Vous êtes sur la page 1sur 14

__________

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE
_________

LOI N° 79-014
Relative au Statut général des fonctionnaires

L’Assemblée nationale populaire a adopté,

Le Président de la République Démocratique de Madagascar,

PROMULGUE LA LOI DONT LA TENEUR SUIT :

TITRE PREMIER
DISPOSITIONS GENERALES

Article premier.
La présente loi fixe les principes fondamentaux du Statut des fonctionnaires.

Article 2.
Les fonctionnaires sont répartis en corps. Forment un corps des fonctionnaires ayant vocation
d’occuper des emplois identiques.

Les corps des fonctionnaires sont créés par décret pris en conseil des Ministres et peuvent être dotés
d’un uniforme à la charge de l’Administration.

Les décrets portant création des corps des fonctionnaires précisent les modalités d’application du
présent Statut propre à ces corps de fonctionnaires.

Article 3.
Le fonctionnaire est à l’égard de l’Administration dans une situation statutaire et réglementaire.

Article 4.
Le droit syndical est reconnu aux fonctionnaires dans le cadre de l’Ordonnance n° 76-008
du 20 mars 1976. Les organisations syndicales des fonctionnaires doivent en outre déposer leurs
statuts et la liste de leurs bureaux auprès du ministère chargé de la fonction publique. Elles peuvent
intervenir auprès du ministère chargé de la fonction publique et rester en justice devant toute
juridiction en vue de la défense des intérêts matériels, moraux et professionnels de leurs adhérents.

Article 5.
Il est créé par corps de fonctionnaires une commission administrative paritaire, organisme consultatif
comprenant un nombre égal des représentants de l’Administration et des représentants des corps de
fonctionnaires désignés par des organisations syndicales de ce corps de fonctionnaires ou à défaut élus
au scrutin uninominal par les intéressés.
Les projets d’arrêtés concernant la situation statutaire individuelle des fonctionnaires et comportant
pouvoir discrétionnaires de l’Administration sont obligatoirement et préalablement soumis à l’avis
de la commission administrative paritaire.

Article 6.
Pour l’application du présent statut, il n’est fait entre les fonctionnaires aucune discrimination de sexe.

Article 7.
Sous réserve de son droit de formuler des critiques d’ordre syndical, professionnel, ou culturel, le
fonctionnaire est tenu à l’obligation de loyalisme et, est tenu à ce titre, de respecter et de faire
respecter l’autorité de l’Administration et de défendre la Révolution Socialiste.

Article 8.
Le fonctionnaire est tenu d’appliquer et de faire appliquer les lois et règlements et d’exercer sa
fonction sans abus ni partialité.

Il est interdit au fonctionnaire d’exercer soit directement, soit par personne interposée une activité
privée lucrative soumise au contrôle de son service.

Les activités professionnelles du conjoint du fonctionnaire doivent être déclarées à l’Administration


qui prend, s’il y a lieu les mesures propres à sauvegarder l’intérêt et le bon fonctionnement du service.

Article 9.
Le fonctionnaire est tenu à l’obligation de ponctualité, d’assiduité, de plein emploi et d’honnêteté.

Il est interdit au fonctionnaire d’exercer des activités privées soit pendant les heures de service, soit en
son lieu de travail, soit avec les biens du service.

Les activités syndicales du fonctionnaire, exercées pendant les heures de service, et ou en son lieu de
travail sont soumises à autorisations spéciales.

Article 10.
Le fonctionnaire est tenu au secret professionnel et ne peut être délie que dans les cas expressément
prévus par les lois et règlements ou sur autorisation du Ministre dont il relève.

Article 11.
Tout fonctionnaire, quel que soit son rang dans la hiérarchie est responsable de l’exécution des tâches
qui lui sont confiées.

Le fonctionnaire chargé d’assurer la marche d’un service est responsable de l’autorité qui lui a été
conférée à cet effet et de l’exécution des ordres qu’il a donné.

A ce titre, il n’est dégagé d’aucune des responsabilités qui lui incombent du chef de la responsabilité
propre de ses subordonnés.

