Vous êtes sur la page 1sur 9

(Normatif) B Soudage en service API1104

B.1 Général

Cette annexe couvre les pratiques de soudage recommandées pour effectuer des réparations ou
installer des accessoires sur des pipelines et les systèmes de tuyauterie en service. Aux fins de la
présente annexe, les pipelines en service et les systèmes de tuyauterie sont définis comme ceux qui
contiennent du pétrole brut, des produits pétroliers ou des gaz combustibles qui peuvent être
pressurisés et / ou s'écouler. En service les soudures sont définies comme celles qui se fondent
directement dans la paroi d'un pipeline ou d'un système de tuyauterie en service. Cet annexe ne
couvre pas les pipelines et les systèmes de tuyauterie qui ont été entièrement isolés et déclassés ou
qui pas été commandé.

Il y a deux principales préoccupations concernant le soudage sur les pipelines en service. Le premier
souci est d'éviter le "burn-through" où l'arc de soudage provoque la rupture de la paroi du tuyau. La
deuxième préoccupation concerne le craquage d'hydrogène, car les soudures fait refroidir à un
rythme accéléré en raison de la capacité du contenu à évacuer la chaleur de la paroi du tuyau. Il est
peu probable qu'il y ait un brûlage lors de l'installation d'un accessoire si l'épaisseur de la paroi est de
6,4 mm (0,250 po) ou plus, à condition que des électrodes à faible teneur en hydrogène (type EXX18)
et des méthodes de soudage normales soient utilisées. Soudure sur une paroi mince les pipelines en
service sont possibles et considérés comme routiniers par de nombreuses entreprises; Cependant,
des précautions spéciales, telles que comme l'utilisation d'une procédure qui limite l'apport de
chaleur, sont souvent spécifiés. Burn-through devient plus probable lors du soudage directement sur
le tuyau, ce qui peut se produire lors du dépôt des couches de beurrage d'une séquence de dépôt de
perles de trempe ou lors de la réparation de dépôt de soudure.

Pour que le craquage d'hydrogène se produise, trois conditions doivent être satisfaites
simultanément. Ces conditions sont: hydrogène dans la soudure, le développement d'une
microstructure de soudure sensible aux fissures et la contrainte de traction agissant sur la soudure. À
empêcher le craquage de l'hydrogène, au moins l'une des trois conditions nécessaires à son
apparition doit être minimisée ou éliminé. Pour les soudures réalisées sur des pipelines en service, le
succès a été obtenu en utilisant des électrodes à processus à faible teneur en hydrogène et, étant
donné que de faibles niveaux d'hydrogène ne peuvent pas toujours être garantis, en utilisant des
procédures qui minimisent la formation de microstructures sensibles aux fissures. Les procédures les
plus courantes utilisent un apport de chaleur suffisamment élevé niveau pour surmonter l'effet du
contenu qui coule. Plusieurs méthodes de prédiction d'entrée de chaleur ont été développées, y
compris les modèles informatiques d'analyse thermique. Alors que ces méthodes ou d'autres
méthodes éprouvées sont utiles pour prédire la chaleur l'entrée requise pour une application de
soudage en service donnée, ils ne remplacent pas la qualification de procédure (voir B.2). Le
préchauffage, dans la mesure du possible, et / ou l'utilisation d'une séquence de dépôt de perles de
trempe, peuvent également réduire le risque de craquage d'hydrogène. Pour certaines conditions de
fonctionnement du pipeline, la capacité du contenu circulant à évacuer la chaleur du la paroi du
tuyau tend à rendre difficile l'utilisation efficace du préchauffage. Exemples de dépôts typiques de
perles de trempe les séquences sont représentées sur la Figure B.1. Pour minimiser la contrainte
agissant sur la soudure, il faut également veiller à ajustement approprié pour minimiser la
concentration de contrainte à la racine de la soudure.
L'application réussie du soudage en service doit atteindre un équilibre entre la sécurité d'une part et
la prévention des propriétés matérielles insatisfaisantes de l'autre. Par exemple, si la paroi du tuyau
est mince [c.-à-d. moins que 0,250 po (6,4 mm)], il peut être nécessaire de limiter l'apport de chaleur
pour minimiser le risque de brûlure; cependant, une chaleur faible le niveau d'entrée peut être
insuffisant pour surmonter la capacité du contenu à évacuer la chaleur de la paroi des vitesses de
refroidissement excessives des soudures et un risque subséquent de craquage d'hydrogène. Ainsi, un
compromis doit être atteint. Lorsque l'apport de chaleur maximal admissible pour éviter la brûlure
est insuffisant pour fournir une protection adéquate contre le craquage d'hydrogène, puis des
précautions alternatives (par exemple une séquence de dépôt de billes de trempe) doivent être
utilisées.

