Vous êtes sur la page 1sur 107

Chronologie égyptienne synchronisée

Résumé: La chronologie égyptienne actuelle est reconstituée à partir des durées de règne des 31
dynasties et est ancrée grâce à quelques levers héliaques de Sirius. Les dates carbone-14 permettent de fixer
cette chronologie sur la période 1550-1000 à +/- 20 ans. L'alignement astronomique de plusieurs
pyramides sert à ancrer la IVe dynastie (2523-2385) et les nombreux synchronismes avec la chronologie
mésopotamienne synchronisée1 permettent d'ancrer la majeure partie appartenant au 2e millénaire avant
notre ère. Les levers sothiaques et les jours lunaires datés dans le calendrier civil, ainsi que les doubles dates
(civile et lunaire), servent à ancrer à +/- 1 an cette chronologie égyptienne synchronisée. La reconstitution
est effectuée en partant de la XXVIe dynastie (663-525), la plus facile à dater, puis en remontant vers la
plus ancienne datable: la IIIe dynastie (2597-2523). Deux méthodes de datation absolue (actuellement
mal maîtrisées par les égyptologues) sont étudiées en annexe: le "Fonctionnement du calendrier lunaire
égyptien" et la "Datation à partir des levers héliaques de Sirius".

La reconstitution de la chronologie égyptienne2 repose sur une masse de documents


lacunaires et hétéroclites. Elle dépend de quelques listes dont les plus importantes sont
celles de Manéthon, du Canon royal de Turin et de la Pierre de Palerme. Cette chronologie
relative est ensuite calibrée par les documents datés des règnes et par les généalogies3. Cette
reconstitution se heurte à deux difficultés: 1) plusieurs périodes, parfois de longue durée,
sont difficiles à fixer à cause d'une absence de synchronisme et 2) il y a trois périodes
intermédiaires particulièrement obscures et confuses.
Certains égyptologues (très minoritaires) s'appuient sur ces lacunes pour décaler la
chronologie "classique" de plusieurs dizaines d'années, voire de plusieurs siècles, en la
reconstituant à partir de la généalogie des architectes royaux et en supposant une durée
moyenne de 20 ans par génération. Les synchronismes sont réinterprétés en supposant une
confusion d'homonymes (distingués par des numéros). David Rohl4, par exemple, propose
d'abaisser l'accession de Chéchanq Ier de -935 à -776, soit un écart de 159 ans, et celle de
Ramsès II de -1279 à -936, soit un abaissement de 343 ans par rapport à la chronologie
"classique". Ces écarts considérables montrent que la chronologie égyptienne actuelle reste
contestée, même par des spécialistes.
Si les datations obtenues par le 14C (calibré par la dendrochronologie) restent encore
imprécises, elles fixent cependant (en 2010) des valeurs à +/- 20 ans sur la période 1550-
1000, à +/- 30 ans sur la période 2200-1500 et à +/- 50 ans sur la période 2700-2200 avec
un taux de confiance de 95 % (1 !)5. De plus, un effet saisonnier peut vieillir ces valeurs
d'environ 20 ans (en fait de 14 à 27 ans). Malgré ces imprécisions, qui ne permettent donc
pas de départager les différentes versions de la chronologie "classique", le tableau ci-après
montre toutefois que les dates obtenues sont en bon accord avec celles de la Chronologie
égyptienne synchronisée, les écarts restant compris dans la fourchette d'erreurs des mesures
par le 14C, sauf pour les dates avant -1500 qui comportent un vieillissement moyen
d'environ 25 ans avant -1500, puis d'environ 100 ans avant -2200.
1 R. PRUZSINSKY – Mesopotamian Chronology of the 2nd Millennium B.C.
Wien 2009 Ed. Österreichischen Akademie der Wissenschaften pp. 17-104.
2 P. VERNUS, J. YOYOTTE - Dictionnaire des pharaons

Paris 1998 Éd. Noésis pp. 45-48.


3 C. BENNETT – Genealogy and the Chronology of the Second Intermediate Period

K. J ANSEN-WINKELN – The Relevance of Genealogical Information for Egyptian Chronology


in: Ägypten und Levante 16 (2006) pp. 231-244, 257-273.
4 D. ROHL – A Test of Time

London 1995 Ed Century pp. 137-145, 379-384.


5 C.B. RAMSEY, M.W. DEE, J.M. ROWLAND, T.F. G. HIGHAM, S.A. H ARRIS, F. BROCK, A. QUILES, E.M. WILD, E.S. MARCUS , A.J.

SHORTLAND - Radiocarbon - Based Chronology for Dynastic Egypt in: Science Vol 328 (10 june 2010) pp. 1554-1557.
http://www.sciencemag.org/cgi/data/328/5985/1554/DC1/1
2 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Les dates d'accession obtenues à la fois par le 14C et par l'astronomie (dates en
caractères gras), ainsi que leurs écarts, ont été surlignés:
XVIIIe dynastie Accession erreur Durée du règne Dates du règne, selon écart
selon le 14C +/- (classique) la Chronologie synchronisée
1 Ahmosis -1557 13 25 ans 4 mois 04/1530-07/1505 +27
2 Amenhotep Ier -1532 13 20 ans 7 mois 08/1505-02/1484 +27
3 Thoutmosis Ier -1511 13 12 ans 9 mois 02/1484-11/1472 +27
4 Thoutmosis II -1499 12 3 ans 08/1472-07/1469 +27
[-Hatshepsout] -1480 12 [21 ans 9 mois] [08/1472-04/1450] +8
5 Thoutmosis III -1486 12 53 ans 11 mois [08/1472-03/1418] +14
/[Amenhotep II] [2 ans 4 mois] [11/1420-03/1418]
6 Amenhotep II -1434 11 25 ans 10 mois 04/1418-02/1392 +16
7 Thoutmosis IV -1407 11 9 ans 8 mois 02/1392-10/1383 +15
8 Amenhotep III -1397 11 37 ans 10 mois 10/1383-07/1345 +14
/[Amenhotep IV] -1359 [11 ans 5 mois] [03/1356-07/1345]
Akhenaton 11 5 ans 2 mois 08/1345-10/1340
9 Semenkhkaré -1345 11 1 an 4 mois 10/1340-02/1338 +5
10 -Ankhkhépérouré 11 2 ans 1 mois 02/1338-03/1336
11 Toutankhamon -1342 11 9 ans 8 mois 03/1336-10/1327 +6
12 Aÿ -1333 11 4 ans 1 mois 10/1327-11/1323 +6
13 Horemheb I [ancien régent] -1330 11 14 ans 11/1323-11/1309 +7
Horemheb II [pharaon] 13 ans 2 mois 12/1309-01/1295
XIXe dynastie
1 Ramsès Ier -1302 12 1 an 4 mois 01/1295-05/1294 +7
2 Séthy I er -1302 12 11 ans 06/1294-06/1283 +8
3 Ramsès II -1285 12 67 ans 2 mois 06/1283-07/1216 +2
4 Merenptah -1219 12 9 ans 3 mois 08/1216-10/1207 +3
5 Séthy II -1206 12 5 ans 11/1207-10/1202 -1
6 [Amenmès] -1209 12 [4 ans] [04/1206-03/1202] +3
7 Siptah -1200 12 6 ans 11/1202-10/1196 -2
Siptah-Taousert / [Setnakht] -1194 12 1 an 6 mois 11/1196-04/1194 -2
XXe dynastie
1 Sethnakht -1192 12 3 ans 5 mois 11/1196-03/1192 -4
2 Ramsès III -1189 13 31 ans 1 mois 04/1192-04/1161 -3
3 Ramsès IV -1158 13 6 ans 8 mois 05/1161-12/1155 -3
4 Ramsès V -1152 13 3 ans 2 mois 01/1154-02/1151 -2
5 Ramsès VI -1148 13 7 ans 03/1151-02/1144 -3
6 Ramsès VII -1140 13 7 ans 1 mois 03/1144-03/1137 -4
7 Ramsès VIII -1133 13 3 mois ? 04/1137-06/1137 -4
8 Ramsès IX -1130 13 18 ans 4 mois 07/1137-10/1119 -7
9 Ramsès X -1112 13 2 ans 5 mois 11/1119-03/1116 -7
10 Ramsès XI -1103 13 26 ans 1 mois ? 04/1116-04/1090 -13
XXIe dynastie
1 Smendès -1073 13 26 ans 1090-1064 -17
2 Amenemnésout -1046 13 4 ans [1064-1060] -18
3 Psousennes Ier -1042 13 46 ans 1064-1018 -24
4 Aménémopé -997 13 9 ans 1018-1009 -21
5 Osorkon l'Ancien -989 13 6 ans 1009-1003 -20

Les mesures par le 14C impliquent un vieillissement significatif des dates d'environ
27 ans avant -1500 et un rajeunissement non significatif de 20 ans entre -1100 et -1000. Ce
rajeunissement est non signaficatif car il est inclus dans la fourchette d'erreurs (Ramsès X,
par exemple, aurait régné 9 ans au lieu de 2).
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 3

IIe dynastie Accession erreur Durée du règne Dates du règne, selon écart
selon le 14C +/- la Chronologie synchronisée
1 Hotepsekhemouy
2 Nebrâ/ Râneb
3 Nynetjer
4 Ouneg(nebty)
5 Sened
6 Neferkarâ
7 Neferkasokar
8 Khâsekhemouy 2679 46 [17 ans?] [2631-2614] +68
IIIe dynastie
1 Djoser 2658 33 29 ans 2614-2585 +44
2 Sekhemkhet (Djoser-Téti) 2641 32 6 ans 2585-2579 +56
3 Nebka[râ]/ Sanakht 19 ans 2579-2560
4 Khâba 6 ans 2560-2554
5 Houni 24 ans 2554-2530
IVe dynastie
1 Snofrou -2620 33 24 ans 2530-2506 +90
2 Kheops -2594 35 23 ans 2506-2483 +88
3 Djedefrâ -2573 37 21 ans 2483-2462 +90
4 Khephren -2566 38 25 ans 2462-2437 +104
5 Baka - 2437
6 Mykerinos -2543 38 22 ans 2437-2415 +106
7 Shepseskaf -2516 40 4 ans 2415-2411 +101
Ve dynastie
1 Ouserkaf -2508 40 7 ans 2411-2404 +97
2 Sahourâ -2501 41 13 ans 2404-2391 +97
3 Neferirkarâ (Kakaï) 10 ans 2391-2381
4 Shepseskarâ 7 ans 2381-2374
5 Neferefrâ 3 ans 2374-2371
6 Niouserrâ (Ini) 31 ans 2371-2340
7 Menkaouhor 8 ans 2340-2332
8 Djedkarâ (Isesi) -2443 43 44 ans 2332-2288 +111
9 Ounas -2407 44 30 ans 2288-2258 +119
VIe dynastie
1 Téti -2379 44 12 ans 2258-2246 +121
2 Ouserkarê -2359 45 <1 an 2246 +113
3 Pépi Ier -2355 45 53 ans 2246-2193 +109
4 Mérenrê Ier -2323 46 14 ans 2193-2179 +130
5 Pépi II 58 ans 2179-2121
6 Mérenrê II 1 an 2121-2120
7 Nitocris <1 an 2120
VIIe-VIIIe dynastie -2224 58 2 ans? 2120-2118 +104
XIe / (IXe-Xe dynastie) -2204 59 +86
1 Mentouhotep Ier 16 ans 2118 -
2 Antef Ier -2102
3 Antef II 49 ans 2102-2053
4 Antef III 8 ans 2053-2045
5 Mentouhotep II -2042 23 51 ans 2045-1994 -3
6 Mentouhotep III -1991 21 12 ans 1994-1982 -3
7 Mentouhotep IV -1981 22 7 ans 1982-1975 -1
XIIe dynastie
1 Amenemhat Ier -1975 23 29 ans 1975-1946 0
2 Sésostris Ier -1948 24 45 ans 1946-1901 +2
3 Amenemhat II -1903 25 38 ans 1901-1863 +2
4 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

4 Sésostris II -1870 26 8 ans 1863-1855 +7


5 Sésostris III -1863 27 19 ans 1855-1836 +8
6 Amenemhat III -1825 27 45 ans 1836-1791 -11
7 Amenemhat IV -1781 28 9 ans 1791-1782 -10
8 Néférousébek -1773 29 3 ans 1782-1778 -9
XIIIe dynastie Accession erreur Durée du règne Dates du règne, selon écart
selon le 14C +/- la Chronologie synchronisée
1 Ougaf -1768 2 ans 3 mois 1778-1776 -10
2 Amenemhat V fils de Sénébef 4? ans 1776-1770
3 (Amény)-Qemaou [5 ans] 1770-1765
4 Sehétepibré [5 ans] 1765-1760
5 Ioufni 1? mois 1760-1760
6 Amenemhat VI [5 ans] 1760-1755
7 Nebnoun 1? mois 1755-1755
8 Hornedjhéritef [5 ans] 1755-1750
9 Séouadjkaré [5 ans] 1750-1745
10 Nédjemibré 7 mois 1745-1744
11 Sébekhotep Ier 3+ ans 1744-1740
12 Renséneb 4 mois 1740-1740
13 Hor I [5 ans] 1740-1735
14 (Kaÿ)-Amenemhat VII 7 ans 1735-1728
15 Sébekhotep II -1740 44 6+ ans 1728-1721 +16
16 Khendjer 4+ ans 1721-1716
17 Sémenkhkaré [5 ans] 1716-1711
18 Antef IV [5 ans] 1711-1706
19 Seth 3+ ans 1706-1702
20 Sébekhotep III 4 ans 2 mois 1702-1698
21 Néferhotep Ier 11 ans 4? mois 1698-1686
22 Sahathor 1+ mois 1686-1686
23 Sébekhotep IV 8+ ans 1686-1677
24 Sébekhotep V 4 ans 8 mois 1677-1672
25 Sébekhotep VI 2 ans 2 mois 1672-1670
26 Ibia 10 ans 8 mois 1670-1659
27 Aÿ 23? ans 8 mois 1659-1635
28 Ani 2 ans 4? mois 1635-1633
29 Séouadjtou 3 ans 2+ mois 1633-1630
30 Néferhotep II Ined 3 ans 1 mois 1630-1627
31 Hori 5 ans 1627-1622
32 Sébekhotep VII 2 ans 1622-1620
50 ?? -1573
XVIIe dynastie
1 Râhotep 4? ans 1573-1569
2 Sobekemsaf Ier 3? ans 1569-1566

Écarts statistiques de +8 ans vers -1500; +35 ans vers -2000; +110 ans vers -2500
(valeur extrapolée de +450 ans vers -3000). Ce décalage significatif, entre les dates 14C et
astronomiques, est examiné et expliqué (voir le dossier "Dating the Deluge").
Le calendrier lunaire égyptien est actuellement l'unique moyen permettant d'obtenir
des dates absolues dans la chronologie égyptienne. Lorsque le 1er jour du mois lunaire
(psdntyw) est daté dans le calendrier civil, il est possible de fixer précisément l'année, car une
telle coïncidence ne se produit que tous les 25 ans dans le cycle lunaire (ou seulement tous
les 11 ans si on accepte une erreur de 1 jour sur la date lunaire). C'est en s'appuyant sur ce
principe que les égyptologues s'accordent aujourd'hui pour fixer les règnes de Thoutmosis
III (1479-1425) et de Ramsès II (1279-1213). Cependant, grâce aux synchronismes avec la
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 5

chronologie babylonienne (fiable à +/- 1 an sur la période étudiée), on peut démontrer que
le 1er jour du mois lunaire égyptien coïncide avec la pleine lune et non avec la 1ère invisibilité
(jour tombant après la nouvelle lune selon Parker6). De plus, en combinant ces dates
lunaires avec d'autres phénomènes datables par l'astronomie (levers héliaques, éclipses,
etc.), il est possible de fixer précisément la chronologie des dynasties égyptiennes.
DETERMINATION DU REGNE DE RAMSES II
Le règne actuel de Ramsès II est ancré grâce à deux données: un synchronisme
astronomique provenant d'un lever héliaque de Sirius durant le règne de Séthy Ier, daté du I
Akhet 1 en l'an 4 de son règne7, ce qui fixe son accession autour de 12948, et le jour 1 du
mois lunaire (psdntyw) daté du II Peret 27 de l'an 52 de Ramsès II9, fixant son accession en
1279, selon le cycle lunaire proposé par Parker10. Bien que généralement acceptées, ces
deux dates sont contradictoires, car le règne de Séthy Ier n'a duré que 11 ans comme
l'indique l'autobiographie du prêtre Bakenkhonsou (en fait 11 ans et quelques jours)11:
Bakenkhonsou précise avoir avait passé 4 ans comme novice, 11 ans comme maître d'écurie stagiaire du roi
Men[maat]re (Séthy Ier), prêtre wab d'Amon pendant 4 ans, père du dieu d'Amon pendant 12 ans, 3 e
prêtre d'Amon pendant 15 ans, 2e prêtre d'Amon pendant 1212. Ainsi soit l'accession de Séthy Ier
est abaissée en 1290 (= 1279 +11) soit l'accession de Ramsès II est remontée en 1283 (=
1294 -11). Les égyptologues ne retiennent que la première solution13, alors que les
synchronismes imposent la deuxième, car l'accession de Kada!man-Enlil II (1264-1255) est
datée en l'an 19 de Ramsès II14, ce qui implique de dater l'accession de Ramsès II en 1283
(= 1264 +19), en accord avec la datation par le lever sothiaque de l'an 4 de Séthy Ier (car la
phrase puissant taureau brillant de Thèbes (...) renouvelant les naissances15 est sans parallèle). Le
plafond astronomique de Séthy Ier débute par un lever sothiaque et selon le cénotaphe de
Séthy Ier: “Toutes ces étoiles commencent au 1er 3ht quand Sirius apparaît”16.
Datation par un synchronisme babylonien. Pour résoudre la contradiction entre les deux
chronologies, Gasche a proposé d'avancer la chronologie babylonienne de 5 ans en la
calibrant sur la chronologie égyptienne qui postule une accession de Ramsès II en 127917;
mais en décalant de 5 ans le règne d'Enlil-nâdin-ahi (1153-1150 au lieu de 1158-1155), il
contredit la précision des éponymes assyriens qui sont exacts à +/- 1 an sur cette période.
Chronologies babylonienne et assyrienne (voir la Chronologie mésopotamienne synchronisée):
6 R.A. PARKER - The Lunar Dates of Thutmose III and Ramesses II
in: Journal of Eastern Studies XVI (1957) pp. 39-43.
7 K. SETHE - Sethos I und die Erneuerung der Hundssternperiode

in: Zeitschrift für Ägyptische Sprache 66 (1931) pp. 1-7.


8 N. GRIMAL - Histoire de l'Égypte ancienne

Paris 1988 Éd. Fayard p. 599.


9 J.J. JANSSEN – Two Ancient Egyptian Ship's Logs

Leiden 1961 Ed. E.J. Brill p. 12.


10 L.W. CASPERSON – The Lunar Date of Ramesses II

in: Journal of Near Eastern Studies 47 (1988) pp. 181-184.


11 Les 11 années de Séthy Ier sont toutes représentées, sauf la 10, ce qui confirme les 11 ans de règne

E. HORNUNG – The New Kingdom in: Ancient Egyptian Chronology


Leiden 2006 Ed. Brill pp. 210-211.
12 E. FLOOD – Biographical Texts from Ramessid Egypt

Atlanta 2007 Ed. Society of Biblical Literature p. 41.


13 P. VERNUS, J. YOYOTTE - Dictionnaire des pharaons

Paris 1998 Éd. Noésis p. 157.


14 W.A. WARD - The Present Status of Egyptian Chronology

in: Bulletin of the American Schools of Oriental Research 288 (1991) pp. 55,56.
15 F. GRIFFITH - The Abydos Decree of Seti I at Nauri

in: Journal of Egyptian Archaeology 13 (1927) p. 196.


16 O. NEUGEBAUER, R.A. PARKER – Egyptian Astronomical Texts I

London 1960 Ed. Brown University Press pp. 44, 54 (Text T2 plate 47).
K. SETHE - Sethos I und die Erneuerung der Hundssternperiode
in: Zeitschrift für Ägyptische Sprache 66 (1931) pp. 1-7.
17 H. GASCHE, J.A. ARMSTRONG, S.W. COLE – Dating the Fall of Babylon

in: Mesopotamian History and Environment (1998) Chicago p. 65.


6 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

ASSYRIEN règne BABYLONIEN règne ÉGYPTIEN règne


Erîba-Adad Ier 1385-1358 Kada!man-Enlil Ier 1375-1360 Amenhotep III
A!!ur-uballi! Ier 1358 - Burna-Buria! II 1360 - Akhenaton
Semenkhkaré
-1333 -Ankhkhépérouré
Kara-"arda! 1333 Toutankhamon
Nazi-Buga! 1333
-1323 Kurigalzu II 1333-1308 Aÿ [-]
Enlil-nêrârî 1323-1313 Horemheb
Arik-dên-ili 1313-1302 Nazi-Marutta! 1308 -
Adad-nêrârî Ier 1302 - Ramsès Ier
-1271 -1282 Séthy I er
Salmanazar Ier 1271 - Kada!man-Turgu 1282-1264 Ramsès II (1283-
Kada!man-Enlil II 1264-1255 19
-1242 Kudur-Enlil 1255-1246
Tukultî-Ninurta Ier 1242 - "agarakti-!uria! 1246-1233 42
Ka!tilia!u IV 1233-1225
[Tukulti-Ninurta Ier] 1225-1224
Enlil-nâdin-!umi 1225-1224
Kada!man-Harbe II 1224-1223
-1206 Adad-!uma-iddina 1223-1217
A!!ur-nâdin-apli 1206 - Adad-!uma-u#ur 1217 - Merenptah
-1202 Séthy II
A!!ur-nêrârî III 1202 -
-1196 Siptah
Enlil-kudurri-u#ur 1196 - -Taousert
-1191 -1187 Sethnakht
Ninurta-apil-Ekur 1191-1179 Meli-"ipak 1187-1172 Ramsès III 8
A!!ur-dân Ier 1179 - Marduk-apla-iddina 1172-1159
Zababa-!uma-iddina 1159-1158 Ramsès IV
Enlil-nâdin-ahi 1158-1155
Marduk-kabit-a""e!u 1155 - Ramsès V
-1141 Ramsès VI
Itti-Marduk-bala!u 1141 - Ramsès VII
-1133 Ramsès VIII
Ninurta-tukultî-A!!ur 1133 Ramsès IX
Mutakkil-Nusku 1133 -1133
A!!ur-rê!-i!i Ier 1133 - Ninurta-nâdin-!umi 1133-1127
-1115 Nabuchodonosor Ier 1127-1105 Ramsès X

La chronologie babylonienne de la période cassite (1375-1155) a été reconstituée en


comparant les listes royales (une quinzaine)18 avec les dates hautes de chaque règne
apparaissant dans les documents19. Ces listes royales sont concordantes et en bon accord
avec ces dates hautes des règnes, de plus, elles ont été copiées avec soin puisque le total des
règnes est aussi indiqué. Cette chronologie babylonienne est donc être précise à +/- 1 an,
au moins jusqu'au règne de Kudur-Enlil (1255-1246), permet de reconstituer de telles listes
chronologiques20. La chronologie babylonienne étant fiable à +/- 1 an sur cette période, if
faut ancrer la chronologie égyptienne sur la chronologie babylonienne et non le contraire.
18 J.J. GLASSNER – Chroniques mésopotamiennes n°22
Paris 1993 Éd. Belles Lettres pp. 137-179.
19 J.A. BRINKMAN – Materials and Studies for Kassite History Vol. I

Chicago 1976 Ed. The Oriental Institute of the University of Chicago pp. 6-34.
20 F. JOANNES - Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne

Paris 2001 Éd. Robert Laffont pp. 164,522,565,758


F. JOANNES - La Mésopotamie au 1er millénaire avant J.C.
2000 Paris Ed. Armand Colin pp. 186,187.
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 7

Comme Gasche l'a supposé, la chronologie assyrienne est avec intercalation jusqu'à
Tiglat-phalazar Ier (1115-1076) et sans intercalation avant ce règne, car il y a une absence
totale de mois intercalaire dans le système médio-assyrien avant ce roi. Ce changement de
calendrier oblige à diminuer les règnes avant Tiglat-phalazar Ier de 1 an tous les 33 ans, car
on a: 33x(365 – 354) jours = 1 an. Cet écart entre les deux chronologies (avec ou sans
intercalation) est faible, mais peut être déterminé par quelques synchronismes:
! La mort d'Hattu!ili III est datée en l'an 42 de Ramsès II21.
! La bataille de Nihriya impliqua le roi hittite Tudhaliya IV, successeur d'Hattu!ili III, et
le roi assyrien Tukulti-Ninurta Ier dans les deux premières années de son règne22.
! Le règne23 de Hattu!ili III est situé à l'intérieur de celui de Salmanazar Ier.
La mort du roi hittite Hattu!ili III se confond donc avec celle de Salmanazar Ier à
+/- 1 an. En effet, Hattu!ili III est mort peu de temps avant Salmanazar Ier, et le successeur
d'Hattu!ili, Tuthaliya IV, a été en guerre avec le successeur de Salmanazar Ier, Tukulti-
Ninurta Ier, dans les deux premières années de ce dernier, ce qui donne: an 42 de Ramsès II
= mort d'Hattu!ili III = mort de Salmanazar Ier +/- 1 an. Si l'an 19 de Ramsès II tombe en
1264, selon la chronologie babylonienne, l'an 42 tombe en -1242. Cette date correspond à
la chronologie assyrienne sans intercalation (avec intercalation on aurait -1245).
Le synchronisme "an 0 de Kada!man-Enlil II [1264] = an 19 de Ramsès II" découle
de l'enchaînement des événements suivants24 (les ans de Ramsès vont de juin à mai, car son
accession est datée du III Shemou 27, et les ans de règnes babyloniens vont d'avril à mars):
Fig. 75 : Royaumes proches-orientaux du temps de Ramsès II.
! Pour étendre son empire, le roi hittite
"uppiluliuma Ier enclenche [-1352] un
processus de conquête qui s'effectue au
détriment du Mitanni et de l'Amurru,
un royaume vassal de l'Égypte.
! Pour reconquérir l'Amurru, Ramsès II
attaque le roi hittite Muwatalli II et
présente la bataille de Qadesh comme
une victoire, bien qu'il ait en fait frôlé le
désastre à cause d'un trop grand
optimisme. Cette bataille est datée du III
Shemou 9 de l'an 5 (soit à l'extrême fin de l'an 5).
! Ramsès 'profite' de la mort de Muwatalli II et de l'accession du jeune [Mur!ili III] Urhi-
Teshub pour lancer une nouvelle reconquête de l'Amurru. Il conquiert temporairement
18 villes (dont Dapour et Tounip). Cette guerre étant datée vers la fin de l'an 8
(avril/mai) cela implique de situer la mort du roi hittite dans la 1ère moitié de l'an 8.
! Après 7 ans de règne25, !attu!ili III expulse son neveu Urhi-Teshub qui se réfugie en
Égypte. !attu!ili III réclame son extradition à Ramsès II qui la lui refuse.
21 C. VANDERSLEYEN - L'Egypte et la vallée du Nil Tome 2
Paris 1995 Éd. Presses Universitaires de France p. 534
C. DESROCHES NOBLECOURT – Ramsès II la véritable histoire
Paris 1996 Ed. Pygmalion p. 365.
22 T. BRYCE – The Kingdom of the Hittites (tablette KBo IV 14).

Oxford 2005 Ed. Oxford University Press p. XV, 375-382.


23 G. BECKMAN – Hittite Chronology

in: Akkadica 119-120 (2000) p. 24.


24 K.A. KITCHEN – RAMSES II le pharaon triomphant

Monaco 1985 2003 Éd. du Rocher pp. 82-120.


C. DESROCHES NOBLECOURT – Ramsès II la véritable histoire
Paris 1996 Éd. Pygmalion pp. 257-294.
25 T. BRYCE – The Kingdom of the Hittites

Oxford 2005 Ed. Oxford University Press p. 261.


8 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

! Craignant un éventuel coup d'État fomenté par l'Égypte hébergeant Urhi-Teshub, son
rival, !attu!ili III s'allie au roi babylonien Kada!man-Turgu pour affronter l'Égypte. Une
stèle de Ramsès à Beth-Shéan, datée du IV Peret 1 de l'an 18 (deuxième moitié de l'an
18), atteste de l'activité frénétique qui régnait alors dans cette région.
! Ayant appris la chute du royaume de Mitanni, annexé par le roi assyrien Salmanazar Ier,
Ramsès II préfère stabiliser la situation explosive avec le roi hittite !attu!ili III par un
traité de paix, daté du I Peret 21 de l'an 21 (première moitié de l'an 21).
! Une lettre26 d'!attu!ili III, adressée au roi babylonien Kada!man-Enlil II pour justifier
ses changements d'alliance, nous apprend que le père de ce dernier, Kada!man-Turgu,
était mort peu de temps avant le traité de paix27 de l'an 21.
Le synchronisme "an 0 de Tukulti-Ninurta Ier [en -1242] = an 42 de Ramsès II"
découle de l'enchaînement des événements suivants28:
! Le traité de l'an 21 débouche sur une ère de stabilité qui pousse Ramsès II à renforcer
ses liens en suggérant à !attu!ili III d'épouser une de ses filles. Le roi hittite accepte et
propose de lui envoyer sa fille [Maathornéférouré] pour son 2e jubilé (an 33/34). Les
tractations pour le mariage commencent le IV Akhet de l'an 33 mais n'aboutissent qu'au
III Peret de l'an 34 à cause des réticences de Pudu"epa, l'épouse de !attu!ili III.
! Les relations entre les deux rois deviennent si cordiales que Ramsès II, après son 4e
jubilé (an 39/40), propose au roi hittite une rencontre en personne. !attu!ili III semble
accepter et propose, comme gage, une autre de ses filles à Ramsès II pour sceller cette
entente au sommet. On ignore tout du nom et du sort de la jeune fille qui suivit sa sœur
dans le harem de Ramsès II. On ne possède d'ailleurs plus d'information sur les relations
ultérieures entre les deux cours. La date du mariage n'est pas précisée mais il intervint
vraisemblablement en l'an 42, car c'est à partir de cette époque que Ramsès adopte le
titre de "Dieu Souverain d'Héliopolis" (présent dans les textes cunéiformes).
L'étude générale des épithètes spéciales a convaincu Yoyotte29 que celles-ci étaient
adoptées à un moment donné et dans certaines circonstances pour définir et consacrer à
jamais un aspect théologique de la personne royale. Le titre "Souverain d'Héliopolis"
apparaît pour la première fois sur l'ostracon Louvre 2262, daté du IV Peret 1 de l'an 42. Ce
titre pourrait apparaître un peu avant (an 41 ou 40) mais c'est peu probable car aucune
circonstance particulière n'est mentionnée en rapport avec Ramsès sinon son mariage avec
la fille du roi hittite. !attu!ili III ayant offert sa première fille, ainsi qu'une riche dot, pour le
2e jubilé de Ramsès, on peut supposer qu'il a procédé de la même manière pour sa seconde
fille, soit pour le 5e jubilé (en 42/43). Le fait que les relations s'interrompent juste après ce
mariage ne peut s'expliquer que par la disparition d'!attu!ili III. Cette mort a sans doute
poussé le tout nouveau roi assyrien Tukulti-Ninurta Ier à attaquer le jeune successeur
d'!attu!ili III (Tut"aliya IV) qui perdit la région de Tarhuntassa (?). Cette défaite poussa le
roi hittite à se lier au roi babylonien (nom nommé) par un mariage avec une de ses filles.
Ramsès écrivit à Tut"aliya IV pour le décourager d'un tel rapprochement, mais en vain30.
La reconstitution chronologique est donc la suivante (synchronismes surlignés):
26 G. BECKMAN – Hittite Diplomatic Texts
Atlanta 1999 Ed. Society of Biblical Literature pp. 138-143
27 T. BRYCE note qu'après l'an 21 Hattu!ili aurait pu faire appel des clauses d'extradition que devait comporter ce traité.
28 K.A. KITCHEN – RAMSES II le pharaon triomphant

Monaco 1985 2003 Éd. du Rocher pp. 120-134.


C. DESROCHES NOBLECOURT – Ramsès II la véritable histoire
Paris 1996 Éd. Pygmalion pp. 329-365.
29 J. YOYOTTE – Le nom de Ramsès “Souverain d'Héliopolis”

in: Mit Rahineh 1956 Philadelphia Ed. The University Museum pp. 66-70.
30 T. BRYCE – The Kingdom of the Hittites

Oxford 2005 Ed. Oxford University Press pp. 297-298.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 9

EGYPTE HATTI BABYLONIE AN ASSYRIE


Ramsès Ier [-]/Muwatalli II 13 1295 9
2/Séthy Ier [-] 14 1294 10
1/2 [-] 15 1293 11
2/3 [-] 16 1292 12
3/4 [-] 17 1291 13
4/5 [-] 18 1290 14
5/6 [-] 19 1289 15
6/7 [-] 20 1288 16
7/8 [-] 21 1287 17
8/9 [-] 22 1286 16
9/10 [-] 23 1285 17
10/11 [-] 24 1284 18
11/Ramsès II [-] 25 1283 19
1/2 [-] 26/Kada!man-Turgu 1282 20
2/3 [-] 1 1281 21
3/4 [-] 2 1280 22
4/5 [-] 3 1279 23
5/6 [bataille de Qadesh] 4 1278 24
6/7 [-] 5 1277 25
7/8 [-]/Urhi-Teshub 6 1276 26
8/9 1 [ Mur!ili III ] 7 1275 27
9/10 2 8 1274 28
10/11 3 9 1273 29
11/12 4 10 1272 30
12/13 5 11 1271 31/Salmanazar Ier
13/14 6 12 1270 1
14/15 7/! attu!ili III 13 1269 2
15/16 [-] 14 1268 3
16/17 [-] 15 1267 4
17/18 [alliance] [16] 1266 5
18/19 [-] [17] 1265 6
19/20 [-] 18/Kada!man-Enlil II 1264 7 [chute du Mitanni]
20/21 [traité de paix] [1] 1263 8
21/22 [-] 2 1262 9
22/23 [-] 3 1261 10
23/24 [-] 4 1260 11
24/25 [-] 5 1259 12
25/26 [-] 6 1258 13
26/27 [-] 7 1257 14
27/28 [-] 8 1256 15
28/29 [-] 9/Kudur-Enlil 1255 16
29/30 [-] 1 1254 17
30/31 [-] 2 1253 18
31/32 [-] 3 1252 19
32/33 [-] 4 1251 20
33/34 [-] 5 1250 21
34/35 [-] 6 1249 22
35/36 [-] 7 1248 23
36/37 [-] 8 1247 24
37/38 [-] 9/"agarakti-"uria! 1246 25
38/39 [-] 1 1245 26
39/40 [-] 2 1244 27
40/41 [-] 3 1243 28
41/42 [-]/Tut" aliya IV 4 1242 29/Tukulti-Ninurta Ier
42/43 [-] 5 1241 1
43/44 [-] 6 1240 2
44/45 [-] 7 1239 3
45/46 [-] 8 1238 4
10 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

46/47 [-] 9 1237 5


47/48 [-] 10 1236 6
48/49 [-] 11 1235 7
49/50 [-] 12 1234 8
50/51 [-] 13/Ka!tilia!u IV 1233 9
51/52 [-] 1 1232 10
52/53 [-] 2 1231 11
53/54 [-] 3 1230 12
54/55 [-] 4 1229 13
55/56 [Kurunta] 9 1228 14
56/57 [Kurunta] 10 1227 15
57/58 [-] 11 1226 16
58/59 [-] 12/Enlil-nâdin-!umi 1225 17
59/60 [-] Kada!man-Harbe II 1224 18
60/61 [-] Adad-!uma-iddina 1223 19
61/62 [-] 1 1222 20
62/63 [-] 2 1221 21
63/64 [-] 3 1220 22
64/65 [-] 4 1219 23
65/66 [-] 5 1218 24
66/67 [-] 6 1217 22
67/68 [-] 7 1216 23

Les synchronismes datés entre les chronologies babylonienne et égyptienne sont


surlignés. L'accord entre toutes ces dates est excellent:
! L'accession de Séthy Ier tombe en -1294 ce qui correspond au lever héliaque de Sirius
daté du I Akhet 1 en l'an 4 (identique pendant 4 ans soit de -1294 à -1291).
! L'accession d'Urhi-Teshub au début de l'an 8 de Ramsès II tombe en -1276.
! L'accession d'!attu!ili III au début de l'an 15 de Ramsès II tombe en -1269.
! L'alliance momentanée d'!attu!ili III avec le roi babylonien Kada!man-Turgu durant l'an
18 de Ramsès a duré de -1266 à -1265.
! L'an 0 de Kada!man-Enlil II correspond à l'an 19 de Ramsès II et tombe en -1264.
! Le traité de paix de l'an 21 de Ramsès apparaît l'année suivant la chute du Mitanni qui
est datée en l'an 7 de Salmanazar Ier soit en -1263.
! L'an 0 de Tukulti-Ninurta Ier correspond à l'an 42 de Ramsès II et tombe en -1242.
Tut"aliya IV commence à régner à partir de cette année, mais il est possible que son
père (!attu!ili III), se sentant vieux et malade, l'ait associé à la royauté en tant que prince
corégent (apparaissant sous le nom d'Hi!mi-!arruma).
L'an 42 de Ramsès fut choisie par Wennufer, grand prêtre d'Osiris à Abydos, pour
louer Ramsès II et le remercier d'avoir nommé plusieurs membres de sa famille à de hautes
fonctions. Il est vraisemblable que cette année spéciale fut celle où a été décidée la
construction du temple de Ouadi es-Sebouâ consacrant la nouvelle fonction de Ramsès
comme Souverain d'Héliopolis. Ce temple fut achevé après l'an 44 (stèle de l'officier Ramosé).
Les synchronismes avec la chronologie assyrienne sur la période de -943 à -1115
permettent de dater à +/- 1 an la chronologie babylonienne et ensuite d'utiliser cette
dernière pour la datation sur la période suivante allant de -1115 à -1375. L'accession de
Kada!man-Enlil II tombant en -1264, cela implique de dater l'an 19 de Ramsès II en 1283
(= 1264 +19), en accord avec la datation par le lever sothiaque durant le règne de Séthy Ier.
Datation par le synchronisme astronomique31. La datation du lever sothiaque dépend de
deux paramètres astronomiques: l'arcus visionis (d'environ 8,5°) et la latitude de l'observation.
Les premières observations de Borchardt ont montré que l'arcus visionis était d'environ 9° au
31Voir le chapitre intitulé Datation à partir des levers héliaques de Sirius. Les conditions d'observation d'un coucher héliaque sont plus
favorables que celles du lever, car lors du lever la luminosité grandissante du soleil masque rapidement l'étoile observée, d'où cet écart
d'environ 1,5° entre les deux arcus visionis.
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 11

lever et 7,5° au coucher. L'arcus visionis étant une donnée observationnelle, il est difficile à
calculer exactement, cependant un ensemble d'études sur le lever héliaque de planètes et
d'étoiles a montré qu'on pouvait le modéliser32 selon les équations: arcus visionis = 10,5 +
1,44 x magnitude (lever héliaque) et arcus visionis = 8,90 + 1,10 x magnitude (lever
acronyque). Pour les planètes, dont la magnitude est positive, l'arcus visionis pour le lever
héliaque dépasse la valeur de 10,5°, mais pour Sirius qui est une étoile extrêmement
brillante (magnitude = -1,46) l'arcus visionis vaut 8,4°. Cette valeur constitue un minimum
qui peut être atteint lorsque les conditions d'observations sont excellentes et avec une
bonne acuité de l'œil de l'observateur. Les études actuelles33 estimant l'arcus visionis du lever
sothiaque entre 8,7° et 9,2° (à Memphis et vers -1000) sont donc concordantes avec cette
valeur minimale de 8,4°. Il est aussi possible que dans le passé, l'arcus visionis du lever
sothiaque ait eu une valeur plus faible de 0,5° à cause de la plus grande valeur de l'azimut
de Sirius avec le Soleil. En effet, l'angle entre cette étoile et le soleil au lever de l'étoile était
plus grand dans le passé qu'aujourd'hui, ce qui facilitait l'observation. De plus, comme le
remarque Aubourg, le lever héliaque de Sirius était identique pendant 4 ans, ce qui
permettait de prédire cette date. Si l'observation du lever sothiaque était perturbée par de
mauvaises conditions atmosphériques, la date non observée était vraisemblablement
remplacée par la date prévue34. L'arcus visionis peut être estimé autour de 8,5°.
Avec un arcus visionis de 8,5°, l'astronomie35 fixe le lever sothiaque au 11/12 juillet à
Thèbes (longitude 32,7°; latitude 25,7°) autour de -1300. Selon le calendrier civil égyptien,
la date du I Akhet 1 correspond au 12 juillet de 1293 à 1290 et au 11 juillet de 1289 à 1286.
Le changement de date ayant lieu en 1290, la correspondance avec l'astronomie impose
l'égalité: I Akhet 1 an 4 de Séthy Ier = 12 juillet 1291, ce qui fixe l'accession de Séthy Ier en
1294 et par conséquent l'accession de Ramsès II en 1283 (=1294 -11), date identique à celle
obtenue à partir du synchronisme "an 0 de Kada!man-Enlil II = an 19 de Ramsès II". Cela
contredit les 3 dates (1279, 1290 et 1304) proposées par Parker36. La latitude d'observation
devait être celle de Thèbes, ce qui est confirmé par les anciens historiens.
Les Grecs ont appris l'astronomie des prêtres égyptiens, les antiques observations
astronomiques étant effectuées dans la région de Thèbes, l'ancienne capitale de l'Égypte
depuis la fin de la XVIIe dynastie. Durant cette période, 1500-500, les prêtres astronomes
égyptiens disposaient de merkhets "indicateur du temps", de fils à plomb et d'horloges à
eau37. Les principaux repères astronomiques utilisés étant le méridien, le lever héliaque, la
culmination d'étoiles des décans (période de 10 jours) de certaines constellations, comme la
Grande Ourse ou Orion. Thèbes a joué un rôle central pour l'astronomie égyptienne38. Le
plus ancien plafond astronomique, par exemple, est celui de Senenmout réalisé dans la
nécropole thébaine sous Hatshepsout (1469-1450). La plus ancienne stèle d'un "astronome
sur le toit du palais" est celle de Téti-ankh, trouvée à Thèbes et datée sous Ahmosis (1530-
1505) et la première horloge à eau ou clepsydre est celle d'Amenemhat inhumé à Thèbes
sous Amenhotep Ier (1505-1484). Les historiens de l'époque classique confirment la
primauté de Thèbes pour l'astronomie égyptienne durant la période 1500-500:
32 http://www.alcyone.de/PVis/documentation/accuracy.html
http://www.alcyone.de/PVis/documentation/compphen.html
33 T. DE JONG – The Heliacal Rising of Sirius

in: Ancient Egyptian Chronology (Leiden 2006) Ed. Brill pp. 432-438.
34 É. A UBOURG - Sirius et le cycle sothiaque

in: Bulletin de l'Institut Français d'Archéologie Orientale n°100 (Le Caire 2000) pp. 37-46.
35 http://www.imcce.fr/fr/grandpublic/phenomenes/sothis/index.php
36 M.B. ROWTON – The Material from Western Asia and the Chronology of the Nineteenth Dynasty

in: Journal of Eastern Studies XXV (1966) pp. 240-258.


37 Z. ZABA – L'orientation astronomique dans l'ancienne Égypte et la précession du monde

in: Archiv Orientalni Supplementa II (1953) pp. 44-73.


38 M. DESSOUDEIX – Lettres égyptiennes. La naissance du Nouvel Empire de Kamosis à Thoutmosis II

Paris 2010 Éd. Actes Sud pp. 207-220.


12 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

! Pythagore (569-497), un scientifique présocratique, étudia l'astronomie à Memphis et à


Thèbes, selon le philosophe Jamblique (242-325): Thalès l'accueillit avec joie (…) il l'exhorta
à cingler vers l'Égypte et à aller rencontrer tout particulièrement les prêtres de Memphis et de Diospolis
[Thèbes] (…) Pythagore, en Égypte, fréquenta les temples avec un grand zèle (…) Il resta donc 22 ans
dans les adytons de l'Égypte, apprenant l'astronomie, la géométrie et s'initiant à toutes les cérémonies
sacrées des dieux (Vie de Pythagore §§ 12,18,19).
! Platon rapporte un dialogue de Socrate (470-399): Ce dieu se nommait Theuth [Thoth]. C'est
lui qui le premier inventa la science des nombres, le calcul, la géométrie, l'astronomie, le trictrac, les dés,
et enfin l'écriture. Le roi Thamous [Thoutmosis] régnait alors sur toute la contrée; il habitait la grande
ville de la Haute-Égypte que les Grecs appellent Thèbes l'égyptienne (Phèdre 274c-d).
! Aristote (384-322) précise que, d'après les Égyptiens, l'observation des astres diffère
selon que l'on se trouve au nord ou au sud: En effectuant un déplacement minime vers le sud ou
vers l'Ourse, nous voyons se modifier le cercle de l'horizon; par suite, les astres d'au dessus de nous
changent considérablement. Certains astres visibles en Égypte ou dans le voisinage de Chypre sont
invisibles dans les régions septentrionales (…) La même chose est vraie des autres astres, aux dires de
ceux qui, autrefois, et depuis un très grand nombre d'années, se sont livrés à des observations, les
Égyptiens et les Babyloniens, de qui nous tenons, sur chacun des astres, beaucoup d'indications dignes de
foi (…) De plus, les Égyptiens eux aussi disent qu'il y a des conjonctions de planètes, soit avec d'autres
planètes, soit avec des étoiles fixes, et pour notre part nous avons vu deux fois déjà la planète Jupiter
entrer en conjonction avec l'une des étoiles des Gémeaux et la cacher, sans qu'il y ait production de
comète (Du Ciel II:14[298a]; II:12[292a]; Météorologiques I:343b).
! Diodore (-90?-21?) indique que: les prêtre égyptiens calculent le temps depuis le règne d'Hélios
jusqu'au passage d'Alexandre en Asie (…) Les Thébains se prétendent les plus anciens de tous les
hommes et disent que c'est d'abord chez eux que furent inventées la philosophie et l'astrologie fondée sur
l'exactitude, car la région les aidait pour une observation plus nette des levers et couchers des astres (...)
Ils ne font pas intervenir de mois intercalaires et ne retranchent pas de jours comme le font des Grecs.
Sur les éclipses de soleil ou de lune ils les pronostiquent en prédisant des détails sans faire d'erreur (...)
Démocrite (460-370) a passé 5 ans chez eux et il y a appris bien des éléments d'astrologie.
Semblablement, Oenopide a séjourné dans la compagnie des prêtres et des astrologues et il y a appris,
entre autres, le cercle décrit par le soleil, la marche oblique qu'il suit et son cheminement à l'inverse des
autres astres. De façon analogue, Eudoxe (409-355) avait pratiqué l'astrologie chez eux et livré aux
Grecs bien des connaissances utiles (Bibliothèque historique I:26,50,98).
! Strabon (-64?21?) précise: On montrait à Héliopolis les demeures des prêtres, ainsi que les écoles de
Platon (427-347) et d'Eudoxe; Eudoxe, en effet, était venu à cet endroit avec Platon, et ils vécurent là
13 ans dans la société des prêtres, selon certains auteurs. Ces prêtres, qui avaient une connaissance très
approfondie des phénomènes célestes, étaient fort secrets et peu désireux de partager leur savoir (…) Les
prêtres de Thèbes, dit-on, sont pour la plupart astronomes et savants: c'est aux prêtres que l'on doit
l'usage de calculer les jours, non d'après la lune, mais d'après le soleil, ajoutant chaque année 5 jours
aux 12 mois de 30 jours chacun (Géographie XVII:1:29,46).
Thèbes était donc le centre de l'astronomie égyptienne jusqu'à la XXVIe dynastie.
Cette analyse préléminaire permet de conclure:

Pour être en accord avec la chronologie babylonienne et le lever sothiaque sous


er
Séthy I le règne de Ramsès II doit être daté de 1283 à 1216. De plus, le jour lunaire 1
(psdntyw) daté du II Peret 27 de l'an 52 de Ramsès II correspond au 20 décembre en 1232 et
coïncide avec une pleine lune39 (une telle coïncidence ne se reproduit que tous les 25 ans).

39 http://www.imcce.fr/fr/grandpublic/phenomenes/phases_lune/index.php
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 13

Ces conclusions remettent radicalement en cause l'analyse de Parker faisant débuter


(en 1950) le calendrier lunaire égyptien à la 1ère invisibilité et modifient par conséquent les
deux "dates absolues" actuellement utilisées par les égyptologues pour fixer les règnes de
Ramsès II et Thoutmosis III. En fait, l'analyse de Parker ne reposait que sur une seule date
lunaire provenant du Papyrus Louvre 7848, mais confirmée par aucun synchronisme. De
façon surprenante Parker proposait même de décaler de 1 an le règne bien établi d'Amasis!
L'analyse de ce document unique mérite d'être refaite.
ANALYSE DE LA DOUBLE DATE LUNAIRE DU PAPYRUS LOUVRE 7848
Ce papyrus égyptien, rédigé en hiératique et daté de la 12e année d'Amasis, est
doublement daté. Parker a conclu que cette double date (II Shemou 13/I Shemou 15) était
le 19 octobre 559. Une telle coïncidence ne pouvant se reproduire que tous les 25 ans (ou
seulement au bout de 11 ans avec 1 jour d'écart), Parker a fixé la 12e année d'Amasis en 559
et non plus en 558 comme on le faisait auparavant. La coïncidence de dates est
impressionnante, mais trompeuse. En effet, ce II Shemou 13 civil correspond au 19
octobre -559, et le I Shemou 15 lunaire au 18 octobre -559. La nouvelle lune astronomique
étant datée du 5 octobre -559, la 1ère invisibilité selon Parker, soit le jour 1, devait être le 4
octobre, l'écart de 1 jour pouvant s'expliquer par une erreur d'observation. Ce qui est très
paradoxal dans cette datation, c'est qu'elle contredit celle obtenue par la chronologie
historique pourtant bien documentée sur cette période. Si la 12e année d'Amasis est datée
en -559, sa 44e année devrait l'être en -527. Or, d'après les documents perses, grecs,
babyloniens et égyptiens40, ce pharaon est mort vers octobre -526, après 44 années de
règne, ce qui contredit la date obtenue pour la 12e année. La chronologie des années
d'Amasis peut être reconstituée précisément grâce aux durées précises des taureaux Apis et
à la biographie précisément datée de certains personnages. En effet, les dates de la
naissance et de la mort des taureaux Apis (ou de personnages importants), ainsi que leur
durée de vie exacte, étaient notées au jour près. On lit par exemple41:
Apis né en l'an 53 de Psammétique Ier, intronisé en l'an 54 et mort en l'an 16, le 6 Paophi, de
Nékao II, à l'âge de 16 ans, 7 mois et 17 jours. Enseveli le 16 Khoiak [70 jours après sa mort].
Apis né le 7 Paophi an 16 de Nékao II, intronisé le 9 Epiphi an 1 de Psammétique II, mort le 21
Paoni an 12 d'Apriès.
Psamtik, fils de Iahouben, né le 1er Épiphi en l'an 1 de Nékao II et mort le 28 Pharmouthi an 27
[d'Amasis] après une durée de vie de 65 ans 10 mois et 2 jours.
Psamtik, fils de Genefbahorek, né le 1er Paoni en l'an 3 de Nékao II et mort le 6 Paophi en l'an 35
d'Amasis après une durée de vie de 71 ans 4 mois et 6 jours.
Grâce à ces informations, il est possible de calculer la durée exacte entre l'an 1 de
Psammétique Ier et l'an 44 d'Amasis, soit 138 ans, ensuite cette période peut être ancrée par
deux synchronismes avec les chronologies babylonienne et assyrienne. Le premier point
d'ancrage provient de la mort de Psammétique III fixée peu après le début de la 5e année de
Cambyse, soit vers mai -525; or comme il a régné 6 mois, la mort d'Amasis doit donc
remonter vers octobre -526. Le deuxième point d'ancrage provient de l'accession de
Psammétique Ier fixée peu après le saccage de Thèbes par Assourbanipal, lors de sa 2e
campagne d'Égypte42 datée en -663 (vraisemblablement au tout début de l'année). Le 1er
Thoth tombant le 5 février à cette époque, soit au début de l'année, l'an 1 ne peut
40 L. DEPUYDT - Civil Calendar and Lunar Calendar in Ancient Egypt
Leuven 1997 Ed. Uitgevers Peeters pp. 204-207.
41 H. GAUTHIER – Le livre des rois d'Égypte

Le Caire 1915 Éd. Institut Français d'Archéologie Orientale pp. 74,87,88,92,93,106,115,119.


