Vous êtes sur la page 1sur 10

Chapitre 11

Coniques

11.1 Généralités sur les coniques


Définition 11.1 (par foyer et directrice). Soit (D) une droite du plan, F un point du plan n’appar-
tenant pas à (D) et e un réel strictement positif. On appelle conique de foyer F , de directrice (D) et
d’excentricité e l’ensemble (Γ) des points du plan tels que M
MF
m
= e où m est le projeté orthogonal de M
sur (D).
La conique (Γ) est appelée :
– ellipse si 0 < e < 1,
– parabole si e = 1,
– hyperbole si e > 1.
Définition 11.2 (Régionnement du plan). Soit (Γ) une conique de foyer F , de directrice (D) et d’ex-
centricité e.
1. On appelle intérieur de (Γ) l’ensemble des points du plan tels que M
MF
m
< e.
2. On appelle extérieur de (Γ) l’ensemble des points du plan tels que M m > e.
MF

Remarque 11.1. 1. Le foyer est toujours à l’intérieur et la directrice toujours à l’extérieur de la


conique.
2. La perpendiculaire à la directrice passant par le foyer appelée axe focal est toujours axe de symétrie
à la conique.
3. Si (Γ) est une ellipse ou une parabole (0 < e ≤ 1), alors (Γ) et son intérieur sont contenu dans
le même demi-plan de frontière (D) contenant le foyer F . Toute conique (Γ) partage le plan en
deux régions : l’intérieur et l’extérieur de (Γ).
Soit K l’intersection de l’axe focal avec la directrice. Soit (Γ) la conique de foyer F de directrice (D)
et d’excentricité e (Γ(F, (D), e)) :
1. Si e = 1, l’axe focal (KF ) rencontre (Γ) en un seul point et ce point est le milieu du segment
[KF ].
2. Si e = 1, l’axe focal (KF ) rencontre (Γ) en deux points distincts.
Définition 11.3. Les points d’intersection de (Γ) avec l’axe focal sont appelés les sommets de la conique.
Proposition 11.1. Soit (Γ) la conique de directrice (D), de foyer F et d’excentricité e = 1. Soit A le
sommet de (Γ) situé sur le segment [F K]. Soit O le milieu du segment formé par les deux sommets de
(Γ) [AA ], alors :
−→ 1 −→ −→ −−→ −→ e2 −−→
OA = OF , OF = e2 OK, OF = 2 KF .
e e −1

Cours de Mathématiques. Classe T le C. www.easy-maths.com POWERED BY EASYMATHS 
Njionou P,S Collection EasyMaths©7770

Démonstration. O est le milieu de [AA ].


−→ −−→ −→ −−→ −→ 1 −→ e −−→
AF = −eAK ⇔ AF + eAK = 0 ⇔ A = bar{(F, 1); (K, e)} ⇔ OA = OF + OK. (1)
1+e 1+e
L’autre sommet A de (Γ) vérifie
−−→ −−→−−→ −−→ −−→ 1 −→ e −−→
A F = eA K A F − eA K = 0 ⇔ A = bar{(F, 1); (K, −e)} ⇔ OA = OF + OK. (2)
1−e 1−e

   
0 = −→ −−→ 1 1 −→ e e −−→
OA + OA = + OF + + OK
1+e 1−e 1+e 1−e
2 −→ e2 −−→
= OF − OK
1 − e2 1 − e2
−→ −−→
On en déduit que OF − e2 OK = 0.
Ensuite,
−→ 1 −→ e −−→
OA = OF + OK
1+e 1+e
1 −→ 1 −→
= OF + OF
1+e e(1 + e)
 
1 e −→ 1 −→
= + OF = OF .
1 + e e(1 + e) e

Finalement,

−→ −−→ −→ −−→ −→ −−→ −→ e2 −−→


OF = e2 OK = e2 (OF + F K) ⇔ (1 − e2 )OF = e2 F K ⇔ OF = F K.
1 − e2

11.2 Etude de la parabole


11.2.1 Equation réduite d’une parabole
La parabole (Γ) est une conique (F, (D), 1). (Γ) possède un sommet O milieu de [KF ], K étant le
point de rencontre de la directrice avec l’axe focal. On pose p = P K : paramètre de la parabole. Soit
−−

(∆) la parallèle à (D) passant par O. On pose ı = −OF
j un vecteur unitaire de la droite (∆). (O,ı, j)
→ et 

OF 
est un repère orthonormé du plan.
Soit M (x, y) ∈ (P).

