Vous êtes sur la page 1sur 5

L'Information Grammaticale

De la phrase au texte : Les constructions appositives détachées


et la structure informationnelle de l'énoncé dans Les Misérables
Franck Neveu

Citer ce document / Cite this document :

Neveu Franck. De la phrase au texte : Les constructions appositives détachées et la structure informationnelle de
l'énoncé dans Les Misérables. In: L'Information Grammaticale, N. 64, 1995. pp. 23-26.

doi : 10.3406/igram.1995.3069

http://www.persee.fr/doc/igram_0222-9838_1995_num_64_1_3069

Document généré le 16/10/2015


DE LA PHRASE AU TEXTE

Les constructions appositives détachées


et la structure informationnelle de l'énoncé dans Les Misérables

Franck NEVEU

La dynamique communicative est le concept clé d'un de l'apposition par rapport à la segmentation, et surtout
courant linguistique <1> qui postule le caractère cinétique par rapport à Tépithète. Ce qui implique un élargissement
de la communication verbale. Il s'agit d'examiner dans un à l'adjectif de cette fonction qui fut longtemps pensée
énoncé la répartition des éléments faiblement informatifs comme exclusivement nominale. La pause, dont les
(unités thématiques) et fortement informatifs (unités paraphrases linguistiques avec être font ressortir le rôle de
Thématiques) . Les premiers, supports de l'énoncé, marqueur prédicatif, devient un critère décisif. La relation
assurent le liage de l'information, les seconds font qui régit Tappariement de l'apposition et de son support
« avancer » la communication par l'apport de données est une relation de prédication, c'est-à-dire
nouvelles. Pour s'en tenir à la seule réalisation écrite du d'interdépendance (Forsgren) ou plutôt, puisqu'il y a détachement, de
phénomène, il est ainsi possible de considérer que toute solidarité lâche. L'apposition détachée n'est donc pas
séquence textuelle obéit en principe à une règle générale une particularité de construction affectant un élément
de continuité et à une règle générale de progression. tout à fait étranger à l'intégrité phrastique, mais un
système dynamique complexe articulant deux
Le couple dichotomique thème/rhème a fait l'objet d'une constituants, un terme support et un terme apport, entre
littérature particulièrement abondante, et a donné lieu à lesquels s'établit une relation attributive sous-jacente.
des dénominations et à des caractérisations multiples et
parfois contradictoires <2>. On s'en tiendra ici à la définition La thèse ici développée vise à démontrer que les analyses
proposée par Robert Martin <3> : informationnelles couramment appliquées aux appositions
« Le thème (ou "topique"), par opposition au rhème voient leur pertinence réduite, et dans certains cas
(ou "commentaire"), se définit habituellement comme annulée, du fait d'une trop grande allégeance à une
"ce dont on parle", comme le "support de l'information" perspective strictement phrastique. Il s'agit de mettre à
ou encore, en termes psycho-linguistiques, comme l'épreuve l'idée communément admise d'une valeur
"l'ensemble des éléments qui, au moment de la parole, essentiellement Thématique (rhème secondaire) de
appartiennent déjà au champ de la conscience". Dans l'apposition détachée. Plusieurs questions se posent. Le
une telle optique, le thème représente non pas le segment apposé peut-il jouer un rôle au niveau
"connu", mais le "donné". » thématique ? Dans quelle mesure peut-il contribuer
efficacement à la cohésion de l'énoncé, c'est-à-dire à la
Cependant, cette conception binaire de l'énoncé (donné/ continuité textuelle ? L'apposition peut-elle constituer un
nouveau) est évidemment insuffisante, et une échelle rhème propre et faire « avancer » la communication ?
plus précise des informations s'impose. On distinguera Les tentatives de réduction du plan informationnel au
ici : un thème propre (degré le plus bas de la dynamique plan syntaxique (tel degré de dynamique communicative
communicative * Th-), un thème secondaire (reste du pour telle fonction grammaticale) n'aboutissant qu'à de
thème, ou groupe thématique d'un degré informatif « fallacieuses équipollences » <5>, puisqu'il s'agit de deux
supérieur = Th+), un rhème propre (degré le plus élevé niveaux d'analyse distincts, le seul critère formel recevable
de la dynamique communicative ¦ Rh+) et un rhème semble celui de Tordre des groupes dans l'énoncé. Nous
secondaire (élément Thématique d'un degré informatif considérerons divers types de détachements appositifs :
moindre = Rh-). les détachements polaires, en premier lieu, qui font
Pour ce qui concerne la délicate question du champ apparaître l'apposition en tête de protase ou en fin
d'application de l'apposition détachée, il se dégage de d'apodose ; puis le détachement non polaire, qui marque
travaux récents W un relatif consensus. On s'accorde en une pause centrale dans l'énoncé <6).
général sur l'autonomie fonctionnelle (au sens syntaxique) 4. Voir Rioul, 1983 ; Forsgren, 1986 et 1993 : Neveu, 1993 (pp. 2-145,
pour une présentation historique de la notion ; pp. 381 -441 , pour un examen
1. Pour une présentation récente de ce courant, voir par exemple : du rapport entre le système appositif et la cohésion de l'énoncé).
Combettes/Tomassone, 1988 ; Zaccaria, 1990 ; Combattes, 1991 ; Dupont 5. Voir Zemb, 1978.
et alii, 1994. Les références complètes figurent en fin d'article. 6. Les références à l'oeuvre de Victor Hugo renvoient à l'édition d'Yves
2. Pour un exposé clair et concis de la problématique thématique, voir Gohin - Gallimard, coll. - Folio », n° 348 (tome I) et 349 (tome II, jusqu'à la
Galmiche, 1992. page 148) -, recommandée pour le concours. Les chiffres en caractères
3. Martin, 1992, p. 230. romains indiquent le tome ; en caractères arabes, ils signalent la page.

