Vous êtes sur la page 1sur 6

Chap2 : Les lois des circuits.

Items Connaissances Acquis


Loi d’additivité de l’intensité dans un circuit comportant une dérivation.
Loi d’unicité des tensions aux bornes de deux dipôles en dérivation.
Loi d’additivité des tensions dans un circuit série.
Tension et ordre des dipôles.
Notion de branche et de nœud.
Capacités.
C3.2.4 Lire une mesure.
C3.2.4 Estimer la précision d’une mesure.
C3.2.4 Optimiser les conditions de mesure.
Confronter le résultat au résultat attendu.
C3.1.3 Questionner, identifier un problème.
C3.1.3 Formuler une hypothèse.
C3.1.3 Mettre en œuvre un protocole expérimental.

I. Cas d’un circuit en série.

AE: Le chandelier électrique.

COM
V
L1 L2 L3 L1 L2 L3 L1 L2 L3

L1 L2 L3
Schémas V V V
COM COM COM

Mesures UG=12.14V UL1=4.07V UL2=4.06V UL3=4.03V

Observation : 4.07+4.06+4.03=12.1612.14 V (écart maxi de 0.04V)

Conclusion:
Le long d’un circuit en série, les tensions s’ajoutent.
La tension entre les bornes du générateur est égale à la
somme des tensions entre les bornes des autres dipôles:
c'est la loi d'additivité des tensions.

Remarques:
- Cette loi est valable quelque soit le nombre et le type
de dipôle utilisé.
- L’ordre des dipôles n’a pas d’importance.

Page 1 sur 6
Exercices :
10p120 : comprendre le fonctionnement d’un
appareil.
1. On doit alimenter l’ensemble sous une
tension de 12 V (10 × 1,2).
2. L’intensité du courant qui circule dans la
guirlande est alors de 0,3 A. 24p122 : Au supermarché
230 V indique la tension U d’utilisation de la
11p120 : Exploiter une photographie. lampe.
1. 60 W indique la puissance électrique P
consommée par la lampe.
P = U × I donc I = P/U = 60/230 = 0,26 A
(intensité de fonctionnement de la lampe).
1 watt = puissance reçue par un système
auquel est transférée régulièrement une
2. La relation est la suivante : 3,99 V + 1,96 V énergie de 1 joule par seconde. L’unité W est
= 5,95 V. l’unité de puissance électrique, nom donné à
3. La loi vérifiée est celle de l’additivité des la Conférence internationale des unités et
tensions le long d’un circuit série. étalons électriques tenue à Londres en 1908,
14p120 : Déterminer des tensions. en hommage à James Watt, ingénieur
1. L’intensité qui circule dans chaque lampe écossais né en 1736 et mort en 1819.
est égale à 0,15 A car les lampes sont 25p122 : promenade en VTT.
branchées en série. Il existe trois types principaux d’éclairage :
2. Les lampes sont identiques : la tension aux – les éclairages frontaux (sur casque) ;
bornes de chaque lampe est de 2 V (6/3). – les éclairages sur le guidon ;
3. La tension qui existe entre A et B est égale – les éclairages arrière.
à 4 V (2 + 2). Les causes de dysfonctionnement sont :
– pile usagée des éclairages frontaux ;
23p122 : Electrowoman – batterie de moins bonne qualité des
Nombre de DEL nécessaires : 9 V / 1,2 V = éclairages sur le guidon ;
7,5, donc 8 DEL seront placées en série selon – puissance moins importante des lampes
le schéma suivant : utilisées.

II. Cas d’un circuit comportant des dérivations.


COM
V
L1 L1
COM
V
L1 L1 L2
COM
V
Schémas L2 L2 L2 L3

L3 L3 L3

COM
V

UG=11.82V UL1=11.82V UL2=11.81V UL3=11.81V


Mesures

Page 2 sur 6
Observation : UG=UL1=UL2= UL3

Conclusion :
Les tensions entre les bornes de deux dipôles
branchés en dérivation sont égales :
c’est la loi d’unicité des tensions.

Exercices : Toutes les lampes ne sont pas en série (celles


13p120 Trouver les valeurs de tensions. en dérivation ne comptent qu’une fois !)

15p120 : Repérer une erreur.


La mesure fausse est celle de la tension aux
bornes de L2 : il devrait y avoir 2,1 V au lieu
de 1,6 V.