On a p = KF = 2OF , donc F (p/2, 0) et K(−p/2, 0), la directrice a pour équation (D) : x = − p2 .


 
La projeté de M , sur (D) m a pour coordonnées m −p/2
y
. M ∈ (Γ) ⇔ M
MF
m
= 1 ⇔ M F 2 − M m = 0. On
en déduit p 2  p 2
− x + y 2 − − − x = 0 ⇔ y 2 = 2px.
2 2


Cours de Mathématiques. Classe T le C. www.easy-maths.com POWERED BY EASYMATHS 
Njionou P,S Collection EasyMaths©7770

Remarque 11.2. Un échange de axes conduit à une équation de la  0forme


 x2 = 2py. L’axe focal de la
parabole est alors la droite de repère (O, j). Le foyer est cette fois F p/2 et la directrice (D) : y = −p/2.

Etant donné un repère orthonormée (O, I, J) et un réel k = 0, l’ensemble (Γ) des points M xy tels que
 
y 2 = kx est une parabole de foyer F k4 , 0 , de directrice (D) : x = − k4 et de paramètre p = |k| 2
.
Les éléments caractéristiques d’une parabole sont : son paramètre, son sommet, son axe focal, son foyer
et sa directrice.

11.2.2 Représentation paramétrique d’une parabole


Soit (Γ) une parabole d’équation réduite y 2 = 2px,
 2p >  0. Soit M un point de (Γ) d’ordonnée
t2 t2
t. Alors, son abscisse est 2p . Réciproquement, soit M 2p , t . On a x = 2p et y = t, ce qui conduit
t
 t2
2 2 x = 2p
à t = 2px, c’est-à-dire y = 2px. Ainsi, le système t ∈ R définit une parabole (Γ) de
y=t
paramètre p.

11.2.3 Tangente à une parabole


Proposition 11.2. Soit (Γ) la parabole d’équation réduite y 2 = 2px, p > 0, en tout point M0 (x0 , y0 ) de
(Γ), la parabolle admet une tangente d’équation cartésienne y0 y − p(x + x0 ) = 0.
 t2
x = 2p
Démonstration. On sait que (Γ) admet une représentation paramétrique de la forme , t ∈ R.
y=t
t2
Les fonctions t → x(t) = 2p et t → y(t) = t sont dérivables sur R et de dérivées t → x (t) = pt et
y  (t) = 1. Le point M0 (x0 , y0 ) corresponds à t = t0 . Le vecteur directeur de la tangente est v0 (t0 /p, 1).
−−−→
Soit (T ) la tangente à (Γ) en M0 . Un point  M (x, y) ∈ (T ) si et seulement si les vecteurs M0 M et v0
 x − x0 t/p 
sont colinaires, c’est-à-dire   = 0.
y − y0 1 
 
 x − x0 t/p  t0
 
 y − y0 1  = 0 ⇔ x − x0 − p (y − y0 ) = 0
⇔ p(x − x0 ) − t0 y − t0 y0
⇔ p(x − x0 ) − y0 y + y02
⇔ px − px0 − y0 y + 2px0 = 0
⇔ p(x + x0 ) − yy0 = 0.

11.3 Etude de l’ellipse


11.3.1 Equation cartésienne de l’ellipse
Soit (Γ) une ellipse de foyer F , de directrice (D) et d’excentricité e (0 < e < 1). (Γ) possède deux
sommets A et A divisant le segment [F K] dans le rapport e. Le point A est le sommet situé sur le
segment [F K]. Les points A et A vérifient
−→ −−→ −−→ −−→
AF = −eAK A F = eA K.


Cours de Mathématiques. Classe T le C. www.easy-maths.com POWERED BY EASYMATHS 
Njionou P,S Collection EasyMaths©7770

Soit O le milieu de [AA ], on sait aussi que :


−→ 1 −→ −→ −−→ −→ e2 −−→
OA = OF , OF = e2 OK, OF = KF .
e e2 − 1
On pose OA = OA = a c’est-à-dire AA = 2a ; OF = c. On déduit les relations suivantes.
c c a2 a2 − c 2
e= , OK = = , KF = .
a e2 c c
Soit (∆) la parallèle à (D) passant√par O. (∆) coupe (Γ) en deux points B et B  symétrique par rapport
à O et OB = OB  = b. On a b = a2 − c2 , (0 < b < a).