La majeure partie de cette annexe concerne la prévention de la fissuration par l'hydrogène dans les
soudures en service. Si l'épaisseur de la paroi du tuyau est

moins de 0,250 po (6,4 mm), le risque de brûlure doit être pris en compte. Le thermique mentionné
précédemment

modèles
informatiques d'analyse 7 ou une autre méthode éprouvée doit être utilisée pour déterminer les
limites d'apport de chaleur pour ces applications. Une attention supplémentaire devrait également
être accordée au soudage sur les tuyauteries et les systèmes de tuyauterie en service qui
contiennent des produits qui deviennent explosifs lors de l'application de chaleur ou qui contiennent
des produits qui affectent le matériau du tuyau en le rendant sensible à l'inflammation, à la
fissuration par corrosion sous contrainte ou à la fragilisation. Additionnel les conseils peuvent être
trouvés dans l'API 2201.

Les exigences pour les soudures d'angle dans le corps principal ce document doit être appliqué aux
soudures en service qui sont en contact avec le tube porteur, à l'exception des exigences alternatives
/ supplémentaires spécifiées dans la présente annexe. Pour la soudure en service, lorsqu'il existe des
divergences entre cette annexe et le corps du présent document, l'annexe devrait prévaloir.

B.2 Qualification des procédures de soudage en service


B.2.1 Généralités

Les exigences de qualification de procédure pour les soudures d'angle de la section 5 doivent être
appliquées aux soudures en service, à l'exception des exigences alternatives / supplémentaires
spécifiées dans la présente annexe.

B.2.2 Spécification des procédures de soudage

B.2.2.1 Informations sur les spécifications

B.2.2.1.1 Matériaux

Pour les soudures en service, l'équivalent de carbone des matériaux auxquels s'applique la procédure
doit être identifié en plus de SMYS.

Les niveaux d'équivalent carbone peuvent être regroupés. Une procédure peut être utilisée pour des
matériaux à plus haute teneur en carbone que le matériau utilisé pour la qualification des
procédures, à condition que les conditions thermiques soient moins sévères que les conditions de le
milieu (par exemple l'huile de moteur) peut être utilisé pour simuler des conditions thermiques
moins sévères.

B.2.4.2 Soudures de dérivation et de manchon

Les exigences de 5.7 pour les soudures de dérivation et de manchon sont appropriées pour le
soudage en service. Figure B.2 - Procédure suggérée et test de qualification de soudeur Montant de
support de montage 45, 5 Liquide en sortie de fluide Plaque d'extrémité V H REMARQUE Cette
position de test qualifie la procédure pour toutes les positions. Les tests peuvent être effectués dans
d'autres positions qui qualifient la procédure pour ce poste uniquement. 106

