Vous êtes sur la page 1sur 5

David VIEL – Le 04 10 2018

1995

Mon père en 1995.

Et depuis cette date, ça lui a échappé sans revenir à lui. Mais belle et bien avoir eu cette influence
sur les autres, l’Autre et/ou les choses. Il y a eu ainsi 1 Avant & 1 Après.
Il y avait une histoire qui était « là » (la mienne) et/ou notre vie (un état de fait). Et puis un jour, une
chose c’est passé pour que ce ne soit plus « là » de fait. Tout ce qui avait été mon entourage (milieu
à l’origine de mon sujet!!) a été détruit et/ou Dé-fait sans en saisir le sens ou la porté … c’est à dire
en avoir fini (et ainsi avoir, saisi ! Pourquoi !!).
Alors j’ai creusé pour en savoir « un peu » plus sur ça et/ou ce qui devrait être un état de fait !
Ce qui c’était passé n’était pas juste (nécessaire). Et pourtant ça c’est passé (ça m’est TOMBÉ
« dessus ») pour que je me fasse à l’idée !! Pour devoir accepter mon sort ou courber l’échine !! =
Renforcer le sort (le Je, le « tour ») de ceux qui étaient « bien » ( = qui avait ça, le temps et
l’énergie) = qui avaient raison sans raison (cette influence ou cette em-prise puisque ça ainsi leur
revenait d’un côté pour éprouver ça de l’autre).

Pour déplacer des lignes afin de renforcer leur sort. Afin d’être « bien » sans l’être ( = pour avoir
« + » sans le « - » ou risquer de perdre ce qu’ils ont avec le temps, ce temps ! = L’histoire dont ils
sont à l’Origine et/ou « responsable » afin de pouvoir ressortir de cet état de « fin ». Pendant que
d’autres le sont, de fait).
Alors forcément ça touche = ça affecte toutes les histoires en cours (ça déplace des lignes). Non
pour apporter du sens et de la matière mais belle et bien « creuser » des tombes d’un côté et pour
faire leur « trou » (« tour ») de l’autre = Avoir cette influence là, cette em-prise là dans l’idée que ça
« passe » (« prenne » encore +).

Sauf qu’il y a des choses dans la vie, qu’il ne faut pas « toucher ».
Mais comme ça ne les « touche » pas, que ça les « concerne » pas et/ou que ça ne les Regarde
personnellement alors ils se le permettent dans l’idée que ça puisse « passer ».

Moi j’étais dans cette histoire … Et ça m’a fauché (touché) en 1995. Non pour que ça me revienne
avec le temps mais belle et bien que ça m’échappe encore + avec le temps celui qui « profitait » à
ceux qui pouvaient ainsi la main (puisque je ne l’avais plus et/ou je ne m’arrivais plus les choses ;
hors jusqu’à cette date j’arrivais à tout m’expliquer). Pour faire leurs vies, leur « trou » (« tour ») et/
ou avoir ce qu’ils « voulaient » au final (ils voulaient ça ! Ils voulaient « avancer » ou « grandir » =
s’étendre sans avoir réaliser ça et ainsi à se réaliser en soi = « brûler » les étapes).
Pour que ce soit de fait fini pour moi (le « mal » que j’ai éprouvé!!) afin que ça « profite » à ceux
qui était là pour « ressortir », pour « réussir » leurs vies ; pour profiter de la vue du fait de le
« mériter » et/ou de le « valoir » (et qu’est ce qui le leur permettait de le « valoir » = Les autres,
l’Autre, les choses qui leur « profitai-ent ». TOUT ce qui « ressort » fait que les autres, l’Autre, les
choses sont dans leur ombre c’est à dire leur « revienne » pour le « pouvoir » !).
Donc je « valais » RIEN (je ne ressortais plus et/ou très difficilement ; le mal que j’ai éprouvé avec
les liens qui ont été les miens pour me « construire ») = mon histoire (« pouvoir » = « autorité »,
« légitimité » et/ou « territoire ») ne ressortait pas = « Je » n’existais pas ou je n’étais pas important-
e vis à vis de leur « pouvoir » (« autorité », « légitimité » et/ou « territoire »  = j’étais chez eux et
non ainsi chez moi (ce qui se passait ne collait pas avec mon sentiment sans pouvoir pour auant
l’exprimer). Je rappelle que dans ce sens soit une histoire aura raison des autres, de l’Autre, des