Article 12.
Indépendamment de la protection à laquelle ils ont droit conformément aux règles fixées par le Code
pénal et les lois, l’Administration est tenue de protéger les fonctionnaires, leur famille et leurs biens
contre les menaces et attaques de quelque nature que ce soit, dont ils peuvent être l’objet dans
l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de leurs fonctions et de réparer, le cas échéant, le préjudice qui
en résulte dans tous les cas non prévus par la réglementation sur les pensions et sous réserve de faute
personnelle détachable du service.
En cas d’accident survenu au fonctionnaire dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses
fonctions et ayant entraîné une incapacité partielle permanente constaté par un certificat médical
délivré par un médecin agréé, l’administration est tenue, sous réserve de faute personnelle détachable
du service, de réparer, le cas échéant, le préjudice subi par l’agent sous forme d’une indemnité
définitive et irrévocable.

Article 13.
Lorsqu’un fonctionnaire a été poursuivi par un tiers pour faute de service, l’Administration doit, dans
la mesure où une faute personnelle détachable du service n’est pas imputable à ce fonctionnaire, le
couvrir des condamnations civiles prononcées contre lui.

Article 14.
Le Président de la République est le Chef de l’Administration.

Il nomme aux hauts emplois de l’Etat par décret.

Article 15.
La gestion des fonctionnaires appartient au Ministère dont relève la Fonction Publique par délégation
du Président de la République.

TITRE II
RECRUTEMENT

Article 16.
Toute nomination doit avoir pour objet de pourvoir régulièrement à une vacance d’emploi et de poste
budgétaire.

Sous réserve des dispositions de l’Article 53 de la Constitution, les emplois permanents de l’Etat et
des Collectivités décentralisées sont dévolus à des agents ayant la qualité de fonctionnaire.

Article 17.
Les fonctionnaires sont nommés par arrêtés du Président de la République.

Il peut déléguer ce pouvoir au Premier Ministre et Ministre chargé de la Fonction Publique avec
possibilité de subdélégation au Président du comité exécutif des Collectivités décentralisées pour les
agents recrutés par elles.

Article 18.
Nul ne peut être nommé à un emploi de fonctionnaire :
1. S’il n’est de nationalité Malagasy ;

2. S’il ne jouit de ses droits civiques ;

3. S’il ne se trouve en position régulière au regard du Service National ;

4. S’il ne remplit les conditions physiques exigées pour l’exercice de la fonction et s’il n’est soit
reconnu indemne d’éthylisme chronique, de toute affection tuberculeuse, cancéreuse,
nerveuse, mentale, lépreuse ou de toute affection cardio-rénale chronique, cardio - pulmonaire
chronique, soit s’il n’est apte à nouveau à reprendre le service.

5. S’il n’est âgé de 18 ans au moins et 40 ans au plus au 1er janvier de l’année de recrutement.

Article 19.
Les candidats aux emplois de fonctionnaires sont recrutés par voie de concours direct ou par voie de
concours professionnel.
Toutefois pourront être recrutés sur titre les titulaires de diplômes professionnels reconnus par l’Etat.

En cas de concurrence d’un diplôme délivré par l’Etat Malagasy avec un diplôme reconnu équivalent
et obtenu à l’étranger, préférence est donnée au diplôme national.

Les intéressés sont nommés par promotion et par ordre de mérite.

Les concours directs de recrutement de fonctionnaires sont ouverts aux candidats justifiant du titre
ayant servi à la définition du niveau minimum de recrutement de la catégorie de classification du corps
de fonctionnaires concerné.

Article 20. (Nouveau)


Ordonnance n° 82-023 du 15 mars 1982. Les candidats ayant déjà la qualité de fonctionnaires peuvent
participer aux concours professionnels de recrutement à un autre emploi de fonctionnaire
de la catégorie supérieure à condition qu’ils aient au moins quatre années d’ancienneté dans leur corps
d’origine.

Article 21.
Le nombre de place mises en compétition dans le concours de recrutement aux emplois
de fonctionnaires est dans la mesure du possible soumis à contingentement en fonction des impératifs
de la décentralisation, et des exigences de niveau.