B.2.4.3 Réparations de dépôt de soudure Les réparations de dépôt de soudure doivent être
déposées sur une section de tuyau contenant une perte de paroi simulée. La zone de perte de la
paroi simulée doit être de taille suffisante pour enlever tous les spécimens d'essai requis et peut
comprendre une seule zone plus grande ou plusieurs zones plus petites (voir B.2.5.1). D'autres
dispositions d'échantillons peuvent être utilisées à la discrétion de l'entreprise. L'épaisseur de paroi
restante de la perte de paroi simulée ne doit pas être supérieure à la valeur minimale spécifiée dans
la spécification de procédure de soudage. Les réparations de dépôt de soudure doivent être
déposées de telle sorte que l'épaisseur de la paroi d'origine soit complètement restaurée. B.2.5 Essai
des joints soudés B.2.5.1 Préparation Les exigences de 5.8 sont appropriées pour le soudage en
service, sauf que les éprouvettes doivent être coupées du joint aux emplacements indiqués à la
figure B.3 ou à la figure B.4 et le nombre minimal de spécimens et les épreuves auxquelles ils doivent
être soumis sont indiqués dans le tableau B.1. B.2.5.2 Soudures longitudinales des coutures Les
soudures longitudinales des coutures des manchons d'encerclement complet doivent être testées
conformément à 5.6. Le matériau de support, s'il est utilisé, doit être retiré et les échantillons
peuvent être aplatis à température ambiante avant d'être testés. B.2.5.3 Soudures de dérivation et
de manchette et réparations des soudures de soudures Les soudures de branchements et de
manchettes et les réparations de dépôt de soudure doivent être testées conformément à 5.8, sauf
pour les essais des spécimens supplémentaires indiqués au B.2.5.1. B.2.5.4 Essais de macrosection -
Soudures par branches et par manchons B.2.5.4.1 Préparation Les éprouvettes de macrosection (voir
la Figure B.5) doivent avoir une largeur d'au moins 1/2 po (13 mm). Ils peuvent être coupés à la
machine, ou ils peuvent être coupés à l'oxygène surdimensionnés et usinés par un procédé non
thermique pour enlever au moins 1/4 po (6 mm) du (des) côté (s) qui seront préparés. Pour chaque
échantillon d'essai de macrosection, au moins une face doit être rectifiée au moins 600 et gravée
avec un agent de gravure approprié, tel que Nital, persulfate d'ammonium ou acide chlorhydrique
dilué, pour donner une définition claire de la structure de la soudure. B.2.5.4.2 Examen visuel La
section transversale de la soudure doit être examinée visuellement avec un éclairage qui révélera
suffisamment les détails de la solidité de la soudure. L'utilisation de dispositifs optiques ou de
pénétrants de teinture n'est pas nécessaire. B.2.5.4.3 Essais de dureté Deux des quatre échantillons
de macroscopie pour les soudures par dérivation et manchon et les deux échantillons de
macroscopie pour les réparations par dépôt de soudure doivent être préparés pour les essais de
dureté conformément à la norme ASTM E384. Un minimum de cinq indentations doit être effectué
en utilisant un pénétrateur Vickers et une charge de 10 kg pour déterminer la valeur de dureté
maximale dans la ZAT à gros grains à la pointe de soudure de chaque échantillon. B.2.5.4.4 Exigences
Un examen visuel de la section transversale de la soudure doit montrer qu'elle est complètement
fondue à la racine et exempte de fissures. La soudure d'angle doit avoir des longueurs de jambe au
moins égales aux longueurs spécifiées dans la qualification de la procédure et ne doit pas s'écarter de
plus de 1,6 mm (1/16 po) en concavité ou en convexité. La profondeur de la sous-coupe ne doit pas
dépasser 0,8 mm (1/32 po) ou 12 1/2% de l'épaisseur de la paroi du tuyau, la plus petite des deux.
Les procédures qui produisent des valeurs de dureté HAZ supérieures à 350 HV doivent être évaluées
en ce qui concerne le risque de craquage d'hydrogène. B.2.5.5 Essai de flexion de la face - Soudures
de branches et de manchons et réparations de dépôt de soudures B.2.5.5.1 Préparation Les
éprouvettes de courbure de la face (voir la Figure B.6) doivent avoir une longueur d'environ 230 mm
(9 po) et une longueur d'environ 1 po. (25 mm) de large. Ils peuvent être coupés à la machine, ou ils
peuvent être coupés en oxygène surdimensionnés et usinés par un procédé non thermique, pour
