


(basse fréquence)

Modulateur AmplificateurHF

Oscillateur pour Antennes, lignes de


porteuse transmission, fibre optique,
etc.
Lien de
transmssion

Démodulateur Transducteur
Amplificateur HF Amplificateur BF
(détecteur) de sortie

Récepteur
Signal modulant
récupéré

Figure ‎5-1 Diagramme fonctionnel d’un système de communication.


La Figure ‎5-1 présente le diagramme fonctionnnel d’un système de communication.
L’étage de modulation (le modulateur) possède deux entrées: une pour la porteuse et une
pour le signal à transmettre (appelée la modulante) Ce bloc produit un signal modulé qui
est ensuite amplifié avant d’être transmis. La transmission du signal modulé peut
s’effectuer à l’aide de plusieurs véhicules: ondes électromagnétiques avec antennes, fibre
optique ou ligne de transmission. Le système de réception doit pouvoir capter le signal
modulé pour ensuite l’amplifier afin d’obtenir une amplitude suffisante pour être
démodulée. Le démodulateur est souvent appelé un détecteur. Le signal démodulé
représentant l’information doit être ré-amplifié pour pouvoir atteindre le transducteur
final (haut-parleur, écran, imprimante, etc.).

5.2 La modulation d’amplitude

5.2.1 Signal modulé en amplitude


La modulation d’amplitude est une variation de l’amplitude crête-à-crête d’une porteuse
par un signal modulant. Cette variation d’amplitude de la porteuse génère deux
enveloppes proportionelles à la modulante appelées l’enveloppe supérieure et l’enveloppe
inférieure (Figure ‎5-1).
Le taux de modulation d’amplitude m est:

m = E modulante / E porteuse = E m / E p Equation ‎5-1


et exprimé en pourcentage: m% = (Emodulante / E porteuse) x 100
Le taux de modulation d’amplitude doit être compris entre 0 et 1 ( 0%  m% 100%).

Transmissions page 5-2 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Signal
m odulant
(fm) Em

Porteuse
non-m odulée Ep
(fp)

Enveloppe
supérieure

Porteuse
m odulée
en am plitude
(fp, fp+fm, fp-fm) Vmin Vmax

Enveloppe
inférieure

Figure ‎5-2 Porteuse modulée en amplitude


Pour un signal modulant sinusoïdal :
Emodulante = (Vmax - Vmin)/2
d’où :

m = (Vmax - Vmin) / (Vmax + Vmin) Equation ‎5-2


Exprimé en pourcentage :

m% = 100 (Vmax - Vmin) / (Vmax + Vmin) Equation ‎5-3

5.2.2 Spectre d’un signal modulé en amplitude


Les équations de l’enveloppe d’une porteuse modulée en amplitude peuvent être
exprimées en fonction de l’amplitude de la porteuse Ep et du signal modulant vm : A = v
enveloppe = v crète instantané = Ep + vm .
Sachant que : vm = Em sin (mt)
alors : A = Ep + Em sin (mt)
Selon l’équation (1), Em = mEp, alors l’amplitude crête de la porteuse est :
A = Ep + mEp sin (mt)
A = Ep (1 + m sin (mt))
Si la porteuse est une onde sinusoïdale : vp = A sin(pt)
Donc : vp = Ep (1 + m sin (mt)) sin(pt)
vp = Ep sin(ct) + m Ep sin (mt) sin(pt)

Transmissions page 5-3 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

En développant le second terme à l’aide de l’identité trigonométrique suivante:

sin(A) sin(B) = 1/2 [cos(A - B) - cos(A + B)] = 1/2 cos(A - B) - 1/2 cos(A + B) Equation ‎5-4

Nous obtenons:

vMA = Ep sin(pt) + 0,5 m Ep cos(p - m)t - 0,5 m Ep cos (p + m)t Equation ‎5-5
Cette expression est très importante car elle définie une onde modulée en amplitude :
cette onde est composée de la porteuse et de deux signaux de fréquences égale à Fp - Fm
et Fp + Fm dont les amplitudes dépendent du taux de modulation m.