Article 22. (Nouveau)


Ordonnance n° 79-027 du 20 décembre 1979. Les corps de fonctionnaires sont hiérarchiquement
classés en catégories.

Les catégories de classement sont déterminées conformément à la loi sur la restructuration


de l’enseignement :
- Catégorie I : Certificat d’Etudes Primaires Elémentaires (CEPE) ou diplômes équivalents ;

- Catégorie II : Certificat de Fin d’Etudes du Premier Cycle de l’Enseignement Secondaire


(CFEPCES) ou diplômes équivalents ;

- Catégorie III : Baccalauréat ou diplômes équivalents ;

- Catégorie IV : Diplôme de fin d’études du premier cycle universitaire ou diplômes


équivalents.

- Catégorie V : Licence ou diplômes équivalents ;

- Catégorie VI : Maîtrise ou diplômes équivalents ;

- Catégorie VII : CAPEN ou diplômes équivalents ;

- Catégorie VIII : Diplômes d’Etudes Approfondies (DEA) ou diplômes équivalents ;

- Catégorie IX : Doctorat du 3è cycle ou diplômes équivalents ;

- Catégorie X : Doctorat d’Etat ou diplômes équivalents. ;

Les catégories de classement hiérarchique des corps de fonctionnaires peuvent comporter en tant que
de besoin des sous - catégories.

Article 23.
Les statuts particuliers des corps de fonctionnaires en fixent l’effectif réglementaire.
Article 24.
Les arrêtés portant nomination à des emplois de fonctionnaires sont publiés au Journal officiel
de la République Démocratique de Madagascar et prennent effet du point de vue de la solde et
de l’ancienneté pour compter de la date de prise de service ou de la veille de mise en route selon
le cas.

TITRE III
STAGE ET TITULARISATION

Article 25. (Nouveau)


Ordonnance n° 79-027 du 20 décembre 1979. Le candidat nommé après concours direct ou sur titre à
un emploi de fonctionnaire est soumis à l’accomplissement d’un stage probatoire dont la durée est
fixée uniformément à un an.

A l’expiration de son stage, l’intéressé est par arrêté pris après avis de la commission administrative
paritaire du corps de fonctionnaires auquel son emploi est normalement dévolu soit titularisé, soit
soumis à une nouvelle période de stage d’une année à l’issue de laquelle il est dans les mêmes formes
ou titularisé ou licencié.

Le redoublement de stage ne peut être effectué sous l’autorité d’un même supérieur direct.

Les candidats admis au concours professionnels à une catégorie supérieure sont dispensés du stage
prévu aux alinéas ci-dessus et nommés aux classe et échelon doté de l’indice immédiatement supérieur
au dernier indice atteint dans les corps de provenance.

TITRE IV
REMUNERATIONS ET AVANTAGES SOCIAUX

Article 26. (Nouveau)


Ordonnance 79-027 du 20 décembre 1979. Le fonctionnaire a droit après service fait à une
rémunération comportant un traitement et des avantages familiaux et, le cas échéant, des indemnités
représentatives de frais ou de travaux supplémentaires, ou de contraintes particulières inhérentes à
l’emploi.

Les corps de fonctionnaires sont dotés de grilles indiciaires de traitement différenciées par catégorie
ou éventuellement par sous-catégorie.

L’indice maximum de traitement des corps de fonctionnaires classés dans une sous-catégorie est
identique à celui des autres corps de fonctionnaires classés dans la catégorie de rattachement de cette
sous-catégorie.

Dans le cadre de la grille indiciaire de traitement du corps de fonctionnaires auquel il appartient,


le montant de traitement de l’intéressé résulte de l’indice attribué à ses classes et échelon.

Article 27.
L’Administration prend en charge avec la participation des intéressés les frais médicaux et les frais
d’hospitalisation des fonctionnaires traités dans les formations sanitaires publiques ou agréées par
l’Etat.

Les dispositions de l’alinéa ci - dessous sont étendues au conjoint et aux enfants à charge
du fonctionnaire.