Vocabulaire
• Le segment [AA ] (ou sa longueur) est le grand axe de l’ellipse.
• Le segment [BB  ] (ou sa longueur 2b) est le petit axe de l’ellipse.
• La droite (BB  ) est l’axe non focal de l’ellipse
• B et B  sont les sommets de l’axe non focal
• Le point O, milieu de [BB  ] et [AA ] est le centre de l’ellipse.
−→ −
−→
On pose ı = −OA
j = OB
→ et  −
−→ . (O,
ı, j) est un repère orthonormé.
x OA OB 
Soit M y un point du plan. On a : OF = c donc F 0c .

M ∈ (Γ) ⇔ M F 2 − e2 M m2 = 0
 2 2
2 2 2 a
⇔ (x − c) + y − e −x =0
c
 4 
2 2 2 2 a 2a2 2
⇔ x − 2cx + c + y − e − x+x =0
c2 c
4
2 2 2 2 2a
⇔ (1 − e )x + y + c − e 2 = 0
  c
2
c c 2 a4
⇔ x2 1 − 2 + y 2 + c 2 − 2 2 = 0
a a c
2 2
x y
⇔ 2+ 2 −1=0
a a − c2
x2 y 2
⇔ 2 + 2 −1=0
a b
Proposition 11.3. Soit (O, I, J) un repère orthonormé et deux réels positifs a et b, l’ensemble (Γ) des
 2 2
points M xy tels que xa2 + yb2 − 1 = 0 est :
1. si a = b une ellipse de centre O et d’axes portés par les droites de coordonnées.
2. si a = b le cercle de centre O et de rayon a.
 √ 2
Remarque 11.3. – Si a > b. On a F 0c avec c = a2 − b2 < a, e = ac < 1 et (D) : x = ac . C’est
l’ellipse de foyer
0 F , de directrice
√ (D) et d’excentricité e.
2
– Si b > a, F c avec c = b − a , e = cb , (D) : y = bc .
2 2

Exercice 11.1. Montrer que l’ensemble des points M xy qui vérifient l’équation 2x2 + 3y 2 + 4x − 5y = 0
est une ellipse.


Cours de Mathématiques. Classe T le C. www.easy-maths.com POWERED BY EASYMATHS 
Njionou P,S Collection EasyMaths©7770

11.3.2 Définition bifocale de l’ellipse


Remarque 11.4. Soit (Γ) l’ellipse de foyer F , de directrice (D), d’excentricité e et de centre O. Soit
F  et (D ) les symétriques respectifs de F et (D) par rapport à O. Alors (Γ) est aussi l’ellipse de foyer
F  et de directrice (D ).
La longueur F F  = 2OF = 2c est appelée distance focale.

Proposition 11.4. Soit F et F  deux points distincts du plan. On pose F F  = 2c. Soit a ∈ R tel que
a > c > 0. L’ellipse de foyers F et F  et de grand axe 2a est l’ensemble des points M du plan vérifiants
M F + M F  = 2a.
   2 2 
Démonstration. On a F 0c et F  −c 0
. Les directrices sont (D) : x = ac et (D ) : x = − ac . Soit M xy un
 a2 
point du plan, m son projeté orthogonal sur (D) et m son projeté orthogonal sur (D ). On a m yc et
 a2 
m −yc .
c 2a2
Si le point M ∈ (Γ), on a M F = eM m et M F  = eM m . Donc M F + M F  = emm = a c
= 2a.

