Vous êtes sur la page 1sur 9

Manip 1 : Equation d'état

d'un gaz parfait


Tp de THERMODYNAMIQUE
Réalisé par :

o KROUIT anas
o AATAFAY salma
o EL RHANAY hajar
o EL MASLOUHI soundous
Encadré par :

Mr. Guemmimi

1
INTRODUCTION :
Lors de ce TP on va se focaliser sur étudier les lois reliant la pression, le volume et la
température d’un gaz parfait, ainsi que pouvoir décrire un gaz parfait et voir ses
caractéristiques. Lors de ce TP, vous imaginerez, puis réaliserez les manipulations et
les mesures que vous pouvez faire pour tester les relations entre pression,
température et volume.

Dans ce compte rendu on tracera les graphiques permettant d’établir la loi des gaz
parfait ainsi que vérifier cette loi et dans quelles conditions peut s’appliquer.

La Thermodynamique :
La thermodynamique est la science qui étudie les échanges d'énergie. On l'utilise
autant en physique qu'en chimie ou en biologie, en s'appuyant notamment sur des
outils mathématiques. Elle nous permet de comprendre et de prévoir les variations
d'énergie entre différents systèmes en interaction grâce à des principes
fondamentaux.

Les applications de la thermodynamique sont nombreuses. On peut citer entre autres


les machines thermiques (moteurs de voitures, réfrigérateurs, pompes à chaleur).

Objectif du TP :
L’objectif de cette manipulation est de faire la mesure des variables d’état d’un gaz
parfait par étapes :

➢ mesurer le volume et la pression à température constante en utilisant la loi


de Boyle Mariotte.

➢ mesurer le volume et la température à pression constante en utilisant


cette fois-ci la loi de Gay Lussac.

➢ mesurer la pression et la température à volume constant en utilisant la loi


de Charles Amontons.

A la fin, on va calculer la constante des gaz, et le coefficient de l'expansion thermique,


le coefficient de la tension thermique et le coefficient de la compressibilité cubique.

2
Matériels utilisés :
LES GAZ PARFAITS
Un gaz est dit "parfait" si :

- les molécules qui le composent ont des dimensions très petites devant
les dimensions du récipient de telle sorte qu'elles puissent être
considérées comme ponctuelles.

- les molécules sont suffisamment disséminées dans le vide pour que la


distance moyenne entre particules soit grande devant la portée des forces
intermoléculaires; on peut considérer que les molécules n'ont
d'interaction appréciable qu'au moment des chocs et qu'elles se déplacent
librement entre deux chocs. Les gaz réels tendent vers les gaz parfaits
lorsqu'ils sont très dilués (pression relativement faible, conditions
relativement éloignées de celles d'un changement de phase).

Equation d’état du gaz parfait :


L'état d'une masse de gaz m est défini par trois grandeurs physiques de
pression P, volume V et température T, reliées entre elles par une relation
du type f(P, V, T) = 0 appelée équation d'état du gaz. Pour un gaz parfait,
cette équation s’écrit : PV = nRT Avec dans le système d'unités M.K.S.A.
(système international S.I.)

P : pression en Pascal (Pa)

V : volume en m3

T : Température absolue en Kelvin (K) T(°K) = t(°C) + 273,15

R : constante des gaz parfaits = 8,314 Joules.K-1 .mole-1

n : nombre de moles du gaz considéré

Si l'on fixe, par exemple, les deux variables indépendantes V et T, la valeur


de la troisième variable est fixée par celles des deux précédentes ; elle
peut être calculée à l'aide de la relation précédente.

3
Appareil de Boyle – Mariotte :
Appareil permettant de réaliser une démonstration de la loi de Boyle
Mariotte Comprenant un tube gradué en verre très épais, monté sur une
plaque métallique blanche. Pour des raisons de sécurité, le tube en verre
est enveloppé d'une protection supplémentaire en matière plastique. Le
tube en verre est relié à un réservoir de mercure sur lequel est placé un
manomètre. Une pompe manuelle permettra de pomper le mercure dans
le tube en verre afin d'y créer une surpression.

Manipulation :
Détermination du volume en fonction de la température
Vp=f(T) (loi de Gay Lussac) :
Apres qu’on a fixé la pression P du gaz à étudier à 1 atm , on a varier la
températures T , et on a relevé la hauteur h

Apres on appliquer la relation suivant pour calculer le volume :

4
𝑑 2
𝑉 = 𝜋 × ( ) × ℎ + 𝑉𝑟
2
T (°c) 30 50 55 60
h (cm) 17,2 18,5 18,8 19
V (cm3) 18,55 19,88 20,2 20,4
Δ h (cm) 0.1 0.1 0.1 0.1
ΔV (cm 3) 0,21569 0,21491 0,21489 0,21473

Le graphe de Vp=f(T) :
Vp=f(T)
30

20

10

0
0 15 30 45 60

La nature de la courbe :
On constate que la courbe est une droite: f(x)= Ax+B

Donc : 𝑉 = 𝐴𝑇 + 𝑉0

Avec : A est la pente moyenne de la courbe.

