Vous êtes sur la page 1sur 10

A. Rappel : les Liquides Organiques – JIN YE

Les liquides organiques, où fluides corporels, représentent l'un des principaux composants du corps, une expression fondamentale de la substance vivante. Ils sont reliés à toutes les fonctions de l'organisme ; on les trouve en tous lieux, dans une interaction constante avec les souffles.

L'expression jin ye recouvre l'ensemble des liquides organiques, à l'exception du sang. Ils comprennent les sucs et les sécrétions (sucs gastriques, intestinaux …), les liquides des articulations (synovie), les liquides céphalo-rachidiens, les liquides des orifices (pleurs, morves, salives), les urines, la sueur, le sperme, les liquides interstitiels, tous les liquides du tissu conjonctif …

Ils revêtent de multiples formes, des liquides très denses aux vapeurs subtiles qui imbibent doucement les masses les plus compactes. Ils renouvellent la moelle, irriguent les chairs, lubrifient la peau et les poils ; ils montent et descendent en suivant les circulations des souffles ; ils imprègnent en permanence les lieux qu'ils remplissent.

1. Formation des Liquides Organiques :

Ils proviennent des aliments et des boissons. Ceux-ci sont transformés et séparés par la Rate ; la partie « pure » monte de la Rate au Poumon, qui en diffuse une partie à la peau et fait descendre l'autre au Rein. La partie « impure » descend dans l'Intestin Grêle où, une fois encore, elle est séparée en fraction pure et fraction impure.

La partie pure issue de cette deuxième séparation va à la Vessie, et la partie impure va au Gros Intestin, où une partie de l'eau est alors réabsorbée.

La Vessie , elle aussi, transforme et sépare encore les liquides qu'elle reçoit en fraction pure et fraction impure. La partie pure monte et va à l'extérieur du corps où elle donne de la transpiration. La partie impure descend et elle est transformée en urine.

2. Relations avec les Organes Internes :

La Rate : elle contrôle la première transformation et la première séparation en fraction pure et fraction impure. Elle contrôle également le sens de la circulation des parties pures et des parties impures. Pour cette raison on traite toujours la Rate dans les troubles des Liquides Organiques.

Les Poumon : ils contrôle la diffusion, sous la peau, de la fraction pure des Liquides Organiques qui viennent de la Rate. Il fait aussi descendre une partie des liquides au Rein et à la Vessie.

Le Rein : il vaporise une partie des liquides qu'il reçoit et l'envoie au Poumon, afin de l'humidifier et de le préserver de la sécheresse. De plus, le Yang du Rein contrôle de nombreux stades de la transformation des liquides : il fournit à la Rate la chaleur indispensable à la transformation des Liquides Organiques, il aide l'Intestin Grêle dans sa fonction de séparation des Liquides organiques en fraction pure et fraction impure, il fournit à la Vessie le Qi nécessaire à sa fonction de transformation, il aide le Triple Réchauffeur à transformer et à excréter les liquides.

La Vessie : elle sépare les liquides qu'elle reçoit en fraction pure et fraction impure, et elle excrète l'urine grâce à la fonction de transformation du Qi.

Le Triple Réchauffeur : Le Réchauffeur Supérieur aide la Rate à faire monter les liquides et le Poumon à les diffuser sous la peau. Le Réchauffeur Moyen aide l'Estomac à brasser les liquides et à en faire descendre la partie impure. Le Réchauffeur Inférieur aide l'Intestin Grêle, la Vessie et le

Rein à transformer, séparer et excréter les liquides.

3. Différenciation des Liquides Organiques :

Les fluides (Jin) : Le caractère jin a le sens usuel de gué, l'endroit où une eau claire et peu profonde circule vivement entre les pierres. Clairs, légers et aqueux, les jin circulent rapidement avec le Qi Protecteur dans l'espace compris entre la peau et les muscles. Ils sont sous le contrôle du Poumon qui les diffuse à la peau et à tout le corps, et du Réchauffeur Supérieur qui contrôle leur transformation et leur acheminement vers la peau. Leur fonction est d'humidifier et, partiellement, de nourrir la peau et les muscles. Ce sont ces fluides qui sont exsudés. Ils se manifestent aussi sous forme de larmes, de salive et de mucus. Ils fluidifient aussi le Sang et l'empêchent de stagner. Les Cinq fluides sont les cinq sortes de liquides corporels, liés à chacun des cinqs zang : sueur liée au coeur, morves ou sécrétions nasales au poumon, larmes au foie, salive à la Rate, crachats aux reins.