11.3.3 Rprésentation paramétrique de l’ellipse


Proposition
 11.5. soit a > 0, b > 0 a = b. La courbe de représentation paramétrique
x = a cos t
t ∈ R est l’ellipse donc les axes de coordonnées sont les axes de symétrie.
y = b sin t
x2 y2 x2 2
Démonstration. On a x2 = a2 cos2 t et y 2 = b2 sin2 t donc a2
= cos2 t et b2
= sin2 t, d’où a2
+ yb2 = 1.
Plus généralement, on a le résultat suivant :
(x−α)2 (y−β)2
Proposition
 11.6. L’ellipse d’équation a2
+ b2
= 1 a pour représentation paramétrique le
x = a cos t + α
système t∈R
y = b sin t + β

11.3.4 Tangente à une ellipse


x2 2 x0 
Proposition 11.7. Soit l’ellipse (Γ) d’équation réduite a2
+ yb2 = 1. En tout point de M0 y0
de l’ellipse,
la tangente a pour équation xa02x + yb02y = 1.

Démonstration. L’équation paramétique de (Γ) est x(t) = a cos t, y(t) = b sin t, donc x (t) = −a sin  t
 −a sin t0
et y (t) = b cos t. Ainsi, en un point M0 (x0 , y0 ), la tangente (T ) a pour vecteur directeur V b cos t0 =

− a y0  x
b
b
x
. Soit alors M y
∈ (T ), on a
a 0

 
 x − x 0 − a y0 
 b  = 0 ⇔ b x0 (x − x0 ) + b (y − y0 ) = 0
 y − y0 b x0  a a
a
b b a a
⇔ xx0 − x20 + yy0 − y02 = 0
a  a b  b 
x0 x y0 y x20 y02
⇔ ab + 2 − + 2 =0
a2 b a2 b
x0 x y0 y
⇔ + 2 = 1.
a2 b


Cours de Mathématiques. Classe T le C. www.easy-maths.com POWERED BY EASYMATHS 
Njionou P,S Collection EasyMaths©7770

11.4 Etude de l’hyperbole


11.4.1 Equation cartésienne d’une hyperbole
On considère l’hyperbole (Γ) de foyer F , de directrice (D) et d’excentricité e > 1. (Γ) possède deux
sommets A et A divisant le segment [F K] dans le rapport e. Le point A est le sommet situé sur le
segment [F K]. On a alors :
−→ −−→ −−→ −−→
AF = −eAK, A F = eA K.
Soit O le milieu de [AA ], on a :

−→ 1 −→ −→ −−→ e2 −−→
OA = OF , OF = e2 OK = KF .
e e2 − 1
On pose OA = OA = a et c = OF . On en déduit :
c −−→ c a2 c 2 − a2
e= , OK = 2 = , KF = .
a e c c
Soit (∆) la parallèle à (D) passant par O.


Soit B et B  les points de (∆) tels que OB = OB  = c2 − a2 avec 0 < b < c.
Vovabulaire
• L’axe focal ou la longueur 2a est appelé axe transverse de (Γ).
• La droite (BB  ) ou longueur 2b est appelée axe non transverse.
• Le point O milieu de [AA ] est le centre de l’hyperbole.
−→ −
−→
Proposition 11.8 (Equation réduite). On pose ı = OA
−→ et j = OB

−→ . Alors (O,ı, j) est un repère
OA OB
x2 y2
orthonormé. Dans ce repère, l’hyperbole de foyer F et de directrice (D) a pour équation a2
− b2
= 1.
 2  
Démonstration. On a F 0c , K a 0/c . Un point M xy ∈ (Γ) ⇔ M F 2 − e2 M m2 = 0.
 2
2 2 2 2 2 2 a2
MF − e Mm = 0 ⇔ (x − c) + y − e x − =0
c
a4
⇔ y 2 + (1 − e2 )x2 + c2 − e2 2 = 0
  c
2 2 4
c c a
⇔ y 2 + 1 − 2 + c2 − 2 2 = 0
a a c
2 2
x y
⇔ − 2 −1=0
a 2 c − a2
x2 y 2
⇔ − 2 −1=0
a2 b

Proposition 11.9. Soit (O, I, J) un repère orthonormé et soit deux réels a et b strictement positifs,
2 2
l’ensemble (Γ) des points M (x, y) tels que xa2 − yb2 − 1 = 0 est une hyperbole de centre O et d’axes les
droites (OI) et (OJ).