Les fonctionnaires sont soumis à des visites médicales périodiques à la charge de l’Administration.
Article 28. (Nouveau)
En cas de décès du fonctionnaire, ses ayants-droit bénéficient d’un secours - décès, d’une pension
de veuvage et d’une pension temporaire d’orphelinat.

Le secours - décès est équivalent à trois mois de solde.

Le montant total de la pension de veuvage et des pensions temporaires d’orphelinat est au plus égal à
celui de la pension de retraite du de cujus.

Les frais de mise en bière et de transport des restes mortels ou de la dépouille mortelle
du fonctionnaire du lieu de décès au lieu d’inhumation définitive, ainsi que les frais de transport
des membres de sa famille et de leurs bagages de sa résidence au moment du décès au domicile choisi
par ces derniers sont à la charge de l’Administration.

Les dispositions de l’alinéa ci - dessus sont applicables mutatis mutandis au transport des restes
mortels ou de la dépouille mortelle du conjoint du fonctionnaire et de ceux de ses enfants à charge.

Les modalités d’application des alinéas 4 et 5 ci - dessus sont fixées par voie réglementaire.

Article 29. (Nouveau)


Les fonctionnaires sont affiliés à un régime de retraite.

Le fonctionnaire admis à la retraite pour limite d’âge a droit à une pension de retraite que s’il remplit
l’une des conditions suivantes :
- Atteindre 45 ans d’âge et avoir effectué 15 ans de service effectif, ou ;

- Avoir effectué 25 ans de service effectif.

La pension de retraite du fonctionnaire est calculée en fonction de son ancienneté de service effectif
dans les cadres et de l’indice du traitement afférent aux classes et échelon qu’il a atteint la veille
de la date d’effet de sa mise à la retraite.

La pension de retraite d’ancienneté est affectée d’une majoration pour enfants à taux uniforme par
enfant.

Sauf le cas de la déchéance des droits civiques, de la révocation avec suppression des droits
éventuellement acquis à pension, ou de la révocation avec déchéance des droits à pension et incapacité
d’exercer à jamais aucune fonction publique, les fonctionnaires se trouvant dans les cas de cessation
définitive de fonctions autres que la retraite ont droit à une pension de retraite soit au remboursement
des retenues pour pension opérées sur leurs soldes dans les mêmes conditions que les fonctionnaires
retraités.

Le fonctionnaire réformé pour inaptitude physique ou mentale définitive imputable au service a droit à
une rente d’invalidité quelle que soit son ancienneté de service.

Cette rente est cumulable avec la pension de retraite.

TITRE V
NOTATION - AVANCEMENT
RECOMPENSES ET DISCIPLINE

Article 30.
Les fonctionnaires sont notés annuellement à raison de la façon dont ils accomplissent leurs
obligations prévues par le présent statut et à l’exclusion de toutes autres considérations.

La note des fonctionnaires comporte une appréciation générale et une cote numérique correspondantes.
Le pouvoir de notation appartient au supérieur hiérarchique direct de l’intéressé et en dernier lieu
au Ministre dont relève le service auquel il est affecté pour le fonctionnaire des cadres de l’Etat et
au président du comité exécutif de la collectivité décentralisée pour le fonctionnaire recruté par elle.

Article 31.
La note définitive du fonctionnaire est communiquée à l’intéressé sur sa demande écrite sur l’initiative
du notateur.

Le fonctionnaire peut saisir la commission administrative paritaire compétente en cas de contestation.

Article 32.
En cas de carence ou de refus des autorités compétentes, le fonctionnaire est noté d’office par
le Ministre chargé de la Fonction Publique au vu du dossier de l’intéressé après avis de la commission
administrative paritaire.

CHAPITRE II
AVANCEMENT

Article 33. (Nouveau)


Ordonnance n° 79-027 du 20 décembre 1979. Les corps de fonctionnaire dans les catégories I à IX
incluses comportent uniformément une hiérarchie et un échelonnement indiciaire de traitement
à quatre classes :
- La classe exceptionnelle ;

- Le principalat, à trois échelons ;

- La première classe, à trois échelons ;

- La deuxième classe, à trois échelons.