enlever au moins 3 mm (1/8 po) de chaque côté. Les côtés doivent être lisses et parallèles, et les
bords longs doivent être arrondis. Le manchon ou la branche et les renforts doivent être retirés au
ras de la surface, mais pas sous la surface de l'éprouvette. Tout dégagement ne devrait pas être
enlevé. Les échantillons ne doivent pas être aplatis avant les tests. NOTE Au lieu de prendre des
échantillons séparés pour l'essai de flexion faciale, la portion restante des échantillons de rupture de
pseudo-coupure peut être utilisée. Figure B.3 - Emplacement suggéré des échantillons d'essai pour
les soudures à manchon et à dérivation NOTE T = résistance à la traction; RB = courbure de la racine;
FB = courbe du visage; NB = coupure de coupure; SB = virage latéral; MT = test de macro. T RB ou SB
NB FB ou SB MT NB FB FB NB MT NB FB NB FB NB FB NB FB Soudure de manchon Soudure de
branche 108 NORME API 1104 Figure B.4-Emplacement suggéré des échantillons d'essai pour la
réparation des dépôts de soudure NBqualification de la procédure et aucune augmentation du risque
de fissuration à l'hydrogène. B.2.2.1.2 Conditions d'exploitation du pipeline Pour les soudures en
service, les conditions d'exploitation du pipeline (contenu du tuyau, débit, etc.) pour lesquelles la
procédure s'applique doivent être identifiées. Les conditions peuvent être regroupées. Figure B.1 -
Exemples de séquences typiques de dépôt de perles de trempe 21 CEIIW =% C +% Mn / 6 + (% Cu +%
Ni) / 15 + (% Cr +% Mo +% V) / 5. Soudure de manchon de soudure de branche REMARQUES: 1. Une
couche de beurrage de métal de soudure est d'abord déposée en utilisant des perles de limon. 2. Des
niveaux d'apport de chaleur plus élevés sont utilisés pour les passes suivantes, qui affinent et
tempèrent la ZAT de la première couche. 104 B.2.2.1.3 Plage d'entrée de chaleur Pour les procédures
destinées à surmonter l'effet de l'évacuation de la chaleur par le fluide en utilisant un niveau
d'entrée de chaleur 22 suffisamment élevé (procédures de contrôle d'entrée de chaleur), la plage
d'entrée de chaleur requise doit être spécifiée . Pour les procédures destinées à surmonter l'effet de
l'évacuation de la chaleur par le fluide en utilisant une séquence de dépôt de perles de trempe
(procédures de trempe), la plage d'entrée de chaleur requise pour chaque couche doit être spécifiée.
B.2.2.1.4 Séquence de dépôt de soudure Pour les procédures destinées à surmonter l'effet de
l'élimination de la chaleur par le fluide en utilisant une séquence de dépôt de perles de trempe
(procédures de cordon de trempe), la séquence de dépôt de soudure requise doit être spécifiée. La
séquence de dépôt de la soudure doit inclure des tolérances pour l'espacement des perles afin
d'assurer une trempe correcte des passes précédentes. B.2.3 Variables essentielles B.2.3.1
Modifications nécessitant une requalification B.2.3.1.1 Matériaux Pour les soudures d'angle en
service, SMYS n'est pas une variable essentielle. NOTE Pour les soudures en service autres que les
soudures d'angle, la résistance de la soudure achevée est supérieure ou égale à la résistance
minimale spécifiée du tuyau et du matériau du raccord. Une augmentation de l'équivalent carbone
supérieure à celle du matériau utilisé pour la qualification de la procédure constitue une variable
essentielle, à l'exception de ce qui est prévu ci-dessous. Une procédure peut être utilisée pour des
matériaux à plus haute teneur en carbone que le matériau utilisé pour la qualification des
procédures, à condition que les conditions thermiques soient moins sévères que les conditions de
qualification de la procédure et aucune augmentation du risque de fissuration à l'hydrogène.
B.2.3.1.2 Conditions d'exploitation du pipeline Pour les soudures en service, une augmentation de la
sévérité des conditions d'exploitation du pipeline (en termes de taux de refroidissement de la
soudure) au-dessus du groupe qualifié constitue une variable essentielle. B.2.3.1.3 Épaisseur de la
paroi du tuyau Pour les soudures d'angle en service, l'épaisseur de la paroi n'est pas une variable
essentielle. Cependant, l'épaisseur de la paroi des matériaux à souder doit être prise en compte
lorsque l'on considère la sévérité thermique des conditions de fonctionnement du pipeline.