David VIEL – Le 04 01 2019


choses pour le « pouvoir » et/ou pouvoir « expliquer les choses » soit une histoire aura raison du
sentiment pour ne plus être « là » demain et/ou être sacrifié sur l’autel de ceux qui se paient, la tête,
du monde !! Qui « s’explique » les choses !!!!
Je peux assurer qu’il y a un avant et un après … sur ces quelques photos qui appartiennent au
« passé » afin de pouvoir changer le temps présent (que certains puissent en « profiter » et/ou
«tordre » les choses dans leur sens à force de « volonté » afin de pouvoir profiter de la vie et/ou de
la vue. Pour « s’expliquer » les choses !! Ont-ils réalisé ça ? Non car ils ne sont pas là pour ça).
Afin que ça revienne à ceux qui étaient « là » non pour être ce qu’ils prétendent ... Mais belle et
bien ce qu’ils se permettent dans l’idée d’être ROI et/ou de droit « divin » (… de l’avoir pris, ce
«droit » = Arrêter les choses, dans ce sens là ; ils ont scellé son sort pour se donner raison et ainsi
l’avoir aider ; aimé).
Lorsque des personnes prennent des responsabilités (de la « hauteur ») qu’ils les assument ... Sinon
ça re-tombe sur ceux dont ils avaient pourtant la « charge » (pris la « confiance ») du fait de l’avoir
demandé et/ou plutôt de l’avoir prise (pour « monter », pour « grandir » = avoir la « chance » que
les autres n’ont plus pour le « pouvoir »).

Pas de « bien » sans « mal ».


Pas de « profit » sans « perte ».
Et ça ne devra pas retomber sur ceux qui se le permette ça pour avoir effectivement « + » et non
« - ». Pour se donner raison ! Pour avoir « + » = « raison ». Mais attention ! Sans le « - » et/ou ce
qu’il y autours ( = de ce qui leur revient encore + par la « force » des choses et/ou de « droit » pour
avoir ainsi raison c’est à dire cette influence et/ou cette em-prise là).

Honnêtement j’ai eu dû « mal » à le percuter (… à sortir de mon Je ; puisque l’environnement à


l’origine de mon sujet revenait non plus à ce qui était « là » mais à ce qui avait pris le « droit »).
Je ne vois pas alors comment ceux qui étaient autours de « moi » aurait pu suivre les événements en
cours ... Pour ne pas se faire dépasser, posséder et/ou être entraîné dans une histoire qui ont eu leur
ça = leur importance et leur soi = affection afin que certains puissent avoir une importance qu’ils
n’auraient pas eu sinon ( = la vie qu’ils voulaient et/ou ce qu’ils voulaient au final). Pour arriver
ainsi à leurs fins du fait d’avoir eu la « confiance », la re-connaissance c’est à dire la « main » (le
« pouvoir »  et/ou le « droit » = avoir été à l’Origine et/ou « responsable » de ce dont ils ne sont pas
pour continuer à croire en leur histoire et/ou en leur « pouvoir »).

Il y a bien une conversion. Et ainsi une chose avec lequel, il ne faut pas jouer …
Il ne faut pas jouer avec la vie des gens (abuser ou le prendre ce droit dans l’idée que ça puisse
« passer ») et/ou avoir ce qu’il y a « dedans » (le « soi » = ce qui « est »).

Je n’ai jamais pu rattraper ce qui disparaissais.