Cours de Mathématiques. Classe T le C. www.easy-maths.com POWERED BY EASYMATHS 
Njionou P,S Collection EasyMaths©7770

x2 y2
Proposition 11.10. L’hyperbole (Γ) d’équation réduite a2
− b2
− 1 = 0 à deux asymptotes
(∆1 ) : xa + yb = 0 et (∆2 ) : xa − yb = 0.
2 y2
 x0 
Proposition 11.11. Soit (Γ) une hyperbole d’équation réduite xa2 − b2
− 1 = 0. En tout point M0 y0
de (Γ), l’hyperbole admet une tangente d’équation xa02x − yb02y = 1.
 b√
x2 y2 2 b2 a √
x 2 − a2
Remarque 11.5. − a2
−1 = 0 ⇔ y =
b2 a2
(x2 2
−a) ⇔ y = . Soit f1 : x →
− a x 2 − a2
b
√ √
b
a
x2 − a2 et f2 : x →
 − ab x2 − a2 . Soit (Γ1 ) et (Γ2 ) leurs courbes représentatives respectives. Alors
(Γ) = (Γ1 ) ∪ (Γ2 ).

Définition 11.4 (Hyperbole équilatère). On dit qu’une hyperbole est équilatère si ses asymptotes sont
perpendiculaires.
x2 y2
Exercice 11.2. Montrer que si une hyperbole d’équation réduite a2
− b2
− 1 = 0 est équilatère, alors
a = b. Déterminer c, e et la forme simplifiée de son équation.
Proposer une autre définition une hyperbole équilatère.

Proposition 11.12. Dans un repère (Ou, v ) porté par les asymptotes, une hyperbole (Γ) de centre O a
une équation de la forme Y = Xk , k ∈ R.
Réciproquement, étant donné un repère (O, u, v ) et un nombre réel k = 0, l’ensemble des points M (x, y)
tels que xy = k est une hyperbole de centre O et d’asymptote les axes de coordonnées.

Exercice 11.3. Montrer que dans un repère donné, les courbes d’équations y = ax+b
cx+d
avec ad − bc = 0
2 +bx+c
et y = ax x+d sont des hyperboles.

11.4.2 Définition bifocale de l’hyperbole


Soit (Γ) une hyperbole de foyer F , de directrice (D) et d’excentricité e > 1. Soit O son centre, F  et
(D ) les symétriques respectifs de F et (D) par rapport à O. (Γ) est aussi l’hyperbole de foyer F  , de
directrice (D ) et d’excentricité e.
F F  = 2c est appelée distance focale.

Proposition 11.13. Soit F et F  deux points distincts tels que F F  = 2c. Soit a ∈ R tel que 0 <
a < c, l’hyperbole de foyers F et F  , d’axe transverse 2a est l’ensemble des points M du plan tels que
|M F  − M F | = 2a.

11.5 Compléments
11.5.1 Courbes d’équations ax2 + by 2 + 2cx + 2dy + e = 0
Théorème 11.1. Le plan est muni d’un repère orthonormé (O, I, J). On considère l’équation
ax2 + by 2 + 2cx + 2dy + e = 0. (a = 0 ou b = 0)
1. Si ab = 0, (Γ) est soit vide, soit réunion de deux droites, soit une parabole.
2. Si ab > 0, (Γ) est soit vide, soit un singleton, soit une ellipse.
3. Si ab < 0, (Γ) est soit réunion de deux droites sécantes, soit une hyperbole.

Démonstration. 1. Supposons ab = 0. Trois cas sont alors possibles :


Cours de Mathématiques. Classe T le C. www.easy-maths.com POWERED BY EASYMATHS 
Njionou P,S Collection EasyMaths©7770

Cas 1 a = 0 et b = 0.
L’équation devient 2cx + 2dy + e = 0.
– Si c = 0 ou d = 0, (Γ) est une droite.
– Si c = d = 0 et e = 0, (Γ) est l’ensemble vide.
Cas 2 a = 0 et b = 0
L’équation se réduit à by 2 + 2cx + 2dy + e = 0, qui est équivalente à y 2 + 2d y + 2cb x + eb = 0.
  2 2
b
On la réecrit sous la forme y + db = − 2cb x + db2 − eb .
– Si c = d = 0 et eb > 0 (Γ) est l’ensemble vide.
– Si c = d = 0 et e = 0, (Γ) est la droite y = 0
– Si c = d = 0 et eb < 0, alors (Γ) est la réunion des droites d’équations (D1 ) : y = − − eb