REMARQUE Pour les réparations de dépôt de soudure, la procédure de soudage qualifiée n'est pas
utilisée sur une épaisseur de paroi de tuyau restante inférieure à celle utilisée lors de la qualification.
B.2.3.1.4 Séquence de dépôt de soudure Un changement d'une séquence de dépôt qui repose sur la
trempe à une autre séquence de dépôt constitue une variable essentielle. Pour une séquence de
dépôt qui repose sur la trempe, une modification de l'espacement des bourrelets au-delà des limites
dans la spécification de la procédure de soudage constitue une variable essentielle. 22 Entrée de
chaleur (kJ / in.) = (Ampères × Volts × 60) / [Vitesse de déplacement (in./min) × 1000], ou Entrée de
chaleur (kJ / mm) = (Ampères × Volts × 60) / [Course vitesse (mm / min) × 1000)]. B.2.4 Soudage des
joints d'essai B.2.4.1 Généralités Les conditions d'exploitation du pipeline qui affectent la capacité du
contenu circulant à évacuer la chaleur de la paroi du tuyau doivent être simulées pendant la
réalisation des joints d'essai. NOTE Remplir la section d'essai avec de l'eau et laisser l'eau s'écouler à
travers la section d'essai pendant que le joint d'essai est en train de produire des conditions
thermiques équivalentes ou plus sévères que les applications typiques de soudage en service (voir
Figure B.2). Les procédures qualifiées dans ces conditions sont donc adaptées à toute application en
service typique. OSB MT FB SB SB FB MT Plongeur Centerline FB FB SB SB Perle de soudure Clé
d'orientation FB échantillon de test de flexion de face spécimen de test de flexion MT et de dureté
spécimen d'essai de flexion latérale NB NB 1 Les éprouvettes sont coupées ou obtenues par d'autres
procédés de coupe non thermiques. Les surfaces coupées doivent être lisses et parallèles. Les
surfaces de soudure doivent être rodées et alignées avec la surface du tuyau. NOTE 2 Les spécimens
d'essai sont préparés conformément aux prescriptions du 10.3.7.2. NOTE 3 Les spécimens d'essai de
flexion de face et de flexion latérale sont positionnés dans le gabarit de test de flexion guidé de telle
sorte que la zone affectée par la chaleur soit mise en tension. MT 25 mm environ 2,7 mm environ
200 mm minimum Échantillon d'essai de macroexamination et de dureté (voir Note 2) Echantillon
d'essai de flexion de face (voir Note 1) Eprouvette d'essai de flexion latérale (voir Note 1) B.2.5.5.2
Méthode Les échantillons de courbure de face ne devrait pas être testé moins de 24 heures après le
soudage. Les échantillons de courbure de la face doivent être pliés dans un gabarit de test de pliage
guidé semblable à celui illustré à la Figure 9. Chaque échantillon doit être placé sur la matrice avec la
zone de la pointe de la soudure à mi-portée. La face de la soudure doit être placée vers l'espace. Le
plongeur doit être forcé dans l'espace jusqu'à ce que la courbure de l'échantillon soit
approximativement en forme de U. B.2.5.5.3 Exigence L'essai de flexion de face doit être considéré
comme acceptable si, après pliage, aucune fissure ou autre imperfection ne dépasse 3 mm (1/8 po)
ou la moitié de l'épaisseur de paroi spécifiée, selon la plus petite des deux. est présent dans le métal
de soudure ou HAZ. Les fissures qui ont pour origine le rayon extérieur de la courbure le long des
bords de l'éprouvette et qui mesurent moins de 1/4 po (6 mm), mesurées dans n'importe quelle
direction, ne doivent pas être prises en compte, à moins d'observer des imperfections évidentes.
Tableau B.1 - Type et nombre de spécimens - Procédure de soudage en service Épreuve de
qualification Épaisseur de paroi Type de soudure Nombre d'éprouvettes a Résistance à la traction
Courbure de la racine Courbure de la courbure Courbe de flexion latérale Total Macro ≤0,500 po 2 2
2 2 8 (12,7 mm) Douille 4 b 4 4 12 Branche 4 b 4 4 12 WDR c 2 4 2 d 8> 0,500 po Rainure 2 2 4 8 (12,7
mm) Douille 4 b 4 4 12 Branche 4 b 4 4 12 WDR c 2 2 2 2 d 8 a Pour un diamètre extérieur de tuyau
ou de dérivation inférieur ou égal à 4 500 po (114,3 mm), deux soudures peuvent être requises. b À
la discrétion du propriétaire, la partie restante de ces spécimens peut être préparée et soumise à
l'essai de flexion de face (voir B.2.5.5) après avoir été soumis à l'essai de rupture par entaille. c
Réparations de dépôt de soudure. d À la discrétion de la société, la partie restante de ces
