Vous êtes sur la page 1sur 41

Université A.

Mira – Bejaia
Faculté de Technologie
Département de Génie des Procédés
Master I: GC- GPh - GE

Cours
Phénomènes de transfert

A. Dib, Maitre de conférences


Chapitre I: Applications des modes de transfert de chaleur
I-1. Echangeurs de Chaleur
Un échangeur de chaleur est un système qui permet de transférer un flux
de chaleur d’un fluide chaud à un fluide froid, séparés couramment une paroi
métallique
La chaleur est transférée par conduction dans la paroi métallique et par
convection de la paroi vers les fluides. Le rayonnement n’intervient pas de
manière significative en raison des niveaux de températures qui demeurent
généralement faibles.
Dans l’échangeur; chacun des fluides s’échauffe se refroidit et peut
changer d'état ou de phase (condensation, vaporisation).

Fluide chaud en déplacement


hc
TPc
e
Paroi solide
TPf hf
Fluide froid en déplacement Schématisation classique
I-1.1. Technologie
a. Échangeur coaxial ou double tubes

b. Échangeur à faisceau tubulaire et calandre


c. Échangeur à plaques

I-1.2. Classification

a. échangeur à Co-courant

b. échangeur à Contre courant


c. échangeur à Courant croisé

• Deux fluides brassés

• Deux fluides non brassés

• Un fluide brassé et l’autre


non brassé
I-1.3. Elément de calcul
a. notations Fluide chaud: indice c
Fluide froid: indice f
Entrée de l’échangeur: indice e
Sortie de l’échangeur: indice s
Paroi: indice p
Vapeur: indice v
b. caractéristiques physiques
Chaleur massique: C / J.kg-1.C-1
Conductivité thermique : / W.m-1.C-1
Coefficient local de transfert de chaleur: h / W. m-2.C-1
Masse volumique : / kg.m-3
Viscosité dynamique: / kg.m-1.s-1
Chaleur latente de changement de phase: L / J.kg-1
c. caractéristiques dynamiques
Vitesse débitante : U / m.s-1
Débit volumique : Qv / m3.s-1
Débit massique : Qm / kg.s-1
Débit thermique : qt / W.C-1
d. caractéristiques géométriques
.
Diamètre hydraulique: = /m

Surface d’échange depuis l’entrée du fluide chaud : S / m2


Surface d’échange totale: / m2

e. Hypothèses simplificatrices

Echangeur isolé thermiquement: Pas de pertes thermiques


Régime de fonctionnement permanent: pas d’accumulation
Les deux fluides sont supposés avoir des caractéristiques
physiques constantes tout au long de leur trajet
Transfert sans changement de phase
Conduction longitudinale négligeable
I.1.4. Distribution des températures dans les échangeurs
a. échangeur à co-courant
Tef
Qmf
Considérons une tranche de Tsc
Qmc
l’échangeur correspondant Tec
Tsf
à une surface d’échange dS
(dS > 0 ).
Nous choisissons toujours S S + dS
comme sens des abscisses Tef Tsf
Tf Tf + dTf
S le sens d’écoulement du Qmf
fluide chaud. 0 S
S S + dS
Dans cette tranche dS de Qmc
Tec Tc Tc + dTc Tsc
l’échangeur nous avons:
pour le fluide chaud :
<0
pour le fluide froid :
+ >0
Le flux de chaleur d cédé par le
Tef Tf Tf + dTf Tsf
fluide chaud se traduit par la Qmf
variation de son énergie interne 0 S
S
entre S et S + dS, soit: Qmc
S + dS
Tec Tc
d Tc + dTc Tsc
(I.1)
de même pour le flux reçu par le
fluide froid:
= (I.2)
Ref
C’est ce même flux échangé qui traversera l’épaisseur
d TPf
de la paroi: Rip
TPc
(I.3)
Rec

= = (I.4)
Tenant compte des hypothèses de travail:
= = (I.5)
Soit:
dS (1.6)

= dS (I.7)

+ dS (1.8)

C.L
S=0 =
S= = (1.9)
S=qcq =
Adoptons l’hypothèse de = dans l’échangeur; l’équation (1.8)
s’intègre immédiatement:

= + S (1.9)

= + (1.10)

Si on considère l’entrée et la sortie de l’échangeur

= + S (1.11)

= + (1.12)
Examinons maintenant séparément les évolutions de Tc et Tf. De (1.6) et
(1.10), on obtient:
+ dS (1.13)

Si on considère l’entrée et une distance qcq de l’échangeur


+ (1.14)

On obtient de même , en partant de (1.7) et (1.10):


= + (1.15)

Si les températures tendent vers une même limite :


= + = (1.16)
>0 d’un min
T
<0 d’un max
Tec

dTc Tsc
T d
Te T Ts
Tsf
dTf

Tef

S S + dS S

Distribution des températures dans un échangeurs à co-courant


b. échangeur à contre -courant

Tsf
Tf Tf + dTf Tef Qmf

0 S
S S + dS ST
Qmc d
Tec Tc Tc + dTc Tsc

Tenant compte des hypothèses de travail, la relation (1.5) devient :

= (I.17)

C.L

S=0 =
S= = (1.18)
S=qcq =
Avec un raisonnement analogue, montrer que la répartition des
températures suit les formes ci-dessous:

= (I.19)

= 1 (I.20)

= 1 (I.21)
Contrairement au cas de l’échangeur co-courant, il y a ici trois situations
possibles selon que l’on a:
>0 d’un min
1. <
T >0 d’un min

Tec

Tmax
T
Tsc
Te Tsf dTc

d
dTf

T
Tef

S S + dS ST S

Distribution des températures dans un échangeurs à contre courant


1. <
Si les températures tendent vers une
valeur asymptotique :

= <à et
< 0 d’un max
2. >
T
Tec < d’un max
T

d dTc
Tmax
Tsf
dTf
T
Tsc

Ts

Tef

S S + dS S
ST
ST
Distribution des températures dans un échangeurs à contre courant
2. >

Si les températures tendent vers une valeur


asymptotique :

= >à et
3. =
On voit immédiatement que d’après (I.19) :
= (I.22)

Le développement limité au premier ordre au voisinage de zéro de la


fonction exponentielle (1.20) et (1.21) conduit à:

= (I.23)

= = (I.24)

Lorsque = , on aura:

= = (I.25)
T
3. =

Tec

Te
dTc
d
Tsf

T Tsc
dTf
Ts

Tef

S S + dS ST S

Distribution des températures dans un échangeurs


à contre courant
1.1.5. Puissance thermique d’un échangeur
Quel que soit le modèle de l’échangeur, le flux transféré localement à travers un
élément dS est toujours:
(I.26)

= exp ± (I.27)

=0
S=
S=

sortie
Fluide froid d
entrée S
Fluide chaud
C’est-à-dire:
= ± (I.28)

± (I.29)

±
(I.30)
±

= ± (I.31)

± = (I.32)
rapportons (I.31) et (I.32) dans (I.30), cela donne

= (I.33)

on écrit habituellement : (I.34)

et on appelle ‘ différence de température logarithmique moyenne’ (en abrégé


DTLM) l’expression: =

Exemple: = 300° ; = 200°


= 20° ; = 100°

Co-courant: = =174,8°C ;

Contre courant: = =189,8°C


I.1.6. Influence de la surface d’échange

a. échangeur à contre courant

(I.35)
• =
= (1.36)

0 quand (I.37)

b. échangeur à co- courant

+ (I.38)

0 quand (I.39)
I.1.7. Flux thermique maximum et efficacité d’ un échangeur

= = (I.40)

= (I.41)

b. échangeur à contre courant

a. échangeur à co-courant

1. < , = =
2. > , = =
3. = , =
On appelle efficacité thermique le rapport suivant:

= 1

= = (I.42)

est le min entre et :

• Si < =

• Si < =
1.1.7. échangeurs industriels – Méthode de dimensionnement

a. Méthode de DLMT

Dans le cas des échangeurs plus élaborés la différence de températures


moyenne logarithmique doit être corrigée par un coefficient de
correction F.
= (I.43)
Des abaques donnent F en fonction de deux paramètres (P, R) sans
dimension calculés à partir des températures terminales des deux
fluides:
=

=
applications
Ecoulemnt1-2: (1 passe coté calandre et 2 ou multiple de deux passes
cotés tubes)
T: calandre
t: tube
applications
Ecoulement 2- 4: (2 passes coté calandre et 4 ou multiple de 4 passes cotés
tubes)

T: calandre
t: tube
applications
Courants croisés: Un fluide brassé (coté calandre) et l’autre non brassé (coté
tube)
T: calandre
t: tube
applications
Courants croisés: Deux fluides non brassés

T: calandre
t: tube
b. Méthode de NUT

le nombre d’unité de transfert représente un pouvoir d’échange de


l’appareil et il caractérise de ce fait la taille de l’échangeur, par définition:

= = (I.44)

b.1. échangeurs à co-courant


partons de l’expression générale (I.30) de la puissance:

(I.45)

Soit:

= (I.46)
que l’on peut écrire:

= (I.47)

Soit R le rapport des débits thermiques, que l’on appelle encore facteur de
déséquilibre
= (I.48)

L’expression de l’ efficacité devient:

= (I.49)
b.2. échangeurs à contre courant

de même l’expression générale (I.30) de la puissance nous


donne:

(I.50)

Soit:

= (I.51)

Par ailleurs,

= +1 (I.52)

= 1 (I.53)
Il vient :

=1 1 (I.54)

= (I.55)

L’expression de l’ efficacité devient:

= (I.56)
1er cas: Fluide chaud commande le transfert
=

= (I.57)

= (I.58)
1er cas: Fluide froid commande le transfert
=

= (I.59)

= (I.60)
b.3. applications industrielles
Des calculs analogues aux précédents peuvent être conduits pour d’autres
échangeurs. Les principaux résultats sont regroupés

Ecoulemnt 1-2n: (1 passe coté calandre et 2 ou multiple de deux


(2n) passes cotés tubes)

2
=
1+ 1+
1+ + 1+
1+
Ecoulement 2n- 4n: (2n passes coté calandre et 4 ou multiple de 4 (4n) passes
cotés tubes)

= 1
Courants croisés: un fluide brassé à

=1 ; = 1

Courants croisés: un fluide brassé à


1
= ; = 1

Courants croisés: deux fluides non brassés

, ,
=1 ; = 1