Les Liquides (Ye) : Le caractère ye a le sens usuel de sécrétion, jus, mouiller, tremper, faire tremper, liquifier, se liquifier. Un liquide profond et épais, troubles, lourds et denses, qui imbibe et imprègne. Ils circulent à l'intérieur avec le Qi Nourricier ying qi et ils ont une affinité naturelle avec le jing ; Ils sont les plus riches des liquides corporels et ils humidifient, imprègnent et nourrissent le cerveau, la moelle épinière, la moelle osseuse, le sperme, les articulations et les organes des sens. Ils sont sous le contrôle de la Rate et du Rein pour ce qui est de leur transformation, et du Réchauffeur Moyen pour ce qui est de leur circulation et de leur excrétion.

B. Identication des tableaux pathologiques selon les Liquides Organiques :

1. Insuffisance des Liquides Organiques :

Les manifestations cliniques comprennent une sécheresse de la peau, de la bouche et du nez, une toux sèche, des lèvres sèches et une langue sèche.

Les Liquides Organiques font partie du Yin et leur insuffisance entraîne toujours des pathologies de type sécheresse.

Si un Vide de Yin dure longtemps, les Liquides Organiques, à leur tour, deviennent insuffisants.

L'insuffisance des Liquides Organiques peut aussi être due à des facteurs alimentaires :

consommation excessive d'aliments desséchants comme les aliments cuits au four, ou repas irréguliers.

Elle peut aussi provenir de pertes de liquides importantes et prolongées, comme dans les transpirations profuses, par exemple dans le cas d'une maladie fébrile, les vomissements ou les diarrhées.

L'insuffisance de Liquides Organiques peut aussi provenir de pertes de Sang considérables :

accouchement, ménorragie.

Un Vide de Sang chronique peut aussi être responsable de la sécheresse et de l'insuffisance de Liquides Organiques.

Au niveau du Poumon, les principaux symptômes sont la peau sèche et la toux sèche.

Au niveau de l'Estomac, source des liquides, les symptômes principaux sont une langue sèche avec des fissures horizontales, et une bouche sèche mais sans désir de boire ou avec envie de boire par

petites gorgées.

Au niveau du Rein, on retrouvera des mictions peu abondantes, une bouche sèche la nuit et une gorge sèche.

Au niveau du Gros Intestin il s'agira de selles sèches.

2. Stase des Liquides Organiques : Oedèmes (shui)

Du point de vue de la médecine chinoise, l'oedème vient d'une fuite des liquides, qui quittent leurs voies normales dans l'espace compris entre la peau et les muscles.

Dans la médecine moderne, les shuizheng comprennent les néphrites aigues ou chroniques, les défaillances cardiaques, les cirrhoses hépatiques, des affections endocriniennes et la malnutrition.

Dans les oedèmes, il faut surtout explorer les organes responsables du métabolisme de l'eau dans l'organisme, c'est à dire le poumon qui est le réservoir des liquides et les abaisse, la rate qui les produit et les fait monter, et le rein qui est la source de l'eau. On distingue deux grandes causes : les causes externes qui donnent des maladies de type plénitude et les causes internes qui donnent des oedèmes de type vide.

L'oedème provient d'un Vide de Rate, du Poumon, du Rein, ou des trois ensemble. Les liquides Organiques ne sont pas transformés correctement, ils sortent alors des vaisseaux et s'installent dans l'espace situé sous la peau.

Dans les oedèmes plénitude, il peut s'agir d'une attaque de vent pervers d'origine externe, souvent sur un terrain de vide du poumon. En cas de Vide de Qi du Poumon, l'oedème affecte la partie supérieure du corps, le visage et les mains. Il prend le godet. S'ajoutent des signes de vent avec céphalées, vertiges, douleurs articulaires, fièvre avec crainte du vent, sensation de froid, toux, gorge enflée, rouge et douloureuse. C'est une attaque de la superficie par le vent qui s'étend au poumon et bloque son action d'abaissement des liquides. S'il n'y a pas de transpiration, l'eau s'accumule en haut et en surface, se répandant entre chair et peau.

Sur le plan thérapeutique, il faut disperser le vent pour libérer l'extérieur, favoriser la fonction de diffusion et d'abaissement du poumon, régulariser la voie de l'eau pour éliminer l'oedème :

V13 : disperse le vent du poumon et libère sa fonction d'abaissement.

