Vous êtes sur la page 1sur 3

WTC 9/11 STEVE REICH

Style :

Musique contemporaine (XXI ème s.) pour quatuor à cordes (Kronos quartet) et voix
pré enregistrées et transformées.

Compositeur :

Steve Reich, né Stephen Michael Reich le 3 octobre 1936 à New York, est
un musicien et compositeur américain. Il est considéré comme l'un des pionniers de la
musique minimaliste, un courant de la musique contemporaine qui joue un rôle
central dans la musique instrumentale des États-Unis.

Commentaire de l’œuvre

En 2009, le Kronos quartet a demandé à Steve Reich une oeuvre utilisant des voix
préenregistrées.
La première idée du compositeur était d étirer les dernières consonnes et les voyelles
des mots dites par le narrateur. Il ne savait pas quelles voix utiliser pour son œuvre
mais après plusieurs mois de recherche il décide d’appuyer son œuvre sur un sujet
qui lui tient particulièrement à cœur. Ayant habité 25 ans à coté du World Trade
Center (WTC),il fut touché par les évènements du 11 septembre 2001 et décide donc,
10 ans après de puiser les voix au sein des enregistrements accessibles au public du
NORAD (North American Aerospace Defence Command), du FDNY (Fire Department
New York) et à partir d' interviews avec des amis et voisins qui vivaient et travaillaient
dans le bas de Manhattan.
WTC 9-11 est une pièce d'une durée de 15 minutes.La pièce commence et finit
avec le premier violon doublant le son fort que produit la tonalité du téléphone quand
celu-ci est décroché. Dans le premier mouvement il y a la voix des contrôleurs aériens
du NORAD, très inquiets que le vol 11 d'American Airlines ne réponde plus. Ce dernier
a été le premier avion à rentrer en collision avec le World Trade Center. Ce premier
mouvement de l'oeuvre continue avec les archives du FDNY de ce jour expliquant au
sol ce qu'il se passait.

Le second mouvement utilise des enregistrements réalisés en 2010 avec des


résidents du voisinage, un officier des pompiers et le premier conducteur d'ambulance
à arriver sur place, tous se souvenant neuf ans après ce qu'il s'était passé.

Le troisième et dernier mouvement utilise les voix d'un résident du quartier, de


deux volontaires qui restèrent près des corps et d'un chanteur de la synagogue. Il se
termine avec le retour de cette tonalité émise lorsque le téléphone est décroché

Commentaire de l’oeuvre WTC 9/11 .

WTC 9/11 est une oeuvre de musique contemporaine composée en 2010 par
Steve Reich (USA, 1936…) .C’est une pièce mixte en trois mouvements (I. 9/11, II.
2010, III.WTC) utilisant le quatuor à cordes frottées ainsi que des échantillons
(samples) de voix enregistrés pendant et après le 11 Septembre 2001 (acteurs
directs, témoins, habitants du quartier, chanteur de psaumes). L’écriture de la partie
instrumentale est minimaliste et répétitive dans ses cellules rythmiques et mélodiques.
Les sons utilisés sont transformés à l’aide d’effets générés par l’ordinateur afin de
susciter chez l’auditeur, grâce à de longues résonances, un sentiment proche de l’idée
de disparition des victimes, d’éternité, du silence de leur voix, de leur mort. Le
quatuor à cordes jouant alors une partition écrite à un tempo de 120 pulsations par
minutes avec un rythme en croche rappelant celui d’un signal émis.

Les trois mouvements de l’oeuvre WTC 9/11 de Steve Reich.

Cette oeuvre est composée de trois moments temporels :les trois mouvements
décrivent trois périodes de l’histoire du WTC(pendant l’attaque, après l’attaque et
maintenant).

Le premier, 9/11, d’une durée de 3‘ 39’’, met en scène les voix enregistrées au
moment de l’attaque terroriste. De nombreuses et régulières résonances se font
entendre, harmonisant les paroles de ceux (NORAD, FDNY) qui ont été ce jour-là, mis
face à l’évidence de cette attaque. La pulsation est à 120 battements par minute, la
musique tonale plutôt mineure partant de la note Fa. L’aspect répétitif donne une
impression de scintillement sonore.
Le second, 2010, le plus long des trois avec une durée de 7 ‘ 29’’, fait entendre des
voix de témoins au sol, d’habitants du quartier, de premier secours arrivés sur place
ce jour-là. L’auteur fait répéter les échantillons de voix, de paroles afin de générer
l’angoisse liée à l’horreur de la découverte de la situation. Pendant les six premières
minutes la pulsation reste à 120 battements par minutes. Un dialogue semble ensuite
s’installer entre les instruments du quatuor et les échantillons de paroles enregistrés
et répétés. La voix est, à de nombreuses reprises, doublée par la mélodie
instrumentale. L’effet principalement utilisé est une longue résonance « figeant » dans
le temps les syllabes répétées.

Le troisième mouvement, WTC, d’une durée de 4’36’’, semble comme ralentir la


vitesse par une pulsation plus indéterminée et discrète au début. Une phrase «
résonante », dite par un habitant du quartier, doublée par le quatuor, débouchera
petit à petit sur le psaume 24/7 de la bible, recité par des femmes qui étaient
présentes près des corps. Les voix sont comme en retrait par rapport au quatuor à
cordes.