échantillons peut être préparée et soumise à l'essai de flexion de face ou de flexion latérale (voir
B.2.5.5 ou 5.6.5) après leur soumission au macro-test. Figure B.5 - Macro Test Sample-En service
Soudures 1/2 po (13 mm) Épaisseur de la paroi de fixation Épaisseur de la paroi du tuyau REMARQUE
Lisser et graver au moins une face de chaque section de l'échantillon de soudure avec un agent de
gravure approprié définition à la structure de la soudure. 110 NORME API 1104 B.3 Qualification de la
soudeuse en service B.3.1 Généralités Pour le soudage en service, la soudeuse doit être qualifiée
pour appliquer la procédure spécifique utilisée conformément aux exigences de 6.2, à l'exception des
exigences alternatives / supplémentaires spécifiées dans cette annexe. Un soudeur qualifié sur un
tuyau ayant un diamètre extérieur inférieur à 323,9 mm (12,750 po) doit être qualifié pour tous les
diamètres inférieurs ou égaux au diamètre utilisé dans l'essai de qualification. Un soudeur qualifié
sur un tuyau dont le diamètre extérieur est supérieur ou égal à 12,750 po (323,9 mm) devrait être
qualifié pour tous les diamètres de tuyau. Un soudeur qui a une qualification multiple existante à 6,3
et une qualification en service à B.3 devrait être qualifié de soudeur de douille ou de douille en
service pour toutes les positions, tous les diamètres et toutes les épaisseurs de paroi dans les limites
des variables essentielles en 6.3. Pour les réparations de dépôt de soudure, les soudeurs qui
effectuent des soudures d'essai sur le fond du tuyau sont qualifiés pour le soudage dans toutes les
positions. Les soudeurs qui effectuent des soudures d'essai sur le côté du tuyau sont qualifiés pour le
soudage seulement sur le côté et le haut du tuyau. Les soudeurs qui effectuent des soudures d'essai
sur le dessus du tuyau sont qualifiés pour souder seulement sur le dessus du tuyau. B.3.2 Soudage du
joint d'essai Pour la soudure en service, les conditions de fonctionnement du pipeline qui affectent la
capacité du contenu circulant à évacuer la chaleur de la paroi du tuyau doivent être simulées
pendant la réalisation des joints d'essai. NOTE Le remplissage de la section d'essai avec de l'eau et
l'écoulement de l'eau à travers la section d'essai pendant la réalisation du joint d'essai produisent
des conditions thermiques équivalentes ou plus sévères que les applications de soudage en service
typiques (voir Figure B.6-Visage Essai de flexion Echantillon i Souder la soudure de la gaine de la
soudure de la soudure (voir Note 2) REMARQUES: 1. Les éprouvettes peuvent être coupées à la
machine ou coupées en oxygène surdimensionnées et usinées (voir B.2.4.5.1). aplani au ras de la
surface de l'éprouvette. la direction axiale; les spécimens dans l'autre sens sont incurvés. Les
éprouvettes ne sont pas aplaties avant l'essai. 3. Lorsque l'épaisseur de la paroi est supérieure à 12,7
mm (0,500 po), elle peut être réduite à 12,7 mm (0,500 po) en usinant la surface intérieure. 4. Au lieu
de prendre des échantillons séparés pour l'essai de flexion de face, la partie restante des échantillons
de rupture de pseudo peut être utilisée. Voir Note 1 Environ 1 po (25 mm) 1/8 po (3 mm) max R, tous
les coins Manchon / Branche Épaisseur de paroi Épaisseur de paroi Épaisseur de la paroi Spécimen
d'essai (voir Note 3) SOUDAGE NG environ 9 po (230 mm) DES P OLINES ET DES INSTALLATIONS
CONNEXES 111 Figure B.2). Les soudeurs qualifiés dans ces conditions sont donc qualifiés pour toute
application typique en service. D'autres milieux (par exemple l'huile de moteur) peuvent être utilisés
pour simuler des conditions thermiques moins sévères. En plus de faire le joint d'essai utilisé pour les
essais destructifs décrits en B.3.3, le soudeur doit démontrer à la satisfaction de l'entreprise la
capacité de se conformer aux exigences de la procédure de soudage qui sont destinées à éviter le
développement de fissures sensibles. microstructures et / ou prévention des brûlures. Par exemple,
pour les procédures de contrôle d'entrée de chaleur, l'entreprise peut choisir d'exiger du soudeur
qu'il démontre qu'il est capable de maintenir un niveau d'entrée de chaleur dans la plage spécifiée
dans la spécification de la procédure de soudage. Pour les procédures de réparation des soudures et