7P et 4GI : association qui évacue le pervers en surface.

TR5 : disperse le vent externe.

6GI et 7GI : libèrent la surface.

DM26 : réduit l'oedème de la face.

RA9 : disperse l'humidité.

RM9, E28, V22 : régularisent la voie de l'eau en favorisant sa transformation et son élimination.

V39 : régularise la voie de l'eau (oedème sous lombaire).

D'autres oedèmes plénitude existent, moins courant, en rapport d'une part avec des invasions par l'humidité-froid (oedème généralisé, signe du godet, oligurie, fatigue avec sensation de pesanteur et de lourdeur du corps, poitrine oppressée, envie de vomir, enduit lingual gras) correspondant à une humidité nocive qui entrave la circulation du souffle et du sang, et d'autre part des invasions par l'humidité chaleur (oedème généralisé, pas de signe du godet, sensation de gonflement et d'oppression thoraco-abdominale, fièvre avec irritation et agitation anxieuse, peau humide, brillante, lumineuse, oligurie, selles sèches ou pateuses, enduit lingual jaune gras) correspondant à une accumulation d'humidité dans le corps avec transformation en chaleur. Nous reverrons les invasions par l'humidité dans le chapitre 5.

En cas de Vide de Qi de Rate, l'oedème affecte la partie médiane du corps, comme l'abdomen ( ascite) et les membres. Il prend le godet. Le visage est flétri, l'esprit endormi, fatigué, le corps et les membres sont froids. Anorexie, oligurie, selles non agglomérées, la langue est pâle, l'enduit blanc et glissant, le pouls profond et lent. La rate ne peut plus élever les liquides organiques qui s'accumulent au réchauffeur moyen et se répandent en oedème.

Sur le plan thérapeutique, il faut tonifier le yang de rate pour transformer-transporter l'eau, ce qui réduit l'oedème, et régulariser la voie de l'eau pour compléter l'élimination de l'oedème.

V20, E36 : tonifient le yang de rate.

RM9, E28, V22 : régularisent la voie de l'eau.

En cas de Vide de Yang des Reins, l'oedème affecte la partie inférieure du corps, comme les jambes et les chevilles. Il prend le godet. Le visage est gonflé, de couleur rouge brillant. Les lombes sont douloureuses, les genoux lourds ; la vitalité est faible, le malade parle peu et d'une voix basse, il mange peu. Les selles sont collantes et pateuses. Il y a oligurie, les urines sont épaisses. L'esprit est fatigué et craintif. Le malade aime la chaleur et la crainte du froid est améliorée par la chaleur. La langue est pâle, grosse, l'enduit lingual est blanc glissant. Le pouls est profond. Les reins perdent le contrôle de l'ouverture et de la fermeture de la vessie, ce qui provoque une stagnation de l'eau, et des oedèmes.

Sur le plan thérapeutique, il faut tonifier le yang des reins pour transformer et éliminer l'eau, ce qui réduit l'oedème.

V23, RE3, RE7, RM4, RM8 : tonifient le yang des reins.

RM9, E28, V22 : régularisent la voie de l'eau.

D'une manière plus générale, en ce qui concerne le traitement des oedèmes, on retiendra quelques points importants :

RA9, V20, RE3, RM8, RM9

3. Glaires (Tan) :

Il s'agit d'un concept très important en médecine chinoise d'autant que les Glaires se rencontrent très fréquemment en pratique clinique. Elles représentent à la fois une pathologie et un facteur étiologique, ainsi, des Glaires persistantes peuvent devenir un facteur de maladie.

Quand les liquides ne sont plus correctement transformés et transportés par les souffles, ils se pervertissent, deviennent pathologiques et pathogènes. Quand les liquides ne sont plus incorporés,

c'est à dire intégrés au fonctionnement de la vie, ils forment les glaires : flegmes, oedèmes, amas et masses, nodosités et tumeurs, carcinomes …

Tous les agents pathogènes peuvent être actifs : sentiments, climat, alimentation. S'ils provoquent un dysfonctionnement dans la production, la formation, la répartition, la distribution ou l'élimination des liquides corporels, dans leur maintien constant dans l'état approprié et le mouvement convenable, alors il y a formation de liquides pathologiques appelés « glaires ».

Les Glaires sont un facteur pathogène Yin qui lèse le Yang.

Les Glaires sont collantes et bloquent le mécanisme du Qi.