42 A.K. GRAYSON – The Chronology of the Reign of Ashurbanipal

in: Zeitschrift für Assyriologie und Vorderasiatische Archäologie pp. 232,241.


14 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

apparaître avant cette date à moins d'imaginer une accession rétroactive l'année
précédente43, ce qui serait sans précédent; de plus, Hérodote précise: [Psammétique] s'était
réfugié en Syrie et, au départ de l'Éthiopien chassé par un songe, les Égyptiens du nome de Saïs l'avaient
rappelé. Il était roi depuis ce moment (Enquête II:152).
L'utilisation des divers documents datés permet d'affiner quelques dates d'accession,
et l'inscription d'une stèle égyptienne44 implique l'existence d'une corégence forcée de 3 ans
entre Apriès et Amasis, ce qui donne la chronologie suivante:
Pharaon Règne Durée An le plus haut Synchronisme avec:
Psammétique Ier 02/663-01/609 54 ans 54 6e année d'Assurbanipal
Nékao II 02/609-10/594 15 ans 10 mois 16 an 17 de Nabopolassar
Psammétique II 11/594-01/588 6 ans 1 mois 7
Apriès 02/588-12/570 19 ans 17
[Apriès/ Amasis] [01/569-12/567] [3 ans corégence] [3]
Amasis 01/569-10/526 43 ans 10 mois 44
Psammétique III 11/526-04/525 6 mois 2 an 5 de Cambyse II

Les nouvelles années de règne commençant au 1er Thoth en Égypte, soit début
janvier vers -525, l'an 1 de Psammétique III, par exemple, va de novembre à décembre -526
et son an 2, de janvier à avril -525. Le règne d'Amasis est encadré par deux synchronismes
qui fixent l'an 44 en -526 (et par conséquent l'an 12 en -558):
! L'an 44 d'Amasis correspond à l'an 1 de Psammétique III, or l'an 2 de Psammétique III
correspond à l'an 5 de Cambyse II qui est précisément daté en -525 par l'astronomie
grâce à deux éclipses lunaires.
! L'an 44 est séparé de 138 ans de l'an 1 de Psammétique Ier, or comme Thèbes a été
saccagée par Assurbanipal au tout début de l'année -663, l'an 1 de Psammétique Ier
correspond à cette année, ce qui implique de fixer l'an 44 en -526 (= -663 + 138 - 1, les
Égyptiens comptant l'accession comme année 1, et non pas année 0 comme les
Babyloniens, cela explique le -1).
L'an 1 égyptien est compté de l'accession jusqu'au 1er Thoth (vers janvier) suivant,
tandis que l'an 1 babylonien (ou assyrien) est compté du 1er Nisan (vers avril) après
l'accession jusqu'au 1er Nisan suivant. La chronologie babylonienne45 est établie grâce aux
nombreux contrats datés, aux listes royales et aux chroniques, certaines tablettes
astronomiques permettant de calculer des dates absolues. La stèle d'Adad-Guppi46, mère de
Nabonide, contient un récit biographique mentionnant successivement les 21 ans de
Nabopolassar, les 43 ans de Nabuchodonosor, les 2 ans d'Amêl-Marduk et les 4 ans de
Nériglissar avant le règne de Nabonide. La stèle de Hillah47 indique qu'il s'est écoulé 54 ans
entre la destruction du temple de Sîn, à Harrân, et le début du règne de Nabonide. D'après
une chronique babylonienne (BM 21901)48 et la stèle d'Adad-Guppi, le temple de Harrân a
été détruit en l'an 16 de Nabopolassar. La stèle de Hillah mentionne également des
événements durant la première année de Nabonide ainsi qu'une configuration
astronomique qui ne peut s'être produite qu'entre le 2 et le 6 Siwan -555.
43 N. GRIMAL - Histoire de l'Égypte ancienne
Paris 1988 Éd. Fayard pp. 454-456.
44 A. SPALINGER - Egypt and Babylonia: A Survey

Hamburg 1977, in: Studien Zur Altägyptischen Kultur Band 5 pp. 241,242.
45 R.A. PARKER, W.H. DUBBERSTEIN - Babylonian Chronology 626 B.C.-A.D. 75

Rhode Island 1956 Ed. Brown University Press pp. 10-13.


46 J.B. PRITCHARD - Ancient Near Eastern Texts

Princeton 1969 Ed. Princeton University Press p. 560,561.


47 P.A. BEAULIEU – The Reign of Nabonidus, King of Babylon 556-539 B.C.

in: Yale Near Eastern Research 10 (1989) n°2.


48 J.J. GLASSNER – Chroniques mésopotamiennes n°22

Paris 1993 Éd. Belles Lettres pp. 193-197.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 15

Ensemble des synchronismes impliqués (cases encadrées) utilisés pour vérifier la


chronologie du règne d'Amasis:
an roi assyrien éponyme assyrien roi babylonien
roi égyptien
-680 Esarhaddon Danânu 1 1 Esarhaddon
-679 Issi-Adad-anênu 2 2
-678 Nergal-!arru-u!ur 3 3
-677 Abî-râmu 4 4
-676 Banbâ 5 5
-675 Nabû-ahhê-iddin 6 6
-674 "arru-nûrî 7 7
-673 Atar-ilu 8 8
-672 Nabû-bêlu-u!ur 9 9
-671 Kanûnâyu 10 10
-670 "ulmu-bêli-la!me 11 11
-669 "amash-kâ!id-ayâbi 12 12
-668 Assurbanipal Marlarim 1 1 A!!urbanipal
-667 Gabbaru 2 1 "ama!-!uma-ukîn
-666 Kanûnâyu 3 2
-665 Mannu-kî-!arri 4 3
-664 Thèbes saccagée "arru-lû-dâri 5 4
-663 1 Psammétique Ier Bêl-na’id 6 5 1
-662 2 Tab-!ar-Sîn 7 6 2
-661 3 Arba’ilâyu 8 7 3
-660 4 Girsapûnu 9 8 4
-659 5 Silim-A!!ur 10 9 5
-658 6 "a-Nabû-!û 11 10 6
-657 7 Lâ-bâ!i 12 11 7
-656 8 Milkî-râmu 13 12 8
-655 9 Amyânu 14 13 9
-654 10 Assur-nâsir 15 14 10
-653 11 Assur-ilâya 16 15 11
-652 12 Assur-dûru-u!ur 17 16 12
-651 13 Sagabbu 18 17 13
-650 14 Bêl-Harrân-!adûa 19 18 14
-649 15 Ahu-ilâya 20 19 15
-648 16 Belshunu 21 20 16
-647 17 Nabû-nadin-ahi 22 1 Kandalanu 17
-646 18 Nabû-shar-ahhe!u 23 2 18
-645 19 "ama!-da’’inanni de Babylone 24 3 19
-644 20 Nabû-sharru-u!ur 25 4 20
-643 21 Nabû-sharru-u!ur de Marash 26 5 21
-642 22 "ama!-da’’inanni de Qué 27 6 22
-641 23 A!!ur-garu’a-nere 28 7 23
-640 24 "arru-metu-uballit 29 8 24
-639 25 Mu!allim-A!!ur 30 9 25
-638 26 A!!ur-gimilli-tere 31 10 26
-637 27 Zababa-eriba 32 11 27
-636 28 Sin-!arru-u!ur 33 12 28
-635 29 Bel-lu-dari 34 13 29
-634 30 Bullutu 35 14 30
-633 31 Upaqa-ana-Arbail 36 15 31
-632 32 Tab-sil-Sin 37 16 32
-631 33 Adad-remanni 38 17 33
-630 34 Salmu-!arri-iqbi 39 18 34
-629 35 A!!ur-etel-ilâni Nabû-!arru-u!ur [40] 1 19 35
-628 36 ?Nur-salam-sarpi? [41] 2 20 36
-627 37 Marduk-!arru-u!ur [42] 3 21 Sin-!um-li!ir 37
-626 38 Sin-!ar-i!kun Iqbi-ilani / Marduk-remanni 0 4 22) Sin-!ar-i!kun 38
-625 39 Sin-!arru-u!ur 1 1 Nabopolassar 39
-624 40 Kanunaiu 2 2 40
-623 41 A!!ur-matu-taqqin 3 3 41
-622 42 Daddî 4 4 42
16 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

-621 43 Bel-iqbi 5 5 43
-620 44 Sa’ilu 6 6 44
-619 45 Mannu-ki-ahhe 7 7 45
-618 46 Nabû-sakip 8 8 46
-617 47 Assur-remanni 9 9 47
-616 48 Bel-ahu-u!ur 10 10 48
-615 49 Sin-alik-pani 11 11 49
-614 50 Pa!i 12 12 50
-613 51 Nabû-tapputi-alik 13 13 51
-612 52 Shamash-!arru-ibni 14 14 52
-611 53 A!!ur-uballit II Nabû-mar-!arri-u!ur 1 15 53
-610 54 Nabû-!arru-u!ur 2 16 Temple de Harrân saccagé 54
-609 1 Nékao II Gargamisaiu 3 [0] 17 Stèle Adad-Guppi 1 55
-608 2 [1] 18 2 56
-607 3 [2] 19 3 57
-606 4 [3] 20 4 58
-605 5 0 21 5 59
-604 6 1 Nabuchodonosor II 6 60
-603 7 2 7 61
-602 8 3 8 62
-601 9 4 9 63
-600 10 5 10 64
-599 11 6 11 65
-598 12 7 12 66
-597 13 8 13 67
-596 14 9 14 68
-595 15 10 15 69
-594 16 1 Psammétique II 11 16 70
-593 2 12 17 71
-592 3 13 18 72
-591 4 14 19 73
-590 5 15 20 74
-589 6 16 21 75
-588 1 7 Apriès 17 22 76
-587 2 18 23 77
-586 3 19 24 78
-585 4 20 25 79
-584 5 21 26 80
-583 6 22 27 81
-582 7 23 28 82
-581 8 24 29 83
-580 9 25 30 84
-579 10 26 31 85
-578 11 27 32 86
-577 12 28 33 87
-576 13 29 34 88
-575 14 30 35 89
-574 15 31 36 90
-573 16 32 37 91
-572 17 33 38 92
-571 18 34 39 93
-570 19 35 40 94
-569 [20] 1 Amasis 36 41 95
-568 [21] 2 Tablette VAT 4956 37 42 96
-567 [22] 3 38 43 97
-566 4 39 44 98
-565 5 40 45 99
-564 6 41 46 100
-563 7 42 47 101
-562 8 0 43 48 102
-561 9 1 Amêl-Marduk 49 103
-560 10 0 2 50 104
-559 11 1 Nériglissar 51 105
-558 12 pap. Louvre 7848 Cyrus II [1] 2 52 106
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 17

-557 13 [2] 3 53 107


-556 14 [3] 4 54 108
0 0 Lâbâ!i-Marduk
-555 15 stèle de Hillah
[4] 1 Nabonide 109
-554 16 [5] 2 110
-553 17 [6] [0] 3 Bel-!ar-u!ur 111
-552 18 [7] [1] 4 112
-551 19 [8] [2] 5 113
-550 20 [9] [3] 6 114
-549 21 [10] [4] 7 115
-548 22 [11] [5] 8 116
-547 23 [12] [6] 9 117
-546 24 [13] [7] 10 118
-545 25 [14] [8] 11 119
-544 26 [15] [9] 12 120
-543 27 [16] [10] 13 121
-542 28 [17] [11] 14 122
-541 29 [18] [12] 15 123
-540 30 [19] [13] 16 124
-539 31 Chute de Babylone [20] [14] 17 125
-538 32 Cyrus II 1 [1] Ugbaru 126
-537 33 2 1 Cambyse II 127
-536 34 3 [2] 128
-535 35 4 [3] 129
-534 36 5 [4] 130
-533 37 6 [5] 131
-532 38 7 [6] 132
-531 39 8 [7] 133
-530 40 9 [8] 134
-529 41 Cambyse II 1 135
-528 42 2 136
-527 43 3 137
-526 3 44 4 138
1 Psammétique III
-525 4 2 Stèle IM.4187 5
5 Cam byse I I
-524 6 6
-523 7 Tablette BM 33066 7

Un almanach (VAT 4956)49, recopié durant la période achéménide, est daté des
années 37 et 38 de Nabuchonodosor et contient de nombreuses conjonctions
astronomiques qui ne peuvent être datées que durant les années 568 et 567. Un journal
astronomique (BM 38462)50 liste des éclipses de lune datées des ans 1 à 27 de
Nabuchodonosor qui peuvent être datées sur une période allant de 604 à 578 (la chute de
l'empire assyrien, qui eut lieu en octobre -609 après la bataille d'Harrân, constitue un
quadruple synchronisme, puisque l'an 3 d'A!!ur-uballi! II correspond à l'an 17 de
Nabopolassar, à l'an 31 de Josias et à l'an 1 de Nékao II).
Tous ces repères temporels permettent d'ancrer la chronologie néo-babylonienne et
de confirmer les successions de règnes. De la même façon, en recoupant les synchronismes
fondés sur les éponymes assyriens et la prosopographie des scribes royaux avec les
phénomènes astronomiques décrits dans certaines lettres (éclipses de lune, positions de
planètes et d'étoiles) que l'on peut dater par l'astronomie, il est possible d'obtenir une
chronologie assyrienne absolue sur la période allant de 681 à 648 avant notre ère51.

49 A.J. SACHS, H. HUNGER - Astronomical Diaries and Related Texts from Babylonia vol. I
Wien 1988 Ed. Akademie der Wissenschaften (n° -567).
50 H. HUNGER - Astronomical Diaries and Related Texts from Babylonia vol. V n° 6

Wien 2001 Ed. Akademie der Wissenschaften pp. 27-30,396.


51 S. PARPOLA – Assyrian Chronology 681-648 BC.

in: Letters from Assyrian Scholars to the Kings Esarhaddon and Assurbanipal Part II. Winona Lake 2007 d. Eisenbrauns pp. 381-430.
18 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

En utilisant la datation obtenue à partir du Papyrus Louvres 7848 (II Shemou 13


[lunaire]/ I Shemou 15 [civil] dans la 12e année d'Amasis), soit le 22 septembre -558, il est
possible de reconstituer le fonctionnement des deux calendriers égyptiens, civil et lunaire.
En supposant que le cycle lunaire de 25 ans débutait en -560 (I Akhet 1 civil daté du 10
janvier, proche de la pleine lune du 9 janvier correspondant au jour lunaire 1), le cycle
débute par 2 jours lunaire dans le même mois civil (jours 1 et 30).
Les trois premières années du cycle lunaire (qui commence le I Ahket 1 à l'an 10
d'Amasis, soit le 10 janvier -560) peuvent être simulées. Cela permet de vérifier qu'en -568
la double date théorique dans les deux calendriers (lunaire et civil) est du II Shemou 13
[lunaire]/ I Shemou 16 [civil], identique à celle du papyrus à 1 jour près52:

Amasis calendrier lunaire calendrier civil jour julien pleine lune


an: jour 1 jour du cycle
10 -560 I Akhet 1 I Akhet 1 10 janvier 9 janvier
II Akhet 1 I Akhet 30 8 février 7 février
III Akhet 1 II Akhet 30 10 mars 9 mars
IV Akhet 1 III Akhet 29 8 avril 8 avril
I Peret 1 IV Akhet 29 8 mai 7 mai
II Peret 1 I Peret 28 6 juin 6 juin
III Peret 1 II Peret 28 6 juillet 6 juillet
IV Peret 1 III Peret 27 4 août 4 août
I Shemou 1 IV Peret 27 3 septembre 2 septembre
II Shemou 1 I Shemou 26 2 octobre 2 octobre
III Shemou 1 II Shemou 25 1 novembre 1 novembre
IV Shemou 1 III Shemou 25 30 novembre 30 novembre
I Akhet 1 IV Shemou 25 30 décembre 29 décembre
11 -559 II Akhet 1 I Akhet 19 28 janvier 28 janvier
III Akhet 1 II Akhet 19 27 février 26 février
IV Akhet 1 III Akhet 18 28 mars 28 mars
I Peret 1 IV Akhet 18 27 avril 27 avril
II Peret 1 I Peret 17 26 mai 26 mai
III Peret 1 II Peret 17 25 juin 25 juin
IV Peret 1 III Peret 16 24 juillet 24 juillet
I Shemou 1 IV Peret 16 23 août 23 août
II Shemou 1 I Shemou 15 21 septembre 21 septembre
III Shemou 1 II Shemou 15 21 octobre 21 octobre
IV Shemou 1 III Shemou 14 19 novembre 19 novembre
I Akhet 1 IV Shemou 14 19 décembre 19 décembre
12 -558 II Akhet 1 I Akhet 8 17 janvier 17 janvier
III Akhet 1 II Akhet 8 16 février 16 février
IV Akhet 1 III Akhet 7 17 mars 17 mars
I Peret 1 IV Akhet 7 16 avril 16 avril
II Peret 1 I Peret 6 15 mai 15 mai
III Peret 1 II Peret 6 14 juin 14 juin
IV Peret 1 III Peret 5 13 juillet 13 juillet
I Shemou 1 IV Peret 5 12 août 12 août
II Shemou 1 I Shemou 4 10 septembre 10 septembre
II Shemo u 13 I Shemo u 16 22 septembr e
III Shemou 1 II Shemou 4 10 octobre 10 octobre
IV Shemou 1 III Shemou 3 8 novembre 9 novembre
I Akhet 1 IV Shemou 3 8 décembre 8 décembre

52La pleine lune, selon l'astronomie, tombe (en Égypte) vers 8h30 le 11 septembre -558, soit dans la journée. La pleine lune nocturne
observée à l'œil a donc dû être vue la veille (le 10 septembre) ou l'avant-veille (le 9 septembre). Cet écart de 1 jour provient d'une
difficulté d'observation (passage au maximum à +/- 1 jour), identique à celle du 1er croissant qui pouvait, lui, être vu avec 1 jour de retard
(parfois 2). De même, la pleine lune pouvait être vue avec 1 jour d'avance (parfois 2).
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 19

En supposant une suite régulière des mois, on obtient le changement du cycle


lunaire suivant au début de l'an 35 d'Amasis (en -536). La date civile des mois lunaires reste
dans le même mois lorsque des pleines lunes successives tombent sur le 1 et le 30 du même
mois civil ou lorsqu'elles tombent sur un jour épagomène. Ce système de pseudo-
intercalation maintient une concordance entre les mois civils et lunaires (avec une date
lunaire légèrement en avance sur la date civile). En effet, cette coïncidence se produit 9 fois
durant le cycle53, il y a donc 309 mois lunaires (= 12 x 25 + 9) dans un cycle complet
correspondant à 25 années civiles (25 x 365 = 9125 jours = 29,530588 x 309).
n° cycle Amasis calendrier lunaire calendrier civil jour julien pleine lune
lunaire an: jour 1
25 34 -536 II Akhet 1 I Akhet 10 13 janvier 14 janvier
III Akhet 1 II Akhet 10 12 février 13 février
IV Akhet 1 III Akhet 9 13 mars 14 mars
I Peret 1 IV Akhet 9 12 avril 13 avril
II Peret 1 I Peret 8 11 mai 12 mai
III Peret 1 II Peret 8 10 juin 10 juin
IV Peret 1 III Peret 7 9 juillet 10 juillet
I Shemou 1 IV Peret 7 8 août 8 août
II Shemou 1 I Shemou 6 6 septembre 6 septembre
III Shemou 1 II Shemou 6 6 octobre 6 octobre
IV Shemou 1 III Shemou 5 4 novembre 5 novembre
I Akhet 1 IV Shemou 5 4 décembre 4 décembre
1 35 -535 I Akhet 1 I Akhet 1 4 janvier 4 janvier
II Akhet 1 I Akhet 30 2 février 2 février
III Akhet 1 II Akhet 30 4 mars 4 mars

DETERMINATION DU REGNE DE RAMSES III


Selon la plupart des égyptologues54, le règne de Ramsès III débute autour de 1187.
Cette date est obtenue en additionnant les règnes des différents pharaons55 entre Ramsès II
et Ramsès III. Si l'accession de Ramsès II tombe en 1283, au lieu de 1279 (soit 4 ans plus
tôt), celle de Ramsès III doit remonter autour de 1191 (= 1187 +4):
Pharaon durée min. du règne date de l'accession date la + haute
Ramsès II 66 ans 2 mois III Shemou 27 67 I Akhet 18
Merenptah 9 ans 3 mois II Akhet 5-13? 10 IV Akhet 7
Séthy II / [Amenmès] 5 ans / [4 ans] I Peret ? 6 I Peret 19
Siptah 6 ans I Peret 2? 7 IV Akhet 22
[Siptah]/ Taousert [6 ans] + 1 an 4 mois " 8 II Shemou 2956
Sethnakht / Taousert 2 ans [+ 1 an 4 mois] "? 4
Ramsès III 31 ans 1 mois I Shemou 26 32 III Shemou 14

Les durées de règne correspondent assez bien à celles de Manéthon. Cependant, à


cause de l'incertitude sur quelques dates d'accession, trois de ces règnes peuvent avoir 1 an
de plus si on se place à la fin de la dernière année de règne au lieu du début. Ainsi, Séthy II
peut avoir régné 6 ans au lieu de 5, et Ramsès II peut avoir régné 67 ans et 2 mois au lieu
53 Le jour lunaire tombe sur le 1 et le 30 du même mois 4 fois durant le cycle: le I Akhet de l'an 1, le III Akhet de l'an 12, le III Shemou
de l'an 20 et le I Peret de l'an 23. Le jour lunaire tombe sur un jour épagomène 5 fois: l'an 3, 6, 14, 17 et 25 du cycle.
54 P. VERNUS, J. YOYOTTE - Dictionnaire des pharaons

Paris 1998 Éd. Noésis p. 143.


55 E. HORNUNG – The New Kingdom in: Ancient Egyptian Chronology.

Leiden 2006 Ed. Brill pp. 211-215.


C. VANDERSLEYEN - L'Egypte et la vallée du Nil Tome 2
Paris 1995 Éd. Presses Universitaires de France pp. 557-616.
56 R. WILKINSON – “Tausert Temple Project: 2010-11 Season” The Ostracon

in: The Journal of the Egyptian Study Society 22 (2011), p; 8.


20 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

de 66 ans et 2 mois. Les 4 ans de règne du pharaon Amenmès sont placés entre Merenptah
et Séthy II alor qu'ils sont en parallèle avec Séthy II (et en retard d'environ 5 mois) selon les
dates lunaires des règnes de Taousert et de Ramsès II datées dans le calendrier civil. Le
règne de Taousert est assez bien connu57. Femme de Séthy II, elle exerça après sa mort une
forte influence sur son fils Siptah (régence ?) puis, à la mort de ce dernier, poursuivit son
règne en son nom (Sethnakht commença aussi son règne à la mort de Siptah)58. Manéthon59
confirme les 7 ans de règne de la reine Taousert, puisqu'il écrit: Thouôris, (…) au temps où
Troie fut prise [vers -1200], a régné 7 ans. Ce règne fixe la chronologie. En effet, on constate
que les Égyptiennes, en tant qu'épouse (ou fille) de pharaon, accédaient à la divinité, ce qui
les autorisait à incarner et donc à prolonger le règne d'un pharaon mort sans successeur
effectif, mais non à commencer un nouveau règne. Ce cas s'est produit au moins à trois
reprises sur la période 1500-1200: 1) Taousert épouse de Séthy II poursuivant le règne de
son fils Siptah, 2) Ankhkhépérouré poursuivant celui de son mari Semenkhkaré et 3)
Hatshepsout poursuivant le règne de son mari Thoutmosis II (qui fut à son tour prolongé
par Thoutmosis III à la mort d'Hatshepsout). Ces règnes prolongés ont été interprétés par
certains comme des corégences, ce qui fausse la chronologie. Une autre source d'erreur
provient des changements de nom d'un pharaon, interprétés comme le règne de nouveaux
souverains. En fait il n'en est rien, puisque sans raison apparente Ramsès-Siptah
(Sékhâenré-Méryamon) s'est ensuite appelé Merenptah-Siptah (Akhenrê-Sétepenrê) à partir
de l'an 3 de son règne.
Datation par un synchronisme babylonien. La chute de l'empire hittite, avec la mort du
dernier roi hittite "uppiluliyama II, fut un événement mémorable. En effet, la crise qui
toucha la Méditerranée orientale vers l'an 1200 causa la ruine des grands empires de l'âge de
bronze. Thèbes, Lefkandi, Tirynthe, Mycènes et Pylos, en Grèce continentale, ainsi que la
Canée en Crète, furent saccagées et parfois entièrement détruites. La plupart de ces villes et
leurs palais ont, semble-t-il, été incendiés. En Anatolie, on retrouve sur les sites les plus
importants un niveau archéologique anéanti de façon similaire et qui date de la même
époque. Hattousa, la capitale hittite, fut pillée et brûlée tout comme les villes principales de
Chypre. Sur la côte nord de la Syrie, la florissante cité d'Ugarit fut dévastée et jamais plus
habitée par la suite. La Mésopotamie fut préservée car cette vague de saccage ne s'étendit
pas à l'Est60, et ce furent les Égyptiens qui, seuls, purent l'arrêter. Le temple de Ramsès III à
Medinet Habu contient un récit de cette victoire sur les "peuples de la mer".
L'identification de ces peuples, tout comme les raisons de leur migration, sont mal
connues61. Cependant ces événements sont précisément datés. Le grand savant alexandrin
Ératosthène (276-193), par exemple, datait la célèbre guerre de Troie en -1184, ce qui
coïncide avec la chute de l'empire hittite datée indirectement de l'an 8 de Ramsès III et
aussi de l'an 2 de Meli-Shipak. Les derniers textes d'Emar sont datés du [-]/VI2/2 et du
16/VII/[-] de Meli-Shipak62, soit vers octobre -1185. Cette guerre menée par les Peuples de
la Mer a dû s'étaler sur une année (et non sur 5 ans) car, selon l'inscription de Ramsès III,
tous les pays (Hatti, la côte de Cilicie, Karkemish, Chypre, etc.) furent "détruits d'un seul
57 V.G. CALLENDER – Queen Tausret and the End of Dynasty 19
in: Studien zur Altägyptischen Kultur 32 (2004) pp. 81-104.
58 L'an 4 de Sethnakht (Al-Ahram Weekly 11-17 January 2007 n°827) implique au moins 3 ans de règne, mais comme ce règne a débuté à

la mort de Siptah (C. VANDERSLEYEN 1995 pp. 591-593) il faut retrancher le règne de Taousert (1 an 4 mois).
59 W.G. WADDELL – Manetho.

Massachusetts 1956 Ed. Harvard University Press pp. 101-119.


60 R. MORKOT – Atlas de la Grèce antique

Paris 1996 Éd. Autrement pp. 33-34.


61 Selon Thucydide, la guerre de Troie fut le résultat d'une expédition hétéroclite de peuplades de pirates (cf. L'Odyssée III:71-74), habitant

dans des îles autour de l'Achaïe, qui étaient fédérées par Agamemnon le roi de Mycènes. Cette expédition contre les Troyens était
l'aboutissement de 10 ans de bataille (La guerre du Péloponnèse I:8-12). Une bataille en Égypte est mentionnée en l'an 5 de Ramsès III.
62 Y. COHEN, I. SINGER – A Late Synchronism between Ugarit and Emar

in: Essays on Ancient Israel in Its Near Eastern Context (Eisenbrauns 2006) Indiana p. 134.
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 21

coup" et, selon le texte d'Homère (L'Odyssée XIV:240-280), le saccage de la ville de Priam
[Troie] par les Achéens fut suivi "en moins d'un mois" par la croisière vers l'Égypte puis du
saccage de ses champs merveilleux. Comme l'an 2 de Meli-"ipak tombe en -1185 cela
implique de dater l'accession de Ramsès III en 1192 (= 1185 +8 – 2 +1), ce qui est en
accord avec une accession de Ramsès II en 1283 (= 1192 +2 + 1 +6 + 5 +9 +66 +9 mois).
L'an 2 de Meli-Shipak débute au 1er Nisan, soit le 4 avril -1185, et l'an 8 de Ramsès III
débute au I Shemou 26, soit aussi en avril à cette époque. L'accession est comptée comme
année 0 par les Babyloniens et comme année 1 par les Égyptiens63.
Datation par un synchronisme lunaire. Il est possible de caler le règne de Taousert, et par
conséquent celui de Ramsès III, grâce au graffito qu'un scribe du nom de Thotemhab laissa
au temple thébain de Deir el-Bahari, en souvenir de sa participation à la Fête de la Vallée.
Au cours de cette célébration annuelle, la statue processionnelle d'Amon passait 2 nuits au
temple funéraire du souverain régnant. Le graffito de Thotemhab nous apprend qu'en l'an
7 de Taousert, le II Shemou 28, la statue d'Amon fut transportée au temple funéraire. Or la
Belle Fête de la Vallée était célébrée le lendemain du 1er jour lunaire, ce qui implique de
dater le jour 1 (psdntyw) au II Shemou 27 de l'an 7 de Taousert64.
L'accession de Ramsès II datée du III Shemou 27 tombe donc le 1er juin 1283. La
date lunaire de l'an 52 impose soit un règne de 66 ans pour Ramsès II et de 6 ans pour
Séthy II soit un règne de 67 ans pour Ramsès II et de 5 ans (et quelques jours) pour Séthy
II, la deuxième possibilité étant la plus vraisemblable65. En effet, le règne de 66 ans et 2
mois provient de Manéthon (via Flavius Josèphe) mais, dans sa stèle datée du début de l'an
4, Ramsès IV compare ses 3 ans de règne avec les 67 ans (et non 66) de Ramsès II, ce qui
implique une mort de Ramsès au début de l'an 68 en accord avec le nombre des jubilés. Le
nombre des jubilés de Ramsès II confirme cette date, car 14 fêtes sed sont annoncées66 (à la
date du I Peret 1/17)67. Le premier étant célébré en l'an 30 et les autres tous les 3 ans, cela
donne un règne total de plus de 66 ans68.
Le règne de Ramsès III débute au I Shemou 26 de l'an 1, soit au 9 mars -1192.
Cette reconstitution confirme aussi les 2 ans de règne du pharaon Sethnakht, car la durée
de 3 ans impliquerait une date lunaire au II Shemou 7 (en avril -1196), incompatible avec
celle du II Shemou 27 provenant du graffito69. Cette date du II Shemou 27 de l'an 7
correspond au 10 avril en -1195 et coïncide avec une pleine lune70. On constate aussi que
les deux dates lunaires de Ramsès III (I Shemou 11 et IV Peret 1) tombent au début et à la
fin de l'an 5. De plus, la belle fête de la vallée71 [vraisemblablement à la fin de l'an 5], célébrée
juste après le jour lunaire 1 (psdntyw), est datée du II Shemou 1 et 2, ce qui implique de dater
ce jour lunaire 1 au I Shemou 30, soit le 12 mars en -1187.
63 Le marbre de Paros (rédigé en -264), date la guerre de Troie du 23 Thargelion en l'an 22 de Ménésthéos, roi d'Athènes, soit le 25 mai
en -1185. Eusèbe date la guerre de Troie du 23 Thargelion en l'an 18 d'Agamemnon, roi de Mycènes (Préparation évangélique X:12:15).
64 R. KRAUSS – Moïse le pharaon

Monaco 2005 Éd. Rocher pp. 125-127.


65 H. ALTENMÜLLER – Bemerkunden zu den königsgräbern des neuen reiches

in: Studien zur Altägyptischen Kultur 10 (1983) pp. 43-61.


66 C. DESROCHES NOBLECOURT – Ramsès II la véritable histoire

Paris 1996 Éd. Pygmalion/Gérard Watelet pp. 373-376.


67 C. OBSOMER – Ramsès II

Paris 2012 Éd. Pygmalion pp. 529-533.


68 Le 1er jubilé est annoncé en l'an 30 (...), le 10e en l'an 57 (I Peret 17), le 11e en l'an 60 (I Peret 17), le 12e en l'an 61 (jubilé bis 2x30 ans),

le 13e en l'an 63 (I Peret 1) et le 14e en l'an 66 (I Peret 1 ?).


69 L'inscription de l'an 3 de Sethnakht (The Inscriptions of Sinai N°271) est sans mention de mois. Si la Stèle d'Éléphantine (KRI V:671-672)

précise que tous les ennemis de l'Égypte furent éliminés en l'an 2 de Sethnakht le II Shemou 1, il n'y a pas de lien explicite avec une date
d'accession, mais cela pourrait correspondre à la mort de Taousert (ainsi datée du II Shemou 1 de l'an 8 de Siptah). Par contre, comme
l'accession de Ramsès III est datée du I Shemou 26, le règne de Sethnakht dut débuter le I Shemou x (1<x<26), ce qui fixerait la mort de
Taousert le I Shemou x-1 an 8 de Siptah. De même, la date de l'an 8 de Siptah du mois IV [?] qui apparaît à la première ligne d'un
ostracon de quatre lignes (Catalogue Général du Caire n° 25293) devrait être lue: an 8 IV [Peret] de Siptah Taousert.
70 http://www.imcce.fr/fr/grandpublic/phenomenes/phases_lune/index.php
71 S. EL-SABBAN – Temple Festival Calendars of Ancient Egypt

Liverpol 2000 Ed. Liverpool University Press pp. 67,68.


22 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Règnes des pharaons datés dans le calendrier civil égyptien en fonction du cycle
lunaire de 25 ans (par exemple le règne de Séthy 1er débute en juin -1294 et durant ce mois
le 1er jour lunaire psdntyw est daté du IV Shemou 14 dans le calendrier civil):
AKHET PERET SHEMOU
An I II III IV I II III IV I II III IV 5
Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin
Séthy Ier 1294 2 19 19 18 18 18 17 17 16 16 15 15 14
1293 1 3 9 8 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
1292 2 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23
1291 3 5 17 17 16 16 15 15 14 14 13 13 12 12
1290 4 6 6 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1
1289 5 7 25 25 24 24 23 23 23 22 22 21 21 20
1288 6 8 15 14 14 13 13 12 12 11 11 10 10 10
1287 7 9 4 4 3 3 2 2 1 1 30 29 29 28
1286 8 10 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19 18 18
1285 9 11 12 12 11 11 10 10 10 9 9 8 8 7
1284 10 12 2 1 1 30 30 29 28 28 27 27 27 26
Ramsès II 1283 11 13 21 20 20 19 19 18 18 17 17 16 16 15
1282 1 14 10 9 9 9 8 8 7 7 6 6 5 5 4
1281 2 15 29 28 28 27 27 27 26 26 25 25 24 24
1280 3 16 18 18 17 17 16 16 15 15 14 14 14 13
1279 4 17 8 7 7 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2
1278 5 18 26 26 26 25 25 24 24 23 23 22 22 21
1277 6 19 16 15 15 14 14 14 13 13 12 12 11 11
1276 7 20 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1 1 30
1275 8 21 24 24 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19
1274 9 22 13 13 13 12 12 11 11 10 10 9 9 8
1273 10 23 3 2 2 1 1 30 30 29 29 28 28 27
1272 11 24 22 21 21 20 20 19 19 18 18 18 17 17
1271 12 25 11 11 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6
1270 13 1 1 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 25
1269 14 2 19 19 18 18 18 17 17 16 16 15 15 14
1268 15 3 9 8 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
1267 16 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23
1266 17 5 17 17 16 16 15 15 14 14 13 13 12 12
1265 18 6 6 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1
1264 19 7 25 25 24 24 23 23 23 22 22 21 21 20
1263 20 8 15 14 14 13 13 12 12 11 11 10 10 10
1262 21 9 4 4 3 3 2 2 1 1 30 29 29 28
1261 22 10 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19 18 18
1260 23 11 12 12 11 11 10 10 10 9 9 8 8 7
1259 24 12 2 1 1 30 30 29 28 28 27 27 27 26
1258 25 13 21 20 20 19 19 18 18 17 17 16 16 15
1257 26 14 10 9 9 9 8 8 7 7 6 6 5 5 4
1256 27 15 29 28 28 27 27 27 26 26 25 25 24 24
1255 28 16 18 18 17 17 16 16 15 15 14 14 14 13
1254 29 17 8 7 7 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2
1253 30 18 26 26 26 25 25 24 24 23 23 22 22 21
1252 31 19 16 15 15 14 14 14 13 13 12 12 11 11
1251 32 20 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1 1 30
1250 33 21 24 24 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19
1249 34 22 13 13 13 12 12 11 11 10 10 9 9 8
1248 35 23 3 2 2 1 1 30 30 29 29 28 28 27
1247 36 24 22 21 21 20 20 19 19 18 18 18 17 17
1246 37 25 11 11 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6
1245 38 1 1 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 25
1244 39 2 19 19 18 18 18 17 17 16 16 15 15 14
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 23

1243 40 3 9 8 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
1242 41 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23
1241 42 5 17 17 16 16 15 15 14 14 13 13 12 12
1240 43 6 6 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1
1239 44 7 25 25 24 24 23 23 23 22 22 21 21 20
1238 45 8 15 14 14 13 13 12 12 11 11 10 10 10
1237 46 9 4 4 3 3 2 2 1 1 30 29 29 28
1236 47 10 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19 18 18
1235 48 11 12 12 11 11 10 10 10 9 9 8 8 7
1234 49 12 2 1 1 30 30 29 28 28 27 27 27 26
1233 50 13 21 20 20 19 19 18 18 17 17 16 16 15
1232 51 14 10 9 9 9 8 8 7 7 6 6 5 5 4
1231 52 15 29 28 28 27 27 27 26 26 25 25 24 24
1230 53 16 18 18 17 17 16 16 15 15 14 14 14 13
1229 54 17 8 7 7 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2
1228 55 18 26 26 26 25 25 24 24 23 23 22 22 21
1227 56 19 16 15 15 14 14 14 13 13 12 12 11 11
1226 57 20 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1 1 30
1225 58 21 24 24 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19
1224 59 22 13 13 13 12 12 11 11 10 10 9 9 8
1223 60 23 3 2 2 1 1 30 30 29 29 28 28 27
1222 61 24 22 21 21 20 20 19 19 18 18 18 17 17
1221 62 25 11 11 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6
1220 63 1 1 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 25
1219 64 2 19 19 18 18 18 17 17 16 16 15 15 14
1218 65 3 9 8 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
1217 66 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23
1216 67 5 17 17 16 16 15 15 14 14 13 13 12 12
Merenptah 1215 1 6 6 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1
1214 2 7 25 25 24 24 23 23 23 22 22 21 21 20
1213 3 8 15 14 14 13 13 12 12 11 11 10 10 10
1212 4 9 4 4 3 3 2 2 1 1 30 29 29 28
1211 5 10 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19 18 18
1210 6 11 12 12 11 11 10 10 10 9 9 8 8 7
1209 7 12 2 1 1 30 30 29 28 28 27 27 27 26
1208 8 13 21 20 20 19 19 18 18 17 17 16 16 15
1207 9 14 10 9 9 9 8 8 7 7 6 6 5 5 4
Séthy II 1206 1 15 29 28 28 27 27 27 26 26 25 25 24 24
1205 2 16 18 18 17 17 16 16 15 15 14 14 14 13
1204 3 17 8 7 7 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2
1203 4 18 26 26 26 25 25 24 24 23 23 22 22 21
1202 5 19 16 15 15 14 14 14 13 13 12 12 11 11
Siptah 1201 1 20 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1 1 30
1200 2 21 24 24 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19
1199 3 22 13 13 13 12 12 11 11 10 10 9 9 8
1198 4 23 3 2 2 1 1 30 30 29 29 28 28 27
1197 5 24 22 21 21 20 20 19 19 18 18 18 17 17
1196 6 25 11 11 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6
Taousert 1195 7 1 1 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 25
Sethnakht 1194 2 2 19 19 18 18 18 17 17 16 16 15 15 14
1193 3 3 9 8 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
Ramsès III 1192 1 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23
1191 2 5 17 17 16 16 15 15 14 14 13 13 12 12
1190 3 6 6 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1
1189 4 7 25 25 24 24 23 23 23 22 22 21 21 20
1188 5 8 15 14 14 13 13 12 12 11 11 10 10 10
1187 6 9 4 4 3 3 2 2 1 1 30 29 29 28
1186 7 10 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19 18 18
1185 8 11 12 12 11 11 10 10 10 9 9 8 8 7
24 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

1184 9 12 2 1 1 30 30 29 28 28 27 27 27 26
1183 10 13 21 20 20 19 19 18 18 17 17 16 16 15
1182 11 14 10 9 9 9 8 8 7 7 6 6 5 5 4
1181 12 15 29 28 28 27 27 27 26 26 25 25 24 24
1180 13 16 18 18 17 17 16 16 15 15 14 14 14 13
1179 14 17 8 7 7 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2
1178 15 18 26 26 26 25 25 24 24 23 23 22 22 21
1177 16 19 16 15 15 14 14 14 13 13 12 12 11 11
1176 17 20 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1 1 30
1175 18 21 24 24 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19
1174 19 22 13 13 13 12 12 11 11 10 10 9 9 8
1173 20 23 3 2 2 1 1 30 30 29 29 28 28 27
1172 21 24 22 21 21 20 20 19 19 18 18 18 17 17
1171 22 25 11 11 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6
1170 23 1 1 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 25
1169 24 2 19 19 18 18 18 17 17 16 16 15 15 14
1168 25 3 9 8 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
1167 26 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23
1166 27 5 17 17 16 16 15 15 14 14 13 13 12 12
1165 28 6 6 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1
1164 29 7 25 25 24 24 23 23 23 22 22 21 21 20
1163 30 8 15 14 14 13 13 12 12 11 11 10 10 10
1162 31 9 4 4 3 3 2 2 1 1 30 29 29 28
1161 32 10 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19 18 18
Ramsès IV 1160 1 11 12 12 11 11 10 10 10 9 9 8 8 7
1159 2 12 2 1 1 30 30 29 28 28 27 27 27 26
1158 3 13 21 20 20 19 19 18 18 17 17 16 16 15
1157 4 14 10 9 9 9 8 8 7 7 6 6 5 5 4
1156 5 15 29 28 28 27 27 27 26 26 25 25 24 24
1155 6 16 18 18 17 17 16 16 15 15 14 14 14 13
Synchronisme avec le lever sothiaque de l'an 4 de Séthy Ier daté
en -1291 par l'astronomie.
Synchronisme avec la chronologie babylonienne: ans 19 et 42
de Ramsès II datés respectivement en -1264 et en -1241; an 8
de Ramsès III en -1185.
Dates lunaires dans le calendrier civil: an 52 de Ramsès II daté
en -1232; an 7 de Siptah en -1195; an 4 de Ramsès IV en -1158.

Le règne du pharaon Amenmès72 ne peut se placer entre celui de Merenptah et de


Séthy II, mais seulement en parallèle avec celui de Séthy II (la rivalité entre les deux rois se
déduit de leur cartouche, chacun ayant fait effacer le nom de l'autre), comme cela peut se
déduire des dates lunaires. L'insertion des 4 ans de règne d'Amenmès repousserait la date
lunaire, soit au II Peret 21 en -1236 si le règne de Séthy II est de 5 ans, soit au II Peret 2 en
-1237 si ce règne est de 6 ans, or la seule possibilité est celle du II Peret 27 en -1232.
L'inscription de Ramsès III au temple de Medinet Habu contient au moins deux
dates lunaires (psdntyw) qui sont datés du I Shemou 11 et du IV Peret 1 dans le calendrier
civil73. Bien que les années de règne ne soient pas indiquées, le reste de l'inscription décrit
trois guerres datées respectivement des années 5, 8 et 11. Les dates lunaires étant
différentes chaque année, on peut supposer que celles qui sont données appartiennent à
l'une de ces trois années. En calant l'année 8 de Ramsès III en -1185, on constate que
l'année 7 de Taousert tombe en -1195 et que le 1er jour lunaire du II Shemou de cette année
tombe le 26 dans le calendrier civil, soit la pleine lune du 10 avril en -1195.
72 T. S CHNEIDER – Conjectures about Amenmesse
in: Ramesside Studies in Honour of K.A. itchen (Rutherford Press, 2011) pp. 445-451.
73 A. SPALINGER – Egyptian Festival Dating and the Moon

in: Under One Sky (Münster 2002) Ed. Ugarit-Verlag pp. 385-389.
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 25

Le jour lunaire psdntyw a toujours joué un rôle important dans le culte égyptien. Sur
la stèle d'Abydos de l'an 4 de Ramsès IV, ce pharaon précise74: Mon cœur n'a pas oublié le jour
de ma fête de psdntyw or cette stèle est datée du III Akhet 10; ce qui implique un lien avec ce
jour lunaire. L'an 4 de Ramsès IV débute au III Shemou 15 (le jour de son accession)75 et
en 1158 selon le schéma précédent, or on peut aussi vérifier que l'an 4 de Ramsès IV
débute par un jour lunaire 1 daté du III Shemou 16, ce qui explique le choix de l'an 4 pour
l'inscription. Le III Shemou 15 correspond au 19 avril en -1158, jour de pleine lune,
comme le III Akhet 10 qui correspond au 16 août -1158.
Ainsi, en utilisant le synchronisme avec la chronologie babylonienne, l'an 8 de
Ramsès III doit être daté en -1185, ce qui implique de dater l'an 7 de [Siptah] Taousert en -
1195. Il est alors facile de vérifier que le jour lunaire 1 daté du III Shemou 27 de l'an 7
s'insère exactement dans le cycle lunaire de 25 ans et que ce jour coïncide aussi avec la
pleine lune du 9 avril -1195.
Chronologie de la XIXe dynastie selon les règnes et les dates d'accession76:
Pharaon durée min. du règne date de l'accession date la + haute dates du règne
XIXe dynastie
Ramsès I er 1 an 4 mois III Peret ? 2 II Peret 20 01/1295-05/1294
Séthy I er 11 ans III Shemou 24 ? 11 IV Shemou 13 06/1294-06/1283
Ramsès II 67 ans 2 mois III Shemou 27 67 I Akhet 18 06/1283-07/1216
Merenptah 9 ans 3 mois II Akhet 5-13? 10 IV Akhet 7 08/1216-10/1207
Séthy II 5 ans I Peret ? 6 I Peret 19 11/1207-10/1202
[Amenmès] [4 ans] [04/1206-03/1202]
Siptah 6 ans I Peret 2? 7 IV Akhet 22 11/1202-10/1196
(Siptah)/ Taousert 1 ans 4 mois " 8 II Shemou 29 11/1196-04/1194
XXe dynastie
Sethnakht 3 ans 5 mois " 4 11/1196-03/1192
Ramsès III 31 ans 1 mois I Shemou 26 32 III Shemou 14 04/1192-04/1161
Ramsès IV 6 ans 8 mois III Shemou 15 7 III Akhet 29? 05/1161-12/1155

DETERMINATION DU REGNE DE THOUTMOSIS III


Le règne actuel de Thoutmosis III repose sur deux données: un synchronisme
astronomique provenant d'un lever héliaque de Sirius durant son règne, ce qui fixe son
accession autour de -1470, et deux jours lunaires (psdntyw) datés respectivement du I
Shemou 21 de l'an 23 et du II Peret 30 de l'an 24, ce qui fixe son accession en -1479, selon
le cycle lunaire de Parker77 (Les années de règne sont comptées à partir de la date de
l'accession du I Shemou 4 et non à partir du 1er Thoth. De plus, Thoutmosis III a
commencé à régner de façon autonome, sans Hatshepsout, vraisemblablement à partir du
II Peret 10 de l'an 22, selon la Stèle d'Armant78). Il y a une difficulté avec les deux dates
74 A.J. PEDEN – The Reign of Ramesses IV
Warminster 1994 Ed. Aris & Phillips Ltd pp. 91-94.
75 C. VANDERSLEYEN - L'Egypte et la vallée du Nil Tome 2

Paris 1995 Éd. Presses Universitaires de France p. 616.


76 E. HORNUNG – The New Kingdom

in: Ancient Egyptian Chronology. Leiden 2006 Ed. Brill pp. 208-211.
C. VANDERSLEYEN - L'Egypte et la vallée du Nil Tome 2
Paris 1995 Éd. Presses Universitaires de France pp. 467-512.
J. VON BECKERATH – Chronologie des pharaonischen ägypten
1997 Ed. Verlag Philipp von Zabern pp. 201,202.
77 R.A. PARKER - The Lunar Dates of Thutmose III and Ramesses II

in: Journal of Eastern Studies XVI (1957) pp. 39-43.


(an 23 I Shemou 21 in: Urk.IV 657.2; an 24 I Peret 30 in: Urk.IV 836.1-3
II Peret 27 an 52 de Ramsès II in: Leiden Papyrus I 350).
78 C. VANDERSLEYEN - L'Egypte et la vallée du Nil Tome 2

Paris 1995 Éd. Presses Universitaires de France pp. 293-294.


