Vous êtes sur la page 1sur 14

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Monastir Département de Génie Energétique

Travaux Pratiques de Mécanique des fluides

Manipulation 4
Système de deux pompes centrifuges:
Couplage en parallèle et en série

Préparé par :
Jamoussi Sirine
Mestiri Intissar

2éme année énergétique


Groupe 2 TP2
Année universitaire : 2015/2016
I. Introduction :
Dans les industries, Le domaine d’utilisation des machines centrifuges est
extrêmement vaste et couvre les extrêmes suivants :

 Débits : de 0,001 à 60 m3/s

 Hauteurs de 1 à 5 000 m

 Vitesses de rotation 200 à 30 000 tr/min

En effet, Une pompe centrifuge est une machine rotative qui pompe
un liquide en le forçant au travers d’une roue à aube ou d'une hélice appelée
impulseur. C’est le type de pompe industrielle le plus commun. Par l’effet de la
rotation de l’impulseur, le fluide pompé est aspiré axialement dans la pompe,
puis accéléré radialement, et enfin refoulé tangentiellement, donc une certaine
puissance hydraulique. Cette énergie hydraulique peut être vue comme la
somme d’une énergie cinétique déterminée par le mouvement liquide dans le
tube et d’une énergie potentielle stockée soit sous la forme d’un accroissement
de pression soit sous celle d'une augmentation de hauteur.

OBJECTIF DU TP : On se propose d'étudier les caractéristiques techniques d’une


pompe centrifuge. On étudiera aussi les caractéristiques du couplage en série et en
parallèle de deux pompes.

II. Partie Théorique :


Un circuit hydraulique se compose de deux catégories de systèmes ; pompes et conduites :dans cette
manipulation on va travailler avec les pompes centrifuges et les conduites.

1-Caractéristique des pompes centrifuges :

Une pompe centrifuge est une machine tournante destinée à communiquer au liquide pompé une
énergie suffisante pour provoquer son déplacement dans un réseau hydraulique comportant en général
une hauteur géométrique d‘élévation de niveau (Z), une augmentation de pression (p) et toujours des
pertes de charges. Une pompe centrifuge est constituée principalement par une roue à ailettes ou aubes
(rotor) qui tourne à l’intérieur d’un carter étanche appelé corps de pompe. Pour améliorer le rendement
de la pompe, on peut intercaler entre le rotor et la volute une roue fixe appelée diffuseur qui est munie
d’aubes de courbure convenable. Le calcul des pompes centrifuges s’effectue par l’analyse
dimensionnelle et par le théorème d’Euler.
a. Débit :
Le débit qv fourni par une pompe centrifuge est le volume refoulé pendant l’unité de temps. Il
s’exprime en mètres cubes par seconde (m3 /s) ou plus pratiquement en mètres cubes par heure (m3
/h).
b. Hauteur manométrique :
On appelle Hauteur manométrique H d’une pompe, l’énergie fournie par la pompe à l’unité de poids
du liquide qui la traverse. Si HTA est la charge totale du fluide à l’orifice d’aspiration et HTR la charge
totale du fluide à l’orifice de refoulement, la hauteur manométrique de la pompe est : H = HTA - HTR
La hauteur varie avec le débit et est représentée par la courbe caractéristique H = f (qv) de la pompe
considérée.
c. Rendement :
Le rendement η d’une pompe est le rapport de la puissance utile P (puissance hydraulique)
communiquée au liquide pompé à la puissance absorbée Pa par la pompe (en bout d’arbre) ou par le
groupe (aux bornes du moteur). Si qv est le débit volume du fluide, ρ sa masse volumique et H la
hauteur manométrique de la pompe, la puissance P et le rendement η sont donnés par :
qv∗ρ∗g∗H
Phydraulique= qv*ρ*g*H ; ηpompe= Pabs

Le rendement de la pompe varie avec le débit et passe par un maximum pour le débit nominal autour
duquel la pompe doit être utilisée.