Ep

Em/2 Em/2

Fm Fm

Fp - Fm Fp Fp + Fm

Figure ‎5-3 Spectre d’un signal modulé en amplitude.

5.2.3 Modulateurs d’amplitude


Il y a plusieurs façons d’obtenir un modulateur d’amplitude. La première consiste à
moduler l’alimentation d’un amplificateur syntonisé. La seconde consiste à multiplier la
modulante superposée à une tension CC à la porteuse. En effet, si nous multiplions un
signal modulant sinusoïdal à une porteuse sinusoïdale, nous obtenons, par l’identité
trigonométrique, (4):
emec = Em sin(mt) Ep sin(pt) = ½ [Em cos[(p - m)t] - Em cos[(p + m)t]]
soit un signal composé de deux fréquences égales à (Fp -Fm) et (Fp + Fm). Le circuit
réalisant cette fonction est un multiplicateur analogique aussi appelé modulateur balancé.
vx
vs = k (vx vy) vs = k (vx vy)
vx
vy

a) b) vy

Figure ‎5-4Multiplicateur analogique. a) Symbole industriel b) Symbole utilisé en télécommunication.

Transmissions page 5-4 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

vMA vmod  vMA

V mod
a) b)
Ucc
vporteuse
vporteuse

v sin(t) vs = Ucc + k v2 cos(2 t)

c)

Figure ‎5-5 Applications du modulateur balancé. a) Modulateur d’amplitude b) Modulateur d’amplitude c)


Doubleur de fréquence.
Si, par contre, un composant CC est superposé à la modulante, nous obtenons, une fois
multiplié à la porteuse,
(em+ Ucc)ec = [Ucc + Em sin(mt)] Ep sin(pt)
= [Ucc Ep sin(pt)] + ½ [Em cos[(p - m)t] - Em cos[(p + m)t]]
soit un signal composé de trois fréquences égales à Fp, (Fp -Fm) et (Fp + Fm) qui est le
spectre d’un signal modulé en amplitude. L’ajout de la porteuse se réalise donc en
ajoutant une tension de décalage à la modulante.
Insertion de la
porteuse

Em/2 Em/2

Fp - Fm Fp Fp + Fm

Figure ‎5-6Spectre du signal de sortie d’un modulateur balancé.


Se réferer au TP7 La modulation d’amplitude pour des exemples de modulateur
d’amplitude par multitiplicateur analogique.

Transmissions page 5-5 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

5.2.4 La démodulation d’amplitude


La démodulation d’amplitude, aussi appelée détection, consiste à récupérer le signal
modulant. Elle utilise le même principe que le modulateur d’amplitude: la multiplication
de tensions. Dans un modulateur, on devait injecter deux signaux pour pouvoir réaliser
une multiplication analogique entre eux; par contre, lors de la démodulation, le signal
MA est lui-même un signal complexe formé de plusieurs fréquences. Ce sont ses
composantes fréquencielles qui seront multipliés entre eux.
Pour obtenir un multiplicateur analogique, on peut simplement utiliser un élément non-
linéaire (diode, transistor, etc.). Nous savons que la fonction de transfert d’un élément
non-linéaire peut se décomposer en une série polynomiale de la forme
y = anxn + ... + a3x3 + a2x2 + a1x + a0
Un élément non-linéaire multiplie la variable d’entrée x. Si la variable est un spectre
complexe (signal MA, par exemple) alors tous ses composantes fréquencielles seront
additionnées et soustraites entre elles et entre les harmoniques générées par l’élément
non-linéaire. On retrouvera à la sortie, entre autres, un signal de même fréquence que la
modulante que nous pouvons isoler grâce à un filtre passe-bas.