et (D2 ) : y = − eb .
Cas 3 a = 0 et b = 0.
S’étudie comme le cas 2.
2. Supposons ab > 0. Sans nuire à la généralité supposons a > 0 et b > 0, dans le cas où on aurait
a < 0 et b < 0, multiplier toute l’équation par −1.
L’équation devient  2
 c 2 d c2 d2
a x+ +b y+ = + − e.
a b a b
c2 d2
– Si a
+ b
< e, (Γ) est l’ensemble vide.
c2 d2
– Si a
+ b
= e, alors (Γ) est la réunion des droites d’équation x = − ac et y = − db .
c2 d2
– Si a
+ b
> e, (Γ) est une ellipse. On peut en effet réecrire l’équation sous la forme :
 
c 2
 
d 2
x+ y+
c2 2
a
+ c2 2
b
= 1.
a
+ db −e a
+ db −e
a b
 
Le centre de l’ellipse est précisément Ω − ac , − b . d

3. Si ab < 0, alors on a deux possibilités : a > 0 et b < 0 ou a < 0 et b > 0. Nous étudions le cas
a > 0 et b < 0, l’étude du second cas se faisant de façon analogue au premier. Le soin est laissé
au lecteur de le faire.
Comme b < 0, posons b = −m avec m > 0. L’équation devient :
  2
c 2 d c2 d2
a x+ −m y− = − − e.
a m a m
c2 d2
– Si a
− m
< e, (Γ) est l’ensemble vide.
c2 d2
– Si a
− m
= e, alors (Γ) est la réunion des droites d’équation x = − ac et y = md .
c2 d2
– Si a
− m
> e, (Γ) est une hyperbole. On peut en effet réecrire l’équation sous la forme :
 
c 2
 
d 2
x+ y−
c2 2
a
− c2 2
m
= 1.
a
+ db −e a
− dm −e
a m
 
Le centre de l’ellipse est précisément Ω − ac , m . d


Cours de Mathématiques. Classe T le C. www.easy-maths.com POWERED BY EASYMATHS 
Njionou P,S Collection EasyMaths©7770

11.5.2 Changement de repère


Le repère intervient beaucoup dans l’étude des coniques, il est donc important de faire le rappel
suivant.

Repère cartésien
Pour définir un repère cartésien du plan, on se donne un point O appelé origine et deux vecteur u
−−→
et v non colinéaires. Pour tout point M du plan, le vecteur OM se décompose de manière unique sous
−−→
la forme OM = xu + yv . x et y s’appellent composantes ou coordonnées du point M dans le repère
(O, u, v ). En général, la base (u, v ) est orthonormale directe, on dit alors que le rempère est orthonormal
direct.

Changement de repère
Un changement de repère consiste à changer simultannément d’origine et de vecteurs de base. Soit
Ω la nouvelle origine, de coordonnées (a, b) dans l’ancien repère (O, u, v ) et (e1 , e2 ) la nouvelle base,
donnée par les composantes de e1 et e2 dans l’ancienne base par : e1 = αu + βv et e2 = γu + δv .
Soit M (x, y) dans le repère (O, u, v ). Le problème est de déterminer les coordonnées (X, Y ) dans le
−−→ −−→ −→
repère (Ω, e1 , e2 ). On écrit alors ΩM = OM − OΩ.
−−→ −−→ −→
ΩM = OM − OΩ ⇔ X e1 + Y e2 = (x − a)u + (y − b)v
⇔ X(αu + βv ) + Y (γu + δv ) = (x − a)u + (y − b)v

αX + γY = x − a

βX + δY = y − b
La résolution de ce système permet de déterminer X et Y en fonction de x et y.
Si (u, v ) est orthonormé direct, et si (e1 , e2 ) s’obtient de (u, v ) par rotation d’angle θ, alors e1 ) cos θu +
sin θv et e2 = − sin θu + cos θv . Le système obtenu sera

cos θX + sin θY = x − a
− sin θX + cos θY = y − b
et la résolution conduit à 
X = cos θ(x − a) + sin θ(y − b)
Y = − sin θ(x − a) + cos θ(y − b)

11.5.3 Exercices d’application


Exercice 11.4. Déterminer la nature de l’ensemble (Γ) d’équation y 2 − 4x + 2y + 9 = 0.
Solution a = 0, b = 1, ab = 0.

y 2 − 4x + 2y + 9 = 0 ⇔ (y + 1)2 = 4(x − 2).