2-Les conduites :

Les pertes charge régulière dans une conduite (longueur L, diamètre D), parcourue par le
fluide (masse volumique, viscosité  à la vitesse débitante V s’écrivent :
P=λ*(L/D)*(αV2/2) donc H= (8λL/ πD2 g))* Q2*

a. Conduite de refoulement :

Si la pompe refoule un fluide d’une cote z1 à une cote z2, la charge nécessaire
pour monter le fluide entre ces deux côtes et vaincre les pertes de charge s’écrit :

Hr=Z2-Z1+ (8*λ*Lr/ πD2g))*Q2

La caractéristique du conduit de refroidissement est représentée par une


parabole d’ordonnée à l’origine :HG=Z2-Z1

b. Conduite d’aspiration :

Les pertes de charge on pour expression en fonction de la hauteur manométrique


comme ci dessous

Ha=(8λLa/ πDa2 g))* Q2


III. Etude pratique :

1-Etudes des pompes

a-Type de pompes :

• les pompes centrifuges :ou le mouvement du liquide résulte de l’accroissement


d’énergie qui lui est communiqué par la force centrifuge. ;il existe deux types de
pompes centrifuge : -Monocellulaires : équipées d’une
seule roue.
-Multicellulaires : plusieurs roues sont montées sur l’arbre d’entrainement et raccordées de sorte que le
collecteur de la première cellule conduit le liquide dans l’ouïe (l’axe) de la
cellule suivante.

• les pompes volumétriques : l’écoulement résulte de la variation d’une capacité


occupée par le liquide ; on y distingue encore deux types

- les pompes volumétriques rotatives : Ces pompes sont constituées par


une pièce mobil animée d’un mouvement de rotation autour d’un axe, qui tourne
dans le corps de pompe et crée un mouvement du liquide pompé par déplacement
d’un volume depuis l’aspiration jusqu’au refoulement.

- les pompes volumétriques alternatives: la pièce mobile est animée


d'un mouvemen alternatif.

b-Avantages et inconvénients

Pompe centrifuge Pompes volumétriques


avantages - construction simple et - Le rendement élevé
demande peu est voisin de 90 %
d’entretien. - permet d'obtenir des
-Prix modérés et coût hauteurs
de maintenance faible. manométriques
-Matériaux de totales beaucoup plus
construction très variés élevées que les
(fluide corrosif pompes centrifuges
possible) - marche réversible de
-Pompes compactes et la pompe.
peu encombrantes. -Construction robuste
-Bons rendements. -Pompage possible de
-Le débit est continu. liquide très visqueux
En cas de -Amorçage
dysfonctionnement du automatique en
circuit de refoulement fonctionnement normal
(colmatage), la pompe -Obtention de faibles
ne subit aucun débits facile à
dommage mesurer sous
pression élevée
(pompes doseuses
alimentaires)
inconvénients -hauteur - usure du corps par
manométrique faible frottement des palettes
-Le rendement est de - difficile pompage des
l'ordre de 60 à 70 % produits visqueux
Elle n’est pas auto- - débit faible .
amorçante. -Appareils plus lourds
– ne fonctionne avec et plus encombrants
des fluides trop -Impossibilité en
visqueux. général de pomper des
- nécessite des liquides chargés
dispositifs -Prix d’achat plus élevé
d’équilibrage. -Frais d’entretien plus
élevés
Domaine d’utilisation - L’agriculture : les -Pompage de produits
- stations de pompage, le
visqueux
matériel de traitement,
-Les dosages précis(le
….
-L’industrie pétrolière : domaine
les stations de raffinage, pharmaceutique)
les stations -Pompage des liquides
d’alimentation en GPL, … susceptibles
- La production et (lait,vin,biere, liquide
l’alimentation en eau volatiles, etc…)
potable : les stations de
dessalement, les
châteaux d’eau.
- La production de
l’énergie électrique : les
installations de
refroidissement des
centrales thermiques.
On va évaluer dans ce qui suit les caractéristiques de fonctionnement d’un banc
composé de deux pompes centrifuges. Donc on va réaliser trois expériences :