Je ne m’expliquais pas l’état de mon père ; son état entre 1995 (cette photo) et sa « fin » (oui, dans
ce sens là et cet état de fait ! Là!!), en 2016.
Il était méconnaissable !!! Et pour moi, tout a une explication (un sens ; 1 pourquoi = 1 réponse ;
dans tout ce qui « est » présent, il y a un lien). Non celle qui était émise par les « spécialistes » en
tout genre pour s’appartenir, pour «s’expliquer » les choses (et ainsi les expliquer à ceux qui
viennent les voir et/ou qui leur donne ainsi le change). Pour rester dans ce qui est pour eux, leur
« limite » de compétance, leur « ordinaire », leur affaire. Et en réalité ne rien apporter et/ou être
sans pouvoir dépasser cette limite et/ou ce stade (celui de regarder avec les yeux d’une personne en
« charge » pour convertir, pour comprendre les choses et en réalité les manifester ! Afin de ne pas
sortir de leur champ de compétence et/ou aller au-delà des apparences = de ce qui se « passait » à
leur « regard » et/ou qui était pour eux, un état de fait).

David VIEL – Le 04 01 2019


Je rend compte de mon histoire mais ce n’est pas une histoire à part. Des vies, des histoires ont pris
fin non parce que c’était nécessaire mais nécessaire à ceux qui ont joué à ça et/ou avec ça afin de
pouvoir croire en leur histoire et/ou en leur « pouvoir » = avoir ce qu’ils voulaient.
Pour avoir « + » et/ou avoir selon eux TOUT « compris ». Et ainsi avoir eu aucun respect pour ceux
dont ils avaient la « confiance » (créé des liens) et/ou demander la « confiance » non pour en être à
la hauteur mais belle et bien pouvoir en profiter dans l’idée que ça ne « coûte » rien ; que c’est
« juste » et/ou que ça leur « revient » de droit ( = que les gens leur reviennent. Pour faire leurs vies,
leurs trous, ils doivent prendre le « dessus », faire la « bascule » non pour le réaliser ça mais belle et
bien avoir ce qu’ils veulent et/ou ce qui leur est « dû »).

On pourra me dire que je m’emballe et/ou que je fais un raccourcie un peu rapide et/ou qu’il me
faut des « responsables » pour panser mes plaies … Puisque je n’arrive pas à m’en remettre et/ou
que je ne le digère pas ... ce qui c’est « passé » ! Mais ce n’est pas ça. J’ai bien pris le temps (ça).
Une personne change le tableau = déplace des lignes pour que ça (ce qui ressort par la force des
« forces » à hauteur de ça prenne le ça, l’importance et le soi, l’affection des gens) ... affecte des
vies et/ou des histoires « en cours » = des personnes en vie, qui en dépendent concrètement afin
pouvoir encore s’appartenir et/ou faire ce lien.
Je n’étudie pas ça (le temps et/ou le fait d’être «là » en fait et de fait) depuis « hier ».

Tout ce qui arrive à une personne lorsque ça ne lui revient pas, se manifeste en maux et/ou en
maladie. Parce que ça lui échappe afin que des « spécialistes » ressortent = Parlent alors à son sujet
et/ou à sa place (prennent sa place). Pour donner leur avis = pour que ça reprenne « forme » et/ou
que ça « aille » encore. Et avoir alors le ça = l’importance et le soi = l’affection de la personne ;
raison d’elel) … Afin de pouvoir nommer les choses qui leur reviennent ainsi. Et ainsi avoir à-faire
certes mais certainement pas dépasser ce qu’ils génèrent (scellent!!).

Ce qui est arrivé à mon père (tout comme à d’autres personnes) était anormal, injuste et injustifié
(dégueulasse ; je ne dis pas ça puisque c’est mon père mais parce que dans les faits ! La personne ne
méritait pas ça). Ça ne devait pas lui arriver pendant que ça lui arrivait. Non pour se retrouver et/ou
qu’elle se retrouve mais belle et bien devenir encore + étrangère à elle-même ; à ce qu’elle avait été
… Avant que ça lui échappe (… et si ça leur échappe alors ça « profite » à ceux qui verront un
intérêt et non le mal).
Il faut bien comprendre que si des personnes (des esprit) ne sont pas là , ce n’est pas forcément
parce qu’elles ne le méritaient pas (ce n’est pas sans raison!!). Faite entrer qui voulait dans votre
sphère … Mais si ça vous échappe, ça ne ressortira pas pour que ça vous (votre vie ; ça, importance
et votre soi, affection) mais belle et bien que ça reviennent à ceux qui sont là pour faire leur « trou »
(qui seront « responsable » et/ou à l’Origine de ça sans que ça ressorte pour que ça se produise sans
rien pouvoir changer à ce qui se « passera »).