Filtre
passe-bas
2Fp + 2Fm
2Fp - 2Fm
Fp + 2Fm

2Fp + Fm
Fp - 2Fm

2Fp - Fm
Fp + Fm
CC (0 Hz)

Fp - Fm
2Fm

2Fp
Fm

Fp

Figure ‎5-7 Spectre d’un élément non-linéaire alimenté par un signal modulé en amplitude

R1 D1

1K R2
V MA IN60 C1 V sortie
100K
330 pF
Mica

Figure ‎5-8 Exemple de démodulateur d’amplitude utilisant un élément non linéaire.

Transmissions page 5-6 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

5.3 La modulation de fréquence

5.3.1 Signal modulé en fréquence


En modulation de fréquence, tout changement de la fréquence porteuse s’appelle
déviation et est proportionnel à la valeur instantanée de la tension modulante. La vitesse à
laquelle ces déviations de fréquence se produisent dépend de la fréquence de la
modulante;.tandis que l’amplitude de la déviation (Fc) dépend de l’amplitude de la
modulante.

Signal
m odulant
(fm) Em

Porteuse
non-m odulée Ep
(fp)

Signal m odulé
en fréquence EMF
(fp +/- )

Figure ‎5-9 Signal modulé en fréquence.

Le symbole de la déviation de fréquence est  (delta minuscule) et s’exprime en Hertz. La


déviation est symétrique d’un côté et de l’autre de la porteuse. Par définition également,
les demi-cycles positifs de la tension de modulation appliquée à un émetteur MF
provoqueront une augmentation de la fréquence (déviation positive); tandis que les demi-
cycles négatifs provoqueront le contraire ( négatif).
En modulation de fréquence, la fréquence de la porteuse varie d’une certaine valeur qui
dépend de l’amplitude de la modulante (em). Définissons cette variation par K em où K
est la constante de déviation en fréquence et dépend des caractéristiques de l’émetteur.
finst. = fp + fp = fp + (fp K em)

Transmissions page 5-7 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Pour une modulante, em = Em cos(mt), l’expression mathématique de la fréquence


instantanée devient:
finst = fp [1 + K Em cos(mt)]
où fp = fréquence porteuse (en Hz)
K = constante de proportionnalité propre à chaque émetteur
(en 1/V)
Em cos(mt) = expression de la tension instantanée de la modulante.
Pour une déviation maximale cos(mt) = 1, alors
f(lim) = fp (1 ± K Em) = fp ± fp K Em = fc ± fc max

La déviation de fréquence vaut, en Hertz,

 = fp K Em Equation ‎5-6
d’où on peut déduire l’expression générale de la tension modulée en fréquence . Sachant
que
e = A sin()
où  =  t = (pt (1 + K Em cos (mt))dt
Il est possible de démontrer que
vMF = A sin ( pt + /fm sin (mt))
Si on définit l’indice de modulation en FM comme étant:

= 
Déviation de fréquence
mf =
Fréquence modulante fm

Equation ‎5-7
On obtient donc l’expression générale d’une tension modulée en fréquence :

vMF = Ep sin ( pt + mf sin (mt)) Equation ‎5-8

Transmissions page 5-8 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

5.3.2 Modulateurs de fréquence


Un modulateur de fréquence est un convertisseur tension-fréquence.Il existe plusieurs
méthodes pour obtenir une telle fonction mais la plus commune est d’utiliser un
oscillateur controlé en tension aussi appelé VCO (pour « Voltage Controled Oscillator »).

Tableau ‎5-1 Quelques VCO intégrés.


Type Famille Fmax Sortie
566 Linéaire 1 MHz Carrée, triangulaire
2206 Linéaire 0,5 MHz Carrée, triangulaire,
sinusoïdale
2207 Linéaire 0, 5 MHz Carrée, triangulaire
4024 TTL 25 MHz TTL
4046 CMOS 1 MHz CMOS
8038 Linéaire 0,1 MHz Carrée, triangulaire,
sinusoïdale
74LS124 TTL 20 MHz TTL
74S324 TTL 60 MHz TTL
74LS324 TTL 20 MHz TTL

Vcc
R1
6 8 NE566

5 Source Bascule 3
Amplificateur
Tension de courant de Schmitt
de
contrôle

4
Amplificateur

7 1
C1

Figure ‎5-10Exemple de d’oscillateur contrôlé par tension intégré: Le 566.