 une seule pompe en fonctionnement


 Couplage en série de pompes
 Deux pompes couplées en parallèle

2-Circuit pompe seule :


a-tableau
Volume(m Q(m^3/s PREF(pa delta HMT(mC PH(watt
^3) T(s) ) PASP ) P E) s) p g
-
0,01 19,4 0,00052 20000 50000 30000 7,136 36,082 0,226 0,090
- 10300
0,01 22,63 0,00044 17000 120000 0 13,965 60,539 0,378 0,151
- 15400
0,01 28,7 0,00035 16000 170000 0 18,960 64,808 0,405 0,162
- 20000
0,01 36,32 0,00028 15000 215000 0 23,445 63,326 0,396 0,158
- 25500
0,01 50,06 0,00020 15000 270000 0 29,052 56,932 0,356 0,142
- 28500
0,01 56,3 0,00018 15000 300000 0 32,110 55,950 0,350 0,140
- 33750
0,01 68,03 0,00015 12500 350000 0 36,952 53,285 0,333 0,133

b-caractéristiques de la pompe utilisée

Pr −Pa
¿ HMT= =1.0110−4 ( Pr−P a ) (m)
ρg

¿ Ph=ρgQ H th or

z
(¿ ¿ r −z a)
Pr v 2r Pa v 2a
H th = + + z r−
ρg 2 g (
+ + z a =HMT +
ρg 2 g )
Q2 1 1

2 g S 2r S 2a
+¿
( )
¿ HMT + 437618.7457Q2 +1667.7 donc

Ph=9810 HMT Q+ 4293039895Q3 +1667.7 Q

Ph
¿ η P= avec P ab=Pelec∗η elec∗ηm =160 w donc ηP =6.3110−7 HMT Q+0.27 Q3 +1.07 10−7 Q
P ab

Ph
¿ ηg = =61.31 HMTQ+ 26831499.34 Q3+ 10.42Q
P elec

c- figures
HMT=f(Q)
40
35
30
25
20
HMT(mCE)
15
10
5
0
0.00000 0.00020 0.00040 0.00060

Q(m^3/s)

figure-1-

Interprétation :

La figure1 représente l’évolution de la hauteur manométrique en fonction de


débit Q. En effet,On remarque HMT décroit de façon légèrement parabolique en
fonction du débit. Ceci est conforme aux résultats attendus pour une pompe
réelle car les pertes de charges sont dues aux frottements et aux dissipations
liées à l’écoulement. Donc plus le débit est important, plus ces frottements sont
élevés donc les pertes de charges aussi.
Ph=f(Q)
80
60
40
Ph(watt)
20
0
0.00010 0.00020 0.00030 0.00040 0.00050 0.00060
Q(m^3/s)

figure-2-

Interprétation :

La figure2 représente l’évolution de la puissance hydraulique en fonction de débit


Q. la puissance hydraulique délivré par la pompe subit une augmentation lorsque
le débit augmente jusqu'à atteindre une certaine valeur(pic) puis diminue. Ce pic
est traduit par l’existance d’un certain débit optimal pour le quel la puissance
hydraulique de la pompe est maximale En effet, l’augmentation parait logique
car on diminue le débit dans le circuit en fermant une vanne ; la
fermeture de la vanne crée des pertes de charges et donc augmente la
dissipation de l’énergie du fluide. Mais la diminution est peut etre due a une
erreur due a l’usure de l’appareil de mesure .

45%
40%
35%
30%
25%
rendement de la pompe 20%
15%
10%
5%
0%
0.00000 0.00020 0.00040 0.00060

Q(m^3/s)

figure -3-
18%
16%
14%
12%
10%
rendement global de la pompe 8%
6%
4%
2%
0%
0.00000 0.00050 0.00100

Q(m^3/s)

Figure-4-

Interprétation :

Les figure 3 et 4 représentent la variation de rendement de la pompe et global en


fonction de Q mesurés. On remarque que les deux courbes obtenues ont un aspect
parabolique .en effet les deux courbes présentent une partie croissante jusqu'à l’atteinte
d’une certaine valeur optimales puis diminue . Ceci peut s’expliquer par :

- A faible débit, la pompe ne tourne pas assez vite donc l’eau n’est pas
expulsée assez rapidement (stagnation) donc le régime de l’écoulement n’est pas tout à
fait établi.