La classe exceptionnelle et le stage sont assimilés respectivement à un échelon du point de vue


de la solde, de l’ancienneté et de la hiérarchie.

La hiérarchie et l’échelonnement indiciaire de traitement du personnel enseignant et chercheurs


relevant du Ministre chargé de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et classé
dans les catégories VIII, IX et X sont également fixés par décret.

Article 34.
L’avancement des fonctionnaires comprend l’avancement d’échelon et l’avancement de classe.

Article 35.
Les fonctionnaires bénéficient d’un avancement automatique d’échelon au bout de deux ans
d’ancienneté dans l’échelon immédiatement inférieur.

Toutefois, l’avancement de l’échelon le plus élevé d’une classe d’échelon de début de la classe
immédiatement supérieure a lieu aux choix au profit des fonctionnaires qui, à raison de leur mérite,
sont inscrits à un tableau annuel d’avancement établi après avis de la commission administrative
paritaire.

L’inscription sur le tableau d’avancement tel qu’il est défini à l’alinéa précédent ne peut avoir lieu
qu’après une ancienneté :
- De deux ans pour passer de la 2ème classe à la première classe ;

- De trois ans de la première classe au principalat ;


- De quatre ans du principalat à la classe exceptionnelle.
L’avancement d’échelon et l’avancement de classe ont lieu de façon continue d’échelon en échelon et
de classe en classe et se traduisent par une augmentation du traitement du fonctionnaire.

Article 36.
Les fonctionnaires peuvent bénéficier de rappels ou de bonification d’ancienneté à raison des stages
de perfectionnement ou de spécialisation d’au moins six mois, des services auxiliaires effectuées en
temps de guerre.

Les rappels et bonifications d’ancienneté prévus à l’alinéa ci-dessus sont applicables soit
à l’avancement et à la retraite, soit uniquement à la retraite.

CHAPITRE III
RECOMPENSES

Article 37.
Tout service exceptionnel rendu à la Nation par le fonctionnaire dans l’exercice de ses fonctions ou
à l’occasion de l’exercice de ses fonctions ouvre droit, sur proposition du Ministre dont il relève,
à l’une des récompenses suivantes :
- Lettre de félicitation ministérielle ;

- Majoration d’ancienneté d’échelon ;

- Surclassement d’échelon ;

- Avancement immédiat de classe.

Les récompenses citées à l’alinéa précédent ne donnent droit à aucun rappel de solde et sont accordés
par décret pris en conseil des Ministres.

CHAPITRE IV
DISCIPLINE

Article 38. (Nouveau)


Tout manquement à ses obligations professionnelles commis par un fonctionnaire l’expose
à une sanction disciplinaire indépendamment, le cas échéant, des sanctions civiles, financières ou
pénales.

Il en est de même mutatis mutandis de toute infraction pénale constatée à sa charge.

La faute imputée à un fonctionnaire doit être, dans la mesure du possible, ou si nécessaire et par
autorité compétente, constatée par écrit et contradictoirement avec l’intéressé.

Article 39. (Nouveau)


En cas de faute grave incompatible avec les intérêts du service commise par un fonctionnaire, qu’il
s’agisse d’un manquement à ses obligations professionnelles ou d’une infraction pénale, l’intéressé
peut être suspendu de ses fonctions par arrêté motivé de l’autorité investie du pouvoir disciplinaire,
avec faculté de délégation.

Toute mesure administrative ou judiciaire privative de liberté est à l’égard du fonctionnaire assimilée
à une suspension de fonction.

Le fonctionnaire suspendu de ses fonctions jusqu’au règlement définitif de son affaire disciplinaire.
Toutefois, il est repris en service et en solde si l’autorité investie du pouvoir de nomination n’a pas
définitivement statué sur son cas dans le délai de douze mois qui suivent la date de la suspension et
sauf en cas d’incarcération.

S’il n’a pas été exclu des cadres, il est rétabli dans tous ses droits et bénéficie d’un rappel de solde et
accessoires.