Figure ‎5-11Fonction de transfert d’un VCO.


Plusieurs VCO sont vendus sous forme de
100% circuits intégrés.On n’a qu’à penser au
V moyen
555 qui possède une broche Vcontrolqui
50 % permet de moduler la fréquence de
sortie d’un multivibrateur astable.

0%
On peut aussi utiliser le VCO inclus dans une
Fmin Fo F max boucle à verrouillage de phase (section
1.3).

Transmissions page 5-9 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

+ 12V

+12 V
R1 U?
6K8 CD4046 16
1 VCC 3
PP CIN
2 4
P1 VCOUT
+ V sortie
P1 C1 C2 13 14 R6
0,1 uF 10 uF P2 SIN MF
10k 10K
6
CX
R2 R12 R12 C5
6K8 9 7 470 pF
VCOIN CX
5
INH
6k8 6k8 10 11
DEMO R1
C4 15 ZEN 12
R1 GND R2
1 nF
1M R7
8 R8
220K
C1 22K

V entrée + P2 P3
audio 1 uF
100K 50K

Figure ‎5-12 Exemple de modulateur de fréquence utilisant le VCO inclus dans un PLL.

5.3.3 Démodulateurs de fréquence Fc

Un démodulateur de fréquence est un convertisseur Vmax


fréquence-tension. Une approche classique pour
Vmin
convertir une déviation de fréquence en une variation de
tension est le détecteur de pente. Grâce à un circuit - +
résonnant, il est possible de convertir une variation de
Fmin

Fmax
Fp
fréquence en une modulation d’amplitude. Celle-ci peut
être ensuite démodulée par un démodulateur
d’amplitude. Figure ‎5-13 Détecteur de pente.

Signal modulé
en amplitude
et en
fréquence

D1

T1
R1
C2
Entrée C1 V sortie
MF

Démodulateur
d'amplitude

Figure ‎5-14 Détecteur de pente.


Le détecteur de quadrature tire son nom du fait qu’il utilise un signal MF en phase et un
autre déphasé de 90o. Le circuit résonnant LCR est calculé pour créer un déphasage de
90o à la fréquence centrale du singal MF.La déviation de fréquence crée un déphasage
variable qui est détecté par le OU Exclusif qui réalise la fonction de comparateur de phase
(section 5.3.2 pour plus de détails). Le signal de sortie est ensuite intégré pour obtenir le
signal modulant.

Transmissions page 5-10 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

1
2

Signal
démodulé
Sortie du
OU-EX

déphasage déphasage déphasage


90 degrés 135 degrés 45 degrés

Entrée 1

Entrée 2

Sortie
signal
démodulé

Figure ‎5-15 Détecteur de quadrature.


L’approche moderne pour démoduler en fréquence est d’utiliser une boucle à verrouillage
de phase (section suivante).

5.4 La boucle à verrouillage de phase


Une boucle à verrouillage de phase ou PLL (pour « Phase Locked Loop ») est un système
de plus en plus utilisé en télécommunication. Elle permet, entre autres, de:
1 - démoduler une modulation de phase ou de fréquence;
2 - suivre une porteuse ou de synchroniser une fréquence qui peut varier dans le
temps.
Un PLL comprend un comparateur de phase, un intégrateur (filtre passe-bas) et un
oscillateur contrôlé en tension (VCO). Le comparateur de phase génère une tension carrée
de largeur variable (tension d’erreur). Cette largeur est fonction de l’écart entre les deux
phases d’entrée.Les impulsions sont ensuites intégrées fournissant une tension moyenne
proportionelle à la différence de phase entre Fentrée et FVCO. Cette tension moyenne
commande la fréquence d’oscillation du VCO.
Tension
F entrée Comparateur d'erreur Tension
Filtre proportionnelle à la
de
passe bas différence de phase
phase
entre F entrée et F VCO

F VCO Oscillateur Entrée VCO Tension de contrôle


controlé en = constante lorsque
tension (VCO) F entrée = F VCO

Figure ‎5-16 Boucle à verrouillage de phase.