- A fort débit, la turbulence devient assez importante pour perturber


l’écoulement puis si Q augmente, on a phénomène de cavitation (la pression
descend en dessous de la pression devapeur saturante et l’eau se met à bouillir,
on a alors formation de bulles de vapeur d’eau).

remarque

Nos valeurs expérimentales s’accordent très bien avec la réalité , même si nos
valeurs sont peut être un peu trop resserrées pour avoir une vue bien claire sur
tout le domaine des débits.

c- point de fonctionnement :

Le point de fonctionnement de système correspond au équilibre entre la


génération de puissance de la pompe et la consommation d’énergie requise pour
surmonter la résistance dans le système de tuyaux. Cela génère le débit idéal
que la pompe peut produire.

-tableau

Rer λr Hr Rea λa Ha HMT-Ha


20520,060 0,026402 18,41796 32832,09 0,0234753 13,22009
41 34 205 67 69 35 -6,085
17591,213 0,027438 18,08297 28145,94 0,0243968 10,09693
96 67 808 23 15 55 3,868
13870,702 0,029118 17,71453 22193,12 0,0258900 6,661840
86 06 633 46 25 55 12,298
10960,604 0,030883 17,47321 17536,96 0,0274598 4,411967
96 64 926 79 69 79 19,033
7952,2407 0,033462 17,26990 12723,58 0,0297532 2,516393
51 99 359 52 7 61 26,536
7070,8556 0,034460 17,21974 11313,36 0,0306400 2,048791
3 3 952 9 24 97 30,061
5851,6709 0,036129 17,15779 9362,673 0,0321245 1,471166
1 93 448 46 54 17 35,481

-courbe

40
35
30
25
20
H(mCE)
15
Hr=f(Q) Linear (Hr=f(Q)) HMTpompe=f(Q)
10
5
0
0.00010 0.00020 0.00030 0.00040 0.00050 0.00060

Q(m^3/s)

Figure 1:courbe de (Hr=f(Q)) et la courbe de (HMTpompe=f(Q))

D’où :le point de fonctionnement de la pompe (0,00037 ; 18)


40

35

30

25

20

H(m CE) 15
HMT-Ha=f(Q) Hr=f(Q)
10

0
0.00010 0.00020 0.00030 0.00040 0.00050 0.00060
-5

-10

Q(m^3/s)

Figure 2:courbe de (Hr=f(Q)) et la courbe de (HMTcircuit-Ha)=f(Q))

D’où :le point de fonctionnement de l’installation (0,00029 ; 17,5)

3-Circuit de deux pompes couplées en série


a-Caractéristiques

Pr 2−P a 1
¿ HMT= (m CE)
ρg

¿ Ph=ρgQ H th or

z
r
(¿ −z a)
¿
Pr v 2r P v2
H th =
ρg 2 g (
ρg 2 g )
+ + z r− a + a + z a =HMT +
Q2 1 1

2 g S 2r S 2a
+¿
( )
Ph
¿ η P= avec P ab =2∗P elec∗ηelec∗ηelec∗η m=¿ 160watts
P ab

Ph P
¿ ηg = = h
2∗Pelec 800

b-Tableau de valeurs :

V(m^ temps( Q(m^3 PASP1(b PASP2(b PREF1(b PREF2(b HMT(mC PH(watt


3) s) /s) ar) ar) ar) ar) E) s) p g
0,0005 0,26 0,05
0,01 19,17 2 -0,2 0 0,3 0,6 8,155 41,732 1 2
0,0004 0,30 0,06
0,01 21,84 6 -0,17 0,26 0,5 0,9 10,907 48,993 6 1
0,0004 0,42 0,08
0,01 23,14 3 -0,16 0,5 0,7 1,4 15,902 67,416 1 4
0,0004 0,55 0,11
0,01 24,4 1 -0,15 0,8 1 2 21,916 88,115 1 0
0,0003 0,57 0,11
0,01 27,72 6 -0,15 1,1 1,25 2,4 25,994 91,991 5 5
0,0003 0,58 0,11
0,01 30,87 2 -0,15 1,4 1,5 2,75 29,562 93,942 7 7
0,0002 0,62 0,12
0,01 36,54 7 -0,15 1,5 1,75 3,5 37,207 99,891 4 5