Article 40. (Nouveau)


La poursuite disciplinaire du fonctionnaire est exercée par l’autorité investie du pouvoir de nomination
avec faculté de délégation.

L’intéressé est traduit, après instruction de l’affaire, devant un conseil de discipline dont
la composition et le fonctionnement sont fixés par voie réglementaire.

Article 41. (Nouveau)


L’autorité investie du pouvoir disciplinaire peut, avec faculté de délégation, prononcer après avis
du Conseil de Discipline et selon le degré de gravité de la faute retenue à la charge du fonctionnaire,
l’une des sanctions prévues à l’Article 43 ci - dessous.

Article 42. (Nouveau)


Le fonctionnaire condamné à une peine afflictive ou infamante par une décision de justice devenue
définitive doit être révoqué sans qu’il y ait lieu de consulter le conseil de discipline.

Le fonctionnaire condamné à l’emprisonnement correctionnel avec ou sans sursis par une décision de
justice devenue définitive peut être frappé d’une sanction disciplinaire jusque et y compris
la révocation, sans qu’il y ait lieu de consulter le conseil de discipline.

Article 43. (Nouveau)


Les sanctions disciplinaires applicables aux fonctionnaires sont :
- L’avertissement ;

- Le blâme ;

- La radiation du tableau d’avancement ;

- La réduction de l’ancienneté d’échelon ;

- L’abaissement d’échelon ;

- L’exclusion temporaire de fonctions ;

- La rétrogradation ;

- La retraite d’office ;

- La révocation sans suppression des droits à pension ;

- La révocation avec suppression des droits à pension éventuellement acquis ;

- La révocation avec déchéance des droits à pension et incapacité de n’exercer à jamais aucune
fonction publique.

Les Chefs d’Institution et les Ministres utilisateurs peuvent avec faculté de subdélégation prononcer
les sanctions prévues ci - dessus jusques et y compris l’exclusion temporaire des fonctions.
Article 44. (Nouveau)
Les arrêtés portant sanction disciplinaire contre les fonctionnaires peuvent être publiés
au Journal Officiel de Madagascar.

Article 45. (Nouveau)


Le fonctionnaire peut intenter un recours contentieux devant la juridiction administrative compétente
contre les décisions leur infligeant des sanctions disciplinaires.

Article 46. (Nouveau)


L’amnistie pénale dont bénéficie le fonctionnaire entraîne la remise des sanctions disciplinaires sans
rappel de solde.

L’amnistie disciplinaire peut être accordée sans rappel de solde par décret du Président
de la République Démocratique de Madagascar.

Article 47. (Nouveau)


Les sanctions disciplinaires applicables au stagiaire sont :
- L’avertissement ;

- Le blâme ;

- La prolongation de stage ;

- Le licenciement sans suppression des droits à pension ;

- Le licenciement avec suppression des droits à pension éventuellement acquis ;

- Le licenciement avec déchéance des droites à pension et incapacité de n’exercer à jamais


aucune fonction publique.

Les Chefs d’Institution et les Ministres employeurs peuvent avec faculté de subdélégation prononcer
les sanctions prévues ci-dessus jusques et y compris la prolongation de stage.

Les autres sanctions relèvent de la compétence du Ministre chargé de la Fonction publique.

Article 48. (Nouveau)


Le fonctionnaire peut être placé dans l’une des positions suivantes :
- L’activité ;

- Le détachement ;

- La position sous les drapeaux ;

- La position hors - cadre ;

- La disponibilité.

L’activité est la position du fonctionnaire servant au sein de l’Administration dont relève sa spécialité.

Le détachement est la position du fonctionnaire servant dans une Administration autre que celle dont
relève sa spécialité.

La position sous les drapeaux est celle du fonctionnaire effectuant des services militaires au titre
du Service National.
La position hors - cadre est la position du fonctionnaire servant dans un organisme public non régit par
les règles de gestion administrative de droit commun.

La disponibilité est la position du fonctionnaire cessant temporairement de servir sur sa demande et


sur autorisation de l’Administration dans les organismes publics.