Le voltmètre V4 indique 5 V (comme V3) car


les lampes sont associées en dérivation
Le voltmètre V1 indique 9 V = 4 + 5.

AE : Les lumières de Monsieur Lux.


Ou activité2p111 : Pourquoi 2 lampes montées en dérivation brillent-elles normalement ?

COM

A L1 L1 L1
Schémas A
COM
L2 L2
L2

COM
A

Mesures IG=138,8mA IL1=92,9mA IL2=46,5mA

Observations : 92,9+46,5=139,4138,8mA
Conclusion:
Dans un circuit comportant des dérivations:
L’intensité du courant qui traverse la branche principale
(celle qui contient le générateur) est égale à la somme
des intensités dans les branches dérivées :
c’est la loi d’additivité des intensités.

Page 3 sur 6
Rappels :
Un nœud est un point de contact entre 3 dipôles.
Une branche est constituée par un ou plusieurs dipôles
montés en série entre deux nœuds.
Une boucle est une portion du circuit qui contient le
générateur.

Exercices : Rédaction type :


Données : IG = IL2 = 0,74A = 740mA
9p120 : Trouver les intensités de même IL1 = IM = 520mA
valeur IL3 = ?
Les ampèremètres A1 et A4 d’une part, A2 et Dans le circuit comportant des dérivations :
A5 d’autre part, indiquent la même intensité L3 est en dérivation avec l’ensemble (L1,
car ils appartiennent à la même branche. moteur).
Donc :
16p120 : Indication d’un ampèremètre IG = IL1 + IL3
1. La seule lampe en série avec IL3 = IG – IL1
l’ampèremètre est L3 : elle est traversée par IL3 = 740 – 520
un courant de même intensité que celle IL3 = 220mA
mesurée par l’ampèremètre.
2. Si on ouvre l’interrupteur, L2 s’éteint et L1 19p120 : Technique automobile
et L3 sont traversées par un courant de même 1. La tension de la batterie utilisée est égale à
intensité que celle mesurée par 12 V.
l’ampèremètre. 2. Les lampes sont branchées en dérivation et
la batterie débite un courant d’intensité
17p120 : Fonctionnement de dipôles. égale à : 2 × 3,8 + 0,4 + 4 × 0,6 + 0,1 = 10,5 A.
1. I moteur = 520 mA (le moteur est en série
avec L1). 20p121 : un montage de vérification
2. (Solution p220)

– 2e, 3e et 4e lignes : l’intensité augmente


21p121 : Prévisions de mesures. dans la branche principale quand le nombre
de branches dérivées augmente mais les
intensités dans les branches dérivées restent
les mêmes quand l’interrupteur est fermé.

– 1re ligne : quand un interrupteur est


ouvert, le courant ne circule pas dans cette
branche.

Page 4 sur 6
III. Bilan.
INTENSITÉ TENSION

Du courant qui traverse un dipôle. Entre les bornes d’un dipôle.

Mots « clé »

Courant, circulation, débit. Différence entre deux points.

Elle mesure

CE QUI CIRCULE. CE QUI FAIT CIRCULER.

Unité

Ampère, A. Volt, V.

Appareil de mesure

Ampèremètre qui se branche en série. Voltmètre qui se branche en dérivation.

Important

Le courant ne fait que traverser un dipôle. C’est le générateur qui est responsable de la
L’intensité reste donc le même avant et tension dans un circuit.
après un dipôle. Il n’y a pas de tension (différence) entre
deux points reliés par un fil conducteur.

Circuit série

L’intensité du courant est la même en tout Le long d’un circuit série, les tensions
point du circuit. s’ajoutent. La tension entre les bornes du
générateur est égale à la somme des
tensions entre les bornes des autres dipôles.

Circuit dérivation

L’intensité du courant qui traverse la Les tensions entre les bornes de deux
branche principale est égale à la somme des dipôles branchés en dérivation sont égales.
intensités dans les branches dérivées.

Remarques:
Plus on ajoute de dipôles en dérivation dans un circuit, plus l’intensité du courant
dans la branche principale (fourni par le générateur) augmente.

Si dans un circuit, on ajoute ou enlève un dipôle, les valeurs des intensités


et des tensions changent mais les lois demeurent.
Page 5 sur 6
Page 6 sur 6