L'Information grammaticale n° 64, janvier 1995 23


1. DÉTACHEMENT DU PÔLE D'OUVERTURE de données antérieures, un commentaire caractérisant
Le détachement appositif du pôle d'ouverture implique le (Th+) sur son support (Th-). Le degré informationnel de
plus souvent un support sujet, mais on relève parfois ces segments est donc plus élevé que celui du thème
chez Hugo une configuration où l'appui syntaxique propre/support (Th-), mais il reste nettement en deçà de
n'occupe pas ce poste fonctionnel, ce qui contrevient à celui des rhèmes propre (Rh+) et secondaire (Rh-). Dans
une règle généralement observée : ex. « Accompagné ces exemples, le segment apposé se fait le véhicule
comme il Tétait, l'idée même de la résistance était d'une matière notionnelle qui est de l'ordre du donné, de
impossible, si énergique, si vigoureux, et si désespéré l'identifiable, du notoire, c'est-à-dire présente en pensée
que fût Jean Valjean », (II, 41). Le support, qui est en fait par référence au contexte antécédent :
dilué dans l'ensemble de l'énoncé grâce à des segments I, 60 : « Né provençal, il s'était facilement familiarisé
véhiculaires actanciels (le pronom /'/de la comparative qui avec tous les patois du midi. »
sert d'expansion circonstancielle à l'apposition, énergique, I, 164 : « Il prit ce chandelier dans sa main droite, et
vigoureux, désespéré, Jean Valjean), est suffisamment retenant son haleine, assourdissant son pas, il se
aisé à reconstituer pour obvier à toute ambiguïté dirigea vers la porte de la chambre voisine, celle de
sémantique et donc à toute difficulté de lecture. Si, dans cette Tévêque, comme on sait. Arrivé à cette porte, il la
occurrence, le support apparaît à l'autre pôle de la phrase, trouva entre-bâillée », etc.
en quelque sorte par hyperbate, assurant ainsi On note ici, réalisé diversement, le caractère mémoriel
l'identification, on peut toutefois considérer que c'est la saturation de l'apposition. Cette mémoire discursive, repérable
des marques actancielles désignant Jean Valjean dans le essentiellement au plan lexico-sémantique, peut s'exercer
contexte antécédent (contexte verbal qui précède) qui de manière dilatée ou condensée. Dilatée, comme en I,
autorise une telle construction. Le segment apposé, quant 60, où les origines provençales de « monseigneur
à lui, est ici essentiellement de nature adjective. Les Bienvenu » sont explicitement données à comprendre au
participes passés prédominent très largement. On note lecteur plus de dix pages auparavant <10>. Condensée,
même, dans le détachement du pôle d'ouverture, la comme en I, 164, où « arrivé à cette porte » figure dans
récurrence intéressante du participe arrivé (7), qui tend à l'horizon d'attente du lecteur, préparé par un contexte de
spécialiser cette configuration appositive dans l'énoncé proximité ménageant Tinférence. A cet égard, il faut
de coordonnées spatiales. Les quelques constructions souligner le fréquent rôle de cheville marquant le passage
substantives sont, dans cette position, dépourvues de d'une macro-séquence à l'autre, autrement dit la valeur
déterminants, ce qui apparente leur fonctionnement à de clausule textuelle de l'apposition frontale, laquelle,