26 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

sothiaques car l'année de règne n'est pas précisée79, mais on peut supposer que ce fut après
le II Peret 10 de l'an 22. La pierre d'Éléphantine, provenant du temple de Khnoum que
Thoutmosis fit construire, mentionne un lever sothiaque daté du III Shemou 28, et la stèle
de Bouto contient un coucher sothiaque daté juste avant le I Shemou 30.
Fig. 76 : Lever et coucher sothiaque sous Thoutmosis III.

Lever sothiaque (III Shemou 28) Coucher sothiaque (I Shemou 30)

Il s'agit bien d'un coucher, et non d'un lever sothiaque, pour la raison suivante:
entre le III Shemou 28 et le I Shemou 29, les 61 jours entre ces deux dates sothiaques
correspondraient à un écart de 244 ans (= 4x61), ce qui est impossible pour un même roi.
De plus, le hiéroglyphe représentant ce "lever" signifie en fait "partir" (deux jambes qui
marchent surmontées d'une barre horizontale) et non "arriver", confirmant la
représentation (très rare) d'un coucher sothiaque ayant lieu environ 61 jours avant le lever.
Entre le coucher sothiaque du I Shemou 29 et le lever sothiaque du III Shemou 28 il y a
une période d'invisibilité de 61 jours et non de 70 jours. Cet écart pourrait s'expliquer par le
fait que cette période diminue environ de 1,5 jours pour 1° de latitude vers le Sud, soit 67
jours à Bouto (latitude de 31,1°) et 59 jours à Thèbes (latitude de 25,7°). Cette période
d'invisibilité est différente de celle des textes égyptiens qui indiquent 70 jours. Cet écart
avec l'astronomie illustre le rôle religieux de l'astronomie égyptienne. En effet, à cette
époque80, la période d'invisibilité de Sirius est d'environ 65 jours à la latitude de Bouto, de
63 jours à la latitude de Memphis, etc. Même en supposant de bonnes conditions
d'observation (un arcus visionis de 8° pour le lever sothiaque et de 6,5° pour le coucher) on
obtient une période de 67 jours à la latitude de Bouto et non de 70 jours comme l'indiquent
les textes égyptiens. Cette durée de 70 jours couvrait en fait une période symbolique de 7
décans81, l'année égyptienne étant couverte par 36 décans, soit 360 jours (= 12x30).
La date du III Shemou 28 appartient au règne effectif de Thoutmosis, après les 22
ans de corégence avec Hatshepsout. De plus, la campagne de Palestine qui est datée des
années 23 à 25 est évoquée dans la Stèle de Bouto: C'est un Roi vaillant qui, dans la mêlée, fait de
grands massacres parmi les Asiatiques coalisés. Il est celui qui a fait que les chefs du pays de Retenou, dans
leur totalité, soient tenus de fournir leur tribut 82. Les dates sothiaques apparaissant sur les stèles de
Bouto et d'Éléphantine sont vraisemblablement de l'an 25.
Selon l'astronomie (arcus visionis de 8,5° et latitude de 25,7° à Thèbes), le lever
sothiaque peut être daté autour du 12 juillet (vers -1500). Comme le III Shemou 28 a
coïncidé avec le 12 juillet sur la période allant de 1442 à 1445, l'accession de Thoutmosis
doit par conséquent se situer autour de 1470 (= 1445 +25). L'écart de 9 ans avec la date du
cycle lunaire de Parker (1479) est accepté à cause de l'incertitude sur l'année de règne des
79 A.S. VON BOMHARD - Le calendrier Égyptien. Une œuvre d'éternité
London 1999 Ed. Periplus pp. 41-44.
80 M.F. INGHAM – The Lenght of the Sothic Cycle

in: The Journal of Egyptian Archaeology 55 (1969) pp. 36-40.


J. CONMAN – It's About Time: Ancient Egyptian Cosmology
in: Studien zur Altägyptischen Kultur Band 31 (2003) pp. 42-47.
81 A.S. V ON BOMHARD – Le livre du ciel. De l'observation astronomique à la mythologie

in: Orientalia Lovaniensia Analecta 150 (2007) Ed. Uitgeverij Peeters pp. 202-205.
82 A.S. VON B OMHARD - Le calendrier Égyptien. Une œuvre d'éternité

London 1999 Ed. Periplus pp. 41-44.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 27

stèles (an 25?), mais deux autres phénomènes astronomiques, précisément datés,
confirment cette date. Le plafond astronomique de la tombe de Senenmout, par exemple,
peut être daté en l'an 9 de Thoutmosis III et en -1463 par l'astronomie; de même, deux
jours lunaires du 21/IX/23 (I Shemou de l'an 23)et du 30/VI/24 (II Peret de l'an 24) de
son règne peuvent être datés en -1450 et en -1448.
Datation par un synchronisme astronomique. Le plafond astronomique de la tombe de
Senenmout décrit une ascension droite de Jupiter entre 73° et 95° où Mars n'est pas visible,
ce qui n'a pu se produire sur la période allant de 1455 à 1505, selon l'astronomie83, que dans
la nuit du 14 au 15 novembre 1463 (soit le III Akhet 23). Leitz précise que la tombe n'est
pas achevée, car Senenmout tomba en disgrâce durant la 18e ou la 19e année du règne
d'Hatshepsout, ce qui impliquerait de dater l'accession de Thoutmosis III au maximum de
1482 (= 1463 +19). Senenmout ayant été un personnage très important sous Hatshepsout,
il est possible de retrouver l'année de règne durant laquelle fut dessiné le plafond de sa
tombe. Senenmout reçut en effet le titre prestigieux de "Grand Intendant d'Amon"
probablement autour de la 5e ou de la 7e année de Thoutmosis III et eut aussi le rare
privilège, pour un particulier, d'aménager une tombe royale et de lui accoler sa propre
tombe. Les ostraca de cette tombe84 permettent de fixer l'année de réalisation du plafond,
car ils précisent que les travaux de maçonnerie et la taille des pierres commencèrent le IV
Peret 2 en l'an 7 de Thoutmosis III et s'étalèrent jusqu'à l'an 9. Comme l'ostracon n°80
précise que la porte de la chapelle fut ouverte le III Akhet 27 en l'an 11, on peut supposer
que les travaux d'aménagement et de décoration, comme le dessin du plafond
astronomique (tiré de l'observation), avaient été exécutés en l'an 9. La célèbre expédition au
pays de Pount, par exemple, est représentée sur un mur de soutènement du temple85 et est
datée de l'an 9. L'observation astronomique représentée sur le plafond doit donc dater de
cet an 9 de Thoutmosis III, ce qui fixe l'accession de ce pharaon en 1472 (= 1463 + 9).
Datation par un synchronisme fondé sur des jours lunaires 1 (psdntyw)86. Le premier jour est
daté du I Shemou 21 de l'an 23 de Thoutmosis III et le second du II Peret 30 de l'an 24. Si
Thoutmosis a choisi ce jour lunaire précis pour attaquer Megiddo, soit le I Shemou de l'an
23, c'est parce qu'il le considérait comme faste (jour de pleine lune brillante. Le mot psdntyw
signifie d'ailleurs "ceux qui brillent"). Il explique: Maintenant ce qu'illumine la lune, ce qu'encercle
le disque solaire lorsqu'il brille, ce qu'entourent Geb et Nout, il les a placés dans le cercle de ces bras. Sa
Majesté se tient debout à l'entrée de la terre, prêt à terrasser les Asiatiques87. La durée du règne de
Thoutmosis III est assez bien connue88:
Pharaon durée du règne date de l'accession date de l'autonomie date de la mort
Thoutmosis III 53 ans 11 mois 1 I Shemou 4 22 II Peret 10 (?) 54 III Peret 30

L'an 1 de Thoutmosis III débutant en 1472 au I Shemou 4, l'an 23 débute donc au


21 avril 1450. La date du I Shemou 21 de l'an 23 de Thoutmosis III correspond au 8 mai
1450 et le II Peret 30 de l'an 24 correspond au 15 février 1448. Ces deux dates coïncident
avec des pleines lunes (de telles coïncidences ne se reproduisent que tous les 25 ans).
83 C. LEITZ – Le premier plafond astronomique dans la tombe de Senmout
in: Les dossiers d'archéologie n°187 S (Novembre 1993) pp. 116,117.
84 W.C. H AYES – Ostraka and Name Stones from the Tomb of Sen-mut (TT71) at Thebes

New York 1942 Ed. Arno Press pp. 7,21-23.


85 C. GRAINDORGE – Deir El Bahari le temple de millions d'années

in: Les dossiers d'archéologie n°187 S (11/1993) pp. 72-75.


86 K. SETHE – Urkunden der 18. Dynastie

Leipzig 1907 Ed. J.C. Hinrichs'sche Buchhandlung pp. IV 657, 807-809, 836.
87 C. L ALOUETTE – Thèbes. La naissance d'un empire

Paris 1995 Éd. Flammarion pp. 276-279, 371-372.


88 C. VANDERSLEYEN - L'Egypte et la vallée du Nil Tome 2

Paris 1995 Éd. Presses Universitaires de France pp. 271-318.


28 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Règne de Thoutmosis III daté en fonction du cycle lunaire de 25 ans:


AKHET PERET SHEMOU
An I II III IV I II III IV I II III IV 5
Janv. Fév. Mar. Avr. Mai Juin Juil. Août
Thoutmosis III 1472 1 24 22 21 21 20 20 19 19 18 18 18 17 17
1471 2 25 11 11 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6
1470 3 1 1 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 25
1469 4 2 19 19 18 18 18 17 17 16 16 15 15 14
1468 5 3 9 8 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
1467 6 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23
1466 7 5 17 17 16 16 15 15 14 14 13 13 12 12
1465 8 6 6 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1
1464 9 7 25 25 24 24 23 23 23 22 22 21 21 20
1463 10 8 15 14 14 13 13 12 12 11 11 10 10 10
1462 11 9 4 4 3 3 2 2 1 1 30 29 29 28
1461 12 10 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19 18 18
1460 13 11 12 12 11 11 10 10 10 9 9 8 8 7
1459 14 12 2 1 1 30 30 29 28 28 27 27 27 26
1458 15 13 21 20 20 19 19 18 18 17 17 16 16 15
1457 16 14 10 9 9 9 8 8 7 7 6 6 5 5 4
1456 17 15 29 28 28 27 27 27 26 26 25 25 24 24
1455 18 16 18 18 17 17 16 16 15 15 14 14 14 13
1454 19 17 8 7 7 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2
1453 20 18 26 26 26 25 25 24 24 23 23 22 22 21
1452 21 19 16 15 15 14 14 14 13 13 12 12 11 11
1451 22 20 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1 1 30
1450 23 21 24 24 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19
1449 24 22 13 13 13 12 12 11 11 10 10 9 9 8
1448 25 23 3 2 2 1 1 1/30 30 29 29 28 28 27
1447 26 24 22 21 21 20 20 19 19 18 18 18 17 17
1446 27 25 11 11 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6

dates lunaires dans le calendrier civil


synchronisme astronomique

Le lever héliaque de Sirius daté du III Shemou 28 de l'an 25 (12 juillet 1448)
coïncide avec une pleine lune, ce qui a sans doute constitué un événement remarquable (le
cycle lunaire de 25 ans débute en 1471 au 1er Thoth civil coïncidant avec le 1er jour lunaire
(psdntyw), soit à la pleine lune du 26 août 1471). De plus, une pleine lune précédente, celle
du I Shemou 29 (15 mai 1448), coïncide cette fois avec le coucher sothiaque mentionné
dans la stèle de Bouto. Ces coïncidences exceptionnelles avec la pleine lune expliquent sans
doute pourquoi ces deux dates sothiaques ont été mentionnées sur des inscriptions.
Les jours lunaires datés dans le calendrier égyptien permettent d'obtenir des dates
absolues dans la chronologie égyptienne et, par exemple, de fixer précisément les règnes de
Thoutmosis III et de Ramsès II89. Ces jours sont du type "an x mois y jour z qui est le jour
lunaire 1 [psdntyw]" et ne concernent presque exclusivement que ce jour 1, car les autres
jours datés (6, 15, 18, 29) sont exceptionnels. Les synchronismes datés par l'astronomie
montrent que le mois lunaire égyptien débutait à la pleine lune. Ce calendrier lunaire
égyptien n'était utilisé que pour fixer les célébrations religieuses liées à la lune, d'où
l'importance du jour 1 débutant le cycle, mais a rarement été utilisé pour dater un
événement puisque le calendrier civil était prévu à cet usage.
89R.A. PARKER - The Lunar Dates of Thutmose III and Ramesses II
in: Journal of Eastern Studies XVI (1957) pp. 39-43.
L.W. CASPERSON – The Lunar Date of Ramesses II
in: Journal of Near Eastern Studies 47 (1988) pp. 181-184.
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 29

Les doubles dates lunaires du type "mois X jour Y [lunaire] correspondant à l'an x mois y
jour z [civil]", beaucoup plus rares90, permettent de démontrer que le calendrier lunaire
égyptien débutait par un mois intercalaire (ce qui explique sa difficulté d'utilisation pour la
datation). Grâce à ces doubles dates lunaires, il est possible d'obtenir une datation
synchronisée de l'an 12 d'Amasis en 558 et de l'an 9 d'Amenhotep Ier en 1496.

ANALYSE DE LA DOUBLE DATE LUNAIRE DU PAPYRUS EBERS


Le papyrus Ebers mentionne un lever sothiaque daté du III Shemou 9 de l'an 9
d'Amenhotep Ier. Ce lever sothiaque est problématique, car il ne correspond pas à la
chronologie actuellement acceptée91 qui fixe le début du règne autour de 1515. Cette date
est obtenue92 en s'appuyant sur l'accession de Thoutmosis en 1479 puis en ajoutant les 3
ans 2 mois de Thoutmosis II, les 12 ans 9 mois de Thoutmosis Ier et les 20 ans 7 mois
d'Amenhotep Ier. Or, même en supposant Éléphantine comme lieu d'observation, la date
calculée est trop basse d'au moins 5 ans, dans le meilleur des cas (pour obtenir une date
autour de 1515, l'observation aurait dû être effectuée à une latitude de 22° correspondant à
la ville de Bouhen en Nubie!):
Arcus visionis 8°5 Lever sothiaque: Période associée (an 9) an 1 d'Amenhotep Ier
Thèbes (25°4) 12/ 11juillet 1519-1516 1528-1525
Éléphantine (24°) 10 juillet 1513-1511 1522-1520

L'analyse du papyrus Ebers93 révèle quelques anomalies apparentes: il y aurait eu 12


levers sothiaques dans l'année, ce qui est impossible (il s'agit vraisemblablement d'une
célébration au même jour 9 de ce lever sothiaque); les mois lunaires (il ne s'agit pas des
mois civils qui sont déjà nommés) sont mis en parallèle avec les mois civils sans raison; les
deux derniers mois du calendrier civil sont nommés "Époque" et non "Shemou"; les mois
lunaires sont différents et décalés de 1 mois par rapport à l'ordre classique.
Fig. 77 : Papyrus Ebers (an 9 d'Amenhotep Ier)

90 Papyrus Rylands inv. 666 (daté en -180), papyrus Louvre 7848 (daté en -558), papyrus Ebers (daté autour de -1500).
91 P. VERNUS, J. YOYOTTE - Dictionnaire des pharaons
Paris 1998 Éd. Noésis p. 18.
92 C. VANDERSLEYEN - L'Egypte et la vallée du Nil Tome 2

Paris 1995 Éd. Presses Universitaires de France p. 663.


93 A.S. VON B OMHARD - Le calendrier égyptien. Une œuvre d'éternité

London 1999 Ed. Periplus pp. 32,33.


30 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

An 9, sous la majesté du Roi de Haute et Basse Égypte Djeser-ka-Rê [Amenhotep Ier], vivant à
jamais.
Ouverture de l'année: III Shemou 9 Sortie de Sirius
[mois de] Thoth IV " 9 "
[mois du] consentement I Akhet 9 "
[mois de] Hathor II " 9 "
[mois de] l'âme du taureau Horus III " 9 "
[mois de] l'épeautre honoré IV " 9 "
[mois du] flamboiement I Peret 9 "
[mois du] flamboiement II " 9 "
[mois des] acclamations III " 9 "
[mois de] Khonsou IV " 9 "
[mois du] Sud I Époque 9 "
[mois de] la majesté d'Opet II " 9 "

La 1ère colonne semble établir la liste des célébrations lunaires rattachées à chaque
mois de l'année (Thoth, Hathor, Horus et Khonsou sont des divinités lunaires). Cette liste
n'était pas fixe puisque plusieurs variantes apparaissent:

Fig. 78 : Listes des 12 mois égyptiens (de -1500 à -0)


e
À partir du 12 siècle avant notre ère, plusieurs célébrations débutent par
l'expression p n "celui de" qui sera à l'origine des transcriptions grecques:
nom du mois: [grec] [égyptien] pap. Ebers
Wpt-rnpt 1
I Akhet Thoth D"wty 1 T# 2
II " Phaophi P3n-ipt 2 Mn#t 3
III " Hathyr $wt-"r 3 $t-"r 4
IV " Khoiak K3"rk3 4 K3"rk3 5
I Peret Tybi T3‘3bt 5 "fb-dt 6
II " Mecheir [P3n]-M#r 6 Rk" [wr] 7
III " Phamenoth P3n-imn"tp 7 Rk" [nds] 8
IV " Pharmouthi P3n-Rnntt 8 Rnnwt 9
I Shemou Pakhons P3n-%nsw 9 %nsw 10
II " Payni P3n-Int 10 %nty-hty 11
III " Epiphi Ip-ip 11 ’Ipt-"mt 12
IV " Mésoré Mswtr‘ 12
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 31

On remarque que toutes les listes des mois lunaires se terminent par l'ouverture de
l'année (wp rnpt) sauf celle du papyrus Ebers94, ce qui constitue une exception de taille95. De
plus, cette exception contredirait la théologie égyptienne. En effet, les cycles du temps sont
perçus sur le même mode: l'année, le jour et le mois se terminent quand ils meurent pour
renaître et se renouveler96. Le cycle de la vie est ainsi en étroite relation avec un cycle
cosmique de "millions d'années" suivant un processus immuable: vie, mort puis
régénération. Le pharaon quand il meurt renaît dans le cosmos divin. Cette conception
imprègne tous les aspects de la vie: l'année religieuse renaît quand l'étoile Sirius se lève97, le
jour recommence quand le soleil se lève à l'aube et le mois recommence quand la lune est
pleine (l'œil Wedjat est rempli et le corps d'Osiris est remembré ou ressuscité). L'année
renaît, elle aussi, au dernier mois de Mésoré "naissance du soleil". Ainsi, pour les Égyptiens
chaque cycle se termine par une ouverture à la régénération ou renaissance, ce qui constitue
son apothéose (les Égyptiens ont synchronisé ces différents cycles sur le lever sothiaque,
ainsi la 1ère heure du jour débute environ 40 minutes avant le lever du soleil).
cycle terrestre (profane) cycle céleste (religieux)
période vie mort régénération apothéose
jour [solaire] 12 heures de la coucher de soleil 12 heures de la nuit 1 heure du jour
ère

journée lever de soleil


mois [lunaire] 16 jours du cycle nouvelle lune 14 jours du cycle jour 15
décroissant croissant pleine lune
année [agricole] 6 mois (journées solstice d'hiver 6 mois (journées jours épagomènes
(crue du Nil) décroissantes) croissantes) solstice d'été
année [des dieux] 29 décans de coucher sothiaque 7 décans d'invisibilité lever sothiaque
(cosmique) visibilité (290 jours) (70 jours)

Les rites funéraires égyptiens s'inspirent de ces cycles cosmiques ou régénérations


qui est le sens premier du mot rnpt "année", cette conception étant assez clairement
exposée dans un papyrus98: Que sa dépouille rajeunisse, que tous ses membres vivent de nouveau, qu'il
s'unisse à l'horizon en compagnie de son père Rê, que son ba apparaisse dans le ciel en tant que disque de
la lune; faire qu'il couche en tant qu'Orion dans le ventre de Nout, faire qu'il revienne comme il était
auparavant. Les Égyptiens ont mis en parallèle ces différents cycles. Osiris, par exemple,
passait 70 jours dans le monde des morts, comme Sirius qui réapparaissait au ciel 70 jours
après sa disparition. Selon Hérodote (Enquête II:86-88) la momification d'un mort durait
70 jours, pour reproduire la renaissance de Sirius après sa disparition du ciel. Le mort
renaissait ainsi comme Osiris qui avait été remembré, ou comme l'œil d'Horus (la lune) qui
avait été reconstitué durant 14 jours grâce à Thot. À cause de son rôle régénérateur, Thot
est le dieu des morts (nécessaire à la résurrection), il est assimilé à la pleine lune régénérée
qui remplace le soleil, symbole de vie, renaissant après les 12 heures de la nuit, période
d'obscurité symbole de mort99. Cette symbolique explique aussi pourquoi les Égyptiens ne
se sont jamais intéressés à la phase décroissante de la lune (ni aux éclipses), mais
uniquement à sa phase croissante de 14 jours, symbole de renaissance au 15e jour.
94 L. DEPUYDT - Civil Calendar and Lunar Calendar in Ancient Egypt
Leuven 1997 Ed. Uitgevers Peeters p. 116.
95 L. DEPUYDT - The Two Problems of the Month Names

in: Revue d'égyptologie 50 (1999) pp. 107-133.


96 P. W ALLIN - Celestial Cycle. Astronomical Concept of Regeneration

Uppsala 2002 Ed. Uppsala University pp 10-14.


97 N. BEAUX - Sirius, étoile et jeune Horus

in: Hommages à Jean Leclant Vol. 1 Éd. IFAO 1994 pp. 68,69.
98 F.R. HERBIN – La renaissance d'Osiris au temple d'Opet

in: Revue d'Égyptologie 54 (2003) 68-121.


99 P. BOYLAN - Thoth the Hermes of Egypt

Chicago 1987 Ed. Ares Publishers pp. 83-87,136-141.


32 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Le but du calendrier lunaire égyptien n'était donc pas la datation, puisque ce rôle
était déjà dévolu au calendrier civil, mais de permettre les rituels nécessaires à la
régénération ou renaissance cosmique. Il y a donc des liens avec le calendrier civil, mais pas
d'équivalences. La journée profane débute au lever du soleil alors que la journée religieuse
débute au lever sothiaque. L'année civile dure 365 jours et débute au I Akhet 1 alors que
l'année religieuse débute au lever sothiaque et dure 365,25 jours. Le mois civil dure 30
jours, alors que le mois religieux ne dure que les 15 derniers jours (représentant la phase
croissante de la lune) du mois lunaire de 29 ou 30 jours et se termine à la pleine lune.
Le papyrus Ebers serait donc une exception incompréhensible, sauf si on admet
que cette liste des mois lunaires et civils est en fait une série de double dates. En comparant
le cycle lunaire de 25 ans déduit du papyrus Louvre 7848 on constate que la présence de
deux mois lunaires "Thoth" identiques se produit uniquement au début du cycle. Dans ce
cas la date précédente aurait dû être II Shemou 9 [lunaire]/ épagomène - [civil] ce qui pose
problème puisque il n'existe pas de mois "épagomène" correspondant. En comparant la
liste des doubles dates du papyrus Louvre 7848 on constate que celle qui précède le cycle
de 25 ans avec un II Shemou lunaire est le couple II Shemou 9 [lunaire]/ III Shemou 14 [civil]
correspondant au couple II Shemou 1 [psdntyw]/ III Shemou 6 [civil].
papyrus Louvre 7848 papyrus Ebers
an cycle jour lunaire date égyptienne jour lunaire date égyptienne
25 II Shemou 1 III Shemou 6 IV Peret 9 III Shemou - 11
II Shemou 9 III Shemou 14
III Shemou 1 IV Shemou 6 I Shemou 9 IV Shemou - 12
9 IV Shemou 1 épagomène 5 II Shemou 9 épagomène - [5]
1 I Akhet 1 I Akhet 1 III Shemou 9 "Thoth" - 1
II Akhet 1 I Akhet 30 IV Shemou 9 Thoth - 1
III Akhet 1 II Akhet 30 I Akhet 9 Paophi - 2
IV Akhet 1 III Akhet 29 II Akhet 9 Hathyr - 3
I Peret 1 IV Akhet 29 III Akhet 9 Khoiak - 4
II Peret 1 I Peret 28 IV Akhet 9 Tybi - 5
III Peret 1 II Peret 28 I Peret 9 Mecheir - 6
IV Peret 1 III Peret 27 II Peret 9 Phamenoth - 7
I Shemou 1 IV Peret 27 III Peret 9 Pharmouthi - 8
II Shemou 1 I Shemou 26 IV Peret 9 Pakhons - 9
III Shemou 1 II Shemou 25 I Shemou 9 Payni - 10
10 IV Shemou 1 III Shemou 25 II Shemou 9 Epiphi - 11

Cette double date est calculable par l'astronomie. En effet, le papyrus Ebers est un
traité médical vraisemblablement écrit à Thèbes, la capitale égyptienne; de plus, ce papyrus
a été trouvé près d'une momie ensevelie à Assassif, une grande nécropole thébaine. Le lever
sothiaque tombait le 11/12 juillet autour de -1500 à Thèbes (arcus visionis 8,5° longitude
32°39' latitude 25°42')100. Le III Shemou 14 tombait sur le 11 juillet de 1497 à 1494 et sur le
12 juillet de 1501 à 1498, ce qui donne une date autour de 1497 +/- 4 ans. La double date
II Shemou 1 [lunaire]/ III Shemou 6 [civil] peut se placer dans un cycle de 25 ans en sachant
que les cycles lunaires de 25 ans débutent au I Akhet 1 [lunaire]/ I Akhet 1 [civil], soit aux
pleines lunes101 du 7 septembre 1521 et du 1 septembre 1496.
Amenhotep Ier étant mort le III Peret 21 (accession de Thoutmosis Ier) et ayant
régné 20 ans et 7 mois (et x jours) selon Manéthon, sa date d'accession devait remonter soit
100 http://www.imcce.fr/fr/grandpublic/phenomenes/sothis/index.php
101 http://www.imcce.fr/fr/grandpublic/phenomenes/phases_lune/index.php
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 33

au IV Shemou 25 (si x = 0), soit au III Shemou 26 (si x = 29). Le III Shemou 14 appartient
donc au dernier mois de la 9e année de règne. La liste des doubles dates [lunaire] / [civil]
après celle datée an 9 II Shemou 9 / III Shemou 14 serait: an 9 III Shemou 9 / IV Shemou 14;
puis an 10 IV Shemou 9 / I Akhet 9 etc. Règne d'Amenhotep Ier selon le cycle lunaire:
AKHET PERET SHEMOU
I II III IV I II III IV I II III IV (5)
1521 règne cycle Sept Oct Nov Déc Jan Fév. Mar Avr Mai Juin Juil Aoû
1520 1 1/30 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 25
1519 2 19 19 18 18 18 17 17 16 16 15 15 14
1518 3 9 8 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
1517 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23
1516 5 17 17 16 16 15 15 14 14 13 13 12 12
1515 6 6 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1
1514 7 25 25 24 24 23 23 23 22 22 21 21 20
1513 8 15 14 14 13 13 12 12 11 11 10 10 10
1512 9 4 4 3 3 2 2 1 1/30 30 29 29 28
1511 10 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19 18 18
1510 11 12 12 11 11 10 10 10 9 9 8 8 7
1509 12 2 1 1/30 30 30 29 28 28 27 27 27 26
1508 13 21 20 20 19 19 18 18 17 17 16 16 15
1507 14 10 9 9 9 8 8 7 7 6 6 5 5 4
1506 15 29 28 28 27 27 27 26 26 25 25 24 24
1505 1 16 18 18 17 17 16 16 15 15 14 14 14 13
1504 2 17 8 7 7 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2
1503 3 18 26 26 26 25 25 24 24 23 23 22 22 21
1502 4 19 16 15 15 14 14 14 13 13 12 12 11 11
1501 5 20 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1 1/30 30
1500 6 21 24 24 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19
1499 7 22 13 13 13 12 12 11 11 10 10 9 9 8
1498 8 23 3 2 2 1 1/30 30 30 29 29 28 28 27
1497 9 24 22 21 21 20 20 19 19 18 18 18 17 17
1496 10 25 11 11 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6
1495 11 1 1/30 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 25
1494 12 2 19 19 18 18 18 17 17 16 16 15 15 14
1493 13 3 9 8 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
1492 14 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23

Les prêtres astronomes ont vraisemblablement noté que le dernier mois de l'an 9
d'Amenhotep Ier est le 3e mois de la 3e saison, or ce chiffre "9" signifie "jour lunaire 1" et
"Ennéade" en égyptien; de plus, ils ont dû noter les coïncidences suivantes:.
règne événement date julienne date lunaire date civile
an 9 mois 3 pleine lune 3 juillet -1496 II Shemou 1 Epiphi 6
saison 3 solstice d'été 6 juillet -1496 II Shemou 4 Epiphi 9
lever sothiaque 11 juillet -1496 II Shemou 9 Epiphi 14
an 10 mois 1 début du cycle 1 septembre -1496 I Akhet 1 Thoth 1
saison 1 lunaire de 25 ans 9 septembre -1496 I Akhet 9 Thoth 9

Le scribe du papyrus Ebers a donc condensé son information, mais la lecture de la


première et de la dernière ligne est exacte astronomiquement, puisqu'on lit au début du
document: "an 9 d'Amenhotep Ier le III Shemou [civil, jour non précisé] le jour 9 lunaire [psd signifiant
jour lunaire 1] sortie de Sirius" et à la fin: "Epiphi [III Shemou civil, jour non précisé] soit le II Shemou
9 lunaire [le mot Époque remplace Shemou] sortie de Sirius". Cette datation de l'an 9 en -1496, ce
qui place l'accession en -1505, correspond effectivement à la somme des règnes à partir de
Thoutmosis III et peut être obtenue à partir d'autres synchronismes astronomiques.
34 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

DETERMINATION DU REGNE D'AMENHOTEP IER

Le règne d'Amenhotep Ier peut être reconstitué en combinant la durée des règnes
avec les dates d'accession102:
Pharaon durée minimum durée date de l'accession date la + haute estimation
du règne "classique" "classique
Ahmosis 21 ans 25 ans 4 m. 22 "1533-1508"
Amenhotep Ier 21 ans 20 ans 7 m. III/IV Shemou ? 21 "1508-1488"
Thoutmosis Ier 10 ans 12 ans 9 m. III Peret 21 11 ? "1488-1475"
Thoutmosis II 1 an 3 ans 1 II Akhet 8 "1475-1472"
[Hatshepsout] [21 ans] 20 IV Peret 1472 -
[22 II Peret 10] 1472 -
Thoutmosis III 53 ans 11 mois I Shemou 4 54 III Peret 30

Ces données sont insuffisantes pour reconstituer la chronologie, mais les


informations fournies par Manéthon103 et transmises par Flavius Josèphe (Contre Apion
I:93-98), qui semblent assez fiables sur cette période, permettent de compléter ce tableau.
Pharaon durée du règne nom du pharaon selon durée corrigée
[Manéthon] Flavius Josèphe
Ahmosis 25 ans 4 mois Tethmosis
Amenhotep Ier 20 ans 7 mois Aménophis
Thoutmosis Ier 12 ans 9 mois Méphrès
Thoutmosis II 13 ans Hébron 3 ans
Hatshepsout [Thoutmosis III] 21 ans 9 mois Amessis, fille d'Aménophis
Thoutmosis III - 53 ans 11 mois
Amenhotep II 25 ans 10 mois Mephragmouthosis
Thoutmosis IV 9 ans 8 mois Thoutmosis
Amenhotep III 30 ans 10 mois Aménophis 37 ans 10 mois
Amenhotep IV/ Akhenaton 36 ans 5 mois Orus 16 ans 7 mois
Semenkhkaré - 1 an
Ankhkhépérouré 12 ans 1 mois Akenchéris, fille d'Orus 2 ans 1 mois
Toutankhamon 9 ans Rhathotis, frère Akenchéris
Aÿ 4 ans 1 mois Harmaïs
Horemheb 12 ans 5 mois Akenchérès I 14 ans
12 ans 3 mois Akenchérès II 13 ans 2 mois
Ramsès Ier 1 an 4 mois Ramessès
Séthy I er (10 ans) Sethos 11 ans
59 ans jusqu'à Sethos, 59 ans
Ramsès II 66 ans 2 mois Armessès Miamoun 67 ans 2 mois
Merenptah 19 ans 6 mois Aménophis 9 ans 3 mois

Les durées corrigées sont obtenues en recoupant les dates hautes du règne avec les
dates d'accession104. De nombreuses indications dans ce tableau se révèlent exactes, mais
beaucoup d'autres sont erronées, ce qui oblige à être circonspect dans leur utilisation et
aussi à comprendre l'origine et la présence des erreurs. Les erreurs de copistes pourraient
expliquer quelques chiffres erronés. Les 19 ans 6 mois de Merenptah, par exemple, doivent
ainsi être corrigés en 9 ans 6 mois, et les 12 ans 1 mois d'Ankhkhépérouré en 2 ans 1 mois.
102 E. HORNUNG – The New Kingdom
in: Ancient Egyptian Chronology. Leiden 2006 Ed. Brill pp. 198-201.
J. VON BECKERATH – Chronologie des pharaonischen ägypten
1997 Ed. Verlag Philipp von Zabern pp. 201,202.
103 W.G. WADDELL - Manetho

Massachusetts 1956 Ed. Harvard University Press pp. 101-119.


104 Le règne d'Horemheb comporte un vide apparent après l'an 14, en accord avec les 2 règnes d'Akenchérès (14 ans puis 13 ans).
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 35

Il est probable qu'une barre de séparation a été confondue avec un iota (I) semblable au
chiffre 10. Les 59 ans de "jusqu'à Séthy" semblent renvoyer à une ère d'Aton plutôt qu'à
une durée de règne. La principale cause d'erreurs provient cependant des périodes de
corégence. L'exactitude de Josèphe implique d'imputer à Manéthon les erreurs constatées,
ce dernier ayant mal interprété ces périodes complexes. Les 13 ans attribués à Thoutmosis
II par Josèphe (ou Manéthon) résulteraient ainsi soit d'une erreur de calcul dans le
retranchement des corégences, soit d'une erreur de copiste: "/ 3 ans" étant lu "13 ans". La
longueur du règne de Thoutmosis II peut être vérifiée en recensant le nombre de scarabées
attribués à chaque pharaon105 et en supposant une répartition statistique normale:
pharaon durée du règne nombre de scarabées moyenne par an
Thoutmosis Ier 12 ans 9 mois 241 / 290 18,9 / 22,7
106
Thoutmosis II [3 ans] 65 / 90 [20] / [30]
Hatshepsout 21 ans 9 mois 463 / ---- 21,3 / ----
Thoutmosis IV 9 ans 8 mois ---- / 374 ---- / 38,7

En supposant une moyenne annuelle de 20/30, on obtient un règne d'environ 3 ans


(= 65/20 ou 90/30) pour Thoutmosis II et non de 13 ans107. Même si la corégence entre
Hatshepsout et Thoutmosis III est bien attestée puisqu'elle a régné avec Thoutmosis III
jusqu'à son an 22 (puis il a régné seul), elle est toutefois plus compliquée qu'il n'y paraît. Sa
date d'accession étant du I Shemou 4 et sa mort étant datée du III Peret 30, cela implique
une durée totale de 53 ans et 11 mois, dont 32 ans pour le règne seul (en retranchant sa
corégence avec Hatshepsout). Or, Josèphe semble commettre deux erreurs: l'oubli du règne
de Thoutmosis III et une filiation erronée, puisque Hatshepsout était la fille de Thoutmosis
Ier et non d'Amenhotep Ier. Cela pourrait provenir d'une mauvaise interprétation du règne
d'Hatshepsout, car cette reine a daté son règne au nom de son fils Thoutmosis III en
continuité du règne de son mari Thoutmosis II. Thoutmosis III affirme, par exemple, avoir
régné à côté de son père Thoutmosis II108 (en fait Hatshepsout). De plus, elle célébra en
l'an 16, un jubilé commémorant les 30 ans de règne de son père Thoutmosis Ier (qui régna
12 ans et 9 mois), ce qui prouve qu'elle débutait son règne (en fait celui de Thoutmosis III)
en l'an 1 de Thoutmosis II109. Cette façon de procéder est classique, comme le montre le
cas de la femme pharaon Taousert, qui a poursuivi le règne de Siptah, son mari, à la mort
de ce dernier. Hatshepsout prétendit à la mort de son mari avoir reçu un droit à la régence
de la part de son père Thoutmosis Ier, qui aurait aussi commandé les 2 obélisques de l'an 16.
Elle a donc daté ses années de règne au nom de Thoutmosis III, mais dans la continuité du
règne de son ex-mari Thoutmosis II, ce qui a laissé croire à une corégence entre ces deux
pharaons110. En effet, sa commémoration d'un jubilé en l'an 16 pour les 30 ans de règne de
son père Thoutmosis Ier prouve qu'elle débutait son règne (en fait celui de Thoutmosis III)
en l'an 1 de Thoutmosis II, car les 30 ans comprennent le cumul des 13 ans de Thoutmosis
Ier, des 4 ans de Thoutmosis II et des 13 premières années de son règne effectif. En fait, les
105 L. GABOLDE – La chronologie du règne de Thoutmosis II
in: Studien zur Altägyptischen Kultur Band 14 (1987) pp. 61-81.
106 [20] = [18,9 + 21,3]/2 ; [30] = [22,7 + 38,7]/2.
107 Un deuxième moyen de vérifier approximativement la longueur de ce règne provient de la biographie d'Ahmès Pen-Nekhbet qui

affirme avoir atteint une belle vieillesse (le maximum étant de 110 ans pour les Égyptiens) après avoir servi plusieurs pharaons,
d'Ahmosis jusqu'à la mort d'Hatshepsout, soit 82 ans (25 + 20 + 12 + 3 + 22). S'il avait commencé à l'âge de 18 ans, il aurait donc avoir
atteint les 100 ans (110 ans avec 13 ans de règne).
108 C. L ALOUETTE – Thèbes ou la naissance d'un empire

Paris 1986 Éd. Fayard pp. 201-203, 257-260.


109 E. WENTE, C. V AN SICLEN - Studies in Honor of George R. Hughes

in: Studies in Ancient Oriental Civilization 39 (Chicago, 1977) pp. 220,221.


110 L. GABOLDE – La chronologie du règne de Thoutmosis II

in: Studien zur Altägyptischen Kultur Band 14 (1987) pp. 61-81.


M. GABOLDE – Les portraits d'une reine pharaon
in: Akhénaton et l'époque amarnienne Éd. Khéops et centre d'égyptologie pp. 261-286.
36 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

30 ans de ce jubilé sont plus courts que ceux d'un jubilé classique, car celui-ci couvre en
réalité les règnes de 3 pharaons successifs. Deux de ces années de règne sont plus courtes,
car elles sont comptées de l'accession du pharaon à l'accession du pharaon suivant
(débutant à la mort du précédent). Certains égyptologues considèrent que ce jubilé (fête sed
célébrée après 30 ans de règne) est fantaisiste, mais cette supposition est illogique, car les
pharaons étaient très attachés au cérémonial et ne l'auraient pas modifié sans raison
impérieuse (et donc vérifiable). De plus, on constate qu'en additionnant les règnes
successifs de Thoutmosis Ier et de Thoutmosis II aux 16 ans du jubilé, on obtient:

an règne pharaon

1484 1 1 Thoutmosis Ier accession le III Peret 21 (17 février 1484)


1483 2 2
1482 3 3
1481 4 4
1480 5 5
1479 6 6
1478 7 7
1477 8 8
1476 9 9
1475 10 10
1474 11 11
1473 12 12
1472 13 13
1471 1 14 Thoutmosis II, accession vers le -/XI/13 (septembre 1472)
1470 2 15
1469 3 (1) 16 mort de Thoutmosis II autour du -/XI/3 (juillet 1469)
1468 4 17 Hatshepsout prolonge le règne de son mari pour le compte de
1467 5 18 Thoutmosis III
1466 6 19
1465 7 20 tombe de Senenmout, début le 2/VIII/7 (pleine lune du 23-03-1465).
1464 8 21 Grande Année début au 16 juillet 1464 (levers héliaques de Sirius et de
1463 9 22 Vénus) plafond astronomique de la tombe de Senenmout. Culmination
1462 10 23 de la Grande Ourse, en l'absence de la planète Mars (le 14-11-1463).
1461 11 24
1460 12 25
1459 13 26
1458 14 27
1457 15 28 construction de deux obélisques du 15/VI/15 (soit le 02-02-1457) au
1456 16 29 30/XII/16 (16-08-1457) ordonné par Thoutmosis Ier (Urk. IV, 358)
16 30 an 30 du Jubilé débute à la fin de l'an 16 (le 18-07-1456) fête sed
1455 17
1454 18
1453 19
1452 20
1451 21
22 Thoutmosis III accession le I Shemou 4 soit le 4/IX/22 (21-04-1450)
1450 23 jours lunaires psdntyw datés du 21/IX/23 (pleine lune du 07-05-1450)
1449 24 et du 30/VI/24 (pleine lune du 16-02-1448)
1448 25 lever sothiaque daté du 28/XI/[25] (pleine lune du 12-07-1448)
1447 26
1446 27
1445 28
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 37

Plusieurs jours lunaires 1 (psdntyw) sont datés dans le règne de Thoutmosis III du
21/IX/23 (pleine lune du 7 mai 1450), du 30/VI/24111 (pleine lune du 16 février 1448) et
du 28/XI/24 (pleine lune du 13 juillet 1448). Le début des travaux de la tombe de
Senenmout est daté du 16/I/7 (IV Peret 2 de l'an 7, pleine lune du 24 mars 1465).
Le règne d'Hatshepsout ne débute donc pas à l'an 1 mais en l'an 4 puisqu'elle a
poursuivi le règne de son mari. Les stèles datées de Thoutmosis III (sous la régence de sa
tante Hatshepsout) vont d'ailleurs de l'an 4 à l'an 20. De plus, cette ambiguïté dans le règne
de Thoutmosis III a parfois été interprétée comme une corégence112 entre Hatshepsout et
Thoutmosis Ier ou entre Thoutmosis II et Thoutmosis Ier, mais l'explication la plus logique
est celle d'une régence sur son neveu Thoutmosis III au nom de son mari Thoutmosis II.
Ce scénario permettrait d'expliquer la confusion de Josèphe (ou de Manéthon).
Hatshepsout ayant régné au nom des Thoutmosis, il était possible de la considérer comme
la fille d'Amenhotep Ier, le prédécesseur de Thoutmosis Ier, et ces 30 années de règne en son
nom pouvaient se confondre avec les 32 ans de Thoutmosis III. Le précepteur
d'Hatshepsout, Ahmès Pen-Nekhbet, ne la considérait pas comme un pharaon puisque
après sa mort il ne la mentionne pas sur la liste des pharaons qu'il avait servis: Ahmosis,
Amenhotep Ier, Thoutmosis Ier, Thoutmosis II et Thoutmosis III. Inéni précisant qu'après
la mort de Thoutmosis II: Thoutmosis III régna par l'intermédiaire d'Hatshepsout113.
La chronologie du règne d'Amenhotep Ier est reconstituée par les durées corrigées
de Manéthon de Thoutmosis Ier (12 ans 5 mois, car mort vers le mois XI) et celle obtenue à
partir de la fréquence des scarabées pour Thoutmosis II (3 ans). Le règne de Thoutmosis
III poursuivant celui de Thoutmosis II (via Hatshepsout) sa date d'accession du I Shemou
4 ne correspond pas à celle de Thoutmosis II, mais dut être autour du mois XI (la
construction des deux obélisques ayant duré 7 mois, entre le 15/VI/15 et le 30/XII/16,
l'accession doit être peu avant le mois XII).
pharaon durée du règne date officielle du règne date effective du règne
Amenhotep Ier 20 ans 7 mois 08/1505-02/1484 08/1505-02/1484
Thoutmosis Ier 12 ans 5 mois 03/1484-07/1472 03/1484-07/1472
Thoutmosis II 3 ans 08/1472-07/1469 08/1472-07/1469
[Hatshepsout] [21 ans 9 mois] [08/1472-04/1450] [08/1469-04/1450]
[18 ans 9 mois]
Thoutmosis III 53 ans 11 mois 07/1472-04/1418 08/1469-04/1418
51 ans 4 mois

La 9e année d'Amenhotep Ier tombe en 1496 (= 1505 – 9) selon cette reconstitution,


ce qui correspond exactement à l'année calculée à partir du papyrus Ebers. Selon
l'astronomie, le début de règne de Thoutmosis III est donc daté en 1472.

DETERMINATION DU REGNE DE THOUTMOSIS III PAR L'ASTRONOMIE


Le plafond astronomique de la tombe de Senenmout donne la position de plusieurs
constellations ainsi que les planètes connues de l'époque dont certaines sont faciles à
identifier comme la Grande Ourse, Orion, Vénus, Mars, Mercure, Saturne et Jupiter. Pour
dater astronomiquement ce plafond il faut connaître deux paramètres: à quelle année du
règne de Thoutmosis III a-t-il été réalisé et quels sont les phénomènes astronomiques
représentés qui peuvent être identifiés sans ambiguïté pour le dater par l'astronomie.
111 Thoutmosis III inaugura un sanctuaire le 30/VI/24 qu'il appela le Akh-menou "le monument brillant" (Urk. IV, 836:2-3).
112 W.J. MURNANE - Ancient Egyptian Coregencies
in: Studies in Ancient Oriental Civilization 40 (Chicago, 1977) pp. 35-39,115-117,230.
113 C. DESROCHES NOBLECOURT – La reine mystérieuse Hatshepsout

Paris 2002 Éd. Pygmalion pp. 408-411.


38 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Fig. 79 : Plafond astronomique de la tombe de Senenmout

Détermination de l'année de règne de Thoutmosis III. Senenmout ayant été un personnage


très important sous Hatshepsout, il est possible de retrouver l'année de règne durant
laquelle fut dessiné le plafond de sa tombe. Senenmout reçut en effet le titre prestigieux de
"Grand Intendant d'Amon", probablement autour de la 5e ou de la 7e année de Thoutmosis
III et eut aussi le rare privilège, pour un particulier, d'aménager une tombe royale et de lui
accoler sa propre tombe. Les ostraca de cette tombe114 permettent de fixer l'année de
réalisation du plafond, puisque les travaux de maçonnerie et la taille des pierres
commencèrent le IV Peret 2 en l'an 7 de Thoutmosis III et s'étalèrent jusqu'à l'an 9.
W.C. HAYES – Ostraka and Name Stones from the Tomb of Sen-mut (TT71) at Thebes
114

New York 1942 Ed. Arno Press pp. 7,21-23.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 39

Comme l'ostracon n°80 précise que la porte de la chapelle fut ouverte le III Akhet 27 en
l'an 11, on peut supposer que les travaux d'aménagement et de décoration, comme le dessin
du plafond astronomique (tiré de l'observation), avaient été exécutés vers la fin des travaux
d'aménagement en l'an 9 ou 10 (la célèbre expédition au pays de Pount, par exemple, est
représentée sur un mur de soutènement du temple115 et est datée de l'an 9). Selon
Dorman116 il y a deux types de difficultés pour dater les monuments de Senenmout: les
différents monuments du vaste complexe de Deir el-Bahari ont vraisemblablement été
construits en parallèle. Les disgrâces posthumes de Senenmout et de la reine Hatshepsout
ont entraîné de nombreux martelages et réinscriptions de cartouches, ce qui engendre des
dates contradictoires117. Ces disgrâces sont inexpliquées puisque la momie de Thoutmosis
Ier a été placée (en l'an 16) dans le sarcophage d'Hatshepsout à côté d'un autre qui a été
construit après sa mort118 (en l'an 22 ?). Toutefois, la date du début de la tombe est l'an 7,
or cette tombe n'est qu'un petit élément du vaste complexe et les deux années de
construction semblent donc suffisantes pour achever le plafond (l'inauguration en l'an 11
fixe une date butoir). Enfin la coïncidence marquant l'ère du phénix a dû être représentée
assez rapidement au début des travaux.
Sur la partie inférieure, on reconnaît les 12 cercles qui, nommés par les
hiéroglyphes, représentent les 12 mois égyptiens. Au centre du panneau, séparant les cercles
en deux groupes inégaux, un triangle long et étroit symbolise le méridien sur la pointe
duquel se trouve un petit cercle. Celui-ci est relié au dessin schématique d'un taureau
désigné du nom de Grande Ourse par un hiéroglyphe inscrit sur son corps. Les Égyptiens
estimaient que les 7 étoiles principales de cette constellation figuraient un taureau ou plus
exactement sa cuisse et que l'étoile (") située à la pointe du méridien était l'Ursae majoris, la
Grande Ourse. Si on prolonge la lance du dieu hiéracocéphale figuré sous la Grande Ourse et
le méridien, les deux lignes se rencontrent au pôle nord (déclinaison 90°), le méridien se
trouvant lui-même sur l'équateur (déclinaison 0°). L'étoile dans le petit cercle (" Ursae
majoris) est précisément située à 68,2° (en mesurant sa distance par rapport à l'équateur et
en sachant que la distance totale allant de l'équateur au pôle représente 90°). Lorsqu'une
étoile est située sur le méridien, elle occupe sa position la plus élevée (si c'est une étoile
circumpolaire c'est aussi sa position la plus basse); on dit alors qu'elle culmine. La
culmination jouait un grand rôle chez les Égyptiens, et celle de l'étoile " Ursae majoris se
faisait la nuit du 18 au 19 mars à minuit avec une déclinaison de 68,2° à cette époque (ce
qui confirme qu'il s'agit bien de la culmination de cette étoile). De plus, si on prolonge la
lance vers l'arrière elle aboutit sur le mois 8 (IV Peret) qui débutait à mi-mars à cette
époque (autour de 1470), ce qui confirme l'identification.
La ligne verticale représente le méridien, la ligne du sol représente l'équateur (0°) et
la ligne du plafond représente le pôle (90°). En prolongeant le côté incliné du méridien sur
la partie supérieure, cette ligne coupe les orteils du pied gauche d'Orion (à égale distance
des bords gauche et droit), c'est-à-dire Rigel (# Orionis). En effet, les Égyptiens identifiaient
Orion au dieu Osiris: son étoile principale Rigel (en arabe "pied") a donné son nom à toute
la constellation, s3" signifiant "Orion" aussi bien que "Orteils".
Interprétation géométrique du plafond astronomique de Senenmout:

115 C. GRAINDORGE – Deir El Bahari le temple de millions d'années


in: Les dossiers d'archéologie n°187 S (11/1993) pp. 72-75.
116 P.F. DORMAN – The Monuments of Senenmut. Problems in Historical Methodology

New York Ed. Kegan Paul International pp. 66-109.


117 C. DESROCHES NOBLECOURT – La reine mystérieuse Hatshepsout

Paris 2002 Éd. Pygmalion p. 58.