Par exemple, si le VCO oscille à une fréquence plus élevée que la fréquence d’entrée, il
existe une différence instantanée de phases entre les deux. Cette différence cause une
baisse de la tension de contrôle qui diminue la fréquence d’oscillation du VCO. Lorsque

Transmissions page 5-11 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

les deux fréquence seront identiques, la tension d’erreur sera telle tant que le VCO
maintiendra sa fréquence.Donc, une fois verrouillée, Fentrée = FVCO.

Transmissions page 5-12 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

5.4.1 Quelques définitions


La gamme de verrouillage GV est la bande de fréquences pour laquelle la boucle peut
verrouiller. Elle est principalement déterminée par la bande d’opération du VCO (GV =
Fmax VCO - Fmin VCO).
La gamme de capture GC est la bande de fréquences pour laquelle la boucle peut
semaintenir verrouillée. Elle est principalement déterminée par la fréquence de coupure
du filtre passe-bas.
La fréquence centrale est la fréquence centrale d’oscillation du VCO. Fcentrale = (Fmax -
Fmin)/2.
La fréquence libre est la fréquence d’oscillation du VCO lorsque la boucle est
déverrouillée. Elle est déterminée par le type de comparateurs de phase utilsés.

5.4.2 Les comparateurs de phases


Il existe deux types de comparateurs de phases: le OU-Exclusif et le comparateur de
phase à détection de montée.
Le OU-Exclusif est le plus simple des deux comparateurs de phases. Par contre, il
présente certains inconvénients:
1- les entrées doivent être parfaitement carrées;
2- la sortie est identique si les différences de phases sont 0o ou 180o ;
3- le déphasage entre les deux entrées varie de 0o à 180o lorsque fVCO varie;
4- le PLL peut verrouiller sur des harmoniques.

Tableau ‎5-2
Différence de comportements du PLL avec les deux types de comparateurs de phases
OU Exclusif à détection de montée
Sortie 2 états Sortie 3 états
GV = Fmax - Fmin GV = Fmax - Fmin
GC < GV et est fonction du filtre passe-bas GC = GV
Si Fentrée > Fmax , FVCO = Fcentrale Si Fentrée > Fmax , FVCO = Fmax
Si Fentrée < Fmin , FVCO = Fcentrale Si Fentrée < Fmin , FVCO = Fmin
Différence de phase varie de 0o à 180o entre les deux Différence de phase = 0o sur tout GV
entrées.  = 90o à Fcentrale
Peut verrouiller sur des harmoniques Ne peut verrouiller sur des harmoniques

Transmissions page 5-13 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

OU EXCLUSIF
A A
S
B B

A A

B B

S S

Figure ‎5-17 OU exclusif en tant que comparateur de phases.


Plus complexe, le comparateur de phase à détecteur de montée présente plusieurs
avantages:
1 - détecte le délai entre les montées (de 0 à 1) des deux entrées et ignore les descentes
des tensions d’entrées.Elles peuventdonc être asymétriques;
2 - le signal de sortie indique si FA < FB (Sortie = VDD), FA = FB (Zsortie =  ),ou FA
>FB (Sortie = VSS),;
3 - le PLL ne peut verrouiller sur une harmonique.

Comparateur +VDD
numérique

FA A >B
R
Sortie
A =B
FB C
A <B

-VSS

Figure ‎5-18 Circuit équivalent du comparateur de phases à détection de montée.