celui des appositions adjectives. tout en inaugurant un nouveau développement, fixe a
Le caractère prédicatif de la relation appositive, qui ressort posteriori le sens d'un ensemble verbal et l'interprétation
des analyses linguistiques de la phrase, conduit qu'il convient d'en faire : ex. « Donc, étant ironique et
naturellement à attribuer à cette construction une valeur chauve, il était le chef », (1, 191) ; « Ainsi assuré et contre-
informationnelle de type Thématique. Puisque la pause signale un buté, le centre de l'armée anglo-hollandaise était en
détachement par rapport à la prédication principale, on bonne posture », (I, 420).
en vient inévitablement à postuler le statut de rhème Certaines marques morphosyntaxiques entérinent
secondaire de l'apposition détachée W. En fait, les
implications d'une telle analyse - structure d'ailleurs cette fonction thématique de l'apposition
d'ouverture. C'est le cas en II, 136 : « Ils s'en allèrent par
informationnel e de l'apposition détachée invariante, place de la les allées où le corbillard avait passé. Arrivés devant la
construction dans l'énoncé indifférente, matériel lexical grille fermée et le pavillon du portier. Fauchelevent, qui
constituant indifférent, volume du groupe apposé
indifférent, contexte antécédent également indifférent - tenait à sa main la carte du fossoyeur, la jeta dans la
sont difficilement recevables. Certains auteurs ont boîte, le portier tira le cordon, la porte s'ouvrit, ils
sortirent. » L'appariement du participe pluriel et du support
d'ailleurs démontré dès longtemps qu'une unité
linguistique n'est thématique ou Thématique que relativement à singulier, qui contrevient à la règle d'accord, signale en
fait que dans de telles configurations le système appositif
une configuration discursive déterminée <9>. L'examen du fonctionne essentiellement sur le mode transphras-
corpus hugolien nous permet de sortir de cette pénombre tique <1 1). On est finalement assez proche de la disjonction
théorique. actancielle qui intervient dans l'emploi des participiales.
On observe dans de nombreuses occurrences que les Mais ce qui compte ici, c'est le liage informationnel et la
appositions en détachement à l'ouverture constituent un continuité textuelle qui sont assurés par la construction
élément informatif inferable servant à fournir, par reprise appositive.
Pour autant, toutes les appositions détachées à l'ouverture
7. Voir : I, 116, 163, 164. 268, 374, 386, 395, 457 II, 136. ne font pas apparaître une valeur informationnelle théma-
8. Voir Combettes/Tomassone, 1988, pp. 83 et 86. Voir aussi, Dupont
;

et alii, 1994, p. 24.


9. Voir de Cornulier, 1979, qui soutient à juste titre l'idée que la 10. « M. Myriel était fils d'un conseiller au parlement d'Aix ; noblesse
thématisation n'est, le plus souvent, qu'un « effet de sens en perspective » de robe », I, 47.
engendré par renonciation en contexte. Que ce phénomène souligne 11. Voir Zemb, 1968. p. 298 « Matériellement F (apposition à F -
l'insuffisance d'une analyse thématique des énoncés est sans doute vrai. foncteur) est dans d (discours) et dans p (proposition) ; formellement, F' est
:

Mais on ne peut prétendre qu'il en annule définitivement la pertinence. seulement dans d. »