des soudures, l'entreprise peut exiger que le soudeur montre le placement des perles dans les
tolérances dimensionnelles spécifiées dans la spécification de la procédure de soudage et la capacité
de maintenir un niveau d'entrée de chaleur spécifié dans la spécification. B.3.3 Essai des joints
soudés La soudure devrait être testée et jugée acceptable si elle satisfait aux exigences de 6.4 et 6.5.
Pour les soudures longitudinales, le nombre minimal d'éprouvettes et les épreuves auxquelles elles
doivent être soumises sont indiqués dans le Tableau B.2. Pour les soudeurs par dépôt par soudage, le
nombre minimum d'échantillons et d'essais auxquels ils doivent être soumis est indiqué dans le
tableau B.1. B.3.4 Enregistrements Les conditions d'exploitation du pipeline (contenu du tuyau, débit,
etc.) pour lesquelles le soudeur est qualifié doivent être identifiées. Les conditions peuvent être
regroupées. B.4 Pratiques de soudage en service recommandées B.4.1 Généralités Les exigences
relatives au soudage de production de la section 7 devraient être appliquées aux soudures en service,
à l'exception des exigences alternatives / supplémentaires spécifiées dans la présente annexe. Avant
de souder sur une tuyauterie ou un système de tuyauterie en service, les soudeurs devraient tenir
compte des aspects qui ont une incidence sur la sécurité, comme la pression de fonctionnement, les
conditions d'écoulement et l'épaisseur de la paroi à l'endroit du soudage. Les zones à souder doivent
être inspectées pour s'assurer que les imperfections ne sont pas présentes et que l'épaisseur de la
paroi est adéquate. Tous les soudeurs effectuant des travaux de réparation doivent être familiarisés
avec les précautions de sécurité associées à la coupe et au soudage de tuyauteries contenant ou
contenant du pétrole brut, des produits pétroliers ou des gaz combustibles. Des conseils
supplémentaires peuvent être trouvés dans l'API 2201. B.4.2 Alignement B.4.2.1 Montage Pour les
soudures à manchon et à cheval, l'écart entre le manchon ou la selle et le tube porteur ne doit pas
être excessif. Des dispositifs de serrage doivent être utilisés pour obtenir un bon ajustement. Si
nécessaire, l'accumulation de métal soudé sur le tube porteur peut être utilisée pour minimiser
l'écart. Tableau B.2 - Type et nombre de spécimens d'essai pour les soudures longitudinales - Essais
de qualification de soudeur Épaisseur de la paroi Nombre d'échantillons Nick Break Courbure de la
racine Courbure de la courbure Courbe latérale Total ≤0,500 po (12,7 mm) 1 1 1 1> 0,500 po (12,7
mm) 1 1 2 4 112 NORME API 1104 B.4.2.2 Ouverture de la racine - soudures longitudinales Pour les
soudures bout à bout longitudinales des manchons d'encerclement complets, lorsqu'une pénétration
de 100% est requise, l'ouverture radiculaire (l'espace entre les bords attenants) devrait être suffisant.
Ces joints doivent être munis d'une bande d'appui en acier doux ou d'un ruban approprié pour
empêcher la pénétration de la soudure dans le tuyau porteur. NOTE La pénétration de la soudure
longitudinale bout à bout dans le tube porteur n'est pas souhaitable car toute fissure qui pourrait se
développer est exposée à la contrainte circonférentielle dans le tube porteur. B.4.3 Séquence de
soudage Des séquences de soudage à manchon et à branche suggérées sont illustrées aux figures B.7
à B.12. Pour les raccords à encerclement complet nécessitant des soudures d'angle circonférentielles,
les joints longitudinaux doivent être complétés avant de commencer les soudures circonférentielles.
La soudure circonférentielle à une extrémité du raccord doit être terminée avant de commencer la
soudure circonférentielle à l'autre extrémité. Pour les autres types de raccords, une séquence de
soudage minimisant les contraintes résiduelles doit être utilisée. Des directives pour la réparation
des dépôts de soudure ont été élaborées qui comprennent la préparation avant le soudage et la
séquence de dépôt de la soudure. 23 Par exemple, une passe périmétrique devrait être utilisée pour
établir une limite au-delà de laquelle aucune soudure ultérieure n'est autorisée. La première couche
de passes de remplissage doit être déposée en utilisant les limites d'entrée de chaleur établies à
minminimiser le risque de brûlure. Un deuxième passage de périmètre devrait être utilisé pour