118 C. L ALOUETTE – Thèbes ou la naissance d'un empire

Paris 1995 Éd. Flammarion pp. 270-271.


40 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

L'agencement des 12 mois en 3 groupes de 4 permet de dater certains événements.


Ces 12 mois de l'année égyptienne sont divisés par le méridien en 3 parties égales de 120
jours. Si la limite entre la 2e et la 3e est la nuit du 18 au 19 mars (culmination de l'étoile "
Ursae majoris), celle entre la 3e et la 1ère se situe 120 jours plus tard, soit la nuit du 16 au 17
juillet. Cette dernière date correspond au lever héliaque de Sirius, l'étoile la plus brillante du
ciel, et à la célébration du Nouvel an égyptien. Ce jour-là, la première saison de l'année
égyptienne débutait: à la mi-juillet, le Nil commençait à inonder la Basse-Égypte. La limite
entre la 1ère et la 2e partie se situait 120 jours plus tard, la nuit du 14 au 15 novembre.
Durant cette nuit se déroulait un autre événement astronomique important: la culmination
de Rigel (# Orionis) à minuit (remarque: l'année complète est découpée en 36 décans qui
couvrent chacun une période de 10 jours).
mois 8 mois 9 mois 10 mois 11
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
19 mars 29 mars 8 avril 18 avril 28 avril 8 mai 18 mai 28 mai 7 juin 17 juin 27 juin 7 juillet
mois 12 mois 1 mois 2 mois 3
13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24
17 juil. 27 juil. 6 août 16 août 26 août 5 sept. 15 sept. 25 sept. 5 oct. 15 oct. 25 oct. 4 nov.
mois 4 mois 5 mois 6 mois 7
25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36
14 nov. 24 nov. 4 déc. 14 déc. 24 déc. 3 janv. 13 janv. 23 janv. 2 fév. 12 fév. 22 fév. 4 mars

À partir des éléments précédents, il est possible de dater astronomiquement le


plafond, car un lever héliaque de Sirius le 17 juillet n'est possible qu'à une latitude de 30°N,
soit autour d'Héliopolis; de même, le passage simultané sur le méridien de Rigel (# Orionis)
et de l'étoile de la Grande Ourse (" Ursae majoris) donne aussi une latitude de 30°N119. À
cause de la précession des équinoxes, la valeur de la déclinaison de la Grande Ourse a très
légèrement varié d'environ 0,06' par an, ce qui permet de dater120 le plafond (en relevant sa
valeur précise sur le dessin) en 1460 à +/- 10 ans, car l'œil humain ne peut séparer un angle
apparent inférieur à 1' (= 17x0,06', ces 17 ans sont arrondis à 20 ans soit +/- 10 ans). Dans
la partie supérieure du dessin représentant la partie méridionale du ciel, on reconnaît le dieu
119 É. TISSOT – Etude de l'astronomie égyptienne et ses implications dans la symbolique astrale de la constellation d'Orion dans la
religion égyptienne Lyon 1990 Mémoire de maîtrise : Histoire de l'art - Maison de l'Orient Université Lyon 2 (Mé - 12/1) pp. 112-114.
120 http://www.fourmilab.ch/cgi-bin/Yourhorizon
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 41

Orion debout dans une barque. À gauche, se trouve une femme, debout elle aussi, dans une
barque. Il s'agit de la déesse Isis identifiée à Sothis. Suivent deux dieux hiéracocéphales
portant une étoile sur la tête. Les hiéroglyphes qui les surmontent permettent de
reconnaître Jupiter et Saturne. À l'extrême gauche, se trouve Vénus que les Égyptiens
représentaient sous les traits d'un héron (bnw). La planète Mercure est également présente
sous la forme d'une petite figure séthienne, au-dessus à droite de Vénus. Il manque Mars121,
la dernière des 5 planètes connues dans l'Antiquité. Son absence (barque vide) dans une
carte céleste aussi soignée est d'autant plus remarquable que dans toutes les cartes plus
tardives et, sans exception, plus schématiques, Mars suit dans une barque Jupiter et Saturne
comme 3e dieu hiéracocéphale. La seule conclusion qui s'impose est que Mars n'était pas
visible durant la nuit représentée dans la tombe de Senenmout. Un autre détail permet le
calcul de l'année du plafond astronomique: les petits points auprès des figures d'Orion et de
Jupiter déterminent la position exacte des deux astres. La ligne tracée près de Jupiter
correspond sur la carte à tous les points de la même longitude qui ont la même ascension
située entre 73° et 95°. Or, parmi les 50 années situées entre 1505 et 1455 (= 1480 +/- 25),
une seule122 durant laquelle Jupiter eut, dans la nuit du 14 au 15 novembre, une ascension
droite comprise entre 73° et 95° et où Mars n'était pas visible: c'est l'année 1463.
Fig. 80 : Carte céleste de la constellation d'Orion
Le résultat précédent est
très surprenant, car il semble que
les prêtres astronomes,
habituellement très précis dans
leurs représentations, ont été
particulièrement mal avisés de
choisir cette année où la planète
Mars est absente (cas unique dans
les représentations égyptiennes),
or il n'en est rien. En effet,
l'observation de la forme et de la
place des constellations d'Orion
de Sirius et de Vénus explique la
raison de leur choix. Si Rigel
correspond aux orteils d'Orion et
les 3 étoiles alignés à sa ceinture,
Sirius se situe par conséquent au
niveau des chevilles de Sothis qui
se trouve au même niveau que la
tête du héron représentant Vénus. Ce héron, appelé phénix par les Grecs, inaugure le début
du plafond à la partie supérieure gauche, le mois 1 inaugurant le début du plafond à la
partie inférieure droite. Si la culmination de la Grande Ourse peut être datée le 14
novembre 1463, cette année a débuté au lever héliaque de Sirius du 17 juillet 1464 (au mois
1). Or durant ce jour se produisait un phénomène exceptionnel qui n'arrive que tous les
103 ans: le lever héliaque de Sirius, l'étoile la plus brillante du ciel, coïncidait avec le coucher
héliaque de Vénus, la planète la plus lumineuse. Cette coïncidence de dates inaugurait une
nouvelle ère appelée "grande année" ou "renaissance du phénix" par les Grecs.
121 C. LEITZ – Remarks about the Appearance of Mars in the Tomb of Senenmut in Western Thebes
in: Centaurus Vol. 44 (2002) pp. 140-142.
122 C. LEITZ – Le premier plafond astronomique dans la tombe de Senmout

in: Les dossiers d'archéologie n°187 S (Novembre 1993) pp. 116,117.


42 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

L'observation astronomique représentée sur le plafond permet donc de dater l'an 9


de Thoutmosis III en 1463, ce qui fixe son accession en 1472 (= 1463 + 9).

DETERMINATION DE L'ERE DU PHENIX OU DE LA "GRANDE ANNEE"


Les plus anciens textes égyptiens mentionnent Vénus [Isis] comme "étoile du
matin" et "phénix" (Le Livre des morts §13), et Sirius [Sothis] "celle qui sort en son temps"
(§110). On lit, par exemple: le jour où l'on examine les compagnons d'Orion (...) pour faire que le
phénix connaisse les fait de la Douat [au-delà] (§64); J'ai traversé le phénix vers l'Orient (...) j'ai été le
second d'Isis (§100); je suis sorti en phénix (...) Étoile du matin, fraye moi le chemin (§122). Vénus,
l'étoile du matin, est souvent associée au héron cendré (bnw) qui revenait peupler les eaux
du Nil à la saison de l'inondation et qui s'élevait majestueusement au lever du soleil.
Le lever héliaque de Sirius marquant le début de l'année religieuse se produisait à
une date relativement fixe dans l'année solaire; par contre, le lever héliaque de Vénus se
produisait à une date qui changeait chaque année puisque Vénus a une période de
révolution de 224,7 jours. Les deux levers héliaques coïncident (à 1 jour près) lorsque le
nombre des années draconitiques (passages aux mêmes nœuds ascendants) donne la même
durée, soit 8 ans pour la terre et 13 ans pour Vénus (8x365,25133 = 2922,01 jours
=13x224,69889 = 2921,08 jours à 1 jour près) ou encore 243 ans pour la terre et 395 ans
pour Vénus (243x365,25133 = 88756,074 jours = 395x224,69889 = 88756,063 jours).

Fig. 81 : Transit de Vénus dans le Soleil

Connaître les dates de coïncidence de l'alignement de la terre, du soleil et d'un


troisième corps revient à déterminer la date où ces 3 corps sont alignés dans un cône ayant
un angle de 0,5° (diamètre apparent du soleil). Lorsque ce troisième corps est la lune, on
parle d'éclipses, sinon il s'agit de transits. Le transit de Vénus123 comporte une période de
243 ans pour le nœud ascendant et une sous-période de 105,5 ans pour le nœud
descendant. Comme il y a une pseudo période de 8 ans, cela donne un cycle complet de
243 ans se décomposant approximativement: 8/105,5/8/121,5 = 243. Le calcul de la date
de la coïncidence des levers héliaques de Vénus et Sirius ressemble au calcul du "transit de
Vénus dans Sirius", ce qui donne une période de 243 ans lorsque les deux levers héliaques
coïncident et une sous-période de 103 ans lorsque le lever héliaque de Sirius coïncide avec
un coucher héliaque de Vénus124. Ce problème est un plus compliqué qu'un transit classique
car les arcus visionis de Vénus et Sirius sont différents, 8,5° à 9° pour Sirius et 4,5° à 5,5°
pour Vénus, ce qui signifie que même quand Vénus et Sirius sont en conjonction, Vénus
est vue environ 5 jours avant Sirius (1° de décalage par jour est parcouru en 4 minutes, car
la terre tourne de 360° en 24 heures et de 365 jours en 1 année).
123 http://www.imcce.fr/fr/ephemerides/phenomenes/passages/html/saros.php
124 http://www.imcce.fr/page.php?nav=fr/ephemerides/phenomenes/rts/
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 43

Ces coïncidences ont été calculées par van Oosterhout125 (dates astronomiques*;
Héliopolis: longitude 31°19', latitude 30°05'; Thèbes: longitude 32°39', latitude 25°42'):
Héliopolis
(243 ans) -1558* -1315* -1072* -829* -586* -343* -100* 143
+103 ans -1455* -1202* -969* -726* -483* -240* 3 246
Thèbes
(243 ans) -1542* -1299* -1056 -813 -570 -327 -84 159
+103 ans -1439* -1196* -953* -710* -467* -224* 19 262

Les dates de ce tableau peuvent être décalées de plus ou moins 8 ans à cause de la
pseudo période de 8 ans. Une simulation astronomique126 permet de choisir la meilleure
coïncidence, par exemple, celle en -1455* (1456 avant notre ère) est meilleure en -1463* (=
-1455 - 8). Ces dates ont joué un rôle particulier, puisque certaines ont été commémorées et
celles en caractères gras ont laissé un témoignage historique. Les pièces d'Antonin le
Pieux127, de l'an 2 et 6 de son règne, représentent le phénix avec la mention $%&' "durée de
vie", mot grec correspondant au mot égyptien rnpt "année" / "régénération".
Fig. 82 : Pièces d'Antonin le Pieux des ans 2 et 6 de règne

ANTONINOS AIÔN LB [année 2] ANTONINOS AIÔN LZ [année 6]

La datation de ces pièces est complexe, car l'empereur Antonin semble avoir débuté
ses années tribuniciennes et consulaires au 25 février 138 lorsqu'il a été adopté par Hadrien,
mais ses années de règne le 10 juillet 138 à la mort de ce dernier128. Censorinus (Le jour
natal XXI:10-11) date le lever sothiaque du 1er Thoth dans le calendrier égyptien129 et du 20
juillet 139 dans le calendrier julien et il appelle cette année particulière "l'année caniculaire
[Sirius appartient à la constellation du Grand Chien]", "l'année de Dieu" ou "la grande
année". Les pièces d'Antonin semblent donc commémorer l'entrée dans la tétrade débutant
en fait le 1er Thoth en 140 et non en 139 et aussi la "grande année" de 143.
année 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144
an du règne 1 2 3 4 5 6 7
1er Thoth 21 juil. 20 juil. 20 juil. 20 juil. 20 juil. 19 juil. 19 juil. 19 juil. 19 juil. 18 juil.
lever Sirius 19 juil. 19 juil. 19 juil. 19 juil. 19 juil. 19 juil. 19 juil. 19 juil. 19 juil. 19 juil.
lever Vénus 22 juil. 3 mars 26 mai 5 janv. 29 mars 3 juin 1 fév. 26 avril 19 juil. 1 mars
13 oct. 18 août 9 nov. 13 sept. 6 déc. 12 oct.

La date de 143 commémorée par Antonin le Pieux coïncide avec un double lever
héliaque de Sirius et Vénus. D'autres "ères du phénix" ont été représentées130 (dans l'ordre):
125 G.W. VAN OOSTERHOUT – Sirius, Venus and the Egyptian Calendar
in: Discussions in Egyptology 27 (1993) pp. 83-96.
126 http://www.fourmilab.ch/cgi-bin/Yourhorizon
127 R. VAN DEN BROEK – The Myth of the Phoenix

Leiden 1972 Ed. E.J. Brill pp. 66-73,103-109, 428-433.


128 H. MATTINGLY – The Roman Imperial Coinage Vol. III Antoninus Pius to Commodus

London 1962 Ed. Spink and Son Ltd pp. 1-7,168,169.


129 G. BREIN - Astrochronology and Egyptian Chronology

in: The Synchronisation of Civilisations in the Eastern Mediterranean (M. Bietak 2000) p. 55.
130 O. NEUGEBAUER, R.A. PARKER – Egyptian Astronomical Texts

London 1969 Ed. Brown University Press pp. 6-11, plates 3, 9, 16, 25, 28.
44 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

celle de -1299 par Séthy Ier, celle de -1196 par Taousert, celle de -1056 par Psousennès Ier
(dont le nom signifie l'étoile qui se lève sur la ville [de Thèbes])131, celle de -343 par Nectanébo II
et celle de -240 (?) sur un sarcophage d'Harendotès. Quelques historiens, comme Tacite,
ont mentionné ces "ères du phénix" sans en comprendre la signification.
Fig. 83 : Position du héron cendré (Phénix) dans les sarcophages

! (Séthy Ier)

(Taousert) !

(Psousennès Ier) !

! (Nectanébo II)

(Harendotès) !
131Plusieurs inscriptions de Psousennès Ier mentionnent l'apparition de Sirius, de plus, ce pharaon s'est fait ensevelir avec l'aiguière
d'Ahmosis, indiquant qu'il voulait se rattacher à cet antique pharaon (P. LE GUILLOUX – Le mobilier funéraire de Psousennès I er, Paris
2010 Éd. Actes Sud pp. 133, 147, 229, 284-285), remplaçant Ahmosis Sapaïr né autour de -1540, peu après le double lever héliaque de
Sirius et de Vénus du 12 juillet -1543 (à Thèbes).
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 45

Tacite (Annales VI:28) écrit: après un long cycle de siècles, parvint en Égypte un oiseau, le
phénix (...) consacré au soleil (...) sur le nombre des années, les traditions varient: La plus répandue fixe
une durée de 500 ans; il y en a pour admettre un intervalle de 1461 ans: les précédents oiseaux
remonteraient d'abord au règne de Sésosis [Sésostris ou Séthosis ?], puis celui d'Amasis, ensuite celui de
Ptolémée, troisième roi macédonien de ce nom, et toujours ils auraient pris leur vol de la cité appelée
Héliopolis. La première ère attribuée à Séthy Ier [Séthosis?] est incertaine, mais les deux
suivantes sont en accord avec les dates astronomiques: celle d'Amasis en -570 et celle de
Ptolémée III en -240. Quand les levers de Sirius et Vénus coïncident, les déesses Sothis et
Isis sont associées. Le décret de Canope, daté de l'an 9 de Ptolémée III Évergètes, à
l'occasion du lever sothiaque daté du 1er Payni (19 juillet 238), précise: Afin que les saisons
suivent une règle absolue et qu'il n'arrive pas que certaines des fêtes solennelles célébrées en hiver le soient
jamais en été à cause du déplacement du lever de Sothis d'un jour tous les 4 ans (…) Le jour où se lève
l'astre d'Isis, jour reconnu par les écrits de la Maison de Vie comme étant le Nouvel An. Un texte du
règne de Ptolémée IV proclame: Salut à toi, Isis-Sothis dame des 14 et maîtresse des 16 qui a suivi
son lieu de résidence durant 730 ans132. La période de 730 ans correspond à un demi cycle
sothiaque (=1460/2). Diodore rapporte l'inscription d'une stèle: C'est moi qui suis Isis, la reine
de tout le pays (...) c'est moi qui suis la femme et la sœur du roi Osiris; c'est moi qui suis inventrice des
récoltes; c'est moi qui suis la mère du roi Horos. C'est moi qui suis celle qui se lève dans la constellation du
Chien (Bibliothèque historique I:27, X:2). Vénus fut associée à Sirius à cause de la
coïncidence de ces levers héliaques particuliers; le héron cendré (bnw) caractérisant Vénus
est aussi représenté perché sur un trépied pour accompagner l'idéogramme b‘" de
"inondation" dont l'étoile Sirius est habituellement l'annonciatrice.
Même s'ils ont vu dans le phénix une créature mi-réelle mi-légendaire, les auteurs
anciens ont noté que cet oiseau caractérisait une ère particulière débutant au moment d'une
conjonction astronomique. Le premier historien à avoir détaillé le phénix est Hérodote: Il
existe encore un autre oiseau sacré qu'on appelle le phénix. Je ne l'ai moi-même vu qu'en peinture; d'ailleurs
il se montre en Égypte que rarement, — tous les 500 ans disent les Héliopolitains, et seulement, d'après
eux, quand son père est mort. S'il est tel qu'on le représente, voici sa taille et son aspect: son plumage est
rouge et or; en forme et en dimensions, il ressemble beaucoup à un aigle. L'ingéniosité qu'on lui prête n'est, à
mon avis, qu'une légende invraisemblable: il quitte l'Arabie, dit-on, pour transporter le corps de son père,
enrobé de myrrhe, au temple du Soleil et l'y ensevelir (Enquête II:73). Il rapporte avec beaucoup de
candeur les conceptions égyptiennes de la mort du phénix, que visiblement il ne comprend
pas. Selon Eusèbe (Préparation évangélique X:3:16), ces informations d'Hérodote sur le
phénix proviendraient de la Périègèse d'Hécatée de Milet (écrite vers -500). En fait, pour les
Égyptiens les astres (comme Sirius ou Vénus) naissent à l'Orient "le Levant" [l'Arabie] et se
couchent ou meurent à l'Occident "le Couchant". Le soleil est dépeint avec les couleurs
rouge et or, et c'est vraisemblablement pour cette raison que le nom grec $%&'() signifiant
"pourpre" (le nom Phénicie à la même étymologie)" a été donné à cet oiseau. Pline est plus
précis qu'Hérodote, il indique: Le premier parmi les Romains qui ait parlé du phénix et montré le
plus d'exactitude est Manilius (...) il est consacré au Soleil; il vit 540 ans (...) D'après le même Manilius,
la révolution de la Grande Année coïncide avec la vie de cet oiseau, et son retour est marqué par le même
cycle des saisons et de constellations; ce recommencement à lieu vers midi, le jour où le soleil entre dans le
signe du Bélier, et l'année où il écrivait, sous le consulat de P. Licinius et de Cn. Cornélius [soit en -97],
était la 215e année (Histoire naturelle X:2). Le double lever de -100* peut correspondre à
l'époque mentionnée, mais la durée de 215 ans [243?] est trop faible. Selon Platon: Il n'en est
pas moins possible de concevoir que le nombre parfait du Temps a accompli l'année parfaite [ou grande

Ce texte est peu clair et sa traduction est contestée, mais les nombres 14 et 16 semblent se rapporter au mois lunaire (M. C LAGETT -
132

Ancient Egyptian Science II. Calendars, Clocks and Astronomy. Philadelphia 1995 Ed. American Philosophical Society pp.331-333. A.
VON LIEVEN – Der Himmel über Esna. Wiesbaden 2000 Ed. Harrassowitz Verlag p. 23 note 77).
46 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

année] lorsque les huit révolutions, ayant égalisé leurs vitesses, reviennent au point initiale et donne comme
mesure commune à ces vitesses le cercle du Même, qui possède un mouvement uniforme. C'est ainsi et pour
ces motifs qu'ont été engendrés ceux des astres qui parcourent le Ciel et qui ont des phases. Je veux dire, afin
que le Monde fût aussi semblable que possible au Vivant parfait et intelligible et pour imiter la substance
éternelle (Timée 38d-39d). Platon a été influencé par les théories pythagoriciennes (inspirées
de l'astronomie égyptienne): La nouvelle année va commencer avec la lune qui suit le solstice d'été
(Lois VI, 767c5-6). Cette ère du phénix ou Grande Année a donc joué un rôle important
dans la chronologie égyptienne. Le premier changement d'ère (celui de -1542*) apparaît
sous Ahmosis, "le disciple de l'étoile Sirius, le favori de Séchat [stèle d'Ahmosis à Karnak]",
lorsque le signe de la lune s'inverse, ce qui marque le début de la XVIIIe dynastie133.
134
Fig. 84 : Carte céleste des levers héliaques de Vénus et Sirius le 16 juillet -1464

Vénus Sirius

133 C. BARBOTIN – Âhmosis et le début de la XVIIIe dynastie


Paris 2008 Éd. Pygmalion pp. 40-41,143.
134 http://www.fourmilab.ch/cgi-bin/Yourhorizon
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 47

L'astronomie permet de reconstituer l'événement extraordinaire qui s'est produit au


début de la 9e année de Thoumosis III (le nombre "9" signifie aussi "jour lunaire 1" et
"Ennéade" en égyptien), quand s'ouvrait une nouvelle ère du phénix. En 1464 BCE le lever
héliaque de Sirius135 avait lieu le 16 juillet à 2:06 UT136.
L'étoile sur la tête du phénix représente donc le coucher héliaque de Vénus
coïncidant avec le lever héliaque de Sirius, située au niveau des chevilles de Sothis (associée
à Isis représentant Vénus), Rigel étant situé dans les orteils d'Orion.

CHRONOLOGIE DES DYNASTIES XVIII A XX


Grâce aux dates absolues provenant des phénomènes astronomiques datés dans un
calendrier, on obtient (les dates calculées grâce aux jours lunaires datés sont soulignées et
celles calculées grâce à des synchronismes datés par l'astronomie ont un astérisque*):
Pharaon dates du règne synchronismes datés par l'astronomie
Amenhotep Ier 08/1505*-02/1484 Lever héliaque de Sirius tombant le 9e jour lunaire (le 11 juillet
1496, pleine lune le 3 juillet) daté du III Shemou de l'an 9.
Thoutmosis Ier 03/1484-07/1472
Thoutmosis II 08/1472-07/1469
[Hatshepsout] [08/1472-04/1450]
Thoutmosis III [07/1472]-03/1418* Culmination de la Grande Ourse, en l'absence de la planète
Mars, le 14 novembre 1463 (sur le plafond astronomique de la
tombe de Senenmout) datée vers la fin de l'an 9. Jours lunaires 1
psdntyw datés du 21/IX/23 et du 30/VI/24 (pleines lunes du 7
mai 1450 et du 16 février 1448)
Amenhotep II
Thoutmosis IV
Amenhotep III
Akhenaton [Amenhotep IV]
Semenkhkaré
Ankhkhépérouré
Toutankhamon
Aÿ
Horemheb
Ramsès Ier 01/1295-05/1294
Séthy I er 06/1294*-06/1283 Lever héliaque de Sirius et coucher héliaque de Vénus (le 12
juillet 1292) datés du I Akhet 1 en l'an 4 de Séthy Ier.
Ramsès II 06/1283*-07/1216 Accession de Kada!man-Enlil II (en 1264) daté en l'an 19 de
Ramsès II. Jour lunaire 1 (psdntyw) daté du II Peret 27 de l'an 52
de Ramsès II (pleine lune du 20 décembre en 1232).
Merenptah 08/1216-10/1207
Séthy II 11/1207-10/1202
[Amenmès] [04/1206-03/1202]
Siptah 11/1202*-10/1196 Lever héliaque de Sirius et coucher héliaque de Vénus (le 12
[Siptah]/ Taousert 11/1196-04/1194 juillet 1197) datés dans le règne de Taousert. Jour lunaire 1
(psdntyw) daté du II Shemou 27 de l'an 7 de [Siptah] Taousert
(pleine lune du 9 avril 1195).
Sethnakht 11/1196-03/1192
Ramsès III 04/1192*-04/1161 An 2 de Meli-"ipak (en 1185) = an 8 de Ramsès III.
Ramsès IV 05/1161-12/1155 Jour lunaire 1 (psdntyw) daté III Akhet 10 de l'an 4 de Ramsès IV
(pleine lune du 16 août 1157).
135http://www.imcce.fr/fr/grandpublic/phenomenes/sothis/index.php
136Il faut ajouter 2h10m au temps universel UT pour avoir le temps local à Thèbes, le soleil se levant à 2:51 UT soit à 5 heures locales, le
solstice s'étant produit le 6 juillet. à Héliopolis (longitude 31°19 Est, latitude 30°05' Nord. La carte du ciel telle qu'elle apparaissait durant
cette nuit est datée en astronomie du -1463*-07-16, azimut 90°, champ de vision 90°. L'image est obtenue pour un temps de 2:15 UT,
soit 9 minutes après le lever de Sirius (Vénus, en bas à gauche, et Sirius, en bas à droite, apparaissent environ 2° au-dessus de l'horizon.
48 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

La chronologie égyptienne actuelle de ces dynasties n'est ancrée sur aucun


synchronismes datés par l'astronomie, ce qui entraîne une multiplicité de choix et donc une
grande confusion. Les controverses sans fin sur la longueur de certains règnes (comme
celui d'Horemheb) ou de la présence supposée de corégences (comme celle d'Akhenaton
avec Amenhotep III) empêchent de fixer une chronologie scientifique. Pour déterminer la
chronologie relative de ces règnes, plusieurs types de dates (quand elles sont connues) et de
durées sont combinées et recoupées137: accession, mort du roi, dates les plus hautes et
durées des règnes selon Manéthon138 (transmises par Josèphe en Contre Apion I:93-98).

CHRONOLOGIE DES DYNASTIES XX A XXII


La fin de la XXe dynastie est mal déterminée à cause d'une "ère de la Renaissance"
(Hérihor?) qui débute en l'an 19 de Ramsès XI. Le Récit d'Ounamon, vraisemblablement daté
de l'an 5 de Smendès139, laisse supposer que ce pharaon a régné en parallèle avec Hérihor,
un roi prêtre, après la mort de Ramsès XI. Il semble que l'affaiblissement de la fonction
royale ait permis à Hériror, grand prêtre d'Amon, d'usurper certaines prérogatives royales.
Dans son récit, Ounamon précise qu'il avait été envoyé en Palestine par Smendès (à Tanis)
et sa femme Tanetamon, sans spécifier son titre de pharaon. Il mentionne seulement que
Smendès et Hériror sont les "magnats de l'Égypte". Ounamon rappelle à Smendès qu'il a
fait pour lui comme n'avaient pas fait les envoyés de Khaemwase [prénom de Ramsès XI]
pendant 17 ans dans le pays. Selon ces remarques, l'an 5 se rapporte à Smendès, successeur
de Ramsès XI, et non à Hériror. Chronologie de la XXe dynastie:
Pharaon durée min. du règne date de l'accession date la + haute dates du règne
XXe dynastie (1194 – 1090?)
Sethnakht 3 ans 5 mois I Peret ? 4 11/1196-03/1192
Ramsès III 31 ans 1 mois I Shemou 26 32 III Shemou 14 04/1192-04/1161
Ramsès IV 6 ans 8 mois III Shemou 15 7 III Akhet 29? 05/1161-12/1155
Ramsès V 3 ans 1 mois IV Akhet 1? 4 IV Akhet 30 01/1154-02/1151
Ramsès VI 7 ans I-II Peret? 7 III Akhet 8 03/1151-02/1144
Ramsès VII 7 ans 1 mois IV Peret ? 7 II Shemou 16 03/1144-03/1137
Ramsès VIII 3 mois 19 jours ? 1 (3 mois) 04/1137-06/1137
Ramsès IX 18 ans 4 mois I Akhet 21 19 IV Akhet 07/1137-10/1119
Ramsès X 2 ans 5 mois I Peret 27 3 IV Akhet 11/1119-03/1116
Ramsès XI 26 ans 1 mois IV Shemou 28 27 IV Shemou 8 04/1116-04/1090?
[Hérihor] [13 ans ?] an 19 Ramsès XI? 12? [1098?-1085?]

La chronologie des dynasties suivantes (XXI à XXV), couvrant la période appelée


Troisième période intermédiaire, est difficile à établir. Yoyotte140 en donne les raisons: Une
période mouvementée, durant plus de quatre siècles, sépare l'époque décadente des derniers Ramsès du jour
où la réunification du pays par Psammétique I inaugure la belle renaissance saïte (...) La multiplication de
pouvoirs régionaux se traduisant par la coexistences de plusieurs pharaons et l'affaiblissement de
l'expansion conquérante de l'Égypte qui subit infiltrations puis invasions étrangères (...) Prédominance de
137 C. VANDERSLEYEN - L'Egypte et la vallée du Nil Tome 2
Paris 1995 Éd. Presses Universitaires de France pp. 271-512.
E. HORNUNG – The New Kingdom
in: Ancient Egyptian Chronology. Leiden 2006 Ed. Brill pp. 211-215.
138 W.G. WADDELL - Manetho

Massachusetts 1956 Ed. Harvard University Press pp. 101-119.


139 W.K. SIMPSON – The Report of Wenamon

in: The Literature of Ancient Egypt (2005) Ed. The American University in Cairo Press pp. 116-124.
M.-A. BONHEME – Hérihor fut-il effectivement roi?
in: Bulletin de l'Institut Français d'Archéologie Orientale n°79 (1979) pp. 267-283.
140 P. VERNUS, J. YOYOTTE - Dictionnaire des pharaons

Paris 1998 Éd. Noésis pp. 188-189.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 49

guerriers libyens, insécurité et pillages des tombes, promotion envahissante du dieu Amon à travers ses
prêtres, obscurité du gouvernement royal, la période intermédiaire commence sous les ultimes Ramsès mais il
est convenu de la faire débuter vers #1080 lorsque le général et pontife Herihor s'arroge à Thèbes un
pouvoir quasi royal, tandis que Smendès, de Tanis, assure la gestion de la Basse Égypte. Ce qui suit cet
illusoire « renouvellement » (ouhem-mesout) se subdivise assez bien en quatre phases: 1. La période
des rois tanites et des « rois prêtres » (#1069#945). Smendès inaugure une XXIe dynastie dont le
plus illustre représentant sera Psousennès I, fils du pontife et roi thébain Pinodjem. La lignée des grands-
prêtres d'Amon gouverne le Sud. Les Libyens gangrènent la Basse et la Moyenne Égypte. 2. L'apogée
des rois de souche libyenne (#945#850). Chéchanq I fonde une XXIIe dynastie. Durant un
siècle (...) 3. « L'anarchie libyenne », période de dislocations croissantes (#850#730). Guerres
intestines, compétitions entre les différentes lignées de princes apanagés, coexistences de deux pharaons, et
finalement, vers #780, scission ente la Basse et la Haute Égypte. Au bout du compte, le pays se retrouve
partagé entre cinq personnes prétendant au rang de roi, tandis que, dans les provinces du Nord, une bonne
dizaine de « grands chefs » reconnaissent, au mieux, la suzeraineté sacrale de l'un de ces pharaonicules. 4.
Le conflit pour la réunification (#730#656). La complexité de cette période et l'absence de
synchronisme daté rendent les calculs chronologiques très incertains. La chronologie
actuelle de la XXIe dynastie ne repose en fait que sur les trois points suivants:
1) Le début est fixé en -1069. Cette date est obtenue en partant d'une accession de Ramsès
II supposée en -1279 et en ajoutant la durée de tous les règnes qui suivent jusqu'au
début de la XXIe dynastie, soit 210 ans (car il n'y a pas de corégence).
2) Durée totale de 124 ans estimée à partir de la durée des 7 règnes de l'Africanus.
3) La fin de la XXIe dynastie est ancrée sur le début de la dynastie suivante, daté en -945
grâce à un synchronisme avec la chronologie biblique publiée par Thiele141. Kitchen
suppose que l'attaque de Jérusalem par Chéchanq Ier, datée de la 5e année de Roboam
(1Rois 14:25-26; 2Chroniques 12:2-9), a coïncidé avec celle mentionnée sur une stèle
datée de sa 21e et dernière année de règne142. En s'appuyant sur la chronologie biblique
de Thiele, datant le règne de Roboam (930-913), il fixe la 5e année de son règne en 925
(= 930 -5), en supposant que la campagne dut se dérouler l'année précédant l'an 21 de
Chéchanq Ier, ce qui daterait son accession en 945 (= 925 + 20).
Malgré l'apparente cohérence de cette chronologie, les trois points sur lesquels elle
s'appuie sont erronés, puisque:
1) Le début doit être fixé en -1090. Le décalage de 21 ans avec 1069 s'explique par une
accession de Ramsès plus haute de 4 ans, 1283 au lieu de 1279, et une durée de 104 ans,
au lieu de 121 ans, pour la XXe dynastie. Cette erreur de durée provient d'une somme
des arrondis, les règnes étant estimés à +/- 1 an, au lieu de +/- 1 mois.
2) La durée totale est de 110 ans, au lieu de 124 ans. L'écart provient de la présence de
deux corégences qui ne doivent pas être comptées pour calculer la durée.
3) La chronologie biblique de Thiele est erronée, car il l'a ancrée sur un synchronisme
douteux qui l'a décalée d'environ 45 ans. En effet, il a supposé que le tribut payé par
Ménahem au roi assyrien Pul était le même que celui mentionné dans les annales du roi
babylonien Pulu (surnom de Tiglath-phalazar III). Or, cette équivalence est incohérente,
car le roi Ménahem (771-760) a payé un tribut environ 40 ans avant Pulu (728-727),
nom de Tiglath-phalazar III lorsqu'il était roi de Babylonie. Selon le texte biblique, le roi
assyrien Pul a précédé le roi assyrien Tiglath-phalazar III, on lit: Le dieu d'Israël excita
l'esprit de Phul, roi d'Assyrie, et l'esprit de Thelgathphalnasar, roi d'Assyrie (1Chroniques 5:26
Bible de Pirot-Clamer); il n'y a donc pas d'équivalence. Pulu est le nom d'un roi
141 E.R. THIELE – The Mysterious Numbers of the Hebrew Kings
Grand Rapids 1983 Ed. The Zondervan Corporation p. 10.
142 K.A. KITCHEN - On the Reliability of the Old Testament

Cambridge 2003 Ed. W.B. Eerdmans pp. 30-34,108-110.


50 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

babylonien et non celui d'un roi assyrien, et ce nom ne fut jamais employé dans les
textes babyloniens et assyriens143. Autre paradoxe, le tribut de Ménahem (Me-ni-hi-im-me
al
Sa-me-ri-na-a-a) apparaît dans les annales de Tiglath-phalazar III avant sa 9e campagne144,
soit en -737, 10 ans avant qu'il ne devienne roi de Babylone sous le nom de Pulu. Ce
synchronisme est donc anachronique et ne peut être utilisé pour ancrer la chronologie
israélite qui date en fait le règne de Ménahem de 771 à 760.
Par contre, les synchronismes suivants confirment la chronologie égyptienne:
! Chéchanq Ier mène une campagne en Palestine, il attaque et pille Jérusalem en l'an 5 de
Roboam (soit en -972), et détruit plusieurs villes, dont Rehob et Megiddo.
! Gézèr est brûlée par le pharaon Siamon en l'an 24 de Salomon145 (en -993).
! Jéroboam s'enfuit chez le pharaon Chéchanq Ier dans les dernières années du règne de
Salomon (1Rois 11:40-42) vers les ans 39 et 40, soit 978-977.
La campagne de Chéchanq Ier en Palestine sert à ancrer la chronologie égyptienne
malgré quelques divergences entre les deux récits, biblique et égyptien. Ces écarts peuvent
s'expliquer par la différence d'objectif des protagonistes146: les Égyptiens ont gravé le nom
des villes du royaume d'Israël qu'ils avaient saccagées, ou brûlées, pour s'assurer le contrôle
des routes commerciales, par contre, les Judéens ont seulement mentionné le pillage de
Jérusalem leur capitale (qui n'a pas été brûlée), sans relater ce qui s'était passé dans les villes
du royaume du nord. La route suivie par Chéchanq Ier lors de sa campagne en Palestine est
difficile à reconstituer, car il a vraisemblablement usurpé des triomphes remportés par
quelques-uns de ses prédécesseurs, comme Thoutmosis III (cas fréquent dans les récits de
victoire). Plusieurs éléments plaident en faveur de l'authenticité de cette campagne:
! Le récit du vainqueur (en Égypte) est confirmé par celui des vaincus (en Palestine).
! Un fragment de stèle au nom de Chéchanq Ier (ci-contre) a été retrouvé à Megiddo147,
une des villes prises par ce pharaon, selon son propre récit.
! Chéchanq apparaît sous la forme Shishaq dans le texte hébreu.
Le seul nom de pharaon qui s'en approche est Sysa, un
hypocoristique de Ramsès II, mais il est alors impossible
d'assimiler un éventuel Sysa[q] à Shishaq, à cause des trois
siècles qui les séparent. De plus, selon la linguistique, la chute
d'un q n'est pas possible, par contre, l'assimilation du n à la
consonne suivante, ng/nk devenant gg/kk, est fréquente148. Le
nom d'un Chéchanq a certes été vocalisé Su-si-in-qu dans les
annales d'Assurbanipal (en -668), mais certains cartouches
égyptiens contiennent ce nom sous la forme Chéchâq, sans le n (comme la forme
Sousaqim de la Septante), ce qui suppose une lettre nasalisée, le â étant prononcé an.
La datation de la campagne de Chéchanq Ier en l'an 21 ou 20 de son règne n'est pas
vraisemblable149. En effet, la date du II Shemou [?] de l'an 21, qui apparaît sur un pylône
correspond à la fin des travaux achevés par Ioupout, un fils du roi désigné grand-prêtre
d'Amon en l'an 10, et non à la date de la campagne. De plus, l'apparition de la couronne
143 G. FRAME – Babylonia 689-627 B.C.
Istanbul 1992 Ed. Nederlands Historish-Archaeologish Instituut pp. 303-305.
144 D.D. LUCKENBILL – Ancient Records of Assyria and Babylonia

Chicago 1926 Ed. The University of Chicago Press pp. 276,277.


145 Gézer est brûlée au bout des 20 ans de construction (1Rois 9:10,16,17) commençant au début de l'an 4 (1Rois 6:37-7:1).
146 K.A. WILSON – The Campaign of Pharaoh Shoshenq I into Palestine

2005 Tübingen Ed. Mohr Siebeck pp. 97-99.


147 R.K. RITNER – The Libyan Anarchy: Inscriptions from Egypt's Third Intermediate Period

Atlanta 2009 Ed. Society of Biblical Literature pp. 218-219.


148 E. LIPINSKI – Semitic Languages Outline of Comparative Grammar

in: Orientalia Lovaniensia Analecta 80 (2001) pp. 193-194.


149 R.A. CAMINOS – Gebel Es-Silsillah n°100

in: Journal of Egyptian Archaeology 38 (1952) pp. 46-61.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 51

blanche sur la tête de Chéchanq Ier, symbolisant l'ancienne suprématie sur la Haute Égypte,
n'a de sens que lorsque le grand-prêtre d'Amon à Thèbes a cessé de la contester, soit au
moment du choix de Ioupout150. L'absence inhabituelle du jour dans la date, remplacé par: à
ce jour, alors que sa Majesté était dans sa résidence, laisse supposer que l'inauguration était prévue,
mais que le roi n'a pu y assister. Comme le remarque Grimal151: Au retour de sa campagne
victorieuse, de Palestine, le roi entreprend un programme de construction ambitieux dans le temple d'Amon-
Rê de Karnak. Il en donne le détail sur une stèle érigée à l'occasion de la réouverture des carrières de Gebel
el-Silsile. Son fils, le Grand Prêtre Ioupout, dirige les travaux: il fait aménager la cour en avant du IIe
pylône, lui donnant l'aspect que nous avons décrit plus haut. Sur le mur extérieur du portail sud de la cour
ainsi créée, il représente le triomphe de l'Égypte sur les deux royaumes juifs de Juda et d'Israël, qu'il
rappelle également par une stèle triomphale affichée dans Ipet-sout, à proximité des Annales de
Thoutmosis III. L'importance de ces travaux, qui constituèrent l'activité principale du règne,
nécessitèrent une durée de plusieurs années, voire d'au moins une dizaine, ce qui
remonterait la date de la campagne avant l'an 11. Deux points appuient cette conclusion:
! La campagne en Palestine est datée de l'an 5 de Roboam (977-960), soit en -972, ce qui
correspondrait à l'an 9 de Chéchanq Ier (980-959) dans la chronologie égyptienne
synchronisée, soit 11 ans avant sa mort.
! Les vestiges carbonisés de la ville de Rehob152 sont datés de 970-960 par le 14C. Ces
cendres ne peuvent coïncider qu'avec cette campagne et confirment la date de -972.
La variation du nom de Chéchanq, avec ou sans n, est en accord avec ce schéma
chronologique. En effet, il est écrit sans le n dans le récit de la campagne en Palestine, ce
qui correspond à l'orthographe des années 5 à 10 du règne153:
Nom an Support officiel Nom an Roi
-979 Chécha-qa 2 Stèle Shisha-q 38 Salomon
-976 Chécha-qa 5 Stèle 1 Roboam
-975 Chécha-q 6 Inscription lapidaire 2
-972 Chécha-q [9] Inscription de la campagne de Palestine Shisha-q 5
-971 Chéchanq 10 Stèle 6
-968 Chéchanq 13 Annales des prêtres d'Amon 9

Certains égyptologues ont cherché à dater le règne de Chéchanq Ier grâce à des
dates lunaires, mais le résultat est hypothétique. Krauss154, par exemple, suppose que le
texte apparaissant sur la grande stèle de Dakhla, mentionnant une procession du dieu Seth
datée du IV Peret 25 en l'an 5 de [Chéchanq Ier], devrait être datée de -939 à cause de la fête
wr! qui est citée, mais cela repose sur un empilement de conjectures. Cette conclusion
s'appuie sur les hypothèses suivantes: le pharaon de la stèle doit être identifié à Chéchanq
Ier et non à Chéchanq III; l'accession de Chéchanq Ier doit être datée aux environs de -945;
la fête wr! est une fête lunaire; le jour de la fête wr! doit correspondre au jour lunaire 1
psdntyw; le jour 1 doit correspondre à la 1ère invisibilité (jour après la nouvelle lune); la date
sur la stèle doit coïncider avec le jour de la fête wr!. On le voit, les hypothèses sont trop
nombreuses et douteuses pour fixer une date absolue.

150 S. BEN-DOR EVIAN – Shishak's Karnak Relief – More than Just Name-Rings
in: Egypt, Canaan and Israel: History, Imperialism, Ideology and Literature (Brill, 2011) pp. 11-22.
151 N. GRIMAL – Histoire de l'Égypte ancienne

Paris 1988 Éd. Fayard p. 416.


152 H.J. BRUINS, J. VAN DER PLICHT, A. MAZAR – 14C Dates from Tel Rehov: Iron-Age Chronology, Pharaohs, and Hebrew Kings

in: Science Vol. 300 n°5617 (11 Apil 2003) pp. 315-318.
153 H. GAUTHIER – Mémoire publiés par les membres de l'institut français d'archéologie orientale du Caire. Tome 19

Le Caire 1914 pp. 307-310.


154 R. KRAUSS – Lunar Dates

in: Ancient Egyptian Chronology. Leiden 2006 Ed. Brill pp. 408-420.
52 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Fig. 85 : Campagne de Siamon en Palestine


Le pharaon qui a brûlé Gézer n'est pas nommé
dans la Bible mais, comme le remarque Kitchen, la seule
campagne égyptienne en Palestine attestée (ci-contre)
durant cette période est celle de Siamon. De plus, la XXIe
dynastie se distingue par le fait que certains de ses
pharaons ont donné leur fille en mariage à des étrangers
comme ce qui fut le cas pour Salomon (1Rois 3:1; 9:10).
La chronologie de la XXIe dynastie repose sur
deux éléments: la date marquant la fin de la XXe dynastie,
en -1090, et les règnes provenant de l'Africanus155. On
peut comparer cette liste avec celle d'Eusèbe156 ainsi
qu'avec les dates hautes de chacun des règnes157:
Pharaon Africanus Eusèbe dates les + hautes durée du règne
1 Smendès 26 ans 26 ans 11, 12, 13, 15, 16, 18, 19, 20, 21, 25 26 ans
3 Psousennes Ier 46 ans 41 ans 6, 7, 8, 19, 27, 30, 40, 48, 49 46 ans
2 Amenemnésout 4 ans 4 ans - 4 ans
4 Aménémopé 9 ans 9 ans 1, 3, 5, 10? 9 ans
5 Osorkon l'Ancien 6 ans 6 ans 2 6 ans
6 Siamon 9 ans 9 ans 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 12, 14, 16, 17 [1]9 ans
7 Psousennes II 14 ans 14 ans 5, 11, 13? 14 ans
1 Chéchanq Ier 21 ans 21 ans 2, 5, 6, 10, 11, 13, 21 21 ans
2 Osorkon Ier 15 ans # 15 ans 1-4, 6, 10, 11, 12, 23, 33 [3]5 ans
3-5 Chéchanq II, A, B 25 ans # - 3? 2 ans
6 Takélot Ier 13 ans 13 ans 5?, 8?, 9, 13/14?, 14? 13 ans

La liste d'Africanus est donc confirmée par les dates hautes des règnes, sauf dans
trois cas: an 49 de Psousennes Ier (au lieu de 47 au maximum), an 17 de Siamon (10 au
maximum) et an 35 d'Osorkon Ier (16 au maximum). Ces écarts peuvent s'expliquer de
diverses manières (erreurs de copistes, présence de corégences, etc.). Il y a deux difficultés:
le faible nombre de dates explicitement reliées au nom du pharaon (valeurs soulignées), ce
qui explique pourquoi certains égyptologues n'ont pas gardé les mêmes valeurs158 (ceci
diminue la fiabilité de la vérification) et la présence de plusieurs corégences dont on ignore
comment elles ont été comptées. Enfin, il faut connaître la fiabilité de l'Africanus, ce qui est
possible en le comparant avec des périodes précisément datées (ci-dessous):
Pharaon Africanus Eusèbe Hérodote Durées et dates effectives
Nékao Ier 8 ans 672-664 8 ans 8 ans 672?-12/664
Psammétique Ier 54 ans 664-610 45 ans # 54 ans 54 ans 02/663-01/609
Nékao II [1]6 ans # 610-594 6 ans # 16 ans 15 ans 10 mois 02/609-10/594
Psammétique II 6 ans 594-588 17 ans # 6 ans 6 ans 1 mois 11/594-01/588
Apriès 19 ans 588-569 25 ans # 25 ans # 19 ans 02/588-12/567
Amasis 44 ans 569-525 42 ans # 44 ans 43 ans 10 mois 01/569-10/526
155 M. WALLRAFF – Iulius Africanus: Chronographiae. The Extant Fragments.
Berlin-New York 2007 Ed. Walter de Gruyter pp. 113-119.
156 J. VON BECKERATH – Chronologie des pharaonischen ägypten

1997 Ed. Verlag Philipp von Zabern pp. 224-226.


157 K. JANSEN-WINKELN – Relative Chronology of Dyn. 21

in: Ancient Egyptian Chronology. Leiden 2006 Ed. Brill pp. 218-258.
R.K. RITNER – The Libyan Anarchy: Inscriptions from Egypt's Third Intermediate Period
Atlanta 2009 Ed. Society of Biblical Literature pp. 1-592.
158 K.A. KITCHEN – Regnal and Genealogical Data of Ancient Egypt

in: The Synchronisation of Civilisations in the Eastern Mediterranean (M. Bietak 2000) pp. 39-41.
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 53

Pharaon Africanus Eusèbe Hérodote Durées et dates effectives


Psammétique III 6 mois 525 6 mois 6 mois 11/526-04/525
[Cambyse II] 7 ans 8 mois 09/530-04/525
Cambyse II* 6 ans # 525-522 3 ans 3 ans 4 mois 05/525-09/522
Darius I er 36 ans 522-486 36 ans 36 ans 2 mois 10/522-12/486
Xerxès Ier 21 ans 486-465 21 ans 21 ans 3 mois 05/496-08/475
Artaban 7 mois 465 7 mois 7 mois 09/475-03/474
Artaxerxès Ier 41 ans 465-424 40 ans # 49 ans 11 mois 04/474-03/424
Xerxès II 2 mois 424 2 mois 2 mois 04/424-05/424
Sogdianos 7 mois 424 7 mois 7 mois 06/424-12/424
Darius II 19 ans 424-405 19 ans 18 ans 10 mois 01/423-11/405
Artaxerxès II* 1 ans 6 mois 12/405-06/403
Amyrtée 6 ans 405-399 6 ans 5 ans 404-399
Néphérites Ier 6 ans 399-393 6 ans 6 ans 399-393
Psammouthis 1 an 393-392 1 an 1 an < 393
Achoris 13 ans 392-379 13 ans 13 ans 393-380
[Mouthis] 1 an #
Néphérites II 4 mois 379 4 mois 4 mois 380
Nectanébo Ier 18 ans 379-361 10 ans # 18 ans 380-362
159
Tachos 2 ans 361-359 2 ans 4 ans 364-360
Nectanébo II 18 ans 359-341 3 ans # 18 ans 360-342
[Artaxerxès III] 17 ans 6 mois 03/358-09/341
Artaxerxès III* 2 ans 341-339 6 ans # 3 ans 09/341-09/338
Artaxerxès IV 3 ans 339-336 4 ans # 2 ans 2 mois 10/338-12/336
Darius III 4 ans 336-332 6 ans # 4 ans 8 mois 01/335-09/331

Parmi les 26 valeurs de règne, l'Africanus n'en donne que deux qui soient erronées:
les 16 ans (au lieu de 6) de Nékao II et les 3 ans (au lieu de 6) de Cambyse II. L'exactitude
de l'Africanus est donc remarquable, d'autant plus que plusieurs règnes se chevauchent, ce
qui en complique l'interprétation. Le règne d'Artaxerxès II, ignoré par exemple, pourrait
être décompté différemment, soit 1 an pour Artaxerxès II et de 5 ans pour Amyrtée (ce qui
serait plus proche de la réalité)160. De même, l'interprétation des règnes de Cambyse II et
d'Artaxerxès II peut aussi être discutée. La seule erreur reste l'oubli de la dizaine dans les 16
ans de Nékao II, corrigée grâce aux écrits d'Hérodote et confirmée par la date haute du
règne (de l'an 16). Les durées données par l'Africanus, très fiables sur cette période, laissent
supposer un faible nombre d'erreurs de copistes, de plus, les durées de règne sont sans
corégence: Apriès, par exemple, n'a régné seul que 19 ans (sur 22) et Tachos 2 ans (sur 4).
L'an 49 de Psousennes Ier (Papyrus Brooklyn 16.205) peut s'expliquer par une
corégence avec un autre pharaon161. Ce pharaon semble avoir régné au Nord pendant 4 ans
avec Amenemnésout au Sud, puis seul après la mort de ce dernier162 et vers la fin de son
règne (après l'an 46) il a corégné avec (son fils?) Amenemopé. Si cette corégence a duré 3
ans, le dernier an du règne de Psousennes Ier est l'an 49 (= 46 + 3). Cet an 49 est suivi par
l'an 4 d'Aménémopé ce qui peut s'interpréter comme deux dates séparées de 1 an.