Les modalités d’application du présent article sont fixées par voie réglementaire.

Article 49. (Nouveau)


Selon le cas, la position réglementaire du fonctionnaire prend effet pour compter soit de la date de
prise ou reprise de service soit de la veille de la mise en route ou, en ce qui concerne la disponibilité,
pour compter de la date de cessation de service.

Elle prend fin pour compter de la date de cessation de service ou, en ce qui concerne la disponibilité,
pour compter de la date de reprise de service.

Article 50.
Le fonctionnaire en activité a droit :
- A des permissions ou autorisations d’absence pour évènement familial, pour exercice
d’un mandat politique ou syndical ou à l’occasion d’une manifestation sportive, économique
ou culturelle à caractère officiel ;

- A un congé annuel ;

- A un congé de maternité ;

- A un congé de maladie.

Pendant la durée des permissions d’absence ou des congés prévus à l’alinéa ci-dessus et par dérogation
aux dispositions de l’Article 26 de la présente loi, le fonctionnaire perçoit sa solde entière.

Le fonctionnaire doit jouir de ses permissions d’absence et de ses congés à l’intérieur du Territoire
national.

Toutefois, la jouissance des permissions d’absence et des congés peut s’effectuer à l’étranger
aux risques et périls de l’intéressé et sur autorisation du Ministre chargé de la fonction publique.

Article 51.
Les frais occasionnés par la jouissance des permissions d’absence et des congés du fonctionnaire ne
sont pas à la charge de l’Administration, exception faite du congé cumulé.

Article 52.
Le fonctionnaire en activité a droit au congé annuel. Le congé prévu ci-dessus est accordé
au fonctionnaire pour une durée proportionnelle à celle des services accomplis et à raison d’un mois
par an.

Article 53.
La jouissance, par le fonctionnaire, du congé annuel peut être différée, fractionnée ou cumulée en
tenant compte des nécessités de service.

Le fonctionnaire qui, du fait de l’Administration, n’a pas pu jouir de tout ou partie des congés annuels
auxquels il a droit à la date de sa cessation définitive de fonction, est libéré par anticipation pour une
durée correspondant aux derniers congés obtenus.
Article 54.
Les congés de maladie du fonctionnaire sont limités à la durée de l’hospitalisation et, les cas échéants,
des repos de convalescence ou autres repos accordés par une formation sanitaire publique ou agrée par
l’Etat.

Le fonctionnaire reconnu définitivement inapte pour reprendre le service à l’issue de son congé
de maladie est présenté devant la commission de réforme.

Article 55.
Le fonctionnaire en activité a vocation de servir dans l’un des emplois normalement dévolus au corps
des fonctionnaires auquel il appartient quel que soit le lieu d’exercice de cet emploi.

Les affectations sont prononcées compte tenu des nécessités du service.

Le fonctionnaire et le conjoint fonctionnaire doivent servir dans une même localité.

Article 56. (Nouveau)


Le fonctionnaire est placé dans l’une des positions prévues à l’Article 48 ci-dessus, pour une durée
indéterminée ou en ce qui concerne la disponibilité pour une durée déterminée et par arrêté
de l’autorité investie du pouvoir de nomination et ce avec faculté de délégation.

L’entrée dans l’une des positions précitées est soumise à l’avis préalable des organismes employeurs
concernés, à une vacance d’emploi et, le cas échéant, à une vacance budgétaire.

L’effectif des agents d’un corps de fonctionnaires susceptibles d’être placés dans les positions
de détachement, hors-cadre et de disponibilité est limité préalablement de manière à assurer
le fonctionnaire normal de l’Administration de rattachement de la spécialité de ce corps
de fonctionnaires.