FA

FB
+VDD    
Sortie
-VSS -VSS
 
 Circuit ouvert

Figure ‎5-19 Signaux du comparateur de phases #2.

Transmissions page 5-14 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

5.4.3 Le filtre passe-bas


La constante de temps du filtre passe-bas est déterminante pour le comportement de la
boucle à verrouillage de phases Trop faible, le temps de réponse est très bas mais la
boucle a tendance à osciller.Avec un PLL, nous mesurons la phase mais nous corrigeons
la fréquence. Un déphase de 90o est donc généré. Si le filtre passe-bas génère un
déphasage supplémentaire de 90o , alors le système peut facilement osciller. Par contre, si
la fréquence de coupure est trop faible, le temps de réponse sera trop long mais la boucle
demeure relativement stable. Un bon compromis est d’obtenir un facteur d’amortissemnt
de 0,707 pour un filtre du deuxième ordre.
Calcul du filtre RC (1er ordre) Fcentrale  1 /2( GV/RC)

5.4.4 Le PLL MC14046(CD4046)


Le MC14046 est un PLL qui offre le choix du comparateur de phases (OU Exclusif,
sortie broche 2 ou comparateur de montée, broches 1 ou 13 ). La constante du VCO K1
est déterminée par l’alimentation (voir caractéristiques du manufacturier). La broche 9 est
l’entrée de la tension de contrôle du VCO. R1 (broche 11) détermine la gamme de
verrouillage du VCO du 4046 et R2 (broche 12) détermine la fréquence minimale
d’oscillation.Le PLL peut donc se concevoir avec une fréquence de décalage ou non.

Tableau ‎5-3 Broches du CD4016


1-PP Phase Pulse. Sortie du comparateur #2 mais 2 9-VCOIN Entrée pour la tension de contrôle du VCO
états
2-P1 Sortie du comparateur de phase #1 (OU Ex) 10-DEMO Sortie du VCO avec ampli suiveur
3-Cin Entrée 2 des comparateurs de phase (à relier 11-R1 Résistance pour GV
avec le VCO)
4-VCOUT Sortie du VCO 12-R2 Résistance pour Fmin
5-INH Permission (Inhibit) pour le VCO (niveau 0 13-P2 Sortie du comparateur #2 (3 états)
pour fonctionnement)
6-CX Broche 1 pour le condensateur Cx 14-SIN Signal IN. Entrée 1 des comparateurs de
phases
7-CX Broche 2 pour le condensateur Cx 15-ZEN Zener de 6,8 V (tension de référence)
8-GND Masse ou Vss 16-VCC VCC ou Vdd

F VCO F VCO
F max F max
Fcentrale
Fcentrale F min

F min
V/2 V Tension de V/2 V Tension de
contrôle du VCO contrôle du VCO
a) b)

Figure ‎5-20 Fonctions de transfert du VCO du CD4046. a) Sans décalage b)Avec décalage.

Transmissions page 5-15 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Calcul du démodulateur de fréquence avec CD4046 (sans décalage de fréquence)


Fcentrale = K1 / (R1Cx) Cx se branche aux broches Cx (broches 6 et 7)
GV = Fmax - Fmin
1  GV
GC = où R3C2 est le filtre passe-bas de sortie
 R 3C 2

R3C2 = GV /  GC2 avec le comparateur de phases 1


R3C2  (VDD - VSS) - 2 / GV (VDD - VSS) avec le comparateur 2
R1 = 2 K1 / (Fmax Cx)
R2 =  
Calcul du démodulateur de fréquence PLL CD4046 (avec décalage de fréquence)
Fcentrale = K1 / (R1Cx) + 2K1 /(R2Cx) Cx se branche aux broches Cx (broches 6 et 7)
GV = Fmax - Fmin
1  GV
GC = où R3C2 est le filtre passe-bas de sortie
 R 3C 2