159 A. KUHRT – The Persian Empire


London 2010 Ed. Routledge p. 398 note 4.
160 L'an 5 d'Amyrtée (DAE 7) et l'an 4 d'Artaxerxès (DAE 53) trouvés en Égypte montrent qu'Amyrtée dominait le Delta, soit une partie

du nord de l'Égypte, et qu'Artaxerxès restait le souverain officiel sur le reste de l'Égypte.


161 P. LE GUILLOUX – Le mobilier funéraire de Psousennès Ier

Paris 2010 Éd. Actes Sud pp. 257-266.


162 N. GRIMAL - Histoire de l'Égypte ancienne

Paris 1988 Éd. Fayard p. 407.


54 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

L'inscription datée du I Shemou 1 de l'an 17 dans les annales d'un prêtre de Karnak
sous Siamon a conduit à postuler un règne de 19 ans au lieu de 9. Cette conclusion est
logique, mais les corégences sont fréquentes durant cette période, il est donc possible qu'il y
en ait eu une de 10 ans (= 19 - 9) avec Psousennes II. Ce scénario est d'autant plus
vraisemblable163 que ce pharaon a d'abord régné comme grand-prêtre d'Amon, après la
mort de Pinudjem II en l'an 10 de Siamon. Ce pharaon grand-prêtre est connu sous le nom
de Psousennes III, mais Kitchen reconnaît qu'il pourrait en fait s'agir de Psousennes II164.
De plus, lorsque Siamon a fait inhumer toutes les momies royales dans le nouveau caveau à
Der el-Bahari, cette activité s'est étalée des ans 1 à 10, soit durant les 9 premières années de
son règne seul, en accord avec l'Africanus. Les textes datés de l'an 33 d'Osorkon Ier, sur les
bandages d'une momie, appuient un règne de 35 ans, ce qui suppose une erreur de copiste
(15 au lieu de 35) plutôt qu'une corégence.
En utilisant les valeurs de l'Africanus165 et en acceptant les corégences les plus
vraisemblables, celle de 4 ans d'Amenemnésout avec Psousennes Ier à la fin du règne de
Smendès et celle de Siamon avec Psousennes II à partir de son an 10, on obtient:
XXIe dynastie durée dates du règne synchronismes date
1 Smendès 26 ans 1090-1064 fin de la XX e dynastie 1090
[3] [Amenemnésout] [4 ans] [1064-1060]
2 Psousennes Ier 46 ans 1064-1018 levers héliaques de Sirius et de Vénus 16/07/1065
4 Aménémopé 9 ans 1018-1009
5 Osorkon l'Ancien 6 ans 1009-1003 date lunaire du I Shemou 20 an 2 ? 16/01/1007
6 Siamon 19 ans 1003-984 an 24 de Salomon 993
7 Psousennes II/III 14 ans 994-980
XXIIe dynastie
1 Chéchanq Ier 21 ans 980-959 an 39 de Salomon 978
an 5 de Roboam 972
2 Osorkon Ier [3]5 ans 959-924
3 Chéchanq II [2 ans] 924-922

Les trois synchronismes avec la chronologie israélite (surlignés en gris) sont


excellents, ce qui confirme cette chronologie égyptienne (la chronologie israélite établie par
Thiele et qui a été utilisée par Kitchen est manifestement fausse d'au moins 50 ans)166.
Les quelques repères astronomiques permettant d'ancrer cette période sont rares et
controversés, car sujets à interprétations. Le nom de Psousennes Ier, par exemple, fournit
un repère chronologique indirect. En effet, ce pharaon possède au moins quatre noms de
naissance167 (ce qui prouve que son nom originel a été modifié) dont le point commun est
l'expression: L'étoile qui est apparue pour la ville. La ville en question est évidemment Thèbes,
comme le confirme son nom d' Horus Celui qui a été couronné dans Thèbes, et l'étoile désigne à
la fois Sirius, l'étoile la plus brillante, et Vénus, la planète la plus brillante (le terme égyptien
seba’ désigne tous les objets brillants du ciel). Le lever héliaque de Sirius (le 11/12 juillet à
Thèbes) marquait le 1er jour de l'année religieuse; cet événement annuel constituait un
163 K.A. KITCHEN – The Third Intermediate Period in Egypt
Warminster 2004 Ed. Aris and Phillips pp. 277,283.
164 F. PAYRAUDEAU – De nouvelles annales sacerdotales de Siamon, Psousennès II et Osorkon I

in: Bulletin de l'Institut Français d'Archéologie Orientale n°108 (Le Caire 2008) pp. 293-308.
165 Le total des règnes de la XXIe dynastie est de 114 ans, alors que tous les manuscrits donnent 130 ans (cet écart provient peut-être des

16 ans de corégence). Il y a peut-être aussi eu une corégence de 20 ans entre Osorkon I er et Chéchanq II, ce qui pourrait expliquer les
valeurs erronées des règnes. Les bandages de la momie de Nakhtefmut portent: an 33 [d'Osorkon Ier] 2e fête sed; an 3 [de Chéchanq II].
166 M.C. TETLEY – The Reconstructed Chronology of the Divided Kingdom

Winona 2005 Ed. Eisenbrauns pp. 179-180.


167 M. DESSOUDEIX – Chronique de l'Égypte ancienne

Paris 2008 Éd. Actes Sud p. 433.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 55

moment essentiel dans la vie égyptienne, car il indiquait aussi le début de la crue du Nil. Le
lever héliaque de Vénus se produisait à un jour différent chaque année tous les 224,7 jours.
Les deux levers héliaques coïncidaient tous les 243 ans (selon un cycle se décomposant
approximativement: 8 ans /105,5 ans /8 ans /121,5 ans), ce qui était perçu par les
Égyptiens comme l'indice divin d'une nouvelle ère (ère du renouveau) appelée "grande ère"
ou "ère du phénix" par les Grecs.
Ces coïncidences ont été calculées par van Oosterhout168 comme celle en -1056* (=
-1057) à Thèbes (longitude 32°39' E, latitude
25°42' N). Les dates pouvant être décalées de
8 ans à cause de la pseudo période de 8 ans,
soit en 1065 (= 1057 + 8). Cette coïncidence
se produisit le 11 juillet -1056* 2:20 UTC
(azimut de 90°) et le 16 juillet -1064* 2:05
UTC (image ci-contre, Vénus et Sirius
apparaissent 2° au dessus de l'horizon)169. Or,
l'année -1064* (= -1065) coïncidant avec la
1ère année de règne de Psousennes Ier, ce
pharaon semble avoir conservé cette
coïncidence dans son nom de naissance qui
était Râmesu-mery-Amon.
Fig. 86 : Carte céleste des levers héliaques de Vénus et Sirius du 16 juillet -1064*

Certaines dates égyptiennes sont vraisemblablement liées au cycle lunaire, comme


celle170 de l'installation du prêtre Nespaneferhor, le I Shemou 20 de l'an 2 d'Osorkon
l'Ancien (1er croissant du 17 janvier -1007?), et celle de l'installation de son fils, le I Shemou
[x] de l'an 17 de Siamon. Ces dates lunaires sont délicates à interpréter, mais semblent
confirmer un écart de 20 ans entre l'an 2 d'Osorkon l'Ancien et l'an 17 de Siamon171. Un
autre événement pourrait fournir une date lunaire. Plusieurs momies d'anciens pharaons
ont été inhumées dans une nouvelle nécropole royale par les prêtres d'Amon-Ré entre les
jours 17 à 20 du IV Peret de l'an 10 de Siamon172. Cet événement important avait un
caractère religieux puisqu'il s'agissait d'une "osirification" (renaissance d'Osiris à la pleine
lune). Or, le IV Peret 20, le jour de l'exhumation des momies de leur ancienne nécropole,
tombe sur une nouvelle lune (14 décembre -994), début du cycle lunaire croissant
(marquant la renaissance). Les Égyptiens centraient leur culte sur la pleine lune, comme le
rappelle Hérodote: Il n'est pas permis en Égypte de sacrifier un porc aux dieux, sauf à la Lune et à
Dionysos, qui admettent tous les deux cette victime au même moment, pendant la pleine lune (...) Voici
comment on sacrifie des porcs à la Lune (...) On mange le reste de l'animal le jour de la pleine lune où le
sacrifice a eu lieu; en tout autre jour de l'année, personne n'y toucherait plus (Enquête II:47).
Les dates apparaissant sur les étiquettes d'identification des momies ne sont pas
souvent attribuées à un pharaon précis. Si la date du IV Peret 17 se réfère à l'an 10 de
Siamon, celle de l'an 5 du IV Shemou 21 pourrait se référer à l'an 5 d'Osorkon l'ancien (ou
à l'an 5 de Psousennes II) plutôt qu'aux ans de Siamon (ou d'Aménémopé).

168 G.W. VAN OOSTERHOUT – Sirius, Venus and the Egyptian Calendar
in: Discussions in Egyptology 27 (1993) pp. 83-96.
169 http://www.fourmilab.ch/cgi-bin/Yourhorizon
170 E. YOUNG – Some Notes on the Chronology and Genealogy of the Twenty-first Dynasty

in: Journal of the American Research Center in Egypt Volume 2 (1963) pp. 100-101.
171 E. HORNUNG – The New Kingdom

in: Ancient Egyptian Chronology. Leiden 2006 Ed. Brill pp. 474,475.
172 C.N. REEVES – Valley of the Kings. The decline of a royal necropolis

London 1996 Ed. Kegan Paul International pp. 230-239.


56 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

AKHET PERET SHEMOU


An I II III IV I II III IV I II III IV 5
Psousennes Ier 46 Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Janv. Fév. Mars Avr.
Aménémopé 1018 47 1
18 26 26 26 25 25 24 24 23 23 22 22 21
1017 48 2
19 16 15 15 14 14 14 13 13 12 12 11 11
1016 49 3
20 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1 1 30
1015 4
21 24 24 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19
1014 5
22 13 13 13 12 12 11 11 10 10 9 9 8
1013 6
23 3 2 2 1 1 30 30 29 29 28 28 27
1012 7
24 22 21 21 20 20 19 19 18 18 18 17 17
1011 8
25 11 11 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6
1010 91 1 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 25
Osorkon l'Ancien 1009 1 2 19 19 18 18 18 17 17 16 16 15 15 14
1008 2 3 9 8 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
1007 3 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23
1006 4 5 17 17 16 16 15 15 14 14 13 13 12 12
1005 5 6 6 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1
1004 6 7 25 25 24 24 23 23 23 22 22 21 21 20
Siamon 1003 18 15 14 14 13 13 12 12 11 11 10 10 10
1002 29 4 4 3 3 2 2 1 1 30 29 29 28
1001 3
10 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19 18 18
1000 4
11 12 12 11 11 10 10 10 9 9 8 8 7
999 5
12 2 1 1 30 30 29 28 28 27 27 27 26
998 6
13 21 20 20 19 19 18 18 17 17 16 16 15
997 7
14 10 9 9 9 8 8 7 7 6 6 5 5 4
996 8
15 29 28 28 27 27 27 26 26 25 25 24 24
995 9
16 18 18 17 17 16 16 15 15 14 14 14 13
Psousennes (III) 994 1 1017 8 7 7 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2
993 2 11
18 26 26 26 25 25 24 24 23 23 22 22 21
992 3 1219 16 15 15 14 14 14 13 13 12 12 11 11
991 4 1320 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1 1 30
990 5 1421 24 24 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19
989 6 1522 13 13 13 12 12 11 11 10 10 9 9 8
988 7 1623 3 2 2 1 1 30 30 29 29 28 28 27
987 8 1724 22 21 21 20 20 19 19 18 18 18 17 17
986 9 1825 11 11 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6
Psousennes II 985 10 19 1 1 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 25
984 11 2 19 19 18 18 18 17 17 16 16 15 15 14
983 12 3 9 8 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
982 13 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23
981 14 5 17 17 16 16 15 15 14 14 13 13 12 12
Chéchanq Ier 980 1 6 6 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1
979 2 7 25 25 24 24 23 23 23 22 22 21 21 20

Psousennes II aurait commencé à régner en tant que grand-prêtre d'Amon sous le


nom de Psousennes III à partir de l'an 10 de Siamon, puis a continué à règner après la mort
de Siamon (sans successeur?). Selon cette reconstitution Chéchanq Ier, 1er roi de la XXIIe
dynastie, a commencé à régner vers -980, ce qui s'accorde exactement avec la Chronologie
israélite révisée et avec le règne d'Osorkon II (44 ans au lieu de 24)173. Aston a montré, en
reconstituant la généalogie de deux familles thébaines, que le règne d'Osorkon II devrait
être de 40-45 ans au lieu des 25 habituellement acceptés, mais ne pouvant incorporer ces 20
ans supplémentaires dans la chronologie de Kitchen, il proposait d'enlever Takélot II de la
XXIIe dynastie et de le placer dans la XXIIIe, ce qui entraîne des incohérences174.
173 D.A. ASTON – Takeloth I – A King of the ‘Theban Twenty-Third Dynasty’?
in: The Journal of Egyptian Egyptology 75 (1989) pp. 139-153.
174 G.P.F. BROEKMAN – The Reign of Takeloth II, a Controversial Matter

in: Göttinger Miszellen 205 (2005) pp. 21-35.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 57

XXIIe dynastie + haute date selon Kitchen durée selon Aston durée
1 Chéchanq Ier 21 945-924 21 ans 945-924 21 ans
2 Osorkon Ier 33 924-889 35 ans 924-889 35 ans
3 Chéchanq II 3? 890 1 an 890 1 an
4 Takélot Ier 9 889-874 15 ans 889-874 15 ans
5 Osorkon II 29 874-850 #24 ans# 874-830 44 ans
6 Takélot II 25 850-825 25 ans ## -
7 Chéchanq III 39 825-773 52 ans 830-778 52 ans
Chéchanq IV 10 - - -
8 Pamiu 7 773-767 6 ans 778-772 6 ans
9 Chéchanq V 37 767-730 37 ans 772-735 37 ans
[12] [Pétoubastis II] - [680-665] [15 ans] #735-728# 7 ans
10 Osorkon IV - 730-713? 17 ans 728-713 15 ans
(les anomalies sont notées par: ##):

Kitchen a reconstitué la chronologie de la XXIIe dynastie en supposant que la 5e


année de Roboam (datée en -925 selon Thiele) correspondait à la 20e année de Chéchanq
Ier, et que la dernière année d'Osorkon IV semblait coïncider avec la 10e campagne de
Sargon (en -712). Il a ensuite combiné les années connues des règnes et les synchronismes
avec la XXIIIe dynastie pour établir l'ordre et la durée de ces règnes. Goyon remarque
cependant: Une série majeure de difficultés de compréhension résulte de l'imbroglio créé par Petoubastis et
l'incroyable complication qu'entraîne l'existence parallèle d'hommes qui, chacun en lieux différents, se
proclament “roi de Haute et de Basse Égypte”175, et concernant la reconstitution proposée de cette
période, il précise: On est en face d'une situation apparemment absurde! Si la reconstitution et la
datation des XXIIe et XXIIIe dynastie sont controversées176, toutefois le règne d'Osorkon
II semble bien être de 40-45 ans177, imposé par la généalogie mais aussi par l'existence d'un
an 29 et d'une fête sed célébrée au bout de 30 ans de règne, datée de l'an 30 (((() qui est lu
22 (((* * ) dans l'inscription apparaissant sur une porte à Bubastis. Succession des règnes:!
Pharaon de la XXIIe dynastie dates les + hautes durée règne
Chéchanq Ier Hedjkheperrê‘ setepenrê‘ 2, 5, 6, 10, 11, 13, 21 21 ans 967-946
Osorkon Ier Sekhemkheperrê‘ setepenrê‘ 1-4, 6, 10, 11, 12, 23, 33 35 ans 946-911
Chéchanq II Heqakheperrê 3? 2 ans 911-909
Chéchanq Tutkheperrê - - -
Takélot Ier Userma‘atrê‘ setepenamun 5?, 8?, 9, 13/14?, 14? 15 ans 909-894
Osorkon II Userma‘atrê‘ setepenamun 12, 16, 21, 22, 23, 29, 30? 44 ans 894-850
Takélot II Hedjkheperrê netjerheqauaset 11-24, 25 25 ans 850-825
Chéchanq III Userma‘atrê‘ setepenrê‘/ amun 3, 5?, 6, 12, 14, 15, 18?, 22-33, 38, 39 40 ans 825-785
Chéchanq IV Hedjkheperrê 10 12 ans 785-773
Pamiu Userma‘atrê‘ setepenrê‘/ amun 2, 4, 5, 6 6 ans 773-767
Chéchanq V ‘Akheperrê‘ setepenrê‘ 7, 8, 11, 15, 17, 19, 22, 36, 37, 38 37 ans 767-730
Osorkon IV ‘Akheperrê‘ setepenamun - 17 ans 730-713?

En utilisant les durées de règne établies par Kitchen (sauf pour Osorkon II), le
règne de Chéchanq Ier remonte en 967 au lieu de 945. Une éclipse de lune datée autour du
IV Shemou 25 de la 15e année de Takélot II mentionnée dans la Chronique d'Osorkon permet
175 J.C. GOYON - De l'Afrique à l'Orient (1800-330 avant notre ère)
Paris 2005 Éd. Ellipses pp. 268-269.
176 La durée d'un règne dépend de deux points sujets à contestations: l'attribution correcte du pharaon et l'existence d'une corégence. Par

exemple, certains documents initialement attribués à Takélot III (règne de 13 ans? dynastie XXIII) sont maintenant attribués à Takélot II
(F. PAYRAUDEAU – Takeloth III: Considerations on Old and New Documents in: The Libyan Period in Egypt. Peeters 2009 pp. 291-302).
177 K. JANSEN-WINKELN – The Chronology of the Third Intermediate Period: Dyns. 22-24

in: Ancient Egyptian Chronology. Leiden 2006 Ed. Brill pp. 234-264.
58 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

de fixer ce règne par l'astronomie. Lorsque Camino178 a publié cette chronique, il doutait
que la phrase: en l'an 15, 4e mois de Shemou, jour 25, sous la majesté de son auguste père, le dieu qui
gouverne Thèbes [Takélot II], le ciel n'a pas avalé la lune, une grande convulsion s'est produite dans le pays
comme ... des enfants de rébellion puisse se comprendre comme une éclipse de lune, car
l'expression était à la forme négative alors qu'on aurait dû avoir: le ciel a avalé la lune. Il citait
comme preuve la phrase: le ciel a avalé le disque [brillant] apparaissant dans un papyrus en
démotique (Berlin 13588, III, 1-3). Mais il s'agit d'un document séculier, et non religieux,
reliant la mort du pharaon à sa "montée au ciel" (après une éclipse de lune?)179. De plus,
dans son autre exemple, le rédacteur exprime le souhait: que le soleil ne devienne pas sombre et
que le ciel n'avale pas la lune, prouvant qu'une éclipse de soleil est différente d'une éclipse de
lune (soleil assombri/ lune avalée pas le ciel). Vraisemblablement par superstition, les
Égyptiens n'ont jamais évoqué les éclipses, sauf sous la forme négative. Parker180 a étudié
des papyrus égyptiens, datés de la XXXe dynastie et de l'époque ptolémaïque, et a constaté
qu'une éclipse de lune était décrite: de sorte que le ciel n'avalera pas la lune le ‘16e jour lunaire’
[mspr] dans la région d'Héliopolis. Dans un comput babylonien débutant au 1er croissant, une
éclipse de lune tombe sur la pleine lune le 14e jour (parfois le 13), ou le 16e jour (parfois le
15) dans un comput athénien débutant à la nouvelle lune (celui utilisé par les Égyptiens à
cette époque), soit un écart de 2 jours. Parker a, de plus, remarqué que celle datée vers le IV
Shemou 25 de l'an 15, soit le 13 mars -851, coïncidait avec une éclipse totale de lune.
Les Égyptiens devaient savoir interpréter les éclipses de lune, comme le rapporte
l'historien romain Quinte-Curce: La lune, s'éclipsant, commença par dérober l'éclat de son disque;
puis, une sorte de voile de sang vint souiller sa lumière: inquiets déjà aux approches d'un si terrible hasard,
les Macédoniens furent pénétrés d'une profonde impression religieuse, et en même temps de frayeur (...) Une
sédition allait éclater, lorsqu'Alexandre, toujours inaccessible à la crainte, commande aux chefs et aux
principaux officiers de son armée de se rassembler en corps dans sa tente, et en même temps aux prêtres
égyptiens, qu'il regardait comme très habiles dans la connaissance du ciel et des astres, de faire connaître leur
opinion. Ceux-ci savaient bien que, dans le cours des temps, s'accomplit une suite marquée de révolutions, et
que la lune s'éclipse lorsqu'elle passe sous la terre, ou qu'elle est cachée par le soleil; mais ce que le calcul leur
a révélé, ils se gardent bien d'en faire part au vulgaire. À les entendre, le soleil est l'astre des Grecs, la lune
celui des Perses: aussi, toutes les fois qu'elle s'éclipse, c'est pour les Perses un présage de ruine et de
désolation; et ils citent d'anciens exemples de rois de cet empire, à qui la lune, en s'éclipsant, témoigna qu'ils
combattaient avec les dieux contraires (...) Aussi, la réponse des Égyptiens, à peine publiée dans l'armée, fit
renaître les esprits abattus à l'espoir et à la confiance (Histoires IV:10). Cette éclipse totale de lune
est datée du 13/VI de l'an 5 de Darius III (soit le 20 septembre -331) dans une tablette
astronomique babylonienne (BM 36761). Or, selon Plutarque: Les Perses furent vaincus par les
Grecs le 6 de Boédromion à Marathon, le 3 à la fois à Platées et à Mycale et le 26 à Arbèles
[Gaugamèles] (Vie de Camille XIX:5), et comme il précise aussi: Il se produisit une éclipse de lune
au mois de Boédromion, alors que commençait à Athènes la célébration des mystères: la 11e nuit après
l'éclipse, les armées se trouvèrent en présence (Vie d'Alexandre XXXI:8), cette éclipse est donc
datée du 15 (= 26 – 11) Boédromion ou le 15/VI du calendrier athénien (écart de 2 jours
par rapport au 13/VI du calendrier babylonien).
Si l'on examine les éclipses de lune datées durant le mois IV de Shemou (du jour 1
au jour 30) sur la période allant de 900 à 800, et visible en Égypte (soit la nuit entre 18
heures et 6 heures du matin), on obtient181:
178 R.A. CAMINO – The Chronicle of Prince Osorkon
Roma 1958 Ed. Pontificium Institutium Biblicum pp.88-90.
179 Celle partielle du 22 mars -610, juste après le coucher de soleil, a pu marquer la dernière année de règne de Psammétique I er.
180 R.A. PARKER – The Names of the Sixteen Day of the Lunar Month

in: Journal of Near Eastern Studies XII (1953) p. 50.


181 http://eclipse.gsfc.nasa.gov/LEcat5/LE-0899--0800.html
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 59

An IV Shemou 1 date de l'éclipse type IV Shemou 25 écart en jours IV Shemou 30


851 17 février 17 mars T 13 mars -4 18 mars
840 14 février 13 février T 10 mars +25 15 mars
821 9 février 15 février P 5 mars +18 10 mars

Kitchen182 a refusé de considérer l'éclipse de lune mentionnée dans la 15e année de


Takélot pour les deux raisons suivantes:
! Cela ne correspondait pas à sa chronologie, car l'éclipse la plus proche, celle partielle du
15 février -821, impliquait d'abaisser l'accession de Takélot II en -835 au lieu de -850 et
donc la fin du règne de Chéchanq V en -715 au lieu de -730, ce qui aurait comprimé la
fin de la XXIIe dynastie de 15 ans, en contradiction avec le règne de Chabaka qui doit
débuter avant la 10e campagne de Sargon II en -712.
! La phrase mentionnant l'éclipse de lune étant à la forme négative cela pouvait révéler
que pour le scribe cette révolte s'était produite alors qu'il n'y avait pas eu de présage sous
la forme d'une éclipse de lune.
La deuxième objection de Kitchen n'est pas logique, car comme Parker l'a montré,
la forme négative pour décrire une éclipse, bien que surprenante, est pourtant celle utilisée
par les Égyptiens; de plus, si le scribe a précisément consigné la date de la révolte et l'a
rapprochée de l'éclipse de lune c'est pour noter une coïncidence avec ce présage funeste
plutôt que pour noter une absence de coïncidence. L'éclipse de lune ayant été totale la
coïncidence a dû être remarquée. Si la date de la révolte (13 mars) est exacte, elle a précédé
l'éclipse (17 mars) de quelques jours (ce qui aurait dû être l'inverse pour un présage
"normal"). Par contre, la première objection est logique, mais Kitchen aurait dû voir que
l'éclipse du 17 mars -851 fournit une coïncidence remarquable et remonte (au lieu
d'abaisser) l'accession de Takélot II en -865183. En utilisant la durée de règne d'Osorkon II
de 44 ans cela fixe l'accession de Chechanq Ier en -980:
XXIe dynastie 1 Smendès 1090-1064 26 ans
[3] [Amenemnésout] [1064-1060] [4 ans]
2 Psousennes Ier 1064-1018 46 ans
4 Aménémopé 1018-1009 9 ans
5 Osorkon l'Ancien 1009-1003 6 ans
6 Siamon 1003-984 19 ans
7 Psousennes II 994-980 14 ans
XXIIe dynastie 1 Chéchanq Ier 980-959 21 ans
2 Osorkon I er 959-924 35 ans
3 Chéchanq II 924-922 2 ans?
4 Takélot Ier 922-909 13 ans
5 Osorkon II 909-865 44 ans
6 Takélot II 865-840 25 ans XXIIIe dynastie
7 Chéchanq III 840-800 40 ans Pétoubastis Ier 833-808 25 ans

La fin de la XXIe dynastie coïncide donc exactement avec le début de la XXIIe


dynastie. De plus, la mise en parallèle de tous les règnes permet de vérifier la cohérence de
cette chronologie (les règnes judéens débutent au 1er Nisan, vers avril, les règnes samaritains
au 1er Tishri, vers octobre, et les règnes égyptiens à l'accession, non connue durant cette
période). Les synchronismes et les repères astronomiques ont été surlignés:
182 K.A. KITCHEN – The Third Intermediate Period in Egypt
Warminster 2004 Ed. Aris and Phillips pp. 181,182.
183 La révolte fomentée par Osorkon dans la 15e année de Takélot II, en -851, pourrait être une conséquence indirecte de

l'expensionnisme de Salmanazar III qui s'approchait de la région, notamment lors de la bataille de Qarqar en -853.
60 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

An Pharaon Roi judéen Samarie Référence


1092 Ramsès XI 25 Saül 5
1091 26 6
1090 Smendès 1 7 début XXIe dynastie
1089 2 8

1068 23 29
1067 24 30
1066 25 31
1065 26 32 du 16/07/1065
1064 Psousennes Ier 1 1 33 double lever héliaque
1063 2 2 34
1062 3 3 35
1061 /Amenemn éso ut 4 4 36
1060 5 37

1057 8 40 Actes 13:21


1056 9 David 1
1055 10 2

1020 45 37
1019 46 38
1018 Aménémopé 47 1 39
1017 48 2 40 2Samuel 5:4
1016 49 3 Salomon 1
1015 4 2
1014 5 3
1013 6 4 1 1Rois 6:37-7:1
1012 7 5 2
1011 8 6 3
1010 9 7 4
1009 Osorkon l'Ancien 1 8 5 1er croissant lunaire ?
1008 date lunaire 20/IX/2 2 9 6 du 16/01/1007
1007 3 10 7
1006 4 11 8
1005 5 12 9
1004 6 13 10
1003 Siamon 1 14 11
1002 2 15 12
1001 3 16 13
1000 4 17 14
999 5 18 15
998 6 19 16
997 7 20 17
996 8 21 18
995 9 22 19
994 (Psousennes II) 1 10 23 20
993 Pso usen nes III 2 11 Gézer brulée 24 1Rois 9:10,16,17
992 3 12 25
991 4 13 26
990 5 14 27
989 6 15 28
988 7 16 29
987 8 17 30
986 9
985 10
984 11
983 12
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 61

982 Psousennes II 13 Salomon 35


981 14 36
980 Chéchanq Ier 1 37 début XXIIe dynastie
979 2 38
978 fuite de Jéroboam 3 39 1Rois 11:40-42
977 4 40
976 1 5 Roboam 1 Jéroboam 1 1Rois 14:20,21
975 2 6 2 2
974 3 7 3 3
973 4 8 4 4
972 Jérusalem attaquée 5 9 5 5 2Chroniques 12:2-13
971 6 10 6 6

960 17 21 17 17
959 Osorkon Ier 18 1 Abiya 1 18 1Rois 15:1,2
958 19 2 2 19
957 20 3 3 20 1Rois 15:9,10
956 21 4 Asa 1 21
955 22 5 2 Nadab 22 1Rois 15:25
954 23 6 3 Baasha 1 1Rois 15:28,33
953 24 7 4 2
952 25 8 5 3
951 26 9 6 4
950 27 10 7 5
949 28 11 8 6
948 29 12 9 7
947 (Zérah) 30 13 10 8 2Chroniques 14:1-13
946 31 14 11 9
945 32 15 12 10
944 33 16 13 11
943 34 17 15 12
942 35 18 15 13 2Chroniques 15:10
941 36 19 (Ben-Hadad I) 16 14 2Chroniques 16:1-3
940 20 17 15

932 28 25 23
931 29 26 Élah 24 1Rois 16:8
930 30 27 Omri/ Tibni 1 1Rois 16:10-23
929 31 28 2
928 32 29 3
927 33 30 4
926 34 31 5
925 35 32 Omri 6
924 Chéchanq II 1 33 7

La datation au C14 (à +/- 13 ans pour cette période)184 confirme certaines


corégences égyptiennes, ainsi le début du règne d'Amenemnésout coïncide avec celui de
Psousennes Ier et la corégence entre Siamon et Psousennes II est, elle, imposée par le début
du règne de Siamon en -1003 et celui de Chéchanq Ier en -980:
XXIe dynastie Datation 14C Durée Règne Durée
1 Smendès 1073-1046 27 ans 1090-1064 26 ans
2 Amenemnésout 1046-1042 4 ans [1064-1060] 4 ans
3 Psousennes Ier 1042-997 45 ans 1064-1018 46 ans
4 Aménémopé 997-989 8 ans 1018-1009 9 ans
C.B. RAMSEY, M.W. DEE, J.M. ROWLAND, T.F. G. HIGHAM, S.A. HARRIS, F. BROCK, A. QUILES, E.M. WILD, E.S. MARCUS , A.J.
184

SHORTLAND - Radiocarbon - Based Chronology for Dynastic Egypt in: Science Vol 328 (10 june 2010) pp. 1554-1557.
62 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

DATATION DE LA CAMPAGNE PALESTINIENNE DE CHECHANQ IER PAR LE 14C


La datation par le 14C est une méthode scientifique qui donne des résultats difficiles
à interpréter pour les raisons suivantes:
! Les pierres ne contenant pas de carbone ne sont pas datables.
! La datation d'un échantillon, bois calciné par exemple, n'est pas forcément liée à
l'événement supposé (comme la destruction d'une ville ou d'un palais).
! Les destructions de villes s'étant souvent produites à plusieurs reprises (ainsi que les
reconstructions), il est difficile de relier un débris à une destruction particulière.
! L'identification de certaines villes de l'Antiquité est incertaine voire erronée.
! Le taux de 14C fluctuant avec le temps la courbe de calibration n'est pas linéaire mais est
en dents de scie, ce qui engendre fréquemment des pics de valeurs probables (parfois
espacés de 100 ans) pour l'échantillon mesuré, et non une date unique.
! La précision des mesures avec le 14C dépend de nombreux facteurs. Entre 1100 et 900
elle varie entre +/- 40 ans et +/- 10 ans dans le meilleur des cas.
Les débris calcinés des villes incendiées permettent d'établir une datation par le 14C.
Durant la période de 1100 à 700, les fouilles ont révélé que les villes de Dor, Megiddo,
Rehob (appartenant toutes au nord du royaume d'Israël) et Gézer (au sud) avaient été
incendiées. Durant cette période, il n'y eut que quatre campagnes militaires dans cette
région185: celles de Tiglat-phalazar III (déduite de ses annales)186, de Chéchanq Ier (décrite
sur un mur de Karnak)187, de Siamon (inscription de Tanis) et de David (1Chroniques 14:8-
17). Les dates en italiques proviennent de la chronologie israélite synchronisée (ou de celle
de Thiele), et celles qui sont en caractères gras proviennent des mesures par le 14C:
Campagne de: David Siamon Chéchanq Ier Tiglath-phalazar III
ville conquise en: 1050-1040 -997 -972 -738/-732
selon Thiele: (1003-993) (-950) (-925) (-732)
Beth-Shéân [X] 1100-1000 X 1000-900 . [X] 750-700
Dor [X] [?] [X] -975 +/- 5 X
Megiddo [X] 1150-1050 [?] X -965 +/- 40 X 750-700
Rehob [X] X -965 +/- 5
Taanak [X] X 1000-900 .
Gézer X 1000-900 [X] 750-700
(X: ville attestée par un document; [X]: ville attestée indirectement; X: incendie attesté;
1000-900: datation archéologique de la strate par les céramiques; -975: datation par le 14C).

La ville de Rehob a été incendiée en 970-960188, selon la datation au 14C. Comme la


seule campagne (à cette époque) est celle de Chéchanq Ier (aussi attestée par le texte
biblique), cette datation contredit celle de Thiele (-925). Finkelstein et Piasetzky189 ont donc
réinterprété les données pour abaisser la date (970-960) de la strate VI (celle de la
destruction) en 925-915 pour la rendre conforme à la chronologie "classique". Cette
solution est toutefois peu vraisemblable, car les écarts de durée entre les strates VI-V et V-
IV passeraient sans raison de 45 et 50 ans (rapport de 1) à 12 et 43 ans (rapport de 3,5).
185 Le texte de 2Chroniques 14:8-14 mentionne une campagne égyptienne de Zérah, un général éthiopien au service d'Osorkon Ier, mais
seule la ville de Gérar (près de Gaza) fut pillée. Cette campagne est datée en l'an 10 d'Asa (2Chroniques 14:1), soit en -947.
186 F. JOANNES - Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne

Paris 2001 Éd. Robert Laffont pp. 849-851.


187 J.B. PRITCHARD - Ancient Near Eastern Texts

Princeton 1969 Ed. Princeton University Press pp. 242-243.


188 H.J. BRUINS, J. VAN DER PLICHT, A. MAZAR – 14C Dates from Tel Rehov: Iron-Age Chronology, Pharaohs, and Hebrew Kings

in: Science Vol 300 (11 April 2003) pp. 315-318.


189 I. FINKELSTEIN, E. PIASETZKY – Wrong and Right; High and Low 14C Dates from Tel Rehov: Iron-Age Chronology

in: Tel Aviv 30:2 (2003) Ed. Tel Aviv University pp. 283-294.
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 63

Fig. 87 : Taux de carbone 14 sur la période de -1000 et -850

L'écart de temps entre les strates VI-V et V-IV sur la figure de droite n'est donc pas
réaliste190. La ville de Dor était aux mains des Philistins (vers -1085), selon le Récit
d'Ounamon, puis a été dirigée par un gendre de Salomon (1Rois 4:11), ce qui implique sa
conquête par David. Des scarabées au nom de Siamon ont été trouvés dans cette ville191 (et
aussi dans Megiddo), ce qui pourrait les relier à la campagne de ce pharaon lorsqu'il a brûlé
Gézer192, mais cela est démenti par le texte biblique. Siamon ayant pris Gézer au sud pour
l'offrir à Salomon, David ayant déjà conquis Dor, il semble donc que la destruction par le
feu de la ville de Dor, datée en -975 +/- 5 ans193 par le 14C, ne puisse être attribuée qu'à
Chéchanq Ier, même si cette ville n'apparaît pas dans sa liste, car de nombreux noms ont
disparu. Toutefois les villes Shunem, Megiddo, Hapharayim, Taanak et Soko, citées dans sa
liste, supposent un trajet incluant Dor. Les villes de Dor et de Megiddo ont aussi été
conquises par Tiglath-phalazar III194. La ville de Megiddo a subi plusieurs destructions,
mais celle par le feu, située dans la strate VIA, est datée en 965 +/- 40 ans195 par le 14C.

CHRONOLOGIE DES DYNASTIES XXIII A XXV


Le début de la XXIIIe dynastie est calé sur le règne de Pétoubastis Ier, lui-même calé
sur le règne de Chéchanq III de la XXIIe dynastie. La fin de la XXVe dynastie est calée sur
le règne de Tantamani, lui-même calé sur le règne de Psammétique Ier:
XXIIe dynastie 1 Chéchanq Ier 980-959 21 ans
2 Osorkon Ier 959-924 35 ans
3 Chéchanq II 924-922 2 ans?
4 Takélot Ier 922-909 13 ans
5 Osorkon II 909-865 44 ans
6 Takélot II 865-840 25 ans XXIIIe dynastie
7 Chéchanq III 840-800 40 ans Pétoubastis Ier 833-808 25 ans

XXVe dynastie 4
5 Chabataka -689
6 Taharqa 689-663 26 ans
7 Tantamani 663-655 8 ans
XXVIe dynastie 2 Psammétique Ier 663-609 54 ans
3 Nékao II 609-593 16 ans

190 H.J. BRUINS, J. VAN DER PLICHT – Reponse to Comment on “ 14C Dates from Tel Rehov: Iron-Age Chronology, Pharaohs, and
Hebrew Kings” in: Science Vol 302 (24 October 2003) p. 568c.
191 S. MÜNGER – Egyptian Stamp-Seal Amulets and their Implications for the Chronology of the Early Iron Age

in: Tel Aviv 30:1 (2003) Ed. Tel Aviv University pp. 66-77.
192 E. LIPINSKI – On the Skirts of Canaan in the Iron Age

in: Orientalia Lovaniensia Alalecta 153 (2006) Leuven Ed. Peeters pp. 95-99.
193 A. GILBOA , I. SHARON, J. ZORN – Dor and Iron Age Chronology: Scarabs, Ceramic Sequence and 14C

in: Tel Aviv 31:1 (2004) Ed. Tel Aviv University pp. 32-56.
194 N. NA‘AMAN – Ancient Israel and Its Neighbours: Interaction and Counteraction

Winona Lake 2005 Ed. Eisenbrauns p. 223.


195 I. FINKELSTEIN, E. PIASETZKY – 14C and the Iron-Age Chronology Debate: Rehov, Khirbet en-Nahas, Dan, and Megiddo

in: Radiocarbon 48:3 (2006) Ed. Arizona Board of Regents p. 377.


64 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Le règne de Chabataka comporte un point d'ancrage grâce à la bataille d'Eltéqé.


Cette bataille sert à ancrer la chronologie égyptienne puisqu'elle est datée de la 3e campagne
du roi assyrien Sennachérib (lors de la prise de Lakish) et de la 1ère année du roi égyptien
Chabataka (après la mort de Chabaka). La 3e campagne de Sennachérib (en -712) coïncide
avec la 1ère année de Chabataka. En effet, selon deux stèles de Kawa196, on apprend qu'après
la mort de Chabaka, son successeur Chabataka convoqua immédiatement une armée qu'il
plaça sous les ordres de son frère Taharqa, un jeune fils de Piye alors âgé de 20 ans, pour
repousser l'attaque assyrienne qui menaçait. De plus, Taharqa précise expressément sur ces
stèles qu'il fut désigné comme prince héritier par Chabataka en dépit de ses autres frères et
de tous les enfants. La 1ère année de Chabataka coïncide donc bien avec la 3e campagne de
Sennachérib. La publication de l'inscription de Sargon II, trouvée à Tang-i Var, confirme la
date de -712. On lit en effet (aux lignes suivantes):
16) J'ai dispersé l'armée de l'Élamite " umbaniga! (" umba-nika!). J'ai détruit le pays de K[aral]la (en -717), le
pays de "urda, la cité de Ki[!es]im, la cité de " ar#ar, le [pays mè]des, le pays d'Elli[pi (...)].
17) J'ai dévasté le pays d'Urar$u (en -714), j'ai pillé la cité de [Mu!a!i]r et le pays Manéen, écrasé les pay[s ...].
18) J'ai conquis les chefs du pays d'Amattu (Hamath), la cité de Karke[mish la cité de Kummu]#i, le pays de
Kammanu; sur tous les pays [...] j'ai placé des officiels.
19) J'ai pillé la cité d'Ashdod (en -712). Iamani son roi, a craint [mes armes] et ... s'est enfui vers la région du
pays de Melu##a (Nubie) et a vécu comme un voleur.
20) "apataku’ (Chabataka), roi du pays de Melu##a (Nubie), a entendu la puiss[ance] des dieux d'A!!ur, Nabû
et Marduk qui se sont montrés à tous les pays, ...
21) Il lui (Iamani) mit les chaînes et les menottes ... Il l'amena captif en ma présence.
22) [J'ai dépeuplé] tous les pays de Tabâlu, Kasku, (et) "ilakku; J'ai enlevé les campements appartenant à Metâ
(Midas), roi du pays de [Mu]sku, et réduit (la taille de) son pays.
23) À la cité de Rapi#u (Raphia) j'ai défait l'avant-garde de l'armée d'Égypte et compté comme butin le roi de la
cité d'Hâzutu (Gaza) qui ne s'était pas soumis à mon joug.
24) J'ai réduit au silence 7 rois du pays de Iâ’, une région du [pays de] Iadnâna (Chypre) — qui est située à une
distance de ... [au mi]lieu de la mer de l'Ouest.
25) De plus, (en -710) j'ai personnellement vaincu Marduk-apla-iddina (Merodachbaladan II), roi du pays de
Chaldée, qui demeurait sur les rivages de la mer (et) qui ex[er]çait la royauté sur Babylone contre la vol[onté
des dieux].
26) De plus, tous les pays de Bît-Iakîn ...
27) A#undari, roi de Dilmun, dont la tanière [est situé] à une distance de ... [au milieu] de la mer comme un
poisson, a entendu ma puis[sance royale] et m'a apporté (en -709) [son] cade[au de bienvenu].

Cette inscription197, rédigée par ordre chronologique, situe la bataille contre l'Égypte
lors de la prise d'Ashdod en -712, ce qui confirme la coïncidence entre la 3e campagne de
Sennachérib (durant sa corégence à partir de -714) et la 10e campagne de Sargon. Comme
on l'a vu, les deux rois assyriens ont mené une campagne commune, Sargon relatant les
prises de villes lors de sa 10e campagne et Sennachérib rapportant les siennes à sa 3e
campagne, exploits qu'il ne fera graver qu'après la mort de son père (et non durant sa
corégence). La corégence entre Sargon et Sennachérib n'étant pas prise en compte, certains
égyptologues198 proposent l'explication suivante: l'inscription se terminant par l'installation
196 M.F. LAMING MACADAM – The Temples of Kawa I. The Inscriptions
London 1949 Ed. Oxford University Press pp. 14-32.
L. TÖRÖK – The Kingdom of Kush
Leiden 1997 Ed. Brill pp. 169-171.
197 G. FRAME – The Inscription of Sargon II at Tang-i Var

in: Orientalia 68:1 (1999) pp. 31-60.