Article 57. (Nouveau)


Les cessations définitives de fonctions, entraînant la radiation des cadres et la perte de la qualité
de fonctionnaire, résultent :
- De l’inaptitude physique ou mentale définitive ;

- Du décès ;

- De la perte de la nationalité malagasy ;

- De la déchéance des droits civiques ;

- De la démission ;

- De la retraite d’office par mesure disciplinaire ;

- De la révocation sans suppression des droits à pension ;

- De la révocation avec suppression des droits à pension éventuellement acquis;

- De la révocation avec déchéance des droits à pension et incapacité à jamais d’exercer une
fonction publique ;

- De la retraite pour limite d’âge.


Article 58.
Le fonctionnaire peut demander sa démission de la fonction publique.

La démission d’un fonctionnaire acceptée est irrévocable vis-à-vis de la Fonction Publique.

La démission d’un fonctionnaire est acceptée par arrêté de l’autorité investie du pouvoir
de nomination.

Article 59. (Nouveau)


Nul ne peut servir en qualité de fonctionnaire au-dessus de l’âge de 60 ans.

Nonobstant les dispositions du précédent alinéa, le fonctionnaire peut, sur sa demande, être admis
à la retraite à partir de l’âge de 45 ans.

Il peut être fixé par décret pris en Conseil des Ministres, en tant que besoin et pour une durée
déterminée des mesures en vue d’inciter les fonctionnaires à partir à la retraite entre l’âge de 45 ans et
l’âge de 60 ans prévues aux alinéas précédents.

Le fonctionnaire atteint par la limite d’âge prévue aux alinéas ci - dessus est admis à la retraite par
arrêté de l’autorité investie du pouvoir de nomination.

TITRE VI
DISPOSITIONS TRANSITOIRES

Article 60. (Nouveau)


Ordonnance n° 79-027 du 20 décembre 1979 par dérogation aux dispositions des Articles 16, 18
alinéas 5 et 19 ci - dessus, les agents non encadrés de l’Etat et des Collectivités décentralisées peuvent
être nommés dans les corps des fonctionnaires dans les conditions qui seront déterminées par décret.

Article 61. (Nouveau)


Ordonnance n° 79-027 du 20 décembre 1979. Par dérogation aux dispositions de l’Article premier
de l’Ordonnance n° 75-013 du 17 mai 1975, portant Code du Travail, les agents occupants des emplois
réputés de longue durée de l’Etat et des Collectivités décentralisées régis par le Décret n° 64-214
du 27 mai 1964, seront régis par un statut spécial fixé par décret en attendant leur admission dans
les cadres.

Article 62. (Nouveau)


Ordonnance n° 79-027 du 20 décembre 1979. A titre transitoire, s’il a nécessité de service et avec
l’avis favorable du Ministre employeur, les fonctionnaires et les agents non encadrés de l’Etat et
des Collectivités décentralisées, admis à la retraite et maintenus en activité avant la date
de promulgation du présent Statut général, peuvent demander le renouvellement annuel de ce maintien
jusqu’à l’âge de 60 ans.
«
Le maintien en activité des agents visés à l’alinéa précédent est prononcé par décision
du Ministre chargé de la Fonction Publique.

Sur le plan disciplinaire, l’abrogation de la décision de maintien est prononcée sur proposition
du Ministre employeur.

Les intéressés ne jouissent pas de leurs droits à pension durant le maintien. Cependant, le temps
de maintien entre en ligne de compte pour le calcul des annuités pour la liquidation de la pension. »
TITRE VII
DISPOSITIONS DIVERSES

Article 63.
Des décrets seront pris en application du présent Statut général.

Article 64. (Nouveau)


Ordonnance n° 79-027 du 20-12-79. La Loi n° 60-003 du 15 février 1960, relative au Statut général
des fonctionnaires des cadres de l’Etat est et demeure abrogée.
«
Toutefois, les décrets pris en application du Statut visé à l’alinéa précédent sont applicables à titre
transitoire, en leurs dispositions non contraires à la présente loi et jusqu’à la date d’entrée en vigueur
de cette dernière et de ses textes d’application. »

Article 65.
La présente loi sera publiée au Journal Officiel de la République.

Elle sera exécutée comme loi de l’Etat.

Promulguée à Antananarivo, le 16 juillet 1979

Par le Président de la République Démocratique de Madagascar ,


Didier RATSIRAKA