4-Circuit de deux pompes couplées en paralléle


a-Caractéristique :

Poutflow −Pa 1
¿ HMT= (mCE)
ρg

¿ Ph=ρgQ H th or

z
(¿ ¿ r −z a)
Pr v 2r Pa v 2a
H th = + + z r−
ρg 2 g (
+ + z a =HMT +
ρg 2 g )
Q2 1 1

2 g S 2r S 2a
+¿
( )
Ph
¿ η P= avec P ab=Pelec∗η elec∗ηm =160 watts
P ab

Ph P
¿ ηg = = h
2∗Pelec 800

b-Tableau de valeurs :

V(m^ temps Q(m^3 PA1(b PA2(b PR1(b PR2(b Poutfl(b HMT(m PH(wat
3) (s) /s) ar) ar) ar) ar) ar) CE) ts) p g
0,0012 14,45 0,0 0,01
0,01 8,3 0 -0,12 -0,12 0 0 0 1,223 8 45 8
0,0009 58,43 0,1 0,07
0,01 10,61 4 -0,12 -0,12 0,65 0,3 0,5 6,320 5 83 3
0,0008 91,42 0,2 0,11
0,01 12,25 2 -0,12 -0,12 1,08 0,89 1 11,417 9 86 4
0,0006 108,9 0,3 0,13
0,01 14,87 7 -0,12 -0,12 1,5 1,3 1,5 16,514 44 40 6
0,0005 112,5 0,3 0,14
0,01 18,84 3 -0,12 -0,12 2 1,9 2 21,611 27 52 1
0,01 26,22 0,0003 -0,12 -0,12 2,5 2,9 2,5 26,707 99,92 0,3 0,12
8 4 12 5

Les figures obtenues sont comme ci-dessous :

40
35
30
25
20
H (m CE)
pompe15seule association série des pompes association // des pompes
10
5
0
0 0 0 0 0 0 0

Q(m^3/s)

0.7

0.6

0.5

0.4
rendement de système 0.3
pompe seule association en sérei des 2 pompes association en parallele des 2 pompes
0.2

0.1

0
0 0 0 0 0 0 0

débit Q(m^3/s)

Association en série et en parallèle des pompes centrifuges :

Ces courbes représentent les variations de la charge et du rendement en fonction


de débit dans le cas d'une seule pompe , d’une association en série des seux
pompes et une association en parallele des deux pompes Il est manifestement
clair que l'association en série des pompes augmente la charge effective. Ce
type de couplage permet d’élargir la plage de possibilité de la hauteur
manométrique totale, crée par les pompes. Pour les appareils d’un débit
constant, une grande variabilité de l’HMT peut être réalisée par l’installation
de plusieurs pompes en série. il convient donc bien pour un réseau présentant
des pertes de charge importantes.

Dans le cas de l'association en parallèle des pompes, le débit obtenu est presque
le double de celui d'une pompe unique. Le couplage des pompes en parallèle
peut être favorable dans le cas où la hauteur manométrique totale ou la pression
à créer est constante, mais le débit doit être variable ou adapté à plusieurs
situations de travail.de plus ce type de couplage des pompes assure en cas de
panne la facilité de l’action de maintenance permet au montage alors de
continuer à fonctionner en démarrant la deuxième pompe.

IV. Conclusion
Ce TP nous a permis de découvrir le fonctionnement des turbomachines à
travers un exemple réel et concret. Nous avons ainsi exploré un nouveau
domaine de la mécanique des fluides qui nous était inconnu malgré le fait
qu’on a utilisé des formules connues (théorème de Bernoulli par exemple).