5
Calcul de la pente et d’incertitude :
On sait que : 𝐴 = 𝑃𝑚𝑜𝑦 = (𝑃𝑚𝑎𝑥 + 𝑃𝑚𝑖𝑛)/2
A.N : 𝐴 = 73.4 Hmg

𝛥𝑃 = (𝑃𝑚𝑎𝑥 − 𝑃𝑚𝑖𝑛)/2

A.N : 𝛥𝑃 = 19.4 cmhg

Le volume V0 et le coefficient de dilatation A:


En utilisons la courbe, on a calculé V0 (le volume correspondant à T=273
K) :

𝑉0 = 𝑉𝑚𝑖𝑛 + 𝑉𝑚𝑎𝑥 /2

A.N : 𝑉0 = 19.475 cm3

Donc le coefficient de dilatation isobare est :

𝒂𝒍𝒑𝒉𝒂 = 𝟏/𝑽𝟎
∆𝑽
= 𝑷𝒎𝒐𝒚/𝟐 = 3, 67 𝑐𝑚ℎ𝑔/ 𝑐𝑚
∆𝑻

Détermination de la pression en fonction du volume P=fT(V) (loi


de Boyle Mariotte) :
On prend T=30°C, pendant cette manipulation.

On obtient le tableau ci-dessous :

H (cm) 15 16 17 18 19 20 25
P’ (cm hg) 11,40 5,00 0,500 -3,10 -6,60 -10,05 -22,35
P=P’+Patm 87,38 80,98 76,48 72,87 69,37 65,93 53,62
V (𝒄𝒎𝟑 ) 16,32 17,34 18,36 19,38 20,4 21,42 26,52
∆P (cmHg) 1,53 1,42 1,34 1,27 1,21 1,15 0,94

Avec :

∆𝑷 = ∆𝑷’ + ∆𝑷𝒂𝒕𝒎

6
∆𝑷’ = 𝝆𝒈∆𝒉’ = 𝟏𝟑, 𝟔 ∗ 𝟗𝟖𝟏 ∗ 𝟎, 𝟏 = 𝟏𝟑𝟑𝟒, 𝟏𝟔 𝒄𝒎 𝑯𝒈
∆𝑷𝒂𝒕𝒎 = 𝟎, 𝟕 𝒄𝒎 𝑯𝒈

Le graphe de P=f(V) :
Y-Values
100

80

60
P(CmHg)

40

20

0
0 10 20 30
V(𝑐𝑚^3)

La nature de la courbe :
Il s’agit bien d’une courbe sous forme d’une droite:
𝑃 = 𝐴𝑉 + 𝑃0

On constat que le produit PV reste constant tant que la pression


est constante et qu’il varie avec la température. (PV=cte).

c- mesurer la pression en fonction de la température à


volume constant P=f(T) (loi de Charles Amontons ) :

7
T(C) 30 40 45 50 55
h(cm) 15 15 15 15 15
h’ (cm) 11 13.6 14.4 16.3 18
P’(cmHg) 11 13.6 14.41 16.31 18.01
P(cmHg) 86.98 89.59 90.39 92.29 93.99
V(𝒄𝒎𝟑 ) 16.32 16.32 16.32 16.32 16.32
ΔP 1.58 1.317 1.255 1.13 1.04

Le graphe de Pv=f(T) :
Pv=f(T)

80
P(cmHg)

40

0
0 20 40 60
T(C)

La nature de la courbe :
Il s’agit bien d’une courbe sous forme d’une droite: 𝑃 = 𝐴𝑇 + 𝑃0

On constat que la division P/T reste constant tant que le volume est
constante. (P/T =cte).

Calculs de 𝑷𝒎 et de∆𝑷 :
On sait que : 𝐴 = 𝑃𝑚𝑜𝑦 = 𝛥𝑃/𝛥𝑇
A.N : 𝐴 = 0.28

8
𝛥𝑃 = (𝑃𝑚𝑎𝑥 − 𝑃𝑚𝑖𝑛)/2

A.N : 𝛥𝑃 = 3.5 cmhg

En extrapolant la courbe vers la température 273°K (0°C), On a


calculé la pression P0, le coefficient de compression β et
Calculer le coefficient de compressibilité
𝑃0 = 86.5 cmhg
1
𝑋T = = 0.01156
𝑃
1
β= = (1/𝑃)(𝛥𝑃/𝛥𝑇 )
𝑇

Conclusion :
A la fin on peut conclure la validité des lois de gaz parfait, au
cours de cette manipulation on a peut traiter
expérimentalement l’équation de gaz parfait , et on a utilisé un
matériel technique(Appareil de Boyle –Mariotte) pour arriver à
cette résultat ce que nous a permis d’approfondir nous
connaissances à propos de quelques connaissances théoriques
dans la thermodynamique .