24 L'Information grammaticale n° 64, janvier 1995


tique. Ce n'est en effet pas le cas dans les anticipations mément Thématiques donc à l'évidence sans structure
fonctionnelles cataphoriques qui se rencontrent dans les scalaire. Elles jouent, à ce titre, un rôle prépondérant
constructions constituées de cnose+Adj (ou équivalent) : dans la dynamique communicative.
ex. « Tout à coup, chose tragique, a la gauche des Les autres configurations, entre autres les constructions
Anglais, à notre droite, la tête de colonne des cuirassiers sans déterminant, au fonctionnement quasi adjectival,
se cabra avec une clameur effroyable », (I, 432) (12>. mettent en oeuvre une valeur de rhème secondaire : ex.
Dans ce type de séquences, où l'énoncé est modalisé par « Or c'était l'usage de la maison, quand Tévêque avait
le scripteur, le mouvement de pensée, manifestement quelqu'un à souper, de disposer sur la nappe les six
thétique, est orienté vers la droite, ce qu'indique assez couverts d'argent, étalage innocent », (I, 137).
l'étendue même du support propositionnel, qui couvre le
reste de la phrase. La charge informative de ces segments En détachement de clôture, là encore, deux structures
apposés ne relève donc pas du degré de dynamique informationnelles apparaissent, ainsi formalisables : [SN
communicative des exemples précédents. On verra dans (Th-) SV = Supp + App (Rh+)] ou bien [SN (Th-) SV =
de telles configurations appositives des rhèmes Supp (Rh+) App (Rh-)].
secondaires (Rh-) antéposés contribuant au
développement et à la progression des informations sur 3. DÉTACHEMENT NON POLAIRE
l'ensemble de l'énoncé. Avec les appositions qui marquent une pause centrale
Ainsi, deux types de structures informationnelles dans l'énoncé, nous abordons une configuration que les
apparaissent en détachement d'ouverture, que Ton peut formaliser grammaires du français ont longtemps tenu, et à tort,
de cette manière <13> ; si Ca # 0, alors [App (Th+) Supp pour le modèle de réalisation de la notion, c'est-à-dire
(Th-) SV (Rh+)] ou bien [App (Rh-) Supp (Th-) SV (Rh+)] ; pour le type de très loin le plus fréquent, les détachements
si Ca = 0, alors [App (Rh-) Supp (Th-) SV (Rh+)]. polaires étant considérés comme des phénomènes
marginaux relevant de l'étude de style C4). Nous
2. DÉTACHEMENT DU PÔLE DE CLÔTURE passerons plus rapidement sur ce détachement central, mieux
connu, et qui présente en outre une certaine homogénéité
Ce qui retiendra surtout notre attention sur le plan textuel, informationnelle.
ce sont des segments apposés Thématiques qui, loin
d'afficher une valeur informationnelle secondaire, Toutes les occurrences relevées font apparaître une
manifestent au contraire un degré de dynamique valeur de rhème secondaire (Rh-), puisque le groupe
communicative semblable à celui du rhème propre. Une configuration détaché, nouveau par rapport au contexte, marque sur
favorise particulièrement ce phénomène. Il s'agit de l'échelle de la dynamique communicative un degré
constructions substantives déterminées comportant dans d'information situé en deçà du degré maximal (Rh+) : ex. « La
le segment support un déterminant localement catapho- pharmacie de l'hôpital, petit bâtiment ajouté à la maison