Les Glaires engendrent des masses.

Les Glaires, toujours changeantes, bougent et circulent.

Les Glaires entretiennent souvent les stases de Sang.

Les Glaires sont à l'origine de nombreuses maladies et de nombreuses maladies comportent des Glaires.

Les Glaires endommagent facilement l'Estomac et la Rate.

La principale cause de formation de Glaires est le Vide de Rate. Le Poumon et les Reins jouent aussi un rôle.

Les principales manifestations cliniques des Glaires sont une sensation d'oppression dans la poitrine, des nausées, une sensation de lourdeur, une sensation de brouillard dans la tête et des sensations vertigineuses. Le corps de langue est gonflé, avec un enduit collant ; le pouls est glissant ou en Corde.

Les autres signes, concernant les Glaires chroniques sont : manque d'éclat des yeux, orbites oculaires de couleur sombre, petites gerçures qui suintent au coin de l'oeil, teint cireux, corps gonflé, visage bouffi, obésité, peau grasse, transpiration des organes génitaux externes, des aisselles ou des paumes des mains et des plantes des pieds, doigts et orteils hypertrophiés, pouces épais.

On note deux types de Glaires : les Glaires « matérielles » et les Glaires « immatérielles ».

Les Glaires matérielles sont visibles, comme les mucosités qui s'accumulent dans le Poumon et sont expectorées sous forme de crachats dans les bronchopathies par exemple.

Les Glaires immatérielles restent sous la peau ou dans les méridiens :

Les Glaires sous la peau prennent la forme de nodules sous cutanés, de gonflement des ganglions nerveux et lymphatiques, d'augmentation de volume de la thyroide, de certains fibromes et lipomes.

Les Glaires dans les méridiens provoquent des engourdissements, elles sont courantes chez les personnes âgées et fréquemment présentes dans les attaques de Vent.

Les Glaires qui obstruent le Coeur : en obstruant les orifices du Coeur, elles troublent l'esprit. Il en résulte différentes formes de maladies mentales (névroses et psychoses) et de l'épilepsie.

Les Glaires dans la Vésicule Biliaire ou le Rein : elles prennent la forme de calculs.

Les Glaires dans les articulations : les déformations osseuses que l'on trouve dans la polyarthrite rhumatoide sont considérées comme des formes de Glaires.

Les Glaires se combinent facilement avec d'autres facteurs pathogènes. On peut donc différencier les Glaires selon leur nature :

Les Glaires-Humidité : essentiellement dans les tableaux pathologiques du Poumon. Elles se traduisent par des expectorations très abondantes, blanches et aqueuses, relativement faciles à expectorer, une sensation de plénitude dans la poitrine et l'épigastre, des nausées, une bouche pâteuse, une absence de soif, une langue gonflée avec un enduit collant, un pouls glissant.

Les Glaires-Chaleur : touchant surtout le Poumon, l'Estomac ou le Coeur. On retrouvera des expectorations jaunes et collantes, une sensation d'oppression dans la poitrine, des nausées, un visage rouge, une bouche sèche, de l'agitation, une langue rouge et gonflée avec un enduit jaune et collant, un pouls rapide et glissant.

Les Glaires-Froid : cette forme se rencontre dans les tableaux pathologiques de l'Estomac ou du Poumon. Les manifestations associent des expectorations blanches et aqueuses, une sensation de froid dans la poitrine, des membres froids, des nausées, une langue pâle et gonflée avec un enduit blanc et humide, un pouls profond, glissant et lent.

Les Glaires-Vent : on va les retrouver dans les attaques de Vent. Elles provoquent des sensations vertigineuses, des nausées, des vomissements, un engourdissement des membres (essentiellement unilatéral), de la toux avec expectorations et raclements de la gorge, une aphasie, une langue gonflée et déviée avec enduit collant, un pouls en corde.

Les Glaires-Qi : généralement associée à une stagnation de Qi dans la gorge en rapport avec des problèmes émotionnels qui ont entrainé une stagnation du Qi du Foie, ou qui en découlent. La manifestation est une sensation de gonflement au niveau de la gorge « syndrome du noyau de prune », des difficultés de déglutition, une sensation de plénitude au niveau de la poitrine et du diaphragme, de l'irritabilité, des sautes d'humeur, de la dépression et un pouls en corde.

« dans les cas étranges, traiter les Glaires »

4. Mucosités (Yin) :

Il s'agit d'une autre forme de Glaires, que l'on peut qualifier de « Glaires-Liquides ».