R3C2 = GV /  GC2 avec le comparateur de phases 1


R3C2  (VDD - VSS) - 2 / GV (VDD - VSS) avec le comparateur 2
R1 = 2 K1 / ((Fmax - Fmin)Cx)
R2 = 2 K1 / (Fmin Cx)

Se référer au TP8 La modulation de fréquence pour d’autres exemples d’applications du


CD4046.
Comparateur
de phases
CD4046 16
3 1
4 2 Filtre
Entrée 14 13 passe-bas
signal MF R9
6 2K7

7 V.C.O. 9
5
11 10 C6
12 Suiveur 470 pF

R11 R12

R10 10K 10K V sortie


47K audio
C7 C8
Filtre
1 nF 1nF
passe-bas

Figure ‎5-21 Convertisseur fréquence-tension avec CD4046.

Transmissions page 5-16 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

5.5 La modulation d’impulsions


Il existe plusieurs méthodes pour transmettre un signal analogique sous forme
d’impulsions:
Modulation d’amplitude d’impulsions: Les amplitudes des impulsions sont
déterminées par les tensions instantanées de
la modulante; peu utilisée car sensible aux
bruits mais permet un multiplexage temporel
car le temps entre chaque impulsion est
constant.
Modulation de largeur d’impulsions: Très utilisée car simple à réaliser avec un
monostable et surtout simple à démoduler;
une simple intégration (filtre passe-bas)
permet de récuper la modulante.
Modulation de position d’impulsions: Les impulsions sont ici retardées ou avancées
par rapport à un temps déterminé.
Modulation d’impulsions codées: Ici, la valeur instantanée de tension est
convertie en un code binaire; ce code peut
être un code hexadécimal, octal, Grey ou tout
autre code; ce type de modulation permet une
transmission sans erreur.

Signal
modulant

Impulsions non
modulés

Modulation d'amplitude
d'impulsions (PAM)

Modulation de largeur
d'impulsions (PWM)

Modulation de position
d'impulsions (PPM)

Modulation d'impulsions
codées (PCM)

Figure ‎5-22 Différents types de modulations d’impulsions.

Transmissions page 5-17 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

Une autre modulation d’impulsion fréquemment rencontrée est la modulation delta. Ici,
ce ne sont pas les valeurs instantanées des tensions qui sont transmises mais les variations
de tensions. Une élévation de tension est représentée par un 1 et une baisse de tension est
représentée par un 0.

Signal BF

Montée

Sortie de
l'encodeur

Descente

Sortie du
décodeur

Figure ‎5-23 Modulation delta.

Transmissions page 5-18 OFPPT/TECCART


Résumé de Théorie Traitement du Signal

5.6 Exercices

#1 Déterminez le pourcentage de modulation d’un signal modulé en amplitude dont la tension


maximale crête-à-crête est de 200 Volts et la tension minimale crête-à-crête,de 50 Volts.

#2 Quelle est la tension crête-à-crête de la porteuse non-modulée de la question précédente?

#3 Quelle est la tension crête-à-crête de la modulante?

#4 Déterminez les puissances de la porteuse et de la modulante de la question #1 si la charge est


de 50 .

#5 Comment peut-on savoir si un modulateur d’amplitude est linéaire?

#6 Quels sont les avantages de la modulation de fréquence sur la modulation d’amplitude?

#7 Déterminez le pourcentage de modulation d’un signal modulé en fréquence dont les


caractéristiques sont les suivantes :
- tension maximale crête-à-crête = 100 Volts
- fréquence centrale = 100 Mhz
- déviation maximale = 75 kHz
- fréquence de la modulante = 10 kHz
- charge = 50 

#8 Nommez la technique la plus employée pour générer une modulation de fréquence.

#9 Nommez les types de comparateurs de phases généralement utilisés dans une boucle à
verrouillage de phase.

#10 Définissez les termes suivants: gamme de verrouillage, gamme de capture, fréquence
centrale, fréquence libre.

Transmissions page 5-19 OFPPT/TECCART