rique. La prédication principale, c'est-à-dire la séquence et pris sur le jardin, avait été transformée en cuisine et en
qui occupe la position du rhème propre, est ainsi placée cellier », (I, 69) ; « Mademoiselle Baptistine, parfaitement
dans une situation d'incomplétude informationnelle : ex. paisible et naturelle, prit place à sa gauche », (I, 137) ;
« Lui, il prenait le sentier qui abrège : Tévanaile », (1, 112) ; « Son père, émondeur comme lui, s'était tué en tombant
« Il se sent enseveli à la fois par ces deux infinis, l'océan d'un arbre », (I, 144). En dehors de la prédication
et le ciel (...) », (1, 1 58). Dans le système appositif hugolien principale, ce type d'apposition, surcroît informationnel, joue
marqué par la détermination nominale, comme on comme un « enrichissement conceptuel » (15) non pas du
l'observe ici, la relation métaphorique est très bien seul appui syntaxique mais de l'ensemble de l'énoncé (en
représentée. Le comparant qui engage la caractérisation particulier de la relation sujet/prédicat). Par conséquent, il
constitue l'appui syntaxique, et le comparé se trouve en contribue, mais modestement, à la progression textuelle.
position détachée, ce qui signale une inadéquation entre Il ouvre un espace verbal réservé le plus souvent à
support syntaxique et support sémantique. Dans ces l'identification du support actanciel, c'est-à-dire à sa
exemples le segment apposé ne peut être tenu pour un description interne par la mention de ses traits constitutifs,
rhème secondaire véhiculant une information destinée à qu'ils soient de Tordre du provisoire ou du permanent.
enrichir le support ; l'apposition n'est pas ici extérieure à Même si Ton trouve quelques cas de relation appositive
la prédication principale. On doit plutôt considérer que métaphorique, toujours empreinte d'une valeur
ces constructions sont des unités insécables, unifor- argumentative engageant la subjectivité de Ténonciateur, les
détachements non polaires sont ici généralement dénués
de toute visée thétique.
12. Voir aussi: I, 374, 459, etc. Ce matériel lexical se rencontre
également en détachement de clôture : 1, 254, 358, etc. ; et en détachement Ainsi, le détachement appositif non polaire révèle-t-il,
non polaire : ex. I, 391 , etc. Manifestation lexico-syntaxique d'une écriture quelle que soit la configuration, une invariance
romanesque où le discours métanarratif, parfois, se superpose par saillies
ostentatoires au simple discours narratif. On reconnaît là un des traits de la
motivation réaliste dans le roman français du XIX* siècle.
13. Bien sûr, cette formalisation s'appuie sur un schéma phrastique is A titre d'exemple, dans une étude récente menée dans un corpus
sans expansion. Ca = contexte antécédent, App * segment apposé, Supp constitué d'oeuvres de J.-P. Sartre, ce type de configuration appositive ne
= segment support, SV = syntagme verbal. Ca * 0 indique que l'énoncé est compte que pour un tiers des 1050 occurrences recensées au total ; voir
enchâssé dans une masse verbale. Ca « 0 indique que l'énoncé est Neveu, 1993.
inaugural ou bien isolé. 15. Zemb, 1968, p. 298.