tempérer la ZAT au pied de la première passe périmétrique. Des passes de remplissage d'entrée de
chaleur plus élevées doivent être utilisées pour les couches suivantes afin de tempérer davantage les
passes initiales, en respectant à nouveau les limites d'entrée de chaleur établies si nécessaire. Des
couches supplémentaires doivent être déposées, si nécessaire, pour un remplissage correct. 23 WA
Bruce et WE modifient, «Lignes directrices pour la réparation des canalisations par dépôt direct de
métal de soudure», WTIA / APIA Welded Pipeline Symposium, Institut de technologie de soudage
d'Australie, Sydney, Australie, 3 avril 2009. Figure B.7-Renfort 3 REMARQUE Ceci est la séquence de
soudage suggérée; d'autres peuvent être suivis à la discrétion de l'entreprise. 1 SOUDURE DE
PÉNEAUX ET INSTALLATIONS ASSOCIÉES 113 Figure B.8 - Selle de renfort Figure B.9 - Gaine
d'encerclement 2 1 3 REMARQUE Ceci est la séquence de soudage suggérée; d'autres peuvent être
suivis à la discrétion de l'entreprise. 3 5 1 4 REMARQUE Ceci est la séquence de soudage suggérée; à
la discrétion de l'entreprise, d'autres peuvent être suivis et les soudures circonférentielles, numéros
3 et 4, n'ont pas besoin d'être faites. Figure B.10 - Té d'encerclement Figure B.11 - Manchon
d'encerclement et selle NOTE 1 Il s'agit de la séquence de soudage suggérée; d'autres peuvent être
suivis à la discrétion de l'entreprise. NOTE 2 En fonctionnement, le raccord est à la pression de la
canalisation. 3 2 1 3 6 7 5 4 1 Autre conception REMARQUE Ceci est la séquence de soudage
suggérée; à la discrétion de l'entreprise, d'autres peuvent être suivis et les soudures
circonférentielles, numéros 3 et 4, n'ont pas besoin d'être faites. B.4.4 Direction de la soudure Les
soudures en service doivent être déposées dans la direction circonférentielle (parallèlement à la
direction de la contrainte circonférentielle) dans la mesure du possible. B.5 Inspection et essais des
soudures en service Les exigences relatives à l'inspection et à l'essai de la section 8 devraient être
appliquées aux soudures en service, à l'exception des exigences alternatives / supplémentaires
spécifiées dans la présente annexe. Étant donné que les soudures en service qui entrent en contact
avec le tube porteur peuvent être particulièrement sensibles à la fissuration sous-jacente ou
retardée, il convient d'utiliser une méthode d'inspection capable de détecter ces fissures, en
particulier au niveau de la soudure. NOTE Les tests de particules magnétiques, les tests par ultrasons
ou une combinaison des deux, utilisant des procédures correctement développées, qualifiées et
approuvées, ont démontré leur efficacité pour détecter les fissures d'hydrogène au niveau des
orteils, des selles et des branches. soudures de tuyaux. Des tests par ultrasons, des tests
radiographiques ou une combinaison des deux sont efficaces pour l'inspection volumétrique des
réparations de dépôt de soudure. Lors de la détermination des temps de retard appropriés avant
l'inspection de la fissuration par l'hydrogène, il faut tenir compte de la nature dépendant du temps
de la fissuration, ainsi que de la probabilité de fissuration de la soudure. Des temps de retard plus
longs réduisent les risques de fissuration après la fin de l'inspection. La probabilité de fissuration, et
donc l'importance de déterminer un temps de retard approprié, peuvent être minimisées en utilisant
des procédures de soudage plus conservatrices. Figure B.12-Selle d'encerclement 3 4 5 Autre
conception 1 2 REMARQUE Ceci est la séquence de soudage suggérée; à la discrétion de l'entreprise,
d'autres peuvent être suivis et les soudures circonférentielles, numéros 3 et 4, n'ont pas besoin
d'être faites. 116 NORME API 1104 B.6 Normes d'acceptabilité: CND (y compris visuel) Les normes
d'acceptabilité de la section 9 pour les imperfections localisées par CND devraient être appliquées
aux soudures en service. Pour la réparation par dépôt de soudure, la longueur de soudure est définie
comme la longueur de soudure maximale dans la direction d'orientation du défaut. B.7 Réparation et
élimination des défauts Les exigences de la section 10 concernant la réparation et l'élimination des
défauts doivent être appliquées aux systèmes en service.