198 D. KAHN – The Inscription of Sargon II at Tang-i Var and the Chronology of Dynasty 25

in: Orientalia 70:1 (2001) pp. 1-18.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 65

des dieux dans la nouvelle cité, datée en -707 grâce à l'éponyme de la Chronique de Sargon,
l'attaque contre l'Égypte aurait eu lieu juste à la fin des événements mentionnés dans cette
inscription, soit en 707/706, et aurait été déplacée de manière anachronique par le scribe.
Cette hypothèse permet de remonter le règne de Chabataka de -701 en -706, en supposant
aussi une corégence (non attestée) avec Chabaka, son prédécesseur. On le voit, tout ça n'est
guère vraisemblable, car l'ordre chronologique de l'inscription est évident, de plus, cette
datation est en parfait accord avec les 10 ans de corégence de Sennachérib. Ce quadruple
synchronisme daté en -712 (grâce à la chronologie assyrienne): 10e année de Sargon II; 3e
campagne de Sennachérib; 14e année du règne d'Ezéchias et 1ère année de règne de
Chabataka, permet d'ancrer la chronologie égyptienne.
La datation de la XXVe dynastie est délicate, Grimal199 écrit par exemple: La conquête
de Pi(ânkh)y va mettre fin à l'une des périodes les plus confuses de l'histoire égyptienne, pour laquelle les
historiens n'arrivent pas encore à se dégager d'une masse documentaire très fragmentaire et éparpillée, du fait
même du morcellement politique du pays. Les querelles d'éponymie entre ces différents souverains
compliquent encore la mise au point d'une datation continue en rendant nécessaire le détour par une
prosopographie minutieuse des dignitaires de l'État à travers une documentation funéraire et juridique, qui
est loin d'être complète. Ces trois siècles donnent ainsi l'impression d'une pagaille indescriptible, qui n'est le
reflet que du désordre politique de l'Égypte. Le seul moyen d'éclairer cette période est de
reconstituer une chronologie fondée sur les synchronismes suivants200:
Concernant Taharqa
! Son règne se termine vers janvier -663 puisque celui de Psammétique 1er, son successeur,
commence vers février de cette année.
! Ce règne a duré 26 ans, selon les dates des taureaux Apis. En effet, un Apis né en l'an 26
de Taharqa, le III Peret 9, est mort 21 ans plus tard en l'an 20 de Psammétique 1er, le IV
Shemou 20, ce qui remonte l'accession de Taharqa vers janvier -689.
! L'attaque de l'Égypte par Esarhaddon lors de la 10e année de son règne (vers mars -671)
correspond à la marche d'une unité de réserve koushite mentionnée sur un rocher, cette
inscription étant datée de l'an 19 de Taharqa.
! Selon une stèle de Kawa, Taharqa avait 20 ans lors de la bataille d'Elteqé (en -712), ce
qui place sa naissance vers -732, soit 2 ans avant la mort de Piye, son père qui a régné au
moins 30 ans. Sa durée de vie de 69 ans correspond à une mort de vieillesse.
Concernant Chabataka
! Son règne se termine vers -689 à l'accession de Taharqa, son successeur.
! Comme sa 1ère année de règne a coïncidé avec la bataille d'Elteqé, selon les stèles de
Kawa, et aussi avec la prise d'Ashdod par Sargon (en -712) selon la stèle de Tang-i Var,
son règne s'étale de 712 à 689.
! Malgré la quasi-absence d'année de règne (seul l'an 3 est attesté), le nombre de
monuments édifiés par Chabaka et par Chabataka, qui est sensiblement le même,
implique de leur attribuer des règnes d'une longueur similaire.
! Un Apis fut installé en l'an 14 de Chabaka et un Apis est mort en l'an 4 de Taharqa.
Comme la durée de vie des Apis est d'environ 16 ans durant cette période201, le règne de
199 N. GRIMAL - Histoire de l'Égypte ancienne
Paris 1988 Éd. Fayard p. 427.
200 K.A. KITCHEN – The Third Intermediate Period in Egypt

Warminster 2004 Ed. Aris and Phillips pp. XLI-XLII, 148-183, 590-593.
K. J ANSEN-WINKELN – The Third Intermediate Period
in: Ancient Egyptian Chronology. Leiden 2006 Ed. Brill pp. 258-264.
L. TÖRÖK – The Kingdom of Kush
Leiden 1997 Ed. Brill pp. 129-188.
J.B. PRITCHARD - Ancient Near Eastern Texts
Princeton 1969 Ed. Princeton University Press pp. 284-303.
201 J. VERCOUTTER – Une épitaphe Royale Inédite du Sérapéum

in: Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Institutes, Abteilung Kairo 16 (1958) pp. 340-342.
66 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Chabataka fut de: 7 ans (1 Apis), 23 ans (2 Apis) ou 39 ans (3 Apis). La durée de 23 ans
avec 2 Apis s'impose car elle est la seule à correspondre aux 18 ans de Chabaka.
Concernant Chabaka
! Son règne se termine vers -712 à l'accession de Chabataka, son successeur.
! Selon l'Africanus, son règne fut de 8 ans, mais comme les années 10 à 15 sont attestées,
la durée véritable dut être de 18 ans (la dizaine ayant été oubliée).
! Les 25 ans du règne de Takélot II sont calés sur l'éclipse de lune (du 13 mars -851) datée
du IV Shemou 25 de l'an 15, ce qui implique de situer l'an 1 de Chéchanq III, son
successeur vers -840. À partir de Chéchanq III jusqu'à Osorkon IV il y a de nombreux
synchronismes entre les différents souverains des dynasties XXII à XXV. Or, il y a
exactement 110 ans entre l'an 1 de Chéchanq III et l'an 2 de Chabaka coïncidant avec
l'an 16 d'Osorkon (Kitchen date cette période de 825 à 715, soit 15 ans plus tard)202.
Dynastie XXV Africanus dates les + hautes dates du règne durée
(Takélot II) 865-840 25 ans
840-730 110 ans
1 Chabaka [1]8 ans (Sabakôn) 2, 3, 4, 6, 10, 12, 13, 14, 15 730-712 18 ans
3 Chabataka 14 ans (Sabichôs) 3 712-689 23 ans
2 Taharqa 18 ans (Tarakos) 3, 4, 6, 7, 8, 9, 14, 19, 21, 24, 26 01/689-01/663 26 ans
(Psammétique Ier) 54 ans 02/663-01/609 54 ans

La reconstitution chronologique de la XXVe dynastie est donc excellente, mais


plusieurs anomalies sont à expliquer: 1) Pourquoi les valeurs de l'Africanus pour les règnes
de Chabaka et de Chabataka sont-elles sous-estimées d'environ 8 ans? 2) Pourquoi les récits
de la 3e campagne de Sennachérib fournis par Hérodote, par le texte biblique et par les
annales assyriennes sont-ils aussi différents? 3) L'identification des différents pharaons,
dont l'orthographe est très fluctuante parmi les divers récits (égyptiens, assyriens et
judéens), est-elle correcte? La reconstitution chronologique suivante, année après année,
permet une interprétation historique correcte (les synchronismes sont surlignés):

an Assyrie Judée Égypte


roi corégent roi dynastie XXII dynastie XXV
734 11 Tiglath-phalazar III Salmanazar V 8 Achaz 11 Osorkon IV 28 Piye
733 12 " 9 12 29
732 13 " 10 13 30
731 14 " 11 14 31
730 15 " 12 15 32/1 Chabaka
729 16 " 13 16 2
728 17 " 14 17 3
727 18 " 15 18 4
726 1 Salmanazar V 16 19 5
725 2 1 Ezéchias 20 6
724 3 2 21 7
723 4 3 °°(Osée) 22 °°(alliance) 8
722 5 (siège de Samarie) 4 23 9
721 1 Sargon II 5 24 10
720 2 (chute de Samarie) 6 25 11
719 3 7 26 12
718 4 8 27 13
717 5 9 28 14 (taureau Api) 1
716 6 10 29 15 2
715 7 °° 11 30 °°(alliance) 16 3

K.A. KITCHEN – The Third Intermediate Period in Egypt


202

Warminster 2004 Ed. Aris and Phillips pp. 590-593.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 67

714 8 1 Sennachérib 12 31 17 4
713 9 2 " 13 32 18 5
712 10 (prise d'Ashdod) 3 (prise de Lakish) 14 (Jérusalem!) 33 (bataille d'Elteqé) 1 Chabataka/ 6
711 11 4 " 15 2 Taharqa (20ans) 7
710 12 5 " 16 3 8
709 13 6 " 17 4 9
708 14 7 " 18 5 10
707 15 8 " 19 6 11
706 16 9 " 20 7 12
705 17 10 " 21 8 13
704 1 Sennachérib 22 9 14
703 2 23 10 15
702 3* 24 11 16
701 4 25 12 1
700 5 26 13 2
699 6 27 14 3
698 7 1 Arda-Mulissu 28 15 4
697 8 2 " 29 16 5
696 9 3 " 1 Manassé 17 6
695 10 4 " 2 18 7
694 11 5 " 3 19 8
693 12 6 " 4 20 9
692 13 7 " 5 21 10
691 14 8 " 6 22 11
690 15 9 " 7 23 12
689 16 10 " 8 1 Taharqa 13
688 17 11 " 9 2 14
687 18 12 " 10 3 15
686 19 13 " 11 4 (taureau Api) 16
685 20 14 " 12 5
684 21 15 " 13 6
683 22 1 Esarhaddon 14 7
682 23 2 " 15 8
681 24 3 " 16 9
680 1 Esarhaddon 17 10
679 2 18 11
678 3 19 12
677 4 20 13
676 5 21 14
675 6 22 15
674 7 23 16
673 8 24 (déportation) 17
672 9 1 A!!urbanipal 25 18
671 10 (Memphis attaquée) 2 " 26 19
670 11 3 " 27 20
669 12 4 " 28 21
668 1 A!!urbanipal 29 22
667 2* 30 23
666 3 31 24
665 5 32 25
664 6 (saccage de Thèbes) 33 26 (mort à 69 ans)
663 7 34 1 Psammétique 1er

Cette reconstitution met en évidence l'importance du rôle de Taharqa lors de la


bataille d'Elteqé et montre qu'il n'était pas seulement un général prince héritier, rôle
mentionné dans les stèles de Kawa, mais qu'il était en fait assimilé à un véritable corégent,
comme le confirment le récit provenant d'Hérodote (Enquête II:137-141) et celui du texte
biblique (2Rois 18:13-20:21; Isaïe 36:1-39:8).
68 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Succession et nom des pharaons de cette période:


Nom égyptien grec grec grec hébreu assyrien
(hiéroglyphe) Hérodote Manéthon Septante Bible Annales
Pharaon Per-aâ Phéron Pharaon Pharaon Per‘ô Pir’u
1 Chabaka Shabaka Sabacôs Sabakôn Shabaku
2 Sargon/ / Arna/ Sargôn/ Sharru-kênu/
3 Sennachérib Sennachérib Sénnachèrim Sanchérib Sin-ahhê-erîba
2 Chabataka/ Shabataka/ / Sabichôs/ / / Shapataku/
3 Tarhaqa Taheruqe Séthon Tharaka Tirhaqah
4 Tarhaqa Taheruqe Tarakos Tarqû
5 Osorkon IV Wasarken Osorcho Sègor Sô’ Shilkanni

Griffith203 a remarqué que le roi prêtre Séthon qui succéda à Chabaka et qui s'est
opposé à Sennachérib ne pouvait être que Taharqa. Séthon ne désignant pas un nom
propre mais le titre du grand prêtre d'Amon à Memphis, ce titre ayant évolué avec le temps
de sm (prêtre sem), en stm(t), puis stne. La succession nubienne s'effectuant par le lien
fraternel, et non par le lien filial (comme en Egypte), Taharqa en tant que frère de
Chabataka était naturellement désigné à sa succession et avait en pratique un rôle de
corégent. En toute rigueur il n'avait pas le titre de roi, mais le texte biblique l'assimile de fait
à un roi effectif, comme il le fait d'ailleurs pour les autres corégents: Sargon/Sennachérib
ou Nabonide/Bêlsharuçur.
Selon le texte biblique (2Rois 17:1-3), Salmanazar V (727-722) réclama un tribut à
Osée (729-720) puis découvrit une conspiration de son vassal avec Sô’, le roi d'Égypte.
Comme à cette époque, il n'y a plus que deux rois en Égypte: l'égyptien Osorkon IV et le
nubien Chabaka, Sô’ désigne donc bien le roi égyptien. De plus, pour des raisons
géographiques (Tanis la capitale d'Osorkon IV est celle qui est la plus proche de la
Palestine) et philologiques (Sô’ est, semble-t-il, un hypocoristique d'Osorkon comme Sésé
l'est de Ramsès) l'identification habituelle est donc correcte204. De même, le don fait par
Shilkanni, le roi d'Égypte, lors de la 7e année de Sargon (en -715), désigne encore ce
pharaon. Il semble cependant qu'il ait disparu autour de la bataille d'Elteqé (en -712), car le
texte biblique (Isaïe 31:1-3) met en parallèle la disparition de la menace assyrienne (de
Sennachérib) et l'aide égyptienne (d'Osorkon IV).
L'année -712 constitue donc un cas exceptionnel puisque l'agression assyrienne a
impliqué la présence simultanée d'au moins 6 rois (ou assimilés): 1) prise d'Ashdod par le
roi assyrien Sargon lors de sa 10e campagne; 2) prise de Lakish par le corégent Sennachérib
lors de sa 3e campagne; 3) prise manquée de Jérusalem, datée de la 14e année du roi judéen
Ezéchias; 4) bataille d'Elteqé conduite par le corégent nubien Taharqa; 5) sous la direction
du roi Chabataka lors de sa 1ère année de règne; 6) disparition probable du roi égyptien
Osorkon IV dans sa 33e année de règne.
La complexité de cette situation explique aussi pourquoi les récits (partiels) de cette
campagne qui nous sont parvenus semblent contradictoires en apparence. La présence
d'une corégence entre Taharqa et Chabataka pourrait expliquer les chiffres erronés de
l'Africanus, car dans cette situation le scribe donne généralement la durée corrigée du règne
(sans la corégence) et non la durée totale (Apriès, par exemple, a régné 22 ans mais
seulement 19 ans sans la corégence avec Amasis, chiffre donné par l'Africanus). De plus, si
le règne de Taharqa a été daté (en tant que corégent de Chabataka), cela pourrait expliquer
la quasi absence d'année de règne pour Chabataka (à l'exception de l'an 3).
203 F.L. GRIFFITH – Stories of the High Priests of Memphis. The Sethon of Herodotus
Oxford 1900 Ed. Clarendon Press pp. 5-12.
204 Le nom d'Osorkon IV est d'abord écrit W3sirkn (Osirken) puis Sw3rkni (Sorkeni, vocalisation proche du babylonien Shilkanni).
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 69

Les synchronismes avec la chronologie israélite (en grisé) sont en bon accord avec
ceux des dynasties205 XXII à XXV (répertoriés par Kitchen)206 sur la période de 840 à 730.
Même si la place (et aussi la durée) de certains règnes est contestée207 (parties hachurées), la
chronologie de cette période semble être la suivante (les dates ancrées sont en gras):
dynastie pharaon date ++ durée règne Judée Samarie
XXII 1 Chéchanq I er 21 21 ans 980-959 Roboam (977-960) Jéroboam (977-955)
2 Osorkon Ier 33 35 ans 959-924
3 Chéchanq II 3 2 ans 924-922
Chéchanq IIb - ? 922
4 Takélot Ier 9 13 ans 922-909
5 Osorkon II 29 44 ans 909-865
6 Takélot II 25 25 ans 865-840
7 Chéchanq III 39 40 ans 840-800
Chéchanq IV 10 12 ans 800-788
8 Pamiu 7 6 ans 788-782
9 Chéchanq V 38 37 ans 782-745
10 Osorkon IV - 33 ans 745-712 Ezéchias (726-697) Osée (729-720)
(Tanis) 11 Gemenefkhonsoubak - [30 ans] [710-680]
12 Pétoubastis II - [15 ans] [680-665]
XXIII 1 Pétoubastis I er 23 22 ans 833-811
2 Ioupout Ier 12 11 ans 819-808
Chéchanq VI 6 6 ans 808-802
3 Osorkon III 29 28 ans 802-774
4 Takélot III 13 14 ans 779-765
5 Roudamon 3 3 ans 765-762
Chéchanq VIa 5 13 ans 762-749
6 Ioupout II 21 20 ans 749-729
XXIV 1 Tefnakht 8 7 ans 742-735
2 Bocchoris 6 6 ans 735-729 (archéologie)
XXV 2 Kachta - 20 ans? 781-761
3 Piye 27 31 ans 761-730 Yotham (758-742) Péqah (759-739)
4 Chabaka 15 18 ans 730-712
5 Chabataka/ 3 23 ans 712 -
Taharqa -689 Ezéchias (726-697) -
6 Taharqa 26 26 ans 689-663
7 Tantamani 8 8 ans 663-655
XXVI Néchepso - 6 ans 678-672
1 Nékao I er 2 8 ans 672-664
2 Psammétique 1er 54 54 ans 663-609
3 Nékao II 16 16 ans 609-594 Josias (640-609) -
4 Psammétique II 7 6 ans 594-588
5 Apriès 17 19 ans 588-570
6 [Apriès/ Amasis] [3] [3 ans] 570-567
7 Amasis 44 44 ans 570-526
8 Psammétique III 2 6 m. 526-525
205 K. JANSEN-WINKELN – The Third Intermediate Period
in: Ancient Egyptian Chronology. Leiden 2006 Ed. Brill pp. 247-264.
206 K.A. KITCHEN – The Third Intermediate Period in Egypt

Warminster 2004 Ed. Aris and Phillips pp. 590-593.


207 Paradoxalement la date de -945 (au lieu de -980) pour le règne de Chéchanq Ier reste acceptée (certains proposent -943).

G.P.F. BROEKMAN, R.J. DEMAREE, O.E. KAPER – The Libyan Period in Egypt
Leuven 2009 Ed. Peeters pp. 1-445.
70 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Synchronismes entre les règnes des dynasties XXII à XXV:


dynastie XXII dynastie XXIII dynastie XXIV dynastie XXV
(Tanis) (Léontopolis) (Saïs) (Nubie)
865 Takélot II 1
864 2
863 3
862 4
861 5
860 6
859 7
858 8
857 9
856 10
855 11
854 12
853 13
852 14
851 (éclipse de lune) 15
850 16
849 17
848 18
847 19
846 20
845 21
844 22
843 23
842 24
841 25
840 Chéchanq III 26/1
839 2
838 3
837 4
836 5
835 6
834 7
833 8 Pétoubastis Ier 1
832 9 2
831 10 3
830 11 4
829 12 5
828 13 6
827 14 7
826 15 8
825 16 9
824 17 10
823 18 11
822 19 12
821 20 13
820 21 14
819 22 Ioupout Ier 15/1
818 23 16/2
817 24 17/3
816 25 18/4
815 26 19/5
814 27 20/6
813 28 21/7
812 29 22/8
811 30 23/9
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 71

810 31 10
809 32 11
808 33 Chéchanq VI 12/1
807 34 2
806 35 3
805 36 4
804 37 5
803 38 6
802 39 Osorkon III 7/1
801 40 2
800 Chéchanq IV 41/1 3
799 2 4
798 3 5
797 4 6
796 5 7
795 6 8
794 7 9
793 8 10
792 9 11
791 10 12
790 11 13
789 12 14
788 Pamiu 13/1 15
787 2 16
786 3 17
785 4 18
784 5 19
783 6 20
782 Chéchanq V 7/1 21
781 2 22
780 3 23
779 4 Takélot III 24/1
778 5 25/2
777 6 26/3
776 7 27/4
775 8 28/5
774 9 29/6
773 10 7
772 11 8
771 12 9
770 13 10
769 14 11
768 15 12
767 16 13
766 17 14
765 18 Roudamon 15/1
764 19 2
763 20 3
762 21 Chéchanq VIa 4/1 Piye
761 22 2 1
760 23 3 2
759 24 4 3
758 25 5 4
757 26 6 5
756 27 7 6
755 28 8 7
754 29 9 8
753 30 10 9
752 31 11 10
72 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

751 32 12 11
750 33 13 12
749 34 Ioupout II 14/1 13
748 35 2 14
747 36 3 15
746 37 4 16
745 Osorkon IV 38/1 5 17 (Tiglath-phalazar) 0
744 2 6 18
743 3 7 19
742 4 8 20 Tefnakht 1
741 5 9 (conquête) 21 2
740 6 10 22 3
739 7 11 23 4
738 8 12 24 5
737 9 13 25 6
736 10 14 26 7
735 11 15 27 Bocchoris 8/1
734 12 16 28 2
733 13 17 29 3
732 14 18 30 4
731 15 19 31 5
730 16 20 Chabaka 1 6
729 17 21 2
728 18 3
727 19 4
726 20 5
725 21 6
724 22 7
723 23 8
722 24 9
721 25 10
720 26 11
719 27 12
718 28 13
717 29 14
716 30 15
715 31 16
714 32 17
713 33 18
712 Chabataka 19/1
711 2
710 3
709 4
708 5
707 6

Les dynasties XXIV et XXV comportent quelques synchronismes indirects avec la


chronologie assyrienne. Le premier provient d'un scarabée au nom de Bocchoris trouvé
dans la tombe d'une fillette de 2 ans et demi, sur le site de Pithécusses (l'actuelle Ischia dans
la baie de Naples), une colonie grecque fondée vers -770. Ce scarabée est daté de -725 grâce
aux poteries qui l'accompagnaient208: des aryballes de type géométrique récent209 (750-725)
et d'autres de type protocorinthien ancien (725-700). La transition entre les deux types de
poteries étant fixée en -725, un peu avant la chute de Hamath et de Samarie datée (de la 2e
année de Sargon) en -720. Bien que la datation céramique de ces deux périodes ait été
208 J.N. COLDSTREAM – Greek Geometric Pottery. A survey of ten local styles and their chronology
Bristol 2009 Ed. Phenix Press pp. 316-331.
209 La célèbre Coupe de Nestor, de type géométrique récent, qui a été trouvée sur ce site est généralement datée autour de -740. Pour les

mêmes raisons l'Inscription du Dipylon (sur une cruche à vin) est aussi datée autour de -740.
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 73

contestée les points d'ancrages paraissent solides210. La datation en -725 pose problème211 si
on utilise les dates actuelles du règne de Bocchoris (718-712), car le scarabée a dû être
offert à la fillette comme amulette apotropaïque au moment de sa naissance et après la
mort de Bocchoris, ce qui remonterait la mort de ce pharaon un peu avant 728 (= 725 + 3),
en bon accord avec les dates de son règne (739-731). Par contre, avec la datation actuelle de
718-712 il faudrait abaisser le début du protocorinthien ancien vers -710, ce qui est
incompatible avec la date butoir de -720. Le deuxième synchronisme pourrait provenir de
la conquête de Piye en l'an 21 de son règne (en -741) car elle semble (mais cela pourrait
aussi être une coïncidence) avoir été la réaction à l'avancée assyrienne en direction de
l'Egypte, Osorkon IV étant considéré comme un roi faible212. En effet, Tiglath-Phalazar III
(745-727) relate dans ses annales sa marche inexorable et victorieuse vers l'Ouest, à partir
de -743, contre les royaumes d'Urartu, de Gurgum, de Commagène, d'Arpad, de Cilicie et
de Karkemi!. Plusieurs rois syriens ayant noué des alliances avec l'Égypte213, il est possible
que le pharaon nubien Piye ait décidé de mettre fin à "l'anarchie libyenne" et que, par sa
victoire acquise facilement grâce à la coopération des différents clergés égyptiens, il ait
dissuadé Tiglath-Phalazar III de poursuivre plus avant ses conquêtes (par contre les rois
assyriens suivants: Esarhaddon et A!!urbanipal, attaquèrent puis conquirent l'Égypte)214.

CHRONOLOGIE DE LA DYNASTIE XVIII


La chronologie de la XVIIIe dynastie repose sur de nombreux éléments: dates
d'accession, dates de la mort, dates les plus hautes et durée des règnes selon Manéthon:

Pharaon durée min. du règne date de l'accession date la + haute


XVIIIe dynastie
Ahmosis 21 ans 22
Amenhotep Ier 21 ans III/IV Shemou ? 21
Thoutmosis Ier 10 ans III Peret 21 11 ?
Thoutmosis II 1 an 1 II Akhet 8
[Hatshepsout] Thoutmosis III [20 ans] [corégence] 20 III Peret 2
Thoutmosis III 53 ans 11 mois I Shemou 4 54 III Peret 30
Amenhotep II 25 ans IV Akhet 1 ? 26
Thoutmosis IV 7 ans 8 III Peret 2
Amenhotep III 37 ans 10 mois II/III Shemou ? 38 III Shemou 1
Amenhotep IV/ Akhenaton 16 ans 7 mois I Peret 1-8 ? 17 II Akhet
Semenkhkaré 1 an 1
Ankhkhépérouré 2 ans 3 III Akhet 10
Toutankhamon 9 ans 10
Aÿ 3 ans 4 IV Akhet 1
Horemheb 27 ans 27 I Shemou 9
XIXe dynastie
Ramsès Ier 1 an 4 mois III Peret ? 2 II Peret 20
210 J.M. HALL – A History of the Archaic Greek World ca. 1200-479 BCE
Massachusetts 2007 Ed. Blackwell Publishing pp. 17-40.
211 R. ÉTIENNE, C. MÜLLER, F. PROST – Archéologie historique de la Grèce

Paris 2006 Éd. ellipses p. 23-26.


212 N. GRIMAL - Histoire de l'Égypte ancienne

Paris 1988 Éd. Fayard pp. 440-441.


213 Hanno le roi de Gaza, par exemple, se réfugia en Egypte après l'attaque de la Syrie-Palestine en -738 (ANET pp. 283-284).
214 Au printemps de -674, une première tentative d'Esarhaddon contre l'Égypte se solda par une défaite assyrienne, mais en -671, une

grande expédition permit la conquête éphémère du delta du Nil, avec la prise de Memphis. En -667, Tarhaqa, vaincu à Karbanati, proche
de Memphis, s'enfuit en haute Égypte, mais les Assyriens durent affronter une révolte des princes vassaux nommés par Ésarhaddon. Une
nouvelle campagne poussa jusqu'à Thèbes qui fut pillée en -664 (vers la fin de l'année). L'attaque des Cimmériens sur les régions
occidentales de l'empire obligea les Assyriens à évacuer l'Égypte en -653.
74 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Pharaon durée du règne nom selon Josèphe durée corrigée


[Manéthon] selon date haute
Ahmosis 25 ans 4 mois Tethmosis 25 ans 4 mois
Amenhotep Ier 20 ans 7 mois Aménophis 20 ans 7 mois
Thoutmosis Ier 12 ans 9 mois Méphrès 12 ans 9 mois
Thoutmosis II 13 ans Hébron 3 ans
Hatshepsout [Thoutmosis III] 21 ans 9 mois Amessis, fille d'Aménophis 21 ans 9 mois
Thoutmosis III - 53 ans 11 mois
Amenhotep II 25 ans 10 mois Mephragmouthosis 25 ans 10 mois
Thoutmosis IV 9 ans 8 mois Thoutmosis 9 ans 8 mois
Amenhotep III 30 ans 10 mois Aménophis 37 ans 10 mois
Amenhotep IV/ Akhenaton 36 ans 5 mois Orus 16 ans 7 mois
Semenkhkaré - 1 an 4 mois
Ankhkhépérouré 12 ans 1 mois Akenchéris, fille d'Orus 2 ans 1 mois
Toutankhamon 9 ans Rhathotis, frère Akenchéris 9 ans
Aÿ 4 ans 1 mois Harmaïs 4 ans 1 mois
Horemheb 12 ans 5 mois Akenchérès I
12 ans 3 mois Akenchérès II 27 ans 2 mois
Ramsès Ier 1 an 4 mois Ramessès 1 an 4 mois
Séthy I er (10 ans) Sethos 11 ans
59 ans jusqu'à Sethos, 59 ans
Ramsès II 66 ans 2 mois Armessès Miamoun 67 ans 2 mois
Merenptah 19 ans 6 mois Aménophis 9 ans 3 mois

Le règne de Semenkhkaré peut être estimé grâce aux 6 anneaux émis durant son
règne, comparés aux 18 émis pendant les 4 ans et 1 mois du règne d'Aÿ215, soit une durée de
1 an et 4 mois (= 4 ans x 6/18). La précision de Josèphe "Akenchéris fille d'Orus [Akhenaton]
régna [1]2 ans et 1 mois" montre qu'il était bien informé puisque Semenkhkaré apparaît marié
avec Merytaton (qui était une fille d'Akhenaton) dans la tombe de Méryrê, et celle-ci régna
2 ans 1 mois, après la mort de son mari, sous le nom de [Semenkhkaré] Ankhkhépérouré
(Merytaton est transcrit Mayati en akkadien). Par contre, plusieurs règnes ont une dizaine
de trop, et la durée des règnes comportant des corégences est systématiquement erronée (le
décompte des corégences a dû poser problème). Le règne d'Horemheb semble comporter
deux parties: une de 14 ans en tant qu'ancien régent puis une autre de 13 ans en tant que
pharaon. Dans les annales de Mur!ili II jusqu'à l'an 10 (1322-1312), Horemheb est désigné
par son nom de naissance (Ar-ma-a en akkadien) au lieu de son nom de couronnement
(Djéser-khépérou[setepen]rê), comme c'est habituellement le cas pour les pharaons en titre.
À cause de ces incertitudes les données de Manéthon ne peuvent être utilisées que
lorsqu'elles sont recoupées par les dates confirmées par l'astronomie.
Les durées corrigées des règnes (provenant de Manéthon) comblent l'intervalle
(zone grisée) laissé entre la mort de Thoutmosis III le 10 mars 1418 et le début du règne de
Ramsès Ier en janvier 1295. Cet écart de 123 ans (= 1418 – 1295) est proche de la somme
des durées corrigées des règnes, soit 134 ans (= 25 ans 10 mois d'Amenhotep II + 9 ans 8
mois de Thoutmosis IV + 37 ans 10 mois + d'Amenhotep III + 16 ans 7 mois
d'Akhenaton [sans la corégence de 11 ans] + 1 an 4 mois de Semenkhkaré + 2 ans 1 mois
d'Ankhkhépérouré + 9 ans de Toutankhamon + 4 ans 1 mois d'Aÿ + 27 ans d'Horemheb).
Il y a toutefois deux possibilités: soit une corégence de 11 ans (= 134 - 123) entre
Amenhotep IV et Amenhotep III et un règne de 27 ans 2 mois pour Horemheb, soit une
absence de corégence entre les deux pharaons et un règne de 16 ans pour Horemheb.
M. GABOLDE - D'Akhenaton à Toutânkhamon
215

Lyon 1998 Éd. Institut d'Archéologie et d'Histoire de l'Antiquité p. 220.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 75

La durée du règne d'Horemheb, daté de 1330-1302 par le 14C (à +/- 11 ans), est
controversée à cause du faible nombre d'inscriptions datées les ans 15 à 27, car seuls les ans
1-4, 6-9, 12-14 sont attestés dans sa tombe (qui est inachevée!)216. Kitchen217 note
cependant que de nombreux bâtiments anonymes édifiés à la fin de la XVIIIe dynastie
doivent se rapporter à Horemheb et impliquent un règne long (de 27 ans). Il n'y a que deux
inscriptions datées après l'an 14: un décret apparaissant sur un pan de mur de l'an [1]5
(Petrie Col. UC14391), ou plus vraisemblablement de l'an [2]5, et celle d'un graffito sur un
fragment de statue daté du I
Shemou 9 de l'an 27. Redford
remarque que l'épithète "bien aimé
d'Amon" dans la titulature du nom
d'Horemheb en l'an 27 prouve qu'il
était encore vivant à cette époque. Si
la reconstitution de l'an [2]5 (ci-
contre) est incertaine218, celle de l'an
27 est incontestable et impose une
durée de règne d'au moins 26 ans219.
Fig. 88 : Décret de l'an [2]5 d'Horemheb

L'inscription de Mes220 décrit une plainte déposée durant l'an 18 de Ramsès II,
concernant un terrain hérité du temps d'Horemheb, et qui est finalement jugée et datée en
l'an 59 d'Horemheb. La seule explication plausible de cet an 59 est de supposer que ces 58
ans de règne posthume d'Horemheb correspondent aux 27 ans 2 mois du règne effectif
d'Horemheb + 1 an 4 mois du règne de Ramsès Ier + 11 ans du règne de Séthy Ier + 18 ans
du début du règne de Ramsès II221. Hari, dans sa thèse sur Horemheb, note que les
explications habituelles sur ce pharaon sont romancées et sans fondement. Après avoir
examiné l'ensemble des inscriptions et des représentations, il conclut que les transitions
entre pharaons ont été fondées uniquement sur le "principe de légitimité". Le général
Horemheb avait été désigné comme "représentant du pharaon" par Toutankhamon, mais
non comme corégent; ainsi à la mort de Toutankhamon, Aÿ fut son successeur légitime. Aÿ
n'ayant pas d'enfant, à sa mort, Horemheb n'était que le représentant d'un pharaon mort.
Pour prolonger sa fonction de représentant du pharaon, la reine Moutnedjemet, fille du
divin Aÿ, épousa Horemheb (comme l'avait fait dans le passé la reine Hatshepsout, fille de
Thoutmosis Ier, avec son demi-frère Thoutmosis II). Horemheb régna ainsi environ 14 ans
en tant que "représentant (idénou)" du pharaon, puis à la mort de la reine, il fut cette fois
intronisé comme pharaon et débuta un "nouveau" règne d'environ 13 ans (l'an 1 succédant
ainsi à l'an 14!). Dans l'Edit du couronnement Horemheb rappelle qu'il avait été désigné
comme "représentant" par le roi (non nommé) et qu'ainsi: il régenta le pays pour une période de
nombreuses années [>10 ans] avant d'être finalement désigné comme "roi" par le "fils aîné
d'Horus" ("fils d'Horus" désignant le roi en titre). Manéthon a donc fort justement découpé
le règne d'Horemheb en deux parties (14 ans en tant que représentant du pharaon, puis 13
ans comme pharaon, soit 27 ans en tout, ce qui explique la difficulté du décompte).
216 J. VAN DIJK – New Evidence of the Length of the Reign of Horemheb
in: Journal of the American Research Center in Egypt vol. 44 (2008) pp. 193-200.
217 K.A. KITCHEN – The Basis of Egyptian Chronology in Relation to the Bronze Age in: "High, Middle or Low? Acts of International

Colloquim on Absolute Chronology held at the University of Gothenburg 20-22 August 1987" Ed. Paul Aström Volume 1 pp. 37-55.
218 R. HARI – Horemheb et la reine Moutnedjemet ou la fin d'une dynastie

Genève 1964 Imprimerie La Sirène. Thèse n°179 fig. 82, 84.


219 La date du I Shemou 9 de l'an 27 correspond au 18 mars -1296 et coïncide avec un 1er croissant lunaire.
220 A.H. GARDINER – The Inscription of Mes

Leipzig 1905 in: Untersuchungen zur Geschichte und Altertumskunde Ägyptens 4:3.
221 Le règne d'Horemheb a été prolongé de façon posthume, l'an 28 étant suivi par les ans 1-2 de Ramsès Ier qui deviennent les ans 29-30

d'Horemheb, puis par les ans 1-11 de Séthy Ier (31-41 d'Horemheb) et enfin par les ans 1-18 de Ramsès II (42-59 d'Horemheb).
76 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

CHRONOLOGIE DES REGNES ENTRE THOUTMOSIS III ET RAMSES II

Thoutmosis III étant mort le III Peret 30 de l'an 54 (10 mars 1418), l'accession
d'Amenhotep II son successeur aurait dû tomber le IV Peret 1. Or celle-ci est datée du IV
Akhet 1, soit un écart de 4 mois. Certains auteurs considèrent que l'une de ces dates est
erronée; cependant la chronologie des campagnes asiatiques d'Amenhotep II, comme sa
première campagne datée de son an 3, ne s'explique que s'il y a une corégence de 2 ans et 4
mois à la fin du règne de Thoutmosis III222. Durant cette corégence Amenhotep II a édifié
le temple d'Amada en Nubie dont la décoration se partage harmonieusement entre
Thoutmosis III — représenté dans les registres inférieurs des scènes — et Amenhotep II
— figuré dans les registres supérieurs. Cette corégence, généralement acceptée223, est
confirmée par une date lunaire. En effet, un papyrus (Leningrad 1116A) mentionne une
livraison de grains datée du III Shemou 6 de l'an 19 d'Amenhotep II pour l'offrande de
bière du 1er jour lunaire psdntyw. Selon les papyrus égyptiens, la bière pouvait être produite
en 3 ou 4 jours, et le stockage ne pouvait excéder 15 jours (pour des raisons de
conservation si elle était destinée à être consommée et non offerte en sacrifice). Ces
considérations techniques fixent la date du jour psdntyw entre le 10 et 25 du III Shemou. En
fait, puisque l'offrande de grains était destinée à l'offrande de bière, il est peu probable qu'il
y ait eu un stockage de plusieurs jours après le brassage. L'enchaînement224 le plus
vraisemblable est le suivant: enregistrement du stock de grains le 6 du III Shemou, puis
brassage de la bière du 7 au 10 et offrande le 11 (le jour psdntyw est donc daté du III
Shemou 11 de l'an 19).
La corégence d'Amenhotep II ayant débuté 2 ans et 4 mois avant la mort de
Thoutmosis III (10 mars 1418), le IV Akhet 1 correspond donc au 11 novembre en 1420;
ainsi le règne de 25 ans et 10 mois représente la durée sans la corégence. La date du III
Shemou 11 de l'an 19 d'Amenhotep II correspond à la plein lune du 15 juin 1402 (les cycles
lunaires de 25 ans débutent au I Akhet 1, soit à la pleine lune du 13 août 1421 et du 7 août
1396. On peut aussi noter que la corégence d'Amenhotep II a débuté à partir d'un nouveau
cycle lunaire de 25 ans). Les deux règnes suivants, ceux de Thoutmosis IV et d'Amenhotep
III, ne semblent pas présenter de difficulté (pas de corégence) et peuvent être placés à la
suite de celui d'Amenhotep II.

AKHET PERET SHEMOU


An I II III IV I II III IV I II III IV 5
Janv. Fév. Mar. Avr. Mai Juin Juil. Août
Thoutmosis III 1472 1 24 22 21 21 20 20 19 19 18 18 18 17 17
1471 2 25 11 11 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6

1450 23 21 24 24 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19
1449 24 22 13 13 13 12 12 11 11 10 10 9 9 8
1448 25 23 3 2 2 1 1 1/30 30 29 29 28 28 27

222 W.J. MURNANE - Ancient Egyptian Coregencies


in: Studies in Ancient Oriental Civilization 40 (Chicago, 1977) pp. 44-57.
P. DER MANUELIAN – Studies in the reign of Amenophis II
in: Hidesheimer Ägyptologische Beiträge 26 (1987) pp. 19-40.
P. DER MANUELIAN – The End of the Reign and the Accession of Amenhotep II
in: Thutmose III A New Biography Ed. The University of Michigan Press (2005) pp. 414-429.
223 N. GRIMAL - Histoire de l'Égypte ancienne

Paris 1988 Éd. Fayard p. 279.


P. VERNUS, J. YOYOTTE - Dictionnaire des pharaons
Paris 1998 Éd. Noésis p. 19.
224 J.G. READ – Chronological Placements for Thutmose II, Amenhotep II, Ramesses II

in: Discussions in Egyptology 36 (1996) p. 105.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 77

An AKHET PERET SHEMOU


I II III IV I II III IV I II III IV 5
Août Sept. Oct. Nov. Déc. Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil.
Thoutmosis III 1422 51 22 21 21 20 20 19 19 18 18 18 17 17
1421 52 11 11 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6
Amenhotep II 1420 53 1 1 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 25
1419 54 2 19 19 18 18 18 17 17 16 16 15 15 14
1418 3 3 9 8 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
1417 4 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23
1416 5 5 17 17 16 16 15 15 14 14 13 13 12 12
1415 6 6 6 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1
1414 7 7 25 25 24 24 23 23 23 22 22 21 21 20
1413 8 8 15 14 14 13 13 12 12 11 11 10 10 10
1412 9 9 4 4 3 3 2 2 1 1 30 29 29 28
1411 10 10 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19 18 18
1410 11 11 12 12 11 11 10 10 10 9 9 8 8 7
1409 12 12 2 1 1 30 30 29 28 28 27 27 27 26
1408 13 13 21 20 20 19 19 18 18 17 17 16 16 15
1407 14 14 10 9 9 9 8 8 7 7 6 6 5 5 4
1406 15 15 29 28 28 27 27 27 26 26 25 25 24 24
1405 16 16 18 18 17 17 16 16 15 15 14 14 14 13
1404 17 17 8 7 7 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2
1403 18 18 26 26 26 25 25 24 24 23 23 22 22 21
1402 19 19 16 15 15 14 14 14 13 13 12 12 11 11
1401 20 20 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1 1 30
1400 21 21 24 24 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19
1399 22 22 13 13 13 12 12 11 11 10 10 9 9 8
1398 23 23 3 2 2 1 1 1/30 30 29 29 28 28 27
1397 24 24 22 21 21 20 20 19 19 18 18 18 17 17
1396 25 25 11 11 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6
1395 26 1 1 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 25
1394 27 2 19 19 18 18 18 17 17 16 16 15 15 14
1393 28 3 9 8 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
Thoutmosis IV 1392 1 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23
1391 2 5 17 17 16 16 15 15 14 14 13 13 12 12
1390 3 6 6 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1
1389 4 7 25 25 24 24 23 23 23 22 22 21 21 20

Si Thoutmosis III est mort en mars 1418 la mort d'Amenhotep III doit se situer
autour d'avril 1345 (1418 = 1345 + 37 ans 10 mois + 9 ans 8 mois + 25 ans 10 mois).
Pharaon durée du règne dates du règne
Thoutmosis III 53 ans 11 mois 07/1472-03/1418
[Thoutmosis III/ Amenhotep II] [2 ans 4 mois] [11/1420-03/1418]
Amenhotep II 25 ans 10 mois 04/1418-02/1392
Thoutmosis IV 9 ans 8 mois 02/1392-10/1383
Amenhotep III 37 ans 10 mois 10/1383-07/1345
Amenhotep IV 16 ans 7 mois

Comme on l'a vu, le règne d'Horemheb est égal ou un peu supérieur à 27 ans, ce
qui impose une corégence d'environ 11 ans entre Amenhotep III et son fils. Les éléments
qui appuient cette corégence sont les suivants225:
! Deux stèles comportent la même phraséologie, l'une est attribuée à Amenhotep III et
l'autre à Amenhotep IV.
225 P.F. DORMAN – The Long Coregency Revisited: Architectural and Iconographic Conundra in the Tomb of Kheruef
in: Causing His Name to Live: Studies in Egyptian Epigraphy and History in Memory of William J. Murnane 2006 The University of Memphis.
78 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

! Les transactions entre Mésy et le berger appelé Nebméhy datées en l'an 27 d'Amenhotep
III puis en l'an 2 et 3 d'Amenhotep IV seraient séparées par un silence de 12 ans alors
qu'avec une corégence de 11 ans les deux transactions sont séparées de 1 an.
! Le fait que Amenhotep IV soit placé en face d'Amenhotep III (reconnaissables à leur
coiffe, voir figure 17) signifie que le pharaon est face à son alter ego226 (ou posthume?).
! Toutankhamon affirme clairement être un fils d'Amenhotep III et, comme il est mort à
l'âge d'environ 20 ans227 selon l'état de sa momie, sa déclaration ne peut être vraie que s'il
y a eu une corégence d'au moins 11 ans. Sans corégence, la mort d'Amenhotep III est
séparée de celle de Toutankhamon par 30 ans (= 17+3+10), et ce dernier ne pourrait
être son fils, car, selon l'examen de sa momie, il serait mort à l'âge de 20 ans, ce que
confirme la chaise de son couronnement réalisée pour un enfant de 10 ans. Avec la
corégence, cet écart est de 19 ans (= 6+3+10), en accord avec sa naissance probable à la
fin du règne d'Amenhotep III en 1347 (= 1327 + 20). Ainsi le successeur d'Akhenaton,
qui eut 6 filles, fut d'abord son frère, puis Toutankhamon. Il y a là un paradoxe pour
ceux qui refusent cette corégence, et Gabolde en convient: Pourquoi donc, si Toutânkhamon
est bien le fils d'Akhenaton, celui-ci aurait-il dissimulé de cette manière son ascendance réelle pour
proclamer, à l'occasion, qu'il était le «fils» d'Amenhotep III? (...) La légitimité d'Amenhotep IV /
Akhenaton n'a jamais été mise en question sous Toutânkhamon et la continuité fut maintenue sous son
règne selon le schéma traditionnel: un fils succède à son père. Le fait de supposer que
Toutankhamon aurait renié son "père" Akhenaton (qui n'a eu que des filles!) pour des
raisons religieuses est sans précédent et pose de plus un problème inextricable: Certes, il
est paradoxal d'envisager que Toutânkhamon puisse en apparence, dans un même élan, honorer son
père et le renier tout à la fois et il n'existe pas d'explication évidente à cette contradiction228.
L'explication évidente existe: Toutankhamon a été le fils d'Amenhotep III.
! La mention d'une fête sed en l'an 30 d'Amenhotep III, aussi relatée par Amenhotep IV
durant sa 3e année229, appuie les 11 ans de corégence. Ceux230 qui refusent la corégence
sont obligés d'affirmer que la fête sed (commémorant 30 années de règne) mentionnée
par Amenhotep IV devait, elle aussi, être anachronique. Ce pharaon aurait utilisé cette
fête uniquement pour proclamer sa qualité "divine", ce qui n'est pas crédible.

1 Amenhotep III (père d'Akhenaton)


27
28 Amenhotep IV 1 Changement de nom:
29 2
30 Jubilé 3 Rê-Horakhty (...) qui est Aton
33/34 Jubilé 6/7
36 Jubilé 9 Rê (...) qui revient comme Aton
38 11
1 Akhenaton 12 Vie d'Aton (transfert vers Akhetaton)
6 17
[7] Semenkhkaré 1 (frère d'Akhenaton)
[8] 2
Fig. 89 : Amenhotep IV servant Amenhotep III

226 C. DESROCHES-NOBLECOURT - Toutankhamon


Paris 1965 Éd.Hachette pp. 110-111.
227 Cet âge est approximatif, un écart de +/- 2 ans est possible. Par contre, le mois de sa mort doit se situer vers octobre car une étiquette

de jarre datée de l'an 17 (partiellement effacée et modifiée en 1) se rapporte à du miel, or la récolte du miel en Égypte, dans la vallée,
s'effectuait en septembre (P.T. NICHOLSON, I. SHAW – Ancient Materials and Technology, Cambridge, 2000, pp. 410-411). De plus,
"uppiluliuma I er apprit la mort de Toutankhamon vers la fin de sa campagne, soit avant le début de l'hiver (en novembre).
228 M. GABOLDE - D'Akhenaton à Toutânkhamon

Lyon 1998 Éd. Institut d'Archéologie et d'Histoire de l'Antiquité p. 293.


229 L.E. BAILEY – Amenhotep III and Akhenaten : an Examination of the Coregency Issues

Chicago 2000 E. University of Chicago pp. 14,26-28,38.


230 M. GABOLDE - D'Akhenaton à Toutânkhamon

Lyon 1998 Éd. Institut d'Archéologie et d'Histoire de l'Antiquité pp. 26-28.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 79

! À partir de l'an 30 d'Amenhotep III, toutes les jarres de vin sont transférées à Akhetaton
(El-Amarna), la capitale d'Akhenaton.
! À l'an 12 d'Amenhotep IV231, Tiy, l'épouse d'Amenhotep III, s'installe à Akhetaton.
! Les changements du nom d'Aton dans la titulature Amenhotep IV lors des ans 3 et 9 de
son règne semblent être liés aux jubilés de l'an 30 et 36 d'Amenhotep III232.
Tous ces éléments plaident pour une corégence de 11 ans entre les deux pharaons.
Certains textes paraissent contradictoires mais, pour les expliquer, plutôt que d'imaginer des
luttes secrètes entre l'ancien et puissant clergé d'Amon et le nouveau clergé d'Aton, ce qui
est peu probable car le pharaon était considéré comme un dieu tout-puissant, il est plus
simple de supposer une transition "classique", sans romanesque. Amenhotep IV a sans
doute attendu la mort d'Amenhotep III pour transférer la cour dans la nouvelle ville et
promouvoir le culte d'Aton (Toutankhaton, qui deviendra Toutankhamon, choisira, lui, de
promouvoir l'ancien culte d'Amon). La réception des tributs étrangers à Amarna est datée
du IV Peret 8 de l'an 12 d'Amenhotep IV233. Cette célébration inaugurait en fait le culte
d'Aton à Amarna. La date était bien choisie puisqu'elle précède de quelques jours le rayon
solaire apparaissant le IV Peret 13. Les nombreuses jarres de vin exhumées dans cette ville
et datées des années 1 à 4, ainsi que les stèles frontières des années 5 et 6, semblent faire
référence au règne d'Akhenaton apparaissant officiellement à la 12e année d'Amenhotep IV,
soit l'an 1 d'Akhenaton (les stèles de l'an 8 paraissent être posthumes et contemporaines de
Semenkhkaré)234. Comme Akhenaton affirme dans la stèle de l'an 5 que la situation à son
époque est pire que ce qu'a entendu Amenhotep III, il ne s'agissait pas de l'an 5
d'Amenohotep IV, mais de l'an 5 d'Akhenaton, car celui-ci ne parlerait pas en ces termes
du règne d'Amenohotep III si celui-ci vivait encore et partageait le pouvoir avec lui.
Semenkhkaré ayant succédé à Akhenaton, les jarres datées de l'an 1, après l'an 17, doivent
être attribuées235 à Semenkhkaré plutôt qu'à Akhenaton. Malgré le faisceau d'indices en
faveur de la corégence entre Amenhotep III et son fils, la reconstitution sans la corégence
est privilégiée par la plupart des égyptologues. Cependant les synchronismes datés par
l'astronomie confirment la corégence de 11 ans.
Pharaon durée du règne avec la corégence sans la corégence
Amenhotep III 37 ans 10 mois 10/1383-07/1345 10/1383-07/1345
[Amenhotep IV] [11 ans 5 mois] [03/1356-07/1345]
/Akhenaton 5 ans 2 mois 08/1345-10/1340
16 ans 7 mois 08/1345-12/1329 #
Semenkhkaré 1 ans 4 mois 10/1340-02/1338 01/1328-04/1327
[Semenkhkaré] Ankhkhépérouré 2 ans 1 mois 02/1338-03/1336 04/1327-05/1325
Toutankhamon 9 ans 8 mois 03/1336-10/1327 05/1325-12/1316 #
Aÿ 4 ans 1 mois 10/1327-11/1323 01/1316-12/1312
Horemheb 27 ans 2 mois 11/1323-01/1295
17 ans 01/1311-01/1295
Ramsès Ier 1 ans 4 mois 01/1295-05/1294 01/1295-05/1294
Séthy I er 11 ans 06/1294-06/1283 06/1294-06/1283

231 N. GRIMAL - Histoire de l'Égypte ancienne


Paris 1988 Éd. Fayard pp. 301,302.
232 J. GOHARY – Akhenaten's Sed-Festival at Karnak

London 1992 Ed. Kegan Paul International pp. 29-33.


233 M. GABOLDE - D'Akhenaton à Toutânkhamon

Lyon 1998 Éd. Institut d'Archéologie et d'Histoire de l'Antiquité pp. 281-283.


234 F.J. GILES – The Amarna Age: Egypt

2001 Ed. Aris & Phillips pp. 43-45.


235 W.J. MURNANE - Ancient Egyptian Coregencies

in: Studies in Ancient Oriental Civilization 40 (Chicago, 1977) pp. 215-225.


80 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

MORT DE TOUTANKHAMON EN -1327

Toutankhamon est mort l'année où le roi hittite "uppiluliuma Ier conquit le royaume
mitannien de Karkemi!, or cette victoire eut lieu 5 ans avant la mort de "uppiluliuma Ier qui
mourut lors de sa 6e année de guerre. Mur!ili II, jeune fils du roi hittite "uppiluliuma,
succéda à son père après le bref règne du fils aîné Arnuwanda II. Or "uppiluliuma apprit la
mort du pharaon durant sa 1ère année de guerre236 qui dura 6 ans et se termina avec sa
propre mort237. La présence du bref règne d'Arnuwanda II, dont la durée n'est pas précisée,
complique cette chronologie. Or, par chance, le récit des actes de "uppiluliuma précise que
ce roi est mort de la peste (ainsi que son fils Arnuwanda) transmise par des captifs
égyptiens qu'il avait déportés en pays hittite. Ce détail permet une datation, car les
épidémies de peste noire en Europe ont montré que le taux moyen de mortalité était
d'environ 30% de la population totale et de 60 à 100% de la population infectée car les plus
faibles étaient vite tués et que le fléau, dans un endroit donné, ne durait donc en moyenne
que 6 à 9 mois. On peut déduire de ce constat épidémiologique qu'Arnuwanda II ne put
régner que environ 6 mois, soit durant l'année d'accession de Mur!ili II. Dans ses annales,
ce roi mentionne la mort de son père et de son frère aîné durant son accession, tous ces
événements se sont donc déroulés durant une seule campagne, soit entre avril et novembre
au maximum (en -1322)238. Le règne de Mur!ili II peut être daté précisément239 puisqu'au
début de l'an 10 de ce roi il y eut "un présage solaire240", soit une éclipse totale de soleil sur
la capitale hittite Hattu!a. Or, durant cette période, il n'y eut que deux éclipses totales de
soleil241 sur le territoire hittite, celle du 8 janvier -1340242 et celle du 24 juin -1312243 (l'éclipse
du 13 avril -1308 ne peut être retenue, car ce fut une éclipse annulaire de 95% de
magnitude, ce qui signifie qu'elle ne fut pas remarquée par un observateur ordinaire, car les
éclipses d'une magnitude inférieure à 98% passent inaperçues. De plus, la trajectoire de
cette éclipse ne passa pas sur le territoire hittite).
L'éclipse de 1312, qui s'est produite peu après le début de l'année comme le texte du
présage l'indique, est la seule à remplir deux critères déterminants: elle fut totale (magnitude
de 102%) et son trajet passa près d'Hattu!a, la capitale hittite. Si l'année 1312 correspond à
l'an 10 de Mur!ili II, cela implique de dater son accession entre avril 1322 et mars 1321.
Ainsi la mort de Toutankhamon244 eut donc bien lieu en 1327, 5 ans avant le bref règne
d'Arnuwanda II et l'accession de Mur!ili II datée en 1322/1321; par contre, l'éclipse de
1340 impliquerait une mort de Toutankhamon en 1355, soit un désaccord de 28 ans.
Trajectoires des éclipses entre 1320 et 1300 (voir carte ci-desous)245, seule celle du
24 juin -1311* (1312 BCE) fut totale et passa près de la capitale hittite Hattu!a.

236 J.B. PRITCHARD - Ancient Near Eastern Texts


Princeton 1969 Ed. Princeton University Press p. 319.
237 K.A. KITCHEN – Suppiluliuma and the Amarna Pharaohs

Liverpool 1962 Ed. Liverpool University Press pp. 3-5,22,23.


238 T. BRYCE – The Kingdom of the Hittites.

Oxford 2005 Ed. Oxford University Press pp. 154-220.


239 E. WENTE, C. V AN SICLEN - Studies in Honor of George R. Hughes

in: Studies in Ancient Oriental Civilization 39 (Chicago, 1976) p. 249.


240 I. SINGER – Hittite Prayers

Atlanta 2002 Ed. Society of Biblical Litterature pp. 75,77.