L'Information grammaticale n° 64, janvier 1995 25


tionnelle, que Ton peut schématiser de la façon suivante : recherche. Mais dans l'optique des concours, on aura
[SN = Supp (Th-) App (Rh-) SV (Rh+)] ou encore [SN sans doute intérêt à garder en mémoire le dernier
(Th-) SV = Supp (Rh+) App (Rh-) SV (Rh+)]. aphorisme du Tractatus logico-philosophicus de
Wittgenstein : « Sur ce dont on ne peut parler, il faut
CONCLUSIONS garder le silence ».
On notera tout d'abord que l'usage des constructions Franck NEVEU
appositives détachées traduit chez Hugo la volonté de Université de Nantes
valoriser la lexie ou le groupe lexical, unités vers
lesquelles l'attention du lecteur est régulièrement dirigée, REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
que la phrase d'accueil soit développée par de nombreux
morcellements, par des parallélismes, ou qu'elle se Brunot (F.), Bruneau (C), 1968, Histoire de la langue
réduise à une structure quasi minimale. Le détachement française des origines à nos jours, Paris, Armand Colin,
constitue bien sûr un mode d'ordonnancement verbal qui tome XIII, première partie.
favorise cette valorisation. La spécificité du détachement Combettes (B.), 1991, «Hiérarchie et dépendance au
appositif est d'ouvrir l'espace phrastique à l'adjectif et niveau « informationnel » : la perspective fonctionnelle
surtout au substantif. Une telle configuration syntaxique de la phrase », L'Information grammaticale, 50, juin,
révèle une stratégie scripturale de la nomination, qui Paris, pp. 48-51 .
prévaut dans la poétique hugolienne. Le nom c'est le Combettes (B.), Tomassone (R.), 1988, Le Texte
Verbe, et le Verbe c'est Dieu. En outre, cette syntaxe informatif, aspects linguistiques, Bruxelles, De Boeck.
semble requise pour l'introduction des faits d'expressivité Cornulier (B. de), 1979, « Remarques sur la perspective
dans le discours <16>. La relation appositive s'établit en sémantique (thème, propos, etc.) », Langue française,
effet fréquemment sur le mode métaphorique. 42, mai, Paris, Larousse, pp. 60-68.
Dupont (D.), et alii, 1994, La Dynamique de l'information,
Au plan sémantique, cet examen permet de dégager, en Bruxelles, De Boeck-Duculot.
fonction des types de détachements, des dominantes Forsgren (M.), 1986, « Eléments pour une typologie de
dont l'exploration approfondie pourrait être fructueuse : l'apposition en linguistique française », Actes duXVIIIe
en 1 , valeur situationnelle (situation spatio-temporelle) ; congrès international de linguistique et de philologie
en 2, caractérisation thétique ; en 3, description à valeur romanes, Tubingen, Niemeyer, 1991, pp. 597-612.
identifiante. 1 993, « L'adjectif et la fonction apposition :
Au plan textuel, ce qui ressort de cette étude c'est la observations syntaxiques, sémantiques et pragmatiques »,
différence informationnelle du segment apposé selon que L'Information grammaticale, 58, juin, Paris, pp. 15-21.
ce dernier prend place (i) dans un détachement polaire Galmiche (M.), 1992, « Au carrefour des malentendus :
ou non polaire (différence entre les types 1 et 2 et le type le thème », L'Information grammaticale, 54, pp. 3-10.
3), (ii) dans un détachement polaire d'ouverture ou de Martin (R.), 1992, Pour une logique du sens, Paris, P.U.F.,
clôture (différence entre le type 1 et le type 2). La coll. « Linguistique nouvelle », première édition 1983.
construction appositive, qui a très souvent une valeur Meschonnic (H.), 1977, Pour la poétique, IV - Ecrire
rhématique, participe donc à la progression des Hugo, Paris, Gallimard, coll. « Le chemin », tome II.
informations sur l'ensemble d'un texte : de façon limitée lorsque Morier (H.), 1961, article « Détachement », Dictionnaire
le groupe détaché est rhème secondaire, de manière de poétique et de rhétorique, Paris, P.U.F.
active lorsqu'il est rhème propre. Mais on note surtout Neveu (F.), 1993, Syntaxe et pensée -Les Constructions
que, dans le cas des appositions frontales, cette appositives détachées dans certaines oeuvres
construction apparaît virtuellement cohesive au niveau transphras- biographiques et autobiographiques de J.-P. Sartre, Thèse
tique. La prétendue invariance informationnelle des de Doctorat soutenue à l'Université de Paris IV.
appositions détachées est donc le fait d'une perspective Prat (A.-M.), 1984, «Aspects de la phrase hugolienne
qui, pour textuelle qu'elle soit, est souvent bornée au dans L'Homme qui rit », L'Information grammaticale,
cadre phrastique de l'analyse syntaxique, analyse avec 23, octobre, Paris, pp. 24-29.
laquelle elle n'entretient pourtant en théorie que des Rioul (R.), 1983, « Les appositions dans la grammaire
rapports distants. La notion de fragmentation thématique française», L'Information grammaticale, 18, pp. 21-
et rhématique permet bien sûr d'affiner l'étude 29.
informationnelle des détachements, cependant l'examen des Zaccaria (G.), 1990, « Une critique du fonctionnalisme
rapports entre les processus cognitifs et l'organisation pragois - Thème, rhème et thématisation », in
des masses verbales, dans lequel elle s'inscrit, requiert Anscombre (J.-C.) et Zaccaria (G.), Fonctionnalisme
pour être efficace des moyens d'investigation plus précis et pragmatique - A propos de la notion de thème,
qui font actuellement l'objet de nombreux travaux de Milan, Unicopli, pp. 11-42.
Zemb (J.-M.), 1968, Les Structures logiques de la
proposition allemande - Contribution à l'étude des rapports
entre le langage et la pensée, Paris, O.C.D.L.
16. Que l'on songe, par exemple, à La Légende des Siècles ou à 1978, « La fallacieuse équipollence du "sujet" et du
L 'Homme qui rit sur ce point, voir Morier, 1 961 , et Prat, 1 984. On consultera "thème" », Le français moderne, 4, pp. 333-346.
également avec profit : Brunot/Bruneau, 1968, et Meschonnic, 1977.
:

26 L'Information grammaticale n° 64, janvier 1995