Ce sont des Glaires matérielles qui se caractérisent par des mucosités blanches très fluides et très aqueuses. On peut même les entendre remuer dans le corps.

Elles se subdivisent en quatre catégories :

Yin dans l'Estomac et les Intestins : tan yin, ce qui signifie « glaires et liquides ». Elles se traduisent par une sensation de plénitude et de distension abdominale, des vomissements aqueux, une langue et une bouche sèches sans désir de boire, des gargouillis dans l'Estomac, une sensation de plénitude de la poitrine, des selles molles, une perte de poids, un pouls profond et glissant, voire en corde, une langue gonflée avec enduit collant.

Yin dans les hypochondres : xuan yin, « liquides suspendus ». On retrouve une douleur des hypochondres qui augmente avec la toux et la respiration, une sensation de distension des hypochondres, de l'essoufflement, un enduit lingual collant, un pouls en corde et profond.

Yin dans les membres : yi yin, « liquides débordants ». Il s'agit d'une sensation de lourdeur du corps, des douleurs musculaires, une absence de transpiration, une absence de désir de boire, une toux avec des expectorations blanches, un enduit lingual blanc et collant, un pouls en corde.

Yin dans les Poumons et les bronches : zhi yin, « liquides qui poussent ». Elles se traduisent par de la toux, de l'asthme, des oedèmes, des sensations vertigineuses, des expectorations blanches et abondantes, un enduit lingual blanc, épais et collant, un pouls en corde. L'exposition au Froid aggrave les symptômes.

En ce qui concerne le traitement des mucosités, on retientra quelques points :

RA9, V20, RM3

5. L'Humidité :

Il s'agit d'un facteur pathogène Yin, et elle a tendance à léser le Yang. Le terme revoie non seulement au temps humide, mais aussi à des situations liées à l'humidité, comme vivre dans un endroit humide, porter des vêtements mouillés, patauger dans l'eau, travailler dans des lieux humides ou rester assis sur un sol humide.

Les caractéristiques sont qu'elle est lourde, sale et collante.

Les manifestations cliniques sont variées et on pourra retrouver, en fonction de la localisation :

Tête : sensation de lourdeur et de brouillard, céphalée frontale sourde.

Yeux : paupières gonflées et rouges, écoulement de liquide, orgelets.

Bouche : aphtes sur les gencives, lèvres gonflées et rouges.

Estomac et Rate : sensation de plénitude dans l'épigastre, sensation de plénitude aprés les repas, bouche pâteuse, selles molles, manque d'appétit, pouls mou.

Vésicule Biliaire : douleur et plénitude des hypochondres.

Vessie : mictions difficiles et douloureuses, urines troubles.

Utérus : difficultés à concevoir, sécrétions vaginales excessives, saignements ou douleur en milieu de cycle.

Intestins : selles molles avec du mucus, douleur et plénitude abdominales.

Rein : urines troubles ou mictions difficiles.

Foie : plénitude, distension et douleur, jaunisse.

Réchauffeur Inférieur : écoulements vaginaux excessifs, règles douloureuses, difficultés à

concevoir, urines troubles, mictions difficiles et douloureuses, transpiration ou eczéma du scrotum, eczéma génital, démangeaisons génitales.

Peau : vésicules (humidité sans chaleur), papules (chaleur-humidité avec prédominance de l'humidité), transpirations grasses, toute lésion de la peau avec suitement.

Articulations : syndrome BI avec articulations gonflées et douloureuses.

Méridiens de communication : engourdissement et perte de sensations.

L'Humidité peut être Externe où Interne.

Externe, elle correspond alors à une invasion par un facteur pathogène, avec trois formes possibles :

Une invasion d'Humidité qui peut affecter la Vessie, Les Intestins, L'Estomac, l'Utérus et la Vésicule Biliaire. Une invasion d'Humidité dans les méridiens qui entraine un syndrome BI d'obstruction douloureuse dans les méridiens ou les articulations à son stade aigue. Une invasion de Chaleur-Humidité dans la couche du Qi protecteur, qui se traduit par de la fièvre et une crainte du froid.

Interne, elle provient d'un Vide de Rate. Elle peut être aigue ou chronique. Aigue, elle implique la Chaleur-Humidité dans la couche du Qi, avec des épisodes aigus de la pathologe chronique. Chronique, elle peut impliquer les Organes Internes, les méridiens et la peau.