241 P.J. H UBER -The Solar Omen of Mursili II

in: Journal of the American Oriental Society 121 (2001) pp. 640-644.
http://eclipse.gsfc.nasa.gov/SEcat5/SE-1399--1300.html
242 http://eclipse.gsfc.nasa.gov/SEsearch/SEsearchmap.php?Ecl=-13390108
243 http://eclipse.gsfc.nasa.gov/SEsearch/SEsearchmap.php?Ecl=-13110624
244 W.L. MORAN - Les lettres d'El Amarna

in: LIPO n°13 Paris 1987 Éd. Cerf pp. 55 note 137.
245 http://eclipse.gsfc.nasa.gov/SEatlas/SEatlas-2/SEatlas-1319.GIF
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 81

Fig. 90 : Trajet des éclipses solaires de -1320 et -1300 (24 juin -1311*)

Les nombreux synchronismes entre les règnes d'Amenhotep III, d'Amenhotep IV,
de Tu!ratta et de "uppiluliuma Ier confirment 1) la corégence de 11 ans entre Amenhotep
III et Amenhotep IV et 2) la mort de Toutankhamon en 1327:
! Égyptiens: Amenhotep III est mort en avril 1345 durant l'an 38 de son règne.
! Mitanniens: Tu!ratta a écrit 7 lettres246 à Amenhotep III (référencées EA 17 à EA 26),
puis 3 lettres à Amenhotep IV (référencées EA 27 à EA 29). Il explique dans sa
première lettre (EA 17) son accession au trône après l'assassinat de son frère
Arta!uwara, puis l'année suivante l'attaque du roi hittite ["uppiluliuma] qu'il réussit à
repousser. La lettre EA 23 (BM 29793) est datée du IV Peret 1 de l'an 36, et la lettre EA
27 est datée du I Peret [5] de l'an [1]2 d'Amenhotep IV. La correspondance avec
Amenhotep III a été intense, car la lettre EA 20 précise que la suivante sera envoyée 6
mois après, impliquant un délai total de 4 ou 5 ans entre la première et la dernière lettre.
Par contre la correspondance avec Amenhotep IV a été plus relâchée puisque la dernière
lettre écrite à Amenhotep IV (EA 29) précise "mes messagers depuis 4 ans", soit un délai
d'au moins 4 ans entre la première et cette dernière lettre. Enfin, "uppiluliuma dans une
lettre à Semenkhkaré (EA 43) mentionne l'assassinat de Tu!ratta.
! Hittites: "uppiluliuma est mort en 1322, ainsi que son fils Arnuwanda II, durant la 6e et
dernière année de la guerre. Les Actes de "uppiluliuma247 mentionnent une période de
20 ans entre cette guerre hourrite de 6 ans et la guerre syrienne de 1 an (KUB 19:9 I). La
préparation de la guerre syrienne couvrit une période de 3 ou 4 ans, après la première
attaque infructueuse contre Tu!ratta, au début de son règne (KBo I:1).
Ces éléments permettent de reconstituer les règnes de "uppiluliuma et de Tu!ratta.
"uppiluliuma est mort en 1322 (ainsi que son fils Arnuwanda II). La 1ère année de la guerre
hourrite de 6 ans remonte donc en 1327 (année de la mort de Toutankhamon). La guerre
syrienne de 1 an doit être datée en 1348, et l'attaque de "uppiluliuma contre Tu!ratta au
début de son règne, soit vers 1352. Tu!ratta a commencé à régner 1 an avant cette attaque,
soit en 1353, et il est mort durant le bref règne de Semenkhkaré248, autour de 1338.
Ces synchronismes impliquent aussi: 1) que la mort d'Akhenaton doit se situer en
1340, soit en l'an 6 de son règne correspondant à l'an 17 d'Amenhotep IV; et 2) que la lettre
EA 9 que Burna-Buria! II envoya à Toutankhamon, peu après son accession, coïncide avec
le début de son règne en 1336, 3 ans avant la mort de Burna-Buria! II en 1333.
246 W.L. MORAN - Les lettres d'El Amarna
in: LIPO n°13 Paris 1987 Éd. Cerf pp. 48,110-190.
247 Dans une de ses lettres (EA 41), "uppiluliuma congratule Semenkhkaré (Khouria) parce qu'il venait de monter sur le trône d'Égypte.
248 J. FREU, M. MAZOYER – Les débuts du nouvel empire hittite. Les Hittites et leur histoire

Paris 2007 Éd. L'Harmattan p. 271.


82 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Astronomie ÉGYPTE MITANNI HITTITE


Amenhotep III Amenhotep IV Tu!ratta "uppiluliuma Ier
1353 31 4 [1]
1352 32 5 [2] 0
1ère attaque
1351 33 6 EA 17, EA 18 1 2
1350 34 7 EA 19, EA 20 2 3
1349 35 8 EA 21, EA 22 3 4
1348 36 9 EA 23, EA 24 4
Guerre de 1 an
1347 37 10 EA 25 1
1346 38 11 EA 26 2
1345 [Akhenaton] 12 EA 27 1 3
1344 2 13 2 4
1343 3 14 EA 28 3 5
1342 4 15 4 6
lever héliaque 1341* 5 (3 mars)* 16 EA 29 7
1340 6 17 8
1339 Semenkhkaré 1 [15] 9 (EA 41)
éclipse de soleil 1338* (14 mai)* 2 10 (EA 43)
1337 Ankhkhépérouré 3 11
1336 Toutankhamon 1 (EA 9) 24 12
1335 2 25 13
1334 3 26 14
1333 4 (Burna-Buria! II) 27 15
1332 5 16
1331 6 17
1330 7 18
1329 8 19
1328 9 20
1327 10 Guerre de 6 ans
1326 Aÿ 1 2
1325 2 3
1324 3 4
1323 4 5
1322 Horemheb 1 Arnuwanda II 6
1321 2 Mur!ili II 1
1320 3 2
1319 4 3
1318 5 4
1317 6 5
1316 7 6
1315 8 7
1314 9 8
1313 10 9
éclipse de soleil 1312* 11 10 (24 juin)*

Selon cette reconstitution249 "uppiluliuma aurait régné de 1352 à 1322, et Tu!ratta


de 1353 à 1339. Or, la lettre EA 17, écrite juste après l'attaque de "uppiluliuma (que
Tu!ratta a repoussée), doit être datée de 1351, ce qui implique de dater la lettre EA 23 en
1348, ce qui coïncide effectivement avec l'an 36 d'Amenhotep III. Un autre synchronisme
confirme cette date250. La correspondance du "régent" de Byblos atteste que Tu!ratta et les
Hourrites ont mené une vigoureuse contre-attaque au cours des mois qui ont suivi le raid
hittite (mentionné en EA 75), ont pénétré en Amurru et ont avancé en direction de Byblos
249 Correspondance des prénoms (Eg. / Ak.): Thoutmosis III (Menkheperré / Manakhpiya); Amenhotep III (Nebmaatré / Ni[b]muariya);
Akhenaton (Neferkhépérouré / Napkhouriya); Toutankhamon (Nebkhépérouré / Nibkhouriya); Semenkhkaré (Ankhkhépérouré / [Nip] Khouriya).
(voir A. DODSON – Were Nefertiti & Tutankhamen Coregents? in: KMT a Modern Journal of Ancient Egypt n° 20:3 (2009) p. 48).
250 J. FREU – La chronologie du règne de Suppiluliuma

in: Silva Anatolica. Anatolian Studies Presented to Maciej Popko (Warsaw 2002) pp. 87-107.
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 83

(EA 85:51-55). L'Amurru a été pillé (EA 86:8-12), et Abdi-Ashirta, malade, (EA 95:41-42) a
négocié avec Tu!ratta (EA 90:19-20). Celui-ci a reconnu que l'Amurru, trop vaste pour lui,
était une "possession" de pharaon (EA 95:27-31). Les précisions chiffrées (2 et 3 ans)
permettent de dater ces événements de l'an 35 et 36 d'Amenhotep III. Ils ont coïncidé avec
la conclusion du mariage entre ce dernier et Taduhepa, la fille de Tu!ratta (EA 22-23-24).
L'an 36 d'Amenhotep III tombe donc en -1348.
La lettre EA 27 doit être datée en -1345 et correspond donc à l'an 12 d'Amenhotep
IV puisque celui-ci est mort en -1340 dans sa 17e année de règne. Le contenu de cette lettre
appuie cette conclusion. En effet, la demande de Tu!ratta ne s'explique que si Amenhotep
III, le père d'Amenhotep IV, était mort depuis peu (quelques mois au maximum)251; de
plus, la préparation d'une grande fête kimru avec l'envoi de cadeaux correspond aux tributs
étrangers qui furent reçus le IV Peret 8 de l'an 12. Or cette lettre comporte une inscription
en hiératique: [année 1]2 I Peret [5..] (les parties grisées sont des reconstitutions):
Fig. 91 : Tablette EA 27. Date du I Peret [5] de l'an [1]2 d'Amenhotep IV

[an 1]2 I Peret [5 [an]2 I Peret [5

La lecture "an 2" impliquerait une corégence


de 1 an, puisque l'année 2, et non 1, suivrait l'année
38 d'Amenhotep III. La lecture "an 12" est
préférable252 à "an 2253" pour la raison suivante: le
signe qui apparaît avant le "2" ne peut être qu'un
résidu du signe "10" et non du signe "an254" car
parmi les 99 inscriptions en hiératique trouvées à el-
Amarna255 et publiées par Petrie, seulement deux
(n°27, n°37) pourraient correspondre à la
reconstitution "an 2". Cette lecture exceptionnelle et
donc anormale, utilisée pour une reconstitution qui
serait elle aussi anormale, élimine ce choix. Le scribe
égyptien qui a écrit les dates sur des lettres EA 23256
et EA 27 fut sans doute le même. Or l'an 36 est écrit
normalement: le mot "an" est bien écrit avec le
hiéroglyphe "ô" et non "•".
Fig. 92 : Tablette EA 23. Date du IV Peret 1 de l'an 36 d'Amenhotep III

251 W.L. MORAN - Les lettres d'El Amarna


in: LIPO n°13 Paris 1987 Éd. Cerf pp. 53,171-176.
252 F.J. GILES – The Amarna Age: Egypt

2001 Ed. Aris & Phillips pp. 30-34.


C. ALDRED – Akhenaton le pharaon mystique
1969 Ed. Tallandier pp. 113-115.
253 A.F. RAINEY – The ‘Amârnah Texts a Century after Flinders Petrie

in: Ancient Near Eastern Studies XXXIX (2002) pp. 53,54.


254 W. FRITZ – Bemerkungen zum Datierungsvermerk auf der Amarnatafel KN 27

in: Studien zur altägyptischen Kultur 18 (1991) pp. 207-214.


255 W.M.F. PETRIE – Tell El Amarna

London 1894 Ed. Methuen & Co. pp. 32-34, planches XXII-XXV.
256 L. WATERMAN – Royal Correspondence of the Assyrian Empire Vol. 4

Ann Arbor 1936 Ed. University of Michigan Press plate 4 n°11.


84 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

MORT D'AMENHOTEP IV EN -1340

La reconstitution précédente implique de dater la mort d'Amenhotep IV en -1340


et celle de Semkhkaré autour de -1338, dates qui peuvent être confirmées par l'astronomie.
La reconstitution exacte de l'interrègne entre Akhenaton et Toutankhamon est
controversée. Il est probable qu'après la mort d'Amenhotep IV (Akhenaton), Semenkhkaré
(peut-être un frère d'Akhenaton ?) lui ait succédé pendant un bref règne d'environ 1 an et 4
mois. A la mort de Semenkhkaré, sa veuve Merytaton a vraisemblablement poursuivi le
règne de son mari au moins pendant 2 ans sous le nom d'Ankhkhépérouré (cas similaires
avec Taousert, l'épouse de Séthy II, qui a poursuivi le règne de Siptah après la mort de ce
dernier, et avec Hatshepsout, l'épouse de Thoutmosis II, qui a poursuivi le règne de son
mari au nom de son neveu Thoutmosis III).
Amenhotep IV est mort au bout de 17 ans de règne, en l'an 6 d'Akhetaton, cette
donnée étant comprise comme "en l'an 6 de la ville d'Akhenaton", mais cette ville se
confondait avec le nouveau pharaon. En tenant compte de la corégence de 11 ans, on
constate la similitude entre la durée de 6 ans de cette ville et celle du règne seul
d'Akhenaton (= 17 - 11). Ce règne peut être daté grâce à une indication provenant d'un
temple dédié au culte solaire qu'il fit construire (petit temple d'Aton). En effet, il fit ériger
un autel dans El-Amarna pour célébrer le lever d'Aton, le dieu représentant le soleil. Or ce
temple (latitude 27°38'43"N, longitude 30°53'47"E) est orienté précisément en direction
d'une échancrure dans la montagne257, visible à l'horizon (azimut de 103°)258.

Fig. 93 : Temple d'Akhenaton aligné sur l'échancrure d'une montagne

Le nom de cette ville Akhet-Aton (3ht-'itn) signifie "endroit où le disque solaire se


lève [horizon d'Aton]" représenté par le hiéroglyphe imitant exactement le soleil
apparaissant dans l'échancrure de la montagne. Ce temple fut inauguré le IV Peret 13 en
l'an 5 d'Akhenaton, et commémoré en l'an 6 à la même date259. Le fait que le temple soit
orienté exactement dans l'axe du Wadi royal260 laisse supposer que Akhenaton choisit, pour
inaugurer la ville, le jour précis où le soleil se levait dans l'échancrure de cette montagne,
illuminant le temple tel un faisceau laser. La simulation du lever de soleil observé à cet
endroit précis261 (au 14e siècle avant notre ère) indique qu'il apparaissait à 4h38 UT dans
l'échancrure de la montagne (d'un diamètre apparent de 0,9°, celui du soleil étant de 0,5°)
257 M. GABOLDE – Amarna : la ville du soleil
in: Les grands secrets de l'archéologie n°9 septembre-octobre 2008 pp. 24-31.
258 http://earth.google.fr/ http://larrey.monique.neuf.fr/PDFleo.pdf (page 25 photo M. Gabolde).
259 W.J. MURNANE - The "First Occasion of the Discovery" of Akhet-Aton

in: Studien zur Altägyptischen Kultur 14 (1987) pp. 239-246.


260 D.P. SILVERMAN, J.W. WEGNER, J.H. WEGNER – Akhenaten and Tutankhamun Revolution and Restoration

Philadelphia 2006 Ed. University of Pennsylvania Museum of Archaeology pp. 43-55.


261 R.A. WELLS - The Amarna M,X,K Boundary Stelae Date: A Modern Calendar Equivalent

in: Studien zur Altägyptischen Kultur 14 (1987) pp. 313-333.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 85

seulement 2 jours dans l'année: le 3 /4 mars et le 5/6 novembre, car le trajet apparent du
soleil dérive d'environ 0,4° par jour à l'horizon (0° d'altitude) pour aller alternativement
entre les deux positions extrêmes atteintes aux solstices les 1er janvier et 5 juillet, l'équinoxe
de printemps tombant le 2 avril262 (à cette époque).
période: 2005 -1345-1342 -1341-1338 -1337-1334
passage à l'azimut de 102,7° 18 février 3 mars 3 mars 3 mars
date du IV Peret 13 - 4 mars 3 mars 2 mars
équinoxe de printemps 20 mars 2 avril 2 avril 2 avril

Fig. 94 : Lever du soleil à l'azimut de 103° vu du temple d'Akhenaton

Cette coïncidence du 3 mars se produit aujourd'hui au 18 février [azimut 102,7° à


l'horizon 0°]263, la trajectoire apparente du soleil se dirigeant vers le solstice d'été du 5 juillet.
Le calendrier égyptien étant exactement de 365 jours, il dérivait donc de 1 jour tous les 4
ans par rapport à l'année solaire vraie de 365,24 jours [soit une dérive d'environ 0,1° par
an]. Cela implique que l'équation de dates IV Peret 13 = 3 mars264 [jour de l'illumination
solaire du temple] n'a été satisfaite que pendant 4 années, soit de 1341 à 1338. Comme la
commémoration du IV Peret 13 s'est arrêtée à la 6e année d'Akhenaton (pas de 7e année),
on peut supposer qu'il s'agissait de la dernière année de son règne (soit la 17e année à partir
de sa corégence). L'accession d'Akhenaton étant située autour du I ou II Peret, sa 5e année
commençait vers janvier 1341 et sa 6e année vers janvier 1340265. La reconstitution
complète de la période allant de 1347 à 1336 est la suivante:
262 http://www.imcce.fr/fr/grandpublic/temps/saisons.php
On remarque que l'équinoxe de printemps tombe exactement 30 jours (1 mois égyptien) après le passage du soleil dans l'échancrure.
263 http://www.imcce.fr/fr/ephemerides/phenomenes/rts/index.php
264 L'autre possibilité IV Peret 13 = 5 novembre n'a pas de solution au 14e siècle avant notre ère.
265 La stèle posthume de l'an 8 a donc été complétée dans la dernière année du cycle de 4 ans, soit en 1338.
86 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

1347 1 VI 36 Amenhotep III


2 VII Amenhotep IV
3 VIII *** 10 lettre EA 23 de Tu!ratta à Amenhotep III
4 IX
5 X
6 XI
7 XII
8 I
9 II
10 III 37
11 IV
12 V
1346 1 VI
2 VII
3 VIII 11
4 IX
5 X
6 XI
7 XII
8 I
9 II
10 III 38
11 IV
12 V
1345 1 VI
2 VII
3 VIII 12
4 IX
5 X
6 XI
7 XII mort d'Amenhotep III
8 I 1 Akhénaton [Amenhotep IV]
9 II
10 III
11 IV
12 V *** lettre EA 27 de Tu!ratta à Amenhotep IV le [5]/V/12
1344 1 VI
2 VII réception des tributs étrangers le 8/VIII/12
3 VIII 2 [13]
4 IX
5 X
6 XI
7 XII
8 I
9 II
10 III
11 IV
12 V
1343 1 VI
2 VII
3 VIII 3 [14]
4 IX
5 X
6 XI
7 XII
8 I
9 II
10 III
11 IV
12 V
1342 1 VI
2 VII
3 VIII 4 [15]
4 IX
5 X
6 XI
7 XII
8 I
9 II
10 III
11 IV
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 87

12 V
1341 1 VI
2 VII
3 VIII 5 [16] lever du soleil à l'azimut 103° daté du 13/VIII/5
4 IX (3 mars 1341) inauguration du temple, stèle de l'an 5
5 X
6 XI
7 XII
8 I
9 II
10 III
11 IV
12 V
1340 1 VI
2 VII
3 VIII 6 17 lever du soleil à l'azimut 103° daté du 13/VIII/6
4 IX (3 mars 1340) stèle de l'an 6
5 X
6 XI
7 XII
8 I
9 II mort d'Akhenaton
10 III 1 Semenkhkaré (règne de 1 an 4 mois)
11 IV
12 V
1339 1 VI
2 VII
3 VIII [7] (pas de stèle de l'an 7 d'Akhenaton) lettre EA 41 de
4 IX "uppiluliuma à Semenkhkaré pour le féliciter d'être roi
5 X
6 XI
7 XII
8 I
9 II lettre EA 43 de "uppiluliuma à Semenkhkaré qui
10 III 2 mentionne l'assassinat de Tu!ratta
11 IV
12 V
1338 1 VI mort de Semenkhkaré, son épouse poursuit son règne
2 VII [Semenkhkaré] Ankhképérouré (règne de 2 ans 1 mois)
3 VIII 8 stèle posthume de l'an 8 d'Akhenaton (Akhetaton)
4 IX
5 X *** éclipse totale de soleil sur Akhénaton le 14 mai 1338
6 XI Ankhképérouré écrit à "uppiluliuma pour lui demander un
7 XII de ses fils pour mari (Actes de "uppiluliuma frag. 28 III:11-15)
8 I
9 II
10 III 3
11 IV
12 V
1337 1 VI
2 VII
3 VIII
4 IX
5 X
6 XI
7 XII
8 I graffito daté du 1/III/3 d'Ankhképérouré mentionnant
9 II l'éclipse de soleil
10 III 1
11 IV 2
12 V 3
1336 1 VI 4
2 VII 5
3 VIII 1 Toutankhamon
4 IX
5 X
6 XI
7 XII
8 I *** lettre EA 9 de Burna-Buria! II à Toutankhamon
9 II (Burna-Buria! II est mort en 1333)
10 III
88 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Le scénario le plus vraisemblable, fondé sur les synchronismes des chronologies


hittite et mitanienne, semble donc être le suivant266: Semenkhkaré (peut-être un frère
d'Akhenaton?) aurait succédé à son frère et serait mort après un bref règne de 1 an et 4
mois (la peste qui devint endémique pourrait expliquer pourquoi la mortalité était élevée à
cette époque). Sa veuve Merytaton aurait ensuite régné 2 ans et 1 mois au nom de son mari,
d'abord sous le nom féminin d'Ankh[et]kheperouré puis sous Ankhkhépérouré, le même
nom mais au masculin, après un éventuel mariage avec le prince hittite Zannanza (qui fut
assassiné, peut-être par Aÿ). Les autres explications possibles de cet imbroglio ne modifient
pas fondamentalement la trame chronologique des différents règnes. Bien qu'elle soit
surprenante, la précision de Josèphe "Akenchéris fille d'Orus [Akhenaton] régna [1]2 ans et
1 mois" se révèle donc exacte. En effet, Semenkhkaré apparaît marié avec Merytaton (qui
était effectivement une fille d'Akhenaton) sur une stèle de l'an 12 d'Amenhotep III et
semble avoir succédé à Akhenaton. Comme il apparaît également sur une autre stèle (sous
des traits efféminés) en compagnie d'Akhenaton, cela a laissé croire à une corégence.
Les actes de "uppiluliuma nous apprennent qu'après la mort d'Akhenaton la veuve
apeurée de Semenkhkaré (écrit [P]Niphourouriya) réclamait un fils à ce roi hittite pour qu'il
devienne pharaon en Égypte. La reconstitution chronologique de cette période donne la
succession suivante: L'éclipse totale de soleil (du 14 mai -1338) sur la ville d'Akhenaton,
citée allusivement dans un graffito d'un prêtre d'Amon267 daté du III Akhet 10 de l'an 3
d'Ankhkhépérouré268 (1er août -1337), pourrait expliquer le comportement étrange de cette
reine pour disposer d'un roi sur le trône d'Égypte et aussi le changement envers le culte
solaire à partir de cette époque (Aton étant remplacé par Amon). Cet imbroglio explique la
difficulté qu'a dû rencontrer Manéthon, ou un de ses précurseurs, pour extraire une durée
précise de ces règnes. Sans date d'ancrage, il est en effet très difficile de reconstituer ces
corégences, réelles ou apparentes, ce qui entraîne une incertitude majeure dans la datation.
Aujourd'hui encore, l'interprétation "classique" des documents égyptiens est souvent
ambiguë, car la représentation d'un pharaon avec d'autres personnages pouvait être
contemporaine mais aussi posthume, le document pouvait avoir été re-gravé ou réutilisé
par un pharaon ultérieur (questions très disputées), etc.
Face à ces difficultés récurrentes, une remarque fondamentale s'impose: l'analyse
classique des textes ne permet pas une reconstitution chronologique précise. Comme
l'indique Gabolde dans son introduction: La proposition qui paraissait, d'emblée, la plus
vraisemblable pour expliquer ce monument, est donc celle qui doit être rejetée (...) les textes peuvent-ils
«mentir» ? Répondre par l'affirmative est délicat car toute la confiance que l'on doit porter au témoignage
écrit est ébranlée. Mais affirmer que les textes disent toujours la vérité est plus embarrassant encore (...) j'ai
supposé qu'un texte retrouvé dans la capitale des Hittites rapportait peut-être des propos délibérément
trompeurs de la part de la reine d'Égypte (...) Cette attitude oblige à recourir parfois à des explications plus
imaginatives des documents. Et il conclut: La spéculation en la matière fait nécessairement partie de la
méthode (...) Les efforts pour faire coïncider les éléments d'une chronologie relative et les dates qui
apparaissent ça et là sont souvent désespérés269. Effectivement une reconstitution chronologique
fondée uniquement sur l'exégèse des textes, sans date absolue ou synchronisme, ne permet
pas d'obtenir une solution unique et de départager les différentes interprétations. Seule une
reconstitution fondée sur des synchronismes datés par l'astronomie permet l'élaboration
d'une chronologie (les dates calculées grâce aux jours lunaires datés sont soulignées et celles
266 M. GABOLDE - Les portraits d'une reine pharaon
in: Akhénaton et l'époque amarnienne Éd. Khéops et centre d'égyptologie pp. 261-286.
267 «Comme tu [Amon-Rê] m'as fait voir les ténèbres qui sont tiennes de donner, fais pour moi la lumière afin que je puisse te voir».
268 W.J. MURNANE – Texts from the Amarna Period

Atlanta 1995 Ed. Society of Biblical Literature pp. 207,208.


269 M. GABOLDE - D'Akhenaton à Toutânkhamon

Lyon 1998 Éd. Institut d'Archéologie et d'Histoire de l'Antiquité pp. 5,6,278,280.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 89

calculées grâce à des synchronismes datés par l'astronomie ont un astérisque. La fin de la
XVIIe dynastie doit donc être datée en -1530):
Pharaon durée du règne date du règne
XVIIIe
dynastie (1530 – 1295)
Ahmosis 25 ans 4 mois 04/1530-07/1505
Amenhotep Ier 20 ans 7 mois 08/1505*-02/1484
Thoutmosis I er 12 ans 9 mois 02/1484-11/1472
Thoutmosis II 3 ans 08/1472-07/1469
[Hatshepsout] [21 ans 9 mois] [08/1472-04/1450]
Thoutmosis III 53 ans 11 mois [08/1472-07/1469]
- [2 ans 8 mois] 08/1469-03/1418
[Thoutmosis III/ Amenhotep II] [2 ans 4 mois] [11/1420-03/1418]
Amenhotep II 25 ans 10 mois 04/1418-02/1392
Thoutmosis IV 9 ans 8 mois 02/1392-10/1383
Amenhotep III 37 ans 10 mois 10/1383-07/1345
[Amenhotep IV] [11 ans 5 mois] [03/1356-07/1345]
/Akhenaton + 5 ans 2 mois 08/1345-10/1340*
Semenkhkaré 1 an 4 mois 10/1340-02/1338*
[Semenkhkaré] Ankhkhépérouré 2 ans 1 mois 02/1338-03/1336
Toutankhamon 9 ans 8 mois 03/1336-10/1327*
Aÿ 4 ans 1 mois 10/1327-11/1323
Horemheb [ancien régent] 14 ans 11/1323-11/1309
Horemheb [pharaon] 13 ans 2 mois 12/1309-01/1295
Ramsès Ier 1 an 4 mois 01/1295-05/1294
Séthy I er 11 ans 06/1294*-06/1283
Ramsès II 67 ans 2 mois 06/1283*-07/1216

MORT DE SEQENENRE TAA EN -1533

La transition entre la XVIIe et la XVIIIe dynastie fut une période extrêmement


troublée270 puisque: (1) le prince héritier Iahmès Sapaïr, fils aîné de Séqenenrê T[hot]aa,
meurt sans raison apparente à l'âge de 10 ans et bénéficiera d'un culte qui durera environ
500 ans; (2) le pharaon Séqenenrê Taa meurt peu après dans des conditions catastrophiques
non révélées; (3) Kamosis, le frère de Séqenenrê Taa271, assure un interrègne d'environ 3
ans, car Ahmosis le fils cadet de Séqenenrê Taa est âgé d'environ 1 an, puis disparaît
apparemment de façon accidentelle; (4) Ahmosis, âgé d'environ 4 ans, est intronisé, mais sa
mère Ahhotep, la femme de Séqenenrê Taa, assure la régence; (5) puis, vers l'an 18 de son
règne, Satkamose sa 1ère femme meurt, il se remarie avec Iahmès Néfertari272; (6) sa mère
meurt, peut-être vers l'an 20, et naissance d'Amenhotep Ier. Cette année (an 20 d'Ahmosis)
marque une nouvelle ère pour les Égyptiens, car le signe de la lune, constitué d'un croissant
bombé vers le bas durant la XVIIe dynastie, changera de forme et deviendra définitivement
bombé vers le haut à partir de l'an 20 d'Ahmosis (entre 18 et 22, selon Vandersleyen).
Durant la période allant de l'an 1 à 20 d'Ahmosis, la reine Ahhotep a exercé la régence:
Louez la dame du pays [Égypte], la souveraine des rives de Haou-Nebout, dont le nom est élevé sur tous
les pays étrangers, qui prend les décisions à l'égard du peuple, épouse de roi, sœur d'un souverain [Séqenenrê
270 C. VANDERSLEYEN – Les guerres d'Ahmosis
Bruxelles 1971 Éd. Fondation égyptologique reine Élisabet pp. 135-137,191-196,205-228.
271 M. DESSOUDEIX – Chronique de l'Égypte ancienne

Paris 2008 Éd. Actes Sud p. 252.


272 T. STASSER – La famille d'Amosis

in: Chronique d'Égypte LXXVII (2002) Fasc. 153-154 pp. 23-46.


90 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Taa], vie, santé, force! fille de roi, vénérable mère du roi [Ahmosis], qui est au courant des affaires, qui
unit l'Égypte; elle a ramené ses fugitifs, elle a regroupé ses dissidents; elle a pacifié la Haute Égypte, elle a
repoussé ses rebelles; l'épouse de roi, Ahhotep, en vie (Urk. IV 21).
Selon cette reconstitution, Séqenenrê T[hot]aa serait mort
autour de -1533 dans des conditions obscures, car les Égyptiens sont
muets sur sa disparition, coïncidant pourtant avec un événement
majeur de leur histoire: le départ des Hyksos. Selon le conte d'Apopi et
de Séqenenrê, le roi Apopi aurait déclenché les hostilités contre le
souverain Séqenenrê. L'état de sa momie montre que ce pharaon est
mort de manière violente (âgé entre 30 et 40 ans), notamment sa tête
qui témoigne de graves blessures (photo ci-contre), et qu'il s'est écoulé
un temps assez long avant sa momification. Vandersleyen précise:
Séqénenré eut un héritier, le prince Iahmès. Las! Il est mort à six ans et son père a
suivi de près (...) Très rapidement son culte s'est formé [et durera jusqu'au début de
la 21e dynastie] et il est le premier de la «grande famille» royale de la fin du 17e et du début de la 18e
dynastie à avoir été l'objet d'un culte, avant Amenhotep Ier et Iahmès Néfertari (...) Les inscriptions de la
statue révèlent que ce prince est le fils aîné de Séqénenré Djéhouty-Aa (...) La statue est exceptionnelle à
plusieurs points de vue. C'est une grande statue de 1,035 m de haut, ce qui est remarquable à un moment
où il n'y a quasi aucune statue! Elle témoigne d'un chagrin familial; le prince est évidemment mort
prématurément puisqu'il est regretté par sa mère et ses deux sœurs, et par le roi son père. C'est un cas
unique dans toute l'histoire de l'Égypte pharaonique qu'un roi déclare sa paternité et s'adresse directement à
son fils, en utilisant la deuxième personne273.
L'âge d'Ahmosis à la mort de son père (environ 1 an) ainsi que la durée du règne de
Kamosis (environ 3 ans) se déduisent de l'état de la momie d'Ahmosis qui indique un décès
entre 25 et 30 ans274. En retranchant à cette valeur la durée de son règne de 25 ans et 4
mois et celle d'environ 3 ans de Kamosis (durée maximum), ce calcul donne environ 1 an
(= 30 ans – [25 ans + 4 mois + 3 ans]). Pendant ces 3 ans, Ahmosis a été prince héritier, en
tant que dernier fils de Séqenenrê Taa, et Kamosis, en tant que frère de Séqenenrê Taa, a
été le tuteur de ce prince héritier. Cet imbroglio explique les anomalies suivantes:
! Bien que libérateur de l'Égypte, en s'étant opposé aux Hyksos et ayant vaincu les
Nubiens, Kamosis n'est pas le 1er roi de la XVIIIe dynastie mais c'est Ahmosis.
! Dans sa biographie le soldat Iâhmès fils d'Abana relate ses états de service en
commençant par Séqenenrê puis passe directement à Ahmosis, sans mentionner
Kamosis. De plus, Séqenenrê est qualifié de roi de Haute et Basse Égypte et Ahmosis de
seigneur des Deux Terres. Enfin, le sac d'Avaris avec sa prise de butin, effectué sous
Kamosis, est décrit sous Ahmosis ainsi que le siège de Sharouhen. Ce siège est daté de
l'an 3 (unique date du récit) comme dans la stèle de Kamosis. Iâhmès, fils d'Abana,
précise: Alors, je fus emmené à bord du navire “le Septentrion”, étant donné mon excellence, je
marchai à la suite du souverain v.i.s. lorsqu'il se déplaçait sur son char. On mit le siège devant la cité
d'Avaris et je me comportai vaillamment, à pied, devant Sa Majesté (...) On fit le sac d'Avaris et j'en
rapportai du butin: 1 homme et 3 femmes, au total 4. Sa Majesté me les attribua comme esclaves. On
investit Sharouhen en l'an 3 et Sa Majesté la mit à sac. Alors je ramenai du butin: 2 femmes et 1
main et on m'accorda l'or de la bravoure (...) Et ensuite, Sa Majesté massacra les Bédouins du Sinaï.
Elle remonta le Nil jusque Khenthennefer afin d'anéantir les Nubiens nomades. Sa Majesté accomplit
un grand massacre parmi eux.
273 C. VANDERSLEYEN - Iahmès Sapaïr
Paris 2006 Éd. Safran pp.14-18,27.
274 I. SHAW, P. NICHOLSON – The Dictionary of Ancient Egypt

London 1995 Ed. The British Museum Press p. 18.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 91

! Une hache d'Ahmosis le représente adulte en trait de vaincre les Hyksos, alors que c'est
Kamosis qui est censé les avoir expulsés, selon la stèle de l'an 3.
! Sur deux graffiti trouvés à Tochka et Arminna, en aval de Bouhen, apparaissent les
noms de Kamosis et d'Ahmosis, suivis respectivement de deux « fils royaux »
prénommés Téti et Djéhouty, ce qui laisserait croire à une corégence275.
! Dans la stèle du guerrier Iâhmès à Bouhen, Kamosis est qualifié de prince victorieux et
non de roi de Haute et Basse Égypte.
! Le qualificatif "le Souverain" (pa héka) est parfois inscrit dans le deuxième cartouche à la
place du nom Kamosis. Pratique encore attestée pour son successeur Ahmosis.
! Dans la stèle d'Emheb à Edfou relatant l'affrontement à Avaris, l'an 3 est anonyme et il
y a un dualisme curieux entre "dieu" et "prince" concernant le titre du souverain.
! Dans la stèle de Kamosis à Bouhen, magré son état lacunaire, le titre de roi de Haute et
Basse Égypte est cette fois attribué à Kamosis comme dans la stèle de l'an 3.
! Le sarcophage de Kamosis fut doté de riches objets dont certains portent le nom
d'Ahmosis.
! Une chronologie royale, livrée dans un document privé de la troisième période
intermédiaire, donne le roi Apopi comme prédécesseur immédiat d'Ahmosis.
La mort quasi simultanée du pharaon et de son prince héritier a posé un problème
de succession car Kamosis, le frère de Séqenenrê, dû assurer la tutelle du jeune Ahmosis
alors âgé d'environ 1 an. Le papyrus Mathématique Rhind (ci-dessous)276 contenant la date
du IV Akhet de l'an 33 du roi Apopi277 et de l'an 11 de [Séqenenrê], décrit brièvement la
chute d'Avaris et les évènements qui s'ensuivirent.
Fig. 95 : Papyrus Mathématique Rhind, an 33 du pharaon Apopi et an 11 de [Séqenenrê]

Ce vaste traité mathématique est une copie


d'un document rédigé sous le pharaon Amenemhat
III. De façon très surprenante, le scribe a ajouté au
centre d'un blanc la note suivante, qui n'a aucun
rapport avec les mathématiques (ce scribe a sans
doute voulu garder une trace de ces événements
mémorables et n'a pas hésité à les inclure dans un
traité mathématique de grande valeur)278:
An 11, II Shemou (1); on est entré dans Héliopolis. I
Akhet 23; le prince du sud a attaqué Tjarou (Tell
Héboua?). Le 25 on a entendu dire qu'on était entré
dans Tjarou. An 11, I Akhet 3; naissance de Seth [3e
jour épagomène (néfaste)] sa voix est donnée par la
majesté de ce dieu (il a tonné); Naissance d'Isis [4e jour
épagomène]; le ciel a fait de la pluie.

275 K.S.B. RYHOLT – The Political Situation in Egypt during the Second Intermediate Period c. 1800-1500 B.C.
Copenhagen 1997, Ed. Carsten Niebuhr Institute Publications Vol. 20 pp. 273-274.
276 M. DESSOUDEIX – Lettres égyptiennes. La naissance du Nouvel Empire de Kamosis à Thoutmosis II

Paris 2010 Éd. Actes Sud pp. 62-64.


277 J. VON BECKERATH – Untersuchungen zur politischen Geschichte der Zweiten Zwischenzeit in Ägypten

Glückstadt 1964 Ed. Verlag J.J. Augustin pp.270-279.


278 C. L ALOUETTE – Thèbes ou la naissance de l'empire

Paris 1986 Éd. Arthème Fayard p.125.


C. BARBOTIN – Âhmosis et le début de la XVIIIe dynastie
Paris 2008 Éd. Pygmalion pp. 180-182, fac-similé du papyrus Rhind p. 145.
92 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Puisque Apopi a régné 40 ans, selon le Canon de Turin, l'an 33 renvoie donc à une
date antérieure à la chute d'Avaris. La date de l'an 11 comporte deux anomalies: 1) le nom
du pharaon est absent et 2), les années de règne étant comptées à partir du I Akhet 1 (avant
la XVIIIe dynastie), on aurait dû avoir la date "An 12, I Akhet 3" après celle de "An 11, II
Shemou". Cet oubli et cette erreur paraissent inexplicables puisque l'an 33 est bien spécifié.
Comme ce pharaon anonyme appartient manifestement à la fin de l'ère Hyksos, les
spéculations sur son identification ont été nombreuses: an 11 de Khamoudy, ou de
Yeneses, ou d'Ahmosis279. En fait, la solution est triviale: le pharaon et son prince héritier
étant morts presqu'en même temps, il n'y avait plus personne sur le trône d'Égypte lors de
l'évacuation d'Avaris à ce moment précis, le scribe a donc daté sa note d'un an 11
posthume. Deux éléments appuient cette conclusion: Séqenenrê étant mort, les opérations
de police dans le Delta n'ont pu commencer qu'après la date du II Shemou (papyrus Rhind)
correspond à juin en -1533. De plus, la note est précédée d'un contrat d'approvisionnement
où apparaît: [Son] frère, le régisseur Kamosis. Le clergé égyptien a vraisemblablement confié la
mission du rétablissement de l'ordre à Kamosis, le frère cadet de Séqenenrê encore en
vie280, plutôt qu'au dernier fils de ce pharaon, le très jeune enfant Ahmosis281.
La carrière de Kamosis est étrange. Le fait qu'il ait porté trois noms d'Horus est
exceptionnel282 (cas unique pour la XVIIe dynastie). Il semble que ces noms soient à mettre
en relation avec ses trois années de règne. Le siège de Sharouhen283 est de l'an 3 (unique
date du règne de Kamosis), or, peu après le jeune pharaon Ahmosis reprend les actions de
pillage de Sharouhen à son compte et mène sensiblement les mêmes actions contre les
anciens bastions Hyksos. Dans la stèle de l'an 3, Kamosis menace d'envoyer sa cavalerie
contre Apopi, le prince du Retenou, or comme il n'a pu exécuter ses menaces, il a dû
mourir peu après cette 3e année de règne. De plus, la simplicité de son cercueil paraît être le
signe d'une mort accidentelle ou du moins impromptue. Ainsi, au bout de 3 ans Ahmosis,
le dernier fils de Séqenenrê Taa, commença à régner sous la régence de sa mère car il n'était
encore qu'un jeune enfant (âgé autour de 4 ans). Kamosis a donc eu un statut très spécial
puisque, selon cette reconstitution, il aurait été pharaon, mais en tant que tuteur du jeune
Ahmosis, le nouveau prince héritier après la mort de Iahmès Sapaïr, le fils aîné de
Séqenenrê Taa. Bien que frère de Séqenenrê Taa, Kamosis n'apparaît pas sur une fresque
représentant la famille royale284. De même Sénakhtenrê, le père de Taa, est absent.
Le statut du prince Iahmès Sapaïr devait être spécial puisqu'il a été circoncis285
malgré son jeune âge286 et qu'il a reçu un culte posthume pendant près de 500 ans. Après le
décès de Kamosis, Ahhotep, l'épouse du roi Séqenenrê, sera la régente d'Ahmosis jusqu'à
l'an 20, date qui marque le basculement vers le bas du hiéroglyphe de la lune. La
reconstitution chronologique peut s'appuyer sur deux dates: 1) accession d'Ahmosis autour
d'avril -1530 et 2) début du règne de Kamosis 3 ans plus tôt, en -1530, après la mort de
Séqenenrê Taa, peu avant juin (II Shemou), selon la papyrus Rhind.

279 A. SPALINGER – The Rhind Mathematical Papyrus


in: Studien zur Altägyptischenkultur 17 (1990) 334-337.
280 K.S.B. RYHOLT – The Political Situation in Egypt during the Second Intermediate Period c. 1800-1500 B.C.

Copenhagen 1997, Ed. Carsten Niebuhr Institute Publications Vol. 20 p. 309.


281 Tous les enfants de Séqenenrê Taa, garçons et filles, s'appelaient Ahmosis (Iahmès).
282 N. GRIMAL - Histoire de l'Égypte ancienne

Paris 1988 Éd. Fayard p. 254.


283 L. H ABACHI – The Second Stela of Kamose and his Struggle against the Hyksos Ruler and his Capital

Glückstadt 1972 Ed. Verlag J.J. Augustin pp.31-67.


284 A. DOSON, D. HYLTON – The Complete Royal Families of Ancient Egypt

2010, pp. 122-126).


285 G. ELLIOT SMITH – Catalogue Général Antiquités Égyptiennes du Musée du Caire: The Royal Mummies. Vol. 59

Le Caire 1912 Éd. Institut Français d'Archéologie Orientale p. 25.


286 Ce geste requis pour attester la pureté envers les dieux n'était habituellement pratiqué qu'à la puberté.
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 93

An [1] [2]
-1534 1 X V 10 [1] Taa Séqenenrê
2 XI VI [2] Téti vice-roi de Koush
3 XII VII
4 I VIII [2] Jannès?, fils du Hyksos Khyan, gouverneur du Delta
5 II IX
6 III X
7 IV XI
8 V XII
9 VI I 11 accession au I Akhet 1
10 VII II
11 VIII III
12 IX IV
-1533 1 X V
2 XI VI
3 XII VII
[1] Iahmès Sapaïr le prince héritier est mort
4 I VIII [2] Apopi départ du roi vers la Palestine
5 II IX Chute d'Avaris [éclipse totale de soleil du 10 mai -1533]
6 III X *** Papyrus Rhind daté du II Shemou de l'an 11 de [Séqenenrê]
7 IV XI
8 V XII
9 VI I (2) [1] Ahmosis prince héritier
10 VII II [2] Kamosis [le prince du sud?] tuteur,
11 VIII III
12 IX IV
-1532 1 X V
2 XI VI
3 XII VII
4 I VIII
5 II IX
6 III X
7 IV XI
8 V XII
9 VI I 3 3
10 VII II
11 VIII III
12 IX IV
-1531 1 X V
2 XI VI
3 XII VII
4 I VIII
5 II IX
6 III X Fin de la campagne de Kamosis contre les Nubiens
7 IV XI Stèle de Kamosis daté de l'an 3 [juste avant la crue du Nil]
8 V XII
9 VI I (4)
10 VII II
11 VIII III
12 IX IV
-1530 1 X V
2 XI VI
3 XII VII
4 I VIII 1 - [1] Ahmosis accession
5 II IX [2] [Ahhotep] régente
6 III X
7 IV XI
8 V XII
9 VI I L'accession n'est plus au I Akhet 1
10 VII II
11 VIII III
12 IX IV
-1530 1 X V
2 XI VI
3 XII VII
4 I VIII 2 -
5 II IX
6 III X
7 IV XI

A partir d'Ahmosis, les années de règne des rois d'Égypte ne débutent plus au 1er
Thot (I Akhet 1) mais à partir de la date d'accession.
94 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Cette reconstitution chronologique permet d'expliquer le


rôle capital, en apparence incompréhensible, joué par le prince
héritier Iahmès Sapaïr (statue ci-contre) dans l'histoire égyptienne.
Ce fils aîné de Séqenenrê (1544-1533), né autour de -1540287, est
apparu à un moment extraordinaire, aux yeux des Égyptiens, le
lever héliaque de Sirius, l'étoile la plus brillante, coïncidant avec le
lever héliaque de Vénus, la planète la plus brillante. Ce
phénomène extrêmement rare, puisqu'il se produit seulement
tous les 243 ans, marquait la venue d'une nouvelle ère, symbolisée
par un héron cendré (que les Grecs ont interprété comme la
naissance du phénix). Ce double lever héliaque s'est produit le 12
juillet -1543 à Thèbes, la capitale religieuse. Le nom d'Horus de
Séqenenrê est d'ailleurs “Celui qui est apparu à Thèbes”.
La mère du prince héritier, la reine Ahhotep “Offerte à
Iah (Lune)”, portait un nom dédié à la lune (I‘#), or le double
lever héliaque du 12 juillet a aussi coïncidé avec une pleine lune,
ce qui pourrait expliquer que les enfants de Séqenenrê (garçons et
filles) sont tous appelés Iahmès/Ahmosis “engendré de Iah
(Lune)”. Visiblement, le prince héritier désigné par Séqenenrê
était destiné à fonder une nouvelle dynastie dédiée à la Lune. Le
fondateur de la XVIIe dynastie s'appelait Râhotep “Offert à Rê (Soleil)” et le dernier
pharaon de cette dynastie, Séqenenrê, se nommait “Rendu brave par Rê (Soleil)”. La mort
prématurée de Iahmès (Sapaïr)288 a donc constitué une tragédie pour les Égyptiens, ce qui
explique la durée exceptionnelle de son culte (500 ans) et aussi pourquoi les prêtres
égyptiens ont reporté sur Ahmosis, son frère cadet, le fondement de la XVIIIe dynastie,
Kamosis jouant seulement un rôle de transition. Pour marquer officiellement le début de
cette nouvelle ère, les prêtres ont modifié le hiéroglyphe représentant de la lune (cas
unique), lorsque Ahmosis est devenu pharaon à part entière à la mort d'Ahhotep, la
régente, vers l'an 20 de son règne. Évolution du hiéroglyphe de la lune:

XVIIe dynastie début XVIIIe dynastie XVIIIe dynastie

Le rôle de Kamosis est alors minimisé et ses actions contre les Nubiens, lors de
l'expulsion des Hyksos, seront attribuées à Ahmosis, son successeur, comme cela
transparaît dans l'autobiographie d'un officier d'El-kab, Ahmès fils d'Abana:
Le chef des rameurs, Iâhmès fils d'Abana, déclare: « C'est à vous à vous, tous les hommes, que je veux
parler! Je veux vous faire prendre connaissance des distinctions qui me sont échues: j'ai été gratfié d'or à
sept reprises face au pays tout entier et de serviteurs et servantes pareillement. J'ai été doté de champs en
très grand nombre, mon nom pour moi est fort de ce qu'il a fait, sans échec dans ce paysn jamais! ». Il
dit: « C'est dans la ville de Nekheb (Elkab) que j'ai grandi, quand mon père était soldat du feu roi de
Haute et Basse Égypte Séqenenrê. Baba, fils de Ro-inet était son nom.
Ensuite, je fus soldat à sa place dans le bateau “le Taureau sauvage”, au temps de feu le seigneur des
Deux Terres Nebpehtyrê (Ahmosis). Je n'étais (pourtant) qu'un jeune homme, je n'avais pas encore
d'épouse, je dormais dans un hamac. Puis je fondais un foyer. Alors, je fus emmené à bord du navire “le
Septentrion”, étant donné mon excellence, je marchai à la suite du souverain, vie, intégrité, santé,
lorsqu'il se déplaçait sur son char. On mit le siège devant la cité d'Avaris et je me comportai
287 C. VANDERSLEYEN - Iahmès Sapaïr
Paris 2006 Éd. Safran p. 20.
288 Le surnom sapaïr "le fils de celui qui a agi (s3 p3 ir)" a été accolé peu après la mort de Séqenenrê Taa. De plus, la momie de ce prince

mesurant 1,17 m et sa statue ayant une taille réelle de 1,035 m, elle a dû être réalisée environ 1 an avant sa mort.
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 95

vaillamment, à pied, devant Sa Majesté. Alors, je fus alors affecté au vaisseau “Apparition à
Memphis” et on combattit sur l'eau, sur le canal de Padjedkou près d'Avaris. Alors je fis des captures.
Je rapportai une main, chose qui fut répétée au Rapporteur du roi: on m'accorda l'or de la vaillance.
Puis le combat repris en ce lieu et j'y fis des captures. Je rapportai une main et on m'accorda l'or de la
vaillance une nouvelle fois. Puis on combattit dans la partie de l'Égypte qui est au sud de cette ville. Je
ramenai un prisonnier vivant après plongé à l'eau. Voyez donc, il a été ramené comme prise sur le glacis
de la ville et c'est en le portant que j'ai traversé l'eau. On fit rapport au Rapporteur du Roi et, voyez
donc, ma récompense, fut de l'or une nouvelle fois. On fit le sac d'Avaris et j'en rapportai du butin: un
homme et trois femmes, au total quatre (individus). Sa Majesté me les attribua en esclaves. On investit
Sharouhen en l'an 3 et Sa Majesté la mit à sac. Alors j'en ramenai du butin: deux femmes et une
main, et on m'accorda l'or de la bravoure. Voyez donc, on m'a attribué mes prises comme esclaves! Et
ensuite, Sa Majesté massacra les Mentjiou-Setjet (Bédouins du Sinaï). Elle remonta le Nil jusque
Khenthennefer (au sud de la 2e cataracte) afin d'anéantir les Iountyou-Setyou (archers Nubiens). Sa
Majesté accomplit un grand massacre parmi eux. Alors j'en ramenai comme butin deux hommes, deux
oreilles et trois mains. On me récompensa avec de l'or une nouvelle fois et, voyez donc, on m'accorda
deux servantes. Sa Majesté redescendit le Nil, le cœur gonflé de joie par la bravoure et la victoire, car elle
s'était emparée du Sud et du Nord. Alors le rebelle Aata s'en vint vers le Sud, son destin était d'être
détruit. Les dieux du Sud l'empoignèrent et il fut découvert par Sa Majesté à Tentaâ. Sa Majesté
l'emmena prisonnier et toutes ses troupes comme butin. Alors je ramenai deux guerriers capturés sur le
bateau du rebelle Aata et on m'accorda cinq têtes en partage et cinq aroures de champ dans ma ville. Il
fut fait de même pour tout l'équipage. Alors vint ce fameaux rebelle nommé Tétiân qui avait rassemblé
autour de lui des misérables. Sa Majesté le massacra et ses comparses furent comme s'ils n'avaient pas
existé. Alors on m'accorda trois têtes et cinq aroures de champ dans ma ville.
Alors je conduisis feu le roi de Haute et Basse Égypte Djéserkarê (Amennophis Ier) comme il remontait
le courant vers Koush afin d'élargir les frontières de l'Égypte. Sa Majesté massacra ce vil Nubien au
milieu de son armée. Des medjaÿs furent amenés, sans perte (pour l'armée égyptienne), le fuyard se
trouvait renversé sur le côté, comme s'il n'avait pas existé tandis que j'étais à la tête de notren armée.
J'ai combattu en vérité et sa Majesté a vu ma bravoure. J'en rapportai deux mains qui furent apportées
à Sa Majesté et on rechercha ses gens et son bétail. Je ramenai alors un prisonnier vivant qui fut amené
à Sa Majesté. Je guidai Sa Majesté durant deux jours jusqu'à l'Égypte (en pasant) par le puits
oriental. Alors on me récompensa avec de l'or et je ramenai deux servantes comme butin en plus de ce
que j'avais présenté à Sa Majesté (auparavant). Alors je on me promut au rang de “guerrier du prince”.
Ensuite, je conduisis feu le roi de Haute et Basse Égypte Âakheperkarê (Thoutmosis Ier) comme il
remontait le couran vers Khenthennefer afin de châtier la rebellion à travers les territoires, afin d'écraser
l'arrogance du territoire.
Cette autobiographie289, rédigée dans un ordre chronologique, passe directement du
roi de Haute et Basse Égypte Séqenenrê au seigneur des Deux Terres Ahmosis sans mentionner
Kamosis, de plus, Ahmosis n'est pas qualifié de roi de Haute et Basse Égypte (au moment
du sac d'Avaris). Selon ce récit, il n'y a pas eu de guerre avec les Hyksos, mais seulement le
sac de la cité d'Avaris (abandonnée) qui avait, en fait, été effectué par Kamosis et relaté sur
la stèle de l'an 3 de son règne (le sac de Sharouhen est également de l'an 3).
CHRONOLOGIE DES DYNASTIES XII A XVII
La chronologie de cette période, notamment celle des dynasties asiatiques durant la
deuxième période intermédiaire, est très mal établie290 et ne repose actuellement que sur un
289 C. BARBOTIN – Âhmosis et le début de la XVIIIe dynastie
Paris 2008 Éd. Pygmalion pp. 19197-202.
290 Seuls les noms des 30 premiers rois de la XIIIe dynastie sont lisibles, ceux des dynasties XIV à XVII sont spéculatifs

M. DESSOUDEIX – Chronique de l'Égypte ancienne


Paris 2008 Éd. Actes Sud pp. 169-177.
96 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

unique document très mal conservé: le Canon de Turin. La deuxième période intermédiaire
est la plus obscure de l'histoire égyptienne puisque sa chronologie, le nom de ses pharaons
et même leur nombre et leur ordre de succession sont confus et lacunaires; de plus,
l'interprétation de nombreux noms sémitiques est controversée291. L'ordre des dynasties
XII à XVIII semble être le suivant292:
Dynasties égyptiennes Dynasties asiatiques
période du Delta Capitale:
1975-1778 XIIe Memphis
1778-1730? XIIIe Memphis
1730-1640? XIVe (Hyksos) Tanis
1640-1570? XVe (grands Hyksos) Avaris
1570?-1530 XVIIe XVIe (Thébains) Thèbes
1530-1295 XVIIIe Thèbes

La durée de quelques dynasties apparaît dans le Canon de Turin (108 ans pour la
dynastie hyksos, XVe et XIVe?, 213 ans 1 mois 16 jours pour la XIIe, etc.)293, ce qui impose,
en théorie, le début de ces périodes, en supposant qu'il n'y ait pas eu de corégences. Sinon,
la durée de ces dynasties dut être plus courte (en retranchant ces corégences), puisque le
papyrus donne seulement la somme totale des règnes. La XVIIIe dynastie débutant en
1530, cela repousse le début de la XVe dynastie autour de 1641 (= 1533 + 108). Manéthon
donne Xoïs ("étrangers") comme capitale de la XIVe dynastie, mais il s'agit d'une erreur, car
les seuls vestiges hyksos de cette période se trouvent dans la région de Tanis.
La chronologie des dynasties égyptiennes repose sur les synchronismes suivants:
! La fin de la XVIIe dynastie peut être datée en 1530 (début de la XVIIIe dynastie).
! Le début de la XIIe dynastie peut être daté grâce au lever sothiaque294 du IV Peret 16 de
l'an 7 de Sésostris III, soit en 1848 selon l'astronomie, ce qui fixe le début de son règne
en 1855 (7 ans plus tôt). En additionnant les différents règnes, la XIIe dynastie débute
donc vers 1975 et se termine en 1778, ce qui fixe le début la XIIIe dynastie.
! Néferhotep Ier, 20e pharaon de la XIIIe dynastie, fut contemporain du roi babylonien
Hammurabi (1697-1654), de Zimrî-Lim (Mari) et de Yantin-‘Ammu (Byblos)295.
! Selon Eusèbe (Préparation évangélique IX:27:3-5), citant le livre Des Juifs de l'écrivain
Artapan (écrit vers -200), la région au-dessus de Memphis fut divisée en divers
royaumes sous le pharaon [Sobekhotep IV] Chenephres (de la XIIIe dynastie). Cette
information qui place le début de la période Hyksos sous Sobekhotep IV Chenephres
semble exacte. En effet296, les activités royales durant la XIIIe dynastie sont attestées
jusqu'à la fin du règne de Sobekhotep IV, le roi le plus prestigieux de cette dynastie,
davantage au nord de Thèbes qu'à Thèbes même (la capitale de l'Égypte reste Lisht
jusqu'à la fin de la dynastie). À partir de ce pharaon, les titres acquièrent une allure
militaire; ils concernent la sécurité et remplacent le caractère de fonction administrative
des titres de la fin du Moyen Empire. De même, l'évolution de la sculpture — relief et
291 T. S CHNEIDER - Ausländer in Ägypten während des Mittleren Reiches und der Hysoszeit
in: Ägypten und Altes Testament 42, Wiesbaden 1998 Ed. Harrassowitz Verlag pp. 123-145.
292 Les "chefs" du Delta furent des corégents sans année de règne, sauf Apopi (P. VERNUS, J. YOYOTTE - Dictionnaire des pharaons.