J’ai passé mon temps avec des personnes afin de pouvoir rendre compte aujourd’hui qu’elles ne
méritaient pas leurs sorts  = qu’elles étaient fondés ou bien … Sur la bonne voie. En revanche des
personnes qui ne ressortaient (non sans raison), sont au contraire ressorti pour avoir une importance
qu’elles n’auraient pas eu sinon. Réalisez maintenant l’influence et/ou l’em-prise sans que ça doive
ressortir du fait de le « mériter » !

Je compare ce qui était « ordinaire », « là » avant et, ce qui ressort aujourd’hui … Et oui, les choses
ont changé (et pas en « bien » ; bon après tout dépens dans quel sens le sentiment in-carné souhaite
aller … Dans l’idée d’y arriver dans ce qu’il se figure être la vie. Pour être de fait, réellement
« bien » voire « divin » = « sans pareil »).
Pour que ce qui n’était pas ainsi ordinaire avant, le soit aujourd’hui. Pour un monde « meilleur »,
c’est à dire qui « profite » et/ou qui revient à ceux qui ne ressortaient pas AVANT. Afin de pouvoir

David VIEL – Le 04 01 2019


oublier ce qui c’est « passé » et/ou pouvoir « boucler la boucler ». Afin que ça (ce qui est
aujourd’hui « là » = un état de fait) se renforce = dure = revienne à ceux qui ont TOUT « compris »
et/ou verrouiller encore + les autres, l’Autre, les choses dans leur sens ( = qui ont pris le droit, ce
« droit » et ainsi pris ce « chemin » là).

Je ne suis pas dans la réaction mais belle et bien la réflexion afin de pouvoir le réaliser et/ou en
rendre compte.
Il y a bien une chose que je ne comprenne pas et/ou ne tolère pas ... C’est l’injustice ; c’est à dire ce
qui n’est pas normal ou ce qui ne doit pas être « là » (exister, ressortir de là à avoir raison du
monde, et/ou de Tout ce qui «est »)
= Ce qui le permet ça, ce qui le génère ça et ainsi pourquoi pas faire la bascule ; cette « bascule »
= Pouvoir TOUT « expliquer » en ayant raison du monde et/ou cette influence, cette em-prise là.

Ce qui c’était passé ce n’était pas normal. Et en même sans que cela soit « possible » des esprits ne
pourraient pas faire ce lien afin de pouvoir ressortir de ce qui est la « fin ».

Avec le temps j’ai réalisé que ce n’était pas un cas isolé mais belle et bien que ça c’est généralisé
pour avoir aujourd’hui l’actualité, qui est la « nôtre » et/ou notre à-faire. Et ainsi ne pas l’avoir vu
venir pour l’avoir « permis ». Et dès que ça, ce qui ressort par la « force » des choses prend le
« dessus » alors une histoire a raison de sentiments qui ne le réaliseront pas ça afin de renforcer
ceux qui verront un intérêt (c’est à dire qui ne le réaliseront pas ça pour se faire bouffer d’un côté et
pouvoir encore + s’étendre = croire en leur histoire, en leur « pouvoir »... « autorité », « légitimité »,
« territoire ». Non pour le réaliser ça mais belle et bien pouvoir s’étendre et cela sans risque de
connaître de fin et/ou de limite à leur sujet. Afin de pouvoir profiter de la vie et/ou de la vue  ; s’y
croire et/ou s’oublier à ce point).

Je rappelle qu’il y a qu’une seule couverture malgré les histoires censées prendre pour avoir « + » et
non « - ».

David VIEL – Le 04 01 2019


David VIEL – Le 04 01 2019