Soit Ω(2, −1). Dans le 
repère (O,ı, j), on a M (x, y) et dans le repère (Ω,ı, j), on a M (X, Y ).
−−→ −→ −−→ x=2+X
OM = OΩ + ΩM soit
y = −1 + Y

M ∈ (Γ) ⇔ (y + 1)2 = 4(x − 2) ⇔ Y 2 = 4X = 2 × 2X

(Γ) est donc la parabole de sommet Ω, de paramètre p = 2, d’axe focal la droite (Ω,ı).

Cours de Mathématiques. Classe T le C. www.easy-maths.com POWERED BY EASYMATHS 
Njionou P,S Collection EasyMaths©7770

Exercice 11.5. Déterminer la nature de l’ensemble (Γ) d’équation 4x2 + y 2 + 16x + 7 = 0.


Solution a = 4, b = 1 ab > 0, on pourrait avoir affaire à une ellipse.
(x + 2)2 y2
4x2 + y 2 + 16x + 7 = 0 ⇔ 4(x + 2)2 + y 2 = 9 ⇔ 9 + = 1.
4
9
X2 Y2
On vérifie que dans le repère (Ω(−2, 0),ı, j) l’équation est 9 + 9
= 1. (Γ) est l’ellipse de centre
4
3
(Ω(−2, 0), de grand axe 3, de petit axe 2
, d’axe focal (Ω, j).
Exercice 11.6. Déterminer la nature de l’ensemble (Γ) d’équation x2 − 3y 2 + 12y − 3 = 0.
Solution a = 1, b = −3, ab < 0, au peut avoir affaire à une hyperbole.
x2 (y − 2)2
x2 − 3y 2 + 12y − 3 = 0 ⇔ − + = 1.
9 3
(Γ) est l’hyperbole de centre Ω(0, 2), d’axe focal (Ω, j).
Exercice 11.7. 1. Déterminer l’ensemble (E) des points M du plan complexe (P ) dont l’affixe z
vérifie 10z z̄ + 3(z 2 + z̄ 2 ) = 4. Indiquer ses foyers F et F  ainsi que ses directrices.
2. Soit f la composée de l’homothétie de centre O et de rapport 2 et de la rotation de centre O et
d’angle π4 . Déterminer une équation de (E  ) = f (E).
3. Montrer que (E  ) est une ellipse de foyer f (F ) et f (F  ). Comparer les excentricités de (E) et
(E  ).
4. Construire (E) et (E  ) sur un même dessin.
Solution
1. On vérifie aisément que
x2
10z z̄ + 3(z 2 + z̄ 2 ) = 4 ⇔ 4x2 + y 2 = 1 ⇔ + y 2 = 1.
(1/2)2

(E) est l’ellipse de centre O, de grand axe (O, j) et de petit axe (O,ı). b = 1 a = 21 , c = 23 , F (0, c)
et F  (0, −c). Les directrices ont pour équations
√ √
b2 2 3 2 3
(D) : y = = , (D ) : y = − .
c 3 3
2. f = h ◦ r ⇔ z  = 2eiπ/4 z donc z = 12 e−iπ/4 z  . Ensuite z̄ = 21 eiπ/4 z¯ . On remplace ensuite des
l’expression de départ et on a :
   
 1 −iπ/4  1 iπ/4 ¯ 1 −iπ/2 2 1 iπ/2 ¯ 2
(E ) : 10 e z e z +3 e z + e z =4
2 2 4 4
c’est-à-dire
 5  ¯ 3  ¯ 2 2

(E ) : z z + i z − z =4
2 4
et finalement on a :
(E  ) : 5x2 + 6xy + 5y 2 = 8.
3. C’est une conséquence des transformations du plan, elles conserves les configurations. Si e est
 2c
l’excentricité de (E  ), alors e = e. En effet on a a = 2a et c = 2c donc e = ac  = 2a = e;
4.
Exercice 11.8. A faire à la maison : 2, 3, 4, 9, 15, 25, 29, 33, 35, 41, 49.


Cours de Mathématiques. Classe T le C. www.easy-maths.com POWERED BY EASYMATHS