Paris 1998 Éd. Noésis pp. 63,185,186).


M. MAREE – The Second Intermediate Period in: Orientalia Lovaniensia Analecta 192 (Peeters, 2010) pp. 7-10.
293 G. GREENBERG – Manetho. A Study in Egyptian Chronology

Pennsylvania 2004 Marco Polo Monographs pp. 35,120.


294 U. LUFT – Die chronologische Fixierung des ägyptischen Mittleren Reiches

1992 Wien pp. 54-58 planche 7.


295 K.S.B. RYHOLT – The Political Situation in Egypt during the Second Intermediate Period c. 1800-1500 B.C.

Copenhagen 1997, Ed. Carsten Niebuhr Institute Publications Vol. 20 pp. 88,89.
296 C. VANDERSLEYEN - L'Egypte et la vallée du Nil Tome 2

Paris 1995 Éd. Presses Universitaires de France pp. 123,140,159,160.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 97

ronde bosse — permet de suivre une évidente perte d'intérêt pour la qualité. Tous ces
changements pourraient s'expliquer par la présence des dynasties asiatiques et plus
particulièrement de la dynastie Hyksos. Le début de la période Hyksos est daté en -
1678, selon la Chronologie israélite synchronisée. De plus, la stèle de l'an 400 réalisée sous
Ramsès II (1283-1216) renvoie apparemment 400 ans auparavant (autour de -1680) à
cette dynastie séthienne des Hyksos. L'interprétation de cette stèle est controversée, car
elle représente le vizir Séthy (grand père de Séthy Ier, père de Ramsès II), commémorant
cet événement (autour de -1300 durant le règne Horemheb)297. Le but de la stèle de l'an
400 paraît vouloir établir une filiation honorable avec une ancienne dynastie, car le culte
de Seth, assimilé au Baal des Hyksos, était peu répandu chez les Égyptiens. De plus, le
système des ères était inutilisé.
! Selon le récit de Manéthon, rapporté par Flavius Josèphe (Contre Apion I:74-94,231-
250), les Hyksos dominèrent en Égypte à partir du pharaon Toutimaios (Doudimes?) et
furent chassés par le pharaon Ahmosis (1530-1505).
! Séqenenrê Taa (fin XVIIe dynastie) mourut de façon violente à la fin de la XVe dynastie
(règne d'Apopi, dernier Hyksos)298. Selon la Chronologie israélite synchronisée, la mort du
pharaon est datée du 10 mai -1533 et se produisit durant une éclipse totale de soleil.
CHRONOLOGIE DE LA DYNASTIE XII
Le lever sothiaque daté du IV Peret 16 de l'an 7 de Sésostris III peut être daté aux
environs de -1850 par l'astronomie, car à cette époque, le lever sothiaque avait lieu le 11
juillet à Thèbes (longitude 32°39'E latitude 25°42'N) et le 15/16 juillet à Memphis
(longitude 31°15'E latitude 29°52'N), ce qui fixe ce lever héliaque en -1849 +/- 4 à Thèbes,
soit en -1865 +/- 4 à Memphis299. L'arcus visionis devait être de 8,3°, au lieu de 8,5°, car
autour de -1850 l'angle entre le Soleil et Sirius à son lever était un peu plus grand
qu'aujourd'hui (voir le chapitre traitant du lever héliaque).
Arcus visionis 8,3° lever sothiaque: période associée an 1 Sésostris III
(IV Peret 16) an 7 Sésostris III
Memphis (29°5) 15 juillet 1865-1862 1872-1869
Thèbes (25°4) 11 juillet 1849-1846 1855-1852
Éléphantine (24°) 9 juillet 1841-1838 1848-1845

Les nombreuses dates lunaires300 qui s'étalent sur les 19 ans du règne de Sésostris
III, suivi des 45 ans d'Amenemhat III (sans corégence)301 et qui s'agencent selon le cycle
lunaire de 25 ans (dates surlignées)302 permettent une datation absolue. Ces dates sont
décalées de 1 jour par rapport à celles de Parker qui a traduit le mot "jusqu'à" de façon
inclusive et non exclusive303. Les quelques irrégularités prouvent qu'il s'agit de cycles
observés et non de cycles calculés304.
297 J.B. PRITCHARD - Ancient Near Eastern Texts
Princeton 1969 Ed. Princeton University Press pp. 252,253.
298 Apopi est le seul "chef des pays étrangers (hyksos)" à avoir reçu le titre complet de "roi (nsw-bity)" ainsi que des années de règne (an 33

du papyrus Rhind).
299 http://www.imcce.fr/fr/grandpublic/phenomenes/sothis/index.php
300 R.A. PARKER - The Calendars of Ancient Egypt

in: Studies in Ancient Oriental Civilization N°26 (1950) Ed. University of Chicago pp. 63-67.
301 C. OBSOMER - Sésostris Ier. Étude chronologique et historique du règne

Bruxelles 1995 Éd. Connaissance ancienne de l'Égypte p. 149.


302 U. LUFT – Die chronologische Fixierung des ägyptischen Mittleren Reiches

Wien 1992 Ed. Akademie der Wissenschaften pp. 150,151.


R. KRAUSS - Arguments in Favor of a Low Chronology for the Middle and New Kingdom
in: The Synchronisation of Civilisations in the Eastern (M. Bietak 2003) pp. 175-197
303 L.E. ROSE – The Astronomical Evidence for Dating the End of the Middle Kingdom

in: Journal of Near Eastern Studies 53 (1994) pp. 247,248.


304 La date lunaire du I Akhet 19 en l'an 31 d'Amenemhat III est erronée [en fait 20], car elle impliquerait un mois de 31 jours.
98 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Ces données ont été représentées dans le tableau ci-après:


AKHET PERET SHEMOU
I II III IV I II III IV I II III IV 5
1882 1857 nov déc. jan. fév. mar. avr. mai juin juil. aoû. sep. oct.
1881 1856 1 1 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 25
1880 1855 0 2 19 19 18 18 18 17 17 16 16 15 15 14
Sésostris III 1879 1854 1 3 9 8 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
1878 1853 2 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23
1877 1852 3 5 17 17 16 16 15 15 14 14 13 13 12 12
1876 1851 4 6 6 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1
1875 1850 5 7 25 25 24 24 23 23 23 22 22 21 21 20
1874 1849 6 8 15 14 14 13 13 12 12 11 11 10 10 10
1873 1848 7 9 4 4 3 3 2 2 1 1 30 29 29 28
1872 1847 8 10 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19 18 18
1871 1846 9 11 12 12 11 11 10 10 10 9 9 8 8 7
1870 1845 10 12 2 1 1 30 30 29 28 28 27 27 27 26
1869 1844 11 13 21 20 20 19 19 18 18 17 17 16 16 15
1868 1843 12 14 10 9 9 9 8 8 7 7 6 6 5 5 4
1867 1842 13 15 29 28 28 27 27 27 26 26 25 25 24 24
1866 1841 14 16 18 18 17 17 16 16 15 15 14 14 14 13
1865 1840 15 17 8 7 7 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2
1864 1839 16 18 26 26 26 25 25 24 24 23 23 22 22 21
1863 1838 17 19 16 15 15 14 14 14 13 13 12 12 11 11
1862 1837 18 20 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1 1 30
1861 1836 19 21 24 24 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19
Amenemhat III 1860 1835 1 22 13 13 13 12 12 11 11 10 10 9 9 8
1859 1834 2 23 3 2 2 1 1 1 30 29 29 28 28 27
1858 1833 3 24 22 21 21 20 20 19 19 18 18 18 17 17
1857 1832 4 25 11 11 10 10 9 9 8 8 7 7 6 6
1831 5 1 1 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 25
1830 6 2 19 19 18 18 18 17 17 16 16 15 15 14
1829 7 3 9 8 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
1828 8 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23
1827 9 5 17 17 16 16 15 15 14 14 13 13 12 12
1826 10 6 6 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1
1825 11 7 25 25 *25 24 23 23 23 22 22 21 21 20
1824 12 8 15 14 14 13 13 12 12 11 11 10 10 10
1823 13 9 4 4 3 3 2 2 1 1 30 29 29 28
1822 14 10 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19 18 18
1821 15 11 12 12 11 11 10 10 10 9 9 8 8 7
1820 16 12 2 1 1 30 30 29 28 28 27 27 27 26
1819 17 13 21 20 20 19 19 18 18 17 17 16 16 15
1818 18 14 10 9 9 9 8 8 7 7 6 6 5 5 4
1817 19 15 29 28 28 27 27 27 26 26 25 25 24 24
1816 20 16 18 18 17 17 16 16 15 15 14 14 14 13
1815 21 17 8 7 7 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2
1814 22 18 26 26 26 25 25 24 24 23 23 22 22 21
1813 23 19 16 15 15 14 14 14 13 13 12 12 11 11
1812 24 20 *6 5 4 4 3 3 *3 2 1 1 1 30
1811 25 21 24 24 23 23 22 22 21 21 20 20 19 19
1810 26 22 13 13 13 12 12 11 11 10 10 9 9 8
1809 27 23 3 2 2 1 1 1 30 29 29 28 28 27
1808 28 24 22 21 21 20 20 19 19 18 18 18 17 17
1807 29 25 11 11 10 10 9 9 8 8 *8 7 6 6
1806 30 1 1 30 29 29 28 28 27 27 26 26 25 25
1805 31 2 19 *20 *19 *19 18 *18 17 *17 16 15 15 14
1804 32 3 9 *9 8 7 7 6 6 6 5 5 4 4 3
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 99

1803 33 4 28 27 27 26 26 25 25 24 24 23 23 23
1802 34 5 17 17 16 16 15 15 14 14 13 13 12 12
1801 35 6 6 6 6 5 5 4 4 3 3 2 2 1 1
1800 36 7 25 25 24 24 23 23 23 22 22 21 21 20

Signalisation Signification
Date du 1er jour lunaire dans le calendrier civil.
* Date du 1er jour lunaire décalée de 1 jour par rapport au cycle théorique.
Zone calculée du lever héliaque de Sirius.
Jour daté du IV Peret 1 de l'an 7 de Sésostris.
Règne de Sésostris III
Règne d'Amenemhat III

Les dates lunaires permettent de choisir entre Thèbes et Memphis. En effet, le cycle
lunaire de 25 ans commençant au I Akhet 1 et à la pleine lune305, soit le 30 novembre -1857,
le lever sothiaque de l'an 7 daté en -1848 est le seul qui soit positionné dans une zone
calculée du lever sothiaque. Celui daté en -1865 ne s'insère pas dans le cycle précédent
(débutant au 6 décembre -1882), à moins de le fixer en -1863 et d'accepter un jour d'erreur
sur toutes les dates lunaires (la pleine lune datée du IV Peret 1 tombe le 2 juillet en -1873).
Le lever sothiaque de l'an 7 de Sésostris III a coïncidé avec un 1er croissant lunaire (daté du
11 juillet -1848), ce qui a peut-être constitué un événement remarquable, digne d'être noté
(le IV Peret 1 coïncidant avec la pleine lune du 26 juin -1848). Le lever sothiaque de
Sésostris III fut donc observé à Thèbes. L'astronomie fixant l'an 7 de Sésostris III en -1848
cela permet de dater la XIIe dynastie grâce aux durées des règnes, tous connus pour cette
période (pour une simplicité de calcul, les règnes débutent à l'an 0):
Pharaon durée du règne dates du règne Canon de Turin Date la + haute
XIIe dynastie -1975)
Amenemhat Ier 29 ans 1975-1946 [-]9 30
Sésostris Ier 45 ans 1946-1901 45 45
Amenemhat II 38 ans 1901-1863 3[-] 35
Sésostris II 8 ans 1863-1855 1[-] 8
Sésostris III 19 ans 1855-1836 19 ? 19 [39?]
Amenemhat III 45 ans 1836-1791 4[-] 46
Amenemhat IV 9 ans 4 m. 27 j. 1791-1782 9 ans 4 m. 27 j. 9
Néférousébek 3 ans 10 m. 24 j. 1782-1778 3 ans 10 m. 24 j. 3
Total: 197 ans (1778 - 213 ans 1 m. 16 j.

CHRONOLOGIE DES DYNASTIES XIII A XVII


En s'appuyant sur le lever sothiaque de l'an 7 de Sésostris III daté par l'astronomie,
la XIII dynastie doit débuter en -1778. La chronologie de la XIIIe dynastie ne repose que
e

sur un seul documentextrêmement parcellaire pour cette période, le Canon de Turin.


Ryholt306 propose une datation, mais il ne s'appuie sur aucun synchronisme daté; de plus, il
révise parfois l'ordre de quelques souverains sans explication. La liste des 30 premiers
souverains, utilisée dans le tableau ci-après, provient du Canon de Turin307. La durée des
règnes manquants a été calculée à partir de la durée moyenne d'un règne. La période qui
sépare le début de la XIIIe dynastie de la fin de la XVIIe dynastie est de 248 ans (= 1778 -
1530), ce qui donne un règne moyen de 4 ans (en supposant respectivement un nombre
305 http://www.imcce.fr/fr/grandpublic/phenomenes/phases_lune/index.php
306 K.S.B. RYHOLT – The Political Situation in Egypt during the Second Intermediate Period c. 1800-1500 B.C.
Copenhagen 1997, Ed. Carsten Niebuhr Institute Publications Vol. 20 pp. 310,408,409.
307 Ssi la transcription des noms semble correcte, par contre, quelques souverains ont peut-être été intervertis
100 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

d'environ 50 et 9 rois pour ces deux dynasties), mais le nombre des rois étant très incertain,
cette durée moyenne a plutôt été calculée grâce aux durées connues ou estimées des 24 rois
(sur 32) ayant régné en tout 115 ans, soit une valeur de 5 ans (= 115/24), ce qui fixe le
début de la XVIIe dynastie vers 1575 = 1530 + 9x5 (ainsi les 20 derniers rois de la XIIIe
dynastie auraient eu une durée moyenne d'environ 3 ans = [1630 – 1575]/20).
XIIIe dynastie durée du règne dates du règne
1 Ougaf Khoutaouyré 1 2 ans 3 mois 1778-1776
2 Amenemhat V fils de Sénébef Sékhemkaré 2 4? ans 1776-1770
3 (Amény)-Qemaou Amenemhat [5 ans] 1770-1765
4 Sehétepibré [5 ans] 1765-1760
5 Ioufni - 3 1? mois 1760-1760
6 (Amény-Antef)-Amenemhat VI Séankhibré [5 ans] 1760-1755
7 Nebnoun Sémenkaré 4 1? mois 1755-1755
8 Hornedjhéritef [Se]Hétepibré [5 ans] 1755-1750
9 Séouadjkaré [5 ans] 1750-1745
10 Nédjemibré 5 7 mois 1745-1744
11 Sébekhotep Ier Khaankhré 6 3+ ans 1744-1740
12 Renséneb - 7 4 mois 1740-1740
13 Hor I Aouibré [5 ans] 1740-1735
14 (Kaÿ)-Amenemhat VII Sédjéfakaré 8 7 ans 1735-1728
15 (Amenemhat)-Sébekhotep II Sékhemré-Khoutaouy 9 6+ ans 1728-1721
16 Khendjer Ouserkaré 10 4+ ans 1721-1716
17 Sémenkhkaré [5 ans] 1716-1711
18 Antef IV Séhétepkaré [5 ans] 1711-1706
19 Seth [-]ibré 11 3+ ans 1706-1702
20 Sébekhotep III Sékhemré-Séouadjtaouy 12 4 ans 2 mois 1702-1698
21 Néferhotep Ier Khasékhemré 13 11 ans 4? mois 1698-1686
22 Sahathor - 14 1+ mois 1686-1686
23 Sébekhotep IV Khanéferré 15 8+ ans 1686-1677
24 Sébekhotep V Merhétepré 16 4 ans 8 mois 1677-1672
25 Sébekhotep VI Khahétepré 17 2 ans 2 mois 1672-1670
26 Ibia Ouahibré 20 10 ans 8 mois 1670-1659
27 Aÿ Mernéferré 18 23? ans 8 mois 1659-1635
28 Ani Merhétepré 19 2 ans 4? mois 1635-1633
29 Séouadjtou Séankhenré 21 3 ans 2+ mois 1633-1630
30 Néferhotep II Ined Mersékhemré 22 3 ans 1 mois 1630-1627
31 Hori Séouadjkaré 23 5 ans 1627-1622
32 Sébekhotep VII Merkaouré 24 2 ans 1622-1620
total: 118 ans

Cette chronologie est confirmée par deux synchronismes: 1) Néferhotep Ier (1698-
1686) fut un contemporain d'Hammurabi (1697-1654) et 2) les hyksos commencèrent à
régner 400 ans avant Ramsès II, à partir de Sébekhotep IV (1686-1677) et après la mort du
vizir Joseph (en -1679). La fin de la XIIIe dynastie et le début de la XVIIe dynastie sont
estimés vers -1575 (-1580 selon Ryholt308), grâce aux valeurs moyennes (l'ordre et le nom de
certains pharaons sont contestés)309.
308 K.S.B. RYHOLT – The Political Situation in Egypt during the Second Intermediate Period c. 1800-1500 B.C.
Copenhagen 1997, Ed. Carsten Niebuhr Institute Publications Vol. 20 pp. 203-204.
309 D. POLZ –New Archaeological Data from Dra‘abu El-naga and their Historical Implications

in: Orientalia Lovaniensia Analecta 192 (Peeters, 2010) pp. 343-353.


C. VANDERSLEYEN - L'Egypte et la vallée du Nil Tome 2
Paris 1995 Éd. Presses Universitaires de France pp. 182-189.
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 101

Pharaon XIIIe dynastie durée du règne dates du règne


50 ?? -1574
XVIIe dynastie
1 Râhotep Sékhemré-Ouakhaou 4 ans? 1574-1570
2 Sobekemsaf Ier Sékhemré-Ouadjkhaou 3 ans? 1570-1567
3 Sobekemsaf II Sékhemré-Shedouaset/Shedtaouy 10 ans? 1567-1557
4 Antef VI Sékhemré-Oupmaat 2 ans? 1557-1555
5 Antef VII Nebkhéperré 10 ans? 1555-1545
6 Antef VIII Sékhemré-Hérouhermaat - 1545-1545
7 Iahmès Sénakhtenrê 1 an? 1545-1544
8 Taa Séqenenrê 11 ans 1544-1533
9 Kamosis Ouadjkhéperré 2 ans 11 mois 1533-1530
XVIIIe dynastie
(Exode sous la direction de Moïse) [1533-1493]
1 Ahmosis Nebpehtyré 25 ans 4 mois 1530-1505

CHRONOLOGIE DES DYNASTIES VI A XI


La durée des règnes égyptiens de cette période est connue approximativement310. La
XI dynastie se termine en -1975 (début de la XIIe) et débute en -2118, date obtenue en
e

additionnant les années de règnes311. Les dynasties IX à X débutent en parallèle avec la XIe.
La durée des dynasties VII et VIII fut brève, car 70 rois ont chacun régné 70 jours, selon
Manéthon, soit une période d'instabilité (2 ans ?). Les règnes de la VIe dynastie sont tous
incertains. Le règne de 94 ans, par exemple, attribué à Pépi II par Manéthon est peu
crédible; Grimal312 estime qu'une durée entre 50 et 66 ans est mieux en accord avec la date
du 33e et dernier recensement (en moyenne tous les 2 ans ou 1 an et demi). La chronologie
de cette période est confirmée par un synchronisme313 entre Sargon d'Akkad (voir la
Chronologie mésopotamienne synchronisée), I!’ar-Damu d'Ebla et Pépi Ier un pharaon de la VIe
dynastie Les règnes sont tous supposés consécutifs (pas de dynastie parallèle, sauf les
dynasties IX et X avec la XI) et sans corégence, ce qui constitue la chronologie maximale:

Roi d'Égypte Durée Règne Roi: Akkad Règne Durée


VIe dynastie Uruk IV, Ur III
Téti Séhéteptaouy 12 ans? 2258-2246
Ouserkarê <1 an 2246
Pépi Ier Néfersahor 53 ans? 2246-2193 Sargon Ier 2243-2187 56
Mérenrê Ier 14 ans? 2193-2179 Rimu! 2187-2178 9
Pépi II Néferkarê 58 ans? 2179-2121 Mani!tusu 2178-2163 15
Mérenrê II Antiemsaf 1 an 2121-2120 Narâm-Sîn 2163 - 37
Nitocris <1 an 2120 -2126
314
VIIe-VIIIe dynastie 2 ans? 2120-2118 "ar-kali-!arri 2126 - 25
XIe dynastie (IXe-Xe dynastie)
Mentouhotep Ier - 16 ans 2118 -
310 P. VERNUS, J. YOYOTTE - Dictionnaire des pharaons
Paris 1998 Éd. Noésis p. 159.
311 C. VANDERSLEYEN - L'Egypte et la vallée du Nil Tome 2

Paris 1995 Éd. Presses Universitaires de France p. 659.


312 N. GRIMAL - Histoire de l'Égypte ancienne

Paris 1988 Éd. Fayard pp. 106,115.


313 F. JOANNES - Dictionnaire de la civilisation mésopotamienne

Paris 2001 Éd. Robert Laffont pp. 264.


314 Pharaons classés dans la VIIIe dynastie: Netjerikarâ, Menkarâ, Neferkarâ Sheri, Qâkarâ Ibi, Iytjenou, Ity, Imhotep, Neferkarâ Neby,

Djedkarâ Shemaï, Neferkarâ Khendou, Merenhor, Neferkamin, Nykarâ, Neferkarâ Tererou, Neferkahor, Neferkarâ Pepyseneb,
Neferkamin Ânou, Neferkaoura, Neferkaouhor, Ouadjkarâ, Khoui. Pharaons non classés: Neferirkarâ II, Sekhemkarâ, Hotep, Isou
102 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

Antef Ier Séhertaouy - 2102 -2101


Antef II Ouahankh 49 ans 2102 - Irgigi + 3 rois 2101-2098 3
Dudu 2098-2077 21
"u-Turul 2077-2062 15
-2053 Ur-Nigina 2062-2055 7
Antef III Nekhtnetepnéfer 8 ans 2053-2045 Ur-Gigira 2055-2049 6
Mentouhotep II Nebhépetré 51 ans 2045 - Kuda 2049-2043 6
Puzur-ili 2043-2038 5
Ur-Utu 2038-2032 6
Utu-hegal 2032-2021 7 [11?]
Ur-Nammu 2020-2002 18
-1994 "ulgi 2002 - 48
Mentouhotep III Séankhkaré 12 ans 1994-1982
Mentouhotep IV Nebtaouyré 7 ans 1982-1975
XIIe dynastie -1954
Amenemhat Ier Séhétepibré 29 ans 1975-1946 Amar-Sîn 1954-1945 9
Sésostris Ier Khéparkaré 45 ans 1946 - "u-Sîn 1945-1936 9
-1901 Ibbi-Sîn 1936-1912 24
Amenemhat II Nebkaouré 38 ans 1901-1863 chute d'Ur
Sésostris II Khakhéperré 8 ans 1863-1855
Sésostris III Khakaouré 19 ans 1855-1836
Amenemhat III Nimaatré 45 ans 1836-1791
Amenemhat IV (9 ans 4 m. 27 j.) 9 ans 1791-1782
Néférousébek (3 ans 10 m. 24 j.) 3 ans 1782-1778
XIIIe dynastie 1778 -

CHRONOLOGIE DES DYNASTIES 0 A VI


Cette partie de la chronologie égyptienne est très incertaine. On lit315: La liste des
pharaons de la Ière dynastie (2950-2780) comprend: Nârmer/Ménès; Âha (ou simplement Âha/Ménès);
Djer; Djet; Den Ândjib; Smerkhet; Qa-â. Des événements politiques qui traversèrent leurs règnes, nous ne
savons quasiment rien, si ce n'est que déjà les successions ne s'opéraient pas sans heurt (...) le changement
s'effectua dans la violence, puisque les tombes de la Ière dynastie à Saqqara furent alors pillées et incendiées.
Occupèrent le trône durant la IIe dynastie: Hétep-Sekhemouy, Rêneb (ou Nebirê), Nynétcher, Ouadjenès,
Oueneg, Senedj, Noubnéfer, Néferka, Néferka-Sokar, Peribsen, Sékhemib, Khâsékhemouy. Cette
énumération linéaire pourrait tromper; en fait, on n'est assuré ni de son exhaustivité ni, inversement, de sa
redondance; car il n'est pas exclu qu'un même souverain ait été enregistré sous deux noms différents. Plus
encore, les déchirements ont provoqué la partition du pays en deux royaumes, et il est probable que
Ouadjenès, Oueneg, Senedj, régnaient à Memphis, quand Peribsen et Sékhemib avaient Abydos pour
capitale. Les listes énumérant les pharaons de ces dynasties316 sont toutes lacunaires317. La
chronologie des six premières dynasties est reconstituée à partir:
! De la durée des règnes provenant des écrits fragmentaires de Manéthon318, transmis par
Flavius Josèphe (37-100), Jules l'Africain (180-250), Eusèbe de Césarée (265-340) et
George le Syncelle (740-810), mais toutes ces copies comportent de nombreuses erreurs.

315 P. VERNUS, J. YOYOTTE - Dictionnaire des pharaons


Paris 1998 Éd. Noésis pp. 177-178.
316 M. DESSOUDEIX – Chronique de l'Égypte ancienne

Paris 2008 Éd. Actes Sud pp. 9-21.


317 A. ROCCATI – La littérature historique sous l'ancien empire

in: Littérature Anciennes du Proche-Orient 11 (Paris 1982) Éd. Cerf pp. 15-79.
318 G. GREENBERG – A Study in Egyptian Chronology

Pennsylvania 2004 Ed. Shangri-La Publications pp. 145-213.


CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 103

! De la durée des règnes provenant du canon royal de Turin, mais ce papyrus (daté autour
de -1200) est très fragmentaire et comporte aussi quelques erreurs319.
! Du nombre des recensements de bétails dont la féquence était biannuel ou annuel (ce
qui dans ce cas divise la durée des règnes par 2).
! Des inscriptions avec une année de règne, ce qui fixe une durée minimum, ou une fête
Sed qui correspond à un règne de 30 ans.
! De l'alignement des pyramides des IVe et Ve dynasties qui permet de fixer
astronomiquement la chronologie du règne de ces dynasties.
! Des dates carbone 14, mais l'imprécision est d'environ un siècle pour cette période.
! De quelques synchronismes. Pépi Ier, par exemple, fut contemporain d'I!’ar-Damu
(2235-2200) et de Sargon d'Akkad (2243-2187), ce qui fixe une période 2243-2200.
Tous ces outils chronologiques n'ont pas la même précision. Les dates provenant
de l'astronomie ou du canon de Turin sont les plus fiables. Concernant les deux premières
dynasties, au vu des incertitudes, le plus sage est d'accepter la liste donnée par les tables
d'Abydos (datées de -1280) qui donnent 8 pharaons pour la Ière dynastie et 6 pour la IIe. Les
durées indiquées par Manéthon pour ces antiques dynasties ne sont pas fiables, le mieux est
de supposer une durée moyenne de 17 ans par règne, comme pour les dynasties suivantes
(III, IV et V). Le recoupement de ces outils chronologiques augmente la précision.
L'alignement des pyramides de Giza, parfaitement orientées selon les quatre points
cardinaux, fixe la chronologie égyptienne à partir de la IIIe dynastie. En effet, même si nous
ignorons exactement comment les Égyptiens ont procédé pour orienter leurs pyramides, le
faible écart par rapport au méridien, soit +/- 3 minutes d'arc, oblige à supposer un calage
sur les étoiles plutôt que sur le soleil, d'un diamètre apparent de 0,5°, ce qui aurait entraîné
une erreur de +/- 30 minutes d'arc dix fois supérieure aux écarts constatés. La projection
au sol, à l'aide d'un instrument comme le merkhet (règle graduée munie d'un fil à plomb),
de la droite reliant l'une et l'autre étoiles circumpolaires, a pu conduire à la détermination
précise de la direction septentrionale320. Or, sous l'effet de la précession des équinoxes
(cycle de 25700 ans, ignoré des Égyptiens), les culminations supérieure et inférieure de l'une
et l'autre étoiles ne s'effectuèrent plus simultanément avec le temps. Ainsi la droite les
reliant s'éloigna-t-elle progressivement du méridien septentrional, dans les directions de l'est
ou de l'ouest selon que la culmination inférieure ou supérieure de l'une ou l'autre étoile est
considérée. Selon que Kochab (! Ursae Minoris) et Mizar (" Ursae Majoris) effectuent leur
culmination supérieure ou inférieure, la droite reliant l'une et l'autre étoile se décale vers
l'est ou vers l'ouest du méridien septentrional. Cette vitesse d'éloignement, voisine de 19
secondes d'arc par an, coïncide avec la droite reliant les écarts à l'est vrai relevés sur les
pyramides de Houni, Snofrou, Kheops, Mykérinos et Neferirkarâ. Cette coïncidence a
conduit Kate Spence, égyptologue à l'Université de Cambridge, à dater précisément
l'érection des pyramides de Giza321.
Les écarts à l'orientation cardinale relevés sur les pyramides de Djoser, Houni,
Snofrou, Kheops, Khephren, Mykérinos Neferirkarâ et Ounas sont compatibles avec
l'azimut de disparition de Procyon (# Canis Minoris) dans le ciel nocturne ou crépusculaire.
La disparition de cette étoile de la voûte céleste locale coïncidait, en outre, avec l'instant de
culmination supérieure d'Alkaid ($ Ursae Majoris). Dans l'éventualité selon laquelle cette
conjonction de phénomènes astronomiques ne serait pas le fruit du hasard, l'instant de
culmination supérieure d'Alkaid pourrait être assimilé à cet instant auquel Pharaon et Seshat
319 J. MALEK – The Original Version of the Royal Canon of Turin
in: Journal of Egyptian Archaeology 68 (London 1982) pp. 93-106.
320 J.A. BELMONTE – On the Orientation of Egyptian Pyramids

in: Archaeoastronomy n°26 (2001) pp. S1-S20.


321 En supposant que l'érection des pyramides débutait au début du règne.
104 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

procédaient à l'extension du cordeau. Il constituerait donc un instant "clé", sans doute à la base
de l'orientation de la plupart, si ce n'est la totalité, des pyramides de l'Ancien Empire.
L'instant de culmination supérieure d'Alkaid coïncide avec l'instant de coucher (héliaque)
de Procyon et de Gomeisa (! Canis Minoris). Ainsi, l'orientation de chacune des pyramides
résulterait-elle de l'observation de la position de coucher héliaque de l'étoile # ou ! Canis
Minoris. Ce coucher héliaque sanctionnait le début de leur période d'invisibilité annuelle,
voisine alors de 51 et 63 jours, respectivement proche de la durée de la période d'invisibilité
annuelle des décans égyptiens, ces étoiles utilisées à marquer la succession des heures de
nuit sous la Première Période Intermédiaire, le Moyen et le Nouvel Empires égyptiens.
Plusieurs passages du Papyrus Carlsberg I stipulent que le coucher héliaque des
décans sanctionnait leur entrée dans la Douat; de même, la mort du défunt. Rien d'étonnant
donc à ce que l'orientation de ces tombes royales que sont les pyramides de l'Ancien
Empire résulte de l'observation de la position de coucher héliaque de l'étoile # ou ! Canis
Minoris322. Les datations astronomiques de Spence323 sont les suivantes (en comparaison les
datations 14C donnent des valeurs plus élevées)324:
Roi d'Égypte Accession selon: Écart
IVe dynastie K. Spence (1) Carbone 14 (2) (2) – (1) Règne Durée
Snofrou 2526 +/-7 2612 +/-34 86 2526-2480 46
Kheops 2480 +/-5 2594 +/-36 114 2480-2457 23
Djedefrâ (2457) 2573 +/-37 (116?) 2457-2448 9
Khephren 2448 +/-5 2566 +/-37 118 2448-2415 33
Mykerinos 2415 +/-10 2543 +/-39 128 2415-2388 27
Shepseskaf (2388) 2516 +/-40 (128?) 2388-2380 8
Ve dynastie
Ouserkaf (2380) 2508 +/-40 (128?) 2380-2372 8
Sahourâ 2372 +/-25 2501 +/-41 129 2372-2359 13
Neferirkarâ (Kakaï) 2359 +/-25 2443 +/-43 84 2359-23** ?

Les propositions de Spence ont été acceptées, à l'exception de celle concernant


l'alignement de la pyramide de Khephren qui est interprétée autrement325, par contre, la
précision de +/- 5 ans fondée sur un écart calculé de 19" par an est optimiste, car les
observations égyptiennes dépendaient de l'acuité visuelle, or l'œil n'a une résolution que de
1' (60"), soit 3 fois la valeur du décalage dû à la précession des équinoxes. Une précision de
+/- 15 ans serait plus réaliste326. Le règne de Snofrou doit donc débuter vers -2525 +/- 15,
soit entre -2540 et -2510.
La reconstitution327 des premières années du règne de Djedkarâ Isesi montre que les
recensements du bétail n'étaient pas biannuels328, mais selon un ratio de 1,6 (= 30/19). Le
ratio des "années après" par rapport aux années normales, pour les 8 premières années du
règne est de 0,37 (= 11/30) soit le même ratio de 0,36 (= 9/25) des années intercalaires du
322 K. GADRE – L'orientation astronomique des pyramides d'Egypte
in: http://web.lerelaisinternet.com/culturediff/pyramides66.htm
323 K. SPENCE – Ancient Egyptian Chronology and Astronomical Orientation of the Pyramids

in: Nature Vol. 408 (November 2000) pp. 320-324.


324 C.B. RAMSEY, M.W. DEE, J.M. ROWLAND, T.F. G. HIGHAM, S.A. H ARRIS, F. BROCK, A. QUILES, E.M. WILD, E.S. MARCUS , A.J.

SHORTLAND - Radiocarbon - Based Chronology for Dynastic Egypt in: Science Vol 328 (10 june 2010) pp. 1554-1557.
325 G. MAGLI – On the Astronomical Orientation of the IV Dynasty Egyptian Pyramids and the Dating of the Second Giza Pyramid

in: http://arxiv.org/pdf/physics/0307100
326 R.G. B AUVAL – A Brief Evaluation of Kate Spence's Article in NATURE Vol. 408, 16 November 2000 pp. 320-324

in: http://www.robertbauval.co.uk/articles/articles/spence.html
327 M. VERNER – Archaeological Remarks on the 4th and 5th Dynasty Chronology

in: Archiv Orientalni 69:3 (2001) Ed. Brill pp. 363-418.


328 J.S. NOLAN – Lunar intercalations and "cattle counts" during the Old Kingdom: the Hebsed in context

in: Chronology and Archaeology in Ancient Egypt. Ed. Czech Institute of Egyptology, Prague 2008, pp. 44-60.
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 105

cycle lunaire de 25 ans. La date de la première fête sed (= 30 ans de règne) de Pépi Ier a
coïncidé avec son 18e recensement du bétail329, ce qui confirme le rapport théorique de 1,6
(= 25/16) entre les années de recensement et les années de règne (= 30/18). Les années
"après" (intercalaires) s'accordent avec les durées de règne330 en utilisant l'équation: durée
minimum du règne = nombre d'année de recensement x 1,6. Comparaison des valeurs:
Roi d'Égypte synchronisme +/- 5 TC Man. cens x1.6 date + durée Règne
IIIe dynastie
Djoser 19 29 19 2597-2578
Sekhemkhet 6 7 6 2578-2572
Nebka[râ]/ Sanakht 19 28 19 2572-2553
Khâba 6 17 6 2553-2547
Houni 24 42 24 2547-2523
IVe dynastie 15
Snofrou 2526-2480 46 24 29 24$ #38 44 2523-2479
Kheops 2480-2457 23 23 63 12$ %19 23 2479-2456
Djedefrâ 2457-2448 9 8 25 11?$ %18? 8 2456-2448
Khephren 2448-2415 33 2[-] 66 13$ #21 29 2448-2419
Baka 2415-2415 - 0 2419-2419
Mykerinos 2415-2388 27 18/28 63 11$ #18 28 2419-2391
Shepseskaf 2388 - 8 4 7 1+$ %3 1 4 2391-2387
Thamphthis -2380 - 2 2 2387-2385
Ve dynastie 18
Ouserkaf 2380-2372 8 7 28 3$ %5 7 7 2385-2378
Sahourâ 2372-2359 13 12* 13 7+$ %12 15 14 2378-2364
Neferirkarâ (Kakaï) 2359-23** ? ? 20 5$ #8 11 10 2364-2354
Shepseskarâ 7 7 7 2354-2347
Neferrefrâ 1 20 1$ %2 2 2347-2345
Niouserrâ (Ini) 11+x 44 7$ %12 sed* 14 2345-2331
Menkaouhor 8 9 8 2331-2323
Djedkarâ (Isesi) 28 44 22?$ #35 sed 38 2323-2285
Ounas 30 33 8$ %13 sed 30 2285-2255
VIe dynastie 15
Téti ? 30 11$ #18 18 2255-2237
Ouserkarê 0 2237-2237
Pépi Ier 2243-2200 43 20 53 25$ %40 42 42 2237-2195
Mérenrê Ier 44 7 5+$ %9 14 2195-2181
Pépi II 9[4] 94 31+$ #51 64 2181-2117
Mérenrê II 1 1 1 2117-2116
Nitocris -2120 ? 12 2 2116-2112
20

La comparaison est excellente entre les durées calculées par l'astronomie et celles du
canon royal de Turin, ce qui confirme la fiabilité de ce document pour la chronologie. Les
valeurs de Manéthon par contre sont fréquelmment trop élevées. Plusieurs valeurs du
canon royale de Turin ont été complétées, ou corrigées, grâce aux renseignements suivants:
! Nitocris. L'unique valeur de règne (12 ans) provient de Manéthon qui est en générale trop
élevée de 10 ans.
! Pépi II. La valeur de 9[4] ans apparaissant dans le papyrus de Turin semble excessive
pour les raisons suivantes: 1) comme le nombre de recensements donne un règne
329 M. BAUD – The Relative Chronology of Dynasties 6 and 8
in: Ancient Egyptian Chronology (Leiden 2006) Ed. Brill pp. 144-157.
330 G. GREENBERG – Manetho. A Study in Egyptian Chronology.

Pennsylvania 2004 Ed. MPM8 pp. 147,171,184.


106 APPROCHE SCIENTIFIQUE D'UNE CHRONOLOGIE ABSOLUE

minimum de 51 ans, il manquerait les 43 dernières années du règne (pour Ounas, par
exemple, il manque les 17 dernières années de son règne de 30 ans); 2) comme le père
de Pépi II est mort à l'âge de 74 ans il paraît vraisemblable que Pépi II ait été lui aussi un
septuagénaire, ce qui impliquerait un règne d'environ 68 ans (= 74 – 6) puisqu'il est
monté sur le trône à l'âge de 6 ans; 3) comme les nombres égyptiens 64 et 94 se
ressemblent, une confusion semble vraisemblable.
! Mérenrê Ier. Comme pour Pépi II la valeur de 44 ans est trop élevée de 30 ans, puisque le
dernier recensement donne un règne minimum de 9 ans. Il est possible que les règnes de
Téti et Pépi Ier dans le canon royal de Turin aient été décalées d'une ligne, soit 20 ans au
lieu de [?] pour Téti et 44 ans au lieu de 20 pour Pépi Ier.
! Pépi Ier. La date la plus haute du règne étant l'an 42 cela suppose un règne minimum de
41 ans. La valeur de 44 ans attribuée à Mérenrê Ier correspondrait mieux à Pépi Ier.
! Téti. Le nombre de recensements donne un règne minimum de 18 ans. La valeur de 20
ans attribuée à Pépi Ier correspondrait mieux à Téti.
! Djedkarâ (Isesi). Le nombre de recensements donne un règne minimum de 35 ans. Le
nombre 38 semble avoir été écrit 28.
! Niouserrâ (Ini). Les 30 ans de règne reposent uniquement sur la présence d'une fête sed.
! Neferirkarâ (Kakaï). La date la plus haute du règne étant l'an 11 cela suppose un règne
minimum de 10 ans.
! Sahourâ. La date la plus haute du règne étant l'an 15 cela suppose un règne minimum de
14 ans, confirmé par la pierre de Palerme qui fixe la mort de ce roi en l'an 14, mois 9 et
jour 6.
! Mykerinos. Selon l'astronomie la durée de ce règne a été d'environ 27 ans (à +/- 5 ans) ce
qui permet de choisir la valeur 28 (au lieu de 18) du canon royal de Turin.
! Khephren. Selon l'astronomie la durée de ce règne a été d'environ 33 ans (à +/- 5 ans) ce
qui permet de choisir la valeur 2[9] du canon royal de Turin.
! Khéops. L'antique port de Kheops (Ouadi el-Jarf) a livré de nombreux papyrus décrivant
des livraisons de pierres pour sa pyramide dont la date la plus élevée, correspondant à la
fin du règne, est: après le 13e recensement331, ce qui confirme le rapport 1,6 (= 23/14) entre
les années de règne et le nombre de recensements. Si ce rapport avait été de 2, le règne
aurait duré 28 ans au lieu de 23 ans.
! Snofrou. Selon l'astronomie la durée de ce règne a été d'environ 46 ans (à +/- 5 ans) ce
qui permet de choisir la valeur 44 (au lieu de 24) du canon royal de Turin.
La reconstitution chronologique des deux premières dynasties égyptiennes332 est
conjecturale, les seuls repères chronologiques vérifiables sont les suivants:
! La IIIe dynastie débute vers -2600.
! Djer. La plaquette de Djer mentionne un lever héliaque de Sirius daté au début de
l'inondation333 le I Akhet 1 (= 17 juillet) et du solstice d'été, soit en -2774.
! Les Ière et IIe dynasties comportent un nombre de rois variant d'une liste à l'autre car il y
a une confusion entre les noms d'Horus, des 2 maîtresses, d'Horus d'or, de naissance
(fils de Râ) et de couronnement334. Seuls 8 rois sont authentifiés dans ces 2 dynasties.
! La durée moyenne d'un règne est de 17 ans durant les dynasties III à VI (la datation de
certains règnes, grâce à l'orientation des temples, reste encore hypothétique)335.
331 Le port de Kheops ressurgit des sables, in: Sciences et Avenir N°796 (juin 2013) pp. 52-53.
332 J. VERCOUTTER - L'Egypte et la vallée du Nil
Paris 1992 Éd. Presses Universitaires de France pp. 200-244.
333 A.S. VON B OMHARD - Le calendrier Égyptien. Une œuvre d'éternité

London 1999 Ed. Periplus pp. 48-49.


334 Pour compliquer encore les choses il y a parfois plusieurs noms d'Horus ou de fils de Râ et certains sont de nature indéterminée.
335 M. SHALTOUT, J.A. BELMONTE – On the Orientation of Ancient Egyptian Temples: (1) Upper Egypt and Lower Nubia

in: Journal for the History of Astronomy 36:3 (2005 n° 124) pp. 273-298.
CHRONOLOGIE EGYPTIENNE SYNCHRONISEE 107

En supposant que tous ces noms désignent effectivement des rois différents et non
le même roi sous plusieurs noms (visiblement faux à cause de la confusion des noms)336,
qu'ils aient régné successivement (visiblement faux dans certains cas, marqués /) et que la
durée moyenne des règnes fut la même que pour les dynasties suivantes (?), on obtient:
Roi d'Égypte (nom usuel) Palerme Manéthon Date + Durée Règne
Ière dynastie (-2800)
Ménès/ Narmer ? 60 [17 ans]
Âha (Atoti ?) 28? 27 [17 ans]
Djer 54? 29 Sed [34 ans] (-2774?)
Ouadji/ Djet 11? 42 [11 ans] 2792-2781
Den 42? 20 31 [32 ans] 2781-2749
Âdjib 10? 26 [10 ans] 2749-2739
Semerkhet 9? 18 [ 9 ans] 2739-2730
Qaâ 33? 26 Sed [33 ans] 2730-2697
IIe dynastie (-2700)
Hotepsekhemouy ? 38 [17 ans] 2697-2680
Nebrâ/ Râneb ? 39 [17 ans] 2680-2663
Nynetjer 44? 47 7 [24 ans] 2663-2639
Ouneg(nebty) ? 17 [ 7 ans] 2639-2632
/Sened =? 41 [ 7 ans] 2639-2632
Neferkarâ ? 25 [ 8 ans] 2632-2624
/Neferkasokar 8 48 8 ans 2632-2624
Khâsekhemouy 27 30 27 ans 2624-2597
IIIe dynastie (-2600)
Djoser 19 29 19 ans 2597-2578
Sekhemkhet (Djoser-Téti) 6 7 - 6 ans 2578-2572
Nebka[râ]/ Sanakht (Neferkarâ) 19 28 - 19 ans 2572-2553
Khâba 6 17 6 ans 2553-2547
Houni 24 42 24 ans 2547-2523
durée moyenne 17 ans

La pierre de Palerme mentionne une dizaine de rois prédynastiques (dynastie 0),


mais ces roitelets sont difficiles à identifier et à situer. Les seuls synchronismes durant cette
période archaïque sont: 1) le lever sothiaque (?) en -2774 durant le règne de Djer et 2) la 1ère
dynastie de Kish (vers -2800) qui apparaît en même temps que celle d'Égypte337.

336 P. LEVEQUE – Les premières civilisations


Paris 1987 Éd. Presses Universitaires de France pp. 106-107.
337 Selon le texte de Genèse 10:6-12, Nimrod fils de Kûsh fonda les villes de Babylone, d'Uruk et d'Akkad. Or, Kûsh/Kish et Mitsraïm

(Égypte) sont les premiers fils de Cham, lui-même fils de Noé (il y eut aussi un pays de Kûsh, l'Éthiopie, au sud de l'Égypte).