Sur la plan thérapeutique, en cas d'humidité, il faut disperser l'humidité, tonifier la rate et l'estomac pour les aider à chasser l'humidité, régulariser la voie de l'eau pour éliminer l'oedème.

RA9, RA6 : réduisent l'humidité.

V20, V21, RM12, E36 : tonifient la qi de rate et estomac.

RM6 : tonifie le qi des reins.

RM9, V22, E28 : régularisent la voie de l'eau.

En cas de chaleur-humidité, il faut disperser la chaleur-humidité et régulariser la voie des eaux.

GI11 : disperse la chaleur-humidité.

RA9, RA6 : réduisent l'humidité et la chaleur.

RM9, V22, E28 : régularisent la voie de l'eau.

E44 : rafraichit la chaleur de l'estomac et disperse la chaleur humidité.

TR6 : mobilise l'eau et rafraichit la chaleur.

6 . Différences entre l'Humidité et les Glaires :

L'Humidité peut être d'origine externe ou interne, alors que les Glaires ne peuvent provenir que d'un déséquilibre interne.

L'Humidité interne viens principalement d'une altération des fonctions de la Rate qui ne transforme et ne transporte plus les Liquides Organiques, alors que la formation des Glaires peut aussi être le fait du Poumon ou du Rein.

L'Humidité affecte essentiellement la partie inférieure du corps, alors que les Glaires touchent principalement les parties moyenne et supérieure.

L'Humidité au niveau de la tête entraine une sensation de lourdeur alors que les Glaires provoquent aussi des vertiges.

Les Glaires peuvent « obscurcir » le Shen et provoquer des troubles mentaux, l'Humidité jamais.

Les Glaires peuvent s'installer dans les méridiens et sous la peau, où elle provoquent l'apparition de gonflements et de boules, alors que l'Humidité touche surtout les Organes Internes, la peau ou les articulations.

L'Humidité interne ne peut provenir que d'un dysfonctionnement de Rate, alors que les Glaires peuvent aussi naitre de l'action du Feu, qui condense les Liquides Organiques.

L'Humidité affecte surtout les organes Yang, et la Rate (Yin)

Les Glaires affectent surtout les organes Yin, et l'Estomac (Yang)

Les Glaires sont lourdes mais pas collantes ni sales comme l'Humidité, et elles n'ont pas tendance à descendre.

L'Humidité ne se combine qu'au Froid ou la Chaleur, les Glaires avec chaque facteur pathogène.

Les Glaires peuvent peuvent prendre la forme de Mucosités, l'Humidité a une forme unique.

Pour ce qui est du traitement par acupuncture, on utilise surtout le méridien de la Rate pour éliminer l'Humidité, et le méridien de l'Estomac pour dissoudre les Glaires.

L'Humidité peut être aigue ou chronique, alors que les Glaires ne peuvent être que chroniques (sauf invasion de Vent devenant interne et touchant le Poumon).

BIBLIOGRAPHIE

KESPI J-M., ANDRES G., DE L'HOMME G., EYSSALET J.-M., GUILLAUME G., et REMPP C. - Examen clinique et sémiologie traditionnelle. - Encycl. Méd. Nat. (Paris, France), Acupuncture et Médecine traditionnelle chinoise, IA-6, 12-1989, 38p.

BOSSY J. et GUEVIN F. - Nosologie traditionnelle. - Encycl. Méd. Nat. (Paris, France), Acupuncture et Médecine traditionnelle chinoise, IA-7, 12-1989, 31p.

ROCHAT DE LA VALLEE E. Liquides corporels Jin Ye. - Les 101 notions-clés de la Médecine chinoise – Guy Trédaniel Editeur (Paris, France), 2009, 338p.

HUANGFU MI. Trad. MILSKY C. et ANDRES G. Les 5 sortes de liquides organiques jin ye. - Zhenjiu jiayi jing – Guy Trédaniel Editeur (Paris, France), 1-I-13, 2004, 845p.

MACIOCIA G. - Les principes fondamentaux de la Médecine chinoise – Elsevier Masson, 2008.

1286p.

HAWAWINI R. - Oedèmes. - Exposé didactique de pathologies en acupuncture chinoise – You- Feng Editeur (Paris, France), 2005, 437p.

SIONNEAU P, - Acupuncture les points essentiels – Guy Trédaniel éditeur (Paris, France), 2000,

856p,